Proposition d un modèle multicritère de sélection de portefeuille de projets. Urli, Bruno 1 Leroy, Daniel 2 Naoum, Anouar 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Proposition d un modèle multicritère de sélection de portefeuille de projets. Urli, Bruno 1 Leroy, Daniel 2 Naoum, Anouar 1"

Transcription

1 Proposition d un modèle multicritère de sélection de portefeuille de projets Urli, Bruno 1 Leroy, Daniel 2 Naoum, Anouar 1 (1) Université du Québec à Rimouski (2) Université François Rabelais de Tours, France Introduction Dans les années 1980, le management de projet a connu un essor exceptionnel et un grand nombre d'entreprises ont adopté les principes et méthodes du management de projet. Ces méthodes (WBS, Gantt, PERT, cadre logique, ) s adressaient aux projets pris individuellement. Ce n est qu au début des années 90 (Leroy, 2004; Gareis, 1990; Turner, 1993) que la recherche va élargir ses investigations à l ensemble des projets en cours au sein d une organisation et que l on va s intéresser, outre la gestion performante de chacun des projets, à celle du portefeuille des projets considérés comme une unité de gestion globale, aux interactions et relations entre chacun des différents projets, tant en relation avec leur environnement respectif qu avec l organisation permanente. Ainsi, de nos jours, les organisations font face plus souvent qu autrement à de multiples projets à gérer et cette situation les place devant plusieurs défis. Comment être certain que les projets permettront d atteindre les objectifs stratégiques de l organisation? Est-ce que les ressources (financières, humaines ou matérielles) limitées sont allouées aux bons projets? Quels sont les projets à sélectionner, ceux à poursuivre ou ceux à stopper? La gestion de portefeuille de projets aborde ces questions et est devenu un thème majeur de recherche et d intérêt en management de projet. Cet intérêt peut être illustré par le nombre de publications scientifiques ou professionnelles qui traitent de management de portefeuille de projets (Figure 1) 1

2 Figure1. publications scientifiques et professionelles pour le thème project portfolio Les entreprises ont donc tout intérêt à recourir à la gestion de portefeuilles de projets et aujourd hui, de nombreuses organisations sont donc confrontées à ce problème de sélection de projets et d allocation des ressources pour construire un portefeuille de projets. De fait, cette étape de sélection est une des étapes du processus de gestion de portefeuille de projets représenté (figure 2) par le modèle de Archer et Ghasemzadeh (1999). Ce modèle est composé de trois phases qui sont la phase de considération stratégique, l'évaluation individuelle des projets et enfin, la sélection du portefeuille. Figure2. : La gestion de portefeuille de projets (Archer et al., 1999) 2

3 L étape de pré-analyse et d analyse individuelle des projets est réalisée lors des études de préfaisabilité et de faisabilité de chaque projet. L étape suivante est celle de sélection de portefeuille de projets et c'est à elle que nous allons nous intéresser par la suite. Ce problème de décision implique la plupart du temps des objectifs multicritères. Les propositions de projets sont donc évaluées en regard de critères multiples (souvent contradictoires) et dans la majorité des cas, seul un sous-ensemble des projets proposés peut être financé avec les ressources disponibles. Ce cadre décisionnel est connu sous l appellation MCC ou Multiple Criteria Capital Budgeting. Les problèmes de MCCB se rencontrent à la fois dans les organisations non lucratives, tels que les hôpitaux (Focke et Stummer, 2003), dans la gestion forestière (Martell et al., 1998) ou la gestion de maintenance des routes, de même que dans les organisations industrielles (Stummer et Heidenberger, 2003; Thizy et al., 1996). Il existe également, en regard de ce problème, toute une littérature consacrée à l utilisation des méthodologies multicritères pour l aide à la décision en analyse financière (Spronk et Hallerbach, 1997; Zopounidis, 1999; Hallerbach et Spronk, 2002; Steuer et Na, 2003). Cela dit, la gestion de portefeuille dans le domaine financier fait généralement intervenir des variables de décision continues (les projets peuvent être partiellement subventionnés) et est donc proche tout en étant différente du cadre des MCCB où les choix sont binaires (oui/non). Les modèles de sélection de portefeuille de projets (SPP) Beaucoup de travaux scientifiques ont été publiés ces trente dernières années et la majorité de ceux-ci traitent de sélection de projets (figure3) plus que de sélection de portefeuille de projets (l unité décisionnelle étant le projet ou le portefeuille de projets). C est pourquoi il y a une demande croissante envers des approches innovantes pouvant fournir un support aux gestionnaires de portefeuille de projets. 3

4 Figure3. Publications relatives aux thèmes project portfolio or project selection Un portefeuille de projets peut donc être défini comme «un ensemble de projets en concurrence» (Fernez-Walch, 2004). Il regroupe des projets dépendants les uns des autres par, les produits consommés ou fournis, les ressources mobilisées, les technologies ou les savoir-faire utilisés. La question posée concerne alors, pour une catégorie donnée de projets, le portefeuille à sélectionner (Cooper et al., 1997). La problématique de sélection peut alors se traduire, dans notre cas, de la façon suivante : Étant donné P = {p j, j =1,n} l ensemble des n projets retenus dans l étape d évaluation individuelle, C={c i, i=1,m} l ensemble des m critères d évaluation de la performance des projets et SP k, (un sous-ensemble parmi les 2 n parties de P), alors, l étape de sélection d un portefeuille de projets revient à rechercher le sousensemble SP k* qui contribue le mieux à l atteinte des objectifs associés aux critères retenus, tout en respectant les contraintes de ressources, voire de dépendance entre projets. Plusieurs facteurs contribuent à la complexité du problème de sélection de portefeuille de projets. Les projets peuvent être évalués en termes de critères quantitatifs (valeur actuelle nette, ventes, part de marché) et de critères qualitatifs (niveau de risque, compétences du personnel, impact environnemental, impact social). Les projets sont très souvent interdépendants (effets de synergie ou de cannibalisation) et une analyse des projets pris isolément peut conduire à un biais envers les projets plus risqués ou à long terme (Graves et Ringuest, 1999). Pour modéliser ces interactions entre projets, on recourt généralement au modèle développé par Schmidt (1993) et donc à des matrices d interactions dont la diagonale représente la contribution du projet seul et les valeurs hors diagonale représentent les 4

5 contributions dues à l interaction entre le projet i et le projet j. Ces contributions dues aux interactions peuvent être positives, négatives ou nulles. Ainsi, la valeur d un portefeuille donné sur un critère donné n est pas égale à la somme des valeurs sur le critère des différents projets car il faut y cumuler les effets des interactions entre les projets dudit portefeuille. Nous reprendrons d ailleurs cette modélisation dans ce travail. L incertitude et le risque peuvent également affecter les projets. Enfin, Le problème de sélection de portefeuille peut être statique ou dynamique. Pour les problèmes dynamiques, il y a, à différents moments dans le temps, des projets entamés, projets dits actifs, et un ensemble de propositions de projet, projets dits candidats. Cette situation est, dans la pratique, abordée par le recours à des méthodes ad hoc de gestion de portefeuille comme le stage-gate de Cooper et al. (1997). Si l'on s'intéresse au cas statique, on considère alors qu'au moment de la décision tous les projets sont candidats. La majorité des techniques proposées dans la littérature relèvent de ce cas qui correspond par exemple au problème de concours de subventions ou d appel de propositions de recherche. C est également le cas qui nous intéresse dans ce travail. Dans les 10 dernières années, des méthodes de sélection de portefeuille de projets (SPP) ont été proposées et on peut les catégoriser selon deux grandes approches (figure4). Définir les projets faisables 1 Tamisage Agréger tous les critères en un scalaire 2.1 Définir et analyser les portefeuilles efficaces Tamisage 1.2 Optimiser sous contraintes et définir le meilleur portefeuille 2.2 Choisir le portefeuille (rangement ou non) Analyser la sensibilité Figure4. Approches possibles pour les méthodologies de SPP 5

