AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE"

Transcription

1 K A F REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kaffrine F R I N E SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013 Avril

2 CHAPITRE IX : JUSTICE INTRODUCTION Depuis son érection en région en 2009, la région de Kaffrine ne s est pas encore dotée de tribunal régional et compte un seul tribunal départemental ; celui de Kaffrine qui traite tous les dossiers de la région qui sont de sa compétence. Cette instance envoie les prévenus à la Maisons d Arrêt et de Correction de la région où on peut les classer en deux catégories : les détenus provisoires et les condamnés. Par ailleurs, ce chapitre traite également des actions que l AEMO a eu à mener durant l année IX.1 POPULATION CARCERALE La population carcérale désigne l ensemble des personnes incarcérées à la Maison d Arrêt et Correction. IX.1.1 Répartition mensuelle de la population carcérale selon le sexe La répartition mensuelle de la population carcérale de l année 2013 révèle une prédominance des hommes sur les femmes. En moyenne, 9 détenus sur 10 sont de sexe masculin contre 1 sur 10 pour le sexe féminin. Graphique IX.1 : Répartition mensuelle de la population carcérale selon le sexe Hommes Femmes Moyenne mensuelle 96% 4% Décembre Novembre Octobre Septembre Août Juillet Juin Mai Avril Mars Février Janvier 75% 92% 96% 95% 25% 8% 4% 5% ANSD/SRSD Kaffrine : Situation Economique et Sociale régionale

3 IX.1.2 Répartition de la population carcérale par nationalité selon le sexe et le type de détention En 2013, 10 étrangers ont été détenus dans la Maison d Arrêt et de Correction (MAC) de Kaffrine, soit 5,2% de l effectif total. Avec 94,8%, les sénégalais constituent l essentiel des détenus de la MAC en Selon le type de détention, 70,7% sont condamnés alors 29,3% sont des détenus provisoires. Tableau IX.1 : Répartition de la population carcérale par nationalité selon le sexe et le type de détention Nationalité Détenus provisoires Condamnés Hommes Femmes Hommes Femmes Ensemble Sénégalais ,8% Etrangers ,2% Total , Les statistiques de 2013 révèlent que 94,6% des détenus provisoires ont passé de 1 à 30 jours dans la MAC de Kaffrine, 5,4% entre 30 jours et 6 mois. Ces statistiques montrent qu aucun détenu provisoire n a fait plus de 6 mois d incarcération avant d être jugé. Ainsi, les durées de détention provisoire sont relativement courtes dans la MAC de Kaffrine comparée à la situation des autres prisons du pays où les durées de détention provisoire peuvent aller jusqu à 6 ans (cf. Situation Economique et Sociale nationale de 2011 chapitre justice). Concernant les condamnés, une peine d emprisonnement de 15 jours à 1 an a été prononcée pour 85 détenus, 1 à 2 ans pour 49 détenus. Ainsi, 99,3% des condamnés doivent purger des peines inférieures ou égales à 2 ans. Cependant, une peine de plus 2 ans a été infligée à un condamné. Ces peines d emprisonnement relativement courtes peuvent être expliquées par les natures des infractions commises. Tableau IX.2 : Répartition des détenus par durée de détention selon le sexe et la nature de la détention Durée de détention Sénégalais Détenus provisoires Etrangers Hommes Femmes Hommes Femmes Ensemble 1 à 30 jours ,6% 30 jours à 6 mois ,4% Total , Durée de détention Sénégalais Condamnés Etrangers Hommes Femmes Hommes Femmes Ensemble 15 jours à 1 an , 1 à 2 ans ,3% 2 à 4 ans ,7% Total , ANSD/SRSD Kaffrine : Situation Economique et Sociale régionale

4 IX.1.3 Population carcérale par type d infraction selon l âge La principale infraction commise en 2013 est le vol. En effet, cinq infractions sur dix concernent le vol. Avec 22% des infractions répertoriées à la MAC en 2013, les coups et blessures volontaires constituent la deuxième source d incarcération. Le recel (8,9%), la violence et voie de fait (7,3%), l usage et le trafic de stupéfiants (4,7%) et le vagabondage (3,7%) font partie du lot des infractions enregistrées en Graphique IX.2: Répartition des condamnés selon le type d infraction Débit de boissons alcoolisées Vagabondage Mendicité Faux, usage de faux Escroquerie Coup.et blessure.volontaire Vols 0,5 2,1 3,7 1,0 0,5 0,5 0,5 4,7 7,3 8,9 22,0 48,2 0,0 10,0 20,0 30,0 40,0 50,0 La répartition des détenus selon le groupe d âge montre que le plus grand nombre est enregistré par le tranche d âge [27 ; 36[. En effet, 48,2% des personnes ayant commis des infractions sont de cette tranche d âge. Les détenus appartenant aux tranches d âge [37 ; 46[, [19 ; 26[et [47 ; 56[représentent respectivement 20,9%, 22,5% et 4,7%. Graphique IX.3 : Répartition des condamnés selon la tranche d âge [47 ; 56[; 4,7% 56 ans et plus; 1, [13 : 18[; 2,6% [37 ; 46[; 20,9% [19 ; 26[; 22,5% [27 ; 36[; 48,2% ANSD/SRSD Kaffrine : Situation Economique et Sociale régionale

