Règles sanitaires et techniques pour prévenir les risques liés aux Légionelles et aux Pseudomonas

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Règles sanitaires et techniques pour prévenir les risques liés aux Légionelles et aux Pseudomonas"

Transcription

1 Règles sanitaires et techniques pour prévenir les risques liés aux Légionelles et aux Pseudomonas Formation «plombiers» Organisée par la CAPEB et la DDASS du Var (26 novembre 2008) Laurent KIENE, Philippe HARMANT f luence Conseil, études et formations dans le domaine de la distribution des eaux tel : /204 Thème Descriptif Durée Horaire accueil 8h00 8h30 Introduction générale Présentation de la pathologie «légionellose» par le docteur Brousse 10 8h30 8h40 Généralités sur les légionelles Bref rappel sur les conditions de multiplication des légionelles et des pseudomonas 10 8h40 8h50 La réglementation Les textes réglementaires et les circulaires applicables à l ECS, Les conséquences de l arrêté du 30/11/2005 (température d eau chaude sanitaire) et de sa circulaire d application sur l organisation des réseaux neufs Les guides techniques pouvant servir de référence pour bâtir un cahier des charges ou un avant projet (DTU 60.11, guide de l eau dans les établissement de santé, guides du CSTB, guide de l AICVF) 30 8h50 9h20 La production d eau chaude sanitaire Les différents modes de production avec ou sans stockage Les productions dites «anti-légionelles» La récupération d énergie Le mitigeage centralisé de l eau 40 9h20 10h00 pause 15 10h00 10h15 Les matériaux Choix des matériaux : -incidence sur la corrosion -incidence sur la qualité sanitaire 20 10h15 10h35 Les traitements d eau Désinfection, Lutte contre le tartre Lutte contre la corrosion Suivi des traitements (analyses, observation des manchettes témoin) 25 10h35 11h00 discussion 60 11h00 12h00 repas 12h00 14h00 2/204

2 Thème Descriptif Durée Horaire repas 12h00 14h00 Réseaux bouclés Les différentes architectures des réseaux bouclés, Notions de dimensionnement, L équilibrage, Les équipements des réseaux (pompes, clapets, dégazeurs, etc.) Quelques exemples de défauts de conception à éviter 40 14h00 14h40 Protection contre les retours d eau Norme NF 1717 ; Ensembles de protection 20 14h40 15h00 pause 15 15h00 15h15 Points d usage Équipements permettant de contrôler la température au point d usage et précautions à prendre pour éviter les interconnexions intempestives entre EF et ECS (risque légionelle et risque pseudomonas) 25 15h15 15h40 Rôle du maître d ouvrage et du maître d oeuvre Le cahier des charges des installations neuves ou de réhabilitation, Les modalités de réception des réseaux neufs ou rénovés, Les outils à la disposition des bureaux d étude 20 15h40 16h00 Discussions et bilan de la journée 60 16h00 17h00 3/204 Généralités sur les légionelles et les pseudomonas 4/204

3 Légionelle Agent pathogène : Legionella sp. (Legionella pneumophila : 98% des cas) Bactérie aérobie d origine hydrique 0,6 x 1-4 µm Conditions de développement : Prolifération entre 23 et 43 C Maximum de croissance autour de 37 C Croissance stoppée ou élimination au dessus de C Dans des conditions optimales : temps de doublement 2 à 3 jours Interaction avec des protozoaires (amibes, etc.) Protection par les biofilms : conditions de croissance, protection contre les désinfectants Présence dans de nombreux milieux : eaux douces de surface, eaux de forages, eaux thermales, eau de mer 5/204 Légionelle Sensibilité à la température 70 C Destruction Eau chaude sanitaire TAR humides Eau froide sanitaire 60 C 50 C 40 C 30 C 20 C 10 C Pas de développement Développement (optimum C) Survie 6/204

4 Légionelle Les réservoirs de la bactérie : Eaux stagnantes et sols humides réseaux d eau chaude sanitaire tours de refroidissement bains à remous, jacuzzi, etc. dispositifs de traitements respiratoires par aérosols humidificateurs autres équipements dans des lieux publics : fontaines, brumisateurs, etc. autres équipements dans les hôpitaux : développement de radio, etc. 7/204 Légionelle Légionellose : conjugaison de 3 phénomènes : Contamination de l eau par des Legionella pathogènes Aérosolisation sous forme de gouttelettes de moins de 5µm Exposition de personnes Pas de transmission inter humaine A ce jour, pas de cas de légionellose lié à une ingestion d eau contaminée Environ 1400 à 1500 cas de légionellose par an Augmentation de 23% par an entre 2000 et /204

5 Légionelle Deux manifestations cliniques : une infection aiguë bénigne, appelée fièvre de Pontiac, guérissant spontanément sans traitement en 2 à 5 jours une infection aiguë pulmonaire grave, appelée maladie du légionnaire, apparaissant entre 2 et 10 jours après l exposition Mortalité : 19,9 % en % en % en 2006 Jusqu à 40% chez les sujets fragiles 9/204 Pseudomonas Bactérie aérobie d origine hydrique à Gram négatif Environ 0,5 µm Plusieurs espèces dont Pseudomonas aeruginosa, mallei Colonise les eaux douces, les eaux de mer, les milieux humides (terre, végétaux) Développement entre 4 C et 45 C Cursus Légionelles 10 10/204

6 Pseudomonas A l'origine d'infections respiratoires ou cutaneo-muqueuses (notamment de plaies et brûlures, infections locales à l'œil, méningites, folliculites ). La couleur bleue des plaies contaminées (pus bleu) a donné au Pseudomonas aeruginosa le nom courant de bacille pyocyanique. Un certain nombre d'épisodes de contamination reportés par l'institut de veille sanitaire. En général, l'origine est une exposition dans un bain ou un spa. Les premiers troubles apparaissent entre 1 à 4 jours après la date d'apparition des signes. Transmission interhumaine ou indirecte. L'InVS indique dans son rapport sur la surveillance des infections nosocomiales en réanimation adulte, que les Pseudomonas aeruginosa étaient responsables de 15% des infections en 2006 Cursus Légionelles 11 11/204 Pseudomonas Ce paramètre fait l'objet d'une surveillance obligatoire dans les établissements thermaux et la réglementation (arrêté de 1999) exige une absence de Pseudomonas Aeruginosa. Dans les hôpitaux : isolé depuis 1882 et connu sous le nom de pourriture de l'hôpital. Une absence (niveau cible <1 UFC/100 ml) est demandée dans les eaux pour soins standards ou les eaux bactériologiquement maîtrisées (voir guide de l'eau à l'hôpital) Cursus Légionelles 12 12/204

7 Léginelle et Pseudomonas Les bactéries présentes en réseau sont sensibles à la température. Un maintien sur l'ensemble du réseau d une température supérieure à 50 C est efficace pour contrôler la prolifération des légionelles. Pour limiter les développement de Pseudomonas, maintenir le plus bas possible en température les réseaux d'efs et en particulier les piquages terminaux. Cursus Légionelles 13 13/204 Réglementations 14/204

8 Eau destinée à la consommation humaine : la directive 98/83 et sa transposition Réglementation : eau destinée à la consommation humaine Code de la santé publique Livre III - Titre II (Sécurité sanitaire des eaux et des aliments) Arrêté relatif à la température de l eau chaude sanitaire et circulaire d'application Circulaires organisationnelles et sectorielles et spécifiques au risque lié aux légionelles Obligations générales relatives à l eau destinée à la consommation humaine Obligations spécifiques à l eau chaude sanitaire Obligations sectorielles (établissements de santé, ERP, maisons de retraite ) et organisationnelles (investigation) 15/204 Eau destinée à la consommation humaine : le code de la santé publique Le point de conformité = robinet du consommateur Le code de la santé publique précise le partage de responsabilités en cas de nonconformité (responsables de distribution, propriétaires d immeubles, consommateurs, état, collectivités): - Les responsables de la distribution publique (articles R et 45 ) - Les propriétaires d immeubles (lieux où de l eau est fournie au public - articles R et 46 ) - Le préfet (article R ) Les nouvelles obligations du responsable de distribution : Le distributeur public doit prendre toute mesure pour modifier la nature ou les propriétés de l eau afin de limiter les risques de dégradation après fourniture : L eau ne doit pas induire de post-proliférations bactériennes L eau ne doit pas être agressive ou corrosive pour éviter la dissolution des matériaux constitutifs des installations de distribution intérieures : Plomb (dispositions spécifiques prévues), cuivre, nickel, chrome,... 16/204