6 Dans une première étape, on procède à une analyse individuelle des projets, à partir de seuils sur les critères, et on réduit ainsi le nombre de projets pour la phase suivante. On peut recourir par exemple à une méthode de tri multicritère comme Electre-tri ou même une méthode de rangement comme Promethee. Dans une seconde étape, soit on conserve l'ensemble de tous les critères de sélection du projet soit on les agrège, au moyen d une fonction de valeur implicite ou explicite, en un scalaire qui sera le "score" du projet. Cette dernière approche (1) est la plus répandue car une fois que ce score est établi, alors on peut prendre en compte, dans un modèle d optimisation du portefeuille de projets (programmation linéaire ou goal programming en nombres entiers), toutes les contraintes de ressources, d interactions en projets ou autres contraintes pertinentes au problème. Différentes méthodes recourent à cette approche, on peut citer celles utilisant AHP et ILP, Electre-tri et ILP (Mavrotas et al., 2003), AHP et IGP (Lee et Kim, 2001), ou encore celle du point de référence de Stewart (1991). La seconde approche (2) ne fait pas de supposition sur les préférences des décideurs et consiste alors à déterminer l ensemble de tous les portefeuilles efficaces (non dominés), puis à explorer les portefeuilles efficaces afin de faire un choix ou un rangement de ceux-ci. La technique du branch-and-bound peut représenter une approche possible (Eilat et al., 2005), mais a pour limite le nombre de projets retenus dans cette étape. En effet, dans un cas où l on aurait N projets, il y aurait (2 N ) portefeuilles différents à évaluer et donc, à partir d un certain nombre de projets, cette approche devient lourde et alors le recours aux métaheuristiques apparaît intéressant. C est cette voie que nous avons choisie afin de fournir un support efficace et convivial pour la sélection de portefeuille de projets (SPP) et que nous présentons dans cette communication. Illustration de la démarche proposée Nous allons considérer 30 projets 1 de R&D, chacun de ces projets étant évalué (Annexe 1) par 3 critères : la contribution économique mesurée en terme monétaire, la 1 Exemple construit à partir du cas présenté par Eilat, H., Golany, B., Shtub, A., (2005). Constructing and evaluating balanced portfolios of R&D projects with interactions: A DEA based methodology, European Journal of Operational Research. 6

7 contribution scientifique et la contribution sociale, mesurées sur une échelle Par ailleurs, ces projets mobilisent des ressources humaines mesurées en équivalent temps complet (ETC) et des ressources matérielles mesurées en terme monétaire. Enfin, une probabilité de succès est également associée à chaque projet et cette probabilité sera utilisée pour calculer les valeurs espérées des critères. De plus, on ne dispose pas plus que de 300 ETC et de $ pour les ressources matérielles. Compte tenu des interactions possibles entre les projets, on dispose des matrices U1 et U2 pour les ressources, V1, V2 et V3 pour les contributions aux critères et enfin de la matrice P pour les effets sur les probabilités de succès (Annexe 2). Pour traiter ce problème de sélection de porte3feuille de projets, nous proposons une méthode de constitution de portefeuille de projets qui peut se décliner sous les différentes étapes représentées dans la Figure 5. Figure5. Étapes de la méthodologie de sélection de portefeuille de projets Étape 1. Étape de pré-sélection des projets Dans cette première étape, un tamisage est effectué afin de réduire la taille du portefeuille à comparer et aussi parce qu il n est pas utile de demander aux décideurs 7

8 d évaluer en profondeur des projets qui ne sont pas intéressant a priori. Pour ce faire nous avons utilisé une méthode multicritère de rangement nommée PROMETHEE 2, conscient que d autres méthodes pourraient être utilisée à cette étape (ELECTRE). De plus, plutôt qu une méthode de rangement, une méthode de tri multicritère pourrait être appropriée à cette étape. Les préférences des décideurs, en termes de critères, d importance relative des critères ou de seuils sont illustrées dans la table 1. Human Material Economic Scientific Social Function V-Shape V-Shape V-Shape V-Shape V-Shape Minimize Minimize Maximize Maximize Maximize Preference threshold Weight Projet Projet Projet Projet Table 1. Préférences des décideurs pour la méthode PROMETHEE En utilisant le logiciel DecisionLab, nous avons généré le graphe de surclassement partiel de la figure 6. On peut alors retenir les 15 projets qui rencontrent les préférences agrégées des décideurs. Les projets retenus sont (voir le rangement complet de la Figure7) les suivants : 2, 10, 6, 5, 13, 7, 3, 1, 8, 4, 14, 12, 11, 15, 9. 2 Decision Lab is a software based on the PROMETHEE method 8

9 Figure6. Rangement partiel des 15 premiers projets Figure7. Rangement complet des 20 premiers projets Decision Lab génère également un intervalle de sensibilité pour chaque critère permettant d appréhender la sensibilité du classement obtenu (Figure8). À l intérieur de cet intervalle sont indiquées les limites de poids de chaque critère pouvant être modifiées (toutes choses étant égales par ailleurs) sans provoquer d incidence sur le classement. Dans la recommandation finale, ces informations présentent un intérêt certain pour les décideurs en vue de choisir la meilleure action ou pour les rassurer dans le rangement obtenu. 9

10 Figure8. Stability intervals of the ranking Étape 2. La Constitution des portefeuilles de projets efficaces et faisables La deuxième étape de notre méthodologie consiste à générer l ensemble des portefeuilles efficaces et faisables tout en tenant compte des interactions possibles entre les projets. Concrétement, notre problème peut s écrire sous la forme d un programme multiobjectifs non linéaire en nombres entiers qui, en reprenant la terminologie de Eilat et al. (2005) de la table 2, peut s écrire : 'max'o rk,r = 1,..n st I ik R i,i =1,..m ' max' np j = 1 z jk np ( p jl z lk ) l = 1 o rj or j 1 np r + v ji i = 1 l = 1 p il z lk z ik, r = 1,.. n st z ' k U i z k R i, i = 1,.. m n m np R i o rj Number of criteria for a project/portfolio (objectives) Number of resources/input for a project/portfolio (constraints) Total number of projects Total amount of input/resource i available Expected score of project j for the criteria r given success 10

11 Iik O rk U i V r =(v r ji) P=(p ji ) z k Amount of input (resource) i required for portfolio k expected score of portfolio k for the criteria r given success Resource interaction matrix of input/resource i Value interaction matrix for the criteria r. The diagonal elements v r jj represent the value of criteria (r) for the individual project (j). The off-diagonal element v r ji represents the value interaction between projects (j) and (i) of output (r). Probability interaction matrix. The diagonal elements p jj represent the probability of success of each individual project (j). The off-diagonal element p ji is the marginal change in the probability that project (j) will succeed given that project (i) is undertaken. In general, P is not symmetric since project (j) may have greater impact on project (i) than vice versa. Vector that represents a particular selection of projects in portfolio k (z jk = 1 if project j is included in portfolio k, otherwise z jk = 0) Table 2: Nomenclature de Eilat et al. (2005) Ce problème est complexe (Annexe 3) car il comporte des non linéarités dans les fonctions objectifs comme dans les contraintes et beaucoup des variables sont des variables binaires (0,1). Ainsi, avec seulement 30 projets, il y aurait (Table3) une combinaison possible de portefeuilles différents. #projects #portfolio ,09951 E +12 Table3. Explosion combinatoire selon le nombre de projets Conséquemment, l utilisation de méthodes de résolution exactes devient impraticable et pour contourner ce problème, le recours à des procédures metaheuristiques devient presqu incontournable. Comme dans Urli et Terrien (2010), la métaheuristique SSPMO 3 a été utilise et les résultats obtenus se retrouvent dans la Table4. 3 See also Ana F. Carazo, Trinidad Gómez, Julián Molina, Alfredo G. Hernández-Díaz, Flor M. Guerrero, Rafael Caballero, Solving a comprehensive model for multiobjective project portfolio selection, Computers and Operations Research, Volume 37 Issue 4, April,

