La dimensionverticale d'occlusion en prothèse fixée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La dimensionverticale d'occlusion en prothèse fixée"

Transcription

1 La dimensionverticale d'occlusion en prothèse fixée Les cahiers de prothèse N du 01/12/2002 Auteur(s) : Jean-Daniel Orthlieb, Docteur en chirurgie dentaire Michel Rebibo Docteur en chirurgie dentaire Bernard Mantout Docteur en chirurgie dentaireunité d'occlusodontologiefaculté d'odontologie de Marseille27, boulevard Jean- Moulin13385 Marseille Cedex 5 Rubrique : Occlusodontie Sous-titre : Critères de décision Lors d'une reconstruction prothétique de grande étendue, le choix de la dimensionverticale d'occlusion (DVO) est souvent évoqué comme la question centrale, le problème essentiel. Paradoxalement, de nombreux arguments sont fréquemment avancés pour justifier des modifications de la DVO aussi bien dans le sens de l'augmentation que de la diminution : des raisons mécaniques (rétention, espace prothétique, bras de levier corono-radiculaire), esthétiques (profil, rides), neuromusculaires (posture de repos, puissance musculaire) et même articulaire (décompression). Gaspard, en 1985, concluait : «Il n'existe pas de méthode précise et reproductible pour déterminer la DVO» [ 1 ]. Palla, en 1995, après une revue de littérature approfondie, confirme : «Malheureusement, en dépit de nos connaissances sur les mécanismes qui régissent les différentes dimensions verticales et l'espace libre, leurs déterminations demeurent un processus clinique essentiellement basé sur l'expérience clinique du praticien» [ 2 ]. À l'époque de la dentisterie par la preuve, et malgré 50 ans de publications sur le sujet, ces conclusions placent toujours le praticien face à des choix plus ou moins hasardeux fondés sur l'expérience clinique. Dans ces conditions, comment vérifier que la DVO envisagée sera en harmonie avec tous les déterminants anatomiques, neurophysiologiques? Quels sont les critères objectifs qui permettraient de décider d'augmenter ou de diminuer la DVO? Il est raisonnable de penser qu'il existe un espace optimal pour situer la DVO et non pas un seul point miraculeux [ 3 ] ; l'espace libre, et la DVR qui en résulte, correspondant à un phénomène d'adaptation neuromusculaire [ 4 ]. Cet espace d'adaptation du niveau vertical de fermeture est défini par une limite supérieure, une limite inférieure et une amplitude, qui reste à définir en fonction du potentiel d'adaptation neuromusculaire de chacun et de paramètres mécaniques à évaluer. Après avoir cherché à identifier des critères pertinents, des repères insuffisants et des croyances infondées, cet article a pour but de proposer une méthode de réflexion confrontant les déterminants en cause et aboutissant à une décision de conservation, ou de modification quantifiée de la DVO (dans le sens de la diminution ou de l'augmentation). Définitions [ 5 ] DVO (dimensionverticale d'occlusion) : hauteur de l'étage inférieur de la face mesurée entre 2 repères (par exemple : point sous-nasal et gnathion) lorsque les arcades sont en occlusion d'intercuspidie maximale (OIM). DVR (dimensionverticale de repos) : hauteur de l'étage inférieur de la face mesurée entre 2 repères, lorsque la mandibule est en posture de repos ou posture d'inocclusion physiologique. ELI (espace libre d'inocclusion) : distance entre les surfaces occlusales maxillaires et mandibulaires quand la mandibule est en position de repos. C'est la différence entre la DVO et la DVR. Idées fausses La DVO ne pourrait pas être augmentée. «Conserver la DVO correspondant à l'intercuspidation maximale et ne pas surélever l'articulé» [ 6 ]. La conviction qu'une augmentation de la dimensionverticale provoque des troubles de l'appareil manducateur dérive de l'hypothèse suivante : une surélévation induit une augmentation du tonus musculaire des muscles élévateurs avec une possible apparition de douleurs musculaires, une augmentation de la mobilité dentaire, et finalement l'ingression de celles-ci. Cette ingression générerait une diminution de la DVO et un retour à sa valeur initiale. Palla [ 2 ] remarque que cette dernière hypothèse, très répandue, n'a pas été confirmée, au contraire : - un certain degré de récidive survient effectivement après une surélévation occlusale, mais il n'est pas constant, et la DVO ne revient pas à la valeur initiale quand (par exemple, en chirurgie orthognathique ou dans les expérimentations animales) celle-ci est augmentée en une fois de plusieurs millimètres ; - ce degré de récidive, dû aussi bien à un remodelage osseux qu'à une ingression des dents, ne peut être uniquement corrélé à un degré d'augmentation et survient surtout dans les premiers mois ; - une augmentation de la DVO ne semble pas perturber la fonction masticatoire, il a même été montré que l'augmentation de la DVO entraîne dans la majorité des cas une relaxation des élévateurs [ 7 ], ce qui est cliniquement constaté de manière quotidienne avec le port des gouttières occlusales. Si la typologie squelettique hyperdivergente constitue un frein à l'augmentation, la compétence labiale pourrait en représenter une limite, et comment ne pas lier cette ingression également à un facteur comportemental (crispation, bruxisme) non contrôlé. Page 1 sur 26

2 La DVO ne pourrait pas être diminuée ou la confusion entre perte de DVO et perte de calage postérieur. Sur le thème de la diminution de la DVO, des opinions aussi opposées que souvent peu justifiées sont rencontrées : «Tout meulage des cuspides d'appui entraîne fatalement une réduction de la DVO. Opérer ainsi, c'est tenter le diable, c'est-à-dire ouvrir la porte au SADAM» [ 1 ]. «Peu de cas justifient une diminution de la DVO» [ 8 ]. «Il n'y a pas de problème apparent associé à la diminution de la DVO» [ 6 ]. Cette dernière opinion semble confirmée par le travail de Magnusson [ 9 ]. Si dans le passé, on a souvent entretenu l'idée selon laquelle les troubles temporo-mandibulaires seraient corrélés à la perte de DVO, c'est vrai-semblablement en raison de la fréquente confusion entre perte de DVO et perte de calage postérieur [ 10 ]. Valentin et Martineau [ 11 ] remarquent que la DVO correspond à la limite de la rotation d'élévation mandibulaire, ce qui signifie que les variations de la DVO s'effectuent autour de l'axe de rotation bicondylien définissant un angle de rotation. Il est ainsi aberrant de parler de dimensionverticale postérieure et de dimensionverticale antérieure. Il existe une dimensionverticale unique pour l'ensemble du corps mandibulaire, dont les variations s'évaluent en termes de rotation angulaire autour de l'axe bicondylien (rotation antérieure). La perte de calage postérieur correspond au contraire à une rotation mandibulaire postérieure autour d'un point de rotation dentaire, cette situation peut être critique pour l'articulation temporo-mandibulaire (ATM) [ 12 ] ( fig. 1 et 2 ). Abrasion dentaire signifierait perte de DVO. Depuis Niswonger, en 1938 [ 13 ], nous devrions savoir que la présence de dents abrasées ne signifie pas que la DVO est systématiquement diminuée. Une égression compensatrice, en particulier dans le secteur antérieur, est très fréquemment observée. La présence de migration dentaire antérieure, avec ouverture de diastèmes, associée à une perte de calage postérieur semblent être un tableau clinique plus évident [ 14 ] ( fig. 3 ). Posture de repos et espace libre seraient des référentiels cliniques stables. Rivera-Morales et Mohl [ 3 ], Rugh et Drago [ 7 ], parmi de nombreux autres auteurs, font état de l'absence de reproductibilité des évaluations de la DVR (clinique ou électromyographique), de la grande variabilité de l'espace libre et de son adaptabilité aux variations de la DVO. À partir d'une hypothétique mesure clinique de l'espace libre, sur quelle base pourrait-on évaluer une DVO? Les tests phonétiques constituent des référentiels cliniques stables. Bien que Silverman [ 15 ] considérait l'espace phonétique vertical minimal comme immuable, l'expérience clinique constate qu'il existe une très grande capacité d'adaptation dans ce domaine. L'utilisation de «sifflantes» (sibilants) ou sons en «S» serait la méthode la plus fiable à condition que le patient ait porté la prothèse environ 1 semaine (au moins 1 jour). Si après 4 semaines, le patient éprouve des difficultés phonétiques, une équilibration est indiquée en plaçant un marqueur sur les dents maxillaires en faisant prononcer par le patient : «66» [ 16 ], ou des sibilantes (S, Che, Z et F) [ 17 ]. Le tout n'a de sens qu'à condition que l'agencement dentaire antérieur ne soit pas en cause! Ainsi, ces tests phonétiques ne constituent qu'un moyen de contrôle a posteriori, c'est-à-dire après la mise en place d'éléments dentaires provisoires véritablement fonctionnels. Les variations de DVO ont des conséquences sur l'atm. La stricte variation de la DVO provoque une rotation mandibulaire autour de l'axe charnière. Ce mouvement de rotation condylienne est, d'une part, parfaitement physiologique et, d'autre part, très limité en quantité de déplacement des structures articulaires. Une surélévation verticale de 1 mm au niveau incisif provoque une rotation condylienne d'environ 1, ce qui ne correspond approximativement qu'à un déplacement de l'interface condylo-discale de 0,1 mm. Donc, avec des ATM saines, l'augmentation ou la diminution de la DVO n'entraînera pas de contraintes articulaires. Ce n'est que dans le cas d'atteinte arthrosique marquée de l'atm (aplatissement condylien) qu'une variation importante de la DVO (supérieure à 2 mm au niveau incisif) pourrait provoquer une situation de contrainte au niveau de l'atm [ 18 ] ( fig. 4 ). Vraisemblablement, il existe un large espace d'adaptation à des variations de la DVO en sachant que cette variation : - est strictement en rotation autour de l'axe charnière ; - n'exagère pas une typologie verticale (hypo-ou hyperdivergence) déjà hors norme ; - conserve la compétence labiale ; et que l'on évitera les variations importantes en présence d'atm arthrosique et chez les patients ayant une faible adaptation neuro-musculo-articulaire. Page 2 sur 26

