Semaine européenne de la vaccination

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Semaine européenne de la vaccination"

Transcription

1 Semaine européenne de la vaccination Du 22 au 26 avril 2014 Une semaine e de rappel pel pour mett ettre tre ses s vaccins à jour CONTACTS PRESSE TBWA\Corporate : Elsa Gueroult Tél : Inpes : Sandra Garnier Tél. : DOSSIER DE PRESSE AVRIL /9

2 SOMMAIRE UNE SEMAINE DE RAPPEL POUR METTRE SES VACCINS À JOUR P. 3 La Semaine européenne de la vaccination : faciliter le «réflexe vaccin» p. 3 Priorité 2014 : penser à la mise à jour de vos vaccins p. 3 LA MISE À JOUR DES VACCINS, LE RÉFLEXE A AVOIR EN TÊTE POUR ÊTRE TOUJOURS PROTÉGÉ P. 4 Près d un Français sur cinq n est pas à jour dans ses vaccinations p. 4 Avoir ses vaccins à jour, c est être protégé et c est aussi protéger les autres p. 4 Être à jour : en une seule injection ou avec des rappels p. 4 LE CALENDRIER DES VACCINATIONS SIMPLIFIÉ : ÊTRE PROTÉGÉ, C EST ENCORE PLUS FACILE! P. 5 Le calendrier des vaccinations : plus de clarté et de simplicité depuis 2013 p. 5 Être à jour, de l adulte au bébé : des vaccinations aux âges clés p. 6 LA VACCINATION, SEUL MOYEN DE PRÉVENTION EFFICACE CONTRE CERTAINES MALADIES INFECTIEUSES P. 8 La vaccination, comment ça marche? p. 8 La vaccination, pour protéger contre quelles maladies? p. 8 Qui peut vacciner? p. 9 DOSSIER DE PRESSE /9

3 UNE SEMAINE DE RAPPEL POUR METTRE SES VACCINS À JOUR Vaccination : êtes-vous à jour? > Parlez-en à votre médecin, à votre sage-femme ou demandez conseil à votre pharmacien. SEMAINE EUROPÉENNE DE LA VACCINATION 22 au 26 avril La Semaine européenne de la vaccination : faciliter le «réflexe vaccin» La Semaine européenne de la vaccination est un événement organisé par l Organisation mondiale de la santé (OMS), qui se déroule du 22 au 26 avril 2014 dans près de 200 pays. Cette 8 e édition est coordonnée conjointement au niveau national par le ministère chargé de la Santé et l Institut national de la prévention et de l éducation pour la santé (Inpes). En région, elle est pilotée par les 26 agences régionales de santé (ARS), en partenariat avec de nombreux acteurs : ordres des professionnels de santé, établissements de santé, organismes d assurance maladie et mutuelles, collectivités territoriales, centres de vaccination, centres de protection maternelle et infantile (PMI), services de l État, associations. Cette année, le thème de la semaine est «la mise à jour des vaccins». Afin d animer la Semaine européenne de la vaccination et de sensibiliser le plus grand nombre aux bienfaits de la vaccination, de nombreuses actions sont mises en place en région. Il s agit tout autant d informer le grand public, pour qu il adopte le «réflexe vaccin», que d accompagner les professionnels de santé, puisqu ils occupent une place essentielle dans le circuit de la vaccination. Exemples d actions Pour le grand public Séances de vaccination Expositions Stands d information Pour les professionnels de santé Conférences Documents d information Affiches Brochures d information et affiches Conférence et débats Jeux L Inpes met à disposition des 26 régions de nombreux outils d information et de communication à destination du grand public et des professionnels de santé : dossiers documentaires, résultats d enquêtes, documents actualisés sur les vaccinations, affiches, etc. Priorité 2014 : penser à la mise à jour de vos vaccins La Semaine européenne de la vaccination a pour but d aider chacun à mieux comprendre le rôle primordial des vaccins dans la prévention des maladies infectieuses. En effet, une maladie peut être contrôlée, voire pratiquement disparaître, grâce à l augmentation de la couverture vaccinale (proportion de personnes vaccinées contre la maladie dans une population). C est pourquoi le meilleur moyen de protection individuelle et collective reste une vaccination efficace. Cette édition 2014 est donc l occasion de rappeler à chacun l importance de faire un point sur ses vaccins pour savoir si des mises à jour sont nécessaires. Le plus simple est de profiter de la Semaine européenne de la vaccination pour faire vérifier son carnet de santé ou de vaccination par un professionnel de santé. Pour plus d informations, consultez le site internet de l Inpes : DOSSIER DE PRESSE /9

