PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE"

Transcription

1 PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE Dr Jean-Marc SENE médecin du sport praticien-attaché au CHU Pitié-Salpétrière

2 INTRODUCTION Indication Évaluation initiale But : facteurs limitant l activité, contre-indication, précautions Entretien + Examen physique +/- Examens complémentaire Prescription = trois niveaux : Niveau 1 : Ne pas être sédentaire Niveau 2 : faire de l exercice physique de façon optimale = Activité «structurée» Intensité Durée Fréquence Modalité d application Niveau 3 : Activités «associées» Suivi

3 Prescription des APS à but thérapeutique INDICATION EVALUATION MEDICALE PRESCRIPTION SUIVI CONCLUSION

4 Indication? Modalité de prise en charge de l adolescent obèse : Association d intervention (Barlow 1998, AAP 1998, AFERO 1998, SIGN 2003) Modifier les comportements (adolescent ++ et parents) Prise en charge diététique Promouvoir activité physique et réduction inactivité Quelle prescription pour l activité physique?

5 Indication? L activité physique participe plus au maintien de la perte de poids qu à la perte elle même! Un kilo de masse grasse = 9000 kcal, Soit pour perdre un kilo de masse grasse par l activité physique seule : 65 et 90h de marche à allure vive (5km/h) 36 à 47h de golf 17 à 21h de natation

6 Indication? Par contre, en association avec le régime hypocalorique, l exercice régulièrement pratiqué induit une dépense énergétique additionnelle qui participe à la «négativation» du bilan. l exercice régulier est susceptible d augmenter la dépense énergétique de repos (métabolisme de base) alors que le régime hypocalorique a l effet contraire.

7 Prescription des APS à but thérapeutique INDICATION EVALUATION MEDICALE PRESCRIPTION SUIVI CONCLUSION

8 Évaluation initiale? Évaluer les obstacles à la pratique d activité physique Physique/physiologique : l âge, la condition physique ou l état de santé Individuel : Idées reçues concernant l activité physique Expériences antérieures négatives en matière d activité physique Gêne vis-à-vis du corps Manque de confiance en soi, sentiment d incapacité physique Socio-environnemental : Manque de temps, contraintes financières Difficulté d accès à des équipements récréatifs ou sportifs

9 Évaluation initiale? Évaluer la motivation à changer ses habitudes d activité physique la classification des étapes de changements : Situer le stade auquel se situe le sujet apparaît important pour individualiser et orienter les premiers conseils.

10 Évaluation initiale? Évaluer les risques Étude des ATCD : locomoteurs ++ Les effets secondaires liés à l activité physique les plus fréquents sont les lésions de l appareil musculo-squelettique => limite la mobilité Fragilité des cartilages de croissance Hanches : épiphysiolyse de hanche Genou : Osgood-Schlater / Sinding-Larson Talon : Sever Autres appareils : CV, pulmonaire Examen physique +/- complémentaire

11 Évaluation initiale? Évaluer les risques Examen physique programmé Examen Général : Anthropométrie Poids actuel (kg) - Taille (cm) - IMC (kg / m²) - T.Adipeux (%) - Poids recherché (kg) - Tour de taille (cm) Tour de hanche (cm) Examen cardio-vasculaire de repos Examen locomoteur et morphostatique : Rachis Membres supérieurs / inférieurs Examen podologique : statique / dynamique Examen pulmonaire Examen bucco-dentaire dentaire Examen neurologique Examen abdominal Bilan des vaccinations : VAT ++

12 Évaluation initiale? Évaluer les risques Bilan complémentaire Fonction : Résultat du bilan clinique Pathologie(s) identifiées Recommandations des sociétés savantes Liste non exhaustive : EE, ECG, GDS, Biologie, Rx

13 Évaluation initiale? Évaluer le niveau habituel d activité physique même succinctement c est utile! car permet : d individualiser les conseils donnés, de limiter le risque d accident et de mesurer les effets obtenus en termes d augmentation de l activité quotidienne (ou de diminution du comportement sédentaire). l évaluation du temps passé à des occupations sédentaires et des modes de trajet (pour se rendre à l école en particulier) est essentielle chez l enfant

14 Évaluation initiale? Évaluer le niveau habituel d activité physique Chez l enfant : estimer la place des activités physiques et sportives dans le mode de vie de l individu et de sa famille : au sein de l école : la participation aux cours d EPS, les dispenses éventuelles et leurs motifs, la participation aux activités des associations sportives scolaires en dehors de l école : la pratique sportive en club ou association mais aussi la pratique d activités physiques non structurées en semaine et le week-end ; évaluer le niveau d activité physique des parents et de la fratrie ainsi que le soutien qu ils sont susceptibles d apporter à l enfant dans ce domaine.

15 Évaluation initiale?

16 Prescription des APS à but thérapeutique INDICATION EVALUATION MEDICALE PRESCRIPTION SUIVI CONCLUSION

17 Prescription? Niveau 1 : Ne pas être sédentaire Diminuer l inactivité = Limiter la pratique prolongée des jeux vidéo, l utilisation d Internet et TV. proposer des limites horaires : ex : 1 heure maximum par jour en semaine, 2 heures par jour le week-end. Les autres activités doivent être favorisées : jeux extérieurs, participer aux activités proposées par les associations de sport scolaire ou des possibilités hors école (associations, clubs) escaliers, aller à l école à pied si possible vélo, trottinette, skate board, roller «Comment en faire un peu plus dans la vie de tous les jours?»

