ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2011"

Transcription

1 ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2011 Département Carrières Conférence du 25 janvier 2013 Eclairer les risques, tracer l avenir 1

2 OBJECTIF INITIAL : Apporter des éléments de rémunération aux membres de l'institut Permettre une restitution conforme aux présentations RH PRINCIPES DE L ENQUETE : Un questionnaire relativement léger et simple à remplir Prise en compte de données exploitables Une restitution où chaque participant doit se retrouver Analyse selon les multiples critères pour tenir compte de la multiplicité des situations individuelles. Eclairer les risques, tracer l avenir 2

3 PARTICIPATION Le plus bas niveau en nombre et en taux de participation depuis la première enquête. REPRESENTATIVITE Peu de distorsion entre la population ayant répondu à l enquête et la population de référence. Sur représentation des populations masculines de moins de 40 ans, Sur représentation des activités «Assurance» et «Réassurance». On note également cette année un équilibre entre les taux de réponse Paris/province/étranger. Eclairer les risques, tracer l avenir 3

4 REPRESENTATIVITE Sur représentation des activités «Assurance» et «Réassurance». Sous représentation des activités «Banque/Finance» et «Retraite Prévoyance» Eclairer les risques, tracer l avenir 4

5 REMUNERATION ANNUELLE BRUTE Au delà de ce graphique nous disposons de 11 revenus compris entre 315 et K. Les rémunérations globales présentent une tendance à la hausse en fonction de l ancienneté. On constate également une forte dispersion des situations individuelles. Mais 84% des réponses se concentrent sur des rémunérations brutes de moins de , pour les anciennetés de moins de 22 ans. Eclairer les risques, tracer l avenir 5

6 REMUNERATION ANNUELLE FIXE La rémunération fixe présente également une tendance générale à la progression en fonction de l ancienneté. Il est donc plus raisonnable d utiliser cette base pour comparer les résultats en fonction des divers critères. Eclairer les risques, tracer l avenir 6

7 IMPACT DE L ACTIVITE SUR LA REMUNERATION FIXE ASSURANCE La population la plus importante (308 personnes). Des moyennes relativement proches de la moyenne générale, mais régulièrement inférieures. La dispersion est plus marquée au delà de la 16ème année. Pour chaque activité, il est possible de comparer, pour chaque ancienneté, le résultat moyen de l activité et le résultat de l ensemble des activités. On peut également mesurer la dispersion des réponses avec la moyenne théorique de l activité. Eclairer les risques, tracer l avenir 7

8 IMPACT DE L ACTIVITE SUR LA REMUNERATION FIXE ENSEMBLE On peut alors positionner chaque activité en fonction de son écart à la moyenne de l ensemble et à son niveau de dispersion interne à l activité. Les disques sont proportionnels aux nombres de réponses pour chaque activité. 619 Eclairer les risques, tracer l avenir 8

9 IMPACT DE L ACTIVITE SUR LA REMUNERATION FIXE Anciennetés entre 0 et 15 ans Nous observons une diminution de la dispersion sur l ensemble des activités, avec une baisse notable sur les activités «Administration», «Sociétésdegestion»et«Banques». En revanche, la situation est quasiment identique pour l «Assurance» et le «Conseil», dont les effectifs sont les plus importants et donc plus robustes, par rapport à celui des autres activités. On observe quelques légers glissements vers un axe ou un autre, sans pour autant changer la physionomie globale de l ensemble. Eclairer les risques, tracer l avenir 9

10 IMPACT DE LA SITUATION GEOGRAPHIQUE SUR LA REMUNERATION FIXE Comme nous avons constaté l influence de l activité sur la rémunération, l impact de la situation géographique est mesurée par activité. Ici, on constate, même graphiquement une influence assez nette de la situation géographique. Rémunérations plus élevées à l étranger, plus faibles en province et moyennes à Paris. ASSURANCE Eclairer les risques, tracer l avenir 10

11 IMPACT DE LA SITUATION GEOGRAPHIQUE SUR LA REMUNERATION FIXE Des constats similaires sont observés sur les autres activités. Globalement, si les actuaires parisiens sont proches de la moyenne, les actuaires à l étranger ont une rémunération majorée de 18% et ceux de province une rémunération minorée de 11%. Eclairer les risques, tracer l avenir 11

