Don d organes: soignant en détresse? Virginie Deschamps Psychologue aux soins intensifs CHU de Liège

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Don d organes: soignant en détresse? Virginie Deschamps Psychologue aux soins intensifs CHU de Liège"

Transcription

1 Don d organes: soignant en détresse? Virginie Deschamps Psychologue aux soins intensifs CHU de Liège 1

2 CHU de Liège Site Sart Tilman unités de soins intensifs, 42 lits ± 1800 admissions Décès Limitations thérapeutiques Arrêts thérapeutiques ~ 300 ~ 225 ~ Mort cérébrale (DBD) Cœur arrêté (DCD) Donneurs potentiels Donneur effectifs 6 8 2

3 Stress et charge émotionnelle La confrontation régulière : À la mort (presque un décès/jour) Aux décisions de limitations thérapeutiques. À la souffrance des patients et à celle de leur famille è Les capacités d adaptation des soignants face à ces multiples sources de stress et à leur impact émotionnel. Ferdinande P. et al

4 Epuisement professionnel Impact émotionnel et répétition des traumatismes è un travail de deuil répété qui nécessite du temps, de la mise en sens, de l acceptation ce qui n est pas toujours facile dans des services où le temps est plutôt à l urgence et à l action. Peu d études ont été réalisées sur l impact spécifique du travail en réanimation sur les soignants (épuisement professionnel) 4

5 Burnout ou dépression? L épuisement professionnel (burnout). Selon l OMS : sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail. Dans la dépression, le travail n est pas la cause première mais il peut être un facteur aggravant. En cas de burnout, la personne atteinte est toujours en situation de stress chronique, tandis que c est le cas 1 fois sur 2 pour la dépression. 5

6 Détresse des soignants infirmières Médecins Nb USI 9 (Belgique) 189 (France) n Dépression 15-30% 24% Burnout sévère 42% 46% Burnout modéré 30% 30% Ferdinande P. et al Embriaco N. et al. (2007) 6

7 Facteurs de risque de détresse chez les médecins Prévalence chez les femmes Facteurs organisationnels : Temps de travail, Nombre de gardes/mois, Manque de repos, Conflits avec les autres médecins et/ou le nursing. P/C la qualité de la relation entre les soignants est associée à un burn-out plus faible. Embriaco N. et al. (2007) 7

8 Facteurs de risque de détresses chez les infirmières L âge Facteurs organisationnels: Congés, Participation ou non à des groupes de formation Qualité des relations de travail: Conflit patients/familles ou intra-équipe soignante Situation de fin de vie: Nombre d accompagnements de mourants ou de décisions d arrêt thérapeutique Embriaco N. et al. (2007) 8

9 Facteurs de risque de détresses Vécu lié à l organisation du travail Sentiment de pression au travail (multiplicité des tâches) Mauvaise communication au sein de l équipe Vécu lié aux situations émotionnelles pénibles et à l ajustement psychologique Décès de personnes jeunes (sentiment d injustice et de désespoir) Décès du patient et investissement relationnel et émotionnel Forte identification au patient et à sa famille Accompagnement des familles (situations de fin de vie, souffrance des famile, impuissance à soulager, agressivité) Acharnement thérapeutique et décision de fin de vie (désaccord au sein de l équipe) Soins et rapport au corps du patient Chahraoui K. et al. (2011) 9

10 Facteurs de risque de détresses Mauvaise qualité des relations de travail (conflit avec patients/familles ou intra-équipe soignante) Répétition de situation de fin de vie (nombre accompagnements mourants ou de décisions d arrêt thérapeutique) Chahraoui K. et al. (2011) 10

11 Ajustement psychologiques aux situations émotionnelles pénibles Stratégies individuelles Partage social (collègues, famille et/ou amis) Investissement dans des activités de hobby Oubli (faire le vide de la situation, penser à autre chose) Rationalisation / Intellectualisation Besoin d agir (agir dans les situations complexes, aller au contact de la famille, ) è mettre une certaine distance par rapport à ce vécu émotionnel intense. Chahraoui K. et al. (2011) 11

12 Ajustement psychologiques aux situations émotionnelles pénibles Stratégies collectives Partage social (avec collègues) Soutien des collègues expérimentés Défenses groupales (mise à distance de éléments et ressentis comme menaçant pour l équipe) Cohérence des soins (qui garantit de leur qualité) è Présence d une cohésion au sein de l équipe ainsi qu une communication de qualité («entité équipe» solide et fonctionnelle) Chahraoui K. et al. (2011) 12

13 Détresse des soignants dans le contexte du don d organes les médecins Eléments spécifiques aux médecins USI: Situation d échec thérapeutique è culpabilité pouvant être un facteur limitant à l information relative au don Difficulté à modifier leur(s) objectif(s): passage de la prise en charge d un patient pour le soigner vers la gestion d un donneur d organes Doute sur la réalité de la mort «Complexe du vautour» Par contre Aspect positif potentiel : la mort du patient peut «redonner la vie» à d autres patients è réparation de l échec Etablissement français des greffes,

14 Examen interuniversitaire - SI Mort cérébrale = mort de l individu? abstention incorrect ~ 40% des futurs intensivistes ont une méconnaissance de la mort cérébrale correct n = 77 14

15 Détresse des soignants dans le contexte du don d organes les médecins Eléments spécifiques aux médecins USI: Situation d échec thérapeutique è culpabilité pouvant être un facteur limitant à l information relative au don Difficulté à modifier leur(s) objectif(s): passage de la prise en charge d un patient pour le soigner vers la gestion d un donneur d organes Doute sur la réalité de la mort «Complexe du vautour» Par contre Aspect positif potentiel : la mort du patient peut «redonner la vie» à d autres patients è réparation de l échec Etablissement français des greffes,

16 Détresse des soignants dans le contexte du don d organes les infirmières Eléments spécifiques aux infirmières USI: Dépossession des éléments médicaux en rapport avec le diagnostic de la mort cérébrale è Doute sur la réalité de la mort è Le processus de don peut être vécu comme un arrêt thérapeutique Poursuite des soins chez un patient décédé Les infirmières des hôpitaux sans activité de transplantation ne vivent pas l aspect positif du don d organe. Etablissement français des greffes,

