Les travaux d entretien et d amélioration 2

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les travaux d entretien et d amélioration 2"

Transcription

1 Les travaux d entretien et d amélioration 2 Aux dépenses courantes de logement que les ménages doivent supporter (loyers, remboursements d emprunts, énergie), viennent s ajouter les coûts des travaux d entretien ou d amélioration. Que représente le marché de l amélioration de l habitation en termes de dépenses engagées dans la région? Quels types de travaux sont effectués dans les logements du, et dans quelle mesure différent-ils des pratiques nationales? Quelles sont les caractéristiques des ménages qui effectuent des travaux? 1,7 milliard d euros dépensé en travaux par les ménages en 2001 En 2001, les ménages du qui ont engagé des travaux d amélioration de leur logement ont dépensé 1,7 milliard d euros. Les coûts des travaux ont donc représenté près de 4,5% du budget des ménages, soit environ par an en moyenne pour un ménage. Ce montant moyen est d environ 100 inférieur à la moyenne française mais la part des revenus consacrée aux travaux reste la même. Les dépenses en travaux varient d un foyer à l autre : le ménage accédant ou propriétaire consacre une partie plus importante de son budget pour des travaux que le ménage locataire. En effet, ce dernier ne prend en charge qu une partie des travaux d entretien, l autre partie étant assumée par le bailleur qui financera également les travaux d amélioration. La part du budget dédiée aux travaux est plus élevée chez les accédants récents que chez les accédants anciens ou les propriétaires (cf. tableau 1). En effet, l achat immobilier est susceptible d être suivi de travaux pour adapter le logement aux exigences et aux goûts de l accédant récent, tandis que par la suite, les travaux se limitent plus fréquemment à l entretien. Les accédants récents consacrent en moyenne 9,4% de leur budget à l amélioration de leur habitat. Les travaux effectués représentent ainsi 413 millions d euros. Les accédants anciens consacrent en moyenne 6,5% de leur budget pour entretenir, voire améliorer leur patrimoine immobilier, ce qui représente 477 millions d euros au niveau de la région. Au total, en 2001, plus de la moitié des dépenses totales de travaux d entretien ont été engagées par les ménages accédants du, qui ne représentent qu un cinquième des ménages régionaux. Les propriétaires, s ils dépensent en moyenne un montant plus faible pour leurs travaux, ont toutefois investi 722 millions d euros sur l ensemble de la région, dans l entretien de leur logement. En comparaison, avec seulement 0,9% de leur budget dédié aux travaux, les ménages locataires engagent de faibles montants qui ne dépassent pas 84 millions d euros au niveau régional. Tableau 1: Les dépenses dédiées aux travaux selon le statut d occupation Unités : nombre, millions d euros, % Accédant Accédant Locataire Locataire Propriétaire ancien récent secteur secteur Autre Ensemble social privé Nombre de ménages Part des ménages 34,2 13,7 7,9 22,6 16,6 5,0 100,0 Coût total des travaux (1) Part du coût total 42,1 27,8 24,1 3,0 1,9 1,2 100,0 Revenus totaux par an Part des revenus consacrée aux travaux 5,2 6,5 9,4 0,9 0,6 1,6 4,6 4,4 (1) À la charge des ménages. Source : Insee, Orha - Enquêtes logement 1992 et Les Dossiers de Profils n 78 - Décembre Insee

2 2 Les travaux d entretien et d amélioration Les dépenses de travaux modifient les taux d effort des ménages En 2001, le montant des dépenses en loyer ou remboursement d emprunt, en eau et énergie, s élève à 6,7 milliards d euros (cf. chapitre 1). En prenant en compte les dépenses relatives aux travaux d entretien de l habitat à la charge des ménages du, les dépenses en logement s élèvent à 8,4 milliards d euros en Ainsi, les dépenses mensuelles brutes totales pour le logement passent-elles de à en moyenne, soit un taux d effort total brut de 22% pour les ménages du (cf. tableau 2). Les propriétaires et les accédants supportent 94% de la masse globale des dépenses de travaux. Ainsi, la prise en compte de tels travaux accroît le taux d effort total brut des accédants récents de 10 points (33% au lieu de 23%), et de 6 points pour les accédants anciens (28% au lieu de 22%) ou les propriétaires (12% au lieu de 6%). Les disparités d effort financier avant les aides au logement se trouvent réduites lorsque les coûts des travaux sont pris en compte : ainsi, accédants et locataires ont un taux d effort total brut comparable, entre 28% et 33%. Après déduction des aides, plus importantes pour les locataires, les accédants récents ou anciens supportent la charge financière la plus élevée parmi les différents types de ménages. Tableau 2 : Dépenses de travaux et taux d effort moyens des ménages Unités : nombre, euros, % Accédant Accédant Locataire Locataire Propriétaire ancien récent secteur secteur Autre Ensemble social privé Nombre de ménages Revenu annuel moyen Dépenses annuelles totales brutes (loyers ou remboursements, charges et dépenses en eau et énergie) Taux d effort total brut 6,4 21,6 23,3 28,9 28,1 8,0 17,8 Coût annuel moyen des travaux Dépenses annuelles brutes totales (avec prise en compte du coût des travaux) Taux d effort total brut (avec prise en compte du coût des travaux) 11,6 28,1 32,6 29,8 28,8 9,6 22,3 Montant annuel moyen des aides Dépenses annuelles nettes totales (avec prise en compte du coût des travaux) Taux d effort total net (avec prise en compte du coût des travaux) 11,6 27,0 31,8 21,8 23,9 9,6 20,1 Orha 20 Les Cahiers de l Orha - Décembre 2004