9 Eau destinée à la consommation humaine : le code de la santé publique Article L : Toute personne qui offre au public de l'eau en vue de l'alimentation humaine, à titre onéreux ou à titre gratuit et sous quelque forme que ce soit, y compris la glace alimentaire, est tenue de s'assurer que cette eau est propre à la consommation Article L : Toute personne publique ou privée responsable d'une production ou d'une distribution d'eau au public, en vue de l'alimentation humaine sous quelque forme que ce soit, qu'il s'agisse de réseaux publics ou de réseaux intérieurs ( ) est tenue de : 1º Surveiller la qualité de l'eau 2º Se soumettre au contrôle sanitaire 3º Prendre toute mesure corrective nécessaire et en informer les consommateurs en cas de risque 4º N'employer que des produits et procédés de traitement de l'eau, de nettoyage et de désinfection des installations qui ne sont pas susceptibles d'altérer la qualité de l'eau distribuée 5º Respecter les règles de conception et d'hygiène applicables aux installations 6º Se soumettre aux règles de restriction ou d'interruption, en cas de risque sanitaire, et assurer l'information et les conseils aux consommateurs dans des délais proportionnés au risque sanitaire 17/204 Eau destinée à la consommation humaine : le code de la santé publique Règles générales du code de la santé publique Article R : fournir une «eau qui ne doit pas contenir un nombre ou une concentration de microorganismes*, de parasites ou de toutes autres substances constituant un danger potentiel pour la santé des personnes» * incluant implicitement les légionelles Article R : La personne responsable de la distribution intérieure de locaux ou établissements où de l'eau est fournie au public, tels que les écoles, les hôpitaux et les restaurants, doit répondre aux exigences de l'article L , notamment en respectant les règles d'hygiène 18/204

10 Eau destinée à la consommation humaine : le code de la santé publique Les règles en matière de surveillance Article R : la personne responsable de la production ou de la distribution d'eau est tenue de surveiller la qualité des eaux distribuées : examen régulier des installations tests et analyses tenue d'un fichier sanitaire Article R : les résultats de la surveillance sont tenus à la disposition du préfet. Tout incident pouvant avoir des conséquences sur la santé est porté à sa connaissance 19/204 Eau destinée à la consommation humaine : le code de la santé publique Règles générales d hygiène applicables aux installations de distribution d eau Pour respecter les exigences de qualité de l eau aux points de conformité, il faut : utiliser des matériaux et objets autorisés (art R , 49) mettre éventuellement en œuvre des mesures de traitement de l eau autorisées (produits de traitement agréés, procédés approuvés) (Art R et 51) utiliser des produits de nettoyage et de désinfection des installations d eau constitués de composants autorisés (Art R ) 20/204

11 Eau destinée à la consommation humaine : le code de la santé publique Produits et procédés de traitement des eaux destinées à la consommation humaine Particularités des réseaux intérieurs Article R : obligation de mettre en œuvre toute mesure technique appropriée lorsque les limites de qualité ne sont pas respectées, que la non conformité soit ou non imputable à la distribution intérieure Article R : des traitements dits de confort peuvent être mis en œuvre à la condition : qu ils soient autorisés que dans les installations collectives, le traitement ne concerne qu une partie des eaux livrées au consommateur (au moins un point d eau froide non traitée) 21/204 Eau destinée à la consommation humaine : le code de la santé publique Règles générales d hygiène applicables aux installations de distribution d eau Article R : réaliser, concevoir et entretenir les installations de distribution d eau de manière à empêcher l introduction ou l accumulation de micro-organismes, de parasites ou de substances constituants un danger potentiel pour la santé des personnes ; Les installations doivent, dans les conditions normales d'entretien, assurer en tout point la circulation d'eau. Elles doivent pouvoir être entièrement nettoyées, rincées, vidangées et désinfectées. Distinction possible entre les réseaux et signalisation des points d'usage délivrant une qualité d'eau réservée à un autre usage que la consommation humaine. 22/204

12 Eau destinée à la consommation humaine : le code de la santé publique Les règles de conception et d hygiène des réseaux Conception / maintenance Article R (non applicable aux installations existant avant le 7/4//95) : Hauteur piézométrique minimale de 3 mètres en tout point, à toute heure Article R : Non utilisation des canalisations intérieures pour la mise à la terre Article R : Mise en œuvre de moyens de protection contre les retours d'eau, à la charge des propriétaires Articles R et 61 : - Dispositifs de protection et de traitement équipant les installations collectives de distribution doivent être vérifiés et entretenus - Entretien des réservoirs et des bâches de stockage au moins annuel 23/204 Eau destinée à la consommation humaine : arrêté du 30 novembre 2005 Arrêté du 30 novembre 2005 modifiant l arrêté du 23 juin 1978 relatif aux installations fixes destinées au chauffage et à l alimentation en eau chaude sanitaire des bâtiments d habitation, des locaux de travail ou des locaux recevant du public Circulaire interministérielle N DGS/SD7A/DSC/DGUHC/DGE/DPPR/126 du 3 avril 2007 relative à la mise en oeuvre de l arrêté du 30 novembre 2005 modifiant l arrêté du 23 juin 1978 relatif aux installations fixes destinées au chauffage et à l alimentation en eau chaude sanitaire des bâtiments d habitation, des locaux de travail ou des locaux recevant du public. 24/204

13 Eau destinée à la consommation humaine : arrêté du 30 novembre 2005 Arrêté du 30 novembre 2005 et circulaire du 3 avril 2007 Concerne les installations neuves (pas de rétro activité) Applicable à partir du 15 décembre 2006 Les prescriptions visant à limiter le risque lié aux brûlures concernent l ensemble des installations dans les bâtiments d habitation, des locaux de travail ou des locaux recevant du public Les prescriptions visant à limiter le risque lié aux légionelles concernent uniquement les installations collectives (ballons de plus de 400 litres, réseaux de volume supérieur à 3 litres entre le point de mise en distribution et le point à risque le plus éloigné) 25/204 Eau destinée à la consommation humaine : arrêté du 30 novembre 2005 Visent à limiter les risques liés aux brûlures et à la prolifération des légionelles par la fixation de limites hautes et basses de température : Température de l eau 70 C Brûlure profonde de la peau 1 seconde Temps d exposition destruction des légionelles 1 minute 60 C 50 C 7 secondes 8 minutes 32 minutes croissance stoppée 26/204

14 Eau destinée à la consommation humaine : arrêté du 30 novembre 2005 PRODUCTION DISTRIBUTION PUISAGE Dans les stockages de plus de 400 litres (sauf ballon de pré chauffage), 55 C minimum ou élévation quotidienne de température : 2 min si T 70 C 4 min si T 65 C 60 min si T 60 C 50 C minimum en tout point des réseaux «collectifs» à l exception des antennes terminales (qui doivent être de volume le plus faible possible) Une température maximale de 50 C aux points d usage des pièces destinées à la toilette, de 60 C dans les autres lieux (exception de 90 C dans les cuisines et buanderies des ERP) LUTTE CONTRE LES LEGIONELLES LUTTE CONTRE LES BRULURES 27/204 Eau destinée à la consommation humaine : arrêté du 30 novembre 2005 Pièce NON destinée à la toilette Pièce destinée à la toilette Point de mise en distribution T C 60 C T C 60 C T C 50 C Légende Point de puisage SANS RISQUE PARTICULIER vis à vis de légionelles Eau Froide T C 50 C Point de puisage A RISQUE vis à vis de légionelles Production d eau chaude sanitaire Volume <= 3l Volume > 3l Volume <= 3l Volume > 3l Zone faisant l objet de prescriptions dans l exemple Point de mise en distribution Volume <= 3l Eau Froide T C min = 50 C Volume > 3l Production d eau chaude sanitaire Volume <= 3l 28/204

15 Eau destinée à la consommation humaine : circulaires spécifiques légionelles Les circulaires spécifiques au risque lié aux légionelles Textes de portée générale ERP hors établissements de santé Établissements de santé Référence du texte Circulaire DGS/DPPR/DGSNR/DRT n 2006/213 du 15/05/06 circulaire n DGS SD5C/SD7A n 2005/323 du 11/07/05 circulaire DGS n 2002/273 du 02/05/02 circulaire DGS/SD7A/DHOS/E4/DGAS/SD2 n 2005/493 du 28/10/05 circulaire DGS n 98/771 du 31/12/98 circulaire DGS/SD7A/DHOS/E4 n 2005/286 du 20/06/05 circulaire DGS/SD7A/SD5C- DHOS/E4 n 2002/243 du 22/04/02 circulaire DGS/SD7A DHOS/E4 DPPR/SEI n 2003/306 du 26/06/03 Objet modalités d organisation des services de l État en cas de survenue de cas groupés de légionellose guide d investigation et d aide à la gestion guide du CSHPF «Maisons de retraite» ERP référentiel d inspection plan d action dans les établissements de santé, niveaux d action, recommandations TAR (obsolète depuis la parution des arrêtés de 2004) 29/204 Eau destinée à la consommation humaine : circulaires spécifiques légionelles Établissements recevant du public (hors établissements de santé) Circulaire DGS/VS4 n du 31 décembre 1998 moyens de prévention du risque lié aux légionelles dans les bâtiments recevant du public comportant des installations à risque comprenant notamment une analyse par an de légionelles dans les installations à risque Circulaire N DGS/SD7A/DHOS/E4/DGAS/SD2/2005/493 du 28 octobre 2005 circulaire déclinée sur la circulaire du 22 avril 2002 pour les établissements sociaux et médico-sociaux d'hébergement pour personnes âgées, rappelant les obligations de surveillance, de maintenance et la mise en œuvre d un audit en cas de dépassement du seuil de 1000 UFC/L 30/204

