Rappels réglementaires concernant la prévention du risque Legionelle dans les réseaux sanitaires

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rappels réglementaires concernant la prévention du risque Legionelle dans les réseaux sanitaires"

Transcription

1 Rappels réglementaires concernant la prévention du risque Legionelle dans les réseaux sanitaires Journées de formation/séminaire - Gestion des risques sanitaires et industriels 21 novembre 2013 Dr Laure Belotti Praticien contractuel laboratoire d Hygiène HUS 1

2 Une législation florissante Eau/Legionellose 46 textes Décret Arrêté Circulaire Instruction Note de service Guide 2

3 Les textes qui nous intéressent Circulaire DGS/SD7A/SD5C DHOS/E4 n du 22 avril 2002 relative à la prévention du risque légionelles dans les établissements de santé Circulaire DHOS/E4/DGS/SD7A n du 9 septembre 2005 relative au guide technique sur l eau dans les établissements de santé: guide technique eau et santé. Ministère de la santé et des solidarité, 2005 Circulaire DGS/SD7A/DHOS/E4/DGAS/SD2 n du 28 octobre 2005 relative à la prévention du risque lié aux légionelles dans les établissements sociaux et médico-sociaux d hébergement pour personnes âgées Arrêté du 21 janvier 2010 modifiant l arrêté du 11 janvier 2007 relatif au programme de prélèvements et d analyses du contrôle sanitaire pour les eaux fournies par un réseau de distribution, pris en application des articles R , R et R du code de la santé publique Arrêté du 1 er février 2010 relatif à la surveillance des légionelles dans les installations de production, de stockage et de distribution d eau chaude sanitaire Circulaire DGS/EA4 n du 21 décembre 2010 relative aux missions des ARS dans la mise en œuvre de l arrêté du 1 er février Instruction DGS/EA4/2013/34 du 30 janvier 2013 relative au référentiel d inspectioncontrôle de la gestion des risques liés aux légionelles dans les installations d eau des bâtiments 3

4 Arrêté du 1 er février 2010 Relatif à la surveillance des legionelles dans les installations de production, de stockage et de distribution d eau chaude sanitaire Ces prescriptions s appliquent aux: Etablissements de santé Etablissements sociaux et médico sociaux Etablissements pénitentiaires Hôtels Résidences de tourisme Campings Autres établissements recevant du public (ERP) Attention: Cet arrêté ne s applique pas aux installations alimentées en eaux minérales naturelles utilisées à des fins thérapeutiques dans les établissements thermaux 4

5 Arrêté du 1er février 2010 S agissant des établissements de santé et médico sociaux: L arrêté reprend les modalités de surveillance et les objectifs cibles prévus par les circulaires: Circulaire DGS/SD7A/SD5C DHOS/E4 n du 22 avril 2002 relative à la prévention du risque légionelles dans les établissements de santé Circulaire DGS/SD7A/DHOS/E4/DGAS/SD2 n du 28 octobre 2005 relative à la prévention du risque lié aux légionelles dans les établissements sociaux et médico-sociaux d hébergement pour personnes âgées 5

6 Arrêté du 1er février 2010 Plusieurs points importants: Traçabilité de cette surveillance Délégation des analyses à un laboratoire accrédité Responsabilité de cette surveillance 6

7 La responsabilité de cette surveillance Responsable des installations (le responsable juridique du fonctionnement du réseau): Le propriétaire des installations Le directeur d établissement Un exploitant (si cette responsabilité lui a été déléguée contractuellement) 7

8 La responsabilité de cette surveillance Cette responsabilité repose sur l organisation: Mesures de température Campagnes de prélèvements Mesures préventives si inutilisation du réseau Seuils dépassés Mise en place d actions correctives - Sécuriser les points - Rétablir la qualité microbiologique de l eau 8

9 Pour les établissements de santé Points de surveillance Mesures obligatoires S T O C K A G E P R O D U C T I O N D I S T R I B U T I O N Sortie de la production d eau chaude sanitaire (mise en distribution) Retour de boucle Fond de ballon de production, stockage Point d usage à risque, les plus éloignés de la production d eau chaude Points d usage représentatifs (dans les services accueillant des patients à risque: décision du CLIN) 9 Température de l eau: 1x/ jour (ou en continu) Analyse Legionelle: 1x/an Température de l eau: 1x/jour Analyse Legionelle: 1x/an -Dans le dernier ballon si installés en série -Dans un des ballons si installés en parallèle Analyse Legionelle: 1x/an Température de l eau: 1x/semaine Analyse Legionelle: 1x/an Température de l eau: 1x/semaine Point d usage à risque: Tout point accessible au public et pouvant produire des aérosols (douche, douchette, bain à remous ou à jet)

10 Pour les établissements sociaux et médico sociaux, pénitentiaires, hôtels, résidences de tourisme, campings autres RCP Points de surveillance Mesures obligatoires Sortie de la production d eau chaude sanitaire (mise en distribution) Température de l eau: 1x/ mois Retour de boucle Fond de ballon de production, stockage Point d usage à risque, les plus éloignés de la production d eau chaude Analyse Legionelle: 1x/an Température de l eau: 1x/mois Analyse Legionelle: 1x/an -Dans le dernier ballon si installés en série -Dans un des ballons si installés en parallèle Analyse Legionelle: 1x/an Température de l eau: 1x/mois 10

11 Traçabilité de la surveillance Le responsable des installations doit s assurer de la traçabilité de cette surveillance: Il s assure de consigner : Les modalités et les résultats de la surveillance avec les éléments descriptifs du réseau ECS La maintenance (fichier sanitaire des installations) doit être tenu à disposition des autorités sanitaires Cette surveillance doit être renforcée en cas d incident Qualité d eau ne respecte pas les objectifs cibles Un cas de légionellose est mis en relation avec l eau distribuée 11

12 Délais d application Dispositions effectives depuis le 1 er juillet 2010 pour: Les établissements de santé Les établissements médico sociaux d hébergement pour personnes âgées: maison de retraite, logements-foyers Dispositions effectives depuis le 1 er janvier 2011 pour: Les hôtels, résidences de tourisme, campings Les établissements pénitentiaires, centre de détention ou semi liberté Les autres établissements médico-sociaux: foyers et maisons d accueil spécialisés, centre d hébergement et de réinsertion sociale. 12