3 Critères de décision La présence d'un espace interocclusal en posture de repos et l'absence de contacts entre les arcades dentaires durant la phonation sont des objectifs de la DVO thérapeutique. Ils semblent qu'ils sont généralement acquis par la simple adaptation spontanée du patient. Ces aspects musculaires paraissent trop variables pour constituer des références fiables, les éléments objectivement appréciables qui influenceront la décision sont donc les suivants : - esthétique et hauteurs faciales ; - typologie squelettique et morphologie mandibulaire ; - recouvrement, surplomb ; - hauteur prothétique ; - ATM et coordination neuromusculaire. Esthétique et hauteurs faciales La DVO thérapeutique vise un aspect harmonieux du visage par une apparence agréable de l'étage inférieur de ce dernier en occlusion. En dehors de l'appréciation visuelle subjective, des mesures anthropométriques à partir de photographies permettent une quantification et une comparaison par rapport à des documents antérieurs. Ravon [ 19 ], à la suite de Mc Gee [ 20 ], recherche la mesure de la hauteur inférieure de la face à partir de corrélation par rapport aux distances, nasiongnation, ligne bipupillaire-fente labiale, distance interpupillaire. Cette évaluation permet d'avoir une valeur approchée de la DVO qui paraît plus valide que les analyses proportionnelles trop variables comme le rapport de Wylie entre étage moyen et étage inférieur du visage [ 21 ]. Typologie squelettique et morphologie mandibulaire Les analyses céphalométriques conventionnelles identifient le type squelettique vertical du patient (normal, hyper-ou hypodivergent) et le type squelettique sagittal (classes I, II ou III). Il semble logique que la DVO thérapeutique générée par le traitement n'aggrave pas une éventuelle hyper-ou hypodivergence, mais tende plutôt à la corriger [ 22 ]. Une augmentation de la DVO aggravera une classe II squelettique et compensera une classe III squelettique. À l'inverse, une diminution de la DVO aggravera une classe III squelettique et compensera une classe II squelettique. Par ailleurs, une étude statistique portant sur 450 téléradiographies montre des corrélations entre la hauteur de l'étage inférieur de la face (DVO) et la morphologie mandibulaire mesurée par l'angle goniaque et l'arc mandibulaire. À partir de la mesure de ces angles, une table permet de proposer une DVO en harmonie avec les structures osseuses [ 23 ]. Le travail d'edwards et al. montre également la trop grande variabilité générée par l'utilisation comme référence de la simple valeur angulaire moyenne de l'angle ENA-Xi-pm [ 24 ] ( fig. 5 ). Surplomb et recouvrement Le recouvrement incisif est en moyenne de 3 à 4 mm et le surplomb moyen est de 2 à 3 mm dans la population actuelle [ 14 ]. L'obtention ou le maintien de contact antérieur fonctionnel représentent un des objectifs principaux des traitements prothétiques. Les variations de la DVO influençant directement les relations antérieures, ce sont, le plus souvent, les objectifs antérieurs qui domineront les choix concernant la DVO. Une augmentation de la DVO entraînant une diminution du recouvrement incisif et une augmentation du surplomb, il est possible d'augmenter la DVO face à un excès de recouvrement ou à une insuffisance de surplomb. A contrario, une diminution de la DVO entraînant une augmentation du recouvrement incisif et une diminution du surplomb, il est possible de diminuer la DVO face à un excès de surplomb ou à une insuffisance de recouvrement. Hauteur prothétique La rétention est un facteur mécanique influençant directement le pronostic des restaurations fixées. Elle constitue donc un impératif majeur. On peut considérer que la hauteur coronaire des préparations pour coiffe à recouvrement complet doit être supérieure à 5 mm. À l'inverse, la hauteur coronaire ne doit pas être supérieure à la hauteur de l'ancrage radiculaire. Il est important de noter que si la DVO influence directement la hauteur prothétique, l'organisation curviligne des courbes d'occlusion doit répartir cette hauteur harmonieusement entre hauteur maxillaire et hauteur mandibulaire. Enfin, une fois DVO et plan d'occlusion établis, la hauteur prothétique peut être souvent augmentée aux dépens du parodonte par élongation coronaire chirurgicale. Le choix s'établit entre hauteur de rétention suffisante et rapport couronne/racine favorable. Pour faciliter l'analyse, on discerne la hauteur prothétique postérieure et la hauteur prothétique antérieure. La tige incisive graduée de l'articulateur permet la nécessaire évaluation quantitative en tenant compte des variations proportionnelles liées à la variation angulaire de la mandibule. Ce calcul est permis globalement par la règle des tiers ou par calcul trigonométrique ( tabl. I, fig. 6 ). ATM et coordination neuromusculaire Un examen clinique attentif (palpation intra-auriculaire montrant des difficultés de rotation, auscultation de crépitations), associé à une anamnèse caractéristique (historique de traumatismes, d'anciens claquements ayant disparu) et à Page 3 sur 26

4 l'observation d'un simple cliché panoramique (aplatissement condylien) permettent le plus souvent de discerner une ATM saine d'une ATM présentant des phénomènes arthrosiques avancés. Dans ce dernier cas, il est indiqué d'éviter une importante variation de DVO de même que chez des patients suspectés de présenter un faible potentiel d'adaptation neuromusculaire (comme le patient âgé, par exemple). Dans un cadre physiologique, nous aurons un feu vert musculoarticulaire aux changements de DVO. Rationnel de décision Le praticien peut jouer dans un espace d'adaptation en fonction des impératifs biologiques, mécaniques ou esthétiques spécifiques du cas clinique. L'étude sur articulateur est irremplaçable pour apprécier directement l'influence des variations de DVO sur les hauteurs prothétiques antérieure et postérieure, sur les relations antérieures (surplomb, recouvrement). Un rationnel de décision peut être proposé en quatre étapes : - une première étape vérifie le feu vert musculo-articulaire ; - dans une seconde étape, l'importance de l'obtention ou le maintien de contacts antérieurs en OIM donne un rôle principal aux notions de surplomb et de recouvrement antérieurs ; - ensuite, les hauteurs prothétiques antérieures et postérieures sont évaluées compte tenu des impératifs mécaniques coronaires ou radiculaires ; - dans une dernière étape, les répercussions sur l'esthétique et l'influence de la typologie squelettique, la morphologie mandibulaire sont prises en compte. La fiche proposée, intéressant deux cas cliniques, permet de situer la variation de DVO thérapeutique à envisager en fonction de chaque critère. L'implication sur la DVO est quantifiée en millimètres au niveau des incisives. Une table de calcul propose, pour une même variation angulaire de DVO, les correspondances en millimètres au niveau des incisives et de la tige incisive de l'articulateur (pour un individu de taille moyenne). Cas cliniques Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVO o Motifs de consultation : hyper-sensibilités dentaires antérieures, demande de traitement prothétique et esthétique. o Anamnèse : céphalées frontales, sinusites, syndrome d'apnée obstructive du sommeil (SAOS) traité par orthèse de propulsion et d'abaissement mandibulaire (OPAM). o Examen clinique : ventilation buccale, cinématique condylienne normale, ATM silencieuses, absence de décalage clinique ORC-OIM, inocclusion incisive, étage inférieur du visage allongé, édentements intercalaires maxillaires postérieurs, nombreuses pertes de substance cervicales. Une restauration prothétique maxillaire étendue est indiquée. Le faible surplomb incisif est en faveur d'une augmentation de la DVO, les autres critères sont en faveur d'une diminution de DVO. La synthèse des critères conduit à choisir une diminution de 2 mm. La fermeture de l'angle de guidage par diminution du surplombsera compensée par une inclinaison vestibulaire des incisives maxillaires. La diminution de 2 mm fait passer le recouvrement incisif de - 1 à + 1 mm, puis l'abaissement prothétique du bord libre des incisives maxillaires de 2 mm donnera alors 3 mm de recouvrement. Malgré la hauteur coronaire déjà importante, cet allongement est rendu possible par la posture labiale au repos et par le faible découvrement dentaire lors du sourire ( fig. 7a, 7b, 7c, 8, 9, 10a, 10b, 11a, 11b, 12 et 13 ). Cette diminution de la DVO s'inscrit dans les 8 critères occlusaux de reconstruction (OCTA) présentés dans le tableau II [ 25 ]. Cas n 2 (patient de 58 ans) : augmentation de la DVO o Motifs de consultation : céphalées temporales, tensions massétérines, hypersensibilités dentaires généralisées, Page 4 sur 26

