Carbon Disclosure Project 2010 Enquête menée auprès des entreprises françaises du SBF250

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Carbon Disclosure Project 2010 Enquête menée auprès des entreprises françaises du SBF250"

Transcription

1 CARON DISCLOSURE PROJECT Carbon Disclosure Project 2010 Enquête menée auprès des entreprises françaises du SF250 Pour le compte de 534 investisseurs institutionnels gérant plus de milliards de dollars

2 Carbon Disclosure Project 2010 Carbon Disclosure Project 2010 Ce rapport et toutes les réponses dont la publication a été autorisée sont disponibles gratuitement sur le site du CDP Membres du CDP 2010 CARON DISCLOSURE PROJECT MEMRES 2010 ARAPP - Associação rasileira das Entidades Fechadas de Previdência Complementar Aegon N.V. Akbank T.A.. Allianz Global Investors AG ATP Group Aviva Investors AXA Group anco radesco S.A. ank of America Merrill Lynch VA lackrock P Investment Management Limited California Public Employees Retirement System California State Teachers Retirement System Calvert Group Catholic Super CCLA Investment Management Ltd Co-operative Asset Management Essex Investment Management, LLC Ethos Foundation Generation Investment Management HSC Holdings plc ING KLP Insurance Legg Mason, Inc. The London Pensions Fund Authority Mergence Africa Investments (Pty) Limited Mitsubishi UFJ Financial Group (MUFG) Morgan Stanley National Australia ank Limited Neuberger erman Newton Investment Management Limited Nordea Investment Management Northwest and Ethical Investments LP PFA Pension Raiffeisen Schweiz RS Group Robeco Rockefeller & Co. SRI Group Russell Investments Schroders Second Swedish National Pension Fund (AP2) Sompo Japan Insurance Inc. Standard Chartered PLC Sun Life Financial Inc. TD Asset Management Inc. TDAM USA Inc. The Wellcome Trust Zurich Cantonal ank 2

3 Membres et signataires du CDP Carbon Disclosure Project investisseurs institutionnels gérant plus de milliards de dollars ont été signataires du CDP en 2010, dont : Aberdeen Asset Managers Aberdeen Immobilien KAG Active Earth Investment Management Acuity Investment Management Addenda Capital Inc. Advanced Investment Partners Advantage Asset Managers (Pty) Ltd AEGON Magyarország efektetési Alapkezelo Zrt. Aegon N.V. AEGON-INDUSTRIAL Fund Management Co., Ltd Aeneas Capital Advisors AGF Management Limited AIG Asset Management Akbank T.A.S. Alberta Investment Management Corporation (AIMCo) Alberta Teachers Retirement Fund Alcyone Finance Allianz Global Investors AG Allianz Group Altshuler Shaham AMP Capital Investors AmpegaGerling Investment GmbH Amundi Asset Management ANIMA - razilian Financial and Capital Markets Association APG Asset Management Aprionis ARIA (Australian Reward Investment Alliance) Arma Portföy Yönetimi A.S. AS Community Trust ASM Administradora de Recursos S.A. ASN ank Assicurazioni Generali Spa ATP Group Australia and New Zealand anking Group Limited Australian Central Credit Union incorporating Savings & Loans Credit Union Australian Ethical Investment Limited AustralianSuper AVANA Invest GmbH Aviva Investors Aviva plc AvivaSA Emeklilik ve Hayat A.S. AXA Group aillie Gifford & Co. akers Investment Group anco radesco S.A. anco de Crédito del Perú CP anco de Galicia y uenos Aires S.A. anco do razil anco Santander anco Santander (rasil) anesprev Fundo anespa de Seguridade Social anesto (anco Español de Crédito S.A.) ank of America Merrill Lynch ank Sarasin & Co, Ltd ank Vontobel ankhaus Schelhammer & Schattera Kapitalanlagegesellschaft m.b.h. ANKINTER S.A. ankinvest anque Degroof arclays Group C Pension Trust Ltd VA edfordshire Pension Fund eutel Goodman and Co. Ltd iofinance Administração de Recursos de Terceiros Ltda lackrock lue Marble Capital Management Limited lue Shield of California Group lumenthal Foundation MO Financial Group NP Paribas Investment Partners NY Mellon oston Common Asset Management, LLC P Investment Management Limited rasilprev Seguros e Previdência S/A. ritish Columbia Investment Management Corporation (bcimc) T Investment Management The ullitt Foundation usan ank CAAT Pension Plan Cadiz Holdings Limited Caisse de dépôt et placement du Québec Caisse des Dépôts Caixa de Previdência dos Funcionários do anco do Nordeste do rasil (CAPEF) Caixa Econômica Federal Caixa Geral de Depósitos Caja de Ahorros de Valencia, Castellón y Valencia, ANCAJA Caja Navarra California Public Employees Retirement System California State Teachers Retirement System California State Treasurer Calvert Group Canada Pension Plan Investment oard Canadian Friends Service Committee (Quakers) CAPESESP Capital Innovations, LLC CARE Super Pty Ltd Carlson Investment Management Carmignac Gestion Catherine Donnelly Foundation Catholic Super Cbus Superannuation Fund CCLA Investment Management Ltd Celeste Funds Management Limited The Central Church Fund of Finland Central Finance oard of the Methodist Church Ceres, Inc. Cheyne Capital Management (UK) LLP Christian Super Christopher Reynolds Foundation CI Mutual Funds Signature Advisors CIC Clean Yield Group, Inc. Clearridge Advisors Climate Change Capital Group Ltd Close rothers Group plc The Collins Foundation Colonial First State Global Asset Management Comite syndical national de retraite âtirente Commerzbank AG CommInsure Companhia de Seguros Aliança do rasil Compton Foundation, Inc. Connecticut Retirement Plans and Trust Funds Co-operative Asset Management Co-operative Financial Services (CFS) The Co-operators Group Ltd Corston-Smith Asset Management Sdn. hd. Crédit Agricole S.A. Credit Suisse Daegu ank Daiwa Securities Group Inc. The Daly Foundation de Pury Pictet Turrettini & Cie S.A. Dekaank Deutsche Girozentrale Deutsche Asset Management Deutsche ank AG Deutsche Postbank Vermögensmanagement S.A., Luxemburg Development ank of Japan Inc. Development ank of the Philippines (DP) Dexia Asset Management Dn NOR ASA Domini Social Investments LLC Dongbu Insurance Co., Ltd. DWS Investment GmbH Earth Capital Partners LLP East Sussex Pension Fund Ecclesiastical Investment Management Ecofi Investissements, Crédit Coopératif Group Economus Instituto de Seguridade Social The Edward W. Hazen Foundation EEA Group Ltd Element Investment Managers ELETRA - Fundação Celg de Seguros e Previdência Environment Agency Active Pension Fund Epworth Investment Management Ltd Equilibrium Capital Group Erste Group ank AG Essex Investment Management, LLC Ethos Foundation Eureko.V. Eurizon Capital SGR Evangelical Lutheran Church in Canada Pension Plan for Clergy and Lay Workers Evli ank Plc F&C Management Ltd FAELCE - Fundação Coelce de Seguridade Social FASERN Fundação Cosern de Previdência Complementar Fédéris Gestion d Actifs FIDURA Capital Consult GmbH FIM Asset Management Ltd Financière de Champlain FIRA. - anco de Mexico First Affirmative Financial Network First Swedish National Pension Fund (AP1) FirstRand Ltd. 3

4 Carbon Disclosure Project 2010 Five Oceans Asset Management Florida State oard of Administration (SA) Folketrygdfondet Folksam Fondaction CSN Fondation de Luxembourg Fonds de Réserve pour les Retraites FRR Forward Management, LLC Fourth Swedish National Pension Fund, (AP4) Frankfurter Service Kapitalanlage-Gesellschaft mbh FRANKFURT-TRUST Investment Gesellschaft mbh Friends Provident Holdings (UK) Limited Front Street Capital Fukoku Capital Management, Inc. Fundação AMPLA de Seguridade Social - rasiletros Fundação Atlântico de Seguridade Social Fundação anrisul de Seguridade Social Fundação Codesc de Seguridade Social - FUSESC Fundação de Assistência e Previdência Social do NDES - FAPES Fundação Forluminas de Seguridade Social Fundação Itaúsa Industrial Fundação Promon de Previdência Social Fundação São Francisco de Seguridade Social Fundação Vale do Rio Doce de Seguridade Social - VALIA FUNDIÁGUA - Fundação de Previdência da Companhia de Saneamento e Ambiental do Distrito Federal Futuregrowth Asset Management Gartmore Investment Management Limited Generali Deutschland Holding AG Generation Investment Management Genus Capital Management Gjensidige Forsikring GLG Partners LP GLS Gemeinschaftsbank eg, Germany Goldman Sachs & Co. GOOD GROWTH INSTITUT für globale Vermögensentwicklung mbh Governance for Owners LLP Government Employees Pension Fund ( GEPF ), Republic of South Africa Green Cay Asset Management Green Century Funds Groupe Investissement Responsable Inc. GROUPE OFI AM Grupo anco Popular Gruppo Monte Paschi Guardian Ethical Management Inc Guardians of New Zealand Superannuation Guosen Securities Co., LTD. Hang Seng ank HANSAINVEST Hanseatische Investment GmbH Harbourmaster Capital Harrington Investments, Inc The Hartford Financial Services Group, Inc. Hastings Funds Management Limited Hazel Capital LLP HDFC ank Ltd Health Super Fund Henderson Global Investors Hermes Fund Managers 4 HESTA Super Hospitals of Ontario Pension Plan (HOOPP) HSC Global Asset Management (Deutschland) GmbH HSC Holdings plc HSC INKA Internationale Kapitalanlagegesellschaft mbh Hyundai Marine & Fire Insurance IDI ank Limited Illinois State Treasurer Ilmarinen Mutual Pension Insurance Company Impax Asset Management Ltd Industrial ank Industrial ank of Korea Industry Funds Management Infrastructure Development Finance Company Ltd. (IDFC) ING Insight Investment Management (Global) Ltd Instituto de Seguridade Social dos Correios e Telégrafos - Postalis Instituto Infraero de Seguridade Social - INFRAPREV Insurance Australia Group Investec Asset Management Irish Life Investment Managers Itaú Unibanco anco Múltiplo S.A. J.P. Morgan Asset Management Janus Capital Group Inc. The Japan Research Institute, Limited Jarislowsky Fraser Limited The Joseph Rowntree Charitable Trust Jubitz Family Foundation Jupiter Asset Management K&H Investment Fund Management / K&H efektetési Alapkezelo Zrt K Asset Management K Financial Group K Kookmin ank KC Asset Management NV KCPS and Company KD Asset Management Co., Ltd. Kennedy Associates Real Estate Counsel, LP KEPLER-FONDS Kapitalanlagegesellschaft m.b.h. KfW ankengruppe KLP Insurance Korea Investment & Trust Management Korea Technology Finance Corporation KPA Pension Kyobo AXA Investment Managers La anque Postale Asset Management La Financière Responsable Landsorganisationen i Sverige LW - Landesbank aden-württemberg LW Asset Management Investmentgesellschaft mbh LD Lønmodtagernes Dyrtidsfond Legal & General Group plc Legg Mason, Inc. Lend Lease Investment Management Light Green Advisors, LLC Living Planet Fund Management Company S.A. Local Authority Pension Fund Forum The Local Government Pensions Institution Local Government Super Lombard Odier Darier Hentsch & Cie The London Pensions Fund Authority Lothian Pension Fund Macif Gestion Macquarie Group Limited Magnolia Charitable Trust Maine State Treasurer Man Group plc Maple-rown Abbott Limited Marc J. Lane Investment Management, Inc. Maryland State Treasurer Matrix Asset Management McLean udden MEAG Munich Ergo Asset Management GmbH Meeschaert Gestion Privée Meiji Yasuda Life Insurance Company Merck Family Fund Mergence Africa Investments (Pty) Limited Meritas Mutual Funds MetallRente GmbH Metzler Investment GmbH MFS Investment Management Midas International Asset Management Miller/Howard Investments Mirae Asset Global Investments Co. Ltd. Mistra, The Swedish Foundation for Strategic Environmental Research Mitsubishi UFJ Financial Group (MUFG) Mitsui Sumitomo Insurance Co.,Ltd Mizuho Financial Group, Inc. Mn Services Monega Kapitalanlagegesellschaft mbh Morgan Stanley Motor Trades Association of Australia Superannuation Fund Pty Ltd Mutual Insurance Company Pension-Fennia Natcan Investment Management The Nathan Cummings Foundation National Australia ank Limited National ank of Canada National ank of Kuwait National Grid Electricity Group of the Electricity Supply Pension Scheme National Grid UK Pension Scheme National Pensions Reserve Fund of Ireland National Union of Public and General Employees (NUPGE) Natixis Nedbank Limited Needmor Fund Nelson Capital Management, LLC Nest Sammelstiftung Neuberger erman New Amsterdam Partners LLC New Jersey Division of Investment New Mexico State Treasurer New York City Employees Retirement System New York City Teachers Retirement System New York State Common Retirement Fund (NYSCRF) Newton Investment Management Limited NFU Mutual Insurance Society NGS Super NH-CA Asset Management Nikko Asset Management Co., Ltd. Nissay Asset Management Corporation