18 Prescription? Niveau 1 : Ne pas être sédentaire Intérêt du podomètre Recommandations PNNS : «30 à 60 minutes par jour d activités physiques d intensité modérée est souhaitable chez les jeunes, sous forme de sports, de jeux ou d activités de la vie quotidienne.»

19 Prescription? Niveau 2 : faire de l exercice physique de façon optimale = Activité «structurée» INTENSITE Sensation clinique activité d intensité modérée : «tout en transpirant un peu et en étant légèrement essoufflée, la personne est encore capable de parler» activité d intensité élevée : «la personne ne peut plus dire une phrase de manière continue» FC (cardiofréquencemètre) Apprentissage utilisation Facteurs de variations de la FC +++ Connaître les valeurs de l individu Vitesse de course ou marche, Puissance (ergocycle)

20 Prescription? Niveau 2 = Activité «structurée» FREQUENCE 3 X par semaine Intérêt de varier les exercices DUREE 20 minutes (peuvent être fractionnées) PROGRESSIVITE ET REGULARITE! Recommandations PNNS : «trois fois par semaine minimum, des activités physiques d intensité plus élevée pendant au moins 20 minutes par séance, sous forme d activités physiques individuelles ou de sports collectifs et, pour les adolescents, d entraînement musculaire avec résistance (musculation)».

21 Prescription? Niveau 2 = Activité «structurée» EXEMPLE DE PROGRESSIVITE Semaines 1 et 2 : 10 minutes trois fois / semaine Semaines 3 et 4 : 10 minutes cinq fois / semaine Semaines 4 et 5 : 20 minutes trois fois / semaine Semaines 5 à 7 : 20 minutes cinq fois / semaine Semaines 8 à 10 : 30 minutes trois fois / semaine Semaine 11 : 30 minutes cinq fois / semaine

22 Prescription? Niveau 3 : Activités «associées» Exercices associées : Travail équilibre Souplesse Force = renforcement musculaire Ils permettent : Mieux tolérer les activités physiques Prévention des traumatismes Entretien de la masse musculaire A orienter en fonction de l évaluation médicale

23 Prescription?

24 Prescription des APS à but thérapeutique INDICATION EVALUATION MEDICALE PRESCRIPTION SUIVI CONCLUSION

25 Le suivi? réévaluation régulière qualitative et quantitative de l activité physique du patient (carnet, podomètre) Fréquence mensuelle puis trimestrielle, associée à une évaluation plus globale visant à préciser l état de santé du patient mais aussi la qualité de vie. médicale, nutritionnelle Psychosociale

26 Le suivi? Suivi en lien avec les différents intervenants : éducateurs, kinés Notion de carnet de suivi, feuille de liaison.. Le cadre des activités et les moyens utilisés pour pratiquer l activité physique sont importants. Certains individus ont besoin d un encadrement pour être motivés, d autres souhaiteront évoluer en groupe, d autres préféreront les activités extérieures Chez l enfant, une priorité est d impliquer la famille, ce qui peut être moins le cas chez l adolescent

27 Le suivi? Éléments susceptibles de garder les patients motivés : Se fixer des objectifs réalisables! à court, moyen et long terme permet de garder la concentration et d éviter la monotonie. Encourager à varier les activités, Mettre en avant les aspects plaisir, rencontre et bien être

28 Prescription des APS à but thérapeutique INDICATION EVALUATION MEDICALE PRESCRIPTION SUIVI CONCLUSION

29 CONCLUSION Les conséquences de la sédentarité sur la santé sont multiples Les professionnels de santé doivent investir ce domaine de santé publique Nécessité d intervenants multiples Individu / patient, famille Médecins, paramédicaux Professionnels de l éducation physique.. La prescription d activité physique à but thérapeutique relève d une réelle démarche médicale.

30 MERCI DE VOTRE ATTENTION

L EXAMEN MEDICAL PREALABLE A LA PRESCRIPTION QUELLE EVALUATION INITIALE? Dr Jean-Marc SENE médecin du sport - CHU Pitié-Salpétrière

L EXAMEN MEDICAL PREALABLE A LA PRESCRIPTION QUELLE EVALUATION INITIALE? Dr Jean-Marc SENE médecin du sport - CHU Pitié-Salpétrière L EXAMEN MEDICAL PREALABLE A LA PRESCRIPTION QUELLE EVALUATION INITIALE? Dr Jean-Marc SENE médecin du sport - CHU Pitié-Salpétrière INTRODUCTION INDICATIONS EVALUATION INITIALE PRESCRIPTION ET SUIVI CONCLUSION

Plus en détail

Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008. Mise à jour 24-06-08

Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008. Mise à jour 24-06-08 Diabète de type 2 et Sport Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008 Mise à jour 24-06-08 L activité physique est recommandée depuis longtemps aux patients diabétiques Dès la fin du 19 ème siècle,

