L Union européenne face à la croissance économique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Union européenne face à la croissance économique"

Transcription

1 L Union européenne face à la croissance économique Introduction : l Union européenne est-elle une puissance économique? I) L Union européenne : une croissance économique décevante 1 Une croissance plus faible que les autres zones 2 Le paradoxe : une croissance qui se ralentit 3 Un résultat : un chômage élevé II) Comment faire progresser la croissance? 1 La nécessité d un vrai budget européen 2 Redéfinir les choix budgétaires 3 Assouplir la politique économique? Conclusion : pour une autre croissance?

2 Introduction : l Union européenne est-elle une puissance économique? L Union européenne est aujourd hui confrontée à un paradoxe très net : - d un coté elle est clairement la 1 puissance économique mondiale, quel que soit le critère retenu : elle représente par exemple 28.5% du PIB mondial et 42% des exportations mondiales (même si environ 60% de ses exportations sont intra zone). Dans beaucoup de secteurs l Union européenne est également à la pointe : la recherche médicale, les bio technologies, l ingénierie financière, l aéronautique civil, les infrastructures sans parler de son rayonnement culturel. - mais d un autre coté, l Union européenne peine de plus en plus à exprimer cette puissance : sur le plan diplomatique, l Union européenne en tant qu entité politique fait peu entendre sa voix dans les institutions qui comptent : G20, FMI, Banque mondiale, OMC, ONU

3 L Union européenne apparaît alors plus pour une simple addition de pays. Et pourtant, chaque pays pris isolément ne pèse pas grand-chose face aux deux puissances dominantes : les États-Unis et la Chine, et de plus en plus face aux puissances émergentes (Brésil, Inde, Corée du sud, Indonésie ) mais surtout, sur le plan économique, l Union européenne semble une zone en recul et pour certains une zone en voie de marginalisation. Sa croissance économique est désormais la plus faible de toutes les zones mondiales, et l Union européenne actuelle se distingue plus par ses dettes et ses déficits que par ses performances économiques. En bref, la grande puissance semble bien «vieillie» et certains (en particulier Jean-Pierre Chevènement) lui prédisent un avenir de «parc d attraction». Et pourtant en 2000, l économiste américain fort célèbre, Jérémy Rifkin, écrivait un gros ouvrage «Le rêve européen», dans lequel il voyait l Europe comme le modèle économique et social à venir.

4 PIB par habitant en 2009, en euros, en parité de pouvoir d achat et part des pays dans le PIB mondial Pays PIB par habitant Chine % Inde % Brésil % Russie % Japon % États-unis % Union européenne % Monde % Banque mondiale Part dans le PIB mondial

5 I) L Union européenne : une croissance économique décevante Au moment de la mise en place de l union économique et monétaire, c est-à-dire du marché unique et de la monnaie unique en 1993, le grand espoir était que cette UEM devait doper la croissance économique : - en fournissant aux entreprises un vaste marché sans entrave de 500 millions de consommateurs (désormais), ce qui devait à la fois augmenter la production et baisser les coûts donc les prix - en évitant à ces mêmes entreprises des frais de change et des incertitudes monétaires, ce qui les encourageait à l exportation - en permettant aux consommateurs de voyager et de comparer les prix, ce qui devait augmenter la consommation. Bref, l avènement du marché unique et de la monnaie unique avait pour but de soutenir la croissance économique et donc l emploi. Il faut le reconnaître, quelque chose n a pas marché, c est le moins que l on puisse dire, et la croissance économique européenne est aujourd hui la moins dynamique. 1 Une croissance plus faible que les autres zones