12 Project # Portfolio# Fréquence Table 4: Résultats de la métaheuristique SSPMO Resource Objective to maximise Portfolio# Human Material Economic Scientific Social ,3 217, ,6 196, ,6 274,5 171, ,7 252,8 201, , , ,6 294,3 154, , , ,9 239, ,3 211, , ,5 296,1 132, ,2 185,3 221, ,3 221, ,1 202,5 225, ,1 201,5 245 Table 5: matrice d évaluation des Portfolios non dominés Seulement 15 portefeuilles de projets non dominés ont été générés et le temps de calcul a été de 70 secondes. Si aucun portefeuille n atteint la limite de l intrant 1 (300 ETC), on constate que 6 portefeuilles nécessitent 60 k$ en intrant 2, soit la limite. On note 3 projets très 12

13 fréquents dans les portefeuilles. Il s agit des projets 2, 3 et 6 utilisés respectivement 12, 13 et 11 fois sur 15 apparitions possibles. Étape 3. La sélection des portefeuilles de projets Après avoir défini l ensemble des portefeuilles faisables et efficaces, l étape finale consiste à recommander, au comité de portefeuille ou aux décideurs, les meilleurs portefeuilles. Pour ce faire, nous proposons d évaluer ces portefeuilles selon deux grandes dimensions 4 : la centralité du portefeuille et la performance du portefeuille. Dans ce qui suit, nous allons proposer des mesures de ces dimensions de centralité et de performance. La mesure de la centralité d un portefeuille de projets Le concept de centralité des projets a été défini et publié par Liesiö et al. (2007) dans European Journal of Operational Research. Ce concept a été modélisé au moyen d un indice de centralité des projets ou «Core index». Ce «Core index» va calculer la fréquence avec laquelle un projet en particulier se retrouve dans l ensemble des portefeuilles non dominés. Un projet qui se retrouve dans un grand nombre de portefeuilles non dominés offre un potentiel intéressant aux décideurs en vue de constituer le portefeuille réalisable qui va respecter les contraintes en ressources. On parlera dans ce cas d un «projet central» d où la notion de centralité des projets. Le core index pour un projet (j), que l on écrit (CIj), représente donc le pourcentage de portefeuilles non dominés dans lesquels le projet (j) est inclus. L intérêt de l indice de centralité des projets, c est qu il permet d aussi d identifier les projets qui ne se retrouvent dans aucun des portefeuilles non dominés, les «exterior projects», et les projets qui se retrouvent dans quelques portefeuilles non dominés ou les «borderline projects». Les «core projects» ou «projets centraux» vont sûrement être recommandés aux décideurs alors que les «exterior projects» vont être rejetés. Maintenant, si la notion de centralité pour un projet existe, elle n existait pas pour un portefeuille et nous avons alors choisi de la définir, de manière analogue à la centralité d un projet. Nous proposons de définir l indice de centralité d un portefeuille (k), soit (CIk), comme la moyenne des indices de centralité des projets inclus dans le portefeuille (k)et de 4 It will be possible to add a third dimension to our analysis, the risk of the portfolio. In this case, our analysis will conduct to a decisional cube that could be presented to the portfolio committee. 13

14 ranger les portefeuilles selon cet indice (table 6). Autrement dit, et avec notre notation : # project # portfolio CI k , , , , , , , , , , , , , , ,63 CI j 0,53 0,80 0,87 0,40 0,33 0,73 0,20 0, ,53 0,07 0,33 0,20 0,07 Table 6. Indices de centralité des projets et des portefeuilles de projets Plus la centralité du portefeuille est grande, plus il est constitué de projets que l on retrouve dans beaucoup de portefeuilles de projets. À partir de cet indice de centralité, si l on avait à faire un choix parmi l ensemble des portefeuilles de projets efficaces, ce serait, dans l ordre, les portefeuilles ( ou 13 5 ou ) qui seraient proposés. Bien évidemment, au lieu de prendre la moyenne des indices de centralité des projets, un autre opérateur pourrait être choisi et par exemple, ce pourrait être, le produit des centralités des projets, le maximum des centralités des projets du portefeuille. On aurait pu choisir un autre type d opérateur pour calculer la centralité du portefeuille (le min, le max) mais, comme dans cet exemple didactique, ce choix est apparu être sans conséquence. Ainsi, comme on peut le voir dans la table 7, les portefeuilles 8,9 et 15 sont toujours dans les 3 14

15 meilleurs et les portefeuilles 10 et 14 les pires. Dans une approche globale, il serait sans doute intéressant de voir à calculer cet indice sous différentes formes et à prendre en compte l ensemble des résultats possibles. # CI(k) portfolio Mean Max Product 1 0,6 0,87 0, ,62 0,87 0, ,54 0,87 0, ,61 0,87 0, ,58 0,87 0, ,58 0,87 0, ,57 0,87 0, ,69 0,87 0, ,67 0,87 0, ,45 0,73 0, ,53 0,87 0, ,56 0,87 0, ,6 0,87 0, ,43 0,73 0, ,63 0,87 0,122 Table 7. Indices de centralité des portefeuilles de projets selon l opérateur choisi Evaluation de la performance relative des portefeuilles de projets Pour évaluer la performance des portefeuilles de projets, nous avons utiliser la méthode DEA et les scores générés par cette méthode comme indicateurs de performance. Chaque portefeuille est considéré comme un DMU (decision making unit) caractérisé par 3 extrants ou objectifs et 2 intrants ou contraintes. Par ailleurs, nous avons utilisé la méthode DEA selon une approche orientée output et les scores d efficacité ont été mesurés sous l hypothèse de rendements d échelle constants (CREST). Enfin, la méthode DEA a été implémentée à l aide du logiciel Win4DEAP version Étant donné que notre première analyse du modèle DEA est orientée input, l efficience technique désigne dans ce cas la capacité d un 15

16 portefeuille de projets à produire un niveau maximum d outputs pour un niveau donné d inputs. Les résultats obtenus pour l efficience technique sont illustrés dans le tableau 8 et montrent que les portefeuilles sont techniquement efficients à 97 % dans l hypothèse de rendement d échelle constant (CREST). Autrement dit, les portefeuilles analysés pourraient améliorer de près de 3% leurs niveaux de résultats (contribution économique, scientifique et sociale) tout en utilisant le même niveau de ressources humaines ou matérielles. Globalement, les bons ratios obtenus témoignent du niveau satisfaisant des projets et des portefeuilles retenus jusqu'à maintenant, toutefois nous constatons que seulement 5 portefeuilles (les portefeuilles 2, 6, 9, 13, 15) affichent des scores d efficience égaux à 1, c est-à-dire se retrouvant sur la frontière efficiente. C est ainsi que les portefeuilles 3, 7, 8, 11 et 12 obtiennent des scores d efficience de respectivement 0.98, 0.98, 0.99, 099 et 0,98. Les portefeuilles 1, 4, 5, 10 et 14 obtiennent des scores d efficience en dessous de la moyenne. Output orientated DEA SCALE ASSUMPTION: CRS Single-stage DEA - residual slacks presented Portfolio TE Portfolio Portfolio Portfolio Portfolio Portfolio Portfolio Portfolio Portfolio Portfolio Portfolio Portfolio Portfolio Portfolio Portfolio Portfolio MEAN Table 8: Output oriented DEA 16

