DOCUMENT DE TRANSFERT DE CONNAISSANCES CHAUFFERIE COLLECTIVE À LA BIOMASSE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOCUMENT DE TRANSFERT DE CONNAISSANCES CHAUFFERIE COLLECTIVE À LA BIOMASSE"

Transcription

1 DOCUMENT DE TRANSFERT DE CONNAISSANCES CHAUFFERIE COLLECTIVE À LA BIOMASSE Préparé par 15 des Jonquilles, No. 2 Rivière-du-Loup, Québec

2 Table des matières Municipalité de Mont-Carmel MOT DU MAIRE CONTEXTE DU PROJET PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT D UNE CHAUFFERIE À LA BIOMASSE ÉTAPES DU PROJET ÉTABLISSEMENT DES BESOINS CHAUDIÈRE DU CENTRE MUNICIPAL CHAUDIÈRE COLLECTIVE ÉVALUATION DES COÛTS ÉCHÉANCIER DE PROJET RÉALISATION ET SUIVI DE PROJET ANALYSE ÉCONOMIQUE CHAUFFERIE CENTRALE CHAUFFERIE DE L ÉDIFICE MUNICIPAL CONSIDÉRATIONS RELATIVES À LA BIOMASSE HUMIDITÉ DE LA BIOMASSE COMPARAISON DES TYPES DE BIOMASSE APPROVISIONNEMENT EN BIOMASSE NOTIONS TECHNIQUES À MAÎTRISER BÉNÉFICES DU PROJET BÉNÉFICES ENVIRONNEMENTAUX BÉNÉFICES ÉCONOMIQUES BÉNÉFICES SOCIAUX ÉCONOMIQUES PROCHAINES ÉTAPES ET DÉFIS À VENIR PARTENAIRES DU PROJET RÉFÉRENCES ANNEXE ANNEXE Page 2 de 41

3 Mot du maire Depuis toujours, l'histoire de Mont-Carmel est étroitement liée à la forêt. Dès 1840, on retrouve la présence d'un moulin à scie sur le territoire de Mont-Carmel, présence ininterrompue jusqu'en Pendant un certain temps, dans notre municipalité comme ailleurs, la forêt était associée à la crise de l industrie forestière. Aujourd hui, la réalisation du projet de chaufferie collective démontre qu elle est un tremplin pour la prise en charge du milieu et un nouveau développement. La chaufferie collective est un volet d un projet plus vaste; le Laboratoire rural : Mise en place d une forêt communale. En s inspirant du modèle français de forêt communale, la municipalité développe une gestion intégrée et multiressources qui s inscrit dans une optique de développement harmonieux et durable. Le lien forêt-usine se transforme en un lien forêt-communauté. Le chauffage à la biomasse est un exemple tangible de cette nouvelle perspective. En chauffant le Centre municipal, l Église et l École à partir de biomasse forestière en circuit court, nous diminuons notre dépendance à des sources d énergie externes tout en profitant d une ressource présente sur le territoire. C est toute la communauté qui en bénéficie. De plus, la réduction des coûts de chauffage, la diminution de l empreinte écologique et la proximité de l approvisionnement font partie d enjeux environnementaux incontournables. La municipalité de Mont-Carmel se montre proactive en y répondant par des initiatives novatrices. La forêt communale et la chaufferie collective sont un véhicule pour la prise en charge du milieu. À ce titre, les carmeloises et les carmelois ont su démontrer un dynamisme hors du commun. Et je suis certain qu ils seront présents et mobiliser pour saisir les opportunités et défis qui se présenteront dans le futur. En terminant, j aimerais remercier ceux et celles qui ont porté ce projet : mon prédécesseur, M. Yvon Soucy, un développeur qui a su voir grand pour Mont-Carmel, M. Michel Gagnon, directeur du Service des ressources matérielles de la Commission Scolaire de Kamouraska Rivière-du-Loup et Mme Catherine Lévesque, présidente de la Fabrique, pour leur implication soutenue, Mme Odile Soucy, directrice générale, dont le professionnalisme et la rigueur ont été garants de la bonne marche du projet, et M. Denis Ouellet, chargé de projet de R + O Énergie, qui a permis de concrétiser cette belle idée. Denis Lévesque Maire de Mont-Carmel Page 3 de 41

4 1 Contexte du projet C est dans le cadre de son projet de Laboratoire Rural que la Municipalité de Mont- Carmel a entrepris les plans d aménagement d une chaufferie centrale utilisant la biomasse forestière pour desservir trois édifices au cœur du village, soit l école primaire Notre-Dame, l église et l édifice municipal. En effet, possédant le contrat d aménagement forestier (CtAF) sur son territoire, la Municipalité de Mont-Carmel souhaite utiliser cette ressource à son plein potentiel. La matière ligneuse résiduelle des coupes forestières constitue une biomasse disponible pour la revalorisation, qui autrement, serait laissée sur les parterres de coupe. Récolter cette biomasse, la transformer et l utiliser pour chauffer les bâtiments publics ou communautaires apparaît comme une avenue fort prometteuse pour les communautés rurales. L augmentation continuelle des coûts de l énergie est, pour les collectivités rurales, un obstacle majeur non seulement au maintien des bâtiments institutionnels, mais également à tout projet de développement économique ou industriel. L utilisation de la biomasse pour le chauffage permet de diminuer la dépendance envers des sources externes d énergie en plus de s inscrire directement dans la valorisation des énergies renouvelables non polluantes. Pionnier au Québec dans le développement d un projet de cette envergure, Mont-Carmel sera une vitrine d expérimentation pour la mise au point d un traitement de la biomasse sous différentes formes (granules, copeaux, etc.). Le Centre de développement de bioproduits Biopterre, situé à La Pocatière, a pour mandat de déterminer la formule optimale pour le rendement énergétique de la matière disponible. Il prévoit également l implantation d une culture de saule enrichi par les boues des étangs aérés de la Municipalité, permettant ainsi l approvisionnement en matière première. Prometteur et rassembleur, le projet d aménagement de la chaufferie centrale à la biomasse de Mont-Carmel a pu se concrétiser grâce au travail sans relâche de la Municipalité et l appui de ses partenaires. À noter que la Municipalité de Mont-Carmel a confié à la Corporation de développement de la forêt communale de Mont-Carmel la gestion des différents volets du Laboratoire dont la chaufferie centrale à la biomasse. Les étapes de projet, les détails techniques, le budget, les bénéfices ainsi que les recommandations seront exposés dans ce document de transfert de connaissances Page 4 de 41

