Adolescents, jeunes adultes : à vos carnets de santé!

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Adolescents, jeunes adultes : à vos carnets de santé!"

Transcription

1 DOSSIER DE PRESSE 8 e Semaine Européenne de la Vaccination du mardi 22 au samedi 26 avril 2014 Adolescents, jeunes adultes : à vos carnets de santé! CONTACT PRESSE Sébastien PAGEAU Christophe CHARTON Code de champ modifié

2 A RETENIR 1 Faire le point sur ses vaccins! Pour la 8 ème année, l Agence Régionale de Santé (ARS) du Languedoc Roussillon et ses partenaires en région se mobilisent du mardi 22 au samedi 26 avril pour la Semaine Européenne de la Vaccination Cet évènement piloté par l Organisation Mondiale de la Santé (OMS) est organisé dans toute l Europe et coordonné en France par le Ministère des Affaires Sociales et de la Santé et l Institut National de Prévention et d Education pour la Santé (INPES). La Semaine de la vaccination invite petits et grands à faire le point sur ses vaccinations et les mettre à jour si nécessaire avec un professionnel de santé : médecin traitant, pédiatre, sage femme, pharmacien, médecine préventive universitaire, centre de vaccination publique, protection maternelle et infantile Adolescents et jeunes adultes : l âge des rattrapages! Parce que les jeunes de 15 à 24 ans sont particulièrement vulnérables à la rougeole et la méningite : l épidémie de rougeole a concerné pour moitié des jeunes de plus de 16 ans et la moitié des malades hospitalisés avait plus de 20 ans. Parce que la vaccination permet de se protéger efficacement contre 2 infections sexuellement transmissibles : papillomavirus et hépatite B. Parce qu ils sont de futurs parents et que la vaccination des parents protège le nouveau né contre des maladies graves contre lesquelles il ne peut être immédiatement vacciné : rougeole, coqueluche, méningite 32 partenaires de terrain, 120 actions en région Pour cet évènement, 32 partenaires en région se mobilisent et organisent cette année près de 120 actions en direction du grand public et des professionnels : mise à disposition ou remise individuelle de documents, mailing, expositions, animations, stands d information, conférences. En 2013, plus de personnes en région ont été directement touchées par cet évènement. Parmi les structures associées à l évènement (liste non exhaustive ) : 8 Centres de vaccination publique et internationale Caisses primaires d assurance maladie de l Aude, du Gard et de l Hérault Mutuelles étudiantes LMDE et MEP, Universités Montpellier I et III Conseil Général de l Hérault Service social et infirmier du Rectorat MSA Languedoc et Grand Sud 12 Résidences Habitat Jeunes 9 Missions locales d insertion, BIJ des Pyrénées Orientales, CFA CCI de Carcassonne Union Régionale des Professionnels Libéraux Pharmaciens

3 A/ DES VACCINATIONS ADAPTEES A CHAQUE ÂGE 2 Depuis 2013, le calendrier des vaccinations est simplifié pour petits et grands (mémento page 7). Avec ses repères à âge fixe, il est plus facile à mémoriser en fonction de son âge ou celui de ses enfants. Supprimé : 8 Et en l absence de rendez vous vaccinal entre 15 et 24 ans, un point s impose à l adolescence pour vérifier si l on est bien à jour! ENTRE 0 ET 2 ANS : 5 rendez vous Naissance : BCG (uniquement pour les enfants exposés à risque élevé de tuberculose) Sont considérés à risque élevé de tuberculose les enfants répondant à au moins l un des critères suivants : né dans un pays de forte endémie, dont au moins un des parents est originaire d un pays de forte endémie, devant séjourner au moins 1 mois d affilée dans l un de ces pays 2 mois, 4 mois, 11 mois : diphtérie tétanos polio (DTP), coqueluche, Hib, hépatite B + pneumocoque La primovaccination des nourrissons comporte 2 injections à 2 et 4 mois, suivies d un rappel à 11 mois. Seulement 2 vaccins différents sont nécessaires : l un combiné DTPc HIB VHB protège en une injection contre 6 maladies (il est appelé «hexavalent») : diphtérie, polio, tétanos, coqueluche, haemophilus influenzae B, hépatite B. Le second, administré simultanément, est celui contre les infections invasives à pneumocoque. 12 mois : rougeole oreillons rubéole (ROR) + méningocoque C Il s agit de la première des 2 doses nécessaires à la protection contre la rougeole, les oreillons et la rubéole. Pour le méningocoque C, une seule dose suffit pour une protection à vie mois : rougeole oreillons rubéole (ROR) La deuxième dose ROR se justifie car on estime que le système immunitaire d environ 20% des enfants n est pas réceptif à la première injection. A l issue de cette seconde dose, la proportion d enfants dont le système immunitaire ne fabrique pas d anticorps est inférieure à 5%, ce qui permet de conférer une immunité de groupe à tous les enfants de cet âge. Plus de 95% des enfants est protégé, protégeant ainsi ceux au système immunitaire non réceptif et enfants pour lesquels la vaccination n est pas possible pour raisons médicales.

4 ENTRE 6 ET 14 ANS : 2 rendez vous 6 ans : diphtérie tétanos polio coqueluche (DTcP) Deuxième rappel par vaccin «quadrivalent» (protection contre diphtérie, tétanos, polio et coqueluche en 1 seule injection). L'actuel vaccin acellulaire protège moins longtemps que le précédent, dont la commercialisation est arrêtée depuis 2006 en raison d une tolérance insuffisante. Ce même motif justifie le maintien du rappel à ans ans : diphtérie tétanos polio coqueluche (DTcP) + papillomavirus (HPV) Troisième rappel par vaccin «quadrivalent» (protection contre diphtérie, tétanos, polio et coqueluche en 1 seule injection). L objectif? Protéger les nourrissons d une contamination coqueluche par la fratrie mais aussi les adolescents eux mêmes pendant les premières années de la fécondité. La vaccination papillomavirus concerne uniquement les jeunes filles et doit être réalisée avant tout rapport sexuel. La réponse immunitaire étant aussi plus efficace avant 14 ans, seules 2 doses sont nécessaires entre 11 et 14 ans, contre 3 entre 15 et 20 ans. ENTRE 15 ET 24 ANS : l âge des rattrapages! La couverture vaccinale (détails p 6) est globalement insuffisante chez les adolescents et les jeunes adultes. De plus, d après le Baromètre Santé de l INPES, les adolescents et les jeunes adultes sont près de la moitié (45 %) à ne pas pouvoir citer leur dernier vaccin. Ce résultat illustre un manque d attention à son statut vaccinal, et peut expliquer les difficultés à atteindre des niveaux de couverture vaccinale satisfaisants. Depuis 2013, il n existe plus de rendez vous vaccinal entre 15 et 24 ans. Pour autant, il est essentiel de vérifier si l on est bien à jour des 5 vaccinations suivantes : Rougeole oreillons rubéole 1 ou 2 doses jusqu à 34 ans Coqueluche 1 dose Si rappel ans non effectué Méningocoque C 1 dose jusqu à 25 ans Hépatite B 2 ou 3 doses jusqu à 16 ans + toute personne avec facteurs de risques au delà Papillomavirus / HPV 3 doses jusqu à 20 ans Parce qu ados et jeunes adultes sont vulnérables à la rougeole et la méningite L épidémie de rougeole 2011 a fortement atteint les enfants de moins de 1 an, mais aussi les adolescents et les jeunes adultes. En effet la maladie induit à ces âges des complications graves plus fréquentes (pneumonies, encéphalites). Sur la durée de l épidémie, environ cas de rougeoles ont été déclarés en France, avec 30 complications neurologiques et 1055 pneumopathies dont 10 décès. La moitié des malades avait plus de 16 ans et la moitié des malades hospitalisés avait plus de 20 ans. Cette épidémie a été la conséquence directe d un niveau insuffisant de couverture vaccinale : environ 86 % des personnes ayant eu la rougeole n étaient pas vaccinées et 11 % n avaient reçu qu une dose de vaccin, alors que deux doses sont nécessaires pour être protégé efficacement contre la maladie. 1 Enquête déclarative menée par téléphone entre les mois d octobre 2009 et juillet 2010 ; module vaccination portant sur personnes âgées de 15 à 79 ans.