12 IMPACT DU SECTEUR D ACTIVITE SUR LA REMUNERATION FIXE L analyse au niveau du secteur d activité de la personne impose de répartir les effectifs en fonction des critères étudiés précédemment. En se limitant à l activité principale de la société, nous constatons que 8 intersections regroupent plus des 2/3 des réponses. Eclairer les risques, tracer l avenir 12

13 IMPACT DU SECTEUR D ACTIVITE SUR LA REMUNERATION FIXE ENSEMBLE Si l on enregistre des écarts, ils restent relativement limités. A une extrémité, le secteur «Holding» supporte une réduction de 6% par rapport à la moyenne et le secteur «Finance» une majoration de 9%. Eclairer les risques, tracer l avenir 13

14 IMPACT DE LA FONCTION PERSONNELLE SUR LA REMUNERATION FIXE PARIS On constate une évolution significative de la fonction personnelle dans le temps, pour passer à des fonctions plus managériales vers la 4ème année. Ces dernières deviennent prépondérantes à partir de la 8ème année. Les fonctions actuarielles représentent 72% des réponses. Lorsqu on compare la rémunération moyenne des fonctions actuarielles aux autres, on constate qu elle est inférieure. Eclairer les risques, tracer l avenir 14

15 IMPACT DU SEXE SUR LA REMUNERATION FIXE PARIS L analyse sur la base des actuaires parisiens montre que les femmes ont une rémunération inférieure à celle des hommes. Si l écart est minime les premières années, il tend à augmenter fortement avec le temps. Eclairer les risques, tracer l avenir 15

16 LA PART VARIABLE 79% des actuaires bénéficient d une part variable. Pour 33,9% cette part variable est inférieure à 10% de la rémunération fixe, pour 35,9% des actuaires elle est comprise entre 10% et 25% et pour 7,9% elle comprise entre 25% et 50%. Elle dépasse 50% dans quelques cas (1,3% des actuaires). En moyenne cette part variable représente une augmentation de 21% du salaire fixe. En dehors d un cas particulier de rémunération entièrement variable, on enregistre un maximum à 263%. Eclairer les risques, tracer l avenir 16

17 LA PART VARIABLE SELON L ACTIVITE Elle varie sensiblement en fonction de divers critères, en particulier l activité principale de la société. Eclairer les risques, tracer l avenir 17

18 LA PART VARIABLE SELON LA LOCALISATION GEOGRAPHIQUE On peut également mettre en évidence l impact de la situation géographique sur la rémunération variable. La part est plus forte à l étranger et plus faible en province. Eclairer les risques, tracer l avenir 18

19 AUTRES AVANTAGES : LES STOCK OPTIONS 12,9% des actuaires en bénéficient. Des situation contrastées en fonction de l activité, de la situation géographique, de l ancienneté. AUTRES AVANTAGES : LES DIVIDENDES Un peu plus de 9% des actuaires en bénéficient. Des situation contrastées en fonction de l activité. Plus faible en province et avant 6 ans. Eclairer les risques, tracer l avenir 19

20 AUTRES AVANTAGES : LA VOITURE DE FONCTION AUTRES AVANTAGES : LA PARTICIPATION 11% des actuaires en bénéficient. Des situation contrastées en fonction de l activité. Plus faible à Paris et avant 11 ans. Plus de 77% des actuaires en bénéficient. Des situation contrastées en fonction de l activité. Pratique moins répandue à l étranger. Eclairer les risques, tracer l avenir 20

21 IMPACT DU CHANGEMENT DE SOCIETE Ecart par rapport à la moyenne De façon naturelle, le nombre moyen de changements croît avec l ancienneté. Au cours de la deuxième décennie, il est compris entre 2 et 3. Au delà, la faiblesse des effectifs rend les résultats plus volatiles. Un records observé : 34 ans dans la même compagnie. Eclairer les risques, tracer l avenir 21

