Laurence de Percin Donations et successions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Laurence de Percin Donations et successions"

Transcription

1 Laurence de Percin Donations et successions Groupe Eyrolles, 2004, ISBN

2 Chapitre 1 Qui sont mes héritiers?

3 Les héritiers d une personne sont classés dans un ordre de priorité précis, selon leur degré de parenté par rapport au défunt. Un ordre ne peut prétendre à l héritage que s il n y a plus personne à l ordre précédent. Cela s appelle «la dévolution». Le classement est le suivant : Ω le premier ordre est celui des enfants : les descendants privilégiés ; Ω le deuxième ordre est mixte : il comprend les parents du défunt, les ascendants privilégiés, mais aussi ses frères et sœurs, les collatéraux privilégiés ; Ω le troisième ordre est celui des aïeux : les ascendants ordinaires ; Ω le quatrième ordre est celui des oncles et tantes et leurs descendants : les collatéraux ordinaires. Le conjoint, lui, ne constitue pas véritablement un ordre d héritier : sa part de la succession dépend de son régime matrimonial, d abord, de la composition de la famille et de sa situation par rapport à elle, ensuite. Ainsi, en présence d enfants, son héritage est moins important. En présence d ascendants ou de collatéraux privilégiés, seulement, il a droit à une part un peu plus importante. Et il élimine complètement de la succession les ordres les plus éloignés (voir chapitre 2). Enfin, si le défunt ne laisse ni conjoint ni famille et n a pris aucune disposition concernant son héritage, ses biens sont attribués à l État. 11

4 Donations et successions Les héritiers du premier ordre Dans chaque ordre, les héritiers sont classés selon le nombre de générations, que l on appelle les «degrés». Là encore, les générations les plus proches du défunt éliminent les générations plus éloignées : les enfants sont donc prioritaires sur les petits-enfants qui eux-mêmes passent avant les arrière-petits-enfants. Lorsqu il y a plusieurs héritiers du même ordre et du même degré, la succession est partagée en parts égales. La réserve héréditaire et la quotité disponible Les enfants d une personne constituent le premier degré du premier ordre de ses héritiers. Un ordre incontournable : il n y a, comme nous l avons dit, aucun moyen de les déshériter ou même d en favoriser un par rapport aux autres. La part obligatoirement réservée aux enfants, c est-à-dire aux descendants en ligne directe (ainsi d ailleurs qu aux ascendants, voir plus loin), s appelle la réserve héréditaire. S il n y a pas ou plus de conjoint et que le défunt ne laisse qu un enfant, cette réserve s élève à la moitié des biens. S il y a deux enfants, elle représente deux tiers des biens, et trois quarts, en présence de trois enfants ou plus. Une fois que la réserve héréditaire est attribuée, le reste du patrimoine est appelé quotité disponible. Comme son nom l indique, la quotité «disponible» est libre : elle n est destinée à personne en particulier et peut donc être attribuée par le défunt à n importe quelle personne de son choix, qu elle soit de sa famille ou non. Si le défunt laisse La réserve est de La quotité disponible est de 1 enfant 1/2 des biens L autre moitié 2 enfants 2/3 des biens Le tiers restant 12 3 enfants et plus 3/4 des biens Le quart restant

5 1. Qui sont mes héritiers? C est la raison pour laquelle, de son vivant, une personne a intérêt à préparer elle-même sa succession, de manière à disposer de sa quotité disponible et à répartir ses biens comme elle l entend, pour avantager ou protéger particulièrement tel ou tel membre de sa famille (enfant, petitenfant ou conjoint). Elle peut aussi attribuer certains biens de la quotité disponible à des personnes ou des organismes qu elle souhaite aider après son décès (toutes ces possibilités sont développées aux chapitres 3 et 4). } À savoir On l aura compris, l importance de la quotité disponible dépend du nombre d héritiers réservataires du défunt. S il n y a aucun héritier réservataire, il n y a pas de réserve, et la quotité disponible représente la totalité des biens du défunt. Représentation et souche Les petits-enfants constituent le deuxième degré du premier ordre des héritiers d un défunt ; les arrière-petits-enfants sont le troisième degré et ainsi de suite si le défunt meurt très âgé et que sa descendance est très nombreuse. De ce fait, s il n y a plus d enfants pour hériter, mais qu il y a des petits-enfants, l héritage leur est transmis en priorité, car ce sont eux qui deviennent héritiers réservataires à la place de leur parent décédé. Là intervient un autre grand principe qui régit l organisation d une succession : la représentation. C est une règle selon laquelle, en cas de décès prématuré d un héritier, ses enfants le «représentent» ; autrement dit, héritent à sa place. L idée est en fait de ne pas diviser l héritage d une personne en de trop nombreuses parts. Ainsi, grâce à la règle de la représentation, le patrimoine est d abord partagé selon le nombre d enfants du défunt, que l on appelle «les souches». Là, tous les enfants sont comptés, y compris ceux qui sont déjà décédés. Ces derniers sont représentés par leurs enfants qui se partagent leur part. 13

6 Donations et successions Le partage se fait aussi par souches si l un des petits-enfants héritiers est déjà décédé mais qu il y a des arrière-petits-enfants pour le représenter. Soulignons que la quotité disponible ne change donc pas lorsque l un des héritiers du défunt est lui-même prématurément décédé. Exemple André a eu trois enfants et l un d eux, Paul, est décédé. Paul a eu deux enfants. Le patrimoine d André est d abord partagé en trois parts égales, destinées chacune à ses trois enfants. Puis la part de Paul est redivisée en deux parts égales, attribuées à ses deux enfants, les petits-enfants d André, qui viennent en représentation de Paul. Les autres petits-enfants d André ne reçoivent aucun héritage puisque leur parent, les deux autres enfants d André, est vivant et peut donc hériter. Les enfants légitimes Tous les enfants sont héritiers à part égale, qu ils soient légitimes, naturels, adoptés et même aujourd hui adultérins. Ils le sont même s ils n ont entretenu aucune relation avec leur parent décédé ou qu ils n ont pas accompli leurs devoirs filiaux (en particulier, l obligation alimentaire). Un enfant légitime est un enfant né d un père et d une mère mariés ensemble y compris d ailleurs si le père officiel de l enfant n est pas son père biologique. Ce qui compte, ce sont les noms inscrits sur l acte de naissance, si celui-ci a été délivré selon la procédure officielle et s il porte toutes les mentions obligatoires. Tant que personne n a accompli de démarche pour contester cette légitimité, le Code civil stipule que la seule 14