5 Nombre de cas / habitants Oct 2008-Sept 2009 Oct 2009-Sept 2010 Oct 2010-Sept < > 30 Source : déclaration obligatoire - InVS Age (années) Evolution du nombre de cas de rougeole par âge entre oct 2008 et sept 2011 C est la même chose pour la méningite à méningocoque C : les données InVS de déclaration obligatoire montrent, comme pour la rougeole, que ce sont les très jeunes enfants (moins de 4 ans) et les jeunes adultes de 15 à 20 ans qui sont le plus concernés par les infections invasives à méningocoques. Répartition par âge des cas d'infections à méningocoque signalées à l'invs en 2010 Age Nombre de cas Proportion (%) < 1 an ans ans ans , ans ans et plus Total Parce que c est le début de la vie sexuelle Le début de l activité sexuelle expose l adolescent et le jeune adulte aux infections sexuellement transmissibles. Deux peuvent aujourd hui être évitées par la vaccination : hépatite B et infections à papillomavirus humain. En France, la contamination par le virus de l hépatite B (VHB) se fait le plus souvent par voie sexuelle ou sanguine. L hépatite B chronique entraine des lésions du foie pouvant être responsables de cirrhoses ou cancers du foie. On estime que cette maladie provoque environ 1500 décès par an. De plus, certaines professions (médicales, personnels des établissements d hébergement pour adultes handicapés, personnels des prisons, personnels des pompes funèbres ) ou pratiques (piercing, tatouage, injection de drogue ) sont particulièrement susceptibles d entrainer un contact avec du sang et exposent aux risques infectieux tels celui de l hépatite B. Les papillomavirus humains (HPV) se transmettent aussi par voie sexuelle et peuvent entrainer des lésions génitales précancéreuses (condylomes, CIN) qui peuvent dans certains cas évoluer vers des cancers. Les HPV 16 et 18 sont responsables en Europe de plus de 70 % des cancers du col de l utérus. De plus, la vie en collectivité (collèges, lycées ) ou en groupe d amis expose aussi à certaines maladies transmises par voie aérienne, comme les infections invasives à méningocoque. La contamination par le méningocoque ne peut se faire que si le contact est rapproché, prolongé et répété en raison de la grande fragilité de la bactérie.

6 Parce que la vaccination des futurs parents protège leur bébé! Les jeunes adultes sont de futurs parents : leur vaccination protège l enfant à naître ou le nourrisson contre des maladies graves auxquelles il est exposé dès sa naissance et contre lesquelles il ne peut être immédiatement vacciné. C est le cas de la rougeole, du méningocoque C mais aussi de la rubéole, qui peut avoir des conséquences très graves quand elle survient chez la femme enceinte. Si cette maladie est généralement bénigne pour la mère, elle peut entraîner de graves malformations chez le fœtus (rubéole congénitale). Chaque année en France, elle est à l origine d interruptions médicales de grossesses. La coqueluche est généralement sans gravité chez les adolescents et les adultes, mais ceux ci peuvent en revanche la transmettre très facilement aux nourrissons, trop jeunes pour avoir été vaccinés. Chez les moins de 3 mois, la coqueluche peut être particulièrement grave et reste la 1 ère cause de décès par infection bactérienne. Parents et fratrie sont à l origine de la grande majorité des contaminations responsables des cas de coqueluche du nourrisson. ENTRE 25 ET 65 ANS : 3 rendez vous 25 ans : diphtérie tétanos polio coqueluche (DTcP) Parce que c est l âge où l on peut être parent et que la coqueluche du nourrisson peut lui être fatale au cours des 6 premiers mois (complications pulmonaires et neurologiques). En 2012, les parents étaient à l origine de la contamination du nourrisson dans 63% des cas et la fratrie dans 27% des cas. 2 Pour ces raisons, la vaccination coqueluche est fortement conseillée aux parents pour tout projet de grossesse survenant 10 ans après le dernier rappel coqueluche. Jusqu à 34 ans : rougeole oreillons rubéole (rattrapage si zéro ou une dose) Parce que la rubéole pendant une grossesse peut occasionner des conséquences graves pour l enfant à naître, et parce que la rougeole, comme la coqueluche, peut être transmise par les parents dans les premiers mois de la vie de l enfant. 45 ans / 65 ans : diphtérie tétanos polio (DTP) La durée de protection conférée par ce vaccin permet d espacer les rappels à 20 ans et faciliter sa mémorisation. Nouveauté 2014 : Pour l ensemble des personnels soignants, des étudiants des filières médicales et paramédicales, des professionnels de la petite enfance, des assistants maternels et des personnes effectuant régulièrement du baby sitting, la vaccination «coqueluche» en complément du DTP (vaccin quadrivalent) est recommandée afin de protéger les jeunes enfants côtoyés par ces personnels. A PARTIR DE 65 ANS : tous les ans (grippe), tous les 10 ans (DTP)! Tous les ans : grippe saisonnière Parce que cette infection respiratoire souvent perçue comme bénigne n est pas à prendre à la légère à cause des graves complications qu elle peut entraîner chez la personne âgée. Tous les 10 ans (75, 85, 95 ans) : diphtérie tétanos polio (DTP) Parce que la réactivité immunitaire de l organisme, moins efficace après 65 ans, impose le maintien du rappel décennal. 2 Données annuelles de surveillance du réseau hospitalier Renacoq / InVS *Vaccin en cours d évaluation par la HAS pour la procédure de remboursement

7 B/ OU FAIRE LE POINT? OU SE VACCINER? 6 En France, plus de 80% des vaccinations sont réalisées par un médecin (généraliste, pédiatre, gynécologue). C est donc en priorité vers ces professionnels qu il faut se tourner pour réaliser un bilan vaccinal et mettre à jour ses vaccinations. Néanmoins les médecins de ville ne sont pas les seuls vaccinateurs et d autres professionnels peuvent informer ou vacciner selon la situation de chacun. Le tableau suivant récapitule l ensemble des professionnels à qui il est possible de s adresser : Pour s informer Pour faire un bilan vaccinal Pour se vacciner Pour se vacciner gratuitement, sans mutuelle ou médecin traitant Médecin traitant / Pédiatre x x x Gynécologue x x x Sage femme x x x Pharmacien x x Infirmier x x (grippe) Service de santé scolaire x x Service de médecine universitaire x x Médecine du travail x x Protection Maternelle et Infantile x x x (de 0 à 6 ans) x Centre de vaccination publique x x x x Centre de vaccinations voyageurs ou internationales x x x Les coordonnées des services de Protection Maternelle et Infantile sont disponibles sur les sites internet des 5 Départements (Conseils Généraux) du Languedoc Roussillon. Les coordonnées des centres de vaccination publique sont disponibles et actualisées sur le site de l Agence Régionale de Santé et en page 15 de ce dossier de presse. Ils sont le plus souvent situés en centres hospitaliers ou services communaux d hygiène et de santé. Pour plus d informations sur le coût des vaccinations, rendez vous en page 9. Mesvaccins.net Le site permet : d obtenir rapidement et gratuitement un bilan personnalisé de ses vaccinations recommandées en fonction de quelques critères simples (âge, sexe, antécédents ) de créer un carnet de vaccinations électronique, avec possibilité de rappels par mails ou sms, consultable par un professionnel de santé d obtenir la liste indicative des vaccins nécessaires pour un voyage à l étranger, quelque soit la destination de connaître l actualité de la vaccination en France Si le carnet de vaccinations est égaré Seul un médecin peut évaluer les vaccinations nécessaires, sur la base d un questionnaire individuel et des recommandations en vigueur.