22 GRILLE DE SALAIRE MEDIAN FIXE Un début de carrière à pour atteindre au bout de 15 ans. Une augmentation de la dispersion avec le temps. Mais ces résultats globaux sont influencés par de nombreux paramètres. Eclairer les risques, tracer l avenir 22

23 GRILLE DE SALAIRE MEDIAN FIXE IMPACT DE L ACTIVITE Assurance et Mutuelles PARIS Conseil, Courtage, Réassurance PARIS Un début de carrière à pour atteindre au bout de 15 ans. Un début de carrière à pour atteindre au bout de 15 ans. Eclairer les risques, tracer l avenir 23

24 COMPARAISON DES ENQUÊTES Assurance PARIS Par période de deux années, la progression est la suivante : +12% entre 2005 et 2007 ; +3,3% entre 2007 et 2009 et +2,0% entre 2009 et Cette progression est légèrement différente si l on retient les 15 premières années : +13,2% entre 2005 et 2007 ; +1,8% entre 2007 et 2009 et +4,1% entre 2009 et Eclairer les risques, tracer l avenir 24

25 COMPARAISON DES ENQUÊTES Conseil PARIS Par période de deux années, la progression est la suivante : +5% entre 2005 et 2007 ; +0,4% entre 2007 et 2009 et +7,3% entre 2009 et Cette progression est légèrement différente si l on retient les 15 premières années : +6,3% entre 2005 et 2007 ; +1,9% entre 2007 et 2009 et +7,9% entre 2009 et Eclairer les risques, tracer l avenir 25

26 IMPACT DE LA FONCTION, DE L EFFECTIF ENCADRE, DE LA TAILLE DE L ENTREPRISE De manière générale, les fonctions managériales confèrent une rémunération supérieure aux autres fonctions après 3 ans d ancienneté, cette fonction n'étant pas représentée pour des anciennetés inférieures. L'impact de l'effectif encadré est réel lorsque le nombre de collaborateurs est supérieur à 10 : la différence de rémunération devient effectivement plus marquée. La taille de l'entreprise ne semble pas avoir d'incidence particulière sur le niveau de rémunération. Eclairer les risques, tracer l avenir 26

27 SYNTHESE DES REPONSES RELATIVES A LA QUESTION : «Quelles utilisations avez vous fait de l enquête? Réponses à l'enquête Ensemble Fonction Nombre % Manager 88 33% 263 Actuariat 76 28% 272 Commerciale 3 23% 13 Généraliste 27 38% 71 Total % 619 L analyse qualitative des réponses apportées permet de dégager trois grands types d utilisation : Benchmark personnel : se situer par rapport au marché et éventuellement négocier une augmentation de salaire lors des revalorisations annuelles ou dans le cadre d un changement de poste interne ou externe. Benchmark pour ses collaborateurs (pour les participants ayant des fonctions de manager) : situer ses collaborateurs par rapport au marché et se servir des comparaisons lors des révisions annuelles des salaires de l équipe ; permet d argumenter les hausses souhaitées. Transmission à la DRH, afin de lui fournir des références de marché dans le cadre d embauches ou d évolution de collaborateurs. Une trentaine de participants (sur les 194 qui ont répondu) indiquent n en avoir fait aucune utilisation et une quinzaine l avoir simplement lue. Al inverse,l unedesréponsesa révélé uncasd utilisation«extrême»:les résultats de l enquête ont poussé l intéressé à la démission,afind obtenirun salaire réajusté à la valeur du marché. Eclairer les risques, tracer l avenir 27

28 MERCI POUR VOTRE ATTENTION L équipe du Département Carrières FONTAINE Benoit LEGER Cyril LUZI Michel RANCILLAC Pascale SIRET Alain TOLLEDANO Jacques VINCENT Pascale Eclairer les risques, tracer l avenir 28

QUALIFICATION PROFESSIONNELLE ET REMUNERATION DES ACTUAIRES

QUALIFICATION PROFESSIONNELLE ET REMUNERATION DES ACTUAIRES QUALIFICATION PROFESSIONNELLE ET REMUNERATION DES ACTUAIRES Conférence du 22 janvier 2009 2 Sommaire REMUNERATION DES ACTUAIRES (2007) Réalisation de l enquêtel Représentativité de l enquêtel Analyse des

Plus en détail

Etude 2014 sur le devenir des Actuaires de l Université de Strasbourg

Etude 2014 sur le devenir des Actuaires de l Université de Strasbourg l Université de Strasbourg Novembre 2014 L Union Strasbourgeoise des Actuaires a proposé à ses membres de remplir un court questionnaire sur leur situation professionnelle actuelle. Ce document s attache

Plus en détail

JOURNÉE 100% ACTUAIRES!