7 1. Qui sont mes héritiers? indication du nom du père et de la mère signifie que l enfant né d une femme mariée a pour père le mari de cette femme. L action en retranchement Lorsqu une personne attribue tous ses biens à son conjoint, par l intermédiaire d une clause d attribution intégrale insérée dans le régime matrimonial de la communauté universelle (voir chapitre 2 page 32), à son décès, les enfants n obtiennent aucun héritage : pour cela, ils doivent attendre le décès du conjoint. Exception faite désormais pour les enfants que le défunt aurait eu de précédentes unions. En effet, l article du Code civil leur donne maintenant la possibilité, qu ils soient légitimes, adoptés ou naturels, d engager une «action en retranchement». Cela signifie qu ils peuvent saisir le tribunal de grande instance par l intermédiaire d un avocat pour demander à bénéficier immédiatement de leur réserve héréditaire. Si le juge accepte, celle-ci sera retranchée du patrimoine recueilli par le conjoint et attribuée aux enfants de la première union. L objectif de cette disposition est de permettre à ces enfants, s ils sont adultes, de profiter plus tôt de leur héritage, surtout si le conjoint survivant est jeune. Les enfants adoptés Lorsque l enfant a été adopté selon la procédure de l adoption dite plénière, la procédure est irrévocable et la famille biologique de l enfant est complètement remplacée par la famille adoptive. Cette procédure n est admise que pour des enfants de moins de 15 ans. Du point de vue de la succession, cela signifie que l enfant n a plus aucun lien de parenté avec ses parents d origine et ne peut plus prétendre à leur succession : il n est désormais héritier que de sa famille adoptive. 15

8 Donations et successions } À savoir Lorsqu une personne adopte l enfant de son conjoint, la filiation d origine de l enfant est maintenue à l égard à la fois du conjoint et de la famille de ce dernier. L autre procédure d adoption existant en France est l adoption simple. Celle-ci peut concerner toute personne, quel que soit son âge, mais elle est révocable (pour un motif grave et devant un tribunal). Elle permet à la personne adoptée de conserver sa filiation d origine, tout en bénéficiant d une nouvelle parenté. Ainsi, les deux filiations coexistent : elle peut hériter à la fois de ses parents d origine et de ses parents adoptifs. Toutefois, l adoption simple ne permet pas à la personne adoptée de bénéficier de l héritage des ascendants de ses parents adoptifs, les grandsparents et arrière-grands-parents adoptifs. Dans ce cas, en effet, il n est pas héritier réservataire. Des droits de succession élevés L adoption simple ne permet pas de bénéficier des mêmes droits de succession que les enfants adoptés en adoption plénière : ils sont fixés à 60 %, c est-à-dire autant que pour des héritiers étrangers au défunt. Les droits sont alignés sur ceux des enfants légitimes lorsque l adoption est antérieure à la loi du 11 juillet 1966, réformant l adoption, ou lorsque l enfant adopté : est issu d un premier mariage du conjoint du défunt ; (ou) a reçu des soins et secours ininterrompus de la part de ses parents adoptifs pendant au moins cinq ans durant sa minorité ou au moins dix ans au cours de sa minorité et de sa majorité ; (ou) est pupille de la nation ou de l État ; (ou) est orphelin d un père mort pour la France. Il en est de même lorsque la descendance en ligne directe (enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants) des parents adoptifs est morte pour la France. 16

9 1. Qui sont mes héritiers? Les enfants naturels et adultérins Un enfant naturel est issu d un couple non marié, c est-à-dire concubin. Seul le mariage du père et de la mère peut légitimer les enfants naturels. La légitimation se fait automatiquement, sans aucune autre procédure que le prononcement du mariage. Notez que les enfants des couples «pacsés» sont aussi des enfants naturels. Depuis la loi du 3 janvier 1972, les enfants naturels reconnus par leurs parents ont les mêmes droits que les enfants légitimes. Un enfant adultérin est un enfant conçu alors que son père et/ou sa mère sont mariés avec une autre personne. Les mœurs ayant beaucoup évolué depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les droits de ces enfants se sont progressivement améliorés. D abord, à partir de 1972, la loi a cessé d ignorer complètement leur existence (avant cette date, ils n avaient aucun droit) et a admis qu ils pouvaient hériter de leurs parents comme toute descendance. Par là même, elle a aussi cessé de les appeler «adultérins», un terme considéré comme trop péjoratif. Ce sont aujourd hui «des enfants naturels dont le père ou la mère était, au temps de leur conception, engagé dans les liens du mariage». Cependant, si leur présence parmi les héritiers légitimes était acceptée, la loi ne leur attribuait qu une part réduite de la succession, considérant que leur position portait préjudice aux enfants légitimes et au conjoint : ils n héritaient pleinement que s il n y avait ni l un ni l autre. La Cour européenne de justice ayant condamné cette discrimination faite par la France, une loi est intervenue le 3 décembre 2001 (sur laquelle nous reviendrons plus longuement au chapitre 2). Cette loi améliore, considérablement la situation des enfants adultérins et supprime la règle de 1972 : désormais, tous les enfants d une personne, quelle que soit sa situation maritale au moment de leur naissance, ont droit à une part égale de la succession. Un bémol toutefois : il faut que la filiation soit prouvée ; autrement dit, que les parents aient reconnu leur enfant naturel. Or, lorsqu une femme 17

10 Donations et successions mariée ou non a un enfant, elle peut choisir de ne pas déclarer qui en est le vrai père, en particulier s il s agit d un autre homme que son mari ou s il s agit d un homme déjà marié. De ce fait, la filiation de l enfant n est établie qu à l égard de la mère et il se trouve privé de sa vraie filiation paternelle, donc d une partie de son héritage. Si, au contraire, le père reconnaît l enfant, celui-ci aura désormais droit à la même part d héritage que les autres enfants de cet homme. } À savoir Lorsque l un des parents n a pas reconnu un enfant adultérin à sa naissance, il peut le faire plus tard par testament authentique, c est-à-dire devant un notaire, en présence de deux témoins ou d un second notaire (sur les différents testaments, voir chapitre 4 pages 97 et suivantes). L action en recherche de paternité Lorsqu un enfant naturel ou «adultérin» n a pas été reconnu par l un ou l autre de ses parents, s il dispose de présomptions ou d éléments précis, dans les deux ans qui suivent sa majorité, il peut engager une procédure appelée «action en recherche de paternité» (ou maternité), de manière à faire établir officiellement sa filiation. Pour cela, il doit prendre un avocat, intermédiaire obligatoire lorsque l on saisit le tribunal de grande instance, spécialiste des affaires familiales. 18

11 1. Qui sont mes héritiers? Les héritiers du deuxième ordre En l absence de représentant du premier ordre, la succession s ouvre aux héritiers du deuxième ordre, qui comprend les parents et les frères et sœurs. Les ascendants privilégiés Lorsque le défunt ne laisse pas de descendance, mais que ses parents sont encore vivants, ces derniers deviennent alors héritiers, eux aussi réservataires. Autrement dit, même en présence d un conjoint survivant ou d un testament établi en faveur d une personne chère par exemple, un concubin ou un partenaire de Pacs, les parents du défunt doivent obligatoirement recueillir la moitié de la succession : un quart pour le père, un quart pour la mère. Dans l hypothèse où l un des deux parents seulement est vivant, celui-ci reçoit le quart des biens, les trois quarts restants allant au conjoint survivant s il y en a un (voir chapitre suivant). } À savoir Si les parents du défunt sont dans le besoin, ils peuvent en outre demander une pension alimentaire, qui sera prélevée sur la succession. Lorsqu il n y a ni descendant, ni conjoint, ni frère et sœur et que le défunt n a pris aucune disposition concernant sa succession, les parents recueillent la totalité de la succession, pour moitié chacun. Si le défunt laisse La réserve est de La quotité disponible est de 2 parents 1/4 pour le père 1/4 pour la mère La moitié restante 1 seul parent 1/4 pour le parent survivant Les 3/4 restants 19

