Sophie LIABEUF Pharmacologie Amiens

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sophie LIABEUF Pharmacologie Amiens"

Transcription

1 UE 6 INITIATION À LA CONNAISSANCE DU MÉDICAMENT Sophie LIABEUF Pharmacologie Amiens

2 Règles de prescription Informations médicales concernant le patient (ATCD, âge, ) / situation socio-économique / situation psychologique Rapport bénéfices/risques Accord du patient AMM PRESCRIPTION THERAPEUTIQUE = choix du meilleur traitement Examen clinique du patient SMR Réglementations RMO

3 Règles de prescription CADRE JURIDIQUE DE LA PRESCRIPTION

4 Principes généraux autour de l ordonnance Qui peut prescrire des médicaments? Docteurs en médecine habilités à exercer en France = inscrits au Conseil de l Ordre des Médecins. Autorisations restreintes : Chirurgiens dentistes Sages femmes Pédicures, podologues vétérinaires Médicaments relevant de leur spécialité.

5 Principes généraux autour de l ordonnance Qui peut prescrire des médicaments? Par dérogation : - Internes en médecine des hôpitaux sous couvert de leur chef de service.

6 Introduction

7 Principes généraux autour de l ordonnance Eléments devant figurer sur une ordonnance : Date de rédaction de l ordonnance. Nom, adresse, qualité, référence sécurité sociale, téléphone du prescripteur. Nom, prénom, sexe (âge, poids) du malade.

8 Principes généraux autour de l ordonnance Eléments devant figurer sur une ordonnance Pour chaque médicament : Nom préférentiellement la DCI. Dosage Forme (gélule, cp, ). Posologie Durée pour chacun des médicaments prescrit avec mention du renouvellement ou du nonrenouvellement. Signature du prescripteur (sans laisser d espace).

9 4 Types d ordonnances

10 Ordonnance Sécurisée (version Hospitalière) Éléments de sécurisation : Identification pré-imprimée du prescripteur, N d identification du lot d ordonnances, Carré pré-imprimé où est indiqué le nombre de médicaments prescrits.

11 Ordonnance Bi zone

12 Ordonnance Médicaments d Exception 3 zones Exemple : médicament restreint neurologue

13 Exemple de mauvaise ordonnance Nom du malade mal écrit. Heures des prises ambiguës Durées de traitements imprécises Prescription n 6 imprécise Écriture mal lisible Signature praticien imitable C. Funck-Brentano

14 3 Catégories réglementées de médicaments Liste II «Médicaments ou produits vénéneux présentant pour la santé des risques directs ou indirects» identifié par cadre blanc entouré d un filet vert. Stockage hors de portée du public Liste I «Présentant des risques élevés pour la santé» identifié par cadre blanc entouré d un filet rouge. Stockage hors de portée du public Stupéfiants «substances à risque toxicomanogène et quelques psychotropes» identifié de façon identique à la liste I. Stockage armoires fermées à clé et sécurisées Et médicaments en vente libre

15 Liste II

16 Liste I

17 Prescriptions Liste II Prescriptions Liste I Uniquement sur ordonnance, ordonnance simple Renouvelable sauf mention contraire «A ne pas renouveler» Durée de prescription : 1 an max, 6 mois si remboursement SS Délivrance limitée à 3 mois après rédaction ordonnance Quantité délivrée : 28 j max Uniquement sur ordonnance, ordonnance simple Non renouvelable sauf mention contraire «A renouveler n fois» Durée de prescription : 1 an max, 6 mois si remboursement SS Délivrance limitée à 3 mois après rédaction ordonnance Quantité délivrée : 28 j max (particularité contraception et médicaments maladie chronique 3mois)

18 Les stupéfiants Ordonnances sécurisées. Identification prescripteur et patient Le patient dispose de 3j pour se présenter à la pharmacie Exécution de l ordonnance dans les jours qui restent par rapport à la date de l ordonnance ex 7j. Règles spécifiques de prescription

19 Les stupéfiants 7 jours : MORPHINE injectable sans système actif de perfusion, fentanyl injectable, remifentanil, sufentanil. 14 jours avec délivrance 7 jours : Pour flunitrazépam (ROHYPNOL ), Pour méthadone - prescription restreinte.

20 Les stupéfiants 28 jours : Morphine injectable avec système actif de perfusion (SAP) Morphines per os : MOSCONTIN et SKENAN (12h) SEVREDOL et ACTISKENAN (imméd.), KAPANOL (24h), Morphine buvable DUROGESIC (Fentanyl) /28 jours, mais à délivrance tous les 14 jours RITALINE (prescription restreinte) SUBUTEX, (Buprénorphine) délivrance hebdomadaire ordonnance sécurisée mais liste 1 max 30 j TEMGESIC cps, sur ordonnance sécurisée et liste 1

21 Les stupéfiants Ordonnance sécurisée (production entreprise certifiée) Date. Identification du prescripteur pré imprimée en bleu, adresse + n ADELI prescripteur + n tel. Nom, prénom et âge du patient. Numérotation permettant d identifier le lot d ordonnances. Carré pré imprimé en micro lettres pour indiquer le nombre de médicaments prescrits.

22 Les stupéfiants Ordonnance sécurisée (production entreprise certifiée) Date. Identification du prescripteur pré imprimée en bleu, adresse + n ADELI prescripteur + n tel. Nom, prénom et âge du patient. Numérotation permettant d identifier le lot d ordonnances. Carré pré imprimé en micro lettres pour indiquer le nombre de médicaments prescrits.