16 Eau destinée à la consommation humaine : circulaires spécifiques légionelles Établissements de santé - Circulaire du 22 avril 2002 remplace la partie I de la circulaire du 31/12/1998 vise uniquement les établissements de santé a pour but : d améliorer la gestion des installations à risque (6 fiches) de prendre en compte le risque lié aux légionelles dans les établissements de soins (2 fiches) de définir les modalités de mise en œuvre (1 fiche) 31/204 Eau destinée à la consommation humaine : circulaires spécifiques légionelles Établissements de santé - Circulaire du 22 avril 2002 élaboration d un plan d actions avant le 31 décembre 2002 incluant : expertise des installations définition d un programme de surveillance protocole d entretien et de maintenance planification de travaux de réfection mise en place d un carnet sanitaire gestion des patients à haut risque protocole de gestion des cas de légionelloses 32/204

17 Eau destinée à la consommation humaine : circulaires spécifiques légionelles Établissements de santé - Circulaire du 22 avril 2002 définit des niveaux cibles, d alerte et d action en fonction de la contamination pour les installations à risque : Niveau cible (UFC/l) Niveau d alerte (UFC/l) Niveau d action (UFC/l) ECS (Leg. Pneunophila) <10 3 * 10 3 Tours (Leg. Sp.) < * pour les secteurs accueillant des patients à haut risque, le niveau cible est l absence de legionella pneumophila (<250 UFC/l et légionelles non détecté) 33/204 Réglementation : conclusion Eau Chaude Sanitaire : code de la santé publique + arrêté relatif à la température de l eau + circulaires sectorielles : seuil de UFC/l (Legionella pneumophila) pour les établissements de santé et maisons de retraite, UFC/l pour les autres ERP obligations de surveillance et d entretien des installations contraintes de température pour les installations neuves circulaire du 22 avril 2002 pour les établissements de santé 34/204

18 La production d eau chaude sanitaire Les grands principes à respecter Les différents modes de production La récupération d énergie Les équipements de production Le mitigeage centralisé 35/204 Production : Production ECS / les grands principes à respecter Éviter les productions à moins de 55 C : Pas de pré chauffage dans les établissements de santé En cas de récupération d énergie (solaire, condensats de fumée ), privilégier des solutions stockant l énergie dans un eau non sanitaire et transférant l énergie à l ECS par échange instantané Privilégier la recirculation (dit aussi homogénéisation) des ballons Pas de mitigeage en tête à moins de 50 C La production d eau chaude sanitaire Prévoir la possibilité de vidanger, nettoyer complètement l installation (vanne, mise à l égout) Équiper la production d outils de contrôle (manomètres, thermomètres) en départ et retour de collecteur 36/204

19 Les différents modes de production ECS La production d eau chaude sanitaire Mode de production instantané : Aucune réserve d eau chaude sanitaire Puissance suffisante pour absorber les débits de pointe sur 10 minutes Toute l eau froide est réchauffée au moment où elle est soutirée 37/204 La production d eau chaude sanitaire Instantané Primaire = fluide à haute température (85-95 C) Secondaire = fluide ECS Départ ECS Retour Eau froide sanitaire Échangeur à plaque Échangeur tubulaire 38/204

20 La production d eau chaude sanitaire Échangeur à plaques Primaire froid Primaire chaud ECS chaud ECS froid 39/204 La production d eau chaude sanitaire Instantané Vanne de régulation primaire Primaire = fluide à haute température (85-95 C) Secondaire = fluide ECS Départ ECS Groupe de sécurité Retour Eau froide sanitaire Dégazeur 40/204

21 La production d eau chaude sanitaire Instantané avec stockage au primaire Stockage d eau (85-95 C) côté primaire pour disposer d une réserve de puissance au moment des pointes de consommation Départ ECS Primaire = fluide à haute température (85-95 C) Retour Eau froide sanitaire Groupe de sécurité Dégazeur Vanne de régulation primaire 41/204 Les différents modes de production ECS La production d eau chaude sanitaire Mode de production semi-instantané : La puissance d échange est élevée mais ne permet de garantir une température suffisante en période de pointe le volume stocké permet de maintenir une température de production stable pendant les pointes de consommation Le volume stocké est relativement faible 42/204

22 La production d eau chaude sanitaire Mode de production semi-instantané : 43/204 La production d eau chaude sanitaire Semi-instantané Pompes de brassage (dite aussi d'homogénéisation) : Sert à la circulation entre l'échangeur et le ballon de stockage 44/204

23 Les différents modes de production ECS La production d eau chaude sanitaire Mode de production Semi-accumulation : le stockage est important couvre les pointes sur 10 minutes couvre les consommations sur 1 à 2 heures Puissance suffisante pour réchauffer le stockage entre 2 pointes de consommation 45/204 Les différents modes de production ECS La production d eau chaude sanitaire Mode de production par accumulation : la réserve d eau chaude sanitaire couvre la totalité des consommations journalières Puissance permet de reconstituer la réserve d eau en 6 à 8 heures (ne présente un intérêt que pour les accumulateurs fonctionnant en heures creuses) 46/204

24 La production d eau chaude sanitaire Accumulation 47/204 La production d eau chaude sanitaire Accumulation 48/204

25 La production d eau chaude sanitaire Calorifuge du ballon 49/204 La production d eau chaude sanitaire Accumulation : ballons en série Eau froide Sans chauffe Eau froide Accumulation : ballons en parallèle 50/204

26 La production d eau chaude sanitaire Avantages et inconvénients des modes d'installation Parallèle : les ballons fonctionnement de la même façon sous réserve qu'il n'y ait pas de déséquilibre (risque de percée) Série : Le premier ballon chauffe beaucoup plus (il faut que la capacité thermique soit suffisante pour lui permettre de monter à 60 C et que la consigne soit aussi fixée à 60 C) 51/204 Production ECS / la récupération d énergie En cas de récupération d énergie (solaire, condensats de fumée ), privilégier des solutions stockant l énergie dans une eau non sanitaire et transférant l énergie à l ECS par échange instantané La production d eau chaude sanitaire 52/204

27 La production d eau chaude sanitaire Des équipements particuliers : Pastormaster, Pastorlegio, etc. Départ ECS Retour ECS EFS Double échange avec montée intermédiaire de l'eau chaude sanitaire à 70 C 53/204 La production d eau chaude sanitaire Équipement sur l'aller Manchette témoin Dégazeur thermomètre Trou d homme Isolation thermique Purge Groupe de sécurité 54/204

28 Mitigeur thermostatique centralisé La production d eau chaude sanitaire équipement qui permet d'abaisser la température en sortie de production par mélange avec de l'eau froide Intérêt: Eau mitigée - protection anti-brûlure, - production ECS à forte température quand le volume de stockage est limité, précautions : Eau chaude Eau froide - Ne pas mitiger à température trop basse (<50 C) - Respecter les consignes d installation (risque de blocage de la recirculation /réseaux bouclés) 55/204 Quelques modèles de mitigeurs thermostatiques centralisés La production d eau chaude sanitaire 56/204

29 Mitigeage de l'eau en sortie de production La production d eau chaude sanitaire Deux types d'équipement : avec limiteur de température (normalement fermé) ou sans limiteur de température (normalement ouvert) Eau mitigée réglé à 55 C Mesuré à50 C 70 C Eau chaude 70 C Eau froide 15 C Équipement sans limiteur de température (dit aussi normalement ouvert) 57/204 Mitigeage de l'eau en sortie de production La production d eau chaude sanitaire Deux types d'équipement : avec limiteur de température (normalement fermé) ou sans limiteur de température (normalement ouvert) Eau mitigée réglé à 55 C Plus Mesuré d'eau à 50 C délivrée Eau chaude 70 C Eau froide 15 C Équipement avec limiteur de température (dit aussi normalement fermé) 58/204

30 Mitigeage de l'eau en sortie de production Risque potentiel d'arrêt de la boucle dans le cas de mitigeur équipé de limiteur de température (normalement fermé) Consigne sortie : 65 C La production d eau chaude sanitaire T réseau = ambiant Mitigeur normalement Mitigeur bloqué fermé Réglé à 55 C Eau froide : 15 C Connecter obligatoirement le retour et le côté froid du mitigeur Retour :: T ambiant 55 C 59/204 Le choix des matériaux 60/204

31 Matériaux de canalisations Historiquement : La distribution d eau chaude sanitaire acier noir (interdit), inox (304, 316L), fonte plomb (interdit) acier galvanisé (acier recouvert d'une couche de zinc) cuivre, laiton caoutchouc Depuis les années 1970 apparition de matériaux plastiques : Depuis la fin des années 1990, matériau hybride, sandwich : PVC-C (PVC "classique" ne résiste pas à la T ) PER (poly éthylène réticulé) Matériau à base d'âme aluminium, recouvert de PE ou de téflon 61/204 Acier galvanisé La distribution d eau chaude sanitaire Acier galvanisé Acier noir 62/204

32 Cuivre La distribution d eau chaude sanitaire Existe dans de nombreux diamètres standard En rénovation, extension, etc. nombreux cas de mélange Cuivre/acier galvanisé 63/204 PVC-C La distribution d eau chaude sanitaire Nécessite des lyres de dilatation Sans lyre de dilatation, contraintes mécaniques très fortes en cas d'élévation de température 64/204