3 Les travaux d entretien et d amélioration 2 Les ménages du engagent plus de petits travaux que ceux de entière En 2001, 54% des ménages du ont entrepris des travaux d amélioration de leur habitat, soit 4 points de plus que la moyenne nationale. En particulier, les ménages de la région sont proportionnellement plus nombreux à effectuer des petits travaux, du type peinture intérieure ou de façade, pose de moquette, réfection de planchers, ou encore aménagement d une salle d eau (cf. tableau 3). Parmi les petits travaux où l écart entre la région et la moyenne nationale est le plus important, se trouvent les travaux de revêtements muraux (32% des ménages du y ont eu recours, contre 24% en ). Par rapport à la entière, les ménages de la région sont également plus enclins à effectuer des travaux sur les équipements sanitaires (13% des ménages de la région, contre 8% en ), ce qui s explique notamment par une qualité et un équipement des logements encore en retrait dans la région par rapport à la moyenne nationale. Tableau 3 : La fréquence des travaux d amélioration de l habitat Unités : nombre, % Ménages % Ménages % Ménages ayant réalisé des travaux , ,7 Type de travaux Revêtements muraux Revêtements de sol Eau, gaz, électricité Équipements sanitaires Cuisine équipée Chauffage, isolation Aménagements intérieurs Sécurité Façade Toiture Gros œuvre Parties communes de l immeuble Les proportions sont ramenées au nombre total de ménages, sauf celles en gras qui se rapportent aux ménages vivant en immeuble collectif. Les Dossiers de Profils n 78 - Décembre Insee

4 2 Les travaux d entretien et d amélioration Le recours à l auto-réhabilitation est plus fréquent en Les travaux les plus fréquemment menés dans la région relèvent de l économie domestique, tels que les travaux de revêtements muraux (pose de papiers peints, de tissus muraux, peinture) qui ont été entrepris, en 2001, par 6 millions de ménages en, et par près de ménages en. Ce type de travaux, déjà largement réalisés par le ménage lui-même en (huit travaux de peinture ou de tapisserie sur dix) l est encore plus en Nord- Pas-de-Calais (neuf travaux sur dix). Pour des travaux plus complexes, le recours à l auto-réhabilitation est également plus fréquent dans la région qu en. Par exemple, 52% des ménages du effectuent eux-mêmes les travaux d entretien des façades, contre 38% des ménages en (cf. tableau 4). De même, 22% des ménages de la région réalisent leurs travaux de toiture, contre 15% des ménages en moyenne nationale. Globalement, 61% des travaux sont effectués par les ménages eux-mêmes dans la région, contre 52% en moyenne nationale. Ce résultat s explique notamment par la culture ouvrière importante dans la région, et les compétences techniques que développe la population. Tableau 4 : Part des travaux effectués par un professionnel ou le ménage lui-même selon les différents types de travaux Unités : % Une entreprise, Des membres Une entreprise, Des membres Type de travaux un artisan du ménage, un artisan du ménage ou une autre personne de la famille, ou une autre personne de la famille, rémunérée des amis rémunérée des amis Revêtements muraux Revêtements de sol Eau, gaz, électricité Équipements sanitaires Cuisine équipée Chauffage, isolation Aménagements intérieurs Sécurité Façade Toiture Gros œuvre Parties communes de l immeuble Total Orha 22 Les Cahiers de l Orha - Décembre 2004

5 2 Les travaux d entretien et d amélioration Les travaux lourds sont entrepris peu après l arrivée dans le logement Les locataires arrivés récemment dans leur logement ne sont guère plus enclins que les autres locataires à réaliser des travaux. Ainsi, la date d arrivée dans le logement n a de réelle influence que pour les accédants. Une étude comparée des différents travaux réalisés par statut d occupation des ménages apporte des éléments d explication à ce phénomène. Il apparaît que les travaux les plus lourds (chauffage, cuisine équipée, gros œuvre) sont proportionnellement plus réalisés par les accédants récents que par les autres ménages. Si les accédants récents ne représentent que 11% des ménages ayant effectué au moins un type de travaux, 23% des travaux de gros œuvre sont engagés par ceux-ci (cf. tableau 7) ; de même pour les travaux de cuisine équipée, effectués pour 30% d entre eux par les accédants récents. Pour ces ménages, les travaux lourds sont réalisés rapidement après l installation du ménage dans son logement, soit pour améliorer le bien qui vient d être acquis en l adaptant à son usage, soit pour effectuer des travaux de remise à neuf d équipements. Au contraire, les petits travaux - les plus fréquents - (revêtements muraux, de sol, équipements sanitaires) sont entrepris aussi bien par les locataires que les accédants ou les propriétaires. Quel que soit le statut d occupation, la date d arrivée des ménages dans leur logement n a pas une influence significative sur la fréquence de ces travaux. Ce résultat n est pas surprenant, puisque ces petits travaux correspondent à des activités d entretien récurrentes. Par exemple, 17% des travaux de revêtements muraux ont été entrepris par les accédants anciens qui représentent 17% des ménages ayant effectué au moins un type de travaux. Mais aussi 13% des travaux de revêtements muraux ont été effectué par les accédants récents qui représentent 11% des ménages ayant effectué au moins un type de travaux. Tableau 7 : Répartition des ménages ayant engagé au moins un type de travaux donné selon le statut d occupation Unités : % Type de travaux Propriétaire Accédant Accédant Locataire Locataire non accédant ancien récent en secteur social en secteur privé Autre statut Revêtements muraux Revêtements de sol Eau, gaz, électricité Équipements sanitaires Cuisine équipée Chauffage, isolation Aménagements intérieurs Sécurité Façade Toiture Gros œuvre Parties communes de l immeuble Ensemble des ménages ayant réalisé des travaux Ensemble des ménages Orha 24 Les Cahiers de l Orha - Décembre 2004