5 acouphènes de type sifflement plus marqués à droite, demande de traitement prothétique et esthétique. o Anamnèse : hernie hiatale, reflux, lombalgie. o Examen clinique : hypertrophie massétérine, cinématique condylienne normale, ATM silencieuses, absence de décalage clinique ORC-OIM, absence d'interférences, fonction groupe généralisée, étage inférieur du visage bas, nombreuses pertes de substance dentaires par érosions-abrasion combinées. Une restauration prothétique étendue est indiquée associée à une prise en charge des parafonctions par rééducation comportementale et à un contrôle du reflux gastrique. L'absence de recouvrement est en faveur d'une diminution. Les autres critères sont en faveur d'une augmentation de DVO, souvent forte. La synthèse conduit à choisir une augmentation de 2 mm. Cette légère augmentation de DVO ouvre le surplomb. Un recouvrement supérieur à 3 mm peut être obtenu par simple allongement prothétique de la hauteur coronaire des antéro-maxillaires par abaissement de la position du bord libre ( fig. 14, 15, 16, 17, 18a, 18b, 18c et 19 ). Cette augmentation de la DVO s'inscrit dans les 8 critères de reconstruction (OCTA) présentés dans le tableau III. Conclusions On peut jouer avec la DVO à condition de connaître les règles du jeu, c'est-à-dire profiter des potentialités d'adaptation quand elles existent, optimiser les relations occlusales antérieures, les aspects mécaniques de rétention et le rapport couronne/ racine, compenser légèrement les typologies squelettiques et favoriser l'esthétique. C'est en combinant ces différents critères que le meilleur compromis définit la DVO thérapeutique à envisager. La mise en place de ce projet au travers d'une restauration provisoire permet de le valider, en particulier par rapport à la réponse musculaire. Notre expérience clinique nous incite à réaliser les variations de DVO en une seule étape ; une approche progressive ne semble pas modifier le pronostic et complique lourdement les protocoles. La recherche clinique d'une position de confort par approche successive ne représente, en aucun cas, une justification physiologique d'un bon équilibre vertical, mais signe beaucoup plus une harmonie des fonctions occlusales de centrage, de calage et de guidage. Inversement, un inconfort ne signifie pas problème vertical, mais problème occlusal, le plus souvent, de déviation mandibulaire ou d'asymétrie de calage ou de guidage. bibliographie 1 Gaspard M. Troubles de l'occlusion dentaire et SADAM. Collection du chirurgien-dentiste. Sèvres : Procodif, Palla S. La dimensionverticale : les connaissances et les incertitudes. In : La dimensionverticale : mythes et limites. Paris : Collège national d'occlusodontologie, 1995: Rivera-Morales WC, Mohl ND. Relationship of occlusal vertical dimension to the health of the masticatory system. J Prosthet Dent 1991;65: Lee RL. Anterior guidance. In : Lundeen HC, Gibbs CH, eds. Advances in occlusion. Boston : J Wright, 1982: Collège national d'occlusodontologie (CNO). Occlusodontologie : lexique. Paris : Quintessence International, 2001:55. 6 Dawson PE. Les problèmes de l'occlusion. Évaluation, diagnostic et traitement. Paris : Julien Prélat, Rugh JD, Drago CJ. Vertical dimension : a study of clinical rest position and jaw muscle activity. J Prosthet Dent 1981;45: McHorris WH. Ajustement occlusal par meulage sélectif (I). Rev Int Parodont Dentist Restaur 1985;5: Magnusson T. Signs and symptoms of mandibular dysfunction in complete denture wearers five years after receiving new dentures. Cranio 1985;3: Orthlieb J-D, Laplanche O, Preckel EB. La fonction occlusale et ses dysfonctionnements. Réalités cliniques 1996;7: Valentin C, Martineau C. La consultation en odontologie. Paris : SNPMD, Tallents RH, Macher DJ, Kyrkanides S, Katzberg RW, Moss ME. Prevalence of missing posterior teeth and intra-articular temporomandibular disorders. J Prosthet Dent 2002;87: Niswonger ME. Obtaining the vertical relation in edentulous cases that existed prior to extraction. J Am Dent Asssoc 1938;25: Okeson JP. Management of temporomandibular disorders and occlusion. St Louis : Mosby, 1998: Silverman M. Occlusion in prosthodontics and in the natural dentition. Washington : Mutual Publishing Company, Spear FM. Occlusal consideration for complex restorative therapy. In : Mc Neill C, ed. Science and practice of occlusion. Chicago : Quintessence, 1997: Berteretche MV, Hüe O. Dimensions verticales. In : Orthlieb JD, Brocard J, Schittly J, Manière-Ezvan A, eds. Occlusodontie pratique. Paris : Éditions CdP, 2000: Slavicek R, Lucchini V, Laplanche O. Vingt questions à Rudolf Slavicek. Provence C, editor. Marseille : CNO Provence,1994: Ravon P. Rapports morphologiques entre les organes dentaires et la face. Étude statistique. Montpellier : Université de Montpellier, MacGee GF. Use of facial measurements in determining vertical dimension. J Am Dent Assoc 1947;35: Orthlieb JD. Diagnostic occluso-céphalométrique assisté par ordinateur (Occluso-cephalometric computerised diagnosis). Thèse d'université en odontologie. Marseille, Université de la Méditerranée, Avril CM. The transfert of the information received by static mandibular position analysis in the latero-lateral cephalometric tracing. J Gnatho 1988;1: Orthlieb JD, Laurent M, Laplanche O. Cephalometric estimation of occlusal vertical dimension. J Oral Rehab Page 5 sur 26

6 2000;9: Edwards CL, Richards MW, Billy EJ, Neilans LC. Using computerised cephalometrics to analyse the vertical dimension of occlusion. Int J Prosthodont 1993;6: Orthlieb JD, Bezzina S, Preckel EB. OCTA : concept d'aide au plan de traitement en prothèse. Synergie Prothet 2001;3: Tableau I- Calcul de la correspondance entre variation de DVO au niveau de la deuxième molaire (dm), incisif (di), et variation au niveau de la tige incisive de l'articulateur (a).i : distance en projection horizontale entre le condyle et l'incisive (80 mm, valeur moyenne)m : distance en projection horizontale entre le condyle et la deuxième molaire (42 mm, valeur moyenne)t : distance en projection horizontale entre le condyle et la table incisive (125 mm sur l'articulateur SAM)A = (di * t)/i a = (dm * t)/m Tableau II- Cas n 1 : critères occlusaux de reconstruction (OCTA). Page 6 sur 26

7 Tableau III- Cas n 2 : critères occlusaux de reconstructions (OCTA). Page 7 sur 26

8 fig. 1 - Perte de calage : l'absence de calage postérieur associée à la présence du maintien sur l'arcade de couples pluricuspidées antagonistes stables évoquent une simple perte de calage sans perte de DVO. fig. 2 - Perte de DVO : l'association perte de calage postérieur et diastème antérieur évolutif est caractéristique de la perte de DVO. Page 8 sur 26

9 fig. 3 - Abrasion sans perte de DVO : la présence de dents antérieures fortement abrasées ou érodées avec maintien du calage postérieur évoquent des égressions compensatrices sans perte de DVO. (Cas n 2.) Page 9 sur 26