12 Donations et successions Les collatéraux privilégiés Outre les ascendants privilégiés, le deuxième ordre d héritiers comprend aussi les frères et sœurs du défunt. Une particularité ici : la présence des parents du défunt dans la succession n exclut pas ses frères et sœurs. Cet état de fait est donc tout à fait contraire à ce que prévoit le Code civil pour le premier ordre, où la première génération (celle des enfants du défunt) exclut la seconde génération (celle des petits-enfants), qui elle-même exclut la troisième (celle des arrière-petits-enfants du défunt). C est d ailleurs une règle qui ne concerne que le deuxième ordre, puisque, nous allons le voir, dans le troisième et le quatrième ordre, les générations les plus proches du défunt excluent les plus éloignées. Dans le deuxième ordre, au contraire, en présence à la fois de parents et de frères et sœurs, la succession est partagée en deux à parts égales : la moitié pour les parents (un quart chacun), l autre moitié répartie entre les frères et sœurs, quel que soit leur nombre. Lorsqu il n y a pas d enfant, pas de conjoint, un seul parent et des frères et sœurs, le parent survivant reçoit un quart des biens et les trois quarts restants sont répartis entre les frères et sœurs à parts égales. Exemple Martine décède en laissant ses deux parents, un frère et deux sœurs. Sa succession sera d abord partagée en deux parts égales. La première part sera ensuite divisée en deux : une moitié pour le père de Martine, l autre moitié pour la mère de Martine. La seconde part de la succession sera divisée en trois parts égales, attribuées à chaque frère et sœur. 20 Contrairement aux ascendants privilégiés (les parents du défunt), les frères et sœurs ne sont pas des héritiers réservataires. Ainsi, lorsque le défunt ne laisse pas d enfant et seulement son conjoint et des frères et sœurs (ou leurs descendants), ces derniers ne sont plus héritiers : depuis la loi du 3 décembre 2001, c est le conjoint qui reçoit tous les biens en

13 1. Qui sont mes héritiers? pleine propriété (voir chapitre 2). Cependant, pour éviter que certains biens de famille, que le défunt aurait reçus de ses parents par succession ou donation, ne la quittent pour passer dans la famille du conjoint, les frères et sœurs peuvent demander un droit de retour, lorsqu ils sont issus du même lit que le défunt. Dans ce cas, les biens en question doivent revenir pour moitié en toute propriété aux frères et sœurs ou, à défaut, à leurs descendants (les neveux et nièces du défunt). L autre moitié est recueillie par le conjoint. À noter toutefois que le droit de retour ne peut s exercer que lorsque les biens se retrouvent en nature dans la succession du défunt : ils ne doivent pas avoir été vendus et représenter une somme d argent. Si le défunt ne laisse que La succession est répartie comme suit : 2 parents 1/4 pour le père 1/4 pour la mère 1 seul parent 1/4 pour le parent survivant 2 parents et des frères et sœurs 1/4 pour le père 1/4 pour la mère 1/2 répartie entre les frères et sœurs 1 parent et des frères et sœurs 1/4 pour le parent survivant 3/4 répartis entre les frères et sœurs Les descendants des frères et sœurs Lors d une succession, si un frère ou une sœur du défunt est déjà décédé(e), le principe de la représentation joue de nouveau : s il y a eu des neveux ou des nièces, ils héritent à la place de leur parent décédé. Et, à défaut de neveux, s il y a des petits-neveux, ce sont eux qui héritent en représentation de leur parent. Le calcul se fait ici aussi par souches (voir page 13). 21

14 Donations et successions Exemple Exemple Pierre décède sans descendance, et sa femme est déjà décédée. Il a encore son père, deux frères et une sœur. Son autre sœur est décédée, elle a eu trois enfants. La succession de Pierre se partage donc d abord en deux : un quart pour le père de Pierre, les trois quarts restants pour ses quatre frères et sœurs. Et la part de sa sœur décédée se partage encore en trois, attribuée aux trois neveux de Pierre, qui viennent en représentation de leur mère. Des frères et sœurs de différents lits : disparition de la fente successorale Du fait de la multiplication des familles recomposées, les successions se trouvent de plus en plus souvent en présence de frères et/ou de sœurs nés d unions antérieures ou postérieures du père ou de la mère du défunt. C est pourquoi la loi du 3 décembre 2001 a simplifié les règles précédentes qui imposaient que la succession «se fende» en deux selon les lignées. Suite à cette réforme, pour les décès intervenus après le 1 er juillet 2002, quelle que soit l union dont sont issus les frères, sœurs, demi-frères et demi-sœurs d un défunt, s ils sont héritiers, ils se partagent la succession à parts égales. Alexandra a un demi-frère, Olivier, né de la même mère qu elle mais d un autre père. Elle a eu ensuite un petit frère, Antoine, né de la même mère et du même père qu elle. Puis ses parents ont divorcé et son père a eu avec une autre femme une seconde fille, Alice. Alexandra décède en octobre 2002 en ne laissant pas d enfant, pas de conjoint, plus de parent, mais ses trois frères et sœurs. Sa succession se partage en trois parts égales : 1/3 pour Olivier, 1/3 pour Antoine, et 1/3 pour Alice. 22

15 1. Qui sont mes héritiers? Pour les décès intervenus avant le 1 er juillet 2002, c est-à-dire avant la réforme imposée par la loi du 3 décembre 2001, la famille se décomposait en trois lignées : Ω les collatéraux privilégiés germains : issus du même père et de la même mère que le défunt (autrement dit ses propres frères et sœurs) ; Ω les collatéraux privilégiés utérins : issus de la même mère que le défunt mais d un ou de plusieurs autres pères (des demi-frères et demisœurs) ; Ω les collatéraux privilégiés consanguins : issus du même père mais d une ou de plusieurs autres mères (d autres demi-frères et demi-sœurs). La règle de la fente successorale intervenait : la succession se coupait en deux parties égales, une partie pour la lignée du père du défunt et l autre, pour la lignée de la mère du défunt. Les enfants communs aux deux parents, qui apparaissaient dans les deux lignées, recueillaient des parts dans chaque moitié de la succession. Exemple Si Alexandra était décédée avant le 1 er juillet 2002, sa succession se serait fendue en deux parties égales : 1/2 pour la lignée de son père, qui comprend Alice (collatérale privilégiée consanguine : 1/4 de la succession) et Antoine (collatéral privilégié germain : 1/4 de la succession) ; 1/2 pour la lignée de sa mère, qui comprend Olivier (collatéral privilégié utérin : 1/4 de la succession) et Antoine (encore 1/4 de la succession). Au lieu de bénéficier du tiers de la succession, comme la loi du 3 décembre l impose aujourd hui, Antoine aurait bénéficié de la moitié de la succession d Alexandra. 23