5 IX.2 SORTIES Les sorties concernent les personnes qui étaient dans les liens de la détention et qui ne font plus partie de la population carcérale par ce que libérées. Cette liberté peut être obtenue par voie légale, illégale c est-à-dire une évasion ou naturelle (décès du prévenu en prison). Pour le cas de Kaffrine, tous les prévenus libérés en 2013 le sont dans un cadre légal (expiration de peine, liberté provisoire, sursis, acquittement relaxe et grâce). En 2013, 214 dont 208 hommes et 6 femmes ont recouvré leur liberté. Tableau IX.3 : Nombre de sorties selon le motif et le sexe Sexe Expiration de peine Liberté Provisoire Sursis Acquittement relaxe Grace Hommes Femmes Ensemble En 2013, 61,2% sorties l ont été par ce que les concernés ont purgé complètement leur peine. Toutefois, 16,8% ont bénéfices d une grâce, 18,7% de sursis, 1,9% de liberté provisoire et 1,4% d acquittement. Total Graphique IX.4 : Sorties de prison selon le motif Acquittement relaxe; 1,4% Grace; 16,8% Sursis; 18,7% Expiration de peine; 61,2% Liberté Provisoire; 1,9% IX.3 EDUCATION SURVEILLEE ET PROTECTION SOCIALE En tant que démembrement de la Direction de l Education Surveillée et de la Protection Sociale (DESPS), l Action Educative en Milieu Ouvert (AEMO) a pour entre autres missions, la réinsertion sociale des enfants en situation de risque y compris ceux qui sont en conflit avec la loi. De ce fait, l AEMO intervient dans le suivi et la prise en charge de ces enfants. IX.3.1 Protection sociale Les enquêtes sociales menées par l AEMO de Kaffrine portent essentiellement sur la protection de mineurs et la garde d enfants. En 2013, 22 enquêtes sociales ont été menées par les services de l AEMO contre 53 en 2012 soit un repli de 58%. ANSD/SRSD Kaffrine : Situation Economique et Sociale régionale

6 Tableau IX.4: Protection sociale des enfants entre 2012 et 2013 Nature Nombre de cas 2012 Nombre de cas 2013 Var 12/13 (%) Protection de mineur Garde d'enfants Divorce 0 0 ND Adoption 0 0 ND Total IX.3.2 Infractions En 2013, 31 cas d infractions de mineurs ont été répertoriées dans la région soit une hausse de 55% par rapport à Cette situation est favorisée par les augmentations des vols et tentatives (111%) et des viols (5).Toutefois, certaines infractions ont fortement diminuées entre 2012 et Ainsi, les coups et blessures volontaire ont baissés de 14% et les escroqueries et abus de confiance de. Tableau IX.5: Les motifs d infractions des mineurs entre 2012 et 2013 Motif Nombre de cas en 2012 Nombre de cas en 2013 Var 12/13 (%) Meurtre, assassinat, parricide 0 1 ND Coups et blessures volontaires Menace de mort 0 0 ND Vol et tentative Recel 0 0 ND Détention, trafic, usage chanvre indien 0 0 ND Prostitution, attentat à la pudeur 0 0 ND Escroquerie, abus de confiance Vagabondage, vérification d'identité 0 0 ND Infanticide, abandon 0 0 ND Viol Incendie volontaire, destruction 0 0 ND Autres 1 2 Ensemble % La répartition des infractions commises selon le type révèle la prédominance des vols et tentatives. En effet, 6 infractions sur 10 sont de cette catégorie. Ils sont suivis par les coups et blessures volontaires (19%), les viols (1) et les meurtres (3%). Graphique IX.5 : Répartition des motifs d infractions des mineurs Viol; 1 Autres; 6% Meurtre, assassinat, parricide; 3% Coups et blessures volontaires; 19% Vol et tentative; 61% ANSD/SRSD Kaffrine : Situation Economique et Sociale régionale

7 IX.3.3 Mesures éducatives pour les enfants en conflit avec la loi ou en danger L AEMO intervient beaucoup dans le suivi et la réinsertion sociale des enfants ayant déjà commis un délit ou en danger. Entre 2012 et 2013, le nombre total de mesures prises par l AEMO a connu une augmentation, passant de 62 à 73 soit une hausse de 18%. Les mesures de prévention, de placement institutionnel, de levée de mesures et de liberté surveillée ont enregistré des hausses respectives de 43%, 5, 67% et 43%. Toutefois, les extractions de prison ont connu un repli de. Tableau IX.6: Les mesures éducatives pour les enfants en conflit avec la loi Mesure éducative Effectif 2012 Effectif 2013 Var 12/13 (%) Liberté surveillée Placements institutionnels Levée de mesure Prévention Extraction (de prison) Condamnés 0 2 ND Total Un certain nombre de mesures sont prises par l AEMO pour protéger davantage les enfants. La mesure la plus privilégié par le service est la prévention (cette prévention consiste à former les jeunes à des métiers comme la couture, la menuiserie, etc.). En effet, sur les 73 mesures éducatives prises en 2013, les 68% relèvent de la prévention. En sus de la prévention, d autres mesures sont entreprises par l AEMO pour donner plus de liberté aux enfants en conflits avec la loi. De ce fait, 14% de ces enfants ont eu une liberté surveillée et 7% ont vu les mesures qui leur sont appliquée levées. Dans le même sillage, 8% des enfants ont été confiés à des institutions spécialisées (placements institutionnels). Toutefois, 3% ont été condamnés en Graphique IX.6 : Répartition des mesures éducatives Condamnés 3% Liberté surveillée 14% Placements institutionnels 8% Levée de mesure 7% Prévention 68% ANSD/SRSD Kaffrine : Situation Economique et Sociale régionale

