J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances"

Transcription

1 J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances Abdellah Belkhaouad, INRH - Casablanca (Maroc) Marc Taconet, FAO Rome (Italie) M. Bahadda, INRH Casablanca (Maroc) Alors qu elle n était qu une activité marginale jusqu en 1988, confinée dans la bande côtière de 4 à 5 miles et limitée à l'exploitation des sparidés, courbine, langouste verte, ramassage des algues, pied de biche et coquillages, la pêche artisanale dans la zone sud Atlantique marocaine revêt en 1994 une toute autre importance : avec environ 652 unités basées dans une quinzaine de sites, elle met en oeuvre pots à poulpe sur des zones de pêche s étendant sans cesse plus au large à la recherche de rendements meilleurs. Le parc d embarcation de la pêche artisanale est très homogène sur la région étudiée. Les barques ont une taille de 4 à 5.5 m, propulsées par des moteurs hors bord de 8 à 18 cvx. L'activité des petits métiers est caractérisée par une saisonnalité marquée dans l'utilisation des engins de pêche. Le mouvement de la flotte artisanale entre les différents sites de la région est conditionné par la recherche des espèces cibles et par le niveau des prix accordés par les mareyeurs. Les 8 engins de pêche répertoriés dans la région sont : les engins de capture du poulpe : le poulpier (pot à poulpe), et le Kerracha Le pot à poulpe est l engin le plus utilisé. La période principale de pêche de cet engin au niveau de la zone maritime de la région de Dakhla se situe entre Novembre et Mars. Une barque largue en moyenne 600 poulpiers par marée. En fin 1994, l'activité de pêche du poulpe a connu l'introduction d'un nouveau type d'engin appelé localement 'Kerracha' (engin actif) utilisé en raison de son faible coût et dont les risques de perte sont moindres par rapport au pot à poulpe. les engins de capture des poissons de fond : la palangre de fond, le filet maillant pour la pêche des sparidés et autres espèces, et la ligne à main Le filet droit pour la pêche de la courbine Le filet trémail pour la pêche de la langouste La turlutte pour la pêche au calmar et à la seiche La méthodologie appliquée pour localiser l activité de la flottille artisanale est basée sur la combinaison d une connaissance experte (pour les zones accessibles et d activité) et d une analyse statistique (pour les zones d exploitation) (1). 1. Connaissance experte et détermination des zones accessibles et d activité L information sur la localisation de l activité de pêche est issue d enquêtes réalisées dans les 11 sites situés entre Oued Elkraa (24 30N) et Corvero (22 N) en L enquête a consisté à interviewer dans chaque site de débarquement un certain (1) voir description de ces trois concepts en présentation I

2 nombre de pêcheurs de manière à avoir une bonne représentation des différentes techniques de pêche utilisées. L espace maritime accessible à partir de chaque site de débarquement a été théoriquement divisé en trois iso-secteurs Nord, Large (ou centre) et Sud. Pour chaque personne interrogée, et pour une technique de pêche donnée, on s est efforcé de localiser son activité en collectant les informations suivantes : les temps de route minimaux et maximaux, la direction de navigation (c est à dire le secteur), les profondeurs minimales et maximales de mise en œuvre de l engin, ainsi que la nature des fonds ; une hiérarchie entre ces facteurs a été définie le cas échéant : la profondeur de pêche peut par exemple être un facteur limitant ayant plus de poids que la distance maximale ; enfin, l enquête s est efforcée de répertorier les repères susceptibles d aider à la délimitation des zones aussi bien en mer qu à la côte. Par ailleurs, un embarquement réalisé en Baie de Dakhla a permis de mesurer la distance parcourue en une heure : 5,5 miles. Cette information combinée au temps de route permet de calculer la distance parcourue. Ces enquêtes ont ainsi révélé que les barques ont un rayon d action maximal de 22 miles. L'information recueillie est utilisée pour modéliser sous SIG la zone accessible et la zone d'activité d'une flottille basée dans un port et pratiquant une technique de pêche : zones accessibles aux barques motorisées : ce sont les régions maritimes délimitées par le cercle centré sur chacun des sites de débarquement et de rayon 22 miles (c est à dire le rayon d action estimé pour ce type d embarcation) ; zones d activité par technique de pêche, et site de débarquement : délimiter les contours des différentes zones d activité revient à transcrire en termes géographiques les informations temps de route, profondeur de pêche, nature des fonds collectées par site, engin, secteur auprès des pêcheurs : - L espace maritime du site est d abord subdivisé en 3 iso-secteurs nord/centre/sud du site. - On dessine ensuite au sein de chaque secteur un arc de cercle centré sur chaque site de débarquement, et de rayon proportionnel au temps de route pour accéder au site de pêche dans ce secteur (figure 1b) ; - Grâce à une carte de bathymétrie, on sélectionne dans chaque secteur visité l intervalle de bathymétrie correspondant à la profondeur de pêche annoncée (figure 1c) ; - On superpose enfin une carte de nature des fonds, et on filtre en fonction du type de fond déclaré par le pêcheur (figure 1d). Le résultat pour chaque port consiste en une carte de la zone d activité par technique de pêche (figure 1e).