23 Les stupéfiants Ordonnance sécurisée Nom de la spécialité. Indiquer en toutes lettres : le nombre d unité par prise, nombre de prises et dosage. Durée de traitement. Signature.

24 Les stupéfiants Règles de chevauchement L'interdiction du chevauchement concerne le médecin qui «ne peut établir» et le pharmacien qui «ne peut exécuter» une ordonnance pendant une période déjà couverte par une précédente prescription. La dérogation est possible, à condition que le médecin précise «ordonnance établie en complément de».

25 Médicaments à prescription restreinte Médicaments réservés à l usage hospitalier (notion de réserve hospitalière, nombreuses sorties récentes de cette réserve). Médicaments à prescription initiale hospitalière. Prescription réservée à certains spécialistes ou à des médecins titulaires de certaines qualifications ou DESC. pharmaceutique.

26 Les médicaments génériques = copie du produit de référence dont le brevet est tombé dans le domaine public. Même composition qualitative et quantitative en PA. Même forme pharmaceutique. Bioéquivalence avec le produit de référence. Mêmes garanties de fabrication, contrôle, sécurité, efficacité. C est l AFSSAPS qui accorde le label «générique», produit inscrit sur le répertoire des génériques de l AFSSAPS.

27 Les médicaments génériques AVANTAGE : moins cher. INCONVÉNIENT : pas forcément exactement le même produit : Excipient peut différer excipient à«effet notoire». Galénique pas toujours vraiment identique ex: gélule=comprimé. Pharmacovigilance pas toujours bien faite par les génériqueurs (mais les CRPV sont toujours là!). Identification : DCI + nom du laboratoire Nom de fantaisie suivi de «Gé»

28 Les médicaments génériques Nom de spécialité DCI : dénomination commune internationale

29 Les médicaments génériques

30 Les médicaments génériques Droit de substitution permet au pharmacien de substituer un générique au produit princeps prescrit sauf s il est inscrit sur l ordonnance «non substituable». Nécessité d information du patient en cas de passage d une spécialité à un générique.

31 Les médicaments génériques Équivalence Pharmaceutique (requise) - Même quantité du ou des principes actifs. - Même forme galénique ou équivalente (voie orale). - Normes de qualité identiques ou proches. Bio-Équivalence (requise) - Les valeurs pharmacocinétiques (AUC, C max, T max ) ne diffèrent pas de plus de 20 % par rapport à la spécialité copiée. Équivalence Thérapeutique (non requise!!) - Efficacité thérapeutique et sécurité présumées comparable.

32 Règles de prescription AUTOMEDICATION

33 Automédication Extrêmement fréquente. Médicaments en vente sans ordonnance, sous différents noms : OTC = over the counter, médicaments grands publics, médicaments à prescription médicale facultative.

34 Automédication Accès direct dans les pharmacies. 3 critères :

35 Automédication - Indication Traitement préventif ou curatif des maladies bénignes. Affections de courtes durées, avec des symptômes bénins.

36 Automédication - Danger Effets indésirables. Interactions médicamenteuses. Qualité des Médicaments (ex : commandés par Internet).

37 Règles de prescription RAPPORT BENEFICE/RISQUE

38 Rapport bénéfice risque La prescription repose sur une probabilité de réponse et d effets indésirables : établie sur la population des essais cliniques, aucun traitement n a 100% des patients «répondeurs», il n existe pas de traitement sans effets indésirables. Toute prescription est donc une prise de risque de réussite ou d échec thérapeutique et de survenue d effets indésirables, qui peuvent être légers, modérés ou graves.

39 Rapport bénéfice risque Effet «Tout est poison, rien n est sans poison, ce qui fait le poison c est la dose» Paracelse Effet clinique Effets toxiques Bénéfice/risque Dose

40 Rapport bénéfice risque La prescription nécessite une analyse individuelle initiale du rapport bénéfices attendus et risques d effets indésirables. Analyse continue du bénéfice risque à chaque prescription et chaque renouvellement +++

41 Rapport bénéfice risque Prescription en fonction des sources de variabilité de la réponse Etat physiologique : sexe, poids, âge Maladies associées : insuffisance rénale, hépatique, cardiaque, état inflammatoire Médicaments autres : interactions médicamenteuses. Habitudes : plantes (millepertuis ), jus pamplemousse. Facteurs génétiques. Compréhension du malade : (anticoagulants, antidiabétiques ).

42 Reflexes indispensables lors de toute prescription (II) Lors de toute prescription de médicaments, il faut : Prévoir et expliquer la durée du traitement et les modalités d arrêt Tenir compte : de la (ou des) pathologie(s) : fonction rénale, hépatique,... de l âge : adaptation posologique?

43 Reflexes indispensables lors de toute prescription (II) Se demander s il faut envisager une surveillance spécifique? Se demander si le médicament peut compromettre la vigilance au volant? Si oui, INFORMATION DU PATIENT Se demander si le traitement nécessite une éducation du patient? PRESCRIRE EST UNE DEMARCHE COMPLEXE NE JAMAIS HESITER A CONSULTER LE VIDAL

44 Remarque Attention à la rédaction d ordonnance, les noms de spécialités pouvant être source de confusion. Exemple : Previscan vs Preservision.

45 Variabilité de la réponse pharmacologique Pathologies associées : Insuffisance hépatique, rénale, cardiaque, respiratoire.. Etat physiologique : sexe, poids, âge Génétique Réponse au médicament Etat nutritionnel Alimentation Intéractions médicamenteuses Adhésion au traitement

46 Les règles d or de la prescription La prescription est toujours une prise de risque : Ne prescrire que si cela est absolument nécessaire. Prescrire le moins possible. Prescrire une posologie adaptée. Prescrire de préférence des médicaments éprouvés. Expliquer au patient l ordonnance. Réévaluer régulièrement la pertinence de la prescription. S informer et se former continuellement. Garder son esprit critique face aux pressions marketing.

