Comment et quand dépister la cardiopathie ischémique chez le diabétique? M.BOUAME SERVICE DE CARDIOLOGIE HCA

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment et quand dépister la cardiopathie ischémique chez le diabétique? M.BOUAME SERVICE DE CARDIOLOGIE HCA"

Transcription

1 Comment et quand dépister la cardiopathie ischémique chez le diabétique? M.BOUAME SERVICE DE CARDIOLOGIE HCA

2 Augmentation du risque d AVC X 2.5 Première cause d insuffisance rénale terminale (42% des cas) 50% des amputations non-traumatiques Première cause de cécité (12.5% des cas)

3 Les questions que doivent se poser le cardiologue avant la maladie coronaire avérée Quelles examens biologiques? Quelles interventions thérapeutique? Faut il rechercher une ischémie myocardique silencieuse? Quand revasculariser?

4 Cas clinique Monsieur Y. Smail né en 1948, diabétique type II depuis 2003 avec hba1c=6,5%, sous metformine, hypertendu depuis 2011 sous amlor, IMC=28 kg/m2, sédentaire, patient asymptomatique sur le plan CVx. Patient non dyspnéique monte 3 étages, pas d oppression thoracique, examen clinique: PA=165/70, pas de signes d IC gauche ni droit, poids=81kg

5 Monsieur Y.Ismail 1948

6 Quels examens biologique allez vous demander? Bilan lipidique: HDL=0,45 g/l, LDL 1,12g/l, TG=1,64g/l Exploration fonctionnelle rénale: créât=87 umol/l, clearance 80 mmol/min, K=4,4umol/l, acide urique 80mg/l Protéinurie sur 24 heures: 50mg/24 heures (microalbuminurie si>30mg/24heures)

7 Quels examens complémentaires allez vous demandez? Echographie cardiaque: HVG modéré (SIVd= 12mm), FEVG=60% OG=42mm E/A=1 (troubles de la relaxation VG) MAPA: après adaptation du traitement antihypertenseur: Ajout une association: Irbesartan-hydrochlorothiazide

8 Quelles adaptations thérapeutique au stade de la prévention primaire chez ce diabétique? Contrôle tensionnel? Prescription d une statine? Mise de l aspirine? Stratégie de recherche d une ischémie myocardique silencieuse

9 Avant tout : mesures hygiénodiététiques+++

10 Contrôle tensionnel :traitement combiné ARAII ou IEC JNC pour les diabétiques âgés de 18 ans ou plus,initier le traitement médical lorsque la PAS est 140 mmhg ou la PAD 90 mm Hg avec comme objectif une PAS < 140 mm Hg et une PAD< 90 mm Hg.

11 Dyslipidémie : place de la statine?

12 ASPIRINE en prévention primaire en règle générale: non!!!!

13 ASPIRINE en prévention primaire Résultats d une méta-analyse sur la prévention primaire par aspirine chez le diabétique parue en 2015: 1.Reduction du risque ischémique auprès d une augmentation du risque hémorragique qui rend le bénéfice de l aspirine incertain. 2. surtout si on prend compte la réduction du risque apporter par d autre thérapeutique ( statine et antihypertenseur) TAYLOR J, Eur Heart J (8):467

14 NOTRE PATIENT : MAPA sous Irbesartan-HCZ et Amlodipine retrouve une PA moyenne =130/70 mmhg au total : TA normale à la MAPA sous traitement, VG non dilaté a l echo avec dysfonction diastolique, FEVG normale, le cardiologue demande une scintigraphie d ischémie myocardique démaquillée. CETTE JUSTIFIEES? RECHERCHE D ISCHEMIE SILENCIEUSE EST ELLE

15 Valeur pronostique de l IMS

16 Valeur pronostique de l IMS

17 ANNEE 2010: faillite des études CV dans le diabète! Deux études: Sur un suivi de 4 ans, les évènement CVx ne sont pas réduit par le screening de l ischémie myocardique silencieuse DIAD-JAMA 2010 Pas de bénéfices a rechercher une IMS chez les patients diabétique asymptomatique à haut risque DYNAMIT 2011

18

19 Etude DIAD

20 Vivement critiquée en raison: Un faible taux de coronarographies réalisées à la suite des scintigraphies positives. Une population à faible risque cardiovasculaire (25 % avaient une microalbuminurie ou une protéinurie, la durée moyenne du diabète était de 8-9 ans, etc.). De plus, il était retrouvé un défect perfusionnel de stress de l ordre de seulement 4,1 % du ventricule gauche chez les participants avec événements contre 1,4 % pour ceux sans événement.