5 1.1 Principes de fonctionnement d une chaufferie à la biomasse Tout d abord, expliquons brièvement le fonctionnement type d une chaufferie à la biomasse forestière. À la livraison, la biomasse est stockée dans une réserve, sous forme de copeaux ou granules. La biomasse peut être acheminée : en vrac ou en sacs pour les granules; en vrac par camion dans le cas des copeaux. Elle est par la suite transportée à la chaudière via un convoyeur de type vis sans fin. La chaudière brûle la biomasse de façon hautement efficace et la chaleur ainsi produite est transférée au circuit de chauffage via un échangeur de chaleur. L eau (ou autre fluide caloporteur), dont la température peut atteindre 90 C, est ensuite pompée vers les bâtiments et utilisée dans leurs réseaux de chauffage respectifs. La production de chaleur peut être contrôlée en automatisant le débit d alimentation en biomasse et en air et en réglant la différence de température de l eau entre l entrée et la sortie de l échangeur. Les cendres de combustion et les poussières récupérées du dépoussiéreur sont recueillies dans des compartiments séparés et doivent être disposées périodiquement. Schéma d une chaufferie à la biomasse (copeaux) Page 5 de 41

6 2 Étapes du projet 2.1 Établissement des besoins Études préliminaires Des études préliminaires ont été réalisées par différents ingénieurs et firmes d expertsconseil (Jean Baribeau, ing. de Hydro-Québec, Roche, PMI) permettant à la Municipalité de mieux connaître les caractéristiques du projet de chaufferie à la biomasse et de déterminer ses besoins adéquatement. Il est à noter qu en temps normal, une seule étude préliminaire est requise. Le contexte expérimental et novateur du projet de Mont-Carmel peut expliquer le nombre d études effectuées pour mener à bien le projet. Établir les étapes à franchir a probablement été le plus grand défi du projet, puisque la Municipalité de Mont-Carmel faisait face à beaucoup d inconnus, notamment : La difficulté d établir le prix de revient de l énergie : l approvisionnement peut être très diversifié et les coûts très variables, allant de 55 à 200$ la tonne métrique verte. La biomasse forestière peut être fournie en vrac, en granules, en copeaux de résidus de bois, avec différentes granulométries, provenant de diverses essences d arbre, à des coûts de conditionnement et de transport variables, etc. La détermination de la puissance de la chaudière ainsi que la non disponibilité sur le marché d une chaudière ayant la puissance requise. La difficulté d établir le coût des autres composantes : bâtiment de chaufferie, travaux civils, travaux mécaniques, électriques, plomberie, etc Page 6 de 41

7 2.1.2 Besoins énergétiques La consommation énergétique des bâtiments a été analysée, à l aide des factures de la consommation des trois dernières années. Le tableau ci-dessous illustre la consommation, le coût de l énergie et de la puissance requise pour chaque établissement. Ces données sont primordiales pour déterminer les caractéristiques de la chaudière requise. Tableau 1 Consommation, du coût de l énergie et de la puissance requise par bâtiment Bâtiment Consommation Coût moyen moyenne d énergie de Puissance Puissance d énergie de chauffage installée (kw) requise (kw) chauffage ($/an) (kwh/an) École primaire Notre-Dame Église Édifice municipal Autres besoins À cette étape, il est important de déterminer les besoins suivants : Caractéristiques de la biomasse requise pour la chaudière (forme, humidité, etc.) Utilisation de la chaufferie à la biomasse (100% de la consommation énergétique ou système d appoint disponible) Capacité de stockage de la biomasse (taille de la réserve, fréquence des livraisons de matière, etc.) Besoins spécifiques au réseau de chaleur Lors de l établissement des besoins relatifs au réseau de chaleur, l emplacement de la chaufferie centrale et des bâtiments à chauffer doivent être étudiés. Dans le cas de Mont- Carmel, il s est avéré qu un des trois bâtiments, soit le Centre municipal, était trop éloigné des deux autres. Différentes options ont été étudiées Page 7 de 41

8 2.2 Chaudière du Centre municipal La distance de 200 m entre l édifice municipal et la chaufferie étant appréciable et le besoin de chauffage étant moindre, il a été étudié dès lors la possibilité d exclure l édifice municipal du réseau de chaleur. Les raisons motivant ce choix sont les suivantes : Les coûts pour acheminer la chaleur (excavation, tuyauterie, ) étant évalués à 210$/m (64$/pi) multiplié par 200 m de distance auraient entraînés un coût de $. La disponibilité sur le marché d une chaudière de 73 kw à un prix de $ (comprenant l installation). Cette chaudière a la particularité de n être alimentée que par les granules. La vocation du Laboratoire Rural est de permettre différentes expertises ou solutions à d autres Municipalités ayant des installations éloignées. Il fut donc décidé de procéder à l achat d une chaudière de puissance de 73 kw pour le Centre municipal et de garder le réseau de chaleur entre l école et l église avec une chaudière de puissance 100kW. La chaudière à la granule de bois installée pour le Centre municipal présente les spécifications suivantes : Tableau 2 Spécifications de la chaudière à la granule de bois Marque et modèle MAXIM 250 Fournisseur Groupe Malenfant inc. Certification EPA Capacité 250,000 BTU/h (73 kw) Réservoir d eau 90 gallons Hauteur de cheminée 6 pieds (1,8 m) Combustible utilisé Granules Autres caractéristiques Cheminée en acier inoxydable extensible Allumeur automatique Système de contrôle électronique Peut chauffer un ou plusieurs bâtiments en même temps Demande peu d entretien Réservoir à granules de 2,000 lbs Page 8 de 41

9 Le schéma suivant détaille le fonctionnement d une chaudière alimentée aux granules : Schéma d une installation aux granules Chaudière aux granules MAXIM Page 9 de 41

10 2.3 Chaudière collective Choix d un consultant et chargé de projet Afin de configurer adéquatement le réseau de chaleur et de coordonner les travaux, un mandat fut donné à la firme. Denis Ouellet, T.P. fut en charge de planifier les étapes d installation de la chaufferie, de concevoir le réseau de distribution de chaleur et l édifice de la chaufferie, ainsi que de coordonner les travaux avec les différents entrepreneurs Choix de l emplacement de la chaufferie Deux emplacements potentiels pour la chaufferie centrale ont été considérés : soit le coin nord-ouest et le coin nord-est de l école, ces deux emplacements étant distancés d environ 100 m. Tableau 3 Emplacements potentiels de la chaufferie centrale Emplacement Coin nord-ouest Coin nord-est Avantages Inconvénients Réduit la distance du réseau (plus près de l église) N interfère pas la circulation dans le stationnement de l école pour la livraison de biomasse Dénivelé moins important pour le déchargement de la biomasse (5m) Dénivelé plus important facilitant le déchargement de la biomasse Distance du réseau plus grande (éloigné de l église) Interfère la circulation dans le stationnement de l école pour la livraison de biomasse Une remise doit être déplacée Le choix final a donc été le coin nord-ouest de l école, tel qu illustré sur le schéma de la page suivante Page 10 de 41