8 CONCLUSION Un des dysfonctionnements de la justice est dû au déficit d infrastructures car depuis son érection en 2008, la région de Kaffrine ne s est pas encore dotée de tribunal régional et compte un seul tribunal départemental. Toutefois, aucune lenteur n est notée dans le traitement des dossiers judiciaires. Les détenus sont écroués au niveau de la seule Maison d Arrêt et de Correction de Kaffrine. On note par ailleurs que les délits les plus fréquents sont le vol et tentative de vol, les coups et blessures volontaires, etc... Pour les mineurs, 31 cas d infractions ont été répertoriées dans la région avec une prédominance des vols et tentatives, suivis par les coups et blessures volontaires, les viols et les meurtres. ANSD/SRSD Kaffrine : Situation Economique et Sociale régionale

Majeurs et mineurs mis en cause par les services de Police en 2013

Majeurs et mineurs mis en cause par les services de Police en 2013 La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP Premier ministre Majeurs et mineurs par les services de Police en 2013 Antoine le graët, Chargé d études statistiques à l ONDRP 2 Principaux enseignements

Plus en détail

Réponses pénales. Pierre-Victor Tournier, Directeur de recherches au CNRS, Centre d histoire sociale du XX e siècle, Université Paris I

Réponses pénales. Pierre-Victor Tournier, Directeur de recherches au CNRS, Centre d histoire sociale du XX e siècle, Université Paris I Sanctions pénales prononcées en 00 Quelles sont les infractions sanctionnées? À quoi condamne-t-on? Quelles évolutions dans la façon sanctionner puis 0 ans? Pierre-Victor Tournier, Directeur recherches

Plus en détail

LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006

LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006 Janvier 2007 LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006 Note sur la méthodologie : Les données chiffrées présentées dans ce document sont issues de l état 4001, qui est tenu et mis à jour par la Direction

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

Direction de l administration pénitentiaire. mai 2011 - n o 36. Les risques de récidive des sortants de prison. Une nouvelle évaluation

Direction de l administration pénitentiaire. mai 2011 - n o 36. Les risques de récidive des sortants de prison. Une nouvelle évaluation Direction de l administration pénitentiaire Cahiers d études pénitentiaires et criminologiques mai 2011 - n o 36 Les risques de récidive des sortants de prison. Une nouvelle évaluation Annie Kensey, Abdelmalik

Plus en détail

Le Collège des procureurs généraux présente les statistiques annuelles 2014 des parquets de la jeunesse

Le Collège des procureurs généraux présente les statistiques annuelles 2014 des parquets de la jeunesse Analystes statistiques du ministère public Collège des procureurs généraux BRUXELLES Le Collège des procureurs généraux présente les statistiques annuelles 2014 des parquets de la jeunesse Conférence de

Plus en détail

l L immense majorité des condamnations concernent des délits

l L immense majorité des condamnations concernent des délits Prévention de la récidive et individualisation des peines Chiffres-clés Juin 2014 Les condamnations En 2012, environ 900 000 infractions ont donné lieu à environ 600 000 condamnations pénales prononcées

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

Direction de l administration pénitentiaire. septembre 2014 - n o 40

Direction de l administration pénitentiaire. septembre 2014 - n o 40 Direction de l administration pénitentiaire Cahiers d études n pénitentiaires et criminologiques septembre 2014 - n o 40 Durées de détention plus longues, personnes détenues en plus grand nombre (2007-2013)

Plus en détail

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE T M B REPUBLIQUE DU SENEGL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINNCES ET DU PLN GENCE NTIONLE DE L STTISTIQUE ET DE L DEMOGRPHIE Service Régional de la Statistique et de la Démographie

Plus en détail

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI Protection juridique de l enfant en conflit avec la loi INTRODUCTION I- CADRE JURIDIQUE DE PROTECTION A- NOTION D ENFANT EN CONFLIT AVEC LA LOI B- INSTRUMENTS JURIDIQUES DE PROTECTION II- MESURES DE PROTECTION

Plus en détail

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Table des matières L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Damien Dillenbourg et Michaël Fernandez-Bertier Introduction 7 Section 1 Contexte de l adoption de la

Plus en détail

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré

Plus en détail

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010 n 13 REPÈRES Septembre 2010 Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département de l ONDRP Les mineures mises en cause pour

Plus en détail

Convention entre la Suisse et le Portugal, concernant l extradition réciproque des malfaiteurs