8 C / MEMENTO 7 LA VACCINATION La vaccination est un geste de prévention permettant d éviter des maladies infectieuses graves ou potentiellement porteuses de complications graves ou mortelles, et pour lesquelles il n existe souvent aucun traitement. En recevant un vaccin, c est à dire une forme inactive de microbe, l organisme stimule ses défenses immunitaires, et apprend à reconnaître le virus ou la bactérie responsable de la maladie. En fabriquant puis en conservant les anticorps permettant de l éliminer, l organisme «se souvient» de la rencontre et pourra directement neutraliser le virus ou la bactérie sans déclencher la maladie s il est amené à le rencontrer à nouveau. Le mécanisme de la vaccination utilise donc la mémoire immunitaire de l organisme. Se vacciner permet de se protéger soi même contre la maladie et ses complications éventuelles et surtout de protéger les autres en ne diffusant pas la maladie à l entourage familial, amical, professionnel, aux personnes côtoyées en transports en commun ainsi qu aux personnes fragiles (malades, femmes enceintes, bébés trop jeunes pour être vaccinés, personnes immunodéprimées, personnes âgées ). LE CALENDRIER VACCINAL Pour l ensemble de la population, 14 maladies infectieuses peuvent être évitées au moyen de 10 vaccins accessibles à tous : tuberculose, diphtérie, tétanos, poliomyélite, rougeole, oreillons, rubéole, coqueluche, hépatite B, grippe saisonnière et infections à virus Hib, papillomavirus, pneumocoque et méningocoque C. Ces vaccins sont inscrits au calendrier vaccinal, c est à dire qu ils sont remboursés par la sécurité sociale à 65% car la vaccination de l ensemble de la population pour ces maladies est justifiée du fait d un ou plusieurs facteurs de gravité : forte contagiosité, risque élevé de complications, forte mortalité, pas de traitement curatif. C est le Comité Technique des Vaccinations, groupe d experts rattaché au Haut Conseil de la Santé Publique, qui détermine l inscription d un vaccin au calendrier vaccinal et qui fait évoluer, année après année, la nature de ses recommandations notamment d après le niveau de circulation de ces maladies dans la population. LA COUVERTURE VACCINALE La couverture vaccinale correspond au pourcentage de la population vaccinée pour chacune des maladies du calendrier vaccinal. Pour stopper la circulation des virus ou bactéries responsables de ces maladies, il est nécessaire que 95% de la population soit vaccinée. Or les données disponibles montrent : - que cette couverture est différente selon les vaccins - qu elle est souvent insuffisante au niveau national pour protéger l ensemble de la population (<95%) - que le Languedoc Roussillon se situe souvent en dessous des taux de couverture nationaux. C est ce phénomène qui explique l épidémie de rougeole survenue en en France et dans la région. La couverture vaccinale insuffisante permet la circulation active du virus chez les adolescents et les jeunes adultes mais aussi chez les nourrissons, qui ne peuvent pas être vaccinés. Cet épisode rappelle que les maladies infectieuses à prévention vaccinale réapparaissent aussitôt que la protection vaccinale de la population devient insuffisante. En France, selon l Institut national de Veille Sanitaire (InVS), seulement 89% des enfants de 2 ans avaient reçu 1 dose de vaccin sur les 2 nécessaires en 2008, ce taux étant de 86% en Languedoc Roussillon en Ce constat est également vrai pour les autres vaccins, dans des proportions variables, mais toujours en deçà des 95% nécessaires pour protéger toute la population : diphtérie tétanos poliomyélite (91% à 2 ans en 2009 en LR), coqueluche (90% à 2 ans)

9 D/ REPONSES A 6 QUESTIONS FREQUENTES 8 1. Pourquoi se vacciner alors que la circulation des maladies infectieuses à prévention vaccinale est globalement peu intense en France? Parce que cette faible circulation est justement le fruit de la vaccination et que ces maladies réapparaissent dès que la couverture vaccinale devient insuffisante La vive épidémie de rougeole est l illustration de ce phénomène : si on baisse la garde sur la vaccination, la circulation des agents infectieux reprend rapidement. Au fur et à mesure qu augmente la couverture vaccinale et que le nombre de malades diminue, la perception du bénéfice de la vaccination diminue progressivement. Le Languedoc Roussillon est particulièrement concerné compte tenu d un niveau de couverture vaccinale systématiquement inférieur aux valeurs nationales (exemple avec la rougeole : en 2009, 85% des enfants de 2 ans du LR avaient reçu au moins 1 dose de vaccin contre 89% au niveau national). Parce que les effets à long terme de certaines de ces maladies sont sous estimés Les conséquences de certaines maladies sont différées dans le temps et leur risque est perçu trop lointain pour mobiliser autour du geste vaccinal : c est le cas du cancer du col de l utérus (papillomavirus) et du cancer du foie (hépatite B), qui peuvent survenir plusieurs années après la contagion. De plus, le nombre de porteurs sains pour ces deux virus est suffisamment élevé pour maintenir un niveau de circulation important dans la population. Parce que si une maladie circule peu en France, c est loin d être le cas dans tous les pays Même si une maladie circule peu en France, elle peut être très présente dans d autres pays ou importée à partir de ces pays. La circulation des agents infectieux est facilitée par le volume des transports internationaux (voyages d affaires et de tourisme, marchandises ). A titre d exemple, selon l OMS, la proportion de personnes atteintes du virus de l hépatite B était supérieure en 2006 à 8% sur tout le continent africain à l exception du Maghreb (entre 2 et 7%), en Arabie Saoudite, Bulgarie, Chine, Indonésie ou Sud est asiatique. La diphtérie est encore présente dans toute l Asie et presque toute l Afrique, le Moyen Orient, le Brésil tandis que la poliomyélite circule toujours en Inde et au Pakistan. 2. Pourquoi certains vaccins sont ils obligatoires et d autres recommandés? Parce que la personne doit adhérer d elle même à la vaccination qui lui est proposée après avoir été informée de son intérêt, pour elle et son entourage La distinction obligatoire/recommandée n est pas liée à une différence d utilité ou d efficacité des vaccins mais à l évolution de la société. Depuis les années 1970, la demande croissante de la population à participer aux décisions concernant sa santé a orienté les autorités de santé vers la recherche d une adhésion volontaire des individus à la vaccination. La Loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, stipule qu «aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne». Les vaccinations obligatoires actuelles sont celles contre la diphtérie (depuis 1938), le tétanos (depuis 1940) et la poliomyélite (depuis 1964). Elles ont été inscrites dans la loi pour protéger la population contre des maladies infectieuses qui constituaient alors la 1ère cause de mortalité. Le péril infectieux était tel que la loi avait donné un caractère obligatoire à ces vaccinations, obligation bien comprise et acceptée par la société. Celle ci a permis en quelques années une réduction massive de la circulation de ces maladies et de la mortalité qu elles entrainaient. Cela ne signifie donc pas que les vaccins recommandés soient moins utiles ou efficaces que les vaccins obligatoires, mais que la personne choisit de se faire vacciner en toute connaissance, après avoir été informée de l intérêt de cette vaccination pour elle, son entourage et la collectivité. C est le rôle des professionnels de santé d expliquer ou de rappeler à la population les bénéfices personnels et collectifs des vaccinations qui lui sont recommandées.