21 Prévalence de l IMS dans la population diabétique

22 Les questions non résolues Chez quel diabétique dépister IMS? Comment dépister?

23 Quels patients?

24

25 Quels patients? Tout diabétique avec atteinte macro vasculaire ou rénale avérée AOMI clinique Sténose carotidienne / AVC Protéinurie Insuffisance rénale Diabétique de type 2 avec > 2 FRCV associés et atteinte microvasculaire latente (microalbuminurie) âge 60 ans > 10 ans d évolution du diabète (Diabétique de Type 1 avec 2 ou plus FRCV, avec diabète 15 ans et âgé 45 ans)

26 Comment dépister?

27 score calcique un puissant marqueur pronostic

28

29 En pratique La découverte d une anomalie ischémique a l ECG de repos justifie la réalisation d une coronarographie, L EE est l examen de dépistage de première intention ( ECG de repos normal) couplé idéalement a la scintigraphie MPI ou écho de stresse sont réalisé en première intention en cas d : inaptitude à l effort Artériopathie invalidante des membres inferieurs Anomalies non ischémiante de l ECG de repos Le Coro scanner et le score calcique,

30

31 Notre patient.. Mis en évidence une Ischémie mycardique Apicale et inferieure Intéressant 20 % Du ventricule gauche Ischémie en inferieure et en septum et apex environ 30% du VG

32

33 Coronarographie

34

35

36

37 Conclusion Les diabétiques ont globalement un risque cardiovasculaire élevé, mais il reste actuellement difficile de caractériser ceux dont le risque est le plus élevé. L IMS ne doit pas être recherchée systématiquement, mais seulement chez les patients ayant le plus haut risque. La PEC des patients diabétiques en cardiologie doit être plus attentive avec des objectifs souvent plus rigoureux.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE

PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE QUELLES NOUVEAUTES EN 2013? Dr Olivier DUBREUIL Hôpital st Luc St Joseph LYON Premières recommandations ESC en 2003 Secondes recommandations ESC en 2007 Mise

Plus en détail

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque?

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque? CAS N 1 Monsieur Henri T, 57 ans, vient pour contrôler sa TA. En effet, celle-ci a déjà été mesurée à 3 reprises à la médecine du travail et par vous-même à 155/90 dans les 3 mois précédents. Il fume 5

Plus en détail

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Dr Eric Marsaudon Causes de mortalité des diabétiques 50 % Décès 40 65% à 75% de causes cardiovasculaires 30 20 10 0 Cardiopathie Ischémique Autre Cardiopathie Diabète

Plus en détail

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque?

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque? CAS N 1 Monsieur Henri T, 57 ans, vient pour contrôler sa TA. En effet, celle-ci a déjà été mesurée à 3 reprises à la médecine du travail et par vous-même à 155/90 dans les 3 mois précédents. Il fume 5

Plus en détail

Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A.

Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A. Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A. Boudiba; Service de Diabétologie, CHU Mustapha - Alger Centre. Introduction:

Plus en détail

Coeur et Diabète Comment investiguer le cœur. Les tests d effort. Juan Sztajzel Service de Cardiologie HUG Genève

Coeur et Diabète Comment investiguer le cœur. Les tests d effort. Juan Sztajzel Service de Cardiologie HUG Genève Coeur et Diabète Comment investiguer le cœur Les tests d effort Juan Sztajzel Service de Cardiologie HUG Genève Introduction Chez patients atteints de diabète Risque de maladie coronarienne augmenté de

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS 2005 La prise en charge du patient hypertendu repose à la fois sur les valeurs de la pression artérielle et sur le niveau de risque cardiovasculaire

Plus en détail

Comment éviter l accident cardiaque chez nos patients artéritiques. Benoît GERARDIN Hôpital Marie Lannelongue

Comment éviter l accident cardiaque chez nos patients artéritiques. Benoît GERARDIN Hôpital Marie Lannelongue Comment éviter l accident cardiaque chez nos patients artéritiques Benoît GERARDIN Hôpital Marie Lannelongue JIFA Janvier 2016 De quoi meurent nos patients artéritiques? Etude prospective française (Royat):

Plus en détail

Nouvelles images du cœur et des vaisseaux

Nouvelles images du cœur et des vaisseaux Nouvelles images du cœur et des vaisseaux Scanner ou IRM? Indications, résultats. C Prost cardiologue 12-12-2013 Nouvelles images du cœur et des vaisseaux 1 / Imagerie cardiaque 2 / Imagerie vasculaire

Plus en détail

Optimisation du traitement antihypertenseur

Optimisation du traitement antihypertenseur Optimisation du traitement antihypertenseur Rappel d éd études importantes Mode d action d des produits Bien fondé des associations Cas particuliers Les recommandations Hypertension Optimal Treatment International

Plus en détail

Association des médecins privés d Eloued - réseau HTA - Dr Mahmoudi.F Eloued Mai 2014

Association des médecins privés d Eloued - réseau HTA - Dr Mahmoudi.F Eloued Mai 2014 Association des médecins privés d Eloued - réseau HTA - Dr Mahmoudi.F Eloued Mai 2014 L hypertension artérielle est un facteur de risque cardiovasculaire majeur et touche près d un tiers des adultes pour

Plus en détail

Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle. Dr. Ioana ZGAIA

Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle. Dr. Ioana ZGAIA Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle Dr. Ioana ZGAIA 22 Mars 2012 Définition de l HTA Objectif TA: inferieure à 140/90mmhg au cabinet ou 130/80 pour les diabétiques et les insuffisants

Plus en détail

Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée. Dr Michel Varroud-Vial CHSF

Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée. Dr Michel Varroud-Vial CHSF Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée Dr Michel Varroud-Vial CHSF Complications du diabète Etudes ECODIA 1999-2005 Complication Rétinopathie Protéinurie Polynévrite Cardiopathie ischémique Artérite

Plus en détail

Évaluation/ gestion des risques cardiovasculaires périopératoires. Dr Bertrand Delannoy Dr Zuzana Vichova Pr JJ Lehot ARRES ASSPRO 2013

Évaluation/ gestion des risques cardiovasculaires périopératoires. Dr Bertrand Delannoy Dr Zuzana Vichova Pr JJ Lehot ARRES ASSPRO 2013 Évaluation/ gestion des risques cardiovasculaires périopératoires Dr Bertrand Delannoy Dr Zuzana Vichova Pr JJ Lehot ARRES ASSPRO 2013 Aucun conflit d intérêt Événements cardiaques après chirurgie non

Plus en détail

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Déclaration de conflits d intérêt L orateur déclare avoir effectué des interventions ponctuelles à la demande de

Plus en détail

Cardiologie nucléaire

Cardiologie nucléaire Cardiologie nucléaire Les Précis Bernard Songy Mohamed Guernou Ophélie Bélissant 10 Diag nostic d une douleur thoracique 128 Perfusion myocardique : Sémiologie clinique Angor d effort typique Cas 42 :

Plus en détail

CAS CLINIQUE 1. Il a pris 5kgs en 1 an. Il a peu d activité physique. Son père, âgé de 70 ans, est traité pour diabète depuis 10 ans.

CAS CLINIQUE 1. Il a pris 5kgs en 1 an. Il a peu d activité physique. Son père, âgé de 70 ans, est traité pour diabète depuis 10 ans. CAS CLINIQUE 1 1) Mr Michel, 45 ans, magasinier, 86 kgs pour 1,76m, père de 2 enfants, vous consulte à la suite de la découverte d une glycosurie en médecine du travail. Il a pris 5kgs en 1 an. Il a peu

Plus en détail

Cardiopathie hypertensive et troubles du rythme. Pr Jean-Philippe Baguet Clinique de Cardiologie - CHU de Grenoble

Cardiopathie hypertensive et troubles du rythme. Pr Jean-Philippe Baguet Clinique de Cardiologie - CHU de Grenoble Cardiopathie hypertensive et troubles du rythme Pr Jean-Philippe Baguet Clinique de Cardiologie - CHU de Grenoble Arythmies ventriculaires FV TV Mécanismes impliqués Anomalies électrophysiologiques des

Plus en détail

HTA Quel bénéfice est obtenu avec le traitement pharmacologique? Apports de l étude ASCOT - HTA

HTA Quel bénéfice est obtenu avec le traitement pharmacologique? Apports de l étude ASCOT - HTA HTA Quel bénéfice est obtenu avec le traitement pharmacologique? Apports de l étude ASCOT - HTA Novembre 2005 François Diévart 1 Pression artérielle et âge 2 Prévalence de l hypertension artérielle (>160/95

Plus en détail

DOSSIER. L électrocardiogramme inscrit un rythme sinusal avec une hypertrophie auriculaire et ventriculaire gauche sans anomalies de la repolarisation

DOSSIER. L électrocardiogramme inscrit un rythme sinusal avec une hypertrophie auriculaire et ventriculaire gauche sans anomalies de la repolarisation DOSSIER Monsieur L est âgé de 65 ans (90 kg pour 170 cm), il présente les facteurs de risque cardio-vasculaire suivants : un tabagisme actif estimé à 45 paquets/année, un diabète de type 2 évoluant de

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse du diabétique de type 2 et scintigraphie

Ischémie myocardique silencieuse du diabétique de type 2 et scintigraphie Ischémie myocardique silencieuse du diabétique de type 2 et scintigraphie L ischémie est fréquemment silencieuse chez le diabétique La prévalence de l ischémie scintigraphique est comparable chez les diabétiques

Plus en détail

Comment évaluer le cœur du patient cirrhotique avant une chirurgie?

Comment évaluer le cœur du patient cirrhotique avant une chirurgie? Comment évaluer le cœur du patient cirrhotique avant une chirurgie? Ateliers de printemps - ACHBT 16 Mai 2014 Z. Schmitt Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital de la Croix-Rousse, CHU Lyon Introduction

Plus en détail

Recommandations 2013 de la Société Européenne de Cardiologie et de la Société Européenne d HTA

Recommandations 2013 de la Société Européenne de Cardiologie et de la Société Européenne d HTA Recommandations 2013 de la Société Européenne de Cardiologie et de la Société Européenne d HTA Dr C.-A. Reynard, Cardiologue FMH, Sion Mesure de la pression artérielle Position assise. au cabinet Après

Plus en détail

Les examens complémentaires.

Les examens complémentaires. Les examens complémentaires. Pr. Dan Longrois Département d Anesthésie-Réanimation Chirurgicale Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris, France dan.longrois@bch.aphp.fr Avril 2011 Cas clinique (réel) Patient,

Plus en détail

Echocardiographie d effort nouveau gold standard pour la recherche d ischémie?

