Dans ce numéro : Contact : Jean Philippe MOUSSU Journée alimentation des vaches laitières à Poix-Terron le 6 novembre

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dans ce numéro : Contact : Jean Philippe MOUSSU 03 24 33 89 69. Journée alimentation des vaches laitières à Poix-Terron le 6 novembre"

Transcription

1 FLASH INTER GDA Dans ce numéro : Semis d automne : Les éléments-clés 2 ARGONNE En cours de recrutement 3 CANTONS Raphaëlle PONCELET CHARLEVILLE Daniel LOUAZEL NORD-OUEST Lucie JACQUEMARD RETHELOIS Adrien LEJEUNE Mathias. DEROULEDE THIERACHE Didier PHILIPPE STOCKS D HERBE IMPORTANTS «Economisez le maïs et profitez de la baisse des prix des céréales. 5 Réaliser et conserver un ensilage de maïs de qualité 8 Acheter ou vendre du maïs sur pied : quel prix cette année? 11 Les méteils : fourrages ou concentrés, de sérieux atouts pour l élevage 13 La Seconde Vie de vos Déchets 16 Collecte des Huiles Usagées Bilan de l Opération Collective 17 Avec la collaboration des Réseaux de Références Septembre 2014 BREVES Déménagement de la Chambre d Agriculture Le Service Identification et les différents services de la Chambre d Agriculture ont déménagé en août dernier. Nouvelle adresse : Chambre d Agriculture des Ardennes 1 Rue Jacquemart Templeux - CS CHARLEVILLE MEZIERES Cédex Recyclage : Voir les dates et lieux de collecte dans votre secteur à la fin de ce flash. PAC 2015 : Les organisations agricoles vous informent : voir en fin de ce flash AGENDA Eleveurs Allaitants : Formation «Améliorer vos performances économiques en élevage allaitant» les 16 octobre, 20 novembre et 4 décembre Contact : Joël MARTIN Eleveurs Laitiers : Formation «Mon revenu : mieux le comprendre pour l améliorer» les 21 octobre, 20 novembre et 2 décembre Contact : Jean Philippe MOUSSU Journée alimentation des vaches laitières à Poix-Terron le 6 novembre Contact : Jean Philippe MOUSSU Formation «Document Unique d Evaluation des Risques» les 16 & 30 octobre ou 4 novembre et 20 & 11 novembre ou 9 décembre Contact : Emilie FOUAN Portes Ouvertes : Simulation de conversion à l agriculture biologique à Stonne le 14 octobre Contact : Marion ANDREAU Avec la participation financière La Chambre d'agriculture des Ardennes est agréée par le Ministère en charge de l'agriculture pour son activité de conseil indépendant à l'utilisation de produits phytopharmaceutiques sous le n agrément IF01762, dans le cadre de l agrément multi-sites porté par l APCA. Le GDA du Rethélois est agréé sous le n agrément CA01664.

2 Semis d automne : Les éléments-clés Les conditions d implantation de l automne dernier ont été difficiles à cause d une météo humide. L absence de gel cet hiver et la pluviométrie importante n ont pas permis aux sols de bien se restructurer. De plus, les conditions humides au mois d août ont amplifié le phénomène de compaction des sols. N hésitez pas à utiliser la bêche afin de diagnostiquer l état des parcelles et adapter la préparation de sol en conséquence. Les règles de base des semis (date, densité ) restent inchangées. Un semis précoce sera toujours plus exposé à la pression des ravageurs d automne, des adventices, et au risque de gel en sortie d hiver. A l inverse, des dates de semis trop tardives peuvent être pénalisées par des conditions de semis difficiles (temps humide et froid), et des risques de gel précoce pour les variétés tardives. Cependant, malgré des mauvaises conditions de l automne dernier et des dates de semis plus tardives, les potentiels de rendement n ont pas été entamés. La moisson 2014 est un très bon cru (meilleurs rendements depuis 10 ans). Date de semis? Les chantiers de semis sont à organiser en fonction de plusieurs critères : Les conditions de sol : privilégiez le semis des parcelles «difficiles» (argileuses ) dès que les conditions sont favorables. Les parcelles plus légères ont une plage de semis plus grande et pourront être semées en bonnes conditions ultérieurement. Les préparations motteuses peuvent être affinées grâce au passage d un rouleau type Cambridge avant ou aussitôt le semis. Cette technique présente l avantage également de limiter le déplacement des limaces. Le retour de précipitations peut également jouer ce rôle d émiettement des mottes. La patience peut être récompensée! La précocité variétale : respecter la précocité des variétés en débutant les semis par les variétés tardives (ex : Lear, Ambition, Trapez, ) pour finir par les variétés précoces (Boisseau, Rubisko,..). Source CA 51 Adrien LEJEUNE GDA du Rethélois & Didier PHILIPPE GDA de la Thiérache Septembre 2014 Page 2

3 Pour les escourgeons : le gel d épis au printemps reste un risque élevé d où l importance de le semer à la bonne date : A partir de fin septembre en zone nord Ardenne A partir du 5 octobre dans le reste du département Dans votre organisation de semis, commencer par les semis de blé tardif (Ambition, Lear ) et ensuite réaliser les semis d escourgeon pour finir par les blés demi-précoces à précoces. Le salissement : repousser la date de semis après le 10 octobre facilite la gestion du désherbage des parcelles historiquement sales et/ou avec des problèmes de résistance (vulpins, raygrass). Cette stratégie offre l opportunité de réaliser des faux-semis durant l interculture, via des déchaumages peu profonds et réguliers, dans le but de diminuer le stock de graines d adventices de la parcelle. Les levées de vulpins ou ray-grass seront également moins nombreuses fin octobre. Dans tous les cas, il est primordial de semer sur une parcelle propre. En cas de présence d adventices au moment du semis, une destruction est nécessaire soit mécaniquement (avant ou au moment du semis, attention aux repiquages) soit par destruction chimique. L interculture est la période privilégiée pour gérer les problématiques de vivaces (chiendent, chardons ). Pour avoir une gestion efficace pendant l interculture : - Laisser reverdir la parcelle jusqu à ce que les vivaces mesurent environ 15cm - Réaliser une intervention chimique à base glyphosate et/ou de 2,4D en fonction des mauvaises herbes présentes - Laisser un délai de 8 jours minimums (15 jours si conditions défavorables à l action des produits) avant tout travail du sol. Densité de semis? Une fois la date de semis déterminée, il reste à régler les aspects techniques du semis : densité, profondeur Densité de semis du blé en fonction du contexte parcellaire Sept Octobre Novembre Dates Limons argileux fins Argilo calcaires superficiels et caillouteux Limons argileux ou argiles limoneuses humides Craie gr/m² gr/m² gr/m² gr/m² gr/m² gr/m² gr/m² >530 gr/m² gr/m² gr/m² Semis déconseillés Semis déconseillés gr/m² gr/m² >520 gr/m² Arvalis institut du végétal Ce tableau inclus déjà une marge de sécurité alors rien ne sert encore de majorer les doses conseillées. Une majoration de la densité de semis entraîne un surcoût du poste semence et de nombreux problèmes agronomiques : augmentation du risque de verse et de la pression maladie. Calcul de la dose en Kg/ha à partir du tableau : (Grains/m² X PMG) /100 = Kg/ha Ex : ( 300gr/m² * 48 PMG) /100 = 144Kg/ha Adrien LEJEUNE GDA du Rethélois & Didier PHILIPPE GDA de la Thiérache Septembre 2014 Page 3