3 Figure 1 : Modélisation des zones accessibles et zones d activité d'une flottille artisanale opérant depuis un port et pratiquant une technique de pêche à partir d une connaissance experte Le SIG permet ensuite d agréger ces zones d activité par port sur l ensemble de la région, pour ainsi obtenir pour chaque technique de pêche une cartographie régionale des zones d activité (figure 2). Figure 2 : Zones d activité de différents engins de pêche artisanale de l Atlantique Sud-Marocain

4 2. Approche statistique et validation des zones d exploitation Cette analyse utilise les statistiques de capture de poulpe par site de débarquement fournies par les services de la Marine Royale, présents au niveau de ces sites. Ces statistiques sont transformées en densité de capture au niveau des zones d activité poulpier : les tonnages débarqués dans un site donné pour une saison d activité sont affectés aux zones d activité poulpier fréquentées à partir de ce site; cette zone d activité peut être composée de plusieurs polygones, auquel cas le tonnage global est réparti sur chaque polygone proportionnellement à sa surface; la densité est enfin calculée au niveau de chaque polygone comme quotient du tonnage par la surface. On génère ainsi l indicateur spatial densité de capture exprimé en Kg/Mn². Le poulpier ciblant essentiellement le poulpe adulte, les densités de capture décrites ci-dessus pourraient donc être assimilées à des indicateurs d abondance des poulpes adultes. Afin de tester la validité de cette hypothèse, les cartes d indice d abondance des poulpes adultes obtenues par campagne de chalutage sont superposées aux cartes de densité de capture des poulpiers. L analyse des relations spatiales entre ces deux cartes est décrite dans les paragraphes qui suivent. Il faut d abord noter que l absence de zones d activité poulpier au sud de Cintra est parfaitement cohérente avec une localisation offshore des zones de concentration d adulte, au-delà donc des rayons d action des barques. - au niveau global (à petite échelle) : la carte de la figure 3 montre qu il y a bonne cohérence entre densité de capture et abondance des adultes de poulpe. On parvient ainsi à relire, à travers les déplacements saisonniers de densité de capture et leur intensité, les schémas généraux de déplacement des centres d abondance des adultes : centre de gravité des densités les plus fortes localisé au sud hors des saisons de reproduction (hiver et été), et déplacé vers le nord durant les saisons de reproduction (automne et printemps). Au printemps, l absence de zones à forte densité de capture correspond bien à une situation offshore des zones de concentration d adultes dans la région centrale, tandis que les zones d exploitation du nord (où l on observe en cette saison les débarquements les plus importants) sont les seules à être superposées à des zones de concentration d adultes à fort potentiel. - plus localement (à grande échelle) au niveau de certaines zones d exploitation, des incohérences apparaissent de manière répétitive d une saison à l autre. Les densités de capture étant calculées comme quotient de statistiques saisonnières par une surface de zone d activité modélisée à résolution annuelle, ces incohérences peuvent résulter : de statistiques erronées, ou de l usage prioritaire d autres engins ; de zones d activité à contour mal défini ; de la nécessité de scinder les zones d activité (annuelles) en sous-zones d activité (saisonnières) : ainsi, la plus vaste des zones d activité au poulpier décrite (celle de N Tiref) pourrait découler d une situation géographique où la localisation des concentrations d adultes est très variable d une saison à l autre : en hiver, les barques basées dans le site de débarquement doivent se rendre à l extrême nord de la zone d activité, au printemps sur l ensemble de celle-ci, en été dans sa partie côtière, et en automne à l extrême ouest ou tout à la côte. Il est donc probable que seules des fractions de la zone d activité annuelle soient fréquentées de façon saisonnière : une connaissance plus fine de la localisation saisonnière de l activité dans ce site aboutirait probablement à la mise en évidence de zones d exploitation

5 moins étendues mais à plus forte densité, plus cohérentes avec la localisation des concentrations d adultes ; des particularités annuelles de la distribution du poulpe, que la carte de synthèse ne fait pas apparaître ; du ciblage de juvéniles. Ces différentes remarques montrent l intérêt d une approche de type SIG dans le processus de validation des informations collectées. Globalement, la bonne cohérence renforce les conclusions tirées de l analyse de la distribution du poulpe obtenue par les campagnes océanographiques. Elle confirme aussi que la pêche artisanale ne fonctionne pas au hasard : les perspectives de trouver une bonne corrélation entre indices d abondance campagne et densités de capture pêche artisanale sont donc réelles. Localement, les incohérences montrent le besoin de retourner sur le terrain pour remettre en cause soit les statistiques collectées, soit la définition des contours des zones de pêche, ou encore pour comprendre d éventuels facteurs contraignant la pratique de pêche au pot à poulpe : bathymétrie trop importante, éloignement des lieux de commercialisation, non-disponibilité des services à terre (glace, approvisionnement en matériel,...), autres techniques de pêche privilégiées,...