6 Evolution du PIB en volume (source : Eurostat) Etats-Unis; 156 UE 27; 136,3 Zone euro; 132,

7 Il est bien entendu difficile de comparer la croissance économique européenne et celle des pays émergents, à l image de la Chine, puisque les points de départ ne sont pas les mêmes. Rappelons nous tout de même qu en 1980, au moment des réformes économiques en Chine, le PIB chinois ne représentait que 60% du PIB français, et qu il est aujourd hui 2 fois plus élevé. La comparaison avec les États-Unis est également assez édifiante : leur point de départ était plus élevé que celui de l Union européenne à 15 au milieu des années 1990, et pourtant la croissance économique a été plus rapide (2.5%/an en moyenne contre 1.73% pour l UE 27 et 1.56% pour la zone euro). Si l UE à 27 dépasse le PIB des États-Unis c est uniquement par addition des nouveaux membres : l écart entre les États-unis et l UE à 15 s est agrandi. Et même si le «modèle» social américain nous laisse perplexe, cela mérite considération.

8 2 Le paradoxe : une croissance qui se ralentit La croissance économique européenne est donc relativement faible. Mais ce qui est encore plus troublant, c est qu au fur et à mesure de l élargissement de l Union européenne, cette croissance se ralentit. Ce n est pas logique : puisque le grand marché s agrandit, puisque de plus en plus de pays ont la même monnaie, ceci devrait contribuer à la croissance. D autant plus que les «difficultés» liées au marché unique (en particulier les contraintes de normes et de concurrence) et les contraintes de la monnaie unique s estompent. On pourrait donc penser que plus de 10 ans après l avènement de l UEM, il serait temps que ses promesses de croissance se réalisent. Or, il semble que ce soit le contraire : à 9, la croissance économique tournait autour de 2.5%-3%. A 15 elle n était plus que de 2% à peine, et à 27 elle est inférieure à 1%. Résultat plus que décevant!

9 L une des explications de ce paradoxe, à laquelle l Union européenne n a peut-être pas fait suffisamment attention, tient au fait que chaque nouveau pays entrant dans l Union européenne depuis l UE 15 est en moyenne plus pauvre que les anciens membres. Jusqu en 2004, les habitants du plus riche pays de l UE (le Luxembourg) étaient en moyenne 5 fois plus riches que les habitants du pays le plus pauvre (la Grèce). En 1973 ce rapport n était que de 1 à 2 En 2007, avec l arrivée des 10 nouveaux pays, ce rapport est monté de 1 à 10, et avec l UE 27, il est désormais de 1 à 20. Et ceci ne devrait pas s arranger avec les nouvelles adhésions. D un coté, ceci aurait pu permettre de tirer la croissance économique vers le haut, par effet de rattrapage, en particulier sur le plan des infrastructures à développer : le marché était alors prometteur (si l Union européenne avait «songé» à se protéger des concurrents non européens comme le font ces mêmes concurrents).

10 En réalité, les industries de l UE à 15 ont souvent profité de cet élargissement pour se délocaliser à l est. Conséquences : le pouvoir d achat à l ouest a peu progressé et le chômage s est développé, le pouvoir d achat à l est a un peu progressé (mais pas trop pour rester «compétitifs») mais les habitants de l est peu fortunés ont surtout acquis des produits à bas coûts en provenance d Asie. En clair, la concurrence interne doublée de la concurrence externe a contribué à un appauvrissement relatif des travailleurs européens. Les seuls qui y ont trouvé leur compte sont les grandes entreprises européennes (et leurs actionnaires) qui ont augmenté leurs profits (par compression de la masse salariale), profits ensuite placés largement sur les marchés financiers avec le succès que l on connaît. Le consommateur aussi peut y trouver son compte, sous réserve qu il ait un emploi qui lui permette une consommation. Or en Europe, rien n est moins sur.

11 3 Un résultat : un chômage élevé La faiblesse de la croissance économique européenne a en effet un revers évident : la persistance d un chômage relativement massif. Depuis le début des années 1980, le chômage en Europe oscille en effet de façon permanente entre 8% et 10%. Certes, il y a de nombreux écarts : un minimum de 4.4% pour les Pays-Bas, un maximum de 20.6% pour l Espagne, et la France à 9.7% Et quand on regarde le chômage des jeunes, c est encore plus préoccupant : 42% pour l Espagne, 9% pour les Pays-Bas et 25% pour la France. Là également, la comparaison avec les Etats-Unis est plutôt défavorable : même si on reste sceptique sur les méthodes, y compris de calculs, le taux de chômage américain s est régulièrement situé entre 4 et 6% entre 2000 et Ceci revient à dire que l Union européenne a en moyenne un taux de chômage supérieur de 4 points à celui des Etats-Unis, ce qui représente tout de même au moins 9 millions de personnes. C est un lourd tribu à la faiblesse de la croissance.