Convention entre la Suisse et le Portugal, concernant l extradition réciproque des malfaiteurs Texte original Convention entre la Suisse et le Portugal, concernant l extradition réciproque des malfaiteurs 0.353.965.4 Conclue le 30 octobre 1873 Approuvée par l Assemblée fédérale le 10 juin 1874 1

Plus en détail

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Procédure pénale belge Information Instruction Jugement Exécution Peines I. Les alternatives

Plus en détail

Le casier judiciaire : source et méthodes

Le casier judiciaire : source et méthodes Le casier judiciaire : source et méthodes Fiche descriptive Organisme Type d'opération Objectif et thèmes Champ Hors champ Unité de compte de base Unité de compte Périodicité de l opération Historicité

Plus en détail

Après avoir fortement progressé entre 1999 et 2001, les

Après avoir fortement progressé entre 1999 et 2001, les Criminalité et délinquance constatées Activités judiciaires - jugées Détention - Population incarcérée Après avoir fortement progressé entre 1999 et 2001, les chiffres de la criminalité ont baissé de 2002

Plus en détail

Attaques graves sur les détenus

Attaques graves sur les détenus La violence et le suicide dans les établissements canadiens : statistiques récentes Au regard de la violence et du suicide dans les établissements fédéraux du Canada, les nouvelles sont tantôt bonnes,

Plus en détail

«La prison est la seule solution pour préserver la société.»

«La prison est la seule solution pour préserver la société.» «La prison est la seule solution pour préserver la société.» Nous n enfermons rien d autre en prison qu une partie de nous-mêmes, comme d autres abandonnent sur le bord de la route leurs souvenirs encombrants

Plus en détail

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE T A M B REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

OPALE Observatoire de la privation de liberté et des sanctions et mesures appliquées dans la communauté

OPALE Observatoire de la privation de liberté et des sanctions et mesures appliquées dans la communauté CENTRE D HISTOIRE SOCIALE DU XXe siècle, UMR CNRS 8058 Séminaire «Enfermements, Justice et Libertés dans les sociétés contemporaines» OPALE Observatoire de la privation de liberté et des sanctions et mesures

Plus en détail

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT 2 Les transferts et changements d affectation CHANGER D ÉTABLISSEMENT Un changement d affectation est une décision de transférer un détenu dans un autre établissement. Le transfert est la conduite de la

Plus en détail

Séries statistiques des personnes placées sous main de justice

Séries statistiques des personnes placées sous main de justice Direction de l administration pénitentiaire Séries statistiques des personnes placées sous main de justice 1980-2014 Sous-direction des personnes placées sous main de justice Bureau des études et de la

Plus en détail

Le juge est là pour me protéger

Le juge est là pour me protéger Le juge est là pour me protéger Guide à l usage des enfants et adolescents pour se repérer dans une procédure judiciaire Ce guide appartient à : NOM :... Prénom :... Date de naissance : / / Sommaire Est-ce

Plus en détail

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise FICHE N 27 LES INFRACTIONS SEXUELLES DONT SONT VICTIMES LES MINEURS I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise Ces agressions sont punies quel que

Plus en détail

Charte des victimes - Administration pénitentiaire

Charte des victimes - Administration pénitentiaire 6 Charte des victimes - Administration pénitentiaire 37 6. Charte des victimes - Administration pénitentiaire Ce que vous pouvez attendre de l administration pénitentiaire Nous : tentons de réinsérer tous

Plus en détail

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE Le casier judiciaire national automatisé est tenu sous l autorité du ministre de la Justice. Il recense les condamnations, décisions et jugements prononcées contre les personnes

Plus en détail

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences.

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences. 3La responsabilité La responsabilité civile La responsabilité pénale La procédure judiciaire applicable La protection judiciaire pour les jeunes majeurs En devenant majeur-e, vous devenez responsable de

Plus en détail

CRIMINEL ET PÉNAL Plan de classification

CRIMINEL ET PÉNAL Plan de classification CRIMINEL ET PÉNAL Plan de classification DROITS ET LIBERTÉS (Voir aussi PERSONNES) droit à l'égalité motifs de discrimination infraction pénale ou criminelle droits judiciaires audition publique et impartiale

Plus en détail

La récidive plus fréquente et plus rapide chez les jeunes condamnés

La récidive plus fréquente et plus rapide chez les jeunes condamnés Dossier La récidive plus fréquente et plus rapide chez les jeunes condamnés Rémi Josnin* En 2004, 500 000 personnes ont fait l objet d une condamnation pour un délit ou une contravention «grave», inscrite

Plus en détail

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Condamnations et sanctions prononcées en matière de sécurité routière Année 2011 Les condamnations pour infraction

Plus en détail

La Justice en France. Par Jean-Marie MICHALIK, De La Salle METZ

La Justice en France. Par Jean-Marie MICHALIK, De La Salle METZ La Justice en France Par Jean-Marie MICHALIK, De La Salle METZ Plan I. Les principes de la Justice II. L organisation de la Justice III. Les métiers de la justice IV. La Cour d Assises V. Le tribunal pour