13 Délais d application Dispositions effectives depuis le1er janvier 2012 pour: les autres établissements recevant du public Les établissements thermaux (sauf eaux minérales naturelles) Les villages vacances, foyers logements pour jeunes travailleurs (gîtes de plus de 5 chambres) Les piscines et complexes aquatiques, gymnases, salles omnisport Les résidences universitaires, collèges, lycées comportant des blocs sanitaires, bains, hammam, saunas Balnéothérapie et spa en démonstration Stations service comportant des blocs sanitaires Etablissements en plein air 13

14 Circulaire du 21 décembre 2010 Relative aux missions des ARS dans la mise en œuvre de l arrêté du 1 er février 2010 Inspection et contrôle de la mise en œuvre des actions Communication Répondre aux sollicitations des particuliers MISSIONS ARS 14

15 En pratique, comment faire, que doit-on retenir de ces textes 15

16 Circulaire du 21 décembre 2010: le guide d information : La surveillance des points techniques Mesure de la température permet: De déterminer les portions des réseaux d ECS où l hydraulique n est pas satisfaisante (cf: guide technique hydraulique, défaillances et préconisations édité par le centre scientifique et technique du bâtiment, CSTB) D être un indicateur du quotidien et représentatif de la maîtrise ou non des risques de brûlures et de prolifération des légionelles dans le réseau. Analyses microbiologiques 16

17 Circulaire du 21 décembre 2010: le guide d information: La surveillance des points techniques La sortie de distribution (mise en distribution) Respect des valeurs minimales exigées (arrêté du 30 novembre 2005): Mise en distribution d une eau de température suffisamment élevée et supérieure à 55 C = limite le risque de prolifération des légionelles Obligation réglementaire pour les installations où la production et les réseaux d ECS ont été réceptionnés par le maître d ouvrage après le 15 décembre 2006 Valeurs guide à respecter pour les autres installations (Au niveau des points d usage, les valeurs mentionnées dans cet arrêté s appliquent quelques soit l ancienneté des installations) 17

18 Circulaire du 21 décembre 2010: le guide d information: La surveillance des points techniques Le fond de ballon de production et de stockage Point particulièrement sensible (inertie de l eau) Prélèvement après un écoulement abondant (chasser les dépôts et boues) Le retour de boucle Indicateur de l équilibrage du réseau Mesure de la température sur chaque boucle Valeur T en tous points du réseau T en retour de boucle T minimale en retour de boucle = 50 C Analyses microbiologiques pour connaître l état de l ensemble du réseau 18

19 Circulaire du 21 décembre 2010: le guide d information: La surveillance des points techniques 19

20 Circulaire du 21 décembre 2010: le guide d information: surveillance des points d usage Mesure de la température: 1x/semaine ou 1x/mois Mesure de la température: > 50 C en tous points du réseau = mesure du temps d obtention de l eau la plus chaude (30 secondes) Analyse microbiologique: alternance de prélèvement purge et au premier jet (contrôle de l exposition) Elaborer une stratégie d échantillonnage Choix des points les plus représentatifs: Usage quotidien des usagers: un maximum d exposition Points utilisés par des personnes vulnérables Points les plus éloignés de la production d eau = points défavorisés Moment du prélèvement: Installation ou rénovation récente: stagnation possible, décollement de biofilm avec vibration sur le réseau Nombre de points de prélèvements: doit être proportionnel: au nombre de points d usage à risque (douches) au nombre de personnes exposées par an à l impact sur l établissement en cas de survenue d un cas de légionellose 20

21 Circulaire du 21 décembre 2010: le guide d information: surveillance des points d usage Pour les bains à remous à usage collectif ou recevant du public (sauf ceux utilisés à usage strictement médical) Même réglementation que les piscines Alimentation en eau désinfectée et désinfectante Eau qui re-circule donc non représentative de l eau du réseau Ne sont pas concernés par l arrêté du 1 er février 2010 Concernés par la circulaire DGS/EA4/2010/289 du 27 juillet 2010 Attention: les bains à remous à usage individuel (balnéothérapie) sont soumis à l arrêté du 1 er février

22 Circulaire du 21 décembre 2010: le guide d information: Laboratoire en charge des prélèvements Choix du laboratoire: Le prélèvement et l analyse doivent être effectués par un laboratoire accrédité (prélèvement = cf AFNOR FD T ) Information rapide en cas de résultats supérieurs aux valeurs cible Conservation des souches Si les analyses sont demandées par l ARS et lorsque les seuils sont dépassés = il faut conserver les souches pendant 3 mois (obligation) Si un cas de légionellose et est relié à un séjour dans un ERP + présence de légionelles dans le réseau = source potentielle de contamination mais preuve non suffisante Comparaison de souche (CNR Legionelles) 22

23 Circulaire du 21 décembre 2010: le guide d information: Laboratoire en charge des prélèvements Analyse par la méthode de culture (norme NF T ) Constitue un indicateur de management global de la surveillance du risque légionelle en plus de la mesure de température Résultats sous jours Interprétation des résultats doit être contextuelle (au regard des dispositions préventives mises en place + recherche des dysfonctionnements) Attention: un résultat conforme ne veut pas dire que tout va bien. La concentration en légionelle peut varier en fonction du temps: Variation en fonction de la période de l année Variation si présence de travaux (vibration décolle le biofilm) Après traitement du réseau (chimique, thermique) = résultat de la désinfection. Nécessité d un re contrôle quelques semaines plus tard pour voir la réelle contamination du réseau. 23

24 Circulaire du 21 décembre 2010: le guide d information: Laboratoire en charge des prélèvements Les niveaux cibles Cas général des points d usage à risque dans les ERP (article 4 arrêté du 1 er février 2010) 1000 UFC/L Legionella pneumophila Cas des secteurs à risques (patients à risque) dans les établissements de santé: < 250 UFC/L Legionella non détectée Bains à remous à usage collectif et recevant du public ainsi que les piscines: < 250 UFC/L Legionella non détectée Absence de Legionella pneumophila, mais présence de Legionella spp: signe d une dégradation de la qualité de l eau Analyse par PCR: Amplification de l ADN bactérien présent dans l eau couplée à une quantification du génôme Norme NF T Utilisée dans la surveillance complémentaire ou pour réaliser le plan d échantillonnage initial Attention, les résultats obtenus ne peuvent pas être pris en compte dans le cadre de la surveillance demandée par cet arrêté! 24