12 Evolution du taux de chômage (au sens du Bureau international du Travail: BIT) aux Etats-Unis (source : OCDE) 10,5 9,5 8,5 7,5 6,5 5,5 4,5 3,5 10,1 9,6 5,8 6 7, ,7 5,2 4 4,

13

14 Le problème du chômage et de la croissance est qu ils constituent un couple infernal : Le chômage ralentit les capacités de consommation et d investissement des ménages et alourdit les dépenses sociales (y compris pour les entreprises), ce qui nuit à la production des entreprises (moins de clients et production moins rentable), ce qui réduit la croissance économique, donc aggrave le chômage Et le problème, nous devons nous en rappeler, n est pas de nature conjoncturelle : la crise de 2009 a amplifié le chômage, mais il existait nettement avant, et on peut craindre qu il existe après. Les promesses de l UEM ne semblent donc pas avoir été tenues : la croissance est lente, sur bien des domaines l Europe est décrochée, elle semble s éloigner des zones économiques les plus dynamiques, et le chômage plus la dette persistent. Comment faire alors pour redresser cette croissance?

15 II) Comment faire progresser la croissance? 1 La nécessité d un vrai budget européen Toutes les puissances économiques que nous avons évoquées disposent d un budget. Ce budget a deux fonctions : - assurer les dépenses de fonctionnement des services publics essentiels (défense, sécurité, justice ) - refléter et orienter les choix économiques et sociaux des pays : plus pour l industrie? Plus pour la recherche? Plus pour le social?... Or volontairement (ou non?), l Union européenne s est privée de ces deux instruments. Son budget ne pèse absolument rien comparativement aux autres pays (à peine 1% du PIB de l UE). La conséquence est alors évidente : chaque pays de l Union européenne définit ses propres priorités budgétaires, et chacune de ces priorités peut être contradictoire avec les autres : la politique européenne manque alors cruellement de cohérence dans les choix, d où des décalages conjoncturels fâcheux!

16 Le paradoxe est frappant : l Union européenne est la zone où la dépense publique en % du PIB est la plus importante (presque 51% du PIB) et en même temps la zone où la dépense collective est la plus faible. Ceci a trois conséquences : - des gaspillages de finances publiques : au lieu de mutualiser des dépenses et des projets, l Union européenne les additionne, et parfois en triple : projets pour deux pays plus projet européen. C est un peu l exemple de la politique agricole commune fort chère pour des résultats «décevants». - nous l avons déjà dit : le manque de cohérence dans les choix économiques. Par exemple, en , l Allemagne décide d une politique «austère» alors que la France décide d une politique de soutien à son activité. Conséquence en termes de croissance : en , la France qui essayait de soutenir sa croissance voyait se fermer le marché allemand, et aujourd hui, c est le marché français qui est peu dynamique.

17 - mais surtout, l Union européenne se prive d un instrument de croissance économique, ou tout simplement de politique économique : si l Union européenne avait à sa disposition le même budget en % du PIB que celui des États-unis, elle disposerait d un budget de pratiquement 4000 milliards soit plus du double du PIB de la France. On peut donc imaginer ce que pourrait faire l Union européenne en matière de choix et d orientation avec une telle somme, et en particulier en matière de croissance économique. Ce problème budgétaire est d autant plus important que l Union européenne ne se contente pas d avoir un budget de misère : ses choix budgétaires sont en même temps très contestables et beaucoup, en particulier les britanniques, les allemands et les pays d Europe du nord souhaitent les réviser. 2 Redéfinir les choix budgétaires Globalement, le budget européen est trop peu centré sur l avenir.

