BNF101 STRUCTURE D UNE BASE DE DONNEES LE MODELE RELATIONNEL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BNF101 STRUCTURE D UNE BASE DE DONNEES LE MODELE RELATIONNEL"

Transcription

1 BNF101 STRUCTURE D UNE BASE DE DONNEES LE MODELE RELATIONNEL

2 INTRODUCTION Une base de données (BD) est un ensemble structuré d'information qui peut être utilisé simultanément par plusieurs utilisateurs grâce aux fonctions offertes par un composant logiciel appelé système de gestion de bases de données (SGBD). Cet ensemble structuré d'information peut modéliser un univers réel composé d'objets interliés comme par exemple représenter l'univers de vente d'une société. Les objets d'un même type constituent une entité et le lien entre deux entités est appelé association. Entité et association peuvent être décrites par un ensemble de caractéristiques. La description des entités et des associations se fait en utilisant l'un des modèles connus sur lesquel s'appuient aussi les SGBD:

3 INTRODUCTION (suite) Dans notre univers de vente on peut distinguer les entités suivantes: Le modèle relationnel a permis de créer une indépendance entre la description des données et les structures permettant de les stocker en mémoire secondaire. Cette indépendance permet de modifier le stockage physique des données sans toucher aux programmes qui les manipulent.

4 LE MODELE RELATIONNEL Le modèle relationnel consiste à représenter aussi bien les entités que les liens (associations) à l'aide de relations appelées tables. Chaque table décrit alors une partie de l'univers concerné. Une table est une structure tabulaire dont les colonnes, appelées attributs, correspondent aux caractéristiques de l'entité. Les lignes sont généralement appelées occurence, tuples ou n-uplets, ils correspondent aux objets de l'univers. Tout attribut est désigné par un nom et caractérisé par un domaine. Un domaine est un type de données.

5 LE MODELE RELATIONNEL Un exemple des tables (avec contenu) de l'univers de vente peut être: Table fournisseurs Table Projets F F# f1 Fnom smith Statu t 20 Ville Londre J J# j1 Jnom Sorter Ville Paris Table Pièces P P# Pnom Couleur Poids Ville p1 Nut Rouge 12 Londre

6 LE MODELE RELATIONNEL Selon l'architecture ANSI/SPARC, la descritption des données doit se faire à trois niveaux: niveau conceptuel (vue commune) niveau interne (stockage physique des données) niveau externe (vues des utilisateurs).

7 LE NIVEAU CONCEPTUEL Le niveau conceptuel correspond à la phase de description de l'univers réel représenté par la base de données en utilisant les concept du modèle choisi. Il s'agit de décrire: 1) les entités du monde réel: ce sont les objets pouvant être identifiés distinctement, comme par exemple les entités Fournisseur, Pièce et Projet. 2) les attributs: ce sont les caractéristiques ou propriétés des entités, les attributs de l'entité Projet déja recensée peuvent être: J # Jnom Ville Un attribut peut être obligatoire ou facultatif, mais tout attribut a un domaine de valeurs

8 LE NIVEAU CONCEPTUEL 3) les relations : qu'on peut aussi nomer associations, elles représentent les liens existants entre les entités. Elles sont caractérisées, comme les entités, par un nom et des attributs. Une relation (souvent notée R) peut aussi être considérée comme un sous-ensemble d un produit cartésien de domaines. Pour une relation on distingue le degré d une relation qui peut être défini comme le nombre de facteurs de ce produit cartésien. 4) les cardinalités : la cardinalité est le nombre de participation d entité à une relation. Cardinalité un à un : si et seulement si par exemple un employé ne peut être directeur que dans un seul département et un département n a qu un seul employé comme directeur. Cardinalité un à plusieurs : un département peut occuper plusieurs employés qui réalisent différentes fonctions mais chaque employé ne fait partie que d un seul département. Cardinalité plusieurs à plusieurs : un type de produit peut être fabriqué en plusieurs usines et une usine peut fabriquer plusieurs types de produits.

9 LE NIVEAU CONCEPTUEL Pour une relation on peut aussi distinguer ses contraintes d'intégrité. Une contrainte d'intégrité associée à une relation concerne les règles de manipulation ou de gestion d'une relation avec les autres.c'est une propriété du monde que l'on va modéliser comme par exemple le fait qu'un employé a un chef et un seul. 5) les clef : parmi tous les attributs de l entité, la clef (appelée aussi identifiant) est un attribut ou un ensemble d attributs permettant de déterminer une et une seule occurence à l intérieur de l ensemble. La clef identifie sans ambiguité et de façon unique chaque n-uplet.on distingue deux classes de clefs: Clé primaire: ensemble d attributs dont les valeurs permettent de distinguer les tuples les uns des autres, ces identifiants sont souvent soulignés lors des représentations schématique, comme par exemple le numéro d'une pièce ou le numéro du passeport. Clé étrangère: attribut qui est clé primaire d une autre relation. Ainsi pour connaître le fournisseur de chaque produit il faut par exemple ajouter l attribut numéro de fournisseur à la relation pièce. La phase conceptuelle se termine par la génération du schéma conceptuel.

10 LE NIVEAU INTERNE Dans ce niveau les entités du schéma conceptuel sont transformées en tableaux à deux dimensions. Dans cette phase il s'agit de spécifier comment les objets recensés au niveau supérieur seront stockés sur mémoire secondaire et comment on y accède. C'est une traduction du schéma conceptuel (schéma Entité/Association) en schéma relationnel ou relations.les entités et associations seront transformées en table. Au cours de cette phase on parlera d'enregistrements, de mémoire, de fichier et d'index. On se situe juste au dessus de la couche physique (blocs, pages mémoire). Cette phase génère le schéma interne.

11 LE NIVEAU EXTERNE Dans cette phase il s'agit d'indiquer la façon avec laquelle les utilisateurs voient les entités du schéma conceptuel dans leur manipulation de la base, on parle alors de vue. Ces différentes vues sont décrites à l'aide de schéma externes ou sous-schéma. On identifie un schéma externe par groupe d utilisateurs pour définir la vue de la base pour ces utilisateurs. Dans ce niveau on est proche de l'utilisateur, final qui gère les rapports avec les programmes d'application. Cette distinction des niveaux permet d'assurer certaines indépendances entre données et traitements : - indépendance physique: modifier l'organisation physique des données n'oblige pas de réercire les programmes qui les manipulent. - indépendance logique: modifier le schéma conceptuel n'oblige pas à modifier les programmes d'application. Toutefois on peut être amené à modifier le schéma externe. - indépendance par rapport aux stratégies d'accès : un programme d'application ne se soucie pas du comment on accède à telle donnée.