Echocardiographie d effort nouveau gold standard pour la recherche d ischémie? Echocardiographie d effort nouveau gold standard pour la recherche d ischémie? Nadjib Hammoudi Institut de cardiologie hôpital de la Pitié-Salpêtrière Echographie d effort En plus des éléments habituels:

Plus en détail

Dr Sébastien Cerqueira CLINIQUE MATHILDE ROUEN

Dr Sébastien Cerqueira CLINIQUE MATHILDE ROUEN Dr Sébastien Cerqueira CLINIQUE MATHILDE ROUEN SCA Athérosclérose coronaire: affection chronique inflammatoire émaillée de nombreuses poussées aigues Les poussées ont un substrat anatomique commun: la

Plus en détail

LE PATIENT HYPERTENDU EN MÉDECINE GÉNÉRALE

LE PATIENT HYPERTENDU EN MÉDECINE GÉNÉRALE LE PATIENT HYPERTENDU EN MÉDECINE GÉNÉRALE BUM : HTA Monsieur Simple Monsieur Simple 28 Monsieur Simple à 54 ans. Il est comptable, marié deux enfants. Il est envoyé par le Médecin du travail, qui lui

Plus en détail

QUESTIONS. Quels sont les facteurs de risque cardiovasculaires présents chez ce patient?

QUESTIONS. Quels sont les facteurs de risque cardiovasculaires présents chez ce patient? QUESTIONS Quels sont les facteurs de risque cardiovasculaires présents chez ce patient? Quel est votre diagnostic Quels éléments sémiologiques présents dans l énoncé confirment ce diagnostic? Quelle est

Plus en détail

DIABÈTE DE TYPE 2 : Dr Y.HADJALI (Mougins) Y.HADJALI

DIABÈTE DE TYPE 2 : Dr Y.HADJALI (Mougins) Y.HADJALI DIABÈTE DE TYPE 2 : ETUDES D INTENSIFICATION conséquences pratiques Dr (Mougins) J ai entendu dire que trop baisser la glycémie était dangereux chez le diabétique de type 2!!!!???? Contrôle g glycémique:

Plus en détail

Un angor réfractaire. Cas clinique. Corré Jérôme 3 Octobre 2015

Un angor réfractaire. Cas clinique. Corré Jérôme 3 Octobre 2015 Un angor réfractaire Cas clinique Corré Jérôme 3 Octobre 2015 Patient n 1 : J. J. Homme, 72 ans 73 kgs, 171 cm FDRCV : HTA dyslipidémie sédentaire Tabac = 0 LLC (2012) stade C (thrombopénie) chimiothérapie

Plus en détail

Traitement Pharmacologique du Diabète de type 2

Traitement Pharmacologique du Diabète de type 2 Traitement Pharmacologique du Diabète de type 2 Des recommandations... aux données factuelles... Rémy Boussageon, Alain Moreau FORGENI @ Juin 2010 Ce document est protégé par la licence Creative Commons

Plus en détail

HTA du sujet jeune Actualités

HTA du sujet jeune Actualités HTA du sujet jeune Actualités Pr Alain FURBER UPRES EA 3860 et Service de Cardiologie CHU et Université d Angers Déclaration des Conflits d Intérêts de 2010 à 2014 Pr Alain FURBER Recherche/Etudes : Astra-Zeneca,

Plus en détail

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves?

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Rémy Boussageon Département de Médecine Générale de Poitiers Conseil scientifique du CNGE Un Exemple Un homme de 50

Plus en détail

AOMI. AOMI: définition. Artériopathie oblitérante des 09/11/2010

AOMI. AOMI: définition. Artériopathie oblitérante des 09/11/2010 Artériopathie oblitérante des membres inférieurs () Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire, Hôpital St André, CHU Bordeaux Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution, complications

Plus en détail

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2 Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Introduction - La dyslipidémie est un prédicteur important du risque

Plus en détail

Les différents traitements et interventions sur le RCV. Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton

Les différents traitements et interventions sur le RCV. Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton Les différents traitements et interventions sur le RCV Dr Marie Christine Iliou Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton Traitements médicamenteux De l HTA Pour qui? C t? Du Diabète Comment?

Plus en détail

VMA VISITE MEDICALE D APTITUDE. Docteur H. BELHAKEM 2011

VMA VISITE MEDICALE D APTITUDE. Docteur H. BELHAKEM 2011 VMA VISITE MEDICALE D APTITUDE Docteur H. BELHAKEM 2011 En sport, savourons Le plaisir de ne pas forcer quitte à rester derrière! VMA = JO 2012 QUE DANS L ESPRIT LA VMA POURQUOI FAIRE? 1/ PARCE QUE C EST

Plus en détail

Carine Boulon, Joël Constans. Hôpital St André,

Carine Boulon, Joël Constans. Hôpital St André, Artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire, Hôpital St André, CHU Bordeaux AOMI Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution,

Plus en détail

Angor stable Maladie coronaire stable

Angor stable Maladie coronaire stable Angor stable Maladie coronaire stable Introduc3on une maladie coronaire stable qui ne relève pas d un syndrome coronarien aigu. Elle signe une a=einte de type ischémie myocardique. Le bilan et la prise