18 L Union européenne consacre donc 42% de son budget à la ruralité et à l agriculture soit milliards, alors que la population active agricole ne représente dans toute l Union européenne que 11.7 millions de personne (principalement concentrées dans 4 pays : Roumanie, Grèce, Bulgarie et Pologne,) soit 5.2% des actifs de l Union européenne. D où la revendication de beaucoup de pays : diminuer sensiblement la part réservée à l agriculture, voire renationaliser la politique agricole, et développer les dépenses d avenir et de croissance, en particulier dans la recherche et le développement. Mais ceci posera alors le problème de la coexistence des intérêts nationaux et européens. De même le secteur agricole ne représente que 1.2% du PIB de l Union européenne (chiffres Eurostat 2007). Par contre l Union européenne ne consacre que 45% de son budget aux dépenses de croissance, de compétitivité et d emploi, soit 63.6 milliards, ce qui est ridiculement faible.

19

20

21 On voit donc se dessiner ici deux Europes : l Europe du nord où la part de l agriculture est marginale et qui souhaite se tourner vers les dépenses d avenir et l Europe du Sud qui souhaite elle conserver un budget européen conséquent. La France est dans une position intermédiaire : en termes de production, elle est la 1 puissance agricole (mais seulement la 3 exportatrice). Mais l agriculture ne représente plus que 1.5% de son PIB et à peine 3% de sa population Mais le budget européen lui restitue 24% des dépenses agricoles, ce qui est le «record européen». Difficile d y renoncer. 3 Assouplir la politique économique? Une autre proposition pour la croissance économique serait d adopter une politique économique plus «offensive», c est-à-dire moins tournée vers la stabilité financière, la défense de la monnaie et l équilibre budgétaire et plus vers le pouvoir d achat, l emploi et la croissance.

22 Il existe trois instruments traditionnels pour mener une politique économique : - le pouvoir d achat et la demande intérieure : il s agit d inciter les ménages à la consommation pour en retour inciter les entreprises à la production et à l investissement. On aurait alors un cercle vertueux : plus de consommation, plus de production, plus d emplois donc plus de consommation Mais ici également l Europe semble agir en ordre dispersé : le principal marché européen, l Allemagne est resté très stable en l espace de 10 ans. Sa demande intérieure n a augmenté que de 9% en volume depuis 1999, d où des demandes répétées pour que l Allemagne se montre moins «rigoureuse». A l inverse, la France a surtout joué sur cette demande intérieure qui a augmenté de 26%, mais au détriment de ses comptes extérieurs. Les autres pays ont subi le contre coup de la crise de 2009

23 Là également, une certaine harmonisation européenne serait donc nécessaire, mais dans quel sens? Mais ceci ne s est pas produit et l Europe doit aujourd hui mener des politiques de rigueur dans le cadre d une faible croissance. - les budgets des différents États ont également une influence, et le problème est qu ils vont tous désormais dans le sens de la rigueur, ce qui sera assez peu profitable, dans l avenir, à la croissance économique. Certains économistes évoquent même le risque d une reprise étouffée par ces politiques de rigueur. Mais l Europe peut-elle se dispenser de ce type de politique, vu ses déficits et ses dettes? Nous sommes alors devant une contradiction supplémentaire : les déficits et les dettes auraient du «booster» la croissance économique, ce qui aurait alors permis de mener une politique plus rigoureuse ensuite.

24 - pour soutenir la croissance économique, il y a également l arme monétaire : quand les taux d intérêts diminuent, les ménages sont incités à consommer et les entreprises à investir. A l inverse, une augmentation des taux d intérêts décourage la consommation et l investissement, et donc la croissance. On reproche alors souvent à la Banque centrale européenne d avoir freiné la croissance par des taux d intérêts trop élevés, ce qui aurait également favorisé un «euro fort» défavorable aux exportations. Ce reproche est discutable : les taux d intérêts de la BCE n ont pas été significativement plus élevés que ceux de la banque d Angleterre ou de la Banque centrale des Etats-Unis. De plus, les taux directeurs sont désormais quasiment à zéro en termes réels. Il n est guère envisageable qu ils puissent baisser encore. L arme des taux ne semble donc pas avoir beaucoup d influence sur la croissance économique.