4 Pour l escourgeon, la densité de semis doit se situer entre 280 et 350gr/m² en fonction de la qualité de la préparation de sol et de la date de semis. En cas de semis dans des conditions extrêmes (semis tardifs ou sol motteux et humide) majorer de 10% la dose de semis. Si le semis n est pas réalisé au octobre, se poser la question d implanter ou non l escourgeon. Quelle profondeur? Pour obtenir un semis et une profondeur régulière, la préparation de sol est primordiale. Celle-ci doit permettre le meilleur contact sol - graine possible (terre fine et rappuyée) afin de permettre une levée rapide de la culture. Attention à ne pas trop affiner l horizon de surface dans les parcelles présentant des risques de battance. Au moment du semis, la rotative doit «plumer» le sol (travail superficiel), cela permet une meilleure régularité de la profondeur de semis et le positionnement de la graine sur un horizon ferme. En cas de travail trop profond avec la rotative, le semoir à tendance à descendre et à semer trop creux. La profondeur de semis optimale pour le blé est de 2.5cm. En Champagne, l utilisation sur le semoir de roulettes plombeuses est conseillée. Elles permettent un bon maintien de l élément de semis mais surtout elles réappuient le sillon favorisant un bon contact solgraine. Ceci laisse place à une préparation sillonnée moins sensible aux risques de gel. En terre forte, on utilisera plutôt une herse de recouvrement qui passe mieux en conditions humides (dans les sols trop frais, les graines collent à la roulette plombeuse qui les sort du sillon), on laissera alors place à une préparation plane. Pour assurer le contact sol-graine l utilisation d un rouleau type Cambridge aussitôt le semis est intéressant. La profondeur de semis peut être légèrement modulée en fonction de l humidité du sol et des conditions météorologiques prévues les jours suivants le semis. Adrien LEJEUNE GDA du Rethélois & Didier PHILIPPE GDA de la Thiérache Septembre 2014 Page 4

5 STOCKS D HERBE IMPORTANTS «Economisez le maïs et profitez de la baisse des prix des céréales. L année fourragère 2014 rime avec des hangars plein de foins et regains, souvent de belle qualité, et des ensilages d herbe souvent importants en volume. Les stocks doivent permettre de passer l hiver sans problème et de garder un report sécurisant au moment de la mise à l herbe en Dans les exploitations ayant l habitude de faire du maïs ensilage, il est nécessaire d évaluer le besoin réel pour tenir jusqu à septembre-octobre Dans certains cas vendre le maïs en grain, le récolter en maïs grain humide, récupérer des brisures de maïs pour accompagner des rations 100 % herbe sera intéressant (cas fréquent en élevage allaitant ou laitier avec des objectifs de production autour de l/vl). Pour les laitiers qui basent leur ration sur des quantités importantes de maïs, il faudra réfléchir à introduire une part d herbe (ensilée ou enrubannée ou foinregain) plus importante en apportant un complément en céréales à l auge. Faire comme d habitude, c est risquer d avoir des stocks de report en foin ou ensilage trop importants au printemps prochain, et peut coûter cher. Evaluer vos stocks et besoin en ensilage d herbe-foinregain Le cubage des silos est à faire au plus juste ainsi que le nombre de balles de foin-regain et leur poids moyen (pour les enrubannages, c est le poids de matière sèche qui importe, pas le poids brut). 1 m 3 de silo d herbe équivaut à environ 190 kg de MS d herbe Besoins hivernaux : veaux laitiers : 500 kg de foin en MS pour 170 j de stabulation génisses/bœufs 6-12 mois : 850 kg génisses/bœufs mois : 1,3 T génisses/bœufs 18/24 mois : 1,5 T VA : 2,2 T VL : 3 T de MS pour la partie hiver génisses/bœufs mois : 1,8 T génisses/bœufs 30/36 mois : 1,9 T 0 à 3 T MS pour la partie pâturage en fonction de la part d herbe pâturée Estimer le besoin en maïs Pour les vaches allaitantes recevant habituellement kg brut de maïs ensilage en complément du foin : Si les stocks de foin-regain-ensilage d herbe sont suffisants, le maïs peut être abandonné et remplacé par 1 à 2 kg céréales et 0,3 kg tourteau de colza, après vêlage (avant vêlage le foin seul est suffisant). Pour les vaches laitières : La part de maïs habituelle pourra être modulée à la baisse en fonction des stocks d herbe disponibles. Plus la part d herbe (de bonne qualité alimentaire) augmente dans la ration des vaches laitières Daniel LOUAZEL GDA de Charleville Septembre 2014 Page 5

6 plus on économise de maïs, de tourteau (soja ou colza ou VL ) que l on peut remplacer par des céréales produites sur l exploitation (blé orge triticale avoine ou maïs grain). Pour les «non producteurs» de céréales, les brisures de maïs, corn gluten feed et VL à base de céréales devraient être moins coûteux que les années passées (les cotations de septembre 2014 tournent autour de 178 / T en corn gluten feed, 185 / T en pulpes de betterave, 230 / T en tourteau de colza, 430 / T en tx de soja ). Ration calculée à l équilibre à 30 l de lait, en kg de Matière Sèche Ration 1 Ration 2 Ration 3 Ration 4 Ration 5 Maïs ensilage Foin 2 1 / / 7 Ensilage Herbe / / Regain / / / 3 / Tourteau de colza (2) Céréales (1) / Corn Gluten (1) (1) Le corn gluten peut être remplacé par des brisures de maïs (sauf ration 1), des VL18 à base de céréales ou de pulpes sèches. (2) En mettant du soja à la place du colza par exemple pour la ration 1 (3 kg de soja kg de pulpes) le coût de concentré augmente de 6.5 /1 000 l. A qui donner les regains? Souvent les éleveurs hésitent à utiliser les regains. S ils sont à éviter sur les veaux laitiers de moins de 6 mois, ils peuvent être donnés à toutes les autres catégories. Ils peuvent être riches en azote et pauvres en cellulose. Pour des vaches laitières avec ration maïs, leur utilisation ne se conçoit qu en remplacement d une partie du maïs mais pas à la place du foin. Pour des animaux de plus de 6 mois, en allaitant ou en lait, le regain passe bien techniquement et économiquement (même si les bouses sont souvent plus molles). Avec des brisures de maïs, le regain peut permettre de réaliser des rations engraissement pour des broutards «repoussés» ou des vaches réformes (regain + 3kg brisures maïs). Quels aliments concentrés pour ? Correcteur azoté : le tourteau de colza reste incontournable en pur ou en mélange avec du soja. 1.5 kg de tx colza remplace efficacement 1 kg de soja tout en apportant plus d énergie, plus de méthionine et de phosphore/calcium 1,5 kg de tx colza 0,345 1 kg de soja Mais aussi : Le corn gluten feed devrait bénéficier des prix bas du maïs grain à 0,93 UFL et 22 de MAT et 20 % d amidon ; il passe bien dans la plupart des régimes. Les maïs grains secs ou humides peuvent facilement être utilisés dans les régimes où la part herbe dépasse 1 / 3 à ½ de la ration fourrage. L apport d amidon «lent» permet de faire grimper la densité énergétique sans trop de risque d acidose. Les céréales autres (blé, orge, avoine, triticale) devraient être compétitives en prix cette année. L idéal serait de mélanger blé ou triticale avec de l avoine à 50/50 pour limiter les risques d acidose sans baisser la valeur énergétique. Les pulpes de betterave déshydratée, si elles suivent le cours du blé, peuvent en mélange avec des céréales et du tourteau de colza (40/40/20 %) constituer un aliment veaux ou une VL 18 très compétitive. Daniel LOUAZEL GDA de Charleville Septembre 2014 Page 6