JOURNÉE 100% ACTUAIRES! ! JOURNÉE 100% ACTUAIRES! Plénière n 2! 14h00-14h40 L Institut des actuaires remercie ses partenaires 1 Sommaire de la plénière n 2 1. Département Carrière : les premiers résultats de l enquête rémunération

Plus en détail

Enquête sur. rémunération

Enquête sur. rémunération Enquête sur les juristes d entreprise et leur rémunération Cette note de synthèse est le résultat d une enquête sur le métier de Juriste d entreprise, menée conjointement par l AFJE, Association Française

Plus en détail

L insertion des diplômés de licence professionnelle en 2011 et 2012

L insertion des diplômés de licence professionnelle en 2011 et 2012 DEVE Licences Pro L insertion des diplômés de licence professionnelle en 2011 et 2012 Résultats de l enquête insertion de Février 2013 DEVE Licences Pro Insertion des diplômés de licence professionnelle

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Des tendances stables En 2007, le périmètre de la presse tel que défini par l Observatoire comprenait 2 066 entreprises, soit 321

Plus en détail

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

- 1 - SALAIRES : DONNEES ACTUALISEES JANVIER 08

- 1 - SALAIRES : DONNEES ACTUALISEES JANVIER 08 SALAIRES : DONNEES ACTUALISEES JANVIER 08 1. De nouvelles études publiées par l INSEE 1 Valeur du point : elle a baissé de 0,9% en moyenne par an en euros constants de 1983 à 2005. La baisse globale mesurée

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Allemagne. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20

Allemagne. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Extrait de : Panorama des pensions 211 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G2 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/pension_glance-211-fr Allemagne Merci de citer ce

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

Le métier de Credit Manager

Le métier de Credit Manager Le métier de Credit Manager 2012 2 Enquête 2012 SUR LE METIER DE CREDIT MANAGER Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du recrutement temporaire

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

SITUATION COMPAREE DES FEMMES ET DES HOMMES DANS LE TRANSPORT AERIEN

SITUATION COMPAREE DES FEMMES ET DES HOMMES DANS LE TRANSPORT AERIEN DOCUMENT FINAL SITUATION COMPAREE DES FEMMES ET DES HOMMES DANS LE TRANSPORT AERIEN 2011 Ja nv ier 20 09 Avec la collaboration de SOMMAIRE 1. Répartition des effectifs femmes hommes dans la branche 3 1.1

Plus en détail

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 1 ère Partie Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Formation, statut, mobilité, rémunération, motivation Introduction.

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

Plus en détail

Résultats de l ENQUÊTE BUREAU CARRIERES 2008

Résultats de l ENQUÊTE BUREAU CARRIERES 2008 Résultats de l ENQUÊTE BUREAU CARRIERES 2008 Les statistiques présentées dans ce rapport sont tirées de l enquête réalisée au second trimestre 2008. Vous êtes cette année 657 ingénieurs à avoir répondu

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Évolution de la rémunération des CADRES Édition 2012

Évolution de la rémunération des CADRES Édition 2012 Évolution de la rémunération des CADRES Édition 2012 Les études de l emploi cadre septembre 2012 les cadres et leur rémunération Les entreprises et la rémunération des cadres Enquête auprès de 15 000 cadres

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009. Quelles évolutions par rapport à 2000-2008?

ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009. Quelles évolutions par rapport à 2000-2008? ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009 Quelles évolutions par rapport à 2000-2008? Observatoire des métiers CCIJP 2 Rappel des populations étudiées - Présentation des principales

Plus en détail

1/ Comment est calculé notre salaire brut?