6 Les travaux d entretien et d amélioration 2 Des travaux en moyenne moins coûteux La dépense moyenne des ménages ayant effectué des travaux s élève à en 2001 sur la région. Ce montant varie en fonction des statuts d occupation, allant de 400 en moyenne pour les ménages locataires en secteur social, à pour les propriétaires, pour les accédants anciens et pour les accédants récents. Tableau 5 : Dépenses moyennes des ménages qui ont effectué des travaux, par statut d occupation Unités : nombre, millions d euros, euros Accédant Accédant Locataire Locataire Propriétaire ancien récent secteur secteur Autre Ensemble social privé Nombre de ménages ayant réalisé des travaux (1) Coût total des travaux à la charge du ménage (en millions d euros) Dépenses moyennes des ménages ayant effectué des travaux (1) Ne sont comptabilisés que les ménages ayant engagé des travaux et des dépenses correspondantes à leurs charges. Source : Insee, Orha - Enquêtes logement 1992 et Pour la, le coût moyen de l amélioration de l habitat est de Ainsi, les ménages de la région effectuent plus fréquemment des travaux, mais pour un coût moyen moins élevé que dans le reste du pays. La prédilection pour l auto-réhabilitation doit sans doute y contribuer, faisant économiser aux ménages les coûts de main-d œuvre. Les revenus moins élevés dans la région limitent également le budget que les ménages consacrent aux travaux. Un autre élément d explication pourrait être que les rénovations s étalent dans le temps - les données ne permettent cependant pas de conclure sur cette hypothèse. Les accédants récents engagent plus fréquemment des travaux En 2001, les propriétaires ont engagé plus fréquemment des travaux que les locataires, à l exception des travaux de sécurité. Si la moitié des locataires ont réalisé au moins un type de travaux au cours des douze mois précédant l enquête, 57% des propriétaires en ont fait de même (cf. tableau 6). Les ménages en cours d accession, en particulier, sont près de sept sur dix à avoir amélioré leur habitat. Cette proportion augmente encore pour les accédants récents dont 77% ont engagé des travaux en Tableau 6 : Part des ménages ayant effectué des travaux Unités : % Ensemble des ménages Ménages installés après 1997 Locataires 50,4 51,9 Accédants 70,6 76,8 Propriétaires 57,3 - Les Dossiers de Profils n 78 - Décembre Insee

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

Impôts 2015. TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans. particuliers. professionnels du bâtiment

Impôts 2015. TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans. particuliers. professionnels du bâtiment Impôts 2015 TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans particuliers professionnels du bâtiment travaux relevant des taux réduits attestation Les principaux taux de TVA depuis le 1er

Plus en détail

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons et doit disposer d un

Plus en détail

Les ménages français face aux travaux et projets de rénovation de leur habitat

Les ménages français face aux travaux et projets de rénovation de leur habitat Reproduction L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION EN FRANCE... L é c o n o m i e f r a n ç a i s e d e l a c o n s t r u c t i o n Développement Construction LES FOCUS DE DEVELOPPEMENT CONSTRUCTION Les ménages

Plus en détail

Les dépenses d énergie pour le logement représentent

Les dépenses d énergie pour le logement représentent COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE e n 5 Juin 21 Le budget «énergie du logement» : les déterminants des écarts entre les ménages ÉCONOMIE ET ÉVALUATION développement durable Le budget qu un

Plus en détail

L endettement privé des ménages début 2010

L endettement privé des ménages début 2010 Dossier L endettement privé des ménages début 2010 Pierre Lamarche, Laurianne Salembier* Début 2010, 46 % des ménages sont endettés pour un motif privé, c est-à-dire sans lien avec l activité professionnelle,

Plus en détail

Compte rendu Commission Logement

Compte rendu Commission Logement 13 avril 2012 Compte rendu Commission Logement LOUER ETRE PROPRIÉTAIRE TRAVAUX ACCÉS DES JEUNES A UN LOGEMENT L accession a un logement, notre priorité! 2 organismes collecteurs ont été retenu : - AMALIA

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact DOSSIER DE PRESSE Dispositif d aide à l investissement locatif Paris, le 30 décembre 2012 Contact Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue de Varenne, 75007 Paris

Plus en détail

Le crédit d impôt développement durable

Le crédit d impôt développement durable Le crédit d impôt développement durable Le crédit d impôt dédié au développement durable en vigueur concerne les dépenses de travaux payées à compter du 1er janvier 2014 (dispositions issues de l article

Plus en détail

Mieux connaître le secteur du bâtiment

Mieux connaître le secteur du bâtiment iche d animation Compétence B3 Mieux connaître le secteur du bâtiment Objectif Permettre aux élèves de découvrir la diversité des métiers du bâtiment et les caractéristiques de ce secteur. Matériel nécessaire

Plus en détail

Guide simplifié de la déclaration des revenus fonciers

Guide simplifié de la déclaration des revenus fonciers logiciel de gestion locative mais assez complêt Guide simplifié de la déclaration des revenus fonciers POUR PARTICULIERS BAILLEURS Gérer seul son bien est la solution la plus économique et Rentila.com

Plus en détail

PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais. Réunion Publique du 27/06/2013

PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais. Réunion Publique du 27/06/2013 PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais Réunion Publique du 27/06/2013 1 Sa durée est de 3 ans de Juin 2013 à Mai 2016. Le périmètre de l opération concerne les 10

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GÉNÉRAL

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GÉNÉRAL COMMUNE DE VAL-DE-RUZ RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GÉNÉRAL à l appui d une demande d un crédit d'engagement de CHF 160'000.- pour la rénovation et l isolation des façades du bâtiment sis à l

Plus en détail

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE CHIFFRES CLÉS DU LOGEMENT SOCIAL ÉDITION NATIONALE SEPTEMBRE 2011 UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE En 2010, les opérateurs Hlm ont également vendu 16 000 logements destinés à des accédants,

Plus en détail

Habitat ancien. Vous avez un projet? J achète, je rénove, j investis. sur le territoire de Vitré Communauté

Habitat ancien. Vous avez un projet? J achète, je rénove, j investis. sur le territoire de Vitré Communauté Habitat ancien Vous avez un projet? J achète, je rénove, j investis sur le territoire de Vitré Communauté Conseils 2015 J achète, je rénove, j investis Maison 130 m 2-7 pièces - 4 chambres Année : 1920

Plus en détail

TVA - CIDD* (*Crédit d Impôt Développement Durable) en 2014

TVA - CIDD* (*Crédit d Impôt Développement Durable) en 2014 TVA - CIDD* (*Crédit d Impôt Développement Durable) en 2014 Février 2014 TVA 2014 Mode d emploi 2 Au 1er Janvier 2014 3 nouveaux Taux : Taux normal : 20 % Taux intermédiaire : 10 % Taux réduit : 5.5 %

Plus en détail

AVENANT N 3 A LA CONVENTION DE GESTION DES AIDES MUNICIPALES

AVENANT N 3 A LA CONVENTION DE GESTION DES AIDES MUNICIPALES AVENANT N 3 A LA CONVENTION DE GESTION DES AIDES MUNICIPALES ENTRE La ville de SCEAUX Représentée par son maire, Monsieur Philippe LAURENT Habilité à cet effet par délibération du conseil municipal en

Plus en détail

LE PRÊT AGRI-TRAVAUX

LE PRÊT AGRI-TRAVAUX SECTEUR AGRICOLE LE PRÊT AGRI-TRAVAUX Le prêt agri-travaux, c est quoi? Le prêt agri-travaux est un prêt délivré par Action logement, qui finance les travaux d'installation ou d'amélioration dans votre

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à taux zéro, quel intérêt?................. 4 Une palette

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE CONCERNANT LA PROCEDURE AUPRES DU DEPARTEMENT DE L'AMENAGEMENT, DU LOGEMENT ET DE L'ENERGIE

NOTICE EXPLICATIVE CONCERNANT LA PROCEDURE AUPRES DU DEPARTEMENT DE L'AMENAGEMENT, DU LOGEMENT ET DE L'ENERGIE NOTICE EXPLICATIVE CONCERNANT LA PROCEDURE AUPRES DU DEPARTEMENT DE L'AMENAGEMENT, DU LOGEMENT ET DE L'ENERGIE OFFICE CANTONAL DU LOGEMENT ET DE LA PLANIFICATION FONCIERE RELATIVE AUX TRAVAUX DANS LES

Plus en détail

Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement

Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement 11/2007 ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement Jusqu alors réservée aux cas de vente d un

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos économies d énergie l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à

Plus en détail

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Xavier Niel et Mustapha Okham* Alors qu en 1978, le quart de l emploi était industriel, seulement 14 % des emplois sont désormais

Plus en détail

AIDES A L AMÉLIORATION DE L HABITAT PRIVÉ

AIDES A L AMÉLIORATION DE L HABITAT PRIVÉ AIDES A L AMÉLIORATION DE L HABITAT PRIVÉ PLAN RÉNOVATION CONFORT EN BEAUVAISIS «Bien chez soi» Règlement des actions communautaires Période 2015-2016 La communauté d agglomération du Beauvaisis met en

Plus en détail

ANIL HABITAT ACTUALITE. Avril ETUDE. Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS)

ANIL HABITAT ACTUALITE. Avril ETUDE. Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS) Avril ANIL 2001 HABITAT ACTUALITE ETUDE Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS) PRET A 0 % : UN BILAN APRES CINQ ANS D EXISTENCE MARIELLE THOMAS,

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

changez vos menuiseries et faites des économies!

changez vos menuiseries et faites des économies! changez vos menuiseries et faites des économies! AIDES FINANCIÈRES POUR LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2014 The world looks better Remplacez vos menuiseries par des fenêtres aluminium et

Plus en détail

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 METHOD.DOC ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 Méthodologie INSEE 1998 I - L ECHANTILLON Mode de désignation de l échantillon Sélection des ménages intérrogés L'échantillon sélectionné pour cette enquête comporte

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUES AUTORISATION TRAVAUX. avez-vous le permis?