17 Rangement final des portefeuilles Nous avons mesuré l'efficience technique des portefeuilles de projets développement à l'aide de la méthode non paramétrique du Data Envelopment Analysis. Il est possible à ce stade de notre méthodologie de soumettre les portefeuilles se trouvant sur cette frontière qui détermine les meilleurs pratiques, c est-à-dire ceux qui affichent des scores d efficience égal à 1. Il semble donc évident que les portefeuilles 2, 3, 6, 8, 9, 11, 13 et 15 seraient proposés au comité de portefeuille, si le seul critère était la performance du portefeuille. Maintenant, pour déterminer les portefeuilles qui seraient proposés in fine au comité de portefeuille, nous allons classer les portefeuilles non dominées selon deux critères : la centralité des projets et la performance mesurée par le DEA. Notre approche singulière va permettre d affiner les résultats obtenus précédemment en intégrant et combinant l approche DEA au concept de centralité des portefeuilles de projets. Figure9. Final ranking in a 2 dimensions space La Figure9 illustre les résultats obtenus suite aux estimations avec les méthodes DEA sous l hypothèse de rendement à échelle constant et l indice de centralité des portefeuilles de projets. L ajout du concept de l indice de centralité a entraîné une modification de la frontière efficiente. Désormais ce sont respectivement les portefeuilles 2, 6, 8, 9, 11, 13 et 15 qui se trouvent sur la frontière efficiente et tous les autres portefeuilles se trouvant sous cette courbe sont dominés. Les décideurs gardent toujours l option de privilégier un portefeuille par 17

18 rapport à un autre, cependant nous leur suggérerons fortement les portefeuilles 8 et 9, ces derniers dominent les autres sur la base de l indice de la centralité des portefeuilles de projets et de la performance mesurée par DEA. Conclusion Compte tenu du nombre d objectifs souvent conflictuels et des difficultés pour les décideurs de recueillir des données précises et quantifiables, la sélection de portefeuilles de projets s avère un processus critique et relativement complexe qu il faut bien gérer. C est dans ce contexte que nous avons proposé dans le cadre de cette recherche une méthode de sélection de portefeuille de projets permettant d aborder des situations caractérisées par une interdépendance entre les projets, un grand nombre possible de projets, une multidimensionalité des critères d évaluation à prendre en compte et des contraintes humaines, matérielles et financières limitées. Il est une autre contrainte que nous voulions considérer dans notre modélisation, c est le temps limité que les décideurs peuvent allouer aux processus décisionnels et donc la nécessité d avoir une méthode qui permet d aider les décideurs dans ces choix d ordre stratégique. Notre choix de modélisation s est donc porté sur une approche d aide à la décision plus que sur une approche de décision dans le sens où le résultat de notre méthodologie consiste à proposer aux décideurs du comité de portefeuille de projets, non pas un portefeuille, mais un petit sous ensemble de quelques bons portefeuilles. Cette méthodologie propose finalement un cadre structuré permettant aux décideurs de cheminer vers une décision consensuelle et justifiable. Dans l'exemple que nous avons utilisé pour illustrer notre méthodologie, avec 15 projets après la phase de présélection avec PROMETHEE, les calculs ont duré moins de 1,5 minutes et les quelques simulations que nous avons réalisées suggèrent que cette approche est applicable à des problèmes avec un nombre de projets relativement important (50 projets ou moins). Néanmoins, la détermination de tous les portefeuilles non-dominés pour des problèmes avec des centaines de projets reste difficile. À cet égard, notons que c est la raison qui nous a amené à proposer, dans notre méthodologie, une phase initiale de présélection, pour laquelle le nombre de projets retenus pourrait toujours être fixé à 50 ou moins. Néanmoins, il est une dimension que nous n avons pas directement considérée et qui est importante dans la réalité de la gestion de portefeuilles de projets, c est la dimension 18

19 dynamique de ce processus. Par contre, et en s inspirant du travail de Lahaye (2009), il serait facilement envisageable de dynamiser cette approche de sélection de portefeuilles de projets. Références Archer, N.P., Ghasemzadeh, F. (1999). An Integrated Framework for Project Portfolio Selection, International Journal of Project Management, Vol. 17, pp Carazo, A.F, Gómez, T., Molina, J., Hernández-Díaz, A., Guerrero, F.M, Caballero, R. (2010), Solving a comprehensive model for multiobjective project portfolio selection, Computers and Operations Research, 37 (4). Cooper, R.G., Edgett, S.J., Kleinshmidt, E.J., (1997). Portfolio Management for New Products, McMaster University, Hamilton, ON. Doerner, K., Gutjahr, W.J., Hartl, R.F., Strauss, C. and Stumme, C. (2004). Pareto Ant Colony Optimization: A Metaheuristic Approach to Multiobjective Portfolio Selection. Annals of Operations Research 131, Eilat, H., Golany, B., Shtub, A. (2005), Constructing and evaluating balanced portfolios of R&D projects with interactions: A DEA based methodology, European Journal of Operational Research. Fernez-Walch, S. (2004), La problématique de portefeuille de projets : finalités et mise en œuvre in Faire de la recherche en management de projet, coordonné par Garel, G., Giard, V., Midler, C., Vuibert, pp , Collection FNEGE Focke, A., Stummer, C. (2003). Strategic Technology Planning in Hospital Management, OR Spectrum, Vol. 25, pp Gareis, R. (1990). Management by projects: the management strategy of the "new" project-oriented company. Handbook of management by projects. R. Gareis. Vienne, Manz: Graves S., Ringuest J. (1999), Formulating R&D portfolios that account for risk, Research Technology Management, V.42-6, pp Hallerbach, W., Spronk, J., (2002). The Relevance of MCDM for Financial Decisions, Journal of Multi-Criteria Decision Analysis, Vol. 11, pp Lahaye, D., (2009), «Sélection dynamique de portefeuille de projets», Thèse de mémoire en Science de Gestion, Université du Québec à Rimouski. Lee, W.L., Kim, S.H. (2001), An integrated approach for interdependent information system project selection, International Journal of Project Management, Vol. 19 No.2, pp Leroy, D. (2004), «Des projets au management par projets», Habilitation à diriger des recherches, Université des Sciences et Technologies de Lille - Institut d Administration des Entreprises Liesiö, J., Mild, P. and Salo, A. (2007), Preference programming for robust portfolio modeling and project selection, European Journal of Operational Research, 181 (2007) Martell, D.L., Gunn, E.A., Weintraub, A., (1998). Forest Management Challenges for Operational Researchers, European Journal of Operational Research, Vol. 104, pp Mavrotas,G., Diakoulaki, D. Capros, P., (2003), Combined MCDA-IP approach for project selection in the electricity market, Annals of Operations Research, 120,

20 Mild, P., Liesiö, J. and Salo, A. (2004), Multi-Criteria Capital Budgeting with Incomplete Preference Information, 15th Mini Euro conference, Coimbra, Portugal. Schmidt, R.L., (1993), A model for R&D project selection with combined benefit, outcome and resource interactions. IEEE Transactions on Engineering Management, V. 40, Spronk, J., Hallerbach, W., (1997). Financial Modelling: Where to Go? With an Illustration for Portfolio Management, European Journal of Operational Research, Vol. 99, pp Steuer, R.E., Na, P., (2003). Multiple Criteria Decision Making Combined with Finance: A Categorized Bibliographic Study, European Journal of Operational Research, Vol. 150, pp Stewart, T.J. (1991) A multi-criteria decision support system for R&D project selection. Journal of Operational Research Society. 42, 1, Strauss, C., Stummer, C., (2002). Multiobjective Decision Support in IT-Risk Management, International Journal of Technology & Decision Making, Vol. 1, pp Stummer, C., Heidenberger, K., (2003). Interactive RD Portfolio Analysis with Project Interdependencies and Time Profiles of Multiple Objectives, IEEE Transactions on Engineering Management, Vol. 50, pp Thizy, J-M., Lane, D.E., Pissarides, S., Rawat, S., (1996). Interactive Multiple Criteria Optimization for Capital Budgeting in a Canadian Telecommunications Company, Multi-objective programming and Goal programming theories and applications, Springer-Verlag lecture notes in Economics and Mathematical Systems, pp Turner, J. R. (1993), The handbook of project-based management : improving the processes for achieving strategic objectives. London ; New York, McGraw-Hill. Urli, B. Et Terrien, F. (2010), Project portfolio selection model, a realistic approach, International Transactions in Operational Research, 17( 6), Zopounidis, C., (1999). Multicriteria Decision Aid in Financial Management, European Journal of Operational Research, Vol. 119, pp