10 fig. 4 - Arthrose de l'atm : IRM d'une atteinte dégénérative stabilisée de l'atm. La capacité de rotation de cette articulation est diminuée. Page 10 sur 26

11 fig. 5 - DVO et compensation dento-squelettique : une augmentation de la DVO augmente le surplomb et diminue le recouvrement, aggrave une classe II et compense une classe III. Page 11 sur 26

12 fig. 6 - Règles de tiers : pour une même variation de la DVO, la variation de hauteur au niveau molaire, incisif et au niveau de la tige incisive est proportionnelle. On peut considérer que pour 3 mm d'augmentation au niveau de la tige incisive, l'augmentation est de 2 mm au niveau des incisives et de 1 mm au niveau molaire. Page 12 sur 26

13 Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVO fig. 7 a- Vues cliniques initiales en OIM. Page 13 sur 26

14 Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVOfig. 7 b- Vues cliniques initiales en OIM. Page 14 sur 26

15 Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVOfig. 7 c- Vues cliniques initiales en OIM. Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVOfig. 8 - Radiographie panoramique. Page 15 sur 26

16 Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVOfig. 9- Téléradiographie de profil. Page 16 sur 26

17 Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVOfig. 10 a- Prothèse provisoire fixée. Page 17 sur 26

18 Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVOfig. 10 b- Prothèse provisoire fixée. Page 18 sur 26

19 Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVOfig. 11 a- Prothèse d'usage. Page 19 sur 26

20 Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVOfig. 11 b- Prothèse d'usage. Page 20 sur 26

21 Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVOfig Stabilité du résultat après 4 ans. Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVOfig Critères de décision. Page 21 sur 26

22 Cas n 2 (patient de 58 ans) : augmentation de la DVOfig Vue clinique initiale en OIM. Cas n 2 (patient de 58 ans) : augmentation de la DVOfig Radiographie panoramique. Page 22 sur 26

23 Cas n 2 (patient de 58 ans) : augmentation de la DVOfig Téléradiographie de profil. Page 23 sur 26

24 Cas n 2 (patient de 58 ans) : augmentation de la DVOfig Profil droit. Cas n 2 (patient de 58 ans) : augmentation de la DVOfig. 18 a- Prothèse provisoire fixée. Page 24 sur 26

25 Cas n 2 (patient de 58 ans) : augmentation de la DVOfig. 18 b- Prothèse provisoire fixée. Cas n 2 (patient de 58 ans) : augmentation de la DVOfig. 18 c- Prothèse provisoire fixée. Page 25 sur 26

26 Cas n 2 (patient de 58 ans) : augmentation de la DVOfig Critères de décision. Page 26 sur 26

La Chirurgie Dentaire moderne impose

La Chirurgie Dentaire moderne impose Le plan de traitement et les 8 critères occlusaux de reconstruction (OCTA) J.D. ORTHLIEB, S. BEZZINA, E.B. PRECKEL, chirurgiens-dentistes La restauration prothétique des dents manquantes ou endommagées

Plus en détail

Résumé : H. BENYAHIA : S. BERRADA A. SEFRIOUI ABDEDINE Mots clés : Faculté de Médecine Dentaire de Rabat

Résumé : H. BENYAHIA : S. BERRADA A. SEFRIOUI ABDEDINE Mots clés : Faculté de Médecine Dentaire de Rabat Résumé : En prothèse complexe, le plan de traitement et ses étapes doivent être organisés dans un ordre chronologique et prédéfinis par une maquette directrice. H. BENYAHIA : Résident en Orthopédie Dento-faciale

Plus en détail

26 - troubles associés. 27 - Film. 28 - La déglutition dite «primaire»

26 - troubles associés. 27 - Film. 28 - La déglutition dite «primaire» 26 - troubles associés La persistance, au-delà de l'âge de cinq à six ans, de cette forme de déglutition pourra être à l'origine de dysmorphoses dento maxillaires, de perturbation de la croissance crâniofaciale

Plus en détail

Pourquoi prescrire une gouttière occlusale.

Pourquoi prescrire une gouttière occlusale. Pourquoi prescrire une gouttière occlusale. Jean-François Carlier Ancien assistant Reims Jean-Philippe Ré MCU Marseille La gouttière occlusale est une option fréquente, non systématique, de la prise en

Plus en détail

Dysharmonie dentodentaire

Dysharmonie dentodentaire Chapitre 6 Dysharmonie dentodentaire ndré Pujol PLN DU CHPITRE Étiologie et fréquence 246 Diagnostic 246 Traitement 249 Orthodontie de l enfant et du jeune adulte 2013, Elsevier Masson SS. Tous droits

Plus en détail

I Epreuve E 1: TECHNOLOGIE ET DESSIN I Durée : 4 heures l

I Epreuve E 1: TECHNOLOGIE ET DESSIN I Durée : 4 heures l SESSION 2005 I I Epreuve E 1: TECHNOLOGIE ET DESSIN I Durée : 4 heures l I Code examen : / Sous épreuve U 11 : TECHNOLOGIE l Coefficient : 4 Feuille : 106 Ce sujet comprend 16 pages numérotées de 1 B 16.

Plus en détail

4 Le traitement chez le sportif. Préventif Curatif : soins et équilibration de l appareil manducateur

4 Le traitement chez le sportif. Préventif Curatif : soins et équilibration de l appareil manducateur 4 Le traitement chez le sportif Préventif Curatif : soins et équilibration de l appareil manducateur Préventif Examen annuel Support de la radio panoramique obligatoire Prévoir d agir bien avant les compétitions

Plus en détail

PROTHESE ADJOINTE PARTIELLE IMMEDIATE : PREPARATION, RECTIFICATIONS ET MISE EN PLACE

PROTHESE ADJOINTE PARTIELLE IMMEDIATE : PREPARATION, RECTIFICATIONS ET MISE EN PLACE PROTHESE ADJOINTE PARTIELLE IMMEDIATE : PREPARATION, RECTIFICATIONS ET MISE EN PLACE Immediate removable partial denture: Preparation, rectification and installation Auteurs : E-M. Rahmani*, B. El Mohtarim**,

Plus en détail

ODF. Analyse de Steiner. Analyse de Sassouni. Analyse de Ricketts. Analyse de Biggerstaff. Analyse de Downs.

ODF. Analyse de Steiner. Analyse de Sassouni. Analyse de Ricketts. Analyse de Biggerstaff. Analyse de Downs. ODF 1) Embryologie dento faciale et croissance crânio faciale. 2) Rythme et direction de croissance. 3) Le modelage osseux. 4) Morphogenèse des arcades dentaires et établissement de l occlusion. 5) Notions

Plus en détail

Déséquilibres dynamiques de la posture dans la dysfonction temporomandibulaire...

Déséquilibres dynamiques de la posture dans la dysfonction temporomandibulaire... Dédicace... 5 Préambule... 7 Le déséquilibre de la mâchoire à l'origine de pathologies redoutables... 7 Terminologie... 8 Préface... 9 La santé... 10 L'ostéopathie et la maladie... 12 Le début de l'aventure...

Plus en détail

Utilisation de l arc droit pour le traitement des malocclusions de Classe III Traitemnent non-extractions

Utilisation de l arc droit pour le traitement des malocclusions de Classe III Traitemnent non-extractions Utilisation de l arc droit pour le traitement des malocclusions de Classe III Traitemnent non-extractions Publié dans Le Journal du Dentiste, Janvier 2009 Dans le cadre d une pratique de dentisterie générale,

Plus en détail

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER DEPARTEMENT DE 1- SPECIALITE : PROTHESE 1 Anatomie dentaire 2 Les matériaux à empreinte 3 Les traitements pré-prothetiques

Plus en détail

EAST : Easy Surgical Template Suivez le guide!

EAST : Easy Surgical Template Suivez le guide! Industrie Innovation EXTRAIT DE TITANE VOL.5 - N 3- SEPTEMBRE 2008 - P. 74-77 EAST : Easy Surgical Template Suivez le guide! PAR Sylvain Cazalbou 11 bis, rue d Aguesseau, 75008 Paris Tél. 01 43 12 88 11

Plus en détail

RÉHABILITATION ESTHÉTIQUE ET FONCTIONNELLE GLOBALE PAR LA PROTHÈSE FIXÉE D UN CAS DE BRUXISME

RÉHABILITATION ESTHÉTIQUE ET FONCTIONNELLE GLOBALE PAR LA PROTHÈSE FIXÉE D UN CAS DE BRUXISME A propos d un cas / Case Report 31 RÉHABILITATION ESTHÉTIQUE ET FONCTIONNELLE GLOBALE PAR LA PROTHÈSE FIXÉE D UN CAS DE BRUXISME Narjes Hassen * Ramy Oualha ** Lamia Oualha *** Samir Boukottaya **** Nabiha

Plus en détail

- Les 2 parties sont délimitées par une zone rétrécie formant autour de la dent une ligne sinueuse, le collet.