1/ Comment est calculé notre salaire brut? Comprendre son salaire Le salaire à EDF et dans la branche des IEG Juin 2015 1/ Comment est calculé notre salaire brut? Notre salaire brut et fonction : - du salaire national de base ; le SNB - d un coefficient

Plus en détail

Version Finale du 24 mai 2013 Ce rapport contient 11 pages

Version Finale du 24 mai 2013 Ce rapport contient 11 pages Évaluation Actuarielle Corrigée de la Juste Valeur des Bons de Souscription d Actions à leur date d attribution le 7 septembre 2009 pour le Groupe ALTEN Version Finale du 24 mai 2013 Ce rapport contient

Plus en détail

MESURES SALARIALES PRISES PAR LA POSTE

MESURES SALARIALES PRISES PAR LA POSTE PARTIE 4 MESURES SALARIALES PRISES PAR LA POSTE Mesures salariales 07.09 1 SOMMAIRE DE LA 4EME PARTIE SOMMAIRE DE LA 4EME PARTIE... 2 MESURES SALARIALES RELATIVES A L'ANNEE 2002 APPLICABLES AUX AGENTS

Plus en détail

Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012

Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012 Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012 Observatoire de l Emploi et des Métiers en Mutualité 1 Introduction Le bilan social existe depuis 1992. il constitue la source d information statistique

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Méthodologie utilisée

Méthodologie utilisée Dossier spécial Juillet 2010 La carte d identité du de la mutualité Exploitation par le CEREQ des DADS 2007 L Observatoire de l Emploi et des Métiers en Mutualité (OEMM) a poursuivi son travail de collaboration

Plus en détail

ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS PROMOTION 2013

ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS PROMOTION 2013 ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS PROMOTION 2013 ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS 2014 PROMOTION 2013 SYNTHÈSE DES RÉSULTATS L enquête Jeunes Diplômés 2014 sur la promotion 2013 a été réalisée conjointement par des chercheurs

Plus en détail

Passage entre la valeur des capitaux propres et la valeur économique d une entreprise

Passage entre la valeur des capitaux propres et la valeur économique d une entreprise FIXAGE Passage entre la valeur des capitaux propres et la valeur économique d une entreprise Matinale de la SFEV du Vendredi Emmanuel TASSIN Actuaire qualifié & Associé de FIXAGE 11, avenue Myron Herrick

Plus en détail

Licence professionnelle Carrières de la banque et de l'assurance

Licence professionnelle Carrières de la banque et de l'assurance Faculté des Sciences Economiques et de Gestion IAE Licence professionnelle Carrières de la banque et de l'assurance 9/ Lieu de formation : Clermont Ferrand Objectifs de cette licence professionnelle Cette

Plus en détail

BDES GRILLE DE LECTURE

BDES GRILLE DE LECTURE BDES GRILLE DE LECTURE Réunion de négociation du 30 juin 2014 (cette grille figurerait en annexe de l accord) PRÉSENTATION DE LA SITUATION DE L ENTREPRISE Entreprises de 300 salariés et plus prévues dans

Plus en détail

E nquête Enquête sur les revenus professionnels des ingénieurs

E nquête Enquête sur les revenus professionnels des ingénieurs Enquête sur les revenus professionnels des ingénieurs civils, agronomes et bioingénieurs, sur les avantages, les possibilités offertes par les entreprises en matière de formation et la satisfaction des

Plus en détail

Un début de contraction du marché de l emploi

Un début de contraction du marché de l emploi COMMUNIQUE DE PRESSE Baromètre RH AFDEL-Apollo Un début de contraction du marché de l emploi, le 28 novembre 2012 - L Association Française des Editeurs de Logiciels et Solutions Internet (AFDEL) et Apollo

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

Résultats de l enquête de satisfaction au travail et sur la vision de l avenir des salariés.