11 Schéma d installation du réseau de chaleur de Mont-Carmel Spécification du réseau de chaleur Le réseau de chaleur doit être conçu de façon à optimiser le transport de l énergie de la chaudière vers les bâtiments (école et église). Voici les éléments principaux : Afin de déterminer la capacité des pompes de circulation on doit calculer la perte de charge (pression) dans les conduites. Il faut à cette étape connaître la longueur et le diamètre des conduites, et le débit de l eau pour le chauffage. Des calculs ont été faits avec des conduites de 37mm et 50mm. La décision d utiliser des conduites de 50mm permet de minimiser la consommation des pompes de circulation. Une économie appréciable de 185$ au lieu de 890$. La décision d utiliser un réseau conjoint sans échangeur de chaleur et sans propylène glycol, permet aussi de minimiser les pertes de charge par rapport aux échangeurs. De plus, le propylène glycol est plus visqueux donc plus difficile à pomper. Le propylène glycol (antigel) mélangé à l eau permet de d abaisser la température du liquide à des valeurs beaucoup plus bases. Donc, pour prévenir le gel dans les conduites souterraines, il a été prévu de les enfouir à environs 1,5 mètre sous terre. Les conduites du réseau de chaleur sont constituées de PEX (Polyéthylène réticulé) Page 11 de 41

12 Ce matériau est indiqué pour ce type d application dû à ses bonnes propriétés : résistant à la corrosion chimique et électrochimique, résistant à l'abrasion, absence d'incrustations et de champignons, minimise les pertes de charge, durable, atoxique. Conduite PEX double et isolée Choix de la chaudière Une recherche préliminaire a révélé qu une seule entreprise offrait une chaudière de la puissance requise, fabriquée au Québec. Les plans et devis ont été produits en conséquence, car il était primordial pour la Municipalité de pouvoir utiliser différents types de combustibles, permettant ainsi une grande flexibilité dans l approvisionnement. Malheureusement, le fournisseur n a pas été en mesure de produire la chaudière, faute de financement. La Municipalité a donc consulté les autres fournisseurs ayant reçu l appel d offre. Un des fournisseurs importait une chaudière de France à la puissance requise. Quelques ajustements pour les autres composantes ont été nécessaires, mais dans l ensemble, les critères de sélection étaient respectés, permettant la suite du projet. La Municipalité a choisi de faire l acquisition de cette chaudière, dont les caractéristiques seront détaillées à la section Les caractéristiques principales pour l achat d une chaudière à la biomasse sont expliquées ci-dessous Type de biocombustible Les types de biocombustibles sont variés. Pour les résidus forestiers seulement, il peut être sous forme de : sciures, copeaux, granules Page 12 de 41

13 Pour un même type, différentes caractéristiques sont possibles : humidité, taille, uniformité, teneur en cendres (matières inorganiques non combustibles), essence du bois. Municipalité de Mont-Carmel Le pouvoir calorifique de la biomasse et l efficacité de la chaudière dépendent des facteurs mentionnés ci-dessus. Cet aspect sera détaillé à la section 4. Lors du choix de la chaudière, il faut considérer les caractéristiques de la biomasse disponible ainsi que de la flexibilité de l équipement choisi. Certaines chaudières ne pourront être alimentées que par un seul type de biocombustible, aux propriétés constantes, tandis que d autres chaudières possèderont une grande flexibilité et pourront utiliser à peu près toutes les formes de biomasse Puissance Ayant déterminé les besoins énergétiques en chauffage pour les bâtiments concernés (voir section 2.1.2), on peut définir la puissance de la chaudière requise. Il est important à cette étape de déterminer l apport en chauffage du système à la biomasse. On peut concevoir le système en fonction de la charge de pointe ou de la charge de base : Charge de pointe : le système est surdimensionnée, pouvant ainsi répondre à 100% des besoins en énergie, et ce, même en période de pointe (hiver). Charge de base : le système pourra répondre à la majorité des besoins énergétiques, mais un système auxiliaire sera requis pour répondre aux charges de pointe. Dans le cas de Mont-Carmel, la capacité requise pour la nouvelle chaudière à la biomasse étant relativement faible (environ 100 kw), la totalité du chauffage sera vraisemblablement assumée par la biomasse. Cependant l école et l église conserveront leurs chaudières auxiliaires existantes (électrique ou mazout) qui pourront pallier aux besoins énergétiques lors des charges de pointe ou des pannes, si requis Efficacité Les technologies de chauffage à la biomasse offrent aujourd hui des chaudières à rendement très élevés (90% et plus). Cela permet d optimiser l investissement fait sur l installation et sur le biocombustible. De plus, les émissions atmosphériques et les matières résiduelles sont minimisées. Il faut par contre considérer le type de biocombustible utilisé, car celui-ci aura une influence importante sur le rendement énergétique total du système (voir section 4) Page 13 de 41

14 Automatisation Les chaudières peuvent être entièrement automatisées (allumage, décendrage, nettoyage, dépoussiérage, anti-incendies, anti-bourrage, paramétrage selon le type de combustible, etc.). Ces technologies permettent un rendement des plus élevés et une autonomie de la chaudière. De plus, des systèmes de gestion à distance sont disponibles, permettant à l utilisateur de surveiller/contrôler le système à partir de son bureau Entretien Diverses tâches d entretien périodique sont requises sur la chaudière. Le fournisseur devrait recommander la fréquence initiale, et l utilisateur pourra l ajuster au besoin. Les entretiens requis sont recommandés par le manufacturier, par exemple : le nettoyage des tubes de fumée ou de l échangeur de chaleur, la lubrification des composantes mécaniques, l inspection et le réglage des chaînes, des boîtes d engrenages, des ventilateurs, etc. les essais des dispositifs de sécurité, la recherche des fuites et des infiltrations d air, l inspection des isolants et des gaines. Selon la main-d œuvre disponible, il peut être nécessaire de recourir aux services du fournisseur, ou d un tiers. Les chaudières de puissance et pression élevées peuvent demander une surveillance accrue, conformément au Règlement sur les mécaniciens de machines fixes (gouvernement du Québec). Dans le cas de Mont-Carmel, étant donné la faible puissance (100 kw) aucune surveillance particulière n est requise, bien qu il est de bonne pratique d assurer un suivi régulier, ce qui peut être fait grâce au système de gestion à distance. De plus, le personnel de la Municipalité fera régulièrement des visites à la chaufferie. Durée de vie : la durée de système à la biomasse est estimée à 30 ans pour la chaudière et 50 ans pour le réseau de chaleur Émissions atmosphériques et matières résiduelles Les chaudières à la biomasse présentent des émissions de CO 2 pratiquement nulles, et de très faibles émissions de CO, NO x et autres polluants. L efficacité de la chaudière permet de réduire au minimum les rejets atmosphériques. Dans le cas de Mont-Carmel, étant donné la faible puissance de la chaudière, un certificat d autorisation conformément à la Loi sur la qualité de l environnement du Québec n est pas requis Page 14 de 41

