Prescriptions inappropriées chez la personne âgée de plus de 75 ans hospitalisée

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prescriptions inappropriées chez la personne âgée de plus de 75 ans hospitalisée"

Transcription

1 Prescriptions inappropriées chez la personne âgée de plus de 75 ans hospitalisée Comité de soins du PIRG du nord-ouest Journée de printemps de la Société Gérontologique de Normandie Caen, 23 mai 2014

2 Plus 20% des hospitalisations des + de 80 ans liées, en tout ou partie, à un accident iatrogénique Polypathologie polymédication risque de prescriptions de médicaments potentiellement inappropriés Médicaments potentiellement inappropriés (MPI) : Médicaments dont le rapport bénéfice/risque est défavorable Et/ou qui ont une efficacité douteuse par rapport à d autres alternatives thérapeutiques Historique des listes de MPI : Beers, 1991 ; Laroche, 2007 ; STOPP, 2008

3 Loi de Santé Publique n du 9 août 2004 : réduire la fréquence des PI et des événements iatrogéniques médicamenteux chez le SA Critère 20.b du manuel de certification V2010 (et V2014) : mener une réflexion sur les prescriptions inappropriées et mettre au point des outils de bonne prescription

4 EPP Prescriptions inappropriées chez le SA > 75 ans hospitalisé Identifier les MPI les plus fréquents chez le SA à l admission et à la sortie des services de soins Améliorer la qualité des prescriptions chez le SA via l élaboration et la diffusion de supports pédagogiques communs aux 4 régions

5 Etude multicentrique rétrospectiveau sein des CH et SSR volontaires des régions nord-ouest Critères d inclusion : SA 75 ans Hospitalisation 3 jours 1 er trimestre patients tirés au sort par service et 1 à 10 services étudiés par centre volontaire (services recevant le plus de SA) Recueil de données sur les bases de la liste des médicaments potentiellement inappropriés de Laroche Laroche ML. Potentially inappropriate medications in the elderly : a French consensus panel list. European Journal of Clinical Pharmacology 2007;63:

6 Liste française des médicaments potentiellement inappropriés chez les patients de 75 ans et plus CRITÈRES AVEC UN RAPPORT BÉNÉFICE/RISQUE DÉFAVORABLE Antalgiques Antiarythmiques 1 Indométacine 14 Digoxine 2 Phénylbutazone 15 Disopyramide 3 > 2 AINS Antiagrégant plaquettaire Médicaments ayant des propriétés anticholinergiques 16 Ticlopidine 4 Antidépresseurs imipraminiques Médicaments gastro-intestinaux 5 Neuroleptiques phénothiazines 17 Cimétidine 6 Hypnotiques anticholinergiques 18 Laxatifs stimulants 7 Antihistaminiques H1 Hypoglycémiants 8 Antispasmodiques anticholinergiques 19 Sulfamides hypoglycémiants à longue durée d action 9 Association d anticholinergiques Autres relaxants musculaires Anxiolytiques, hypnotiques 20 Relaxants musculaires sans effet anticholinergique 10 Benzodiazépines de demi-vie longue En fonction de la situation clinique Antihypertenseurs 21 Si HBP: anticholinergiques 11 Antihypertenseurs centraux 22 Si GCFA : anticholinergiques 12 Inhibiteurs calciques à libération immédiate 23 Si IU : alpha-bloquant à visée cardiologique 13 Réserpine 24 Si démence : anticholinergiques, neuroleptiques et BZD 25 Si constipation chronique : AC et antihta centraux

7 Liste française des médicaments potentiellement inappropriés chez les patients de 75 ans et plus CRITÈRE AVEC UNE EFFICACITÉ DISCUTABLE 26 Vasodilatateurs cérébraux CRITÈRES AVEC UN RAPPORT BÉNÉFICE/RISQUE DÉFAVORABLE ET UNE EFFICACITÉ DISCUTABLE Anxiolytiques, hypnotiques Antiagrégant plaquettaire 27 BZD de demi-vie courte 31 Dipyridamole Médicaments gastro-intestinaux Antimicrobien 28 Méprobamate 32 Nitrofurantoïne 29 Antispasmodiques gastro-intestinaux AC Associations médicamenteuses Autres médicaments aux propriétés anticholinergiques 33 Psychotropes de la même classe 2 30 Anti-nauséeux, anti-rhinite, anti-tussif, AC 34 Co-prescription AC et anticholinestérasiques