Plus en détail

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012 Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SANTÉ "La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une

Plus en détail

LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN

LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN CHARGE DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT EN SURPOIDS ET OBÈSES DANS LE CADRE DE L'UNITÉ D'OBÉSITÉ PÉDIATRIQUE HEL - CHUV Alexandra Balz Intervenante en activités

Plus en détail

Prévenir... par plus d activité physique

Prévenir... par plus d activité physique Prévenir... par plus d activité physique 13 L activité physique: Pour la santé, c est capital et c est bon pour le moral! La pratique régulière d une activité physique est essentielle pour préserver un

Plus en détail

Parcours du Cœur scolaires Atelier activité physique

Parcours du Cœur scolaires Atelier activité physique Parcours du Cœur scolaires Atelier activité physique Conçu par le centre médico-sportif de Bretagne-Sud Objectif général : Apporter des repères pédagogiques aux éducateurs sportifs partenaires de l événement

Plus en détail

SPORT SANTE. «expérience dans l obésité infantile»

SPORT SANTE. «expérience dans l obésité infantile» SPORT SANTE «expérience dans l obésité infantile» DU Promotion de la santé et activité physique et sportive : prescription d activités physiques à titre préventif ou thérapeutique 25 janvier 2011 Présentation

Plus en détail

Évaluation du niveau d activité physique et condition physique préalable à la prescription d AP

Évaluation du niveau d activité physique et condition physique préalable à la prescription d AP Évaluation du niveau d activité physique et condition physique préalable à la prescription d AP Dr Jean-Marc SENE médecin du sport Centre National des Sports de la Défense INTRODUCTION EVALUATION ACTIVITE

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

66 heures de marche!!!!

66 heures de marche!!!! 1 kg de MASSE GRASSE» 7000 kcal ou 30000 kj 1 HEURE de MARCHE à 4 km/h» 180 kcal (750 kj) Les GRAISSES fournissent environ 60 % de l'énergie nécessairen Pour "perdre" 1 kg de GRAISSE, nécessité de. 66

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

Entraînement de la force musculaire

Entraînement de la force musculaire Module S.PH.370.0301.F.08 Evaluation et traitement des fonctions musculo-squelettiques Membre inférieur Entraînement de la force musculaire Les modes de contraction Isométrique Concentrique Excentrique

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SPORT SANTE

QUESTIONNAIRE SPORT SANTE QUESTIONNAIRE SPORT SANTE NOM.... PRENOM..... AGE PROFESSION.... L objectif de ce questionnaire confidentiel est de vous aider à : - mieux vous positionner sur votre condition physique. - mieux évaluer

Plus en détail

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie TABLE S MATIÈRES L ARTICLE 39.4 DU CO S PROFESSIONS PRINCIPALES DÉFINITIONS

Plus en détail

PREVENTION DES BLESSURES CHEZ LE SPORTIF. Dr Frédéric MATON

PREVENTION DES BLESSURES CHEZ LE SPORTIF. Dr Frédéric MATON PREVENTION DES BLESSURES CHEZ LE SPORTIF Dr Frédéric MATON SUIVI MEDICAL SE CONNAÎTRE! MODE D ENTRAINEMENT EQUIPEMENT FACTEURS ENVIRONNEMENTAUX ETIREMENTS REGLES DIETETIQUES Visite d aptitude: Quel intérêt?

Plus en détail

PRESCRIRE L ACTIVITE PHYSIQUE POUR LA SANTE. Dr Frédéric DEPIESSE CHU de Martinique NIORT 24 SEPT 2016

PRESCRIRE L ACTIVITE PHYSIQUE POUR LA SANTE. Dr Frédéric DEPIESSE CHU de Martinique NIORT 24 SEPT 2016 PRESCRIRE L ACTIVITE PHYSIQUE POUR LA SANTE Dr Frédéric DEPIESSE CHU de Martinique NIORT 24 SEPT 2016 LEGISLATION LOI n 2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé chapitre II

Plus en détail

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités.

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités A/ Enjeux L activité physique évolue en même temps que la société. Si le labeur excessif des périodes antérieures a contribué à un vieillissement prématuré

Plus en détail

Activité Physique Adaptée

Activité Physique Adaptée Activité Physique Adaptée Activité Physique Adaptée Ce programme est encadré par l un de nos éducateurs médicosportifs. Ils sont formés à l éducation à la santé et vous proposent des exercices adaptés

Plus en détail

Quoi mesurer et comment?