33 Dilatation des matériaux Dilatations thermiques de divers matériaux pour un tube de 50 mètres et une augmentation de température de 50 C (Source Uponor) 65/204 PER ou PEX La distribution d eau chaude sanitaire Réseau bouclé en PER (passage des canalisations dans le dalle) Départs de boucles réalisés en acier 304 L (mal adapté aux conditions climatiques locales) Piquages terminaux en PER Réseau en PVC et nourrices en laiton 66/204

34 Matériaux sandwich La distribution d eau chaude sanitaire Matériau tri-couche (âme aluminium et couches extérieures et intérieures en PE) Montage par sertissage Piquages terminaux en PER 67/204 La distribution d eau chaude sanitaire Interaction Matériau / biofilm Plusieurs études notamment menées au KIWA ont conclu que : certains matériaux peuvent permettre une croissance plus rapide (développement à partir d'un matériau neuf) : caoutchouc >> acier galva, plastiques > cuivre en état stationnaire (après des temps de contact de plusieurs mois), les épaisseurs de biofilm sont sensiblement équivalentes 68/204

35 Choix des matériaux La distribution d eau chaude sanitaire Certains matériaux vont avoir tendance à se dégrader plus facilement par corrosion (acier galva) ou peuvent poser des problèmes de pause (collage, soudure) 69/204 Impact de la dégradation de matériaux - corrosion La distribution d eau chaude sanitaire Encrassement des équipements : filtres, organes de réglage, mousseur, eaux rouges En distribution, augmentation de pertes de charge création d'une rugosité en surface des canalisations (exemple pour un tube en acier galvanisé 15/21, soit un diamètre interne de 16,6 mm) rugosité de 0,1 mm : rugosité de 1 mm : + 40% en perte de charge + 400% en perte de charge 70/204

36 La distribution d eau chaude sanitaire Choix des matériaux Tous les matériaux sont sujets à l'entartrage si les eaux sont fortement entartrantes 71/204 Impact de la dégradation de matériaux - entartrage La distribution d eau chaude sanitaire En production, augmentation des pertes thermiques par dépôt de tartre sur les parois chaudes : dépôt de 1,5 mm : dépôt de 7 mm : + 10% en énergie consommée + 50 à 60 % en énergie consommée En distribution, augmentation de pertes de charge création d'une rugosité en surface des canalisations (exemple pour un tube en acier galvanisé 15/21, soit un diamètre interne de 16,6 mm) rugosité de 0,1 mm : rugosité de 1 mm : + 40% en perte de charge + 400% en perte de charge 72/204

37 Les traitements continus 73/204 Traitement d eau - généralités Installer si possible dans des locaux à température ambiante Installer des manchettes témoins de corrosion (départ et retour de collecteur) Prévoir la possibilité de traiter (cas d urgence) Utiliser des produits agréés Veiller à la date de péremption des produits Veiller à l'approvisionnement en produit et aux conditions de stockage (par exemple l'eau de javel perd 1% de son titre par jour pour une température supérieure à 25 C) Protéger l'approvisionnement en eau des différents postes de traitement et les protéger de retour d'eau Vérifier et nettoyer régulièrement les équipements (au moins une fois / an) Pas de traitement sur la totalité de l eau froide d un établissement 74/204

38 Filtration plusieurs technologies : plissés, tissés, mécaniques rencontrée à plusieurs niveaux : entrée de bâtiment, appoint d'eau froide ou parfois sur le collecteur retour (peut engendrer des pertes de charge non négligeables) nécessite une vérification régulière (a minima état du filtre, idéalement relevé de pertes de charge) et un entretien régulier (purge, nettoyage ou remplacement de la cartouche) 75/204 Adoucissement par échange d'ions Remplacement du calcium de l eau par du sodium présent initialement sur la résine Régénération régulière (horodatée ou volumétrique, à préférer) par de la saumure (solution concentrée de chlorure de sodium) Ne pas adoucir à TH = 0 mais mettre en place un by-pass de façon à mélanger l eau sortant de l adoucisseur et l eau sans traitement afin d'atteindre des TH comprise entre 8 et 15 f Source CSTB 76/204

39 Adoucissement 77/204 Adoucissement Le sel est un consommable suivre la consommation et compléter le bac réguliérement Suivi régulier de la dureté en sortie d'équipement Désinfection au moins annuelle de la résine Pas d'application sur l'eau chaude sanitaire ou sur des eaux qui contiennent du fer soluble (éclatement des résines) Source CSTB 78/204

40 Anti-tartre physique Des équipements dont l'efficacité n'est pas toujours démontrée (en raison de la qualité d'eau ou de débits d'eau trop fluctuants) Et qui peuvent conduire à la production de boues (dans certains cas, colmatage des organes de réglage, voire du retour général) Nécessite une filtration et un entretien 79/204 Anti-corrosion des métaux ferreux production distribution Soit protection passive : Anodes consommables en magnésium ou aluminium (souvent sur les ballons) Soit protection active : Par protection cathodique (utilisation d'une électrode mise à un potentiel bas) Soit une protection filmogène Injection d'un produit filmogène à base de silicates, ou d'orthophosphates ou mélange des 2 : création d'une couche protectrice. Les polyphosphates ne sont pas utilisés en eau chaude sanitaire (dépolymérisation à chaud) 80/204

41 Traitement par désinfectant Seuls certains produits sont autorisés (voir notamment circulaire du 28 mars 2000 et circulaire du 22 avril 2002 pour les établissements de santé) : - composés à base d'hypochlorite (1 mg/l) : javel, chlore, hypochlorite de calcium, electrochloration - dioxyde de chlore (1 mg/l) produit à base de mélange d'acide (produit commercial ou produit électrolytiquement) et de chlorite ou d'un mélange chlore et chlorite Attention aux conditions de stockage des produits (l'eau de javel perd 1% de son titre par jour à plus de 25 C) ; attention à l'entartrage des cannes d'injection avec les produits basiques (javel) ou le désamorçage des pompes d'injection. Les autres produits ne sont pas autorisés (cuivre/argent, peroxyde d'hydrogène, etc..) 81/204 Traitement par désinfectant Nécessité d'une régulation (de préférence basée sur le résiduel de désinfectant) Attention au risque d accumulation de sous-produits et d impureté Entretien des postes de dosage : - nécessité de vérifier l'approvisionnement - nécessité de vérifier le bon fonctionnement des pompes (amorçage correct, dosage) - éventuellement détartrage des points d'injection - contrôle des vannes et by-pass 82/204

42 Le traitement de l eau en continu est-il une solution? Production 1 mg/l 0,70 mg/l 240 L/h Pompe 10 C 0,8 mg/l boucle 1 boucle 2 boucle 3 boucle L/h 85 L/h 25 L/h 3 L/h 0,75 mg/l 0,001 à 0,03 mg/l Exemple : 3 l/h dans un DN15 équivaut à une vitesse de circulation dans la colonne de 0,005 m/s En supposant une hauteur de 6 étages soit 20 mètres environ, le temps de séjour est 2,5 heures en période nocturne Avec les cinétiques de disparition habituelles du chlore ou du ClO 2, le résiduel de désinfection serait très faible sur la colonne la plus éloignée 83/204 Désinfection permanente ou pas? Le bilan d'application de la circulaire du 22 avril 2002 indique que : La probabilité d'observation de résultats d'analyse dépassant 1000 à UFC/l (fortes concentrations) n'est pas influencée par la présence d'un traitement de désinfection en continu La probabilité de résultats d'analyse positifs mais inférieurs à 1000 UFC/l (contaminations moyennes) est diminuée par la présence d'un traitement de désinfection en continu Attention aux sous produits de traitement et impuretés de réactifs qui peuvent se concentrer dans les boucles d'eau chaude sanitaire! En d'autre termes, la mise en place d'une désinfection en continu ne semble pas être la seule réponse à une contamination massive 84/204

43 Filtre anti-légionelles En cas d'urgence ou sur certains secteurs spécifiques (patients à haut risque dans certains secteurs hospitaliers) Durée de vie limitée des filtres : jusqu'à un mois Les filtres stérilisables semblent trop compliqués à gérer. Les filtres jetables sont plus fréquemment utilisés. Coût élevé 85/204 Les traitements chocs Pertinence et conséquence des chocs thermiques et chlorés 86/204

44 Désinfection "chlorée" (circulaire du 22 avril 2002) Seuls certains produits de désinfection de canalisation sont autorisés (leur emploi est conditionné par une mise en œuvre alors que le réseau est non accessible aux usagers) : - composés à base d'hypochlorite (100 ppm chlore libre / 1heure ou 50 ppm / 12 heures) - dichloroisocyanurates (même conditions d'emploi que le chlore) - mélange acide péracétique / eau oxygénée (1000 ppm H 2 O 2 / 2 heures) Attention à la procédure (ouverture des points d'usage, contrôle des désinfectants, traitement des bras-morts ou des boucles ne circulant pas) Source CSTB Cursus Légionelles 87 87/204 Désinfection thermique (circulaire du 24 avril 1997) Faire circuler l'eau à 70 C pendant 30 minutes Sur l'ensemble du réseau y compris au niveau des points de puisage Attention à certains matériaux (revêtement zinc de l'acier galvanisé qui ne résiste pas au-dessus de 60 C, PVC non surchloré, réseau ne présentant pas de lyre de dilatation) Compte tenu des températures atteintes, l'information des résidents et du personnel travaillant dans l'établissement est nécessaire ou l'opération doit être réalisée lorsque le bâtiment est vide Il n'est pas nécessaire d'ouvrir à plein débit chacun des points (sous peine d'écrouler très rapidement la production) ; mais nécessité de vérifier la température réellement obtenue aux points d usage Source CSTB Cursus Légionelles 88 88/204