17 Détresse des soignants dans le contexte du don d organes Bloc op. Eléments spécifiques aux infirmières du Bloc op : Sentiment que le patient décède en fin de procédure lors du clampage aortique ou du «débranchement» par l équipe d anesthésie Difficulté de réaliser un geste chirurgical sur un patient mort Solitude face au cadavre lors de la restauration tégumentaire et de la toilette mortuaire Restitution du corps à la famille Etablissement français des greffes,

18 Détresse des soignants dans le contexte du don d organes L approche de la famille : Mort encéphalique : mort avec apparence de vie La demande de don d organes est un moment délicat è crainte d augmenter la souffrance de la famille et difficultés d être confronté à leur détresse (sentiment d impuissance à les soulager) Restauration du corps (morcellement du corps) 18

19 Détresse des soignants dans le contexte du don d organes Eléments communs aux soignants : Doute sur la réalité de la mort Difficulté d être confronté à la souffrance et à la détresse des proches 19

20 Pistes pour l amélioration de la vie professionnelle Amélioration de la communication: En faisant tourner l information En assurant une plus grande concertation Amélioration de la formation: Pour permettre une meilleure compréhension des stratégies thérapeutiques (réanimation du donneur) Assurer un débriefing psychologique pour les soignants Reconnaissance et valorisation par les pairs et par la hiérarchie Chahraoui K. et al. (2011) 20

21 Prévention Meilleure gestion des conflits interpersonnels pour garantir la cohésion de l équipe Participation à des groupes de formations ou de recherches Meilleure prise en considération des aspects de fin de vie (temps) Plus grande implication des infirmières dans les décisions de limitation thérapeutique Mealer M.L. et al. (2007) Embriaco N. et al. (2007) 21

22 Conclusions don d organes Emotions liées à la mort Sentiment d impuissance Questionnement sur la réalité de la mort Question de sens de la fonction de soignant Malaise face au don d organes Risque de burnout / dépression Nécessité de mécanismes de défenses Stratégies individuelles Stratégies collectives 22

LE BIEN ÊTRE DES INFIRMIERS AUX SOINS INTENSIFS

LE BIEN ÊTRE DES INFIRMIERS AUX SOINS INTENSIFS LE BIEN ÊTRE DES INFIRMIERS AUX SOINS INTENSIFS Maïté Delpire 20 avril 2012 PLAN Introduction: les infirmiers en souffrance? USI environnement stressant Signes d épuisement professionnel Répercussions

Plus en détail

Bases théoriques de la relation d aide

Bases théoriques de la relation d aide Bases théoriques de la relation d aide UE 4.2 S3 Soins relationnels Promotion 2012-2015 mercredi 18 septembre 13 1 1. La relation d aide: origine et développement 2. Définition de la relation d aide 3.

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT DE LA P.A EN FIN DE VIE

ACCOMPAGNEMENT DE LA P.A EN FIN DE VIE ACCOMPAGNEMENT DE LA P.A EN FIN DE VIE I/ Définitions et introduction Acharnement thérapeutique : attitude qui consiste à poursuivre une thérapeutique lourde à visée curative, alors qu'il n'existe aucun

Plus en détail

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Retentissement psychique de la maladie grave Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Définition de la souffrance psychique : se sentir mal Sentiment pénible, désagréable de la pensée Expression

Plus en détail

Refus de prise en charge du patient en soins palliatifs (en phase terminale) à domicile par son médecin généraliste : est ce une réalité?

Refus de prise en charge du patient en soins palliatifs (en phase terminale) à domicile par son médecin généraliste : est ce une réalité? Refus de prise en charge du patient en soins palliatifs (en phase terminale) à domicile par son médecin généraliste : est ce une réalité? éraldine Equipe Mobile de Soins Palliatifs CHU de RENNES FRANCE

Plus en détail

ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES FAMILLES. Christelle Rosenstrauch. Psychologue Delphine Garrigue. Médecin Anesthésiste Pôle urgence CHRU Lille

ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES FAMILLES. Christelle Rosenstrauch. Psychologue Delphine Garrigue. Médecin Anesthésiste Pôle urgence CHRU Lille ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES FAMILLES Christelle Rosenstrauch. Psychologue Delphine Garrigue. Médecin Anesthésiste Pôle urgence CHRU Lille 1 Savoir être, Savoir dire, Savoir faire. La communication! On

Plus en détail

Annie JOLY AVOCAT. 200 Avenue Maréchal Leclerc CHAMBERY Tél Port

Annie JOLY AVOCAT. 200 Avenue Maréchal Leclerc CHAMBERY Tél Port Stressé(e)? DEFINITION DU STRESS Le stress est l'état de tension chronique (à la fois physique et psychique) qui découle d'une façon inadéquate de gérer la pression (psychique) pendant une période prolongée.

Plus en détail

LA SANTÉ PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL

LA SANTÉ PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL LA SANTÉ PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL Présenté par: Nom: Intervenants SAT-CIUSSS Capitale Nationale OBJECTIFS DE LA PRÉSENTATION 1. Vous sensibiliser à l importance grandissante des problèmes de santé psychologique

Plus en détail

Soins palliatifs Définitions et concepts

Soins palliatifs Définitions et concepts LES SOINS PALLIATIFS EN ÉTABLISSEMENTS DE SOINS ET D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES OU HANDICAPÉES, ET À DOMICILE Les concepts A1 Soins palliatifs Définitions et concepts 1 Soins curatifs destinés à

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE

SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE Cours IFSI 3 ème année Module Soins Palliatifs, Accompagnement et Fin de Vie UMASP. Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Les soins palliatifs C est quoi??? Éléments de définition

Plus en détail

Présentation pour la journée d études thématiques

Présentation pour la journée d études thématiques Présentation pour la journée d études thématiques Une démarche projet autour des soins palliatifs permet-elle d améliorer la qualité de vie au travail et de diminuer la souffrance des soignants? Etude

Plus en détail

Quelle place pour l aidant proche à l hôpital? Bénédicte HAMOIR et l équipe de gériatrie de liaison CHU DINANT-GODINNE.