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC SÉLECTION DYNAMIQUE DE PORTEFEUILLES DE PROJETS

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC SÉLECTION DYNAMIQUE DE PORTEFEUILLES DE PROJETS UNIVERSITÉ DU QUÉBEC SÉLECTION DYNAMIQUE DE PORTEFEUILLES DE PROJETS MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI Comme exigence partielle du programme de maîtrise en gestion de projet PAR LAHAYE

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT)

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) LAGGOUNE Radouane 1 et HADDAD Cherifa 2 1,2: Dépt. de G. Mécanique, université de Bejaia, Targa-Ouzemour

Plus en détail

Courses available for exchange students 4 th year

Courses available for exchange students 4 th year Academic year 2014-20 Courses available for exchange students 4 th year Executive Engineering Programme (EEP) Semester 7 (French level required : B2 min) Semester 8 (Limited number of places per major)

Plus en détail

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien)

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Alain Bretto & Joël Priolon - 25 mars 2013 Question Dans un équilibre

Plus en détail

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Cécile Durot 1 & Yves Rozenholc 2 1 UFR SEGMI, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France, cecile.durot@gmail.com 2 Université

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

ÉVALUATION PRIMAIRE D UN SYSTÈME D AIDE AU CONTRÔLE AÉRIEN EN ROUTE

ÉVALUATION PRIMAIRE D UN SYSTÈME D AIDE AU CONTRÔLE AÉRIEN EN ROUTE Proceedings of the SELF-ACE 001 Conference Ergonomics for changing work ÉVALUATION PRIMAIRE D UN SYSTÈME D AIDE AU CONTRÔLE AÉRIEN EN ROUTE CELLIER JEAN-MARIE Laboratoire Travail et Cognition (LTC), UMR

Plus en détail

Contribution à la compréhension de l avis de l expert dans un choix multiobjectifs. Cas industriel : fabrication de fromages

Contribution à la compréhension de l avis de l expert dans un choix multiobjectifs. Cas industriel : fabrication de fromages Contribution à la compréhension de l avis de l expert dans un choix multiobjectifs. Cas industriel : fabrication de fromages Irma RAMIREZ*, Jean RENAUD, Patrick TRUCHOT *Doctorante en ème année de thèse

Plus en détail

D Expert en Finance et Investissements

D Expert en Finance et Investissements MODULES FINAL D Expert en Finance et Investissements Copyright 2014, AZEK AZEK, Feldstrasse 80, 8180 Bülach, T +41 44 872 35 35, F +41 44 872 35 32, info@azek.ch, www.azek.ch Table des matières 1. Modules

Plus en détail

147788-LLP IT-ECVET N.E.T.WORK

147788-LLP IT-ECVET N.E.T.WORK ECVET system for No borders in tourism hospitality European Training and Work N.E.T.WORK 147788--1-IT-ECVET Units of learning outcomes What methods have you used? Le projet a pris en compte, à l avance

Plus en détail

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services 69 Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services M. Bakhouya, J. Gaber et A. Koukam Laboratoire Systèmes et Transports SeT Université de Technologie de Belfort-Montbéliard

Plus en détail

Nouvelles propositions pour la résolution exacte du problème de sac à dos bi-objectif unidimensionnel en variables binaires

Nouvelles propositions pour la résolution exacte du problème de sac à dos bi-objectif unidimensionnel en variables binaires Nouvelles propositions pour la résolution exacte du problème de sac à dos bi-objectif unidimensionnel en variables binaires Julien Jorge, Xavier Gandibleux Laboratoire d Informatique de Nantes Atlantique

Plus en détail

Solvabilité II et rentabilité ajustée au risque des produits en assurance-vie

Solvabilité II et rentabilité ajustée au risque des produits en assurance-vie Solvabilité II et rentabilité ajustée au risque des produits en assurance-vie Vladislav GRIGOROV, CRO SwissLife France Journées d études de l IA, Deauville, 21 septembre 2012 Introduction Solvency II représente

Plus en détail

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par.

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par. École Doctorale d Informatique, Télécommunications et Électronique de Paris THÈSE présentée à TÉLÉCOM PARISTECH pour obtenir le grade de DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH Mention Informatique et Réseaux par

Plus en détail

REVITALIZING THE RAILWAYS IN AFRICA

REVITALIZING THE RAILWAYS IN AFRICA REVITALIZING THE RAILWAYS IN AFRICA Contents 1 2 3 4 GENERAL FRAMEWORK THE AFRICAN CONTINENT: SOME LANDMARKS AFRICAN NETWORKS: STATE OF PLAY STRATEGY: DESTINATION 2040 Contents 1 2 3 4 GENERAL FRAMEWORK

Plus en détail

L animation de la performance d une Supply Chain

L animation de la performance d une Supply Chain L animation de la performance d une Supply Chain Pré-soutenance de Mémoire Thématique Master Recherche OSIL Ecole Centrale Paris Etudiante : Samira Jaï Encadrant : Alain Chapdaniel Plan de la présentation

Plus en détail

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction INFO # 34 dans le cadre d un modèle interne Comment les méthodes d apprentissage statistique peuvent-elles optimiser les calculs? David MARIUZZA Actuaire Qualifié IA Responsable Modélisation et Solvabilité

Plus en détail

Courses available for exchange students 4th year

Courses available for exchange students 4th year Academic year 2012-2013 Courses available for exchange students 4th year - International semester - Semester 7 (French level required : B2 min) - Semester 8 (Limited number of place per major) * European

Plus en détail

La gouvernance des grands projets d infrastructure publique

La gouvernance des grands projets d infrastructure publique 2006RP-14 La gouvernance des grands projets d infrastructure publique Gestion de portefeuille Roger Miller, Joanne Castonguay Rapport de projet Project report Ce rapport a été réalisé dans la cadre d un

Plus en détail

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base M.A. Knefati 1 & A. Oulidi 2 & P.Chauvet 1 & M. Delecroix 3 1 LUNAM Université, Université Catholique de l Ouest,

Plus en détail

Simulation centrée individus

Simulation centrée individus Simulation centrée individus Théorie des jeux Bruno BEAUFILS Université de Lille Année 4/5 Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les

Plus en détail

Conditions de l'examen

Conditions de l'examen Conditions de l'examen Gestion des selon la norme ISO/CEI 20000 Consultant/Manager (IS20CM.FR) Date de publication 01-07-2010 Date de parution 01-07-2010 Résumé Groupe cible Le qualification Consultant/Manager

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

Approche conséquentielle pour la modélisation des impacts environnementaux du recyclage

Approche conséquentielle pour la modélisation des impacts environnementaux du recyclage Approche conséquentielle pour la modélisation des impacts environnementaux du recyclage Bernard De Caevel, Elisabeth van Overbeke 33ème forum de discussion : le recyclage dans les écobilans Lausanne, le

Plus en détail

ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC RAPPORT DE PROJET PRÉSENTÉ À L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE

ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC RAPPORT DE PROJET PRÉSENTÉ À L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC RAPPORT DE PROJET PRÉSENTÉ À L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE COMME EXIGENCE PARTIELLE À L OBTENTION DE LA MAÎTRISE EN GÉNIE, CONCENTRATION GESTION

Plus en détail

BUSINESSVALUATOR. Management presentation

BUSINESSVALUATOR. Management presentation BUSINESSVALUATOR Management presentation English pages 2 to 12, French pages 13 to 23 Jean-Marc Bogenmann Designer of BusinessValuator Accredited consultant in business transfer jeanmarcbogenmann@iib.ws

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Manuscrit auteur, publié dans "42èmes Journées de Statistique (2010)" Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Séverine Demeyer 1,2 & Nicolas Fischer 1 & Gilbert Saporta 2 1 LNE, Laboratoire

Plus en détail

Ingénierie et gestion des connaissances

Ingénierie et gestion des connaissances Master Web Intelligence ICM Option Informatique Ingénierie et gestion des connaissances Philippe BEAUNE Philippe.Beaune@emse.fr 18 novembre 2008 Passer en revue quelques idées fondatrices de l ingénierie

Plus en détail

Industrial Phd Progam

Industrial Phd Progam Industrial Phd Progam Catalan Government: Legislation: DOGC ECO/2114/2012 Modification: DOGC ECO/2443/2012 Next: Summary and proposal examples. Main dates March 2013: Call for industrial Phd projects grants.