Plus en détail

Bureau de l enquêteur correctionnel. L isolement préventif et le système correctionnel fédéral. Tendance sur 10 ans

Bureau de l enquêteur correctionnel. L isolement préventif et le système correctionnel fédéral. Tendance sur 10 ans Bureau de l enquêteur correctionnel L isolement préventif et le système correctionnel fédéral Tendance sur 10 ans 28 mai 2015 NO DE CAT: PS104-12/2015F-PDF ISSN: 978-0-660-02227-7 Sa Majesté la Reine du

Plus en détail

de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez Janvier 2014 Tableaux de bord annuels sur les

Plus en détail

Crimes et délits constatés par la. Police et Gendarmerie nationales. dans le département PUY-DE-DÔME

Crimes et délits constatés par la. Police et Gendarmerie nationales. dans le département PUY-DE-DÔME Crimes et délits constatés par la Police et Gendarmerie nationales dans le département PUY-DE-DÔME Tableau AB.63.PN.a. Les faits constatés d'atteintes aux biens enregistrés par la police nationale. Faits

Plus en détail

EPREUVES ET PROGRAMMES DES CONCOURS COMPLEMENTAIRES

EPREUVES ET PROGRAMMES DES CONCOURS COMPLEMENTAIRES EPREUVES ET PROGRAMMES DES CONCOURS COMPLEMENTAIRES LES EPREUVES Ces concours comprennent des épreuves d admissibilité et d admission. Chacune des épreuves est notée de 0 à 20. Nature de l épreuve Admissibilité

Plus en détail

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

SÛRETE, SECURITE : Jean Michel CICHOCKI. Quelques précisions sémantiques

SÛRETE, SECURITE : Jean Michel CICHOCKI. Quelques précisions sémantiques SÛRETE, SECURITE : Quelques précisions sémantiques SÛRETÉ SÉCURITÉ La signification attribuée aux termes «sûreté» et «sécurité» varie selon les métiers et les cultures professionnelles. Par exemple : La

Plus en détail

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 19 septembre 2012 DECISION DU DEFENSEUR DES DROITS N MDE-2012-128 Vu l article 71 1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur

Plus en détail

VITROLLES : Les chiffres de la sécurité

VITROLLES : Les chiffres de la sécurité VITROLLES : Les chiffres de la sécurité ( Criminalité et délinquance constatées à Vitrolles ) Mouvement Démocrate PAGE : 1 / 24 SOMMAIRE Partie Description Page I/ Présentation et références 3 II/ Taux

Plus en détail

Problèmes judiciaires. Problèmes judiciaires

Problèmes judiciaires. Problèmes judiciaires Problèmes judiciaires 61 62 63 Contrôles et délits routiers À partir de 0,5 g/l d alcool dans le sang, la conduite est interdite en France [Voir : Cadre légal en matière d alcool]. Par ailleurs, depuis

Plus en détail

Crimes et délits constatés Indicateurs de l Observatoire national des zones urbaines sensibles disponibles sur le SIG Ville

Crimes et délits constatés Indicateurs de l Observatoire national des zones urbaines sensibles disponibles sur le SIG Ville Crimes et délits constatés Indicateurs de l Observatoire national des zones urbaines sensibles disponibles sur le SIG Ville Depuis 2007, 34 des 107 index des crimes et délits constatés issus de l état

Plus en détail

Cahiers d études. pénitentiaires et criminologiques. octobre 2008 - n o 25. Étrangers incarcérés

Cahiers d études. pénitentiaires et criminologiques. octobre 2008 - n o 25. Étrangers incarcérés Direction de l administration pénitentiaire Cahiers d études pénitentiaires et criminologiques octobre 2008 - n o 25 Étrangers incarcérés D après les données milieu fermé issues des statistiques permanentes

Plus en détail

Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253

Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253 AMENAGEMENT DE PEINE Projet de réinsertion solide, nécessité Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253 Un projet permettant de prévenir le risque de récidive grâce à une réinsertion

Plus en détail

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE F A REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

Claudie Lesselier Quelles violences? Quels droits face à ces violences?

Claudie Lesselier Quelles violences? Quels droits face à ces violences? Claudie Lesselier Association RAJFIRE rajfire@wanadoo.fr Un collectif féministe d action et de solidarité avec les femmes migrantes et exilées Quelles violences? Violence masculines contre les femmes manifestation

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire du 22 mars 2012 présentant les dispositions pénales d application immédiate de la loi n 2012-304 du 6 mars 2012 relative à l établissement d un contrôle des armes moderne, simplifié et préventif

Plus en détail

Si connu: la ou les langues que la personne recherchée comprend: Traits distinctifs / description de la personne recherchée:

Si connu: la ou les langues que la personne recherchée comprend: Traits distinctifs / description de la personne recherchée: MANDAT D'ARRÊT EUROPÉEN 1 Le présent mandat a été émis par une autorité judiciaire compétente. Je demande que la personne mentionnée ci-dessous soit arrêtée et remise aux autorités judiciaires aux fins

Plus en détail

PROFA 5 prestations autour de l intimité

PROFA 5 prestations autour de l intimité PROFA 5 prestations autour de l intimité Planning familial Éducation sexuelle Conseil en périnatalité Consultation conjugale et de sexologie Centre de consultation LAVI Des espaces de paroles pour mieux