15 Selon le Règlement sur la qualité de l atmosphère : «Une fournaise ou une chaudière où l'on brûle du bois ou un résidu de bois, seul ou combiné avec un combustible fossile, ne peut émettre dans l'atmosphère des matières particulaires au-delà des concentrations établies au tableau suivant:» Tableau 4 Normes d émissions pour une chaudière ou fournaise au bois Concentration Puissance utile de la fournaise ou de la chaudière (en mg/nm³ de gaz sec corrigé à 12% CO 2 ) Fournaise ou chaudière existante Nouvelle fournaise ou chaudière < 3 MW MW R.R.Q., 1981, c. Q-2, r. 20, a. 45 Donc, dans le cas de Mont-Carmel, les émissions ne doivent pas dépasser 600 mg/nm³ de gaz sec corrigé à 12% de CO 2. Le fabricant de la chaudière garantissant un taux d émission inférieur à cette norme, aucun système de traitement des gaz ou dépoussiéreur n est requis. Concernant les matières résiduelles, constituées de cendres de combustion, elles devront être disposées dans un lieu d élimination local ou régional autorisé, tel que prévu par le Règlement sur l enfouissement et l incinération de matières résiduelles Système d alimentation Il est important de prévoir le mode d acheminement de la biomasse de la réserve vers la chaudière, car cet aspect peut influencer grandement le bon fonctionnement du système dans son ensemble. En effet, des problèmes tels un mauvais écoulement, le compactage, le gel de la matière, les particules trop grosses ou les contaminants peuvent découler d une mauvaise conception de la réserve et du système d alimentation. Des convoyeurs mécaniques, habituellement de type vis sans fin, sont couramment utilisés pour transférer la biomasse. Il est important de prévoir une faible pente entre la réserve et le point d alimentation de la chaudière afin de permettre une répartition uniforme sur ce type de convoyeur. Le manufacturier de l équipement peut également fournir des systèmes pour prévenir le blocage et la surcharge de matière sur le convoyeur. Différents systèmes d alimentation sont illustrés à l Annexe Page 15 de 41

16 Système d alimentation de la chaufferie centrale La chaudière est munie d une trémie où la matière combustible sera déchargée par la vis sans fin. Cette trémie permet de doser la quantité requise de combustible qui sera acheminé vers la chambre de combustion, par une deuxième vis sans fin. Des indicateurs de niveau permettent d avoir un bon réglage Installation L installation de la chaudière doit être faite en présence du fournisseur de l équipement, ainsi que du chargé de projet. Les corps de métier requis (plombier, électricien, technicien en contrôle, etc.) doivent ensuite faire le raccordement, tel que prescrits par le manufacturier de l équipement et les plans et devis. Raccordements de la chaudière Page 16 de 41

17 Coût de la chaudière Le coût de la chaudière est sans contredit un élément important, mais il ne peut pas à lui seul justifier le choix final. Il faut considérer toutes les options, les inclusions et les exclusions propres à chaque équipement, selon les informations des différents manufacturiers. Un tableau comparatif des équipements proposés peut faciliter la décision finale. Certains critères, par exemple, la possibilité de la chaudière d accepter une variété de biocombustibles, peuvent s avérer plus importants que le coût de base. Pour la Municipalité de Mont-Carmel, l équipement choisi devait répondre à tous les critères établis : capacité de 100 kw, utilisation de copeaux (flexibilité), certification CSA, efficacité optimale, fonctionnement automatique, gestion à distance, etc. Le coût de la chaudière Énergie Système était de $ plus $ d installation (voir le budget détaillé à la section 2.4.2) Certification Une certification CSA de l équipement est requise pour assurer la conformité envers les normes canadiennes (circuits électriques, pneumatiques, contrôles, taux d émission, etc.) Cette certification était spécifiée dans l appel d offre et les fournisseurs ne pouvant y répondre étaient rejetés Garanties Le manufacturier spécifie les garanties de l équipement dans le contrat d achat. Une garantie générale est offerte normalement sur l ensemble du système (ex. 5 ans). Il peut y avoir des garanties spécifiques à certaines parties du système (ex. 2 ans pour le convoyeur vis sans fin) Page 17 de 41

18 Caractéristiques de la chaudière collective de Mont-Carmel La chaudière collective choisie présente les spécifications suivantes : Tableau 5 Spécifications de la chaudière collective Marque et modèle Énergie Système AUTO 100 Fournisseur Plomberie Pierre Rioux Agent manufacturier Groupe BST Novatech Certification CSA, CE Capacité 100 kw Rendement minimum 91,60% Rendement maximum 93,10% Consommation maximum (kg/heure) Hauteur de cheminée 2-3 mètres Système d alimentation Convoyeur à vis (adaptés selon les besoins) Combustibles utilisés Autres caractéristiques : Bois déchiqueté, granules, copeaux variés Allumage, décendrage, nettoyage dépoussiérage automatiques Contrôles automatiques Gestion à distance Schéma de la chaudière Énergie Système AUTO Page 18 de 41

19 2.3.5 Plans du bâtiment pour la chaufferie Un système de chauffage à la biomasse, de petite ou moyenne taille, occupe plus d espace qu un système électrique, au gaz ou au mazout. Ceci est principalement dû à la réserve de combustible, aux convoyeurs et aux systèmes de manipulation des cendres et poussières. Un petit bâtiment dédié est habituellement indiqué, mais il peut également être installé dans un bâtiment existant, si l espace le permet. Il est important d évaluer le volume de la réserve adéquatement en fonction des besoins de chauffage, du volume des copeaux et de la période d autonomie souhaitée. Dans le cas de Mont-Carmel, un bâtiment en béton de 4,3 x 7,3 x 4,3 mètres (14 x 24 x 14 pieds) a été conçu et construit pour la réserve et la chaufferie. Un mur de béton sépare la réserve de la chaufferie, avec une ouverture pour le convoyeur et une pente prévue en conséquence. La réserve a une capacité de 53 m 3, ce qui permet une autonomie d environ 17 jours en période hivernale et permet de contenir deux livraisons complètes d un camion semi-remorque (contenant 24 m 3 à pleine capacité). Réserve et chaufferie en construction Page 19 de 41