5 Membres et signataires du CDP NORD/L Kapitalanlagegesellschaft AG Nordea Investment Management Norfolk Pension Fund Norges ank Investment Management (NIM) Norinchukin Zenkyouren Asset Management Co., Ltd North Carolina State Treasurer Northern Ireland Local Government Officers Superannuation Committee (NILGOSC) Northern Trust Northwest and Ethical Investments LP Oddo & Cie Old Mutual plc OMERS Administration Corporation Ontario Teachers Pension Plan OP Fund Management Company Ltd Oppenheim Fonds Trust GmbH Opplysningsvesenets fond (The Norwegian Church Endowment) OPSEU Pension Trust Oregon State Treasurer Orion Asset Management LLC OTP Fund Management Plc. Pax World Funds Pensioenfonds Vervoer Pension Fund for Danish Lawyers and Economists The Pension Plan For Employees of the Public Service Alliance of Canada Pension Protection Fund Pensionsmyndigheten PETROS - The Fundação Petrobras de Seguridade Social PFA Pension PGGM Phillips, Hager & North Investment Management Ltd. PhiTrust Active Investors Pictet Asset Management SA The Pinch Group Pioneer Alapkezelo Zrt. PKA Pluris Sustainable Investments SA Pohjola Asset Management Ltd Portfolio 21 Investments Portfolio Partners Porto Seguro S.A. PRECE Previdência Complementar The Presbyterian Church in Canada PREVI Caixa de Previdência dos Funcionários do anco do rasil PREVIG Sociedade de Previdência Complementar Principle Capital Partners Psagot Investment House Ltd PSP Investments Q Capital Partners Co. Ltd QE Insurance Group Limited Rabobank Raiffeisen Schweiz Railpen Investments Rathbones / Rathbone Greenbank Investments RS Group Real Grandeza Fundação de Previdência e Assistência Social Rei Super Resona ank, Limited Reynders McVeigh Capital Management Rhode Island General Treasurer RLAM Robeco Robert rooke Zevin Associates, Inc Rockefeller & Co. SRI Group Rose Foundation for Communities and the Environment Royal ank of Canada RREEF Investment GmbH The Russell Family Foundation Russell Investments SAM Group Sampension KP Livsforsikring A/S Samsung Fire & Marine Insurance Samsung Life Insurance Sanlam Investment Management Santa Fé Portfolios Ltda Sauren Finanzdienstleistungen GmbH & Co. KG Schroders Scotiabank Scottish Widows Investment Partnership SE SE Asset Management AG Second Swedish National Pension Fund (AP2) Seligson & Co Fund Management Plc Sentinel Investments SERPROS Fundo Multipatrocinado Service Employees International Union enefit Funds Seventh Swedish National Pension Fund (AP7) The Shiga ank, Ltd. Shinhan ank Shinhan NP Paribas Investment Trust Management Co., Ltd Shinkin Asset Management Co., Ltd Siemens Kapitalanlagegesellschaft mbh Signet Capital Management Ltd SIRA Asset Management SMC Friend Securities Co., LTD Smith Pierce, LLC SNS Asset Management Social(k) Sociedade Ibgeana de Assistência e Seguridade (SIAS) Solaris Investment Management Limited Sompo Japan Insurance Inc. Sopher Investment Management SPF eheer bv Sprucegrove Investment Management Ltd Standard ank Group Standard Chartered PLC Standard Life Investments State Street Corporation Storebrand ASA Strathclyde Pension Fund Stratus Group Sumitomo Mitsui anking Corporation Sumitomo Mitsui Card Company, Limited Sumitomo Mitsui Finance & Leasing Co., Ltd Sumitomo Mitsui Financial Group Sumitomo Trust & anking Sun Life Financial Inc. Superfund Asset Management GmbH Sustainable Capital Svenska Kyrkan, Church of Sweden Swedbank Ab (publ) Swiss Reinsurance Company Swisscanto Holding AG Syntrus Achmea Asset Management TD Asset Management Inc. TDAM USA Inc. Teachers Insurance and Annuity Association College Retirement Equities Fund (TIAA-CREF) Tempis Capital Management Co., Ltd. Terra Forvaltning AS TfL Pension Fund The University of Edinburgh Endowment Fund Third Swedish National Pension Fund (AP3) Threadneedle Asset Management Tokio Marine & Nichido Fire Insurance Co., Ltd. Toronto Atmospheric Fund The Travelers Companies, Inc. Trillium Asset Management Corporation TRIODOS ANK TrygVesta US AG Unibanco Asset Management UniCredit Group Union Asset Management Holding AG Unipension UNISON staff pension scheme UniSuper Unitarian Universalist Association The United Church of Canada - General Council United Methodist Church General oard of Pension and Health enefits United Nations Foundation Universities Superannuation Scheme (USS) Vancity Group of Companies Veritas Investment Trust GmbH Vermont State Treasurer VicSuper Pty Ltd Victorian Funds Management Corporation VietNam Holding Ltd. Visão Prev Sociedade de Previdência Complementar Waikato Community Trust Inc Walden Asset Management, a division of oston Trust and Investment Management Company WARURG - HENDERSON Kapitalanlagegesellschaft für Immobilien mbh WARURG INVEST KAPITALANLAGEGESELLSCHAFT MH The Wellcome Trust Wells Fargo West Yorkshire Pension Fund WestL Mellon Asset Management Kapitalanlagegesellschaft mbh (WMAM) The Westpac Group Winslow Management Company Woori ank YES ANK Limited York University Pension Fund Youville Provident Fund Inc. Zegora Investment Management Zurich Cantonal ank 5

6

7 Préface de Christine Lagarde ÉDITORIAL Au mois de décembre 2009, les pays développés se sont engagés au Sommet de Copenhague à apporter 100 milliards de dollars par an à l horizon 2020 à la lutte contre le changement climatique. À l issue de cette annonce, an Ki-Moon, Secrétaire général des Nations Unies, a décidé de créer un Groupe de Haut Niveau (GHN) pour étudier les sources de financement adaptées à ce combat. Le message que je porte au sein du GHN est que pour être réalisé, cet objectif ne pourra être atteint qu avec l implication du secteur privé. Les mécanismes du marché peuvent aussi aider. Créée à l initiative de NYSE Euronext et de la Caisse des dépôts le 21 décembre 2007, la bourse européenne d échange de quotas d émissions de CO 2 luenext couvre par exemple plus de 60 Md d échanges par an soit 80 % des échanges mondiaux. Pourtant, si l impact économique d une bourse carbone est évident, son efficacité écologique doit être améliorée puisque seulement 5 % des émissions mondiales sont actuellement couvertes par les marchés. En 2010, un an d échanges sur le marché mondial du carbone ne représentera que quelques jours de transactions sur le marché du pétrole ; en 2020 peut-être un mois ; en 2050 les échanges seront équivalents. Demain, le Japon, l Australie, le Canada, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis mettront en place des marchés du même type. Après-demain, d autres suivront, comme ils l ont déjà annoncé (Mexique, Corée). Plus de 35 % des émissions mondiales seront alors couvertes par le marché. C est pourquoi la France continuera à défendre auprès de ses partenaires l idée d une plate-forme d enchères unique et commune à tous les États membres. Elle est la voie la plus naturelle, et la plus efficace : un marché européen du carbone unique doit être porté par une plateforme d enchères unique. En France, l ancien président de l Autorité des Marchés Financiers (AMF), Michel Prada, m a remis au début de l année 2010 un rapport sur la régulation des marchés de CO 2. Sur cette base, j ai saisi le Commissaire au Marché Intérieur et aux Services, Michel arnier, afin que nous définissions un cadre de régulation européen pour le marché des dérivés de matières premières et assimilés comme le marché naissant du carbone. Un cadre qui permette de traiter de la complexité des permis d émission, moitié matière première, moitié instrument financier, et qui repose sur quatre piliers : (i) des règles d accès au marché plus strictes et mieux contrôlées ; (ii) un régime de prévention et de répression des abus sur le marché au comptant ; (iii) la création d une autorité de surveillance investie d un réel pouvoir de régulation ; (iv) une meilleure transparence des informations essentielles au fonctionnement du marché. Cette transparence sur les marchés que j appelle de mes vœux, le Carbon Disclosure Project y contribue pleinement. C est en effet en disposant d une mesure fiable et exhaustive des émissions de carbone en Europe que nous pourrons réaliser les objectifs de l Union européenne en fournissant de la transparence et de l information sur les émissions de gaz à effet de serre. Si nous voulons gagner les esprits en Europe, le travail conjoint entre pouvoirs publics et acteurs du marché doit se poursuivre. Christine Lagarde, Ministre de l Économie, de l Industrie et de l Emploi 7

8 Carbon Disclosure Project 2010 INTRODUCTION Cette année a débuté avec la menace d une récession économique globale. L impossibilité de parvenir à un accord à l échelle mondiale à Copenhague et les débats sur la science du climat ont également été porteurs d incertitudes. De nombreuses personnes nous ont demandé si cela réduirait l engagement des entreprises dans la lutte contre le changement climatique. Les entreprises renonceraient-elles à la mesure et à la gestion de leur empreinte carbone au profit de préoccupations à plus court terme? Abandonneraient-elles leurs plans de réduction carbone en raison de l absence d un cadre réglementaire mondial? Les questions à ces réponses se trouvent dans l ensemble des données du CDP 2010 et je suis ravi de dire, que la réponse est un «non» catégorique! La gestion carbone continue à devenir une priorité stratégique pour un nombre croissant d entreprises. Cette tendance est alimentée par un ensemble de contraintes telles la nécessité de sécuriser les sources d approvisionnement en énergie, de réduire les dépenses énergétiques, de protéger l entreprise des risques physiques et des risques d image liées au changement climatique, de développer de nouvelles activités et de rester compétitif. Les entreprises s emparent globalement des opportunités commerciales liées au carbone souvent bien en amont des exigences réglementaires. L édition 2010 du CDP confirme que davantage d entreprises transmettent leurs données par l intermédiaire du CDP, et que la gestion de leur empreinte carbone est de plus en plus pertinente. La demande pour les données primaires relatives au changement climatique des entreprises se développe. Les données du CDP sont désormais accessibles via loomberg et Google Finance. Elles sont également utilisées par un nombre croissant d analystes financiers et de courtiers afin de générer de nouvelles connaissances sur les impacts du changement climatique sur l industrie mondiale et de mettre en évidence les opportunités correspondantes. Le CDP a également lancé deux indices basés sur les données du CDP : le FTSE CDP Carbon Strategy Index et le Markit Carbon Disclosure Leadership Index. Ces produits donnent aux investisseurs des indications sur les entreprises les mieux placées dans la transition vers une économie faiblement carbonée. Le CDP a établi trois objectifs principaux pour l avenir immédiat. Le premier consiste à travailler avec les entreprises et les utilisateurs des données du CDP pour continuer à en améliorer la qualité et la comparabilité. La fiabilité des données est essentielle à la réalisation de la mission du CDP qui consiste à accélérer la mise en œuvre des solutions au changement climatique en mettant des informations pertinentes à disposition des entreprises, des décideurs politiques et des investisseurs. Dans le cadre de ce processus, le CDP lance un nouveau service intitulé «Reporter Services» destiné exclusivement aux entreprises répondant au CDP, afin de les aider à développer leurs stratégies de gestion carbone grâce à des données de qualité, des analyses approfondies de ces données et le partage des bonnes pratiques. Il ne faut pas oublier que le changement climatique est un problème global qui requiert une solution mondiale. C est la raison pour laquelle le second objectif du CDP porte sur le développement de tous les services et programmes du CDP dans toutes dans les grandes économies dans les années à venir. Au delà du programme destiné aux investisseurs, qui se situe au cœur de l initiative CDP, nous allons développer les programmes «CDP Supply Chain» et «CDP Public Procurement» destinés à réduire l empreinte carbone des fournisseurs des grandes entreprises et des ministères ou collectivités locales, ainsi que le programme «CDP Water Disclosure», afin de maximiser l impact du CDP et de remplir pleinement sa mission. Notre troisième objectif clé est la réduction des émissions. Le nombre d entreprises appartenant à l indice Global 500 (FTSE Global Equity Series) et ayant fait part d objectifs de réduction d émissions a déjà été multiplié par quatre depuis la première édition du CDP. Mais ce n est qu un début. Le CDP est fermement engagé à faire progresser les réductions d émissions et travaille avec les investisseurs et les industries pour atteindre cet objectif. C est grâce aux partenariats que nous pourrons atteindre nos objectifs les plus ambitieux. Le CDP est ravi de travailler avec ses partenaires nationaux, en France le Crédit Agricole, et les rédacteurs des rapports CDP tels Deloitte, avec son conseiller mondial PricewaterhouseCoopers et son sponsor global ank of America, ainsi qu avec Accenture, Microsoft et SAP afin d accélérer la réalisation de sa mission et de mettre en évidence les immenses opportunités que représente pour les entreprises la transition vers une économie faiblement carbonée. 8