Plus en détail

R E C R U T E M E N T S D E M A G I S T R A T S C O N C O U R S C O M P L E M E N T A I R E S 2 0 1 4

R E C R U T E M E N T S D E M A G I S T R A T S C O N C O U R S C O M P L E M E N T A I R E S 2 0 1 4 LES TEXTES Ordonnance n 58-1270 du 22 décembre 1958 modifiée portant loi organique relative au statut de la magistrature. Décret n 2001-1099 du 22 novembre 2001 relatif aux modalités du recrutement de

Plus en détail

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime Association Réflexion Action Prison et Justice FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS L indemnisation de la victime La partie civile dispose des règles du droit civil et des voies d exécution de

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Grand angle Juillet Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez n

Plus en détail

AMENAGEMENTS DE PEINE

AMENAGEMENTS DE PEINE AMENAGEMENTS DE PEINE TEXTES DE REFERENCE La loi du 9 mars 2004 portant adaptation de la justice aux évolutions de la criminalité a affirmé le principe selon lequel les peines d emprisonnement ont vocation

Plus en détail

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales Institutions Acteurs Procédures Vos droits Les violences conjugales F i c h e P r a t i q u e Les violences conjugales Toute personne qui subit des violences physiques, verbales, psychologiques ou sexuelles

Plus en détail

- DOSSIER DE PRESSE -

- DOSSIER DE PRESSE - - DOSSIER DE PRESSE - Journée nationale du Travail d'intérêt Général en Saône-et-Loire 27 novembre 2013 à 9h30 Les partenaires institutionnels du Ministère de la Justice organisent 27 novembre 2013 la

Plus en détail

La définition juridique du crime d agression sexuelle et la détermination de la peine

La définition juridique du crime d agression sexuelle et la détermination de la peine La définition juridique du crime d agression sexuelle et la détermination de la peine J U L I E D E S R O S I E R S P R O F E S S E U R E F A C U L T É D E D R O I T U N I V E R S I T É L A V A L Plan

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

BELLEY TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE TRIBUNAL DE POLICE. Audience solennelle du Mercredi 30 janvier 2008. Données statistiques 2007. Tribunal de police

BELLEY TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE TRIBUNAL DE POLICE. Audience solennelle du Mercredi 30 janvier 2008. Données statistiques 2007. Tribunal de police TRIBUNAL DE POLICE Tribunal de police tribunal de police Jugements Ordonnances pénales Belley 99 78-21,2% 22 6-72,7% TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE Juridiction de proximité BELLEY Jugements Ordonnances pénales

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA00702 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président Mme Elydia FERNANDEZ, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Direction des Affaires Criminelles et des Grâces. La justice pénale Présentation à l adresse des maires

Direction des Affaires Criminelles et des Grâces. La justice pénale Présentation à l adresse des maires Direction des Affaires Criminelles et des Grâces La justice pénale Présentation à l adresse des maires Direction des affaires criminelles et des grâces Bureau de la justice pénale de proximité, des politiques

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Pour connaître le nombre de points sur votre permis, connectez-vous sur le site : www.interieur.gouv.fr les principales infractions au code de la route et leurs sanctions En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr

Plus en détail

L Administration Centrale comprend une Direction Générale, des Directions et des Services Centraux.

L Administration Centrale comprend une Direction Générale, des Directions et des Services Centraux. L Administration Pénitentiaire, créée le 27 Octobre 1959, n était qu un service dépendant du Ministère de la Justice 1. Passée par une Direction Centrale 2, une Direction Générale se trouve actuellement

Plus en détail

De l injonction à l invitation Les défis de l intervention

De l injonction à l invitation Les défis de l intervention De l injonction à l invitation Les défis de l intervention Steven Bélanger Psychologue Coordonnateur clinique Pro-gam Centre d intervention et de recherche en violence conjugale et familiale 1 La nature

Plus en détail

LOI N 2007-01 du 12 février 2007

LOI N 2007-01 du 12 février 2007 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple- Un But- Une Foi LOI N 2007-01 du 12 février 2007 MODIFIANT LE CODE PENAL -=- =-=- =-=-=-=- EXPOSE DES MOTIFS La multiplication ainsi que la fréquence des attentats terroristes

Plus en détail

Extraits du Code pénal du Sénégal

Extraits du Code pénal du Sénégal République du Sénégal, Code Pénal et Code des Contraventions avec en annexe le Tableau de concordance des articles du nouveau Code pénal avec ceux du Code précédemment en vigueur Rufisque, Imprimerie nationale,

Plus en détail

modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en matière pénale (LaCP) (E 4 10)

modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en matière pénale (LaCP) (E 4 10) Secrétariat du Grand Conseil PL 11404 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 19 mars 2014 Projet de loi modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en

Plus en détail

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 152 25 juillet 2011. S o m m a i r e PROTECTION DES ENFANTS CONTRE L EXPLOITATION ET LES ABUS SEXUELS

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 152 25 juillet 2011. S o m m a i r e PROTECTION DES ENFANTS CONTRE L EXPLOITATION ET LES ABUS SEXUELS MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2233 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 152 25 juillet 2011 S o m m a i r e PROTECTION DES ENFANTS CONTRE

Plus en détail

Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A.

Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A. Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A. Thèmes traités pour l épreuve de raisonnement juridique et pour l épreuve à caractère pratique Droit des obligations I. - Les

Plus en détail

LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) TITRE PREMIER INFRACTION AUX REGLES CONCERNANT LA CONDUITE DES VEHICULES

LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) TITRE PREMIER INFRACTION AUX REGLES CONCERNANT LA CONDUITE DES VEHICULES République du Sénégal Un Peuple - Un but - Une Foi LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) L Assemblée nationale a adopté, en sa séance du Jeudi 12 Décembre 2002 Le Président de la

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

Direction générale Office des étrangers DEMANDES D ASILE

Direction générale Office des étrangers DEMANDES D ASILE DEMANDES D ASILE Statistiques mensuelles pour l année 2015 1. Demandes entrantes 1.1. Nombre d inscriptions de demandeurs d asile pour 2015 Mois Nombre d'inscriptions 1 de demandeurs d'asile par type de

Plus en détail

Peines d emprisonnement ou peines alternatives : quelle récidive?

Peines d emprisonnement ou peines alternatives : quelle récidive? Article rédigé pour la revue «AJ-PENAL» (Les Editions Dalloz) Août 2005 Peines d emprisonnement ou peines alternatives : quelle récidive? Par Pierre V. Tournier 1 La recherche dont nous présentons ici

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS ORIENTATIONS EN TERME DE PROTECTION ET DE REPRESSION 1998-2008 LE CAS DU JAPON Etude à jour le 1 er

Plus en détail

EN 2005, 248 845 condamnations ont été prononcées pour infraction à la sécurité routière, soit 40,2% de

EN 2005, 248 845 condamnations ont été prononcées pour infraction à la sécurité routière, soit 40,2% de INFOSTAT JUSTICE Juin 2007 Numéro 95 Bulletin d information statistique Les condamnations pour infraction à la sécurité routière en 2005 Odile Timbart *, Tiaray Razafindranovona ** EN 2005, 248 845 condamnations

Plus en détail

Communication sur les chiffres de la lutte contre la délinquance et la politique de sécurité dans le département des Landes

Communication sur les chiffres de la lutte contre la délinquance et la politique de sécurité dans le département des Landes Communication sur les chiffres de la lutte contre la délinquance et la politique de sécurité dans le département des Landes I) BILAN DE LA DELINQUANCE 2015 A) Evolution générale Les services de police

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

i jbkqp=ab=jbprob= abp=sflibk`bp=bkqob=`lkglfkqp

i jbkqp=ab=jbprob= abp=sflibk`bp=bkqob=`lkglfkqp 16 etudes VC:Mise en page 1 10/10/07 15:20 Page 221 i jbkqp=ab=jbprob= abp=sflibk`bp=bkqob=`lkglfkqp national de la délinquance a présenté, pour la première fois dans L Observatoire son rapport annuel

Plus en détail

LE PREMIER CONCOURS ou CONCOURS EXTERNE

LE PREMIER CONCOURS ou CONCOURS EXTERNE LE PREMIER CONCOURS ou CONCOURS EXTERNE LES TEXTES Ordonnance n 58-1270 du 22 décembre 1958 : article 17. Décret n 72-355 du 4 mai 1972 modifié par le décre t n 2008-1551 du 31 décembre 2008. Sur les 8140

Plus en détail

A/HRC/28/NGO/142. Assemblée générale. Nations Unies

A/HRC/28/NGO/142. Assemblée générale. Nations Unies Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 26 février 2015 A/HRC/28/NGO/142 Français seulement Conseil des droits de l homme Vingt-huitième session Point 6 de l ordre du jour Examen périodique universel

Plus en détail

25 Novembre: Journée internationale de lutte contre toutes les violences faites aux femmes

25 Novembre: Journée internationale de lutte contre toutes les violences faites aux femmes 25 Novembre: Journée internationale de lutte contre toutes les violences faites aux femmes «La violence faite aux femmes désigne tout acte de violence fondé sur l appartenance au sexe féminin, causant

Plus en détail

87 PROPOSITIONS CONCRETES. 1) Débuter dès l audience l exécution des décisions de justice

87 PROPOSITIONS CONCRETES. 1) Débuter dès l audience l exécution des décisions de justice 87 PROPOSITIONS CONCRETES CREER «L AUDIENCE DES ANNEES 2000» 1) Débuter dès l audience l exécution des décisions de justice 2) Pour les condamnés absents lors de leur jugement, débuter cette exécution

Plus en détail

STATISTIQUES POLICIERES DE CRIMINALITE LIEU DE PERPETRATION: COMMUNE. Herstappe 2000-2014. Police Fédérale - DGR/DRI