20 2.3.6 Plans de contrôle Dans le réseau de chaleur, les contrôles permettent : La lecture de données pour un meilleur suivi et améliorations. Le suivi peut être fait à distance, grâce à une connexion internet ou téléphonique entre le réseau et l utilisateur (Municipalité, consultant, etc.); L acquisition de données de tendance pour prévisions et analyses; L avertissement en cas d alarmes (température, panne, niveau de biomasse, etc.) Des compteurs d énergie ont également été prévus pour connaître les dépenses énergétiques des deux utilisateurs du réseau, soit l école et l église. Ces compteurs facilitent grandement la facturation de la consommation énergétique par la Municipalité. 2.4 Évaluation des coûts Une évaluation des coûts du projet dans son ensemble doit être effectuée dès la phase préliminaire, se précisant avec les étapes subséquentes Coûts d achat et d installation Pour la chaufferie collective, les coûts d achat et d installation totalisent un investissement d environ $ avant taxes. Le tableau suivant détaille l évaluation des coûts du projet. À noter que ce montant exclut le coût des études préliminaires qui peuvent être requises pour l établissement des besoins Page 20 de 41

21 Tableau 6 Coût d achat et d installation pour la chaufferie centrale CHAUDIÈRE À LA BIOMASSE PROJET COLLECTIF ÉCOLE ET ÉGLISE MUNICIPALITÉ MONT CARMEL COÛT DU PROJET Professionnels ,00 $ Plan de la réserve 3 250,00 $ Chargé de projet ,00 $ Arpentage* 1 000,00 $ Contrat notarié 1 000,00 $ Autres* 5 000,00 $ Chaudière 100 kw marque Énergie Système ,00 $ Achat ,00 $ Installation ,00 $ Installation électrique 2500,00 $ Installation plomberie 3 800,00 $ Chaufferie et réserve ,73 $ Test de terrain 84,86 $ Réserve en béton ,00 $ Couvercle amovible 5 875,00 $ Porte intérieure de la réserve 1 096,00 $ Électricité, luminaire, disjoncteur 588,57 $ Plancher chauffant 645,30 $ Contrôle ,00 $ Revêtement extérieur* 5000,00 $ Clôture* 5 000,00 $ Réseau de chauffage ,73 $ Excavation 5 989,00 $ Tuyauterie 440 pieds ,00 $ Compacteur 90,00 $ Isolant styromousse 1 042,61 $ Tuyau de cuivre pour raccordement 503,12 $ Réparation de pavage, long. de rue 2 525,00 $ Travaux publics pour conduite 1 404,00 $ Total ,46 $ TPS 9 108,12 $ TVQ ,29 $ Total taxes incluses ,88 $ * travaux à compléter Page 21 de 41

22 Pour la chaudière du Centre communautaire, les coûts d achat et d installation totalisent un investissement d environ $ avant taxes. Le tableau ci-dessous détaille l évaluation des coûts du projet. Tableau 7 Coût d achat et d installation pour la chaufferie du Centre municipal CHAUDIÈRE À LA BIOMASSE PROJET CENTRE COMMUNAUTAIRE MUNICIPALITÉ MONT CARMEL COÛT DU PROJET Chaudière 73kW marque Maxim ,66 $ Achat ,00 $ Installation électrique 676,58 $ Raccordement plomberie 579,08 $ Composante réserve 2 589,25 $ Réservoir à granule avec vis 2400 livres 2025,00 $ Treillis 39,25 $ Béton pour structure 372,00 $ Ralonge de cheminée 153,00 $ Clotûre 1 326,00 $ Acier d'armature 126,00 $ Clotûre 1 200,00 $ Conduite 1 275,00 $ Tuyaux et solution de propylène glycol 1 200,00 $ Location de machinerie 75,00 $ Total ,91 $ TPS 5% 1 047,30 $ TVQ 7,50% 1 649,49 $ Total taxes incluses ,70 $ Page 22 de 41

Chauffage à granulés de bois

Chauffage à granulés de bois 0 Chauffage à granulés de bois Alliance pour le Climat Luxembourg Protection du climat à la base En partenariat avec plus de 00 villes et communes européennes, plusieurs communes de l Alliance pour le

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

De la biomasse à l'énergie renouvelable: cas concret à Rimouski et problématique d'intégration en milieu urbain

De la biomasse à l'énergie renouvelable: cas concret à Rimouski et problématique d'intégration en milieu urbain De la biomasse à l'énergie renouvelable: cas concret à Rimouski et problématique d'intégration en milieu urbain Florian Prost, Ing.f., Ing.jr. Mercredi 8 mai 2013 Objectifs - Problématique Plan d'action

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

LE CHAUFFAGE À LA BIOMASSE:

LE CHAUFFAGE À LA BIOMASSE: LE CHAUFFAGE À LA BIOMASSE: État de situation et opportunités Michel Lachance CQVB 7 décembre 2012 East Angus PLAN Contexte la biomasse : une source d énergie pour le Québec Systèmes de chauffage Chauffage

Plus en détail

Avec quel bois. se chauffer?

Avec quel bois. se chauffer? Avec quel bois se chauffer??? Pourquoi choisir l énergie bois? Le bois énergie est bon marché Contrairement aux prix des énergies fossiles, celui du bois est stable. Le faible coût de ce combustible, associé

Plus en détail

Synthèse N 6. Les unités du boisénergie

Synthèse N 6. Les unités du boisénergie Mémento aquitain du bois énergie Synthèse N 6 Synthèse bibliographique Les unités du boisénergie Octobre 2013 2 Les unités du bois-énergie Objectifs : Connaître les unités du bois énergie. Clarifier les

Plus en détail

Gilles Cadotte agr. Colloque Agri Énergie Shawinigan 25 octobre 2012

Gilles Cadotte agr. Colloque Agri Énergie Shawinigan 25 octobre 2012 Gilles Cadotte agr. Colloque Agri Énergie Shawinigan 25 octobre 2012 Le chauffage à la biomasse, une question d économie? Chaque entreprise possède des caractéristiques qui lui sont propres. De fait, le

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation UltraGas

Chaudière à gaz à condensation UltraGas Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D) Vos avantages

Plus en détail

CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH

CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH DEMANDEUR DE LA PRE-ETUDE Commune de Breitenbach 4, place de l église 67220 BREITENBACH Tél

Plus en détail

allianceautopropane.com

allianceautopropane.com allianceautopropane.com QUI EST ALLIANCE AUTOPROPANE? LE PLUS GRAND RÉSEAU D AUTOPROPANIERS EN AMÉRIQUE Alliance AutoPropane est un réseau de propaniers qui se consacre à la distribution et à la vente

Plus en détail

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL ) Les degrés jour unifiés : Les degrés jour unifiés ou DJU permettent de réaliser des estimations de consommation d'énergie thermique pour le chauffage d un bâtiment

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Chaudières à Condensation Granulés

Chaudières à Condensation Granulés Chaudières à Condensation Granulés La chaudière haute efficacité BioCurve La meilleure chaudière Notre équipe d'ingénieurs a optimisé chaque étape afin d offrir la chaudière biomasse à condensation la