16 Donations et successions Les héritiers des troisième et quatrième ordres Le troisième ordre : les ascendants ordinaires C est l ordre des grands-parents (les aïeux) qui en constituent le premier degré. Ici, les degrés se comptent en remontant les générations, le deuxième degré étant celui des arrière-grands-parents (bisaïeux), voire trisaïeux pour les familles où l on vit très vieux. Si le défunt laisse (à défaut d enfants, de petits-enfants et de parents) Des grands-parents La succession se répartit comme suit 1/4 pour le grand-père 1/4 pour la grand-mère 1 seul grand-parent 1/4 pour le grand-parent survivant Attention, les ascendants ordinaires ne peuvent accéder à la succession qu en l absence d héritier des deux ordres précédents et de conjoint marié survivant. Car là aussi, celui-ci est prioritaire. Les aïeux ne sont donc pas réservataires. Toutefois, si les grands-parents (ou, à défaut, les arrièregrands-parents) sont dans le besoin, ils peuvent demander le versement d une pension alimentaire. Exemple Éric, célibataire, décède et laisse un frère, une sœur et ses grands-parents maternels. Les collatéraux privilégiés (les frères et sœurs, du deuxième ordre) priment sur les ascendant ordinaires (les grands-parents, du troisième ordre). Le frère et la sœur reçoivent donc la totalité de l héritage pour moitié chacun. 24

17 1. Qui sont mes héritiers? À ce niveau d héritiers, il y a forcément deux branches : la branche paternelle du défunt et la branche maternelle. S il y a des représentants dans les deux branches, la règle de la fente successorale s applique à nouveau : la succession se coupe en deux, une moitié étant attribuée à la ligne paternelle, l autre, à la ligne maternelle. Une seule ligne ne peut recevoir la totalité de la succession que s il n y a ni conjoint, ni héritier dans l autre ligne. Exemple Mathilde décède sans descendance et sans conjoint. Elle ne laisse que son père et ses grands-parents maternels, la succession est donc partagée en deux parts égales : 1/2 pour le père ; 1/2 pour les grands-parents, 1/4 chacun. Le quatrième ordre : les collatéraux ordinaires Les collatéraux ordinaires sont les oncles et tantes et leurs descendants. Ils ne peuvent hériter que s il n y a plus d héritier dans les ordres précédents. En leur présence, le conjoint survivant hérite de toute la succession en pleine propriété. S il n y a ni descendant, ni ascendant, ni conjoint, ni frère et sœur mais qu il y a des collatéraux ordinaires dans la branche paternelle et dans la branche maternelle du défunt, la succession se fend aussi : une moitié pour chaque ligne, répartie ensuite selon les souches et les degrés de parenté. 25

18 Donations et successions } À savoir L article 768 du Code civil prévoit qu au-delà du sixième degré du quatrième ordre, on ne recherche en principe plus d héritier, et le patrimoine du défunt est attribué à l État. Une exception toutefois, lorsque le défunt a été dans l incapacité juridique de faire un testament. Dans ce cas, le notaire a l obligation de rechercher des héritiers jusqu au douzième degré. Le classement des héritiers du défunt 1 er degré 2 e degré 3 e degré 1 er ordre Enfants Petits-enfants Arrière-petits-enfants 2 e ordre Parents Frères et sœurs Neveux et nièces 3 e ordre Grands-parents Arrière-grands-parents 4 e ordre Oncles et tantes Petits-neveux Arrière-petits-neveux 26

La quote-part restante est la «quotité disponible», et c est uniquement de celle-ci dont il sera possible de disposer librement.

La quote-part restante est la «quotité disponible», et c est uniquement de celle-ci dont il sera possible de disposer librement. La quote-part restante est la «quotité disponible», et c est uniquement de celle-ci dont il sera possible de disposer librement. Lorsque le défunt ne laisse pas de descendant, son conjoint survivant non

Plus en détail

DROITS D AUTEUR. Préparer sa succession

DROITS D AUTEUR. Préparer sa succession DROITS D AUTEUR Préparer sa succession Tout savoir, tout prévoir Une succession en matière de droits d auteur comporte de nombreuses spécificités. Deux régimes s appliquent : d une part, le droit successoral

Plus en détail

La transmission de patrimoine au Grand-Duché de Luxembourg

La transmission de patrimoine au Grand-Duché de Luxembourg _ FR PLANIFICATION SUCCESSORALE La transmission de patrimoine au Grand-Duché de Luxembourg La planification successorale La planification successorale au Grand-Duché de Luxembourg Planification successorale

Plus en détail

Donations Successions

Donations Successions Donations Successions L ESSENTIEL DE VOS DROITS ÉDITION 2012 Patrimoine Droits de succession Indivision Conjoint survivant Régime matrimonial Descendants Donation-partage Abattement fiscal Testament Legs

Plus en détail

Initiative parlementaire Droit de succession du conjoint survivant. Précision

Initiative parlementaire Droit de succession du conjoint survivant. Précision ad 97.457 Initiative parlementaire Droit de succession du conjoint survivant. Précision Rapport du 22 janvier 2001 de la Commission des affaires juridiques du Conseil national Avis du Conseil fédéral du

Plus en détail

La transmission de patrimoine au Grand-Duché de Luxembourg

La transmission de patrimoine au Grand-Duché de Luxembourg _FR PLANIFICATION SUCCESSORALE La transmission de patrimoine au Grand-Duché de Luxembourg La planification successorale La planification successorale au Grand-Duché de Luxembourg La planification successorale

Plus en détail

Transmettre son patrimoine :

Transmettre son patrimoine : Transmettre son patrimoine : quelques repères pour y voir plus clair Paris, Espace Actionnaires 11/12/2014 l Webconférence En cas de difficultés techniques, n hésitez pas à joindre l un des 2 numéros suivants:

Plus en détail

succession Préparer sa

succession Préparer sa u Nous sommes tous concernés par les sucessions : lorsque nous héritons, lorsque nous léguons. Pour éviter d éventuels conflits, mieux vaut s y préparer! Préparer sa succession SOMMAIRE PAGES Préparer

Plus en détail

Une succession franco-allemande 29 avril 2009

Une succession franco-allemande 29 avril 2009 Une succession franco-allemande 29 avril 2009 Petra Kuhn, Avocat à la Cour, Diplom-Rechtspflegerin (FH) WEISSBERG GAETJENS ZIEGENFEUTER & ASSOCIES 7, Rue de Bonnel, 69003 Lyon Loi applicable En Allemagne:

Plus en détail

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie Incidences de la réforme de la fiscalité successorale Sommaire Grandes lignes de la réforme : - Exonération des successions entre époux ou

Plus en détail

Planification successorale Comment la préparer dès aujourd hui? Vous avant tout

Planification successorale Comment la préparer dès aujourd hui? Vous avant tout Planification successorale Comment la préparer dès aujourd hui? Vous avant tout Un décès peut survenir à tout moment et placer ses proches dans une situation délicate. Afin de faciliter leurs démarches

Plus en détail

LA DÉVOLUTION SUCCESSORALE LÉGALE AU QUÉBEC

LA DÉVOLUTION SUCCESSORALE LÉGALE AU QUÉBEC Edition 2014 LA DÉVOLUTION SUCCESSORALE LÉGALE AU QUÉBEC Auteur : Michel BEAUCHAMP, Notaire, chargé de cours à la faculté de droit de l Université de Montréal Ouverture de la succession Dévolution légale

Plus en détail

Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA DONATION-PARTAGE

Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA DONATION-PARTAGE Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA DONATION-PARTAGE La donation-partage est une variété particulière de donation qui permet au donateur, dans un même acte, de donner ses biens et d en faire un