7 La luzerne déshydratée : en mélange avec des céréales et ou de la pulpe de betterave il est possible de faire des aliments veaux ou jeunes bêtes bon marché. Exemple : 50 % maïs grain 50 % luzerne pour des veaux laitiers ou allaitant, ou bien 60 % maïs 20 % luzerne 20 % tx colza Drèches de brasserie : sur des rations en herbe ou maïs + herbe, les drèches apportent une forme d azote protéique complémentaire de l herbe. Associées à des céréales (type maïs grain ou blé ) et un tourteau de colza elles ont un bon effet lactogène. Exemple : 100 % herbe + 4 kg brut drèches brasseries + 3 kg brisure de maïs kg tx cloza = l. Prix d équivalence des aliments (conjoncture fin 2014) UFL PDIN Prix aliments secs ( / T ) Soja Colza Lin Tournesol VL Prix aliments humides ( / T ) Drèches de brasserie Aliment liquide Aliment liquide Luzerne Féveroles Drèches blé Blé Maïs Maïs épi FSP Corn Gluten Pulpes de betteraves Pulpes de p. de terre Screening Pommes de terre En prenant en référence le tourteau de colza à 235 /T et du blé stocké aplati à 160 /t, les autres aliments ci-contre ne devraient pas dépasser le prix indiqué pour rester compétitif par rapport au colza et au blé. Quand les fourrages sont de bonne qualité et distribués à volonté avec un confort satisfaisant pour les vaches, il est possible de limiter les consommations de concentrés à g/l en ration maïs et g/l en ration plus herbe. L intérêt de la distribution individuelle des concentrés ou la création de lots de niveau de production restent un des leviers les plus efficaces pour maîtriser les quantités distribuées sans pénaliser les performances techniques et économiques. Daniel LOUAZEL GDA de Charleville Septembre 2014 Page 7

8 Réaliser et conserver un ensilage de maïs de qualité Cette année les rendements en maïs ensilage sont prometteurs. Il ne devrait donc pas y avoir de problème de quantité, mais il ne faut pas pour autant négliger la qualité! Les principes de bases sont toujours les mêmes et concernent cinq points clés : Récolter au meilleur stade Organiser le chantier (nombre de remorques adapté au débit de l ensileuse) Surveiller la finesse du hachage Soigner la réalisation du silo (propreté, tassage, bâchage hermétique) Eviter l échauffement du silo ouvert A quel moment faut-il récolter? La qualité d un ensilage dépend essentiellement des taux d amidons dans les grains. Bien sûr, il faudra trouver un compromis entre le rendement, la qualité fourragère et les aptitudes à la conservation. Le stade optimal de récolte est celui qui apporte : Des propriétés de compression optimales. Une réduction de la post-fermentation et du développement des moisissures. Une moindre prédisposition au développement de toxines de fusarium. Des bonnes qualités de consommation. Pour faire le bon choix le critère à prendre en compte est l état de maturité de l épi. Aujourd hui de nombreuses variétés de maïs ont un «stay-green» prolongé, l observation de la couleur du feuillage n est donc plus un indicateur. Pour une bonne qualité d ensilage, le grain doit contenir au minimum ¼ d amidon vitreux. Ce stade correspond à environ 30% de MS. Le stade optimal se situe cependant entre 32 et 33% de MS. L amidon est alors réparti en trois tiers : 1/3 d amidon laiteux (liquide blanc), 1/3 d amidon farineux (texture pâteuse,) et 1/3 amidon vitreux (jaune brillant, difficilement rayable à l ongle). À ce stade les grains ont accumulé suffisamment d'amidon et les tiges et feuilles ne sont pas encore trop lignifiées, et donc digestes. Attention au-delà de 35% de MS, la conservation est difficile et la digestion est mauvaise (grains trop secs et trop riches en amidon). Dans le cas d une organisation complexe du chantier d ensilage (matériel partagé) où la récolte au stade optimal n est pas possible, il est préférable d ensiler à 29% plutôt qu au-dessus de 35%. Pour prévoir la date de récolte, le principe suivant doit être suivi : L apparition de la lentille vitreuse à l extrémité des grains (couronnes centrales des épis) correspond au stade 23 à 27%MS. A ce stade, les besoins sont de 24 degrés-jours pour gagner un point de MS. La finesse du hachage à adapter au matériel de distribution! Le réglage de l ensileuse est un point à ne pas négliger, cela a au moins autant d importance que le tassage du silo! Les brins doivent être hachés assez fins pour faciliter le tassement du silo (densité optimale > 230 kg MS/m²), mais pas trop : des brins assez longs favorisent la mastication des vaches! L ingestion est alors maximale et la digestibilité améliorée. Raphaëlle PONCELET GDA des Trois Cantons Septembre 2014 Page 8

9 Pour obtenir la bonne longueur des brins à l auge, le système de désilage et de distribution doit impérativement être pris en compte. Le maïs fourrage doit être haché à la bonne finesse pour obtenir au final des brins mesurant environ 10 mm A L AUGE en moyenne pour la plupart des rations. Toutefois, cette taille peut être réduite si la ration comporte beaucoup d élément fibreux, et augmentée s il n y a pas de fibres complémentaires. Coupe trop courte Influence négative sur la structure Coupe trop longue Correction à apporter avec les éléments suivants (à partir des 10 mm) : Eléments fibreux dans la ration (foin, paille, ) : - 1 mm/kg Désilage à la fraise : + 1 à + 2 mm Mélangeuse à vis (temps de mélange court) : + 1 à + 3 mm Concentrés totaux (> 4 kg MS) : + 2 à + 4 mm Absence de fibres complémentaires : + 2 à + 3 mm Absence d accessoires d affinage sur l ensileuse : - 3 à - 4 mm Influence négative sur le tassement Quoi qu il arrive, en pratique, il est indispensable de prendre le temps de descendre du tracteur pour vérifier la longueur des brins et l éclatement des grains. Le réglage des couteaux de l ensileuse peut alors être adapté si besoin! La réalisation du silo : Bien sûr, pour limiter les contaminations, le silo et ses abords doivent être les plus propres possibles. Une seule règle pour s assurer d une bonne qualité : il faut tasser ; les conservateurs ne sont pas justifiés! Le poids sur le silo est à surveiller à la réalisation du silo mais aussi régulièrement jusqu à consommation totale du maïs. L air ne doit pas rentrer! Il en va de même pour les bâches qui peuvent se détériorer au cours du temps. Que faire à l ouverture du silo? Une fois le silo débâché, la qualité de l ensilage peut diminuer très rapidement si aucune précaution n a été prise. Tout le travail de préparation est alors gâché et la production des vaches peut très vite chuter! Le premier point à surveiller pour éviter de telles situations est le front d attaque. Celui-ci doit au minimum avancer de 10 cm par jour en hiver (3 m par mois) et 20 cm par jour en été (6 m par mois). La largeur et la hauteur des silos doivent donc être adaptées à la taille des troupeaux, à la part de maïs dans la ration et à la saison d'utilisation. La coupure doit également être la plus nette possible. En cas d échauffement trop important malgré toutes les précautions (vérification de la bâche, ) il est possible d ajouter un mélange à base d acide formique. Compter 1 L d acide formique pour 9 L d eau à la fabrication du mélange. Appliquer ensuite 10 L de mélange pour un m² de surface de fourrage. Raphaëlle PONCELET GDA des Trois Cantons Septembre 2014 Page 9