Quelle place pour l aidant proche à l hôpital? Bénédicte HAMOIR et l équipe de gériatrie de liaison CHU DINANT-GODINNE. Quelle place pour l aidant proche à l hôpital? Bénédicte HAMOIR et l équipe de gériatrie de liaison CHU DINANT-GODINNE. Le travail de liaison, nos missions Détection des patients à risque de déclin fonctionnel.

Plus en détail

La dépression et les proches par le Dr Guido Bondolfi

La dépression et les proches par le Dr Guido Bondolfi La dépression et les proches par le Dr Guido Bondolfi 30 avril 2012 Cette conférence a été donnée par le Dr Guido Bondolfi, responsable du Programme spécialisé» Dépression» des HUG, et par plusieurs membres

Plus en détail

Projets et Formations

Projets et Formations LE TRAVAIL DE NUIT EN INSTITUTION Projets et Formations Spécialiste Santé 1 Objectif Permettre aux personnels travaillant de nuit de mieux se situer dans l institution, au sein de l équipe soignante et

Plus en détail

Traumatisme psychique: Pour ou contre une intervention immédiate? Lieutenant de vaisseau Matthieu Marchand Service de psychologie du BMPM

Traumatisme psychique: Pour ou contre une intervention immédiate? Lieutenant de vaisseau Matthieu Marchand Service de psychologie du BMPM Traumatisme psychique: Pour ou contre une intervention immédiate? Lieutenant de vaisseau Matthieu Marchand Service de psychologie du BMPM Jeudis de l urgence 13 mars 2014 Pertinence des soins immédiats

Plus en détail

Santé psychique au travail : Une question d équilibre

Santé psychique au travail : Une question d équilibre Santé psychique au travail : Une question d équilibre Les obligations de l employeur L employeur prend les mesures pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs de

Plus en détail

Prévention et promotion de la santé dans les services d aide et de soins à domicile du canton du Jura

Prévention et promotion de la santé dans les services d aide et de soins à domicile du canton du Jura Prévention et promotion de la santé dans les services d aide et de soins à domicile du canton du Jura De la prévention de la maltraitance à la promotion de la bientraitance Nicolas Froté Congrès ASSASD:

Plus en détail

Atelier ETP. Journée romande d oncologie 4 Septembre Véronique Urbaniak Spécialiste Clinique Neuchatel

Atelier ETP. Journée romande d oncologie 4 Septembre Véronique Urbaniak Spécialiste Clinique Neuchatel Atelier ETP Journée romande d oncologie 4 Septembre 2015 Définition par l OMS 1998 «L éducation thérapeutique du patient doit permettre aux patients d acquérir et de conserver les compétences les aidant

Plus en détail

Approche concrète des démences et de la maladie d Alzheimer pour les activités du quotidien

Approche concrète des démences et de la maladie d Alzheimer pour les activités du quotidien Impression à partir du site https://offredeformation.npdcp.fr le 30/12/2016. Fiche formation Approche concrète des démences et de la maladie d Alzheimer pour les activités du quotidien - N : 17770 - Mise

Plus en détail

Avant que le soignant ne s épuise

Avant que le soignant ne s épuise Avant que le soignant ne s épuise Paul Kestemont Psychologue clinicien Psychothérapeute CHU Mont-Godinne Dinant Le syndrome d épuisement professionnel Situer l ampleur du phénomène: quelques chiffres En

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS

CATALOGUE DE FORMATIONS Développer les compétences relationnelles des professionnels de santé CATALOGUE DE FORMATIONS Sommaire Présentation 1 Première partie : Le soignant, premier outil de communication 3 1. Gérer ses émotions

Plus en détail

Le prélèvement à cœur arrêté : Les cornées

Le prélèvement à cœur arrêté : Les cornées Le prélèvement à cœur arrêté : Les cornées LE DON, LA GREFFE et MOI La greffe d organes sauve chaque jour des vies Or les organes viennent surtout de donneurs décédés. Ce n est pas gai mais c est la réalité.

Plus en détail

Projets et Formations

Projets et Formations Accompagnement de fin de vie Prise en charge non médicamenteuse De la douleur Projets et Formations Spécialiste Santé Projets & Formations Propose des formations concrètes, parfaitement adaptées au contexte

Plus en détail

Soutien aux acteurs de l éducation

Soutien aux acteurs de l éducation Soutien aux acteurs de l éducation à l école Education Générale Canton de Fribourg François Bourqui Michel Bussard Monique Foucart Contexte cantonal Fribourg un petit canton deux cultures petites écoles

Plus en détail

ATTITUDES DES INTERVENANTS EN SOINS DE LONGUE DURÉE À L ÉGARD DE LA MORT, DES SOINS PALLIATIFS ET DE LA PRATIQUE INTERDISCIPLINAIRE

ATTITUDES DES INTERVENANTS EN SOINS DE LONGUE DURÉE À L ÉGARD DE LA MORT, DES SOINS PALLIATIFS ET DE LA PRATIQUE INTERDISCIPLINAIRE ATTITUDES DES INTERVENANTS EN SOINS DE LONGUE DURÉE À L ÉGARD DE LA MORT, DES SOINS PALLIATIFS ET DE LA PRATIQUE INTERDISCIPLINAIRE Bernard-Simon Leclerc et Sabrina Lessard Midi InterActions, 23 avril

Plus en détail

Comment proposer une prise en charge consensualisée des Heartsink patients en centre de santé?