9 Paul Dickinson C est une période pleine de défis et d opportunités pour les entreprises, avec des changements majeurs à venir en ce qui concerne la façon dont nous produisons et consommons l énergie. La production d énergie à faible intensité carbone doit être la priorité des politiques de gestion du changement climatique et permettra d assurer simultanément la sécurité énergétique. Les nouvelles technologies telles que les véhicules électriques, les alternatives aux carburants fossiles et la vidéoconférence ou téléprésence démontrent le développement évident des entreprises dont les produits ont une empreinte carbone réduite. Dans ces domaines, les opportunités pour les entreprises sont immenses. C est grâce à des investissements adéquats dans des solutions innovantes que nous parviendrons à construire l avenir faiblement carboné dont nous avons besoin. Paul Dickinson, Président Exécutif du Carbon Disclosure Project 9

10 Carbon Disclosure Project 2010 SOMMAIRE MEMRES ET SIGNATAIRES DU CDP EDITORIAL DE CHRISTINE LAGARDE 7 INTRODUCTION DE PAUL DICKINSON 8 SYNTHÈSE 11 EXECUTIVE SUMMARY 13 A. CONTEXTE 15 A.1. Contexte international 15 A.2. Contexte européen 18 A.3. Contexte français 19. RÉSULTATS DE L ENQUÊTE CDP 2010 EN FRANCE Participation des entreprises Stratégie carbone : gouvernance, objectifs, communication Reporting, vérification et publication des émissions 25 C. SCORES DE TRANSPARENCE ET DE PERFORMANCE CARONE C.1. Introduction et rappels méthodologiques (texte du CDP) 28 C.2. Le Carbon Leadership Disclosure Index C.3. Le Carbon Performance Leadership Index (CPLI) 36 C.4. Evolution de certaines trajectoires historiques 38 D. TENDANCES DU CDP E. ANNEXE 41 10

11 Synthèse Huit ans après le premier rapport Monde du Carbon Disclosure Project et cinq ans après le premier rapport France, il semble que l enjeu carbone ait connu dans le secteur privé une révolution copernicienne! Comme aucun autre enjeu environnemental dans le passé, il redessine la place et la responsabilité de l entreprise dans la représentation du monde. Encore dans ses limbes au début des années 1990, la question climatique a subi une accélération irrésistible dans les années 2000, sous l effet en particulier d un sentiment d urgence et de la prise de conscience de l ampleur des sujets à traiter. La décennie 2010, qui s ouvre, sera celle de l insertion de l enjeu au cœur des organisations. Malgré les débats engagés récemment autour des thèses des climato-sceptiques, malgré l échec apparent mais tout relatif du sommet de Copenhague en décembre 2009, qui n a pas permis d aboutir à l accord international espéré, malgré la crise économique qui perdure et qui peut laisser penser que l enjeu climatique perd un niveau de priorité, la question des gaz à effet de serre émis par les activités humaines et des changements climatiques qu ils provoquent prend une place croissante dans les politiques publiques et d entreprises. Depuis le précédent rapport du CDP en France, les évolutions, tant publiques que privées, peuvent apparaître comme mineures, mais cela reflète en réalité la normalisation de l enjeu carbone, qui ne représente plus, comme par le passé, une question à la marge relevant de la seule bonne action. La définition et la mise en œuvre de politiques au niveau national (loi du Grenelle II, adoptée en juillet 2010) et européen se poursuivent, mais souvent de façon moins manifeste, car le sujet est désormais mieux cerné. Le périmètre de l enquête a été étendu cette année au SF 250 mais la participation est encore très limitée dans ce nouveau périmètre et même en léger retrait au sein du SF 120 L enquête du CDP reflète cette expansion de l enjeu carbone dans les entreprises, notamment en France. En 2010, elle a été étendue du périmètre du SF120 à celui du SF250 (250 premières capitalisations boursières françaises), ce qui représente donc plus qu un doublement du nombre d entreprises consultées. Néanmoins, l analyse montre que le taux de réponses des entreprises du SF120 est en léger retrait par rapport à 2008 et 2009 (61 %, contre 63 % les deux années précédentes), tandis qu il chute à 31 % sur le périmètre du SF250. Cela traduit un taux de réponse très limité des entreprises de taille moyenne, hors SF120 (5 réponses sur 130), signe d un possible déficit de moyens pour répondre à l enquête et d une sensibilité moindre à la problématique du changement climatique et à ses implications. Cependant, si la participation semble incontournable pour les plus grandes entreprises (en termes de chiffre d affaire), des entreprises de toute taille ont répondu à l enquête, démontrant ainsi que la petite taille n est pas un facteur limitant à la participation. Les secteurs Construction et travaux publics, Chimie et Agroalimentaire et boissons atteignent un taux de réponse de 100 % au sein du SF120, comme en Sur le périmètre du SF250, seul le secteur Construction et travaux publics atteint un taux de réponse de 100 %. En revanche, le taux de réponse est faible pour plusieurs secteurs (Pétrole et gaz, Immobilier, Assurance, Distribution, Acier, Automobile et équipementiers, Autres biens et services industriels ou Service collectifs) qui peuvent être considérés comme nettement concernés par l enjeu carbone, du fait soit de leurs émissions directes ou indirectes, soit de l exposition de leurs clients. On notera que la proportion d entreprises acceptant de rendre leur réponse publique croît (67 %, contre 63 % en 2009), ce qui traduit une transparence accrue sur cette problématique. Alors que l on considère souvent que l approche des entreprises suit une logique de maîtrise de leurs risques, l enquête montre que la perception d opportunités est prépondérante Les réponses des entreprises montrent un niveau de perception d opportunités élevé. Ainsi, 78 % des entreprises ayant répondu à l enquête ont identifié au moins une opportunité liée aux enjeux du carbone, ce taux étant plus élevé que pour la perception des risques (63 %). Même s il est stable depuis plusieurs années, il reflète mal la variété des réponses des entreprises et la densification progressive des opportunités commerciales identifiées, ce qui peut d ailleurs être observé dans les publicités à destination du grand public, qui sont axées de façon croissante sur l énergie et les émissions de gaz à effet de serre (GES). Les pratiques internes des entreprises progressent, sur le positionnement de la 11

12 Carbon Disclosure Project 2010 Synthèse problématique au sein du management, les plans de réduction d émissions et le reporting des émissions, en particulier celles du domaine 3 au sens du GHG Protocol Si l engagement est manifeste en externe, il est également sensible à l intérieur même des entreprises, tant en matière de management de la problématique que d engagement de réduction des émissions ou de qualité du reporting. Ainsi, la responsabilité de ces questions se situe au niveau du comité exécutif ou du conseil d administration pour 85 % des entreprises participantes (soit + 28 % et + 10 % par rapport respectivement à 2008 et 2009). Un nombre nettement croissant a défini des objectifs de réduction de leurs émissions ou envisage de le faire (84 %). Quant au reporting des émissions de GES, il poursuit sa progression, sur l ensemble des domaines au sens du GHG Protocol. La croissance la plus remarquable s observe sur le domaine 3 (émissions indirectes hors achats d électricité et de chaleur) : 65 % des entreprises fournissent des données sur au moins une source d émissions de ce domaine, ce qui est proche de la proportion d entreprises ayant indiqué leurs émissions de domaine 1 dans le CDP France 2007 (63 %) ou de domaine 2 dans le CDP France 2008 (59 %). Cette augmentation sensible montre que les entreprises s efforcent désormais de quantifier l ensemble de leurs émissions. Il faut toutefois tempérer cette observation en notant que les émissions de domaine 3 reportées sont principalement liées aux seuls déplacements professionnels des salariés, qui font en général l objet d un suivi comptable (notes de frais). A l inverse, peu d entreprises reportent les émissions de domaine 3 qui nécessitent un dispositif de suivi spécifique, par exemple celles liées aux déplacements domicile-travail ou au transport des intrants et des biens produits. Compte tenu de l importance des émissions du domaine 3 par rapport à celles des domaines 1 et/ou 12 2 pour un grand nombre d entreprises, un reporting complet qui couvre tout l éventail des émissions reste donc à bâtir. L évolution des notes de transparence progresse Le CDLI France 2010 (Carbon Disclosure Leadership Index) regroupe les vingt entreprises avant fait preuve de la meilleure transparence, au regard du processus de notation défini par PricewaterhouseCoopers et le CDP. Leur note est supérieure ou égale à 75 sur 100 (contre 65 sur 100 en 2009). Par rapport à 2009, six entreprises font leur entrée dans le CDLI France. Le podium du CDLI France 2010 est composé, dans l ordre, de Lafarge, Renault et Saint- Gobain. Globalement, la note de transparence moyenne progresse, de 54 sur 100 à 60 sur 100 par rapport à 2009, ce qui montre une volonté croissante de la part des entreprises de communiquer sur les enjeux du carbone et du changement climatique. Une analyse plus fine de la note de transparence montre que les secteurs les plus transparents ont en règle générale une activité particulièrement émettrice de GES (directement ou indirectement), alors que l inverse ne se vérifie pas nécessairement. Cette année, pour la première fois, une note relative à la performance intrinsèque des entreprises en matière de gestion de l enjeu carbone est délivrée. Elle s avère globalement corrélée à la note de transparence sur ce sujet Alors que le CDP avait pour objectif, historiquement, de noter les efforts de transparence des entreprises et d établir un CDLI (Carbon Disclosure Leadership Index), pour la première fois, les entreprises sont également notées selon un critère de performance (à condition d avoir obtenu une note de transparence supérieure à 50 sur 100, afin de disposer d une base d évaluation suffisante). Dans le palmarès des meilleures notes de performance, dénommé CPLI (Carbon Performance Leadership Index), les trois entreprises leaders sont Groupe Steria, Lafarge et Renault (par ordre alphabétique). On constate en outre une bonne corrélation entre la transparence et la performance des entreprises : les entreprises les plus performantes sont, en moyenne, les plus transparentes. Au sens de la méthodologie de notation du CDP, les secteurs les mieux classés selon les deux critères sont Automobile et équipementiers (leader sur les deux tableaux), Pétrole et Gaz, Matériaux de construction et Services collectifs. Même si 2011 risque d être une année sans percée majeure au plan des négociations climatiques internationales, l enjeu pour les entreprises devrait continuer de se renforcer Contrairement aux dernières années, 2011 ne sera probablement pas marquée par un évènement qui pourrait être considéré comme majeur à l échelle mondiale. L échéance du protocole de Kyoto approche (fin 2012), apportant un certain niveau d incertitude au niveau international. Un accord international pourrait émerger fin 2011 à Johannesburg, mais reste hypothétique. Cependant, la réglementation sur les émissions de GES se développe aux niveaux européen et français, ce qui donne une relative visibilité aux entreprises jusqu en Combiné à l enjeu des ressources énergétiques, largement lié à celui des GES, il ne fait aucun doute que l enjeu carbone va poursuivre son ascension dans la «to do list» des dirigeants.