6 Figure 3 : Activité de la pêche artisanale au poulpier et localisation des zones de concentration du poulpe adulte sur la période

I. L application localisation de l activité des flottilles et des moyens de production, et les concepts associés (1)

I. L application localisation de l activité des flottilles et des moyens de production, et les concepts associés (1) I. L application localisation de l activité des flottilles et des moyens de production, et les concepts associés (1) Marc Taconet, FAO Rome (Italie) Alexis Bensch, FAO Alicante (Espagne) Y. Kazaoui, INRH

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC. Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Département de la Pêche Maritime. Secteur de la pêche artisanale au Maroc

ROYAUME DU MAROC. Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Département de la Pêche Maritime. Secteur de la pêche artisanale au Maroc ROYAUME DU MAROC Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Département de la Pêche Maritime Secteur de la pêche artisanale au Maroc Premier symposium régional sur la pêche artisanale durable en

Plus en détail

Pêcherie des madragues pour le thon rouge au Maroc Aspect économique

Pêcherie des madragues pour le thon rouge au Maroc Aspect économique Royaume du Maroc Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Département de la Pêche Maritime Pêcherie des madragues pour le thon rouge au Maroc Aspect économique Tanger, le 24 Mai 2011 CONTEXTE

Plus en détail

LA FONDATION: MISSION ET VISION

LA FONDATION: MISSION ET VISION Premier symposium régional sur la pêche artisanale en Méditerranée et en mer Noire Gestion durable de la pêche artisanale: Actions menées par la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l'environnement

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Guide d Utilisateur De la Base de données du système de Suivi de la Pêche artisanale Continentale Dans les Etats membres de l UEMOA

Guide d Utilisateur De la Base de données du système de Suivi de la Pêche artisanale Continentale Dans les Etats membres de l UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission ------------ Département de la Sécurité Alimentaire, de l Agriculture, des Mines et de l Environnement Guide d Utilisateur

Plus en détail

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer B. Pouponneau1, L.Thiebaud 2, C. Conseil3, P.Vigne4, J.Christin5, C. Périard1, S. Martinoni-Lapierre1 Météo-France, Toulouse, France

Plus en détail

Guide d Utilisateur Base de données et Suivi de la Pêche Continentale (Pays membre UEMOA)

Guide d Utilisateur Base de données et Suivi de la Pêche Continentale (Pays membre UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission ------------ Département de la Sécurité Alimentaire, de l Agriculture, des Mines et de l Environnement Guide d Utilisateur

Plus en détail

ArtFiMed est un projet coordonné par CopeMed II sous la responsabilité du département des pêches et d aquaculture de la FAO. Ce document ainsi que

ArtFiMed est un projet coordonné par CopeMed II sous la responsabilité du département des pêches et d aquaculture de la FAO. Ce document ainsi que ArtFiMed est un projet coordonné par CopeMed II sous la responsabilité du département des pêches et d aquaculture de la FAO. Ce document ainsi que les autres publications de la série du Projet de Développement

Plus en détail

MESURE DE CONSERVATION 24-01 (2013) 1,2 Application des mesures de conservation à la recherche scientifique

MESURE DE CONSERVATION 24-01 (2013) 1,2 Application des mesures de conservation à la recherche scientifique MESURE DE CONSERVATION 24-01 (2013) 1,2 Application des mesures de conservation à la recherche scientifique Espèces Zones Saisons Engins toutes toutes toutes tous La présente mesure de conservation régit

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LES ESPÈCES MIEUX CONNAÎTRE LES STOCKS DE RAIES

MIEUX COMPRENDRE LES ESPÈCES MIEUX CONNAÎTRE LES STOCKS DE RAIES MIEUX COMPRENDRE LES ESPÈCES MIEUX CONNAÎTRE LES STOCKS DE RAIES CRPMEN BN ESPÈCES CONCERNÉES ZONES DE PÊCHE DES BATEAUX FRANÇAIS RAIES Raja spp. Mer du Nord & Manche Mer Celtique Golfe de Gascogne CHIFFRE-CLÉ

Plus en détail

Projet de développement du module de gestion de PPEAO, version 2

Projet de développement du module de gestion de PPEAO, version 2 Gestion et mise à jour d une base de données sur les Peuplements de poissons et la Pêche artisanale des Ecosystèmes estuariens, lagunaires ou continentaux d Afrique de l Ouest Projet de développement ECOUTIN

Plus en détail

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne Figure 5 Répartition de la pauvreté rurale en Afrique subsaharienne Pauvreté rurale personnes/km 2 aucune donnée < 5 5-10 10-25 25-50 50-75 > 75 Frontières nationales Rivières Formations aquatiques Cartographie