Comment proposer une prise en charge consensualisée des Heartsink patients en centre de santé? Comment proposer une prise en charge consensualisée des Heartsink patients en centre de santé? J U L I E C H A R L E S - P E R E I R A T H È S E D E X E R C I C E E N M É D E C I N E G É N É R A L E S

Plus en détail

Journée du RESCLIN. Reims, le 06 mai Docteur Elisabeth QUIGNARD

Journée du RESCLIN. Reims, le 06 mai Docteur Elisabeth QUIGNARD Journée du RESCLIN Reims, le 06 mai 2010 Docteur Elisabeth QUIGNARD Qu est-ce que la bientraitance? La bientraitance passe par le respect de la dignité humaine, c est-à-dire de la qualité d être humain

Plus en détail

MÉDIATION ASSERTIVITÉ FORMATIONS 2014 GESTION DES ÉMOTIONS ÉCOUTE

MÉDIATION ASSERTIVITÉ FORMATIONS 2014 GESTION DES ÉMOTIONS ÉCOUTE NÉGOCIATION MÉDIATION GESTION DES ÉMOTIONS ASSERTIVITÉ ÉCOUTE FORMATIONS 2014 > Développer son intelligence émotionnelle > L affirmation de soi (assertivité) > Techniques de négociation > La médiation

Plus en détail

INTERVENTION EN PREPARATION MENTALE

INTERVENTION EN PREPARATION MENTALE INTERVENTION EN PREPARATION MENTALE PREPARATION MENTALE - De la formation du sportif à l optimisation et au développement de la performance individuelle et collective Les déterminants individuels de la

Plus en détail

De la naissance àl adolescence, Le. trajet de la confiance

De la naissance àl adolescence, Le. trajet de la confiance De la naissance àl adolescence, Le DE LA NAISSANCE A L ADOLESCENCE, LE TRAJET DE LA CONFIANCE trajet de la Véronique DEBOUNY Sabine GENOT Sylvie HASTIR 20/9/2012 «Soigner en toute» Debouny Véronique, Genot

Plus en détail

Approche psychologique du patient chronique ou en fin de vie à domicile et de son entourage Objectifs

Approche psychologique du patient chronique ou en fin de vie à domicile et de son entourage Objectifs Professionnalisation des métiers de prestataire de services et distributeur de matériels et/ou de dispositifs médicaux Approche psychologique du patient chronique ou en fin de vie à domicile et de son

Plus en détail

Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège

Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège Pol Grosjean, infirmier chef des Soins Intensifs Virginie Libert, infirmière Sisu 2 ième Colloque Liégeois

Plus en détail

Comment et pourquoi avoir recours au Médecin du Travail avant ou lors de la reprise du travail en situation de deuil?

Comment et pourquoi avoir recours au Médecin du Travail avant ou lors de la reprise du travail en situation de deuil? Comment et pourquoi avoir recours au Médecin du Travail avant ou lors de la reprise du travail en situation de deuil? Congrès «Deuil et Monde du Travail» Dr Marie-Pierre BARRIERE Médecin du Travail Contexte

Plus en détail

Les «urgences» en fin de vie, à domicile

Les «urgences» en fin de vie, à domicile Les «urgences» en fin de vie, à domicile Equipe de soins de support, soins palliatifs pédiatriques, de ressource et d accompagnement Dr Matthias Schell Clémence Bouffay, IDE 1 «Urgence» : projet d un retour

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA PERSONNE DECEDEE

PRISE EN CHARGE DE LA PERSONNE DECEDEE PRISE EN CHARGE DE LA PERSONNE DECEDEE LA TOILETTE MORTUAIRE «Laver le corps mort, plus qu un simple geste d hygiène, c est physiquement et de façon émotionnelle prendre acte de la réalité de la mort»

Plus en détail

LA FIN DE VIE. Dr MOREAU Francine EMSP & HAD CH Châtellerault Rudy GUILLAUDAT Psychologue EMSP CH Châtellerault

LA FIN DE VIE. Dr MOREAU Francine EMSP & HAD CH Châtellerault Rudy GUILLAUDAT Psychologue EMSP CH Châtellerault LA FIN DE VIE Dr MOREAU Francine EMSP & HAD CH Châtellerault Rudy GUILLAUDAT Psychologue EMSP CH Châtellerault Mardi 02 février 2016 1 La Législation La demande sociétale actuelle des Français est de voir

Plus en détail

Engagement et implication : comment mesurer et agir efficacement?

Engagement et implication : comment mesurer et agir efficacement? Engagement et implication : comment mesurer et agir efficacement? La performance sociale, un enjeux de définition et d orientations 2 > Un choix de définitions primordial : La performance sociale peut

Plus en détail

Insuffisance rénale : Epuration extra-rénale et Limitations thérapeutiques

Insuffisance rénale : Epuration extra-rénale et Limitations thérapeutiques Université d Auvergne Insuffisance rénale : Epuration extra-rénale et Limitations thérapeutiques Alexandre Lautrette Service de Réanimation CHU de Clermont-Ferrand AER 15 novembre 2012 Plan - Epidémiologie

Plus en détail

Le deuil des soignants : une souffrance à penser

Le deuil des soignants : une souffrance à penser Le deuil des soignants : une souffrance à penser Journée des référents - EMSP St Nazaire 2014 Dr Coraline Vignéras Deuil du Soignant? «Être endeuillé c est continuer à vivre après la perte d un être cher

Plus en détail

DE LA RÉÉDUCATION HOSPITALIÈRE À LA RÉADAPTATION PROFESSIONNELLE

DE LA RÉÉDUCATION HOSPITALIÈRE À LA RÉADAPTATION PROFESSIONNELLE DE LA RÉÉDUCATION HOSPITALIÈRE À LA RÉADAPTATION PROFESSIONNELLE Marie-José Durand, PhD Directrice du CAPRIT Département de réadaptation, Université de Sherbrooke Mai 2009 Qui sommes-nous? Recherche CREFOPI

Plus en détail

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque C.JUBE Infirmière coordinatrice du Réseau Territorial de Nantes Réseau Territorial

Plus en détail

Partenaires jusqu au dernier souffle Soins de fin de vie pour les maladies pulmonaires chroniques (MPC)