45 Traitement thermique régulier Sur certains équipements de production, des montées périodiques de température peuvent être programmées et se réalisent automatiquement. En général prévu pendant la nuit pour minimiser les risques de brûlure Pratiques peu efficaces : - antennes terminales non traitées - seules les boucles favorisées sont atteintes (cad on traite les boucles qui fonctionnement déjà correctement) - risque de brûlure non maîtrisé - mêmes contraintes que les chocs thermiques programmés sur le vieillissement des équipements et la dégradation des matériaux Cursus Légionelles 89 89/204 Pertinence et conséquence des chocs thermiques et chlorés Opérations coups de poing à n'utiliser qu'en dernier recours et lorsque les défauts ont été corrigés. Ne devrait être employé qu'au moment d'une remise en fonctionnement normal. Historiquement, seule réponse à des contaminations mise en avant dans les circulaires (1997). Depuis, l'amélioration des connaissances et la capitalisation d expériences ont montrés : - que des méthodes plus douces étaient préférables et plus durables - que des actions chocs sans action de fond n'étaient pas pérennes (recolonisation des réseaux parfois en 3 à 4 semaines) - que les matériaux et objets constitutifs des réseaux vieillissent plus rapidement (clapets notamment) Cursus Légionelles 90 90/204

46 Les réseaux bouclés Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception 91/204 La distribution d eau chaude sanitaire Bouclage ou antenne Arrêté du 15 novembre 2005 : maintien de température sur les réseaux bouclés à l'exception des antennes terminales de moins de 3 litres Pour un réseau galva 15/21 (D interne 16,6 mm) : Pour un réseau cuivre 14/16 : Pour un réseau cuivre 12/14 : 3 litres = 14 mètres 3 litres = 19 mètres 3 litres = 27 mètres Pour les réseaux en habitation individuelle ou habitation collective avec production ECS individuelle : possibilité de distribution en antenne 92/204

47 La distribution d eau chaude sanitaire Les réseaux ECS collectifs (volume > 3 litres) nécessitent un moyen de maintien des températures pendant les périodes de non-utilisation Bouclage Cordons chauffants le bouclage est la solution la plus souvent mise en œuvre Mais attention à l'organisation des boucles 93/204 Schéma de principe ECS La distribution d eau chaude sanitaire boucle 1 boucle 2 boucle 3 boucle 4 Aller Retour Collecteur Aller Production Pompe 10 C Collecteur Retour 94/204

48 Réseau ECS = 2 réseaux en 1 La distribution d eau chaude sanitaire boucle 1 boucle 2 boucle 3 boucle 4 Aller Retour Collecteur Aller Production Pompe 10 C Collecteur Retour Un réseau servant à délivrer l eau à l usager Un réseau servant à faire circuler l eau 95/204 Réseau bouclé ECS = 2 réseaux en 1 Un réseau servant à délivrer l eau à l usager : Dimensionné en fonction du nombre et du type de points d'usage raccordé En général de plus gros diamètre que le réseau retour Un réseau servant à faire circuler l eau : Conçu initialement pour une raison de confort (moins de temps d'attente) A pour deuxième but de permettre un maintien en température de l'ensemble du réseau (pour maîtriser le risque de développements microbiologiques) En général de diamètre plus faible que le réseau aller (traditionnellement dimensionné à deux DN en dessous du réseau aller : exemple si aller est en acier galva de 50/60, le réseau retour sera en 33/42) 96/204

49 La distribution d eau chaude sanitaire débits et vitesses de circulation boucle 1 boucle 2 boucle 3 boucle L/h 0,18 m/s 85 L/h 0,13 m/s 25 L/h 0,04 m/s 3 L/h 0,006 m/s Collecteur Aller Production 10 C Pompe 240 L/h Collecteur Retour Boucles favorisées Boucles défavorisées 97/204 La distribution d eau chaude sanitaire C C C Températures observées sur un réseau déséquilibré sans puisage boucle 1 boucle 2 boucle 3 boucle C C 127 L/h 85 L/h 25 L/h 3 L/h Collecteur Aller Production 240 L/h Pompe Collecteur Retour 98/204

50 La distribution d eau chaude sanitaire C C Températures observées sur un réseau déséquilibré en période de forte utilisation C boucle 1 boucle 2 boucle 3 boucle C C 127 L/h 85 L/h 25 L/h 3 L/h Collecteur Aller Production 240 L/h Pompe Collecteur Retour 99/204 Organes de réglage et équilibrage La distribution d eau chaude sanitaire boucle 1 boucle 2 boucle 3 boucle 4 60 L/h 60 L/h 60 L/h 60 L/h Collecteur Aller Production Pompe 240 L/h 240 L/h 10 C Collecteur Retour Équilibrage : répartition des débits par bridage spécifique de chaque organe de réglage (premières colonnes plus bridées que les dernières) 100/204

51 Équipement sur le retour La distribution d eau chaude sanitaire Manchette témoin thermomètre Manomètre Mesure pression amont/aval de la pompe Pompe doublée clapet 101/204 La pompe de recirculation (dite aussi pompe de bouclage) Elle ne permet pas de maintenir la pression dans le réseau. Une mesure de pression en amont et en aval de la pompe permet d'avoir un ordre de grandeur du débit. Exemple : Vitesse 2 Pression en amont de la pompe : 3,9 bars Pression en aval de la pompe : 4,3 bars Débit de l'ordre de 2-3 m 3 /h La distribution d eau chaude sanitaire 2,8 m3/h 102/204

Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception

Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception Les réseaux bouclés Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception 91/204 La distribution d eau chaude sanitaire Bouclage

Plus en détail

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques Légionelles Présence dans les milieux aquatiques naturels ou artificiels Conditions favorables

Plus en détail

LEGIONELLA Comment prévenir la contamination

LEGIONELLA Comment prévenir la contamination LEGIONELLA Comment prévenir la contamination Daniel Bonnotte Ingénieur CHU de Nice 29/10/03 CHU 1 LEGIONELLA Légionella - bactérie pathogène opportuniste milieu colonisé, niveau de concentration suffisant,

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Risques sanitaires liés aux légionelles Infections de type grippal Infections respiratoires graves Légionelloses - Symptômes : 2 à 10

Plus en détail

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Juin 2006: Réseau National Biofilm Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Les légionelles: quelques rappels Bactéries Gram -, origine naturelle hydrotellurique,

Plus en détail

II - L EXPOSITION AUX LÉGIONELLES... suite III - LES MOYENS DE PRÉVENTION. 1. Bien concevoir les réseaux d eau Bâtiments neufs

II - L EXPOSITION AUX LÉGIONELLES... suite III - LES MOYENS DE PRÉVENTION. 1. Bien concevoir les réseaux d eau Bâtiments neufs FICHE 9 Les Légionelles Environnement intérieur - EAU I - LES DANGERS LIÉS AUX LÉGIONELLES La légionelle (nom scientifique Legionella) est une bactérie qui se développe dans l eau et les milieux humides

Plus en détail

La production d eau chaude à partir de l énergie solaire

La production d eau chaude à partir de l énergie solaire La production d eau chaude à partir de l énergie solaire Prévenir les risques sanitaires en Etablissements de santé Etablissements sociaux et médico-sociaux d hébergement pour personnes âgées Eau et santé

Plus en détail

COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1

COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1 COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1 Plan de l intervention Un préalable : bien connaître son installation Les 3 principes

Plus en détail

Contexte général. Contenu de la mission d expertise

Contexte général. Contenu de la mission d expertise Cahier des charges type à l usage des établissements sociaux et médico-sociaux, pour la réalisation d un audit hydraulique des installations de distribution d ECS Contexte général Il est prévu au sein

Plus en détail

ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU

ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU Sommaire ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU 1. Réseau d eau... 2 2. Rapport d analyse Qualité sanitaire de l eau... 3 3. Eaux pluviales... 6 4. Revêtements spéciaux... 7 5. Analyse de l eau... 7 5.1 Arrêté

Plus en détail

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau olivier.correc@cstb.fr Nouveaux Documents Techniques Unifiés DTU 60.1 Plomberie sanitaire pour

Plus en détail

Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments

Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments Olivier CORREC Mél : olivier.correc@cstb.fr Contexte des réseaux d eau sanitaire Exigences générales : o Sécuriser la consommation

Plus en détail

Fiche d information Prévention des Risques Professionnels Septembre 2013. - Prévention des Risques professionnels - Les risques liés aux légionelles

Fiche d information Prévention des Risques Professionnels Septembre 2013. - Prévention des Risques professionnels - Les risques liés aux légionelles Fiche d information Prévention des Risques Professionnels Septembre 2013 - Prévention des Risques professionnels - Les risques liés aux légionelles La présente fiche rappelle les différentes mesures concernant