Quoi mesurer et comment? 20.11.2014 La mesure de la fatigue: Brief Fatigue Inventory (BFI) Mendoza et al Questionnaire avec 10 items Functional assessment of cancer therapy scale (FACT) Cella et al Questionnaire avec 38 items

Plus en détail

Vers le dictionnaire des APS à visée médicale : Actualités et perspectives

Vers le dictionnaire des APS à visée médicale : Actualités et perspectives Plan de la présentation Vers le dictionnaire des APS à visée médicale : Actualités et perspectives Patrick Magaloff Directeur Dr Gilles Thöni Chargé de mission Journée Maison du Sport Français, Paris,

Plus en détail

Pratique de l'aïkido et douleurs physiques

Pratique de l'aïkido et douleurs physiques Pratique de l'aïkido et douleurs physiques Plan Généralités sur la douleur Les différents publics et leurs spécificités Prévention des douleurs et traumatismes La douleur Classification : 3 types de douleur

Plus en détail

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I UN PROJET DU PROGRAMME CANTONAL DIABÈTE Jérôme Spring Maître de sport APA Diabétologie pédiatrique Riviera-Chablais

Plus en détail

Présentation synthétique : Pré-test : mars à juin 2014 Etude : juillet 2014 à décembre 2015. Réunion d information 26 janvier 2015

Présentation synthétique : Pré-test : mars à juin 2014 Etude : juillet 2014 à décembre 2015. Réunion d information 26 janvier 2015 Présentation synthétique : Pré-test : mars à juin 2014 Etude : juillet 2014 à décembre 2015 Réunion d information 26 janvier 2015 Les objectifs du projet As du Cœur CONCEVOIR UN PROGRAMME D ACTIVITÉS PHYSIQUES

Plus en détail

Perdre l équilibre = chuter

Perdre l équilibre = chuter Les chutes Perdre l équilibre = chuter Conséquences : - 2 millions de chutes par an - 1/3 des + de 65 ans concernés chaque année - 30% des chutes entrainent une hospitalisation - 40% entrainent une fracture

Plus en détail

Trois questions: L activité physique, qu est-ce que c est? A quoi ça sert? Qu est-ce qu il faut faire, finalement?

Trois questions: L activité physique, qu est-ce que c est? A quoi ça sert? Qu est-ce qu il faut faire, finalement? Prof. Marc CLOES Service Intervention et Gestion en Activités physiques et sportives (ULg) Ottignies Clinique Saint-Pierre /ICAN Le 9 décembre 2014 Trois questions: L activité physique, qu est-ce que c

Plus en détail

PASS BIEN-ETRE EN CHAMPAGNE-ARDENNE PASSEPORT PARCOURS ANIMATION SPORT SANTE. Document expérimental

PASS BIEN-ETRE EN CHAMPAGNE-ARDENNE PASSEPORT PARCOURS ANIMATION SPORT SANTE. Document expérimental PASS BIEN-ETRE PASSEPORT PARCOURS ANIMATION SPORT SANTE EN CHAMPAGNE-ARDENNE Document expérimental Le PASS Bien-Etre Aidez-nous a prendre soin Tête et cou Bras gauche Bras droit Buste et dos Main Droite

Plus en détail

1/Pour la santé, il est préférable de pratiquer :

1/Pour la santé, il est préférable de pratiquer : 1/Pour la santé, il est préférable de pratiquer : A/ 1 activité intense / semaine B/ 1 activité d intensité moyenne / jour C/ Les deux ont le même effet 1/Pour la santé, il est préférable de pratiquer

Plus en détail

CENTRE D ENTRAÎNEMENT RÉGIONAL. Centre Départemental de Formation et d Animation Sportives (CDFAS) 64 Rue des Bouquinvilles, 95600 Eaubonne

CENTRE D ENTRAÎNEMENT RÉGIONAL. Centre Départemental de Formation et d Animation Sportives (CDFAS) 64 Rue des Bouquinvilles, 95600 Eaubonne CENTRE D ENTRAÎNEMENT RÉGIONAL Centre Départemental de Formation et d Animation Sportives (CDFAS) 64 Rue des Bouquinvilles, 95600 Eaubonne HANDBALL PRÉSENTATION Le CER PIFO : aux jeunes athlètes l accès

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS

PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS Depuis le début du programme en 2009, les cellules ont accueilli 1139 adhérents. La

Plus en détail

POLE EXPERTISE ET ET PERFORMANCE POLE EXPERTISE ET PERFORMANCE CREPS DE DE DE STRASBOURG

POLE EXPERTISE ET ET PERFORMANCE POLE EXPERTISE ET PERFORMANCE CREPS DE DE DE STRASBOURG POLE EXPERTISE ET ET PERFORMANCE POLE EXPERTISE ET PERFORMANCE CREPS DE DE DE STRASBOURG FORMATION CONTINUE DES ENTRAINEURS ET DES EDUCATEURS SPORTIFS 2011/2012 www.creps-strasbourg.sports.gouv.fr Sommaire

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 DIABÈTE GESTATIONNEL Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 Qui dépister? Un dépistage universel doit être optimalement proposé entre 24 et

Plus en détail

PAS SI DUR QUE ÇA! * La super chaussure qui donne envie de faire du sport! Flash basket*

PAS SI DUR QUE ÇA! * La super chaussure qui donne envie de faire du sport! Flash basket* COMMENCER LE SPORT PAS SI DUR QUE ÇA! * La super chaussure qui donne envie de faire du sport! Flash basket* La sédentarité liée à nos modes de vie participe à une augmentation de risques pour la santé

Plus en détail

Suivi médico-physiologique et Football. Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005

Suivi médico-physiologique et Football. Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005 Suivi médico-physiologique et Football Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005 Centre Technique National Ouverture en 1988 3 promotions de juniors initialement : INF

Plus en détail

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans FAIREBOUGERLES9-13.org 1 LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans TABLE DES MATIÈRES 3 4 5 DONNÉES SOCIO- DÉMOGRAPHIQUES HABITUDES MÉDIATIQUES ET DE CONSOMMATION EN MATIÈRE DE MODE DE VIE PHYSIQUEMENT

Plus en détail

DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable

DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) est l instance de référence en matière de nutrition.