Partenaires jusqu au dernier souffle Soins de fin de vie pour les maladies pulmonaires chroniques (MPC) Soins de fin de vie pour les maladies pulmonaires chroniques (MPC) Présenté par : Nathalie Painchaud, Inf., B.Sc. Diane Nault, Inf., M.Sc. Service régional de soins pulmonaires à domicile (SRSAD) Hôpital

Plus en détail

FORUM SOINS PALLIATIFS Les lits identifiés au Centre Hospitalier d Antibes Juan les Pins. - 4 Mars

FORUM SOINS PALLIATIFS Les lits identifiés au Centre Hospitalier d Antibes Juan les Pins. - 4 Mars FORUM SOINS PALLIATIFS Les lits identifiés au Centre Hospitalier d Antibes Juan les Pins - 4 Mars 2010 - Chaque jour, Chaque nous jour, donnons nous donnons un sens un sens au mot hospitalier. Ce que sont

Plus en détail

LE BURN OUT DES PROFESSIONNELS

LE BURN OUT DES PROFESSIONNELS LE BURN OUT DES PROFESSIONNELS Animateur : Dr Thierry RESSEL, Responsable de la commission santé mentale de l URML-Alsace Dr Marc WILLARD, Psychiatre URML-Alsace Dr Denis REISS, Vice-Président du Conseil

Plus en détail

Jocelyne Robert. Jocelyne Robert, Management et Leadership, HEC Ecole de gestion de l'université de Liège 1

Jocelyne Robert. Jocelyne Robert, Management et Leadership, HEC Ecole de gestion de l'université de Liège 1 Jocelyne Robert Jocelyne.robert@ulg.ac.be Ecole de gestion de l'université de Liège 1 Ecole de gestion de l'université de Liège 2 1. L empowerment des patients c est Ecole de gestion de l'université de

Plus en détail

Dr Christine PASSERAT BOULADE Congrès hygiène,risques et qualité chez la personne âgée 2014

Dr Christine PASSERAT BOULADE Congrès hygiène,risques et qualité chez la personne âgée 2014 EVOLUTION DE L AVC A DISTANCE en EHPAD: les enjeux de la prise en charge Dr Christine PASSERAT BOULADE SOMMAIRE * Quelques données épidémiologiques de contexte * Un prisme de lecture multiple mais: * Vision

Plus en détail

«Comment aborder la sexualité?» Expérience des ateliers collectifs estime de soi, VIH, vie affective et sexuelle

«Comment aborder la sexualité?» Expérience des ateliers collectifs estime de soi, VIH, vie affective et sexuelle «Comment aborder la sexualité?» Expérience des ateliers collectifs estime de soi, VIH, vie affective et sexuelle David Friboulet Institut Alfred Fournier Journée Santé Sexuelle du 16 mai 2013 COREVIH Ile

Plus en détail

ANNEXE 5 SOINS PALLIATIFS CRITERES DE DECISION

ANNEXE 5 SOINS PALLIATIFS CRITERES DE DECISION ANNEXE 5 SOINS PALLIATIFS CRITERES DE DECISION 1 Critères de décision pour le contrôle du GHM 23Z02Z (soins ) correspondant aux GHS 7956 7957 7958 Exposé de la situation Les soins sont inscrits dans les

Plus en détail

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL Troubles psychocomportementaux et SEP Une intrication complexe entre: Des phénomènes neuropsychobiologiques (troubles cognitifs

Plus en détail

Quel Accompagnement dans l Indre?

Quel Accompagnement dans l Indre? Quel Accompagnement dans l Indre? Définition des Soins Palliatifs Selon la Société Française d Accompagnement et de Soins Palliatifs (SFAP) Les Soins Palliatifs sont des soins actifs dans une approche

Plus en détail

Les Soins Palliatifs Et la personne âgée. Dr.Nathalie DENIS Praticien Hospitalier

Les Soins Palliatifs Et la personne âgée. Dr.Nathalie DENIS Praticien Hospitalier Les Soins Palliatifs Et la personne âgée Dr.Nathalie DENIS Praticien Hospitalier Introduction: -Pour la personne malade âgée en fin de vie, la mort reste une épreuve de séparation difficile -Si la mort

Plus en détail

Soins palliatifs. Formation ONCO 93-7/10/2009 Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel

Soins palliatifs. Formation ONCO 93-7/10/2009 Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel Soins palliatifs Formation ONCO 93-7/10/2009 Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel Plan Définitions Loi leonetti Structures en soins palliatifs Réseau Arc en Ciel Introduction Le terme «palliatif» recouvre

Plus en détail

Conférence Serious Game et pédagogie

Conférence Serious Game et pédagogie Expérimentation de 3D Virtual Operating Room : un jeu multijoueur dans un bloc opératoire virtuel à l école des infirmiers anesthésistes de Toulouse Conférence Serious Game et pédagogie Catherine.lelardeux@univ-jfc.fr

Plus en détail

Chemin de la Prairie Lausanne.

Chemin de la Prairie Lausanne. Chemin de la Prairie 34 1007 Lausanne www.malleyprairie.ch www.violencequefaire.ch L accueil à MalleyPrairie L accueil des enfants au CMP fait l objet d une attention toute particulière Les enfants exposés

Plus en détail

SYSTEME DE SANTE ORIENTE VERS LES SOINS DE SANTE PRIMAIRES. Dr Jil Koullen 1

SYSTEME DE SANTE ORIENTE VERS LES SOINS DE SANTE PRIMAIRES. Dr Jil Koullen 1 SYSTEME DE SANTE ORIENTE VERS LES SOINS DE SANTE PRIMAIRES Dr Jil Koullen 1 ORGANISATION Dans un système de santé il faut distinguer 3 niveaux d offre de soins: 1 er niveau = soins de santé primaires 2

Plus en détail

Les facteurs entravant la mise en place d une démarche qualité au centre Mohamed VI de traitement du cancer