25 Circulaire du 21 décembre 2010: le guide d information: établissements qui sont inoccupés L article 3 de l arrêté du 1 er février 2010 précise que «dans le cas où les réseaux d ECS ne sont pas utilisés pendant plusieurs semaines, des prélèvements pour analyses de légionelles sont réalisés après purge des réseaux dans les 2 semaines qui précédent l accueil du public» Pas d obligation de réaliser les contrôles si le réseau est vidangé (déconseillé quand acier galvanisé) Les opérations à réaliser: 25 Purge et rinçage du réseau: Vidange complète des systèmes de stockage d eau + chasse au niveau des points d usage Laisser couler abondamment l eau froide et l eau chaude Enlever les mousseurs pour éliminer aussi les dépôts Contrôle d eau: prélèvement après les purges Mesures techniques (maintenances préventives) pour le maintien de la qualité de l eau pendant la période intermédiaire Avant l accueil du public Mais aussi pendant les phases de pleine exploitation

26 Circulaire du 21 décembre 2010: le guide d information: mesures de prévention 3 axes d actions: Éviter la stagnation et s assurer de la bonne circulation Lutter contre l entartrage et la corrosion (conception et entretien) Maintenir l eau à une température élevée 1. Bonne connaissance du réseau: Identifier une personne en charge du thème Legionelles Directeur d établissement (pour les petites structures: campings, hôtel) Services techniques + EOH, CLIN pour les établissements de santé Être attentif lors de la conception, mise en œuvre, mise en eau et réception du réseau : purge et désinfection avant l accueil du public (obligation de résultats) Mettre à jour les schémas hydrauliques et les plans des réseaux intérieurs Documenter les installations, les contrats, les opérations relatives aux travaux, à leur réception, à l exploitation et à la surveillance Mise en place d un cahier ou fichier technique et sanitaire des installations 26

27 Circulaire du 21 décembre 2010: le guide d information: mesures de prévention La cahier sanitaire comporte au minimum: Les plans ou synoptique des réseaux La liste des travaux de modification, rénovation ou extension des installations Les opérations de maintenance et d entretien réalisées Les traitements de lutte contre le tartre et la corrosion réalisés Les traitements de désinfection réalisés Les résultats des analyses concernant l évolution de la qualité de l eau Les relevés de température Les volumes consommés (eau froide et ECS) 27

28 Circulaire du 21 décembre 2010: le guide d information: mesures de prévention 2. circulation d eau 28 Conditions d utilisation: Quantités d eau consommées Fréquence d utilisation des points d usage Identifier les périodes pendant lesquelles la température de l eau n est pas suffisante pour contrôler la prolifération des legionelles. Pendant les périodes de faible activité: penser à purger EFS et ECS surtout dans les pièces de toilette destinées au patient (si plus de 48h d inutilisation) Conditions d exploitation: Éviter la stagnation Identifier et supprimer les bras morts Respect des réf normatives vitesse minimale de l eau (DTU 60.11) Respect des obligations réglementaires température de l eau (arrêté du 30/11/2005) T dans le réseau > 50 C et distribution aux points d usage à max 50 C Hydraulique et entretien du réseau ECS bouclé diamètre canalisation, défaut d équilibrage = T insuff et colmatage des organes de réglage et canalisation.

29 Circulaire du 21 décembre 2010: le guide d information: mesures de prévention 3. Travaux Remplacer les installations corrodées, nettoyer les installations entartrées (1x/an) Vidange, curage, nettoyage, désinfection des lieux de stockage Dépose des éléments de robinetterie, nettoyage, détartrage, désinfection (2x/an minimum) Maintenance régulière des installations Calorifuger les réseaux Passage de réseau dans locaux surchauffés Proximité réseau chaud et froid Mélange d ECS et EFS au niveau des mitigeurs (EFS < C) Changer les dispositifs «anti-retours» Pour les établissements type hôtels, résidences de tourisme et campings = info complémentaires : guide technique établi par la DGS et CSTB (2008) 29

30 Circulaire du 21 décembre 2010: le guide d information: mesures curatives Si valeurs cibles dépassées Etablissements de santé, sociaux et médico sociaux d hébergement pour personnes âgées: circulaires 22/04/2002 et 28/10/2005 Pour les autres établissements: Vérification de l origine des écarts (résultats antérieurs, dysfonctionnements, risque) Restriction d usage Entretien installations Renforcement des contrôles +/- désinfection par choc thermique ou chimique (en dernier recours) 30

31 Circulaire du 21 décembre 2010: le guide d information: mesures curatives Désinfection curative: Produits et procédés autorisés par le ministère de la santé (cf guide du conseil supérieur d hygiène publique de France circulaire DGS 2002/273 du 02/05/2002) S assurer au préalable de la compatibilité avec les matériaux Si réseau d eau destinée à la consommation humaine: produits conformes aux dispositions de l article R du CSP Rinçage abondant du réseau après le traitement Contrôles Contrôle de la désinfection = au moins 48h après la mise en œuvre actions Contrôle pérennité des actions: 2 à 8 semaines après la désinfection. 31

32 Circulaire du 21 décembre 2010: le guide d information: mesures curatives Produits Composés chlorés générant des hypochlorites (hypochlorite de sodium ou de calcium) Dichloroisocyanurates 100 mg/l de chlore libre pendant 1h 50 mg/l de chlore libre pendant 12h 15 mg/l de chlore libre pendant 24h 100 mg/l éq chlore libre pendant 1h 50 mg/l éq chlore libre pendant 12h 15 mg/l éq chlore libre pendant 24h Peroxyde d hydrogène mélangé à de l argent Acide peracétique + peroxyde d hydrogène soude 100 à 1000 mg/l de H2O2 pendant 12h 1000 ppm en éq H2O2 pendant 2h ph> 12 pendant 1h (à neutraliser avant rejet égout) Procédé Choc thermique (que réseau ECS) 70 C pendant 30 minutes 32

33 Instruction du 30 janvier 2013: référentiel d inspection La publication de ce référentiel répond à trois objectifs : 1) fournir aux ARS des outils pour la réalisation de leurs missions d'inspection-contrôle en rapport avec les objectifs qui leur sont assignés annuellement contrôler la mise en œuvre de l'arrêté du 1er février 2010 pour tout ERP dont la fréquentation est reliée à un cas de légionellose déclaré : il peut s agir d un contrôle sur pièces ou in-situ inspecter les établissements de santé de la région dans la continuité des missions engagées par les autorités sanitaires depuis 2004 ; faciliter l intervention des ARS dans le cadre de l'investigation et la gestion d'alerte se rapportant notamment à un cluster de cas de légionellose dans un établissement ; 33 2) harmoniser les pratiques entre les ARS en proposant une base de travail commune, appelée à évoluer périodiquement en fonction du retour d'expérience 3) porter à la connaissance des établissements les différentes mesures qui peuvent faire l'objet d'une inspection-contrôle et favoriser l'autocontrôle des établissements à ce sujet.