10 Source : AGPM Raphaëlle PONCELET GDA des Trois Cantons Septembre 2014 Page 10

11 Acheter ou vendre du maïs sur pied : quel prix cette année? Le maïs sur pied n a pas de valeur commerciale fixée par un marché. Son prix résulte d une libre transaction entre l acheteur et le vendeur. Notre proposition vous donne des éléments objectifs d un point de vue technicoéconomique pour mener à bien votre transaction, que vous soyez vendeur ou acheteur 1 ère Etape : Estimer le rendement (TMS/ha) Trois méthodes sont possibles : Méthode 1 : Vous pesez tout ou une partie des remorques de la récolte et vous réalisez un prélèvement pour la matière sèche Méthode 2 : Vous comptez le nombre de grains/m² : 2) Compter le nombre d épis sur 10 m² (c est-à-dire sur une longueur de 12,5 m pour un semis à 0.8 m d interligne) 3) Prendre 10 épis successifs et compter le nombre de grains sur chaque épi. Pour cela compter le nombre de grains sur une rangée et multipliez le par le nombre rangées sur l épi. Faites la moyenne des résultats sur les 10 épis prélevés. (vous avez le nombre moyen de grains par épis) 4) Multiplier le résultat 1) par le résultat 2) pour obtenir le nombre de grains/m² Exemple : 1) On compte 80 épis sur 10 m² = 8 épis/m² 2) On compte 10 rangées à 28 grains/rangée = 280 grains/épis 3) 8 X 280 = grains/m² soit une estimation de 11,5T MS/ha de rendement de 62 qtx de grain/ha et répéter l opération 2 ou 3 fois dans les zones représentatives de la parcelle. Pour ces deux possibilités : le tableau suivant vous donnera l équivalence en matière sèche de fourrage. Méthode 3 : Vous estimez le rendement en MS à partir du rendement en grain sec réalisé habituellement. Grains/m² Rendement grain sec (q/ha à 15 %) Rendement plante entière (TMS/ha) Source : ARVALIS Institut du végétal ème Etape : Evaluer le prix de la tonne de MS Notre méthode se fonde sur le principe d équivalence entre le produit de la vente du maïs sur pied et celui obtenu par la vente du maïs en grains secs. On considère pour la récolte 2014, un prix du maïs grain sec de 130 / T, duquel on déduit les frais de séchage (25 / T ). Le prix à la tonne de matière sèche est ensuite obtenu en déduisant les frais à engager pour une récolte en maïs grain sec et en tenant compte de l exportation des pailles. Lucie JACQUEMARD GDA du Nord Ouest Septembre 2014 Page 11

12 Transaction du maïs sur pied : base de calcul Exemple : avec un rendement de 70 qtx /ha et un prix du grain sec (net de taxes et de séchage) de 105 / T Vente du grain : 7 T /ha X 105 / T 735 /ha Frais de récolte du grain et de broyage Frais de transport - 40 Perte de l exportation des pailles TOTAL 660 /ha 7 T de grain équivaut à 12.5 T de MS soit pour 1 T de MS 53 /TMS Trop de maïs cette année : Faut-il ensiler pour 2 années? Cette année, les fourrages étant abondants et de bonne qualité, le besoin en ensilage de maïs fourrage est, chez de nombreux éleveurs, moins important en volume. Que faire du maïs supplémentaire? Plusieurs choix s offrent à vous : le vendre sur pied en plante entière, en maïs grain humide ou l autoconsommer en grain humide. Un certain nombre d éleveurs seront peut être tentés d ensiler l intégralité du maïs cette année, de conserver pour l hiver 2015 l ensilage excédentaire et de vendre en grain la sole en maïs en Cette solution nécessite d abord de disposer de beaucoup de place libre en silos et d ensiler dans de bonnes conditions. Ensuite, l avantage économique reste hypothétique : le prix du maïs grain ou de toute autre céréale pour la récolte 2015 sera-t-il plus important qu en 2014? Enfin cela entraîne également une perte de trésorerie pour cette année. Le prix de vente du maïs sur pied reste libre. C est une transaction entre l acheteur et le vendeur qui tient compte de la qualité du fourrage, de l offre et de la demande. Une observation de la qualité du fourrage par les deux parties, (acheteur et vendeur) permet de négocier au plus juste la valeur de celui-ci. Lucie JACQUEMARD GDA du Nord Ouest Septembre 2014 Page 12

13 Les méteils : fourrages ou concentrés, de sérieux atouts pour l élevage Le méteil se développe de plus en plus sur des exploitations souhaitant augmenter leur autonomie alimentaire. Le méteil, mélange de légumineuses et de céréales, est une culture qui peut être récoltée en fourrage ou en grain, selon les besoins de l exploitation. Dans le contexte actuel, d augmentation des charges (coûts des fertilisants, des produits phytosanitaires..), le réel atout du méteil est qu il ne nécessite pratiquement pas d intrants, et peut remplacer facilement des concentrés commerciaux aux coûts parfois élevés. Mais il présente bien d autres atouts Pourquoi cultiver du méteil? Le méteil est une culture qui permet de valoriser efficacement des terres avec un potentiel moyen. Peu onéreuse, cette culture a des avantages agronomiques non négligeables. Grâce aux systèmes racinaires des différentes espèces conjuguées, la structure du sol est améliorée. Les variétés utilisées, plus rustiques, et l association de différentes espèces garantissent une meilleure résistance aux maladies. Dans des terres moyennes les rendements en méteil sont de l ordre de 50 à 60qx/ha en grains et peuvent parfois atteindre 75 à 80 qx/ha dans de bonnes terres. Au-delà de ces avantages agronomiques, la culture du méteil s insère parfaitement dans le système d exploitation, puisque cette culture bénéficie directement à l élevage. Sa récolte en fourrage au printemps peut permettre de palier à une récolte insuffisante d ensilage d herbe ou de foin. Récolté en grain, il convient parfaitement à toutes les catégories d animaux ou presque. Quelles valeurs alimentaires pour quelles rations? La valeur alimentaire dépend directement des proportions de chaque espèce du mélange à la récolte. Cependant les proportions à la récolte dépendent de l année et n ont la plupart du temps, rien à voir avec les proportions au semis! C est une caractéristique du méteil qu il faut accepter et avec laquelle il faut composer! En moyenne un mélange de type triticale-avoine-pois correspond à une VL16 utilisable pour les veaux, génisses, vaches laitières, vaches allaitantes et brebis (l avoine sécurise le mélange et évite les risques d acidose). Par exemple, si le méteil est utilisé comme concentré, une proportion insuffisante de légumineuse peut facilement être compensée par un ajout de tourteau de colza (10 à 20%) au moment de la distribution. Au final, l économie reste significative. Un méteil récolté en grains vaut dans les 62 / T (intrants + charges de mécanisation) selon le barème d entraide En comparaison une VL15 atteint les 240 / T.) Comment cultiver le méteil? Le méteil est une culture qui demande peu d intervention et donc est peu coûteuse et nécessite un temps de travail réduit. La préparation du sol est similaire à celle des céréales. Le semis est couramment réalisé avec un semoir à céréales, en un seul passage à 2-3 cm de profondeur. Le mélange des graines se fait avant de les placer dans le semoir. Un moyen simple et efficace est d utiliser une bétonnière. L achat d un mélange tout prêt en big-bags est également possible. Raphaëlle PONCELET GDA des Trois Cantons Septembre 2014 Page 13