Plus en détail

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz FICHE TECHNIQUE Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz 2 4 5 CONNAÎTRE > Réseau d eau froide > Réseau d eau chaude > Réseau de gaz REGARDER > Réseau d eau ENTRETENIR - AMÉLIORER > Contrat d entretien

Plus en détail

Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits

Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe spécialisé n 19 Traitement des Eaux Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits Cahier des Prescriptions Techniques

Plus en détail

Les usages de l eau. Les modes de contamination. Les risques infectieux. Les eaux destinée à la consommation humaine. Critères de qualité des eaux

Les usages de l eau. Les modes de contamination. Les risques infectieux. Les eaux destinée à la consommation humaine. Critères de qualité des eaux Etablissements de santé : recommandations actuelles sur la qualité de l eau Docteur Fabien SQUINAZI Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Les usages de l eau alimentation : boisson, préparation des

Plus en détail

Le ministre de la santé et des solidarités, le ministre délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées

Le ministre de la santé et des solidarités, le ministre délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées Circulaire DGS/SD7A-DHOS/E4-DGAS/SD2 n o 2005-493 du 28 octobre 2005 relative à la prévention du risque lié aux légionelles dans les établissements sociaux et médicosociaux d hébergement pour personnes

Plus en détail

A propos d un cas de légionellose nosocomiale

A propos d un cas de légionellose nosocomiale A propos d un cas de légionellose nosocomiale Dr. Mathé médecin hygiéniste HPGM (91) C. Houmaire, Ingénieur d Etudes Sanitaires (ARS DT 91) Prévention du risque infection en EHPAD 02 avril 2015 1 Légionellose

Plus en détail

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Délégation territoriale du Val-d Oise Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Maîtriser la température de l eau chaude sanitaire L exploitant d un réseau d eau

Plus en détail

Contrôle de chlore sur tours de refroidissement. Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide. Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries

Contrôle de chlore sur tours de refroidissement. Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide. Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries Contrôle de chlore sur tours de refroidissement Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide LA LEGIONELLOSE Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries La légionelle vit dans l eau. Elle est

Plus en détail

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie Page : 1 / 9 Page : 2 / 9 Généralités - Définitions Legionella et risques : Legionella est un bacille intracellulaire Gram négatif qui est responsable de 0,5 à 5% des pneumonies communautaires nécessitant

Plus en détail

Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques

Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques Sommaire Les problèmes rencontrés Le tartre et ses conséquences La corrosion et ses conséquences

Plus en détail

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire Sommaire 1. Généralités 7 2. Réseaux d alimentation d eau dans les bâtiments 8 2.1 Généralités 8 2.2 Dimensionnement du réseau d alimentation - Méthode générale 8 2.2.1 Principes généraux 8 2.2.2 Données

Plus en détail

RAPPORT RESIDENCE PIONCHON. 5 Bis Place de La Ferrandière 69003 LYON

RAPPORT RESIDENCE PIONCHON. 5 Bis Place de La Ferrandière 69003 LYON RAPPORT Expertise sur les «Réseaux d eau» 5 Bis Place de La Ferrandière 69003 LYON ELORA 20 Chemin Louis Chirpaz Bâtiment B 1 er étage 69130 ECULLY E-Mail :Rhone_Alpes@elora.fr Tél: 04.78.33.29.45 Fax:

Plus en détail

Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. «Aquastrom T plus»

Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. «Aquastrom T plus» Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. Information technique Descriptif du cahier des charges: Robinet thermostatique Oventrop à préréglage pour conduites de circulation

Plus en détail

Lutte contre les légionelles

Lutte contre les légionelles GUIDE MÉTHODOLOGIQUE À L ATTENTION DES ÉTABLISSEMENTS D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES Lutte contre les légionelles Maîtrise des réseaux d eau chaude sanitaire MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE ET

Plus en détail

L'eau chaude du futur PASTORMASTER. Système de destruction permanente des légionelles. Fabrication Française

L'eau chaude du futur PASTORMASTER. Système de destruction permanente des légionelles. Fabrication Française L'eau chaude du futur PASTORMASTER Fabrication Française Système de destruction permanente des légionelles PASTORMASTER Système de Production et de Pasteurisation en continu de l eau chaude sanitaire généralité

Plus en détail

PARTIE 2 : MISE EN SERVICE PARTIE 1 : CONCEPTION PARTIE 3 : ENTRETIEN PARTIE 4 : EN SAVOIR PLUS METTRE EN SERVICE L INSTALLATION...

PARTIE 2 : MISE EN SERVICE PARTIE 1 : CONCEPTION PARTIE 3 : ENTRETIEN PARTIE 4 : EN SAVOIR PLUS METTRE EN SERVICE L INSTALLATION... SOMMAIRE PARTIE 1 : REGLER LES TEMPERATURES DE PRODUCTION ET DE DISTRIBUTION... 4 PREVENIR LE RISQUE LEGIONELLE... 5 CHOISIR UNE SOLUTION PRODUCTION D ECS INDIVIDUELLE... 10 CHOISIR UNE SOLUTION DE PRODUCTION

Plus en détail

Guide de gestion du risque lié aux légionelles en EHPAD - 0 -

Guide de gestion du risque lié aux légionelles en EHPAD - 0 - Guide de gestion du risque lié aux légionelles en EHPAD - 0 - SOMMAIRE GLOSSAIRE CONTEXTE SANITAIRE EPIDEMIOLOGIE PROBLEMATIQUE DES RESEAUX D'EAU CHAUDE SANITAIRE RESPONSABILITE DES ETABLISSEMENTS PARTIE

Plus en détail

des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires w w w. s o g o b a. c o m

des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires w w w. s o g o b a. c o m Equilibrage & Maintenance des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires G R K N E T E v o l u t i o n La solution

Plus en détail

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Thierry POLATO Agence Régionale de Santé Pays de la Loire Délégation territoriale de Maine-et-Loire

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

La qualité microbiologique de l eau dans les établissements de santé : pourquoi et comment la maîtriser?

La qualité microbiologique de l eau dans les établissements de santé : pourquoi et comment la maîtriser? La qualité microbiologique de l eau dans les établissements de santé : pourquoi et comment la maîtriser? Docteur Fabien SQUINAZI Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Le biofilm des réseaux

Plus en détail

DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS DIRECTION GENERALE DE LA SANTE

DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA SANTE Sous-direction de la gestion des risques des milieux DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

VANNE D ÉQUILIBRAGE POUR RÉSEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE. Manuelle. Motorisée. Prévention et lutte. contre les légionelles

VANNE D ÉQUILIBRAGE POUR RÉSEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE. Manuelle. Motorisée. Prévention et lutte. contre les légionelles VANNE D ÉQUILIBRAGE POUR RÉSEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE Manuelle Motorisée Prévention et lutte contre les légionelles GRK NET PRÉVENTION ET LUTTE CONTRE LES LÉGIONELLES LA SOLUTION POUR LA MAINTENANCE DES

Plus en détail

Spécialité "ENVIRONNEMENT, HYGIENE"

Spécialité ENVIRONNEMENT, HYGIENE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA VENDEE EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 ère CLASSE - 2008 Epreuves écrites d admissibilité du 16 janvier 2008 Spécialité

Plus en détail

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau Philippe BERTHELOT Unité d Hygiène inter-hospitalière Service des Maladies Infectieuses et laboratoire de microbiologie, CHU de Saint-Etienne Professeur

Plus en détail

AES du 29 septembre L entretien du réseau et de ses équipements : un moyen de prévention indispensable

AES du 29 septembre L entretien du réseau et de ses équipements : un moyen de prévention indispensable AES du 29 septembre L entretien du réseau et de ses équipements : un moyen de prévention indispensable Prise en charge (1) Analyse du type de réseau sanitaire: HT avec mitigeurs locaux, HT avec mitigeurs

Plus en détail

Le confort de l eau chaude sanitaire. Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire

Le confort de l eau chaude sanitaire. Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire Le confort de l eau chaude sanitaire Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire Attestation de Conformité Sanitaire Afi n de réduire les quantités de matières toxiques pouvant

Plus en détail

CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D EAU

CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D EAU CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D EAU Indiquer le nom de l établissement Agence Régionale de Santé Nord - Pas-de-Calais Qu est ce que le carnet sanitaire? Le carnet sanitaire constitue le référentiel

Plus en détail

Plan d'action Sanitaire dans les Lycées. Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE. Lycée les Alpilles

Plan d'action Sanitaire dans les Lycées. Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE. Lycée les Alpilles Plan d'action Sanitaire dans les Lycées Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE Lycée les Alpilles Adresse : 91 avenue Edouard Herriot Code Postal : 13 210... Ville : Saint Rémy de Provence Abréviation

Plus en détail

CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D'EAU

CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D'EAU CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D'EAU (Indiquer le nom de l installation) Directions Régionale et Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales du Nord-Pas-de-Calais Ministère de l emploi,

Plus en détail

Avis Technique 19/11-110. Probio

Avis Technique 19/11-110. Probio Avis Technique 19/11-110 Annule et remplace l Avis Technique 19/06-76 Procédé de traitement sanitaire des eaux chaudes sanitaires par addition de produits Procédé de lutte contre la prolifération des légionelles

Plus en détail

Prestations Plomberie Sanitaires

Prestations Plomberie Sanitaires Entretien et maintenance des installations techniques de l Hôtel tertiaire Numerica ZAC des Portes du Jura Prestations Plomberie Sanitaires Sommaire 1. OBJET ET ÉTENDUE... 2 1.1 Nature des prestations...