12 LA NORMALISATION Normaliser un schéma relationnel c'est le remplacer par un schéma équivalent où toutes les relations vérifient certaines propriétés. Ces propriétes sont basées sur l'analyse des dépendances fonctionnelles à l intérieur de chaque relation. La normalisation permet de: - éviter les redondances (perte de place et incohérences) - minimiser l espace de stockage - éviter les problèmes de mises à jour. Exemple : soit la relation CommandeProduit : Num Prod Quantité Num Four Adresse Four Rue claude Bernard Cette relation présente différentes anomalies lors de sa mise à jour:

13 LA NORMALISATION - Anomalies de modification: Si on souhaite modifier l'adresse d un fournisseur, il faut le faire pour tous les tuples concernés (produits qu'il fournit). - Anomalies d insertion: Pour ajouter un nouveau fournisseur, il faut obligatoirement fournir des valeurs pour NumProd et Quantité(ajouter un nouveau produit). - Anomalies de suppression : La suppression par exemple du produit 104 fait perdre toutes les informations concernant le fournisseur 902.

14 LA 1ERE FORME NORMALE Première forme normale (1FN) Une relation est en 1FN si tout attribut n est pas décomposable, ou encore si elle ne possède pas d'attribut multi-valué. Exemples: Personne nom prenom age dept nom adres se tel On peut avoir des relations qui ne sont pas 1FN: - si par exemple l'attribut prénom est du type: jean, paul - si par exemple l'attribut adresse est du type: rue de marseille, Lyon Si la structure de la relation Personne se transforme comme suit elle sera NON 1FN:. Personne nom prenom age immat1 immat2

15 LA 1ERE FORME NORMALE les problèmes posés par cette structure sont: - on ne peut pas enregistrer plus de deux véhicules - si la personne ne possède qu un seul véhicule, Immat 2 prend de la place inutilement Pour résoudre ce cas on peut proposer de créér une nouvelle table pour l'attribut multivalué: 1. On créé une nouvelle relation contenant un attribut (une valeur de l'attribut multi-valué) 2. On fait le lien entre la nouvelle relation et la première relation en ajoutant à la nouvelle relation la clé primaire de la première relation 3. Ce nouvel attribut est une clé externe Nouveau schéma en 1FN et ce en considérant deux tables : Personne NumPers nom prénom age Véhicule NumPers Immat ricule

16 LA 2eme FORME NORMALE Deuxième forme normale (2FN) Une relation est en 2FN si: Elle est en 1FN, Tout attribut, non clef primaire, est dépendant de la clef primaire. Exemple de relation en 1FN mais pas en 2FN : Projet NumProjet NumEmployé Fonction NomEmployé Problèmes - on ne peut enregistrer un employé que s'il participe à un projet - si un employé participe à plusieurs projets, on doit répéter les informations sur cet employé (redondance et problèmes de m-à-j) Une solution peut être proposée qui consiste à extraire la dépendance fonctionnelle: 1. On créé une nouvelle relation contenant l'attribut déterminé par une partie de la clé primaire 2. La clé primaire de la nouvelle relation est cette partie de la clé

17 LA 2EME FORME NORMALE Employé Num Employé Nom Employé projet Num projet Nom Employé NumEmployé est à la fois clé primaire et clé externe dans Projet On peut aussi étudier d'autres relations comme : Fonction CLIENT Num Client Nom Prénom Date naissance rue ville Cette relation est en 2FN par contre la suivante n'est pas en 2FN COMMANDE_ PRODUIT N PRODUIT quantité N FOURNISSEUR ville

18 LA 2EME FORME NORMALE COMMANDE N PRODUIT N FOURNISSEUR quantité FOURNISSEU R N FOURNISSEUR VILLE

19 Troisième forme normale (3FN) LA 3EME FORME NORMALE Une relation est en 3FN si: Elle est en 2FN, Il n existe aucune DF entre deux attributs non clef primaire Exemple : relation en 2FN mais pas en 3FN EMPLOYE NUM EMPLOYE NOM EMPLOYE NUM SERVICE NOM SERVICE

20 LA 3EME FORME NORMALE Problèmes - Nom du service répété pour tous ses employés (redondance) - Si on ajoute une information sur le service, il faut la rajouter dans tous les tuples des employés du service Solution : on extrait la dépendance fonctionnelle : 1. On créé nouvelle relation contenant l'attribut déterminé par l'attribut non-clé (partie droite de la DF) 2. La clé primaire de la nouvelle relation est l'attribut déterminant (partie gauche de la DF) 3. Cette clé primaire devient une clé externe dans l'ancienne relation SERVICE NUM SERVICE NOM SERVICE EMPLOYE NUM EMPLOYE NOM EMPLOYE NUM SERVICE

21 LE LANGAGE ALGEBRIQUE Pourquoi des langages de manipulation de données relationnelles? La structure des relations étant semblable à celle des tableaux en mémoire centrale, on peut se demander pourquoi avoir inventé des langages spéciaux d'interrogation et de mise à jour pour les relations. Avec un tel concept l'utilisateur est obligé d'apprendre un autre langage spécifique des bases de données. Le problème est que sans ces langages algébriques les programmes des utilisateurs doivent connaître l'organisation des tuples dans les relations pour accéder plus rapidement aux informations dont ils ont besoin. Par exemple, si la relation Etudiant est triée selon les noms des étudiants, un programme efficace cherchant des informations sur l'étudiante Zazi, partira de la fin de la relation.

22 LE LANGAGE ALGEBRIQUE (SUITE) Le résultat est que l'indépendance - recherchée dans les SGBDs - entre les programmes et les données n'est plus réalisée. Les utilisateurs doivent connaître l'organisation des données (existence de tri, d'index,...). D'autre part tout changement dans cette organisation impliquera des changements dans les programmes des utilisateurs. Les langages de manipulation de données (LMD) doivent donc être aussi conceptuels que possible, c'est-à-dire ne porter que sur les concepts du schéma (relations, attributs, domaines) et ignorer tout de l'organisation interne des relations. Ils doivent aussi être efficaces, avec des temps de réponse courts même si la base de données est très grande. Aussi les LMD offrent-ils un éventail de fonctions limité à celles qu'on sait optimiser, mais assez vaste pour permettre d'exprimer la plupart des requêtes.

