La dimensionverticale d'occlusion en prothèse fixée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La dimensionverticale d'occlusion en prothèse fixée"

Transcription

1 La dimensionverticale d'occlusion en prothèse fixée Les cahiers de prothèse N du 01/12/2002 Auteur(s) : Jean-Daniel Orthlieb, Docteur en chirurgie dentaire Michel Rebibo Docteur en chirurgie dentaire Bernard Mantout Docteur en chirurgie dentaireunité d'occlusodontologiefaculté d'odontologie de Marseille27, boulevard Jean- Moulin13385 Marseille Cedex 5 Rubrique : Occlusodontie Sous-titre : Critères de décision Lors d'une reconstruction prothétique de grande étendue, le choix de la dimensionverticale d'occlusion (DVO) est souvent évoqué comme la question centrale, le problème essentiel. Paradoxalement, de nombreux arguments sont fréquemment avancés pour justifier des modifications de la DVO aussi bien dans le sens de l'augmentation que de la diminution : des raisons mécaniques (rétention, espace prothétique, bras de levier corono-radiculaire), esthétiques (profil, rides), neuromusculaires (posture de repos, puissance musculaire) et même articulaire (décompression). Gaspard, en 1985, concluait : «Il n'existe pas de méthode précise et reproductible pour déterminer la DVO» [ 1 ]. Palla, en 1995, après une revue de littérature approfondie, confirme : «Malheureusement, en dépit de nos connaissances sur les mécanismes qui régissent les différentes dimensions verticales et l'espace libre, leurs déterminations demeurent un processus clinique essentiellement basé sur l'expérience clinique du praticien» [ 2 ]. À l'époque de la dentisterie par la preuve, et malgré 50 ans de publications sur le sujet, ces conclusions placent toujours le praticien face à des choix plus ou moins hasardeux fondés sur l'expérience clinique. Dans ces conditions, comment vérifier que la DVO envisagée sera en harmonie avec tous les déterminants anatomiques, neurophysiologiques? Quels sont les critères objectifs qui permettraient de décider d'augmenter ou de diminuer la DVO? Il est raisonnable de penser qu'il existe un espace optimal pour situer la DVO et non pas un seul point miraculeux [ 3 ] ; l'espace libre, et la DVR qui en résulte, correspondant à un phénomène d'adaptation neuromusculaire [ 4 ]. Cet espace d'adaptation du niveau vertical de fermeture est défini par une limite supérieure, une limite inférieure et une amplitude, qui reste à définir en fonction du potentiel d'adaptation neuromusculaire de chacun et de paramètres mécaniques à évaluer. Après avoir cherché à identifier des critères pertinents, des repères insuffisants et des croyances infondées, cet article a pour but de proposer une méthode de réflexion confrontant les déterminants en cause et aboutissant à une décision de conservation, ou de modification quantifiée de la DVO (dans le sens de la diminution ou de l'augmentation). Définitions [ 5 ] DVO (dimensionverticale d'occlusion) : hauteur de l'étage inférieur de la face mesurée entre 2 repères (par exemple : point sous-nasal et gnathion) lorsque les arcades sont en occlusion d'intercuspidie maximale (OIM). DVR (dimensionverticale de repos) : hauteur de l'étage inférieur de la face mesurée entre 2 repères, lorsque la mandibule est en posture de repos ou posture d'inocclusion physiologique. ELI (espace libre d'inocclusion) : distance entre les surfaces occlusales maxillaires et mandibulaires quand la mandibule est en position de repos. C'est la différence entre la DVO et la DVR. Idées fausses La DVO ne pourrait pas être augmentée. «Conserver la DVO correspondant à l'intercuspidation maximale et ne pas surélever l'articulé» [ 6 ]. La conviction qu'une augmentation de la dimensionverticale provoque des troubles de l'appareil manducateur dérive de l'hypothèse suivante : une surélévation induit une augmentation du tonus musculaire des muscles élévateurs avec une possible apparition de douleurs musculaires, une augmentation de la mobilité dentaire, et finalement l'ingression de celles-ci. Cette ingression générerait une diminution de la DVO et un retour à sa valeur initiale. Palla [ 2 ] remarque que cette dernière hypothèse, très répandue, n'a pas été confirmée, au contraire : - un certain degré de récidive survient effectivement après une surélévation occlusale, mais il n'est pas constant, et la DVO ne revient pas à la valeur initiale quand (par exemple, en chirurgie orthognathique ou dans les expérimentations animales) celle-ci est augmentée en une fois de plusieurs millimètres ; - ce degré de récidive, dû aussi bien à un remodelage osseux qu'à une ingression des dents, ne peut être uniquement corrélé à un degré d'augmentation et survient surtout dans les premiers mois ; - une augmentation de la DVO ne semble pas perturber la fonction masticatoire, il a même été montré que l'augmentation de la DVO entraîne dans la majorité des cas une relaxation des élévateurs [ 7 ], ce qui est cliniquement constaté de manière quotidienne avec le port des gouttières occlusales. Si la typologie squelettique hyperdivergente constitue un frein à l'augmentation, la compétence labiale pourrait en représenter une limite, et comment ne pas lier cette ingression également à un facteur comportemental (crispation, bruxisme) non contrôlé. Page 1 sur 26

2 La DVO ne pourrait pas être diminuée ou la confusion entre perte de DVO et perte de calage postérieur. Sur le thème de la diminution de la DVO, des opinions aussi opposées que souvent peu justifiées sont rencontrées : «Tout meulage des cuspides d'appui entraîne fatalement une réduction de la DVO. Opérer ainsi, c'est tenter le diable, c'est-à-dire ouvrir la porte au SADAM» [ 1 ]. «Peu de cas justifient une diminution de la DVO» [ 8 ]. «Il n'y a pas de problème apparent associé à la diminution de la DVO» [ 6 ]. Cette dernière opinion semble confirmée par le travail de Magnusson [ 9 ]. Si dans le passé, on a souvent entretenu l'idée selon laquelle les troubles temporo-mandibulaires seraient corrélés à la perte de DVO, c'est vrai-semblablement en raison de la fréquente confusion entre perte de DVO et perte de calage postérieur [ 10 ]. Valentin et Martineau [ 11 ] remarquent que la DVO correspond à la limite de la rotation d'élévation mandibulaire, ce qui signifie que les variations de la DVO s'effectuent autour de l'axe de rotation bicondylien définissant un angle de rotation. Il est ainsi aberrant de parler de dimensionverticale postérieure et de dimensionverticale antérieure. Il existe une dimensionverticale unique pour l'ensemble du corps mandibulaire, dont les variations s'évaluent en termes de rotation angulaire autour de l'axe bicondylien (rotation antérieure). La perte de calage postérieur correspond au contraire à une rotation mandibulaire postérieure autour d'un point de rotation dentaire, cette situation peut être critique pour l'articulation temporo-mandibulaire (ATM) [ 12 ] ( fig. 1 et 2 ). Abrasion dentaire signifierait perte de DVO. Depuis Niswonger, en 1938 [ 13 ], nous devrions savoir que la présence de dents abrasées ne signifie pas que la DVO est systématiquement diminuée. Une égression compensatrice, en particulier dans le secteur antérieur, est très fréquemment observée. La présence de migration dentaire antérieure, avec ouverture de diastèmes, associée à une perte de calage postérieur semblent être un tableau clinique plus évident [ 14 ] ( fig. 3 ). Posture de repos et espace libre seraient des référentiels cliniques stables. Rivera-Morales et Mohl [ 3 ], Rugh et Drago [ 7 ], parmi de nombreux autres auteurs, font état de l'absence de reproductibilité des évaluations de la DVR (clinique ou électromyographique), de la grande variabilité de l'espace libre et de son adaptabilité aux variations de la DVO. À partir d'une hypothétique mesure clinique de l'espace libre, sur quelle base pourrait-on évaluer une DVO? Les tests phonétiques constituent des référentiels cliniques stables. Bien que Silverman [ 15 ] considérait l'espace phonétique vertical minimal comme immuable, l'expérience clinique constate qu'il existe une très grande capacité d'adaptation dans ce domaine. L'utilisation de «sifflantes» (sibilants) ou sons en «S» serait la méthode la plus fiable à condition que le patient ait porté la prothèse environ 1 semaine (au moins 1 jour). Si après 4 semaines, le patient éprouve des difficultés phonétiques, une équilibration est indiquée en plaçant un marqueur sur les dents maxillaires en faisant prononcer par le patient : «66» [ 16 ], ou des sibilantes (S, Che, Z et F) [ 17 ]. Le tout n'a de sens qu'à condition que l'agencement dentaire antérieur ne soit pas en cause! Ainsi, ces tests phonétiques ne constituent qu'un moyen de contrôle a posteriori, c'est-à-dire après la mise en place d'éléments dentaires provisoires véritablement fonctionnels. Les variations de DVO ont des conséquences sur l'atm. La stricte variation de la DVO provoque une rotation mandibulaire autour de l'axe charnière. Ce mouvement de rotation condylienne est, d'une part, parfaitement physiologique et, d'autre part, très limité en quantité de déplacement des structures articulaires. Une surélévation verticale de 1 mm au niveau incisif provoque une rotation condylienne d'environ 1, ce qui ne correspond approximativement qu'à un déplacement de l'interface condylo-discale de 0,1 mm. Donc, avec des ATM saines, l'augmentation ou la diminution de la DVO n'entraînera pas de contraintes articulaires. Ce n'est que dans le cas d'atteinte arthrosique marquée de l'atm (aplatissement condylien) qu'une variation importante de la DVO (supérieure à 2 mm au niveau incisif) pourrait provoquer une situation de contrainte au niveau de l'atm [ 18 ] ( fig. 4 ). Vraisemblablement, il existe un large espace d'adaptation à des variations de la DVO en sachant que cette variation : - est strictement en rotation autour de l'axe charnière ; - n'exagère pas une typologie verticale (hypo-ou hyperdivergence) déjà hors norme ; - conserve la compétence labiale ; et que l'on évitera les variations importantes en présence d'atm arthrosique et chez les patients ayant une faible adaptation neuro-musculo-articulaire. Page 2 sur 26