25 Conclusion : pour une autre croissance? L Union européenne semble donc s être engagée dans une voie économique discutable : l union économique et monétaire provoque des contraintes réglementaires qui fragilisent la croissance et en même temps l Union européenne n a pas su ou pu mettre en place des instruments collectifs de croissance économique. Comment l Union européenne peut-elle alors retrouver les chemins de la croissance économique? Une solution apparaît de plus en plus : par son modèle culturel et social, l Europe semble être la seule actuellement à pouvoir proposer un modèle de croissance à la fois respectueux de l environnement et des droits sociaux. La croissance «verte» n est sans doute pas qu un mot, et ni la Chine, ni les Etats-Unis ne semblent pouvoir l impulser. Il reste alors à l Europe d être à la pointe de ce type de croissance.

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir?

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Dominique Plihon Université Paris Nord Conseil Scientifique d Attac Membre des Economistes Atterrés 29 août 2015 Plan de la présentation 1/

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

UE-27 : une étrange puissance économique et commerciale

UE-27 : une étrange puissance économique et commerciale ACTUALITÉS EUROPÉENNES n 44 juillet 2011 UE-27 : une étrange puissance économique et commerciale par Pierre Verluise, Directeur de recherche à l IRIS, Directeur du site géopolitique www.diploweb.com (1)

Plus en détail

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Commentaires de la Chambre des salariés 25 février 2014 Semestre européen Arsenal de six résolutions législatives («six

Plus en détail

Le billet de Michel Fried. L Allemagne n offre pas de modèle de «sortie» de crise

Le billet de Michel Fried. L Allemagne n offre pas de modèle de «sortie» de crise Le billet de Michel Fried novembre 2009 L Allemagne n offre pas de modèle de «sortie» de crise La question qui agite aujourd hui les responsables des politiques économiques des grands pays industrialisés

Plus en détail

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur!

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Qu est-ce que la dette publique? Les causes et les conséquences de la hausse de la dette publique? Quelles solutions pour la réduire? crise Soutenabilité

Plus en détail

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE 11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE CHINOISE Chine Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 1 367,8 PIB (en G$ US courants) 10 380,4 PIB par habitant (en $ US courants) 7 589,0

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

L austérité budgétaire: définition, calcul et conséquences.

L austérité budgétaire: définition, calcul et conséquences. L austérité budgétaire: définition, calcul et conséquences. Pour mener un char quelque part, on a trois décisions à prendre: 1. La destination.. 2. La route qu on va suivre.. 3. La vitesse à laquelle on

Plus en détail

France-Allemagne : Preis Vergleich

France-Allemagne : Preis Vergleich France-Allemagne : Preis Vergleich Les marchés financiers connaissent une période de rémission, dopés par les politiques ultraaccommodantes des banquiers centraux qui déversent des océans de liquidités

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

La puissance des Etats-Unis d Amérique

La puissance des Etats-Unis d Amérique La puissance des Etats-Unis d Amérique Sur quoi est fondée la réussite de la première puissance mondiale et comment le pays parvient-il à surmonter les difficultés et les agressions extérieures? Sommaire

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques IP/11/565 Bruxelles, le 13 mai 2011 Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques La reprise progressive de l'économie européenne tend à se confirmer

Plus en détail

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Chapitre 2. Le financement au service du développement Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Dans le monde en développement, l Amérique latine fait figure de pionnière

Plus en détail

Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande

Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande 1. L industrie est-elle une de vos priorités? Pourquoi? L industrie figure en première page de mon programme parce

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

Université de Technologie de Compiègne. 27 mars 2013. Aurélien DUMAINE, Marie KAZÉRONI GE22 1 / 10