23 LANGAGE DE MANIPULATION DE DONNEE ALGEBRIQUE Le modèle relationnel a été à l'origine proposé avec deux LMD de base, l'algèbre relationnelle et le calcul des tuples, équivalents en puissance et qui ont fixé l'ensemble des fonctions que tout LMD relationnel doit offrir. En plus des fonctions de l'algèbre ou du calcul, ces LMD offrent généralement des possibilités de mise à jour de la base de données, et d'utilisatin d'expressions arithmétiques et de fonctions d'agrégation telles que cardinalité, somme, minimum, maximum et moyenne. L'intérêt de l'algèbre relationnelle est multiple: - l'algèbre a identifié les opérateurs fondamentaux d'utilisation d'une base de données relationnelle, - ces opérateurs ont défini les principales fonctions à optimiser dans les SGBD relationnels, - l'algèbre a donné naissance à des LMD pour les utilisateurs. SQL est le LMD relationnel le plus répandu du fait que c'est la seule norme existante pour les LMD relationnels.

24 L ALGEBRE RELATIONNEL L algèbre relationnelle est un ensemble d'opérateurs qui, à partir d'une ou deux relations existantes, créent en résultat une nouvelle relation temporaire (c'est-à-dire qui a une durée de vie limitée, généralement la relation est détruite à la fin du programme utilisateur ou de la transaction qui l'a créée). La relation résultat a exactement les mêmes caractéristiques qu'une relation de la base de données et peut donc être manipulée de nouveau par les opérateurs de l'algèbre. Formellement l'algèbre comprend: - cinq opérateurs de base: sélection, projection, union, différence et produit, - un opérateur syntaxique, renommer, qui ne fait que modifier le schéma et pas les tuples.

25 L ALGEBRE RELATIONNEL (SUITE) A partir de ces opérateurs, d'autres opérateurs ont été proposés qui sont équivalents à la composition de plusieurs opérateurs de base. Ces nouveaux opérateurs, appelés opérateurs déduits, sont des raccourcis d'écriture, qui n'apportent aucune fonctionnalité nouvelle, mais qui sont pratiques pour l'utilisateur lors de l'écriture des requêtes. Nous présentons les opérateurs de base et renommer ainsi que les opérateurs déduits les plus fréquents: intersection, jointure naturelle, thêta jointure et division. Les opérateurs de l'algèbre peuvent être regroupés en deux classes: - les opérateurs provenant de la théorie mathématique sur les ensembles : union, intersection, différence, produit; - les opérateurs définis spécialement pour les bases de données relationnelles: sélection, projection, jointure, division et renommage.

26 LES OPERATEURS : La projection Projection p On peut la représenter schématiquement comme: Relation * Liste d'attributs -> Relation. La notation utilisée est : PROJY(R) ou py(r) Elle ne conserve que les types d'attributs (colonnes) Y de la relation et supprime les doublons. Cet opérateur construit une relation résultat où n'apparaissent que certains attributs de la relation initiale ou encore en termes de tableau, cela revient à extraire certaines colonnes. Exemple avec la relation R représentée par la table COMMANDE:

27 LES OPERATEURS : La sélection Sélection s Cet opérateur construit une relation résultat où n'apparaissent que certains tuples de la relation initiale, en termes de tableau, cela revient à extraire certaines lignes. Les tuples retenus sont ceux satisfaisant une condition explicite, appelée prédicat de sélection. Schématiquement la relation peut être représentée comme suit: Relation* Expression Logique -> Relation. La notation utilisée est : SELECT C(R) ou s C (R). La sélection ne conserve de la relation que les tuples (lignes) qui vérifient l'expression logique sur noms d'attributs (construite avec les opérateurs logiques, ^ et les comparaisons =, <, >). Le schéma relationnel est conservé comme le montre l'exemple de la relation R suivante:

28 LES OPERATEURS : Le produit cartésien Le Produit Cartésien Le produit cartésien entre relations peut être schématiquement représenté par: Relation * Relation -> Relation On peut trouver les notations suivantes : PROD(R1, R2) ou R1* R2 Il est à remarquer que l'on doit renommer les types d'attributs que R1 et R2 ont en commun, puis on concatène chaque tuple de la relation R1 avec chaque tuple de la relation R2 pour former l'extension. Remarques : - On doit renommer les types d'attributs en double. - On obtient toutes les combinaisons possibles.

29 LES OPERATEURS : La têta jointure La têta-jointure Schématiquement la T-jointure peut être représentée par: Relation * Relation * T-Expression -> Relation. On peut noter cela par : JOIN T-Expression (R,S) ou bien R T-Expression S. La jointure est la superposition de tout enregistrement de R avec un enregistrement de S dans laquelle on ne garde que les tuples qui vérifient la T-Expression. Remarque : Comme pour le produit cartésien, on renommera les types d'attributs communs à R et à S.

Modèle relationnel Algèbre relationnelle

Modèle relationnel Algèbre relationnelle Modèle relationnel Algèbre relationnelle Modèle relationnel (Codd 1970) On considère D i où i = 1,2..n des ensembles, dits domaines Un domaine = ensemble de valeurs (ex. D1 : entiers sur 10 positions,

Plus en détail

Bases de Données. Plan

Bases de Données. Plan Université Mohammed V- Agdal Ecole Mohammadia d'ingénieurs Rabat Bases de Données Mr N.EL FADDOULI 2014-2015 Plan Généralités: Définition de Bases de Données Le modèle relationnel Algèbre relationnelle

Plus en détail

Bases de Données Cours de SRC 1. Mathieu MANGEOT mathieu.mangeot@univ-savoie.fr

Bases de Données Cours de SRC 1. Mathieu MANGEOT mathieu.mangeot@univ-savoie.fr Bases de Données Cours de SRC 1 Mathieu MANGEOT mathieu.mangeot@univ-savoie.fr Objectifs du cours Analyser les besoins et modéliser les données d un système d information Mettre en œuvre des bases de données

Plus en détail

Plan du cours. Introduction aux Bases de Données. Plan du cours. I. Introduction II. Le modèle UML III. Le modèle relationnel

Plan du cours. Introduction aux Bases de Données. Plan du cours. I. Introduction II. Le modèle UML III. Le modèle relationnel Plan du cours Introduction aux Bases de Données Maîtrise de Sciences Cognitives Année 2003-2004 Jérôme Darmont http://eric.univ-lyon2.fr/~jdarmont/ I. Introduction II. Le modèle UML III. Le modèle relationnel

Plus en détail

Notation fonctionnelle : Union (R,S) ou OR (R, S) Chapitre 4 : Algèbre Relationnelle

Notation fonctionnelle : Union (R,S) ou OR (R, S) Chapitre 4 : Algèbre Relationnelle Chapitre 4 : IV. Qu est-ce que l algèbre relationnelle? Une collections d opérations, chacune agissant sur une ou deux relations et produisant une relation en résultat. Un langage pour combiner ces opérations.

