Résilience des Systèmes Homme-Machine - Application à la sécurité dans les transports

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résilience des Systèmes Homme-Machine - Application à la sécurité dans les transports"

Transcription

1 Réslence des Sysèmes Homme-Machne - Applcaon à la sécuré dans les ranspors Lya GU 1,2,3, Smon ENJALBERT 1,2,3, Frédérc VANDERHAEGEN 1,2,3 1 Unv Llle Nord de France, F Llle, France 2 UVHC, LAMIH, F Valencennes, France 3 CNRS, UMR 8530, F Valencennes, France Résumé Dans ce paper, nous nous néressons à l évaluaon de la réslence des Sysèmes Homme-Machne (SHM). Un Ea de l Ar sur le concep de réslence dans dfférens domanes scenfques es proposé. La défnon caracérsan la réslence d un SHM comme sa capacé à poursuvre son fonconnemen lors de perurbaons es reenue. Le modèle Bénéfce Coû Défc (BCD), qu perme de ransformer les données qualaves e quanaves ssues de l évoluon d un SHM, es ensue présené. Ces données ransformées son ulsées pour analyser e conrôler le comporemen d un SHM. L analyse de ce comporemen es rendue possble par la consrucon d ndcaeurs. Une llusraon es proposée par l nerpréaon de l évoluon d un ndcaeur applqué à la sécuré permean de caracérser la réslence d un SHM. Une applcaon au domane du ranspor ferrovare es envsagée dans la dernère pare. Absrac In hs paper, we am o evaluae he reslence of Human-Machne Sysems (HMS). A Sae of he Ar based on he reslence concep n dfferen scenfc felds s proposed. The defnon whch characerses HMS reslence as s ably o manan funconng when dsurbances occur s acceped. The Benef Cos Defc model (BCD), whch allows converng qualave and quanave daa from HMS evoluon, s hen nroduced. These convered daa are used o analyse and supervse HMS behavour. Ths behavoural analyss s possble hanks o ndcaor consrucon. An llusraon s proposed wh he nerpreaon of he evoluon of an ndcaor appled o safey allowng he HMS reslence characersaon. In las par, an applcaon o he ralway feld s consdered. 1. Inroducon Les Sysèmes Homme-Machne (SHM) son des sysèmes dans lesquels les foncons de l opéraeur human e de la machne son nerdépendanes afn de garanr le fonconnemen du sysème éudé. De nombreux ravaux on poré sur la concepon, la modélsaon e l analyse de ces sysèmes, mas peu de recherches on éé menées pour éuder les capacés de réacon e de récupéraon de ces sysèmes dans le cadre de perurbaons. Celles-c se son prncpalemen néressées à la pare echnque (machne) alors que nous proposons d éuder la capacé de réacon de l ensemble Homme-Machne. Le concep de réslence empruné au domane de l ngénere réslene es c à l éude dans le cadre des SHM. Dans la seconde pare de ce arcle, un Ea de l Ar sur la réslence dans dfférenes scences ulsan ce concep es présené. Dans la rosème pare, les prncpes du modèle Bénéfce, Coû, Défc (BCD) son explcés. Le modèle BCD peu êre ulsé pour défnr des ndcaeurs permean l évaluaon des performances (selon les crères éudés,.e. la qualé, la producvé, ec.) des SHM à l ade de données qualaves e quanaves. Ce modèle a éé ulsé pour l évaluaon e la prédcon de comporemens dans le cadre du franchssemen de barrères par des opéraeurs humans. Par la sue, nous souhaons denfer les données ssues du modèle BCD permean la caracérsaon de la réslence des SHM pour le crère de sécuré. Un ndcaeur assocé es explcé. Enfn, une applcaon dans les ranspors ferrovare es envsagée. La dernère secon présene une concluson sur la pernence de ces ravaux e des perspecves son évoquées. 2. Éa de l Ar sur la réslence Le concep de réslence a éé largemen abordé e dscué dans dfférenes communaués scenfques : en psychologe, en psychare [2], en socologe, en économe, en bologe ([3], [4] e [5]), en nformaque [6], ou encore en auomaque [7]. Il es lé à dfférenes héores : En psychologe ou psychare, ce concep apparaî en héore de l nvulnérablé,.e. capacé à résser aux aaques,

2 En bologe, l es développé dans la héore de la vablé,.e. capacé à survvre. Un des moyens de subssance es le mécansme d absorpon qu consse à anéanr les effes d une perurbaon, En ngénere, pluseurs approches peuven êre déclnées. Par exemple, la héore de la sûreé de fonconnemen assoce la réslence à la olérance aux faues ou aux erreurs. La héore de l élascé nerprèe la réslence comme une réssance aux chocs. Dans le cadre des SHM que nous éudons, la défnon proposée par Hollnagel e Woods [1] peu êre adopée : «la réslence es la capacé nrnsèque d une organsaon (d un sysème) à conserver ou à rerouver un éa sable qu lu permee de poursuvre son fonconnemen après une perurbaon majeure ou en présence d une presson connue». Le concep de réslence peu ans s applquer aux problémaques de la Sûreé de Fonconnemen. La réslence es la capacé de l Homme, d un composan, d un groupe ou de l envronnemen à récupérer ou s adaper sans problème face à des agressons ou des perurbaons exernes. Une perurbaon ou une agresson peu êre un choc physque ou psychologque, une erreur, une faue ou une volaon. Dfférenes approches peuven êre concernées ([8], [9] e [10]) : La réssance du sysème face aux défallances, La récupéraon des défallances couranes, La mnmsaon de leurs effes e leurs propagaons, La mgraon du sysème vers un éa sasfasan pour délvrer le servce requs. La prévenon de rsques ou de crses par ancpaon perme à parr d effors a pror de déermner un plan de geson afn de rédure la presson sur l opéraeur human lors de l occurrence d un événemen déclencheur de rsque ou de crse. Lorsque ces mesures d ancpaon son nsuffsanes, la réslence peu êre défne comme la capacé de conrôle des rsques nécessan chez les opéraeurs humans sur le erran un degré de lberé d acon pour mprovser e récupérer des suaons mprévues, l mprovsaon dépendan c des capacés d apprenssage e de parage d expérence enre ndvdus d une organsaon. La réslence, en opposon avec l ancpaon, me alors en œuvre des effors de récupéraon, de compensaon ou de confnemen des effes d un rsque ou d une crse [11]. Hollnagel e Woods esmen que la réslence d un sysème ne peu pas êre mesurée ; l es seulemen possble de déermner le poenel d une organsaon à êre réslene. D aures aueurs on proposé dfférenes méhodes de calcul. Toues ces mesures son lées à l évaluaon d un crère au cours du emps (la sécuré dans nos exemples) e à un seul de performance mnmale accepable (qu es généralemen fxé par le concepeur ou l ulsaeur du sysème). Lors de l occurrence d une perurbaon, le sysème do s assurer un nveau de performance supéreur à ce seul. Un sysème réslen es un sysème capable de reourner rapdemen à une valeur supéreure à ce seul dans le cas où l sera franch. Pour Marn [3], l nensé maxmale d une force absorbable par le sysème sans perurbaon sur son fonconnemen ou sur ses mécansmes de régulaon peu êre une mesure de la réslence. Sur la fgure 1, consdérons l évoluon de la sécuré de deux sysèmes éudés ; à l nsan nal (=0), les deux courbes son à une suaon de base e l ndcaeur de sécuré es sasfasan (supéreur au seul mnmum accepable). Ces deux sysèmes von connare une ou pluseurs perurbaons d nensé maxmale denque noée E max. FIG. 1: Evoluon de la sécuré de deux sysèmes e mesure de la réslence selon Marn. Cee mesure nous offre un moyen smple d évaluer la réslence d un sysème mas ne consdère pas le emps nécessare à un reour à un éa accepable de fonconnemen. Le emps 1 es nécessare pour un reour à l accepable dans un cas conre 2 dans le second cas. Ces deux sysèmes n on la même capacé de réslence, l es ndspensable d ajouer la dmenson emporelle. Pour Luo [9], le emps moyen de récupéraon des erreurs es une mesure de la réslence. Un aure exemple de mesure a éé proposé par Orwn e Wardle [4] e es présené sur la fgure 2. FIG. 2: Représenaon graphque de la foncon sécuré pour la mesure de la réslence d un SHM. La réslence nsananée es lée à la vesse de récupéraon à la perurbaon. Cee mesure, qu vare enre -1 e +1, es donnée par l équaon 1.