Règles de prescription des médicaments

Règles de prescription des médicaments Règles de prescription des médicaments Dr Bruno Laviolle Laboratoire de Pharmacologie Expérimentale et Clinique - Université de Rennes 1 Service de pharmacologie et Centre d'investigation Clinique INSERM

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

PRESCRIPTION DE MEDICAMENTS

PRESCRIPTION DE MEDICAMENTS PRESCRIPTION DE MEDICAMENTS FORMATION D INTERNES EN MEDECINE GENERALE FACULTE DE MEDECINE I INTRODUCTION L'acte médical se termine habituellement, mais pas obligatoirement, par la rédaction et la remise

Plus en détail

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien.

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. Tout savoir sur le médicament générique Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. * P le m thé, votre partenaire générique Laboratoire de médicaments génériques, Zydus

Plus en détail

Prescription des Morphiniques

Prescription des Morphiniques Prescription des Morphiniques Dr Jean-Pierre CORBINAU - Lille Cet exposé se veut essentiellement pratique ayant pour objectif de faire passer 3 messages afin d apporter une aide dans la prescription de

Plus en détail

Pharmacologie et thérapeutiques UE 2.11 IFSI 1 ère année. Pharmacologie : Introduction - Généralités autour du médicament

Pharmacologie et thérapeutiques UE 2.11 IFSI 1 ère année. Pharmacologie : Introduction - Généralités autour du médicament Pharmacologie et thérapeutiques UE 2.11 IFSI 1 ère année Pharmacologie : Introduction - Généralités autour du médicament F. Bengeloun sept. 2015 Qu est ce que la pharmacologie? = Science des effets et

Plus en détail

LES GENERIQUES. «Les génériques sont moins efficaces..» «Les génériques sont moins sûrs»

LES GENERIQUES. «Les génériques sont moins efficaces..» «Les génériques sont moins sûrs» LES GENERIQUES Agnès CERTAIN Emmanuelle ORRU BRAVO Pharmaciens Hôpital Bichat-Claude Bernard DCI + Nom de laboratoire Nom de fantaisie + Gé Mythes «Les génériques sont moins efficaces..» «Les génériques

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues :

Résumé des modifications intervenues : Référence : PR /PHA/001-A Page : Page 1 sur 11 Objet : Préciser : - les règles de stockage des substances vénéneuses et des médicaments stupéfiants, - indiquer les modalités de détention, de mise à disposition

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ PHARMACIE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ PHARMACIE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Direction générale de la santé Sous-direction de la politique des pratiques et produits de santé Bureau du médicament SANTÉ PHARMACIE Circulaire DGS/PP2

Plus en détail

Le médicament générique, un médicament comme un autre

Le médicament générique, un médicament comme un autre Le médicament générique, un médicament comme un autre DOSSIER DE PRESSE - MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES : DISTINGUER LE VRAI DU FAUX - AVRIL 2012 10 idées reçues à propos des médicaments génériques Les génériques

Plus en détail

Chapitre 24 THERAPEUTIQUES MEDICAMENTEUSES ET NON MEDICAMENTEUSES CADRE REGLEMENTAIRE DE LA PRESCRIPTION THERAPEUTIQUE ET RECOMMANDATIONS.

Chapitre 24 THERAPEUTIQUES MEDICAMENTEUSES ET NON MEDICAMENTEUSES CADRE REGLEMENTAIRE DE LA PRESCRIPTION THERAPEUTIQUE ET RECOMMANDATIONS. Chapitre 24 THERAPEUTIQUES MEDICAMENTEUSES ET NON MEDICAMENTEUSES CADRE REGLEMENTAIRE DE LA PRESCRIPTION THERAPEUTIQUE ET RECOMMANDATIONS. Objectifs : - Argumenter une prescription thérapeutique en tenant

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

La morphine. Alternatives / associations

La morphine. Alternatives / associations Douleur et cancer La morphine Alternatives / associations Tous les droits d auteurs sont réservés à l Institut UPSA de la douleur. Toute modification est interdite. Toute reproduction ou utilisation est

Plus en détail

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8. SOMMAIRE Ordonnance n 1 Remplacer un traitement antalgique de palier 2 par un antalgique de palier 3 Ordonnance n 2 Interdoses lors d un traitement par sulfate de morphine à Libération Prolongée (LP) Ordonnance

Plus en détail

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient Observatoire des Médicaments, des Dispositifs médicaux et des Innovations Thérapeutiques Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du

Plus en détail

Aspects réglementaires

Aspects réglementaires Aspects réglementaires r associés s aux médicamentsm IFSI Rockefeller 3 ème année 28 septembre 2012 Gilles GRELAUD Chef du service de pharmacie hospitalière H.I.A. Desgenettes Lyon gilles.grelaud64@orange.fr

Plus en détail

Questions/Réponses. Médicaments génériques : lever l opacité

Questions/Réponses. Médicaments génériques : lever l opacité Questions/Réponses Médicaments génériques : lever l opacité 1. Pourquoi prescrire des médicaments génériques? 2. Pourquoi les médicaments génériques sont-ils décriés? 3. Alors qu est-ce qu un médicament