Plus en détail

Faculté de Sciences Économiques et de Gestion. Bases de données. Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont

Faculté de Sciences Économiques et de Gestion. Bases de données. Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Bases de données Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont http://eric.univ-lyon2.fr/~jdarmont/ Plan du cours I. Introduction II. Le

Plus en détail

2A-SI 4 - Bases de Données 4.2 - Modèle relationnel

2A-SI 4 - Bases de Données 4.2 - Modèle relationnel 2A-SI 4-4.2 - Modèle relationnel Stéphane Vialle Stephane.Vialle@supelec.fr http://www.metz.supelec.fr/~vialle Avec l aide du cours de Y. Bourda Généralités du «modèle relationnel» : Formalisé par CODD

Plus en détail

I. Bases de données. Exemples classiques d'applications BD. Besoins de description

I. Bases de données. Exemples classiques d'applications BD. Besoins de description I. Bases de données Exemples classiques d'applications BD Les besoins Qu est ce qu un SGBD, une BD Architecture d un SGBD Cycle de vie Plan du cours Gestion des personnels, étudiants, cours, inscriptions,...

Plus en détail

Bases de données avancées Introduction

Bases de données avancées Introduction Bases de données avancées Introduction Dan VODISLAV Université de Cergy-Pontoise Master Informatique M1 Cours BDA Plan Objectifs et contenu du cours Rappels BD relationnelles Bibliographie Cours BDA (UCP/M1)

Plus en détail

Rappel sur les bases de données

Rappel sur les bases de données Rappel sur les bases de données 1) Généralités 1.1 Base de données et système de gestion de base de donnés: définitions Une base de données est un ensemble de données stockées de manière structurée permettant

Plus en détail

Bases de Données. Mr N.EL FADDOULI 2014-2015. Normalisation d'un schéma relationnel. Problèmes de la redondance

Bases de Données. Mr N.EL FADDOULI 2014-2015. Normalisation d'un schéma relationnel. Problèmes de la redondance Université Mohammed V- Agdal Ecole Mohammadia d'ingénieurs Rabat Bases de Données Mr N.EL FADDOULI 2014-2015 Problèmes de la redondance [En dehors des clés étrangères] Exemple: Soit la relation Produit_Stock

Plus en détail

Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement. Algèbre relationnelle : Présentation. Accueil. Apprentissage. Période en entreprise

Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement. Algèbre relationnelle : Présentation. Accueil. Apprentissage. Période en entreprise Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement Activité «Développer la persistance des données» Algèbre relationnelle : Présentation Accueil Apprentissage Période en entreprise Evaluation

Plus en détail

SQL Requêtes simples. Outline ... A.D., S.B. Février 2013. .1 Introduction. .2 Requêtes mono-relation. .3 Requêtes multi-relations

SQL Requêtes simples. Outline ... A.D., S.B. Février 2013. .1 Introduction. .2 Requêtes mono-relation. .3 Requêtes multi-relations SQL Requêtes simples BD4 AD, SB Licence MASS, Master ISIFAR, Paris-Diderot Février 2013 BD4 (Licence MASS, Master ISIFAR, Paris-Diderot) SQL 1/19 Février 2013 1 / 19 Outline 1 2 Requêtes mono-relation

Plus en détail

Introduction aux Bases de Données

Introduction aux Bases de Données Introduction aux Bases de Données I. Bases de données I. Bases de données Les besoins Qu est ce qu un SGBD, une BD Architecture d un SGBD Cycle de vie Plan du cours Exemples classiques d'applications BD

Plus en détail

Bases de Données Relationnelles. L algèbre relationnelle

Bases de Données Relationnelles. L algèbre relationnelle Bases de Données Relationnelles L algèbre relationnelle Langages de manipulation Langages formels : base théorique solide Langages utilisateurs : version plus ergonomique Langages procéduraux : définissent

Plus en détail

Vocabulaire 1/2. Base de données : collection de données interreliées. SGBD : système de gestion de bases de données.

Vocabulaire 1/2. Base de données : collection de données interreliées. SGBD : système de gestion de bases de données. Bases de données Au menu : Vocabulaire Le modèle relationnel Types de bases de données Implémentation libre : MySQL Le SQL (Simple Query Language) Administration d'un SGBD Sécurité des SGBD Vocabulaire

Plus en détail

1 Introduction aux bases de données

1 Introduction aux bases de données 1 Introduction aux bases de données Qu'est-ce qu'un SGBD? quelles sont ses fonctions? Peut-on mémoriser tous les types de données? Business Object est-il un SGBD? Access? Citez trois logiciels de SGBD

Plus en détail

Bases de données Cours 2 : Modélisation d une base de données

Bases de données Cours 2 : Modélisation d une base de données Cours 2 : Modélisation d une base de données POLYTECH Université d Aix-Marseille odile.papini@univ-amu.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/bd.html Plan du cours 1 Modélisation d une base

Plus en détail

Introduction aux bases de données

Introduction aux bases de données 1/73 Introduction aux bases de données Formation continue Idir AIT SADOUNE idir.aitsadoune@supelec.fr École Supérieure d Électricité Département Informatique Gif sur Yvette 2012/2013 2/73 Plan 1 Introduction

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux Systèmes de Gestion de Bases de Données (Eléments de base)

Chapitre 1 : Introduction aux Systèmes de Gestion de Bases de Données (Eléments de base) Chapitre 1 : Introduction aux Systèmes de Gestion de Bases de Données (Eléments de base) 1. Généralités sur l'information et sur sa Représentation 1.1 Informations et données : a. Au sen de la vie : C

Plus en détail

Algèbre relationnelle

Algèbre relationnelle Algèbre relationnelle 1. Introduction L algèbre relationnelle est le support mathématique cohérent sur lequel repose le modèle relationnel. L algèbre relationnelle propose un ensemble d opérations élémentaires

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 7 Conception de bases de données. Plan du cours

IFT3030 Base de données. Chapitre 7 Conception de bases de données. Plan du cours IFT3030 Base de données Chapitre 7 Conception de bases de données Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées avancés

Plus en détail

Les requêtes de consultation. Ex. bibliothèque état de la base. Ex. bibliothèque état de la base. Consultation simple d'une table