14 Pour ce qui est du désherbage, aucune intervention n est à prévoir puisqu aucun produit n est homologué à la fois sur céréales et sur protéagineux! Grâce à un choix judicieux des espèces et des doses, le désherbage est de toute façon inutile car les adventices sont en partie étouffées par la culture. De plus, le méteil étant destiné à l alimentation animale, les exigences de propreté sont moindres. Enfin, la fertilisation se limite à d unités d azote en sortie d hiver si les céréales sont peu développées. En comparant avec les itinéraires techniques appliqués sur votre exploitation, vous pouvez juger par vous-même des économies réalisées (produits, carburant) ainsi que du temps de travail gagné. La récolte, quant à elle, ne pose pas de problème particulier : En ensilage, il peut être ensilé directement aux becs kemper ou fauché et ensilé avec le pic up à herbe En grain, la machine est réglée sur les céréales et en cas de verse, ou de forte proportion de pois une coupe à colza est efficace. Et après? Le stockage du méteil est affaire aisée. En fourrage, il se conservera très bien en silo. L enrubannage est également possible. En grain sec, il peut être stocké sans problème dans une cellule à plat. Si aucune structure de stockage n est disponible sur l exploitation, pas de problèmes non plus, certains prestataires réalisent des boudins de grains secs ou humides (comptez environ 35 /mètre linéaire de prestation). Pour une bonne réussite de la culture, le choix des espèces et des densités de semis sont cruciaux Tout l art du méteil est de faire les bons choix avant l implantation de la culture. Les espèces doivent être choisies selon les objectifs. Il faut rechercher la complémentarité des espèces, la forte densité et la rusticité. Pensez aussi à l effet tuteur, et au compromis potentiel grain/paille pour la céréale. Triticale Blé Avoine hiver Pois fourrager/vesce Atouts Bonne productivité et bon rendement en paille Bonne valeur alimentaire Plante rustique Bon tuteur Bonne couverture du sol Adapté aux sols difficiles Bonne productivité en situation favorable Bonne valeur alimentaire Certaines variétés résistent à la verse Pouvoir couvrant important Bon tuteur de la vesce Peu sensible à l excès d eau Appétante Augmente la valeur nutritive Participe à la nutrition azotée de la céréale Fort développement végétatif Limites En ensilage, éviter les variétés trop barbues : trop agressif pour le palais des animaux et le tube digestif (diminution de l ingestion). Exigeant au niveau du sol Rôle de tuteur limité Moins productif que le triticale en situation difficile Trop court pour mélanger avec un pois fourrager Moins énergétique Peut geler si la température est inférieure à -15 C Sensible aux sols hydromorphes (pois) Augmente les risques de verse si trop dense (ne pas dépasser 25 kg/ha au semis) Raphaëlle PONCELET GDA des Trois Cantons Septembre 2014 Page 14

15 Une fois les espèces choisies, restent les variétés La contrainte du méteil est que les espèces doivent avoir la même vitesse de croissance pour limiter la concurrence et faciliter la récolte. Les variétés doivent donc être bien choisies. Quelques Variétés conseillées : Pois : ASSAS, PICAR, ARKTA, ne pas prendre de variété dont le PMG dépasse 120g (problème de l homogénéisation des semences en cours de semis) Triticale : ATLASS, TREMPLIN, ROTEGO (BIENVENUE) Avoine : DALGUISE, plutôt choisir une avoine blanche Pour les céréales toujours éviter les variétés sensibles à la verse, choisir celles qui ont une valeur alimentaire élevée. Enfin, en ce qui concerne la densité de semis, une règle importante : le pois ne doit pas dépasser 25kg/ha, sous peine de verse à la récolte! Exemple de mélange couramment utilisé : kg de triticale + 40 à 60 kg d avoine + 20 à 25 kg de pois fourrager Méteil d hiver, méteil de printemps quelle différence? Sur des parcelles très sales, le méteil de printemps a l avantage de limiter le développement des adventices. Mais gare aux problèmes de rentrée dans la parcelle! Il y a toujours le risque de ne rien pouvoir semer du tout. En méteil d hiver, par contre, vous êtes assurés d avoir une récolte. Dans tous les cas, éviter de semer sur une parcelle habituellement sale ou très sale. Les méteils de printemps ont l avantage d être moins sensibles au salissement que les méteils d hiver ; par contre les méteils d hiver sont globalement plus productifs en grain et aussi en fourrage. La valeur alimentaire dépendra de l année et des proportions dans le mélange une fois récolté, et dépend finalement peu des variétés printemps ou hiver implantées. Raphaëlle PONCELET GDA des Trois Cantons Septembre 2014 Page 15

16 La Seconde Vie de vos Déchets Beaucoup d entre vous participent aux collectes régionales organisées conjointement par les Coopératives distributrices, les Chambres d Agriculture de Champagne-Ardenne et ADIVALOR. Certains se sont sûrement déjà demandé quel était le devenir de leurs déchets! Cet article permet de faire le point Vos déchets sont recyclés sur un site spécialisé dans l Aube. Le site recycle les Emballages Vides de Produits Phytopharmaceutiques (EVPP), les Plastiques Agricoles Usagés (PAU), les Big Bag (BB) et les sacs de semence papier. Ce site peut également recycler des pneus, le verre et des huiles de vidange. Pour être recyclés, vos ficelles et filets partent en Italie où la technologie de recyclage est plus opérationnelle qu en France. Les saches en plastique transparent contenant les bidons vides de produits phytopharmaceutiques sans capuchon que vous avez soigneusement égouttés sont mis en tas (photo de gauche). Ils sont ensuite chargés dans un broyeur à l aide d un chargeur (photo de droite). Une fois broyés, ils sont acheminés par un tapis convoyeur (photo à gauche) pour être lavés (photo de droite) afin d enlever les morceaux d étiquettes. Les morceaux d étiquettes sont ensuite extraits de l eau par des systèmes de séparateur cyclonique très sophistiqués. Cette technologie permet de séparer différentes fractions d un mélange sans colmater comme un simple filtre. Les morceaux d étiquettes récupérés sont ensuite conditionnés dans un big bag pour être éliminées. L eau utilisée pour le décollage des étiquettes tourne en circuit fermé pour éviter une production d eau souillée trop importante. Tout comme les morceaux d étiquettes, l eau souillée fait ensuite l objet d une incinération dans des unités spécialement conçues pour l élimination des déchets dangereux : la température de combustion est très élevée pour assurer une combustion complète de tous les résidus et l épuration des fumées est drastique pour limiter au maximum les rejets dans l atmosphère. Accompagnement Collectif des Exploitants dans les Territoires Septembre 2014 Page 16

17 La fin de tout ce cycle débouche sur la production de copeaux de plastiques, matières premières secondaires qui peuvent être réinjectées dans l industrie afin de produire différents objets ou emballages non alimentaires. Les plastiques usagés produits par les activités d élevage et/ou de maraîchage subissent le même sort. Bravo pour le tri! La qualité des saches, donc de votre tri s est grandement améliorée depuis la mise en place de la filière! Bravo et merci, car le soin apporté au conditionnement en sache permet de réduire les coûts de recyclages. En effet : la qualité du tri (séparation des plastiques de natures différentes) est la condition première à une bonne valorisation des copeaux en plastiques. des bidons d Emballages Vides de Produits Phytopharmaceutiques mal égouttés engendrent une souillure plus rapide de l eau utilisée pour le décollage des étiquettes. Elle nécessite d être changée plus souvent. imaginez l effet d une pierre malencontreusement déposée dans une sache lorsqu elle arrive dans le broyeur. Pensez également aux risques de projection de débris que cela engendre pour le conducteur du chargeur! Attention : lorsqu ils sont collectés par erreur, les saches ne respectant pas suffisamment les consignes de conditionnement sont regroupées dans une benne et ne pourront pas être recyclés! Dans ce cas, aucune recette ne peut être générée par la revente des matières premières secondaires et l élimination par incinération des saches coûtera plus chère! Bravo pour ces nombreux efforts et restez convaincu de la pertinence de votre geste non seulement pour l environnement, mais aussi pour l économie d échelle. Le recyclage avance! Collecte des Huiles Usagées Bilan de l Opération Collective Fin 2013, début 2014, la Chambre d Agriculture et la FDCUMA organisaient en partenariat avec le seul collecteur agréé dans les Ardennes une collecte d huiles de vidange et de systèmes hydrauliques. Au total, ce sont plus de litres d huiles usagées qui ont été collectées dans les fermes, signe que beaucoup d entre vous ont souhaité participer à l opération. Merci pour votre confiance! Bravo et restez convaincu que votre geste a permis, via le recyclage de ces huiles, de préserver l environnement et de générer de l activité économique. A l avenir, dès que vous aurez plus de 600 litres d huiles usagées en stock, n hésitez pas à contacter le collecteur, il viendra vous collecter gratuitement. Les huiles de vidange moteur et les huiles des systèmes hydrauliques peuvent être collectées en mélange. Néanmoins, n oubliez pas de stocker vos huiles usagées à l abri de la pluie et des infiltrations d eau afin de faciliter leur recyclage. Pour tout complément d informations contactez votre Chambre d agriculture Delphine Coquet ou Mathieu Buffet Accompagnement Collectif des Exploitants dans les Territoires Septembre 2014 Page 17