Les facteurs entravant la mise en place d une démarche qualité au centre Mohamed VI de traitement du cancer Les facteurs entravant la mise en place d une démarche qualité au centre Mohamed VI de traitement du cancer Siham ABDELLAOUI, Pr A.BENIDER, Fatima HOUMMANI. CHU Ibn Rochd de Casablanca 1 Plan de présentation

Plus en détail

Du centre de documentation

Du centre de documentation Du centre de documentation Dans cette synthèse, nous vous proposons : Une définition des risques psychosociaux Une réflexion sur les diagnostics autour de ces risques Le cadre règlementaire qui sous-tend

Plus en détail

Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier

Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier Sce HépatoGastroentérologie, Oncologie Digestive Fédération des Spécialités Digestives Hop Ambroise Paré, Boulogne PRINCIPES CONDITIONS Consultation

Plus en détail

Symposium chirurgie bariatrique Le rôle du service social au sein de l équipe interdisciplinaire

Symposium chirurgie bariatrique Le rôle du service social au sein de l équipe interdisciplinaire Symposium chirurgie bariatrique 2015 Le rôle du service social au sein de l équipe interdisciplinaire Historique Le rôle des travailleurs sociaux au commencement L expérience des années Prémisse : - Obésité

Plus en détail

SECONDE VICTIME. L impact sur le professionnel suite à la prise en charge de victimes d attentats

SECONDE VICTIME. L impact sur le professionnel suite à la prise en charge de victimes d attentats SECONDE VICTIME L impact sur le professionnel suite à la prise en charge de victimes d attentats Ossetroff Lucie Infirmière Anesthésiste CHP Saint Martin PLAN Introduction Répercussions - Etat de stress

Plus en détail

Prévention du burnout dans les soins

Prévention du burnout dans les soins Nadia Droz, psychologue du travail, USST Prévention du burnout dans les soins GIAL, septembre 2016 Sommaire Les risques psychosociaux Le stress Le burnout Les causes du burnout Actions Pratique 2 Les risques

Plus en détail

La fin de vie. d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée

La fin de vie. d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée 1 s inscrit dans la continuité de la démarche de soins auprès de la personne Elle peut être longue Elle n est pas synonyme de stade terminal

Plus en détail

AGIR SUR LE RISQUE PSYCHOSOCIAL

AGIR SUR LE RISQUE PSYCHOSOCIAL Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse SECAFI Changement.Travail.Santé 55, boulevard de l Embouchure BP 72081 31019 Toulouse Cedex 2 Tel : 05 62 72 36 00 POURQUOI UNE APPROCHE SYSTEMIQUE?

Plus en détail

Messages clés (Centraide Ottawa)

Messages clés (Centraide Ottawa) Messages clés (Centraide Ottawa) 1. 1 personne sur 5 est personnellement touchée par un problème de santé mentale. 2. 10 % des Canadiens âgés de 15 ans et plus sont atteints d une toxicomanie. 3. Le suicide

Plus en détail

LES 12 HEURES À L HÔPITAL, SOLUTION D AVENIR OU FUITE EN AVANT?

LES 12 HEURES À L HÔPITAL, SOLUTION D AVENIR OU FUITE EN AVANT? LES 12 HEURES À L HÔPITAL, SOLUTION D AVENIR OU FUITE EN AVANT? Jean René Ledoyen, directeur des soins, responsable de formation, EHESP Alexis Thomas, DRH adjoint, CHU de Nancy Mathias Waelli, Maître de

Plus en détail

SURPOIDS ET PSYCHOSOMATIQUE. Dr Nathalie SECO-FODOUP Caissargues

SURPOIDS ET PSYCHOSOMATIQUE. Dr Nathalie SECO-FODOUP Caissargues SURPOIDS ET PSYCHOSOMATIQUE Dr Nathalie SECO-FODOUP Caissargues Qu est ce que la psychosomatique? C est un mode de soin GLOBAL qui prend en compte les symptômes dans une unité somato-psychique. C est à

Plus en détail

LES SOINS RELATIONNELS. IFSI S2 Soraya Baccouche Psychologue clinicienne MFME/DRH CHUMartinique

LES SOINS RELATIONNELS. IFSI S2 Soraya Baccouche Psychologue clinicienne MFME/DRH CHUMartinique IFSI S2 Soraya Baccouche Psychologue clinicienne MFME/DRH CHUMartinique LA RELATION 1. DEFINITION La relation est une rencontre entre deux personnes, où interviennent des caractéristiques liées à chacune

Plus en détail

Qu est-ce qu être parent en 2011?

Qu est-ce qu être parent en 2011? Qu est-ce qu être parent en 0? Une enquête Ipsos / Logica Business Consulting pour & Juillet 0 Nobody s Unpredictable Fiche technique SONDAGE EFFECTUÉ POUR Enfant Magazine & Femme Actuelle ÉCHANTILLON

Plus en détail

Se réunir pour mieux comprendre et prévenir

Se réunir pour mieux comprendre et prévenir La RMM en psychiatrie : Se réunir pour mieux comprendre et prévenir Cécile Yemenjan, Responsable Qualité Gestion des Risques Centre Psychothérapique Nord Dauphiné, Bourgoin-Jallieu 1 Introduction: de quoi

Plus en détail

APIRAF mars Annie DEBARD Psychologue du travail. Un diagnostic qui renvoie à une fragilité personnelle.

