#18 MÉDECINE DENTAIRE. Un laboratoire de formation flambant neuf. novembre - décembre 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "#18 MÉDECINE DENTAIRE. Un laboratoire de formation flambant neuf. novembre - décembre 2012"

Transcription

1 Belgique - België P.P. - P.B. Bruxelles Brussel BC magazine trimestriel d information destiné aux médecins référents #18 Bulletin d information des Cliniques universitaires Saint-Luc MÉDECINE DENTAIRE Un laboratoire de formation flambant neuf 9 Expéditeur : Cliniques universitaires Saint-Luc, 10 av. Hippocrate à 1200 Bruxelles. Bureau de dépôt : Bruxelles X Agréation : P501195

2 magazine trimestriel d information destiné aux médecins référents Belgique - België P.P. - P.B. Bruxelles Brussel BC octobre - novembre 2012 Bulletin d information des Cliniques universitaires Saint-Luc Lucarne_18.indd 1 19/11/12 10:59 magazine trimestriel d information destiné aux médecins référents Lucarne est une publication du Service de communication des Cliniques universtaires Saint-Luc. ÉDITEUR RESPONSABLE Renaud Mazy, administrateur délégué des Cliniques universitaires Saint-Luc, Avenue Hippocrate, Bruxelles COORDINATION Caroline Bleus Tél Fax SUPERVISION Thomas De Nayer (TDN) RÉDACTION Service de communication Sylvain Bayet (SB) Caroline Bleus (CB) Thomas De Nayer (TDN) Géraldine Fontaine (GF) SECRÉTARIAT Véronique Dansart Tél : Fax : PHOTOS Couverture : Hugues Depasse/CAV Intérieur : Hugues Depasse/CAV DR (Document Reçu) MISE EN PAGE Tilt Factory.com Si vous avez des idées d articles ou des suggestions pour améliorer cette publication, n hésitez pas à contacter la rédaction. Toute reproduction, même partielle, est interdite sauf accord préalable de la rédaction. EMPORTEZ CE NUMÉRO PARTOUT AVEC VOUS Scannez ce QR code et visualisez ce numéro sur Smart Phone ou tablette numérique MÉDECINE DENTAIRE Un laboratoire de formation flambant neuf 9 Expéditeur : Cliniques universitaires Saint-Luc, 10 av. Hippocrate à 1200 Bruxelles. Bureau de dépôt : Bruxelles X Agréation : P #18 SOUTENEZ NOTRE FONDATION UNE COLLABORATION PLUS EFFICACE AVEC LES MÉDECINS RÉFÉRENTS : C EST PRIORITAIRE! Au terme d un énorme travail de diagnostic accompli ces derniers mois au sein de notre hôpital, Saint-Luc disposera d ici la fin de l année d un plan stratégique ambitieux baptisé SaintLuc2.Excellence. D ici 2020, nous allons réinventer Saint-Luc sans pour autant tout révolutionner. Nous allons construire sur ce qui fait notre force à l heure actuelle : la qualité des soins. Notre plan stratégique embrassera cinq grandes thématiques au sein desquelles s inscriront toutes nos initiatives futures : Un positionnement stratégique et géographique de Saint-Luc Le patient au centre de nos préoccupations Des procédures efficientes La performance opérationnelle et financière Un personnel impliqué et motivé Les initiatives, autant de projets, auront pour objectif de développer Saint-Luc mais aussi, et c est une contrainte que les hôpitaux vont devoir intégrer, «digérer» les mesures gouvernementales qui ont impacté et impacteront de manière récurrente les soins de Santé. L instauration d une collaboration renforcée avec nos partenaires que sont les médecins traitants externes et une meilleure information pour ces derniers font partie de nos priorités. Différents projets seront mis en œuvre dans les mois à venir afin de remplir cet objectif. Fortes de cette vision claire pour leur futur proche, les Cliniques Saint-Luc demeurent sereines mais vigilantes face aux défis à venir. En attendant, au nom du Comité de direction, je vous souhaite une excellente année 2013! SOMMAIRE Pr Frédéric Thys, Directeur médical adjoint 3 Actualité médicale 3 Maladies du sang : 2000 greffes de moelle à Saint-Luc 4 Un nouveau robot en salle d op : le Da Vinci 6 Feel +, un programme sportif adapté aux patients oncologiques 8 Le Cracs, un nouveau centre de chirurgie expérimentale 9 Echos des services 9 Médecine dentaire : un laboratoire de formation préclinique flambant neuf 10 Médecine gériatrique : reconnaître le délirium 11 Des infos anesthésiques en un clic 12 Les bienfaits de la musique aux Soins intensifs 13 Mélanome : une nouvelle piste pour comprendre le fonctionnement des cellules immunitaires 14 Vingt-deux projets soutenus par la Fondation Saint-Luc 16 Vite dit 18 Agenda - A lire 19 Prix et distinctions 20 Nominations

3 Actualité médicale MALADIES DU SANG LE TRAITEMENT DE DEMAIN A l occasion de la 2000 e greffe de moelle, les Services d hématologie adulte et pédiatrique ainsi que l Unité de thérapie cellulaire des Cliniques universitaires Saint-Luc ont organisé une réunion scientifique. Ce fut l occasion de faire le point sur une approche thérapeutique qui a révolutionné le traitement de nombreuses maladies du sang. u La technique de prélèvement des cellules souches a radicalement changé : elle peut maintenant se faire par collecte périphérique. Le traitement des maladies du sang a connu de considérables avancées, tant chez l enfant que chez l adulte (amélioration de la chimiothérapie, découverte de thérapies ciblées, immunothérapie, etc.). Parmi cet arsenal thérapeutique en constante évolution, la greffe de moelle osseuse demeure une approche thérapeutique performante. La réunion organisée aux Cliniques Saint-Luc en juin dernier a permis de faire le point sur près de trente années d expérience et d identifier les défis de demain. LES GREFFES DE MOELLE À SAINT-LUC, UNE LONGUE EXPÉRIENCE TOUJOURS EN PROGRÈS Depuis la première greffe de moelle à Saint- Luc (alors à Leuven) en 1974, de multiples changements sont survenus et ont contribué à en améliorer le résultat. On notera tout d abord une amélioration de la prévention et du traitement des infections qui surviennent pendant la phase d aplasie durant laquelle les patients quasi démunis de défenses sont très vulnérables aux infections. La technique de prélèvement des cellules souches a également radicalement changé puisqu elle peut maintenant se faire par collecte périphérique (appelée «cytaphérèse» - Lire à ce sujet Lucarne n 17). Les tests de compatibilité se sont aussi améliorés, ainsi que les outils thérapeutiques pour prévenir et guérir les réactions de rejet entre le donneur et le receveur. Au cours de ces décennies, on a découvert en outre que la moelle allogénique greffée pouvait diriger contre les cellules cancéreuses du receveur une réaction d élimination, appelée «réaction du greffon contre la leucémie», ou effet GVL (pour graft versus leukemia). Cet effet GVL peut grandement contribuer au succès de la greffe, c est-à-dire à l élimination définitive de la maladie cancéreuse du receveur. Le concept de «mini-greffes» ou «greffes à conditionnement atténué» exploite d ailleurs l effet GVL. Dans ce type de greffe, de plus en plus fréquemment réalisé, on se base davantage sur l effet GVL que sur la chimiothérapie de préparation avant la greffe pour obtenir une éradication des cellules cancéreuses. Enfin, chez les patients pour lesquels on ne trouve pas de donneur, de nouvelles sources de greffon ont été validées, comme le sang de cordon ombilical. }[GF avec Cédric Hermans] Pr Cedric Hermans, chef du Service d hématologie, tél , PLUSIEURS TYPES DE GREFFE, PLUSIEURS OBJECTIFS Il existe plusieurs types de greffe de moelle : l autogreffe, l allogreffe familiale ou l allogreffe non-familiale. Les indications de réaliser une greffe de moelle sont multiples : la greffe peut être indiquée pour remplacer une moelle qui ne fonctionne pas correctement, suite à une pathologie acquise à une maladie génétique héréditaire qui entraîne la production de cellules sanguines anormales (anémie falciforme, thalassémie, déficits immunitaires). Dans ces situations, il faut recourir à une allogreffe. Le traitement intensif de certains cancers hématologiques constitue une autre indication de greffe. Très efficace contre la maladie, il détruit simultanément la moelle osseuse. La greffe de moelle (autologue ou allogénique) permet alors de reconstituer la moelle détruite. Dans certains types de cancers tels que les leucémies, c est la moelle osseuse ellemême qui est malade et son remplacement par une moelle saine à l occasion de la greffe fait partie du traitement. 3

4 Actualité médicale QUARTIER OPÉRATOIRE LA CHIRURGIE ROBOT-ASSISTÉE PREND SON ENVOL Les Cliniques universitaires Saint-Luc ont fait l acquisition de la nouvelle génération du robot Da Vinci. Cette interface aux ordres du chirurgien se révèle être un apport extraordinaire en termes de confort, de qualité et de précision du geste chirurgical. 4 u Les deux chirurgiens dirigent les opérations, assis derrière leur console (cfr. encadrés). A quelques mètres de là, les infirmières assistent le robot à côté du patient. Le robot Da Vinci comporte deux consoles et quatre bras. Cet appareil extraordinaire travaille sur les ordres du chirurgien ; ce dernier dirige les opérations à partir d une console qui lui fournit des images 3D du champ opératoire, et le robot réplique intégralement les gestes chirurgicaux. Même si la chirurgie par petites incisions faisait déjà partie de l arsenal thérapeutique, le robot constitue un plus indéniable en termes de confort et de qualité, tant pour le patient que pour le chirurgien. Deux spécialités l ont déjà adoptée : la chirurgie cardiaque et l urologie. L utilisation de cet appareillage de pointe devrait s ouvrir prochainement à d autres spécialités chirurgicales. UNE PRÉCISION EXTRÊME Le modèle acquis par Saint-Luc est une version comportant de grandes avancées : deux consoles, une vision en 3D haute définition et quatre bras. La double console permet à deux chirurgiens de travailler simultanément, ce qui fait du Da Vinci un outil d enseignement et de formation pour les jeunes chirurgiens. Au cours de l opération, ce système envoie en effet aux deux chirurgiens la même image en 3D haute définition. Cette double console permet au deuxième chirurgien de prendre à tout moment les commandes du robot, explique le Dr Axel Feyaerts, chef de clinique associé en Urologie. L interface procure également une formidable qualité d analyse et de précision. Le dispositif convertit les mouvements de la main du chirurgien et les reproduit sur les quatre bras roboti- sés au contact du patient, rappelant ainsi les mains des deux chirurgiens, confie le Pr David Glineur, chef de clinique associé en Chirurgie cardiovasculaire et thoracique. Les instruments installés aux extrémités des bras du robot offrent un large éventail de gestes dans toutes les dimensions de l espace conduisant à un travail de haute performance. L utilisation du robot est également plus confortable pour le chirurgien, qui est assis pendant toute l intervention, et offre une grande stabilité d image. L interface fonctionne avec un système audiovisuel qui permet aux chirurgiens de communiquer entre eux et avec les infirmières qui se trouvent à côté du patient pour assister le travail du robot. CHIRURGIE CARDIAQUE ET VALVE MITRALE Actuellement, la plus belle indication en chirurgie cardiaque est la réparation de la valve mitrale déficiente au lieu de l implantation d une prothèse. Grâce à cette technique, le patient récupère une espérance de vie normale, évite les complications de l anticoagulation et conserve toutes ses fonctions cardiaques.