Plus en détail

La filière bois énergie en Bretagne

La filière bois énergie en Bretagne La filière bois énergie en Bretagne 2012 En Bretagne, une ressource àla fois abondante et limitée Total : 3.8 millions de tep la ressource en bois couvre entre 5 et 10% des besoins actuels en énergie :

Plus en détail

Un système de CAD est composé de trois éléments :

Un système de CAD est composé de trois éléments : Chauffage à distance Un système de CAD est composé de trois éléments : une (ou plusieurs) centrale de production de chaleur ; un réseau de distribution ; des consommateurs L avantage est de permettre la

Plus en détail

Le chauffage automatique au bois

Le chauffage automatique au bois Le chauffage automatique au bois Un chauffage aux multiples avantages De hauts renments pour une combustion propre Une autonomie comparable aux autres énergies Une énergie renouvelable ne mettant pas en

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

Guide d intégration du gaz naturel

Guide d intégration du gaz naturel Guide d intégration du gaz naturel À UN ÂTIMENT Février 1 gazmetro.com Un représentant dédié pour mieux vous guider Une intégration optimale du poste de mesurage exige une réflexion à l amorce de votre

Plus en détail

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Présenté par : Joël Leblond et Martin Loiselle 19 novembre 2010 Plan de la présentation Introduction Objectifs des Rendez-vous de l énergie Constats nationaux

Plus en détail

Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL.

Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL. Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL. Pierre Lefrancois, B.ing., consultant en gestion d énergie. Plan de la présentation La commission

Plus en détail

SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous?

SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous? SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne un choix chaleureux le chauffe-eau solaire Un chauffe-eau solaire chez vous? HUIT BONNES RAISONS HUIT BONNES RAISONS D INSTALLER UN D INSTALLER UN CHAUFFE-EAU

Plus en détail

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs 1. Bases 1.1. Fonctionnement du chauffe-eau à pompe à chaleur (CEPAC) Comme son nom l indique, un chauffe-eau pompe à chaleur

Plus en détail

Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois

Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois La question des charges récupérables et non récupérables dans les logements collectifs CIBE Commission

Plus en détail

2.1 Détermination de la puissance du générateur de chaleur

2.1 Détermination de la puissance du générateur de chaleur Détermination de la puissance du générateur de chaleur 1 Marche à suivre Un dimensionnement correct des installations de chauffage est essentiel pour l utilisation rationnelle de l énergie dans les bâtiments.

Plus en détail

Pourquoi? Faire connaître le chauffage aux granulés, Pour les projets collectifs et tertiaires

Pourquoi? Faire connaître le chauffage aux granulés, Pour les projets collectifs et tertiaires Pourquoi? Faire connaître le chauffage aux granulés, Pour les particuliers, Pour les projets collectifs et tertiaires Etre un outil de communication pour l ensemble de la filière granulés Objectifs Apporter

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction Guide de conception de projets GC-3.2.4 Fabrication et distribution de l'air comprimé et de l'eau réfrigérée (11/2007)

Plus en détail

Une efficacité garantie grâce aux combustibles solides.

Une efficacité garantie grâce aux combustibles solides. Une efficacité garantie grâce aux combustibles solides. HMX la reine du chauffage au bois. HMX la technique de chauffage optimale pour un chauffage écologique. Chaudière modulante à bûches de bois. Puissance

Plus en détail

Energie solaire www.euroclima.fr

Energie solaire www.euroclima.fr Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Energie solaire www.euroclima.fr E U R O C L i M A Un système complet La clé de l efficience solaire réside dans l association et l optimisation des

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

Rénovation du chauffage Pour préserver l environnement

Rénovation du chauffage Pour préserver l environnement Rénovation du chauffage Pour préserver l environnement Sommaire Rénovation optimale Rénovation optimale Gaz naturel/biogaz Choisir le système de chauffage approprié Chaudière à condensation Chaudière à

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Le stockage du granulé

Le stockage du granulé Le stockage du granulé Comprendre et choisir le stockage Construire le stockage PROPELLET TOUR www.propellet.fr Le stockage du granulé Comprendre et choisir le stockage Comprendre et choisir le stockage

Plus en détail

PARTENAIRE VERS UNE GESTION DURABLE ET PERFORMANTE DE VOTRE ÉNERGIE PRODUCTION DE CHALEUR

PARTENAIRE VERS UNE GESTION DURABLE ET PERFORMANTE DE VOTRE ÉNERGIE PRODUCTION DE CHALEUR PARTENAIRE VERS UNE GESTION DURABLE ET PERFORMANTE DE VOTRE ÉNERGIE PRODUCTION DE CHALEUR 2014 ACTIVITE DE CORETEC Notre principal objectif est de réduire la facture énergétique de nos 450 clients au travers

Plus en détail

Quotas d émission de CO 2

Quotas d émission de CO 2 CPCU BERCY Dossier de demande d autorisation d exploiter DDAE Quotas d émission de CO 2 Septembre 2014 CPCU/DDAE/ Bercy/ Quotas d émission de CO 2 DOCUMENT REDIGE PAR CPCU 185 rue de Bercy 75012 PARIS

Plus en détail

Systèmes géothermiques

Systèmes géothermiques Systèmes géothermiques Le chauffage et la climatisation tout naturellement La nature, votre source d énergie... La géothermie puise la chaleur naturelle du sol ou des eaux souterraines pour chauffer ou

Plus en détail

Un entrepreneur détenant la licence appropriée. L entretien du système de chauffage*

Un entrepreneur détenant la licence appropriée. L entretien du système de chauffage* Soyez prévoyant Un entrepreneur détenant la licence appropriée Un système de chauffage installé selon les différents codes en vigueur et bien entretenu par du personnel qualifié est votre meilleur gage

Plus en détail

LA FERME À MATURIN INC. ÉNONCÉ

LA FERME À MATURIN INC. ÉNONCÉ JEUX DU COMMERCE 2008 CAS COMPTABILITÉ FINANCIÈRE LA FERME À MATURIN INC. ÉNONCÉ Éric Déry, CA, MBA Département des Sciences comptables Université du Québec à Trois-Rivières 2007 Toute reproduction, en

Plus en détail

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind made in Belgium With the future in mind HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC Chaudière au gaz à condensation, à fonction double HeatMaster TC à condensation pour le chauffage central HeatMaster

Plus en détail

Systèmes géothermiques

Systèmes géothermiques Systèmes géothermiques Le chauffage et la climatisation tout naturellement La nature, votre source d énergie... La géothermie puise la chaleur naturelle du sol ou des eaux souterraines pour chauffer ou

Plus en détail

Référence technique. Conversions d'énergie thermique APERÇU

Référence technique. Conversions d'énergie thermique APERÇU Conversions d'énergie thermique APERÇU Aux fins de constance et de comparaisons, toutes les mesures de rendement énergétique des rapports Portfolio Manager sont exprimées soit en milliers d unités thermiques