18 Septembre 2014 Page 18

19 Septembre 2014 Page 19

20 Septembre 2014 Page 20

21 Septembre 2014 Page 21

22 FORMATIONS ELEVEURS AVEC LE GIE ZONE VERTE Formation Date Lieu Intervenant Contacts, informations et inscriptions Initiation à la méthode OBSALIM 4 & 5 nov de 9h à 17h VILLERS SEMEUSE Puis visites en ferme Dr Joseph DABEUX, vétérinaire homéopathe Marion ANDREAU Initiation à l homéopathie en élevage 6 & 7 nov de 9H à 17H Chambre d agriculture CHARLEVILLE- MEZIERES Dr Joseph DABEUX, vétérinaire homéopathe Lucie JACQUE- MARD & 26 nov de 9h à 17 h Chambre d agriculture Initiation à la phyto-aromathérapie CHARLEVILLE- MEZIERES Dr Françoise HEITZ, vétérinaire phytothérapeute Marion ANDREAU nov de 9 h à 17h Chambre d agriculture Se perfectionner en phytoaromathérapie CHARLEVILLE- MEZIERES Dr Françoise HEITZ, vétérinaire phytothérapeute Lucie JACQUE- MARD Ces formations sont gratuites pour les chefs d exploitation, conjoints collaborateurs et aides familiaux. Repas à la charge des stagiaires. 250 pour les salariés agricoles (280 pour la formation OBSALIM) prise en charge possible par le FAFSEA. Le nombre de stagiaires est limité. Il est conseillé de s inscrire rapidement. Avec la participation financière de : Septembre 2014 Page 22

23 Septembre 2014 Page 23

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

Production de la biomasse végétale

Production de la biomasse végétale 4 Production de la biomasse végétale Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Mercredi 2 juillet 2014 14 h - Ittenheim Edouard Cholley Félix Meyer Gérald Huber Introduction Voir les couverts végétaux, comme un outil agronomique

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Objectif. Il y a 4 ans je m installait dans une ferme de 100Ha. Apres 2 ans observant l'état si pauvre et usé de la terre, j ai devenu

Plus en détail

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège Plan L ensilage de maïs en général Caractéristiques anatomiques

Plus en détail

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont Bien alimenter et abreuver FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont indispensables pour assurer un bon niveau de production et une bonne santé aux animaux du troupeau. Les fiches

Plus en détail

Récolte ensilage immature ou Grains riches en protéines

Récolte ensilage immature ou Grains riches en protéines Guide Technique 2015 Récolte ensilage immature ou Grains riches en protéines Pour s affranchir du risque de sécheresse estivale OBJECTIF Cette pratique sécurise les stocks fourragers en diversifiant les

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Comment choisir les espèces?

Comment choisir les espèces? 16 Disposer d un gazon en adéquation avec l environnement pédo-climatique, avec l utilisation de la prairie (pâturage et/ou fauche), sa durée, et le type de bovins (lait ou viande) sont des éléments à

Plus en détail

La rénovation des prairies

La rénovation des prairies La rénovation des prairies Jérôme WIDAR, Sébastien CREMER, David KNODEN et Pierre LUXEN. - 1 - 3.5. Rénovation après dégâts de sangliers La rénovation d une prairie ayant subi des dégâts de sangliers est

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB + 1,5 t MS/ha sur 3 essais Y compris sur sols profonds Rendement annuel (T MS/ha) 11 9 8 7 6 5 4 3 4,2 5,7 8,4,1 3,8 5,2 Essai 1 Essai 2 Essai

Plus en détail

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou :

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou : - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque

Plus en détail

Implanter du maïs sans labourer

Implanter du maïs sans labourer Journées techniques sans labour 10 et 11 juin 2009 à Fruges et Thiant Implanter du maïs sans labourer clés de la réussite : levée, enracinement résultats d essais, approche économique Projet cofinancé

Plus en détail

Journée technique GC AB Essai système de culture

Journée technique GC AB Essai système de culture Journée technique GC AB Essai système de culture Contexte Contexte V. Salou 2011 2012 2013 2014 Constat : la production de céréales et de protéagineux bio est déficitaire de 30% en Bretagne Conception

Plus en détail

Couverture des sols en interculture Choisir et conduire un couvert adapté à ses besoins

Couverture des sols en interculture Choisir et conduire un couvert adapté à ses besoins Note technique n 25 Mai 2012 L opération de conseil Agr Eau Madon, co-financée par l Agence de l Eau Rhin Meuse et le CASDAR, est destinée à vous apporter des informations et des conseils en faveur de

Plus en détail

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent!

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Les essais présentés dans ce document font état des références actuellement disponibles sur les systèmes économes en intrants

Plus en détail

Mise à l herbe, les années se suivent!

Mise à l herbe, les années se suivent! Mise à l herbe, les années se suivent! Les vaches laitières du centre de formation ont été mises à l herbe de-nouveau un jeudi. En 2010 c était le 1 er avril, cette année ce fut le 31 mars 2011. La mise

Plus en détail

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012 SEPTEMBRE 2012 PRAIRIES Luzerne : limiter les mauvaises herbes p. 3 Ravageurs : une lutte surtout agronomique p. 6 MAÏS Tasser et protéger le silo pour éviter l'entrée d'air p. 8 Ajuster la ration des

Plus en détail

DES INTERCULTURES À UTILISATION FOURRAGERE

DES INTERCULTURES À UTILISATION FOURRAGERE DES INTERCULTURES À UTILISATION FOURRAGERE TERRES d'avenir Les intercultures peuvent permettre un apport de fourrage complémentaire pour les exploitations d élevage. Un groupe de travail Chambre d Agriculture,

Plus en détail

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION QU EST-CE QU UNE PLANTE COMPAGNE? C est un couvert végétal semé en association avec une culture principale afin d améliorer son comportement agronomique et sa rentabilité. Initialement travaillés sur la

Plus en détail

Chambre d Agriculture des Vosges. Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie

Chambre d Agriculture des Vosges. Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Chambre d Agriculture des Vosges Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Une culture

Plus en détail

Essai colza en système de cultures innovant

Essai colza en système de cultures innovant Essai colza en système de cultures innovant Compte-rendu d essais Année 2010-2011 COURTOIS Nicolas Avec la collaboration de M. BOSSON Christophe, exploitant à Aire-la-Ville Sommaire 1. Présentation...