8 Analyse des résultats, équipe de biostatistiquedu pôle de Santé Publique du CHU de Lille Description de la population Prévalence globale des MPI et prévalence de chacun des 34 critères de la liste de Laroche Etude de la corrélation entre le nombre de médicaments prescrits et le nombre de MPI Comparaison de la prévalence des MPI par classes médicamenteuses entre les services de médecine, chirurgie et gériatrie Etude de l'influence de la présence d'une EMG au sein de la structure sur les prescriptions

9 CHU Amiens (10) CH Avranches/Granville (4) CH Beauvais (3) CHU Caen (10) CH Coutances (2) CH Darnetal (1) CH Denain (3) CH Dieppe (3) CH Elbeuf/Louviers (5) CH Evreux (5) CH Fécamp (5) CH Gisors (1) CH Guise (2) CH Haumont(2) CH L Aigle (6) CH Le Quesnoy (3) CHU Lille (9) CH Noyon (3) CH Senlis (4) CH Saint-Lô (5) CH Saint Quentin (4) CH Valenciennes (8) CH Vire (3) CH Wasquehal (1)

10 MÉDECINE Cardiologie (15) Dermatologie (1) Gastroentérologie (3) Gériatrie (CSG) (20) HAD (1) Hématologie (1) Néphrologie (3) Neurologie (4) Maladies infectieuses (1) Médecine générale/polyvalente (8) Médecine interne (5) Pneumologie (4) Rhumatologie (1) SSR (21 dont 7 SSR gériatriques) UCC (1) CHIRURGIE Chirurgie digestive (2) Chirurgie plastique (1) Chirurgie vasculaire (1) Ophtalmologie (1) Orthopédie (5) Urologie (2)

11 1017 patients inclus : 614 et 403 Âge moyen de la population : 83 ans [75-102] Nombre moyen de médicaments Prévalence Nombre de MPI PI/patient Entrée 7,1 [0-23] 418 (41,1%) dont 63,7% 673 1,61 PI/patient [1-8] Sortie 7,8 [0-17] 389 (38,2 %) dont 63,3% 570 1,46 PI/patient [1-5]

12 Corrélation logique entre le nombre total de médicaments et le nombre de MPI à l'entrée et à la sortie Augmentation significative du nombre moyen de médicaments en cours d hospitalisation sans impact sur les MPI Plus de prescriptions inappropriées chez les femmes

13 Taille de l échantillon (âge) Source desdonnées (période) Prévalence Référence Critères de Beers de ( 65 ans) Cohorte des 3 Cités ( ) 40 % Lechevallier-Michel et al., ( 65 ans) Centre de Médecine Préventive ( ) De 33,5 % (1995) à 19,3 % (2004) en moyenne 25,4 % Bongue et al., 2009 Critères de Laroche patients ( 75 ans) Données de l Assurance Maladie ( ) 53,5 % (de 46,4% en Basse-Normandie à 61,6% en Limousin) Bongue et al., 2011

14 Entrée Sortie Fréquence des 34 critères étudiés Démence : AC, NL, BZD BZD ½ vie courte Pourcentage Anti-hista. H1 BZD de ½ longue Anti-HTA VD 2 psychotropes Critères de Laroche

15 Etude de la fréquence des prescriptions inappropriées par classes médicamenteuses entre les services de gériatrie (CSG et SSR), médecine et chirurgie : Pas moins de MPI à la sortie des services de gériatrie Moins de prescriptions de traitements anticholinergiques et de vasodilatateurs cérébraux dans les services de gériatrie Pas de différence significative de prescriptions concernant les autres classes médicamenteuses Prescriptions inappropriées non influencées par la présence d'une équipe mobile gériatrique au sein de la structure

16 Dans ce travail, classe médicamenteuse la + représentée dans les MPI : les psychotropes D où, un travail collégial mené autour du bon maniement des psychotropes et des situations cliniques conduisant à leurs prescriptions avec l élaboration : D un tryptique«bon usage des psychotropes chez le sujet âgé» Et de 3 cas cliniques