5 u Le chirurgien dirige les opérations à partir d une console lui fournissant des images 3D du champ opératoire. Le robot Da Vinci réplique intégralement les gestes chirurgicaux. Le chirurgien va-t-il céder ses doigts au robot? Oui, mais le robot ne remplacera pas les décisions du chirurgien, précise le Pr Gébrine El Khoury, chef du Service de chirurgie cardiovasculaire et thoracique. C est un outil extraordinaire, d une grande finesse, dont la précision nous offre une plus grande flexibilité technique et une meilleure visualisation des structures cardiaques dans l espace limité et non extensible d une cage thoracique. Cette chirurgie s adresse néanmoins à un groupe spécifique de patients. La chirurgie robotique offre plusieurs avantages, par rapport à la chirurgie conventionnelle par ouverture du sternum. Il s agit d une chirurgie à invasion minimale qui permet au médecin de contrôler avec précision la totalité de l opération tout en limitant les pertes sanguines et les complications liées aux incisions importantes. Les douleurs postopératoires sont ainsi réduites, et la récupération est rapide. DA VINCI ET L UROLOGIE En chirurgie urologique, la plateforme Da Vinci est actuellement utilisée pour trois types d interventions initialement pratiquées par laparoscopie : la prostatectomie totale liée à un cancer (le cancer de la prostate reste le premier cancer chez l homme), la néphrectomie partielle et la pyéloplastie (traitement d une obstruction urinaire). Avec le Da Vinci, la vision des structures s avère bien meilleure qu en laparoscopie, remarque le Dr Feyaerts. Les instruments sont articulés au niveau du poignet, ce qui permet d offrir une qualité encore meilleure en termes de sutures et de dissection. Les effets secondaires (incontinence, dysérection) sont également réduits. A noter cependant : l utilisation du robot ne s applique qu à certains patients et ne sera pas systématisée à l ensemble de la spécialité. Nous tenons compte notamment de la préservation des nerfs érecteurs et du fait que certains cancers peuvent être traités par d autres techniques, ajoute Axel Feyaerts. COLLABORATION INTER-MÉTIERS Le travail en équipe trouve une excellente application dans ce programme robotique. Son fonctionnement n est possible que grâce à une étroite collaboration entre chirurgiens, anesthésistes, perfusionnistes et infirmières spécialement formés à ces techniques innovantes. Outre l investissement réalisé par Saint-Luc, le Da Vinci a pu être acquis grâce à la Fondation Saint-Luc et ses mécènes. Le maintien et le fonctionnement du robot nécessitent encore des moyens importants ; la contribution du mécénat reste donc fondamentale. }[CB] Pr David Glineur, chef de clinique associé en Chirurgie cardiovasculaire et thoracique, tél , Dr Axel Feyaerts, chef de clinique associé en Urologie, tél , Découvrez une vidéo consacrée au robot Da Vinci sur la page YouTube des Cliniques Saint-Luc sur cliniquesuclsaintluc dans la playlist «Soins, mode d emploi». 5

6 Actualité médicale DU SPORT POUR LES PATIENTS EN UROLOGIE SUR LE FEEL + DE LA GUÉRISON Et si la pratique du sport pouvait aider à lutter contre le cancer? A Saint-Luc, les patients atteints d un cancer de la prostate ont désormais la possibilité de suivre Feel+, un programme sportif spécifique réduisant les effets négatifs de certains traitements et leur apportant du bien-être. Le Pr Bertrand Tombal, chef du Service d urologie, le Dr Gilles Caty du Service de médecine physique et un patient nous en parlent. 6 u Chaque exercice demande une position particulière et pour certains muscles, le patient emploie des petites charges. Pour certains cancers de la prostate, l hormonothérapie est indiquée. Cette prise en charge entraîne malencontreusement des effets secondaires tels que l ostéoporose et des symptômes identiques à la ménopause, à savoir une diminution des muscles, une augmentation du poids, etc. Pourtant, ces symptômes peuvent être diminués, voire supprimés quand la personne pratique une activité physique régulière comme le sport, explique le Pr Bertrand Tombal. C est dans cette optique que fut conçu le programme Feel+. FEEL FREE FEEL+! Réalisé par plusieurs professionnels de la santé, Feel+ est un programme sportif initialement destiné aux personnes atteintes d un cancer de la prostate. Il comprend également une série de recommandations diététiques et tient compte des aspects psychologiques de la maladie. Cependant, certains patients sédentaires éprouvent des difficultés pour démarrer un programme sportif et changer leurs habitudes du jour au lendemain. C est pour remédier à ces difficultés que le Centre du Cancer de Saint-Luc a mis en place une structure pour encadrer les patients. Ils sont directement approchés par le coordinateur de soins oncologiques (CSO), leur personne-ressource qui les accompagnera tout au long de leur traitement, poursuit le Pr Tombal. Le CSO leur propose de participer à des séances organisées au sein même des Cliniques, en collaboration avec le Service de médecine physique. Le Dr Gilles Caty reçoit chaque patient, les évalue d un point de vue physique et adapte le programme d exercices au patient. LE SPORT, C EST MIEUX EN GROUPE! Trois fois par semaine, une séance d exercices est organisée au sein des Cliniques pour des groupes de cinq à dix patients maximum. Ces séances se déroulent dans une salle de revalidation et sont supervisées par un kiné qui endosse littéralement le rôle de coach, indique le Dr Caty. Chaque séance se partage en trois temps : endurance : les patients vont courir (ou marcher) à l extérieur des Cliniques et chacun porte sur lui un appareil pour mesurer sa fréquence cardiaque. C est un échauffement que chaque personne effectue à son rythme, sous la surveillance du kiné. musculation : il s agit d exercices de renforcement pour les abdominaux, les muscles supérieurs et inférieurs. Chaque exercice demande une position particulière et pour certains muscles, le patient emploie des petites charges. souplesse : ces exercices d étirements clôturent la séance. Les séances sont toujours adaptées aux caractéristiques des patients et les exercices Pr Bertrand Tombal, chef du Service d urologie, tél , Dr Gilles Caty, chef de clinique adjoint au Service de médecine physique, tél ,

7 u Les séances du programme sportif Feel + sont adaptées aux caractéristiques des patients et les exercices évoluent de manière progressive. 7 évoluent de manière progressive. Le fait de travailler en groupe est particulièrement important et explique le succès de Feel+. L isolement est très mauvais pour les patients atteints d un cancer. Ils pourraient avoir tendance à déprimer, souligne le Pr Tombal. Etre en groupe leur permet de partager un but commun et non des moindres : surmonter le cancer. Ensemble, les patients s encouragent et s entraident. Cela s inscrit dans la lignée d une autre initiative du Centre du Cancer, les groupes de parole. Ici, on peut parler de groupe de parole actif, ajoute le Pr Tombal. LES BÉNÉFICES DU SPORT De nombreuses publications démontrent les bienfaits de l activité physique régulière pour la qualité de la vie. C est également le cas dans un cadre de soins oncologiques. En plus d apporter du bien-être, la pratique du sport diminue les risques cardiovasculaires. D autre part, associée à une alimentation saine, elle prévient l augmentation de la masse graisseuse et ainsi l apparition de diabète, précise le Pr Tombal. Le programme Feel+ a conquis les patients et sera bientôt élargi aux patientes atteintes d un cancer du sein. Et bientôt, nous proposerons ce programme pour tous les types de cancers en tant que traitement complémentaire. A noter encore, Feel+ a permis le développement d une recherche clinique sur les effets du sport : Nous étudions la susceptibilité génétique de l impact de la sédentarisation sur le cancer, conclut le Pr Tombal. Soutenu par le projet INNOVIRIS de la Région de Bruxelles-Capitale, le programme est désormais également destiné à d autres types de cancer. }[SB] PAROLES DE PATIENT! Charles, patient à Saint-Luc, vient aux Cliniques toutes les semaines de Wavre pour participer à une séance du programme Feel+. Il nous parle de son expérience. Peu après mon hormonothérapie, j ai subi notamment quelques problèmes d incontinence. Encouragé par le Pr Tombal, j ai alors commencé à suivre les séances du programme Feel+ à Saint-Luc. Avant mon cancer, je pratiquais d ailleurs beaucoup de sport. Après quelques séances à peine, mes problèmes d incontinence ont disparu. Mais c est aussi un vrai plaisir pour moi de pratiquer du sport à Saint-Luc. Le kiné qui nous prend en charge s occupe très bien de nous et connaît toutes nos particularités. Outre les bénéfices physiques, les séances m ont permis de rencontrer d autres personnes dans le même cas que moi et subissant des symptômes identiques. On a l occasion d en parler, de se réconforter et aussi de s encourager les uns les autres. J ai commencé en janvier 2011 et je ne suis pas prêt de m arrêter. Je recommande vivement aux autres patients d y prendre part.