Les requêtes de consultation. Ex. bibliothèque état de la base. Ex. bibliothèque état de la base. Consultation simple d'une table Les requêtes de consultation Représente la ma jorité des requêtes SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Encapsule complètement l'algèbre relationnel Une

Plus en détail

Introduction aux bases de données Cours 2 : Modélisation d une base de données

Introduction aux bases de données Cours 2 : Modélisation d une base de données Cours 2 : Modélisation d une base de données ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univmed.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/bdmat.html Plan du cours 1 Modélisation d

Plus en détail

Le modèle de données relationnel

Le modèle de données relationnel Le modèle de données relationnel 1. Le modèle relationnel 1.1. Présentation Le modèle relationnel représente la base de données comme un ensemble de tables, sans préjuger de la façon dont les informations

Plus en détail

Base de données et SQL

Base de données et SQL Base de données et SQL IN214 Hédia Mhiri Sellami hedia.mhiri@isg.rnu.tn 1 Chapitre 1 Introduction 1. Base de données et fichiers Un fichier est un ensemble de données qui peut être manipulés par plusieurs

Plus en détail

Plan. Introduction aux Bases de Données. Algèbre relationnelle : introduction. Projection

Plan. Introduction aux Bases de Données. Algèbre relationnelle : introduction. Projection Plan Introduction aux Bases de Données L3 Céline Rouveirol 2010-2011 Chapitre 3 : Algèbre relationnelle Opérations spécifiques binaires Introduction aux Bases de Données 1 / 21 Algèbre relationnelle :

Plus en détail

Les bases de données

Les bases de données Les bases de données Introduction aux fonctions de tableur et logiciels ou langages spécialisés (MS-Access, Base, SQL ) Yves Roggeman Boulevard du Triomphe CP 212 B-1050 Bruxelles (Belgium) Idée intuitive

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Sytèmes de gestion de base de données

Sytèmes de gestion de base de données Soors Aurore (2302) Année académique 2009-2010 Sytèmes de gestion de base de données Notes de cours Chapitre 1 La normalisation 1.1 Procédé de design 1. Analyse et définition des règles de gestion 2. Validation

Plus en détail

Le modèle relationnel L algèbre relationnelle

Le modèle relationnel L algèbre relationnelle François Jacquenet Professeur d'informatique Faculté des Sciences Laboratoire Hubert Curien UMR CNRS 5516 18 rue Benoit Lauras 42000 Saint-Etienne Tél : 04 77 91 58 07 e-mail : Francois.Jacquenet@univ-st-etienne.fr

Plus en détail

CONCEPTION Support de cours n 3 DE BASES DE DONNEES

CONCEPTION Support de cours n 3 DE BASES DE DONNEES CONCEPTION Support de cours n 3 DE BASES DE DONNEES Auteur: Raymonde RICHARD PRCE UBO PARTIE III. - LA DESCRIPTION LOGIQUE ET PHYSIQUE DES DONNEES... 2 A. Les concepts du modèle relationnel de données...

Plus en détail

Chapitre 4 : Partie3 LANGAGE DE MANIPULATION RELATIONNEL : S Q L

Chapitre 4 : Partie3 LANGAGE DE MANIPULATION RELATIONNEL : S Q L Chapitre 4 : Partie3 LANGAGE DE MANIPULATION RELATIONNEL : S Q L SQL (Structured Query Language) est le langage de manipulation des données relationnelles le plus utilisé aujourd hui. Il est devenu un

Plus en détail

Bases de données cours 2 Éléments d algèbre relationnelle. Catalin Dima

Bases de données cours 2 Éléments d algèbre relationnelle. Catalin Dima Bases de données cours 2 Éléments d algèbre relationnelle Catalin Dima Qu est-ce qu une algèbre? Algèbre : ensemble de domaines et d opérations. Exemple : les nombres (naturels, réels, complexes). Leurs

Plus en détail

Base de données relationnelles Walter RUDAMETKIN

Base de données relationnelles Walter RUDAMETKIN Base de données relationnelles Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Le modèle relationnel Un schéma conceptuel est très pratique pour la phase d'analyse et conception Mais

Plus en détail

CHAPITRE II CONCEPTION D'UN SCHEMA RELATIONNEL. [GARD01] Chapitre XVII

CHAPITRE II CONCEPTION D'UN SCHEMA RELATIONNEL. [GARD01] Chapitre XVII CHAPITRE II CONCEPTION D'UN SCHEMA RELATIONNEL [GARD01] Chapitre XVII 27 CONCEPTION D'UN SCHEMA RELATIONNEL - Introduction 1. INTRODUCTION 1.1. Lien entre la base de données et le système d'information

Plus en détail

Bases de données. Thierry Lecroq Thierry.Lecroq@univ-rouen.fr http://www-igm.univ-mlv.fr/~lecroq. Thierry Lecroq Université de Rouen 1

Bases de données. Thierry Lecroq Thierry.Lecroq@univ-rouen.fr http://www-igm.univ-mlv.fr/~lecroq. Thierry Lecroq Université de Rouen 1 Bases de données Thierry Lecroq Thierry.Lecroq@univ-rouen.fr http://www-igm.univ-mlv.fr/~lecroq 1 PRODUIT QUANTITE FOURNISSEUR ADRESSE Vis 300 L VIS Quai des brumes Plaques 100 ART PLAQUES Bd des Belges

Plus en détail

Information utiles. cinzia.digiusto@gmail.com. webpage : Google+ : http://www.ibisc.univ-evry.fr/ digiusto/

Information utiles. cinzia.digiusto@gmail.com. webpage : Google+ : http://www.ibisc.univ-evry.fr/ digiusto/ Systèmes de gestion de bases de données Introduction Université d Evry Val d Essonne, IBISC utiles email : cinzia.digiusto@gmail.com webpage : http://www.ibisc.univ-evry.fr/ digiusto/ Google+ : https://plus.google.com/u/0/b/103572780965897723237/

Plus en détail

Chapitre 4 Modélisation et Conception de BD

Chapitre 4 Modélisation et Conception de BD Pourquoi une modélisation préalable? Chapitre 4 Modélisation et Conception de BD Il est difficile de modéliser un domaine sous une forme directement utilisable par un SGBD. Stockage physique Cohérence/intégrité

Plus en détail

Modèle relationnel, domaine, relation, attribut, schéma relationnel, clé primaire, clé étrangère, dépendance fonctionnelle, contrainte d'intégrité