Plus en détail

Cadre réglementaire de la prescription médicamenteuse (167) Gilles Bouvenot, Patrick Villani, Julien Bouvenot Novembre 2009 (mise à jour 2010-2011)

Cadre réglementaire de la prescription médicamenteuse (167) Gilles Bouvenot, Patrick Villani, Julien Bouvenot Novembre 2009 (mise à jour 2010-2011) Cadre réglementaire de la prescription médicamenteuse (167) Gilles Bouvenot, Patrick Villani, Julien Bouvenot Novembre 2009 (mise à jour 2010-2011) 1. Cadre réglementaire 1.1. Le contexte 1.1.1. Le contexte

Plus en détail

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés cette image. Claude Ecoffey Anesthésiste QuickTime et un décompresseur Photo - JPEG sont requis pour visualiser Les obstacles aux opiacés Crainte liée au traitement (effets secondaires, accoutumance) Système

Plus en détail

Quiz Comment bien utiliser les médicaments?

Quiz Comment bien utiliser les médicaments? PATIENT Quiz Comment bien utiliser les médicaments? Chaque question peut faire l objet d une ou de plusieurs bonnes réponses. QUESTIONS 1 : J ai pris un ou plusieurs médicaments et je pense que l un d

Plus en détail

Les médicaments génériques

Les médicaments génériques Les médicaments génériques ou Copies ou Médicaments essentiellement similaires Dr. Pascal Bonnabry, PD Pharmacien-chef Février 2002 Aspects pharmacologiques et pharmaceutiques Les génériques Pharmacocinétique

Plus en détail

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Présenté par Hans-Martin Späth Département pharmaceutique de Santé Publique, ISPB, Université Lyon 1 Plan L Autorisation de Mise sur

Plus en détail

LE PROJET DE SOINS EN EHPAD LES OUTILS

LE PROJET DE SOINS EN EHPAD LES OUTILS LE PROJET DE SOINS EN EHPAD LES OUTILS SES BUTS : LE DOSSIER D ADMISSION - Apprécier l adéquation de l état de santé, de l autonomie du futur résident avec les possibilités d accueil de l EHPAD à un moment

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC

Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC Comité de lutte contre la douleur Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC Référence : CLUD 06 Version : 3 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole a pour objet l initiation,

Plus en détail

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Pascal Xicluna-http://photo.agriculture.gouv.fr La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

Plus en détail

Recommandations Temporaires d Utilisation (RTU) Principes et éléments d information sur les modalités d élaboration et de mise en œuvre par l ANSM

Recommandations Temporaires d Utilisation (RTU) Principes et éléments d information sur les modalités d élaboration et de mise en œuvre par l ANSM Recommandations Temporaires d Utilisation (RTU) Principes et éléments d information sur les modalités d élaboration et de mise en œuvre par l ANSM Octobre 2012 2 Sommaire Préambule 3 Identification du

Plus en détail

Section des Assurances Sociales

Section des Assurances Sociales CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES PHARMACIENS Section des Assurances Sociales Affaire Mme A Décision n 908-D Décision rendue publique par affichage dans les locaux du Conseil national de l Ordre des pharmaciens

Plus en détail

MÉDICAMENTS M INS CHERS

MÉDICAMENTS M INS CHERS MÉDICAMENTS M INS CHERS 10 conseils malins! www.fmsb.be MÉDICAMENTS M INS CHERS 10 conseils malins! 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 DIALOGUEZ AVEC VOTRE MÉDECIN ET VOTRE PHARMACIEN... p 4 SANS ORDONNANCE, CHOISISSEZ

Plus en détail

Expérience de Pharmacie Clinique dans le cadre des réflexions nationales sur la Sécurisation du circuit du médicament à l'hôpital

Expérience de Pharmacie Clinique dans le cadre des réflexions nationales sur la Sécurisation du circuit du médicament à l'hôpital Expérience de Pharmacie Clinique dans le cadre des réflexions nationales sur la Sécurisation du circuit du médicament à l'hôpital M. Grégory Gaudillot, Pharmacien Gérant Mme Anne Otto, Pharmacienne Fédération

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques Chez

Plus en détail

GENERIQUES EN TUNISIE

GENERIQUES EN TUNISIE GENERIQUES EN TUNISIE Situation comparaison avec biosimilaires et problèmes de substitution Pr A.TOUMI 04 novembre 2011 Loi n 2008-32 du 13 mai 2008, modifiant et complétant la loi n 73-55 du 3 Août 1973

Plus en détail

Ordonnance collective. Médications pour le traitement de la diarrhée pour les voyageurs Groupe santé voyage et Bleu, réseau d experts

Ordonnance collective. Médications pour le traitement de la diarrhée pour les voyageurs Groupe santé voyage et Bleu, réseau d experts Ordonnance collective Médications pour le traitement de la diarrhée pour les voyageurs en santé Ordonnance collective Médications pour le traitement de la diarrhée pour les voyageurs Groupe santé voyage

Plus en détail

Pascal LACHAISE Paul TORNER. Matthieu PICARD

Pascal LACHAISE Paul TORNER. Matthieu PICARD La communication médecins/ pharmaciens/patients Enquête sur les attentes des différents acteurs. Quelles solutions pour améliorer la concertation médecin/pharmacien pour le bénéfice du patient? Pascal

Plus en détail

La rotation des opioïdes

La rotation des opioïdes La rotation des opioïdes Prof. Omar BOUDEHANE - UNITE D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR - Faculté de médecine & CHU Constantine Université «3» de Constantine 9 ème Congrés de la SAETD Université