Plus en détail

LA PROTECTION DU CONJOINT

LA PROTECTION DU CONJOINT LA PROTECTION DU CONJOINT TROIS AXES DE PROTECTION La prévoyance Pension(s) de réversion des différents régimes Assurance décès Les droits successoraux ou matrimoniaux La place du conjoint dans la succession

Plus en détail

LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS

LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS NEWSLETTER -2014-02 LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNNELLE : UN OUTIL DANS L AIR DU TEMPS L espérance de vie actuelle de la population et le constat que les patrimoines détenus le sont par les classes

Plus en détail

MA SUCCESSION ANTICIPER - PRÉPARER - TRANSMETTRE

MA SUCCESSION ANTICIPER - PRÉPARER - TRANSMETTRE MA SUCCESSION ANTICIPER - PRÉPARER - TRANSMETTRE 2 Sommaire Comprendre et anticiper sa succession Pour protéger vos proches, il est essentiel de préparer votre succession. Cette démarche, si elle est anticipée,

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS SERVICE POPULATION ET CITOYENNETE SECTEUR ETAT CIVIL INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Annexe du décret n 2002 1556 du 23 décembre 2002 Ce document est destiné

Plus en détail

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint Les régimes matrimoniaux et la protection financière du Conjoint Le jeudi 28 novembre 2013 de 18h30 à 20h30, au Château de Brindos, 1 Allée du château à Anglet Pascal SOULAINE, spécialiste de la protection

Plus en détail

LES DROITS DE SUCCESSION

LES DROITS DE SUCCESSION LES DROITS DE SUCCESSION 1 Comment établir la base imposable et calculer les droits André CULOT PREMIÈRE ÉTAPE 2 La dévolution légale ou testamentaire 1 LA LIQUIDATION DE LA COMMUNAUTÉ Composition du patrimoine

Plus en détail

j organise la transmission de mon patrimoine et j envisage l avenir en toute sérénité

j organise la transmission de mon patrimoine et j envisage l avenir en toute sérénité j organise la transmission de mon patrimoine et j envisage l avenir en toute sérénité guide dons et succession Sommaire 1 guide pour la préparation optimale d une succession qui sont les héritiers légaux?

Plus en détail

1-7-2013. Les droits de l époux survivant en droit successoral allemand, français, luxembourgeois, belge et néerlandais

1-7-2013. Les droits de l époux survivant en droit successoral allemand, français, luxembourgeois, belge et néerlandais Les droits de l époux survivant en droit successoral allemand, français, luxembourgeois, belge et néerlandais Dr. Rembert Süß Institut Notarial Allemand Petit préciput, 1932 p. 2 Code civil allemand (BGB)

Plus en détail

Personnes et familles. Transmettre. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. Transmettre. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles Transmettre La rédaction d un testament permet d organiser sa succession en décidant soi-même qui va hériter et de quoi. Il est ainsi possible d attribuer un bien particulier à une

Plus en détail

Planifier sans donner

Planifier sans donner Planifier sans donner Martin VANDEN EYNDE Legal Counsel Wealth Analysis & Planning Mons, le 27 avril 2013 Planifier sans donner Delphine Lequeux Legal Counsel Wealth Analysis & Planning Liège, le 20 avril

Plus en détail

Anticiper la transmission de son patrimoine. Vincent DELHOMEL Conseiller en Gestion de Patrimoine

Anticiper la transmission de son patrimoine. Vincent DELHOMEL Conseiller en Gestion de Patrimoine Anticiper la transmission de son patrimoine Vincent DELHOMEL Conseiller en Gestion de Patrimoine Anticiper la transmission de son patrimoine Qui? Quoi? Quand? Comment? Où? Pourquoi? Page 2 1 Quoi : Les

Plus en détail

Décès et succession LE DECES

Décès et succession LE DECES Décès et succession Des Services ou organismes accompagnent les personnes et familles à vivre leur deuil. Ci-dessous, nous nous limiterons à présenter quelques conseils et informations pratiques concernant

Plus en détail

PREPARER SA SUCCESSION TOUT SAVOIR, TOUT PREVOIR CONCERNANT LES DROITS D AUTEUR

PREPARER SA SUCCESSION TOUT SAVOIR, TOUT PREVOIR CONCERNANT LES DROITS D AUTEUR PREPARER SA SUCCESSION TOUT SAVOIR, TOUT PREVOIR CONCERNANT LES DROITS D AUTEUR Cette plaquette s adresse aux auteurs qui souhaitent organiser leur succession et aux héritiers d auteurs disparus afin de

Plus en détail

!! "#$%&'#()!*)$!$+%%)$$#,-$!)(!*,-&(#,-$!

!! #$%&'#()!*)$!$+%%)$$#,-$!)(!*,-&(#,-$! "#$%&'#()*)$$+%%)$$#,-$)(*,-&(#,-$ &.&(()/)-($ Des abattements sont prévus sur les droits à régler en cas de donation. Ils varient selon le lien qui unit le donateur et le donataire. Dans la limite de

Plus en détail

PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX

PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX A. LES DIFFERENTS REGIMES MATRIMONIAUX La présence d un conjoint peut modifier de façon radicale la préparation de la transmission d un patrimoine. Cette

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial ss la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV présente LA VOCATION SUCCESSORALE

Plus en détail

235 «en moins» «en plus» liste Ordre d application Nature des corrections nos Remarques a. ordre d application b. A compter

235 «en moins» «en plus» liste Ordre d application Nature des corrections nos Remarques a. ordre d application b. A compter 235 La complexité qui caractérise le calcul de l impôt sur le revenu s explique, pour une large part, par le nombre et la diversité des corrections qui doivent, s il y a lieu, être apportées au montant

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 SOMMAIRE INTRODUCTION...1 PREMIÈRE PARTIE LES CONSÉQUENCES FINANCIÈRES IMMÉDIATES DU DÉCÈS CHAPITRE

Plus en détail

1. Donation B. 1.1.1. Introduction

1. Donation B. 1.1.1. Introduction 1. Donation 1.1. Aspect civil 1.1.1. Introduction On parle souvent de planification successorale sous un angle purement fiscal et des avantages financiers qui en découlent. Certes ils peuvent parfois être

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5 Préface 7

Table des matières. Sommaire 5 Préface 7 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Titre I. Introduction: les droits subjectifs civils 9 I. Notions: droit objectif droits subjectifs droit positif 10 II. Héritage du droit romain: la «summa divisio»

Plus en détail

LE DROIT DES SUCCESSIONS ET LES PARTICULARITES AUX ILES-SOUS-LE-VENT (Polynésie française)

LE DROIT DES SUCCESSIONS ET LES PARTICULARITES AUX ILES-SOUS-LE-VENT (Polynésie française) PLAN LE DROIT DES SUCCESSIONS ET LES PARTICULARITES AUX ILES-SOUS-LE-VENT (Polynésie française) Maître André HAMELIN Notaire à UTUROA (Ile de RAIATEA) (Extraits des bulletins de la Chambre des Notaires

Plus en détail

SOMMAIRE. 1 - Donations et donations-partages : 11 fiches pour comprendre comment ça marche

SOMMAIRE. 1 - Donations et donations-partages : 11 fiches pour comprendre comment ça marche SOMMAIRE 1 - Donations et donations-partages : 11 fiches pour comprendre comment ça marche Fiche 1 - Qu est-ce qu une donation?... 17 Fiche 2 - Y a-t-il plusieurs façons de donner?... 21 Fiche 3 - Quels

Plus en détail

Le cadre juridique et fiscal

Le cadre juridique et fiscal Le cadre juridique et fiscal par François de WITT et Nathalie COT Les régimes matrimoniaux Les droits des successions L optimisation de la succession Les impôts IR, ISF, CSG L Optimisation de l impôt Les

Plus en détail

Etablir la dévolution successorale

Etablir la dévolution successorale Le recours à un notaire n est pas obligatoire mais il est souvent recommandé. Le recours devient obligatoire dans le cas d une donation, du partage d'une succession dont dépendent des immeubles, de l existence

Plus en détail

> Bien comprendre La rédaction de la clause bénéficiaire. Sommaire

> Bien comprendre La rédaction de la clause bénéficiaire. Sommaire > Bien comprendre La rédaction de la clause bénéficiaire Sommaire Assurance vie et clause bénéficiaire : de quoi s agit-il? p. 3 Quand et comment désigner un bénéficiaire? p. 5 Changer de bénéficiaire

Plus en détail

15 La donation-partage transgénérationnelle

15 La donation-partage transgénérationnelle LES LIBÉRALITÉS-PARTAGES 15 La donation-partage transgénérationnelle Pourquoi choisir une donationpartage transgénérationnelle? Avantages au point de vue juridique... 691 Avantages au point de vue fiscal...

Plus en détail

Revue Fiduciaire Novembre 2008 Page 1

Revue Fiduciaire Novembre 2008 Page 1 LEXIQUE Ab intestat En l absence de testament. Les biens constituant la succession sont répartis entre les héritiers suivant les règles légales. Abattement Part de la valeur des biens imposables non soumise

Plus en détail

Information donateur Grands-parents Parents. Transmettez dans les meilleures conditions. Réunima EvolutionS IntergénérationS

Information donateur Grands-parents Parents. Transmettez dans les meilleures conditions. Réunima EvolutionS IntergénérationS Information donateur Grands-parents Parents Transmettez dans les meilleures conditions Réunima EvolutionS IntergénérationS La donation Un «coup de pouce financier» Parce qu elle est reconductible tous

Plus en détail

LA REPRÉSENTATION EN MATIERE SUCCESSORALE

LA REPRÉSENTATION EN MATIERE SUCCESSORALE LA REPRÉSENTATION EN MATIERE SUCCESSORALE DROIT PATRIMONIAL En l absence de testament, le système de détermination des héritiers repose sur deux notions essentielles : - la notion d ordre, qui désigne

Plus en détail

«Succession, comment ça marche?»

«Succession, comment ça marche?» «Succession, comment ça marche?» JARVILLE Jeudi 19 mars 2015 Serge CONSTANT Notaire à NANCY Président de la Chambre des Notaires PLAN I. Comment est composée la succession? Cela dépend de la situation

Plus en détail

DROIT DE RETOUR LEGAL DES FRERES ET SŒURS- ARTICLE 757-3 DU CODE CIVIL

DROIT DE RETOUR LEGAL DES FRERES ET SŒURS- ARTICLE 757-3 DU CODE CIVIL DROIT DE RETOUR LEGAL DES FRERES ET SŒURS- ARTICLE 757-3 DU CODE CIVIL DROIT PATRIMONIAL Depuis la loi du 3 décembre 2001, entrée en vigueur le 1er juillet 2002, le conjoint survivant prime les frères

Plus en détail

TRANSMISSION ET ASSURANCE-VIE

TRANSMISSION ET ASSURANCE-VIE TRANSMISSION ET ASSURANCE-VIE Charles SANSON Conseiller en gestion de patrimoine 17 MAI 2014 SOMMAIRE La transmission du patrimoine L assurance-vie Questions / Réponses 2014 P.2 LA TRANSMISSION DU PATRIMOINE

Plus en détail

NÉCESSAIREMENT RECEVOIR UNE PART MINIMALE DE EST AINSI DES DESCENDANTS ET PARFOIS DU CONJOINT DÉCÉDÉE EST TRANSMIS À SES HÉRITIERS SELON UN ORDRE

NÉCESSAIREMENT RECEVOIR UNE PART MINIMALE DE EST AINSI DES DESCENDANTS ET PARFOIS DU CONJOINT DÉCÉDÉE EST TRANSMIS À SES HÉRITIERS SELON UN ORDRE Le testament FAIRE UN TESTAMENT LA RÉDACTION D UN TESTAMENT PERMET D ORGANISER SA SUCCESSION EN DÉCIDANT SOI-MÊME QUI VA HÉRITER ET DE QUOI. IL EST AINSI POSSIBLE D ATTRIBUER UN BIEN PARTICULIER À UNE

Plus en détail

PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL

PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL 2041 GT N 50883#13 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. PLAFONNEMENT

Plus en détail

Le testament. du sujet qui vous intéresse. Pour de plus amples informations, consultez votre notaire.

Le testament. du sujet qui vous intéresse. Pour de plus amples informations, consultez votre notaire. Les renseignements contenus dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants Le testament du sujet qui vous intéresse. Pour de plus amples informations,

Plus en détail

La filiation. Vous êtes confrontés à des questions relatives à votre filiation ou à celle de votre enfant

La filiation. Vous êtes confrontés à des questions relatives à votre filiation ou à celle de votre enfant La filiation Vous êtes confrontés à des questions relatives à votre filiation ou à celle de votre enfant CONTENU La filiation en droit belge...3 La filiation par l effet de la loi...4 La filiation maternelle...4

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B.

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B. Commentaire Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013 Mme Henriette B. (Répartition de la pension de réversion entre ayants cause de lits différents) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel

Plus en détail

FISCALITE DES MUTATIONS A TITRE GRATUIT Régime général*

FISCALITE DES MUTATIONS A TITRE GRATUIT Régime général* FISCALITE DES MUTATIONS A TITRE GRATUIT Régime général* * : pour les forêts, reportez vous à la fiche "fiscalité des mutations à titre gratuit : régime particulier (amendement Monichon)" Texte : Philippe

Plus en détail

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial -

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL

PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL 2041 GT N 50883#14 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2014 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. PLAFONNEMENT

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction...3 TITRE I LES DROITS LÉGAUX DU CONJOINT SURVIVANT...7

TABLE DES MATIÈRES. Introduction...3 TITRE I LES DROITS LÉGAUX DU CONJOINT SURVIVANT...7 119 TABLE DES MATIÈRES Introduction...3 TITRE I LES DROITS LÉGAUX DU CONJOINT SURVIVANT...7 SOUS TITRE I Les droits légaux attribues au conjoint survivant en qualité d'héritier : les droits ab intestat

Plus en détail

NEWSLETTER MAI 2013. Assurance vie et Droits de mutation en cas de décès : Quelle attitude adopter depuis le 20 décembre 2012?