17

18

19

20

21

22

23

24 Objectifs : Amélioration de la qualité et réévaluation des prescriptions médicamenteuses chez le SA hospitalisé Actualités : Présentation des résultats de l EPP aux différents services impliqués Diffusion des supports «Bon usage des psychotropes chez le SA» et présentations des cas cliniques au sein de ces services Futur : 2 ème tour EPP : automne 2015

PSYCHOTROPES CHEZ LES 65 ANS ET PLUS : UNE MAJORITÉ DE PRESCRIPTIONS INAPPROPRIÉES

PSYCHOTROPES CHEZ LES 65 ANS ET PLUS : UNE MAJORITÉ DE PRESCRIPTIONS INAPPROPRIÉES PSYCHOTROPES CHEZ LES 65 ANS ET PLUS : UNE MAJORITÉ DE PRESCRIPTIONS INAPPROPRIÉES O. Semoun, C. Sevilla-Dedieu Fondation d entreprise MGEN pour la santé publique 1 Contexte En France, consommation de

Plus en détail

Christine PENOT RAGON AP-H Marseille Rémy COLLOMP CHU Nice Pharmaciens des hôpitaux. 28/06/2012 Outils & Démarches C PENOT RAGON R COLLOMP 1

Christine PENOT RAGON AP-H Marseille Rémy COLLOMP CHU Nice Pharmaciens des hôpitaux. 28/06/2012 Outils & Démarches C PENOT RAGON R COLLOMP 1 Le bon usage du médicament pour favoriser «le bien vieillir» Les outils disponibles Exemples de démarches en PACA Christine PENOT RAGON AP-H Marseille Rémy COLLOMP CHU Nice Pharmaciens des hôpitaux 28/06/2012

Plus en détail

Prescription médicamenteuse du sujet âgé hospitalisé

Prescription médicamenteuse du sujet âgé hospitalisé Evaluation des Pratiques Professionnelles au Centre Hospitalier de Vienne Prescription médicamenteuse du sujet âgé hospitalisé CH Lucien Hussel, Vienne Aurélia Brutel, interne en pharmacie Dr Derharoutunian

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV Guide méthodologique développé par l équipe de projets ci-dessous : Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV EQUIPE PROJET Chef de projet : Maryline CHARRA, Pharmacien Conseil Responsable de la mission

Plus en détail

é é â é é é é é é I Objectifs

é é â é é é é é é I Objectifs é é â é é é é é é I Objectifs Cette procédure décrit des recommandations de prescriptions médicamenteuses spécifiques au sujet âgé. Ces recommandations s ajoutent aux règles de prescription définies par

Plus en détail

RESUME DES INTERVENTIONS JUAP SEPTEMBRE 2009

RESUME DES INTERVENTIONS JUAP SEPTEMBRE 2009 RESUME DES INTERVENTIONS JUAP SEPTEMBRE 2009 1 Actualités des traitements psychotropes chez le sujet âgé (page 1) 2 - Stimulation magnétique transcrânienne répétée : une technique d avenir de traitement

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Programme 2015 du RéQua-Sanitaire. 14 octobre 2015

Programme 2015 du RéQua-Sanitaire. 14 octobre 2015 Programme 2015 du RéQua-Sanitaire 14 octobre 2015 Conception du programme Enquête de satisfaction et des attentes réalisée auprès de tous les adhérents Enquête sur les grandes orientations pressenties

Plus en détail

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT - PARIS 7 F A C U L T É D E M É D E C I N E Année 2012 n THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE PAR NOM : Coutellier Prénom : Martin Date et Lieu de naissance : 19/12/1985,

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

PROCEDURE. Plan canicule

PROCEDURE. Plan canicule PROCEDURE Plan canicule Codification : QGR-RISK-PRC-03 Date d application : 30/06/2015 Date de modification : Version : 1.0 Nombre de pages : 7 Objet : - Prévenir les risques liés à l exposition de la

Plus en détail

L équipe de l institut de formation

L équipe de l institut de formation L équipe de l institut de formation Directrice de l institut de formation Dominique BARTHELEMY Tél. : 03.25.49.49.99 Mail : dominique.barthelemy@ch-troyes.fr 2010 : Certificat de formation de directeur