Plus en détail

AVIS 16 novembre 2011

AVIS 16 novembre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 16 novembre 2011 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 31 décembre 2006 (JO du 28 février 2008) POLERY ADULTES, sirop Flacon

Plus en détail

STRATEGIQUE GIE GIE SIPS ANALYSE. Contexte

STRATEGIQUE GIE GIE SIPS ANALYSE. Contexte ANALYSE STRATEGIQUE GIE GIE SIPS A l attention de Madame WEBER, Présidente du GIE SIPS, et de Monsieur AUBERT, Directeur Délégué à la Gestion et à l Organisation des Soins CNAMTS - Réalisée par le Conseil

Plus en détail

10/12/13 agence-prd.ansm.sante.fr/php/ecodex/frames.php?specid=69896201&typedoc=n&ref=n0212232.htm NOTICE

10/12/13 agence-prd.ansm.sante.fr/php/ecodex/frames.php?specid=69896201&typedoc=n&ref=n0212232.htm NOTICE NOTICE ANSM - Mis à jour le : 27/09/2012 Dénomination du médicament Encadré LOBAMINE CYSTEINE, gélule DL-méthionine, Chlorhydrate de cystéine anhydre Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre

Plus en détail

ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE

ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE SANTÉ PUBLIQUE - MÉDICAMENT - PRODUITS DE SANTÉ - BIOLOGIE - SANTÉ ET ENVIRONNEMENT Fondée le 3 août 1803 sous le nom de Société de Pharmacie de Paris Reconnue d utilité

Plus en détail

Mise à jour Julie 3.31.0.(61)

Mise à jour Julie 3.31.0.(61) Mise à jour Julie 3.31.0.(61) Cher Docteur, Vous venez d effectuer avec succès la mise à jour de votre logiciel Julie. Veuillez trouver ci-dessous le récapitulatif de l installation : Mise à jour : UPD331_61

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 avril 2009 ABSTRAL 100 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code CIP : 391 042 9 B/30 Code CIP : 391 043 5 ABSTRAL 200 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Développement pre-clinique. Essais cliniques AMM. Critères d octroi : Qualité, Efficacité, Sécurité = Bénéfice / Risque favorable

Développement pre-clinique. Essais cliniques AMM. Critères d octroi : Qualité, Efficacité, Sécurité = Bénéfice / Risque favorable 0 Procédures d AMM Autorisations de mise sur le marché Pr Philippe Lechat Directeur de l Evaluation des Médicaments et des produits biologiques AFSSAPS 1 Développement des médicaments et Procédures d autorisations

Plus en détail

Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien

Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien Société vaudoise de pharmacie, février 2008 Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien Olivier Bugnon, Professeur adjoint en Pharmacie communautaire, Ecole de Pharmacie Genève-Lausanne;

Plus en détail

Sécurisation du circuit du médicament dans les Etablissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) sans pharmacie à usage intérieur

Sécurisation du circuit du médicament dans les Etablissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) sans pharmacie à usage intérieur Repères pour votre pratique Sécurisation du circuit du médicament dans les Etablissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) sans pharmacie à usage intérieur Mars 2012 Mise à jour en

Plus en détail

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Placebo Effet Placebo Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Plan Définitions Placebo dans les essais thérapeutiques Effet placebo Médicaments

Plus en détail

Directives du Médecin cantonal concernant la prescription, la dispensation et l administration des stupéfiants destinés à la

Directives du Médecin cantonal concernant la prescription, la dispensation et l administration des stupéfiants destinés à la DEPARTEMENT DE LA SANTE ET DE L ACTION SOCIALE Directives du Médecin cantonal concernant la prescription, la dispensation et l administration des stupéfiants destinés à la prise en charge de personnes

Plus en détail

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département :

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département : Equipes ressources du département : Consultations d évaluation et de traitement de la douleur : CH Chartres : 02 37 30 38 13 consult-douleur@ch-chartres.fr CH Dreux : 02 37 51 50 63 Douleur aiguë : douleuraigue@ch-dreux.fr

Plus en détail

Les Prescriptions Hors AMM

Les Prescriptions Hors AMM Les Prescriptions Hors AMM Dr Bruce Imbert Service Hospitalo-Universitaire d addictologie CHU Sainte Marguerite - Marseille 27.03.2012 L AMM Le respect de l AMM devrait être une règle de base La prescription

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

La place du Pharmacien de Ville dans la prise en charge des patients atteints de cancer

La place du Pharmacien de Ville dans la prise en charge des patients atteints de cancer La place du Pharmacien de Ville dans la prise en charge des patients atteints de cancer Point de vue de l oncologue Yann Bergé / Philippe Houyau Oncologues CCB Albi 24 Avril 2014 La problématique Implication

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

ESSAIS CLINIQUES, PHARMACOVIGILANCE, PHARMACOEPIDEMIOLOGIE J.L. MONTASTRUC et M. LAPEYRE-MESTRE Mai 2010

ESSAIS CLINIQUES, PHARMACOVIGILANCE, PHARMACOEPIDEMIOLOGIE J.L. MONTASTRUC et M. LAPEYRE-MESTRE Mai 2010 ESSAIS CLINIQUES, PHARMACOVIGILANCE, PHARMACOEPIDEMIOLOGIE J.L. MONTASTRUC et M. LAPEYRE-MESTRE Mai 2010 On entend par essai clinique «toute recherche biomédicale organisée et pratiquée chez l homme en

Plus en détail

GUIDE DE RÉDACTION DÉTAILLÉ À l'intention des auteurs (Mis à jour le 4 juillet 2013)