34 Instruction du 30 janvier 2013: référentiel d inspection Le document proposé comprend sept chapitres et une annexe : 1 - Caractéristiques de la mission d'inspection-contrôle 2 - Contrôle de la mise en œuvre de l'arrêté du 1er février 2010 relatif à la surveillance des légionelles dans les installations d'eau chaude sanitaire (ECS) 3 - Evaluation de la qualité du suivi et des défaillances des installations d'eau 4 - Examen de la prise en charge des cas de légionellose nosocomiaux et de la prise en compte des risques liés aux légionelles dans les établissements de santé ou d'hébergement pour personnes âgées 5 - Contrôle sanitaire des bains à remous (spa) à usage collectif et recevant du public 6 - Eléments descriptifs des fontaines décoratives et des systèmes collectifs de brumisation 7 - Fiche récapitulative des items qui seront à renseigner systématiquement par l ARS dans le système d information en santéenvironnement des ERP (SISE-ERP). Cette fiche peut servir de base à la réalisation d'un contrôle simple d'un établissement ou à la gestion d'une situation d'alerte, notamment dans le cadre d une astreinte, en lien avec un établissement. 34

35 35

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques Légionelles Présence dans les milieux aquatiques naturels ou artificiels Conditions favorables

Plus en détail

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Risques sanitaires liés aux légionelles Infections de type grippal Infections respiratoires graves Légionelloses - Symptômes : 2 à 10

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE A N N E X E

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE A N N E X E A N N E E GUIDE D INFORMATION POUR LES GESTIONNAIRES D ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIONS DE L ARRÊTÉ DU 1 er FÉVRIER 2010 RELATIF À LA SURVEILLANCE DES LÉGIONELLES

Plus en détail

ANNEXE 1. LEGIONELLES ET LEGIONELLOSE. 1.1. Contexte sanitaire - Epidémiologie

ANNEXE 1. LEGIONELLES ET LEGIONELLOSE. 1.1. Contexte sanitaire - Epidémiologie ANNEXE GUIDE D INFORMATION POUR LES GESTIONNAIRES D ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIONS DE L ARRETE DU 1 ER FEVRIER 2010 RELATIF A LA SURVEILLANCE DES LEGIONELLES

Plus en détail

Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010

Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010 Établissements de Santé et Environnement Jeudi 31 Mai 2012 Béatrice Bresson Ingénieur Biomédical Direction Qualité Performance Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010 Plan d intervention

Plus en détail

Fiche d information Prévention des Risques Professionnels Septembre 2013. - Prévention des Risques professionnels - Les risques liés aux légionelles

Fiche d information Prévention des Risques Professionnels Septembre 2013. - Prévention des Risques professionnels - Les risques liés aux légionelles Fiche d information Prévention des Risques Professionnels Septembre 2013 - Prévention des Risques professionnels - Les risques liés aux légionelles La présente fiche rappelle les différentes mesures concernant

Plus en détail

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Juin 2006: Réseau National Biofilm Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Les légionelles: quelques rappels Bactéries Gram -, origine naturelle hydrotellurique,

Plus en détail

A propos d un cas de légionellose nosocomiale

A propos d un cas de légionellose nosocomiale A propos d un cas de légionellose nosocomiale Dr. Mathé médecin hygiéniste HPGM (91) C. Houmaire, Ingénieur d Etudes Sanitaires (ARS DT 91) Prévention du risque infection en EHPAD 02 avril 2015 1 Légionellose

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi et de la santé

Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère du travail, de l emploi et de la santé Secrétariat d Etat à la Santé Direction générale de la Santé Sous-direction de la prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation Bureau

Plus en détail

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie Page : 1 / 9 Page : 2 / 9 Généralités - Définitions Legionella et risques : Legionella est un bacille intracellulaire Gram négatif qui est responsable de 0,5 à 5% des pneumonies communautaires nécessitant

Plus en détail

COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1

COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1 COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1 Plan de l intervention Un préalable : bien connaître son installation Les 3 principes

Plus en détail

Mise en service d un réseau neuf

Mise en service d un réseau neuf Gestion des risques liés à l eau lors de l ouverture d un bâtiment Aile Ouest Aile Est Aile SUD ICASS ARROJA Marie-Agnès, cadre hygiéniste ICS MOREAU Nathalie, infirmière hygiéniste Mise en service d un

Plus en détail

Les usages de l eau. Les modes de contamination. Les risques infectieux. Les eaux destinée à la consommation humaine. Critères de qualité des eaux

Les usages de l eau. Les modes de contamination. Les risques infectieux. Les eaux destinée à la consommation humaine. Critères de qualité des eaux Etablissements de santé : recommandations actuelles sur la qualité de l eau Docteur Fabien SQUINAZI Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Les usages de l eau alimentation : boisson, préparation des

Plus en détail

Actions de prévention de la légionellose en EHPAD

Actions de prévention de la légionellose en EHPAD Actions de prévention de la légionellose en EHPAD 16 décembre 2014 Corinne CHANTEPERDRIX DD26 Audrey COMTE DD01 2ème rencontre des Equipes Mobiles d Hygiène - Centre hospitalier Lyon Sud LES MISSIONS DES

Plus en détail

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement Légionelles Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement La bactérie: évaluation des dangers Bacille gram - : 50 espèces, 64 sérogroupes naturellement présentes dans

Plus en détail

Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments

Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments Olivier CORREC Mél : olivier.correc@cstb.fr Contexte des réseaux d eau sanitaire Exigences générales : o Sécuriser la consommation

Plus en détail

Gestion du risque légionelle

Gestion du risque légionelle Les légionelles dans les établissements de santé et les établissements d hébergement pour personnes âgées Maîtrise du risque dans les réseaux d eau sanitaire Expérience du centre hospitalier du Pays d

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation Bureau de la qualité des eaux Personne

Plus en détail

Contexte général. Contenu de la mission d expertise

Contexte général. Contenu de la mission d expertise Cahier des charges type à l usage des établissements sociaux et médico-sociaux, pour la réalisation d un audit hydraulique des installations de distribution d ECS Contexte général Il est prévu au sein

Plus en détail

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau olivier.correc@cstb.fr Nouveaux Documents Techniques Unifiés DTU 60.1 Plomberie sanitaire pour

Plus en détail

Le ministre de la santé et des solidarités, le ministre délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées

Le ministre de la santé et des solidarités, le ministre délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées Circulaire DGS/SD7A-DHOS/E4-DGAS/SD2 n o 2005-493 du 28 octobre 2005 relative à la prévention du risque lié aux légionelles dans les établissements sociaux et médicosociaux d hébergement pour personnes

Plus en détail

SYSTEM O. Contrôler la température sur l ensemble de votre réseau...