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUES AUTORISATION TRAVAUX. avez-vous le permis? GUIDE PRATIQUES GUIDE PRATIQUE AUTORISATION TRAVAUX avez-vous le permis? Vous envisagez de faire réaliser des travaux? Attention, de la construction d une maison à la rénovation des combles en passant

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Panorama de l Economie Sociale et Solidaire à la Martinique L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Février 2012 En 2009,

Plus en détail

L ACCESSION SOCIALE EN MARCHE TENDU : L EXEMPLE D UNE METROPOLE REGIONALE EN FORTE CROISSSANCE : MONTPELLIER

L ACCESSION SOCIALE EN MARCHE TENDU : L EXEMPLE D UNE METROPOLE REGIONALE EN FORTE CROISSSANCE : MONTPELLIER L ACCESSION SOCIALE EN MARCHE TENDU : L EXEMPLE D UNE METROPOLE REGIONALE EN FORTE CROISSSANCE : MONTPELLIER 1 ERE PARTIE : L ANALYSE DE L ACCESSION AIDEE A MONTPELLIER POUR LA PERIODE 2005-2010 INCLUS

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

POUR MIEUX VIVRE VOTRE LOGEMENT

POUR MIEUX VIVRE VOTRE LOGEMENT Association Vosgienne d Information et d Aide au Logement POUR MIEUX VIVRE VOTRE LOGEMENT SERVICE INFORMATION LOGEMENT VOUS INFORMER GRATUITEMENT SUR LE LOGEMENT Notre service Information Logement sera

Plus en détail

Faire réaliser des travaux chez soi

Faire réaliser des travaux chez soi Faire réaliser des travaux chez soi Agence Locale de l Energie et du Climat SQY rue Haroun Tazieff, 78 11 Magny-les-Hameaux 01 0 7 98 90 - alec@energie-sqy.com du lundi au vendredi de 9h à 1h et de 1h0

Plus en détail

En 2010, le ménage guadeloupéen recourt moins au. Endettement des ménages guadeloupéens : Faible recours aux crédits à l habitat

En 2010, le ménage guadeloupéen recourt moins au. Endettement des ménages guadeloupéens : Faible recours aux crédits à l habitat Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 36 - mai 2013 Endettement des ménages guadeloupéens : Faible recours aux crédits à l habitat En Guadeloupe, en 2010, un ménage sur trois est endetté

Plus en détail

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014 Effets de l initiative populaire «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» sur diverses catégories de ménages dont le comportement écologique varie Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

LA VALORISATION DES LOCAUX MONOVALENTS

LA VALORISATION DES LOCAUX MONOVALENTS MICHEL MARX Expertises EXPERTS IMMOBILIERS SPÉCIALISTES DE LA PROPRIÉTÉ COMMERCIALE LA VALORISATION DES LOCAUX MONOVALENTS par Michel MARX expert immobilier chartered surveyor FRICS Plan : Introduction

Plus en détail

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire i «L investissement t immobilier» Les SCPI François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur les SCPI SCPI Borloo Plan Processus d investissement (sélection

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.20/2008/3 12 février 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS EUROPÉENS Réunion

Plus en détail

Rénovation des églises

Rénovation des églises Commune de LAVEY-MORCLES Préavis de la Municipalité au Conseil communal N 09/2013 Rénovation des églises Lavey, le 10 septembre 2015 Au Conseil communal de Lavey-Morcles, Monsieur le Président, Mesdames

Plus en détail

Parc et statut d occupation

Parc et statut d occupation Parc et statut d occupation Commissariat général au développement durable Service de l observation et des statistiques 7 1.1 - PARC DE LOGEMENTS Le parc de logement est constitué de 33,5 millions de logements

Plus en détail

édition 2009 / 2010 Les essentiels 50 conseils Guide pratique hors-série pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE.

édition 2009 / 2010 Les essentiels 50 conseils Guide pratique hors-série pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE. édition 2009 / 2010 Les essentiels Guide pratique hors-série 50 conseils pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE. Avant-Propos Déductions, réductions et crédits d impôt de

Plus en détail

C H A P I T R E LES DÉPENSES, LES AVOIRS ET LES DETTES DES MÉNAGES7.3

C H A P I T R E LES DÉPENSES, LES AVOIRS ET LES DETTES DES MÉNAGES7.3 C H A P I T R E LES DÉPENSES, LES AVOIRS ET LES DETTES DES MÉNAGES7.3 Les dépenses nous renseignent sur les goûts, les besoins, les habitudes de consommation, mais aussi sur le niveau de vie. Ce sont d

Plus en détail

Loyer, prêt, travaux, déménagement 2012. J ai un logement

Loyer, prêt, travaux, déménagement 2012. J ai un logement Loyer, prêt, travaux, déménagement 2012 J ai un logement 1 2 Je paie un loyer L aide personnalisée au logement 3 Je rembourse un prêt pour ma résidence principale L allocation de logement familiale 3 Je

Plus en détail

LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG. Ministère du Logement

LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG. Ministère du Logement I. Avenant du 9 e programme de construction d ensembles Le 9 e programme de construction d ensembles a pour objet de: a. reprendre les projets d anciens programmes de construction d ensembles devant encore

Plus en détail

Le Secteur du Logement en France 2013 : Activité et Données de Cadrage. Dernières tendances et perspectives

Le Secteur du Logement en France 2013 : Activité et Données de Cadrage. Dernières tendances et perspectives Le Secteur du Logement en France : Activité et Données de Cadrage Dernières tendances et perspectives Septembre Depuis le début de l année, l activité immobilière se dégrade progressivement, et ce tant

Plus en détail

Prêt Social de Location Accession PSLA. Marché Immobilier Social. Dernière mise à jour Mars 2013. Document réservé exclusivement aux Professionnels

Prêt Social de Location Accession PSLA. Marché Immobilier Social. Dernière mise à jour Mars 2013. Document réservé exclusivement aux Professionnels Prêt Social de Location Accession PSLA Marché Immobilier Social Dernière mise à jour Mars 2013 Document réservé exclusivement aux Professionnels Tout savoir sur le Prêt Social Location Accession Les principes