4 LA MISE À JOUR DES VACCINS, LE RÉFLEXE A AVOIR EN TÊTE POUR ÊTRE TOUJOURS PROTÉGÉ Près d un Français sur cinq n est pas à jour dans ses vaccinations La vaccination est le mode de prévention le plus efficace pour certaines maladies infectieuses (tétanos, polio, rougeole, méningite C, etc.). Si plus de 8 Français sur 10 sont favorables à la vaccination 1, pour autant, les résultats du Baromètre santé Inpes 2010 montrent que le suivi de la vaccination n est pas toujours assuré. Plus d un quart des Français de 15 à 79 ans (27 %) ne connaît pas la nature de son dernier vaccin, une situation qui concerne tout particulièrement les jeunes de moins de 25 ans (53 %). Certains Français estiment même ne pas être à jour dans leurs vaccins : 19 % des ans, soit près d 1 personne sur 5. Or, ne pas être à jour implique que l on n est pas protégé efficacement contre ces maladies infectieuses. Avoir ses vaccins à jour, c est être protégé et c est aussi protéger les autres Grâce à la vaccination, certaines maladies ont totalement (variole) ou quasiment disparu (poliomyélite). Les épidémies sont plus rares. Seul l accès à l eau potable a eu un bénéfice supérieur à la vaccination pour améliorer l état de santé des populations depuis le 18 ème siècle. Adulte comme enfant, la vaccination est importante pour se protéger contre certaines maladies. Elle est aussi importante pour protéger les personnes qui ne peuvent être vaccinées comme les nourrissons les plus jeunes. C est le cas du vaccin méningococcique C et du vaccin contre la coqueluche qui assure une protection des nourrissons en attendant qu ils puissent être vaccinés. Être à jour : en une seule injection ou avec des rappels Pour une vaccination efficace, trois étapes clés sont à connaître : La primo vaccination : c est la première séquence de vaccins qui va permettre à notre organisme d acquérir des défenses nécessaires pour être protégé. En fonction du vaccin une seule dose (injection) suffit (par exemple méningocoque C) mais le plus souvent plusieurs doses sont nécessaires (par exemple coqueluche, rougeole, tétanos). La primo vaccination est effectuée chez le nourrisson dans la très grande majorité des cas selon un calendrier précis. Les rappels : les défenses apportées par la primo vaccination diminuent au cours du temps. Il faut donc les réactiver pour être protégé : c est le rôle de la dose (l injection) de rappel. Ces rappels se font tout au long de la vie (exemple le rappel de la coqueluche à 11 ans, le rappel diphtérie polio tétanos à 45 ans ). Le rattrapage : certaines personnes n ont jamais eu de primo vaccination ou bien ont raté des injections de rappel. Dans les deux cas, il faut faire un rattrapage pour être à jour et respecter le calendrier en vigueur. «Être à jour» c est avoir reçu les vaccins recommandés en fonction de son âge et avec le bon nombre d injections pour être protégé. Il n est jamais trop tard. Le calendrier des vaccinations donne toutes les informations pour s y retrouver dans ses vaccinations : type de vaccins, maladies et personnes concernées, nombre de rappels, procédures de rattrapage en cas d oubli Il est ajusté chaque année en fonction de l avancée des connaissances scientifiques sur les maladies infectieuses et les vaccins. 1. Enquête réalisée par BVA en 2011 auprès de personnes âgées de 15 ans et plus (méthode des quotas). DOSSIER DE PRESSE /9

5 LE CALENDRIER DES VACCINATIONS SIMPLIFIÉ : ÊTRE PROTÉGÉ, C EST ENCORE PLUS FACILE! Le calendrier des vaccinations : plus de clarté et de simplicité depuis 2013 Après avis du Haut conseil de la santé publique (HCSP) et du comité technique de vaccinations (CTV), le ministère chargé de la Santé présente chaque année un nouveau calendrier des vaccinations à l occasion de la Semaine européenne de la vaccination. Il permet de savoir quels sont les vaccins à effectuer, l âge auquel se faire vacciner, et comment procéder aux mises à jour. Il donne les recommandations générales valables pour la majorité des personnes mais aussi des recommandations spécifiques pour des populations particulières ou à risque (malades chroniques, exercice de certains métiers, voyages à l étranger ). En 2013, ce calendrier a été simplifié et a permis d optimiser le nombre d injections de vaccins pour tous (nourrissons, enfants, adolescents et adultes), afin d obtenir une meilleure adhésion tout en maintenant une aussi bonne protection. Âge approprié Naissance 2 mois 4 mois 11 mois 12 mois mois 6 ans ans 14 ans 25 ans 45 ans 65 ans et + BCG Diphtérie-Tétanos Poliomyélite Tous les 10 ans Coqueluche Haemophilus Influenza de type B(HIB) Hépatite B Pneumocoque Méningocoque C Rougeole-Oreillons- Rubéole Papillomavirus humain (HPV) Grippe Tous les ans DOSSIER DE PRESSE /9