SYSTEM O. Contrôler la température sur l ensemble de votre réseau... SYSTEM O Contrôler la température sur l ensemble de votre réseau... Contexte réglementaire La prévention des risques sanitaires est une priorité pour les maitres d ouvrage en particulier dans les Etablissements

Plus en détail

des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires w w w. s o g o b a. c o m

des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires w w w. s o g o b a. c o m Equilibrage & Maintenance des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires G R K N E T E v o l u t i o n La solution

Plus en détail

II - L EXPOSITION AUX LÉGIONELLES... suite III - LES MOYENS DE PRÉVENTION. 1. Bien concevoir les réseaux d eau Bâtiments neufs

II - L EXPOSITION AUX LÉGIONELLES... suite III - LES MOYENS DE PRÉVENTION. 1. Bien concevoir les réseaux d eau Bâtiments neufs FICHE 9 Les Légionelles Environnement intérieur - EAU I - LES DANGERS LIÉS AUX LÉGIONELLES La légionelle (nom scientifique Legionella) est une bactérie qui se développe dans l eau et les milieux humides

Plus en détail

CONCEPTION CONCEPTION CONCEPTION. Diagramme général pour la réalisation de réseaux d eaux sanitaires. Réseau d eau chaude sanitaire ATTENTION

CONCEPTION CONCEPTION CONCEPTION. Diagramme général pour la réalisation de réseaux d eaux sanitaires. Réseau d eau chaude sanitaire ATTENTION Diagramme général pour la réalisation de réseaux d eaux sanitaires Rédaction cahier des clauses techniques particulières (CCTP) Phase Travaux Opération préalable à la réception des installations (OPR)

Plus en détail

La qualité microbiologique de l eau dans les établissements de santé : pourquoi et comment la maîtriser?

La qualité microbiologique de l eau dans les établissements de santé : pourquoi et comment la maîtriser? La qualité microbiologique de l eau dans les établissements de santé : pourquoi et comment la maîtriser? Docteur Fabien SQUINAZI Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Le biofilm des réseaux

Plus en détail

La production d eau chaude à partir de l énergie solaire

La production d eau chaude à partir de l énergie solaire La production d eau chaude à partir de l énergie solaire Prévenir les risques sanitaires en Etablissements de santé Etablissements sociaux et médico-sociaux d hébergement pour personnes âgées Eau et santé

Plus en détail

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Thierry POLATO Agence Régionale de Santé Pays de la Loire Délégation territoriale de Maine-et-Loire

Plus en détail

Légionelle, un nouveau défi...

Légionelle, un nouveau défi... Laboratoire Départemental d Analyses Légionelle, un nouveau défi... Le Laboratoire Départemental d Analyses du Département de la Lozère - LDA 48 vous propose de faire le point Légionelles, un nouveau défi

Plus en détail

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Délégation territoriale du Val-d Oise Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Maîtriser la température de l eau chaude sanitaire L exploitant d un réseau d eau

Plus en détail

La légionellose : approche du risque et prévention

La légionellose : approche du risque et prévention La légionellose : approche du risque et prévention Mélanie BARRAULT - Bio hygiéniste - CHM Eric TRICOT - Cadre hygiéniste coordonnateur - CHM - Réseau LUTIN 72 Journée des correspondants paramédicaux en

Plus en détail

Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004

Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004 Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004 09/11/04 DSDS DE GUYANE 1 sommaire 1/ présentation de la légionelle et historique des épidémies de

Plus en détail

Piscines : point réglementaire

Piscines : point réglementaire Piscines : point réglementaire 02octobre 2012 Principales références juridiques: Articles L1332-1 à L1332-9, articles D1332-1 à D1332-13, et annexe 13-6 (installations sanitaires) du code de la santé publique.

Plus en détail

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Constats Présence régulière de légionelles dans les installations de distribution d eau intérieure

Plus en détail

Guide de gestion du risque lié aux légionelles en EHPAD - 0 -

Guide de gestion du risque lié aux légionelles en EHPAD - 0 - Guide de gestion du risque lié aux légionelles en EHPAD - 0 - SOMMAIRE GLOSSAIRE CONTEXTE SANITAIRE EPIDEMIOLOGIE PROBLEMATIQUE DES RESEAUX D'EAU CHAUDE SANITAIRE RESPONSABILITE DES ETABLISSEMENTS PARTIE

Plus en détail

CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D EAU

CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D EAU CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D EAU Indiquer le nom de l établissement Agence Régionale de Santé Nord - Pas-de-Calais Qu est ce que le carnet sanitaire? Le carnet sanitaire constitue le référentiel

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE. Maîtrise du risque de développement des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire. Maîtrise du risque de développement

GUIDE TECHNIQUE. Maîtrise du risque de développement des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire. Maîtrise du risque de développement Maîtrise du risque de développement des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire Ce document vise à apporter au chef d établissement ou au responsable gestionnaire, une meilleure lisibilité

Plus en détail

Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits

Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe spécialisé n 19 Traitement des Eaux Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits Cahier des Prescriptions Techniques

Plus en détail

Guide méthodologique destiné aux Etablissements d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes

Guide méthodologique destiné aux Etablissements d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes Guide méthodologique destiné aux Etablissements d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes SERVICE D HYGIENE ET D EPIDEMIOLOGIE SECTEUR EHPAD Juin 2009 Ce guide décrit l ensemble des dispositions