Plus en détail

Prise en charge du risque cardio-vasculaire chez le patient VIH. Evaluation du risque individuel

Prise en charge du risque cardio-vasculaire chez le patient VIH. Evaluation du risque individuel Evaluation du risque individuel 1) Evaluation du risque cardio-vasculaire global selon le modèle de risque Framingham. 2) Calcul du nombre de facteurs de risque cardio-vasculaires (selon AFSSAPS 2005)

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1 Cette recommandation, diffusée par l'afssaps en mars 2005, est une actualisation des recommandations Prise en charge des dyslipidémies (Afssaps, septembre 2000) et Modalités de dépistage et de diagnostic

Plus en détail

Cas Clinique Angor Infarctus

Cas Clinique Angor Infarctus Cas Clinique Angor Infarctus Mr RI 64 ans est hospitalisé en urgence pour une douleur thoracique. Ce patient a comme antécédents une HTA ancienne actuellement traitée par Zestril 20 mg par jour, dyslipidémié

Plus en détail

Mesure de la Pression Artérielle

Mesure de la Pression Artérielle Mesure de la Pression Artérielle rielle Daniel Herpin (Poitiers) 24 Janvier 2009 1 Tracé de pression artérielle rielle mesurée e de manière continue au doigt à l aide de Finapres chez un adulte en position

Plus en détail

Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières

Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières Secrétaire Général de la Société Française de Cardiologie Service de Cardiologie B, CHU de Toulouse 2 cet intervenant : a déclaré n avoir aucun lien

Plus en détail

Hypertension artérielle Up date

Hypertension artérielle Up date Les examens complémentaires de base comprennent: Hypertension artérielle Up date en 2013 Anne Françoise Allaz Service de Réhabilitation Antoinette Pechère Bertschi Unité d Hypertension www.swisshypertension.ch

Plus en détail

SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS?

SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS? SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS? S. DEGHIMA, S. AOUICHE, K. MEZEGHRANI, H. DJORANE, H. F. GHERMOUL, N. ZENATI, N. ALOUI, R. HANNACHI, A.BOUDIBA.

Plus en détail

CARDIO VASCULAIRE. Pour vous inscrire à l un de ces 12 DPC

CARDIO VASCULAIRE. Pour vous inscrire à l un de ces 12 DPC CARDIO VASCULAIRE Pour vous inscrire à l un de ces 12 DPC Sur la fiche d inscription, dans intitulé de l action notez bien le titre (en gras sur ce programme) de l action que vous avez choisie Fibrillation

Plus en détail

EVALUATION de la Fonction Rénale Cockroft MDRD ou CKD/EPI

EVALUATION de la Fonction Rénale Cockroft MDRD ou CKD/EPI EVALUATION de la Fonction Rénale Cockroft MDRD ou CKD/EPI COCKROFT GAULT HOMME 1.23 x poids x 140 âge / créatininémie (µmols/litre) FEMME 1.04 x poids x 140 âge / créatininémie (µmols/litre) MDRD LA MOINS

Plus en détail

PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3

PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3 PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3 Madame Rose V, 62 ans, comptable, vient vous consulter dans le cadre du suivi d un diabète de type 2 traité depuis 11 ans, ainsi qu une HTA traitée depuis 8 ans. C est

Plus en détail

Infarctus du myocarde Coronaropathie

Infarctus du myocarde Coronaropathie Infarctus du myocarde Coronaropathie Dr Julien Fabre Service de Cardiologie USIC CHU de Martinique ÉPIDÉMIOLOGIE 1 ère cause de mortalité en France (5000 pré-hospitalier, 7000 intra-hospitalier) Enjeu

Plus en détail

Hypertension artérielle essentielle chez l adulte

Hypertension artérielle essentielle chez l adulte Hypertension artérielle essentielle chez l adulte Recommandations pour la pratique clinique HAS - Actualisation 2005 1 Hypertension artérielle 13,5 % actes médicaux 11 millions de personnes en France Prévalence

Plus en détail

Hypertension artérielle sévère ou à risque cardio-vasculaire élevé

Hypertension artérielle sévère ou à risque cardio-vasculaire élevé Hypertension artérielle sévère ou à risque cardio-vasculaire élevé 1. PROMOTEUR : UFCV 2. SOURCES Référentiel hypertension artérielle sévère ou à risque cardio-vasculaire élevé : UFCV 2003 Référentiel

Plus en détail

Artériopathie oblitérante des membres inférieurs: utilité de l index «cheville-bras»

Artériopathie oblitérante des membres inférieurs: utilité de l index «cheville-bras» Artériopathie oblitérante des membres inférieurs: utilité de l index «cheville-bras» Mr M. R. Patient de 58 ans d origine d espagnole, ancien maçon. Tabagisme actif (30 UPA) Dyslipidémie BPCO légèrel Dr

Plus en détail

Épidémiologie cardiovasculaire

Épidémiologie cardiovasculaire Épidémiologie cardiovasculaire Epidémiologie Variation géographique: Taux de mortalité par accidents coronariens: Grande disparité Gradient nord sud: En Europe Dans le pays Prédominance dans les pays industrialisés

Plus en détail

Apport de l Echodoppler rénal dans la stratification du risque cardio-vasculaire chez les patients hypertendus. S BOUTAMINE. Service cardiologie.