8 Actualité médicale CHIRURGIE EXPÉRIMENTALE UN LABORATOIRE POUR EN FAIRE DES CRACS! Un nouveau centre de chirurgie expérimentale vient de voir le jour. Il a pour objectif d assurer la formation chirurgicale et la mise en place de projets de recherche des différentes spécialités médicales concernées par la chirurgie de la zone «face et cou». 8 u Les chirurgiens ont l opportunité de s entrainer sur des pièces anatomiques et développer des techniques chirurgicales de pointe, tout en poursuivant des projets de recherche. L ORL, la chirurgie plastique, la neurochirurgie, la stomatologie ou encore l ophtalmologie sont des spécialités concernées par la chirurgie de la zone «face et cou». Grâce au CRACS 1, un nouveau centre de chirurgie expérimentale installé dans les locaux du Département d anatomie de la Faculté de médecine de l UCL, en partenariat avec le Service d ORL de Saint-Luc du Pr Philippe Rombaux et sous l égide du Pr Benoît Lengelé, les chirurgiens (du moins au plus expérimenté) auront l opportunité de s entrainer sur des pièces anatomiques et développer des techniques chirurgicales de pointe, tout en poursuivant des projets de recherche. UN CENTRE DE RÉFÉRENCE INTERNATIONAL «Dans cette salle, les jeunes chirurgiens pourront se former chirurgicalement, mais aussi réaliser des projets de recherche spécifique, explique le Dr Jean-Marc Gérard, chef de clinique adjoint au Service d ORL et responsable de l unité d otologie. Le centre permettra également aux spécialistes confirmés d enseigner, d améliorer et de développer de nouvelles techniques chirurgicales, tout en faisant de la recherche. Notre deuxième intention est d ouvrir le centre à un enseignement inter-universitaire puis international, avec l objectif d en faire un centre de référence en anatomie, biomécanique et bio-ingénieurie de la face et du cou». Concrètement, les chirurgiens s entrainent sur des pièces anatomiques provenant du Département d anatomie ou d une banque privée de tissus humains. Poursuivre la recherche anatomique, la recherche en biomécanique de la tête et de l oreille, le développement d implants chirurgicaux (neurostimulateurs, implants auditifs et visuels) ainsi que la recherche en chirurgie de base de crâne font également partie des objectifs du Centre. UNE TECHNOLOGIE DE POINTE «Nous disposons d une plateforme de 70m² rénovée, au sein du Département d anatomie de la Faculté de médecine de l UCL», poursuit le Dr Gérard. Cette salle, équipée de matériel chirurgical et de recherche de pointe, répond aux normes nécessaires pour ce type d activités. Dr Jean-Marc Gérard, chef de clinique adjoint au Service d ORL et responsable de l unité d otologie, tél , Des démonstrations chirurgicales pourront également être réalisées grâce à un système vidéo reliant le CRACS aux salles d opération de Saint-Luc. Le Centre a pu voir le jour grâce à un partenariat avec Cochlear, une firme d implant cochléaire, et Medtronic, une firme d instrumentation chirurgicale. Ce partenariat est axé sur la recherche propre de cette firme et la mise à disposition de différentes technologies. } [CB] 1 CRACS sont les initiales de Cochlear Research Centre for Advanced Cephalic Surgery

9 Echos des services MÉDECINE DENTAIRE UNE NOUVELLE «SALLE DES FANTÔMES» Afin de pallier l augmentation du nombre d étudiants en dentisterie, le laboratoire de formation préclinique de l Ecole de médecine dentaire et de stomatologie (EMDS) a été entièrement rénové. Petite visite dans cette salle hautement technologique surnommée «la salle des fantômes». u Chaque poste de travail est configuré comme un établi sous lequel se cache un mannequin muni de mâchoires articulées et de dents artificielles interchangeables. 9 Suite à la suppression du numerus clausus, le nombre d étudiants en dentisterie n a cessé d augmenter ces dernières années. «Pour répondre à cette augmentation et à la vétusté de nombreux postes de travail (certains dataient des années 70, NDLR), nous avons décidé de rénover entièrement notre salle de travaux pratiques, explique le Pr Alain Brabant, chef de clinique au Service de prothèse dentaire et Président de la Commission préclinique de l EMDS. Nous en avons profité pour équiper l espace des dernières technologies». Les travaux se sont déroulés durant les vacances académiques et, à la rentrée, les étudiants de médecine dentaire et de stomatologie ont pu découvrir le nouvel équipement de formation préclinique. S ENTRAÎNER SUR UN FANTÔME Désormais, le local dispose de quarante-cinq postes de travail. Chaque poste est configuré comme un établi en forme de quart de cercle et sous lequel se cache un «fantôme», c està-dire un mannequin muni de mâchoires articulées et de dents artificielles interchangeables. Très réaliste, ce simulateur permet de reproduire toutes les positions et de s entraîner aux différentes situations thérapeutiques. Comme dans une unité de soins cliniques, l étudiant est équipé de tout le matériel nécessaire : scialytique, micromoteur avec lumière, pédale de commande, seringue multifonctions, système d aspiration, etc. En outre, un terminal informatique avec écran tactile est intégré à chaque poste de travail. PÉDAGOGIE EN RÉSEAU Les enseignants possèdent un poste de travail complet qui gère le réseau des quarante-cinq autres postes. Grâce à une caméra intégrée au scialytique, ils peuvent filmer des démonstrations pratiques retransmises en direct sur les écrans des étudiants. Via les écrans, ils peuvent aussi envoyer des énoncés, divers documents ou des vidéos nécessaires aux cours pratiques. Pr Alain Brabant, chef de clinique au Service de prothèse dentaire, tél Le projet de rénovation a été longuement réfléchi. «Nous souhaitions rendre la salle plus fonctionnelle et plus adaptée aux besoins pédagogiques actuels, poursuit le Pr Brabant. Avant, par exemple, le manque de place gênait les étudiants et empêchait les déplacements des enseignants entre eux.» Par ailleurs, l aspect immaculé et propre de la salle des fantômes devrait inciter les futurs cliniciens à mieux maîtriser la rigueur de l hygiène médicale. } [SB]

10 Echos des services MÉDECINE GÉRIATRIQUE RECONNAÎTRE LE DÉLIRIUM Perçu par les patients comme un cauchemar éveillé, le délirium est une pathologie difficile à diagnostiquer et qui touche plus particulièrement les personnes âgées. Le Pr Pascale Cornette, chef du Service de gériatrie, nous en parle. 10 u Certaines personnes sont plus prédisposées que d autres à développer un delirium à l occasion d un problème aigu de santé. Le délirium est une altération aiguë, brutale et fluctuante de la vigilance accompagnée d un déficit de l attention et d autres symptômes cognitifs (désorganisation de la pensée, discours incohérent, hallucinations, etc.). «Beaucoup de patients le décrivent comme un cauchemar éveillé, une impression de ne plus maîtriser la réalité, explique le Pr Cornette. C est très perturbant, tant pour la personne touchée que pour ses proches». Il existe différentes formes de délirium : certains patients sont très agités tandis que d autres, plus nombreux, sombrent, au contraire, dans un état apathique (somnolents, comateux, etc.). Cette pathologie touche avant tout les personnes fragilisées et en particulier les seniors. Près de 10% des personnes âgées se présentant dans un service d urgences pour un problème aigu souffre en même temps d un délirium. «C est plutôt interpellant car le délirium augmente les risques de perte d autonomie, de complications et d allongement de l hospitalisation.» ATTENTION, FRAGILE Le délirium touche particulièrement les personnes âgées dites «fragiles», mais également les personnes plus jeunes qui séjournent aux Soins intensifs. Différents facteurs peuvent précipiter la survenue d un délirium chez une personne prédisposée : une infection, certains médicaments, le sevrage à l alcool ou à un médicament, des perturbations métaboliques, un changement de lieu, un deuil ou un stress psychologique. Certaines personnes sont plus prédisposées que d autres à développer un delirium à l occasion d un problème aigu de santé. C est le cas notamment des patients qui présentent déjà des troubles cognitifs (Alzheimer), qui souffrent de plusieurs problèmes de santé en même temps ou qui absorbent un grand nombre de médicaments différents. TRAITER LA CAUSE ET RASSURER Etablir le diagnostic n est pas évident car les symptômes sont atypiques et fluctuent dans le temps. «Pour identifier le délirium, il est nécessaire de passer du temps auprès du patient afin de l observer. On a plus de chance de poser cet important diagnostic si toute l équipe relaie ces observations, il faut donc mieux informer les soignants sur les symptômes.» L état antérieur du patient doit également être pris en compte, ce qui implique parfois de procéder à une véritable enquête auprès des proches et des soignants qui se sont occupés de lui. «On doit établir l histoire de la maladie.» Pr Pascale Cornette, chef du Service de gériatrie, tél , Le traitement du délirium consiste à traiter la cause. «Si l on soigne la cause, par exemple une infection, la pathologie va disparaître progressivement.» Rassurer les personnes constitue un autre aspect important de la prise en charge. «Le délirium est un état très perturbant pour les patients et leurs proches. Aussi, nous devons les écouter décrire ce qu ils ressentent, parler avec eux et, de cette manière, les rassurer.» Il faut également veiller à instaurer une atmosphère calme, une bonne hydratation, un bon sommeil, etc. } [SB]

11 Echos des services ANESTHÉSIE, SYNDROMES ET MALADIES RARES DES INFOS ANESTHÉSIQUES EN UN CLIC Offrir une prise en charge anesthésique adaptée aux enfants atteints de syndromes ou maladies rares peut s avérer difficile. Grâce à un site internet réalisé par deux médecins du Service d anesthésiologie et régulièrement actualisé, les assistants disposent de toutes les informations nécessaires pour offrir une anesthésie adéquate à ces jeunes patients. u Deux anesthésistes des Cliniques Saint-Luc ont souhaité mettre à disposition des médecins assistants un outil électronique permettant de trouver une synthèse de la pathologie ainsi que le traitement anesthésique adéquat. 11 A l heure actuelle, la prise en charge anesthésique des enfants est de plus en plus pointue : les pathologies sont nombreuses et la voie ambulatoire se multiplie. Cependant, il reste difficile pour les anesthésistes d obtenir des informations importantes sur des enfants «étiquettés» avec un syndrome ou porteurs de maladies génétiques. C est sur base de ce constat que le Pr Francis Veyckemans et le Pr Jean-Louis Scholtes ont souhaité mettre à disposition des médecins assistants un outil électronique permettant de trouver une synthèse de la pathologie ainsi que le traitement anesthésique adéquat. La page internet «Syndromes et maladies rares en pédiatrie : anesthésie» met à disposition des infos anesthésiques en quelques lignes, enrichies grâce à la littérature mais également grâce à l expérience et la description des réactions. L ensemble du contenu figurant sur la page est validé et référencé. MILLE SYNDROMES ET MALADIES RARES RÉUNIS SUR UNE PAGE WEB «Tous les huit à quinze jours, les pages sont enrichies de nouvelles informations, se réjouit le Pr Jean-Louis Scholtes, chef de service associé au Service d anesthésiologie. A l heure actuelle, nous disposons d environ 1100 fiches. Les assistants ont pris l habitude de se rendre sur le site pour se rafraîchir la mémoire ou nous signaler une pathologie qui n y serait pas encore répertoriée». L outil s avère également efficace pour les petits patients arrivés de l étranger ou opérés en urgence et dont la pathologie nécessite des précautions particulières (problèmes d intubation, interaction avec des produits anesthésiques contrindiqués, positionnement, fragilité de la peau, etc.). UNE RECONNAISSANCE L utilisation de cette page internet «faite maison» dépasse d ailleurs les frontières de l hôpital «Nous nous sommes rendus compte que plusieurs sociétés d anesthésie d autres pays d Europe avaient placé le lien en référence de leurs sites web, note le Pr Francis Veyckemans, chef de service adjoint au Service d anesthésiologie. C est une véritable caution et une belle reconnaissance de notre expertise en anesthésie pédiatrique.» Grâce à l informatisation de cet outil, les contenus sont mis à jour régulièrement afin d éviter les informations obsolètes. Un moteur de recherche interne permet également de trouver un syndrome par mots-clés. Un véritable gage de sécurité pour les patients! } [CB] La page internet «Syndromes et maladies rares en pédiatrie : anesthésie» est accessible via l adresse : Pr Francis Veyckemans, chef de service adjoint au Service d anesthésiologie, tél , Pr Jean-Louis Scholtes, chef de service associé au Service d anesthésiologie, tél ,