Plus en détail

LEGIONELLA Comment prévenir la contamination

LEGIONELLA Comment prévenir la contamination LEGIONELLA Comment prévenir la contamination Daniel Bonnotte Ingénieur CHU de Nice 29/10/03 CHU 1 LEGIONELLA Légionella - bactérie pathogène opportuniste milieu colonisé, niveau de concentration suffisant,

Plus en détail

ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU

ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU Sommaire ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU 1. Réseau d eau... 2 2. Rapport d analyse Qualité sanitaire de l eau... 3 3. Eaux pluviales... 6 4. Revêtements spéciaux... 7 5. Analyse de l eau... 7 5.1 Arrêté

Plus en détail

Avis Technique 19/11-110. Probio

Avis Technique 19/11-110. Probio Avis Technique 19/11-110 Annule et remplace l Avis Technique 19/06-76 Procédé de traitement sanitaire des eaux chaudes sanitaires par addition de produits Procédé de lutte contre la prolifération des légionelles

Plus en détail

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau Philippe BERTHELOT Unité d Hygiène inter-hospitalière Service des Maladies Infectieuses et laboratoire de microbiologie, CHU de Saint-Etienne Professeur

Plus en détail

DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS DIRECTION GENERALE DE LA SANTE

DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA SANTE Sous-direction de la gestion des risques des milieux DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements

Plus en détail

LEGIONELLES : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS

LEGIONELLES : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS Service : Microbiologie Méthode technique LEGIONELLES : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS Mise en service de la première version : Mise en application de cette version : Rédaction

Plus en détail

Spécialité "ENVIRONNEMENT, HYGIENE"

Spécialité ENVIRONNEMENT, HYGIENE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA VENDEE EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 ère CLASSE - 2008 Epreuves écrites d admissibilité du 16 janvier 2008 Spécialité

Plus en détail

N 373 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 373 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 26 février 2008 N 373 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 7 novembre 2007. PROPOSITION

Plus en détail

Fluid distribution and regulation systems for buildings

Fluid distribution and regulation systems for buildings Fluid distribution and regulation systems for buildings DOSSIER: LIMITER LE RISQUE LEGIONELLES DANS LES CIRCUITS D EAU SANITAIRE IND.B - AVR 09 1/ GENERALITES De nombreuses recherches démontrent qu un

Plus en détail

SPA : REGISTRE DE SURVEILLANCE ET D ENTRETIEN

SPA : REGISTRE DE SURVEILLANCE ET D ENTRETIEN Prévention des risques infectieux SPA : REGISTRE DE SURVEILLANCE ET D ENTRETIEN OBJET DU REGISTRE & MODE D EMPLOI... page 2 RÉSULTATS DES OPÉRATIONS DE SURVEILLANCE ET D ENTRETIEN... page 5 TEXTES DE RÉFÉRENCE

Plus en détail

Objectif. CCLIN Sud-Est juillet 2012 1/8

Objectif. CCLIN Sud-Est juillet 2012 1/8 FFi icchhee Prraat tiqquuee Outil de suivi et d''évaluation de la qualité du réseau Objectif Pour éviter le développement de Pseudomonas aeruginosa dans l eau froide des réseaux alimentant les établissements

Plus en détail

Système de Management de la Qualité et thermalisme : enjeux et objectifs

Système de Management de la Qualité et thermalisme : enjeux et objectifs Système de Management de la Qualité et thermalisme : enjeux et objectifs Exemple de la certification ISO 9001 des établissements thermaux du Groupe THERMES ADOUR (France, 40) 3 ème Séminaire Itinérant

Plus en détail

Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception

Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception Les réseaux bouclés Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception 91/204 La distribution d eau chaude sanitaire Bouclage

Plus en détail

Cas de legionellosenosocomiale en Psychiatrie

Cas de legionellosenosocomiale en Psychiatrie Cas de legionellosenosocomiale en Psychiatrie L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Philippe GLORION, responsable des Services Techniques Dr Stéphanie EDOUARD, Praticien Hygiéniste CoCLINNOR Mardi

Plus en détail

LE RISQUE LEGIONELLOSE DANS L INDUSTRIE

LE RISQUE LEGIONELLOSE DANS L INDUSTRIE LE RISQUE LEGIONELLOSE DANS L INDUSTRIE Qu est-ce que la légionellose? La légionellose est une infection respiratoire provoquée par des bactéries appelées «legionella pneumophila» ou «légionelles». Ces

Plus en détail

AES du 29 septembre L entretien du réseau et de ses équipements : un moyen de prévention indispensable

AES du 29 septembre L entretien du réseau et de ses équipements : un moyen de prévention indispensable AES du 29 septembre L entretien du réseau et de ses équipements : un moyen de prévention indispensable Prise en charge (1) Analyse du type de réseau sanitaire: HT avec mitigeurs locaux, HT avec mitigeurs

Plus en détail

Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique

Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique Congrès de la SF2H - 9 Juin 2011 S. Coudrais Biohygiéniste Unité d Hygiène et Epidémiologie - Groupement

Plus en détail

La légionellose et les tours aéroréfrigérantes

La légionellose et les tours aéroréfrigérantes 68 After a brief survey on legionnaires desease in France and on new regulations, some recommendations are presented for the prevention of the proliferation of legionella in cooling towers La légionellose

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la santé Sous-direction «Prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation» Bureau «Qualité des

Plus en détail

Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours

Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours Dr Laure BELOTTI, Praticien contractuel, Laboratoire d'hygiène hospitalière, CHU de STRASBOURG Dr. Arnaud FLORENTIN, Assistant Hospitalo-Universitaire

Plus en détail

Risque lié aux légionelles

Risque lié aux légionelles fiche n 1 DDASS-DRASS Midi-Pyrénées Février 2007 Risque lié aux légionelles QU EST-CE QU UNE LÉGIONELLOSE? La légionellose est une infection provoquée par des bactéries vivant dans l eau du genre Legionella,

Plus en détail

LA LEGIONELLOSE : UN RISQUE POTENTIEL EN MILIEU INDUSTRIEL FICHE DE SYNTHESE

LA LEGIONELLOSE : UN RISQUE POTENTIEL EN MILIEU INDUSTRIEL FICHE DE SYNTHESE LA LEGIONELLOSE : UN RISQUE POTENTIEL EN MILIEU INDUSTRIEL FICHE DE SYNTHESE LA SITUATION En France, la légionellose est une maladie à déclaration obligatoire depuis 1987. En 2008, 1243 cas de légionellose