3 2 E max réslence ( T ) = 1 (1) j Emax + E j La valeur +1 correspond à la réslence maxmale quand les effes de la perurbaon on éé oalemen récupérés. Nous consaons que ces proposons prennen en compe so les noons d nensé de la perurbaon, so de emps de récupéraon, mas pas les deux smulanémen. Perez-España e Arreguín-Sanchez [5] on défn la réslence comme l nverse de la angene du résula du rao enre la réssance e le emps de récupéraon à une perurbaon. La valeur de la réslence vare enre 0 e 90 degrés où 90 représene la réslence maxmale dans l équaon 2. réslence = an 1 Emax T r T p Cee proposon de mesure nous appara néanmons nsuffsane dans le cadre de l éude de Sysèmes Homme- Machne car elle ne peu êre effecuée que sur un nervalle e ne permera pas de prendre en compe l évoluon générale d un sysème qu peu êre amené à franchr à pluseurs reprses le seul mnmal d accepablé. C es pourquo, dans les secons suvanes, nous proposons de défnr les prncpes du modèle Bénéfce Coû Défc afn de déermner un ndcaeur basé sur une foncon sécuré pour caracérser la réslence des SHM. 3. Prncpes du modèle Bénéfce Coû Défc (BCD) Dans la léraure ([12] e [13]), oue perurbaon ou aaque d un sysème echnque ou d un opéraeur human peu êre nerpréée en ermes de : B, Bénéfces espérés en relaon avec les nouveaux savors générés par le conrôle de cee perurbaon, C, Coûs accepables générés par le succès d un franchssemen de barrère ou la créaon d une parade à cee perurbaon, D, Défcs ou dangers poenels s le conrôle es un échec. Des ndcaeurs lés aux performances humanes e echnques son séleconnés pour comparer les suaons Un seul d accepablé du Coû es défn. Ce seul es supposé lnéare e consan. Il es néressan de comparer une suaon pour dfférens ulsaeurs ou pour dfférens nveaux décsonnels pour une organsaon. Par exemple, une suaon donnée peu êre accepable pour un ulsaeur mas naccepable pour un aure. Deux ndcaons peuven êre relevées : la pere de conrôle e le conrôle de la suaon. Les conséquences peuven êre 1 (2) auss ben posves que négaves. Les posves fon référence à un Bénéfce alors que les négaves à des Coûs accepables quand l événemen non désré es sous conrôle ou à un Défc s la suaon n es plus conrôlée. En d aures ermes, un coû es une conséquence négave accepable quand le comporemen de l opéraeur human es un succès e le défc es une conséquence naccepable lorsque son comporemen me en échec le sysème. La valeur logque des foncons B, C e D pour un crère d évaluaon donné quand l es subjecf ou qualaf peu êre ransformée en valeur numérque ou en donnée objecve par la foncon K J, (a, donnée dans l équaon 3. K J, K J, (a,=s (b( b ))-s (a( a )) K K C = K 0 D, a e b son des suaons données aux nsans respecfs a e b s (x( x )) es le crère de sévéré assocé à la suaon x au emps x. L avanage de ce modèle es qu l perme la ransformaon de données qualaves en valeurs quanaves en mean l accen sur les objecfs opéraonnels e organsaonnels. Ces données son ulsées pour analyser e conrôler les erreurs humanes e pour prévor cerans comporemens humans [14]. Dans la quarème secon, nous proposons d denfer une foncon de sécuré consrue avec ces données e qu servra d ndcaeur pour éablr la caracérsaon de la réslence des SHM. 4. Réslence d un sysème Homme- Machne Les ndcaeurs ulsés pour caracérser la réslence e pour évaluer les performances des SHM avec le modèle BCD son souven denques (producvé, sécuré, qualé, ec.). Dans ce arcle, dfférenes données relaves au SHM éudé son prses en compe à l ade du modèle BCD pour consrure un ndcaeur de sécuré. Seules les données ules à la consrucon de ce ndcaeur son c ulsées. Ce ndcaeur repose sur la somme des nfluences de ces données comme ndqué dans l équaon 4 : Sécuré ( ) = B,, n 1 = 0 ϖ a ( ) s B s C s D snon m 1 k = 0 γ k (3) (4) n : le nombre de données dfférenes consdérées. Ces données peuven êre à l orgne qualaves ou quanaves mas on éé ransformées en valeur numérques. Il es ans possble de consdérer des élémens els que la vesse, la dsance de frenage, la

4 fague du conduceur, ec. pour des exemples raan du domane des ranspors. m : le nombre de nveaux défns pour une donnée, un nveau correspondan à une plage de valeurs pour la donnée éudée. S nous prenons l exemple des données relaves à la vesse, l es possble de consdérer un nveau de survesse correspondan à une augmenaon supéreure à 10% de la vesse maxmale auorsée, un nveau correc e un nveau de sous-vesse s la vesse es nféreure à 10% de la vesse maxmale auorsée, so ros nveaux. a : la valeur de la donnée > 0, exprmée, en foncon du ype de donnée, par la valeur absolue de l écar enre la valeur aendue de la donnée prse en compe e celle mesurée ou par la valeur brue mesurée. ϖ : le pods affecé à la donnée, qu perme de lmer l mpac des dfférenes données raées. En effe, une donnée, par sa valeur a, peu s avérer rop mporane au regard des aures données. S nous prenons l exemple des données relaves à la vesse, le pods peu êre défn comme l nverse des vesses moyennes mesurées. γ k : l nfluence de la donnée, défne comme une varable enre 0 e R k où R k es une varable qu su une lo de dsrbuon unforme e qu représene l nfluence la plus mporane probable pour la donnée de nveau k. L nfluence perme de consdérer l mporance relave de la valeur de la donnée dans le cadre de l ndcaeur que nous essayons de défnr. S nous prenons l exemple des données relaves à la vesse, l nfluence sera une varable plus mporane s la valeur d un excès de vesse dépasse largemen la lme fxée par le nveau m. La foncon ans défne perme de représener l évoluon de l ndcaeur sécuré. La caracérsaon de la réslence es alors envsageable en foncon du emps passé par le sysème au-delà du seul d accepablé e de la valeur de la perurbaon sube. La surface ans représenée sur la fgure 3 correspond alors à la réslence de nore sysème. FIG. 3: Evaluaon de la réslence d un SHM par la surface en dessous du seul mnmum accepable. Mons cee surface es mporane, melleure es la réslence de nore sysème pour l ndcaeur de sécuré. Il es ans possble de comparer la réslence de dfférens SHM. 5. Applcaon aux sysèmes de ranspors La plaeforme de COndue sur Rals e GESon de Trafc (COR&GEST), développée au LAMIH à Valencennes, a éé ulsée pour smuler un Sysème Homme-Machne de condue de rans. Cee plaeforme consse à commander les rans d une saon de dépar à un pon arrvé. Les opéraons de condue, comme par exemple accélérer, frener, respecer la sgnalsaon, ec., doven êre exécuées par un opéraeur human. Deux données qu nfluencen la sécuré du SHM éudé son prses en compe : la vesse du ran V, qu es supposée ne pas dépasser une lme maxmale, e le emps de réacon du conduceur T r, qu correspond à la prse en compe par celu-c d un changemen de consgne. L ndcaeur de sécuré défn dans la secon précédene repose dans ce exemple sur ces deux données. Le ran peu êre consdéré comme en sécuré lorsque la donnée correspondan à la vesse du ran es égale à la vesse prédéfne par le concepeur (ou par la sgnaléque) noée V p. Plus la vesse es grande, plus le danger es mporan. Dans ce exemple, nous ne prenons pas en compe les vesses nféreures à la préconsaon car rès peu d accdens son lés à ces valeurs dans le domane ferrovare. Le emps de réacon correspond à la durée nécessare pour le conduceur afn de dmnuer la vesse du ran en accord avec la consgne. Lors d un changemen de erran, dans un vrage serré par exemple, le conduceur do rapdemen dmnuer la vesse du ran. La durée nécessare pour passer de la vesse nale mesurée jusqu à la consgne donnée es ans mesurée e ne do pas dépasser une lme héorque de emps dsponble, noé T d, défne par le concepeur. Les données V e T r varen en foncon des suaons renconrées par le conduceur. La foncon de sécuré assocée à nore exemple es donnée par l équaon (5). Sécuré( ) = γ ϖ ( V ( ) V ( )) + γ ϖ T ( ) v v Où γ v e γ son respecvemen l nfluence de la vesse e du emps de récupéraon. Ces nfluences son des varables en foncon de la valeur de ces données. Deux nveaux son défns pour chaque donnée avec une valeur lme qu les sépare. La pare en deçà de cee lme es appelée nveau 1 e celle au-delà nveau 2. La valeur lme pour la vesse es défne par les lmes echnques de la plaeforme de smulaon e prend la valeur V p +10. S on s néresse à présen au sysème KVB (conrôle de vesse par balses) ulsé dans le domane ferrovare, quand la vesse du ran es supéreure à V p, une alarme sonore reen e le panneau de conrôle ndque au conduceur l ajusemen sans déla qu l do effecuer sur sa machne. S la vesse dépasse une valeur d urgence, le KVB frene auomaquemen le ran. Dans le cadre du emps de p r (5)