Apport de l Echodoppler rénal dans la stratification du risque cardio-vasculaire chez les patients hypertendus. S BOUTAMINE. Service cardiologie. Apport de l Echodoppler rénal dans la stratification du risque cardio-vasculaire chez les patients hypertendus S BOUTAMINE. Service cardiologie. HCA INTRODUCTION HTA = 1ère maladie chronique dans le monde*

Plus en détail

HTA Maladie Vasculaire Athéromateuse. Couple infernal! Claire Mounier-Vehier. C.H.R.U. de Lille

HTA Maladie Vasculaire Athéromateuse. Couple infernal! Claire Mounier-Vehier. C.H.R.U. de Lille HTA Maladie Vasculaire Athéromateuse Couple infernal! Claire Mounier-Vehier C.H.R.U. de Lille Patient à Risque Vasculaire Les recommandations de la Société Européenne de Cardiologie publiées en août 2003

Plus en détail

Maladie coronarienne stable

Maladie coronarienne stable Maladie coronarienne stable Actes et prestations Affection de longue durée Ce document a été validé par le Collège de la Haute Autorité de Santé en juillet 2015 Haute Autorité de Santé 2015 I. - AVERTISSEMENT

Plus en détail

3/ Comment complétez-vous le bilan chez ce patient? Justifiez chaque examen complémentaire prescrit.

3/ Comment complétez-vous le bilan chez ce patient? Justifiez chaque examen complémentaire prescrit. Alors qu il est en vacances en Auvergne, Mr B 58 ans, présente brutalement une fièvre à 40 C avec des frissons. A l arrivée aux Urgences de l Hôpital du Puy en Velay, on découvre à l examen clinique la

Plus en détail

Maladie coronaire en transplantation rénale. Comment apprécier et prendre en charge le risque coronarien?

Maladie coronaire en transplantation rénale. Comment apprécier et prendre en charge le risque coronarien? Maladie coronaire en transplantation rénale Comment apprécier et prendre en charge le risque coronarien? Prévalence de la maladie coronaire Difficultés méthodologiques Définition des évènements Études

Plus en détail

Caractéristiques du praticien:

Caractéristiques du praticien: Caractéristiques du praticien: Quel âge avez-vous? moins de 40 ans entre 41 et 50 ans entre 51 et 60 ans plus de 61 ans Quel est votre genre? masculin féminin Depuis combien de temps exercez-vous? moins

Plus en détail

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine -

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - U1116 AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - Dr Stéphane ZUILY, MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine

Plus en détail

Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger

Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger Le risque résiduel chez le diabétique de type 2 Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger Introduction Bien que les statines aient

Plus en détail

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!!

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!! Les révélations r d Hyvet A A 80ans: 80ans: Cela Cela vaut vaut encore encore le le coup!!!! coup!!!! HYVET Méthodologie 3 845 hypertendus 80 ans Etude internationale, multicentrique, randomisée en double

Plus en détail

Chemin clinique de la réadaptation post infarctus du myocarde

Chemin clinique de la réadaptation post infarctus du myocarde Chemin clinique de la réadaptation post infarctus du myocarde Shabnam Zanganeh-Artola Fabrice Freppel Centre de réadaptation fonctionnelle Schirmeck UGECAM Alsace 1 Choix du thème - facteurs déclenchants

Plus en détail

Dr. Djeghri. III- Diagnostic : mesure de la TA : - Le seuil de la définition de l HTA diffère selon la méthode utilisée.

Dr. Djeghri. III- Diagnostic : mesure de la TA : - Le seuil de la définition de l HTA diffère selon la méthode utilisée. HTA Dr. Djeghri I- Introduction épidémiologie : - C est un problème de santé publique particulièrement fréquent : 26,4% entre 1980-2002 (près d un milliard d hypertendus), prévalence en augmentation et

Plus en détail

LES LESIONS DU TRONC COMMUN. Julien Lemoine Clinique Pasteur Essey-lès-Nancy

LES LESIONS DU TRONC COMMUN. Julien Lemoine Clinique Pasteur Essey-lès-Nancy LES LESIONS DU TRONC COMMUN Julien Lemoine Clinique Pasteur Essey-lès-Nancy LE DIAGNOSTIC DE STENOSE DU TCG EST VITAL Les patients ayant une sténose du tronc commun (TC) ont un pronostic très péjoratif

Plus en détail

Quoi de neuf en cardiologie du sport

Quoi de neuf en cardiologie du sport Quoi de neuf en cardiologie du sport «Anomalie de la repolarisation chez l athlète» Mise à jour avril 2014. F. Schnell Service de Médecine du Sport CHU Rennes Laboratoire de Physiologie - Université Rennes

Plus en détail

Cas clinique n 2. Cas clinique N 2. Que rechercher de particulier à l examen clinique? Comment orienter l interrogatoire?