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET ÂGÉ «Un syndrome gériatrique majeur» Ph. Chassagne, CHU Rouen

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET ÂGÉ «Un syndrome gériatrique majeur» Ph. Chassagne, CHU Rouen INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET ÂGÉ «Un syndrome gériatrique majeur» Ph. Chassagne, CHU Rouen Incontinence urinaire du sujet âgé 1. Epidémiologie 2. Modifications physiologiques associées à l âge altérant

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

Centre universitaire de santé McGill #CUSM2015. Transformation Innovation Excellence

Centre universitaire de santé McGill #CUSM2015. Transformation Innovation Excellence Centre universitaire de santé McGill #CUSM2015 Transformation Innovation Excellence Pour plus d information : cusm.ca/2015 514-934-1934 cusm.muhc @cusm_muhc @HopitalChildren #CUSM2015 Au service des Montréalais

Plus en détail

L équipe de l institut de formation

L équipe de l institut de formation L équipe de l institut de formation Directrice de l institut de formation Dominique BARTHELEMY Tél. : 03.25.49.49.99 Mail : dominique.barthelemy@ch-troyes.fr 2010 : Certificat de formation de directeur

Plus en détail

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La nouvelle convention médicale Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La convention a été signée le 26 juillet 2011 par trois syndicats représentatifs (CSMF, MG France, SML) et l assurance

Plus en détail

Agenda. Prevalence estimates in France PAQUID 23/11/14. Workshop Innovation Alzheimer 6 Novembre 2014. Atelier BANQUE NATIONALE ALZHEIMER

Agenda. Prevalence estimates in France PAQUID 23/11/14. Workshop Innovation Alzheimer 6 Novembre 2014. Atelier BANQUE NATIONALE ALZHEIMER 23/11/14 Workshop Innovation Alzheimer 6 Novembre 2014 Atelier BANQUE NATIONALE ALZHEIMER Agenda La Banque Nationale Alzheimer Exemples d application Quelles potentialités pour la BNA? (à quelles conditions?)

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

PLATE-FORME D ECHANGES HAS PMSA

PLATE-FORME D ECHANGES HAS PMSA PLATE-FORME D ECHANGES HAS PMSA PRESCRIPTION MEDICAMENTEUSE CHEZ LE SUJET AGE - PREVENTION DE LA IATROGENIE 29 novembre 2012 PROJETS D AMELIORATION DE LA PRESCRIPTION Dr Armelle LEPERRE DESPLANQUES Carole

Plus en détail

Modification 72 à l Accord-cadre

Modification 72 à l Accord-cadre 024 À l intention des médecins spécialistes 29 avril Modification 72 à l Accord-cadre Assurance responsabilité professionnelle Les représentants du ministère de la Santé et des Services sociaux et de votre

Plus en détail

LA DÉMOGRAPHIE MÉDICALE EN RÉGION ILE-DE-FRANCE Situation en 2013

LA DÉMOGRAPHIE MÉDICALE EN RÉGION ILE-DE-FRANCE Situation en 2013 LA DÉMOGRAPHIE MÉDICALE EN RÉGION ILE-DE-FRANCE Situation en 2013 Sous la direction du Dr Jean-François RAULT, Président de la Section Santé Publique et Démographie Médicale. Réalisé par Gwénaëlle LE BRETON-LEROUVILLOIS,

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Le Centre hospitalier de Valence se classe parmi les meilleurs hôpitaux et cliniques de France selon le Palmarès 2014 du Point. Infarctus du myocarde = 20ème/635 hôpitaux AVC = 28ème/788

Plus en détail

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE GUIDE MÉTHODOLOGIQUE POUR LA CRÉATION D UNE LISTE PRÉFÉRENTIELLE DE MÉDICAMENTS EN EHPAD Juin 2014 Commission Sécurisation du Circuit du Médicament en EHPAD de l OMEDIT Pays de la Loire S O M M A I R E

Plus en détail

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire»

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire» Orthorisq journée de formation 2013 «Défaillance de la prise en charge d un patient sous ou sous antiagrégant plaquettaire» Christel Conso Chirurgien orthopédiste Institut Mutualiste Montsouris Olivier