5 réacon, la lme séparan les deux nveaux es défne par le concepeur à 80% du emps dsponble T d. S, respecvemen, les valeurs V e T r apparennen au nveau 1, leur nfluence γ v e γ es calculée comme une varable déermnée par une lo de dsrbuon unforme enre 0 e 1. Dans le cas conrare, s ces mêmes valeurs apparennen au nveau 2, leur nfluence es calculée comme une varable déermnée par une lo de dsrbuon unforme enre 0 e 3. Une nfluence plus mporane sgnfe que le sysème es mons sûr e que la sécuré se dégrade. Enfn, ϖ v e ϖ corresponden au pods des données de la vesse e du emps de récupéraon. Ils son proposés pour équlbrer l mporance de ces données dans le cadre de la sécuré des sysèmes. Ils son donnés par les équaons (6) e (7). 1 ϖ v = V V Où V V p es la moyenne de la dfférence enre la vesse mesurée V e celle prédéfne V p. Duran la smulaon, dfférens évènemens peuven se produre. En effe, le supervseur du sysème peu modfer des consgnes afn de eser la réacvé du conduceur. A chaque occurrence d une perurbaon de ce ype, nous avons enregsré les dfférens paramères du sysème e avons exra les données relaves à la vesse e au emps de récupéraon afn de racer la courbe, présenée en fgure 4, de l ndcaeur de sécuré grâce à la foncon défne précédemmen. FIG. 4: Evoluon de la sécuré lors de la smulaon. Dans cee représenaon, les valeurs les plus basses corresponden à un ndce de sécuré (sans uné) correc e les plus grandes peuven mere en danger l négré du SHM consdéré. Les valeurs lmes enre les deux nveaux (V p +10 e 0,8 T d ) on éé prses en compe pour déermner ϖ = 1 T d p (6) (7) le seul «maxmal» accepable, représené dans nore exemple par un seul lnéare e consan égal à 1,85. La suaon renconrée e raée par le conduceur de la manère la plus sûre es la 56 ème avec une valeur de 0,03 alors que la plus dangereuse correspond au 53 ème cas avec une valeur de 6,8. A parr de ce ndcaeur, l es à présen possble d envsager l évaluaon de la surface au dessus du seul maxmal accepable e de la comparer avec d aures SHM. Les SHM peuven ans êre analysés afn de déermner la combnason assuran la melleure réslence. 6. Concluson Dans ce arcle, nous proposons de déermner la réslence d un Sysème Homme-Machne (SHM) pour la sécuré dans le cadre des ranspors. Un Ea de l Ar sur le concep de réslence a éé développé e une défnon dans s es dégagée. Les prncpes du modèle Bénéfce Coû Défc (BCD) on éé présenés. Ce modèle es ulsé pour défnr des ndcaeurs pour l évaluaon des performances des SHM. Nous proposons de nous servr de ce modèle pour mesurer la sécuré, grâce à une foncon qu a éé explcée, e pour évaluer la réslence des SHM consdérés. L applcaon à un sysème de ranspor a éé évoquée. La possblé de consdérer pluseurs seuls d accepablé (défns par les ulsaeurs ou par le concepeur) es à l éude. Le calcul d un ou pluseurs seuls, qu ne seraen plus lnéares n consans, en foncon des événemens précédemmen renconrés ou de l expérence du conduceur, es auss envsagé. Enfn, la probablé de succès d une acon enreprse par un opéraeur human peu êre évaluée par réseau Bayésen. L applcaon de ces probablés à l analyse du comporemen réslen des SHM pourra êre dscuée dans une prochane conrbuon. 7. Remercemens Ces ravaux de recherche on éé souenus par le Campus Inernaonal sur la Sécuré e l'inermodalé des Transpors, la Régon Nord-Pas-de-Calas, la Communaué Européenne, la Délégaon Régonale à la Recherche e à la Technologe, le Mnsère de l Ensegnemen Supéreur e de la Recherche, le Cenre Naonale de la Recherche Scenfque, e le Groupemen d Inérê Scenfque Survellance, Sûreé e Sécuré des Grands Sysèmes. Les aueurs remercen chaleureusemen le suppor de ces nsuons. Références [1] E. Hollnagel and D.D. Woods. Reslence Engneerng: conceps and preceps, chaper Eplogue: Reslence Engneerng Preceps. Ashgae

6 publshng, Ld., Hollnagel, e. and woods, d.d. and leveson, n. edon, [2] V. Goussé. Appor de la généque dans les éudes sur la réslence : l exemple de l ausme. Annales Médco-Psychologques, [3] S. Marn. La réslence dqns les modèles de sysèmes écologaues e socaux. Phd hess, Ecole Normale Supéreure de Cachan, [4] K.H. Orwn and D.A. Wardle. New ndces for quanfyng he ressance and reslence of sol boa o exogenous dsurbances. Sol Bology & Bochemsry, 36, , [5] H. Perez-Espana and F. Arreguın-Sanchez. Annverse relaonshp beween sably and mau-ry n models of aquac ecosysems. Ecologcal Modellng, 145 (2-3): , [6] C.M. Chen, C.W. Ln and Y.C.Chen. Adapve errorreslence ranscodng usng prorzed nra-refresh for vdeo mulcas over wreless neworks. Sgnal Processng: Image and Communcaon, 22, , [7] S. Zeba, P. Pole, F. Vanderhaegen and S. Enjalber. Auonome adjusable e reslence pour une cooperaon Homme Robo. Conference CIFA, Roumane, [8] H. Nakayama, N. Ansar, A. Jamalpour and N. Kao. Faul-reslen sensng n wreless sensor neworks. Compuer Communcaon, 30, , [9] M.Y. Luo and C.S. Yang. Enablng faul reslence for web servces. Compuer communcaons, 25(3): , [10] T. Numanoglu, B. Tavl and W. Henzelman. Energy effcency and error reslence n coordnaed and non-coordnaed medum access conrol proocols. Compuer Communcaons, 29, , [11] F.R. Cheveau and J.L. Wybo. Approche praque de la culure de sécuré : pour une maîrse des rsques ndusrels plus effcace. Revue Françase de Geson, 174, , [12] P. Pole, F. Vanderhaegen and R. Amalber. Modellng Borderlne oleraed condons of use (BTCUs) and assocaed rsks. Safey Scence, 41, pp , [13] F. Vanderhaegen. Analyse e conrôle de l'erreur humane. Hermès Scence, [14] A. Chaal-Djelass. Modélsaon e prédcon des franchssemens de barrère basées sur l ulé espérée e le renforcemen de l apprenssage applcaon à la condue auomoble. Phd. Thess. Unversé de Valencennes e du Hanau-Cambréss, 2007.