Plus en détail

Chaudières traditionnelles

Chaudières traditionnelles Gamme Chaudières Traditionnelles et Récupérateur à condensation TOTALECO Chaudières traditionnelles ATLANTIC GUILLOT offre une large gamme de chaudières acier à équiper de brûleur gaz ou fioul pour une

Plus en détail

Contrat de maintenance NOTICE D ENTRETIEN DE L INSTALLATION SOLAIRE Exemple type

Contrat de maintenance NOTICE D ENTRETIEN DE L INSTALLATION SOLAIRE Exemple type Contrat de maintenance NOTICE D ENTRETIEN DE L INSTALLATION SOLAIRE Exemple type 1 - PREAMBULE Cette notice s adresse au personnel qui aura à charge l entretien de l installation de production d eau chaude

Plus en détail

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Constats Présence régulière de légionelles dans les installations de distribution d eau intérieure

Plus en détail

Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010

Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010 Établissements de Santé et Environnement Jeudi 31 Mai 2012 Béatrice Bresson Ingénieur Biomédical Direction Qualité Performance Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010 Plan d intervention

Plus en détail

Initia Plus HTE Chaudière murale gaz à condensation

Initia Plus HTE Chaudière murale gaz à condensation Initia Plus HTE Chaudière murale gaz à condensation Simplicité et performance : Tant en nouvelles constructions qu'en remplacement La nouvelle gamme de chaudières gaz à condensation Initia Plus a été spécialement

Plus en détail

ANNEXE 2 Plan d'action Sanitaire dans les Lycées Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE Centre International de Valbonne

ANNEXE 2 Plan d'action Sanitaire dans les Lycées Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE Centre International de Valbonne ANNEXE 2 Plan d'action Sanitaire dans les Lycées Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE Adresse : 190 rue Frédéric Mistral Code Postal : 06 560... Ville : VALBONNE Abréviation Désignation AO Appel

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Notice de dimensionnement d une installation Power-Pipe TM

Notice de dimensionnement d une installation Power-Pipe TM Notice de dimensionnement d une installation Power-Pipe TM SARL Solénove Énergie 220 rue de Chemeau 45560 Saint Denis en Val, France Tél : 02 38 49 14 90 Email : info@solenove-energie.fr Sommaire 1. Dimensionnement

Plus en détail

Gestion du risque légionelle

Gestion du risque légionelle Les légionelles dans les établissements de santé et les établissements d hébergement pour personnes âgées Maîtrise du risque dans les réseaux d eau sanitaire Expérience du centre hospitalier du Pays d

Plus en détail

LOT N 13 : CHAUFFAGE VENTILATION - PLOMBERIE

LOT N 13 : CHAUFFAGE VENTILATION - PLOMBERIE Lot N 13 : CHAUFFAGE GAZ- VENTILATION - PLOMBERIE SANITAIRE - DPGF - page 1 LOT N 13 : CHAUFFAGE VENTILATION - PLOMBERIE 1 PRODUCTION D'EAU CHAUDE SOLAIRE 2 COMPTAGE 3 VENTILATION 4 PLOMBERIE SANITAIRE

Plus en détail

ROTEX Sanicube - L accumulateur d eau chaude sanitaire hygiénique.

ROTEX Sanicube - L accumulateur d eau chaude sanitaire hygiénique. ROTEX Sanicube : combinaison de l accumulateur et du chauffe-eau instantané. ROTEX Sanicube - L accumulateur d eau chaude sanitaire hygiénique. Le Chauffage! Autant d eau chaude sanitaire que vous voulez.

Plus en détail

Information technique

Information technique Das Qualitätsmanagementsystem von Oventrop ist gemäß DIN-EN- ISO 001 zertifiziert. Descriptif du cahier des charges: Robinet thermostatique Oventrop «Aquastrom T plus» à préréglage pour conduites de circulation

Plus en détail

Schéma de principe hydraulique

Schéma de principe hydraulique 1. Schéma de fonctionnement Ces s de fonctionnement sont des solutions préférentielles et éprouvées fonctionnant sans problèmes et permettant une plus haute efficacité de l'installation de pompe à chaleur.

Plus en détail

ANNEXE 1. LEGIONELLES ET LEGIONELLOSE. 1.1. Contexte sanitaire - Epidémiologie

ANNEXE 1. LEGIONELLES ET LEGIONELLOSE. 1.1. Contexte sanitaire - Epidémiologie ANNEXE GUIDE D INFORMATION POUR LES GESTIONNAIRES D ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIONS DE L ARRETE DU 1 ER FEVRIER 2010 RELATIF A LA SURVEILLANCE DES LEGIONELLES

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE A N N E X E

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE A N N E X E A N N E E GUIDE D INFORMATION POUR LES GESTIONNAIRES D ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIONS DE L ARRÊTÉ DU 1 er FÉVRIER 2010 RELATIF À LA SURVEILLANCE DES LÉGIONELLES

Plus en détail

Le chauffe eau à accumulation électrique

Le chauffe eau à accumulation électrique Le chauffe eau à accumulation électrique I) Composition d un chauffe eau électrique Leurs constitutions sont sensiblement les mêmes entre chaque fabriquant : Habillage Départ eau chaude Isolant Cuve Anode

Plus en détail

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE G U I D E VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE SICAE Une réduction d'impôts peut être obtenue (sous certaines conditions) lors du remplacement de votre chauffe-eau électrique. Renseignez-vous auprès du Centre des

Plus en détail

Risque lié aux légionelles

Risque lié aux légionelles fiche n 1 DDASS-DRASS Midi-Pyrénées Février 2007 Risque lié aux légionelles QU EST-CE QU UNE LÉGIONELLOSE? La légionellose est une infection provoquée par des bactéries vivant dans l eau du genre Legionella,

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique.

ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique. ROTEX E-SolarUnit : Accumulateur d eau chaude sanitaire avec option solaire et générateur de chaleur électrique. ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique. E-SolarUnit - Chaleur du soleil

Plus en détail

HYDROGAZ Bi-énergie. BALLON SOLAIRE ECS (SOLAIRE-GAZ) 1 000 À 3 000 Litres

HYDROGAZ Bi-énergie. BALLON SOLAIRE ECS (SOLAIRE-GAZ) 1 000 À 3 000 Litres HYDROGAZ Bi-énergie BALLON SOLAIRE ECS (SOLAIRE-GAZ) 1 000 À 3 000 Litres Grâce à la combinaison d un réchauffeur tubulaire démontable et d un équipement gaz monobloc à haut rendement, les ballons HYDROGAZ

Plus en détail

C.C.T.P. D.P.G.F. LOT 8

C.C.T.P. D.P.G.F. LOT 8 Communauté de communes de la MONTAGNE BOURBONNAISE CONSTRUCTION D UN BATIMENT LOCATIF A USAGE ARTISANAL OU INDUSTRIEL Zone d activités du Mornier 03250 LE MAYET DE MONTAGNE Marché de travaux C.C.T.P. D.P.G.F.

Plus en détail

Notions sur les différents systèmes de chauffage

Notions sur les différents systèmes de chauffage TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Les réseaux de chauffage Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différents systèmes de chauffage On donne : Un dossier ressource

Plus en détail

Inspection des systèmes de plomberie et de chauffage

Inspection des systèmes de plomberie et de chauffage Inspection des systèmes de plomberie et de chauffage Présentation à la 44 ième rencontre du RTHQ Mai 2011 Sommaire Codes applicables Produits approuvés Évacuation Ventilation Alimentation en eau potable

Plus en détail

N 373 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 373 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 26 février 2008 N 373 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 7 novembre 2007. PROPOSITION

Plus en détail

COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES

COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES collecteurs solaires 9.1 11.2008 F I C H E T E C H N I Q U E plus de produit AVANTAGES POUR L INSTALLATION ET L'ENTRETIEN COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES Le collecteur solaire CS 25

Plus en détail

Piscines : point réglementaire

Piscines : point réglementaire Piscines : point réglementaire 02octobre 2012 Principales références juridiques: Articles L1332-1 à L1332-9, articles D1332-1 à D1332-13, et annexe 13-6 (installations sanitaires) du code de la santé publique.

Plus en détail

Notice d'installation, d'utilisation et entretien Comfort

Notice d'installation, d'utilisation et entretien Comfort FR Notice d'installation, d'utilisation et entretien Comfort 00-0 - 60-20 - 20 Table des matières FR Généralités Remarques Certification - Normes CE Emballage Consignes de sécurité 5 Symboles utilisés

Plus en détail

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé 600/150-750/200-1000/220-1500/300 V 1.3 SOMMAIRE 1 Description du dispositif... 3 1.1 Série type... 3 1.2 Protection du

Plus en détail

Notice d'installation, d'utilisation et entretien Comfort E

Notice d'installation, d'utilisation et entretien Comfort E Notice d'installation, d'utilisation et entretien Comfort E 100-130 - 10-210 - 20 Table des matières Généralités 3 Remarques 3 Emballage 3 Consignes de sécurité Symboles utilisés Recommandations générales

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

Une chaudière VARINO, en version standard, module en puissance de façon autonome à partir d une consigne de température affichée sur son thermostat.