Résultats de l enquête de satisfaction au travail et sur la vision de l avenir des salariés. Le 2 avril 2015 Résultats de l enquête de satisfaction au travail et sur la vision de l avenir des salariés. Chers collègues, L équipe CFDT a souhaité recueillir votre vision de l entreprise au sujet des

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011*

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* La 19me enquête «Insertion des jeunes Diplômés» de la Conférence des Grandes Écoles s intéresse aux conditions d insertion professionnelle

Plus en détail

5 Rémunérations. 5-1 Généralités. Définitions et méthodes. 106 Fonction publique

5 Rémunérations. 5-1 Généralités. Définitions et méthodes. 106 Fonction publique 5 Rémunérations 5-1 Généralités L évolution du salaire des fonctionnaires dépend des mesures générales d augmentation de la valeur du point, des mesures catégorielles et de l effet de structure, dit GVT

Plus en détail

Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998

Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998 Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998 La baisse des taux des crédits au logement distribués par les établissements de crédit s est poursuivie tout au long de l année 1998, après le tassement

Plus en détail

ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2005

ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2005 ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2005 Juillet 2006 Institut des Actuaires 4, rue Chauveau-Lagarde 75008 Paris Tél. + 33 (0)1 44 51 72 72 www.institutdesactuaires.com 2 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 REPRESENTATIVITE

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR Etude statistique des données fournies par MEDIAFOR Avant-propos Cette étude a été réalisée par l

Plus en détail

Conférence de presse BearingPoint SP2C

Conférence de presse BearingPoint SP2C Conférence de presse BearingPoint SP2C «Les centres de contact externalisés : un secteur en croissance» 15 septembre 2011 Confidentiel. 2011 BearingPoint France SAS BearingPoint To get there. Together.

Plus en détail

Diplômés de Dauphine : 95% en poste et une rémunération en forte hausse

Diplômés de Dauphine : 95% en poste et une rémunération en forte hausse Communiqué de presse Enquête 2011 Apec / Université Paris-Dauphine sur l insertion professionnelle Diplômés de Dauphine : 95% en poste et une rémunération en forte hausse Paris, le 12 mai 2011 Pour la

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Salaire brut annuel en équivalent temps plein annualisé des personnels titulaires du secteur public en France métropolitaine

Salaire brut annuel en équivalent temps plein annualisé des personnels titulaires du secteur public en France métropolitaine Les rémunérations Salaire annuel en équivalent temps plein annualisé des personnels titulaires du secteur public en métropolitaine Les personnels enseignants : Dans le premier degré : 31 280 (dont 5,0

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention Synthèse Les ouvriers non qualifiés de la manutention assurent le chargement, le déchargement, le tri, l emballage et l expédition de marchandises. Ils sont

Plus en détail

PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014

PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014 PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014 INTRODUCTION Nous tenons à saluer la qualité des échanges avant cette paritaire, ainsi que la qualité des documents qui nous ont été remis et qui ont abouti

Plus en détail

GEF. Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles. Regards croisés hommes/femmes. Grandes Écoles au Féminin

GEF. Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles. Regards croisés hommes/femmes. Grandes Écoles au Féminin Ipsos Public Affairs / GEF Février 2007 Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles Regards croisés hommes/femmes GEF Qui sommes-nous? Créé en janvier 2002, GEF regroupe 9 associations

Plus en détail

CCFP 14 décembre 2015

CCFP 14 décembre 2015 CCFP 14 décembre 2015 Débat annuel sur les orientations de la politique des retraites dans la fonction publique 2 ème thème 1 2 ème thème 2. Une approche de l équité inter-régimes au regard de l impact

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DE LA RÉMUNÉRATION 2014

L OBSERVATOIRE DE LA RÉMUNÉRATION 2014 L OBSERVATOIRE DE LA RÉMUNÉRATION 2014 Jeudi 2 octobre 2014 1 SOMMAIRE PRÉAMBULE : TENDANCE MACRO-ÉCONOMIQUE L OBSERVATOIRE DE LA RÉMUNÉRATION AUGMENTATIONS : PRATIQUES 2014 & TENDANCES 2015 NAO ET BUDGETS

Plus en détail

Conférence de presse BearingPoint SP2C

Conférence de presse BearingPoint SP2C Conférence de presse BearingPoint SP2C «Face aux enjeux de restructuration du secteur, quelles sont les perspectives d évolution pour les Centres de Contacts?» Présenté par Laurent Uberti (SP2C) et Eric

Plus en détail

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR RAPPORT D'ÉTUDE Septembre 2006 N 8 Cette étude a été réalisée dans