Université de Technologie de Compiègne. 27 mars 2013. Aurélien DUMAINE, Marie KAZÉRONI GE22 1 / 10 Exposé Aurélien DUMAINE Marie KAZÉRONI Université de Technologie de Compiègne 27 mars 2013 Aurélien DUMAINE, Marie KAZÉRONI GE22 1 / 10 Étude de documents Documents 12 et 13 page 41 Thématique Le commerce

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire

Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire Özlem Onaran Nous sommes dans un nouvel épisode de la crise mondiale: la lutte pour la répartition des coûts. Cette crise a été l un des produits,

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 Pascale Micoleau-Marcel Déléguée Générale de l IEFP La finance pour tous Sommaire 1/ De quoi parle-t-on? 2/ Pourquoi

Plus en détail

En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté,

En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté, FICHE PAYS ASIE : CRISE OU COUP DE FREIN À LA CROISSANCE? Département analyse et prévision En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté, malgré une baisse de régime durant l été. Son dynamisme

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

2012 Stabilisation de l activité. 2013 Perspectives de reprise

2012 Stabilisation de l activité. 2013 Perspectives de reprise 2012 Stabilisation de l activité 2013 Perspectives de reprise Quel avenir pour l industrie chimique en France? Enjeux énergétiques Paris, le 21 mars 2013 UIC - Contacts presse Hélène MEJEAN - Directeur

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

Crise de la Grèce, euro et perspectives Argumentaire

Crise de la Grèce, euro et perspectives Argumentaire Crise de la Grèce, euro et perspectives Argumentaire Le gouvernement grec a annoncé un plan de rigueur qui prévoit notamment de baisser le déficit public à 8,7% en 2010 avant de le ramener dans les limites

Plus en détail

Remarques introductives de Jean-Pierre Roth

Remarques introductives de Jean-Pierre Roth abcdefg Conférence de presse Zurich, le 11 décembre 2008 Remarques introductives de Jean-Pierre Roth Notre évaluation de la situation conjoncturelle et monétaire a changé considérablement depuis notre

Plus en détail

PARTIE III L espace mondial

PARTIE III L espace mondial PARTIE III L espace mondial SOUS-PARTIE I LE MONDE : LES GRANDES ZONES GÉOGRAPHIQUES 370 CHAPITRE 1 LES DÉPENSES DE R&D 371 CHAPITRE 2 LES COMPÉTENCES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 374 CHAPITRE 3 LA PRODUCTION

Plus en détail

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation?

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? Edouard VIDON Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service des Études macroéconomiques et

Plus en détail

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE 11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE MEXICAINE Mexique Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 119,7 PIB (en G$ US courants) 1 282,7 PIB par habitant (en $ US courants) 10 714,8 Taux

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

Québec, 22 octobre 2015

Québec, 22 octobre 2015 Québec, 22 octobre 2015 Un contexte propice à une réforme fiscale Le contexte économique et fiscal La croissance économique potentielle est appelée à être plus modeste (Pourcentage de croissance du PIB)

Plus en détail

25 Novembre 2010 Nobody s Unpredictable

25 Novembre 2010 Nobody s Unpredictable Les Français et l économie 25 Novembre 2010 Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage effectué pour : Lire la Société et le Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie Echantillon : 1

Plus en détail

La croissance économique

La croissance économique Insee en bref Pour comprendre... La croissance économique Qu est-ce que la croissance? Comment l Insee calcule-t-il le PIB? À quoi sert le PIB? Comment compléter le PIB? Qu est-ce que la croissance? La

Plus en détail

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Présenté par Caroline Charest Économiste / directrice principale KPMG-SECOR Une accélération de la croissance mondiale

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Productivité et niveau de vie : l Europe décroche-t-elle? par M. Joël BOURDIN, Sénateur de l Eure et Président de la Délégation pour la Planification