Modèle relationnel, domaine, relation, attribut, schéma relationnel, clé primaire, clé étrangère, dépendance fonctionnelle, contrainte d'intégrité Propriétés Titre Type de ressource Niveau Matière Public Description Thème Objectifs Pré-requis B2i - Niveau B2i - Objectifs Le modèle relationnel Description Document de synthèse et base de données exemple

Plus en détail

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes Langage SQL (1) Sébastien Limet Denys Duchier IUT Orléans 4 septembre 2007 Notions de base qu est-ce qu une base de données? SGBD différents type de bases de données quelques systèmes existants Définition

Plus en détail

Kit de survie sur les bases de données

Kit de survie sur les bases de données Kit de survie sur les bases de données Pour gérer un grand nombre de données un seul tableau peut s avérer insuffisant. On représente donc les informations sur différentes tables liées les unes aux autres

Plus en détail

LA BASE DE DONNÉE ISTA TIZNIT-ATV 2014/2015

LA BASE DE DONNÉE ISTA TIZNIT-ATV 2014/2015 LA BASE DE DONNÉE ISTA TIZNIT-ATV 2014/2015 BASE DE DONNÉE Définition Une base de données est une collection de données structurées relatives à un ou plusieurs domaines du monde réel. Exemples 1 Une Base

Plus en détail

Bases de données relationnelles

Bases de données relationnelles Bases de données relationnelles Système de Gestion de Bases de Données Une base de données est un ensemble de données mémorisé par un ordinateur, organisé selon un modèle et accessible à de nombreuses

Plus en détail

Modélisation Conceptuelle. Partie 3: Validation et transformations

Modélisation Conceptuelle. Partie 3: Validation et transformations Modélisation Conceptuelle Partie 3: Validation et transformations Méthode de modélisation 1. Etude des besoins de l'entreprise interviews analyse des documents existants 2. Construction du diagramme EA

Plus en détail

IMPLANTATION D UNE BASE DE DONNEES SOUS MS-ACCESS 97

IMPLANTATION D UNE BASE DE DONNEES SOUS MS-ACCESS 97 Stage STT050 - Novembre 2000 Page 1 IMPLANTATION D UNE BASE DE DONNEES SOUS MS-ACCESS 97 GENERALITES SUR MS-ACCESS Fonctionnalités de MS-ACCESS Access 97 est un produit Microsoft de type SGBDR (Système

Plus en détail

Présentation. Algèbre relationnelle. Calcul relationnel. n Définitions. n Du MCD au modèle relationnel. n Normalisation

Présentation. Algèbre relationnelle. Calcul relationnel. n Définitions. n Du MCD au modèle relationnel. n Normalisation Modèle relationnel Présentation n Définitions n Du MCD au modèle relationnel n Normalisation n Algèbre relationnelle n Calcul relationnel Modèle relationnel n Le modèle relationnel a été défini par E.F.

Plus en détail

INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES

INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Najib TOUNSI Cours à l'usage des premières années informatique Najib TOUNSI - 1 - SOMMAIRE Concepts de Bases Base de Données Système Gestion de Bases de Données Niveau

Plus en détail

Chapitre 3 LE MODELE RELATIONNEL

Chapitre 3 LE MODELE RELATIONNEL Chapitre 3 LE MODELE RELATIONNEL Le modèle relationnel a été inventé en 1960 et a fait l'objet de très nombreuses recherches qui ont débouché sur la réalisation et commercialisation de SGBDs relationnels.

Plus en détail

Les principaux domaines de l informatique

Les principaux domaines de l informatique Les principaux domaines de l informatique... abordés dans le cadre de ce cours: La Programmation Les Systèmes d Exploitation Les Systèmes d Information La Conception d Interfaces Le Calcul Scientifique

Plus en détail

Introduction à la conception d'une base de données Walter RUDAMETKIN

Introduction à la conception d'une base de données Walter RUDAMETKIN Introduction à la conception d'une base de données Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Étapes de la conception d'une base de données Analyse de la situation existante et des

Plus en détail

4. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL

4. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL 4. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL 4.1. OPERATEURS DE L ALGEBRE RELATIONNEL ALGEBRE RELATIONNELLE = { opérateurs sur les relations donnant en résultat des relations } Opérateurs

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Dépen ép d en a d n a c n es es fonctionnelles 1

Dépen ép d en a d n a c n es es fonctionnelles 1 Dépendances fonctionnelles 1 DÉPENDANCES FONCTIONNELLES Un type important de contraintes intervenant au niveau d un schéma de relation est la dépendance fonctionnelle La détermination des dépendances fonctionnelles

Plus en détail

Dossier I Découverte de Base d Open Office

Dossier I Découverte de Base d Open Office ETUDE D UN SYSTEME DE GESTION DE BASE DE DONNEES RELATIONNELLES Définition : Un SGBD est un logiciel de gestion des données fournissant des méthodes d accès aux informations. Un SGBDR permet de décrire

Plus en détail

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année Plan Bases de données Polytech Paris-Sud Apprentis 4 ème année Cours 1 : Généralités & rappels 1.1 Avant-propos 1.2 Algèbre relationnelle kn@lri.fr http://www.lri.fr/~kn 2/18 But du cours Organisation

Plus en détail

BASES DE DONNÉES. CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98. J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES

BASES DE DONNÉES. CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98. J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES BASES DE DONNÉES CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98 J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES III. LES SYSTÈMES RÉSEAU IV. LES SYSTÈMES RELATIONNELS V. LE LANGAGE

Plus en détail

Indépendance données / applications

Indépendance données / applications Vues 1/27 Indépendance données / applications Les 3 niveaux d abstraction: Plusieurs vues, un seul schéma conceptuel (logique) et schéma physique. Les vues décrivent comment certains utilisateurs/groupes

Plus en détail

Modèle e-a étendu: MCD (Modèle conceptuel des données) de Merise

Modèle e-a étendu: MCD (Modèle conceptuel des données) de Merise 58 Modèle e-a étendu: MCD (Modèle conceptuel des données) de Merise Héritage Contrainte d intégrité Fonctionnelle (CIF) 59 Héritage S impose dans 2 cas : Spécialisation : permet de modéliser dans l'ensemble

Plus en détail

Cours Base de données relationnelles. M. Boughanem, IUP STRI

Cours Base de données relationnelles. M. Boughanem, IUP STRI Cours Base de données relationnelles 1 Plan 1. Notions de base 2. Modèle relationnel 3. SQL 2 Notions de base (1) Définition intuitive : une base de données est un ensemble d informations, (fichiers),

Plus en détail

Bases de données sous Access

Bases de données sous Access Bases de données sous Access Plan Initiation aux bases de données Application sous Access Structure d une base de données Langages de manipulation de données Algèbre relationnelle (théorique) QBE d Access

Plus en détail

Informatique en CPGE (2014-2015) Bases de Données Relationnelles

Informatique en CPGE (2014-2015) Bases de Données Relationnelles Informatique en CPGE (2014-2015) Bases de Données Relationnelles S. B. Lycée des EK 15 avril 2015 Comment gérer des données à l aide de systèmes informatiques? Supposons que des données sont stockées sur

Plus en détail

Bases de données et langage SQL

Bases de données et langage SQL Bases de données et langage SQL Introduction, modèle entité / association Philippe.Dosch@loria.fr IUT SRC DE VERDUN 10/09/2003 Exemples introductifs Gestion de CD Artiste Album Les têtes raides Les oiseaux

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Archivage Le Système d information géographique rassemble de l information afin de permettre son utilisation dans des applications

Plus en détail

1 Introduction et installation

1 Introduction et installation TP d introduction aux bases de données 1 TP d introduction aux bases de données Le but de ce TP est d apprendre à manipuler des bases de données. Dans le cadre du programme d informatique pour tous, on

Plus en détail

16H Cours / 18H TD / 20H TP

16H Cours / 18H TD / 20H TP INTRODUCTION AUX BASES DE DONNEES 16H Cours / 18H TD / 20H TP 1. INTRODUCTION Des Fichiers aux Bases de Données 2. SYSTEME DE GESTION DE BASE DE DONNEES 2.1. INTRODUCTION AUX SYSTEMES DE GESTION DE BASES

Plus en détail

Langages de manipulation relationnels: SQL

Langages de manipulation relationnels: SQL C HAPITRE 8 Langages de manipulation relationnels: SQL SQL (Structured Query Language) est le langage de manipulation des données relationnelles le plus utilisé aujourd hui. Il est devenu un standard de

Plus en détail

Chapitre 07 Le modèle relationnel des données

Chapitre 07 Le modèle relationnel des données Chapitre 07 Le modèle relationnel des données Introduction Ce chapitre est un prolongement de l'étude du modèle relationnel vu en classe de première. L'idée principale est de faire comprendre aux élèves

Plus en détail

Observation de la réalité, Collecte d informations Réflexion et modélisation Définitions des tables d une BD relationnelle Obtenir une représentation

Observation de la réalité, Collecte d informations Réflexion et modélisation Définitions des tables d une BD relationnelle Obtenir une représentation Bases de données Modèle relationnel BD relationnelle Observation de la réalité, Collecte d informations Réflexion et modélisation Définitions des tables d une BD relationnelle Obtenir une représentation

Plus en détail

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL 2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL PLAN : I. Le langage de manipulation des données II. Le langage de définition des données III. Administration de la base de données IV. Divers (HORS PROGRAMME) Introduction:

Plus en détail

... /5. Bases de Données I (J. Wijsen) 23 janvier 2009 NOM + PRENOM : Orientation + Année : Cet examen contient 11 questions.

... /5. Bases de Données I (J. Wijsen) 23 janvier 2009 NOM + PRENOM : Orientation + Année : Cet examen contient 11 questions. Bases de Données I (J. Wijsen) 23 janvier 2009 NOM + PRENOM : Orientation + Année : Cet examen contient 11 questions. Question 1 Donnez la traduction en modèle relationnel du schéma Entité-Association

Plus en détail

Bases de Données et SGBD. Le Modèle Entité/Association

Bases de Données et SGBD. Le Modèle Entité/Association Bases de Données et SGBD Le Modèle Entité/Association 1 Modèle Entité/Association Représentation explicite de 3 concepts principaux: entité, association, attribut. 1. Entité = classe générique d'individus

Plus en détail

Algèbre relationnelle

Algèbre relationnelle Algèbre relationnelle Concepts Descriptifs : Bilan RELATION ou TABLE ATTRIBUT ou COLONNE DOMAINE ou TYPE CLE CLE ETRANGERE Langages de manipulation Langages formels : base théorique solide Langages utilisateurs

Plus en détail

Faculté des sciences de gestion et sciences économiques BASE DE DONNEES

Faculté des sciences de gestion et sciences économiques BASE DE DONNEES BASE DE DONNEES La plupart des entreprises possèdent des bases de données informatiques contenant des informations essentielles à leur fonctionnement. Ces informations concernent ses clients, ses produits,

Plus en détail

Exemple accessible via une interface Web. Bases de données et systèmes de gestion de bases de données. Généralités. Définitions

Exemple accessible via une interface Web. Bases de données et systèmes de gestion de bases de données. Généralités. Définitions Exemple accessible via une interface Web Une base de données consultable en ligne : Bases de données et systèmes de gestion de bases de données The Trans-atlantic slave trade database: http://www.slavevoyages.org/tast/index.faces

Plus en détail

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES?

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? BASE DE DONNÉES OBJET Virginie Sans virginie.sans@irisa.fr A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? Stockage des informations : sur un support informatique pendant une longue période de taille importante accès

Plus en détail

Modélisation relationnelle de la représentation d'une entité géographique sous le logiciel SIG ArcInfo / ArcView

Modélisation relationnelle de la représentation d'une entité géographique sous le logiciel SIG ArcInfo / ArcView Modélisation relationnelle de la représentation d'une entité géographique sous le logiciel SIG ArcInfo / ArcView Alexis Bensch, FAO - Alicante (España) Denis Berthier, FAO - Rome (Italia) L intégration

Plus en détail

SGBDR et conception d'un système d'information avec MERISE

SGBDR et conception d'un système d'information avec MERISE 1 SGBDR et conception d'un système d'information avec MERISE Séminaires Codes & Travaux @ IRISA 26 Avril 2007 Anthony ASSI Ingénieur Expert R&D Plateforme Bio Informatique / Equipe Symbiose 2 SGBDR : Système

Plus en détail

Python: Manipulation d Informations 02/05/2013

Python: Manipulation d Informations 02/05/2013 Python: Manipulation d Informations 02/05/2013 Sommaire 1. Introduction 2. Bases de données 3. Systèmes de gestion de bases de données 4. Grammaire SQL 5. Python et les bases de données : le module «SQLite»

Plus en détail

TP6 Atelier de génie logiciel WinDesign

TP6 Atelier de génie logiciel WinDesign IUT Orsay Département informatique ACSI S2 TP6 Atelier de génie logiciel WinDesign Exercice 1 : Prise en main du logiciel Pour ce TP, vous allez utiliser le logiciel WinDesign. Ce logiciel permet notamment

Plus en détail

Bases de données réparties

Bases de données réparties Bases de données réparties J. Akoka - I. Wattiau 1 Contexte Technologique : des solutions de communication efficace entre les machines des SGBD assurent la transparence des données réparties standardisation

Plus en détail

2A-SI 4 - Bases de Données 4.4 - Normalisation de schémas relationnels

2A-SI 4 - Bases de Données 4.4 - Normalisation de schémas relationnels 2A-SI 4 - Bases de Données 4.4 - Normalisation de schémas relationnels Stéphane Vialle Stephane.Vialle@supelec.fr http://www.metz.supelec.fr/~vialle Avec l aide du cours de Y. Bourda Intérêt de la «normalisation»

Plus en détail

MANIPULATION D OBJETS

MANIPULATION D OBJETS MANIPULATION D OBJETS Introduction Manipuler des objets à structure complexe Résultat des requêtes Identité, égalité, gestion des doubles Hiérarchie de généralisation Comportement Conclusion LANGAGES DE

Plus en détail

Conception de Bases de Données Avec UML

Conception de Bases de Données Avec UML 1 1 Bases de Données Avancées Module B IUT Lumière, License CE-STAT 2006-2007 Pierre Parrend Plan du Cours Table of Contents Conception de Bases de Données Avec UML UML et la conception de Bases de Données...2

Plus en détail

Bases de données et Systèmes transactionnels

Bases de données et Systèmes transactionnels Bases de données et Systèmes transactionnels Dominique Laurent dominique.laurent@u-cergy.fr Tao-Yan Jen jen@u-cergy.fr Plan du cours Introduction Modèle Entité/Association Langage SQL - ORACLE Architectures

Plus en détail

LE MODELE CONCEPTUEL DE DONNEES

LE MODELE CONCEPTUEL DE DONNEES LE MODELE CONCEPTUEL DE DONNEES Principe : A partir d'un cahier des charges, concevoir de manière visuelle les différents liens qui existent entre les différentes données. Les différentes étapes de réalisation.

Plus en détail

AGRÉGATION «ÉCONOMIE ET GESTION»

AGRÉGATION «ÉCONOMIE ET GESTION» AGRÉGATION «ÉCONOMIE ET GESTION» CONCOURS INTERNE SESSION 2002 ÉPREUVE SUR LES TECHNIQUES DE GESTION ET COMPORTANT DES ASPECTS PÉDAGOGIQUES DOMAINE : économie et gestion informatique Durée de préparation

Plus en détail

Travaux dirigées Bases de Données

Travaux dirigées Bases de Données Travaux dirigées Bases de Données Série I Exercice I.1. Corrigés Rappel énoncé: On a les données suivantes sur des élèves avec le DFs: Matricule, Nom, Age, Club,Salle Matricule Nom, AGE Matricule Club

Plus en détail

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Plan Généralités Langage de Définition des (LDD) Langage de Manipulation

Plus en détail

Du monde réel à SQL la modélisation des données

Du monde réel à SQL la modélisation des données ANF «Comment concevoir une base de données en archéométrie» Réseau CAI-RN & rbdd - 05/06/2014 au 06/06/2014 Du monde réel à SQL la modélisation des données Marie-Claude Quidoz (CEFE/CNRS) Ce document est

Plus en détail

Informatique commercial : La base de données 1/14

Informatique commercial : La base de données 1/14 Informatique commercial : La base de données 1/14 Table des matières 1.Les données du modèle relationnel...3 a)l'importance de l'organisation...3 Donnée et base de données...3 b)l'organisation des données...3

Plus en détail

Méthode MERISE : Niveau Conceptuel COURS DE BASES DE DONNEES. Méthode MERISE : Niveau Logique. Méthode MERISE : Niveau Physique

Méthode MERISE : Niveau Conceptuel COURS DE BASES DE DONNEES. Méthode MERISE : Niveau Logique. Méthode MERISE : Niveau Physique Méthode MERISE : Niveau Conceptuel Réponse à la question : QUOI? COURS DE BASES DE DONNEES Luc Bouganim Qu est ce qu on va gérer comme données, comment sont elles organisées Modèle Conceptuel de Données

Plus en détail

Systèmes d information et bases de données (niveau 1)

Systèmes d information et bases de données (niveau 1) Systèmes d information et bases de données (niveau 1) Cours N 1 Violaine Prince Plan du cours 1. Bibliographie 2. Introduction aux bases de données 3. Les modèles 1. Hiérarchique 2. Réseau 3. Relationnel

Plus en détail

Théorie de la Normalisation 1/44

Théorie de la Normalisation 1/44 Théorie de la Normalisation 1/44 La phase de design d une BD q Analyse des besoins q Design conceptuel q Modèle EA, UML q Design logique q EA vers relations q raffinement de schéma: normalisation q Design

Plus en détail

Qu est ce qu un Système d Information

Qu est ce qu un Système d Information Introduction Qu est ce qu un Système d Information Système = ensemble auto-réglable et interagissant avec l environnement qui fonctionne en vue d un objectif précis environnement entrées sorties régulation

Plus en détail

Plan. Cours 4 : Méthodes d accès aux données. Architecture système. Objectifs des SGBD (rappel)

Plan. Cours 4 : Méthodes d accès aux données. Architecture système. Objectifs des SGBD (rappel) UPMC - UFR 99 Licence d informatique 205/206 Module 3I009 Cours 4 : Méthodes d accès aux données Plan Fonctions et structure des SGBD Structures physiques Stockage des données Organisation de fichiers

Plus en détail

Les bases de données (suite) Support de cours Pascal Ballet

Les bases de données (suite) Support de cours Pascal Ballet Les bases de données (suite) Support de cours Pascal Ballet La saisie et l'impression des données Les formulaires de saisie Les formulaires de saisie jouent deux rôles importants : - la mise en forme des

Plus en détail

Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle

Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle Le modèle entité-association 1. Les concepts de base 1.1 Introduction Avant que la base de données ne prenne une forme utilisable par le SGBD il

Plus en détail

Le modèle conceptuel des données

Le modèle conceptuel des données Le modèle conceptuel des données 1 Objectif du MCD Décrire les données du SI, indépendamment de tout choix d'implantation physique. 1. Le dictionnaire des données Inventaire exhaustif des données du domaine

Plus en détail

Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL

Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Durée: 5 Jours Description Ce cours vous permettra d acquérir les principes fondamentaux

Plus en détail