Plus en détail

Thème 3. LA GESTION DES RECIFS ARTIFICIELS : CAS DU PARC MARIN DE LA COTE BLEUE

Thème 3. LA GESTION DES RECIFS ARTIFICIELS : CAS DU PARC MARIN DE LA COTE BLEUE Séminaire récifs artificiels en Languedoc : bilan et perspectives. 20 novembre 2008 Sète Thème 3. LA GESTION DES RECIFS ARTIFICIELS : CAS DU PARC MARIN DE LA COTE BLEUE Frédéric BACHET & Eric CHARBONNEL,

Plus en détail

Dimension spatiale de l aménagement des ressources en poulpe de l Atlantique sud marocain

Dimension spatiale de l aménagement des ressources en poulpe de l Atlantique sud marocain Dimension spatiale de l aménagement des ressources en poulpe de l Atlantique sud marocain par Marc Taconet Alexis Bensch Ali Srairi Youssef Kazaoui Abdelatif Boumaaz Abdelah belkhaouad Aziz El Azhari Said

Plus en détail

FICHE DE PRESENTATION DU PORT DE TANGER

FICHE DE PRESENTATION DU PORT DE TANGER Royaume du Maroc MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE MARITIME المملكةالمغربية وزارةالفلاحة والصيد البحري Délégation des Pêches Maritimes de Tanger FICHE DE PRESENTATION DU PORT DE TANGER Année 2011

Plus en détail

Conseil Consultatif Régional pour les Eaux Occidentales Septentrionales

Conseil Consultatif Régional pour les Eaux Occidentales Septentrionales Conseil Consultatif Régional pour les Eaux Occidentales Septentrionales AVIS en appui de la position de l Association Européenne des Organisations de Producteurs de Pêche (AEOP/EAPO) relatif aux mesures

Plus en détail

Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011

Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011 GEMEL Picardie 115 Quai Jeanne d Arc 80230 Saint Valery sur Somme 03.22.26.85.25 gemel.picardie@libertysurf.fr www.gemel.org Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011 BOUVET Audrey

Plus en détail

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44 ORST Charentes - Baromètre régional Santé au travail 14. Synthèse Cette analyse, à visée descriptive, met en évidence la diversité dans le recueil comme dans l exploitation des données des accidents du

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

La nouvelle planification de l échantillonnage

La nouvelle planification de l échantillonnage La nouvelle planification de l échantillonnage Pierre-Arnaud Pendoli Division Sondages Plan de la présentation Rappel sur le Recensement de la population (RP) en continu Description de la base de sondage

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

L ORGANISATION COMMERCIALE

L ORGANISATION COMMERCIALE L ORGANISATION COMMERCIALE I. Les structures commerciales L équipe commerciale est définie, au sens large du terme, comme l ensemble des acteurs intervenant dans le processus de vente. Organiser l équipe

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Pêche au chalut à moins de trois milles des côtes du Calvados et de la Manche est du sud de l île de Tatihou au banc du ratier

NOTE D INFORMATION. Pêche au chalut à moins de trois milles des côtes du Calvados et de la Manche est du sud de l île de Tatihou au banc du ratier NOTE D INFORMATION Pêche au chalut à moins de trois milles des côtes du Calvados et de la Manche est du sud de l île de Tatihou au banc du ratier Règle générale Les navires qui ne possèdent pas individuelle

Plus en détail

RÉDUIRE LA CONSOMMATION DES NAVIRES BIEN DIAGNOSTIQUER POUR MOINS CONSOMMER

RÉDUIRE LA CONSOMMATION DES NAVIRES BIEN DIAGNOSTIQUER POUR MOINS CONSOMMER RÉDUIRE LA CONSOMMATION DES NAVIRES BIEN DIAGNOSTIQUER POUR MOINS CONSOMMER F2DP BIEN DIAGNOSTIQUER POUR MOINS CONSOMMER FLOTTILLE CONCERNÉE ZONES D EXPÉRIMENTATION DES PROJETS Manche Patrick Lazic Golfe

Plus en détail

REPERTOIRE D ENTREPRISES

REPERTOIRE D ENTREPRISES Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne REPERTOIRE D ENTREPRISES CREATION, GESTION ET MECANISME DE SUIVI DE LA DEMOGRAPHIE DES ENTREPRISES ATELIER SUR LE TRAITEMENT DES STATISTIQUES

Plus en détail

Trois années de recherche en génétique cartographient pour la première fois les souches de truites françaises

Trois années de recherche en génétique cartographient pour la première fois les souches de truites françaises 1 Trois années de recherche en génétique cartographient pour la première fois les souches de truites françaises C est après trois années de travail que les pêcheurs de loisir, représentés par la Fédération

Plus en détail

Atlas départemental de la couverture 2G et 3G en France métropolitaine : Bas-Rhin (67)

Atlas départemental de la couverture 2G et 3G en France métropolitaine : Bas-Rhin (67) Novembre 2012 Atlas départemental de la couverture 2G et 3G en France métropolitaine : Bas-Rhin (67) Autorité de régulation des communications électroniques et des postes ISSN : 2258-3106 CONTENU DE L