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl

Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl Groupe de travail pluridisciplinaire SFAP - SFETD ARMARI-ALLA Corinne, Médecin pédiatre, Hôpital de Jour d Onco-Pédiatrie, CHU Grenoble BRUXELLE

Plus en détail

Partie 1 Unité d'enseignement 2.11.S1 - Pharmacologie générale - 1 re année

Partie 1 Unité d'enseignement 2.11.S1 - Pharmacologie générale - 1 re année Table des matières Introduction Partie 1 Unité d'enseignement 2.11.S1 - Pharmacologie générale - 1 re année Sous-partie 1-1 La pharmacologie générale (Chapitres 1 à 5) Chapitre 1 Introduction à la pharmacologie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 27 avril 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 27 avril 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 27 avril 2011 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l arrêté du 8

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Le projet stratégique de l Assistance Publique Hôpitaux de Marseille

Le projet stratégique de l Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Le projet stratégique de l Assistance Publique Hôpitaux de Marseille 0 L AP-HM un CHU dans son environnement en région PACA 1 3 397 lits et places 2 2 CHU, 33 CH (+ 2 hôpitaux militaires) et 2 centres

Plus en détail

interne générale (anamnèse, examen médical, diagnostic, traitement, consultation et prévention).

interne générale (anamnèse, examen médical, diagnostic, traitement, consultation et prévention). Instructions pour les organisateurs de sessions de formation continue essentielle spécifique crédits de formation continue SSMI/SSMG pour les manifestations 1. Base légale A compter du 1er janvier 2014

Plus en détail

Expérience de Pharmacie Clinique dans le cadre des réflexions nationales sur la Sécurisation du circuit du médicament à l'hôpital

Expérience de Pharmacie Clinique dans le cadre des réflexions nationales sur la Sécurisation du circuit du médicament à l'hôpital Expérience de Pharmacie Clinique dans le cadre des réflexions nationales sur la Sécurisation du circuit du médicament à l'hôpital M. Grégory Gaudillot, Pharmacien Gérant Mme Anne Otto, Pharmacienne Fédération

Plus en détail

Rôles et Limites des UCC

Rôles et Limites des UCC Rôles et Limites des UCC Lille - Journée Mondiale Alzheimer 2015 Dr Jean ROCHE CHRU de Lille jean.roche@chru-lille.fr Origine des troubles du comportement dans les M.A.M.A. Facteurs Psychologiques Facteurs

Plus en détail

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle 088 À l intention des médecins omnipraticiens 15 juillet 2013 Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle La Régie vous présente les modifications apportées

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

L expérience Med Rec

L expérience Med Rec L expérience Med Rec Le processus de conciliation des traitements médicamenteux Edith DUFAY 1 La mission des High 5s de l OMS Maîtriser 5 grands problèmes de sécurité pour le patient Mettre en oeuvre 5

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire 2 Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

ANNUAIRE TELEPHONIQUE

ANNUAIRE TELEPHONIQUE Hôpitaux Universitaires Paris Seine Saint Denis HUPSSD Unité de Coordination Onco-Gériatrique (UCOG 93) ANNUAIRE TELEPHONIQUE SOMMAIRE - Hôpital René Muret - Hôpital Avicenne - Centre Hospitalier Intercommunal

Plus en détail

Titres de spécialiste pour tous?

Titres de spécialiste pour tous? Titres de spécialiste pour tous? Octroi de titres postgrades fédéraux à des médecins sans titre en vertu des dispositions transitoires Ch. Hänggeli, responsable du secrétariat pour la formation prégraduée,

Plus en détail

Bilan de la démarche. de certification V 2010. Haute-Normandie

Bilan de la démarche. de certification V 2010. Haute-Normandie Bilan de la démarche de certification V 2010 Haute-Normandie Juin 2013 La certification V 2010 en Haute Normandie Bilan au 1 er juin 2013 Etat d avancement de la démarche Au 1 er juin 2013, 69 établissements

Plus en détail

PERSONNES ÂGÉES ET MÉDICAMENTS

PERSONNES ÂGÉES ET MÉDICAMENTS Académie nationale de Pharmacie PERSONNES ÂGÉES ET MÉDICAMENTS RAPPORT de l Académie nationale de Pharmacie Président de la République juin 2005 Message du Président de la République à l occasion du Bicentenaire