Plus en détail

Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum. Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot.

Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum. Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot. Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot.Mu Date: Jeudi 12 Avril 2012 L heure: 9h15 Venue: Conference Room,

Plus en détail

L Espagne est un pays qui bénéficie des

L Espagne est un pays qui bénéficie des Accords préalables de prix "intra- groupe" avec l'administration fiscale : une nouvelle frontièr ontière de l'audit? José Maria Bove L Espagne est un pays qui bénéficie des investissements en provenance

Plus en détail

Etude d un cas industriel : Optimisation de la modélisation de paramètre de production

Etude d un cas industriel : Optimisation de la modélisation de paramètre de production Revue des Sciences et de la Technologie RST- Volume 4 N 1 /janvier 2013 Etude d un cas industriel : Optimisation de la modélisation de paramètre de production A.F. Bernate Lara 1, F. Entzmann 2, F. Yalaoui

Plus en détail

Scénarios économiques en assurance

Scénarios économiques en assurance Motivation et plan du cours Galea & Associés ISFA - Université Lyon 1 ptherond@galea-associes.eu pierre@therond.fr 18 octobre 2013 Motivation Les nouveaux référentiels prudentiel et d'information nancière

Plus en détail

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC)

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) Reporting to the General Manager, Engineering and Maintenance, you will provide strategic direction on the support and maintenance of

Plus en détail

Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D

Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D Cari 2004 7/10/04 14:50 Page 67 Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D Ezzeddine ZAGROUBA F. S.T, Dept. Informatique. Lab. d Informatique, Parallélisme et Productique. Campus Universitaire.

Plus en détail

Sujets de stage. Sciences de la Fabrication et Logistique. Génie Industriel. Optimisation. Recherche opérationnelle. Simulation

Sujets de stage. Sciences de la Fabrication et Logistique. Génie Industriel. Optimisation. Recherche opérationnelle. Simulation 2011 2012 Sujets de stage Génie Industriel Optimisation Recherche opérationnelle Simulation Sciences de la Fabrication et Logistique Table des matières Problème de planification de production avec des

Plus en détail

deux tâches dans le tableau et à cliquer sur l icône représentant une chaîne dans la barre d outils. 14- Délier les tâches : double cliquer sur la

deux tâches dans le tableau et à cliquer sur l icône représentant une chaîne dans la barre d outils. 14- Délier les tâches : double cliquer sur la MS Project 1- Créer un nouveau projet définir la date du déclenchement (début) ou de la fin : File New 2- Définir les détails du projet : File Properties (permet aussi de voir les détails : coûts, suivi,

Plus en détail

Marie Curie Individual Fellowships. Jean Provost Marie Curie Postdoctoral Fellow, Institut Langevin, ESCPI, INSERM, France

Marie Curie Individual Fellowships. Jean Provost Marie Curie Postdoctoral Fellow, Institut Langevin, ESCPI, INSERM, France Marie Curie Individual Fellowships Jean Provost Marie Curie Postdoctoral Fellow, Institut Langevin, ESCPI, INSERM, France Deux Soumissions de Projet Marie Curie International Incoming Fellowship Finance

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

Nouvelles propositions pour la résolution exacte du sac à dos multi-objectif unidimensionnel en variables binaires

Nouvelles propositions pour la résolution exacte du sac à dos multi-objectif unidimensionnel en variables binaires Nouvelles propositions pour la résolution exacte du sac à dos multi-objectif unidimensionnel en variables binaires Julien Jorge julien.jorge@univ-nantes.fr Laboratoire d Informatique de Nantes Atlantique,

Plus en détail

SERVICE DE DIFFUSION D ANNONCE DE COOPERATION EN EUROPE

SERVICE DE DIFFUSION D ANNONCE DE COOPERATION EN EUROPE SERVICE DE DIFFUSION D ANNONCE DE COOPERATION EN EUROPE Via la Partnership Opportunity Database (POD) du Réseau Entreprise Europe (A COMPLETER EN ANGLAIS) Offre de coopération d affaires (BO) (distributeur,

Plus en détail

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION vice Direction des Partenariats Internationaux Pôle Mobilités Prrogrramme de bourrses Intterrnattiionalles en Mastterr (MIEM) Intterrnattiionall Mastterr Schollarrshiip Prrogrramme Sorrbonne Parriis Ciitté

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Discussion on the paper Measuring Systemic Risk in a Post-Crisis World by Olivier de Bandt, Jean-Cyprien Héam, Claire Labonne and Santiago Tavolaro

Discussion on the paper Measuring Systemic Risk in a Post-Crisis World by Olivier de Bandt, Jean-Cyprien Héam, Claire Labonne and Santiago Tavolaro Discussion on the paper Measuring Systemic Risk in a Post-Crisis World by Olivier de Bandt, Jean-Cyprien Héam, Claire Labonne and Santiago Tavolaro ISFA, Université Lyon 1 Aterlier risque systémique et

Plus en détail

Projet. Présentation du projet. Performance in Relationships Adapted to extended Innovation with Suppliers. Coordinateur du Projet

Projet. Présentation du projet. Performance in Relationships Adapted to extended Innovation with Suppliers. Coordinateur du Projet Projet Performance in Relationships Adapted to extended Innovation with Suppliers Praxis (nf, d'origine grec), signifiant action, désigne l'ensemble des activités humaines susceptibles de transformer le

Plus en détail

Thèmes de recherche. Projets en cours

Thèmes de recherche. Projets en cours Formation Michel Baroni Professeur, Département Finance Responsable Pédagogique des Mastères Spécialisés en Techniques Financières et Finance & Asset Management Habilitation à Diriger des Recherches, Université

Plus en détail

L ouverture des données de la recherche en 2015 : définitions, enjeux, dynamiques

L ouverture des données de la recherche en 2015 : définitions, enjeux, dynamiques L ouverture des données de la recherche en 2015 : définitions, enjeux, dynamiques «Re-analysis is a powerful tool in the review of important studies, and should be supported with data made available by

Plus en détail

EXEMPLE : FAILLITE D ENTREPRISES

EXEMPLE : FAILLITE D ENTREPRISES EXEMPLE : FAILLITE D ENTREPRISES Cet exemple a pour objectif d étudier la faillite d entreprises. Les données proviennent de l ouvrage de R.A.Johnson et D.W Wichern : «Applied Multivariate Statistical

Plus en détail

Edna Ekhivalak Elias Commissioner of Nunavut Commissaire du Nunavut

Edna Ekhivalak Elias Commissioner of Nunavut Commissaire du Nunavut SECOND SESSION THIRD LEGISLATIVE ASSEMBLY OF NUNAVUT DEUXIÈME SESSION TROISIÈME ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE DU NUNAVUT GOVERNMENT BILL PROJET DE LOI DU GOUVERNEMENT BILL 52 PROJET DE LOI N o 52 SUPPLEMENTARY

Plus en détail

Analyse des logiciels d application spécialisée pour le courtage en épargne collective

Analyse des logiciels d application spécialisée pour le courtage en épargne collective Analyse des logiciels d application spécialisée pour le courtage en épargne collective Dép. de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal C.P. 6079, succ. Centre-ville Montréal

Plus en détail

Programme scientifique MUST

Programme scientifique MUST Programme scientifique MUST Management of Urban Smart Territories 03/06/2014 Claude Rochet - Florence Pinot 1 Qu est-ce qui fait qu une ville est «smart»? Ce n est pas une addition de «smarties»: smart

Plus en détail

Chapitre 5 : Flot maximal dans un graphe

Chapitre 5 : Flot maximal dans un graphe Graphes et RO TELECOM Nancy A Chapitre 5 : Flot maximal dans un graphe J.-F. Scheid 1 Plan du chapitre I. Définitions 1 Graphe Graphe valué 3 Représentation d un graphe (matrice d incidence, matrice d

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

La gestion des risques IT et l audit

La gestion des risques IT et l audit La gestion des risques IT et l audit 5èmé rencontre des experts auditeurs en sécurité de l information De l audit au management de la sécurité des systèmes d information 14 Février 2013 Qui sommes nous?