Plus en détail

Services web pour données maritimes

Services web pour données maritimes Services web pour données maritimes Kevin J. Wilson Directeur des comptes stratégiques, CARIS kevin.wilson@caris.com Canada The Netherlands United States Australia Services web pour données maritimes (bathymétrie)

Plus en détail

Formation à l utilisation des Systèmes de Gestion de Bases de Données Relationnelles. organisée avec la collaboration du

Formation à l utilisation des Systèmes de Gestion de Bases de Données Relationnelles. organisée avec la collaboration du Proyecto FAO COPEMED Universidad de Alicante Ramón y Cajal, 4 03001 - Alicante, España GCP/REM/057/SPA Web : www.fao.org/fi/copemed Tel : +34 96 514 59 79 Fax : +34 96 514 59 78 Email : copemed@ua.es Formation

Plus en détail

Notant que toutes les mesures de conservation sont publiées sur le site de la CCAMLR,

Notant que toutes les mesures de conservation sont publiées sur le site de la CCAMLR, MESURE DE CONSERVATION 22-06 (2012) 1,2 Pêche de fond dans la zone de la Convention La Commission, Espèces toutes Zones voir paragraphes 1, 2 Saisons toutes Engin pêche de fond Reconnaissant l'engagement

Plus en détail

Deuxième Partie La répartition spatiale des facteurs de risque: les couches d information géographique

Deuxième Partie La répartition spatiale des facteurs de risque: les couches d information géographique Rapport préliminaire sur les cartes de risque de grippe aviaire Deuxième Partie: La répartition spatiale des facteurs de risque: les couches d information géographique 2 Deuxième Partie La répartition

Plus en détail

Présenté à Atelier national sur les sites contaminés fédéraux de. 1 e mai 2012, Toronto. Jean Pineault Pêches et Océans Canada région du Québec.

Présenté à Atelier national sur les sites contaminés fédéraux de. 1 e mai 2012, Toronto. Jean Pineault Pêches et Océans Canada région du Québec. Décontamination des propriétés isolées par la gestion du risque l usage des données biologiques et de l analyse de risques pour établir la portée des travaux pour le projet de l ancien phare de Grande-Île

Plus en détail

3.5 Schéma récapitulatif. Marge ou résultat d exploitation PRIX DE VENTE. Charges directes et indirectes d achat. Coût d achat. Achats.

3.5 Schéma récapitulatif. Marge ou résultat d exploitation PRIX DE VENTE. Charges directes et indirectes d achat. Coût d achat. Achats. LES COÛTS COMPLETS 1 Introduction 2 Les différents types de charges 2.1 Les charges directes 2.2 Les charges indirectes 2.3 Les charges supplétives 2.4 Les charges non-incorporables 2.5 Les charges incorporées

Plus en détail

Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale. Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF

Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale. Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF Master ère année Analyse spatiale, analyse géographique, spatialité des sociétés Master

Plus en détail

LE BUDGET DES VENTES

LE BUDGET DES VENTES LE BUDGET DES VENTES Objectif(s) : o Pré requis : o Modalités : o o o Elaboration du budget des ventes. Connaissances du processus "ventes". Principes, Synthèse, Application. TABLE DES MATIERES Chapitre

Plus en détail

Captures de bar maximales autorisées par navire et par mois civil (en kg)

Captures de bar maximales autorisées par navire et par mois civil (en kg) Questions et réponses relatives au bar Informations les plus récentes Quelle est la dernière proposition formulée par la Commission en ce qui concerne le bar? Le 11 novembre, la Commission a adopté une

Plus en détail

ANNUAIRE Des côtes marocaines PROVINCE DE DAKHLA ROYAUME DU MAROC. Ministère de l Equipement et du Transport

ANNUAIRE Des côtes marocaines PROVINCE DE DAKHLA ROYAUME DU MAROC. Ministère de l Equipement et du Transport ROYAUME DU MAROC Ministère de l Equipement et du Transport ANNUAIRE Des côtes marocaines 2013 Direction des ports et du Domaine Public Maritime DPDPM (Direction des Ports et du Domaine Public Maritime)

Plus en détail

Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits

Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits Contexte Les crues ont parfois des effets dévastateurs sur la vie humaine, les infrastructures, l économie, les espèces sauvages

Plus en détail

TERMES DE RÉFÉRENCE APPEL D OFFRES

TERMES DE RÉFÉRENCE APPEL D OFFRES TERMES DE RÉFÉRENCE APPEL D OFFRES CONTRAT DE COURTE DURÉE POUR UNE APPROCHE DE MODÉLISATION AUX FINS DE L'ÉLABORATION DE LA PRISE PAR TAILLE DES TROIS ESPÈCES PRINCIPALES DE THONIDÉS TROPICAUX (ALBACORE,

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Modélisation des dynamiques spatiales et cartographies animée, interactive et dynamiques