Plus en détail

Activité physique adaptée et Cancer CAMI 42 ROANNE

Activité physique adaptée et Cancer CAMI 42 ROANNE Activité physique adaptée et Cancer CAMI 42 ROANNE Rationnel de l activité physique en Cancérologie Diminution du risque de cancer: PREVENTION PRIMAIRE. L OMS recommande au moins 30 min d activité physique

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

Le dossier partagé informatisé du RéPOP Aquitaine

Le dossier partagé informatisé du RéPOP Aquitaine Le dossier partagé informatisé du RéPOP Aquitaine Dr Hélène Thibault, pédiatre coordinatrice du RéPOP Caroline Resplandy, coordinatrice administrative Réseau de Prévention et de Prise en charge de l obésité

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires et Affections respiratoires Livret de séjour

Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires et Affections respiratoires Livret de séjour CENTRE HOSPITALIER de BOURG-EN-BRESSE CS 90401 900 route de Paris 01012 BOURG-EN-BRESSE CEDEX 04 74 45 44 08 Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires

Plus en détail

Adolescents en surpoids dans le Val de Marne :

Adolescents en surpoids dans le Val de Marne : Adolescents en surpoids dans le Val de Marne : Mettre en lien professeurs d EPS et professionnels de santé??inspection académique Conseil général Du Nut sport 12 mai 2006 1 «Le programme pour l Alimentation

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

Modifier ses habitudes de vie, Vicki Lebrun, Kinésiologue Marie-France Langlois, MD Orford, le 2 octobre 2009

Modifier ses habitudes de vie, Vicki Lebrun, Kinésiologue Marie-France Langlois, MD Orford, le 2 octobre 2009 Modifier ses habitudes de vie, un défi quotidien. LE VOLET EXERCICE Vicki Lebrun, Kinésiologue Marie-France Langlois, MD Orford, le 2 octobre 2009 Exercice d auto-réflexion 5 minutes Objectifs de l atelier

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

V.M.A. VISITE MEDICALE D APTITUDE

V.M.A. VISITE MEDICALE D APTITUDE V.M.A. VISITE MEDICALE D APTITUDE OU E.M.A. EXAMEN MEDICAL D APTITUDE DOCTEUR P. LEFEVRE (PARIS) LA V.M.A. POURQUOI FAIRE? 1 ) PARCEQUE C EST LA LOI ( DU 29/10/1975 ) 2 ) PARCE QUE LA MORT SUBITE EXISTE

Plus en détail

Dans nos cabinets spécialisés de kinésithérapie du sport, la

Dans nos cabinets spécialisés de kinésithérapie du sport, la santé Pratique trop intensive, mauvaise préparation Un tiers des coureurs se blessent au moins une fois par an. Pas grave, à condition de respecter de vrais protocoles de reprise et non de reprendre la

Plus en détail

REMBOURSEMENTS DES MUTUALITES DES PRESTATIONS DU DIETETICIEN

REMBOURSEMENTS DES MUTUALITES DES PRESTATIONS DU DIETETICIEN REMBOURSEMENTS DES MUTUALITES DES PRESTATIONS DU DIETETICIEN En Belgique, chaque mutuelle est libre de choisir sa "politique de remboursement". Tout dépend donc de la mutualité à laquelle vous (votre patient)

Plus en détail

EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN

EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN CHARGE EN APA DES AJA JOURNÉE DU 16 JUIN 2014, PARIS SANDRA BINIEK, PROFESSEUR D ACTIVITÉ PHYSIQUE ADAPTÉE LEILA GOFTI-LAROCHE, PHARMD, PHD Etablissements de santé

Plus en détail

LA FORMATION DES JOUEURS ET JOUEUSES DE HAUT NIVEAU A LA F.F.T. Notre but à tous :

LA FORMATION DES JOUEURS ET JOUEUSES DE HAUT NIVEAU A LA F.F.T. Notre but à tous : LA FORMATION DES JOUEURS ET JOUEUSES DE HAUT NIVEAU A LA F.F.T. Notre but à tous : «Former des champions capables de vaincre toutes les difficultés, montrant un bon état d esprit, de vraies valeurs et

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES

APPEL A CANDIDATURES APPEL A CANDIDATURES POUR LE FINANCEMENT DE PRESTATIONS PAR UN DIETETICIEN EN SAAD, SSIAD ET SPASAD INTERVENANT DANS LES 9 ème, 10 ème et / ou 19 ème ARRONDISSEMENTS DE PARIS (Territoire PAERPA) CAHIER

Plus en détail

19627425.00 ENG/FRA A FRA GUIDE RAPIDE POUR AMELIORER VOTRE FORME

19627425.00 ENG/FRA A FRA GUIDE RAPIDE POUR AMELIORER VOTRE FORME GUIDE RAPIDE POUR AMELIORER VOTRE FORME 19627425.00 ENG/FRA A FRA SOMMAIRE 1. Laissez-vous guider par votre fréquence cardiaque!... 4 2. Un large éventail d activités... 6 3. Zones cible de fréquence cardiaque...

Plus en détail

Programme d études. . Spécialité. Théorie

Programme d études. . Spécialité. Théorie Programme d études. Spécialité Théorie structure de la performance et de l entraînement, caractérisation des tendances de développement particularités de l entraînement des jeunes/espoirs, considération

Plus en détail

Les mutuelles de prévention

Les mutuelles de prévention Les modes de tarification de la Commission sur la Santé et Sécurité au Travail (CSST) Annuellement, chaque employeur doit remettre à la CSST une prime dont le montant est calculé selon le taux de prime.

Plus en détail

Prévenir les chutes pour retrouver et maintenir l autonomie

Prévenir les chutes pour retrouver et maintenir l autonomie Prévenir les chutes pour retrouver et maintenir l autonomie Asbl Educasanté Fédération Wallonie- Bruxelles martine.bantuelle @educasante.org Luxembourg, 23 novembre 2012 1 Priorité santé sur fond démographique

Plus en détail

Mort subite du jeune sportif : Etat des lieux et propositions pour le dépistage à Genève. Assemblée Générale de l AGS 15 avril 2015

Mort subite du jeune sportif : Etat des lieux et propositions pour le dépistage à Genève. Assemblée Générale de l AGS 15 avril 2015 Mort subite du jeune sportif : Etat des lieux et propositions pour le dépistage à Genève Assemblée Générale de l AGS 15 avril 2015 Plan Définition de la mort subite du sportif Incidences Etiologies Recommandations

Plus en détail

Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission médicale tennis Christian NEAU kinésithérapeute membre de l IRMSHN Xavier BAGUELIN

Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission médicale tennis Christian NEAU kinésithérapeute membre de l IRMSHN Xavier BAGUELIN Le tennis pour les «Seniors +» Analyse des caractéristiques du public +45 ans +55 ans +65 ans Propositions de Préparation Physique spécifique Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission

Plus en détail

FICHE ADMINISTRATIVE

FICHE ADMINISTRATIVE FICHE ADMINISTRATIVE SAISON : 2012-13 Nom : Prénom : Date de naissance : ADRESSE : Fille / Garçon Code postal : ville : : SPORT PRATIQUE : Catégorie : Surclassement : OUI NON Nombre d années d ancienneté

Plus en détail

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO INTERET D UN CARNET SIDIIEF DE MONTREAL SUIVI 2015 EN ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO l di bi Claudine BUSSET Fabienne GRAVERON infirmières cadres de santé Etablissement MGEN

Plus en détail

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1 Quel rôle peuvent jouer les régimes d assurance maladie pour amener l individu à avoir une gestion active de son capital santé : l exemple du Parcours Prévention au RSI Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe

Plus en détail

Philippe Burtin Kinésithérapeute Chargé d enseignement Master 2 STAPS Département STAPS Tarbes philippe.burtin@univ-pau.fr

Philippe Burtin Kinésithérapeute Chargé d enseignement Master 2 STAPS Département STAPS Tarbes philippe.burtin@univ-pau.fr Philippe Burtin Kinésithérapeute Chargé d enseignement Master 2 STAPS Département STAPS Tarbes philippe.burtin@univ-pau.fr Filières et activité sportive KNUTTGEN Journal of Strength and Conditioning Research,

Plus en détail

PÔLE ESPOIR MASCULIN D ÎLE-DE-FRANCE. Centre Départemental de Formation et d Animation Sportives (CDFAS) 64 Rue des Bouquinvilles, 95600 Eaubonne

PÔLE ESPOIR MASCULIN D ÎLE-DE-FRANCE. Centre Départemental de Formation et d Animation Sportives (CDFAS) 64 Rue des Bouquinvilles, 95600 Eaubonne PÔLE ESPOIR MASCULIN D ÎLE-DE-FRANCE Centre Départemental de Formation et d Animation Sportives (CDFAS) 64 Rue des Bouquinvilles, 95600 Eaubonne PRÉSENTATION Les jeunes garçons intègrent la structure du

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied

Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied Table des matières Quoi savoir avant de débuter?... 3 Comment utiliser le plan d entraînement?... 4 Comment éviter

Plus en détail

L'atelier Bien-être à table 5 séances de prévention nutritionnelle

L'atelier Bien-être à table 5 séances de prévention nutritionnelle L'atelier Bien-être à table 5 séances de prévention nutritionnelle Titre présentation - date 1 L'atelier Bien-être à table Contexte 2 Un atelier nutrition au sein du parcours prévention Depuis 2011, la

Plus en détail

Démarche d évaluation des pratiques professionnelles (EPP) au centre de long séjour de Rochechouart

Démarche d évaluation des pratiques professionnelles (EPP) au centre de long séjour de Rochechouart Démarche d évaluation des pratiques professionnelles (EPP) au centre de long séjour de Rochechouart «Amélioration de la qualité du dépistage de la dénutrition chez les personnes âgées en institution» «Amélioration