APIRAF mars Annie DEBARD Psychologue du travail. Un diagnostic qui renvoie à une fragilité personnelle. La dépression APIRAF mars 2009 Annie DEBARD Psychologue du travail Introduction La dépression est elle une maladie? Un diagnostic qui renvoie à une fragilité personnelle. Une «externalisation» de la maladie

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN

1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN 1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN 1.LEGISLATION n Dans le cadre du rôle propre infirmier n Dans le domaine

Plus en détail

RRC. Evolution du DA depuis la création des RRC 1. Au niveau national 2. Au niveau régional. Organisation de la cancérologie

RRC. Evolution du DA depuis la création des RRC 1. Au niveau national 2. Au niveau régional. Organisation de la cancérologie Evolution du DA depuis la création des RRC 1. Au niveau national 2. Au niveau régional 4 ème Rencontre du Dispositif d Annonce et de Parcours Nice, 4 Décembre 2015 1. Organisation de la cancérologie. Les

Plus en détail

RCPI COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE EN SANTÉ ET SERVICES SOCIAUX DÉFINITION DES CONCEPTS ET DES COMPÉTENCES

RCPI COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE EN SANTÉ ET SERVICES SOCIAUX DÉFINITION DES CONCEPTS ET DES COMPÉTENCES COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE EN SANTÉ ET SERVICES SOCIAUX DÉFINITION DES CONCEPTS ET DES COMPÉTENCES RCPI Une initiative des facultés de médecine, pharmacie, sciences infirmières et sciences sociales

Plus en détail

EMPATHIE SOUFFRANCE DES SOIGNANTS

EMPATHIE SOUFFRANCE DES SOIGNANTS EMPATHIE SOUFFRANCE DES SOIGNANTS Dr Marilyne MARCEAU 1 Empathie: définition Capacité de se mettre à la place de l autre pour comprendre ses émotions et ses sentiments, éprouver ce que ressent l autre,

Plus en détail

Perturbations de la conscience de soi et de l identité personnelle dans la schizophrénie. Jean-Marie Danion

Perturbations de la conscience de soi et de l identité personnelle dans la schizophrénie. Jean-Marie Danion Perturbations de la conscience de soi et de l identité personnelle dans la schizophrénie Jean-Marie Danion Plan La schizophrénie Contexte scientifique Perturbations de l expérience de soi et schizophrénie

Plus en détail

Difficultés des professionnels dans l accompagnement de la fin de vie à domicile

Difficultés des professionnels dans l accompagnement de la fin de vie à domicile Difficultés des professionnels dans l accompagnement de la fin de vie à domicile Résultats d une enquête qualitative par focus-groups dans trois régions françaises Martine NECTOUX, chargée de mission OBSERVATOIRE

Plus en détail

Mercredi 23 janvier 2008 : Santé au travail en CNPE et INB

Mercredi 23 janvier 2008 : Santé au travail en CNPE et INB actualités Mercredi 23 janvier 2008 : Santé au travail en CNPE et INB Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly LA PRÉVENTION DU STRESS DANS

Plus en détail

Soins palliatifs Pédiatriques au Luxembourg

Soins palliatifs Pédiatriques au Luxembourg Soins palliatifs Pédiatriques au Luxembourg Comment assurer une prise en charge globale pour les enfants gravement malades de notre pays Dr Isabelle Kieffer, pédiatre, Kannerklinik CHL COLLOQUE NATIONAL

Plus en détail

Prélèvements d organes à cœur arrêté après arrêt des traitements: faut-il abandonner la règle du donneur mort?

Prélèvements d organes à cœur arrêté après arrêt des traitements: faut-il abandonner la règle du donneur mort? Prélèvements d organes à cœur arrêté après arrêt des traitements: faut-il abandonner la règle du donneur mort? Philippe Bizouarn Service d anesthésie-réanimation, Hôpital Laënnec, Nantes Laboratoire Sphere,

Plus en détail

Soins palliatifs pédiatriques à domicile : Quelles anticipations?

Soins palliatifs pédiatriques à domicile : Quelles anticipations? Soins palliatifs pédiatriques à domicile : Quelles anticipations? Clémence Bouffay, IDE coordination et Matthias Schell médecin coordinateur ESPPéRA, Lyon Équipe de soins de support, soins palliatifs pédiatriques,

Plus en détail

Psychiatrie à l'hôpital général. Professeur Olivier COTTENCIN Université Lille Nord de France - CHRU de Lille Service d'addictologie

Psychiatrie à l'hôpital général. Professeur Olivier COTTENCIN Université Lille Nord de France - CHRU de Lille Service d'addictologie Psychiatrie à l'hôpital général Professeur Olivier COTTENCIN Université Lille Nord de France - CHRU de Lille Service d'addictologie Histoire(s) de l'asile à l'hôpital général Aliénistes, Asiles Protection

Plus en détail

Faire confiance à son intuition

Faire confiance à son intuition oui! Faire confiance à son intuition durée : 2 jours Explorer la perception des autres à son égard et la sienne à l égard des autres Faire un retour en exprimant son ressenti et en se basant sur du concret

Plus en détail

Le processus de transmission transgénérationnelle. Objets et enjeux de la transmission familiale

Le processus de transmission transgénérationnelle. Objets et enjeux de la transmission familiale Le processus de transmission transgénérationnelle Objets et enjeux de la transmission familiale Conférence du 28 mai 2011 à l ABMP présentée par Fabienne SIMON, psychologue Résumé Nous sommes un maillon

Plus en détail

COMMUNAUTÉ THÉRAPEUTIQUE MONTJOIE

COMMUNAUTÉ THÉRAPEUTIQUE MONTJOIE COMMUNAUTÉ THÉRAPEUTIQUE MONTJOIE Cadre réglementaire des CT Les nouvelles communautés thérapeutiques relèvent du cadre juridique des établissements à caractère expérimental défini au 12 de l article

Plus en détail

Comment mettre en place des interventions de postvention en milieu scolaire

Comment mettre en place des interventions de postvention en milieu scolaire Comment mettre en place des interventions de postvention en milieu scolaire Monique Séguin Ph.D. Université du Québec en Outaouais Groupe McGill de recherche sur le suicide Françoise Roy Association Québécoise

Plus en détail

AGIR SUR SOI, ACQUERIR DES CLES POUR REUSSIR. Vous êtes : Cette formation concerne Chefs, cadres dirigeants, managers.