10 3. Pourquoi la couverture vaccinale en Languedoc Roussillon est elle insuffisante? C est la conséquence d une baisse de vigilance collective (individus & professionnels de santé) liée à la moindre circulation de ces maladies, du fait de l efficacité de la vaccination Une fois que la circulation des maladies infectieuses à prévention vaccinale est quasi stoppée grâce à la vaccination, la vigilance collective s atténue, et les niveaux de couverture vaccinale s amoindrissent lentement. En quelques années, de nouveaux cas réapparaissent. Dans le cas de la rougeole, la diminution de la couverture vaccinale a conduit à l augmentation progressive de personnes non immunisées, créant les conditions de démarrage de nouvelles épidémies. C est le rôle des autorités de santé, s appuyant sur les médias, de rappeler les recommandations vaccinales lorsque les niveaux de couverture vaccinale sont susceptibles de (re)mettre en danger la population. 4. Si l on est vacciné contre une maladie, est on certain de ne pas l attraper? Oui, contracter la maladie malgré une vaccination à jour est un phénomène très rare. Pour les vaccins coqueluche et diphtérie tétanos polio (DTP) dont la durée de protection n est pas acquise à vie, il est toutefois nécessaire de procéder à des rappels réguliers afin de maintenir la mémoire immunitaire de l organisme. De même, l efficacité du vaccin grippal est liée à la nature des virus en circulation, qui évolue d une année sur l autre. Le vaccin contre la tuberculose (BCG) protège également contre les formes les plus graves de la tuberculose. 5. Quels sont les risques liés aux vaccins? Ces risques doivent toujours être comparés aux risques liés à la maladie et à ses conséquences Si l on compare les effets secondaires des vaccins (risque vaccinal) et leur niveau de protection contre les maladies elles mêmes ou leurs complications (bénéfice vaccinal), les 10 vaccins du calendrier vaccinal ont une balance bénéfice risque très largement en faveur de leur usage. La balance bénéfice risque peut être modulée chez certains publics, notamment les femmes enceintes ou les personnes immunodéprimées, pour lesquels il existe des contre indications spécifiques. Le «cocooning», consistant à vacciner leur entourage, permet de protéger indirectement ces personnes en réduisant leur probabilité de contracter ces maladies. De manière générale, les vaccins peuvent parfois après injection provoquer des réactions mineures, locales ou passagères : douleur au point d injection, éruption cutanée transitoire, courte fièvre. 6. Quel est le coût d une vaccination? Pour toute personne disposant d un médecin traitant, tous les vaccins inscrits au calendrier vaccinal sont remboursés à 65 % par l assurance maladie sur prescription médicale, si la vaccination est effectuée par le médecin traitant ou une infirmière. Le coût résiduel est pris en charge par les mutuelles. Si l injection est réalisée par le médecin traitant elle est prise en charge par l Assurance maladie à 70 %. Si elle est réalisée par une infirmière, sur prescription par le médecin traitant, elle est prise en charge à 60 %. Le coût résiduel est également pris en charge par les mutuelles. Pour toute personne dépourvue de mutuelle ou de médecin traitant, les vaccinations du calendrier vaccinal sont gratuites (achat du vaccin et injection) lorsqu elles sont effectuées par les centres de vaccination publique (liste en annexes). Depuis octobre 2010, l'assurance maladie prend en charge à 100 % les deux doses du vaccin ROR pour les enfants jusqu'à 17 ans inclus et à 65 % pour tous les autres assurés. Le vaccin contre la grippe est également gratuit pour les personnes de 65 ans et plus et pour les personnes souffrant d affections chroniques (ALD).

11 F / FICHES MALADIES A PREVENTION VACCINALE 10 LA ROUGEOLE Quels symptômes? Quels risques? La rougeole, souvent considérée à tort comme une affection bénigne, est une maladie infectieuse due à un virus respiratoire qui se transmet par les gouttelettes salivaires ou respiratoires. C est une maladie : - sans traitement - très contagieuse : 1 malade peut contaminer 15 à 20 autres personnes non vaccinées (les principaux lieux de contamination sont l école et le milieu familial) - longue et éprouvante : entraîne une fatigue générale durable, fragilise l organisme par une baisse temporaire de l immunité (défenses naturelles) favorisant les infections dans les mois qui suivent - pouvant être à l origine de complications graves : otites (7 à 9%), laryngites, pharyngites, pneumonies (1à 6%) ou encéphalites (inflammation du cerveau qui peut entraîner des séquelles neurologiques graves voire le décès). Chez l enfant, la première cause de décès est la pneumonie. Chez l adulte, c est l encéphalite aiguë. La panencéphalite subaiguë sclérosante, exceptionnelle, survient en moyenne 7 ans après l éruption et se manifeste par une démence évolutive constamment mortelle (1 cas sur ). De manière générale, plus le malade est jeune ou âgé, plus les risques de complications sévères augmentent. Certaines catégories de populations sont également plus exposées aux complications : femmes enceintes, personnes immunodéprimées (défenses immunitaires faibles). Entre janvier 2008 et décembre 2012, la rougeole a été responsable de 30 complications neurologiques et de 1055 pneumopathies dont 10 décès, sur environ cas déclarés en France. Qui sont les personnes concernées? Contrairement à une opinion répandue, la maladie ne touche pas que les enfants : elle atteint massivement les bébés (moins de 2 ans) et les jeunes adultes à partir de 14 ans. Les formes compliquées sont plus fréquentes chez les patients de moins de 1 an et de plus de 20 ans. Quelle couverture vaccinale? La couverture vaccinale rougeole est insuffisante dans la région : celle ci est de l ordre de 85% pour la 1 ère dose de vaccin «Rougeole Oreillon Rubéole» pour les enfants de 2 ans, contre 89% au niveau national (Aude 84%, Hérault 86%, Gard 82%, Lozère 82%, Pyrénées Orientales 86%). Pour limiter durablement les risques d épidémie, 95% des enfants doivent avoir reçu au moins 1 dose à 24 mois. De même, si la couverture vaccinale à 1 dose est satisfaisante à ans (97%), elle demeure insuffisante à 2 doses au même âge avec seulement 85%. Les foyers épidémiques identifiés durant l épidémie sont la conséquence du niveau insuffisant et hétérogène de la couverture vaccinale, permettant l augmentation progressive du nombre de personnes non immunisés. Schéma vaccinal En l absence de traitement contre la maladie, le vaccin, qui existe depuis 1960, est la meilleure prévention contre la rougeole. Le vaccin «triple» contre la rougeole, la rubéole et les oreillons est recommandé en France depuis Il est très bien toléré, efficace et accessible à tous. 1 an : 1 ère dose Entre 16 et 18 mois : 2 nde dose Si incomplet rattrapage jusqu à 34 ans : atteindre 2 doses

12 LA COQUELUCHE 11 Quels symptômes? La coqueluche est une maladie bactérienne respiratoire très contagieuse. Elle se transmet par contact avec un malade qui tousse. La contamination a généralement lieu au sein de la famille (parents, fratrie ) ou de collectivités (écoles, hôpitaux). La période moyenne d'incubation est de 10 jours (entre 7 à 21 jours). La contagiosité de la personne est maximale la première semaine après contamination, puis elle décroît mais peut encore persister durant 3 semaines. Le signe essentiel de cette affection est une toux typique en quinte qui évoque le chant du coq, d où elle tire son nom. Cette toux, qui dure plusieurs semaines, est souvent accompagnée d'une difficulté à reprendre son souffle et de vomissements. Qui sont les personnes concernées? Quels risques? La coqueluche est grave et potentiellement mortelle chez le nourrisson, notamment durant les 6 premiers mois. Elle conduit souvent à l hospitalisation en raison de ses complications pulmonaires et neurologiques. Entre 1996 et 2005, 32 décès d enfants par coqueluche ont été recensés dans le réseau national Renacoq de surveillance des coqueluches sévères de l enfant (9 sur 10 avaient moins de 3 mois). Dans la même période 1600 enfants de moins de 6 mois ont été hospitalisés dont près d 1 sur 5 en réanimation. Dans plus d 1 cas sur 2, les parents étaient à l origine de la contamination, la fratrie dans 1 cas sur 4. La coqueluche atteint aussi les adultes sous une forme moins grave, mais très contagieuse pour les bébés. Et contrairement aux idées reçues, le fait d avoir déjà eu la coqueluche n empêche pas de la contracter à nouveau. Ce sont donc souvent les adultes malades qui transmettent la maladie aux nourrissons. Quelle couverture vaccinale et épidémiologie? En Languedoc Roussillon la couverture vaccinale à 2 ans pour le vaccin coqueluche (3 injections + 1 rappel) est de 90% à 2 ans (2009). Du fait d une protection vaccinale à durée limitée nécessitant des rappels (comprise entre 5 et 10 ans) et d une couverture vaccinale inférieure à 95% de la population sur le second rappel ans, la coqueluche est aujourd hui redevenue une maladie fréquente du jeune adulte. En effet les personnes vaccinées durant leur enfance ne sont plus protégées car non à jour des rappels nécessaires. Au niveau national, le taux de couverture à 4 doses pour l âge de 2 ans est de 91%. En 2009 en France, le nombre de cas confirmés de coqueluche d enfants de moins de 17 ans est en augmentation par rapport à 2007 et 2008 : environ 300 contre moins de 150 (données Renacoq). Parmi les 83 enfants de moins de 6 mois, 71% n étaient pas vaccinés et 24% n avaient reçu qu une dose. Schéma vaccinal 0 1 an : 2 injections à 2 mois et 4 mois + 1 er rappel à 11 mois (avec dtp) 6 ans : 2 nd rappel (avec dtp) ans : 3 nd rappel (avec dtp) 25 ans (en particulier jeunes parents) : 4 ème rappel (avec dtp) Par ailleurs, tous les professionnels de santé et de la petite enfance devraient être vaccinés contre la coqueluche et en priorité ceux travaillant auprès des nourrissons de moins de 6 mois.