6 AFFICHE_ECOLE_groupe.indd 1 11/03/13 10:45 PROTÉGEONS-NOUS, A Julien Goldstein Je me protège, je protège les autres, je me vaccine Parlez-en à votre médecin ou demandez conseil à votre pharmacien. Être à jour, de l adulte au bébé : des vaccinations aux âges clés L âge adulte Bien souvent, à l âge adulte, les préoccupations vis-à-vis de sa santé sont moindres. Le carnet de santé reste au fond d une armoire. Pourtant la vaccination reste d actualité. À 25 ans, un rappel s impose pour une protection efficace contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite (DTP) et la coqueluche. Le rappel DTP se fera ensuite à âge fixe : 45, 65, 75 ans Pour toutes les personnes nées depuis 1980, ne pas oublier la rougeole. Il faut deux doses du vaccin rougeole-oreillon-rubéole pour être protégé. Une deuxième dose est nécessaire, si une seule dose a été administrée au cours de la vie. Pour les parents, les futurs parents ou toute personne qui seront en contact avec des nourrissons, on conseille fortement d effectuer le rappel du vaccin contre la coqueluche à l âge de 25 ans, pour protéger les bébés. En 2012, les parents étaient à l origine de la contamination d un nourrisson dans 63 % des cas et la fratrie dans 27 % des cas 2. La coqueluche peut être très dangereuse chez un nourrisson. À partir de 2014, la vaccination est conseillée pour tout projet de grossesse survenant dix ans après le dernier rappel coqueluche. Pour les plus de 65 ans, comme chaque année ne pas oublier de se faire vacciner contre la grippe. Les adolescents Lors de cette période, le suivi médical est moins important que celui effectué dans la petite enfance. C est pour cela que les parents ne doivent pas oublier le carnet de santé de leur enfant à chaque visite chez le médecin. Voici les principaux vaccins les concernant : Entre 11 et 13 ans, un rappel contre le tétanos, la polio, la diphtérie et la coqueluche est nécessaire ; La jeune fille entre 11 et 14 ans peut se voir proposer la première dose de vaccin contre le papillomavirus, la seconde dose est administrée six mois plus tard A Julien Goldstein Protégeons-nous, vacc nons-nous Rougeole, oreillons, rubéole méningite, coqueluche, tuberculose Parlez-en à votre médecin ou demandez conseil à votre pharmacien. Si certains vaccins n ont pu être faits aux âges recommandés, il est toujours possible de les réaliser chez l adolescent, en rattrapage : vaccin contre l hépatite B, le vaccin peut être effectué de 11 à 15 ans : 2 doses sont nécessaires à 6 mois d intervalle ; vaccin contre le méningocoque C, un rattrapage est nécessaire jusqu à 24 ans révolus ; vaccination contre la rougeole, la rubéole et les oreillons, 2 doses à un mois d intervalle si pas de vaccin antérieur OU une dose si une seule dose vaccinale antérieure ; vaccination contre le papillomavirus, un rattrapage avec trois doses de vaccin sera proposé de 15 à 19 ans révolus. Le meilleur moyen est de profiter d une visite médicale de l adolescent pour en parler au médecin et le faire vacciner. 2. Données annuelles de surveillance du réseau hospitalier Renacoq / InVS DOSSIER DE PRESSE /9

7 Les nourrissons C est l âge des premiers vaccins, pour donner les premières défenses. Le nourrisson recevra entre deux mois et deux ans l ensemble des vaccins nécessaires à sa protection. Les parents pourront suivre les vaccins avec le carnet de santé. Pour protéger contre le tétanos, la première dose de la primo vaccination est à 2 mois et deux autres doses sont nécessaires à 4, puis 11 mois. Le vaccin qui est administré est un vaccin combiné qui protège aussi contre la polio, la diphtérie, la coqueluche, l haemophilus, l hépatite B. Ce vaccin est co-administré avec celui contre les infections invasives à pneumocoque A Julien Goldstein - Je me protège, je protège les autres, je me vaccine Parlez-en à votre médecin ou demandez conseil à votre pharmacien. Pour protéger le nourrisson contre la rougeole, celui-ci doit être vacciné une première fois à l âge de 12 mois puis entre le 16 e et le 18 e mois. Pour protéger contre le méningocoque C, une seule dose suffit. Elle est recommandée à l âge de 12 mois. Si ce vaccin n a pu être effectué à l âge de 12 mois, la vaccination est réalisée en rattrapage jusqu à l âge de 24 ans. Si un rappel est oublié, il n est pas nécessaire de recommencer à la première étape. Il suffit de reprendre la vaccination au stade où elle a été interrompue. Le voyageur Quand on part en vacances loin de chez soi, une liste de choses est à prévoir : visa, passeport mais aussi la mise à jour de ses vaccins. Avant de partir, il est conseillé de s informer sur les vaccins supplémentaires à faire pour s assurer un retour de vacances en forme : fièvre jaune, typhoïde, encéphalite japonaise selon la destination choisie, il est important de se protéger. DOSSIER DE PRESSE /9

8 LA VACCINATION, SEUL MOYEN DE PRÉVENTION EFFICACE CONTRE CERTAINES MALADIES INFECTIEUSES La vaccination, comment ça marche? Le principe de la vaccination peut se résumer en trois étapes : l introduction du vaccin dans le corps (forme inactive du microbe) ; le corps qui, en réaction à cette attaque inoffensive, produit des anticorps (défenses du corps humain) ; les anticorps qui, reconnaissant le vrai microbe en cas d infection, l éliminent pour empêcher la maladie de se développer. La vaccination, pour protéger contre quelles maladies? Les infections invasives à méningocoque C Elles sont particulièrement graves et peuvent être mortelles dans 10 % des cas pour la méningite et dans 26 % des cas pour le «purpura fulminans». La rougeole L épidémie, qui a débuté en France en 2008, a touché les enfants mais aussi les adolescents et les jeunes adultes. Si la rougeole est une maladie bénigne dans la plupart des cas, elle peut être grave et provoquer des pneumonies et des complications neurologiques graves. En 2012, 859 cas de rougeole ont été notifiés, dont 3 cas d encéphalites et 32 cas de pneumonies graves (source Invs). La coqueluche La coqueluche représente la première cause de décès par infection bactérienne chez les nourrissons de moins de 3 mois en France. L hépatite B (infection à VHB) L hépatite B entraîne des lésions du foie quand elle est chronique, pouvant être responsables de cirrhoses ou de cancers du foie. Cette maladie provoque environ décès par an en France. DOSSIER DE PRESSE /9