Plus en détail

09 2011 R EPÈRES «LES CHARGES. de copropriété» SE LOGER AUTEURS GENEVIÈVE PRANDI, XUAN NGUYEN OBSERVATOIRE DES LOYERS DE LA RÉGION PARISIENNE

09 2011 R EPÈRES «LES CHARGES. de copropriété» SE LOGER AUTEURS GENEVIÈVE PRANDI, XUAN NGUYEN OBSERVATOIRE DES LOYERS DE LA RÉGION PARISIENNE 09 2011 R EPÈRES SE LOGER «LES CHARGES de copropriété» AUTEURS GENEVIÈVE PRANDI, XUAN NGUYEN OBSERVATOIRE DES LOYERS DE LA RÉGION PARISIENNE INTRODUCTION La connaissance du niveau des charges de copropriété

Plus en détail

Aides pour restaurer les parties communes des immeubles en copropriété. Aides pour restaurer un logement locatif

Aides pour restaurer les parties communes des immeubles en copropriété. Aides pour restaurer un logement locatif DISPOSITIONS PRATIQUES OPAH COPROPRIETE RENNES Dans le cadre de l Opération programmée d amélioration de l habitat engagée par la Ville de Rennes sur le centre depuis mars 2007, pour une durée de cinq

Plus en détail

PLAN DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DE L HABITAT. Guide des aides

PLAN DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DE L HABITAT. Guide des aides PLAN DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DE L HABITAT Guide des aides INTRODUCTION Le présent guide vise à informer les propriétaires sur les aides financières dont ils peuvent disposer pour réaliser des travaux

Plus en détail

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers PROPOSITION Projet de loi Logement et Urbanisme LOCATION Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers loi 1989 C.C.H. Une proposition pour accroître l offre locative à loyers maîtrisés.

Plus en détail

L art de trouver le logement de ses rêves

L art de trouver le logement de ses rêves L art de trouver le logement de ses rêves Introduction Etudes obligent, il n est pas toujours aisé de trouver un logement décent à prix réduit d autant plus que les villes étudiantes sont des villes où

Plus en détail

Aides à la rénovation des copropriétés en métropole (amélioration énergétique)

Aides à la rénovation des copropriétés en métropole (amélioration énergétique) Aides à la rénovation des copropriétés en métropole (amélioration énergétique) Le bâtiment absorbe 44% de notre consommation énergétique et génère 21% des émissions de gaz à effet de serre. La rénovation

Plus en détail

Portrait régional de la rénovation au Québec 2010-2013

Portrait régional de la rénovation au Québec 2010-2013 Portrait régional de la rénovation au Québec 2010-2013 Table des matières Faits saillants... 5 1) La rénovation, une composante importante du secteur de l habitation... 8 Graphique 1 : Répartition des

Plus en détail

1 Taux de la Taxe sur la Valeur Ajoutée

1 Taux de la Taxe sur la Valeur Ajoutée Vous trouverez ci-après les principales dispositions nouvelles pour 2014 concernant la TVA et le CIDD. La loi de finances pour 2014 a été publiée au Journal Officiel du 30/12/2013. Elle officialise les

Plus en détail

Adaptation du loyer selon le critère du rendement net (269 CO) Cas pratiques Daniel Ferrier 04/2011

Adaptation du loyer selon le critère du rendement net (269 CO) Cas pratiques Daniel Ferrier 04/2011 Contrat de bail à loyer Adaptation du loyer selon le critère du rendement net (269 CO) Cas pratiques Daniel Ferrier 04/2011 Bases légales Art. 269 CO Les loyers sont abusifs lorsqu ils permettent au bailleur

Plus en détail

Le point sur la situation économique et financière du Québec

Le point sur la situation économique et financière du Québec Le point sur la situation économique et financière du Québec Le 14 janvier 2009 Le point sur la situation économique et financière du Québec Le 14 janvier 2009 ÉNONCÉ ÉCONOMIQUE DU 14 JANVIER 2009 Dans

Plus en détail

Observatoire de l habitat. Etat du parc et marché du logement de l Entente en 2012

Observatoire de l habitat. Etat du parc et marché du logement de l Entente en 2012 Observatoire de l habitat Etat du parc et marché du logement de l Entente en 2012 décembre 2013 Territoire de l Entente en 2013 Communauté d agglomération Chalon - Val de Bourgogne Communauté urbaine -

Plus en détail

Chiffres & statistiques

Chiffres & statistiques COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE Chiffres & statistiques n 547 Août 2014 Objectifs énergétiques Europe 2020 : la doit poursuivre ses efforts pour les énergies renouvelables observation et

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 juillet 2015

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 juillet 2015 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 juillet 2015 LE MARCHÉ IMMOBILIER AU 1 er SEMESTRE 2015 @JFBuet @FNAIM fnaim.fr VOLUME DES VENTES DANS L EXISTANT 2 LÉGÈRE REPRISE DES VENTES DANS L EXISTANT Sources : CGEDD

Plus en détail

Au Conseil général de la commune des Ponts-de-Martel

Au Conseil général de la commune des Ponts-de-Martel Commune des Ponts-de-Martel le 8 février 2007 Au Conseil général de la commune des Ponts-de-Martel Rapport à l appui d une demande de crédit de CHF 79 500.- pour la rénovation d un appartement dans l immeuble

Plus en détail

Une évolution modérée des loyers en France en dépit de l augmentation des autres coûts

Une évolution modérée des loyers en France en dépit de l augmentation des autres coûts IREF Institut de Recherches Économiques et Fiscales Une évolution modérée des loyers en France en dépit de l augmentation des autres coûts Les mythes ont la peau dure. Celui sur la hausse incessante des