13 LES INFECTIONS INVASIVES A MENINGOCOQUES : MENINGITES & SEPTICEMIES A MENINGOCOQUES Quels symptômes? Quels risques? Les infections à méningocoque sont dues à des bactéries présentes dans le nez et le fond de la gorge (naso pharynx). La transmission se fait directement par les projections respiratoires ou salivaires des malades et surtout des porteurs sains (malgré la présence de la bactérie dans leur naso pharynx, ils ne développeront pas la maladie). Ces bactéries sont très fragiles et ne peuvent se transmettre que par des contacts prolongés et rapprochés. Dans certains cas, les méningocoques peuvent provoquer des infections graves, les «infections invasives à méningocoques» comme la méningite et la septicémie. Il existe plusieurs types de méningocoques responsables de ces infections graves : en France, les plus fréquents sont les méningocoques B (60 65% des cas, mortalité 9%) et C (25 30 % des cas, mortalité 19%). Il existe deux formes principales d'infections invasives à méningocoque : - la méningite est la forme la plus fréquente. Le méningocoque infecte le liquide et les membranes qui enveloppent le cerveau (méninges) ainsi que la moelle épinière. Symptômes les plus fréquents : maux de tête, vomissements, raideur de la nuque, fièvre élevée, photophobie (sensation visuelle pénible de la lumière), puis état confusionnel. Un traitement adapté doit être mis en place rapidement, alors l évolution est favorable dans cinq cas sur six. - la septicémie à méningocoque : le méningocoque se dissémine dans tout l organisme et provoque une infection généralisée du sang et des organes. L état de santé se dégrade très vite et des taches rouges ou violacées peuvent apparaître et s étendre rapidement. C est la forme la plus grave appelée «purpura fulminans». Cette forme d infection à méningocoque est très grave et exige une prise en charge d urgence. Elle peut conduire au décès (30 % de mortalité) ou laisser des séquelles importantes (lésions cérébrales, surdité partielle, troubles de l apprentissage ). La prise en charge d un malade constitue une urgence sanitaire et doit conduire à appeler au plus vite le 15 ou son médecin traitant. En France la déclaration de ces infections est obligatoire et doit être signalée le plus rapidement possible aux autorités de santé (ARS) pour que les mesures de prévention dans l entourage du malade puissent être prises, même si le risque de transmission secondaire est faible. Qui sont les personnes concernées? Les données InVS de déclaration obligatoire sur la période montrent, comme pour la rougeole, que ce sont les très jeunes enfants (moins de 4 ans) et les jeunes adultes de 15 à 20 ans qui sont le plus concernés par les infections invasives à méningocoques. Les méningites sont les maladies infectieuses que redoutent le plus les Français (plus d 1 personne sur 2) et leurs médecins (plus de 8 sur 10). Quelle couverture vaccinale et évolution de la maladie? Le taux de couverture vaccinale national estimé est seulement de 51% à 2 ans (InVS, source EGB). Une étude réalisée en 2009 par l InVS en Seine Maritime a montré une couverture vaccinale de l ordre de 23% chez les personnes de 1 à 19 ans. Dix pays européens ont généralisé la vaccination méningo C depuis plusieurs années. La France est donc devenue pays à incidence élevée pour les infections invasives à méningocoques. Chaque année, en France, environ 700 cas sont déclarés en moyenne. Schéma vaccinal 1 an : 1 dose Si incomplet rattrapage jusqu à 25 ans : 1 dose La vaccination contre le méningocoque de type C, à la mortalité la plus élevée, consiste en une seule injection, efficace et très bien tolérée. Elle est remboursée par la sécurité sociale à 65% de 1 à 24 ans inclus. Le vaccin contre les bactéries de type A C Y W135 est obligatoire pour les pèlerins se rendant à la Mecque, celui contre les méningocoques A+C est utilisé chez les militaires et les voyageurs se rendant dans les zones à risque d Afrique.

14 LE PAPILLOMAVIRUS (HPV) 13 Quels symptômes? Quels risques? Les infections dues aux papillomavirus sont les plus fréquentes et contagieuses des maladies sexuellement transmissibles. Plus de 100 variantes différentes du virus ont été recensées («génotypes»). Parmi elles, beaucoup sont susceptibles d infecter l Homme mais seul un petit nombre est impliqué dans le cancer féminin du col de l utérus : plus de 70% sont causés par les «génotypes» 16 et 18. Après contamination, la majorité des femmes (90%) ne présente pas de symptômes et parvient à éliminer le virus. Mais pour 10% d entre elles, l infection persiste et des lésions précancéreuses apparaissent, pouvant évoluer vers un cancer si elles ne sont pas traitées. Le délai moyen entre une contamination HPV et l apparition du cancer du col de l utérus est de 15 à 25 ans. Qui sont les personnes concernées? La majorité des personnes ayant des rapports sexuels. On estime qu environ 80% des adultes seront exposés au virus au cours de leur vie. Or on dénombre aujourd hui près de nouveaux cas du cancer du col par an, exposant ces personnes à des traitements lourds (chirurgie, radio chimiothérapie) et environ 1000 décès par an des suites de la maladie. Quelle prévention? Pour les jeunes filles et les femmes, deux moyens de prévention complémentaires de ce cancer existent aujourd hui : le vaccin, recommandé de 11 à 20 ans avant tout rapport sexuel et le dépistage par frottis, recommandé tous les 3 ans à partir de 25 ans et jusqu à 65 ans (2 frottis à 1 an d intervalle au début). Les deux outils doivent être utilisés en complément : le vaccin en tant que prévention primaire (éviter l apparition de la maladie), le dépistage en tant que prévention secondaire (détecter tôt pour traiter tôt). Le dépistage par frottis existe depuis plus de 30 ans (et seules 60% des femmes y ont accès). Si la vaccination ne dispense donc pas du recours au frottis, elle ne dispense pas non plus de l usage du préservatif, celui ci assurant une protection contre d autres infections sexuellement transmissibles. La recommandation du vaccin par les autorités sanitaires s appuie sur le fait que la causalité entre lésions précancéreuses causées par HPV et apparition de cancers du col de l utérus est scientifiquement établie. Les vaccins anti HPV protègent donc indirectement contre le cancer du col et permettent de proposer cette prévention sans attendre le délai moyen d apparition des cas de cancers cliniques. Concernant le profil de sécurité du vaccin, près de 5,5 millions de doses ont été diffusées à ce jour en France. Le suivi de l Agence nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) réalisé auprès de 1,8 millions de jeunes filles de 11 à 15 ans montre des taux d apparition de maladies auto immunes identique chez les sujets vaccinés et non vaccinés. Comme tous les nouveaux vaccins mis sur le marché, le vaccin anti HPV fait l objet d une surveillance renforcée de la part de l ANSM, comme c est le cas dans l ensemble des pays occidentaux. Quelle couverture vaccinale? Au niveau national, les données les plus récentes (2012) font état d une couverture vaccinale des jeunes filles de 15 ans de 27% à 1 dose et de 26% à 3 doses. Compte tenu de la forte circulation de ce virus, ces valeurs sont très insuffisantes pour réduire l incidence de la maladie, en particulier chez les adolescents et jeunes adultes, et assurer une protection collective efficace. Schéma vaccinal Pour le vaccin quadrivalent (types 6,11, 16 et 18) : ans : 2 doses espacées de 6 mois ans : 3 doses selon un schéma 0, 2 et 6 mois. Pour le vaccin bivalent (types 16 et 18) : ans : 2 doses espacées de 6 mois ans : 3 doses selon un schéma 0, 1 et 6 mois