9 L infection à papillomavirus humains Les lésions génitales précancéreuses provoquées par les papillomavirus humains peuvent dans certains cas évoluer vers des cancers du col de l utérus. La rubéole Cette maladie peut avoir des conséquences graves quand elle survient chez une femme enceinte. Elle peut entraîner de graves malformations chez le fœtus (rubéole congénitale) pouvant mener à une interruption médicale de grossesse. La varicelle La varicelle, trop souvent considérée comme une simple maladie d enfants, peut être grave notamment pour les nouveaux nés, adolescents, jeunes adultes et personnes immunodéprimées qui sont exposés à des formes de varicelle s accompagnant souvent de complications (surinfections cutanées, encéphalites, pneumopathies). Chez les femmes enceintes, le risque est de contaminer le fœtus ou le nouveau-né. Qui peut vacciner? Le rôle des praticiens dans la vaccination est primordial. Ils conseillent, orientent et vaccinent les personnes. La simplification du calendrier vaccinal leur permet aussi de mieux expliquer les enjeux à leurs patients. Les vaccinations peuvent être effectuées par un professionnel de santé : médecin traitant, médecins spécialistes (pédiatre, gynécologue, etc..), sage-femme, infirmier sur prescription médicale sauf pour la grippe. Les vaccinations sont réalisées notamment dans : les cabinets libéraux de ces professionnels ; les centres de vaccination publics ; les centres de Protection maternelle et infantile (PMI) pour les enfants de moins de 7 ans ; les services de médecine du travail ; les centres de vaccination pour les voyageurs ; les établissements de santé. DOSSIER DE PRESSE /9

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Dossier de presse LA VACCINATION AU COURS DE LA VIE : Conseils et réponses aux questions du quotidien, pour être à jour CONTACTS PRESSE INPES Inpes : Sandra

Plus en détail

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Dossier de presse LA VACCINATION AU COURS DE LA VIE : Conseils et réponses aux questions du quotidien, pour être à jour CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier

Plus en détail

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN MARS 2011 313-52711-B État des données : mars 2011 Ce guide calendrier vaccinal comporte le carnet de vaccination. SOMMAIRE LA

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

LE SIMT et la vaccination

LE SIMT et la vaccination LE SIMT et la vaccination LE SIMT Service de santé INTERENTREPRISES ( autonome) Tous les secteurs d activités du secteur privé sauf secteur agricole (+ fonction publique de plus en plus) Compétent sur

Plus en détail

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE CAS CLINIQUE N 2 VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE FAMILLE DE 5 : MÈRE ASSISTANTE DE DIRECTION / PÈRE STEWARD AIR FRANCE, LONGS COURRIERS CARAÏBES. 3 ENFANTS

Plus en détail

Adolescents, jeunes adultes : à vos carnets de santé!

Adolescents, jeunes adultes : à vos carnets de santé! DOSSIER DE PRESSE 8 e Semaine Européenne de la Vaccination du mardi 22 au samedi 26 avril 2014 Adolescents, jeunes adultes : à vos carnets de santé! CONTACT PRESSE Sébastien PAGEAU 04.67.07.20.14 sebastien.pageau@ars.sante.fr

Plus en détail

La vaccination chez l enfant

La vaccination chez l enfant Conseil santé La vaccination chez l enfant www.omnimut.be La vaccination chez l enfant La vaccination chez l enfant Nous ne les voyons pas, mais ils sont bien là! De nombreux virus et bactéries peuvent

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

Vaccinations et grossesse. C.Chatelet

Vaccinations et grossesse. C.Chatelet Vaccinations et grossesse C.Chatelet L Idéal en préconceptionnel S assurer vaccinations réglementaires. Vacciner patientes à risques hépatites A, B et pneumocoques. Vacciner les «voyageurs potentiels»,

Plus en détail

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne CartoVaccins Haute-Vienne Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe en Haute-Vienne Quelle couverture vaccinale contre la Rougeole en Haute-Vienne > Contexte > Résultats Depuis le 1 er janvier

Plus en détail

Du 20 au 27 avril 2013 Semaine européenne de la vaccination

Du 20 au 27 avril 2013 Semaine européenne de la vaccination Du 20 au 27 avril 2013 Semaine européenne de la vaccination Vaccination : êtes-vous à jour? DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse national complété des informations en Vaucluse où la semaine se prolonge

Plus en détail

UNICEF/97-0627/Lemoyne

UNICEF/97-0627/Lemoyne UNICEF/97-0627/Lemoyne Pourquoi il est important de communiquer et d utiliser les informations sur LA VACCINATION La vaccination Chaque année, 1,7 million d enfants meurent de maladies qui auraient pu

Plus en détail

TOUT SAVOIR (ou presque) SUR LA VACCINATION : des réponses aux questions du quotidien

TOUT SAVOIR (ou presque) SUR LA VACCINATION : des réponses aux questions du quotidien Dossier documentaire vaccination Février 2015 TOUT SAVOIR (ou presque) SUR LA VACCINATION : des réponses aux questions du quotidien Ce dossier documentaire sur la vaccination est destiné aux professionnels

Plus en détail

Voyages et vaccinations

Voyages et vaccinations Voyages et vaccinations VOYAGES LES MICI NE SONT PAS UN OBSTACLE AUX VOYAGES. Cependant, sauf urgences professionnelles, mieux vaut envisager les déplacements en période de rémission quand tout va bien.

Plus en détail

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010 Vaccination coqueluche et maternité G Picherot YOPI 2010 Groupe Avancées Vaccinales 2010 Très inspiré de «AVANT, PENDANT et APRES Vaccinations autour de la grossesse» Dr Marc Valdiguié Pédiatre Unité de

Plus en détail

Les vaccinations du personnel hospitalier

Les vaccinations du personnel hospitalier Les vaccinations du personnel hospitalier Isabelle Buisson-Vallès Service de médecine du travail du personnel hospitalier Pr Brochard - CHU de Bordeaux 7ème JNI - Bordeaux 9 juin 2006 Introduction La majorité

Plus en détail

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE De très nombreuses raisons peuvent conduire un enfant ou un adulte à être en retard par rapport au calendrier vaccinal idéal. Parmi ces raisons, la

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015

SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015 FICHE 1 SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015 A QUOI SERT LA SEMAINE DE LA VACCINATION? La Semaine de la Vaccination a été lancée par l Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2005. Elle est

Plus en détail

> Passeport pour la santé

> Passeport pour la santé SAATCHI & SAATCHI - PHOTOS : GETTY IMAGES - 313-06344-B - Août 2006 > Passeport pour la santé Le guide calendrier vaccinal des adolescents et des adultes Mis à jour au 1 er août 2006 2 3 Sommaire Vaccins

Plus en détail

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Comment protéger vos enfants? La seule protection efficace : la vaccination R.O.R COQUELUCHE ANNUAIRE Livret élaboré en partenariat avec : Conseil Général du Loir-et-Cher

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 140- Mai 2014 SOMMAIRE 1. Le calendrier vaccinal simplifié 1 2. Vaccination des enfants et adolescents 2 3. Vaccination des adultes 4 4. Cas pratiques 6 5. Invitation Soirées de

Plus en détail

Des réponses. Vaccination

Des réponses. Vaccination Des réponses à vos questions sur la Vaccination Vacciner permet de réduire considérablement le nombre de malades et de décès par maladies infectieuses. C est un geste médical à part entière, sur lequel

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

VACCINATIONS. Le plan de vaccination suisse 2013 recommande la vaccination contre la tuberculose dans des groupes à risques.

VACCINATIONS. Le plan de vaccination suisse 2013 recommande la vaccination contre la tuberculose dans des groupes à risques. Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours VACCINATIONS Idriss Guessous Service de médecine de premier recours, HUG 2013 LES POINTS

Plus en détail

PEUT-ON VACINER CONTRE TOUS LES MICROBES?

PEUT-ON VACINER CONTRE TOUS LES MICROBES? INTRODUCTION La vaccination, est la protection d'un individu sain avant qu'il ne contracte une maladie, elle constitue l'exemple idéal de la prévention des maladies. La vaccination confère au vacciné une

Plus en détail

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection?

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection? Qu est-ce que l immunisation? L immunisation est un processus qui permet au corps de lutter contre les maladies causées par certains virus et bactéries. L un des moyens d être immunisé est de recevoir

Plus en détail

Le 4 février 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde

Le 4 février 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde Section 3 : Parfois, s occuper de la paperasse semble être complètement au bas de votre liste de priorités. Quand il y a déjà à peine suffisamment d heures dans la journée à passer avec les enfants, les

Plus en détail

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 http://www.inpes.sante.fr/cfesbases/catalogue/pdf/1133.pdf CAS CLINIQUE N 1 Une maman, membre d un groupe de pensée plutôt opposé aux vaccinations,

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI FMPR, Rabat le 23.10.2010 Les mesures de prévention concernent la population dans son ensemble en se

Plus en détail

Le point sur la vaccination

Le point sur la vaccination Semaine européenne de la vaccination Du 23 au 30 avril 2010 Le point sur la vaccination Parce qu'il est important d'être vacciné et de mettre à jour ses vaccins régulièrement, parce que l'on se pose tous

Plus en détail

Programme national d amélioration de la politique vaccinale 2012-2017

Programme national d amélioration de la politique vaccinale 2012-2017 Programme national d amélioration de la politique vaccinale 2012-2017 MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Sommaire Préambule Préambule........................................................

Plus en détail

Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans. Mikalou se fait vacciner

Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans. Mikalou se fait vacciner Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans Mikalou se fait vacciner Récit Mikalou n a peur de rien Dans le jardin, Mikalou s assoit sur la balançoire. Il n est pas une poule mouillée, et pourtant, il

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2015

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2015 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2015 L ASSURANCE MATERNITÉ Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

Sensibiliser les professionnels de santé à la vaccination anti grippale :

Sensibiliser les professionnels de santé à la vaccination anti grippale : Journée Régionale de Prévention et de Maitrise du Risque Infectieux en EHPAD Vendredi 25 Septembre 2014 Sensibiliser les professionnels de santé à la vaccination anti grippale : Le projet 2015 de l ARLIN

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2013 L assurance maternité Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE Prévention de la coqueluche Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE La coqueluche : question d actualité? Epidémiologie Nouvelles recommandations vaccinales et leur application Rôle des professionnels

Plus en détail

Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication

Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication Conférence de presse Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication Dossier d information Jeudi 13 octobre 2011 www.info-rougeole.fr Contacts Presse Inpes, Lamiel Denisse : 01 49 33

Plus en détail

j accompagne Les premiers pas

j accompagne Les premiers pas j accompagne Les premiers pas DE mon ENFANT Votre enfant est né Depuis la naissance de votre enfant, rien n est plus important que de le voir grandir. Afin de prendre soin de sa santé, l Assurance Maladie

Plus en détail

Adolescent ou adulte : à chaque âge, vaccinons-nous!

Adolescent ou adulte : à chaque âge, vaccinons-nous! DOSSIER DE PRESSE Adolescent ou adulte : à chaque âge, vaccinons-nous! Paris, le mardi 30 novembre 2010 3310EVAC35 Novembre 2010 Laboratoire GlaxoSmithKline Laboratoire GlaxoSmithKline Contacts Presse

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne

INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne Programme de vaccination pour les étudiants de médecine INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne 1) Introduction Le personnel de santé est exposé

Plus en détail

accueil structure organisation enfance

accueil structure organisation enfance MULTI-ACCUEIL «LA GARENNE» 19 avenue du Général Leclerc 36500 BUZANCAIS - 02.54.84.25.21 multiaccueil@buzancais.fr structure accueil organisation enfance SOMMAIRE Conditions d admissions...1 Conduite à

Plus en détail

j accompagne Les premiers pas

j accompagne Les premiers pas j accompagne Les premiers pas DE mon ENFANT Votre enfant est né Depuis la naissance de votre enfant, rien n est plus important que de le voir grandir. Afin de prendre soin de sa santé, l Assurance Maladie

Plus en détail

promotion santé La vaccination chez l enfant

promotion santé La vaccination chez l enfant promotion santé La vaccination chez l enfant La vaccination chez l enfant Une publication des Mutualités Libres Rue Saint-Hubert, 19-1150 Bruxelles T 02 778 92 11 - F 02 778 94 04 promotionsante@mloz.be

Plus en détail

Couverture vaccinale chez les soignants des établissements de soins de France. Enquête VAXISOIN, 2009

Couverture vaccinale chez les soignants des établissements de soins de France. Enquête VAXISOIN, 2009 Couverture vaccinale chez les soignants des établissements de soins de France Enquête VAXISOIN, 2009 J-P Guthmann, L. Fonteneau, C. Ciotti, E. Bouvet, G. Pellissier, D. Lévy-Bruh, D. Abiteboul XXII ème

Plus en détail

AUDIT VACCINATIONS. Résultats 1 er tour

AUDIT VACCINATIONS. Résultats 1 er tour AUDIT VACCINATIONS Résultats 1 er tour Participation Population Résultats par vaccination : - DTP - Hépatite B - Rougeole - Coqueluche - Méningite C - Human Papilloma Virus Résultats des participants Sommaire

Plus en détail

Par. France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail

Par. France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail Par France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail Catherine Martel, conseillère en soins infirmiers, service de la formation 29 novembre 2012 » Présentation des animatrices»

Plus en détail

J accompagne les. de mon enfant / 0 à 3 ans

J accompagne les. de mon enfant / 0 à 3 ans J accompagne les de mon enfant / 0 à 3 ans enfantné Votre est Depuis la naissance de votre enfant, rien n est plus important que de le voir grandir. Afin de prendre soin de sa santé, l Assurance Maladie

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Semaine européenne de la vaccination du 2 au 6 mai 2011. Agence Régionale de Santé du Nord Pas-de-Calais Lille, le 02 mai 2011

DOSSIER DE PRESSE. Semaine européenne de la vaccination du 2 au 6 mai 2011. Agence Régionale de Santé du Nord Pas-de-Calais Lille, le 02 mai 2011 DOSSIER DE PRESSE Semaine européenne de la vaccination du 2 au 6 mai 2011 Agence Régionale de Santé du Nord Pas-de-Calais Lille, le 02 mai 2011 Contact presse Béatrice Degrugillers - 03.62.72.86.10 - Beatrice.DEGRUGILLERS@ars.sante.fr

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Le collège de la Haute Autorité de Santé ayant valablement délibéré en sa séance du 29 mai 2013,

REPUBLIQUE FRANCAISE. Le collège de la Haute Autorité de Santé ayant valablement délibéré en sa séance du 29 mai 2013, REPUBLIQUE FRANCAISE AVIS N 2013.0051/AC/SEVAM du 29 mai 2013 du collège de la Haute Autorité de Santé relatif au protocole de coopération 048 «Consultation, décision et prescription de vaccination pour

Plus en détail

Michael Currat, Chef de clinique Médecine du personnel du CHUV. Vaccination pour les collaborateurs en stérilisation

Michael Currat, Chef de clinique Médecine du personnel du CHUV. Vaccination pour les collaborateurs en stérilisation Michael Currat, Chef de clinique Médecine du personnel du CHUV Vaccination pour les collaborateurs en stérilisation Plan Vaccination Historique Types de vaccins Risques infectieux inhérents à l activité

Plus en détail

La vaccination de l adulte

La vaccination de l adulte et R La vaccination de l adulte Trop souvent négligée! Karl Weiss, MD, MSc, FRCPC Présenté dans le cadre de la conférence : Les journées de pharmacologie, Université de Montréal, juin 2007 Une étude canadienne

Plus en détail

Introduction. Sommaire. Quelques définitions

Introduction. Sommaire. Quelques définitions Le Guide : Vaccination et Travail Association Interprofessionnelle de Santé au Travail Sommaire Introduction page 3 Quelques définitions Risques infectieux et vaccination page 4 les agents responsables

Plus en détail

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis 12/09/2013 2 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Nourrisson 3 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012

Plus en détail

Mesure de la couverture vaccinale en France

Mesure de la couverture vaccinale en France Maladies infectieuses Mesure de la couverture vaccinale en France Sources de données et données actuelles Jean-Paul Guthmann, Laure Fonteneau, Daniel Lévy-Bruhl Sommaire Abréviations 2 Résumé 4 1. Introduction

Plus en détail

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques 7 BEH -5 / 0 avril 0. Calendrier vaccinal 0. Tableaux synoptiques. Tableau des vaccinations recommandées chez les enfants et les adolescents en 0 Recommandations générales Rattrapage Populations particulières

Plus en détail

1 - MALADIES INFECTIEUSES TRANSMISSIBLES

1 - MALADIES INFECTIEUSES TRANSMISSIBLES PROCÉDURE RELATIVE AUX MALADIES INFECTIEUSES TRANSMISSIBLES ET AUX MALADIES À DÉCLARATION OBLIGATOIRE Références - Arrêté du 3 mai 989 Durées et conditions d'éviction, mesures de prophylaxie à prendre

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel Prévention-Santé-Sud-Est Association des Services de Santé au Travail Paca-Corse Vaccinations et milieu professionnel Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées Certaines activités professionnelles

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel La place de la vaccination dans la prévention des risques infectieux La prévention des risques infectieux au travail ne se réduit pas à la protection vaccinale. La vaccination s inscrit comme une des mesures

Plus en détail

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010 Objectifs QUELLES VACCINATIONS RECOMMANDER CHEZL ADULTE? N. Junod Perron et J P. Humair Enseignement en Médecine Ambulatoire SMPR 26.3.2014 2014 Connaître les vaccins recommandés chez les adultes de la

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel. Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées

Vaccinations et milieu professionnel. Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées Vaccinations et milieu professionnel Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées 1 Certaines activités professionnelles font courir un risque de maladie infectieuse, comme l'hépatite ou la tuberculose.

Plus en détail

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux.

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux. Anna Jagusiak GENERALITES DEFINITION La vaccination est une préparation antigénique qui à un agent infectieux. CLASSIFICATION VACCINS VIVANTS ATTENUES Protection immunitaire proche de celle suivant une

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU RELAIS

REGLEMENT INTERIEUR DU RELAIS REGLEMENT INTERIEUR DU RELAIS PRESENTATION DU RELAIS Le Relais est un équipement municipal s inscrivant dans les projets du Contrat Enfance et Jeunesse signé avec la CAF de Lyon. Il s adresse aux professionnel(le)s

Plus en détail

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers Guide pratique sur les vaccinations à l intention des infirmiers JNI Tours 14 juin 2012 Journée Nationale de Formation des Infirmières en Infectiologie Sophie Lefèvre Didier Pinquier D après le calendrier

Plus en détail

Le point sur la vaccination en France

Le point sur la vaccination en France Le point sur la vaccination en France Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant- Bron Président du Comité technique des vaccinations Semaine Européenne de la vaccination-

Plus en détail

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE F I C H E P R E V E N T I O N N 1 1 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LA VACCINATION PROFESSIONNELLE INTRODUCTION La vaccination en milieu professionnel a un intérêt individuel dans le sens où elle protège

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant de la fièvre, vomissements ou diarrhée)

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

Le guide de la VACCINATION

Le guide de la VACCINATION Le guide de la VACCINATION Hépatite A Tétanos Hépatite B Typhoïde Par Dr. Alex Barbey Illustrations par Helbé 2011 Le but de cette brochure On estime à 30 000 le nombre de décès d enfants et d adultes

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Le Puy-en-Velay, le 22 Septembre 2006 Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant

Plus en détail

Vaccination des enfants et des adolescents

Vaccination des enfants et des adolescents Information letter from the Norwegian Institute of Public Health No. 3 National vaccination programme in Norway French Last updated May 2010 www.fhi.no/publ/infoletter Vaccination des enfants et des adolescents

Plus en détail

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination INTRODUCTION Numéro 19, février 2015 Les maladies évitables par la vaccination (MEV) dont il est question dans ce numéro du bulletin

Plus en détail

Sommaire. Introduction...P3. La vaccination en questions.. P4. Les vaccins recommandés...p8

Sommaire. Introduction...P3. La vaccination en questions.. P4. Les vaccins recommandés...p8 Dossier de presse 1 Sommaire Introduction....P3 La vaccination en questions.. P4 Les vaccins recommandés...p8 Rougeole-Oreillons-Rubéole....P8 Méningite C...P10 Hépatite B..P11 Diphtérie-Tétanos-Coqueluche-Polio

Plus en détail

LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE?

LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE? LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE? La CPAM (sécurité sociale) permet d être remboursé entre 15 et 100% en fonction des soins donnés. Une mutuelle peut prendre en charge le

Plus en détail

Etude de la couverture vaccinale des populations Roms rencontrées par Médecins du Monde à Nantes et son agglomération

Etude de la couverture vaccinale des populations Roms rencontrées par Médecins du Monde à Nantes et son agglomération Session «Vaccination, des clés pour convaincre», 20 mai 2011 Etude de la couverture vaccinale des populations Roms rencontrées par Médecins du Monde à Nantes et son agglomération Sylvie Chapelais, responsable

Plus en détail

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Dossier de presse LA VACCINATION AU COURS DE LA VIE : Conseils et réponses aux questions du quotidien, pour être à jour CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier

Plus en détail

L INPES et la prévention des Maladies Infectieuses

L INPES et la prévention des Maladies Infectieuses 1 L INPES et la prévention des Maladies Infectieuses Institut National de Prévention et d Éducation pour la Santé 2 Établissement public sous tutelle du ministère de la santé 2002, succède au Comité Français

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 293 Vaccinations pour les personnels de santé INTRODUCTION La vaccination des personnels de santé a

Plus en détail

Maladies infectieuses. Organisation de la vaccination et mesure de la couverture vaccinale en région Corse

Maladies infectieuses. Organisation de la vaccination et mesure de la couverture vaccinale en région Corse Maladies infectieuses Organisation de la vaccination et mesure de la couverture vaccinale en région Corse Sommaire Abréviations 2 Introduction 5 PARTIE I Organisation de la vaccination en France et en

Plus en détail

NOM-PRENOM DU PERE : Port. : - - - -. PROFESSION : Employeur : LIEU DE TRAVAIL : Tél. : - - - -.

NOM-PRENOM DU PERE : Port. : - - - -. PROFESSION : Employeur : LIEU DE TRAVAIL : Tél. : - - - -. FICHE DE PRÉ-INSCRIPTION ACCUEIL REGULIER DEPANNAGE OCCASIONNEL Retrait : Dépôt : CRÈCHE FAMILIALE CAP CANAIILES - 07, Rue Hélène BOUCHER - 03.44.27.51.28. MULTI ACCUEIL CAP CANAILLES - 07, Rue Hélène

Plus en détail

Maladies d enfance. Ce que vous devez savoir et ce que vous pouvez faire.

Maladies d enfance. Ce que vous devez savoir et ce que vous pouvez faire. Maladies d enfance Ce que vous devez savoir et ce que vous pouvez faire. Contenu De quoi s agit-il? p 1 Comment peut-on y remédier? p 2 Ces maladies sont-elles évitables? p 3 L entourage peut-il être protégé?

Plus en détail

Réunion Publique du 24 Novembre 2012 à Pontault- Combault : LA VACCINATION EN QUESTIONS

Réunion Publique du 24 Novembre 2012 à Pontault- Combault : LA VACCINATION EN QUESTIONS Réunion Publique du 24 Novembre 2012 à Pontault- Combault : LA VACCINATION EN QUESTIONS QU EST-CE QU UN VACCIN? COMMENT AGIT IL? QUE CONTIENT IL? QUE RISQUONS NOUS A ETRE OU NE PAS ETRE VACCINE? COMMENT

Plus en détail

chaine du froid 31 janvier 2013

chaine du froid 31 janvier 2013 Médicaments et chaine du froid 31 janvier 2013 Plan 1 ère partie: les bonnes pratiques en référence au recommandations du conseil de l Ordre 2 ème partie: Expérience du centre hospitalier 2 partie: Expérience

Plus en détail

Vaccinations : amélioration de la couverture vaccinale

Vaccinations : amélioration de la couverture vaccinale Document élaboré par un groupe de travail pluri professionnel avec la participation de la HAS Protocoles pluridisciplinaires de soins de santé primaire en maisons de santé, pôles de santé et centres de

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION DIRECTIVE ADMINISTRATIVE CONCERNANT LA VACCINATION DES EMPLOYÉS ET DES ÉTUDIANTS EN MILIEU DE STAGE (D 19) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION DIRECTIVE ADMINISTRATIVE CONCERNANT

Plus en détail

AMMA HOSPI-PLAN Déclaration de sinistre

AMMA HOSPI-PLAN Déclaration de sinistre AMMA HOSPI-PLAN Déclaration de sinistre AMMA ASSURANCES a.m. Association Mutuelle Médicale d Assurances entreprise d assurance mutuelle association d assurance mutuelle à cotisations fixes conformément

Plus en détail

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie LA VACCINATION POST-GREFFE DE CELLULES HÉMATO-POÏÉTIQUES Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie Pourquoi me faire vacciner suite à une greffe de cellules hématopoïétiques

Plus en détail

Être jeune parent à la MSA

Être jeune parent à la MSA vous guider Être jeune parent à la MSA n Prestations, accueil et prévention santé du jeune enfant www.msa.fr L arrivée d un enfant occasionne souvent de grands bouleversements dans la vie d une famille.

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 SCHEMA VACCINAL DE 1981 : SCHEMA VACCINAL EN COMMUNAUTE FRANCAISE EN 2007 : COUVERTURES VACCINALES À L'ÂGE DE 12

Plus en détail

Compte-rendu de la session Vaccination : état des lieux et initiatives locales

Compte-rendu de la session Vaccination : état des lieux et initiatives locales Compte-rendu de la session Vaccination : état des lieux et initiatives locales Paris Centre universitaire des Saints-Pères 4 juin 2014 Modérateurs : Christian PERRONNE (HCSP) et Jean-François DODET (ARS

Plus en détail

Vaccins : les Enjeux Economiques

Vaccins : les Enjeux Economiques Vaccins : les Enjeux Economiques Claude Le Pen Université Paris-Dauphine Le monde fascinant des vaccins Un «confluent» (Ph. Kourilsky) Entre Bien et Mal Entre tradition et technologie de pointe Entre humain

Plus en détail

ASSURÉS. Vous accompagner... la maternité. naissance

ASSURÉS. Vous accompagner... la maternité. naissance ASSURÉS Vous accompagner... la maternité naissance Sommaire Prendre soin de vous.... p.4 Les premiers pas de bébé dans la vie... p.7 Calendrier des vaccinations... p.9 Les maux fréquents de bébé... p.10

Plus en détail

Programme régional d amélioration de la couverture vaccinale 2014-2018

Programme régional d amélioration de la couverture vaccinale 2014-2018 < Programme régional d amélioration de la couverture vaccinale 2014-2018 1 Préambule Le Programme national d amélioration de la politique vaccinale (2012 2017) préconise aux Agences régionales de santé

Plus en détail

Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005

Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Club Santé «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Contacts Presse : Florence PARIS Fanny ALLAIRE Tél : 01.39.17.90.85 Fax : 01.39.17.86.56 Adresses e-mail

Plus en détail