Plus en détail

Le Guide Dégât des eaux

Le Guide Dégât des eaux Les fiches pratiques Oralia Fiche N 019 Edition Juin 2011 Le Guide Dégât des eaux Qu est-ce qu un dégât des eaux p. 1 Que faire après un dégât des eaux p. 2 La recherche de fuite p. 2 La convention CIDRE

Plus en détail

L ÉTAT DES LIEUX Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

L ÉTAT DES LIEUX Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire L ÉTAT DES LIEUX Dossier juridique de la Sommaire 1 ANALYSE DE LA CNL / Page 2 Utilité de l état des lieux / Page 2 Etablissement de l état des lieux / Page 2 Forme de l état des lieux / Page 3 Coût de

Plus en détail

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Au Luxembourg, deux associations (la Ligue médico-sociale et Inter-Actions ) fournissent des informations et conseils financiers aux ménages en matière

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ. Variation de la valeur foncière et des transactions ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ PRIVÉ. Rôle d évaluation foncière

ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ. Variation de la valeur foncière et des transactions ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ PRIVÉ. Rôle d évaluation foncière F Variation de la valeur foncière et des transactions PRIVÉ Rôle d évaluation foncière Variation entre 2007 et 2011 2 Différence avec le prix de vente 3 Transactions 2000-2010 Vente de copropriétés et

Plus en détail

Collections Statistiques N 183 Série S : Statistiques Sociales. - Par - La Direction technique chargée des statistiques sociales et des revenus

Collections Statistiques N 183 Série S : Statistiques Sociales. - Par - La Direction technique chargée des statistiques sociales et des revenus Collections Statistiques N 183 Série S : Statistiques Sociales ENQUÊTE SUR LES DÉPENSES DE CONSOMMATION ET LE NIVEAU DE VIE DES MÉNAGES 2011 Dépenses de consommation des ménages algériens en 2011 - Par

Plus en détail

Les vacances sont un thème

Les vacances sont un thème Que font les jeunes pendant les vacances d été? Fabienne Rosenwald Sous-direction des études statistiques Magda Tomasini Bureau des études statistiques sur l enseignement supérieur Direction de l évaluation

Plus en détail

VOUS ÊTES JEUNE VOUS CHERCHEZ UN LOGEMENT À LOUER. Comment le trouver? Les aides financières? Quels sont vos droits et obligations?

VOUS ÊTES JEUNE VOUS CHERCHEZ UN LOGEMENT À LOUER. Comment le trouver? Les aides financières? Quels sont vos droits et obligations? direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction VOUS ÊTES JEUNE VOUS CHERCHEZ UN LOGEMENT À LOUER Comment le trouver? Les aides financières? Quels sont vos droits et obligations? Adresses

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

ouvrir De ...grâce à l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

ouvrir De ...grâce à l assurance prêt hypothécaire de la SCHL ouvrir De nouvelles portes aux logements abordables...grâce à l assurance prêt hypothécaire de la SCHL 65404 À titre d organisme national responsable de l habitation, la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Appel à projets de 10 000 logements intermédiaires Promoteurs constructeurs / aménageurs

Appel à projets de 10 000 logements intermédiaires Promoteurs constructeurs / aménageurs Appel à projets de 10 000 logements intermédiaires Promoteurs constructeurs / aménageurs Direction générale Le 15 janvier 2014 Groupe SNI - Société Nationale Immobilière 100-104 avenue de France - 75646

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES

LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES JUIN 2015 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES Enquête typologique 2014 Analyses nationale et régionale SOMMAIRE INTRODUCTION 5 1 Champ de l étude 5 2 Résumé des principaux constats relatifs à l ensemble des

Plus en détail

Loi de finances pour 2009 (art. 99 / CGI : 244 quater U)

Loi de finances pour 2009 (art. 99 / CGI : 244 quater U) ECO-PRET Loi de finances pour 2009 (art. 99 / CGI : 244 quater U) A jour au 31 mars 2009 Loi du 27.12.08 : JO du 28.12.08 / Loi de finances rectificative pour 2009 : JO du 5.2.09 Décrets du 30.3.09 : JO

Plus en détail

LOCATION ACCESSION. Formule sécurisée pour devenir propriétaire. de son logement en toute sérénité

LOCATION ACCESSION. Formule sécurisée pour devenir propriétaire. de son logement en toute sérénité LOCATION ACCESSION Formule sécurisée pour devenir propriétaire de son logement en toute sérénité SOMMAIRE 1 ère Partie : PRESENTATION GENERALE «LA LOCATION ACCESSION» 2 ème Partie : LES CONDITIONS DU PSLA

Plus en détail

Guide de l investissement locatif en loi Pinel

Guide de l investissement locatif en loi Pinel Guide de l investissement locatif en loi Pinel Investir dans l immobilier grâce à la loi Pinel Les solutions actuellement à votre disposition sont multiples (placements boursiers, immobilier, actions,

Plus en détail

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 6. Brèves en page 7. Investissement immobilier : ce que nous réserve le dispositif DUFLOT VOTRE CONSEILLER

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 6. Brèves en page 7. Investissement immobilier : ce que nous réserve le dispositif DUFLOT VOTRE CONSEILLER Newsletter d informations juridiques et fiscales VOTRE CONSEILLER ÉLÉPHANT PATRIMOINE Gérard CHIQUOT 9 rue de Courtalin - Marne La Vallée 77700 Magny Le Hongre g.chiquot@fippatrimoine.com 01 64 63 69 81

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Figure 1 : Consommation du parc immobilier du canton de Zurich représentatif pour la Suisse.