15 L HEPATITE B 14 Quels symptômes? Quels risques? L hépatite B est une infection sexuellement transmissible (IST) le plus souvent inapparente, qui entraîne une inflammation du foie et se manifeste dans environ 10 % des cas par un ictère (jaunisse), de la fièvre et une fatigue prolongée. Le virus de l hépatite B est présent dans les sécrétions biologiques (sang, sperme, sécrétions vaginales ) et se transmet essentiellement par relations sexuelles, par contact proches avec un porteur chronique du virus et voie parentérale (de la mère à l enfant au cours de l accouchement). La période d incubation de l infection par le VHB est généralement de 45 à 180 jours. Que l infection initiale se manifeste ou pas, l hépatite B peut devenir chronique dans environ 10% des cas. Elle est alors susceptible d évoluer vers la cirrhose ou le cancer du foie. Contraignant, le traitement curatif de l hépatite B n entraîne pas la guérison mais permet néanmoins de réduire la survenue des complications. Qui sont les personnes concernées? En France métropolitaine, d après une étude de l InVS réalisée en 2004, environ personnes âgées de 18 à 80 ans, seraient porteuses chroniques du virus de l hépatite B 3, soit une prévalence de 0,65%. On estime que l hépatite B est responsable d environ décès chaque année. Quelle couverture vaccinale et évolution de la maladie? Au niveau national, les données les plus récentes font état d une couverture vaccinale des enfants de 2 ans de 65% à 3 doses mais de niveaux de couverture moins favorable à 11 ans (46%). En région, ce taux s élève à 62% (données 2011), et un examen comparatif sur un échantillon de régions françaises positionne le Languedoc Roussillon parmi celles aux taux les moins élevés. Compte tenu du nombre de personnes porteuses, ces valeurs sont insuffisantes pour réduire l incidence de la maladie, en particulier chez les adolescents et jeunes adultes, et assurer une protection collective efficace. Schéma vaccinal 0 1 an : 2 injections à 2 mois et 4 mois + 1 er rappel à 11 mois Si incomplet rattrapage jusqu à 16 ans : 2 ou 3 doses selon les cas individuels Après 16 ans : La vaccination contre l hépatite B est fortement recommandée pour toutes les personnes possédant un ou plusieurs facteurs de risques : relations sexuelles avec un ou des partenaires dont le statut vis à vis du VHB est inconnu, voyageurs et personnes amenées à résider dans les pays de moyenne ou de forte endémie, toxicomanes, personnes détenues 3 Enquête nationale de prévalence du portage de l AgHBS réalisée en par l Institut de veille sanitaire (InVS).

16 COORDONNEES DES CENTRES DE VACCINATION PUBLIQUE & VOYAGEURS DU LANGUEDOC ROUSSILLON 15

17 POUR ALLER PLUS LOIN (liens actifs) ARS LR : épidémies en région, questions/réponses vaccination, questions/réponses pratiques, coordonnées des centres de vaccination publique et voyageurs, calendrier vaccinal Mesvaccins.net : actualités vaccinales, fiches info, création d un carnet électronique avec suivi régulier InfoVac France : fiches, recommandations personnes fragiles, effets secondaires, questions/réponses vaccins InVS : base de données épidémiologique nationale, couverture vaccinale, modes de transmission, études

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN MARS 2011 313-52711-B État des données : mars 2011 Ce guide calendrier vaccinal comporte le carnet de vaccination. SOMMAIRE LA

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 140- Mai 2014 SOMMAIRE 1. Le calendrier vaccinal simplifié 1 2. Vaccination des enfants et adolescents 2 3. Vaccination des adultes 4 4. Cas pratiques 6 5. Invitation Soirées de

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne CartoVaccins Haute-Vienne Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe en Haute-Vienne Quelle couverture vaccinale contre la Rougeole en Haute-Vienne > Contexte > Résultats Depuis le 1 er janvier

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

> Passeport pour la santé

> Passeport pour la santé SAATCHI & SAATCHI - PHOTOS : GETTY IMAGES - 313-06344-B - Août 2006 > Passeport pour la santé Le guide calendrier vaccinal des adolescents et des adultes Mis à jour au 1 er août 2006 2 3 Sommaire Vaccins

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Semaine européenne de la vaccination du 2 au 6 mai 2011. Agence Régionale de Santé du Nord Pas-de-Calais Lille, le 02 mai 2011

DOSSIER DE PRESSE. Semaine européenne de la vaccination du 2 au 6 mai 2011. Agence Régionale de Santé du Nord Pas-de-Calais Lille, le 02 mai 2011 DOSSIER DE PRESSE Semaine européenne de la vaccination du 2 au 6 mai 2011 Agence Régionale de Santé du Nord Pas-de-Calais Lille, le 02 mai 2011 Contact presse Béatrice Degrugillers - 03.62.72.86.10 - Beatrice.DEGRUGILLERS@ars.sante.fr

Plus en détail

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination INTRODUCTION Numéro 19, février 2015 Les maladies évitables par la vaccination (MEV) dont il est question dans ce numéro du bulletin

Plus en détail

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE CAS CLINIQUE N 2 VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE FAMILLE DE 5 : MÈRE ASSISTANTE DE DIRECTION / PÈRE STEWARD AIR FRANCE, LONGS COURRIERS CARAÏBES. 3 ENFANTS

Plus en détail

DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains

DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains Se faire vacciner, se laver les mains : 2 gestes essentiels pour lutter contre les maladies infectieuses. C est décidé, je vais sauver le monde!...commence

Plus en détail

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE Prévention de la coqueluche Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE La coqueluche : question d actualité? Epidémiologie Nouvelles recommandations vaccinales et leur application Rôle des professionnels

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail

SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015

SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015 FICHE 1 SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015 A QUOI SERT LA SEMAINE DE LA VACCINATION? La Semaine de la Vaccination a été lancée par l Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2005. Elle est

Plus en détail

La vaccination chez l enfant

La vaccination chez l enfant Conseil santé La vaccination chez l enfant www.omnimut.be La vaccination chez l enfant La vaccination chez l enfant Nous ne les voyons pas, mais ils sont bien là! De nombreux virus et bactéries peuvent

Plus en détail

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie LA VACCINATION POST-GREFFE DE CELLULES HÉMATO-POÏÉTIQUES Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie Pourquoi me faire vacciner suite à une greffe de cellules hématopoïétiques

Plus en détail

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT PAS SEULEMENT LES PATIENTS Monica Attinger Unité HPCI VD SSSH -16 mars 2013 /CHUV Rappel Infection : envahissement de l organisme par des germes capables de provoquer une maladie

Plus en détail

Les vaccinations du personnel hospitalier

Les vaccinations du personnel hospitalier Les vaccinations du personnel hospitalier Isabelle Buisson-Vallès Service de médecine du travail du personnel hospitalier Pr Brochard - CHU de Bordeaux 7ème JNI - Bordeaux 9 juin 2006 Introduction La majorité

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles GRIPPE SAISONNIERE Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles DR M.A. HUBSCHER Journée régionale EMS 22/11/2012 Le virus grippal Réputé fragile : sensible aux

Plus en détail

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter-

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Largement débattue au cours du XII ème congrès de Gastroentérologie, tenu ce week end, l hépatite B mérite d être mieux connue

Plus en détail

Le point sur la vaccination

Le point sur la vaccination Semaine européenne de la vaccination Du 23 au 30 avril 2010 Le point sur la vaccination Parce qu'il est important d'être vacciné et de mettre à jour ses vaccins régulièrement, parce que l'on se pose tous

Plus en détail

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010 Vaccination coqueluche et maternité G Picherot YOPI 2010 Groupe Avancées Vaccinales 2010 Très inspiré de «AVANT, PENDANT et APRES Vaccinations autour de la grossesse» Dr Marc Valdiguié Pédiatre Unité de