13 Executive summary Eight years after the initial Carbon Disclosure Project Global Report and five years after the first CDP France Report, the carbon challenge seems to have undergone a paradigm shift in the private sector. For the first time ever, an environmental issue has reshaped the position and responsibility of companies in the representation of the world. Still in limbo at the beginning of the 1990s, the climate challenge underwent an irresistible boost in the 2000s, impacted by a sense of urgency and a realization of the extent of the issues at stake. The forthcoming decade will herald the integration of this challenge at the heart of organizations. Despite the recent discussions on climate skeptic arguments, and the relative failure of the Copenhagen Summit in December 2009, which did not give rise to the expected international agreement, and despite the ongoing economic crisis which might lead one to believe that the climate challenge is no longer a priority, the greenhouse gases emitted by human activity and the climate changes that they generate have become an increasingly prominent feature of government and corporate policy. Since the previous CDP report in France, the developments in the public and private sectors may seem minor, but they actually reflect the standardization of the carbon challenge, which is no longer just a marginal issue and a question of simply performing good deeds. Policies at the national (Grenelle II Act, adopted in July 2010) and European levels continue to be shaped and implemented, but often in a less conspicuous manner since the topic is now better defined. The survey was extended this year to the SF250, yet participation has been very limited within this enlarged scope and even dropped slightly within the SF 120 scope The CDP survey reflects this expansion of the carbon challenge in companies, particularly in France. In 2010, it was extended from the SF120 to the SF250 (250 leading French stocks in terms of market capitalization), representing a twofold increase in the number of companies consulted. Nevertheless, the analysis shows that the response rate of the SF120 companies dropped slightly compared to 2008 and 2009 (61%, compared to 63% in the two previous years), whereas the response rate plummeted to 31% within the SF250. This reflects the very limited response rate of medium-sized companies outside of the SF120 (5 responses out of 130), indicating a possible shortage of means to reply to the survey and less sensitivity to the climate change issue and its implications. However, if participation seems essential to major companies (in terms of revenue), companies of all sizes responded to the survey, thus demonstrating that small size is not a factor limiting participation. As in 2009, a 100% response rate was recorded for the Construction & Public Works, Chemicals and Food & everages sectors within the SF120. Within the SF250, a 100% response rate was only recorded for the Construction & Public Works sector. However, the response rate was low for several sectors (Oil & Gas, Real Estate, Insurance, Retail, Steel, Automotive, Other Industrial Goods & Services or Utilities) that may be considered as clearly affected by the carbon challenge due to their direct or indirect emissions or the exposure of their clients. Note that the percentage of companies which agreed to publish their responses has increased (67%, compared to 63% in 2009), reflecting greater transparency over the issue. Although it is often considered that companies follow a risk management logic in their approach, the survey shows that the awareness of opportunities is predominant The responses of companies indicated a high level of opportunity awareness. Hence, 78% of companies that responded to the survey identified at least one opportunity relating to carbon challenges, thus surpassing that for risk awareness (63%). Even though this rate has been stable for several years, it does not truly reflect the variety of responses from companies and the gradual densification of business opportunities identified that can also be observed in advertising for the general public, which are increasingly focused on energy and greenhouse gas (GHG) emissions. The internal practices of companies have made progress, with regard to the importance of the issue within management, emission reduction projects and emission reporting, particularly Scope 3 emissions as defined by the GHG Protocol Commitment is apparent externally, yet it is also considerable within companies, with regard to the management of the issue as well as the commitment to reduce emissions or ensure reporting quality. Hence, responsibility for these questions 13

14 Carbon Disclosure Project 2010 lies with the Executive Committee or the oard of Directors for 85% of participating companies (i.e. +28% and +10% compared to 2008 and 2009, respectively). A markedly higher number defined or intend to define their emissions reduction targets (84%). GHG emission reporting has continued to make progress for all scopes as defined by the GHG Protocol. The most striking increase is observed for Scope 3 emissions (indirect emissions excluding electricity and heat purchases): 65% of companies provide data for at least one source of Scope 3 emissions, which is close to the percentage of companies that indicated Scope 1 emissions in the CDP France 2007 report (63%) or Scope 2 emissions in the CDP France 2008 report (59%). This significant increase demonstrates that companies are now striving to quantify all their emissions. However, the importance of this observation should be played down, in view of the fact that the reported Scope 3 emissions is mainly limited to employees business trips, which are generally monitored from an accounting point of view (expense claims). Conversely, few companies reported Scope 3 emissions that would require specific monitoring, e.g. those relating to travel from home to the workplace or the transportation of inputs or manufactured goods. Given the importance of Scope 3 emissions compared to Scope 1 and/ or 2 emissions for many companies, a comprehensive reporting, covering all types of emissions, has yet to be set up. The transparency rating has improved The CDLI France 2010 (Carbon Disclosure Leadership Index) compiles the top twenty companies with the best transparency, with respect to the rating process defined by PricewaterhouseCoopers and the CDP. They were awarded a rating greater than or equal to 75 out of 100 (compared to 65 out of 100 in 2009). Compared to 2009, six new companies entered the CDLI France. The top three on the CDLI France 2010 podium in order of merit were Lafarge, Renault and Saint-Gobain. Overall, the average transparency rating rose from 54 out of 100 to 60 out of 100 compared to 2009, thus demonstrating the growing desire of companies to disclose information on carbon and climate change issues. A more in-depth analysis of the transparency rating has demonstrated that the most transparent sectors are generally those activities that produce a significant amount of GHG emissions (directly or indirectly), whereas the opposite assumption cannot necessarily be proven. This year, for the first time, a rating on the intrinsic performance of companies with regard to the management of the carbon challenge was awarded. On the whole, it proved to be in correlation with the transparency rating Whereas, historically, the purpose of the CDP was to rate the efforts of companies in terms of transparency and compile a CDLI, for the very first time, companies are now also rated according to a performance criterion (provided they have obtained a transparency rating of more than 50 out of 100, so as to have a sufficient basis for judgment). In the list of top performance ratings, the CPLI (Carbon Performance Leadership Index), the three leading companies were Groupe Steria, Lafarge and Renault (in alphabetic order). The transparency and performance ratings of companies are well correlated: the best performing companies are, on average, the most transparent. Pursuant to the CDP rating methodology, the highest ranking sectors according to the two criteria were Automotive (leader in both tables), Oil & Gas, Construction Materials and Utilities. Even if it is likely that there will be no major breakthrough in international climate talks in 2011, the climate challenge will continue to grow stronger for companies Contrary to previous years, it is likely that 2011 will not be marked by a major worldwide event. The Kyoto Protocol expiration is drawing near (end of 2012), thus generating a certain level of uncertainty on the international scale. An international agreement could see the light at the end of 2011 in Johannesburg, but this remains hypothetical. However, GHG emission regulations are being developed at the French and European levels, providing companies with relative visibility until Combined with the energy resources issue, which is closely linked to the GHG topic, it goes without saying that the carbon challenge will continue to climb the to do list of company directors. 14

15 A Contexte A.1. Contexte international Retour sur Copenhague L année 2009 a pris fin avec l espoir que le sommet sur le climat de Copenhague aboutirait à un accord international qui prendrait le relais du protocole de Kyoto à partir de Le sommet, par les divergences qu il a mises en lumière et par l accord minimaliste qui l a conclu, a cependant montré que l urgence climatique constitue un enjeu diplomatique d une grande complexité. Alors que la gouvernance mondiale était l apanage des grandes puissances, la question climatique a révélé l importance d acteurs émergents comme la Chine, l Inde, le résil, l Afrique du Sud et d autres pays de moindre poids sur la scène géopolitique, mais amenés à jouer un rôle crucial dans les négociations post-kyoto. Il a mis en évidence l importance des Etats- Unis et de la Chine, qui ont mené les négociations. Le sommet a également rappelé que l enjeu climatique se trouve à l intersection de plusieurs autres problématiques : l énergie, les matières premières, la protection de l environnement, le développement humain et économique, etc. Du fait de l intrication de ces enjeux multiples et des débats sur la responsabilité historique des pays industrialisés, les négociations n ont pas permis d aboutir à un accord portant sur des engagements quantitatifs de réductions d émissions. Par rapport au traité de Kyoto signé en 1998, le contexte international a considérablement changé, rendant les négociations plus difficiles : en 1998, seuls les pays développés ont été impliqués dans l accord, du fait du poids alors faible des émissions des grands pays en développement, tandis que les instruments et mécanismes de régulation restaient à définir, ce qui facilitait un accord sur des mécanismes communs. L accord conclu à Copenhague prend la forme d un document de trois pages seulement (hors annexes) et est dépourvu de valeur juridique. Que fautil retenir de ce document? Il rappelle que le changement climatique est l un des plus grands enjeux actuels. Il prévoit de limiter le réchauffement moyen à + 2 C en 2050 par rapport à l ère pré-industrielle. Ce niveau constitue l une des recommandations du quatrième rapport d évaluation du GIEC (2007). En revanche, aucun objectif de réduction d émissions n est défini. Les pays développés proposent d apporter des aides financières (pas moins de 100 milliards de dollars par an jusqu en 2020) et technologiques aux pays en développement, pour leur permettre de réduire leurs émissions, de s adapter au changement climatique et d éviter la déforestation. L accord mentionne un «Mécanisme technologique». Il insiste sur la nécessité de réduire les émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts, notamment au travers du programme REDD-plus 1. En revanche, il ne prévoit pas la création d un organisme supranational en charge du climat, réclamé par certaines parties prenantes. Enfin, la question de la fiabilité de la mesure, du reporting et de la vérification des données nationales est mentionnée dans le texte final du sommet, mais sans accord entre les grands pays. 1 REDD : Réduction des Emissions provenant de la Déforestation et de la Dégradation des forêts. Le sommet de Copenhague ne constitue donc qu une étape dans le processus de négociations internationales. Malgré le sentiment d échec relatif, il a permis de renforcer la sensibilisation politique et citoyenne qui devrait permettre d aboutir à un accord contraignant dans les prochains mois ou prochaines années. Pour les entreprises, et en particulier pour celles qui opèrent sur plusieurs continents, les conclusions de cet accord sont en revanche sources d incertitude, car le cadre réglementaire mondial au-delà de 2012 reste à bâtir. Le développement concomitant de réglementations nationales ou régionales distinctes conduit d ores et déjà à des impacts variables, qui se reflètent sur les marchés du carbone par un prix de la tonne de CO 2 pouvant varier par exemple de 2 dans le nord-est des Etats-Unis à 16 en Europe. La position des Etats-Unis Les Etats-Unis ont joué un rôle clé dans les négociations qui ont eu lieu lors du sommet de Copenhague. La participation du président Obama, considéré comme plus engagé que son prédécesseur sur la question climatique, n a pas permis d aboutir à l accord attendu, en particulier du fait de l absence d une législation américaine portant sur les émissions de gaz à effet de serre (GES). La proposition américaine lors du sommet était de réduire ses émissions nationales de 17 % en 2020 par rapport à 2005 (ce qui ne représente qu une baisse de 7 % par rapport à 1990, année de référence pour le protocole de Kyoto). Cette baisse aurait été atteinte grâce à un marché d émissions pouvant faire appel largement aux mécanismes de projets définis dans le protocole de Kyoto (MDP, Mécanismes de Développement Propre et MOC, Mise en Œuvre Conjointe). 15