12 Echos des services DE LA MUSIQUE AUX SOINS INTENSIFS EN AVANT LA MUSIQUE! Depuis le début de cette année, le Service des soins intensifs offre la possibilité aux patients conscients d écouter de la musique pendant leur hospitalisation. Ce projet a pour but de diminuer l anxiété des patients, possiblement les quantités de sédatifs et de rendre l environnement plus agréable. «Ce projet a été imaginé il y a une dizaine d années, lorsqu un de mes amis, Kevin, s est retrouvé aux Soins intensifs suite à un accident de voiture», se souvient le Pr Pierre-François Laterre, chef du Service des soins intensifs. Il est resté hospitalisé durant trois semaines, sous respirateur et recevait de grosses quantités de sédatifs et d analgésiques. «Comme près de 60% des patients, il est passé par des phases d hallucinations qui ont débouché sur de l anxiété et de la dépression.» 12 REMÉDIER À UN ENVIRONNEMENT ANXIOGÈNE Une fois remis sur pieds, Kevin a décrit en détails les sensations qu il avait éprouvées lors de son hospitalisation : un environnement anxiogène, notamment à cause des nombreux bruits produits par les alarmes, les respirateurs et le personnel. Les nombreuses sédations lui donnaient l impression de perdre les notions de temps et d espace. Tout cela contribuait à augmenter son anxiété. Suite au témoignage de Kevin, des mesures furent prises afin d améliorer l environnement des Soins intensifs. «Nous réveillons les patients qui le peuvent durant le jour, tout en diminuant leurs sédations, explique le Pr Laterre. Nos équipes de soignants parlent plusieurs fois par jour avec les personnes pour leur rappeler où elles sont et les aider à se familiariser avec les lieux.» Dans certains cas, les patients ont même l occasion de pratiquer du sport durant la journée (lire Lucarne n 17). MUSIQUE DE CHAMBRE POUR LES PATIENTS «Musicien de profession, Kevin a également apporté sa pierre à l édifice», poursuit le Pr Laterre. Pendant trois années, il a travaillé à la composition d une musique appropriée pour les patients, susceptible de les détendre. Résultat : un CD d une douzaine d heures. «Nous ne nous sommes pas arrêtés là : nous avons rassemblé sur d autres CD de la musique classique conventionnelle, de la variété et de la pop!» Et depuis janvier, toutes les chambres des Soins intensifs disposent du matériel adéquat : un casque (à usage unique) muni de boutons pour choisir le canal souhaité. «Actuellement, nous proposons quatre canaux différents : musique classique, planante, variété u Les patients peuvent choisir le style de musique qu ils préfèrent. française Le patient peut choisir ce qui lui convient le mieux.» D un point de vue organisationnel, le Service a constitué en son sein un groupe d infirmières et infirmiers, chargé de définir les patients qui peuvent profiter de ce projet. Actuellement, les patients ciblés sont conscients ou susceptibles d être éveillés. «Mais à terme, nous désirons élargir cela aux patients inconscients afin de mesurer l impact que la musique pourrait avoir sur eux», continue le Pr Laterre. SUR UN AIR DE GUÉRISON Ecouter de la musique améliore l environnement des patients, désormais moins dérangés par les nuisances sonores. «D autre part, plusieurs études ont démontré les bienfaits de la musique : diminution de la tension artérielle et des sédations administrées aux patients, insiste le Pr Laterre. Notre projet utilise le recueil de données d une pharmacienne hospitalière qui a mesuré les consommations de sédatifs en soins intensifs.» Pierre-François Laterre, chef du Service des soins intensifs, tél , L implémentation de la musique aux Soins intensifs aboutira prochainement sur un projet de recherche clinique. «Nous pourrons élargir l emploi de la musique à tous les patients, conscients et inconscients, et mesurer ainsi clairement ses effets», conclut le Pr Laterre. } [SB]

13 CELLULES IMMUNITAIRES ET MÉLANOME Recherche VERS UNE MEILLEURE COMPRÉHENSION DE LA RÉPONSE IMMUNITAIRE ANTICANCÉREUSE Le Dr Nicolas van Baren, chercheur et clinicien au Ludwig Institute for Cancer Research, à l Institut de Duve (UCL) et au Centre du Cancer des Cliniques universitaires Saint-Luc, explore une nouvelle piste pour comprendre le fonctionnement des cellules immunitaires chez les patients souffrant de mélanome. Nicolas van Baren, docteur et clinicien au Ludwig Institute for Cancer Research, à l Institut de Duve de l UCL et au Centre du Cancer, tél , u Le Dr Nicolas van Baren explore une nouvelle piste pour comprendre le fonctionnement des cellules immunitaires chez les patients souffrant de mélanome. Le Dr Nicolas van Baren a montré dans une étude que des cellules immunitaires peuvent être activées au sein de métastases cutanées chez des patients atteints de mélanome et que des structures immunitaires spécialisées présentes dans ces métastases permettent l activation d anticorps (lymphocites B). Les résultats de cette étude viennent d être publiés dans Cancer Research, le journal de l American Association for Cancer Research. Dans de nombreux cancers, des lymphocytes infiltrent la tumeur et influencent l évolution de la maladie. Toutefois, on ne sait pas où se déclenche l activation de ces lymphocytes, or cette activation est nécessaire pour leur permettre de combattre la tumeur. Les résultats de l étude indiquent que chez certains patients souffrant de mélanome avec métastases, ces lymphocytes peuvent être activés au sein même de la tumeur et non dans les ganglions lymphatiques, ces organes spécialisés dans les réponses immunitaires. «Une connaissance fondamentale comme celle-ci est importante, dans la mesure où nous cherchons à identifier les mécanismes par lesquels les tumeurs parviennent à échapper aux réponses immunitaires anti-tumorales. Nous pourrions ainsi développer des approches permettant de contrer ce phénomène», explique Nicolas van Baren. Pour la majorité des réponses immunitaires déclenchées dans notre corps, les principaux sites d activation des lymphocytes sont les ganglions lymphatiques. Toutefois, dans des cas d infections chroniques où l infection persiste, comme par exemple avec le virus de l hépatite C, des structures lymphoïdes ectopiques se forment au niveau du site de l infection et permettent le développement local de réponses lymphocytaires dirigées contre l agent infectieux. Des structures lymphoïdes ectopiques ont également été observées dans certaines tumeurs malignes, comme les tumeurs du sein, du poumon et du colon, mais pas dans le mélanome. Dans diverses études, leur présence a été associée à une amélioration du pronostic. Le Pr van Baren et ses collègues ont observé des structures lymphoïdes ectopiques dans 7 sur 29 métastases cutanées de patients souffrant de mélanome. Toutefois, aucun des échantillons de mélanome primaire examinés ne contenait de structures lymphoïdes complètes. Néanmoins, certains d entre eux contenaient des petits vaisseaux sanguins qui sont associés à ces structures. Des analyses approfondies ont indiqué que ces structures lymphoïdes étaient fonctionnelles, puisque des événements caractéristiques de l activation de lymphocytes B y ont été mis en évidence. «Les réponses immunitaires peuvent être occasionnées localement, du moins dans les métastases, déclare le chercheur. Cela confirme que l immunité du malade tente de détruire sa tumeur. En outre, le fait que nous ayons détecté des structures lymphoïdes fonctionnelles dans des métastases cutanées et non dans des tumeurs primaires est très intriguant en soi. Comprendre les raisons de cette différence nous permettra de savoir comment les réponses immunitaires contre le mélanome se développent durant la progression de la maladie.» À ce stade, la petite taille de l échantillon ne permet pas de tirer des conclusions statistiques sur le plan clinique. «Nous ne savons pas encore si ces structures sont favorables au patient et défavorables pour la tumeur, ou le contraire. À l heure actuelle, aucune indication ne va dans un sens plus que dans l autre, il faut étudier davantage de tumeurs» } [GF] 13

14 Fondation saint-luc LA FONDATION SAINT-LUC SOUTIENDRA VINGT-DEUX PROJETS EN 2012 ET 2013 LA RECHERCHE AVANCE ENCORE Cette année encore, la Fondation Saint-Luc soutient de jeunes chercheurs, des médecins et d autres professionnels de la santé des Cliniques Saint-Luc. Tous reçoivent ainsi l opportunité de partir se former dans les meilleurs centres à l étranger ou de mener des projets de recherche clinique à Saint-Luc. BOURSES MÉDECINS Dr Bouchra El M Kaddem, Résident au Service de neurologie pédiatrique Traiter les enfants souffrant d épilepsie réfractaire Dr Jean Cyr Yombi, Chef de clinique associé au Service de médecine interne HIV, complications métaboliques et risque cardio-vasculaire Pauline Hoellinger, Ergothérapeute Une formation européenne en ergothérapie BOURSES INFIRMIÈRES BOURSE INFIRMIÈRE ISN-ISEI BOURSES HUMANISATION BOURSE ŒUVRE DU CALVAIRE-MALTE Dr Susana Ferrao Santos, Assistant spécialiste au Service de neurologie Acquérir les compétences nécessaires en épileptologie adulte Chantal De Reyck, Coordinatrice clinique de transplantation hépatique adulte, et Docteur Marianne Desmedt, Chef de l Unité des soins continus Une meilleure prise en charge des patients en fin de vie 14 Dr Gimbada Benny Mwenge, Chef de clinique adjoint au Service de pneumologie Etude des parasomnies Christian De Wergifosse, Infirmier-chef de l Unité de transplantation abdominale Améliorer l organisation de la sortie du patient MANDATS POUR LES CLINICIENS-CHERCHEURS Laurent de Kerchove, Chef de clinique adjoint au Service de chirurgie cardiovasculaire et thoracique Annuloplastie de la valve aortique : analyses des techniques existantes et développement d un nouveau système d annuloplastie aortique Dr Jonathan Hulin, Résident au Service d anesthésiologie Pratique de l anesthésie cardiaque Ramona Moor, Infirmière coordinatrice en recherche clinique médicale pour l oncogériatrie L infirmière coordinatrice en oncogériatrie : l alliée du patient âgé atteint de cancer François Duhoux, Chef de clinique adjoint au Service d oncologie médicale Amélioration de la prise en charge du cancer du sein grâce à la génétique Dr Ludovic Kaminski, Résident au Service d orthopédie et de traumatologie de l appareil locomoteur Traitement des pathologies du rachis BOURSES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ Marie Avaux, Kinésithérapeute au Service de rhumatologie La méthode Maitland pour améliorer les techniques de mobilisation manuelle Antoine Froidure, Médecin Assistant Clinicien Candidat Spécialiste (MACCS) au Service de pneumologie Anomalies des cellules dendritiques chez les patients asthmatiques atopiques Dr Stéphane Thiry, Résident au Service d urologie Plongée au cœur d un service d urologie pédiatrique de renommée internationale Jacques Grisart, Psychologue au Centre de référence multidisciplinaire de la douleur chronique (Service de médecine physique et réadaptation motrice) Intégrer l Approche Centrée sur la Personne dans la formation des soignants Patrice Forget, Chef de clinique adjoint au Service d anesthésiologie L anesthésie influence-t-elle l immunité anticancéreuse? Retrouvez la description des projets de tous les boursiers et des cliniciens chercheurs sur