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées OUTIL D ÉVALUATION DES PRATIQUES Avril 2009 Avec le partenariat méthodologique et le concours

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE

SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE Société canadienne des médecins de soins palliatifs Association médicale canadienne Collège des médecins de famille du Canada Collège royal des

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance Maladie pour 2014

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance Maladie pour 2014 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance Maladie pour 2014 RAPPORT AU MINISTRE CHARGÉ DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET AU PARLEMENT SUR L ÉVOLUTION DES

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2014

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2014 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2014 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LES DIFFÉRENTES SPÉCIALITÉS MÉDICALES

MIEUX COMPRENDRE LES DIFFÉRENTES SPÉCIALITÉS MÉDICALES MIEUX COMPRENDRE LES DIFFÉRENTES SPÉCIALITÉS MÉDICALES «La crise économique n a rien changé au régime des médecins. On est malade, on guérit et on meurt, que la monnaie soit légère ou lourde», rappelle

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle 197 À l intention des médecins omnipraticiens 27 novembre 2014 Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle Amendement n o 139 La Régie vous présente les

Plus en détail

Télémédecine : enjeux, expériences et perspectives. Pr Gilles Berrut CHU de Nantes

Télémédecine : enjeux, expériences et perspectives. Pr Gilles Berrut CHU de Nantes Télémédecine : enjeux, expériences et perspectives Pr Gilles Berrut CHU de Nantes les usages de la télémédecine la téléconsultation la télé expertise la télé assistance la télésurveillance la réponse médicale

Plus en détail

Évaluation des Pratiques Professionnelles et amélioration de la qualité des soins : Sept notions pour mieux comprendre. Définition

Évaluation des Pratiques Professionnelles et amélioration de la qualité des soins : Sept notions pour mieux comprendre. Définition Mise au point Évaluation des Pratiques Professionnelles et amélioration de la qualité des soins : Sept notions pour mieux comprendre S. Traulle 1, M. Gignon 1, J.M. Regimbeau 2, F.X. Chaine 1, A. Braillon

Plus en détail

ELECTIONS AU CONSEIL NATIONAL DES UNIVERSITES

ELECTIONS AU CONSEIL NATIONAL DES UNIVERSITES Section 42 Sous-section 01 Morphologie et morphogenèse Anatomie bre de siège à pourvoir : 1 GRIGNON BRUNO LORRAINE HITIER MARTIN CAEN PRADAL d'usage : PRAT DOMINIQUE MONTPELLIER VOIGLIO ERIC LYON 1 Section

Plus en détail

La morphine. Alternatives / associations

La morphine. Alternatives / associations Douleur et cancer La morphine Alternatives / associations Tous les droits d auteurs sont réservés à l Institut UPSA de la douleur. Toute modification est interdite. Toute reproduction ou utilisation est

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Bulletin d information en économie de la santé n 14 - o c t o b r e 1 9 9 8. questions 600 MF 500 MF. millions de francs 400 MF

Bulletin d information en économie de la santé n 14 - o c t o b r e 1 9 9 8. questions 600 MF 500 MF. millions de francs 400 MF Bulletin d information en économie de la santé n 14 - o c t o b r e 1 9 9 8 questions d économie de la santé a n a l y s e s Repères En octobre 1993, la convention médicale mettait en place la maîtrise

Plus en détail

Spécialistes INDEX TARIFICATION DES VISITES... B-3

Spécialistes INDEX TARIFICATION DES VISITES... B-3 INDEX INDEX Page TARIFICATION DES VISITES.................................. B-3 ADDENDUM 1 - MÉDECINE B-3 Allergie........................................................ B-5 Anesthésiologie..................................................