Modélisation des dynamiques spatiales et cartographies animée, interactive et dynamiques Modélisation des dynamiques spatiales et cartographies animée, interactive et dynamiques Point de vue géographique UMR 7300 Espace Université d Avignon GDR MoDys École Thématique Modys : Modélisation et

Plus en détail

Certification de groupe au titre de PEFC Système français de certification de la gestion forestière durable GUIDE D INTERPRETATION

Certification de groupe au titre de PEFC Système français de certification de la gestion forestière durable GUIDE D INTERPRETATION TM PEFC/10-1-1 Certification de groupe au titre de PEFC Système français de certification de la gestion forestière durable GUIDE D INTERPRETATION Document validé en Assemblée Générale de PEFC-France le

Plus en détail

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre Gestion du manque de données Version 2, avril 2012 Public cible et objectif des supports de formation Ces supports de formation

Plus en détail

1 - Informatisation du PCS

1 - Informatisation du PCS FICHE N 25 : LES OUTILS INFORMATIQUES Le développement des outils informatiques laisse entrevoir une possible utilisation de ces derniers dans le cadre de la gestion d un événement de sécurité civile.

Plus en détail

5 mars 2013. Note d information

5 mars 2013. Note d information 5 mars 2013 Note d information Bilan des incidents de transport de matières radioactives à usage civil : l IRSN tire les enseignements des événements déclarés entre 1999 et 2011 Quelque 900 000 colis de

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS PRÉVISIBLES LITTORAUX

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS PRÉVISIBLES LITTORAUX PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES NATURELS PRÉVISIBLES LITTORAUX de la Baie de Bourgneuf, NOTICE DE PRESENTATION Annexe n 6 Synthèse des hypothèses des scénarios de référence Enquête Publique Enquête publique

Plus en détail

Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive

Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive COMPARAISON INTERNATIONALE SUR LE COURS DU CHERCHEUR COMPTABILISE PAR LES GROUPES BENEFICIAIRES DU CIR (2010) Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive ANRT, novembre 2011 La France de

Plus en détail

Evelina NASONOVA. Introduction :

Evelina NASONOVA. Introduction : MEMOIRE SCHEMA DIRECTEUR DEVELOPPEMENT DURABLE POUR UNE USINE RENAULT DANS LE MONDE SOUTENU LE 21 NOVEMBRE 2006 A L ECOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSEES Evelina NASONOVA Ce travail a été réalisé au sein

Plus en détail

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Octobre 2013 Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Synthèse de la consultation publique Menée du 17 juillet au 10 septembre 2013 ISSN : 2258-3106 Du 17 juillet

Plus en détail

Gestion durable des ressources halieutiques. Alain Biseau Responsable des expertises halieutiques

Gestion durable des ressources halieutiques. Alain Biseau Responsable des expertises halieutiques Gestion durable des ressources halieutiques Alain Biseau Responsable des expertises halieutiques Exploitation de ressources naturelles renouvelables = Cueillette Pêche = seule variable d ajustement D un

Plus en détail

On distingue les métiers de : - l'aquaculture et des cultures marines

On distingue les métiers de : - l'aquaculture et des cultures marines Les professionnels de la mer exercent leur activité sur le littoral ou au large, embarqués à bord de navires professionnels ou travaillant à terre dans des ateliers, des zones portuaires, des fermes aquacoles.

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D'INTERET :

APPEL A MANIFESTATION D'INTERET : APPEL A MANIFESTATION D'INTERET : CONCEPTION, REALISATION ET EXPLOITATION D UNE ECLOSERIE MARINE NATIONALE DE POISSONS SUR LE LITTORAL ATLANTIQUE NORD (WILAYA DE TANGER, PROVINCE DE GUEZNAYA) Octobre 2014

Plus en détail

Le géomarketing - Page 1 sur 7

Le géomarketing - Page 1 sur 7 Le géomarketing - Page 1 sur 7 LES DOSSIERS MADWATCH.net méthodes Le Géomarketing Novembre 2003 Nb de pages : 7 Le géomarketing - Page 2 sur 7 Créé dans les années 80, la plupart des applications du géomarketing

Plus en détail

184 TISSUS DE VILLES

184 TISSUS DE VILLES 183 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 1 1. Le poids de l interdépendance dans le devenir urbain 1 2. Systèmes urbains et réseaux de villes 4 3. Les réseaux européens de villes et le système des villes européennes

Plus en détail

Sources et méthodes. Taux de chômage localisés. (régions, départements et zones d emploi)

Sources et méthodes. Taux de chômage localisés. (régions, départements et zones d emploi) Sources et méthodes (régions, départements et zones d emploi) L Insee produit des estimations de taux de chômage localisés, en moyennes trimestrielles et annuelles pour la France métropolitaine, et une