Plus en détail

[Résumé: Intégration d un contrôle automatisé dans une station de test électrique]

[Résumé: Intégration d un contrôle automatisé dans une station de test électrique] SEPTEMBRE 2013 INSA de Strasbourg Génie électrique : Option énergie Par : Adnane BOUKHEFFA Tuteur Institutionnel : M. Guy STURTZER Réalisé au sein du Groupe Legrand 290 Avenue de Colmar, Strasbourg 67100

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES

TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES Tableau de bord des indicateurs financiers Première Partie Situation financière globale du Système

Plus en détail

Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios»

Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios» Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios» Anne LARPIN, CFO SL France Stéphane CAMON, CRO SL France 1 Executive summary Le bouleversement de la réglementation financière

Plus en détail

Conférence Bales II - Mauritanie. Patrick Le Nôtre. Directeur de la Stratégie - Secteur Finance Solutions risques et Réglementations

Conférence Bales II - Mauritanie. Patrick Le Nôtre. Directeur de la Stratégie - Secteur Finance Solutions risques et Réglementations Conférence Bales II - Mauritanie Patrick Le Nôtre Directeur de la Stratégie - Secteur Finance Solutions risques et Réglementations AGENDA Le positionnement et l approche de SAS Notre légitimité dans les

Plus en détail

On Optimal Bidding Strategy Modeling in the Context of a Liberalized Electricity Market

On Optimal Bidding Strategy Modeling in the Context of a Liberalized Electricity Market On Optimal Bidding Strategy Modeling in the Context of a Liberalized Electricity Market THÈSE N O 3948 (2007) PRÉSENTÉE le 30 novembre 2007 À LA FACULTÉ DES SCIENCES ET TECHNIQUES DE L'INGÉNIEUR Laboratoire

Plus en détail

Etienne Galerneau. etienne_galerneau@fr.ibm.com. Manager of Integration Acquisition Software Group IMT France & NWA

Etienne Galerneau. etienne_galerneau@fr.ibm.com. Manager of Integration Acquisition Software Group IMT France & NWA Etienne Galerneau etienne_galerneau@fr.ibm.com Manager of Integration Acquisition Software Group IMT France & NWA 13 Les acquisitions au cœur de la stratégie d IBM Software Group Annual meeting of stockholders

Plus en détail

Modélisation des processus métier dans le cadre d un projet de réorganisation d un système d information complexe : Retour d expérience

Modélisation des processus métier dans le cadre d un projet de réorganisation d un système d information complexe : Retour d expérience Modélisation des processus métier dans le cadre d un projet de réorganisation d un système d information complexe : Retour d expérience Stéphanie Bernonville*,**, Corinne Vantourout*, Geneviève Fendeler*,

Plus en détail

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012 Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien 10 Septembre 2012 Les défis de la chaine de la logistique du transport maritime Danielle T.Y WONG Director Logistics Performance

Plus en détail

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Adriana Climescu-Haulica Laboratoire de Modélisation et Calcul Institut d Informatique et Mathématiques Appliquées de

Plus en détail

Exemple PLS avec SAS

Exemple PLS avec SAS Exemple PLS avec SAS This example, from Umetrics (1995), demonstrates different ways to examine a PLS model. The data come from the field of drug discovery. New drugs are developed from chemicals that

Plus en détail

Surveillance de Scripts LUA et de réception d EVENT. avec LoriotPro Extended & Broadcast Edition

Surveillance de Scripts LUA et de réception d EVENT. avec LoriotPro Extended & Broadcast Edition Surveillance de Scripts LUA et de réception d EVENT avec LoriotPro Extended & Broadcast Edition L objectif de ce document est de présenter une solution de surveillance de processus LUA au sein de la solution

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

(DAS) DIPLÔME & (CAS) CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE UNIVERSITAIRE MANAGEMENT DE PROJETS 2015/2016 PROJET.UNIGE.CH

(DAS) DIPLÔME & (CAS) CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE UNIVERSITAIRE MANAGEMENT DE PROJETS 2015/2016 PROJET.UNIGE.CH (DAS) DIPLÔME & (CAS) CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE UNIVERSITAIRE MANAGEMENT DE PROJETS 2015/2016 PROJET.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 03 > DIRECTEUR DU DIPLÔME / COMITÉ SCIENTIFIQUE 05 > PUBLIC CONCERNÉ

Plus en détail

Annexe 6. Notions d ordonnancement.

Annexe 6. Notions d ordonnancement. Annexe 6. Notions d ordonnancement. APP3 Optimisation Combinatoire: problèmes sur-contraints et ordonnancement. Mines-Nantes, option GIPAD, 2011-2012. Sophie.Demassey@mines-nantes.fr Résumé Ce document

Plus en détail

Économétrie, causalité et analyse des politiques

Économétrie, causalité et analyse des politiques Économétrie, causalité et analyse des politiques Jean-Marie Dufour Université de Montréal October 2006 This work was supported by the Canada Research Chair Program (Chair in Econometrics, Université de

Plus en détail

31/08/2015. Auditing. Comparative Management System. Economie Bancaire. Financial Analysis. Macro-économie Approfondie.

31/08/2015. Auditing. Comparative Management System. Economie Bancaire. Financial Analysis. Macro-économie Approfondie. 09/09/2015 08:30-10:30 Analyse Financière Auditing Comparative Management System Economie Bancaire Financial Analysis Macro-économie Approfondie Marketing Direct Méthodologie de Contrôle Accounting II

Plus en détail

Enjeux et défis en assurance habitation Marc-Olivier Faulkner 18 novembre 2011

Enjeux et défis en assurance habitation Marc-Olivier Faulkner 18 novembre 2011 Enjeux et défis en assurance habitation Marc-Olivier Faulkner 18 novembre 2011 Aviva plc AGENDA Assurance habitation des particuliers: quelques constats. Problèmes en assurance habitation. Solutions à

Plus en détail

JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES

JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES Survol de Risk IT UN NOUVEAU RÉFÉRENTIEL DE GESTION DES RISQUES TI GP - Québec 2010 JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES 3 mars 2010 - Version 4.0 Mario Lapointe ing. MBA CISA CGEIT mario.lapointe@metastrategie.com

Plus en détail

Le Fol Gaëlle. Current Position - Status. Former positions. Education and qualification. Full professor. gaelle.le_fol@dauphine.fr

Le Fol Gaëlle. Current Position - Status. Former positions. Education and qualification. Full professor. gaelle.le_fol@dauphine.fr Le Fol Gaëlle Full professor gaelle.le_fol@dauphine.fr Current Position - Status Head of an education program : Master 203 - Financial Markets Department of attachment : MSO Centre of Research : Dauphine

Plus en détail

Les Ateliers TOC France -

Les Ateliers TOC France - Les Ateliers TOC France - La TOC dans une entreprise de service Retour d Expérience 19 mars 2015 Agenda Contexte Mobilisation des Thinking Processes Mobilisation de la Chaîne Critique Mobilisation du Throughput

Plus en détail

DEA ès Sciences de Gestion. DES en Sciences Economiques. Ingénieur diplômé de l'ecole Polytechnique de Paris.