- Les 2 parties sont délimitées par une zone rétrécie formant autour de la dent une ligne sinueuse, le collet. ANATOMIE DENTAIRE LES DENTS PERMANENTES Caractères généraux Chaque dent est constituée de 2 parties principales. - Une partie visible, au niveau de la cavité buccale, plus ou moins massive, la couronne

Plus en détail

Swiss International Academy of Osseo-Integration and Maxillo-Facial Research

Swiss International Academy of Osseo-Integration and Maxillo-Facial Research S I A O Swiss International Academy of Osseo-Integration and Maxillo-Facial Research Cycle de formation clinique en implantologie Ce Cycle de formation organisé par Infodental Algérie sous la responsabilité

Plus en détail

La prothèse implanto-portée, telle. Traitement d un édentement complet mandibulaire avec des piliers personnalisés Atlantis DOSSIER CLINIQUE.

La prothèse implanto-portée, telle. Traitement d un édentement complet mandibulaire avec des piliers personnalisés Atlantis DOSSIER CLINIQUE. IMP0114_P000_000_DOS:IMPLANT 20/01/14 16:08 Page 1 PHOTO DOSSIER CLINIQUE pratique THIERRY ROUACH Traitement d un édentement complet mandibulaire avec des piliers personnalisés Atlantis Les solutions digitales

Plus en détail

Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients

Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients Les implants dentaires : la meilleure option de traitement. Qu est-ce qu un implant dentaire?

Plus en détail

PRESENTATION D UN CAS CLINIQUE : TRAITEMENT D UN CAS DE CLASSE II AVEC AGENESIE DES DEUXIEMES PREMOLAIRES INFERIEURES

PRESENTATION D UN CAS CLINIQUE : TRAITEMENT D UN CAS DE CLASSE II AVEC AGENESIE DES DEUXIEMES PREMOLAIRES INFERIEURES PRESENTATION D UN CAS CLINIQUE : TRAITEMENT D UN CAS DE CLASSE II AVEC AGENESIE DES DEUXIEMES PREMOLAIRES INFERIEURES S. REGRAGUI : Professeur Assistant d' ODF F. ZAOUI : Professeur d' ODF E. AALLOULA

Plus en détail

harmonie Forme et l incisive centrale autour de l esthétique forme et harmonie de l incisive

harmonie Forme et l incisive centrale autour de l esthétique forme et harmonie de l incisive forme et harmonie de l incisive Forme et de harmonie l incisive centrale 1 Jean-François Lasserre, Groupe Symbiose Rubrique MIMESIS coordonnée par J.C. Paris Les critères fondamentaux de l esthétique du

Plus en détail

Plans de traitement et prise en charge (situations cliniques)

Plans de traitement et prise en charge (situations cliniques) 3 Chapitre 0015 Plans de traitement et prise en charge (situations cliniques) R. Garcia, D. Deffrennes, M. Richter, C. Mossaz, P. Canal, J.-F. Tulasne, P. Goudot PLAN DU CHAPITRE Traitement orthodontico-chirurgical

Plus en détail

Le mythe : on traite tout avec l endodontie. La réalité : certains cas dépassent notre domaine de compétence.

Le mythe : on traite tout avec l endodontie. La réalité : certains cas dépassent notre domaine de compétence. La sélection du cas en endodontie Le mythe : on traite tout avec l endodontie. La réalité : certains cas dépassent notre domaine de compétence. 1a 1b Dr David C. BENSOUSSAN n Chirurgien dentiste n CES

Plus en détail

La phase de finition en orthodontie : buts et moyens

La phase de finition en orthodontie : buts et moyens UNIVERSITE DE NANTES UNITE DE FORMATION ET DE RECHERCHE D ODONTOLOGIE Année : 2011 N : La phase de finition en orthodontie : buts et moyens THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN CHIRURGIE DENTAIRE

Plus en détail

Dents et Résines. www.sid-dental.com

Dents et Résines. www.sid-dental.com www.sid-dental.com Pendant des siècles, les hommes ont tenté de substituer leurs dents manquantes par des matériaux les plus divers tels que l ivoire, l or et même le plâtre. Ce n est qu au début du 20ème

Plus en détail

EXTRACTION RAISONNEE DES DENTS DE SIX ANS: A PROPOS D UN CAS CLINIQUE

EXTRACTION RAISONNEE DES DENTS DE SIX ANS: A PROPOS D UN CAS CLINIQUE EXTRACTION RAISONNEE DES DENTS DE SIX ANS: A PROPOS D UN CAS CLINIQUE EXTRACTION OF FIRST PERMANENT MOLARS: A CLINICAL CASE. Dr. K. ZOUAIDI : résidente au service d Odontologie Pédiatrique Pr. H. CHHOUL

Plus en détail

L'Analyse Critique de Documentation Clinique

L'Analyse Critique de Documentation Clinique L'Analyse Critique de Documentation Clinique L'analyse critique de la documentation clinique portera sur des patients que le candidat ou la candidate aura traités durant ou après ses études de cycles supérieurs.

Plus en détail

Facettes composites préformées Componeer : utilisation chez un enfant présentant une amélo - genèse imparfaite

Facettes composites préformées Componeer : utilisation chez un enfant présentant une amélo - genèse imparfaite Facettes composites préformées Componeer : utilisation chez un enfant présentant une amélo - genèse imparfaite Avec la mise au point des facettes composites préformées, le chirurgien-dentiste a à sa disposition

Plus en détail

Si les traitements des édentations ont trouvé

Si les traitements des édentations ont trouvé Implants et prothèse amovible, apport des châssis à selles disjointes G. JOURDA, chirurgien-dentiste Comment les prothèses amovibles partielles peuvent-elles faciliter l exploitation d implants? Inversement,

Plus en détail

MALO CLINIC Lisbon. La Problématique

MALO CLINIC Lisbon. La Problématique MALO CLINIC Lisbon LA CLINIQUE MALO a été fondée en 1995 par le Docteur Paulo Malo. En seulement 15 ans d existence, elle a connu un extraordinaire développement. LA CLINIQUE MALO est devenue aujourd hui

Plus en détail

prises en charge prothétiques implanto-portées des pertes de substance osseuse mandibulaires

prises en charge prothétiques implanto-portées des pertes de substance osseuse mandibulaires RUBRIQUE STOMATOLOGIE CAS CLINIQUE 305 prises en charge prothétiques implanto-portées des pertes de substance osseuse mandibulaires RÉSUMÉ Leva DJAVANMARDI Service de Stomatologie et Chirurgie maxillo-faciale,

Plus en détail

DENTURE ET DENTITIONS.

DENTURE ET DENTITIONS. DENTURE ET DENTITIONS. Deux termes souvent confondus. 1. Définitions a. Dentition Terme dynamique Ensemble des phénotypes de développement des arcades (origine, minéralisation, croissance, éruption ) Développement

Plus en détail

Correction de l occlusion pour réduire les sourires gingivaux : deux cas rapportés

Correction de l occlusion pour réduire les sourires gingivaux : deux cas rapportés Correction de l occlusion pour réduire les sourires gingivaux : deux cas rapportés Auteur_ Dr David S. Frey, États-Unis Fig. 1a Fig. 1b _La méthode traditionnelle pour corriger un sourire gingival avec

Plus en détail

Chirurgie d avancée maxillo-mandibulaire

Chirurgie d avancée maxillo-mandibulaire Chirurgie d avancée maxillo-mandibulaire JOURNÉES PRATIQUES RESPIRATION SOMMEIL 9 et 10 Septembre 2011 MONTPELLIER Boris PÉTELLE Fosses nasales Pharynx Squelette Bilan squelettique et dentaire? Facteur

Plus en détail

L ankylose de l articulation temporo-mandibulaire

L ankylose de l articulation temporo-mandibulaire P R A T I Q U E C L I N I Q U E Le traitement de l ankylose temporo-mandibulaire : Étude de cas Bob Rishiraj, BSc, DDS Leland R. McFadden, DDS, MSc, FRCD(C) S o m m a i r e L ankylose osseuse de l articulation

Plus en détail

A PROPOS D'UN CAS D'EXTRACTION IMPLANTATION, ET MISE EN CHARGE IMMEDIATE

A PROPOS D'UN CAS D'EXTRACTION IMPLANTATION, ET MISE EN CHARGE IMMEDIATE A PROPOS D'UN CAS D'EXTRACTION IMPLANTATION, ET MISE EN CHARGE IMMEDIATE H.Guibert. Docteur en chirurgie dentaire (1) L.Bertaud. Docteur en chirurgie dentaire. Ancien Interne.(2) (1),(2) 28 rue Baudot.