Une chaudière VARINO, en version standard, module en puissance de façon autonome à partir d une consigne de température affichée sur son thermostat. Gamme VARINO VARINO GRANDE La gamme se décline en trois versions : - les VARINO d allure verticale de 65 kw à 300 kw (huit modèles) - les VARINO GRANDE d allure horizontale de 350 kw à 600 kw (six modèles)

Plus en détail

GRUNDFOS alldos information Produit. Oxiperm Pro. Production fiable de dioxyde de chlore de solutions diluées pour la désinfection de l eau

GRUNDFOS alldos information Produit. Oxiperm Pro. Production fiable de dioxyde de chlore de solutions diluées pour la désinfection de l eau GRUNDFOS alldos information Produit Production fiable de dioxyde de chlore de solutions diluées pour la désinfection de l eau Généralités Généralités Les systèmes Oxiperm Pro produisent du dioxyde de chlore

Plus en détail

Robinet thermostatique antigel Bydrain

Robinet thermostatique antigel Bydrain IM-P670-01 ST-BEf-04 4.1.2.100 Robinet thermostatique antigel Bydrain Notice de montage et d entretien 1. Informations de sécurité 2. Description 3. Installation 4. Mise en service 5. Fonctionnement 6.

Plus en détail

RUBIS. Production d'eau chaude sanitaire instantanée semi-instantanée. www.magnumgs.fr

RUBIS. Production d'eau chaude sanitaire instantanée semi-instantanée. www.magnumgs.fr RUS Production d'eau chaude sanitaire instantanée semi-instantanée www.magnumgs.fr Producteurs d'eau chaude instantanés RUS Le système intégré de production d'eau chaude sanitaire instantané permet, à

Plus en détail

Fluid distribution and regulation systems for buildings

Fluid distribution and regulation systems for buildings Fluid distribution and regulation systems for buildings DOSSIER: LIMITER LE RISQUE LEGIONELLES DANS LES CIRCUITS D EAU SANITAIRE IND.B - AVR 09 1/ GENERALITES De nombreuses recherches démontrent qu un

Plus en détail

SYSTEM O. Contrôler la température sur l ensemble de votre réseau...

SYSTEM O. Contrôler la température sur l ensemble de votre réseau... SYSTEM O Contrôler la température sur l ensemble de votre réseau... Contexte réglementaire La prévention des risques sanitaires est une priorité pour les maitres d ouvrage en particulier dans les Etablissements

Plus en détail

ECOLE NATIONALE DE VOILE ET DES SPORTS NAUTIQUES

ECOLE NATIONALE DE VOILE ET DES SPORTS NAUTIQUES ECOLE NATIONALE DE VOILE ET DES SPORTS NAUTIQUES BEG ROHU 56510 SAINT PIERRE QUIBERON RENOVATION DES VESTIAIRES-SANITAIRES CADRE DE DÉCOMPOSITION DU PRIX GLOBAL FORFAITAIRE C.D.P.G.F. LOT N 7 PLOMBERIE

Plus en détail

Construction d'un bâtiment de 4 logements collectifs à Joucas (84) DPGF lot 11 - Plomberie CCTP Description Type Qt Unitaire H.T. Total HT 1 OBJET PM

Construction d'un bâtiment de 4 logements collectifs à Joucas (84) DPGF lot 11 - Plomberie CCTP Description Type Qt Unitaire H.T. Total HT 1 OBJET PM 1 OBJET PM 2 GENERALITES 2.6.5 Renseignements et documents à fournir 2.6.5.2 Avant exécution Selon CCTP ENS 2.6.5.4 A la réception Selon CCTP ENS 1 2.6.8 Protection des ouvrages ENS 1 2.6.10 Contrôles

Plus en détail

Installation de la station FS36

Installation de la station FS36 Installation de la station FS36 Plancher sans chape CaleôSol, Mur Chauffant CaleôMur Introduction Le chauffage par le sol à base d'eau est dit à basse température, ce qui signifie que la température d'écoulement

Plus en détail

LOT N 8 - CHAUFFAGE - VENTILATION - PLOMBERIE

LOT N 8 - CHAUFFAGE - VENTILATION - PLOMBERIE LOT N 8 - CHAUFFAGE-VENTILATION-PLOMBERIE 1 LOT N 8 - CHAUFFAGE - VENTILATION - PLOMBERIE 8-3 - CADRE DE DECOMPOSITION DU PRIX GLOBAL ET FORFAITAIRE 1 DEPOSE - Dépose et neutralisation des réseaux de chauffage,

Plus en détail

Systèmes aurotherm. Chauffe Eau Solaire Individuel (CESI) Système Solaire Combiné (SSC)

Systèmes aurotherm. Chauffe Eau Solaire Individuel (CESI) Système Solaire Combiné (SSC) Systèmes aurotherm Chauffe Eau Solaire Individuel (CESI) Système Solaire Combiné (SSC) Le soleil, une énergie propre et renouvelable Les aurotherm 300, 400 et 700 fonctionnent avec les capteurs plans VFK

Plus en détail

CATALOGUE DE VENTE 2014-2015 SOLUTIONS DE REGULATION ET CHAUFFAGE SOL

CATALOGUE DE VENTE 2014-2015 SOLUTIONS DE REGULATION ET CHAUFFAGE SOL CATALOGUE DE VENTE 2014-2015 SOLUTIONS DE REGULATION ET CHAUFFAGE SOL Robinetterie de sécurité Sécurité et économies d eau COMAP offre une gamme d équipements de sécurité et de protection de la distribution

Plus en détail

Ballons. et bouteilles. ballons

Ballons. et bouteilles. ballons Ballons Bouteilles de mélange / Ballons tampon... 26 à 27 Ballons : - Stockeurs chauffage... 28 - Stockeurs & échangeur E.C.S.... 29 à 30 - Stockeurs E.C.S... 3 Résistances et réchauffeurs... 32 Bouteilles

Plus en détail

DEFINITION DES TRAVAUX...2

DEFINITION DES TRAVAUX...2 SOMMAIRE Page 1 1 DEFINITION DES TRAVAUX...2 1.1 LES LIMITES DE CES PRESTATIONS SONT :...2 1.1.1 Pour la distribution d'eau froide...2 1.1.2 Pour la distribution d'eau chaude sanitaire...2 1.1.3 Pour les

Plus en détail

Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004

Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004 Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004 09/11/04 DSDS DE GUYANE 1 sommaire 1/ présentation de la légionelle et historique des épidémies de

Plus en détail

Schémathèque MODULO. Modulonox Modulo Control Modulo K

Schémathèque MODULO. Modulonox Modulo Control Modulo K Schémathèque MODULO Modulonox Modulo Control Modulo K Version 2 Novembre 2004 2 Version 2 Novembre 2004 Sommaire Introduction 6 La qualité de l eau 8 Les équipements à prévoir en chaufferie 10 Légende

Plus en détail

DOSSIER EVACUATION DES EAUX USEES

DOSSIER EVACUATION DES EAUX USEES DOSSIER EVACUATION DES EAUX USEES DEFINITIONS DISPOSITIONS GENERALES SCHEMA DE RACCORDEMENT DIMENSIONNEMENT DES RACCORDEMENTS D APPAREILS 1 Les eaux usées sont d une manière générale les eaux qui, ayant

Plus en détail

Manuel d entretien. Présentation de votre chauffe-eau. Poignées de préhension (haut et bas) Protection intérieure par émaillage. Isolation thermique

Manuel d entretien. Présentation de votre chauffe-eau. Poignées de préhension (haut et bas) Protection intérieure par émaillage. Isolation thermique Présentation de votre chauffe-eau Poignées de préhension (haut et bas) Isolation thermique Protection intérieure par émaillage Canne de prise d eau chaude Doigt de gant du thermostat Anode magnésium Résistance

Plus en détail

Descriptif. Fonctions. Caractéristiques. Applications. Tests

Descriptif. Fonctions. Caractéristiques. Applications. Tests Vanne de régulation permettant le maintien de la pression amont ou la décharge d une pression excessive. Fonctions Transférer les excédents d un réseau (amont) vers un réseau (aval) à plus faible pression,

Plus en détail

DOSSIER EVACUATION DES EAUX USEES

DOSSIER EVACUATION DES EAUX USEES DOSSIER EVACUATION DES EAUX USEES DEFINITIONS DISPOSITIONS GENERALES SCHEMA DE RACCORDEMENT DIMENSIONNEMENT DES RACCORDEMENTS D APPAREILS 1 Les eaux usées sont d une manière générale les eaux qui, ayant

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE. Maîtrise du risque de développement des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire. Maîtrise du risque de développement

GUIDE TECHNIQUE. Maîtrise du risque de développement des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire. Maîtrise du risque de développement Maîtrise du risque de développement des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire Ce document vise à apporter au chef d établissement ou au responsable gestionnaire, une meilleure lisibilité

Plus en détail