GUIDE DE RÉDACTION DÉTAILLÉ À l'intention des auteurs (Mis à jour le 4 juillet 2013) GUIDE DE RÉDACTION DÉTAILLÉ À l'intention des auteurs (Mis à jour le 4 juillet 2013) Le guide de rédaction détaillé complète le guide général et précise les aspects particuliers qui devront satisfaire

Plus en détail

Formation sur la sécurisation du circuit du médicament

Formation sur la sécurisation du circuit du médicament Formation sur la sécurisation du circuit du médicament Virginie Roué, Ingénieur Qualité-Risques Réseau AQuaREL Santé Dr Brigitte Paulmier, Pharmacien coordonnateur de la gestion des risques CH Saumur CONTEXTE

Plus en détail

1. Circulaire DGS/DHOS n 2002/57 du 30 janvier 2002 2. Mentions légales Chlorhydrate de Méthadone AP-HP, sirop

1. Circulaire DGS/DHOS n 2002/57 du 30 janvier 2002 2. Mentions légales Chlorhydrate de Méthadone AP-HP, sirop Prescription et dispensation de la méthadone (sirop et gélule) : Questions-Réponses Nicolas AUTHIER, Clermont-Ferrand (63), Nicolas BONNET, Paris (75), Grégory PFAU, Paris (75), Stéphane ROBINET, Strasbourg

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire. Ministère de la santé de la population et de la réforme hospitalière

République Algérienne Démocratique et Populaire. Ministère de la santé de la population et de la réforme hospitalière République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la santé de la population et de la réforme hospitalière Arrêté n 387 du 31 juillet 2006 relatif aux essais cliniques Le Ministre de la santé,

Plus en détail

Fiches métiers. Fiches métiers

Fiches métiers. Fiches métiers Fiches métiers Fiches métiers Septembre 2010 EDITO Chers Confrères, Chères Consœurs, La Pharmacie occupe une place primordiale dans le système de santé et le public a besoin de pharmaciens. Attirer les

Plus en détail

chez la personne âgée.

chez la personne âgée. PROMOTION DE L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES dans le cadre du programme MobiQual Prévenir, évaluer, Prendre en charge La douleur chez la Personne âgée FIche pratique utilisation des opioïdes

Plus en détail

«Pourquoi choisir les médicaments génériques?»

«Pourquoi choisir les médicaments génériques?» Luxembourg, le 05.09.2014 Communiqué: Les ministres Lydia Mutsch et Romain Schneider présentent le prochain lancement de la politique de substitution des médicaments «Pourquoi choisir les médicaments génériques?»

Plus en détail

Décision n 09-D-28 du 31 juillet 2009 relative à des pratiques de Janssen-Cilag France dans le secteur pharmaceutique

Décision n 09-D-28 du 31 juillet 2009 relative à des pratiques de Janssen-Cilag France dans le secteur pharmaceutique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-D-28 du 31 juillet 2009 relative à des pratiques de Janssen-Cilag France dans le secteur pharmaceutique L Autorité de la concurrence (section V), Vu la lettre, enregistrée

Plus en détail

La découverte de médicaments en biotechnologie. Développement clinique

La découverte de médicaments en biotechnologie. Développement clinique La découverte de médicaments en biotechnologie Développement clinique Développement clinique: But Evaluer efficacité et sécurité d un médicament pour risque/bénéfice soit acceptable par autorités enregistrement

Plus en détail

Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3

Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3 Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3 Stratégie visant à limiter les tailles et les types de conditionnement disponibles dans les pharmacies publiques. 1. Introduction Le document

Plus en détail

Poitou-Charentes. Commission Sécurisation du circuit du médicament Groupe informatisation du circuit

Poitou-Charentes. Commission Sécurisation du circuit du médicament Groupe informatisation du circuit Observatoire Régional du MEdicament et des Dspositifs Médicaux Stériles Page 1 sur 17 Ce document a été élaboré par le groupe (informatisation du circuit du médicament) travaillant dans le cadre de l ORMEDMS.

Plus en détail

Ordonnance collective

Ordonnance collective Centre de Santé et de Services sociaux de Québec-Nord NUMÉRO DE L ORDONNANCE: OC-31 Ordonnance collective Nom de l ordonnance: Initier des analyses de laboratoire pour le suivi de la clientèle présentant

Plus en détail

5. Prescription sous DCI et substitution

5. Prescription sous DCI et substitution 5. Prescription sous DCI et substitution INTRODUCTIon La prescription sous dénomination commune internationale (DCI) et la substitution font depuis de nombreuses années l objet de divergences entre médecins

Plus en détail

Simulateur de coûts de médicaments Foire aux questions

Simulateur de coûts de médicaments Foire aux questions ASSURANCE COLLECTIVE Simulateur de coûts de médicaments Foire aux questions Pour une vue détaillée de l outil, consultez l aide-mémoire qui est accessible à partir de la section «Liens utiles» du simulateur.

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Saint Didier en Velay SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Dr Pascale VASSAL, Service de médecine palliative, CHU Saint Etienne Le 16 juin 2009 4 - PRISE en CHARGE de la DOULEUR A - Évaluation de la douleur

Plus en détail

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Assises du Médicament GT 1 Laure Lechertier, responsable du département Politique des produits de santé Paris, le 6 avril 2011 1 SOMMAIRE Quelques mots

Plus en détail

TUTORAT UE 6 2014-2015 Initiation à la connaissance du médicament Séance n 5 Semaine du 30/03/2015

TUTORAT UE 6 2014-2015 Initiation à la connaissance du médicament Séance n 5 Semaine du 30/03/2015 TUTORAT UE 6 2014-2015 Initiation à la connaissance du médicament Séance n 5 Semaine du 30/03/2015 Séance préparée par la team UE6 + MAPS QCM n 1 : Concernant la vigilance sanitaire. C vigilance sanitaire.