Plus en détail

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Enfants de 9 à 12 ans Elèves de l enseignement secondaire inférieur 1 - Aborder le thème de la différence - Quelle place a la personne handicapée dans la société -

Plus en détail

Les réseaux «Sport-Santé-Bien-Être»

Les réseaux «Sport-Santé-Bien-Être» Les réseaux «Sport-Santé-Bien-Être» La Ministre chargée des Sports (M me Valérie FOURNEYRON) et la Ministre chargée de la Santé (M me Marisol TOURRAINE) ont présenté en conseil des ministres le 8 octobre

Plus en détail

DIABETE ET SPORT. Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS

DIABETE ET SPORT. Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS DIABETE ET SPORT Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS DIABETE TYPE 1#TYPE 2 Jeunes sportifs Risque hypoglycémie Adaptation schémas Autosurveillance +++ Sports souvent sources de difficultés Contre

Plus en détail

Les freins et les réticences à la nonprescription. consultation de médecine générale

Les freins et les réticences à la nonprescription. consultation de médecine générale Les freins et les réticences à la nonprescription médicamenteuse en consultation de médecine générale Enquête qualitative par focus-groups de médecins généralistes francs-comtois Anne Stoessel - François

Plus en détail

Fiche Médicale de demande d admission

Fiche Médicale de demande d admission Fiche Médicale de demande d admission A remplir par le Médecin de famille ou le pédiatre ou le Médecin RéPPOP Pour les médecins RéPPOP : les parties grisées, déjà renseignées sur PEPS, sont facultatives.

Plus en détail

Traitement de l obésité par l activité physique. Dr Karine Lacombe Assistante spécialisée en Nutrition CH Lisieux - CHU Caen

Traitement de l obésité par l activité physique. Dr Karine Lacombe Assistante spécialisée en Nutrition CH Lisieux - CHU Caen Traitement de l obésité par l activité physique Dr Karine Lacombe Assistante spécialisée en Nutrition CH Lisieux - CHU Caen Définition «Tout mouvement corporel produit par la contraction des muscles squelettiques

Plus en détail

Fiche de présentation et d utilisation du Compteur d Activités Physiques. 1. Objectifs relatifs à l utilisation du Compteur d Activités Physiques

Fiche de présentation et d utilisation du Compteur d Activités Physiques. 1. Objectifs relatifs à l utilisation du Compteur d Activités Physiques UTILISATION DU COMPTEUR D ACTIVITÉS PHYSIQUES Fiche de présentation et d utilisation du Compteur d Activités Physiques 1. Objectifs relatifs à l utilisation du Compteur d Activités Physiques Le Compteur

Plus en détail

Actions prévues pour l année à venir & synthèse des actions menées durant l'année écoulée

Actions prévues pour l année à venir & synthèse des actions menées durant l'année écoulée Actions prévues pour l année à venir & synthèse des actions menées durant l'année écoulée Fiche à envoyer pour le 31 décembre de chaque année à l Agence Régionale de Santé (ARS), à l attention du correspondant

Plus en détail

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier Obésités Qu est-ce que Manger? Nécessité Plaisir Gastronomie Interdits Santé Diététique SURCHARGE ALIMENTAIRE ALIMENTAIRE M. cardiovasculaires T malignes

Plus en détail

Titre 1. Introduction. Titre 2. Physiologie de l effort

Titre 1. Introduction. Titre 2. Physiologie de l effort Titre 1 Introduction Introduction Chapitre 1 : Est-ce que je sais m entraîner? 1. Dix idées reçues sur l entraînement sportif 2. Tester sa manière de s entraîner Titre 2 Physiologie de l effort Chapitre

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

L alimentation du sportif

L alimentation du sportif L alimentation du sportif Dr F. GANE TROPLENT 04/2013 Faculté de Médecine HyacintheBASTARAUD Activités physiques : Recommandations d activité physique pour la population Pratique d une activité physique

Plus en détail

Votre nouveau coach virtuel!

Votre nouveau coach virtuel! Votre nouveau coach virtuel! Votre temps est précieux d un entraînement complet en quelques minutes. 1Power Plate my7 le coach parfait! + de 1000 exercices + de 250 entraînements Possibilités illimitées.

Plus en détail

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

Philosophie. Construire organiser une pratique basket à visée médicale. Utiliser le collectif pour initier de l activité physique

Philosophie. Construire organiser une pratique basket à visée médicale. Utiliser le collectif pour initier de l activité physique BASKET SANTE Philosophie Construire organiser une pratique basket à visée médicale Utiliser le collectif pour initier de l activité physique Un pôle d experts L ensemble de ce programme est placé sous

Plus en détail

CP5 Les fondamentaux

CP5 Les fondamentaux CP5 Les fondamentaux La plupart des informations qui suivent sont issues du Séminaire National CP5 Mai 2010. CP5 Les fondamentaux... 1 1. Les enjeux :... 1 1.1. Pourquoi une attention particulière sur

Plus en détail

Franck Laureyns réagit au rapport de synthèse de Laurent Hénart : «Les. métiers en santé de niveau intermédiaire» paru dans Hegel Vol.