Figure 1 : Consommation du parc immobilier du canton de Zurich représentatif pour la Suisse. Argumentaire pour l assainissement des bâtiments 19 octobre 2009 1. Objectifs Le présent document a pour objectifs : de montrer pour quelles raisons la rénovation du parc immobilier est nécessaire; d énoncer

Plus en détail

Ensemble, rénovons notre habitat. OPAH : OPÉRATION PROGRAMMÉE D AMÉLIORATION DE L'HABITAT 2013-2018

Ensemble, rénovons notre habitat. OPAH : OPÉRATION PROGRAMMÉE D AMÉLIORATION DE L'HABITAT 2013-2018 OPAH : OPÉRATION PROGRAMMÉE D AMÉLIORATION DE L'HABITAT 2013-2018 Salubrité A B C Performance énergétique D Autonomie de la personne Accompagnement Ensemble, rénovons notre habitat. ARPAJON / AVRAINVILLE

Plus en détail

E T U D E pré-opérationnelle P I G amélioration de l habitat. Volets 2 et 3 : PROGRAMME d ACTIONS 20 juillet 2012

E T U D E pré-opérationnelle P I G amélioration de l habitat. Volets 2 et 3 : PROGRAMME d ACTIONS 20 juillet 2012 P A Y S H A U T L A N G U E D O C E T V I G N O B L E S E T U D E pré-opérationnelle P I G amélioration de l habitat Volets 2 et 3 : PROGRAMME d ACTIONS 20 juillet 2012 1 SOMMAIRE Partie 1 : rappel des

Plus en détail

1 Concevoir son projet et construire

1 Concevoir son projet et construire Se loger avec l économie sociale et solidaire avec l économie sociale et solidaire 1 Concevoir son projet et construire Soutien à la conception de votre projet de construction ou de rénovation, Assistance

Plus en détail

Les jeunes et l accès au logement

Les jeunes et l accès au logement Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jérôme SAINTE-MARIE Directeur du Pôle / jerome.sainte-marie@csa.eu / 01 44 94 59 10-11 Yves-Marie CANN Directeur d études / yves-marie.cann@csa.eu / 01 44 94 34 14

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

Canada Millennium Scholarship Foundation Fondation canadienne des bourses d études du millénaire

Canada Millennium Scholarship Foundation Fondation canadienne des bourses d études du millénaire Canada Millennium Scholarship Foundation Fondation canadienne des bourses d études du millénaire 1000 Sherbrooke West / Ouest Bureau 800 Montréal,QC H3A 3R2 Tél: 1 877 786 3999 (Toll Free / Sans frais)

Plus en détail

Cour suprême du canton de Berne. Autorité de surveillance en matière de poursuite et de faillite

Cour suprême du canton de Berne. Autorité de surveillance en matière de poursuite et de faillite Obergericht des Kantons Bern Aufsichtsbehörde in Betreibungs- und Konkurssachen Cour suprême du canton de Berne Autorité de surveillance en matière de poursuite et de faillite Circulaire no B 1 aux offices

Plus en détail

Le régime de l auto-entrepreneur. Bilan 2009. Bilan après une année de mise en œuvre. nouveauté. construction. création. services.

Le régime de l auto-entrepreneur. Bilan 2009. Bilan après une année de mise en œuvre. nouveauté. construction. création. services. Le régime de l auto-entrepreneur Bilan après une année de mise en œuvre Bilan 2009 services nouveauté construction création comm ser commerce XXX 1 Préambule Le régime de l auto-entrepreneur, créé par

Plus en détail

Fonds de Réduction du. Réductions d'impôts. Les aides publiques pour améliorer la performance. énergétique des logements. Réductions d'impôts

Fonds de Réduction du. Réductions d'impôts. Les aides publiques pour améliorer la performance. énergétique des logements. Réductions d'impôts Réductions d'impôts http://mineco.fgov.be/energy/rational_energy_use/tax_reductions/home_fr.htm Les aides publiques pour améliorer la performance énergétique des logements Pascal Ons, Consultant pascal.ons@skynet.be

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier Les marchés européens du crédit immobilier en 2013 Une étude du Crédit Foncier rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit immobilier en au 31 décembre 2013. Pour faciliter la lecture

Plus en détail

Mars 2007 CRÉDIT DE TAXE SUR LE CAPITAL DU QUÉBEC

Mars 2007 CRÉDIT DE TAXE SUR LE CAPITAL DU QUÉBEC Mars 2007 CRÉDIT DE TAXE SUR LE CAPITAL DU QUÉBEC Les sociétés autres qu une institution financière qui achètent des biens admissibles ont droit à un crédit non remboursable de taxe sur le capital au Québec

Plus en détail

Les aides favorisant la rénovation énergétique des logements dans le Jura (mars 2014) ADIL du Jura

Les aides favorisant la rénovation énergétique des logements dans le Jura (mars 2014) ADIL du Jura Les aides favorisant la rénovation énergétique des logements dans le Jura (mars 2014) ADIL du Jura Deux organismes à votre service pour répondre à toutes vos interrogations L ADIL du Jura, agence départementale

Plus en détail

La baisse des taux : un puissant soutien au pouvoir d achat des ménages depuis l élection de François Hollande. 1 9 m a i 2 0 1 5

La baisse des taux : un puissant soutien au pouvoir d achat des ménages depuis l élection de François Hollande. 1 9 m a i 2 0 1 5 La baisse des taux : un puissant soutien au pouvoir d achat des ménages depuis l élection de François Hollande 1 9 m a i 2 0 1 5 Intervenants Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président

Plus en détail