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 juin 2010 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 14 juin 2005 (JO du 28 avril 2006) ARTOTEC 50 mg/0,2 mg, comprimé B/30 -

Plus en détail

1 -Observatoire national des prescriptions et consommations des médicaments dans le secteur ambulatoire et hospitalier

1 -Observatoire national des prescriptions et consommations des médicaments dans le secteur ambulatoire et hospitalier 1 -Observatoire national des prescriptions et consommations des médicaments dans le secteur ambulatoire et hospitalier 2 -MutualitéSociale Agricole (MSA) et post-amm Patrick CHOUTET Assises du Médicament

Plus en détail

Programme de la Formation Continue (PFC) de la Société Suisse en Médecine Interne Générale (SSMI)

Programme de la Formation Continue (PFC) de la Société Suisse en Médecine Interne Générale (SSMI) Programme de la Formation Continue (PFC) de la Société Suisse en Médecine Interne Générale (SSMI) 1 er janvier 2011 Table des matières 1. Bases légales et réglementaires... 2 2. Personnes soumises au devoir

Plus en détail

Traitements de substitution aux opiacés et travail. Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93

Traitements de substitution aux opiacés et travail. Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93 Traitements de substitution aux opiacés et travail Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93 Le contexte «politique» Politique de réduction des risques infectieux

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux

Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux «le pourcentage de résidents âgés nécessitant des soins pour des plaies simples ou complexes était de 8,6% selon l étude PATHOS menée en 2009

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

Programme d Accueil des Etudiants Internationaux Stages Hospitaliers

Programme d Accueil des Etudiants Internationaux Stages Hospitaliers Programme d Accueil des Etudiants Internationaux Stages Hospitaliers Fidèle à sa tradition humaniste de partage et d ouverture, la faculté de médecine Paris Diderot propose des programmes d accueil aux

Plus en détail

Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2

Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2 Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2 Janvier 2013 Recommandation de bonne pratique Service des bonnes pratiques professionnelles Service évaluation économique et santé publique

Plus en détail

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes Utilisation pratique de la morphine en gériatrie Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes ACTUALITES THERAPEUTIQUES 7 Décembre 2013 Les opioïdes forts comprennent:

Plus en détail

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE La mise au point préopératoire par un anesthésiste permet de mieux planifier l organisation de la salle d opération, d éviter

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 22 juillet 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 22 juillet 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COVERAM 5 mg / 5 mg, comprimé B/30, (CIP : 385 802-5) B/90, (CIP : 385 806-0) B/100, (CIP : 572 845-6) COVERAM 5 mg / 10 mg, comprimé B/30, (CIP : 385 814-3) B/90, (CIP :

Plus en détail

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE Le Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph (GHPSJ) est un hôpital privé à but non lucratif, Etablissement de Santé Privé d'intérêt Collectif (ESPIC). Il est issu

Plus en détail

CEPHALEES CHRONIQUES QUOTIDIENNES AVEC ABUS MEDICAMENTEUX

CEPHALEES CHRONIQUES QUOTIDIENNES AVEC ABUS MEDICAMENTEUX CEPHALEES CHRONIQUES QUOTIDIENNES AVEC ABUS MEDICAMENTEUX Groupe de travail du RRDBN Y.Perier, A.S.Sergent, E.Touchard, V.Lepelletier, S.Sladek FMC 2009 1 PLAN Migraine sans aura Epidémiologie Critères

Plus en détail

Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien

Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien Société vaudoise de pharmacie, février 2008 Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien Olivier Bugnon, Professeur adjoint en Pharmacie communautaire, Ecole de Pharmacie Genève-Lausanne;

Plus en détail

Plan de mise en œuvre des options stratégiques. Conférence de presse, 25 septembre 2014

Plan de mise en œuvre des options stratégiques. Conférence de presse, 25 septembre 2014 Plan de mise en œuvre des options stratégiques Conférence de presse, 25 septembre 2014 Plan stratégique, concertation & consensus HNE, une (déjà) longue histoire au service de la population Concertation

Plus en détail

la santé au coeur de vos régions

la santé au coeur de vos régions membres de la fhv établissements Hospitaliers du Nord Vaudois (EHNV) Yverdon-les-Bains, Saint-Loup Chamblon, Orbe, La Vallée www.ehnv.ch Fondation Rive-Neuve Villeneuve www.riveneuve.ch Fondation de Nant

Plus en détail

CADRE SOCIO-EDUCATIVE SYLVIE BONTEMPS - : 03.20.44.45.07 : 03.20.44.42.32 (secrétariat) FAX : 03.20.44.45.09 HOPITAL SALENGRO 03.20.44.48.