Plus en détail

L importance de l occlusion dans la pratique esthétique

L importance de l occlusion dans la pratique esthétique Nous pouvons remarquer la présence dans tous les cabinets dentaires de patients ayant les symptômes suivants : usure anormale des dents, fractures de dents ou de restaurations, perte de dents, maux de

Plus en détail

La fabrication des LE PROTÈGE-DENTS PRÉVENTION ET PROTECTION FONCTIONNALITÉ DE LA PATE À MODELER TECHNIQUE

La fabrication des LE PROTÈGE-DENTS PRÉVENTION ET PROTECTION FONCTIONNALITÉ DE LA PATE À MODELER TECHNIQUE LE PROTÈGE-DENTS PRÉVENTION ET PROTECTION FONCTIONNALITÉ DE LA PATE À MODELER Hugues BORY Maître artisan Diplômé en kinésiologie Maître conférencier Benoit GOBERT Prothésiste dentaire Diplômé en technique

Plus en détail

TERMINOLOGIE Orthodontique et Bucco-dentaire

TERMINOLOGIE Orthodontique et Bucco-dentaire Orthophonie 2 ème année TERMINOLOGIE Orthodontique et Bucco-dentaire Dr M. CROCQUET MCU-PH ODF Faculté d Odontologie Université de Lille 2 AVERTISSEMENT Une partie des images qui constituent ce document

Plus en détail

La dernière partie de

La dernière partie de ÉTUDE CINÉMATIQUE DE DEUX ARTICULATEURS ANATOMO- FONCTIONNELS 4 ÈME (ET DERNIERE) PARTIE : "L'ÉQUILIBRATION" Hugues BORY Maître artisan Diplômé en kinésiologie Maître conférencier Benoît GOBERT Prothésiste

Plus en détail

Dents de sagesse : quand les enlever?

Dents de sagesse : quand les enlever? 45èmes Journées de Formation Médicale M Continue Jeudi 13 septembre 2007 Dents de sagesse : quand les enlever? Florent Sury Service de Chirurgie Maxillo-faciale et Stomatologie Pr D.Goga,, Dr B. Hüttenberger

Plus en détail

mandibule atrophique :

mandibule atrophique : chirurgie/prothèse Réhabilitation d une mandibule atrophique : les nouvelles perspectives de l implantologie basale Antoine MONIN* Jean Claude MONIN** Henri COMBALUZIER*** La réhabilitation implanto-prothétique

Plus en détail

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale.

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Intérêt du mock up. en dentisterie esthétique. Esthétique. mock up en dentisterie. formation. Étude esthétique

Intérêt du mock up. en dentisterie esthétique. Esthétique. mock up en dentisterie. formation. Étude esthétique Esthétique mock up en dentisterie 1. Le visage de la patiente 2. Le sourire avant traitement. Les attentes de la patiente sont d avoir un sourire sans diastème, plus blanc, plus harmonieux. 1 2 Intérêt

Plus en détail

TESTEZ LA FLEXIBILITÉ ESTHÉTIQUE AVEC LES IMPLANTS STRAUMANN BONE LEVEL

TESTEZ LA FLEXIBILITÉ ESTHÉTIQUE AVEC LES IMPLANTS STRAUMANN BONE LEVEL TESTEZ LA FLEXIBILITÉ ESTHÉTIQUE AVEC LES IMPLANTS STRAUMANN BONE LEVEL LE RÔLE D UNE PARTIE SECONDAIRE DE CICATRISATION PERSONNALISÉE POUR LA GESTION DES TISSUS MOUS DANS LA ZONE ESTHÉTIQUE IMPLANTATION

Plus en détail

Plaquette 26_Mise en page 1 22/02/10 10:08 Page2

Plaquette 26_Mise en page 1 22/02/10 10:08 Page2 Plaquette 26_Mise en page 1 22/02/10 10:08 Page2 Plaquette 26_Mise en page 1 22/02/10 10:08 Page3 Implant FRACTAL Taux de succès sur une période de 1 à 3 ans Renaud PETITBOIS* Pierre MONSARRAT** Christian

Plus en détail

On peut affirmer que tout patient porteur de dysmorphies oro-faciales est également porteur de problèmes fonctionnels associés.

On peut affirmer que tout patient porteur de dysmorphies oro-faciales est également porteur de problèmes fonctionnels associés. Influences des problèmes fonctionnels dans les déformations liées à l orthopédie dento-faciale. Par le Dr. Daniel ROLLET, spécialiste qualifié en orthopédie dento-faciale à Pontarlier/France. Si l étiologie

Plus en détail

En prothèse amovible complète,

En prothèse amovible complète, Cainet Laoratoire Gestion des rapports intermaxillaires en prothèse amovile complète M. HELFER, JP. LOUIS Chirurgiens-dentistes G. VERMANDE Prothésiste dentaire Quels sont les préalales à l enregistrement

Plus en détail

des fentes labio-alvéolopalatines

des fentes labio-alvéolopalatines CLINIQUE FENTES LABIO-ALVÉOLOPALATINES Le rôle de l orthodontiste dans la prise en charge des fentes labio-alvéolopalatines (FLAPs) Docteur Brigitte Vi-Fane Docteur Pascal Garrec En collaboration avec

Plus en détail

Extraction-implantation-mise en fonction immédiate

Extraction-implantation-mise en fonction immédiate Extraction-implantation-mise en fonction immédiate Le Concept RPG : Régénération Prothétique Guidée Introduction L implantologie moderne ne peut dissocier le geste chirurgical de la réflexion prothétique.

Plus en détail

Guide de 2014 des tarifs des actes buccodentaires de l Alberta Praticiens généralistes et spécialistes

Guide de 2014 des tarifs des actes buccodentaires de l Alberta Praticiens généralistes et spécialistes Guide de 2014 des tarifs des actes buccodentaires de l Alberta Praticiens et Nota : Le tableau ci-dessous été élaboré par la Financière Manuvie, les renseignements sont fondés sur les résultats techniques

Plus en détail

Examen de la face et de la cavité buccale

Examen de la face et de la cavité buccale La face est la première séquence anatomique que toute personne malade présente au médecin. Cette «figure», qui transcrit si abruptement les émotions et souvent l angoisse du patient, représente une mine

Plus en détail

quotidienne : chirurgie implantologie sans greffe, ni membrane, ni biomatériaux Implantologie et réalité Introduction Long NGUYEN

quotidienne : chirurgie implantologie sans greffe, ni membrane, ni biomatériaux Implantologie et réalité Introduction Long NGUYEN Implantologie et réalité quotidienne : implantologie sans greffe, ni membrane, ni biomatériaux Long NGUYEN Introduction La demande en Implantologie est croissante, mais beaucoup de nos patients, souvent

Plus en détail

REFERENTIEL D AUTO EVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE

REFERENTIEL D AUTO EVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE REFERENTIEL D AUTO EVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE Dépistage orthodontique en denture temporaire et/ou en denture mixte, des anomalies fonctionnelles dentaires et occlusales Décembre 2004 I. PROMOTEURS

Plus en détail

Montage en position grâce au positionneur et aux Veracia SA

Montage en position grâce au positionneur et aux Veracia SA Adjointe Montage en position grâce au positionneur et aux Veracia SA 14 Tech. Dent. N 312-12/12 Adjointe Par Charles SAMIT «Prothésiste Dentaire 1 2 Bien connaitre l anatomie les muscles et leur fonctionnement

Plus en détail

Atlas PEEK. Cas Cliniques et Radiologiques de plus de 6 ans

Atlas PEEK. Cas Cliniques et Radiologiques de plus de 6 ans Atlas PEEK Cas Cliniques et Radiologiques de plus de 6 ans IsoSS -Société Savante Internationale pour la Promotion des Connaissances des Matériaux Implantables Isoélastiques en Chirurgie Endo-OSSeuse CAS

Plus en détail

Examen de la face et de la cavité buccale

Examen de la face et de la cavité buccale Examen de la face et de la cavité buccale Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Examen exobuccal...1 2 Examen endobuccal... 2 2. 1 Examen de la muqueuse...1 2.