16 Carbon Disclosure Project 2010 En 2010, dans un contexte politiquement favorable lié à la marée noire dans le golfe du Mexique, le projet de loi sur l énergie et le climat, baptisé «Clean Energy Jobs and American Power Act», a été débattu au Sénat. Le texte, adopté en 2009 par la Chambre des Représentants, s articule autour de quatre priorités : contrôler le futur énergétique, réaffirmer la compétitivité économique américaine, protéger les familles contre la pollution, et assurer la sécurité nationale. Il repose sur des principes de cap and trade (7 500 installations représentant environ 75 % des émissions de GES américaines), de normes dans les transports et d incitations aux améliorations technologiques (notamment le captage-stockage du CO 2 ). Cependant, faute d une majorité au Sénat et en l absence de soutien des Républicains, le texte a subi un coup d arrêt en juillet Au niveau des entreprises, les positions sont contrastées. Certaines organisations militent pour un mécanisme de type cap and trade (position défendue par exemple par le usiness for Innovative Climate and Energy Policy) tandis que d autres ne souhaitent pas que le secteur privé soit soumis à des limites d émissions. La position de la Chine La Chine est depuis quatre ans le premier pays émetteur de GES au monde. Elle a affirmé lors du sommet de Copenhague son rôle clé dans les négociations internationales. Le duo formé avec les Etats-Unis a tourné à l avantage de la Chine. En novembre 2009, la Chine a annoncé son ambition de réduire son intensité carbone de 40 à 45 % en 2020 par rapport à Ceci résulterait, au taux de croissance économique anticipé de 8 % par an sur la période, en un quasi doublement des émissions en 2020 par rapport à Elle n a cependant pas souhaité que ces objectifs soient inclus dans les négociations de Copenhague. L observation des discussions montre que la Chine a constitué le principal 16 frein aux négociations, en refusant les objectifs proposés par d autres pays ou groupes de pays (élévation maximale de la température moyenne, réduction des émissions à long terme, etc). La croissance chinoise dépend notamment de la capacité du pays à assurer une hausse forte et continue de sa production électrique, qui repose pour l essentiel sur l usage de charbon, en dépit des efforts pour développer les énergies renouvelables ou le nucléaire (25 GW contre 4,5 GW en France pour la puissance éolienne installée à fin 2009, ainsi que 10 GW pour le nucléaire). La Chine refuse que sa croissance puisse être bridée par une réglementation internationale sur les émissions de GES et rejette le principe d une gouvernance internationale de l enjeu climatique. Elle défend par ailleurs le droit au développement et à une équité d émissions avec les pays riches, les émissions par habitant de la Chine étant environ deux fois plus faibles qu en Europe et quatre fois plus faibles qu aux Etats-Unis. Dans ce contexte, la position qu adoptera la Chine lors du sommet de Cancun sera déterminante, et rien ne permet de garantir qu elle se ralliera au principe d une limitation des émissions mondiales. Il convient cependant de rappeler qu elle prend massivement part au Mécanisme de Développement Propre (MDP) défini dans le protocole de Kyoto, en accueillant sur son sol des projets représentant plus de 60 % des crédits émis chaque année (particulièrement dans le domaine des énergies renouvelables) (Fig. 1). L avenir des négociations internationales Le traité en discussion se situe au croisement d enjeux multiples, dans un monde en recomposition, où les acteurs défendent des positions parfois contradictoires, avec des contraintes nationales variables, et dans le contexte mouvant de déclarations parfois ambitieuses dont les engagements restent à mettre en œuvre. Depuis le sommet de Copenhague de décembre 2009, les négociations internationales se sont poursuivies à onn en avril 2010, avant le sommet international de Cancun («COP 16»), en décembre Il est probable que les positions des principaux pays prenant part aux discussions ne puissent converger vers des engagements fermes, comme espéré à Copenhague, mais aboutissent plutôt à des décisions de l ordre de la gouvernance, préconisant par exemple la façon de mener les négociations. Un accord quantitatif et contraignant pourrait se dessiner en 2011 («COP 17», Afrique du Sud, décembre 2011). L inertie des négociations laisse planer la menace d une période de vide entre le protocole de Kyoto et l accord qui lui succédera. En effet, le protocole de Kyoto arrivera à terme au 31 décembre 2012, soit un an seulement après le sommet en Afrique du Sud, alors que Fig 1 : Répartition des crédits carbone issus de MDP par pays hôte 1% 9% 1% 1% 3% 1% 1% 5% 6% 11% Chine Inde résil Corée du Sud Mexique Malaisie Chili Indonésie Argentine Niger Autres 62%

17 Contexte les Etats signataires devront s engager dans des démarches de ratification parfois longues (jusqu à 8 ans pour le protocole de Kyoto). L une des conséquences de cette période de transition serait une forte incertitude sur les marchés internationaux du carbone, liés aujourd hui pour l essentiel aux mécanismes de projets du protocole de Kyoto. Ainsi, à l heure actuelle, il n existe aucune certitude quant à la pérennité de ces mécanismes, pourtant décrits jusqu à présent comme les solutions les plus efficaces économiquement pour réduire les émissions au niveau mondial. Pour faire face à ce vide potentiel, la CCNUCC 2 étudie actuellement des solutions transitoires, comme, par exemple, une extension de la période de validité du protocole de Kyoto. Les marchés volontaires Indépendamment des contraintes liées au protocole de Kyoto pesant sur les Etats ou les entreprises, des initiatives volontaires se sont développées pour réduire les émissions de CO 2. Des entreprises peuvent choisir de compenser leurs émissions en acquérant des crédits auprès d autres acteurs réalisant des réductions d émissions en leur nom ; le paiement du crédit rémunère ces efforts de réduction. Ces démarches, qui ont lieu en général de gré à gré, reposent sur des crédits issus de projets MDP (REC - Réduction d Emissions Certifiées) ou d autres projets hors MDP (URV - Unités de Réduction Vérifiées). Ce dernier type de projets, non réglementés, se distingue par une large diversité de critères à respecter pour permettre de bénéficier des crédits. Différents labels ont été créés, comme la Gold Standard et le Voluntary Carbon Standard. Ceux-ci garantissent le respect de certaines règles de réductions d émissions et de prise en compte de critères de développement durable complémentaires, comme le respect des bonnes pratiques sociales. Du fait de la diversité de standards, la compensation volontaire a été souvent 2 Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, UNFCCC en anglais. Point de vue enoît Leguet, Directeur de la Recherche de CDC Climat et Président du Comité de supervision de la Mise en Oeuvre Conjointe La prochaine conférence des parties se tient à Cancún cet hiver. Que peut-on en attendre à votre avis? De façon réaliste, peu d avancées concrètes. Il est clair qu il n y aura pas d accord international significatif à Cancún. L UNFCCC l a implicitement reconnu en publiant en juillet dernier une étude détaillant les solutions juridiques possibles pour donner une suite au protocole de Kyoto en l absence de nouvel accord international. On ne sait donc pas ce que vont devenir les mécanismes de projets et les autres dispositifs mis en place à Kyoto après 2012? Il va y avoir un gap dans la réglementation internationale après 2012, une période d incertitude juridique à durée indéterminée qu il va falloir gérer. C est à mon sens l un des enjeux majeurs de la conférence de Cancún de cet hiver : fixer un cadre pour le post-2012 permettant de conserver les acquis de Kyoto. Ne jetons pas le bébé avec l eau du bain! Quels sont donc, à votre avis, ces acquis qu il faut absolument conserver? Il est primordial de rester concret et de pérenniser un certain nombre de dispositifs pratiques qui ont demandé beaucoup de travail et fait la preuve de leur utilité. Tout d abord, il faut conserver les procédures et les outils développés pour établir les systèmes nationaux d inventaire, qui recensent les émissions carbone nationales. Il faut ensuite s engager à maintenir les mécanismes de projet (MDP et MOC), qui fonctionnent, afin d envoyer un signal clair aux investisseurs. Ces derniers ont déjà probablement suspendu le lancement de nouveaux projets faute d une visibilité suffisante, même si du fait des délais de traitement cela ne se voit pas encore dans le flux des projets approuvés. De manière plus technique, il est enfin indispensable de conserver l International Transaction Log, le dispositif informatique faisant le lien entre les différents comptes nationaux. Vous semblez privilégier les outils plutôt que les engagements de réduction d émission. N est-ce pas mettre la charrue avant les bœufs? Il faut être réaliste : il n y aura pas, à court ou moyen terme, d engagement global de réduction d émissions. On s achemine vers un monde carbone constitué d un ensemble de systèmes de contraintes régionaux distincts, en Europe bien sûr, mais également aux Etats-Unis, au Japon, en Nouvelle- Zélande et en Australie, qui auront besoin d interagir entre eux. La priorité de l ONU doit être de répondre à cette demande en conservant et adaptant les standards et dispositifs développés dans le cadre du protocole de Kyoto. Il n y aurait donc pas lieu de s inquiéter de l absence probable d accord contraignant sur des réductions d émissions à Cancún cet hiver? Non. Si vous me permettez une analogie plombière, je dirais que l important ne réside pour l instant pas tant dans la pression mise dans le système que dans la connexion des différents sous-réseaux entre eux. Il faut s assurer avant tout que tous les acteurs manipulent le même fluide, utilisent des compteurs aux mêmes normes et installent des tuyaux aux diamètres compatibles, afin qu il ne reste plus, le jour venu, qu à ouvrir les vannes pour raccorder les réseaux entre eux sans risque de litiges ou de fuites. 17

18 Carbon Disclosure Project 2010 décriée. Les crédits URV, généralement moins chers que les crédits REC (quelques euros, dans certains cas), peuvent ne pas présenter les mêmes garanties sur les réductions effectives d émissions ou sur la prise en compte d autres enjeux environnementaux, économiques et réglementaires. Ces démarches présentent cependant plusieurs intérêts. Elles permettent de réduire les émissions, même si leur estimation n est pas nécessairement aussi fiable que pour des projets MDP, notamment pour ce qui touche au principe complexe d additionnalité. En outre, grâce à des procédures plus souples que celles qui sont imposées par la CCNUCC pour les projets MDP, le montage des projets est plus aisé, ce qui encourage tant les monteurs de projets que les acheteurs de crédits. Enfin, la relative souplesse des critères de sélection des projets soutenus a permis de développer des approches innovantes, comme les projets programmatiques (combinaisons de plusieurs petits projets de même nature au sein d un même projet global) et les projets liés à l utilisation des sols, à leur changement d affectation et à la sylviculture («LULUCF» 3 ). Ces approches ont 3 LULUCF : Land Use, Land Use Change and Forestry. 18 été reprises par la CCNUCC, pour les projets MDP et pour les mécanismes en négociation pour le post-kyoto. Cela montre l intérêt que peuvent revêtir ces approches volontaires. Il paraît donc probable qu elles puissent, au moins temporairement, prendre une place de plus en plus importante dans l évolution des marchés carbone, dans l attente de la levée de l incertitude qui pèse sur la pérennité des mécanismes de projets du protocole de Kyoto. A.2. Contexte européen La position de l UE dans les négociations internationales Rappelons que l Europe joue un rôle moteur dans les négociations internationales, en démontrant sa volonté d aboutir à un accord international contraignant par son engagement à réduire ses propres émissions d au moins 20 % en 2020 par rapport à 1990 (Paquet Climat Energie, adopté fin 2008) et par la mise en œuvre depuis 2005 d un marché de permis d émissions de CO 2. Au sommet de Copenhague, l Europe a proposé en particulier les points suivants : Une réduction des émissions des pays développés de 25 à 40 % en 2020 par rapport à 1990, puis de 80 à 95 % d ici Fig 2 : Cours des quotas et des crédits MDP sur le marché luenext euro/tco 2 eq /02/ /08/ /02/ /08/ /02/ /08/2010 Quotas carbone européens Crédits MDP Un engagement semblable pour les pays en développement au niveau de PI par habitant comparable à celui des pays développés. Un soutien financier important des pays développés au pays dits en développement pour leur permettre un développement plus sobre en carbone. L Europe n a pas su imposer sa position lors du sommet, notamment en raison de l absence d une gouvernance européenne sur ce sujet, les pays étant représentés individuellement par leurs chefs d Etat (le poste de Commissaire européen à l action climatique n a été créé qu un mois avant le sommet de Copenhague). Elle s attache désormais à poursuivre la défense de cette position sur la scène internationale, tout en développant des politiques internes et en envisageant des mesures pour atténuer les distorsions de concurrence résultant de contraintes imposées aux seuls industriels européens. En outre, le rehaussement à 30 % des objectifs de réduction d émissions à échéance 2020, soutenu par certains pays, a été rejeté du fait du contexte économique difficile en Europe. Le marché d émissions européen Le marché européen continue de dominer le monde de la finance carbone, avec un volume d échange de quotas de 89 milliards d euros, en hausse de 18 % sur un an, en particulier du fait d une forte hausse du volume des transactions. Le prix des quotas avait fortement baissé jusqu en février 2009, la crise économique ayant laissé augurer une baisse de la production industrielle et de la consommation d énergie et, par conséquent, un excès de quotas (Fig. 2). Les émissions reportées par les sites sous quotas ont finalement baissé de 11 % entre 2008 et 2009 (214 millions de tonnes de CO 2 de moins ont été émises en 2009 par rapport à l année précédente, avec des fortes baisses dans plusieurs secteurs industriels fortement touchés par la crise, en particulier l acier, le ciment et le raffinage). Cette situation a effectivement conduit à un excès global de quotas en 2009, alors que