TD2 Ener3 Exercices : hacheurs

TD2 Ener3 Exercices : hacheurs Exercces : hacheurs 1 217-218 Hacheur quare quadrans Une machne à couran connu es almenée par le conversseur don le schéma es représené cdessous. Les ordres d'ouverures e de fermeures des nerrupeurs commandés

Plus en détail

Courant continu et courants alternatifs

Courant continu et courants alternatifs Classe : 2ME BEP Méers de l élecroechnque Couran connu e couran alernaf Leu : Salle de cours & salle de mesures Objecf Dfférencer les caracérsques d un couran connu e d un couran alernaf,. Savors : S.2

Plus en détail

Régimes transitoires

Régimes transitoires ÉLECTOCINÉTIQUE chapre 3 égmes ransores En régme connu, les composanes capacves e nducves d un crcu son analogues respecvemen à un crcu ouver e à un cour-crcu. Elles n on donc aucun nérê. Cependan, s un

Plus en détail

Condensateur. Relation entre la charge et la tension aux bornes d un condensateur :

Condensateur. Relation entre la charge et la tension aux bornes d un condensateur : Formulare d élecrcé Pons de cours Condensaeur Explcaons ou ulsaons Un condensaeur es composé de deux armaures méallques séparé par un solan appelé délecrque. S une armaure se charge posvemen, l aure es

Plus en détail

Utilisation des fonctions B-splines pour modéliser la survie relative non proportionnelle

Utilisation des fonctions B-splines pour modéliser la survie relative non proportionnelle Ulsaon des foncons -splnes pour modélser la surve relave non proporonnelle Roch Gorg Laboraore d Ensegnemen e de Recherche sur le Traemen de l Informaon Médcale Faculé de médecne de Marselle - Unversé

Plus en détail

LES CIRCUITS A COURANT ALTERNATIF MONOPHASE

LES CIRCUITS A COURANT ALTERNATIF MONOPHASE LECON & : LES CRCS A CORAN ALERNAF MONOPHASE LES CRCS A CORAN ALERNAF MONOPHASE - Dfférens formes de courans (e de enson Dans l'ensemble des formes de courans, nous pouvons effecuer une premère paron :

Plus en détail

Les dispositifs de commutation

Les dispositifs de commutation Les dsposfs de commuaon 1. Les dsposfs de commuaon élecronques des sgnaux Les dsposfs élecronques de commuaon des sgnaux fonconnen en mode «ou ou ren» (mode bnare). Les deux éas possbles du composan son

Plus en détail

TD 2 Cinétique chimique

TD 2 Cinétique chimique TD Cnéque chmque Exercce Oxydaon de l ammonac L ammonac peu s oxyder ; l équaon sœchomérque de la réacon peu s écrre : 4 NH + 5 O NO + 6 H O S a un momen donné, l ammonac dsparaî à la vesse de, mol.l -.s

Plus en détail

Chapitre 1.1a Les oscillations

Chapitre 1.1a Les oscillations Chapre 1.1a Les oscllaons La cnémaque La cnémaque es l éue u mouvemen un obje en foncon u emps. Pour ce fare, nous avons recours au conceps e poson, vesse e accéléraon : Poson : ( uné : m Vesse : v ( uné

Plus en détail

2 LES DIPOLES PASSIFS ELEMENTAIRES

2 LES DIPOLES PASSIFS ELEMENTAIRES ES DPOES PASSFS EEMENTAES. nroducon es composans ulsés en élecronque présenen des bornes élecrques ou pôles permean leur connexon dans un réseau. On dsngue : - les dpôles ( pôles) comme les réssances,

Plus en détail

t = effectif de la partie 100 effectif total

t = effectif de la partie 100 effectif total Chapre I : Pourcenages Exra du programme : - Coecen mulplca assocé à un pourcenage - Iéraon de pourcenages - Analyse des varaons de pourcenages - Comparason de pourcenage - Approxmaon lnéare dans le cas

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 2. Jallu Laurent

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 2. Jallu Laurent ycée Gallée Gennevllers e dpôle, sére chap. Jallauren I. e solénoïde... résenaon... uo nducon... 3 Tenson aux bornes du solénoïde... 3 Symbole... 3 II. e dpôle, sére... 4 échelon de enson... 4 Inerpréaon

Plus en détail

q A q B B augmente dans le temps, ce qui signifie que A dt Quand le courant circule en sens inverse du sens choisi, l intensité est négative, les

q A q B B augmente dans le temps, ce qui signifie que A dt Quand le courant circule en sens inverse du sens choisi, l intensité est négative, les L essenel du cours proposé par Mahmoud Gazzah Le condensaeur, le dpôle Descrpon sommare d un condensaeur Défnon e symbole : Un condensaeur es consué de deux armaures méallques séparées par un solan appelé

Plus en détail

PONDÉRATIONS LONGITUDINALES

PONDÉRATIONS LONGITUDINALES PONDÉRATIONS LONGITUDINALES DANS L ENQUÊTE EMPLOI DE L INSEE Pascal Ardlly Insee, Déparemen des méhodes sasques Conexe e objecfs Source Enquêe Emplo rmesrelle en France Objecf Sur une pérode donnée, esmer

Plus en détail

ANNEXE 1 - LE POIDS DES HYPOTHESES DANS LE CALCUL DES QUOTIENTS

ANNEXE 1 - LE POIDS DES HYPOTHESES DANS LE CALCUL DES QUOTIENTS ANNEXE - LE POIDS DES HYPOTHESES DANS LE CALCUL DES QUOTIENTS L'hypohèse d'une réparon des événemens démographques unforme sur l'année gnore la sasonnalé des décès e des nassances qu peu êre déermnée ans

Plus en détail

Plan. Définition, Historique, Régression Linéaire Multiple. Interprétation géométrique de la solution, Lien avec l analyse de Corrélation Canonique,

Plan. Définition, Historique, Régression Linéaire Multiple. Interprétation géométrique de la solution, Lien avec l analyse de Corrélation Canonique, Plan Défnon, Régresson Lnéare Mulple Massh-Réza Amn Technques d Analyse de Données e Théore de l Informaon Maser M IAD Parcours Recherche amn@polea.lp6.fr Hsorque, Inerpréaon géomérque de la soluon, Len

Plus en détail

DYNAMIQUE EN REFERENTIEL TOURNANT : L EXEMPLE DE LA RESONANCE MAGNETIQUE

DYNAMIQUE EN REFERENTIEL TOURNANT : L EXEMPLE DE LA RESONANCE MAGNETIQUE DYNAMIQUE EN REFERENTIEL TOURNANT : L EXEMPLE DE LA RESONANCE MAGNETIQUE.- Hamlonen de spn On consdère une parcule de spn placée dans un champ magnéque saque B Bu e un champ ournan à la vesse angulare

Plus en détail

Chapitre 1.14 L intégrale en cinématique

Chapitre 1.14 L intégrale en cinématique Chapre.4 L négrale en cnémaque L négrale En mahémaque, on éfn l négrale une foncon f ( el que F( f ( e '( ( F F où F ( es la foncon qu onne la valeur e l are sous la courbe e la foncon f ( ans l nervalle

Plus en détail

Décomposition d une fraction rationnelle en éléments simples

Décomposition d une fraction rationnelle en éléments simples Décomposon d une fracon raonnelle en élémens smples I Premère éape Dvson eucldenne de polynômes On rappelle que procéder à la dvson eucldenne d un polynôme A par un polynôme B non nul, c es écrre A BQ

Plus en détail

Nous considérons une petite portion de paroi de surface S. La pression est le quotient de l intensité moyenne de cette force par la surface S :

Nous considérons une petite portion de paroi de surface S. La pression est le quotient de l intensité moyenne de cette force par la surface S : Comlémen VI. age /v Presson cnéque Nous allons rerendre le calcul de la resson cnéque en consdéran un modèle mons smlse que celu du chare VI. C es-à-dre en ne smlfan as l agaon moléculare. Nous commençons

Plus en détail

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC IN N TIIT :, T I. INTNSIT : = dq d en couran varable I = Q en couran connu Méhode générale d éablssemen des équaons dfférenelles : lo d addvé des ensons pus relaons dq caracérsques :, lo d Ohm u = aux

Plus en détail

Interaction d un système quantique à deux états avec des ondes électromagnétiques

Interaction d un système quantique à deux états avec des ondes électromagnétiques Ineracon d un sysème quanque à deux éas avec des ondes élecromagnéques Exemple de l ammonac NH 3 - Influence d un champ élecrque saque sur les nveaux d énerge. - Influence d un champ élecrque nhomogène

Plus en détail

TH R. 220V 50Hz. i a. chronogrammes : V GK. φ+2π

TH R. 220V 50Hz. i a. chronogrammes : V GK. φ+2π edressemen monophasé commandé C.P.G.E-SI-SAFI edressemen monophasé commandé Inroducon : Un monage redresseur commandé perme d obenr une enson connue réglable à parr d une enson alernave snusoïdale. L ulsaon

Plus en détail

Chapitre 1 Convertisseurs alternatif/continu

Chapitre 1 Convertisseurs alternatif/continu Lycée La Fayee Page CPGE AS cours de scences ndusrelles géne élecrque Chapre Conversseurs alernaf/connu. GENERALIES n conversseur alernaf/connu perme d almener une arge sous une enson connue évenuellemen