Plus en détail

La posture, reflet des interférences d origine buccale

La posture, reflet des interférences d origine buccale Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2002, 45-4 101 La posture, reflet des interférences d origine buccale Thierry SANDRETTO * HISTORIQUE Des exemples anciens venant de l antiquité nous interpellent sur l influence

Plus en détail

PARFAITE SYNTHESE ENTRE FORME, ESTHÉTIQUE ET FONCTIONNALITÉ

PARFAITE SYNTHESE ENTRE FORME, ESTHÉTIQUE ET FONCTIONNALITÉ PARFAITE SYNTHESE ENTRE FORME, ESTHÉTIQUE ET FONCTIONNALITÉ TRADITION ET PROGRÈS Plus de 85 années d'expérience à votre service Depuis toujours Shofu se focalise sur l'innovation et la qualité. Fabricant

Plus en détail

Séries de Considérations Cliniques. Votre support pour traiter en toute confiance. Encombrement.

Séries de Considérations Cliniques. Votre support pour traiter en toute confiance. Encombrement. Séries de Considérations Cliniques. Votre support pour traiter en toute confiance. Encombrement. Le traitement de l encombrement avec les aligners Invisalign est plus prédictible si les dents antérieures

Plus en détail

Dr HAURET laurent. Cabinet de Radiologie Des Quinconces 7 Allées de Chartres Bordeaux

Dr HAURET laurent. Cabinet de Radiologie Des Quinconces 7 Allées de Chartres Bordeaux Dr HAURET laurent Cabinet de Radiologie Des Quinconces 7 Allées de Chartres Bordeaux Diarthrose bi-condylienne à ménisques Articulations jumelles formant une unité fonctionnelle. Travaillent de façon

Plus en détail

Traitements chirurgicoorthodontiques

Traitements chirurgicoorthodontiques 6 Chapitre Traitements chirurgicoorthodontiques Marie-José Boileau, Jean Casteigt, Laure Frapier, Pierre Canal PLAN DU CHAPITRE Indications des protocoles chirurgicoorthodontiques 208 Établissement de

Plus en détail

République algérienne démocratique et populaire CLASSIFICATION DES BRIDGES ET PRINCIPES BIOMECANIQUES

République algérienne démocratique et populaire CLASSIFICATION DES BRIDGES ET PRINCIPES BIOMECANIQUES République algérienne démocratique et populaire Faculté de médecine ANNABA. Département de chirurgie dentaire Module de prothèse CLASSIFICATION DES BRIDGES ET PRINCIPES BIOMECANIQUES préparé par : DR HAMLAOUI

Plus en détail

L ENTORSE DE CHEVILLE AU SERVICE D URGENCES 5ème Conférence de Consensus de la SFUM

L ENTORSE DE CHEVILLE AU SERVICE D URGENCES 5ème Conférence de Consensus de la SFUM L ENTORSE DE CHEVILLE AU SERVICE D URGENCES 5ème Conférence de Consensus de la SFUM V e conférence de consensus en médecine d urgence de la Société Francophone d Urgences Médicales Roanne, 28 avril 1995

Plus en détail

Les implants. Lorsque l on demande à un patient ce qu il n aime pas dans son sourire, il répond bien souvent : «il me manque des dents».

Les implants. Lorsque l on demande à un patient ce qu il n aime pas dans son sourire, il répond bien souvent : «il me manque des dents». Les implants Problèmes liés aux dents manquantes : Lorsque l on demande à un patient ce qu il n aime pas dans son sourire, il répond bien souvent : «il me manque des dents». Les dents qui sont manquantes

Plus en détail

Concours d Internat et de Résidanat

Concours d Internat et de Résidanat Concours d Internat et de Résidanat Ce programme a pour but d aider à la préparation des concours d internat et de résidanat. Il ne constitue en aucun cas un répertoire de «questions d examen» mais une

Plus en détail

UNE SOLUTION DURABLE ET EFFICACE!

UNE SOLUTION DURABLE ET EFFICACE! UNE SOLUTION DURABLE ET EFFICACE! TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... LA SUSCEPTIBILITÉ... LA MALADIE PARODONTALE... L ATTRITION DENTAIRE... L ÉROSION DENTAIRE... LA CARIE DENTAIRE... LE SOURIRE... STRUCTURE

Plus en détail

Modules optionnels. Passer à l acte en implantologie

Modules optionnels. Passer à l acte en implantologie Passer à l acte en implantologie Modules optionnels est un cycle de formation basé sur des travaux pratiques de chirurgie implantaire, permettant de confirmer les acquis théoriques. À l issue du cursus,

Plus en détail

Echos techniques E U IQ T A R P T E e d o h t é M 32

Echos techniques E U IQ T A R P T E e d o h t é M 32 Méthode ET PRATIQUE Echos techniques 32 La CFAO au service de la chirurgie prothétiquement guidée Cas réalisé par le laboratoire Dental Concept Méditerranée, M. Bernard Zarb et le Dr Sébastien Melloul

Plus en détail

PAN CEPH 3D. Panoramiques numériques 2D-3D

PAN CEPH 3D. Panoramiques numériques 2D-3D PAN CEPH 3D Panoramiques numériques 2D-3D PANORAMIQUE CÉPHALOMÉTRIQUE IMAGERIE 3D CONE BEAM I-MAX TOUCH L imagerie panoramique tactile et naturellement intuitive Privilégiez la simplicité de fonctionnement

Plus en détail

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09)

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09) Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09). PSYCHOLOGIE CLINIQUE : définition de base o Nature du domaine professionnel : la psychologie clinique est une discipline se souciant du bien-être

Plus en détail

UN ATTACHEMENT de PRECISION ORIGINAL Le MK1 A propos de 2 cas cliniques

UN ATTACHEMENT de PRECISION ORIGINAL Le MK1 A propos de 2 cas cliniques UN ATTACHEMENT de PRECISION ORIGINAL Le MK1 A propos de 2 cas cliniques Dr. W. Jarrouche 1 - Dr. E. Daou 2 INTRODUCTION Les attachements apparus dès le début de ce siècle sont des dispositifs mécaniques

Plus en détail

Orthodontie et enfants malades

Orthodontie et enfants malades Orthodontie et enfants malades Atelier Presse du jeudi 25 septembre 2008 Avec la participation des docteurs Brigitte Vi-Fane et Jean-Baptiste Kerbrat Contact presse : BV CONSEiL Santé Alexandra Dufrien

Plus en détail

Diplôme Universitaire d Implantologie Franco-Canadien (DUIFC) Niveau avancé REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES

Diplôme Universitaire d Implantologie Franco-Canadien (DUIFC) Niveau avancé REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES Diplôme Universitaire d Implantologie Franco-Canadien (DUIFC) Niveau avancé REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES Vu la loi 84-52 du 26 janvier 1984 sur l enseignement supérieur ; Vu le décret n 84-573

Plus en détail

Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale

Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale 2014 1 Table des matières Introduction... 3 1. Epidémiologie... 3 2. Aspects cliniques...

Plus en détail

ÉTUDE DESCRIPTIVE DE L ÉTAT BUCCO-DENTAIRE D UN ÉCHANTILLON DE LA POPULATION MAROCAINE

ÉTUDE DESCRIPTIVE DE L ÉTAT BUCCO-DENTAIRE D UN ÉCHANTILLON DE LA POPULATION MAROCAINE ÉTUDE DESCRIPTIVE DE L ÉTAT BUCCO-DENTAIRE D UN ÉCHANTILLON DE LA POPULATION MAROCAINE F. ZAOUI*, S. HAMDANI, M.J. BELHAD, J.L. MIQUEL Introduction L évaluation de l état de santé bucco-dentaire d une

Plus en détail

FICHE D EVALUATION COMMENTEE

FICHE D EVALUATION COMMENTEE FICHE D EVALUATION COMMENTEE EXAMEN RADIOGRAPHIQUE Prescrire : Veuillez pratiquer les radiographies suivantes, accompagnées d un compte-rendu - Une Panoramique dentaire ( Orthopantomogramme) avec ATMs

Plus en détail

L OCCLUSION revue. Prix Racine. Actualité. Admissible au

L OCCLUSION revue. Prix Racine. Actualité. Admissible au Admissible au Prix Racine L OCCLUSION revue Par Josée Doucet, HD, avec la collaboration du Dr Alain Aubé, dentiste généraliste à Montréal et directeur de C.E.O.M. L occlusion et les maladies occlusales

Plus en détail

POSE D UNE PROTHESE AMOVIBLE DEFINITIVE

POSE D UNE PROTHESE AMOVIBLE DEFINITIVE POSE D UNE PROTHESE AMOVIBLE DEFINITIVE A CHASSIS METALLIQUE Classement CCAM : 07.02.03.03 Codes : HBLD026 HBLD027 HBLD029 Avril 2006 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France

Plus en détail

Livret d information aux patients La Chirurgie Orthognatique

Livret d information aux patients La Chirurgie Orthognatique Livret d information aux patients La Chirurgie Orthognatique 2 Sommaire Dans ce livret d information à destination des patients, vous pourrez trouver les réponses aux questions que vous vous posez à propos

Plus en détail

Formulaire pour médecine dentaire Prestations complémentaires AVS/AI Examens, diagnostic, planification, devis

Formulaire pour médecine dentaire Prestations complémentaires AVS/AI Examens, diagnostic, planification, devis V S Ausgleichskasse des Kantons Bern Caisse de compensation du canton de Berne www.akbern.ch Chutzenstrasse 10 3007 Bern Formulaire pour médecine dentaire Prestations complémentaires AVS/AI Examens, diagnostic,

Plus en détail

ARTICLE ALPHA OMEGA NEWS Spécial ADF 2004

ARTICLE ALPHA OMEGA NEWS Spécial ADF 2004 ARTICLE ALPHA OMEGA NEWS Spécial ADF 2004 Vie des chapitres : Nice Côte d Azur Compte-rendu par Yves TOLILA, Conférence du Dr Déborah TIGRID, le 13 septembre 2004: Une salle surchauffée ( aux deux sens

Plus en détail

Programme de 5 ème ANNEE. Médecine Dentaire

Programme de 5 ème ANNEE. Médecine Dentaire Programme de 5 ème ANNEE Médecine Dentaire Matière Volume horaire théorique Volume horaire Travaux cliniques Volume horaire TD/TP coefficient Mode d enseignement annuel/semestriel ODONTOLOGIE CONSERVATRICE/

Plus en détail

PROTHESE FIXEE : RELATION CABINET DENTAIRE-LABORATOIRE DE PROTHESE

PROTHESE FIXEE : RELATION CABINET DENTAIRE-LABORATOIRE DE PROTHESE UNIVERSITE DE NANTES UNITE DE FORMATION ET DE RECHERCHE D'ODONTOLOGIE -------- Année : 2013 N 054 PROTHESE FIXEE : RELATION CABINET DENTAIRE-LABORATOIRE DE PROTHESE THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR

Plus en détail

RÔLE DE LA PREVENTION EN ORTHODONTIE Atelier Presse du jeudi 20 mars Avec la participation du Dr Jacqueline Kolf

RÔLE DE LA PREVENTION EN ORTHODONTIE Atelier Presse du jeudi 20 mars Avec la participation du Dr Jacqueline Kolf RÔLE DE LA PREVENTION EN ORTHODONTIE Atelier Presse du jeudi 20 mars Avec la participation du Dr Jacqueline Kolf Contact presse : BV CONSEiL Santé Emmanuelle Klein - Olivier Bordy Tél : 01 42 68 83 40

Plus en détail

Un patient qui a du mal à ouvrir la

Un patient qui a du mal à ouvrir la Images c l i n i q u e s Prise en charge d urgence de l ouverture buccale limitée Sophie Desmons, DDS; Pierre-Antoine Luere, DDS; François Graux, DDS; Mounir Atassi, DDS; Pierre-Hubert Dupas, DDS, PhD

Plus en détail

Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D)

Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D) Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D) Thinking ahead. Focused on life. Veraviewepocs 3De Le générateur à Rayons X pour tous vos besoins

Plus en détail

La beauté d un sourire en santé. Découvrez les options de dentisterie conçues pour restaurer votre sourire naturel.

La beauté d un sourire en santé. Découvrez les options de dentisterie conçues pour restaurer votre sourire naturel. La beauté d un sourire en santé Découvrez les options de dentisterie conçues pour restaurer votre sourire naturel. Pourquoi se préoccuper de la perte de dents? Lorsqu on s imagine perdre nos dents, la

Plus en détail

DIPLÔME UNIVERSITAIRE DE DENTISTERIE ESTHÉTIQUE

DIPLÔME UNIVERSITAIRE DE DENTISTERIE ESTHÉTIQUE UNIVERSITAT DE LES VALLS FACULTÉ DE MÉDECINE DENTAIRE PRINCIPAUTÉ D'ANDORRE DIPLÔME UNIVERSITAIRE DE DENTISTERIE ESTHÉTIQUE Les diplômes de l Universitat de les Valls sont reconnus par l Union Européenne

Plus en détail

Restaurez la qualité de vie de vos patients. Solutions pour l édentement complet

Restaurez la qualité de vie de vos patients. Solutions pour l édentement complet Restaurez la qualité de vie de vos patients. Solutions pour l édentement complet 2 Solutions pour l édentement complet «Je voulais simplement retrouver mon sourire et j ai vraiment l impression de l avoir

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

- TD de pathologie et chirurgie buccale -

- TD de pathologie et chirurgie buccale - - TD de pathologie et chirurgie buccale - Définitions : Radiographie: C est l image photographique d un objet obtenu par l emploi de rayon X. Elle donne des renseignements sur les structures internes «invisibles»

Plus en détail

CONSEQUENCES OCCLUSO-ARTICULAIRES DES CONSULTATIONS TARDIVES

CONSEQUENCES OCCLUSO-ARTICULAIRES DES CONSULTATIONS TARDIVES CONSEQUENCES OCCLUSO-ARTICULAIRES DES CONSULTATIONS TARDIVES N DINDIN G.B 1, LEVADOUX A.M 2, N DINDIN A.C 3, BITTY M.J. 4 INTRODUCTION Lorsque les patients consultent tardivement, les conséquences occluso-articulaires

Plus en détail

Depuis le début de l utilisation des appareils fixés, l ancrage dentaire

Depuis le début de l utilisation des appareils fixés, l ancrage dentaire 10 - CAS DE TRANSPOSITION DENTAIRE DDr Étienne LABASSY Depuis le début de l utilisation des appareils fixés, l ancrage dentaire a toujours été crucial. Classiquement on évoque les principes d ancrage différentiel

Plus en détail

LES TROUBLES DE L ERUPTION

LES TROUBLES DE L ERUPTION LES TROUBLES DE L ERUPTION On peut distinguer les accidents d éruption (survenant au cours de l éruption physiologique ou pathologique), les éruptions précoces et les retards d éruption. 1. ACCIDENTS D

Plus en détail

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic.

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic. LE CONFLIT SOUS ACROMIAL a) Fonction Lors des mouvements du membre supérieur, les tendons de la coiffe des rotateurs passent sous un élément osseux et ligamentaire (arche) composé de la face inférieure

Plus en détail

CYCLE LONG DE FORMATION en DENTISTERIE ADHESIVE ET ESTHETIQUE (Génération Implant, Nice)

CYCLE LONG DE FORMATION en DENTISTERIE ADHESIVE ET ESTHETIQUE (Génération Implant, Nice) CYCLE LONG DE FORMATION en DENTISTERIE ADHESIVE ET ESTHETIQUE (Génération Implant, Nice) SESSION 1 (2 jours) : Adhésion, Blanchiments et Bases de l Esthétique Dentaire 1. Les techniques d éclaircissement

Plus en détail

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL PROTHESE DENTAIRE

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL PROTHESE DENTAIRE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL PROTHESE DENTAIRE Session 2014 EPREUVE E2 EPREUVE TECHNOLOGIQUE SOUS-EPREUVE E21 TECHNOLOGIE PROFESSIONNELLE ET DESSIN MORPHOLOGIQUE Durée : 5 heures Coefficient : 4 Le sujet

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Restaurations définitives pour un nouveau sourire

Restaurations définitives pour un nouveau sourire I cosmetic _ reconstruction complète de la bouche Restaurations définitives pour un nouveau sourire Auteur _ Dr Cyril Gaillard, France Fig. 1a Fig. 1b Fig. 1c Fig. 1d Fig. 1a_Sourire initial de la patiente

Plus en détail

7 AS ODONTOLOGIA. 7 AS Odontologia. Les crêtes hypertrophiques en prothèse complète amovible. Réunion du 2103/07

7 AS ODONTOLOGIA. 7 AS Odontologia. Les crêtes hypertrophiques en prothèse complète amovible. Réunion du 2103/07 7 AS ODONTOLOGIA La 5e réunion du 7AS s est déroulée le 21 Mars 2007 au club de Golf. Nouvelles conférences, nouveau thème. Cette fois-ci, c est la gestion des tissus mous. C est aussi un nouveau lieu,

Plus en détail