15 Aurore Lafosse, Résidente au Service de chirurgie plastique et Centre de Thérapie Tissulaire et Cellulaire Développement d un pansement biologique basé sur l utilisation de cellules souches adipeuses pour la cicatrisation des plaies diabétiques chroniques Daniel Léonard, Chef de clinique adjoint à l Unité de chirurgie colorectale Les facteurs de risque de récidive après une chirurgie pour cancer du rectum Valérie Luyckx, Médecin Assistant Clinicien Candidat Spécialiste (MACCS) au Service de gynécologieobstétrique Préserver la fertilité chez les patientes cancéreuses Marc Van den Eynde, Chef de clinique adjoint au Service d oncologie médicale et de gastroentérologie Poursuivre la recherche sur le cancer colorectal A VOIR DÉCOUVREZ LE NOUVEAU FILM DE LA FONDATION SAINT-LUC La Fondation Saint-Luc lance un nouveau film d appel aux dons. Ce film puissant de six minutes sensibilise le public à l importance de soutenir la recherche clinique par le biais de trois témoignages de «couples» patients-chercheurs. Objectif : encourager les dons en faveur de la recherche clinique à Saint-Luc. Vous pouvez visionner le film à l adresse presentation LE FONDS HERVÉ REYCHLER POUR SOUTENIR LA CHIRURGIE MAXILLO-FACIALE En créant un Fonds au sein de la Fondation Saint-Luc, le Pr Hervé Reychler, chef du Service de stomatologie et de chirurgie maxillo-faciale, souhaite soutenir la recherche dans ce domaine. En effet, si les missions d enseignement et de soins aux patients trouvent assez aisément des sources de financement, il n en va pas de même pour la recherche, surtout lorsqu elle concerne une spécialité largement méconnue. La chirurgie maxillo-faciale est une jeune spécialité chirurgicale pour les pathologies s étendant aux confins cranio-faciaux ou drainées dans le cou. Les pathologies traitées au sein du Service de stomatologie et de chirurgie maxillo-faciale de Saint-Luc se situent aussi bien au niveau des glandes salivaires que des orbites, en passant par les structures osseuses cranio-maxillo-faciales, les articulations temporo-mandibulaires, le revêtement muqueux de la cavité orale et ses annexes. C est pourquoi, conformément aux directives européennes, le candidat spécialiste doit être détenteur des diplômes de médecine et de dentisterie, ce qui en fait, en Belgique, la spécialisation médicochirurgicale la plus longue. La recherche dans le domaine de la chirurgie maxillo-faciale est orientée actuellement vers les outils technologiques issus de l informatique (imagerie 3D, navigation chirurgicale, etc.), l ingénierie tissulaire (et plus particulièrement osseuse pour combler des petites pertes de substance osseuse avant mise en place d implants ou pour reconstruire des pertes de substances osseuse plus grandes secondaires à des résections tumorales) et l oncogenèse (cancer de langue et papillomavirus humain par exemple). Le soutien de la Fondation Saint-Luc à la chirurgie maxillo-faciale par la création d un Fonds Hervé Reychler est une première en Belgique. LE Dr RAPHAEL OLSZEWSKI EST LE PREMIER LAURÉAT DU FONDS HERVÉ REYCHLER Le Dr Raphael Olszewski, chef de clinique adjoint au Service de stomatologie et chirurgie maxillo-faciale, s est vu attribuer la bourse du Fonds Hervé Reychler pour son projet intitulé «Soigner les malformations et les tumeurs de la mâchoire grâce à l informatique». Cet argent lui permettra d acheter un appareil de prototypage rapide basé sur l impression 3D des modèles médicaux physiques (utilisant du papier comme matière première). Avec cet équipement, le Dr Raphael Olszewski souhaite développer et surtout valider scientifiquement des modèles physiques 3D permettant de fabriquer des guides chirurgicaux pour les opérations chirurgicales des malformations des mâchoires (la chirurgie orthognathique) et la reconstruction osseuse après résection oncologique. Les modèles 3D constituent en effet un moyen idéal de transfert de planning préopératoire en salle d opération et améliorent très sensiblement les résultats aussi bien anatomiques que fonctionnels de telles interventions. 15

16 octobre - novembre 2012 V i t e di t UNE HOTLINE EN CARDIOLOGIE UN CHANGEMENT D ADRESSE? DITES-LE NOUS! 16 Le Service de pathologie cardiovasculaire a ouvert une «hotline» pour les médecins généralistes. Grâce à ce numéro de téléphone VIP, ces derniers peuvent entrer en contact directement avec un cardiologue, sans devoir passer par le numéro général du Service. Le Service de cardiologie s engage ainsi à proposer un rendez-vous dans les 24 heures chez un cardiologue. Une hotline existe également pour les Urgences et la Médecine interne. } [GF] Pour obtenir un rendez-vous ou entrer en contact avec un cardiologue, formez le Ce numéro est accessible de 8h à 18h30. Vous avez déménagé? Vos coordonnées sont incorrectes? Prévenez-nous! Envoyez un avec vos nouvelles coordonnées à adresse : LA CHIRURGIE DE JOUR EXPLIQUÉE AUX ENFANTS UNE CHAÎNE YOUTUBE DÉDIÉE À SAINT-LUC Dans le but de toujours mieux informer ses patients, Saint-Luc lance sa propre chaîne Youtube, le célèbre site de partage de vidéos. Vous y trouverez de nombreux films issus de Télé Saint-Luc, la chaîne de télévision interne dédiée aux patients hospitalisés. Au programme : présentation des services, techniques de pointe, coulisses de Saint-Luc, prévention N hésitez pas à informer vos patients! } [CB] Pour découvrir la chaîne Youtube de Saint-Luc, surfez sur L équipe soignante et médicale de l Hospiday, l entité des Cliniques Saint-Luc où ont lieu les activités de chirurgie de jour, présente le film «Un jour vraiment pas comme les autres». En douze minutes, des jeunes acteurs et des membres du personnel soignant décrivent les différentes étapes d une prise en charge à l unité de chirurgie ambulatoire. Les dialogues sont rédigés dans un langage adapté. Dans sa forme, le film mélange des comédiens et les membres du personnel soignant qui jouent leur propre rôle. La dynamique du montage rend le film agréable pour un public jeune, tout en parlant aux adultes également. Ce film permet d apaiser l anxiété de l enfant, avec l espoir de diminuer sa douleur après l opération. } [GF] Retrouvez le film «Un jour vraiment pas comme les autres» sur la Chaîne YouTube de Saint-Luc : Lien direct et permanent vers la vidéo :

17 octobre - novembre 2012 V i t e di t RENOMMÉE OUTRE- ATLANTIQUE POUR LE CENTRE DES MALFORMA- TIONS VASCULAIRES Contacté par une généticienne de la région de Seattle, le Centre des malformations vasculaires des Cliniques universitaires Saint-Luc a été sollicité concernant le cas d un nouveauné souffrant d une malformation au niveau du cou, du thorax et des bras; un cas pour lequel aucun spécialiste américain n avait pu établir un diagnostic précis. UNE MALFORMATION RARE Les spécialistes du Centre des malformations vasculaires identifient rapidement la pathologie : une malformation glomuveineuse en plaques, un sous-type de malformation glomuveineuse (MGV). Il s agit d une catégorie d anomalies vasculaires héréditaires caractérisées par la présence de petites lésions veineuses au niveau de la peau. La MVG en plaques concernerait moins de cinquante personnes dans le monde. Ce diagnostic est rapidement confirmé par un test génétique réalisé sous la forme d une prise de sang. POURQUOI AVOIR FAIT APPEL AUX CLINIQUES SAINT-LUC? Le Centre des malformations vasculaires jouit d une renommée mondiale; les cliniciens et généticiens du Centre collaborent de manière active et possèdent une expertise très pointue. Le Centre possède notamment une biobanque constituée de plus de échantillons. En 2002, l équipe du Centre avait d ailleurs découvert la cause et défini les critères cliniques de ce type précis de malformations en identifiant une mutation dans le gène glomuline. Une découverte majeure qui permet un diagnostic précis tout en évitant une biopsie. Une publication scientifique dans ce domaine et la mise en place d un réseau de spécialistes au niveau international a permis à ces spécialistes d être référencés comme experts dans ce domaine. } [CB] Pr Laurence Boon, Service de chirurgie plastique Centre des malformations vasculaires tél L UCL ACCUEILLE LES ÉTUDIANTS DE MÉDECINE AU COLLÈGE SAINT-MICHEL Le nombre d étudiants en 1er bac de médecine est très important. Le manque de places dans les auditoires est criant Pour pouvoir accueillir ses étudiants dans les meilleures conditions, l UCL a choisi de louer un espace hors du site de Woluwe, à savoir la salle de théâtre du collège Saint-Michel à Etterbeek, pouvant accueillir jusqu à 1400 personnes. Cet espace sera loué pour deux ans, en attendant la construction d un nouvel auditoire de 900 places sur le site de Woluwe en prolongation de l auditoire Lacroix. Il devrait être inauguré pour la rentrée Les étudiants de 1er bac en médecine sont donc accueillis dans le théâtre Saint-Michel depuis la rentrée pour suivre certains de leurs cours théoriques. } [CB] INVITATION : SOIRÉE SCIENTIFIQUE SUR LA QUALITÉ DES SOINS ET LA SÉCURITÉ DU PATIENT Le mercredi 23 janvier 2013, les Cliniques universitaires Saint-Luc convient les médecins référents (généralistes et spécialistes) à une soirée scientifique sur le thème de la qualité des soins et de la sécurité du patient. Une réception conviviale suivra la réunion scientifique. L accréditation en «éthique et économie» est demandée. Où? Cliniques universitaires Saint-Luc (salle des conférences de la Verrière), av. Hippocrate Bruxelles Quand? Le mercredi 23 janvier 2013 à 20h Plus d informations et inscriptions Secrétariat du Comité de la Qualité des Soins, Chantal Dominique, tél , chantal. 17