DEA ès Sciences de Gestion. DES en Sciences Economiques. Ingénieur diplômé de l'ecole Polytechnique de Paris. Education René Demeestere Emeritus Professor, Department Accounting and Management Control DEA ès Sciences de Gestion. DES en Sciences Economiques. Ingénieur diplômé de l'ecole Polytechnique de Paris.

Plus en détail

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc)

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) 87 FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) Dans le cadre de la réforme pédagogique et de l intérêt que porte le Ministère de l Éducation

Plus en détail

PLAN DU COURS 1. Les Grands Comptes = la face cachée de la mondialisation. Problématiques du Grand Compte et du fournisseur

PLAN DU COURS 1. Les Grands Comptes = la face cachée de la mondialisation. Problématiques du Grand Compte et du fournisseur Définitions Les Grands s PLAN DU COURS 1 Les Grands s = la face cachée de la mondialisation Problématiques du Grand et du fournisseur La stratégie d un grand et ses implications pour le fournisseur 1 Définitions

Plus en détail

Activités d encadrement et de recherche - Membre du projet PREMIA (1999-2003), logiciel d évaluation d options

Activités d encadrement et de recherche - Membre du projet PREMIA (1999-2003), logiciel d évaluation d options Stéphane VILLENEUVE Né le 25 Février 1971 Marié, 2 enfants GREMAQ Université des Sciences Sociales Manufacture des Tabacs 21 allée de Brienne 31000 TOULOUSE Tél: 05-61-12-85-67 e-mail: stephane.villeneuve@univ-tlse1.fr

Plus en détail

Concours Génome Canada 2015: Innovation de rupture en génomique Appel de demandes

Concours Génome Canada 2015: Innovation de rupture en génomique Appel de demandes Concours Génome Canada 2015: Innovation de rupture en génomique Appel de demandes Cristina Ciurli Hélène Fournier GÉNOME QUÉBEC Notre mission En partenariat avec les acteurs des sciences de la vie à l

Plus en détail

F-7a-v3 1 / 5. 7. Bourses de mobilité / Mobility Fellowships Formulaire de demande de bourse / Fellowship Application Form

F-7a-v3 1 / 5. 7. Bourses de mobilité / Mobility Fellowships Formulaire de demande de bourse / Fellowship Application Form F-7a-v3 1 / 5 7. Bourses de mobilité / Mobility Fellowships Formulaire de demande de bourse / Fellowship Application Form Nom de famille du candidat Langue de correspondance Français Family name of participant

Plus en détail

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Leçon 11 PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Dans cette leçon, nous retrouvons le problème d ordonnancement déjà vu mais en ajoutant la prise en compte de contraintes portant sur les ressources.

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan

Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan Textes de référence : article 223-1 du règlement général de l AMF A la suite de la mise à jour depuis 2006 du référentiel

Plus en détail

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI NOTRE EXPERTISE Dans un environnement complexe et exigeant, Beijaflore accompagne les DSI dans le pilotage et la transformation de la fonction SI afin

Plus en détail

Fouille de données dans des bases parcellaires (cadre projet PayOTe)

Fouille de données dans des bases parcellaires (cadre projet PayOTe) Fouille de données dans des bases parcellaires (cadre projet PayOTe) Thomas Guyet AGROCAMPUS-OUEST IRISA Équipe DREAM 01 mars 2010, Nancy Équipe DREAM : axes de recherche Diagnosing, recommending actions

Plus en détail

ADELFE : Atelier de développement de logiciels à fonctionnalité émergente

ADELFE : Atelier de développement de logiciels à fonctionnalité émergente ADELFE : Atelier de développement de logiciels à fonctionnalité émergente Gauthier Picard*, Carole Bernon*, Valérie Camps**, Marie- Pierre Gleizes* * Institut de Recherche en Informatique de Toulouse Université

Plus en détail

Génie Logiciel et Gestion de Projets

Génie Logiciel et Gestion de Projets Génie Logiciel et Gestion de Projets INFO-F-407 Ragnhild Van Der Straeten 2008-2009 ULB 1 Génie Logiciel et Gestion de Projets Organisation 2 Ragnhild Van Der Straeten VUB, 4K209 Campus Etterbeek rvdstrae@vub.ac.be

Plus en détail

Concevoir et déployer un data warehouse

Concevoir et déployer un data warehouse Concevoir et déployer un data warehouse Ralph Kimball Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09165-6 2000 2 Le cycle de vie dimensionnel Avant d étudier de plus près les spécificités de la conception, du développement

Plus en détail

Modélisation de la relation entre le comportement au volant et la consommation de carburant

Modélisation de la relation entre le comportement au volant et la consommation de carburant ÉTUDE TECHNIQUE Modélisation de la relation entre le comportement au volant et la consommation de carburant De nombreuses entreprises investissent dans des services d accompagnement destinés aux conducteurs

Plus en détail

Contexte. Pour cela, elles doivent être très compliquées, c est-à-dire elles doivent être très différentes des fonctions simples,

Contexte. Pour cela, elles doivent être très compliquées, c est-à-dire elles doivent être très différentes des fonctions simples, Non-linéarité Contexte Pour permettre aux algorithmes de cryptographie d être sûrs, les fonctions booléennes qu ils utilisent ne doivent pas être inversées facilement. Pour cela, elles doivent être très

Plus en détail

How to Deposit into Your PlayOLG Account

How to Deposit into Your PlayOLG Account How to Deposit into Your PlayOLG Account Option 1: Deposit with INTERAC Online Option 2: Deposit with a credit card Le texte français suit l'anglais. When you want to purchase lottery products or play

Plus en détail

MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE DE RECHERCHE DOCTORALE DE LA FONDATION MARTINE AUBLET

MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE DE RECHERCHE DOCTORALE DE LA FONDATION MARTINE AUBLET MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE DE RECHERCHE DOCTORALE DE LA FONDATION MARTINE AUBLET ATTENTION : Tout formulaire de candidature qui présentera des erreurs ou anomalies dans le remplissage des champs

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER To cite this version: Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER. AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales.

Plus en détail

LE STRESS PROFESSIONNEL

LE STRESS PROFESSIONNEL LE STRESS PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE EN SUISSE ROMANDE Communication donnée lors des Doctoriales des EDSE 2012, tenu à Genève le 4 mai 2012 Carl Denecker Université de Genève

Plus en détail

MERLIN GESTION PATRIMONIALE. Groupe GESTION PATRIMONIALE. Définition d un programme de renouvellement

MERLIN GESTION PATRIMONIALE. Groupe GESTION PATRIMONIALE. Définition d un programme de renouvellement Groupe MERLIN Une tradition d innovations au service des hommes GESTION PATRIMONIALE GESTION PATRIMONIALE Définition d un programme de renouvellement Indépendance - Expériences - Expertises - Proximité

Plus en détail

RETHINKING JACQUES ELLUL AND THE TECHNOLOGICAL SOCIETY IN THE 21ST CENTURY REPENSER JACQUES ELLUL ET LA SOCIETE TECHNICIENNE AU 21EME SIECLE

RETHINKING JACQUES ELLUL AND THE TECHNOLOGICAL SOCIETY IN THE 21ST CENTURY REPENSER JACQUES ELLUL ET LA SOCIETE TECHNICIENNE AU 21EME SIECLE CALL FOR PAPERS / APPEL A COMMUNICATIONS RETHINKING JACQUES ELLUL AND THE TECHNOLOGICAL SOCIETY IN THE 21ST CENTURY REPENSER JACQUES ELLUL ET LA SOCIETE TECHNICIENNE AU 21EME SIECLE The Conference Rethinking

Plus en détail