Cas clinique n 2. Cas clinique N 2. Que rechercher de particulier à l examen clinique? Comment orienter l interrogatoire? Cas clinique n 2 Cas clinique N 2 Anne Wojtusciszyn CCA Maladies Endocriniennes CHU Lapeyronie Monsieur P. 72 ans, artisan à la retraite, vous consulte. Il vient d être dêtre grand père et voudrait se

Plus en détail

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu :

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu : Cas clinique relatif au module 9. Une femme de 56 ans est suivie pour Une hypertension artérielle évoluant depuis 10 ans, Un diabète de type II depuis sept ans. Son traitement médicamenteux habituel associe

Plus en détail

Prévention secondaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique cérébral transitoire. Recommandations de l HAS

Prévention secondaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique cérébral transitoire. Recommandations de l HAS Prévention secondaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique cérébral transitoire. Recommandations 2007 2008 de l HAS Dr JF ALBUCHER Service de Neurologie Vasculaire (Pr F Chollet) CHU TOULOUSE

Plus en détail

Prise en charge de la dyslipidémie en consultation de diabétologie. H.Baghous*, A.Meftah*,A.Boudiba* * Service de Diabétologie CHU Mustapha Pacha

Prise en charge de la dyslipidémie en consultation de diabétologie. H.Baghous*, A.Meftah*,A.Boudiba* * Service de Diabétologie CHU Mustapha Pacha Prise en charge de la dyslipidémie en consultation de diabétologie H.Baghous*, A.Meftah*,A.Boudiba* * Service de Diabétologie CHU Mustapha Pacha Introduction : o La dyslipidémie du diabétique est caractérisée

Plus en détail

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée La Haute Autorité de Santé (HAS) propose, à la demande de la CNAMTS, une nouvelle mouture de ses recommandations sur

Plus en détail

cintigraphie Myocardique & Gated

cintigraphie Myocardique & Gated State of the art 2006 Bordeaux - 25 Novembre 2006 cintigraphie Myocardique & Gated a médecine nucléaire a-t-elle encore une place dans l imagerie non invasive de la maladie coronaire dications standards,

Plus en détail

QUELQUES ACTUALITES EN CARDIOLOGIE ISOTOPIQUE

QUELQUES ACTUALITES EN CARDIOLOGIE ISOTOPIQUE QUELQUES ACTUALITES EN CARDIOLOGIE ISOTOPIQUE Scintigraphie myocardique de perfusion Scintigraphie myocardique d innervation Analyse des dépolarisations intra-ventriculaires INDICATIONS Douleur thoracique

Plus en détail

IRM CARDIAQUE ET SYNDROMES CORONARIENS AIGUS À CORONAIRES SAINES Y. Arous, S. Bouguerra, R. Mouelhi, M. Aloui, S. Kouki,, H. Boujemaa, N.

IRM CARDIAQUE ET SYNDROMES CORONARIENS AIGUS À CORONAIRES SAINES Y. Arous, S. Bouguerra, R. Mouelhi, M. Aloui, S. Kouki,, H. Boujemaa, N. IRM CARDIAQUE ET SYNDROMES CORONARIENS AIGUS À CORONAIRES SAINES Y. Arous, S. Bouguerra, R. Mouelhi, M. Aloui, S. Kouki,, H. Boujemaa, N. Ben Abdallah Hôpital Militaire de Tunis Tunis - Tunisie La prise

Plus en détail

Index de Pression à la Cheville Valeur pronostique

Index de Pression à la Cheville Valeur pronostique Index de Pression à la Cheville Valeur pronostique IPS et Pronostic local Proportionnel à la sévérité clinique de l AOMI Population: Service Hospitalier de Médecine Vasculaire FB, PhD 1989 IPS et Pronostic

Plus en détail

MARATHON chez le «Vétéran»

MARATHON chez le «Vétéran» MARATHON chez le «Vétéran» L Epreuve d Effort s impose t-elle? Thierry Laporte Bordeaux Mise à jour mai 2013 MARATHON :Activité dynamique > 70% de VO2max : Un stress majeur pour l appareil cardio-vasculaire

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version : 02 Date d'application : 06/2008 Réf.: CMUB - 014 Pagination 1/5 pages COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 014 Rédacteurs Dr B. VALLET (Urgences-SMUR Beaune) Date 03/11/02

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies. Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005

Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies. Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005 Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005 Les glitazones - rosiglitazone - pioglitazone Mécanismes d action Les glitazones Améliorent la Sensibilité du

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 23 juillet 2003 COZAAR 50 mg, comprimé enrobé sécable (B/28 ; B/50) COZAAR 100 mg, comprimé enrobé sécable (B/28 ; B/50) Laboratoires

Plus en détail

Recommandations canadiennes le traitement de l hypertension artérielle RECOMMANDATIONS DE 2005 HYPERTENSION

Recommandations canadiennes le traitement de l hypertension artérielle RECOMMANDATIONS DE 2005 HYPERTENSION 2005 pour Recommandations canadiennes le traitement de RECOMMANDATIONS DE 2005 HYPERTENSION Mesure élevée de la TA prise en dehors du cabinet du médecin Visite 1 - Hypertension Mesure de la TA Historique