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 13 FÉVRIER 2006 2006/6197 - INSTALLATION CLASSÉE POUR L'ENVIRONNEMENT SOUMISE À AUTORISATION - DEMANDE D'AUTORISATION PRÉSENTÉE PAR LA SOCIÉTÉ OMNITHERM EN VUE DE MODIFIER LES INSTALLATIONS

Plus en détail

Chauffage au bois. à la qualité de l AIR. Vallée de l Arve

Chauffage au bois. à la qualité de l AIR. Vallée de l Arve Chauffage au bois ATTENTION à la qualité de l AIR Vallée de l Arve Tous acteurs de la qualité de l air! Sommaire Chauffage au bois, un enjeu important pour la qualité de l'air... 3 Le chauffage au bois,

Plus en détail

FUEL / GAZ / ÉLECTRIQUE

FUEL / GAZ / ÉLECTRIQUE EPA Environnement Peinture et Application ÉTUVES POUR SÉCHAGE CUISSON PEINTURE OU POUDRE AVEC ÉCHANGEUR FUEL / GAZ / ÉLECTRIQUE 200 C 95 C 0 à 95 C pour peinture liquide / colle 0 à 200 C pour peinture

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

UTILISATION DES RÉSERVOIRS D'HYDRO-ACCUMULATION POUR LE CHAUFFAGE DE SERRE RÈGLES ET FONCTIONNEMENT DE BASE

UTILISATION DES RÉSERVOIRS D'HYDRO-ACCUMULATION POUR LE CHAUFFAGE DE SERRE RÈGLES ET FONCTIONNEMENT DE BASE UTILISATION DES RÉSERVOIRS D'HYDRO-ACCUMULATION POUR LE CHAUFFAGE DE SERRE RÈGLES ET FONCTIONNEMENT DE BASE Présenté par: Marco Girouard, ing. CIDES 1 AVIS Les informations contenues dans ce document Les

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE -

CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE - CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE - Définition des enjeux - Disposer à la fin des grosses opérations de construction en cours (Tranche 1 et 2 du Plan Directeur MCO-Plateau Technique/Pôle

Plus en détail

LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE?

LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE? LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE? Jean-Pierre SAWERYSYN 1 Matthieu OGET 2 Corinne SCHADKOWSKI 3 Judith TRIQUET 3 1 Professeur honoraire de l Université de Lille I, vice-président

Plus en détail

Calcul de la puissance de chauffe Informations générales

Calcul de la puissance de chauffe Informations générales Informations générales 1 Marche à suivre Un dimensionnement correct des installations de chauffage central est essentiel pour l utilisation rationnelle de l énergie dans les bâtiments. Le schéma montre

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN QU EST-CE QUE LE CHAUFFAGE URBAIN? Tout simplement un chauffage central, mais à l échelle d un quartier! La chaufferie urbaine de Nemours assure la production et la

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

Bioénergie. L énergie au naturel

Bioénergie. L énergie au naturel Bioénergie L énergie au naturel Les références d AREVA en bioénergie Plus de 2,5 GW dans le monde : la plus grande base installée de centrales biomasse AREVA développe des solutions de production d électricité

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE DÉCO Ambiance automnale pour décor original Rangements, mobilier, cloisons, peinture AMÉNAGER LES PETITS ESPACES Incendie, cambriolage ON S'ALARME! BÉTON, CUIVRE, ZINC, ALU, BOIS Rénovation durable du

Plus en détail

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1 Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 2 6/4/08 11:53 AM Page 2 LOG 8869 Residential

Plus en détail

Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw.

Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw. Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw. A l extérieur on se bat contre les humeurs du temps pour évacuer la neige avec de gros engins. A l intérieur on s assied

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités Ludovic THIEBAUX ludovic@elan-herblay.fr XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09 Les énergies renouvelables : mythes et réalités L impact sur l environnement COMBUSTIBLE Émissions

Plus en détail

Exercice 1 : Chaudière

Exercice 1 : Chaudière Exercice 1 : Chaudière Les grandeurs suivantes ont été relevées sur une chaudière (située à Lausanne), d une puissance de 13kW : Nombre d heures de fonctionnement : 820 [h/an] Puissance de maintien de

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs La nouvelle génération de centrales thermiques I. Quelques principes pour faire des économies La température de l air L épaisseur du grain Le refroidissement

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation

Chaudière à gaz à condensation Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D). Vos avantages.

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Audit énergétique du groupe scolaire et du foyer communal

CAHIER DES CHARGES Audit énergétique du groupe scolaire et du foyer communal CAHIER DES CHARGES Audit énergétique du groupe scolaire et du foyer communal et Etude de faisabilité d une chaufferie bois et d un réseau de chaleur Commune de St Etienne du Bois Page- 1 - Contenu 1 Audit

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail

Code de Sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) BOMA Québec

Code de Sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) BOMA Québec Code de Sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) BOMA Québec 13 mars 2012 Plan Présentation I - Législation actuelle pour les bâtiments occupés II - Futur Code de sécurité III - Structure du Code de sécurité

Plus en détail

Projet énergétique de biomasse Une étude de cas

Projet énergétique de biomasse Une étude de cas Projet énergétique de biomasse Une étude de cas Wayne Robinson, directeur des Loisirs, District de Lillooet David Dubois, coordonnateur de projet Déchets de bois @ Chaleur rurale (Wood Waste to Rural Heat),

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

Installateur chauffage-sanitaire

Installateur chauffage-sanitaire Profil des compétences professionnelles Programme-cadre et détail du programme des examens relatifs aux modules des cours de technologie, théorie professionnelle Organisation pratique Détail du programme

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Recommandations pour appuyer la croissance et le développement de la production commerciale de biocarburants cellulosiques pour une économie

Plus en détail

Rapport d évaluation EMPREINTE CARBONE COMPARATIVE D UNE SOLUTION CONSTRUCTIVE BOIS + + + + + COMMANDITAIRE : SYBOIS Groupe Millet Industrie

Rapport d évaluation EMPREINTE CARBONE COMPARATIVE D UNE SOLUTION CONSTRUCTIVE BOIS + + + + + COMMANDITAIRE : SYBOIS Groupe Millet Industrie EMPREINTE CARBONE COMPARATIVE D UNE SOLUTION CONSTRUCTIVE BOIS Rapport d évaluation + + + + + ACV et Evaluation environnementale Outils logiciels R&D Transfert de compétences Eco-conception Eco-communication

Plus en détail

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne Chauffage et PEB en Région wallonne Exigences, enjeux, solutions techniques ir. Nicolas SPIES Conseiller énergie à la CCW Le 13 mai 2009 Sommaire 1. La conjoncture énergétique 2. Nouvelle réglementation