NEWSLETTER MAI 2013. Assurance vie et Droits de mutation en cas de décès : Quelle attitude adopter depuis le 20 décembre 2012? NEWSLETTER MAI 2013 Assurance vie et Droits de mutation en cas de décès : Quelle attitude adopter depuis le 20 décembre 2012? Le 20 décembre 2012, l administration fiscale a publié au Bulletin Officiel

Plus en détail

Le droit des successions et la structure du patrimoine

Le droit des successions et la structure du patrimoine Le droit des successions et la structure du patrimoine CHAPITRE 1 La succession désigne à la fois un procédé de transmission des droits subjectifs par le décès, le patrimoine ou une partie du patrimoine

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES

LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES VI LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES Chapitre premier Dispositions communes à la filiation légitime et à la filiation naturelle Section première Des présomptions

Plus en détail

QUELQUES NOTIONS SUR LE DROIT DES SUCCESSIONS (CIVIL)

QUELQUES NOTIONS SUR LE DROIT DES SUCCESSIONS (CIVIL) QUELQUES NOTIONS SUR LE DROIT DES SUCCESSIONS (CIVIL) A. LA DEVOLUTION LEGALE BELGE Qui héritera des biens d un défunt résident belge? C est le Code civil belge qui répond à cette question, du moins si

Plus en détail

Édition 2014. mes. démarches. pour. préparer. etorganiser. ma succession

Édition 2014. mes. démarches. pour. préparer. etorganiser. ma succession Édition 2014 mes démarches pour préparer etorganiser ma succession ÉDITO Vous guider dans vos démarches Pour protéger vos proches, il est essentiel de préparer votre succession. Cette démarche, si elle

Plus en détail

DOSSIER PRATIQUE Latransmission depatrimoine

DOSSIER PRATIQUE Latransmission depatrimoine DOSSIER PRATIQUE Latransmission depatrimoine Édition 2011 Comprendre les règles de l héritage Anticiper et préparer sa succession Transmettre efficacement son patrimoine Préparer la transmission de son

Plus en détail

Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR

Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR 10, rue des 3 frères Bernadac 64000 PAU TEL : 05.59.98.51.30 FAX : 05.59.83.81.26 LES SUCCESSIONS Le droit des successions a pour fonction de régler les conséquences

Plus en détail

> Bien comprendre La rédaction de la clause bénéficiaire. Sommaire

> Bien comprendre La rédaction de la clause bénéficiaire. Sommaire > Bien comprendre La rédaction de la clause bénéficiaire Sommaire Assurance vie et clause bénéficiaire : de quoi s agit-il? p. 3 Quand et comment désigner un bénéficiaire? p. 4 Changer de bénéficiaire

Plus en détail

LA DONATION ENTRE VIFS

LA DONATION ENTRE VIFS Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA DONATION ENTRE VIFS La donation entre vifs est l acte par lequel le donateur se dépouille actuellement et irrévocablement d un bien ou d un droit au profit

Plus en détail

LE DIAGNOSTIC ET L ANALYSE DU PATRIMOINE

LE DIAGNOSTIC ET L ANALYSE DU PATRIMOINE Chapitre 3 LE DIAGNOSTIC ET L ANALYSE DU PATRIMOINE Cette phase de la démarche patrimoniale globale consiste à analyser la situation du titulaire du patrimoine dans toutes ses composantes au regard des

Plus en détail

Actualités Patrimoniales

Actualités Patrimoniales SGA FINANCES Actualités Patrimoniales Gestion Privée 21/02/2008 Les avantages du contrat d assurance-vie au regard des nouvelles dispositions résultant de la loi Tepa 1 SOMMAIRE Chap.1- Rappel des principales

Plus en détail

Vademecum du. patrimoine 2013. Version de démonstration : consultation du chapitre Transmission-Donation

Vademecum du. patrimoine 2013. Version de démonstration : consultation du chapitre Transmission-Donation Vademecum du patrimoine 2013 1 8 e é d i t i o n / E x t r a i t Version de démonstration : consultation du chapitre Transmission-Donation S o u s l a d i r e c t i o n d e V é r o n i q u e C o u t u

Plus en détail

Dix ans de contentieux familiaux

Dix ans de contentieux familiaux Population, famille 1 Dix ans de contentieux familiaux Sonia Lumbroso, Odile Timbart* En 2003, les affaires familiales ont généré 402 000 procédures devant les tribunaux, soit une progression de 13 % en

Plus en détail

Me ANGELE KOUASSI, Notaire, Past-Présidente AFJCI 2013 FORMATION SUR LES SUCCESSIONS

Me ANGELE KOUASSI, Notaire, Past-Présidente AFJCI 2013 FORMATION SUR LES SUCCESSIONS FORMATION SUR LES SUCCESSIONS 1 SUCCESSIONS, Loi N 64-379 du 07 Octobre 1964. Chers séminaristes, Mesdames et Messieurs, le sujet qui nous réunis ce jour a toujours été d actualité et le demeure encore

Plus en détail

L ACQUISITION IMMOBILIÈRE EN COUPLE

L ACQUISITION IMMOBILIÈRE EN COUPLE L ACQUISITION IMMOBILIÈRE EN COUPLE Présentation du 18 avril 2015 Plan de l exposé Introduction Acquisition par des concubins Situation de base Forme juridique? Investissements respectifs et conséquences

Plus en détail

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Réglementation du service public Prestation de sécurité sociale Orientation sexuelle La haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité a été saisie

Plus en détail

N o u s s o m m e s l à p o u r v o u s a i d e r Comment remplir une déclaration de succession?

N o u s s o m m e s l à p o u r v o u s a i d e r Comment remplir une déclaration de succession? N o u s s o m m e s l à p o u r v o u s a i d e r Comment remplir une déclaration de succession? page 2 : Succession, comment faire? pages 2 et 3 : Qui hérite et comment? page 4 : Comment rédiger une déclaration

Plus en détail

Retraite Etudes & Optimisation

Retraite Etudes & Optimisation Retraite Etudes & Optimisation Pension de réversion Lorsque l un des conjoints disparaît, son veuf ou sa veuve bénéficie d une partie de sa retraite : la pension de réversion. Ses conditions d attribution

Plus en détail

Numéro du rôle : 3484. Arrêt n 181/2005 du 7 décembre 2005 A R R E T

Numéro du rôle : 3484. Arrêt n 181/2005 du 7 décembre 2005 A R R E T Numéro du rôle : 3484 Arrêt n 181/2005 du 7 décembre 2005 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 50 du Code des droits de succession, posée par le Tribunal de première instance

Plus en détail

Le foyer fiscal (cours)

Le foyer fiscal (cours) Le foyer fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La composition du foyer fiscal... 4 Le contribuable... 4 Les personnes à charge... 5 1 - En ce qui concerne les personnes

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 septembre 2012 N de pourvoi: 11-20756 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Le Griel, SCP Thouin-Palat et Boucard,

Plus en détail

Préparer sa. succession ALAIN S O P HI E ALEX PI ER R E DOMINIQUE

Préparer sa. succession ALAIN S O P HI E ALEX PI ER R E DOMINIQUE LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE Préparer sa Partage des biens, protection des personnes vulnérables, donation, succession... il ne faut pas hésiter à consulter un notaire, même lorsque son

Plus en détail

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL»

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» UFE-Japon COMPTE RENDU DES CONFERENCES DU 20 MARS 2014 «DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» Avec la participation de : Maître