AGIR SUR SOI, ACQUERIR DES CLES POUR REUSSIR. Vous êtes : Cette formation concerne Chefs, cadres dirigeants, managers. STAGE MANAGER LEADER AGIR SUR SOI, ACQUERIR DES CLES POUR REUSSIR Vous êtes : Cette formation concerne Chefs, cadres dirigeants, managers. Pré-requis : Ressentir le besoin de faire un travail sur soi pour

Plus en détail

Le stress et votre coeur. Le Programme de réadaptation cardiaque Journée éducative

Le stress et votre coeur. Le Programme de réadaptation cardiaque Journée éducative Le stress et votre coeur Le Programme de réadaptation cardiaque Journée éducative Les sujets actuels Qu est-ce que le stress? Comment savoir si vous êtes stressé? Comment le stress est-il relié à la maladie

Plus en détail

ÉTUDE SUR L INFLUENCE DE LA COMMUNICATION THÉRAPEUTIQUE ISSUE DE LA PRATIQUE HYPNOTIQUE, LORS DE PÉRIPHÉRIQUE CHEZ UN PATIENT PORTEUR D UNE

ÉTUDE SUR L INFLUENCE DE LA COMMUNICATION THÉRAPEUTIQUE ISSUE DE LA PRATIQUE HYPNOTIQUE, LORS DE PÉRIPHÉRIQUE CHEZ UN PATIENT PORTEUR D UNE ÉTUDE SUR L INFLUENCE DE LA COMMUNICATION THÉRAPEUTIQUE ISSUE DE LA PRATIQUE HYPNOTIQUE, LORS DE LA POSE D UNE VOIE VEINEUSE PÉRIPHÉRIQUE CHEZ UN PATIENT PORTEUR D UNE PATHOLOGIE DIGESTIVE CANCÉREUSE.

Plus en détail

Améliorer les transmissions ciblées

Améliorer les transmissions ciblées Améliorer les transmissions ciblées Pourquoi les transmissions ne vont pas de soi Marc NAGELS 17 Mars Conseil Ce qui entrave l efficacité des transmissions Les transmissions, orales ou ciblées, permettent

Plus en détail

Les effets du stress sur les enseignants du secondaire et les conséquences sur la performance attendue

Les effets du stress sur les enseignants du secondaire et les conséquences sur la performance attendue Les effets du stress sur les enseignants du secondaire et les conséquences sur la performance attendue FOURNIER Sandrine Docteure en sciences de gestion Qualifiée Maître de conférences Groupe 4 : La gestion

Plus en détail

La chambre des erreurs, intérêts et limites dans le développement de la culture qualité et sécurité des soins

La chambre des erreurs, intérêts et limites dans le développement de la culture qualité et sécurité des soins La chambre des erreurs, intérêts et limites dans le développement de la culture qualité et sécurité des soins 1 er octobre 2015 Dr Valérie VALOT, Frédéric MELINE Cellule Qualité / Gestion des risques associés

Plus en détail

C h a r t e E t h i q u e

C h a r t e E t h i q u e Charte Ethique 2 1. Principes généraux Notre charte constitue la fondation des rapports de confiance entre les différents membres partenaires du groupe : les résidents ou les clients, leurs familles, les

Plus en détail

Gestion du Stress, prévenir le burn out

Gestion du Stress, prévenir le burn out Formation Gestion du Stress, prévenir le burn out Programme DPC n 47341500038 Ibis Paris Porte de Versailles 15 avenue Jean Jaures - 92130 Issy les Moulineaux 1 constat s phénomènes d'épuisement sont devenus

Plus en détail

Dr Marie-Laure de SEVERAC Déléguée Régionale Régions Sud Prévention et Soin des Addictions

Dr Marie-Laure de SEVERAC Déléguée Régionale Régions Sud Prévention et Soin des Addictions Dr Marie-Laure de SEVERAC Déléguée Régionale Régions Sud Prévention et Soin des Addictions La Réduction des Risques (1) C est un concept d origine anglo-saxonne («harm reduction») qui devrait être traduit

Plus en détail

LOI du 22 Avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie dite Loi Léonetti

LOI du 22 Avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie dite Loi Léonetti LOI du 22 Avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie dite Loi Léonetti Laisser mourir, faire mourir Bernard WARY CHR Metz-Thionville Loi n 2005-370 du 22 avril 2005 SUITE À «L AFFAIRE

Plus en détail

PREVENTION ET GESTION DES CONFLITS (2) AnimGestionconflits/1112/Annecy ouest/s.bianco

PREVENTION ET GESTION DES CONFLITS (2) AnimGestionconflits/1112/Annecy ouest/s.bianco PREVENTION ET GESTION DES CONFLITS (2) PREVENTION, ANALYSE ET GESTION DES CONFLITS Niveau de langue Sens des mots Culture de référence Le groupe Emotion Affect Centration sur soi Echec scolaire Sens de

Plus en détail

Unplugged, un programme de prévention efficace : son application dans le Nord des Hauts-de-Seine

Unplugged, un programme de prévention efficace : son application dans le Nord des Hauts-de-Seine Unplugged, un programme de prévention efficace : son application dans le Nord des Hauts-de-Seine Laëtitia Usubelli CSAPA Victor Segalen laetitia.usubelli@victor-segalen.fr Découvrir Unplugged L équipe

Plus en détail

mots pour maux workaholic

mots pour maux workaholic mots pour maux workaholic workaholic Définition Un workaholic est une personne qui est dépendante de son travail. Ce terme n est pas un terme médicalement ou psychologiquement reconnu, il n en est cependant

Plus en détail

Evaluation et Amélioration des Indices de Performance

Evaluation et Amélioration des Indices de Performance Ælipce Evaluation et Amélioration des Indices de Performance IHF Auxerre 7 juin 2012 Bruno Rossetti CHRU de Lille Directeur adjoint 03 20 44 40 04 bruno.rossetti@chru-lille.fr Alexandra Lam ANAP 01 57

Plus en détail

Bilan et développement de compétences en entreprise. Guide de L EMPLOYÉ

Bilan et développement de compétences en entreprise. Guide de L EMPLOYÉ Bilan et développement de compétences en entreprise Guide de L EMPLOYÉ Mars 2010 Un projet du Groupe canadien de recherche sur la pratique en développement de carrière fondée sur les données probantes

Plus en détail