18 octobre - novembre A lire LA BIOÉTHIQUE AU QUOTIDIEN De plus en plus de citoyens et de patients, ainsi que de professionnels de la santé (médecins, infirmières, étudiants, membres des comités d éthique) sont confrontés aux questions tantôt simples tantôt complexes de l utilisation de nouvelles technologies biomédicales en continuelle évolution. Quel chemin suivre pour un questionnement adéquat, éclairé dans sa dimension médicale, morale et juridique et conforme à la conscience de l un et de l autre acteur de cette décision à prendre? Si vous vous posez une question qui concerne le début ou la fin de la vie, des techniques de pointe en transplantation, en génétique ou en recherche médicale, vous trouverez chez cet auteur, qui a confronté ses vues avec ses collègues de plusieurs disciplines de la Commission d éthique de l UCL, des pistes de réflexion sérieuses et respectueuses de la conscience d un chacun. Jacques Massion, auteur de l ouvrage, est docteur en droit, licencié en philosophie thomiste et en sciences hospitalières et médicosocialistes, membre de la Commission d éthique de l UCL, ancien directeur administratif des Cliniques universitaires Saint-Luc et professeur émérite de l Université catholique de Louvain. L EXPÉRIENCE DU KAPP Le KaPP, qui vient de fêter son dixième anniversaire, est l hôpital de jour du Service de psychiatrie infanto-juvénile des Cliniques Saint-Luc. Il accueille des enfants de 0 à 13 ans. Dans un ouvrage intitulé «Psychothérapie institutionnelle d enfants», fruit d un travail collectif, le KaPP témoigne de son expérience de psychothérapie institutionnelle. Qu ils soient atteints d autisme ou de psychose, qu ils présentent un retard cognitif, une violence extrême ou une anorexie mentale, ou qu ils soient victimes de maltraitance, les enfants ainsi que leurs familles bénéficient au KaPP d une attention particulière à leur souffrance. Dans le quotidien, l anecdotique, le fugace, les soignants croisent leurs regards pour approcher la singularité de chaque enfant. Aider l enfant à accomplir sa tâche d humanisation implique de lui permettre de grandir au niveau de ses émotions, son comportement, ses compétences relationnelles et cognitives, ses apprentissages. Au KaPP, on pratique une multidisciplinarité interactive dans la prise en charge. Chacun travaille en lien avec les collègues, pas seulement lors des réunions d équipe, mais aussi en coanimant activités et ateliers, parfois même en invitant des parents... «La bioéthique au quotidien», Jacques Massion, préface de Didier Moulin, Editions Kluwer, ISBN : , 112 pp. Psychothérapie institutionnelle d enfants : l expérience du KaPP, sous la direction de Philippe Kinoo, Ed. érès, Coll. Empan, ISBN , 216 pp.

19 O f f ic i e l Le Fonds InBev-Baillet Latour a décerné le Prix de la Recherche Clinique au Pr Jean- Pascal Machiels, chef du Service d oncologie médicale. Ce prix d un montant de euros récompense le Pr Machiels pour sa recherche sur les nouveaux traitements anti-cancéreux au moyen de thérapies moléculaires ciblées. Le Pr Jean-Pascal Machiels a développé un programme de recherche clinique académique évaluant ces nouvelles thérapies ciblées dans le cancer des voies aéro-digestives supérieures. L objectif de ces travaux consiste à évaluer l efficacité de nouvelles thérapies ciblées dans ces cancers et de mieux comprendre les mécanismes moléculaires impliqués. Car, malgré de belles avancées, certains patients ne répondent pas à ces nouvelles thérapeutiques et d autres échappent au traitement après une période plus ou moins longue. Les premiers résultats sont porteurs d espoir car ils fournissent des hypothèses permettant de tester de nouvelles approches ou des combinaisons de thérapies ciblées au bénéfice des patients. Le Pr Pierre Scalliet, chef du Service de radiothérapie, s est vu confier un mandat à l International Atomic Energy Agency (IAEA), une agence de l ONU chargée des applications civiles de l énergie nucléaire, notamment dans les domaines de l énergie et de la médecine. Un mandat de trois ans, renouvelable et bénévole. Cette nomination constitue une reconnaissance majeure au niveau mondial puisque le Pr Scalliet a été sélectionné parmi les plus éminents experts des cinq continents. #18 octobre - novembre 2012 PRIX ET DISTINCTIONS de neuroscientifiques belges. Durant le congrès, Geneviève Aubert organisera également une session dédiée à l histoire de la recherche dans le domaine du sommeil, en collaboration avec la Belgian Association for Sleep Research and Sleep Medicine (BASS). Le Pr Jan Lerut, chef de Service f.f. du Service de chirurgie et transplantation abdominale, a été nommé membre honoraire de l Académie de chirurgie française. Cette nomination est la reconnaissance de ses activités dans le domaine de la transplantation d organes et, plus spécifiquement, en transplantation hépatique. S ébastien Lobet, kinésithérapeute, a reçu le Bayer Early Career Investigator Award pour ses travaux sur l évaluation fonctionnelle et la détection de l arthropathie de la cheville chez les enfants hémophiles. Le Prix Philippe Cloës a été attribué au Dr Nathalie Demoulin, néphrologue aux Cliniques Saint-Luc, pour son travail intitulé «Quels patients en insuffisance rénale chronique sévère faut-il préparer à la suppléance rénale?». Cette récompense est octroyée par la Ligue en faveur des insuffisants rénaux. Le Prix Lambertine Lacroix 2012, pour un travail de recherche clinique en cancérologie, a été attribué au Dr Laurent Knoops, chef de clinique adjoint au Service d hématologie et spécialiste post-doctorant FNRS à l Institut de Duve, pour son travail intitulé Les inhibiteurs des JAKs dans les hémopathies malignes : effets cliniques, mécanismes de résistance et nouvelles indications. A noter également : le Pr Scalliet s est vu décerner l Emmanuel van der Schueren Award (du nom du radiothérapeute mondialement connu et professeur à la KUL) durant le dernier congrès de l ESTRO (European Society for radiotherapy & oncology) à Barcelone. Il s agit d une distinction rare remise chaque année à un spécialiste qui s est distingué dans la profession. Lors du dernier congrès de l International Society for the History of the Neurosciences (ISHN), le Pr Geneviève Aubert, neurologue et chef de clinique au Centre de Médecine du Sommeil, a été élue au poste de President elect. Elle sera présidente de la société pour l année et il lui incombera d organiser le congrès annuel au Palais des Académies à Bruxelles, en juillet Cet événement scientifique et culturel sera l occasion de mettre à l honneur les grands noms Pour un travail de recherche clinique sur les affections cardiovasculaires, le Prix Lambertine Lacroix 2012 a été attribué au Pr David Glineur, chef de clinique associé au Service de chirurgie cardiovasculaire et thoracique, pour ses travaux de recherche en chirurgie de revascularisation myocardique. Vous retrouverez le détail de ces deux travaux de recherches dans votre prochaine Lucarne.

20 NOMINATIONS CHEF DE DÉPARTEMENT Pr Philippe ROMBAUX, Département de neuropsychiatrie et pathologies spéciales COORDONNATEUR Dr Anne SIMON, Médecin coordonnateur de la qualité et de la sécurité des patients (CQMO) CHEF DE SERVICE Pr Dominique LATINNE, Service de biologie hématologique Pr Benoît LENGELE, Service de chirurgie plastique Pr Dominique MAITER, Service d endocrinologie et de nutrition Pr Christine WYNS, Service de gynécologie et d andrologie CHEF DE SERVICE FAISANT FONCTION Pr Christiane VERMYLEN, Service d hématologie et oncologie pédiatrique CHEF DE CLINIQUE Pr Catherine BARREA, Service de cardiologie pédiatrique Dr Lelio BALDESCHI, Service d ophtalmologie Pr Bernard LAUWERYS, Service de rhumatologie Pr Alexandre PERSU, Service de pathologie cardiovasculaire Pr Fabienne ROELANTS, Service d anesthésiologie Pr Peter STARKEL, Service de gastro-entérologie Dr Xavier WITTEBOLE, Service des soins intensifs CHEF DE CLINIQUE ADJOINT Dr Gilles CATY, Service de médecine physique et réadaptation Dr Sophie DE ROOCK, Service de pathologies cardiovasculaires intensives Dr François DUHOUX, Service d oncologie médicale Dr Patrice FORGET, Service d anesthésiologie Dr Irina GROSU, Service d anesthésiologie Dr Violaine HAVELANGE, Service d hématologie Dr David KAHN, Service d anesthésiologie Dr Carine KIRKOVE, Service de radiothérapie oncologique Dr Catherine LAMBERT, Service d hématologie Dr Philippe LYSY, Unité d endocrinologie pédiatrique Dr Sébastien MARCHANDISE, Service de pathologie cardiovasculaire Dr Johann MORELLE, Service de néphrologie Dr Patrick OMOUMI, Service de radiologie Dr Vanessa PREUMONT, Service d endocrinologie et nutrition Dr José Géraldo RIBEIRO VAZ, Service de neurochirurgie Dr Maria STOENOIU, Service de rhumatologie PRATICIEN HOSPITALIER Dr Sophie LAMBRECHT, Service de médecine physique et réadaptation Dr Maria-Irina NICA, Service de radiologie Dr Dan PUTINEANU, Service d orthopédie et de traumatologie de l appareil locomoteur CHEF DE CLINIQUE ASSOCIÉ Dr Nathalie GODEFROID, Service de pédiatrie générale Pr Françoise SMETS, Service de gastro-entérologie et hépatologie pédiatrique Dr Andréa PENALOZA, Service des urgences MIEUX VAUT PRÉVENIR Au vu de la fréquence des rendez-vous non annulés par les patients et les délais de rendez-vous de plus en plus longs, les Cliniques universitaires Saint-Luc ont décidé de mettre en place des actions visant à diminuer ces «no-shows». Le phénomène de «no-show» (le fait qu un patient ne se soit pas présenté à son rendez-vous et n ait pas prévenu de son désistement dans les temps) est une pratique en évolution lente, mais constante, qui pénalise l activité de l hôpital. En cas d impossibilité d honorer leur rendez-vous, les patients sont invités à libérer la plage horaire en prévenant la consultation au minimum 24 heures à l avance. Dans le cas contraire, les Cliniques universitaires Saint-Luc factureront une indemnité forfaitaire d un montant de 15. } [CB] Pour annuler un rendez-vous, deux possibilités : Surfez sur > annuler un rendez-vous Contactez la consultation par téléphone magazine trimestriel d information destiné aux médecins référents