19 Contexte 2008 avait été marqué par un déficit global. Le prix a ensuite rejoint une fourchette de 12 à 16 à partir de mars 2009, à l issue de la phase de publication des émissions sous quotas, en évoluant de concert avec les prévisions de croissance économique européennes. Cela montre d ailleurs que la valeur fixée par le marché reflète les efforts nécessaires pour atteindre les objectifs de réductions d émissions fixées dans les Plans Nationaux d Allocation de Quotas (PNAQ). En parallèle, les pays membres mettent en place les modalités du marché européen des quotas post Ce marché sera marqué en particulier par une extension à de nouveaux secteurs (aviation dès 2012, puis nouveaux secteurs industriels (aluminium, chimie ) en 2013) et d autres gaz à effet de serre (N 2 O, PFC) dès Un plafond européen d allocation de quotas se substituera aux plafonds nationaux ; ce plafond sera réduit de 1,74 % par an jusqu à Par ailleurs, une part des quotas sera mise aux enchères à partir de Ces enchères représenteront plus d un milliard de tonnes de CO 2 chaque année. En fonction des secteurs et de leur exposition internationale, le mécanisme d enchère variera : 100 % des quotas aux enchères pour les producteurs d électricité dès 2013 ; 20 % pour les installations industrielles soumises à la concurrence en 2013, jusqu à 100 % en 2020 (modalités cependant soumises à négociation pour les industries sujettes à des «fuites de carbone») ; 15 % pour l aviation. Ces enchères seraient organisées une fois par semaine, selon des modalités qui restent à établir. L apparition des premiers cas de fraude «verte» L année écoulée depuis notre dernier rapport a connu quelques incidents liés aux opportunités nouvelles offertes par les marchés du carbone. Nous en avons identifié trois. Le premier concerne le piratage de la plate-forme européenne de gestion des quotas. A l instar d une escroquerie à la carte bleue, des industriels ont été conduits à transmettre leurs codes d accès à la plate-forme, qui ont été ensuite utilisés pour vendre environ quotas. Le deuxième porte sur une fraude à la TVA, en 2008 et 2009, dont le préjudice fiscal est estimé à 5 milliards d euros. Le mécanisme consistait à acheter des quotas dans un pays où ils sont exemptés de TVA, puis à les revendre à dans un autre pays intégrant la TVA, sans reverser le différentiel à l administration fiscale. Cette affaire a conduit le Conseil européen à adopter une directive visant à lutter contre la fraude dans les échanges de quotas. Le troisième est relatif à une faille dans l articulation entre les marchés européen (quotas pour les entreprises) et mondial (engagements nationaux dans le cadre du protocole de Kyoto). Lorsqu une entreprise européenne soumise à quotas acquiert un crédit CER pour atteindre ses objectifs dans le marché européen, elle le remet ensuite à son pays, qui peut l utiliser pour sa conformité Kyoto (en quelque sorte, l entreprise acquiert des crédits pour le compte de son pays). Le pays peut ensuite revendre ces crédits à un autre pays. En revanche, il n est pas possible de les revendre à une entreprise européenne sous quotas, car cela conduirait deux entreprises sous quotas à acheter le même crédit, alors que la réduction d émissions n a été réalisée qu une fois. En l espèce, la Hongrie a mis en 2010 sur le marché un grand nombre de crédits acquis par les entreprises hongroises sous quotas et restitués à l Etat. Or, une partie de ces crédits s est retrouvée sur le marché luenext, l une des plates-formes d échange de quotas et crédits en Europe pour les entreprises, parmi des crédits de première main. Cela a instillé le doute sur la validité de tous les crédits CER s y échangeant et entraîné sa fermeture pour plusieurs jours, le temps de trier le bon grain de l ivraie. Ces affaires, si elles ont ponctuellement déstabilisé le marché européen, n ont pas remis en cause sa légitimité. Elles peuvent être considérées comme des erreurs de jeunesse de marchés sur la voie de la maturité. Elles ont permis aux autorités de prendre conscience de la nécessité d améliorer le dispositif législatif et réglementaire encadrant ces marchés et de se doter d organes pour en assurer une meilleure supervision : le rapport Prada, remis en avril 2010 au ministre de l économie, émet 28 recommandations destinées à alimenter le débat au niveau européen. A.3. Contexte français Vie et mort de la taxe carbone Comment atteindre l objectif ambitieux de diviser par quatre les émissions françaises de GES en 2050 par rapport à 1990, auquel s est engagé la France dans le cadre du Grenelle I en 2008? Un des dispositifs jugé le plus efficace, mis sur la scène publique en 2007 dans le Pacte écologique proposé par Nicolas Hulot consistait en l instauration d une taxe carbone. Une conférence d experts instaurée par Nicolas Sarkozy et présidée par Michel Rocard afin d en étudier l intérêt et les impacts, a publié son rapport en juillet Celui-ci recommandait l instauration d une taxe sur tous les carburants et combustibles produits ou importés en France, calculée sur leur «contenu carbone 4», en se limitant aux émissions non couvertes par le système européen d échanges de quotas. Le prix préconisé était celui établi par le rapport Quinet, débutant à 32 /tco 2, avec un objectif de 100 /tco 2 en Après arbitrage du gouvernement et passage devant le Parlement, la loi de finance pour 2010, adoptée à la mi-décembre 2009, établissait une Contribution Climat Energie à hauteur de 17 /tco 2. De nombreux acteurs profitaient de réductions importantes ou en étaient exonérés, particulièrement parmi les industriels, afin de préserver leur compétitivité. Ayant déjà perdu une grande part de son efficacité par ces limitations, la taxe carbone a été abandonnée après censure par le Conseil Constitutionnel fin décembre 2009, pour rupture de l égalité devant l impôt. 4 Émissions générées par la production et la distribution, par exemple. 19

20 Carbon Disclosure Project 2010 Début janvier 2010, Nicolas Sarkozy a fait part de sa volonté de l introduire dans la fiscalité avant le 1 er juillet Suite au résultat des élections régionales de mars, le projet a été cependant ajourné, signant la mort, au moins provisoire, de la taxe carbone en France. Depuis lors, et dans un contexte économique difficile, l échelon européen est privilégié, recevant notamment le soutien des organisations patronales. Un projet européen en cours s appuie sur des hypothèses de prix autour de 20 / tco 2 et une application progressive de 2013 à Etant donné que les décisions relatives à la fiscalité européenne doivent être prises à la majorité, et au vu de l expérience française, le processus qui s annonce sera vraisemblablement lent et complexe. Quelles sont les conséquences du Grenelle II pour les entreprises en matière de GES? Le processus du Grenelle de l environnement, initié en 2007, a abouti en juillet 2010 à l adoption de la loi dite «Grenelle II», portant engagement national pour l environnement, qui décline les objectifs présentés dans la loi Grenelle I. Dans le domaine des gaz à effet de serre, certaines mesures sont susceptibles de concerner les entreprises : Obligation pour les entreprises de plus de 500 salariés d établir, d ici le 31 décembre 2012, un bilan de leurs émissions de gaz à effet de serre. Extension du dispositif de certificats d économie d énergie, notamment aux entreprises mettant sur le marché des carburants pour l automobile. Extension du champ du reporting environnemental, imposé précédemment par la loi NRE, aux entreprises dont la taille reste à définir (seuil de 500 salariés évoqué), et obligation de fournir une information relative aux engagements sociétaux en faveur du développement durable. Le contenu de ce reporting reste à définir par décret, mais devrait porter, entre autres, sur des éléments relatifs à l enjeu climatique. Par ailleurs, lorsque la société établit des comptes consolidés, l information devra également porter sur ses filiales et sociétés dont elle détient le contrôle. Enfin, une vérification de ces informations par un organisme tiers indépendant est prévue par la loi, à partir de l exercice 2011 pour les entreprises cotées et de l exercice 2016 pour les autres entreprises. Il s en suivra, dès l an prochain, une contrainte accrue sur les entreprises pour publier des informations qualitatives et quantitatives, en particulier sur leurs émissions de GES et sur leur politique de gestion de l enjeu carbone. Cela facilitera l intégration par les investisseurs de cette problématique dans leurs analyses, puisque les informations fournies devraient être plus complètes, plus comparables et plus fiables. Les projets domestiques Les mécanismes MOC (Mise en Œuvre Conjointe) du protocole de Kyoto permettent de mettre en œuvre des projets de réductions d émissions dans des pays de l annexe du protocole, c est-à-dire les pays ayant des objectifs de réduction de leurs émissions. La MOC s adresse en priorité aux pays dont les émissions sont inférieures à leurs objectifs définis dans le protocole. Il s agit généralement des pays de l Est européen, dont la dégradation de la situation économique depuis 1990, date référence pour le protocole, a conduit à une forte baisse de leurs émissions de GES. En effet, le mécanisme de MOC prévoit que le pays hôte du projet cède des crédits au développeur du projet, qui pourra les valoriser, avec pour corollaire une baisse du plafond d émissions du pays hôte. La France a en 2006 lancé le dispositif de «projets domestiques», déclinaison française de la MOC, afin de générer des réductions d émissions dans des secteurs qui ne sont pas couverts par le mécanisme de quotas. Alors que la France s est fixé un objectif ambitieux dans le cadre du protocole de Kyoto (stabilisation des émissions sur la période par rapport à 1990) et qu une croissance globale de ses émissions aurait pu être attendue sur cette période, en comparaison d autres pays européens, les projets domestiques représentent un procédé innovant, puisque les réductions d émissions permises par ces projets sont déduites des droits d émissions nationaux. Ainsi, treize projets domestiques ont été enregistrés, qui doivent conduire à des réductions d émissions de 9,6 millions de tonnes équivalent CO 2 entre 2008 et Ces projets correspondent aux activités suivantes : réduction des émissions de N 2 O lors de la fabrication d acide adipique et d acide nitrique, substitution de combustibles fossiles par des énergies renouvelables, destruction de gaz fluorés, optimisation du séchage de matières agricoles. 20 Les projets domestiques CO 2 : un financement innovant pour les projets environnementaux Pierre Ducret, Président-directeur général, CDC Climat Les projets domestiques CO2 sont la déclinaison des mécanismes de projet du protocole de Kyoto sur le territoire français. Le porteur de projet reçoit un bénéfice financier pour chaque tonne de CO 2 évitée. Depuis 2007, la Caisse des Dépôts a facilité le montage de tels projets sur 43 sites à travers toute la France, ce qui permettra de réduire les émissions de 1,2 MtCO2 d ici à Aujourd hui, sa filiale CDC Climat, entièrement dédiée à la lutte contre le changement climatique, entend poursuivre et développer cette activité à plus grande échelle, en France et en Europe.

Rapport Canada 200 du CDP 2011

Rapport Canada 200 du CDP 2011 Rapport Canada 200 du CDP 2011 Concrétiser des possibilités par une gestion efficace des changements climatiques par les entreprises Rapport compilé pour le compte de 551 investisseurs institutionnels

Plus en détail

Rapport 2006 du Carbon Disclosure Project Canada 280 225 investisseurs possédant des actifs de 31 billions de dollars

Rapport 2006 du Carbon Disclosure Project Canada 280 225 investisseurs possédant des actifs de 31 billions de dollars Rapport 2006 du Carbon Disclosure Project Canada 280 225 investisseurs possédant des actifs de 31 billions de dollars Rapport rédigé par : Le Conference Board du Canada Principal parrain financier : Le

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE

TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE B. Laponche 2 juin 2014 Voir en annexe la présentation de la politique énergétique allemande * 1. Sur la consommation d électricité des

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

L année du Cloud : De plus en plus d entreprises choisissent le Cloud

L année du Cloud : De plus en plus d entreprises choisissent le Cloud Information aux medias Saint-Denis, France, 17 janvier 2013 L année du Cloud : De plus en plus d entreprises choisissent le Cloud Des revenus liés au Cloud estimés à près d un milliard d euros d ici 2015

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib.