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

Les protéines en nutrition animale

Les protéines en nutrition animale Les protéines en nutrition animale Sources, origine, évolution Plan Qui sommes nous? Les coopératives de nutrition animale Principes de base de la nutrition animale Les principales matières protéiques

Plus en détail

C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES

C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI : TEST DE VARIETE DE TRITICALE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE Campagne

Plus en détail

Coût des fourrages du sol à l auge

Coût des fourrages du sol à l auge Coût des fourrages du sol à l auge Plan de l intervention Introduction Méthode de calcul Résultats et repères sur quelques cultures fourragères : - Maïs - Luzerne - Mélanges céréaliers Conclusion Introduction

Plus en détail

COMPTE RENDU Journée formation

COMPTE RENDU Journée formation COMPTE RENDU Journée formation Agriculture de conservation des sols Profils de sol 1. Vincent Etchebarne à St Jean le Vieux prairie 2. Alain Claverie à Behasque sol nu / couverts multiples 3. Bernard Hourquebie

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Jean-François GARNIER ARVALIS Institut du Végétal D après un travail de Pierre Emilien ROUGER JOURNEE TECHNIQUE GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

BELchanvre. Journée transfrontalière. Gembloux, le 19 juin 2013

BELchanvre. Journée transfrontalière. Gembloux, le 19 juin 2013 BELchanvre Journée transfrontalière Gembloux, le 19 juin 2013 La filière chanvre en Wallonie La société Coopérative : 29 agriculteurs (pers. physiques/morales) + CER Groupe intérêt d'autres producteurs

Plus en détail

Sur nos captages... cultivons l eau des Vosges

Sur nos captages... cultivons l eau des Vosges Inconvénient Avantages Fiche n 29 Septembre 2012 Cette fiche technique, co-financée par l Agence de l Eau Rhin-Meuse, le Conseil Général des Vosges et le CASDAR, est destinée à vous apporter des informations

Plus en détail

Ventiler pour refroidir les céréales stockées

Ventiler pour refroidir les céréales stockées 10 QUALITÉ Ventiler pour refroidir les céréales stockées Une conduite à moduler avec le climat La ventilation est la meilleure méthode pour refroidir les céréales stockées et, donc, conserver leurs qualités

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE

APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE Alimentation Energie et azote Les apports énergétiques et azotés recommandés pour les chèvres laitières sont mesurés respectivement par les unités UFL

Plus en détail

Réussir ses récoltes de luzerne

Réussir ses récoltes de luzerne Réussir ses récoltes de luzerne Travaux 2012-2013 LUZFIL Dans le cadre du Projet régional LUZFIL* financé par : Partenaires : TERRENA, ARVALIS Institut du végétal, IDELE, Chambres d agricultures 44, 49,53

Plus en détail

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Implantation de colza au Strip till Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Objectifs de l essai Comparer différentes techniques d implantation simplifiée en colza Mono-graine

Plus en détail

VALORISATION DES MENUES PAILLES

VALORISATION DES MENUES PAILLES VALORISATION DES MENUES PAILLES Intervenants : Michel Seznec UCPDL85 Christopher Brachet Fcuma 56 Olivier Le Mouel FCBIA Une nouvelle voie Autrefois : elle était valorisée! Les agriculteurs la récupéraient

Plus en détail

AGRI-STRUCTURES. Fabrication et commercialisation de matériel agricole. www.agristructures.fr

AGRI-STRUCTURES. Fabrication et commercialisation de matériel agricole. www.agristructures.fr AGRI-STRUCTURES Fabrication et commercialisation de matériel agricole FABRICATION FRANÇAISE SEMOIR SEMFLEX EVO SEMOIR SEMFLEX EVO Pour technique simplifiée ou traditionnelle Aptitudes à travailler en conditions

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Etude d un cas type ROSACE 1 Travail réalisé par Richard d Humières, élève AgroParisTech, stagiaire au Pôle économie et

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

Bien choisir sa variété de maïs ensilage

Bien choisir sa variété de maïs ensilage Bien choisir sa variété de maïs ensilage Le maïs ensilage n est pas une culture difficile à cultiver. Pour choisir sa variété, l agriculteur dispose aujourd hui d une multitude de critères : attention

Plus en détail

l implantation Réussir des prairies GNIS 44, rue du Louvre 75001 PARIS Photos GNIS

l implantation Réussir des prairies GNIS 44, rue du Louvre 75001 PARIS Photos GNIS Réussir l implantation des prairies GNIS Ref. : DO757 GNIS 44, rue du Louvre 75001 PARIS Photos GNIS Réussir l implantation de sa prairie est la première condition à satisfaire pour profiter pleinement

Plus en détail

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE REFERENCES TECHNICO ECONOMIQUES : SAISONNALITE DE LA PRODUCTION DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE RESEAUX Rhône Alpes D ELEVAGE FACTEURS DE REUSSITE ET RISQUES DE DERIVES POURQUOI CETTE FICHE?

Plus en détail

Vers une alimentation 100% AB. Quelles matières premières pour équilibrer les rations? Quelles stratégies pour y arriver?

Vers une alimentation 100% AB. Quelles matières premières pour équilibrer les rations? Quelles stratégies pour y arriver? Vers une alimentation 100% AB Quelles matières premières pour équilibrer les rations? Quelles stratégies pour y arriver? Vers une alimentation 100% AB Quelles matières premières pour équilibrer les rations?

Plus en détail

Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères

Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères Alimentation hivernale des bovins charolais Recommandations et repères Hiver 0/0 Les conditions climatiques défavorables de cette année 0 n ont pas permis de constituer suffisamment de stocks hivernaux

Plus en détail

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries)

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Introduction : Bien qu'elle porte le même nom, la carie (Tilletia Caries) n'a rien à voir avec la carie dentaire qui est connu par le grand publique. La

Plus en détail

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Pierre MORTREUX Chambre d Agriculture du Nord Pas de Calais PROSENSOLS.EU Chantiers d arrachage de Objectifs? Contexte Sol de limon argileux sur craie

Plus en détail

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012 SEPTEMBRE 2012 PRAIRIES Luzerne : limiter les mauvaises herbes p. 3 Ravageurs : une lutte surtout agronomique p. 6 MAÏS Tasser et protéger le silo pour éviter l'entrée d'air p. 8 Ajuster la ration des

Plus en détail

Analyses et Perspectives

Analyses et Perspectives Analyses et Perspectives Références Systèmes Septembre 2013 N 1304 Complémentarité et autonomie en protéines en région Centre Potentiels et freins à lever La France importe aujourd hui 40% de ces besoins

Plus en détail

Evolution des teneurs en humidité du maïs grain

Evolution des teneurs en humidité du maïs grain Evolution des teneurs en humidité du maïs grain Dans le cadre des activités du Centre agricole maïs, un réseau d avertissement fournissant des données sur l évolution des teneurs en humidité du grain a

Plus en détail

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com ORGES HYBRIDES www.semencesdefrance.com Gamme Variйtale Semences de France Orges hybrides 6 rangs fourragиres PS Nouveautй GOODY 2014 (SY212.121) 5 (1/2 hiver 7 (précoce) 8 6 6 7 6 HOBBIT 2009 6 6 1/2

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

Guide contre les rumex la mauvaise herbe no 1 dans les prairies et pâturages RUMEX TOP. www.staehler.ch

Guide contre les rumex la mauvaise herbe no 1 dans les prairies et pâturages RUMEX TOP. www.staehler.ch Guide contre les rumex la mauvaise herbe no 1 dans les prairies et pâturages RUMEX TOP www.staehler.ch Pourquoi est-ce que les rumex sont des plantes à problèmes? Les rumex forment jusqu à 80'000 graines

Plus en détail

Le ray-grass anglais

Le ray-grass anglais Le ray-grass anglais Préface Le ray-grass anglais, pur ou associé à du trèfle blanc, est une des graminées fourragères les plus utilisées en France. C est la plante de pâturage par excellence des régions

Plus en détail

Adapter les techniques d implantation à chaque situation

Adapter les techniques d implantation à chaque situation Adapter les techniques d implantation à chaque situation Jérôme LABREUCHE Damien BRUN Pôle Agro-équipement Les techniques d implantation ont souvent un impact limité sur le rendement Les techniques d implantation

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER?

QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER? Page : 1/5 QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER? Avant d envisager l aménagement ou la construction d un local ou d une armoire de stockage des produits, il faut se poser plusieurs questions : - L existant

Plus en détail

Vision cultures. Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme. par Mark Jeschke et Steve Paszkiewicz.

Vision cultures. Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme. par Mark Jeschke et Steve Paszkiewicz. Vision cultures Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme par k Jeschke et Steve Paszkiewicz Sommaire Lorsque la pluie retarde sensiblement les travaux aux champs et les

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Implantation du maïs: quelles innovations pour quels bénéfices? R. LEGERE Arvalis Institut du Végétal Programme Les différents itinéraires techniques d implantation Focus sur les itinéraires très simplifiés:

Plus en détail

FERME HOELET Forfait et CUMA pour des fourrages et une alimentation de qualité

FERME HOELET Forfait et CUMA pour des fourrages et une alimentation de qualité REPORTAGE À LA FERME Par YVON GENDREAU, journaliste, PLQ FERME HOELET Forfait et CUMA pour des fourrages et une alimentation de qualité Pour Germain et Denis Ouellet de la Ferme Hoelet de La Pocatière,

Plus en détail

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire

Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire Yves Beckers Université de Liège Gembloux Agro-Bio Tech Unité de Zootechnie Yves.beckers@ulg.ac.be Henri-Chapelle 16 décembre 2009 Unité

Plus en détail

Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit

Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit LES MATIERES GRASSES : De l auge à l assiette Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit en contenir. On les trouve dans le beurre, l huile, mais

Plus en détail

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Photo : M Benmergui L agriculture biologique sur le territoire 14 exploitations en AB, 1.66% des exploitations 758 ha soit 1.5%

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon»

Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon» Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon» Mémento de plantation Crédit photos et dessins : Dominique Mansion, Jean-Louis Corsin, Arbre et Paysage 32

Plus en détail

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage Filière blé panifiable Bio 6 Juin 2012 Matthieu BLIN Minoterie BLIN Jean-Pierre GAUME Agriculteur (53) Charlotte

Plus en détail

Domaine Elevage bovins

Domaine Elevage bovins Domaine Elevage bovins 22 Autonomie alimentaire pour les vaches laitières et allaitantes Panorama des solutions développées sur la ferme expérimentale de Thorigné d Anjou. Objectifs : obtenir des références

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

Une pelouse fleurie INTRODUCTION

Une pelouse fleurie INTRODUCTION INTRODUCTION La notion de pelouse fleurie est assez récente. Elle répond, dans certaines circonstances, à une attente du public pour des aménagements plus soignés tout en ne négligeant pas une certaine

Plus en détail

Caractéristiques des principales cultures intermédiaires

Caractéristiques des principales cultures intermédiaires Caractéristiques des principales cultures intermédiaires Références disponibles pour la région Poitou-Charentes Réalisé à partir : - des essais conduits en Poitou-Charentes 2000-2008 - résultats de simulation

Plus en détail

L UTILISATION DU MAÏS HUMIDE EN ALIMENTATION PORCINE

L UTILISATION DU MAÏS HUMIDE EN ALIMENTATION PORCINE L UTILISATION DU MAÏS HUMIDE EN ALIMENTATION PORCINE - Enquête auprès de 28 éleveurs de porcs de Basse-Normandie - PREAMBULE En raison des fluctuations du prix des matières premières, qui se sont accélérées

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin.

Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin. Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin. Ce document présente une méthode de conseil pour les éleveurs et conseillers caprins désireu de travailler sur la thématique de l autonomie alimentaire.

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

La régie du canola. Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc.

La régie du canola. Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc. La régie du canola Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc. Mai 2015 Introduction Caractéristique de la plante Stade de croissances

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Fertilisation. et protection. des cultures

Fertilisation. et protection. des cultures Fertilisation et protection des cultures Fertilisation et protection des cultures EMBALLAGES VIDES DE PRODUITS PHYTOSANITAIRES (EVPP) Les EVPP sont composés de : - bidons en plastique d une contenance

Plus en détail

Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA

Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA Séchage du foin en grange Séchage en grange Technique originaire des zones de montagnes Suisse Autriche Jura

Plus en détail

Efficacité des systèmes pâturants

Efficacité des systèmes pâturants Efficacité des systèmes pâturants Yves Lefrileux 1 -Alain Pommaret 2 1 Institut de l Elevage 2 Ferme expérimentale Caprine du Pradel www.idele.fr 1 des craintes d une baisse de production avec le pâturage.

Plus en détail

A L I M E N T A T I O N

A L I M E N T A T I O N www.pep.chambagri.fr Dossier : Raisonner l alimentation des chèvres laitières, les principes de base L M E O Favoriser au maximum l ingestion des fourrages grossiers 1- La part des fourrages doit représenter

Plus en détail

Couverts DN et SIE. la Zone Vulnérable. groupes cultures juillet 2015. campagne 2014-2015. ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN

Couverts DN et SIE. la Zone Vulnérable. groupes cultures juillet 2015. campagne 2014-2015. ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN Couverts DN et SIE groupes cultures juillet 2015 la Zone Vulnérable campagne 2014-2015 ZAR ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN 1 la Zone Vulnérable Projet d extension : Bassin Seine

Plus en détail

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63 La nutrition simple et rentable Catalogue FORMATIONS N Formateur : 83 63 04246 63 Introduction FORMATIONS Vous tenez dans vos mains le catalogue de formations BDM. Leader français du Conseil Indépendant

Plus en détail

Colza. Synthèse variétale 2014

Colza. Synthèse variétale 2014 Colza Synthèse variétale 2014 La campagne 201-2014 en colza aura été marquée par des conditions humides de l implantation à la récolte. Sur certaines zones, la culture a nécessité moins de passage de protection

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

Atelier à éviter : exemple 1

Atelier à éviter : exemple 1 Atelier à éviter : exemple 1 Un atelier trop grand et mal agencé! Produits frais Stockage emballage Chambre froide Salle écrémage Douches Vestiaire Vestiaires Laiterie 12 mètres rencontre Salle d affinage

Plus en détail

Partie V Convention d assurance des cultures légumières

Partie V Convention d assurance des cultures légumières Partie V Convention d assurance des cultures légumières Légumes de transformation Moyenne du rendement agricole A. Dispositions générales La présente partie s applique à la betterave à sucre, à la betterave

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

Le recyclage du verre. Les bonnes pratiques pour un recyclage réussi

Le recyclage du verre. Les bonnes pratiques pour un recyclage réussi Le recyclage du verre Les bonnes pratiques pour un recyclage réussi Novembre 2012 L INTÉRÊT DU RECYCLAGE DU VERRE Le recyclage des emballages en verre se fait en boucle fermée. Une bouteille redevient

Plus en détail

AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires. CA : 3,4 Milliards d euros - Une répartition équilibrée

AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires. CA : 3,4 Milliards d euros - Une répartition équilibrée AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires 1 Transformation : 25,1 % - 853 M Meunerie 176 M Nutrition Animale : 209 M Activités spécialisées : 2,6 % - 88 M Malterie : 467 M 42,5

Plus en détail

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Charte environnement Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Située à coté d un site naturel sensible, avec le recyclage au cœur de l histoire et de l activité

Plus en détail

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Fiche technique mise à jour : février 2014 Association Couvert végétal - Cycle ultra court Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Pour sécuriser et déplafonner les rendements

Plus en détail