Plus en détail

APPRENTISSAGE PAR COMBINAISON DE CLASSIFIEURS ELEMENTAIRES («dopage» ou «Boosting»)

APPRENTISSAGE PAR COMBINAISON DE CLASSIFIEURS ELEMENTAIRES («dopage» ou «Boosting») APPRENISSAGE PAR COMBINAISON DE CLASSIFIEURS ELEMENAIRES («dopage» ou «Boosng») Pr. Faben Mouarde Cenre de Roboque (CAOR) MINES Pars ech (ENSMP) PSL Research Unversy Faben.Mouarde@mnes-parsech.fr hp://people.mnes-parsech.fr/faben.mouarde

Plus en détail

Techniques d extensométrie

Techniques d extensométrie TRAVAUX PRATIQUES DE DIMENSIONNEMENT DES STRUCTURES Technques d eensoére TP n 1 : Module d Young e Coeffcen de Posson TP n 1 : Module d Young e coeffcen de conranes 1 Module d Young e coeffcen de Posson

Plus en détail

Gestion de production court terme en contexte incertain. Gestion de production à court terme. EDF R&D École Centrale Paris

Gestion de production court terme en contexte incertain. Gestion de production à court terme. EDF R&D École Centrale Paris Geson de producon cour erme en conee nceran EDF R&D École enrale Pars Geson de producon à cour erme Encadrans ndusrels : Gérald Vgnal - Jérôme Quenu Encadran académque : Yves Dallery-Mchel Mnou Snda Ben

Plus en détail

Surveillance par observateurs des systèmes dynamiques hybrides

Surveillance par observateurs des systèmes dynamiques hybrides N d Ordre : 41188 Unversé de Llle 1: Scences e Technologes Laboraore d Auomaque, de Géne Informaque e Sgnal LAGIS UMR CNRS 8219 Ecole Docorale SPI 072 THÈSE Présenée en vue de l obenon du grade de DOCTEUR

Plus en détail

Évolution de la sous-traitance en France depuis le début des années 80 Analyse sur données individuelles d entreprises

Évolution de la sous-traitance en France depuis le début des années 80 Analyse sur données individuelles d entreprises Évoluon de la sous-raance en France depus le débu des années 80 Analyse sur données ndvduelles d enreprses Nadne THÈVENOT Jule VALENTIN MATISSE UMR 8595 Unversé Pars MATISSE UMR 8595 Unversé Pars heveno@unv-pars.fr

Plus en détail

Lire le début de la thèse

Lire le début de la thèse Lre le débu de la hèse CHAPITRE 5 : Mse en œuvre e caracérsaon de ules de pussance MOSFET-SC en fonconnemen onduleur de enson sur un banc d essa par «méhode d opposon» CHAPITRE 5 : Mse en œuvre e caracérsaon

Plus en détail

Etude numérique de l effet de température d entrée du fluide sur l établissement du régime turbulent dans un échangeur coaxial

Etude numérique de l effet de température d entrée du fluide sur l établissement du régime turbulent dans un échangeur coaxial Revue de géne ndusrel 2012, 8, 24-31 Revue de Géne Indusrel ISSN 1313-8871 hp://www.revue-gene-ndusrel.nfo Eude numérque de l effe de empéraure d enrée du flude sur l éablssemen du régme urbulen dans un

Plus en détail

Chapitre 2. Le mouvement rectiligne

Chapitre 2. Le mouvement rectiligne Chapre Le mouvemen reclgne Objec nermédare 1. Employer les équaons du mouvemen reclgne unormémen accéléré (m.r.u.a.) à un corps lbre ou en chue lbre. Vesse moyenne La vesse moyenne v 1 (enre 1 e ) es déne

Plus en détail

CALCUL D INCERTITUDE APPLIQUE AU CALORIMETRE ET AUX RADIOMETRES PRIMAIRES DECRITS DANS LES NORMES NF X ET ASTM E 662 :2003.

CALCUL D INCERTITUDE APPLIQUE AU CALORIMETRE ET AUX RADIOMETRES PRIMAIRES DECRITS DANS LES NORMES NF X ET ASTM E 662 :2003. CALCUL D INCERTITUDE APPLIQUE AU CALORIMETRE ET AUX RADIOMETRES PRIMAIRES DECRITS DANS LES NORMES NF X 10-70-1 ET ASTM E 66 :003 Erc GUILLAUME 1, Franck DIDIEUX (LNE/CEMATE/DCAF), Caherne YARDIN, LNE/DQ/SCI,

Plus en détail

Etude d un onduleur de tension autonome monophasé :

Etude d un onduleur de tension autonome monophasé : L ONDULUR AUONOM de d n ondler de enson aonome monophasé Défnon Un ondler es n conversser saqe conn alernaf. L ondler es d aonome qand l mpose sa propre fréqence à la charge (ce q es dfféren de l ondler

Plus en détail

Hacheur série. 1. Présentation. 2. Principe de fonctionnement. Le hacheur est un convertisseur statique continu-continu. Symbole synoptique :

Hacheur série. 1. Présentation. 2. Principe de fonctionnement. Le hacheur est un convertisseur statique continu-continu. Symbole synoptique : Termnale STI hacheur sére Hacheur sére. Présenaon e hacheur es un conersseur saque connu-connu Symbole synopque : Tenson connue fxe Tenson connue réglable Ou plus exacemen : enson oujours de même sgne,

Plus en détail

La régression logistique PLS : Application à la détection de défaillance d entreprises

La régression logistique PLS : Application à la détection de défaillance d entreprises Busness Scool W O R K I N G P A P E R S E R I E S Workng Paper 04-38 La régresson logsque PLS : Applcaon à la déecon de défallance d enreprses BEN JABEUR Sam p://.pag.fr/fr/accuel/la-recerce/publcaons-wp.ml

Plus en détail

Catégorisation de séquences d activités humaines par marches aléatoires sur graphe

Catégorisation de séquences d activités humaines par marches aléatoires sur graphe Fares Haddad. fhaddad@eu.nfo.uncaen.fr Maser Recherche Langue-Image-Documen Ma - Sepembre 007 Caégorsaon de séquences d acvés humanes par marches aléaores sur graphe Responsable du sage : Youssef Chahr.

Plus en détail

Modélisation et simulation de l hydroformage de liners métalliques pour le stockage d hydrogène sous haute pression

Modélisation et simulation de l hydroformage de liners métalliques pour le stockage d hydrogène sous haute pression Modélsaon e smulaon de l hydroformage de lners méallques pour le sockage d hydrogène sous haue presson J.C. Geln, C. Labergère,. Boudeau, S. Thbaud Insu FEMTO-ST, Déparemen Laboraore de Mécanque Applquée

Plus en détail

PRODUITS DE TAUX D INTERET Modèles de marché ENSAE - DEA MASE Université Paris IX Dauphine- Séance 7. Moez MRAD. Société Générale - R&D

PRODUITS DE TAUX D INTERET Modèles de marché ENSAE - DEA MASE Université Paris IX Dauphine- Séance 7. Moez MRAD. Société Générale - R&D PRODUIS DE AUX D IERE oèles e marché ESAE - DEA ASE Unversé Pars IX Dauphne- Séance 7 oez RAD Socéé Générale - R&D oez RAD / SG R&D Fxe Income 5//5 PA oèle bor Forwar ognormal G ou F. Défnon u moèle. Passage

Plus en détail

Econométrie. F. Karamé

Econométrie. F. Karamé Economére F. Karamé Inroducon Qu es-ce que l économére?. Défnon Léralemen : c es la mesure en économe. Mas un peu large car cela nclu alors oues les défnons d agrégas macro-économque de la compablé naonale.