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib. Crédit Agricole CIB Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Paris, Jeudi 6 Février 2014 www.ca-cib.com Le marché Euro PP Le développement du marché Euro PP Volumes

Plus en détail

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001 FINANCIAL ADMINISTRATION ACT INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001 LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Etude comparative des pratiques de l intelligence économique entre le Maroc, l Afrique du Sud et le Brésil Par: Mourad Oubrich 3 Plan de la présentation Contexte Cadre conceptuel de l IE Etude empirique

Plus en détail

Wallonia-Belgium A continuous success story. Alphi CARTUYVELS Deputy General Manager Europe & North America

Wallonia-Belgium A continuous success story. Alphi CARTUYVELS Deputy General Manager Europe & North America Wallonia-Belgium A continuous success story Alphi CARTUYVELS Deputy General Manager Europe & North America I. ORGANISATION & STRATEGY II. FIGURES & RESULTS III.BELGIUM WALLONIA S ASSETS I. ORGANISATION

Plus en détail

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees For Immediate Release October 10, 2014 Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees The Senate Standing Committee on Banking, Trade, and Commerce resumed hearings

Plus en détail

BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 S-1003 S-1003 SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA

BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 S-1003 S-1003 SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA S-1003 S-1003 First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 An Act to authorize Industrial Alliance

Plus en détail

N Dénomination Pays d'origine Type de passeport Services / Activités en cours de validité

N Dénomination Pays d'origine Type de passeport Services / Activités en cours de validité Directive MIF Liste des Sociétés de Gestion de Portefeuille Etrangères titulaires du Passeport européen en France et des services / activités 1 1 ACCION H.V. PAYS-BAS Libres Prestations de Services (LPS)

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC)

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) Reporting to the General Manager, Engineering and Maintenance, you will provide strategic direction on the support and maintenance of

Plus en détail

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Missions Registration Information Payment of allowances Support for job seekers Assistance to companies for their recruitment Establishment

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

Question from Gabriel Bernardino (Session I)

Question from Gabriel Bernardino (Session I) /06/204 Question from Gabriel Bernardino (Session I) Do you believe that harmonised EU regulation will indeed lead to less national regulatory details? Croyez-vous que l harmonisation des lois européennes

Plus en détail

TOP 40 DES GESTIONNAIRES DE FONDS

TOP 40 DES GESTIONNAIRES DE FONDS TOP 40 DES GESTIONNAIRES DE FONDS Avantages vous présente son classement automnal des 40 plus importants gestionnaires de fonds de retraite au pays. VERS UNE NOUVELLE ÈRE? Après une année de rendements

Plus en détail

Fonds de placement étrangers Mutations - Août 2006

Fonds de placement étrangers Mutations - Août 2006 Fonds de placement étrangers Mutations - Août 2006 Autorisés à la distribution en Suisse : BELMONT (LUX) - Asia Fund (un fonds étranger présentant un BELMONT (LUX) - Europe Fund (un fonds étranger présentant

Plus en détail

CO 2 + kwh = k Nouvelle équation de la compétitivité française?

CO 2 + kwh = k Nouvelle équation de la compétitivité française? CO 2 + kwh = k Nouvelle équation de la compétitivité française? Rapport France SBF 250 du CDP sur le changement climatique 2012 Rapport compilé pour le compte de 655 investisseurs totalisant des actifs

Plus en détail

Formulaire d inscription (form also available in English) Mission commerciale en Floride. Coordonnées

Formulaire d inscription (form also available in English) Mission commerciale en Floride. Coordonnées Formulaire d inscription (form also available in English) Mission commerciale en Floride Mission commerciale Du 29 septembre au 2 octobre 2015 Veuillez remplir un formulaire par participant Coordonnées

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012 Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien 10 Septembre 2012 Les défis de la chaine de la logistique du transport maritime Danielle T.Y WONG Director Logistics Performance

Plus en détail

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate.

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate. Stéphane Lefebvre CAE s Chief Financial Officer CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate Montreal, Canada, February 27, 2014 Monsieur le ministre Lebel, Mesdames et messieurs,

Plus en détail

SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES)

SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES) CIUDADES) ES/08/LLP-LdV/TOI/149019 1 Project Information Title: Project Number: SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES) ES/08/LLP-LdV/TOI/149019 Year: 2008 Project Type: Status:

Plus en détail

Economie de l'environnement

Economie de l'environnement Economie de l'environnement Fatih Karanl Département d'economie, EconomiX-CNRS, Université Paris Ouest Nanterre la Défense E-mail: fkaranl@u-paris10.fr Web: http://economix.fr/fr/membres/?id=1294 2013-2014

Plus en détail

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Le dispositif L Institut suisse de brainworking (ISB) est une association

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPITRE 28 CHAPTER 28 ASSENTED TO SANCTIONNÉE

STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPITRE 28 CHAPTER 28 ASSENTED TO SANCTIONNÉE First Session, Forty-first Parliament, 60 Elizabeth II, 2011 Première session, quarante et unième législature, 60 Elizabeth II, 2011 STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPTER 28 CHAPITRE 28

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

Nouveautés printemps 2013

Nouveautés printemps 2013 » English Se désinscrire de la liste Nouveautés printemps 2013 19 mars 2013 Dans ce Flash Info, vous trouverez une description des nouveautés et mises à jour des produits La Capitale pour le printemps

Plus en détail

Climate Change 2014. Le questionnaire et le scoring. Esther Stoakes Technical Officer - Scoring. www.cdp.net @CDP Page 1

Climate Change 2014. Le questionnaire et le scoring. Esther Stoakes Technical Officer - Scoring. www.cdp.net @CDP Page 1 Climate Change 2014 Le questionnaire et le scoring Esther Stoakes Technical Officer - Scoring Page 1 Introduction au questionnaire et au scoring Page 2 Questionnaire CDP 2014 changement climatique Management

Plus en détail

Panorama des bonnes pratiques de reporting «corruption»

Panorama des bonnes pratiques de reporting «corruption» Panorama des bonnes pratiques de reporting «corruption» L inventaire ci-après, présente des bonnes pratiques des entreprises du CAC40 ainsi que des bonnes pratiques étrangères et, est organisé dans l ordre

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

BNP Paribas Investment Partners

BNP Paribas Investment Partners FOR PROFESSIONAL INVESTORS BNP Paribas Investment Partners Conférence téléphonique - Gestion obligataire Jeudi 4 juillet 2013 2 Eurozone Fixed Income Performances à fin juin 2013 Eurozone main bond indices

Plus en détail

Efficience énergétique et électricité solaire

Efficience énergétique et électricité solaire Efficience énergétique et électricité solaire Pictet-Clean Energy investit dans des entreprises innovantes Juin 2015 Désormais compétitive, la production d énergie solaire croît fortement. Face au réchauffement

Plus en détail

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to:

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to: 2012-08-23 Corporations Canada 9th floor, Jean Edmonds Towers South 365 Laurier Avenue West Ottawa, Ontario K1A 0C8 Corporations Canada 9e étage, Tour Jean Edmonds sud 365, avenue Laurier ouest Ottawa

Plus en détail

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE 1 Objectifs de l étude Comprendre l impact des réseaux sociaux externes ( Facebook, LinkedIn,

Plus en détail

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 (slide 1) Mr President, Reporting and exchange of information have always been a cornerstone of the

Plus en détail

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 3rd largest European postal operator by turnover The most diversified European postal operator with 3 business lines 2010 Turnover Mail 52%

Plus en détail

RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS

RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS Question 10: The following mandatory and point rated criteria require evidence of work experience within the Canadian Public Sector: M3.1.1.C / M3.1.2.C

Plus en détail

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT #4 EN FRANÇAIS CI-DESSOUS Preamble and Justification This motion is being presented to the membership as an alternative format for clubs to use to encourage increased entries, both in areas where the exhibitor

Plus en détail

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction.

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction. AccessLearn Community Group: Introductory Survey Introduction The W3C Accessible Online Learning Community Group (aka AccessLearn) is a place to discuss issues relating to accessibility and online learning,

Plus en détail

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE PURPOSE The Audit Committee (the Committee), assists the Board of Trustees to fulfill its oversight responsibilities to the Crown, as shareholder, for the following

Plus en détail

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 WORKING DOCUMENT from : Presidency to : delegations No prev. doc.: 12621/08 PI 44 Subject : Revised draft

Plus en détail

Loi sur l aide financière à la Banque Commerciale du Canada. Canadian Commercial Bank Financial Assistance Act CODIFICATION CONSOLIDATION

Loi sur l aide financière à la Banque Commerciale du Canada. Canadian Commercial Bank Financial Assistance Act CODIFICATION CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Canadian Commercial Bank Financial Assistance Act Loi sur l aide financière à la Banque Commerciale du Canada S.C. 1985, c. 9 S.C. 1985, ch. 9 Current to September 10,

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

MANITOBA TRADE AND INVESTMENT CORPORATION ANNUAL REPORT 2010/11 SOCIÉTÉ DU COMMERCE ET DE L'INVESTISSEMENT DU MANITOBA RAPPORT ANNUEL 2010/11

MANITOBA TRADE AND INVESTMENT CORPORATION ANNUAL REPORT 2010/11 SOCIÉTÉ DU COMMERCE ET DE L'INVESTISSEMENT DU MANITOBA RAPPORT ANNUEL 2010/11 MANITOBA TRADE AND INVESTMENT CORPORATION ANNUAL REPORT 2010/11 SOCIÉTÉ DU COMMERCE ET DE L'INVESTISSEMENT DU MANITOBA RAPPORT ANNUEL 2010/11 Board of Directors Conseil d administration Hugh Eliasson Chair

Plus en détail

Placements collectifs étrangers Mutations - Octobre 2008

Placements collectifs étrangers Mutations - Octobre 2008 Placements collectifs étrangers Mutations - Octobre 2008 Distribution en ou à partir de la Suisse approuvée: APUS - AC Statistical Value Market Neutral 12 Vol Fund Union Investment (Schweiz) AG, Zürich

Plus en détail

LADIES IN MOBILITY. LIVE TWEET Innovative City

LADIES IN MOBILITY. LIVE TWEET Innovative City LIVE TWEET Innovative City 1. LadiesinMobility @LadiesMobility19 Juin In Smart Cities, we should create a collaborative model #smartcity #icc2013 2. LadiesinMobility @LadiesMobility19 Juin Cities like

Plus en détail

Life Companies Borrowing Regulations. Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie CONSOLIDATION CODIFICATION

Life Companies Borrowing Regulations. Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Life Companies Borrowing Regulations Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie SOR/92-277 DORS/92-277 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015 Published

Plus en détail

Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015

Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015 Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015 Secretariat-General L'examen annuel de la croissance 2015: Le programme de la Commission pour la croissance et l'emploi est fondé sur trois piliers

Plus en détail

Provide supervision and mentorship, on an ongoing basis, to staff and student interns.

Provide supervision and mentorship, on an ongoing basis, to staff and student interns. Manager, McGill Office of Sustainability, MR7256 Position Summary: McGill University seeks a Sustainability Manager to lead the McGill Office of Sustainability (MOOS). The Sustainability Manager will play

Plus en détail

AMENDMENT TO BILL 32 AMENDEMENT AU PROJET DE LOI 32

AMENDMENT TO BILL 32 AMENDEMENT AU PROJET DE LOI 32 THAT the proposed clause 6(1), as set out in Clause 6(1) of the Bill, be replaced with the following: Trustee to respond promptly 6(1) A trustee shall respond to a request as promptly as required in the

Plus en détail

Votre accès à un monde de placements

Votre accès à un monde de placements Portefeuille HSBC Sélection mondiale MD Votre accès à un monde de placements Accès à des gestionnaires de portefeuille à l échelle locale et mondiale Le service Portefeuille Sélection mondiale tire profit

Plus en détail

CLES DE COMPREHENSION DE LA BEST EXECUTION

CLES DE COMPREHENSION DE LA BEST EXECUTION CLES DE COMPREHENSION DE LA BEST EXECUTION Club AM No17, Novembre 2007 David Angel, ITG (c) 2007 All rights reserved. Not to be reproduced without permission. Sommaire ITG experts en Best Execution Notion

Plus en détail

Québec 739 957 9,60% 9,67% 674 734 8,98% 678 204 9,11% Canada 739 933 1,81% 9,65% 674 806 1,70% 681 287 1,76%

Québec 739 957 9,60% 9,67% 674 734 8,98% 678 204 9,11% Canada 739 933 1,81% 9,65% 674 806 1,70% 681 287 1,76% INTACT Québec 1 055 542 13,70% 1,72% 1 037 681 13,81% 1 040 828 13,98% Canada 4 261 539 10,44% 2,19% 4 170 363 10,51% 4 099 819 10,59% Intact Corporation financière Québec 809 943 10,51% 2,20% 792 484

Plus en détail

Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing?

Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing? Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing? Alexandre Loire A.L.F.A Project Manager July, 5th 2007 1. Changes to roles in customer/supplier relations a - Distribution Channels Activities End customer

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

1. City of Geneva in context : key facts. 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments?

1. City of Geneva in context : key facts. 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments? THE AALBORG COMMITMENTS IN GENEVA: AN ASSESSMENT AT HALF-TIME 1. City of Geneva in context : key facts 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments? 3. The Aalborg Commitments: are they useful

Plus en détail

Fonds de placement étrangers Mutations - Décembre 2005

Fonds de placement étrangers Mutations - Décembre 2005 Fonds de placement étrangers Mutations - Décembre 2005 Autorisés à la distribution en Suisse : Activest GlobalDepot - Offensiv Activest Investmentgesellschaft Schweiz AG, Bern AQUILA CAPITAL FONDS - China

Plus en détail

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) SOR/2002-39 DORS/2002-39 Current to

Plus en détail

COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES, GESTIONNAIRES DE FONDS, FONDS D INVESTISSEMENT CANADIENS

COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES, GESTIONNAIRES DE FONDS, FONDS D INVESTISSEMENT CANADIENS Page 1 of 5 Les membres ayant accordé du financement à l'acmc sont les suivants : L Association des banquiers canadiens (ABC) L Association canadienne des courtiers en valeurs mobilières (ACCOVAM) Groupe

Plus en détail

LE FINANCEMENT A IMPACT POSITIF

LE FINANCEMENT A IMPACT POSITIF DÉCRYPTECO LE FINANCEMENT A IMPACT POSITIF Denis Childs Responsable du Financement à Impact Positif et du Conseil Environnemental & Social, Société Générale Corporate & Investment Banking SOMMAIRE LES

Plus en détail

La complexité simplifiée.

La complexité simplifiée. PORTEFEUILLES LIFEPOINTS RUSSELL La complexité simplifiée. INVESTIR. ENSEMBLE ṂC Les placements perfectionnés peuvent être remarquablement simples. Les Portefeuilles LifePoints Russell offrent une solution

Plus en détail

Miroir de presse. International Recruitment Forum 9-10 mars 2015

Miroir de presse. International Recruitment Forum 9-10 mars 2015 Miroir de presse International Recruitment Forum 9-10 mars 2015 Contenu 1. L Agefi, 9'510 ex., 02.03.2015 2. Market, online, 12.3.2015 3. Studyrama, online, 13.3.2015 4. Venture Magazine, online, 15.3.2015

Plus en détail

Certificate of Incorporation Certificat de constitution

Certificate of Incorporation Certificat de constitution Request ID: 017562932 Province of Ontario Date Report Produced: 2015/04/27 Demande n o : Province de l Ontario Document produit le: Transaction ID: 057430690 Ministry of Government Services Time Report

Plus en détail

RENÉ CHARBONNEAU. 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t i c o. c a

RENÉ CHARBONNEAU. 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t i c o. c a RENÉ CHARBONNEAU C o n s u l t a t i o n e t f o r m a t i o n C o n s u l t i n g a n d T r a i n i n g 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t

Plus en détail

Efficacité énergétique. Conférence Green Univers Le 13 octobre 2011

Efficacité énergétique. Conférence Green Univers Le 13 octobre 2011 Efficacité énergétique Conférence Green Univers Le 13 octobre 2011 Plan Une vision globale de la consommation d'énergie des entreprises Les pays leaders et les grandes décisions en faveur des entreprises

Plus en détail

French Français. French Français. Position / Titre Telephone / Téléphone Email / Courriel. Name / Nom Address / Adresse Postal Code / Code postal

French Français. French Français. Position / Titre Telephone / Téléphone Email / Courriel. Name / Nom Address / Adresse Postal Code / Code postal Canadian Association of Nurses in Oncology Association canadienne des infirmières en oncologie CHAPTER FUNDING APPLICATION FORM FORMULAIRE DE DEMANDE DE FINANCEMENT DE SECTION Complete in typing and submit

Plus en détail

Projet de réorganisation des activités de T-Systems France

Projet de réorganisation des activités de T-Systems France Informations aux medias Saint-Denis, France, 13 Février 2013 Projet de réorganisation des activités de T-Systems France T-Systems France a présenté à ses instances représentatives du personnel un projet

Plus en détail

Investimenti collettivi di capitale esteri Mutazioni - Luglio 2014

Investimenti collettivi di capitale esteri Mutazioni - Luglio 2014 Investimenti collettivi di capitale esteri Mutazioni - Luglio 2014 Approvato alla distribuzione in o partire della Svizzera: ABN AMRO Multi-Manager Funds Aristotle US Equities (F01036687) Pzena European

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

Fiche d Inscription / Entry Form

Fiche d Inscription / Entry Form Fiche d Inscription / Entry Form (A renvoyer avant le 15 octobre 2014 Deadline octobrer 15th 2014) Film Institutionnel / Corporate Film Film Marketing Produit / Marketing Product film Film Communication

Plus en détail

CODIFICATION CONSOLIDATION. Current to September 27, 2015. À jour au 27 septembre 2015. Last amended on July 1, 2010

CODIFICATION CONSOLIDATION. Current to September 27, 2015. À jour au 27 septembre 2015. Last amended on July 1, 2010 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Mortgage Insurance Business (Banks, Authorized Foreign Banks, Trust and Loan Companies, Retail Associations, Canadian Insurance Companies and Canadian Societies) Regulations

Plus en détail

CANADA / ASSOCIATION CANADIENNE DE. L'HÉLICOPTÈRE. Please ensure that these documents are kept with the corporate records.

CANADA / ASSOCIATION CANADIENNE DE. L'HÉLICOPTÈRE. Please ensure that these documents are kept with the corporate records. 2014-06-26 Corporations Canada 9th Floor, Jean Edmonds Towers South 365 Laurier Avenue West Ottawa, Ontario K1A 0C8 Corporations Canada 9e étage, Tour Jean-Edmonds sud 365 avenue Laurier ouest Ottawa (Ontario)

Plus en détail

Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations

Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations Règlement sur les emprunts des sociétés d assurances multirisques et des sociétés d assurance

Plus en détail

REVITALIZING THE RAILWAYS IN AFRICA

REVITALIZING THE RAILWAYS IN AFRICA REVITALIZING THE RAILWAYS IN AFRICA Contents 1 2 3 4 GENERAL FRAMEWORK THE AFRICAN CONTINENT: SOME LANDMARKS AFRICAN NETWORKS: STATE OF PLAY STRATEGY: DESTINATION 2040 Contents 1 2 3 4 GENERAL FRAMEWORK

Plus en détail

Sommaire du marché canadien du capital investissement (CI) Premier semestre de 2015. w w w. c v c a. c a

Sommaire du marché canadien du capital investissement (CI) Premier semestre de 2015. w w w. c v c a. c a Sommaire du marché canadien du capital investissement (CI) Premier semestre de 2015 w w w. c v c a. c a # transactions clôturées en CI et $ par province durant 2015 S1 G$ Nbre total: C-B $ $ $ TRANSACTIONS

Plus en détail

2. Bank of America (US) Market capitalization - $195.9 billion Previous ranking - 2. Market capitalization - $176.7 billion Previous ranking - 3

2. Bank of America (US) Market capitalization - $195.9 billion Previous ranking - 2. Market capitalization - $176.7 billion Previous ranking - 3 Tables des matières 1 Métiers des banques et de CIB 2 Activités de Front Office Qu est que le trading (Thong NGUON Natixis CIB) Activités de Middle Office 3 Valorisation et explication de P&L (H.Hung NGUYEN

Plus en détail

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to:

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to: 2014-02-05 Corporations Canada 9th floor, Jean Edmonds Towers South 365 Laurier Avenue West Ottawa, Ontario K1A 0C8 Corporations Canada 9e étage, Tour Jean-Edmonds sud 365, avenue Laurier ouest Ottawa

Plus en détail

GLOBAL FORUM London, October 24 & 25, 2012

GLOBAL FORUM London, October 24 & 25, 2012 GLOBAL FORUM London, October 24 & 25, 2012-1 - Content REDUCING FLARING AND DEVELOPMENT OF GAS IN THE REPUBLIC OF CONGO REDUCTION DU TORCHAGE ET VALORISATION DU GAZ EN REPUBLIQUE DU CONGO - 2 - Content

Plus en détail

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations Règlement sur les ordonnances alimentaires et les dispositions alimentaires (banques

Plus en détail

Le projet WIKIWATER The WIKIWATER project

Le projet WIKIWATER The WIKIWATER project Le projet WIKIWATER The WIKIWATER project Eau et assainissement pour tous Water and sanitation for all Faire connaitre facilement les moyens techniques, financiers, éducatifs ou de gouvernance pour faciliter

Plus en détail

Règles sur les dividendes déterminés

Règles sur les dividendes déterminés Comité mixte sur la fiscalité de l Association du Barreau canadien et de l Institut Canadien des Comptables Agréés L Institut Canadien des Comptables Agréés, 277, rue Wellington Ouest, Toronto (Ontario)

Plus en détail

Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations

Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations Règlement sur l utilisation de la dénomination sociale (entités du même groupe qu une banque ou société

Plus en détail

Solvabilité II un changement de paradigme

Solvabilité II un changement de paradigme Réglementation Solvabilité II un changement de paradigme En Europe, près de 7 700 milliards d euros d actifs sont gérés par des investisseurs institutionnels qui ont un horizon d investissement de long

Plus en détail

Atelier : Formation. Rapport du Groupe 1. Brainstorming Formation actuarielle. 1. Système de formation

Atelier : Formation. Rapport du Groupe 1. Brainstorming Formation actuarielle. 1. Système de formation Atelier : Formation Rapport du Groupe 1 Brainstorming Formation actuarielle 1. Système de formation Formation universitaire ou Système examens (système anglo-saxon) Conciliation entre les deux: Formation

Plus en détail

Données Personnelles : Les impacts du futur Règlement Européen

Données Personnelles : Les impacts du futur Règlement Européen GENERAL ELECTRIC Données Personnelles : Les impacts du futur Règlement Européen Accountability & Data Protection Christian Pardieu, Executive Counsel, Privacy & Regulatory Affairs Document confidentiel

Plus en détail

LCBO PN-6113-LCBO Beeton/New Tecumseth Times @ 2C (3.313) x 106ag

LCBO PN-6113-LCBO Beeton/New Tecumseth Times @ 2C (3.313) x 106ag STORE IN BEETON, RFP# 2014-110 BEETON retailers in Beeton. The Liquor Control Board of Ontario () is seeking a responsible, customer-focused retailer to operate an Agency store in Beeton. To qualify, the

Plus en détail

Le projet PCS Présentation à l EIFR Paris

Le projet PCS Présentation à l EIFR Paris Le projet PCS Présentation à l EIFR Paris Agenda Qui est PCS? Tour d horizon sur le marché de la titrisation Tour d horizon règlementaire Problèmes de fond 2 Le projet PCS Mission Statement The aim of

Plus en détail

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Interest Rate for Customs Purposes Regulations Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes SOR/86-1121 DORS/86-1121 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août

Plus en détail

Exemption from Approval for Certain Investments in Intragroup Service Entities (Trust and Loan Companies) Regulations

Exemption from Approval for Certain Investments in Intragroup Service Entities (Trust and Loan Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Exemption from Approval for Certain Investments in Intragroup Service Entities (Trust and Loan Companies) Regulations Règlement sur la dispense d agrément pour certains

Plus en détail

La demande. sur l eau 2014. Introduction aux changements dans le questionnaire et au projet de scoring. www.cdp.net @CDP Page 1

La demande. sur l eau 2014. Introduction aux changements dans le questionnaire et au projet de scoring. www.cdp.net @CDP Page 1 La demande d informations CDP sur l eau 2014 Introduction aux changements dans le questionnaire et au projet de scoring Page 1 Introduction En 2013 le questionnaire du program d eau a posé des questions

Plus en détail