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT Prostatectomie radicale assistée par ROBOT L intervention qui vous est proposée est destinée à enlever votre prostate qui est atteinte d un cancer. LA PROSTATE La prostate est une glande qui participe

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Position de l ADC sur le financement provincial des services de dentisterie dans les hôpitaux et de la formation en médecine dentaire

Position de l ADC sur le financement provincial des services de dentisterie dans les hôpitaux et de la formation en médecine dentaire Position de l ADC sur le financement provincial des services de dentisterie dans les hôpitaux et de la formation en médecine dentaire Préambule Les programmes de médecine dentaire offerts dans les hôpitaux

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Senior. Bon à savoir. + soins mode d emploi

Senior. Bon à savoir. + soins mode d emploi Chaque année, près de 5.000 patients âgés de plus de 75 ans sont hospitalisés à Saint-Luc. Tous ne sont pas soignés par un gériatre. Mais alors, qui est concerné par la gériatrie? Et en quoi consiste cette

Plus en détail

Chirurgie assistée par ordinateurs (CAO) Crée par Magali Sanchez

Chirurgie assistée par ordinateurs (CAO) Crée par Magali Sanchez Chirurgie assistée par ordinateurs (CAO) Crée par Magali Sanchez Sommaire Introduction Qu est ce que la chirurgie assistée par ordinateur? Principes généraux Avantages/Inconvénients Simulations préopératoire

Plus en détail

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPÉCIALISATION CHIRURGIE PLASTIQUE ET RECONSTRUCTIVE

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPÉCIALISATION CHIRURGIE PLASTIQUE ET RECONSTRUCTIVE MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPÉCIALISATION CHIRURGIE PLASTIQUE ET RECONSTRUCTIVE 1. Objectifs généraux La Maîtrise universitaire d études avancées en médecine clinique,

Plus en détail

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille Guide de Mobilisation de cellules souches pour mon Autogreffe Carnet d informations et de suivi Carnets pour d informations le patient et sa et famille de suivi pour le patient et sa famille AVEC LE SOUTIEN

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

Cellules souches et Médecine régénératrice

Cellules souches et Médecine régénératrice DIPLOME D'UNIVERSITE 2015 / 2016 Cellules souches et Médecine régénératrice Ce Diplôme Universitaire est ouvert aux étudiants des écoles doctorales des Universités Paris / Paris-Saclay, aux cliniciens

Plus en détail

Fondation. Les boursiers et cliniciens-chercheurs 2012-2013. de la. Excellence et Humanisme. Editorial. Bulletin trimestriel Juin 2012

Fondation. Les boursiers et cliniciens-chercheurs 2012-2013. de la. Excellence et Humanisme. Editorial. Bulletin trimestriel Juin 2012 ECHOS Fondation de la Fondation Saint-Luc, fondation d utilité publique 17 Bulletin trimestriel Juin 2012 Les boursiers et cliniciens-chercheurs Editorial Pr Jean-François Gigot 2012-2013 Collaboration

Plus en détail

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014 DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE Programme de formation pour les infirmières pivots en oncologie Devis pédagogique 2013-2014 Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des

Plus en détail

I.- Les médecins en formation postgraduée

I.- Les médecins en formation postgraduée CONCEPT DE FORMATION POSTGRADUEE POUR MEDECIN SPECIALISTE FMH EN CHIRURGIE MAXILLO-FACIALE Lieu de formation post-graduée pour la chirurgie maxillo-faciale. Catégorie Nom du service : CHUV, Département

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

Centre universitaire de santé McGill #CUSM2015. Transformation Innovation Excellence

Centre universitaire de santé McGill #CUSM2015. Transformation Innovation Excellence Centre universitaire de santé McGill #CUSM2015 Transformation Innovation Excellence Pour plus d information : cusm.ca/2015 514-934-1934 cusm.muhc @cusm_muhc @HopitalChildren #CUSM2015 Au service des Montréalais

Plus en détail

Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique

Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique Introduction Cette brochure vise à vous familiariser avec la greffe de cellules hématopoïétiques (GCH). Elle présente en quelques

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire 2 Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN

UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN Informations générales Pour vous, pour la vie Cette brochure vise à vous fournir des informations générales concernant l intervention chirurgicale que vous

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

www.cancerdusein.org

www.cancerdusein.org www.cancerdusein.org CHANTAL THOMASS ET LA CAISSE D EPARGNE S ASSOCIENT POUR SOUTENIR LA LUTTE CONTRE LE CANCER DU SEIN. À l occasion de la Journée des Droits de la Femme, Chantal Thomass et la Caisse

Plus en détail

Un nouveau quartier opératoire pour la chirurgie de jour

Un nouveau quartier opératoire pour la chirurgie de jour Communiqué de presse 18 avril 2011 Un nouveau quartier opératoire pour la chirurgie de jour Conférence de presse et visite guidée (Cliniques universitaires Saint-Luc, av. Hippocrate 10, 1200 Bruxelles)

Plus en détail

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé Don de moelle osseuse Engagez-VOUS pour la vie 1 Pourquoi devenir veilleur de vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison

Plus en détail

Soins palliatifs et Ostéopathie. Prise en charge alternative de la douleur

Soins palliatifs et Ostéopathie. Prise en charge alternative de la douleur Soins palliatifs et Ostéopathie Prise en charge alternative de la douleur DÉFINITION Méthode thérapeutique jeune qui consiste, «dans une compréhension globale du patient, à prévenir, diagnostiquer, et

Plus en détail

Secteur Protégé d Hématologie

Secteur Protégé d Hématologie INFORMATIONS PATIENTS Secteur Protégé d Hématologie Centre accrédité de greffe de moelle osseuse et de cellules souches d hématopoïétiques Le Secteur d Hématologie est destiné à des patients atteints de

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

LES DERNIERES TECHNOLOGIES CHIRURGICALES

LES DERNIERES TECHNOLOGIES CHIRURGICALES LES DERNIERES TECHNOLOGIES CHIRURGICALES SONT AU CHR D ORLEANS Au CHR d Orléans, la chirurgie robotisée est pluridisciplinaire Page 2 Technologies et avantages du robot «da Vinci» dernière génération Page

Plus en détail

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon)

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Le cancer du sein Risque estimé de développer un cancer du sein selon l âge Age 30 ans 40 ans 50 ans 60 ans 70 ans 80 ans Risque estimé 1/2212

Plus en détail

Le cancer cet ennemi commun

Le cancer cet ennemi commun Le cancer cet ennemi commun En France, 360 000 nouveaux cas par an. 1 homme sur 2 et 1 femme sur 3 touchés au cours de leur vie. en Languedoc-Roussillon, ICI il tue 20 personnes par jour. www.icm.unicancer.fr

Plus en détail

Fiche du programme 12051400102 de l'organisme INFIPP INFIPP

Fiche du programme 12051400102 de l'organisme INFIPP INFIPP Fiche du programme 12051400102 de l'organisme INFIPP INFIPP Descriptif du programme: Référence Programme OGDPC 12051400102 Titre du programme Préparation à l'entrée aux écoles d'aide-soignants et d'auxiliaire

Plus en détail

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION DOSSIER DE PRESSE VENDREDI 2 OCTOBRE 2009 SOMMAIRE L INAUGURATION DU 2 OCTOBRE 2009 p 4 La nouvelle Maison des Consultations L extension du bloc opératoire L HÔPITAL

Plus en détail

Univers des soins infirmiers en images

Univers des soins infirmiers en images Univers des soins infirmiers en images Caroline Roy, inf., M. Sc. inf. Directrice-conseil, Direction, Affaires externes Congrès OIIQ Atelier A8 9 novembre 2015 Conflits d intérêts AUCUN 2 Objectifs d apprentissage

Plus en détail

REFERENTIEL METIER/COMPETENCES CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR

REFERENTIEL METIER/COMPETENCES CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR REFERENTIEL METIER/COMPETENCES DU CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR 20.07.2007 1 Les situations de soins types 1 1 Les situations de soins retenues ne sont, bien entendu, pas exhaustives

Plus en détail

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Pour des raisons de simplification, les dénominations masculines s appliquent également aux femmes. La transplantation de cellules souches du

Plus en détail

Clinique universitaire de cardiologie. Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire. Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne.

Clinique universitaire de cardiologie. Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire. Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne. 10ISP 5.4 Clinique universitaire de cardiologie Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire Inselspital Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne CH-3010 Berne

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients?

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? HigHligHts 2012: CHiRURgiE Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? Lukasz Filip Grochola a, Hubert John b, Thomas Hess c, Stefan Breitenstein d a Clinique de chirurgie

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280 Document du 11 février 2014. Contribution de l Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire à la réflexion préparatoire au projet de loi d adaptation de la société au vieillissement Contacts : Dr. Sophie

Plus en détail

Je donne pour qu on trouve

Je donne pour qu on trouve Je donne pour qu on trouve En donnant, vous avez le pouvoir de faire progresser la recherche et les soins aux patients. Aidez-nous à atteindre l objectif de la première campagne de financement sur le myélome

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Coarctation de l aorte

Coarctation de l aorte Coarctation de l aorte Livret d accueil et d information Unité Médicochirurgicale de Cardiologie Pédiatrique et Congénitale Centre de Référence des Malformations Cardiaques Congénitales Complexes Hôpital

Plus en détail

Don de moelle osseuse

Don de moelle osseuse Don de moelle osseuse c est ma chance vous! Agence relevant du ministère de la santé Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de

Plus en détail

ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE Année universitaire 2010-2011

ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE Année universitaire 2010-2011 ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE ILE DE FRANCE INTERREGION NORD EST INTERREGION NORD-OUEST Strasbourg Dijon Reims Besançon Nancy Caen Rouen Lille Amiens 1)

Plus en détail

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder Le don de cellules souches M.Lambermont Pascale Van Muylder 1 Pourquoi avons-nous recours à la greffe de CSH? Certaines maladies causent la destruction ou un fonctionnement anormal de la moelle osseuse.

Plus en détail

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Centre du sein Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Présentation Situé à la Maternité, le Centre du sein regroupe au même endroit toutes les expertises et tous les équipements nécessaires

Plus en détail

Les Cliniques universitaires Saint-Luc se présentent. Cliniques universitaires Saint-Luc

Les Cliniques universitaires Saint-Luc se présentent. Cliniques universitaires Saint-Luc Les Cliniques universitaires Saint-Luc se présentent Cliniques universitaires Saint-Luc > > > Qui sommes-nous? 1 Avec une capacité de près de 1000 lits, les Cliniques universitaires Saint-Luc figurent

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse:

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse: La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison pour de nombreuses personnes atteintes de maladies graves du sang. Le don de moelle osseuse est un acte volontaire, anonyme et gratuit

Plus en détail

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein.