Plus en détail

Fondements théoriques et base méthodologique de l analyse empirique de la notion de convergence économique

Fondements théoriques et base méthodologique de l analyse empirique de la notion de convergence économique Fondemens héorques e base méhodologque de l analyse emprque de la noon de convergence économque Isabelle SAE Maser 1 «Ingénere économque» 006-007 Depus la révoluon margnalse des années 1870 la macroéconome

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin

Notice d information contractuelle Loi Madelin Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln 1. LA RETRAITE es une convenon d assurance collecve sur la ve à adhéson ndvduelle e faculave. Les dros e oblgaons de l Adhéren peuven êre modfés par des avenans au

Plus en détail

VITESSE DE RÉACTION I. INTRODUCTION II. VITESSE DE RÉACTION POUR UN SYSTÈME FERMÉ

VITESSE DE RÉACTION I. INTRODUCTION II. VITESSE DE RÉACTION POUR UN SYSTÈME FERMÉ VITESSE DE ÉCTION I. INTODUCTION I. Équlbre e évoluon vers l équlbre On consdère une réacon chmque noée de façon générale : ν + ν +... + ν ν ' ' + ν ' ' +... + ν ' '. P P On peu la noer égalemen : ν +

Plus en détail

Numéro 2007/04 - Juillet 2007 Guide pratique des comptes chaînés

Numéro 2007/04 - Juillet 2007 Guide pratique des comptes chaînés uméro 27/4 - Julle 27 Gude praque des compes chaînés Luc EYRAUD Gude praque des compes chaînés Luc Eyraud Ce documen de raval n engage que ses aueurs. L obje de sa dffuson es de smuler le déba e d appeler

Plus en détail

Régimes transitoires

Régimes transitoires égmes ransores 1. nroducon 'éude des régmes permanens qu'ls soen connus ou pérodques ne suff pas à défnr complèemen un sysème élecronque. eranes ransons de sgnaux, par exemple le basculemen de l'éa bas

Plus en détail

PONDÉRATIONS LONGITUDINALES

PONDÉRATIONS LONGITUDINALES PONDÉRATIONS ONGITUDINAES DANS ENQUÊTE EMPOI DE INSEE Pascal Ardlly Insee, Déparemen des méhodes sasques, 165 Bd Garbald 69003 yon, France pascal.ardlly@nsee.fr Résumé. enquêe rmesrelle sur l Emplo perme

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. avec Eviews. Semestre d été Rosario Monter Internef - bureau 613

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. avec Eviews. Semestre d été Rosario Monter Internef - bureau 613 Ecole des HEC Unversé de Lausanne FINANCE EMPIIQUE avec Evews Semesre d éé 6 osaro Moner Inernef - bureau 613 osaro.moner@unl.ch MODELE DE MACHE E EGESSION LINEAIE Basé sur les noes FESlde_LM.pdf 1, 8

Plus en détail

Pondérations longitudinales et transversales dans les échantillons rotatifs * * * Application à l'enquête SILC

Pondérations longitudinales et transversales dans les échantillons rotatifs * * * Application à l'enquête SILC Pondéraons longudnales e ransversales dans les échanllons roafs * * * Applcaon à l'enquêe SILC Pascal ARDILLY, INSEE PLAN / Vson longudnale e vson ransversale 2/ Un oul : le parage des pods 3/ La pondéraon

Plus en détail

Laboratoire génie électrique 3Stech Série d exercices N 8 Moteur pas à pas Page 1 /10

Laboratoire génie électrique 3Stech Série d exercices N 8 Moteur pas à pas Page 1 /10 Laboraore géne élecrque ech ére d exercces Moeur pas à pas Page /0 Exercce Un moeur pas à pas à aman permanen ayan les caracérsques suvanes : phases au saor, deux pôles au roor, sa commuaon es bdreconnelle

Plus en détail

Salaire, productivité et demande de travailleurs âgés

Salaire, productivité et demande de travailleurs âgés Salare, producvé e demande de ravalleurs âgés Parck Auber (INSEE e CREST-LEI) 1 VERSION PROVISOIRE 13 févrer 23 Dans cee éude, nous esmons le profl de la producvé selon l âge par l esmaon d une foncon

Plus en détail

Jeux stratégiques de marché dans le modèle à générations imbriquées.

Jeux stratégiques de marché dans le modèle à générations imbriquées. Jeux sraégques de marché dans le modèle à généraons mbrquées Francs de MOROGUES GREQAM (UMR CRS 6579), rue de la Charé 300 Marselle Tél: 0494077 e-mal: dmorogue@ehesscnrs-mrsfr Documen de raval du GREQAM

Plus en détail

Irréversibilité de l Investissement, Sous-utilisation des Capacités de Production et Croissance de Long Terme

Irréversibilité de l Investissement, Sous-utilisation des Capacités de Production et Croissance de Long Terme Irréversblé de l Invesssemen, Sous-ulsaon des Capacés de Producon e Crossance de Long Terme Séphane Jame EUREQua, Unversé Pars I Résumé Ce arcle propose une rénerpréaon dans le cadre d un modèle d équlbre

Plus en détail

Modèles d analyse des biographies en temps discret Exemple d utilisation

Modèles d analyse des biographies en temps discret Exemple d utilisation Modèles d analyse des bographes en emps dscre Exemple d ulsaon Jean-Mare Le Goff Cenre Lnes Pôle Naonal de recherche Lves Unversé de Lausanne Plan Deux ypes de données dscrèes Modèles à emps dscre Modèle

Plus en détail

La méthodologie d étude d évenement : Une méthode et des outils à s approprier en finance

La méthodologie d étude d évenement : Une méthode et des outils à s approprier en finance evue des Scences Humanes Unversé Mohamed Khder Bskra No :9 La méhodologe d éude d évenemen : Une méhode e des ouls à s approprer en fnance Unversé de Skkda ésumé: Les éudes d événemens son largemen applquées,

Plus en détail

Vers une inversion acoustico-articulatoire d un locuteur étranger

Vers une inversion acoustico-articulatoire d un locuteur étranger Vers une nverson acousco-arculaore d un locueur éranger Hélène Lachambre, Régne André-Obrech IRIT - Unversé de Toulouse, 118 roue de Narbonne, 31062 Toulouse Cedex 9 lachambre@r.fr, obrech@r.fr RÉSUMÉ

Plus en détail

UNIVERSITE DE PARIS X Année universitaire

UNIVERSITE DE PARIS X Année universitaire UNIVERSITE DE PARIS X Année unversare 008-009 UFR SEGMI L Econome & Geson Travau drgés Sasques Economques Fasccule 3 N. CHEZE e D. ABECASSIS Eercces reprs ou adapés de G. NEUBERG RÉGRESSION Eercce Graphque

Plus en détail

EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE

EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE Benoî Mulkay e Jacques Maresse 2 Rappor pour le Mnsère l Ensegnemen supéreur e de la Recherche Novembre 20 Unversé de Monpeller Faculé d'econome beno.mulkay@unv-monp.fr

Plus en détail

Etude paramétrique de trois différentes configurations de capteurs solaires photovoltaïques thermiques (PV/T)

Etude paramétrique de trois différentes configurations de capteurs solaires photovoltaïques thermiques (PV/T) 16 èmes Journées Inernaonales de ermque JIH 013 Marrakec Maroc, du 13 au 15 Novembre, 013 Eude paramérque de ros dérenes conguraons de capeurs solares poovolaïques ermques PV/ Oussama Rejeb, Moamed Houcne

Plus en détail

Intégrateur. v e. 20log T 0

Intégrateur. v e. 20log T 0 G. Pnson - Physque Applquée Foncons négraon e dérvaon - A22 / A22 - Foncons négraon e dérvaon τ = = τ ( )d éponse à un échelon (réponse ndcelle) Inégraeur : = E < : = = E τ E -a. éponse en fréquence =

Plus en détail

Philippe BIENAIME Actuaire I.S.F.A., GPA Laboratoire de Sciences Actuarielle et Financière, I.S.F.A., Université Claude Bernard Lyon 1

Philippe BIENAIME Actuaire I.S.F.A., GPA Laboratoire de Sciences Actuarielle et Financière, I.S.F.A., Université Claude Bernard Lyon 1 SYSTEMES BOUS-MALUS Phlppe BIEAIME Acuare I.S.F.A., GPA Laboraore de Scences Acuarelle e Fnancère, I.S.F.A., Unversé Claude Bernard Lyon ahale RICHARD GPA Laboraore de Scences Acuarelle e Fnancère, I.S.F.A.,

Plus en détail

Régime transitoire. 4.2 Aspect énergétique Décharge d un condensateur - Régime libre Régime libre d un circuit R,C...

Régime transitoire. 4.2 Aspect énergétique Décharge d un condensateur - Régime libre Régime libre d un circuit R,C... égme ransore Table des maères 1 Crc C sére soms à n échelon de enson 2 1.1 chelon de enson............................. 2 1.2 Charge d n condensaer......................... 2 1.2.1 Condons nales.........................

Plus en détail

Âge, salaire et productivité

Âge, salaire et productivité Drecon des Éudes e Synhèses Économques G 2003 / 06 Âge salare e producvé La producvé des salarés déclne--elle en fn de carrère? Parck AUBERT - Bruno CRÉPON Documen de raval Insu Naonal de la Sasque e des

Plus en détail

ICCM3E, Novembre 2009 Simulation numérique de l écoulement du vent autour d un bâtiment cubique

ICCM3E, Novembre 2009 Simulation numérique de l écoulement du vent autour d un bâtiment cubique ICCM3E, Novembre 009 Smulaon numérque de l écoulemen du ven auour d un bâmen cubque Hafda.Daaou Nedar 1, Mohamed Sagh² 1 Cenre de développemen des énerges renouvelables, BP6 roue de l observaore Bouzaréah

Plus en détail

E3 Régimes transitoires

E3 Régimes transitoires I Défnons E3 égmes ransores I.1 égme lbre, régme ransore e régme conn Défnon : On appelle réponse lbre o régme lbre d n crc, l évolon de cel-c en l absence de o généraer. e régme d crc es d conn o saonnare)

Plus en détail

Combiner des apprenants: le boosting

Combiner des apprenants: le boosting Types d expers Combner des apprenans: le boosng A. Cornuéjols IAA (basé sur Rob Schapre s IJCAI 99 alk)! Un seul exper sur l ensemble de X! Un exper par sous-régons de X (e.g. arbres de décsons)! Pluseurs

Plus en détail

Décomposition de la productivité et dynamiques sectorielles

Décomposition de la productivité et dynamiques sectorielles Décomposon de la producvé e dynamques secorelles Pamfl ATIPA Drecon des Analyses macroéconomques e de la Prévson Servce du Dagnosc conjoncurel Cee éude propose une analyse descrpve de la crossance de la

Plus en détail

U, I [V] [A] Il existe plusieurs types de courants ou de tensions pour lesquels nous pouvons tracer ces représentations :

U, I [V] [A] Il existe plusieurs types de courants ou de tensions pour lesquels nous pouvons tracer ces représentations : Régme alernaf snusoïdal Chapre 13 Régme alernaf snusoïdal Sommare Défnons des valeurs de courans alernafs Producon d une enson alernave Valeurs de crêe, moyenne e effcace Représenaons emporelles e vecorelles

Plus en détail

L EXTRACTION DE LA TENDANCE CYCLE I. LES TECHNIQUES DE DECOMPOSITION ENTRE TENDANCE ET CYCLE

L EXTRACTION DE LA TENDANCE CYCLE I. LES TECHNIQUES DE DECOMPOSITION ENTRE TENDANCE ET CYCLE L ETRACTION DE LA TENDANCE CYCLE Préparé par : Mr ZOHRA AASSIF Le présen raval a pour bu de présener les echnques d exracon de la endance cycle. Les echnques son dverses e mulples, on se concenrera c sur

Plus en détail

LA DIRECTION RéGIONALE DU NORD OUEST

LA DIRECTION RéGIONALE DU NORD OUEST ZOOM SU LA DIECTION égionale DU NOD OUEST CATE d dené 5 57 A O T D a c v E 2 1 ZOOM SU LA DIECTION égionale DU NOD OUEST 58 La Drecon égonale du Nord-Oues : prncpale fenêre de la Douane sur la Méderranée

Plus en détail

CHAPITRE 11 INTERPRÉTATION DES INDICATEURS

CHAPITRE 11 INTERPRÉTATION DES INDICATEURS CHAPITRE 11 INTERPRÉTATION DES INDICATEURS 375. Les ndcaeurs ms au pon par l OCDE peuven êre ulsés pour évaluer à la fos le nveau e la composon du souen à l agrculure résulan des polques afférenes 19.

Plus en détail

Chapitre 4: Les modèles linéaires

Chapitre 4: Les modèles linéaires Chapire 4: Les modèles linéaires. Inroducion: Dans ce chapire on va voir successivemen les modèles linéaires saionnaires: auoregressifs (AR), de moyennes mobiles (MA) e mixes (ARMA) en pariculier. Finalemen,

Plus en détail

Estimation économétrique des fonctions d importation de produits agricoles de l Afrique de L Ouest

Estimation économétrique des fonctions d importation de produits agricoles de l Afrique de L Ouest Esmaon économérque des foncons d mporaon de produs agrcoles de l Afrque de L Oues Par Mourad Ayouz CIRAD ECOPOL CNRS CIRED UMR 8568 Ths repor was prepared by Mourad Ayouz as a background paper o he Susanably

Plus en détail

Mesure de la cinétique d extraction réductrice liquide-liquide de lanthanides d un sel fondu vers un alliage métallique brassé électromagnétiquement

Mesure de la cinétique d extraction réductrice liquide-liquide de lanthanides d un sel fondu vers un alliage métallique brassé électromagnétiquement 21 ème Congrès Franças de Mécanque Bordeaux, 26 au 3 aoû 213 Mesure de la cnéque d exracon réducrce lqude-lqude de lanhandes d un sel fondu vers un allage méallque brassé élecromagnéquemen C. COURTESSOLE

Plus en détail

Série d exercices N 5

Série d exercices N 5 GENIE ELECTRIQUE Sére d exercces N 5 Prof : Mr Raouaf Abdallah PARTIE N 1 : «A.L.I en mode lnéare» «Amplfcaeur Lnéare Inégré» Nveau : 4 ème Sc.Technque Mode lnéare :... L ALI es déal donc = = e =... Exercce

Plus en détail

Chapitre II- Le marché financier à l avenir incertain

Chapitre II- Le marché financier à l avenir incertain Chapre II- Le marché nancer à l avenr nceran Les agens économques qu achèen des res son movés par une espérance de renablé supéreure à celle que peu leur procura l épargne de sans rsque du marché monéare.

Plus en détail

PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE

PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE Déparemen fédéral de l néreur DFI Offce fédéral de la Sasque OFS Économe, Éa e socéé Documen de raval Neuchâel, ocobre 2006 PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE RAPPORT METHODOLOGIQUE Gregory Ras, OFS, secon

Plus en détail

Modélisation semi-analytique et choix optimal des procédés CRTM

Modélisation semi-analytique et choix optimal des procédés CRTM 9 ème Congrès Franças de Mécanque Marselle, 4-8 aoû 9 Modélsaon sem-analyque e chox opmal des procédés CRTM A. MAMONE a, A. SAOAB a, C. H. PARK a,t. OAHBI a a. Laboraore d Ondes e Mleux Complexes, FRE

Plus en détail

UN INDICATEUR DE RETOURNEMENT CONJONCTUREL DANS LA ZONE EURO

UN INDICATEUR DE RETOURNEMENT CONJONCTUREL DANS LA ZONE EURO UN NDCAEUR DE REOURNEMEN CONJONCUREL DAN LA ZONE EURO Hélène GULMEAU-BARON Gullaume BARON ébasen EHUGUENN Documen de raval Févrer UN NDCAEUR DE REOURNEMEN CONJONCUREL DAN LA ZONE EURO Hélène GULMEAU-BARON

Plus en détail

Les émissions de CO 2 en Tunisie : Faits stylisés et Décomposition par la méthode LMDI durant la période

Les émissions de CO 2 en Tunisie : Faits stylisés et Décomposition par la méthode LMDI durant la période 4ème onférence Inernaonale des nerges Renouvelables (IR-206) Proceedngs of ngneerng and Technology PT Les émssons de O 2 en Tunse : Fas sylsés e Décomposon par la méhode LMDI duran la pérode 990-2008 Sana

Plus en détail

Bureaux d études en traitement des images

Bureaux d études en traitement des images Bureau d éudes en raemen des mages ESERB Fère Téécommuncaons 3 ème année Opon SC ESERB Fère Eecronque 3 ème année Opon TS AEE 4-5 M. DOAS Bureau d éudes en raemen des mages PARTE REDRESSEMET Dans cee pare

Plus en détail

Modélisation et optimisation de la maintenance préventive et corrective d un matériel soumis à usure

Modélisation et optimisation de la maintenance préventive et corrective d un matériel soumis à usure TP SdF N 25 Modélisaion e opimisaion de la mainenance prévenive e correcive d un maériel soumis à usure Ce TP complèe le TP N 22 sur la modélisaion e l opimisaion de la mainenance d un maériel réparable

Plus en détail

Afrique SCIENCE 01(2) (2005) ISSN X. Analyse des structures planaires multicouches à ferrite par la méthode des éléments finis

Afrique SCIENCE 01(2) (2005) ISSN X. Analyse des structures planaires multicouches à ferrite par la méthode des éléments finis Afrque SCIENCE () (5) 9 - ISSN 83-548X 9 Analyse des srucures planares mulcouches à ferre par la méhode des élémens fns M. Melan *, M. Feham, B. Benbakh Unversé de Tlemcen, Déparemen d Elecronque, B.P.

Plus en détail

PREVISION DES VENTES ET EFFICACITE DES CHAINES LOGISTIQUES - ESSAI DE MODELISATION -

PREVISION DES VENTES ET EFFICACITE DES CHAINES LOGISTIQUES - ESSAI DE MODELISATION - Les Cahers du CREAD n 9 /00 5 PREVISION DES VENTES ET EFFICACITE DES CHAINES LOGISTIQUES - ESSAI DE MODELISATION - Mosefa BELMOKADDEM * Omar BENATEK ** RESUME Le bu de ce raval es un essa d analyse du

Plus en détail

Commande sans modèle (?)

Commande sans modèle (?) Commande sans modèle? Jacques Lon Unversé de Savoe jacques.lon@unv-savoe.fr Cours Ecole de Bucares 2012 1 Plan Présenaon du conexe Inroducon à la commande avec/sans modèle Approches classques Commande

Plus en détail

UNE POLITIQUE DE MAINTENANCE PREVENTIVE ASSOCIEE A UNE DEGRADATION ACCUMULATIVE BIVARIEE OBSERVEE CONTINUMENT

UNE POLITIQUE DE MAINTENANCE PREVENTIVE ASSOCIEE A UNE DEGRADATION ACCUMULATIVE BIVARIEE OBSERVEE CONTINUMENT UNE POITIQUE DE AINTENANE PREVENTIVE ASSOIEE A UNE DEGRADATION AUUATIVE BIVARIEE OBSERVEE ONTINUENT A PREVENTIVE AINTENANE POIY ASSOIATED WITH A ONTINUOUSY OBSERVED UUATIVE BIVARIATE DETERIORATION Ha Ha

Plus en détail

BEAT : UN SIMULATEUR VIRTUEL DE DEFAUTS DE ROULEMENTS

BEAT : UN SIMULATEUR VIRTUEL DE DEFAUTS DE ROULEMENTS BEAT : UN SIMULATEUR VIRTUEL DE DEAUTS DE ROULEMENTS Béchr Badr, Marc Thomas e Sadok Sass Déparemen de géne mécanque, École de echnologe supéreure, Monréal Marc.homas@esml.ca aculy of Engneerng, Sohar

Plus en détail

CHÔMAGE STRUCTUREL ET DIFFICULTÉS D APPARIEMENT. Analyse théorique et application à la France

CHÔMAGE STRUCTUREL ET DIFFICULTÉS D APPARIEMENT. Analyse théorique et application à la France UNIVERSITÉ DES SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LILLE Faculé des Scences Économques e Socales École docorale SESAM CHÔMAGE STRUCTUREL ET DIFFICULTÉS D APPARIEMENT Analyse héorque e applcaon à la France THÈSE

Plus en détail

Détection Automatique des groupes d interactions Maisonnasse Jérôme PRIMA, GRAVIR-IMAG INRIA Rhône-Alpes, France St. Ismier.

Détection Automatique des groupes d interactions Maisonnasse Jérôme PRIMA, GRAVIR-IMAG INRIA Rhône-Alpes, France St. Ismier. Déecon Auomaque des groupes d neracons Masonnasse Jérôme PRIMA, GRAVIR-IMAG INRIA Rhône-Alpes, France 38349 S. Ismer. erome.masonnasse@nralpes.fr Brdczka Olver PRIMA, GRAVIR-IMAG INRIA Rhône-Alpes, France.

Plus en détail

Chapitre 9 : Redressement

Chapitre 9 : Redressement Cors 9 M 2 Préamble 1. défnons 2. le hyrsor Chapre 9 : Redressemen pon de graez 4 Dodes 1. sr charge résse a. monage b. obseraon c. analyse de fonconnemen d. granders caracérsqes 2. monage sr charge RL

Plus en détail

CHAPITRE 3 INTRODUCTION A LA PERFORMANCE D'UN SYSTÈME REPRÉSENTATIONS

CHAPITRE 3 INTRODUCTION A LA PERFORMANCE D'UN SYSTÈME REPRÉSENTATIONS Universié de Savoie DEUG STPI Unié U32 Sysèmes linéaires - Auomaique CHAPITRE 3 INTRODUCTION A LA PERFORMANCE D'UN SYSTÈME REPRÉSENTATIONS Le sysème es mainenan mis en équaion, il es donc beaucoup plus

Plus en détail

Détermination de la primitive d une fonction trigonométrique à l aide de la V200

Détermination de la primitive d une fonction trigonométrique à l aide de la V200 Déerminaion de la primiive d une foncion rigonomérique à l aide de la V00. Formules élémenaires Dans les formules suivanes, u u ( ) es une foncion de. sin cos k u'sinu cosu cos sin k u'cosu sinu k k sin

Plus en détail

GRANDEURS PERIODIQUES CIRCUITS LINEAIRES EN REGIME

GRANDEURS PERIODIQUES CIRCUITS LINEAIRES EN REGIME GANDS PIODIQS CICIS LINAIS N GIM SINSOIDAL I. Propréés des granders pérodqes A avec A : are comprse enre le sgnal e l'axe des emps pendan la pérode. emarqe : s le sgnal es alernavemen posf e négaf sr la

Plus en détail

SUJET Cheville NAO Convertisseur statique DC-DC Page 1/7

SUJET Cheville NAO Convertisseur statique DC-DC Page 1/7 SUJET Chevlle NAO Conversser saqe DC-DC Page 1/7 Problème echnqe Le Robo Nao, créé par la socéé Aldebaran, es avan o n démonsraer ; l objecf es de réalser n robo d ade à la personne pls grand : Roméo.

Plus en détail

Troisième semaine de travail : Transformée de Fourier - Convolution

Troisième semaine de travail : Transformée de Fourier - Convolution Première Année à Disance - Module Analyse de Fourier - Transformée de Fourier Troisième semaine de ravail : Transformée de Fourier - Convoluion Exercices Type enièremen corrigés avec remarques e méhodologie.

Plus en détail

Les déterminants de l innovation dans une petite économie ouverte : le cas de la Belgique

Les déterminants de l innovation dans une petite économie ouverte : le cas de la Belgique Bureau fédéral du Plan venue des rs 47-49, 000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PPER -08 Les déermnans de l nnovaon dans une pee économe ouvere : le cas de la Belgque Jun 2008 Bernadee Baour, bb@plan.be,

Plus en détail

a. Contrôle sur pièces

a. Contrôle sur pièces DÉROULEMENTDU CONTRÔLEURSSAF Dr o s oc a l DROIT SOCIAL Lorsque les employeurs fon l obje d un conrôle de l Urssaf poran sur les cosaons e conrbuons socales qu ls on déclarées e payées, celu-c se déroule

Plus en détail

Équations différentielles.

Équations différentielles. IS BTP, 2 année NNÉE UNIVERSITIRE 205-206 CONTRÔLE CONTINU Équaions différenielles. Durée : h30 Les calcularices son auorisées. Tous les exercices son indépendans. Il sera enu compe de la rédacion e de

Plus en détail

Modélisation, Simulation et Commande des systèmes électriques

Modélisation, Simulation et Commande des systèmes électriques Modélsaon, Smulaon e Commande des sysèmes élecrques runo FRANCOIS runo.francos@ec-llle.fr Plan Cours: Généralé sur les sysèmes physques Cours: Le Graphe Informaonnel de Causalé Cours: Modélsaon de la machne

Plus en détail

AUTO INDUCTION ET BOBINES

AUTO INDUCTION ET BOBINES AUT INDUCTIN T BBINS I ) Inducon ) Mse en évdence du phénomène d'nducon e phénomène d nducon es l apparon d un couran élecrque à l néreur d un crcu ne comporan pas de généraeur. N S orsqu'on déplace un

Plus en détail

INF135 Travail Pratique #1 Remise le 16 octobre 2012

INF135 Travail Pratique #1 Remise le 16 octobre 2012 École de Technologe Supéeue Pa : Fancs Boudeau, ÉcThé Révson : Aïda Ouangaoua INF35 Taval Paque # Remse le 6 ocobe 0 Inaon à la pogammaon en géne mécanque Taval ndvduel. Objecfs - Mee en applcaon des noons

Plus en détail