Plus en détail

UNICEF/97-0627/Lemoyne

UNICEF/97-0627/Lemoyne UNICEF/97-0627/Lemoyne Pourquoi il est important de communiquer et d utiliser les informations sur LA VACCINATION La vaccination Chaque année, 1,7 million d enfants meurent de maladies qui auraient pu

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication

Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication Conférence de presse Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication Dossier d information Jeudi 13 octobre 2011 www.info-rougeole.fr Contacts Presse Inpes, Lamiel Denisse : 01 49 33

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel La place de la vaccination dans la prévention des risques infectieux La prévention des risques infectieux au travail ne se réduit pas à la protection vaccinale. La vaccination s inscrit comme une des mesures

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel Prévention-Santé-Sud-Est Association des Services de Santé au Travail Paca-Corse Vaccinations et milieu professionnel Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées Certaines activités professionnelles

Plus en détail

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques 7 BEH -5 / 0 avril 0. Calendrier vaccinal 0. Tableaux synoptiques. Tableau des vaccinations recommandées chez les enfants et les adolescents en 0 Recommandations générales Rattrapage Populations particulières

Plus en détail

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection?

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection? Qu est-ce que l immunisation? L immunisation est un processus qui permet au corps de lutter contre les maladies causées par certains virus et bactéries. L un des moyens d être immunisé est de recevoir

Plus en détail

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Dossier de presse LA VACCINATION AU COURS DE LA VIE : Conseils et réponses aux questions du quotidien, pour être à jour CONTACTS PRESSE INPES Inpes : Sandra

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

promotion santé La vaccination chez l enfant

promotion santé La vaccination chez l enfant promotion santé La vaccination chez l enfant La vaccination chez l enfant Une publication des Mutualités Libres Rue Saint-Hubert, 19-1150 Bruxelles T 02 778 92 11 - F 02 778 94 04 promotionsante@mloz.be

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis 12/09/2013 2 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Nourrisson 3 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012

Plus en détail

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Dossier de presse LA VACCINATION AU COURS DE LA VIE : Conseils et réponses aux questions du quotidien, pour être à jour CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier

Plus en détail

Questions fréquentes sur la vaccination en général

Questions fréquentes sur la vaccination en général Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Maladies transmissibles Etat au 9.10.2013 Questions fréquentes sur la vaccination en général 1. Qu est-ce que le système

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 http://www.inpes.sante.fr/cfesbases/catalogue/pdf/1133.pdf CAS CLINIQUE N 1 Une maman, membre d un groupe de pensée plutôt opposé aux vaccinations,

Plus en détail

La grippe, comment l éviter?

La grippe, comment l éviter? La grippe, comment l éviter? Marine LARRIERE, étudiante en soins infirmiers IFSI Laxou Promotion 2014/2017 Février 2015 Sommaire Qu est-ce que la grippe? Epidémie saisonnière de 2015 Les virus de la grippe

Plus en détail

Les manifestations la grippe

Les manifestations la grippe Les manifestations la grippe Les manifestations de la grippe sont assez caractéristiques: Un début souvent brutal Le début de la grippe est le plus souvent brutal, apparaissent ainsi: Courbatures, Douleurs

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel. Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées

Vaccinations et milieu professionnel. Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées Vaccinations et milieu professionnel Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées 1 Certaines activités professionnelles font courir un risque de maladie infectieuse, comme l'hépatite ou la tuberculose.

Plus en détail

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Coqueluche Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Définition et mode de transmission La coqueluche est une infection bactérienne peu ou pas fébrile de l'arbre respiratoire

Plus en détail

Info grippe Information1 8/08/2 0 0 9

Info grippe Information1 8/08/2 0 0 9 Info grippe Information1 8/08/2 0 0 9 < retour à la liste Ce que doivent savoir les parents, les professionnels de l éducation et les élèves en fonction de l évolution de la grippe : les sites de référence

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

La vaccination de l adulte

La vaccination de l adulte et R La vaccination de l adulte Trop souvent négligée! Karl Weiss, MD, MSc, FRCPC Présenté dans le cadre de la conférence : Les journées de pharmacologie, Université de Montréal, juin 2007 Une étude canadienne

Plus en détail

La grippe, l asthme et la vaccination

La grippe, l asthme et la vaccination La grippe, l asthme et la vaccination vaccin anti-grippe pris en charge à 100 % pour tous les asthmatiques Qu est-ce que la grippe? La grippe est une maladie infectieuse très contagieuse, d apparition

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION

LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION ETUDE QUALITATIVE REALISEE AUPRES DE MEDECINS GENERALISTES DU JURA ET DE COUPLES ADOLESCENTES/ REPRESENTANTS

Plus en détail

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI FMPR, Rabat le 23.10.2010 Les mesures de prévention concernent la population dans son ensemble en se

Plus en détail

TOUT SAVOIR (ou presque) SUR LA VACCINATION : des réponses aux questions du quotidien

TOUT SAVOIR (ou presque) SUR LA VACCINATION : des réponses aux questions du quotidien Dossier documentaire vaccination Février 2015 TOUT SAVOIR (ou presque) SUR LA VACCINATION : des réponses aux questions du quotidien Ce dossier documentaire sur la vaccination est destiné aux professionnels

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? La vaccination n est pas seulement pour les enfants. Les adultes

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

L enfant avant tout. Rubéole : dépistage avant la grossesse

L enfant avant tout. Rubéole : dépistage avant la grossesse 30 L enfant avant tout Rubéole : dépistage avant la grossesse Dix pour cent des femmes en âge de procréer n ont pas les anticorps pour les protéger contre l infection rubéolique. Selon l équipe de la division

Plus en détail

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Ce que vous devez savoir sur les vaccins antigrippaux offerts cette année L influenza, qu on appelle communément la grippe, est une infection respiratoire

Plus en détail

La grippe en 2011 : questions et réponses

La grippe en 2011 : questions et réponses La grippe en 2011 : questions et réponses 1. Pourquoi vacciner contre la grippe? La vaccination est la seule manière de se protéger contre la grippe, et surtout contre ses complications. La grippe est

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2013 L assurance maternité Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

Sensibiliser les professionnels de santé à la vaccination anti grippale :

Sensibiliser les professionnels de santé à la vaccination anti grippale : Journée Régionale de Prévention et de Maitrise du Risque Infectieux en EHPAD Vendredi 25 Septembre 2014 Sensibiliser les professionnels de santé à la vaccination anti grippale : Le projet 2015 de l ARLIN

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Le collège de la Haute Autorité de Santé ayant valablement délibéré en sa séance du 29 mai 2013,

REPUBLIQUE FRANCAISE. Le collège de la Haute Autorité de Santé ayant valablement délibéré en sa séance du 29 mai 2013, REPUBLIQUE FRANCAISE AVIS N 2013.0051/AC/SEVAM du 29 mai 2013 du collège de la Haute Autorité de Santé relatif au protocole de coopération 048 «Consultation, décision et prescription de vaccination pour

Plus en détail

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE XVII ème Congrès national de la SFHH Nantes 1 er juin 2006 COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE F. Bureau-Chalot 1, F. Fidel 1, A. Henry 1, L. Brasme 1, C. Quéreux 2, P. Morville

Plus en détail

gratuite de vaccination Programmes en 4 e année du primaire Contre l hépatite B pour les garçons et les filles

gratuite de vaccination Programmes en 4 e année du primaire Contre l hépatite B pour les garçons et les filles «Programmes de vaccination gratuite en 4 e année du primaire» Contre l hépatite B pour les garçons et les filles (incluant une protection contre l hépatite A ) Contre le virus du papillome humain (VPH)

Plus en détail

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux 1 VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux DESCRIPTION Le Virus du Papilloma Humain (VPH) existe sous plus de 150 souches différentes. Seul une quarantaine est responsable des condylomes génitaux