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

[3] [3] 1. OBJET DU PROGRAMME

[3] [3] 1. OBJET DU PROGRAMME PROGRAMME TRANSITOIRE DE SOUTIEN AU SECTEUR DE LA CAPTURE 2012-2013 [3] [3] 1. OBJET DU PROGRAMME Le Programme transitoire de soutien au secteur de la capture vise à maintenir la compétitivité des entreprises

Plus en détail

Enquête nationale sur la pêche récréative UMR AMURE

Enquête nationale sur la pêche récréative UMR AMURE Enquête nationale sur la pêche récréative UMR AMURE Enquête relative à la pêche de loisir (récréative et sportive) en mer 3 OBJECTIFS : Quantifier l impact sur la ressource halieutique Quantifier les retombées

Plus en détail

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7 TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique / 7 I- Matériel disponible. - Un banc d optique avec accessoires : Une lanterne avec la lettre «F», deux supports pour lentille, un porte écran, un miroir plan,

Plus en détail

FICHE 4 METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES VISE(ES)

FICHE 4 METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES VISE(ES) FICHE 4 METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES VISE(ES) 1) Désignation du métier et des fonctions Mécanicien de réparation des matériels mobilités terrestres Chef d équipe de réparation des matériels mobilités

Plus en détail

ALEA-Karst : vers une approche multicritères de l aléa lié à la présence et à l effondrement de cavités karstiques

ALEA-Karst : vers une approche multicritères de l aléa lié à la présence et à l effondrement de cavités karstiques ALEA-Karst : vers une approche multicritères de l aléa lié à la présence et à l effondrement de cavités karstiques Cartographie des karsts de contact Méthode Doline S.PINSON /D3E EVE 2 octobre 2014 Journées

Plus en détail

Différences entre DQA et RDQA

Différences entre DQA et RDQA OUTIL De l ASSURANCE DE LA QUALITE DES DONNEES DE ROUTINE (RDQA) Fiche documentaire- novembre 1, 2007 1 HISTORIQUE Les programmes nationaux et les donateurs travaillent ensemble vers la réalisation de

Plus en détail

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:27 PM Page 601 Chapitre : Les contrats de location 24. La sous-location d un actif loué ne pose selon nous aucun problème particulier : il faut évaluer la substance

Plus en détail

LES CAHIERS PÉDAGOGIQUES Des outils et des idées pour enrichir vos cours de géographie

LES CAHIERS PÉDAGOGIQUES Des outils et des idées pour enrichir vos cours de géographie LES CAHIERS PÉDAGOGIQUES Des outils et des idées pour enrichir vos cours de géographie Académie de Corse Ajaccio et sa périphérie Reconnu d Intérêt Pédagogique Introduction générale L apprentissage des

Plus en détail

Localisation et qualification des pôles d emplois en infracommunal. Séminaire annuel de l observation urbaine

Localisation et qualification des pôles d emplois en infracommunal. Séminaire annuel de l observation urbaine Localisation et qualification des pôles d emplois en infracommunal Séminaire annuel de l observation urbaine PLAN Introduction La méthodologie de détermination des pôles d emploi L exemple du SCOT de Valenciennes

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Analyse Les données contenues dans un système d information géographique décrivent un terrain, et donc permettent d appréhender les

Plus en détail

Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle :

Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle : Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle : a. Une opération de «production» b. Visant l ensemble des variables d une enquête c. Recherchant

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement 1 Contexte et objectifs

Plus en détail

LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace

LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace ALICE ROMAINVILLE Dans le système de production de l habitat qui existe à Bruxelles, en ce début

Plus en détail

Infogéo68 : Guide utilisateur

Infogéo68 : Guide utilisateur Infogéo68 : Guide utilisateur V3 Juillet 2015 1 Organisation d Infogéo68... 2 2 Le portail... 2 2.1 Accueil... 2 2.2 Cartothèque... 3 2.3 Métadonnées... 6 3 L application cartographique... 7 3.1 Organisation...

Plus en détail

Livre blanc. Cartographie de débit de dose. Utilisez-vous la bonne méthode d interpolation?

Livre blanc. Cartographie de débit de dose. Utilisez-vous la bonne méthode d interpolation? Livre blanc Cartographie de débit de dose Utilisez-vous la bonne méthode d interpolation? Cartographie de débit de dose Utilisez-vous la bonne méthode d interpolation? Mettez en œuvre la méthode d interpolation

Plus en détail

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES CRIME EN EAUX PROFONDES LE MOBILE DU CRIME ET LE COMPLICE Parce qu on pêche trop, trop loin, trop profond, nos océans sont en train de mourir, tout spécialement

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork)

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork) EBONE Réseau Européen d Observation de la Biodiversité (European Biodiversity Observation NEtwork) Vers un système de surveillance de la biodiversité intégré dans l espace et dans le temps FP7 Projet Collaboratif

Plus en détail

Science et technologie. Parc national du Canada du Gros-Morne

Science et technologie. Parc national du Canada du Gros-Morne Science et technologie Parc national du Canada du Gros-Morne Programmes de sensibilisation des étudiants Projet de surveillance des cours d eau. Les écosystèmes d eau douce constituent une part importante

Plus en détail

Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus).

Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus). Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus). Généralités : L exploitation du thon rouge de l Atlantique dans la Mer Méditerranée remonte au premier millénaire avant

Plus en détail

SIG : définition. L information géographique contient : - la forme et la localisation de l objet localisé, sous forme graphique.

SIG : définition. L information géographique contient : - la forme et la localisation de l objet localisé, sous forme graphique. I- Qu est ce qu un SIG? SIG : Système d Information Géographique Un SIG est un outil informatisé capable de créer, transformer, afficher, analyser et stocker de l information géographique. Il permet d'organiser

Plus en détail

LES TABLEAUX DE BORD. DES OUTILS POUR DECLINER LA STRATEGIE DE L'ENTREPRISE.

LES TABLEAUX DE BORD. DES OUTILS POUR DECLINER LA STRATEGIE DE L'ENTREPRISE. LES TABLEAU DE BORD. DES OUTILS POUR DECLINER LA STRATEGIE DE L'ENTREPRISE. La pratique du tableau de bord comme outil d aide à la décision pour les acteurs opérationnels est relativement ancienne. Le

Plus en détail

Cercle trigonométrique et mesures d angles

Cercle trigonométrique et mesures d angles Cercle trigonométrique et mesures d angles I) Le cercle trigonométrique Définition : Le cercle trigonométrique de centre O est un cercle qui a pour rayon 1 et qui est muni d un sens direct : le sens inverse

Plus en détail

SIG2013, Versailles, 3 octobre 2013. Identifier et planifier des réseaux thermiques à l'aide d'un SIG

SIG2013, Versailles, 3 octobre 2013. Identifier et planifier des réseaux thermiques à l'aide d'un SIG Identifier et planifier des réseaux thermiques à l'aide d'un SIG Création et vision Le Centre de Recherches Energétiques et Municipales CREM a été conjointement créé en 1986 par la Ville de Martigny et

Plus en détail

OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DU TRM

OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DU TRM DEMENAGEMENTS DE PARTICULIERS Etude de prix de revient actualisée aux conditions de juin 2015 OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DU TRM Dans le cadre de sa mission d intérêt général, le CNR étudie également les transports

Plus en détail

Produits laitiers de ferme

Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme CRIOC, novembre 2008 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. Consommation de produits laitiers de ferme 4. Perception des produits laitiers de ferme

Plus en détail

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai.

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai. Lignes directrices sur les mises à l essai 1 Les lignes directrices sur la mise à l essai des plans de continuité d activité (PCA) présentées ci-après ont été établies par le sous-comité des plans d'urgence

Plus en détail

D après l évaluation externe finale du projet, les principales leçons à tirer pour les projets d appui aux AMP sont :

D après l évaluation externe finale du projet, les principales leçons à tirer pour les projets d appui aux AMP sont : 6. Les leçons apprises au cours du projet D après l évaluation externe finale du projet, les principales leçons à tirer pour les projets d appui aux AMP sont : 1. Une quinzaine d années d appui à un processus

Plus en détail

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Par Michel Rochon L énoncé suivant définit de façon générale la méthodologie utilisée par Échantillonneur ASDE pour tirer des échantillons téléphoniques.

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Dispositif mobile et Géoweb pour la collecte de données d inventaire sismique du bâti en milieu urbain

Dispositif mobile et Géoweb pour la collecte de données d inventaire sismique du bâti en milieu urbain Dispositif mobile et Géoweb pour la collecte de données d inventaire sismique du bâti en milieu urbain Paule-Annick Davoine, Laurent Poulenard, Philippe Gueguen, Jérôme Gensel, José Bringel Laboratoire

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Archivage Le Système d information géographique rassemble de l information afin de permettre son utilisation dans des applications

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC. Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Département de la Pêche Maritime

ROYAUME DU MAROC. Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Département de la Pêche Maritime ROYAUME DU MAROC Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Département de la Pêche Maritime HALIEUTIS Stratégie de développement et de compétitivité du secteur halieutique marocain à l horizon

Plus en détail

PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE

PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE CCR.S ComEX 140313 DOC7 PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE RAPPORT D AVANCEMENT DU PROJET GEPETO ÉTABLI À L ATTENTION DU COMITÉ EXÉCUTIF DU CCR- S 1. RAPPEL DES OBJECTIFS 2. MÉTHODOLOGIE

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Rapport d analyse au niveau des entreprises, Juin 2015 RESUME Droits de propriété intellectuelle et résultats

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

De la maille au bâti : avantages et inconvénients pour l analyse infra urbaine

De la maille au bâti : avantages et inconvénients pour l analyse infra urbaine De la maille au bâti : avantages et inconvénients pour l analyse infra urbaine Contexte d étude et méthode Évaluation de la qualité de vie quotidienne Échelle du quartier, prise en compte du déplacement

Plus en détail