Franck Laureyns réagit au rapport de synthèse de Laurent Hénart : «Les. métiers en santé de niveau intermédiaire» paru dans Hegel Vol. Hegel Vol. 1 N 2 2011 77 LETTRE À LA RÉDACTION Franck Laureyns réagit au rapport de synthèse de Laurent Hénart : «Les métiers en santé de niveau intermédiaire» paru dans Hegel Vol. I n 1 Pour faire suite

Plus en détail

Partenariat «efformip RéPPOP» : Accompagnement en Activité Physique

Partenariat «efformip RéPPOP» : Accompagnement en Activité Physique Partenariat «efformip RéPPOP» : Accompagnement en Activité Physique «Premiers pas vers L Activité Physique au sein des Journées Obésité Education» 1 fil conducteur : la GESTION DE L EFFORT Travail sur

Plus en détail

Sébastien PAMPANAY «Développer la Formation» 15 mars 2011

Sébastien PAMPANAY «Développer la Formation» 15 mars 2011 Sébastien PAMPANAY «Développer la Formation» 15 mars 2011 QUI SOMMES NOUS? Depuis 2006, l École des Métiers du Sport Professionnel (EMSP), assure la gestion scolaire de Centres de Formation de football

Plus en détail

Pourquoi?... Pour qui?

Pourquoi?... Pour qui? Pourquoi?... Pour qui? Prévalence de l obésité Obésité massive IMC >40 49,2% 32,3% Obésité 15,0 % 3,5% 10,7% 3,1% 1,2% Moins de 18,5 18,5 à 24,9 25,0 à 29,9 30,0 à 34,9 35,0 à 39,9 40,0 ou plus Dépenses

Plus en détail

Eczéma atopique exemple d approche éducative en cabinet libéral

Eczéma atopique exemple d approche éducative en cabinet libéral Eczéma atopique exemple d approche éducative en cabinet libéral XV ème journée de l IPCEM 10 Novembre 2006 - Paris Dr Jean-Marc CHAVIGNY, Dermatologue-Allergologue, Nantes Éducation thérapeutique Eczéma

Plus en détail

Bouger, c est bon pour la santé!

Bouger, c est bon pour la santé! Bouger, c est bon pour la santé! Tous concernés! De quoi s agit-il? Il s agit de toute activité physique, dès lors que nous bougeons. Ainsi tous les pas comptent, comme ceux que nous faisons chez nous

Plus en détail

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Université Montpellier I A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Les Objectifs Questions posées Personnes et/ou les situations à risque? Outils de dépistage et de diagnostic? Diagnostic de

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E Surpoids et obésité de l enfant et de l adolescent Septembre 2011 COMMENT ET QUAND DÉPISTER LE SURPOIDS ET L OBÉSITÉ DES

Plus en détail

PROGRAMME DU CIO DE SUIVI DE CARRIÈRE DES ATHLÈTES Veuillez remplir le questionnaire ci-après et le renvoyer à ioc.acp@olympic.org

PROGRAMME DU CIO DE SUIVI DE CARRIÈRE DES ATHLÈTES Veuillez remplir le questionnaire ci-après et le renvoyer à ioc.acp@olympic.org Veuillez remplir le questionnaire ci-après et le renvoyer à ioc.acp@olympic.org Veuillez répondre aux questions de manière spontanée. Vos réponses nous permettront d établir les meilleures pratiques pour

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

S entraîner efficacement. Fred Grappe

S entraîner efficacement. Fred Grappe S entraîner efficacement Fred Grappe Programme d entraînement Gestion optimale des charges d entraînement Entraînement Compétitions Performance Caractéristiques de la charge d entraînement Elle est constituée

Plus en détail

Réussir la réadaptation par une approche intégrée

Réussir la réadaptation par une approche intégrée Réussir la réadaptation par une approche intégrée Conférence présentée par François Laflamme M.A., c.o., PRE Président L approche intégrée Une utopie? Approche traditionnelle : fonctionnement en silos

Plus en détail

SANTÉ ET ACTIVITÉ PHYSIQUE: UN DUO GAGNANT QUELS BÉNÉFICES ET COMMENT LES OBTENIR?

SANTÉ ET ACTIVITÉ PHYSIQUE: UN DUO GAGNANT QUELS BÉNÉFICES ET COMMENT LES OBTENIR? HIRSLANDEN LAUSANNE CLINIQUE CECIL SANTÉ ET ACTIVITÉ PHYSIQUE: UN DUO GAGNANT QUELS BÉNÉFICES ET COMMENT LES OBTENIR? «FAITES DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE, C EST BON POUR VOTRE SANTÉ». C EST LE PRINCIPAL MESSAGE

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1

Table des matières. CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1 PHYSIOLOGIE DU SPORT. ENFANT ET ADOLESCENT. Table Chapitre des matières 12 Table des matières Préface... 7 CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1 EMMANUEL VAN PRAAGH ET

Plus en détail

Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013

Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013 Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013 Plan 1. Différence malnutrition et dénutrition 2. Détecter le risque de malnutrition/dénutrition 3. Le rôle

Plus en détail