3 Critères de décision La présence d'un espace interocclusal en posture de repos et l'absence de contacts entre les arcades dentaires durant la phonation sont des objectifs de la DVO thérapeutique. Ils semblent qu'ils sont généralement acquis par la simple adaptation spontanée du patient. Ces aspects musculaires paraissent trop variables pour constituer des références fiables, les éléments objectivement appréciables qui influenceront la décision sont donc les suivants : - esthétique et hauteurs faciales ; - typologie squelettique et morphologie mandibulaire ; - recouvrement, surplomb ; - hauteur prothétique ; - ATM et coordination neuromusculaire. Esthétique et hauteurs faciales La DVO thérapeutique vise un aspect harmonieux du visage par une apparence agréable de l'étage inférieur de ce dernier en occlusion. En dehors de l'appréciation visuelle subjective, des mesures anthropométriques à partir de photographies permettent une quantification et une comparaison par rapport à des documents antérieurs. Ravon [ 19 ], à la suite de Mc Gee [ 20 ], recherche la mesure de la hauteur inférieure de la face à partir de corrélation par rapport aux distances, nasiongnation, ligne bipupillaire-fente labiale, distance interpupillaire. Cette évaluation permet d'avoir une valeur approchée de la DVO qui paraît plus valide que les analyses proportionnelles trop variables comme le rapport de Wylie entre étage moyen et étage inférieur du visage [ 21 ]. Typologie squelettique et morphologie mandibulaire Les analyses céphalométriques conventionnelles identifient le type squelettique vertical du patient (normal, hyper-ou hypodivergent) et le type squelettique sagittal (classes I, II ou III). Il semble logique que la DVO thérapeutique générée par le traitement n'aggrave pas une éventuelle hyper-ou hypodivergence, mais tende plutôt à la corriger [ 22 ]. Une augmentation de la DVO aggravera une classe II squelettique et compensera une classe III squelettique. À l'inverse, une diminution de la DVO aggravera une classe III squelettique et compensera une classe II squelettique. Par ailleurs, une étude statistique portant sur 450 téléradiographies montre des corrélations entre la hauteur de l'étage inférieur de la face (DVO) et la morphologie mandibulaire mesurée par l'angle goniaque et l'arc mandibulaire. À partir de la mesure de ces angles, une table permet de proposer une DVO en harmonie avec les structures osseuses [ 23 ]. Le travail d'edwards et al. montre également la trop grande variabilité générée par l'utilisation comme référence de la simple valeur angulaire moyenne de l'angle ENA-Xi-pm [ 24 ] ( fig. 5 ). Surplomb et recouvrement Le recouvrement incisif est en moyenne de 3 à 4 mm et le surplomb moyen est de 2 à 3 mm dans la population actuelle [ 14 ]. L'obtention ou le maintien de contact antérieur fonctionnel représentent un des objectifs principaux des traitements prothétiques. Les variations de la DVO influençant directement les relations antérieures, ce sont, le plus souvent, les objectifs antérieurs qui domineront les choix concernant la DVO. Une augmentation de la DVO entraînant une diminution du recouvrement incisif et une augmentation du surplomb, il est possible d'augmenter la DVO face à un excès de recouvrement ou à une insuffisance de surplomb. A contrario, une diminution de la DVO entraînant une augmentation du recouvrement incisif et une diminution du surplomb, il est possible de diminuer la DVO face à un excès de surplomb ou à une insuffisance de recouvrement. Hauteur prothétique La rétention est un facteur mécanique influençant directement le pronostic des restaurations fixées. Elle constitue donc un impératif majeur. On peut considérer que la hauteur coronaire des préparations pour coiffe à recouvrement complet doit être supérieure à 5 mm. À l'inverse, la hauteur coronaire ne doit pas être supérieure à la hauteur de l'ancrage radiculaire. Il est important de noter que si la DVO influence directement la hauteur prothétique, l'organisation curviligne des courbes d'occlusion doit répartir cette hauteur harmonieusement entre hauteur maxillaire et hauteur mandibulaire. Enfin, une fois DVO et plan d'occlusion établis, la hauteur prothétique peut être souvent augmentée aux dépens du parodonte par élongation coronaire chirurgicale. Le choix s'établit entre hauteur de rétention suffisante et rapport couronne/racine favorable. Pour faciliter l'analyse, on discerne la hauteur prothétique postérieure et la hauteur prothétique antérieure. La tige incisive graduée de l'articulateur permet la nécessaire évaluation quantitative en tenant compte des variations proportionnelles liées à la variation angulaire de la mandibule. Ce calcul est permis globalement par la règle des tiers ou par calcul trigonométrique ( tabl. I, fig. 6 ). ATM et coordination neuromusculaire Un examen clinique attentif (palpation intra-auriculaire montrant des difficultés de rotation, auscultation de crépitations), associé à une anamnèse caractéristique (historique de traumatismes, d'anciens claquements ayant disparu) et à Page 3 sur 26

4 l'observation d'un simple cliché panoramique (aplatissement condylien) permettent le plus souvent de discerner une ATM saine d'une ATM présentant des phénomènes arthrosiques avancés. Dans ce dernier cas, il est indiqué d'éviter une importante variation de DVO de même que chez des patients suspectés de présenter un faible potentiel d'adaptation neuromusculaire (comme le patient âgé, par exemple). Dans un cadre physiologique, nous aurons un feu vert musculoarticulaire aux changements de DVO. Rationnel de décision Le praticien peut jouer dans un espace d'adaptation en fonction des impératifs biologiques, mécaniques ou esthétiques spécifiques du cas clinique. L'étude sur articulateur est irremplaçable pour apprécier directement l'influence des variations de DVO sur les hauteurs prothétiques antérieure et postérieure, sur les relations antérieures (surplomb, recouvrement). Un rationnel de décision peut être proposé en quatre étapes : - une première étape vérifie le feu vert musculo-articulaire ; - dans une seconde étape, l'importance de l'obtention ou le maintien de contacts antérieurs en OIM donne un rôle principal aux notions de surplomb et de recouvrement antérieurs ; - ensuite, les hauteurs prothétiques antérieures et postérieures sont évaluées compte tenu des impératifs mécaniques coronaires ou radiculaires ; - dans une dernière étape, les répercussions sur l'esthétique et l'influence de la typologie squelettique, la morphologie mandibulaire sont prises en compte. La fiche proposée, intéressant deux cas cliniques, permet de situer la variation de DVO thérapeutique à envisager en fonction de chaque critère. L'implication sur la DVO est quantifiée en millimètres au niveau des incisives. Une table de calcul propose, pour une même variation angulaire de DVO, les correspondances en millimètres au niveau des incisives et de la tige incisive de l'articulateur (pour un individu de taille moyenne). Cas cliniques Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVO o Motifs de consultation : hyper-sensibilités dentaires antérieures, demande de traitement prothétique et esthétique. o Anamnèse : céphalées frontales, sinusites, syndrome d'apnée obstructive du sommeil (SAOS) traité par orthèse de propulsion et d'abaissement mandibulaire (OPAM). o Examen clinique : ventilation buccale, cinématique condylienne normale, ATM silencieuses, absence de décalage clinique ORC-OIM, inocclusion incisive, étage inférieur du visage allongé, édentements intercalaires maxillaires postérieurs, nombreuses pertes de substance cervicales. Une restauration prothétique maxillaire étendue est indiquée. Le faible surplomb incisif est en faveur d'une augmentation de la DVO, les autres critères sont en faveur d'une diminution de DVO. La synthèse des critères conduit à choisir une diminution de 2 mm. La fermeture de l'angle de guidage par diminution du surplombsera compensée par une inclinaison vestibulaire des incisives maxillaires. La diminution de 2 mm fait passer le recouvrement incisif de - 1 à + 1 mm, puis l'abaissement prothétique du bord libre des incisives maxillaires de 2 mm donnera alors 3 mm de recouvrement. Malgré la hauteur coronaire déjà importante, cet allongement est rendu possible par la posture labiale au repos et par le faible découvrement dentaire lors du sourire ( fig. 7a, 7b, 7c, 8, 9, 10a, 10b, 11a, 11b, 12 et 13 ). Cette diminution de la DVO s'inscrit dans les 8 critères occlusaux de reconstruction (OCTA) présentés dans le tableau II [ 25 ]. Cas n 2 (patient de 58 ans) : augmentation de la DVO o Motifs de consultation : céphalées temporales, tensions massétérines, hypersensibilités dentaires généralisées, Page 4 sur 26

5 acouphènes de type sifflement plus marqués à droite, demande de traitement prothétique et esthétique. o Anamnèse : hernie hiatale, reflux, lombalgie. o Examen clinique : hypertrophie massétérine, cinématique condylienne normale, ATM silencieuses, absence de décalage clinique ORC-OIM, absence d'interférences, fonction groupe généralisée, étage inférieur du visage bas, nombreuses pertes de substance dentaires par érosions-abrasion combinées. Une restauration prothétique étendue est indiquée associée à une prise en charge des parafonctions par rééducation comportementale et à un contrôle du reflux gastrique. L'absence de recouvrement est en faveur d'une diminution. Les autres critères sont en faveur d'une augmentation de DVO, souvent forte. La synthèse conduit à choisir une augmentation de 2 mm. Cette légère augmentation de DVO ouvre le surplomb. Un recouvrement supérieur à 3 mm peut être obtenu par simple allongement prothétique de la hauteur coronaire des antéro-maxillaires par abaissement de la position du bord libre ( fig. 14, 15, 16, 17, 18a, 18b, 18c et 19 ). Cette augmentation de la DVO s'inscrit dans les 8 critères de reconstruction (OCTA) présentés dans le tableau III. Conclusions On peut jouer avec la DVO à condition de connaître les règles du jeu, c'est-à-dire profiter des potentialités d'adaptation quand elles existent, optimiser les relations occlusales antérieures, les aspects mécaniques de rétention et le rapport couronne/ racine, compenser légèrement les typologies squelettiques et favoriser l'esthétique. C'est en combinant ces différents critères que le meilleur compromis définit la DVO thérapeutique à envisager. La mise en place de ce projet au travers d'une restauration provisoire permet de le valider, en particulier par rapport à la réponse musculaire. Notre expérience clinique nous incite à réaliser les variations de DVO en une seule étape ; une approche progressive ne semble pas modifier le pronostic et complique lourdement les protocoles. La recherche clinique d'une position de confort par approche successive ne représente, en aucun cas, une justification physiologique d'un bon équilibre vertical, mais signe beaucoup plus une harmonie des fonctions occlusales de centrage, de calage et de guidage. Inversement, un inconfort ne signifie pas problème vertical, mais problème occlusal, le plus souvent, de déviation mandibulaire ou d'asymétrie de calage ou de guidage. bibliographie 1 Gaspard M. Troubles de l'occlusion dentaire et SADAM. Collection du chirurgien-dentiste. Sèvres : Procodif, Palla S. La dimensionverticale : les connaissances et les incertitudes. In : La dimensionverticale : mythes et limites. Paris : Collège national d'occlusodontologie, 1995: Rivera-Morales WC, Mohl ND. Relationship of occlusal vertical dimension to the health of the masticatory system. J Prosthet Dent 1991;65: Lee RL. Anterior guidance. In : Lundeen HC, Gibbs CH, eds. Advances in occlusion. Boston : J Wright, 1982: Collège national d'occlusodontologie (CNO). Occlusodontologie : lexique. Paris : Quintessence International, 2001:55. 6 Dawson PE. Les problèmes de l'occlusion. Évaluation, diagnostic et traitement. Paris : Julien Prélat, Rugh JD, Drago CJ. Vertical dimension : a study of clinical rest position and jaw muscle activity. J Prosthet Dent 1981;45: McHorris WH. Ajustement occlusal par meulage sélectif (I). Rev Int Parodont Dentist Restaur 1985;5: Magnusson T. Signs and symptoms of mandibular dysfunction in complete denture wearers five years after receiving new dentures. Cranio 1985;3: Orthlieb J-D, Laplanche O, Preckel EB. La fonction occlusale et ses dysfonctionnements. Réalités cliniques 1996;7: Valentin C, Martineau C. La consultation en odontologie. Paris : SNPMD, Tallents RH, Macher DJ, Kyrkanides S, Katzberg RW, Moss ME. Prevalence of missing posterior teeth and intra-articular temporomandibular disorders. J Prosthet Dent 2002;87: Niswonger ME. Obtaining the vertical relation in edentulous cases that existed prior to extraction. J Am Dent Asssoc 1938;25: Okeson JP. Management of temporomandibular disorders and occlusion. St Louis : Mosby, 1998: Silverman M. Occlusion in prosthodontics and in the natural dentition. Washington : Mutual Publishing Company, Spear FM. Occlusal consideration for complex restorative therapy. In : Mc Neill C, ed. Science and practice of occlusion. Chicago : Quintessence, 1997: Berteretche MV, Hüe O. Dimensions verticales. In : Orthlieb JD, Brocard J, Schittly J, Manière-Ezvan A, eds. Occlusodontie pratique. Paris : Éditions CdP, 2000: Slavicek R, Lucchini V, Laplanche O. Vingt questions à Rudolf Slavicek. Provence C, editor. Marseille : CNO Provence,1994: Ravon P. Rapports morphologiques entre les organes dentaires et la face. Étude statistique. Montpellier : Université de Montpellier, MacGee GF. Use of facial measurements in determining vertical dimension. J Am Dent Assoc 1947;35: Orthlieb JD. Diagnostic occluso-céphalométrique assisté par ordinateur (Occluso-cephalometric computerised diagnosis). Thèse d'université en odontologie. Marseille, Université de la Méditerranée, Avril CM. The transfert of the information received by static mandibular position analysis in the latero-lateral cephalometric tracing. J Gnatho 1988;1: Orthlieb JD, Laurent M, Laplanche O. Cephalometric estimation of occlusal vertical dimension. J Oral Rehab Page 5 sur 26

6 2000;9: Edwards CL, Richards MW, Billy EJ, Neilans LC. Using computerised cephalometrics to analyse the vertical dimension of occlusion. Int J Prosthodont 1993;6: Orthlieb JD, Bezzina S, Preckel EB. OCTA : concept d'aide au plan de traitement en prothèse. Synergie Prothet 2001;3: Tableau I- Calcul de la correspondance entre variation de DVO au niveau de la deuxième molaire (dm), incisif (di), et variation au niveau de la tige incisive de l'articulateur (a).i : distance en projection horizontale entre le condyle et l'incisive (80 mm, valeur moyenne)m : distance en projection horizontale entre le condyle et la deuxième molaire (42 mm, valeur moyenne)t : distance en projection horizontale entre le condyle et la table incisive (125 mm sur l'articulateur SAM)A = (di * t)/i a = (dm * t)/m Tableau II- Cas n 1 : critères occlusaux de reconstruction (OCTA). Page 6 sur 26

7 Tableau III- Cas n 2 : critères occlusaux de reconstructions (OCTA). Page 7 sur 26

8 fig. 1 - Perte de calage : l'absence de calage postérieur associée à la présence du maintien sur l'arcade de couples pluricuspidées antagonistes stables évoquent une simple perte de calage sans perte de DVO. fig. 2 - Perte de DVO : l'association perte de calage postérieur et diastème antérieur évolutif est caractéristique de la perte de DVO. Page 8 sur 26

9 fig. 3 - Abrasion sans perte de DVO : la présence de dents antérieures fortement abrasées ou érodées avec maintien du calage postérieur évoquent des égressions compensatrices sans perte de DVO. (Cas n 2.) Page 9 sur 26

10 fig. 4 - Arthrose de l'atm : IRM d'une atteinte dégénérative stabilisée de l'atm. La capacité de rotation de cette articulation est diminuée. Page 10 sur 26

11 fig. 5 - DVO et compensation dento-squelettique : une augmentation de la DVO augmente le surplomb et diminue le recouvrement, aggrave une classe II et compense une classe III. Page 11 sur 26

12 fig. 6 - Règles de tiers : pour une même variation de la DVO, la variation de hauteur au niveau molaire, incisif et au niveau de la tige incisive est proportionnelle. On peut considérer que pour 3 mm d'augmentation au niveau de la tige incisive, l'augmentation est de 2 mm au niveau des incisives et de 1 mm au niveau molaire. Page 12 sur 26

13 Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVO fig. 7 a- Vues cliniques initiales en OIM. Page 13 sur 26

14 Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVOfig. 7 b- Vues cliniques initiales en OIM. Page 14 sur 26

15 Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVOfig. 7 c- Vues cliniques initiales en OIM. Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVOfig. 8 - Radiographie panoramique. Page 15 sur 26

16 Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVOfig. 9- Téléradiographie de profil. Page 16 sur 26

17 Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVOfig. 10 a- Prothèse provisoire fixée. Page 17 sur 26

18 Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVOfig. 10 b- Prothèse provisoire fixée. Page 18 sur 26

19 Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVOfig. 11 a- Prothèse d'usage. Page 19 sur 26

20 Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVOfig. 11 b- Prothèse d'usage. Page 20 sur 26

21 Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVOfig Stabilité du résultat après 4 ans. Cas n 1 (patient de 61 ans) : diminution de la DVOfig Critères de décision. Page 21 sur 26

22 Cas n 2 (patient de 58 ans) : augmentation de la DVOfig Vue clinique initiale en OIM. Cas n 2 (patient de 58 ans) : augmentation de la DVOfig Radiographie panoramique. Page 22 sur 26

23 Cas n 2 (patient de 58 ans) : augmentation de la DVOfig Téléradiographie de profil. Page 23 sur 26

24 Cas n 2 (patient de 58 ans) : augmentation de la DVOfig Profil droit. Cas n 2 (patient de 58 ans) : augmentation de la DVOfig. 18 a- Prothèse provisoire fixée. Page 24 sur 26

25 Cas n 2 (patient de 58 ans) : augmentation de la DVOfig. 18 b- Prothèse provisoire fixée. Cas n 2 (patient de 58 ans) : augmentation de la DVOfig. 18 c- Prothèse provisoire fixée. Page 25 sur 26

26 Cas n 2 (patient de 58 ans) : augmentation de la DVOfig Critères de décision. Page 26 sur 26

Pourquoi prescrire une gouttière occlusale.

Pourquoi prescrire une gouttière occlusale. Pourquoi prescrire une gouttière occlusale. Jean-François Carlier Ancien assistant Reims Jean-Philippe Ré MCU Marseille La gouttière occlusale est une option fréquente, non systématique, de la prise en

Plus en détail

4 Le traitement chez le sportif. Préventif Curatif : soins et équilibration de l appareil manducateur

4 Le traitement chez le sportif. Préventif Curatif : soins et équilibration de l appareil manducateur 4 Le traitement chez le sportif Préventif Curatif : soins et équilibration de l appareil manducateur Préventif Examen annuel Support de la radio panoramique obligatoire Prévoir d agir bien avant les compétitions

Plus en détail

Correction de l occlusion pour réduire les sourires gingivaux : deux cas rapportés

Correction de l occlusion pour réduire les sourires gingivaux : deux cas rapportés Correction de l occlusion pour réduire les sourires gingivaux : deux cas rapportés Auteur_ Dr David S. Frey, États-Unis Fig. 1a Fig. 1b _La méthode traditionnelle pour corriger un sourire gingival avec

Plus en détail

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER DEPARTEMENT DE 1- SPECIALITE : PROTHESE 1 Anatomie dentaire 2 Les matériaux à empreinte 3 Les traitements pré-prothetiques

Plus en détail

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL PROTHESE DENTAIRE

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL PROTHESE DENTAIRE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL PROTHESE DENTAIRE Session 2014 EPREUVE E2 EPREUVE TECHNOLOGIQUE SOUS-EPREUVE E21 TECHNOLOGIE PROFESSIONNELLE ET DESSIN MORPHOLOGIQUE Durée : 5 heures Coefficient : 4 Le sujet

Plus en détail

l implantologie basale

l implantologie basale Plaquette n 17 6/11/08 11:04 Page 1 Apport de l implantologie basale dans les reconstructions implantaires fixes : une alternative aux greffes osseuses? Denis DOUGNAC-GALANT L omnipraticien est, dans son

Plus en détail

Dents et Résines. www.sid-dental.com

Dents et Résines. www.sid-dental.com www.sid-dental.com Pendant des siècles, les hommes ont tenté de substituer leurs dents manquantes par des matériaux les plus divers tels que l ivoire, l or et même le plâtre. Ce n est qu au début du 20ème

Plus en détail

Traitements chirurgicoorthodontiques

Traitements chirurgicoorthodontiques 6 Chapitre Traitements chirurgicoorthodontiques Marie-José Boileau, Jean Casteigt, Laure Frapier, Pierre Canal PLAN DU CHAPITRE Indications des protocoles chirurgicoorthodontiques 208 Établissement de

Plus en détail

Concours d Internat et de Résidanat

Concours d Internat et de Résidanat Concours d Internat et de Résidanat Ce programme a pour but d aider à la préparation des concours d internat et de résidanat. Il ne constitue en aucun cas un répertoire de «questions d examen» mais une

Plus en détail

D UTILISATION DE LA NOMENCLATURE GENERALE DES ACTES DENTAIRES APPLICABLE EN NOUVELLE-CALEDONIE

D UTILISATION DE LA NOMENCLATURE GENERALE DES ACTES DENTAIRES APPLICABLE EN NOUVELLE-CALEDONIE CONTROLE MEDICAL GUIDE D UTILISATION DE LA NOMENCLATURE GENERALE DES ACTES DENTAIRES APPLICABLE EN NOUVELLE-CALEDONIE A L USAGE DES PROFESSIONNELS 2/15 Ce guide s adresse à la profession de chirurgie dentaire

Plus en détail

Un mainteneur d espace est traditionnellement. Du maintien à la gestion de l espace. Odontologie pédiatrique. gestion de l espace.

Un mainteneur d espace est traditionnellement. Du maintien à la gestion de l espace. Odontologie pédiatrique. gestion de l espace. Odontologie pédiatrique gestion de l espace formation Du maintien à la gestion de l espace Amir CHAFAIE Un mainteneur d espace est un dispositif, souvent prothétique, permettant la conservation de l espace

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : theses.medecine@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT LIENS

Contact SCD Nancy 1 : theses.medecine@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT LIENS AVERTISSEMENT Ce document numérisé est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété

Plus en détail

Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients

Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients Les implants dentaires : la meilleure option de traitement. Qu est-ce qu un implant dentaire?

Plus en détail

Une question se pose souvent à l Expert, en France notamment, le scanner est il un examen obligatoire dans le traitement implantaire?

Une question se pose souvent à l Expert, en France notamment, le scanner est il un examen obligatoire dans le traitement implantaire? Les données acquises de la science en implantologie. Patrick Missika MCU PH Université de Paris 7 Garancière Professeur Associé Tufts University Boston Expert près la Cour d Appel de Paris Expert National

Plus en détail

Positionnement de l implant

Positionnement de l implant HORS SÉRIE Hors série - 2009 Positionnement de l implant Déterminants biologiques et précision NobelActive NobelGuide Chirurgie à minima et esthétique ESTHÉTIQUE ET CHIRURGIE GUIDÉE AVEC NOBELACTIVE PAR

Plus en détail

Formulaire pour médecine dentaire Prestations complémentaires AVS/AI Examens, diagnostic, planification, devis

Formulaire pour médecine dentaire Prestations complémentaires AVS/AI Examens, diagnostic, planification, devis V S Ausgleichskasse des Kantons Bern Caisse de compensation du canton de Berne www.akbern.ch Chutzenstrasse 10 3007 Bern Formulaire pour médecine dentaire Prestations complémentaires AVS/AI Examens, diagnostic,

Plus en détail

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ MESURE DE LA FORCE, DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP003 Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP001 NOVEMBRE 2006 Service

Plus en détail

le re p o s i t i o n n e m e n t t r a n s i t o i re

le re p o s i t i o n n e m e n t t r a n s i t o i re Traitement d une subluxation discale le re p o s i t i o n n e m e n t t r a n s i t o i re Wacyl Mesnay Rubrique C.N.O. ÉVALUATION FORMATION CONTINUE 1 Les termes : «subluxation discale» et» luxation

Plus en détail

traitement par prothèse complète unimaxillaire d un cas d échec implantaire

traitement par prothèse complète unimaxillaire d un cas d échec implantaire ODONTOLOGIE : PROTHÈSE 335 traitement par prothèse complète unimaxillaire d un cas d échec implantaire Rémi ESCLASSAN Maître de Conférences des Universités, Praticien Hospitalier, Ancien interne en Odontologie,

Plus en détail

Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D)

Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D) Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D) Thinking ahead. Focused on life. Veraviewepocs 3De Le générateur à Rayons X pour tous vos besoins

Plus en détail

Recherche alphabétique : A-B-C-D-E-F-G-I-M-O-P-R-S-T

Recherche alphabétique : A-B-C-D-E-F-G-I-M-O-P-R-S-T lexiquedentaire Recherche alphabétique : A-B-C-D-E-F-G-I-M-O-P-R-S-T A Adjointe Prothèse adjointe : Prothèse amovible, totale ou partielle, caractérisée par la présence d une plaquebase ; Amovible Prothèse

Plus en détail

CS 9300. La puissance de la flexibilité

CS 9300. La puissance de la flexibilité CS 9300 La puissance de la flexibilité Nouveau système d'imagerie numérique 3D CS 9300 de Carestream Dental L incertitude n est plus de mise. Le CS 9300 tout-en-un est le système d'imagerie le plus flexible

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

Optimalisation des techniques prothétiques de réhabilitation orale grâce à l orthodontie : analyse d un cas clinique

Optimalisation des techniques prothétiques de réhabilitation orale grâce à l orthodontie : analyse d un cas clinique Optimalisation des techniques prothétiques de réhabilitation orale grâce à l orthodontie : analyse d un cas clinique C. Lies (1), S. Fernandez (2), M. Limme (3), A. Vanheusden (4) RÉSUMÉ : Ce cas clinique

Plus en détail

Séance de bibliographie du 03/12/2012 Emmanuel MERCELAT ( Interne)

Séance de bibliographie du 03/12/2012 Emmanuel MERCELAT ( Interne) Séance de bibliographie du 03/12/2012 Emmanuel MERCELAT ( Interne) Rappel Nomination commune des dents: 32 dents au total chez l adulte Depuis la ligne médiane: 2 incisives 1canine 2 prémolaires 3 molaires

Plus en détail

Information pour le patient

Information pour le patient Information pour le patient Plus de qualité de vie avec des implants dentaires SWISS PRECISION AND INNOVATION. 1 Table des matières Quelle est l importance des dents pour notre qualité de vie? 4 Qu est-ce

Plus en détail

Les cas implantaires que nous

Les cas implantaires que nous Cabinet Laboratoire Dents artificielles et prothèses implantaires en 24-48 heures C. SIREIX, V. SIREIX Prothésistes dentaires C. RISPAL Chirurgien-dentiste Quelles dents artificielles utiliser? Comment

Plus en détail

Orthodontie chirurgicale chez l adulte : Le pouvoir rajeunissant des mâchoires bien alignées

Orthodontie chirurgicale chez l adulte : Le pouvoir rajeunissant des mâchoires bien alignées Syndicat des Spécialistes Français en Orthopédie Dento Faciale COMMUNIQUE DE PRESSE Le 31 mai 2012 Orthodontie chirurgicale chez l adulte : Le pouvoir rajeunissant des mâchoires bien alignées Des lèvres

Plus en détail

Lecture critique de l OPT. Hervé Moizan Odontologiste des Hôpitaux-Praticien Hospitalier herve.moizan@chu-rouen.fr

Lecture critique de l OPT. Hervé Moizan Odontologiste des Hôpitaux-Praticien Hospitalier herve.moizan@chu-rouen.fr Lecture critique de l OPT Hervé Moizan Odontologiste des Hôpitaux-Praticien Hospitalier herve.moizan@chu-rouen.fr 1 «Le chant des sirènes» L image ne saurait remplacer la démarche clinique, essence même

Plus en détail

Cavité buccale et système dentaire

Cavité buccale et système dentaire Cavité buccale et système dentaire I. Introduction La cavité buccale forme la 1 ère cavité du tube digestif. Les dents ont un rôle : Fonctionnel : mastication, déglutition, phonation Esthétique : expression

Plus en détail

Brochure Patients. Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi.

Brochure Patients. Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi. Brochure Patients Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi. Les implants dentaires : la meilleure option de traitement. Qu est-ce qu un implant dentaire?

Plus en détail

En 1948, Gerber présente son premier

En 1948, Gerber présente son premier entre eux et qu ils formaient un angle de 5 à 7 par rapport à une projection du plan sagittal médian après l immediat side-shift. Gerber régla alors définitivement l angle de Bennett à 5. Dans le plan

Plus en détail

UN ATTACHEMENT de PRECISION ORIGINAL Le MK1 A propos de 2 cas cliniques

UN ATTACHEMENT de PRECISION ORIGINAL Le MK1 A propos de 2 cas cliniques UN ATTACHEMENT de PRECISION ORIGINAL Le MK1 A propos de 2 cas cliniques Dr. W. Jarrouche 1 - Dr. E. Daou 2 INTRODUCTION Les attachements apparus dès le début de ce siècle sont des dispositifs mécaniques

Plus en détail

L EXPÉRIENCE POUR L AUTONOMIE

L EXPÉRIENCE POUR L AUTONOMIE L EXPÉRIENCE POUR L AUTONOMIE Depuis plus de 10 ans, l association Actis dentaire formation a pour objectif de former des praticiens à la chirurgie orale, parodontale et implantaire. L expérience pour

Plus en détail

Service de Médecine Dentaire Spécialisée

Service de Médecine Dentaire Spécialisée Clinique Saint-Jean ASBL Service de Médecine Dentaire Spécialisée a santé au cœur de Bruxelles Clinique Saint-Jean Bienvenue Le service de médecine dentaire spécialisée de la clinique Saint-Jean vous souhaite

Plus en détail

Université Saint Joseph Faculté de Médecine Dentaire Epreuves de sélection CES/Master Spécialisation Année universitaire 2015-2016

Université Saint Joseph Faculté de Médecine Dentaire Epreuves de sélection CES/Master Spécialisation Année universitaire 2015-2016 Université Saint Joseph Faculté de Médecine Dentaire Epreuves de sélection CES/Master Spécialisation Année universitaire 2015-2016 Orthodontie Ma. 07/07/2015 Je. 09/07/2015 Ve. 10/07/2015 Sa. 11/07/2015

Plus en détail

Diplôme Universitaire d Implantologie Franco-Canadien (DUIFC) Niveau avancé REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES

Diplôme Universitaire d Implantologie Franco-Canadien (DUIFC) Niveau avancé REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES Diplôme Universitaire d Implantologie Franco-Canadien (DUIFC) Niveau avancé REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES Vu la loi 84-52 du 26 janvier 1984 sur l enseignement supérieur ; Vu le décret n 84-573

Plus en détail

Se sentir soi-même. Comment la restauration de vos dents peut changer votre vie.

Se sentir soi-même. Comment la restauration de vos dents peut changer votre vie. Se sentir soi-même. Comment la restauration de vos dents peut changer votre vie. Évitez-vous de sourire parce qu'il vous manque une ou plusieurs dents? À quand remonte la dernière fois où vous avez croqué

Plus en détail

Orthèse Narval O.R.M. L orthèse innovante et confortable dans le traitement du SAOS

Orthèse Narval O.R.M. L orthèse innovante et confortable dans le traitement du SAOS rthèse Narval.R.M. L orthèse innovante et confortable dans le traitement du SAS Traitement du SAS par orthèse Narval.R.M. Entre 19 et 27% 1-2 des patients apnéiques traités par pression positive continue

Plus en détail

Service évaluation des actes professionnels

Service évaluation des actes professionnels TRAITEMENT DES AGÉNÉSIES DENTAIRES MULTIPLES LIÉES AUX DYSPLASIES ECTODERMIQUES OU À D'AUTRES MALADIES RARES, CHEZ L ENFANT ATTEINT D OLIGODONTIE, AVEC POSE DE 2 IMPLANTS (VOIRE 4 MAXIMUM) UNIQUEMENT DANS

Plus en détail

Programme «Implantologie en pratique privée» Ardentis Clinique Dentaire Lausanne Flon Hiver 2012 Lausanne, Suisse

Programme «Implantologie en pratique privée» Ardentis Clinique Dentaire Lausanne Flon Hiver 2012 Lausanne, Suisse Programme «Implantologie en pratique privée» Ardentis Clinique Dentaire Lausanne Flon Hiver 2012 Lausanne, Suisse Mardi 24 janvier2012 au vendredi 27 janvier 2012 Informations générales Intervenants Dr

Plus en détail

SOCIETE ODONTOLOGIQUE DE PARIS. REVUE D'ODONTOSTOMATOLOGIE n 4-1999 PEDODONTIE PROTHESE PEDIATRIQUE ANTERIEURE

SOCIETE ODONTOLOGIQUE DE PARIS. REVUE D'ODONTOSTOMATOLOGIE n 4-1999 PEDODONTIE PROTHESE PEDIATRIQUE ANTERIEURE SOCIETE ODONTOLOGIQUE DE PARIS REVUE D'ODONTOSTOMATOLOGIE n 4-1999 PEDODONTIE PROTHESE PEDIATRIQUE ANTERIEURE Auteurs : Catherine ARTAUD Maître de Conférences des Universités - Praticien Hospitalier -

Plus en détail

TRAITEMENT DE MALOCCLUSION DE CLASSE II

TRAITEMENT DE MALOCCLUSION DE CLASSE II TRAITEMENT DE MALOCCLUSION DE CLASSE II Edgwise Octobre 2010 Dr André J. Horn Dr Isabelle Thiers-Jegou INTRODUCTION l Edgewise moderne est une évolution de l Edgewise de Tweed, modifié dans les années

Plus en détail

Dr FOUGERAIS Guillaume, formateur Génération Implant, Nantes.

Dr FOUGERAIS Guillaume, formateur Génération Implant, Nantes. La photographie intra buccale : méthode de réalisation. Dr FOUGERAIS Guillaume, formateur Génération Implant, Nantes. La photographie numérique est un formidable outil de communication pour nos patients

Plus en détail

La CFAO (Conception et Fabrication. La CFAO indirecte. Spécial l CFAO. Yves Allard MCU-PH Département de prothèses Hôpital Saint Roch, Nice

La CFAO (Conception et Fabrication. La CFAO indirecte. Spécial l CFAO. Yves Allard MCU-PH Département de prothèses Hôpital Saint Roch, Nice Spécial l CFAO La CFAO indirecte Maxime Hollender Attaché hospitalier Département de prothèses Hôpital Saint Roch, Nice Yves Allard MCU-PH Département de prothèses Hôpital Saint Roch, Nice Jean Richelme

Plus en détail

Dossier Administratif du Patient

Dossier Administratif du Patient Handident Franche-Comté CHBM - service ORL (Docteur LEGER) Cadre réservé Handident FC N adhérent au réseau Handident FC 2, rue du Docteur Flamand 25209 MONTBELIARD Cedex Dossier Administratif du Patient

Plus en détail

Gamme I-Max Touch. Panoramique numérique PAN / CEPH / 3D. Panoramique évolutif 3 en 1

Gamme I-Max Touch. Panoramique numérique PAN / CEPH / 3D. Panoramique évolutif 3 en 1 Gamme I-Max Touch Panoramique numérique PAN / CEPH / 3D Panoramique évolutif 3 en 1 3D Une nouvelle dimension pour un diagnostic complet I-MAX TOUCH 3D Evolutive, simple, rapide La panoramique réalise

Plus en détail

Modules optionnels. Passer à l acte en implantologie

Modules optionnels. Passer à l acte en implantologie Passer à l acte en implantologie Modules optionnels est un cycle de formation basé sur des travaux pratiques de chirurgie implantaire, permettant de confirmer les acquis théoriques. À l issue du cursus,

Plus en détail

1) Indemnité horo-kilométrique par km DK1 0,47 2,30

1) Indemnité horo-kilométrique par km DK1 0,47 2,30 TARIFS DE LA NOMENCLATURE DES ACTES ET SERVICES DES MEDECINS-DENTISTES TENANT COMPTE DE L'ARTICLE 4DES DISPOSITIONS FINANCIERES DE LA LOI DU 17 DECEMBRE 2010, PAR DEROGATION A L'ARTICLE 65 DU CODE DE LA

Plus en détail

Assurances de Personnes

Assurances de Personnes Assurances de Personnes Les principaux traitements dentaires U.E.S. Capgemini Sommaire Le schéma dentaire Les actes dentaires 2 Les soins dentaires 1. Les soins conservateurs (exemple) 2. Les inlays-onlays

Plus en détail

1. Examen buccal. Entreprise d assurances Nom et adresse : Date de l accident : Date de l examen : Données de la victime

1. Examen buccal. Entreprise d assurances Nom et adresse : Date de l accident : Date de l examen : Données de la victime Attestation : Constat des lésions bucco-dentaires résultant d un accident du travail (Veuillez faire remplir ce formulaire par un dentiste de votre choix de la façon la plus complète et correcte possible

Plus en détail

Marche normale et marche pathologique

Marche normale et marche pathologique Marche normale et marche pathologique Pr. JM Viton, Dr. L. Bensoussan, Dr. V. de Bovis Milhe, Dr. H. Collado, Pr. A. Delarque Faculté de Médecine, Université de la Méditerranée, Fédération de Médecine

Plus en détail

Traumatismes alvéolo-dentaires. Dr Annie BERTHET Faculté d odontologie, Reims

Traumatismes alvéolo-dentaires. Dr Annie BERTHET Faculté d odontologie, Reims Traumatismes alvéolo-dentaires Dr Annie BERTHET Faculté d odontologie, Reims Parodonte = - ligament alvéolo-dentaire (LAD) - os alvéolaire - gencive Pulpe Dentine cément Email Odonte (dent) 2 Dent immature

Plus en détail

Règlement concernant l obtention du «CERTIFICAT SSO DE FORMATION POSTGRADE (CFP SSO) EN IMPLANTOLOGIE ORALE»

Règlement concernant l obtention du «CERTIFICAT SSO DE FORMATION POSTGRADE (CFP SSO) EN IMPLANTOLOGIE ORALE» Règlement concernant l obtention du «CERTIFICAT SSO DE FORMATION POSTGRADE (CFP SSO) EN IMPLANTOLOGIE ORALE» INDEX: 1. Bases 2. Objectifs de formation postgrade 3. Candidature en vue de l obtention du

Plus en détail

PROTHESES PIEZOGRAPHIQUES

PROTHESES PIEZOGRAPHIQUES REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE UNIVERSITE D ANNABA Faculté de médecine. Département de chirurgie dentaire. module de prothèse. préparé par : DR HAMLAOUI M. m.hamlaoui@facmed-annaba.com

Plus en détail

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Syndrome de Déficience Posturale Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Définitions : Posture : position particulière du corps et son maintien (se tenir debout par exemple). Proprioception

Plus en détail

Le domaine d'activité de l'odontologiste médico-légal

Le domaine d'activité de l'odontologiste médico-légal Le domaine d'activité de l'odontologiste médico-légal définition et historique Docteur Anne BECART (IML de LILLE) ODONTOLOGIE LEGALE Sommaire rôle de l'odontologiste dans l'équipe médico-légale identification

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires La Lombalgie Douleur rachidienne

Plus en détail

Traumatologie en odontostomatologie du sport

Traumatologie en odontostomatologie du sport Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2002, 45-4 95 Traumatologie en odontostomatologie du sport Alain GARUET * Au XX e siècle le sport a été àla fois un facteur de paix, de distraction et de divertissement.

Plus en détail

Manuel d hygiène bucco-dentaire Destiné à la formation de prophylaxistes

Manuel d hygiène bucco-dentaire Destiné à la formation de prophylaxistes Manuel d hygiène bucco-dentaire Destiné à la formation de prophylaxistes élaboré pour le SDI par Graziella Secci hygiéniste dentaire g_secci@bluewin.ch SDI 2006 / 2007; Ed. n 1 La cavité buccale - Anatomie

Plus en détail

Le PalaMeter Tout simplement astucieux.

Le PalaMeter Tout simplement astucieux. Le PalaMeter Tout simplement astucieux. Un instrument de mesure polyvalent pour la prothèse. La Prothèse de Qualité Le PalaMeter et ses fonctions Le PalaMeter d Heraeus est l instrument de mesure le plus

Plus en détail

La rupture du ligament croisé crânial chez le chien. Traitements. Pronostic. Page 4-5

La rupture du ligament croisé crânial chez le chien. Traitements. Pronostic. Page 4-5 La rupture du ligament croisé crânial chez le chien Matthieu Gatineau, DMV, IPSAV, MSc, Dipl. ACVS-ECVS, ACVSMR Juin 2013 Symptômes Diagnostic Page 1-3 Traitements Pronostic Page 4-5 Convalescence Page

Plus en détail

ORTHOPHOS XG 3 DS. Systèmes de radiographie. ORTHOPHOS XG 3 l accès facile à la panoramique numérique.

ORTHOPHOS XG 3 DS. Systèmes de radiographie. ORTHOPHOS XG 3 l accès facile à la panoramique numérique. ORTHOPHOS XG 3 DS Systèmes de radiographie l accès facile à la panoramique numérique. Conception clichés panoramiques avec technologie XG. technique et design en harmonie. fiable économique 1 Profitez

Plus en détail

Règlement sur le Service dentaire scolaire

Règlement sur le Service dentaire scolaire Règlement sur le Service dentaire scolaire du 15 mai 2003 RDCo 430.42 Le Conseil de ville de Bienne, se fondant sur l'article 40, chiffre 2, lettre b du Règlement de la Ville de Bienne du 9 juin 1996 1,

Plus en détail

Hervé BUATOIS Docteur en Chirurgie dentaire.

Hervé BUATOIS Docteur en Chirurgie dentaire. Hervé BUATOIS Docteur en Chirurgie dentaire. 16 avenue Alsace Lorraine 38000 Grenoble Tel : 04 76 46 61 28 E-mail : hbuatois@clinicimplant.fr Profil Né le 12 mai 1966 à Lyon. Exercice privé limité à l

Plus en détail

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280 Document du 11 février 2014. Contribution de l Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire à la réflexion préparatoire au projet de loi d adaptation de la société au vieillissement Contacts : Dr. Sophie

Plus en détail

Formation initiale de l equipe implantaire en 3 modules. Training Center France

Formation initiale de l equipe implantaire en 3 modules. Training Center France Formation initiale de l equipe implantaire en 3 modules Training Center France Edito Nobel Biocare a franchi une nouvelle étape : un Centre de Formation, le Nobel Biocare Training Center France a ouvert

Plus en détail

UNIVERSITE BADJI MOKHTAR - ANNABA FACULTE DE MEDECINE DEPARTEMENT DE CHIRURGIE DENTAIRE SERVICE DE PARODONTOLOGIE. 4 ème Année MOBILITE DENTAIRE

UNIVERSITE BADJI MOKHTAR - ANNABA FACULTE DE MEDECINE DEPARTEMENT DE CHIRURGIE DENTAIRE SERVICE DE PARODONTOLOGIE. 4 ème Année MOBILITE DENTAIRE UNIVERSITE BADJI MOKHTAR - ANNABA FACULTE DE MEDECINE DEPARTEMENT DE CHIRURGIE DENTAIRE SERVICE DE PARODONTOLOGIE Dr M.ZAGHEZ Polycopie de Parodontologie http://zaghez.net76.net/ 4 ème Année MOBILITE DENTAIRE

Plus en détail

Le concept ergonomique du Dr. Beach

Le concept ergonomique du Dr. Beach Le concept ergonomique du Dr. Beach prend soin de votre dos et vous libère des douleurs dorsales Thinking ahead. Focused on life. Soulagez votre dos grâce à une position de travail naturelle et ergonomique

Plus en détail

BEP Auxiliaire Prothèse Dentaire BO n 35 du 30 Septembre 2010

BEP Auxiliaire Prothèse Dentaire BO n 35 du 30 Septembre 2010 Marie-Pascale Schammé Inspectrice de L Éducation Nationale Sciences Biologiques et Sciences Sociales Appliquées Académie de ROUEN Document de référence académique BEP Auxiliaire Prothèse Dentaire BO n

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

Planmeca ProMax 3D s Planmeca ProMax 3D FRANÇAIS

Planmeca ProMax 3D s Planmeca ProMax 3D FRANÇAIS Planmeca ProMax 3D s Planmeca ProMax 3D FRANÇAIS De véritables appareils tout en un Les appareils Planmeca ProMax 3D s et Planmeca ProMax 3D ont été conçus pour obtenir des informations complètes sur l

Plus en détail

cursus d implantologie orale Les clés du succès par le compagnonnage

cursus d implantologie orale Les clés du succès par le compagnonnage cursus d implantologie orale Les clés du succès par le compagnonnage Validé par un certificat - Crédit de 200 points Accrédité par le Conseil National de la Formation Continue en Odontologie Numéro d accréditation

Plus en détail

ÉPIDÉMIOLOGIE DENTAIRE. MDD-20072 Dentisterie communautaire et Épidémiologie

ÉPIDÉMIOLOGIE DENTAIRE. MDD-20072 Dentisterie communautaire et Épidémiologie ÉPIDÉMIOLOGIE DENTAIRE MDD-20072 Dentisterie communautaire et Épidémiologie Épidémiologie : TERMINOLOGIE Discipline qui étudie les différents facteurs intervenant dans l apparition des maladies ainsi que

Plus en détail

L appareil Arc Droit expliqué Dr Larry Brown Publication dans Le Journal du Dentiste, Belgique

L appareil Arc Droit expliqué Dr Larry Brown Publication dans Le Journal du Dentiste, Belgique L appareil Arc Droit expliqué Dr Larry Brown Publication dans Le Journal du Dentiste, Belgique 1 ère Partie Aujourd hui, nos patients nous demandent de leur donner non seulement un traitement dentaire

Plus en détail

Formation Initiale en Implantologie, Chirurgie et Prothèse. Institut Européen du Visage 5, rue Suger - 75006 PARIS

Formation Initiale en Implantologie, Chirurgie et Prothèse. Institut Européen du Visage 5, rue Suger - 75006 PARIS Formation Initiale en Implantologie, Chirurgie et Prothèse Institut Européen du Visage 5, rue Suger - 75006 PARIS Formation Initiale en Implantologie, Chirurgie et Prothèse Formation complète, dédiée aux

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DEFINITION La scoliose vient du grec skolios : tortueux Déformation tridimensionnelle de toute ou une partie de la colonne vertébrale (cervicale, thoracique ou lombaire) consistant

Plus en détail

ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT

ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT Communiqué de presse Santé des pieds Le 10 février 2015 ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT L Ordre National des Pédicures-Podologues (ONPP) est le garant de

Plus en détail

L implantologie au quotidien

L implantologie au quotidien CYCLE DE FORMATION L IMPLANTOLOGIE DENTAIRE AVEC LE SYSTEME IMPLANTAIRE STRAUMANN 19 23 Mai 2014 Bâle - Suisse L implantologie au quotidien Conférenciers Dr Jacques Penaud Docteur en Chirurgie Dentaire,

Plus en détail

LES MAINTENEURS D ESPACE D UTILISATION COURANTE EN ODONTOLOGIE PEDIATRIQUE PREMIERE PARTIE : INTERET DU MAINTIEN DE L ESPACE

LES MAINTENEURS D ESPACE D UTILISATION COURANTE EN ODONTOLOGIE PEDIATRIQUE PREMIERE PARTIE : INTERET DU MAINTIEN DE L ESPACE LES MAINTENEURS D ESPACE D UTILISATION COURANTE EN ODONTOLOGIE PEDIATRIQUE PREMIERE PARTIE : INTERET DU MAINTIEN DE L ESPACE (Space maintainers of current use in Paediatric Dentistry First part: Interest

Plus en détail

Claude Karger Anne Sophie Kesseler

Claude Karger Anne Sophie Kesseler Claude Karger Anne Sophie Kesseler Docteur, j ai mal au dos!! Faites de la natation, ça va passer Mythe ou réalité? Les poissons souffrent-ils du dos? A priori, non. Pourquoi? Ne sont pas soumis à la pesanteur!!

Plus en détail

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière Place de la thérapie manuelle Définition Il est habituel de parler de syndrome du piriforme L étude anatomique de la région laisse penser que

Plus en détail

Réhabilitation prothétique en cas d édentation partielle: fixe amovible combinée? Céramo-métallique tout céramique? Implants? Tout est possible!

Réhabilitation prothétique en cas d édentation partielle: fixe amovible combinée? Céramo-métallique tout céramique? Implants? Tout est possible! 162 RATIQUE QUOTIDIENNE ET FORMATION COMLÉMENTAIRE BIBLIOGRAHIE VOIR TEXTE ALLEMAND, AGE 154 Dagmar Schnabl Clinique universitaire de prothèse dentaire et de médecine dentaire conservatrice, Innsbruck

Plus en détail

1 - Généralités sur la Prothèse. 2 - Classification des édentements. 3 - Notions sur les empreintes en Prothèse

1 - Généralités sur la Prothèse. 2 - Classification des édentements. 3 - Notions sur les empreintes en Prothèse 1 - Généralités sur la Prothèse 2 - Classification des édentements 3 - Notions sur les empreintes en Prothèse 4 - Introduction à l occlusion thérapeutique 5 - Les articulateurs et les arcs faciaux 6 -

Plus en détail

EVOLUTION DE LA FORCE MUSCULAIRE DURANT LA REEDUCATION PERINEALE

EVOLUTION DE LA FORCE MUSCULAIRE DURANT LA REEDUCATION PERINEALE 1 EVOLUTION DE LA FORCE MUSCULAIRE DURANT LA REEDUCATION PERINEALE Etude prospective effectuée sur 200 patientes et patients consécutivement traités pour des troubles divers de la fonction périnéo-sphinctérienne.

Plus en détail

Une avancée majeure dans le domaine de l implantologie. Roxolid SLActive Moins invasif pour de nouveaux standards

Une avancée majeure dans le domaine de l implantologie. Roxolid SLActive Moins invasif pour de nouveaux standards Une avancée majeure dans le domaine de l implantologie. Roxolid SLActive Moins invasif pour de nouveaux standards 1 Excellentes performances scientifiquement démontrées. Roxolid est un matériau unique

Plus en détail

Retrouvez votre Sourire! Les implants dentaires peuvent vous aider à retrouver un sourire naturel.

Retrouvez votre Sourire! Les implants dentaires peuvent vous aider à retrouver un sourire naturel. Retrouvez votre Sourire! Les implants dentaires peuvent vous aider à retrouver un sourire naturel. La Valeur d un Sourire 2 Qu est ce qu un implant dentaire? 3 Comparaison entre implant et dent naturelle

Plus en détail

DIPLOME DE CHIRURGIE ORALE

DIPLOME DE CHIRURGIE ORALE DIPLOME DE CHIRURGIE ORALE ORGANIGRAMME DES SEMINAIRES Promotion 2013 FORMATION COMPLEMENTAIRE EN MEDECINE POUR LES MEDECINS Pour les enseignants, ces enseignements seront à faire tous les 2 ans 1 - Module

Plus en détail

CATALOGUE OEIL DENTAIRE 2015 : CHIRURGIE MAXILLO-FACIALE

CATALOGUE OEIL DENTAIRE 2015 : CHIRURGIE MAXILLO-FACIALE CATALOGUE OEIL DENTAIRE 2015 : CHIRURGIE MAXILLO-FACIALE CHIRURGIE MAXILLO-FACIALE : 6 vidéos» CCL363 Importante augmentation de volume osseux par double greffe d'apposition avec prélèvement ramique» CCL344

Plus en détail

Les prothèses gingivales sont généralement utilisées pour

Les prothèses gingivales sont généralement utilisées pour P R A T I Q U E C L I N I Q U E Les prothèses gingivales étude de cas Izchak Ba rz i l a y, DDS, Cert Prostho, MS Irene Ta m b l y n, RDT S o m m a i r e Le remplacement du tissu gingival fait souvent

Plus en détail

Directives pour la procédure de qualification (examen partiel et examen final) pour techniciennes- et techniciens-dentistes CFC

Directives pour la procédure de qualification (examen partiel et examen final) pour techniciennes- et techniciens-dentistes CFC c/o hsp Hodler, Santschi und Partner AG Belpstrasse 41 3007 Berne Tel. 031 381 64 50 Fax 031 381 64 56 info@vzls.ch www.vzls.ch / www.alpds.ch Directives pour la procédure de qualification (examen partiel

Plus en détail

DIPLÔME UNIVERSITAIRE DE DENTISTERIE ESTHÉTIQUE

DIPLÔME UNIVERSITAIRE DE DENTISTERIE ESTHÉTIQUE UNIVERSITAT DE LES VALLS FACULTÉ DE MÉDECINE DENTAIRE PRINCIPAUTÉ D'ANDORRE DIPLÔME UNIVERSITAIRE DE DENTISTERIE ESTHÉTIQUE Les diplômes de l Universitat de les Valls sont reconnus par l Union Européenne

Plus en détail

INTRODUCTION. en améliorant la prise en charge de l'hygiène bucco-dentaire dans ces établissements, en facilitant l'accès aux soins bucco-dentaires.

INTRODUCTION. en améliorant la prise en charge de l'hygiène bucco-dentaire dans ces établissements, en facilitant l'accès aux soins bucco-dentaires. INTRODUCTION I. MOTIFS DE L'ENQUETE L'accès aux soins bucco-dentaires des personnes âgées dépendantes peut être problématique avec pour conséquence un mauvais état de santé bucco-dentaire, d'autant plus

Plus en détail

FRANCAIS. Distributé par : QR srl - Via Silvestrini, 20-37135 Verona Italy Tel. +39 045 8202727-045 583500 info@newtom.it www.newtom.

FRANCAIS. Distributé par : QR srl - Via Silvestrini, 20-37135 Verona Italy Tel. +39 045 8202727-045 583500 info@newtom.it www.newtom. GiANO - R14.1 - FR FRANCAIS Distributé par : QR srl - Via Silvestrini, 20-37135 Verona Italy Tel. +39 045 8202727-045 583500 info@newtom.it www.newtom.it Produit par : CEFLA S.C. - CEFLA DENTAL GROUP Via

Plus en détail

INTERVENTIONS INAMI au 1 er janvier 2014

INTERVENTIONS INAMI au 1 er janvier 2014 INTERVENTIONS INAMI au 1 er janvier 2014 HONO. INTERVENTION Prestations jusqu'au 18 e anniversaire CONSULTATIONS DG 37 101 1 N 5 3 consultation du dentiste généraliste, MSS ou MD au cabinet 21,60 = = 37

Plus en détail

Sytème de Diagnostic d'imagerie Numérique simple et évolutif

Sytème de Diagnostic d'imagerie Numérique simple et évolutif Sytème de Diagnostic d'imagerie Numérique simple et évolutif Un système simple et évolutif Scanner Ceph - Temps d'exposition : minimum 4 sec - Mode HD Fonction de prévisualisation Décidez ainsi immédiatement

Plus en détail

Mesure de la marche et du mouvement

Mesure de la marche et du mouvement Mesure de la marche et du mouvement Olivier Rémy-Néris Mathieu Lempereur Sylvain Brochard CHRU de Brest INSERM U650 olivier.remyneris@chu-brest.fr Synopsis Connaitre les différents moyens d analyse quantifiée

Plus en détail

ENFIN, UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE

ENFIN, UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE CS 9300 ENFIN, UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE Conçu pour de multiples applications cliniques, le système CS 9300 fournit des images panoramiques de très grande qualité, ainsi que des

Plus en détail

PREVENTION DES TRAUMATISMES DENTAIRES LORS DE L ACCES AUX VOIES AERIENNES SUPERIEURES

PREVENTION DES TRAUMATISMES DENTAIRES LORS DE L ACCES AUX VOIES AERIENNES SUPERIEURES PREVENTION DES TRAUMATISMES DENTAIRES LORS DE L ACCES AUX VOIES AERIENNES SUPERIEURES Patrick-Georges Yavordios Clinique Convert 01000 Bourg en Bresse Introduction L es traumatismes dentaires représentent

Plus en détail

INTERVENTIONS INAMI au 1 er janvier 2013

INTERVENTIONS INAMI au 1 er janvier 2013 INTERVENTIONS INAMI au 1 er janvier 2013 HONO. INTERVENTION Prestations jusqu'au 18 e anniversaire CONSULTATIONS DG 37 101 1 N 5 consultation du dentiste généraliste, MSS ou MD au cabinet 21,31 = = 37

Plus en détail