Plus en détail

Vaccination des personnes âgées et cancer

Vaccination des personnes âgées et cancer Vaccination des personnes âgées et cancer Pr B de WAZIÈRES CHU Nîmes Haut conseil de la santé publique Comité technique des vaccinations ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE SUBVENTION ET

Plus en détail

Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques

Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques Emmanuel Belchior*, Département des Maladies Infectieuses Congrès des Sociétés médico-chirurgicales de Pédiatrie Samedi 9 juin 2012, Palais

Plus en détail

AUDIT VACCINATIONS. Résultats 1 er tour

AUDIT VACCINATIONS. Résultats 1 er tour AUDIT VACCINATIONS Résultats 1 er tour Participation Population Résultats par vaccination : - DTP - Hépatite B - Rougeole - Coqueluche - Méningite C - Human Papilloma Virus Résultats des participants Sommaire

Plus en détail

Des réponses. Vaccination

Des réponses. Vaccination Des réponses à vos questions sur la Vaccination Vacciner permet de réduire considérablement le nombre de malades et de décès par maladies infectieuses. C est un geste médical à part entière, sur lequel

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 SCHEMA VACCINAL DE 1981 : SCHEMA VACCINAL EN COMMUNAUTE FRANCAISE EN 2007 : COUVERTURES VACCINALES À L'ÂGE DE 12

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2015

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2015 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2015 L ASSURANCE MATERNITÉ Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux.

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux. Anna Jagusiak GENERALITES DEFINITION La vaccination est une préparation antigénique qui à un agent infectieux. CLASSIFICATION VACCINS VIVANTS ATTENUES Protection immunitaire proche de celle suivant une

Plus en détail

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires A) GENERALITES SUR LA NOUVELLE GRIPPE A (H1N1) v. Qu est-ce que la nouvelle grippe A (H1N1) v? La nouvelle grippe A(H1N1) est une infection

Plus en détail

IST et SIDA : s'informer pour se protéger!

IST et SIDA : s'informer pour se protéger! IST et SIDA : s'informer pour se protéger! Tous concernés! De quoi s agit-il? Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) sont des infections dues à des virus, des bactéries, des parasites ou des

Plus en détail

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas)

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas) Vous recevez une interne du service de maternité La Coqueluche Elle vous dit tousser depuis 15 jours. Devant l absence de fièvre elle ne s est pas arrêtée et elle n a pas pris de précautions particulières.

Plus en détail

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE 1 INFORMATIONS SUR PANDEMIE GRIPPALE Une pandémie grippale frappe le monde depuis quelques semaines. Il s

Plus en détail

INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne

INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne Programme de vaccination pour les étudiants de médecine INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne 1) Introduction Le personnel de santé est exposé

Plus en détail

INDICATEURS PERINATALITE - PETITE ENFANCE 2012* DIRECTION PROTECTION MATERNELLE ET INFANTILE PETITE ENFANCE (PMI PE)

INDICATEURS PERINATALITE - PETITE ENFANCE 2012* DIRECTION PROTECTION MATERNELLE ET INFANTILE PETITE ENFANCE (PMI PE) 1 DONNES PERINATALES Année HautsdeSeine Note 1A DONNEES DEMOGRAPHIQUES INSEE, INSERM Nouveaunés vivants domiciliés 2012 24 790 Taux de natalité (nouveaunés vivants pour 1000 habitants) 2012 15,6 pour 1000

Plus en détail

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Comment protéger vos enfants? La seule protection efficace : la vaccination R.O.R COQUELUCHE ANNUAIRE Livret élaboré en partenariat avec : Conseil Général du Loir-et-Cher

Plus en détail

VIII/ Sujets à risque

VIII/ Sujets à risque 17 novembre 2010 VIII/ Sujets à risque DCEM III Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis PLAN Tuberculose Coqueluche Pneumocoque Méningocoque Hépatite A Hépatite

Plus en détail

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010 Objectifs QUELLES VACCINATIONS RECOMMANDER CHEZL ADULTE? N. Junod Perron et J P. Humair Enseignement en Médecine Ambulatoire SMPR 26.3.2014 2014 Connaître les vaccins recommandés chez les adultes de la

Plus en détail

Du 20 au 27 avril 2013 Semaine européenne de la vaccination

Du 20 au 27 avril 2013 Semaine européenne de la vaccination Du 20 au 27 avril 2013 Semaine européenne de la vaccination Vaccination : êtes-vous à jour? DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse national complété des informations en Vaucluse où la semaine se prolonge

Plus en détail

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012 La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 1 Qu est-ce que la grippe? Infection virale aiguë des voies respiratoires Se propage facilement d un personne à l autre

Plus en détail

SANTÉ DE L ENFANT 9 9.1 CARACTÉRISTIQUES DE L ACCOUCHEMENT. Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU

SANTÉ DE L ENFANT 9 9.1 CARACTÉRISTIQUES DE L ACCOUCHEMENT. Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU SANTÉ DE L ENFANT 9 Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU Au cours de la troisième enquête démographique et de santé et à indicateurs multiples, on a enregistré, pour tous les enfants nés au cours des cinq

Plus en détail

IMPFDIENST. Brochure d information pour les parents et les élèves

IMPFDIENST. Brochure d information pour les parents et les élèves IMPFDIENST Brochure d information pour les parents et les élèves Service des vaccinations Chers parents, chers élèves, Le service des vaccinations effectue des vaccinations à intervalles de deux ans dans

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

Vaccination des enfants et des adolescents

Vaccination des enfants et des adolescents Information letter from the Norwegian Institute of Public Health No. 3 National vaccination programme in Norway French Last updated May 2010 www.fhi.no/publ/infoletter Vaccination des enfants et des adolescents

Plus en détail

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse الجمهوريةالجزائريةالديمقراطيةالشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارةالصحة, السكانوإصالحالمستشفيات MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE DIRECTION GENERALE

Plus en détail

Pandémie de grippe Guide pour les particuliers et les familles

Pandémie de grippe Guide pour les particuliers et les familles Pandémie de grippe Guide pour les particuliers et les familles 3 Ce guide a pour objectif de vous aider à comprendre le risque que représente la survenue d'une pandémie de grippe dans notre pays ou canton.

Plus en détail

Le 4 février 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde

Le 4 février 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde Section 3 : Parfois, s occuper de la paperasse semble être complètement au bas de votre liste de priorités. Quand il y a déjà à peine suffisamment d heures dans la journée à passer avec les enfants, les

Plus en détail

Voyages et vaccinations

Voyages et vaccinations Voyages et vaccinations VOYAGES LES MICI NE SONT PAS UN OBSTACLE AUX VOYAGES. Cependant, sauf urgences professionnelles, mieux vaut envisager les déplacements en période de rémission quand tout va bien.

Plus en détail

La Prévention médico-sociale en Finistère

La Prévention médico-sociale en Finistère ODPE du Finistère La Prévention médico-sociale en Finistère La protection maternelle et infantile (PMI) mène une mission de prévention et de promotion de la L ESSENTIEL santé des futurs parents et des

Plus en détail

VACCINATIONS. Le plan de vaccination suisse 2013 recommande la vaccination contre la tuberculose dans des groupes à risques.

VACCINATIONS. Le plan de vaccination suisse 2013 recommande la vaccination contre la tuberculose dans des groupes à risques. Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours VACCINATIONS Idriss Guessous Service de médecine de premier recours, HUG 2013 LES POINTS

Plus en détail

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne Année scolaire 2009-2010 Service de Protection Maternelle et Infantile Exploitation des données statistiques : Observatoire de la santé

Plus en détail

Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1)

Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1) Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1) du 26 avril au 30 septembre 2009 région de la Capitale-Nationale Présentation à la Chambre de Commerce de la ville de Québec 9 octobre 2009 François Desbiens,

Plus en détail

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers Guide pratique sur les vaccinations à l intention des infirmiers JNI Tours 14 juin 2012 Journée Nationale de Formation des Infirmières en Infectiologie Sophie Lefèvre Didier Pinquier D après le calendrier

Plus en détail

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Journée EHPAD 14 février 2013 Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France EHPAD Une population exposée Environnement ouvert vers la communauté Risque

Plus en détail