Plus en détail

Les résultats consolidés 2004 du groupe Elior

Les résultats consolidés 2004 du groupe Elior Les résultats consolidés 24 du groupe Elior Coordination Nationale CGT groupe Elior A.Kerbal D.Sanchis 29 novembre 25 Introduction Les élus du comité de groupe Elior ont pu apprécier le rapport de leur

Plus en détail

Enquête 1 er emploi 2012

Enquête 1 er emploi 2012 Enquête 1 er emploi 2012 Filières initiale et externe Enquête réalisée en Avril-Mai 2013 auprès de la promotion 2012 Filières Initiale et Externe (appelées FI dans la suite de l enquête) Nombre de diplômés

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

Ensai : une forte expertise reconnue par les entreprises

Ensai : une forte expertise reconnue par les entreprises Dossier suivi par : Véronique GUYON Tel. : +33 (0)2 99 05 33 19 Fax : +33 (0)2 99 05 32 05 Veronique.guyon@ensai.fr Objet ENQUETE CGE 2015 RESULTATS DETAILLES POUR L ENSAI Bruz, le 22 juin 2015 Ensai :

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Les salaires minima. La revalorisation des salaires minima

Les salaires minima. La revalorisation des salaires minima La progression des salaires des emplois autres qu artistiques prévue par la Convention collective nationale des entreprises artistiques et culturelles - CCNEAC - La progression des salaires, dans la convention

Plus en détail

Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007

Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007 Observatoire Régional des Parcours Etudiants Aquitains (ORPEA) Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007 En Bref : Le taux de réponse global atteint

Plus en détail

Luxembourg. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20

Luxembourg. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Extrait de : Panorama des pensions 211 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G2 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/pension_glance-211-fr Luxembourg Merci de citer

Plus en détail

- NOTE. OBJET : Résultats consolidés de l enquête «jeunes diplômés», promotion 2009

- NOTE. OBJET : Résultats consolidés de l enquête «jeunes diplômés», promotion 2009 Paris, le 24 janvier 2011 - NOTE OBJET : Résultats consolidés de l enquête «jeunes diplômés», promotion 2009 L enquête réalisée sur l insertion des diplômés 2009 de Sciences Po a permis de recueillir des

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 janvier 2011-9 h 30 «Prolongation d'activité, liberté de choix et neutralité actuarielle : décote, surcote et cumul emploi retraite» Document N

Plus en détail

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010 n 13 REPÈRES Septembre 2010 Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département de l ONDRP Les mineures mises en cause pour

Plus en détail

Les rachats de trimestres de cotisation retraite dans le régime général et leur impact sur les pensions des régimes complémentaires

Les rachats de trimestres de cotisation retraite dans le régime général et leur impact sur les pensions des régimes complémentaires CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance Plénière du 23 janvier 2008-9 h 30 «Régularisations et rachats de trimestres» Document N 9 Document de travail, n engage pas le Conseil Les rachats de trimestres

Plus en détail

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Novembre 2010 La Nuit à Paris recouvre des enjeux importants pour les pouvoirs publics, notamment en termes d activité économique, d activité culturelle,

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chef de projet touristique de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section

Plus en détail

Etude statistique des données fournies par la CCIJP

Etude statistique des données fournies par la CCIJP Etude statistique des données fournies par la CCIJP Sommaire Introduction : Stagnation du nombre de cartes accordées en 2012... 4 1. Dans quels secteurs d activité les journalistes encartés travaillent-ils?

Plus en détail

Les salariés des particuliers-employeurs en 2006

Les salariés des particuliers-employeurs en 2006 Les salariés des particuliers-employeurs en 2006 Claire Marbot, Valérie Dejonghe et Véronique Bruniaux* Sur l ensemble de l année 2006, plus de 1,6 million de salariés ont été employés directement par

Plus en détail

Essentiels de la retraite 19 juin 2014 ATELIER RH. Les incidences de la réforme 2013 des retraites sur la gestion des fins de carrière

Essentiels de la retraite 19 juin 2014 ATELIER RH. Les incidences de la réforme 2013 des retraites sur la gestion des fins de carrière Essentiels de la retraite 19 juin 2014 ATELIER RH Les incidences de la réforme 2013 des retraites sur la gestion des fins de carrière Zoom sur la retraite progressive Françoise KLEINBAUER France Retraite

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

C est quoi le RREGOP?