Plus en détail

BNP: ASPECTS PHYSIOLOGIQUES ET INTERET CLINIQUE. Docteur Souheil Omar Service de Biochimie Clinique CHU La Rabta

BNP: ASPECTS PHYSIOLOGIQUES ET INTERET CLINIQUE. Docteur Souheil Omar Service de Biochimie Clinique CHU La Rabta BNP: ASPECTS PHYSIOLOGIQUES ET INTERET CLINIQUE Docteur Souheil Omar Service de Biochimie Clinique CHU La Rabta 29-10- 2010 ASPECTS PHYSIOLOGIQUES IDENTIFICATION Nom: NP (Natriuretic peptide) Prénom: B

Plus en détail

Athérosclérose et risque cardiovasculaire

Athérosclérose et risque cardiovasculaire Athérosclérose et risque cardiovasculaire Dr Adel Rhouati 1Epidémiologie : Athérosclérose :Principale étiologie des maladies cardio-vasculaires (MCV) - ~ 90% des SCA - ~ 50% des AVC Maladies cardiovasculaires

Plus en détail

la prévalence de l hypotension orthostatique chez les diabétiques de la ville de Sidi Bel Abbes

la prévalence de l hypotension orthostatique chez les diabétiques de la ville de Sidi Bel Abbes République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère République de l Enseignement Algérienne Supérieur Démocratique et de la Recherche et Populaire Scientifique Ministère de l Enseignement Faculté

Plus en détail

L étude ADVANCE : méthodologie et résultats

L étude ADVANCE : méthodologie et résultats MISE AU POINT Hypertension artérielle et diabète Le diabétique : un patient à haut risque cardiovasculaire et rénal F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. Etude ADVANCE : méthodologie et résultats Quels

Plus en détail

Rôle du médecin du travail dans la prévention cardiovasculaire

Rôle du médecin du travail dans la prévention cardiovasculaire Journées nationales du GERS 4 octobre 2012 Strasbourg Rôle du médecin du travail dans la prévention cardiovasculaire Dr B. PAVY, Machecoul - FR Conflits d intérêts Pas de conflits d intérêt concernant

Plus en détail

Expertise, suivi et pronostic d un bloc de branche gauche complet en médecine aéronautique

Expertise, suivi et pronostic d un bloc de branche gauche complet en médecine aéronautique Réunion de la SOFRAMAS 17 octobre 2013 Expertise, suivi et pronostic d un bloc de branche gauche complet en médecine aéronautique S. Bisconte, J. Monin, A. Hornez, D. Dubourdieu, O. Manen, J. Deroche,

Plus en détail

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global Synthèse fiche mémo Principales dyslipidémies : stratégies de prise en charge Février 2017 Cte synthèse présente les points essentiels de la fiche mémo : «Principales dyslipidémies : stratégies de prise

Plus en détail

ECG en Médecine du Travail. Introduction Indications urgentes Indications systématiques Conclusion

ECG en Médecine du Travail. Introduction Indications urgentes Indications systématiques Conclusion ECG en Médecine du Travail Introduction Indications urgentes Indications systématiques Conclusion Introduction ECG : appendice de l'examen clinique Intérêt diagnostique immédiat et rétrospectif Peu d'intérêt

Plus en détail

Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi,

Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi, Cœur et travail 2013 Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi, R. Brion «Centre Bayard», 69 100 Villeurbanne «Dieulefit-Santé», 26 260 Dieulefit? Quantifier le risque Risque cardio-vasculaire

Plus en détail

Traitement du diabète de type 2. Actualisation des recommandations ANAES et AFSSAPS Novembre 2006

Traitement du diabète de type 2. Actualisation des recommandations ANAES et AFSSAPS Novembre 2006 Traitement du diabète de type 2 Actualisation des recommandations ANAES et AFSSAPS Novembre 2006 Objectifs idéaux du traitement du diabète de type 2 La prévention et le traitement de la microangiopathie

Plus en détail

Faut-il prendre en charge l hypertension du sujet très âgé?

Faut-il prendre en charge l hypertension du sujet très âgé? Faut-il prendre en charge l hypertension du sujet très âgé? DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES Evolution de la PA avec l âge La systolique augmente avec l âge La diastolique augmente jusqu à 60 ans puis se stabilise

Plus en détail

MALADIE CORONARIENNE STABLE

MALADIE CORONARIENNE STABLE Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE Septembre 2016 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service

Plus en détail

Dossier n 4. QUESTION 1 Quel diagnostic évoquez-vous en premier lieu, et pourquoi? Quel autre signe recherchez-vous à l examen clinique?

Dossier n 4. QUESTION 1 Quel diagnostic évoquez-vous en premier lieu, et pourquoi? Quel autre signe recherchez-vous à l examen clinique? Dossier n 4 Un homme de 66 ans vous est adressé par son médecin traitant devant la découverte lors d un examen systématique d une masse abdominale pulsatile et expansive. Ses antécédents se résument à

Plus en détail