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES D'ADMINISTRATION DES MEDICAMENTS. - Edition 2002 -

LES BONNES PRATIQUES D'ADMINISTRATION DES MEDICAMENTS. - Edition 2002 - Agence Régionale de l Hospitalisation du Centre C.R.M.D.M. LES BONNES PRATIQUES D'ADMINISTRATION DES MEDICAMENTS - Edition 2002 - PREAMBULE Le Comité Régional du Médicament et des Dispositifs Médicaux

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE BAXTER_CLINIMIX N9G15 E et N12G20E_Avis CT_14-02-2007.pdf BAXTER_CLINIMIX N9G15E N12G20E N14G30 N17G35_Avis CT_12-12-2001.pdf BAXTER_CLINIMIX changement

Plus en détail

Pharmacien d officine Un métier au cœur du système de soins

Pharmacien d officine Un métier au cœur du système de soins Pharmacien d officine Un métier au cœur du système de soins ORDRE NATIONAL DES PHARMACIENS Hier Aujourd hui Depuis ses origines, le pharmacien d officine a toujours assuré la garde des produits pharmaceutiques

Plus en détail

Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques

Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques DIRECTION DE L EVALUATION DE LA PUBLICITE, DES PRODUITS COSMETIQUES ET DES BIOCIDES Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques Préambule Mise à jour 2010 Au plan mondial,

Plus en détail

ELUSANES MILLEPERTUIS, gélule

ELUSANES MILLEPERTUIS, gélule Elusanes Millepertuis RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 - DENOMINATION DU MEDICAMENT ELUSANES MILLEPERTUIS, gélule 2 - COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE MILLEPERTUIS (extrait hydroalcoolique

Plus en détail

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique Prescription de morphiniques chez le sujet âgé Cas clinique Clinique 1 Me G. 71 ans. Mariée, 2 enfants Algies diffuses depuis l âge l de 14 ans. Début des douleurs par des cervicalgies et scapulalgies

Plus en détail

Académie nationale de Pharmacie

Académie nationale de Pharmacie Académie nationale de Pharmacie RAPPORT de l Académie nationale de Pharmacie «Médicaments génériques» Rapport adopté par le Conseil de l Académie nationale de Pharmacie (24 octobre 2012) Présentation en

Plus en détail

Les freins et les réticences à la nonprescription. consultation de médecine générale

Les freins et les réticences à la nonprescription. consultation de médecine générale Les freins et les réticences à la nonprescription médicamenteuse en consultation de médecine générale Enquête qualitative par focus-groups de médecins généralistes francs-comtois Anne Stoessel - François

Plus en détail

Etude des pratiques d'injection intraveineuse et autres détournements du méthylphénidate en Région Paca-Corse

Etude des pratiques d'injection intraveineuse et autres détournements du méthylphénidate en Région Paca-Corse Etude des pratiques d'injection intraveineuse et autres détournements du méthylphénidate en Région Paca-Corse Dr Joëlle Micallef CEIP-Addictovigilance PACA-Corse Pharmacologie Clinique, CHU Timone http://www.observation-pharmacodependance.org

Plus en détail

B. REGLEMENTS D EXECUTION

B. REGLEMENTS D EXECUTION MEDICAMENTS - B. REGLEMENTS D EXECUTION 1 B. REGLEMENTS D EXECUTION Sommaire Règlement grand-ducal du 29 avril 1983 fixant la composition et le fonctionnement de la commission d experts chargée de donner

Plus en détail

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE Etablissement Rédacteurs Manuel qualité de la prise en charge médicamenteuse Référence : Validation du contenu Approbation de la forme Autorisation de

Plus en détail

Article 1 er. Code de la santé publique Texte précédent. Nouveau texte. 28/11/2012 Evelyne Pierron Consultants. Article R5121-25

Article 1 er. Code de la santé publique Texte précédent. Nouveau texte. 28/11/2012 Evelyne Pierron Consultants. Article R5121-25 Tableau comparatif Décret n 2012-1244 du 8 novembre 2012 relatif au renforcement des dispositions en matière de sécurité des médicaments à usage humain soumis à autorisation de mise sur le marché et à

Plus en détail

LE MÉDICAMENT GÉNÉRIQUE

LE MÉDICAMENT GÉNÉRIQUE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 4 février 2010 Docteur Pierre HECQUARD LE MÉDICAMENT GÉNÉRIQUE Introduction Les enjeux politiques et économiques que représentent

Plus en détail

Dakar, Sénégal 5-9 Mars 2006. Dr Joël Keravec MSH/RPM Plus - Brésil et représentant le Globa

Dakar, Sénégal 5-9 Mars 2006. Dr Joël Keravec MSH/RPM Plus - Brésil et représentant le Globa éminaire pour les onsultants Francophones - estion des Approvisionments et des Stocks pour VIH, la TB et le Paludisme Assurance Qualité des Médicament s Dakar, Sénégal 5-9 Mars 2006 Dr Joël Keravec MSH/RPM

Plus en détail

CONSULTATION PHARMACEUTIQUE ET ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTES

CONSULTATION PHARMACEUTIQUE ET ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTES CONSULTATION PHARMACEUTIQUE ET ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTES Emilie Petit-Jean, Danielle Prébay Pharmaciens Centre Paul Strauss Le 16/10/2014 à Strasbourg et le 23/10/2014 à Nancy INTRODUCTION