C est quoi le RREGOP? C est quoi le RREGOP? C est un acronyme signifiant : Régime de retraite des employés du gouvernement et des organismes publics. Créé le 1 er juillet 1973, le RREGOP vise les employés réguliers et occasionnels

Plus en détail

Master Carrières commerciales de la banque et de l'assurance

Master Carrières commerciales de la banque et de l'assurance Promotion / Site : ClermontFerrand Master Carrières commerciales de la banque et de l'assurance Objectif de ce master : Former des cadres commerciaux, maîtrisant les divers aspects de la banque et de l'assurance

Plus en détail

Radio et télévision 15 %

Radio et télévision 15 % culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

La retraite des Praticiens Hospitaliers = retraite du régime général de la Sécurité Sociale + retraite complémentaire IRCANTEC

La retraite des Praticiens Hospitaliers = retraite du régime général de la Sécurité Sociale + retraite complémentaire IRCANTEC La retraite des Praticiens Hospitaliers = retraite du régime général de la Sécurité Sociale + retraite complémentaire IRCANTEC Denis Desanges A - Introduction I - La retraite du régime général Différentes

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor Etude statistique des données fournies par Médiafor L observatoire des métiers de la presse réalise une photographie

Plus en détail

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Pierre GUILLEMARD, coordinateur des enquêtes "anciens diplômés" Conseil d Institut du jeudi 28 juin 2012 1 Plan de la présentation

Plus en détail

OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DU TRM

OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DU TRM OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DU TRM DEMENAGEMENTS DE PARTICULIERS Etude de prix de revient actualisée aux conditions de juin 2013 Dans le cadre de la mission d intérêt général qui lui a été confiée par le Ministère

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Dossier PME. Positionnement salarial

Dossier PME. Positionnement salarial Dossier PME Positionnement salarial Imaginons la situation suivante: l'entreprise X, active dans le secteur des services, compte 40 collaborateurs et est située en région bruxelloise. La société se développe

Plus en détail

Etudes, Actuariat et statistiques

Etudes, Actuariat et statistiques Etudes, Actuariat et statistiques Mots clés Pension de réversion CNRACL Octobre 2014 Résumé La Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL) est un régime de retraite complet

Plus en détail

REUNION D INFORMATION 30 JUIN 2008 LES RETRAITES

REUNION D INFORMATION 30 JUIN 2008 LES RETRAITES REUNION D INFORMATION 30 JUIN 2008 LES RETRAITES Synthèse CPI-CNBF (maj 17 avril 2008) Documents de travail : Comparatif CPI et CNBF 25 ANS et 30K Comparatif CPI et CNBF 35 ANS 65K avec produit de retraite

Plus en détail

Analyse de l Enquête Nationale d Activité des Sophrologues 2010 /2011

Analyse de l Enquête Nationale d Activité des Sophrologues 2010 /2011 Analyse de l Enquête Nationale d Activité des Sophrologues 2010 /2011 Laetitia Heslouis Membre de l ONS, Responsable de l Enquête Directrice de Czazen DU Paris V : Stress & Risques Psychosociaux Certifiée

Plus en détail

Belgique. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20

Belgique. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Extrait de : Panorama des pensions 211 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G2 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/pension_glance-211-fr Belgique Merci de citer ce

Plus en détail

SITUATION PROFESSIONNELLE DES CADRES INGéNIEURS

SITUATION PROFESSIONNELLE DES CADRES INGéNIEURS LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-40 mai 2013 - Profil de formation, caractéristiques du poste et de l entreprise - Comparaison entre diplômés de l Université et diplômés d une école d ingénieurs - Les

Plus en détail

D U T R É S E A U X E T

D U T R É S E A U X E T IUT DE CLERMONT-FERRAND D U T R É S E A U X E T T É L É C O M M U N I C A T I O N S ( R & T ) Taux de réponses de la promotion 2002 : 83% Site d Aubière dans le Puy de Dôme (63) L A S I T UA T I O N G

Plus en détail