STATISTIQUES POLICIERES DE CRIMINALITE LIEU DE PERPETRATION: COMMUNE. Herstappe 2000-2014. Police Fédérale - DGR/DRI STATISTIQUES POLICIERES DE CRIMINALITE LIEU DE PERPETRATION: COMMUNE 2-24 Police Fédérale - DGR/DRI STATISTIQUES POLICIERES DE CRIMINALITE LIEU DE PERPETRATION: COMMUNE PARTIE I : INFRACTIONS JUDICIAIRES

Plus en détail

AGENCE-CONSEIL EN MEDIA

AGENCE-CONSEIL EN MEDIA MINISTERE DE LA COMMUNICATION REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE -------------------- Union-Discipline-Travail CONSEIL SUPERIEUR DE LA PUBLICITE ----------------------- ------------------------- AGENCE-CONSEIL

Plus en détail

BILAN 2013 DE L ACTIVITE DES SERVICES DANS LES YVELINES DANS LA LUTTE CONTRE LA DELINQUANCE ET L INSECURITE ROUTIERE

BILAN 2013 DE L ACTIVITE DES SERVICES DANS LES YVELINES DANS LA LUTTE CONTRE LA DELINQUANCE ET L INSECURITE ROUTIERE BILAN 2013 DE L ACTIVITE DES SERVICES DANS LES YVELINES DANS LA LUTTE 1 CONTRE LA DELINQUANCE ET L INSECURITE ROUTIERE SOMMAIRE 2 Pages 3-7 Les atteintes aux biens Pages 8-10 Les atteintes volontaires

Plus en détail

addrn La délinquance à Cap Atlantique Bilan 2011 Juin 2012 agence pour le développement durable de la région nazairienne

addrn La délinquance à Cap Atlantique Bilan 2011 Juin 2012 agence pour le développement durable de la région nazairienne addrn La délinquance à Cap Atlantique Bilan 2011 Juin 2012 Introduction Dans le cadre de la politique de sécurité et de prévention de la délinquance, le Conseil Intercommunal de Sécurité et de Prévention

Plus en détail

Détenu, emprisonné, mis sous garde; quelles sont les règles concernant nos adolescents?

Détenu, emprisonné, mis sous garde; quelles sont les règles concernant nos adolescents? Détenu, emprisonné, mis sous garde; quelles sont les règles concernant nos adolescents? Amélie St-Denis, avocate Congrès de l Association des jeunes barreaux du Québec 22 mai 2015 Au-delà du procès et

Plus en détail

QUELLES SANCTIONS POUR LES AUTEURS MINEURS DE VIOLENCE SEXUELLE?

QUELLES SANCTIONS POUR LES AUTEURS MINEURS DE VIOLENCE SEXUELLE? CRIAVS-LR FORMATION «MINEURS AUTEURS ET/OU VICTIMES DE VIOLENCES SEXUELLES» 7/8 JUIN 2012 QUELLES SANCTIONS POUR LES AUTEURS MINEURS DE VIOLENCE SEXUELLE? Marc TOUILLIER Doctorant, chargé d enseignement

Plus en détail

Objet : Plainte à l endroit de l institut Philippe Pinel de Montréal et du Ministère de la Sécurité publique N/Réf. : 1004160 et 1005042

Objet : Plainte à l endroit de l institut Philippe Pinel de Montréal et du Ministère de la Sécurité publique N/Réf. : 1004160 et 1005042 Montréal, le 12 mars 2015 Monsieur Responsable de l accès aux documents Institut Philippe Pinel de Montréal 10905, boul. Henri-Bourassa E. Montréal (Québec) H1C 1H1 Monsieur Responsable ministériel Ministère

Plus en détail

VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE

VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE Audience solennelle du Mardi 3 Janvier 29 Données statistiques 35, boulevard Gambetta BP 474 69665 PRÉSENTATION DU RESSORT Population : TRIBUNAL DE POLICE

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Code pénal et code pénal militaire

Code pénal et code pénal militaire Délai référendaire: 9 juillet 2015 Code pénal et code pénal militaire (Mise en œuvre de l art. 121, al. 3 à 6, Cst. relatif au renvoi des étrangers criminels) Modification du 20 mars 2015 L Assemblée fédérale

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

Communiqué de presse conjoint sur les Statistiques policières de la criminalité enregistrée par les services de police :

Communiqué de presse conjoint sur les Statistiques policières de la criminalité enregistrée par les services de police : LA VICE-PREMIERE MINISTRE, MINISTRE DE L INTERIEUR ET DE L EGALITE DES CHANCES LA MINISTRE DE LA JUSTICE Bruxelles, le 19 mai 2014 Communiqué de presse conjoint sur les Statistiques policières de la criminalité

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION 30 téléphones portables disponibles 27 femmes ont été admises au dispositif. Le bénéfice du TGD pendant une durée de 6 mois a

Plus en détail

Condamnation pénale pour des faits de la vie privée et motif grave

Condamnation pénale pour des faits de la vie privée et motif grave 1 Article paru dans les Actualités en bref de Contrats de travail des éditions Kluwer n 483, du 12 au 25 septembre 2011. Rédigé par Céline HALLUT Avocate au barreau de Liège Condamnation pénale pour des

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor Etude statistique des données fournies par Médiafor L observatoire des métiers de la presse réalise une photographie

Plus en détail