Plus en détail

L essentiel de la succession en 30 minutes

L essentiel de la succession en 30 minutes L essentiel de la succession en 30 minutes Francine Robin Responsable du service des tutelles, curatelles et successions Le plan de vol BCGE L ordre de succession légal Les réserves héréditaires et la

Plus en détail

DOSSIER PRATIQUE La transmission de patrimoine

DOSSIER PRATIQUE La transmission de patrimoine DOSSIER PRATIQUE La transmission de patrimoine Édition 2014 Comprendre les règles de l héritage Anticiper et préparer sa succession Transmettre efficacement son patrimoine Avant-propos Préparer la transmission

Plus en détail

La majoration de pension est servie dans les conditions suivantes :

La majoration de pension est servie dans les conditions suivantes : Circulaire n 2012/01 du 05/06/2012 Majoration de pension pour enfants élevés 1. Principe 2. Enfants concourant à la majoration pour enfants élevés 3. Appréciation du handicap pour la majoration de pension

Plus en détail

Circulaire n 09.09 J.M.D

Circulaire n 09.09 J.M.D Circulaire n 09.09 J.M.D Du 01décembre 2009 EXTENSION DU CAPITAL DECES AUX TITULAIRES D UN PACTE CIVIL DE SOLIDARITE MODALITES D OCTROI AUX AYANTS DROIT DES FONCTIONNAIRES Réf. - Loi 99-944 du 15 novembre

Plus en détail

7. Comment éviter que votre patrimoine ne revienne à votre belle-famille?

7. Comment éviter que votre patrimoine ne revienne à votre belle-famille? 7. Comment éviter que votre patrimoine ne revienne à votre belle-famille? 7.1. De quoi s agit-il? Si vous organisez un planning patrimonial et successoral, vous essayerez sans doute que votre patrimoine

Plus en détail

FORMATION EN DROIT DE LA FAMILLE ET DES SUCCESSIONS A L ATTENTION DES AMIS DU LIONS CLUB COTONOU BEL HARMONIE

FORMATION EN DROIT DE LA FAMILLE ET DES SUCCESSIONS A L ATTENTION DES AMIS DU LIONS CLUB COTONOU BEL HARMONIE FORMATION EN DROIT DE LA FAMILLE ET DES SUCCESSIONS A L ATTENTION DES AMIS DU LIONS CLUB COTONOU BEL HARMONIE ~ 2 ~ THEME : DROIT A LA SUCCESSION SOMMAIRE Introduction I- L ouverture de la succession A-

Plus en détail

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 La loi de finance rectificative pour 2011, dite «réforme de la fiscalité du patrimoine», a été adoptée par le Parlement le 6 juillet

Plus en détail

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles transmettre www.notaires.paris-idf.fr Transmettre «Donner c est donner». La donation est un acte important car le donateur transmet immédiatement et définitivement la propriété des

Plus en détail

L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession?

L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession? L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession? 1 SOMMAIRE Les nouveautés successorales de la loi TEPA 2007 Allégement des droits de mutation à titre gratuit Assurance

Plus en détail

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété Tout actif peut faire l objet d une donation. L intérêt d associer le mécanisme de la donation et celui

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 638 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2000-2001 8 février 2001 PROPOSITION DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Compte rendu du 21/11/2012

Compte rendu du 21/11/2012 Compte rendu du 21/11/2012 Intervenants : - Maitre Jean-Marc MATEU, notaire 01 34 67 00 02 ou etude-mateu@notaires.fr - Maitre Anne BULOT, avocate - Mme Isabelle CHEVALIER, Conseillère en Economie Sociale

Plus en détail

L ACCEPTATION DE LA CLAUSE BENEFICIAIRE

L ACCEPTATION DE LA CLAUSE BENEFICIAIRE L ACCEPTATION DE LA CLAUSE BENEFICIAIRE Les bénéficiaires acceptants : Un contrat d assurance vie est une stipulation faite à autrui. Au décès de l assuré, le bénéficiaire profite de cette stipulation:

Plus en détail

Un patrimoine unique au monde à transmettre aux générations futures

Un patrimoine unique au monde à transmettre aux générations futures Un patrimoine unique au monde à transmettre aux générations futures Héritages & legs Grâce à vos dernières volontés, vous permettez que notre engagement en faveur de la conservation de la flotte Belle

Plus en détail

Votre planification successorale. Avez-vous déjà franchi le pas?

Votre planification successorale. Avez-vous déjà franchi le pas? Votre planification successorale Avez-vous déjà franchi le pas? Votre planification successorale Planifiez votre succession, pour vos héritiers et vous 02 Une matière complexe, une dimension régionale

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES D'UNE DISPARITION ET D'UNE SUCCESSION. Boucher & Associés, Cabinet juridique

ASPECTS JURIDIQUES D'UNE DISPARITION ET D'UNE SUCCESSION. Boucher & Associés, Cabinet juridique ASPECTS JURIDIQUES D'UNE DISPARITION ET D'UNE SUCCESSION Boucher & Associés, Cabinet juridique Nos bureaux: Montréal (Lasalle) 7475, boul. Newman bureau 530 Montréal, H8N1X3 Tél.: (514) 282-0064 Montréal

Plus en détail

Depuis le 22 Août 2007 : un nouveau visage pour les droits de donation et de succession en France

Depuis le 22 Août 2007 : un nouveau visage pour les droits de donation et de succession en France Depuis le 22 Août 2007 : un nouveau visage pour les droits de donation et de succession en France Même en tant que résident belge, vous êtes concernés par cette réforme si vous possédez des biens immobiliers

Plus en détail

Personnes et familles. Transmettre. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. Transmettre. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles Transmettre Transmettre La rédaction d un testament permet d organiser sa succession en décidant soi-même qui va hériter et de quoi. Il est ainsi possible d attribuer un bien particulier

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

ASPECTS FISCAUX DE LA REFORME DES SUCCESSIONS ET DES LIBERALITES. Loi du 23 juin 2006

ASPECTS FISCAUX DE LA REFORME DES SUCCESSIONS ET DES LIBERALITES. Loi du 23 juin 2006 ASPECTS FISCAUX DE LA REFORME DES SUCCESSIONS ET DES LIBERALITES Loi du 23 juin 2006 La loi de finances rectificative pour 2006 (L. n 2006-1771, 30 décembre 2006, JO 31 décembre 2006) introduit dans le

Plus en détail

SOcIeTe anonyme d assurance SUR La VIe et de capitalisation. Le plaisir de donner simplement.

SOcIeTe anonyme d assurance SUR La VIe et de capitalisation. Le plaisir de donner simplement. SOcIeTe anonyme d assurance SUR La VIe et de capitalisation Le plaisir de donner simplement. La donation est un moyen simple et pratique d aider vos proches à se constituer un patrimoine dans des conditions

Plus en détail

CODE DE LA PARENTÉ. Page 1 Code de la parenté

CODE DE LA PARENTÉ. Page 1 Code de la parenté Page 1 Code de la parenté ORDONNANCE No73036 DU 31 JUILLET 1973 CHAPITRE PREMIER Dispositions générales ART. 1er La parenté résulte de la communauté de sang, de l alliance ou de l adoption. ART. 2 La parenté

Plus en détail