Plus en détail

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Hygiène au cabinet Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Environnement : air/eau Aération quotidienne des locaux Point d eau dans chaque salle de consultation

Plus en détail

Vu l'avis du Conseil supérieur des installations classées en date du 24 juin 2004,

Vu l'avis du Conseil supérieur des installations classées en date du 24 juin 2004, Arrêté du 13/12/04 relatif aux prescriptions générales applicables aux installations classées pour la protection de l'environnement soumises à déclaration sous la rubrique n 2921 Installations de refroidissement

Plus en détail

Lutte contre les légionelles

Lutte contre les légionelles GUIDE MÉTHODOLOGIQUE À L ATTENTION DES ÉTABLISSEMENTS D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES Lutte contre les légionelles Maîtrise des réseaux d eau chaude sanitaire MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE ET

Plus en détail

La Légionelle à la centrale thermique de Dégrad Des Cannes

La Légionelle à la centrale thermique de Dégrad Des Cannes à la centrale thermique de Dégrad Des Cannes Historique Situation avant 1ères analyses : - obligation préfectorale de surveillance annuelle depuis 07/03 - traitement anti corrosion fer et cuivre en continu

Plus en détail

RAPPORT RESIDENCE PIONCHON. 5 Bis Place de La Ferrandière 69003 LYON

RAPPORT RESIDENCE PIONCHON. 5 Bis Place de La Ferrandière 69003 LYON RAPPORT Expertise sur les «Réseaux d eau» 5 Bis Place de La Ferrandière 69003 LYON ELORA 20 Chemin Louis Chirpaz Bâtiment B 1 er étage 69130 ECULLY E-Mail :Rhone_Alpes@elora.fr Tél: 04.78.33.29.45 Fax:

Plus en détail

L'eau chaude du futur PASTORMASTER. Système de destruction permanente des légionelles. Fabrication Française

L'eau chaude du futur PASTORMASTER. Système de destruction permanente des légionelles. Fabrication Française L'eau chaude du futur PASTORMASTER Fabrication Française Système de destruction permanente des légionelles PASTORMASTER Système de Production et de Pasteurisation en continu de l eau chaude sanitaire généralité

Plus en détail

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire SYSTEM O Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire CONCEPTION, CHOIX DES MATÉRIAUX ET MAINTENANCE : La sécurité des réseaux passe par une bonne conception,

Plus en détail

Philippe Carrara - Consultant technique pour Hôpitaux Expertises. Ch. de Villars 11-1030 Bussigny près Lausanne - 079 / 367.22.44

Philippe Carrara - Consultant technique pour Hôpitaux Expertises. Ch. de Villars 11-1030 Bussigny près Lausanne - 079 / 367.22.44 Philippe Carrara - Consultant technique pour Hôpitaux Expertises Ch. de Villars 11-1030 Bussigny près Lausanne - 079 / 367.22.44 ARAT 26 avril 2012 Ph.Carrara mars 2012 1 Les Directives Les recommandations

Plus en détail

PARTIE 2 : MISE EN SERVICE PARTIE 1 : CONCEPTION PARTIE 3 : ENTRETIEN PARTIE 4 : EN SAVOIR PLUS METTRE EN SERVICE L INSTALLATION...

PARTIE 2 : MISE EN SERVICE PARTIE 1 : CONCEPTION PARTIE 3 : ENTRETIEN PARTIE 4 : EN SAVOIR PLUS METTRE EN SERVICE L INSTALLATION... SOMMAIRE PARTIE 1 : REGLER LES TEMPERATURES DE PRODUCTION ET DE DISTRIBUTION... 4 PREVENIR LE RISQUE LEGIONELLE... 5 CHOISIR UNE SOLUTION PRODUCTION D ECS INDIVIDUELLE... 10 CHOISIR UNE SOLUTION DE PRODUCTION

Plus en détail

CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D'EAU

CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D'EAU CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D'EAU (Indiquer le nom de l installation) Directions Régionale et Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales du Nord-Pas-de-Calais Ministère de l emploi,

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Actualisé 22/02/2008 - FL GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Un bon entretien de votre spa comporte 2 étapes indissociables : le traitement mécanique et le traitement chimique. TRAITEMENT

Plus en détail

Inspection sanitaire des EHPAD. 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD

Inspection sanitaire des EHPAD. 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD Inspection sanitaire des EHPAD 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 17/11/2011 Contexte L inspection s inscrit dans le volet

Plus en détail

PISCINE DE REEDUCATION ET HYGIENE CENTRE HOSPITALIER CENTRE BRETAGNE (Centre de Rééducation de Plémet) PLAN Généralités L eau circuit traitement maintenance contrôles Le baigneur Les locaux architecture

Plus en détail

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz FICHE TECHNIQUE Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz 2 4 5 CONNAÎTRE > Réseau d eau froide > Réseau d eau chaude > Réseau de gaz REGARDER > Réseau d eau ENTRETENIR - AMÉLIORER > Contrat d entretien

Plus en détail

ANTENNE REGIONALE AQUITAINE

ANTENNE REGIONALE AQUITAINE ANTENNE REGIONALE AQUITAINE GESTION DU RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS LES EHPAD MANUEL D EVALUATION 2011 SOMMAIRE Liste des abréviations... 3 Objectif du manuel d évaluation... 4 Fiche établissement...

Plus en détail

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

Plan d'action Sanitaire dans les Lycées. Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE. Lycée les Alpilles

Plan d'action Sanitaire dans les Lycées. Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE. Lycée les Alpilles Plan d'action Sanitaire dans les Lycées Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE Lycée les Alpilles Adresse : 91 avenue Edouard Herriot Code Postal : 13 210... Ville : Saint Rémy de Provence Abréviation

Plus en détail

Réseaux d eau chaude sanitaire : risques liés aux Légionelles

Réseaux d eau chaude sanitaire : risques liés aux Légionelles Réseaux d eau chaude sanitaire : risques liés aux Légionelles Formation organisée par l ARS DtD des Alpes-Maritimes 29 juin 2012 Philippe HARMANT, Laurent KIENE AQUAf luence Conseil, études et formations

Plus en détail

ANNEXE 2 Plan d'action Sanitaire dans les Lycées Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE Centre International de Valbonne

ANNEXE 2 Plan d'action Sanitaire dans les Lycées Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE Centre International de Valbonne ANNEXE 2 Plan d'action Sanitaire dans les Lycées Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE Adresse : 190 rue Frédéric Mistral Code Postal : 06 560... Ville : VALBONNE Abréviation Désignation AO Appel

Plus en détail

Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé?

Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé? Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé? AM Rogues Hygiène Hospitalière CHU de Bordeaux En moyenne 750 litres d eau par jour et par lit Soit la consommation de 5 habitants

Plus en détail

HYGIENE & SPA LES RISQUES DE CONTAMINATION. Référentiel Qualité & Spa

HYGIENE & SPA LES RISQUES DE CONTAMINATION. Référentiel Qualité & Spa HYGIENE & SPA LES RISQUES DE CONTAMINATION 1 Un peu d histoire Thalassothérapie, SPA, Balnéothérapie, Thermalisme : quelles différences? Il y a 2000 ans les Romains avaient compris l importance de l eau

Plus en détail

COMMENT DESINFECTER LES CIRCUITS D EAU? MYTHES ET REALITES

COMMENT DESINFECTER LES CIRCUITS D EAU? MYTHES ET REALITES COMMENT DESINFECTER LES CIRCUITS D EAU? MYTHES ET REALITES Actualités récentes : 6 cas de légionelloses dont 1 mortel à Rennes en janvier 2006 La + grande épidémie en France = 86 cas de légionelloses dont

Plus en détail

Afth. l air. Rappel des recommandations en matière d air ambiant. thermoludiques

Afth. l air. Rappel des recommandations en matière d air ambiant. thermoludiques Rappel des recommandations en matière d air ambiant dans le GBPTh M. Fouquey (ISC eau) Quelques définitions (Art. R 4222-3 du code du travail) 1 Air neuf, l air pris à l air libre hors des sources de pollution

Plus en détail

Solutions pour le rejet zéro de produits chimiques dans les tours aéroréfrigérantes. www.arionic.com

Solutions pour le rejet zéro de produits chimiques dans les tours aéroréfrigérantes. www.arionic.com Solutions pour le rejet zéro de produits chimiques dans les tours aéroréfrigérantes www.arionic.com Notre POSITIONNEMENT LOGEMENTS TRANSPORTS COLLECTIVITES Traitement de l eau Réduire l utilisation et

Plus en détail

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire Sommaire 1. Généralités 7 2. Réseaux d alimentation d eau dans les bâtiments 8 2.1 Généralités 8 2.2 Dimensionnement du réseau d alimentation - Méthode générale 8 2.2.1 Principes généraux 8 2.2.2 Données

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA AU BROME

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA AU BROME Actualisé le 22/02/2008 - FL GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA AU BROME Un bon entretien de votre spa comporte 2 étapes indissociables : le traitement mécanique et le traitement chimique. TRAITEMENT MECANIQUE

Plus en détail

CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau

CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau 1 Note introductive (chapô) La mise en place d une démarche globale de gestion de la qualité de l eau consiste à assurer la maîtrise des risques sanitaires liés

Plus en détail

Contrôle de chlore sur tours de refroidissement. Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide. Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries

Contrôle de chlore sur tours de refroidissement. Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide. Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries Contrôle de chlore sur tours de refroidissement Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide LA LEGIONELLOSE Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries La légionelle vit dans l eau. Elle est

Plus en détail

Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de particules

Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de particules Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe spécialisé n 19 Traitement des Eaux Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de

Plus en détail

VANNE D ÉQUILIBRAGE POUR RÉSEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE. Manuelle. Motorisée. Prévention et lutte. contre les légionelles

VANNE D ÉQUILIBRAGE POUR RÉSEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE. Manuelle. Motorisée. Prévention et lutte. contre les légionelles VANNE D ÉQUILIBRAGE POUR RÉSEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE Manuelle Motorisée Prévention et lutte contre les légionelles GRK NET PRÉVENTION ET LUTTE CONTRE LES LÉGIONELLES LA SOLUTION POUR LA MAINTENANCE DES

Plus en détail

La légionellose DOSSIER

La légionellose DOSSIER Référence : La légionellose DOSSIER Sommaire : 1. Quand parle-t-on de légionellose? 2. Comment diagnostique-t-on l infection? 3. Existe-t-il un traitement? 4. Y a-t-il des mesures de prévention à prendre

Plus en détail

Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public

Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public Version «organismes accrédités» SOMMAIRE Etablissements recevant du public concernés par la surveillance de la qualité de l air intérieur

Plus en détail

Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques

Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques Sommaire Les problèmes rencontrés Le tartre et ses conséquences La corrosion et ses conséquences

Plus en détail

La légionellose est une infection provoquée par des bactéries vivant dans l'eau (les légionelles), dans la plupart des cas «Legionella pneumophila».

La légionellose est une infection provoquée par des bactéries vivant dans l'eau (les légionelles), dans la plupart des cas «Legionella pneumophila». ATN Diffusion LPF SA Conditionnement d'eau professionnel Route des Rez 20, 1667 Enney www.atn-diffusion-lpf.com info@atn-diffusion-lpf.com Tél. 026 921 29 12 Risque Légionelles Détection et gestion des

Plus en détail

CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS. Distribué par AEDES. Développé, breveté et produit par AB7 Industries

CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS. Distribué par AEDES. Développé, breveté et produit par AB7 Industries Bio7 Curage CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS Distribué par AEDES Développé, breveté et produit par AB7 Industries www.aedes.fr 1 PRINCIPE ACTIF Dans tous les pays du

Plus en détail

Environnement du bloc opératoire

Environnement du bloc opératoire La gestion du risque infectieux au bloc opératoire Environnement du bloc opératoire Salles propres et environnements maîtrisés apparentés dans les établissements de santé : une norme. Alain GUEY, Dépt.

Plus en détail

CAMPAGNE D INSPECTION 2008-2009 REPARATION ET MAINTENANCE DES ENDOSCOPES

CAMPAGNE D INSPECTION 2008-2009 REPARATION ET MAINTENANCE DES ENDOSCOPES Direction de l Inspection et des Etablissements Département Inspection en Contrôle du Marché Unité Inspection des Dispositifs Médicaux Rédacteurs : Jean-Christophe BORN et Laurent BAUVAL CAMPAGNE D INSPECTION

Plus en détail

Légionelles (circuit fermé)

Légionelles (circuit fermé) Légionelles (circuit fermé) 1. Problématique - La mise en évidence de légionelles dans un système de canalisations signifie que le système complet est contaminé. Arrière-plan : Les légionelles se multiplient

Plus en détail