CADRE SOCIO-EDUCATIVE SYLVIE BONTEMPS - : 03.20.44.45.07 : 03.20.44.42.32 (secrétariat) FAX : 03.20.44.45.09 HOPITAL SALENGRO 03.20.44.48. DELEGATION SERVICE SOCIAL - CHRU DE LILLE DIRECTEUR JM. HONORE 03.20.44.52.58 CADRE SOCIO-EDUCATIVE SYLVIE BONTEMPS - : 03.20.44.45.07 : 03.20.44.42.32 (secrétariat) FAX : 03.20.44.45.09 ASSISTANTS SOCIO-EDUCATIFS

Plus en détail

Confusion aiguë chez la personne âgée : prise en charge initiale de l agitation

Confusion aiguë chez la personne âgée : prise en charge initiale de l agitation RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE Confusion aiguë chez la personne âgée : prise en charge initiale de l agitation RECOMMANDATIONS Mai 2009 1 L argumentaire scientifique et la synthèse des recommandations

Plus en détail

L incontinence urinaire chez la personne âgée

L incontinence urinaire chez la personne âgée L incontinence urinaire chez la personne âgée Dre Michèle Morin Interniste gériatre Centre d excellence sur le vieillissement de Québec Définition Toute perte d urine involontaire, en quantité suffisante

Plus en détail

ADDICTOLOGIE TRAITEMENT DE SUBSTITUTION AUX OPIACES TSO. Dr Philippe DUMAS

ADDICTOLOGIE TRAITEMENT DE SUBSTITUTION AUX OPIACES TSO. Dr Philippe DUMAS ADDICTOLOGIE TRAITEMENT DE SUBSTITUTION AUX OPIACES TSO Dr Philippe DUMAS Pourquoi un traitement de substitution? Quand la dépendance aux opiacés est certaine elle demande a être prise en charge. Pour

Plus en détail

Arrêt des hypnotiques Conduite à tenir dans le contexte du retrait du Noctran et de la Mépronizine. Mise au point

Arrêt des hypnotiques Conduite à tenir dans le contexte du retrait du Noctran et de la Mépronizine. Mise au point Mise au point Arrêt des hypnotiques Conduite à tenir dans le contexte du retrait du Noctran et de la Mépronizine M E S S A G E S- C L E S Les spécialités Noctran et Mépronizine seront retirées du marché

Plus en détail

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 L ETP C est : acquérir des compétences pour mieux vivre avec sa(ses) maladie(s) chronique(s) au quotidien. L ETP

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

Troubles urinaires, personne âgée, diagnostic et prise en charge

Troubles urinaires, personne âgée, diagnostic et prise en charge Troubles urinaires, personne âgée, diagnostic et prise en charge Gilberte Robain Hôpital Charles Foix-Jean Rostand DES Module Gériatrie 2008 Définition Perte d urine objectivable, par l urethre, involontaire

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

Impact du vieillissement sur les dépenses de l assurance maladie

Impact du vieillissement sur les dépenses de l assurance maladie Expertise & COOPAMI Impact du vieillissement sur les dépenses de l assurance maladie dans les domaines spécifiques de l orthopédie-traumatologie et de la cardiologie du secteur des implants Analyse du

Plus en détail

LE VIEILLISSEMENT UROLOGIQUE: INCONTINENCE URINAIRE. Dr WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX

LE VIEILLISSEMENT UROLOGIQUE: INCONTINENCE URINAIRE. Dr WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX LE VIEILLISSEMENT UROLOGIQUE: INCONTINENCE URINAIRE Dr WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX LE VIEILLISSEMENT UROLOGIQUE: INCONTINENCE URINAIRE 1. DEFINITIONS 2. LE VIEILLISSEMENT URINAIRE 3. L INCONTINENCE

Plus en détail

EXPLICATIONS CONCERNANT LA

EXPLICATIONS CONCERNANT LA 08/10/2014 Centre Hospitalier Régional de Namur EXPLICATIONS CONCERNANT LA DéCLARATION D ADMISSION Choix de chambre & conditions financières En tant ue patient, vous pouvez faire certains choix ui ont

Plus en détail

4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4

4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4 4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4 A l'occasion de la Journée Européenne sur les Antibiotiques (European Awareness Day) du 18 novembre 2012, et pour la quatrième année

Plus en détail