Productivité et niveau de vie : l Europe décroche-t-elle? par M. Joël BOURDIN, Sénateur de l Eure et Président de la Délégation pour la Planification Délégation du Sénat pour la Planification Février 2007 Rapport n 189 Productivité et niveau de vie : l Europe décroche-t-elle? par M. Joël BOURDIN, Sénateur de l Eure et Président de la Délégation pour

Plus en détail

Sauvetage de la Grèce et zone euro Argumentaire

Sauvetage de la Grèce et zone euro Argumentaire Sauvetage de la Grèce et zone euro Argumentaire Cette note est la suite d une première note sur la crise de la Grèce. Une prochaine note sera consacrée au plan d aide à la Grèce et à ses conséquences (suppression

Plus en détail

4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats

4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats 4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats Introduction En 1978, le système monétaire européen (SME) succédait au serpent monétaire européen de 1972. A ce jour, il constitue l exemple

Plus en détail

Pas d alternative à la solution Merkel Schäuble

Pas d alternative à la solution Merkel Schäuble Paris, le 24 mai 2012 Pas d alternative à la solution Merkel Schäuble La chancelière allemande et son ministre des finances ont clairement défini leur position et il est difficile d imaginer une alternative

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

La France est-elle compétitive?

La France est-elle compétitive? La France est-elle compétitive? Cafés Géographiques de Montpellier Gilles Ardinat, professeur agrégé et docteur en Géographie, enseignant à l Université Paul Valéry, Montpellier III C est à l occasion

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

La croissance des institutions financières internationales privées depuis

La croissance des institutions financières internationales privées depuis 137 Une réponse progressiste européenne à la crise dans la zone euro Trevor Evans Professeur d économie à la Berlin School of Economics & Law La croissance des institutions financières internationales

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse 1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse Introduction La balance des paiements est un moyen d'analyse économique de premier plan. Elle permet d'appréhender la totalité des échanges de la France

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays?

Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays? Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays? Le but de ce dossier pédagogique est de mieux comprendre les écarts constatés entre pays en matière d effort

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

Investir dans un contexte de déséquilibres économiques mondiaux

Investir dans un contexte de déséquilibres économiques mondiaux Investir dans un contexte de déséquilibres économiques mondiaux Le 1 er avril 2011 Vincent Lépine Vice-président Répartition globale de l actif et gestion des devises Agenda A Déséquilibres mondiaux croissants

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences.

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences. Cours passé : Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Aujourd hui : Le «peg» du yuan et les conséquences. - Important rappel théorique ; - Le contexte ; - L effet sur le niveau des taux d intérêt

Plus en détail

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée?

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Flash Stratégie Janvier 2015 2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Jean Borjeix Paris, le 20 janvier 2015 Dans ce document nous allons tout d abord rapprocher nos

Plus en détail

Focus: France. Grant Thornton International Business Report 2014

Focus: France. Grant Thornton International Business Report 2014 Focus: France Grant Thornton International Business Report 2014 Focus: France 300 Introduction entretiens menés auprès de chefs d entreprises Avec 66 millions d habitants et un PIB culminant à 2 600 milliards

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 259 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Productivité, croissance économique, emploi (1)

Productivité, croissance économique, emploi (1) 1 http://www.asmp.fr - Académie des Sciences morales et politiques Productivité, croissance économique, emploi (1) Pierre Tabatoni de l Institut Les variations de la productivité jouent un rôle clef dans

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

LES DÉFIS DE L EXPANSION

LES DÉFIS DE L EXPANSION LES DÉFIS DE L EXPANSION DU MONDE 49 e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES ÉLEVEURS DE PORCS DU QUÉBEC JEAN-LOUIS ROY, 28 MAI 2015 L ESPACE AGRICOLE GLOBAL JEAN-LOUIS ROY, MAI 2015 Tous les pays du monde 1,35 milliards

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

Une lecture marxiste de la crise

Une lecture marxiste de la crise janvier - N Une lecture marxiste de la crise Notre interprétation de la crise est la suivante : il y a excès mondial de capacité de production, dû essentiellement à la globalisation et à l'investissement

Plus en détail