Plus en détail

Les chaudières au gaz naturel

Les chaudières au gaz naturel Les chaudières au gaz naturel Sommaire Les chaudières au gaz naturel avec Gaz de France DolceVita P.4 P.6 P.8 P.10 P.14 P.16 P.18 P.20 P.22 P.23 Comment ça fonctionne? Les chaudières à condensation Les

Plus en détail

La Réserve de Remplacement

La Réserve de Remplacement La Réserve de Remplacement Guide d utilisation mai 2006 Services familiaux et communautaires Habitation et soutien du revenu Province du Nouveau Brunswick La réserve de remplacement GUIDE D UTILISATION

Plus en détail

Objet: Écogeste, Programme d'enregistrement des mesures volontaires sur les changements climatiques

Objet: Écogeste, Programme d'enregistrement des mesures volontaires sur les changements climatiques Gatineau, le 8 août 2001 Monsieur Jean Pierre Lefebvre, ing. Ministère de l'environnement du Québec 675, boul. René Lévesque Est, 9 ième étage, boîte 30 Québec (Québec) G1R 5V7 Objet: Écogeste, Programme

Plus en détail

Actif. pour un. environnement propre. demain. Échangeurs de chaleur à plaques nervurées en fonte de fer. Échangeurs de chaleur à tubes en verre

Actif. pour un. environnement propre. demain. Échangeurs de chaleur à plaques nervurées en fonte de fer. Échangeurs de chaleur à tubes en verre Actif pour un environnement propre de demain Échangeurs de chaleur à plaques nervurées en fonte de fer Échangeurs de chaleur à tubes en verre Société Votre centrale énergétique: Réalisation d un seul prestataire!

Plus en détail

MUNICIPALITE DE GLAND

MUNICIPALITE DE GLAND MUNICIPALITE DE GLAND Préavis municipal n 56 relatif à l octroi d un crédit pour financer la rénovation des installations de chauffage des vestiaires sis au centre sportif "En Bord". Madame la présidente,

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique 484, route 277, Saint-Léon-de-Standon,

Plus en détail

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies Pompe à chaleur Air-Eau Confort et économies Le système de chauffage réversible de l avenir! Un pas en avant pour réduire les émissions de CO₂. L augmentation des émissions de CO₂ et autres gaz à effet

Plus en détail

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Xavier Kuborn 7 octobre 2014 Avec le support de la guidance technologique éco-construction et développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

Les registres coupe-feu

Les registres coupe-feu Les registres coupe-feu Installez avec soin Comment assurer une installation conforme Pour obtenir des exemplaires de cette publication, adressez-vous à la Direction des communications de la Régie du bâtiment

Plus en détail

Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur

Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur Table des Matières A. Utilisations de la vapeur et terminologie Chaleur latente,chaleur sensible La boucle vapeur Le prix de la vapeur B. Optimisation de

Plus en détail

Soltherm 2014. Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er juin 2014.

Soltherm 2014. Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er juin 2014. Soltherm 2014 Annexe technique à partir du 1 er juin 2014 Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er juin 2014. Ce document doit être complété et signé par

Plus en détail

Un projet Bois Energie Citoyen?

Un projet Bois Energie Citoyen? Un projet Bois Energie Citoyen? Filière bois énergie : les attendus les entrants Filière usuelle : circuit long Filière d avenir : circuit court Chaîne de production d énergie thermique HQE : Analyse systèmique

Plus en détail

Le gaz naturel UN CARBURANT ÉCONOMIQUE ET PLUS PROPRE

Le gaz naturel UN CARBURANT ÉCONOMIQUE ET PLUS PROPRE Le gaz naturel UN CARBURANT ÉCONOMIQUE ET PLUS PROPRE Points d intérêt Marché du gaz naturel comme carburant Types de gaz naturel pour véhicules et approvisionnement Technologies éprouvées Cas types et

Plus en détail

Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 II.

Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 II. 0 Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 I. Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 1. Réduction de la consommation de carburant... 4 2. Réduction des émissions de gaz polluants...

Plus en détail

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Terminologie Les solutions pour le client Les marchés La prestation L évaluation des postes Les entreprises Durée

Plus en détail

Toutes les informations importantes pour installer et entretenir sa citerne à mazout

Toutes les informations importantes pour installer et entretenir sa citerne à mazout La citerne à mazout assure indépendance et sécurité d approvisionnement Toutes les informations importantes pour installer et entretenir sa citerne à mazout Stockage de mazout Introduction L approvisionnement

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 CAC/RCP 47-2001 Page 1 de 7 CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 INTRODUCTION...2 SECTION I

Plus en détail

Guide pour l installation domestique de chaudière automatique à bois déchiqueté

Guide pour l installation domestique de chaudière automatique à bois déchiqueté Guide pour l installation domestique de chaudière automatique à bois déchiqueté Dossier d aide à la décision destiné aux particuliers et agriculteurs Version Avril 2011 «Comment fonctionne une chaudière

Plus en détail

www.lacentraledupoele.com Auteur: Christian MARTENOT cmt@sas-lcdp.com

www.lacentraledupoele.com Auteur: Christian MARTENOT cmt@sas-lcdp.com www.lacentraledupoele.com Auteur: Christian MARTENOT cmt@sas-lcdp.com 1 ère partie : Qui sommes-nous? Nos activités Se chauffer avec du granulé : Qu est-ce que le granulé? Pourquoi utiliser du granulé

Plus en détail

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT Dans un avenir marqué par : des incertitudes importantes de nature économique, énergétique et technologique, à l échelle mondiale, européenne

Plus en détail

Les installations de brûleurs de Zantingh. La certitude d un chauffage écologique et économique en énergie

Les installations de brûleurs de Zantingh. La certitude d un chauffage écologique et économique en énergie Les installations de brûleurs de Zantingh La certitude d un chauffage écologique et économique en énergie You Zantingh fabrique des brûleurs au gaz sous son propre nom depuis 1970. Au cours des années,

Plus en détail

La gestion de la demande avec les accumulateurs thermiques

La gestion de la demande avec les accumulateurs thermiques La gestion de la demande avec les accumulateurs thermiques AGPI (avril 2007) Alain Moreau, ing., M.Sc.A. Chercheur, chargé de projet Institut de recherche d Hydro-Québec Jean Lemay, ing. Gestionnaire de

Plus en détail

Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003)

Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003) Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003) Consommation Taux d'indépendance énergétique Energie Electricité Pouvoir calorifique Consommation

Plus en détail

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole. 01/10/2014 www.udppc.asso.fr.

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole. 01/10/2014 www.udppc.asso.fr. Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole 01/10/2014 www.udppc.asso.fr Page 1 sur 11 ÉTUDE DE L EMPREINTE ENVIRONNEMENTALE DE QUELQUES DISPOSITIFS

Plus en détail