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein. OCTOBRE ROSE 2013 La campagne Octobre Rose a pour but d inciter les femmes de 50 à 74 ans à participer au dépistage organisé du cancer du sein. Une femme sur trois ne se fait pas dépister ou pas de manière

Plus en détail

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés Les traitements médicamenteux du cancer du sein Ce document présente les différents traitements médicamenteux du cancer du sein. Il a pour but d aider les patientes et leurs proches à mieux comprendre:

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Etudes en Sciences Médicales

Etudes en Sciences Médicales Etudes en Sciences Médicales Organisation : Faculté de Médecine Niveau d'entrée : Baccalauréat DESCRIPTION OBJECTIFS Les études médicales sont organisées en trois cycles : 1er cycle sur trois ans : PACES,

Plus en détail

Plan de mise en œuvre des options stratégiques. Conférence de presse, 25 septembre 2014

Plan de mise en œuvre des options stratégiques. Conférence de presse, 25 septembre 2014 Plan de mise en œuvre des options stratégiques Conférence de presse, 25 septembre 2014 Plan stratégique, concertation & consensus HNE, une (déjà) longue histoire au service de la population Concertation

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Service de réadaptation Une fracture, une prothèse articulaire, une amputation, un AVC? Vous êtes dans l impossibilité de rentrer chez vous ET une réadaptation vous est nécessaire?

Plus en détail

Vers de nouveaux sommets, ensemble

Vers de nouveaux sommets, ensemble Vers de nouveaux sommets, ensemble 1904 Le Département de médecine dentaire de McGill ouvre ses portes, d abord sous l égide de la Faculté de médecine. 1908 La formation clinique déménage à l Hôpital général

Plus en détail

Référentiel métier / Compétences du chirurgien plasticien, esthétique et

Référentiel métier / Compétences du chirurgien plasticien, esthétique et e-mémoires de l'académie Nationale de Chirurgie, 2009, 8 (4) : 22-26 22 Référentiel métier / Compétences du chirurgien plasticien, esthétique et reconstructeur Pr Véronique Martinot-Duquennoy, CHU Lille,

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse :

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse : Dossier de presse Le don de sang sur les lieux fixes de collecte Juin 2013 Contact presse : EFS Île-de-France Pôle Relations institutionnelles et communication d image Audrey Larquier : audrey.larquier@efs.sante.fr

Plus en détail

Guide sur les traitements Programme-clientèle d oncologie Pour vous, pour la vie

Guide sur les traitements Programme-clientèle d oncologie Pour vous, pour la vie UNITÉ D APHÉRÈSE Guide sur les traitements Programme-clientèle d oncologie Pour vous, pour la vie L aphérèse est une technique servant à extraire et séparer les éléments figurés du sang, soit pour la préparation

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Le Centre hospitalier de Valence se classe parmi les meilleurs hôpitaux et cliniques de France selon le Palmarès 2014 du Point. Infarctus du myocarde = 20ème/635 hôpitaux AVC = 28ème/788

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE.

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE. 2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS Avec le Haut Patronage de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative CANCER ET ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

avoir un enfant après un cancer collection comprendre et agir

avoir un enfant après un cancer collection comprendre et agir Votre conjoint ou vous-même avez été ou êtes traité pour un cancer. Votre désir d enfant est présent mais entre en conflit avec vos inquiétudes liées à la maladie. Vos interrogations sont nombreuses :

Plus en détail

La Recherche Clinique à l

La Recherche Clinique à l La Recherche Clinique à l Centre des Maladies Cognitives et Comportementales Pôle des Maladies du Système Nerveux HÔPITAUX UNIVERSITAIRES PITIÉ SALPÊTRIЀRE - CHARLES FOIX «Vous détenez un secret qu il

Plus en détail

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse Nous avons tous un don qui peut sauver une vie D e v e n i r donneur de moelle osseuse Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? Pour des personnes atteintes de maladies graves du sang, la greffe

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

Guide d accueil aux soins intensifs. 2e étage, pavillon Maisonneuve

Guide d accueil aux soins intensifs. 2e étage, pavillon Maisonneuve Guide d accueil aux soins intensifs 2e étage, pavillon Maisonneuve Un membre de votre famille est hospitalisé aux soins intensifs, cette expérience peut être très stressante pour lui et pour vous. Ce guide

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

CELLforCURE: le maillon industriel de la filière française des Thérapies Cellulaires

CELLforCURE: le maillon industriel de la filière française des Thérapies Cellulaires CELLforCURE: le maillon industriel de la filière française des Thérapies Cellulaires Pierre-Noël Lirsac Président de CellforCure 30/01/13 INNOVER POUR LA MÉDECINE DE DEMAIN 1 Les bases de la «médecine

Plus en détail

Je donne de l espoir. Aidez-nous. Grâce aux dons, la médecine de l avenir, c est presque maintenant. à construire le Centre. d excellence en thérapie

Je donne de l espoir. Aidez-nous. Grâce aux dons, la médecine de l avenir, c est presque maintenant. à construire le Centre. d excellence en thérapie ref s hôpitaux au Canada spitalisations et 16 614 née, 5 500 employés et es soins à un bassin de 8 000 personnes, dont parmi les plus vastes et de générale oncologie à la pédiatrie. viennent de partout

Plus en détail

Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE. Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie

Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE. Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie 1. Le Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

INTÉRÊT DE L HYPNOSE MÉDICALE DANS LA

INTÉRÊT DE L HYPNOSE MÉDICALE DANS LA INTÉRÊT DE L HYPNOSE MÉDICALE DANS LA PRISE EN CHARGE DES DOULEURS ET DE L ANXIÉTÉ EN CANCÉROLOGIE Etude basée sur une expérience de bénévolat à la ligue contre le cancer de Charente Docteur Evelyne Pitrou-Duterme

Plus en détail

Urologie. Chirurgie laparoscopique robot-assistée : bilan après 600 opérations. par le Docteur Hubert Nicolas, Chef du service d Urologie.

Urologie. Chirurgie laparoscopique robot-assistée : bilan après 600 opérations. par le Docteur Hubert Nicolas, Chef du service d Urologie. Dossier Urologie Chirurgie laparoscopique robot-assistée : bilan après 600 opérations par le Docteur Hubert Nicolas, Chef du service d Urologie Robot déployé sur le patient et console de commande 6 Chirurgie

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE

COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE DESCRIPTION DU MÉTIER Le masseur-kinésithérapeute ou «kiné» dans le langage courant, effectue sur prescription médicale des actes de gymnastique médicale, de massage, de

Plus en détail

QUESTIONNAIRE À L INTENTION DES MÉDECINS

QUESTIONNAIRE À L INTENTION DES MÉDECINS QUESTIONNAIRE À L INTENTION DES MÉDECINS Le présent questionnaire est conçu pour fournir au programme Évaluation collégiale des médecins des provinces de l Atlantique (ECMPA) les renseignements les plus

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section Q Division 86

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section Q Division 86 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section Q Division 86 Section Q : SANTÉ HUMAINE ET ACTION SOCIALE Cette section comprend les activités liées à

Plus en détail

D.F.M.S. et D.F.M.S.A. - MEDECINE (2013-2014) POSTES DE F.F.I. OUVERTS AU 1er NOVEMBRE 2013 (Arrêté du 15 novembre 2012) SPECIALITES MEDICALES

D.F.M.S. et D.F.M.S.A. - MEDECINE (2013-2014) POSTES DE F.F.I. OUVERTS AU 1er NOVEMBRE 2013 (Arrêté du 15 novembre 2012) SPECIALITES MEDICALES ANNEXES 2D - A D.F.M.S. et D.F.M.S.A. - (2013-2014) (Arrêté du 15 novembre 2012) SPECIALITES MEDICALES 1ère partie Anatomie et cytologie pathologiques Cardiologie et maladies vasculaires Dermatologie et

Plus en détail

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 Patient(e)s atteint(e)s d un cancer du sein BINOIT NATHALIE ROUSSEAU SOPHIE 17 JUIN 2014 Pourquoi ce projet? Le cancer : une maladie chronique? Les soins de support

Plus en détail

Direction générale. Vous avez mal? Agissons ensemble!

Direction générale. Vous avez mal? Agissons ensemble! Direction générale Vous avez mal? Agissons ensemble! Vous avez mal? Vous redoutez de souffrir à cause d une intervention ou d un examen? Un de vos proches est concerné par ce problème? Cette brochure vous

Plus en détail

POLITIQUE. TITRE : Politique relative à l application des niveaux de soins

POLITIQUE. TITRE : Politique relative à l application des niveaux de soins POLITIQUE Code : DSP-029 Instance responsable : Direction des services professionnels Approuvée par : Dr Michel Piraux Approuvée (ou adoptée) au comité de direction le : 5 juin 2013 Adoptée par le conseil

Plus en détail

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE INAUGURATION DE L'HÔPITAL DE JOUR EN NEURO-ONCOLOGIE, SCLÉROSE EN PLAQUES ET DOULEUR CHRONIQUE ET DU CENTRE D ÉVALUATION ET DU TRAITEMENT DE LA DOULEUR VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie Vous avez appris qu une anomalie a été détectée lors de votre mammographie. Afin d investiguer cette anomalie, le radiologue a pris la décision d effectuer une biopsie par aspiration sous stéréotaxie.

Plus en détail

RECOMMANDATIONS de BONNE PRATIQUE IMPLANTS DENTAIRES ET BISPHOSPHONATES

RECOMMANDATIONS de BONNE PRATIQUE IMPLANTS DENTAIRES ET BISPHOSPHONATES RECOMMANDATIONS de BONNE PRATIQUE IMPLANTS DENTAIRES ET BISPHOSPHONATES Dr Lotfi BENSLAMA FSCMF FÉDÉRATION DE STOMATOLOGIE ET CHIRURGIE MAXILLO-FACIALE Pr Joël FERRI ASSOCIATION FRANÇAISE POUR LE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Développer un corps plus fort et plus mince

Développer un corps plus fort et plus mince MINTO PREVENTION & REHABILITATION CENTRE CENTRE DE PREVENTION ET DE READAPTATION MINTO Développer un corps plus fort et plus mince Aperçu de la trousse Le programme du Centre de prévention et de réadaptation

Plus en détail

Assurance maladie grave

Assurance maladie grave ASSURANCE COLLECTIVE Le complément idéal à votre assurance collective Assurance maladie grave Votre partenaire de confiance. Assurance maladie grave La tranquillité d esprit à votre portée Les progrès

Plus en détail