Plus en détail

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES PEC Douleur OPC011.00D1 Version 1 du 25.09.08 NOUVEAUTE DE LA VERSION 1 : Création OBJET : Ce guide est un document d information et d aide à : la

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse S Lozano Hôpital Larrey 08 Octobre 2010 Les métastases osseuses Fréquentes 3 ème localisation (poumon, foie) 30 à 50% des patients 40% dans

Plus en détail

REFLEXIONS POUR LE DEVELOPPEMENT D UNE PRATIQUE DE CONCERTATION PROFESSIONNELLE ENTRE MEDECINS ET PHARMACIENS DANS L INTERET DES MALADES

REFLEXIONS POUR LE DEVELOPPEMENT D UNE PRATIQUE DE CONCERTATION PROFESSIONNELLE ENTRE MEDECINS ET PHARMACIENS DANS L INTERET DES MALADES REFLEXIONS POUR LE DEVELOPPEMENT D UNE PRATIQUE DE CONCERTATION PROFESSIONNELLE ENTRE MEDECINS ET PHARMACIENS DANS L INTERET DES MALADES Le médecin et le pharmacien bien que fréquentant souvent des facultés

Plus en détail

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers Guide pratique sur les vaccinations à l intention des infirmiers JNI Tours 14 juin 2012 Journée Nationale de Formation des Infirmières en Infectiologie Sophie Lefèvre Didier Pinquier D après le calendrier

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE RELATIVE AUX COMMENTAIRES SUR LE PROJET DE DECRET N 2-14-841 RELATIF A L AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE DES MEDICAMENTS A USAGE

NOTE DE SYNTHESE RELATIVE AUX COMMENTAIRES SUR LE PROJET DE DECRET N 2-14-841 RELATIF A L AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE DES MEDICAMENTS A USAGE NOTE DE SYNTHESE RELATIVE AUX COMMENTAIRES SUR LE PROJET DE DECRET N 2-14-841 RELATIF A L AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE DES MEDICAMENTS A USAGE HUMAIN AVEC LEURS REPONSES CORRESPONDANTES 1 Mme S.

Plus en détail

Loi 41. GUIDE D EXERCICE Les activités réservées aux pharmaciens

Loi 41. GUIDE D EXERCICE Les activités réservées aux pharmaciens Loi 41 GUIDE D EXERCICE Les activités réservées aux pharmaciens AVIS Ce guide ne se substitue pas aux lois, aux règlements ou au jugement des professionnels de la santé. Il représente l état actuel du

Plus en détail

Guide d utilisation des opioïdes forts

Guide d utilisation des opioïdes forts Guide d utilisation des opioïdes forts Dr R. Duclos coordinatrice du réseau douleur Sarthe responsable unité douleur CHG Le Mans expert des SOR douleur «la douleur que l on supporte le mieux? celle des

Plus en détail

Développez vos compétences et votre savoir-faire avec les Formations Continues du CFPP Programme 2015 2016

Développez vos compétences et votre savoir-faire avec les Formations Continues du CFPP Programme 2015 2016 avec les Formations Continues du CFPP Programme 20 2016 CQP Dermo-Cosmétique Pharmaceutique CQP Vente conseil de produits cosmétiques & d hygiène en officine (ouvert aux salariés non diplômés) La Phytothérapie

Plus en détail

LA PHARMACOVIGILANCE DEFINITION, FONCTIONNEMENT, OBLIGATIONS DE DECLARATION, INTERET POUR LE PRATICEN (181)

LA PHARMACOVIGILANCE DEFINITION, FONCTIONNEMENT, OBLIGATIONS DE DECLARATION, INTERET POUR LE PRATICEN (181) LA PHARMACOVIGILANCE DEFINITION, FONCTIONNEMENT, OBLIGATIONS DE DECLARATION, INTERET POUR LE PRATICEN (181) Jean-Louis MONTASTRUC, Haleh BAGHERI et Agnès SOMMET OBJECTIFS PEDAGOGIQUES : Savoir distinguer

Plus en détail

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K)

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Ce carnet a été réalisé sous la coordination de l Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Carte à découper

Plus en détail

LISTE DES DOSSIERS A FOURNIR POUR L ENREGISTREMENT DES MEDICAMENTS

LISTE DES DOSSIERS A FOURNIR POUR L ENREGISTREMENT DES MEDICAMENTS MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL AGENCE DU MEDICAMENT DE MADAGASCAR VERSION 2013 LISTE DES DOSSIERS A FOURNIR POUR L ENREGISTREMENT DES MEDICAMENTS I- NOUVELLE DEMANDE D AUTORISATION

Plus en détail

PEUT ON PRESCRIRE HORS AMM? LE POINT DE VUE DU CLINICIEN

PEUT ON PRESCRIRE HORS AMM? LE POINT DE VUE DU CLINICIEN PEUT-ON PRESCRIRE HORS AMM 17 PEUT ON PRESCRIRE HORS AMM? LE POINT DE VUE DU CLINICIEN P. Albaladejo, B. Caillet, Département d Anesthésie-Réanimation de Bicêtre Hôpital de Bicêtre, 78, rue du Gal Leclerc,

Plus en détail

Gestion de la pharmacie et dispensation des médicaments du VIH/sida

Gestion de la pharmacie et dispensation des médicaments du VIH/sida Notes Gestion de la pharmacie et dispensation des médicaments du VIH/sida Module 6 Contexte L avènement du traitement ARV a permis de diminuer considérablement la morbidité et la mortalité de l infection

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail