Guide des prescriptions applicables

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide des prescriptions applicables"

Transcription

1 13 Guide des prescriptions applicables - pour l exploitation d une plateforme de compostage - pour la mise sur le marché des composts obtenus Une unité de compostage est encadrée par la réglementation applicable aux Installations Classées pour la Protection de l'environnement (rubrique n 2780 : engrais et supports de cultures (fabrication des) à partir de matières organiques et mettant en œuvre un procédé de transformation biologique aérobie (compostage) des matières organiques, ayant le cas échéant subi une étape de méthanisation (Journal Officiel du 29 octobre 2009). Les différents régimes sont les suivants : Compostage de matières végétales brutes, d'effluents d'élevage ou de matières stercoraires Matières traitées inférieures à 3 T/j Matières traitées de 3 à 30 T/jour Matières traitées de 30 à 50 T/jour Matières traitées > 50 T/j RSD Déclaration Enregistrement Autorisation Déclaration de travaux en mairie + permis de construire Dossier de déclaration à la préfecture (Niort) + permis de construire Dossier d enregistrement à la préfecture (Niort) + permis de construire : 8 mois d instruction Demande d'autorisation (étude d'impact) + permis de construire : 1 an d'instruction Les prescriptions applicables aux installations soumises à déclaration sont précisées dans l arrêté du 12 juillet Pour les installations soumises à autorisation, les prescriptions de l arrêté du 22 avril 2008 s appliquent. Pour les installations soumises à enregistrement, les prescriptions de l arrêté du 20 avril 2012 s appliquent. «Déchets» Version Juillet 2015 Photo n 1 : plateforme de compostage EARL la Coll inière Le breuil Bernard

2 Photo n 2 : compostage par retournement Le compostage est assuré si les matières premières ont subi une température de plus de 50 C pendant 6 semaines minimum, avec enregistrement obligatoire des températures. Communauté cantonale de Celles sur Belle - Suivi compostage hiver Andain n Température er retournement 2ème retournement 0 26/12/ /12/ /12/ /01/ /01/ /01/ /01/ /01/ /01/ /01/ /01/ /01/ /01/ /01/ /01/ /01/ /01/ /01/ /01/2008 Exemple de suivi de température de compostage Cette installation de compostage peut être rattachée à un élevage (annexe de l'élevage, prise d'un arrêté complémentaire) ou indépendante, portée par un ou des agriculteurs. Dans la plupart des cas, une installation de compostage agricole sera soumise à déclaration (de 3 à 30 T/jour de matières compostées). Dans le cadre de l exploitation de cette plateforme, un certain nombre de prescriptions sont à respecter sur l enregistrement des données, la tenue des registres d entrée des matières premières et de sortie des composts, sur la fréquence et le type d analyse.

3 L objectif est double : Respecter les prescriptions des normes NFU ou NFU Respecter les prescriptions de sa déclaration (suivant l arrêté ministériel du 12 juillet 2011). LES TYPES D AMENDEMENT PRODUITS Les amendements organiques de la norme sont répartis suivant 11 dénominations qui contient pour chacune : le mode d obtention et les matières utilisées, les types de matières acceptées, l origine de ces matières, les restrictions éventuelles sur l origine ou la composition, les spécifications du produit fini. Les dénominations sont les suivantes : 1 Fumiers 2 Déjections animales sans litières 3 Fumiers et/ou lisiers et/ou fientes compostés 4 Compost vert 5 Compost de fermentescibles alimentaires et/ou ménagers 6 Matière végétale 7 Matière végétale en mélange 8 Mélange de matières végétales et animales 9 Compost végétal 10 Compost de matières végétales et animales 11 Compost de champignonnières Les composts issus des effluents d élevage : Les composts issus des effluents d élevage rentrent dans la dénomination de type 3 : fumiers et/ou lisiers et/ou fientes compostées. Cette dénomination autorise l adjonction de matières végétales comme co-substrats. Les spécifications du produit fini sont les suivantes : Mode d obtention et matières utilisées Types de matières premières acceptées Origines Restrictions Spécification du produit fini Effluents d élevages bruts ou après pré-traitement anaérobie ou physique, ayant subi un procédé de compostage caractérisé ou de lombricompostage avec ou sans rajout de matières végétales Toutes les déjections animales avec ou sans litières, avec adjonction ou non de matières végétales brutes Issues de l agriculture, des centres équestres et des aires d attentes des abattoirs Les litières prises en compte sont des litières végétales traditionnelles avec d éventuels résidus de pierre à lécher, mais sans rétenteur d eau de synthèse Matière organique > 20 % Matière brute Les prescriptions techniques en terme de composition sont les suivantes : Prescriptions Au moins 30% de matière sèche/matière brute Au moins 20% de matière organique/matière brute Au moins une teneur en N, P2O5 et K20 supérieure à 3% N + P2O5 + K20 < 7% Rapport C/N > 8 La somme des formes nitrique, ammoniacale et uréique ne doit pas dépasser 33% de l azote total. Critères d'innocuité à assurer dans les conditions d'emploi pour les éléments traces métalliques, les inertes, les germes et les éléments traces organiques

4 LES ANALYSES La fréquence Cette fréquence est fonction des tonnages de composts sortants de la plateforme. Les analyses à réaliser et leur fréquence sont les suivantes : Type d analyse Tonnage par an T/an T/an T/an T/an Agronomie 2/an 3/an 4/an 4/an Fractionnement biochimique Minéralisation potentielle Absence Absence 1/an 1/an Absence Absence 1/an 1/an ETM (1) 1/an 2/an 3/an 4/an Critères microbiologiques 1/an 2/an 3/an 4/an Inertes et impuretés 1/an 2/an 2/an 3/an CTO (2) 1/an 1/an 1/an 2/an (1) Eléments traces métalliques (2) Composés traces organiques Les analyses d inertes (pierres ) et de composés traces organiques (CTO : dioxines, PCB ) ne sont pas obligatoires pour les composts relevant de la dénomination n 3. Les critères d innocuité dans les conditions d emploi Ces critères d innocuité concernent les éléments traces métalliques (teneurs et flux), les critères microbiologiques, les inertes et impuretés et les composés traces organiques. Ces critères d innocuité et d efficacité sont les suivants : Critères d efficacité pour le sol et les plantes Critères d innocuité pour le sol, les plantes, l eau Effets sur les propriétés physiques du sol (structure, rétention en eau, ph ) Effets sur les propriétés biologiques des sols (enracinement, biomasse microbienne ) Effets fertilisants (teneur en azote, phosphore, potasse ) Eléments traces métalliques Eléments traces organiques Agents microbiologiques (virus, bactéries, parasites ) Inertes (plastiques, verre, terre )

5 La composition sur la matière sèche pour les éléments traces métalliques, les flux limite par an et sur 10 ans sont les suivants : ETM Valeur limite (mg/kg MS) Flux maximal par an (g/ha) Flux maximal sur 10 ans (g/ha) Arsenic Cadmium Chrome Mercure Nickel Plomb Sélénium Cuivre Zinc Pour le cuivre et le zinc, les teneurs ne doivent pas dépasser 600 et 1200 mg/kgmo. Les critères microbiologiques à respecter sont les suivants : Agents indicateurs de traitement : Escherichia coli Entérocoques Agents pathogènes : Œufs d helminthes viables Salmonella Toutes cultures sauf cultures maraîchères Absence dans 1,5 g MB Absence dans 1 g MB 10²/g MB 10 4 /g MB Cultures maraîchères Absence dans 1,5 g MB Absence dans 25 g MB Les valeurs limites pour les inertes et les impuretés sont les suivantes : Inertes et impuretés Films + PSE > 5 mm Autres plastiques > 5 mm Verres + métaux > é mm Valeurs limites < 0.3 % MS < 0.8 % MS < 2 % MS Les flux limites et les teneurs limites en composés traces organiques doivent être inférieurs aux valeurs suivantes : Composés traces organiques Flux limite (g/ha/an) Teneur limite (mg/kgms) HAP Fluoranthèse 6 4 Benzo(b)fluoranthène Benzo(a)pyrène 2 1.5

6 Le coût des analyses Ce coût est indicatif et varie selon le laboratoire (pour information, tarifs LCA la Rochelle 2013) : Analyse Coût HT Analyse agronomique Eléments traces métalliques Composés traces organiques Inertes Microbiologie La fiche de renseignements La fiche de renseignement est jointe à tout envoi d échantillon au laboratoire. Elle doit comprendre au minimum : les coordonnées du demandeur, l origine du produit (préciser la dénomination pour la NFU44051), préciser le cahier des charges, préciser l analyse demandée, l interprétation. L échantillonnage des composts : Il doit se faire sur un lot déterminé, avec prélèvement de plusieurs échantillons dans ce lot (une dizaine), avec un prélèvement à la fourche par exemple. Les 10 prélèvements sont mélangés, un échantillon de 1 kg est envoyé rapidement au laboratoire d analyse. L expédition doit se faire rapidement (24H) afin d éviter l altération de l échantillon. Exemple de bordereau d analyse norme NFU 44051

7 LA MISE SUR LE MARCHE DES COMPOSTS OBTENUS Les obligations de marquage : Chaque vente de compost doit être accompagnée d un bordereau récapitulant les éléments suivants : Marquage obligatoire Terme «amendement organique» + référence à la norme Dénomination du type Liste des matières premières représentant plus de 5 % en masse sur le produit brut avant mélange (dénomination 3 : préciser les espèces concernées) Teneurs en MS, MO, N total et N organique non uréïque, rapport C/N Teneur en P2O5, K20, Mg0, Ca0 Doses et type d emploi préconisé Nom, raison sociale, adresse Masse nette Afficher la recommandation suivante : «Ne pas ingérer, se laver et se sécher les mains après usage» Identification du lot Exemple de marquage norme NF 44051

8 L enregistrement des flux de matières : Il concerne les flux de matières premières et les sorties de composts avec les éléments suivants demandés : Entrée des matières premières Désignation Date de réception Tonnage ou volume Nom et adresse de l expéditeur initial Justification des tonnages reçus Sortie des composts Date de vente Quantité enlevée Références du lot Caractéristiques du compost Identité et coordonnées du client Ce registre doit être conservé pendant une durée minimale de 10 ans, il peut être consulté à tout moment par la DDCSPP ou les services de la DGCCRF. L enregistrement des données liées au compostage : Le contrôle et le suivi du procédé de compostage prennent en compte au minimum les éléments suivants : La nature et l origine des matières constituant le lot Les mesures de température et d humidité relevées au cours du process Nombre et date des retournements ou périodes d aération Les dates d arrosage des andains La durée de la phase de fermentation et de la phase de maturation Les résultats des analyses justifiant de la conformité d un lot de compost. Le contrat de vente des composts : Le contrat de vente des composts doit au minimum mentionner les éléments suivants : Coordonnées du vendeur Raison sociale, identité, adresse Lieu de production Type de compost vendu Marquage NFU Prix de vente Mode de livraison Défini entre les deux parties, éventuellement indexé sur le prix des engrais minéraux Prix départ plateforme, chargement inclus ou non Le prix de vente du compost peut être indexé sur le cours des unités fertilisantes minérales, afin d intéresser l acheteur de compost, même quand les engrais minéraux sont moins chers. Cette indexation peut être révisée tous les 6 mois d un commun accord entre les deux parties. Toute vente de compost doit faire l objet d une pesée pour la transaction (intérêt d avoir un pont bascule à proximité). Il ne faut pas hésiter à rencontrer ses repreneurs pour anticiper avec eux certains besoins (tonnages importants à certaines dates, qualités requises de compost ), voir à communiquer et à montrer son outil de travail. Avec le soutien financier du CASDAR (Compte d Affectation Spéciale Développement Agricole et Rurale) Document conçu et réalisé par la Chambre d Agriculture des Deux-Sèvres Merci de ne pas jeter sur la voie publique Auteur : Thierry PELOQUIN Tél : ou

Personne publique Ville de LONGUEAU. Mairie de LONGUEAU 6 place Louis Prot LONGUEAU

Personne publique Ville de LONGUEAU. Mairie de LONGUEAU 6 place Louis Prot LONGUEAU MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (C.C.T.P.) Personne publique Ville de LONGUEAU Mairie de LONGUEAU 6 place Louis Prot 80330 LONGUEAU Cahier

Plus en détail

Le co-compostage au champ des grignons d olive

Le co-compostage au champ des grignons d olive Le co-compostage au champ des grignons d olive Sébastien LE VERGE s.leverge@ctolivier.org tél.: 04 42 23 82 51 Le contexte Elimination des grignons : - besoins de surfaces d épandage suffisantes et accessibles

Plus en détail

Gestion des épandages de digestats. Aspects techniques, économiques et environnementaux Vendredi 20 décembre 2013

Gestion des épandages de digestats. Aspects techniques, économiques et environnementaux Vendredi 20 décembre 2013 Gestion des épandages de digestats Aspects techniques, économiques et environnementaux Vendredi 20 décembre 2013 Sommaire 1. La production de digestats 2. Traitement des digestats 3. Evolution des éléments

Plus en détail

Règles Générales de la marque NF

Règles Générales de la marque NF DQ CERT 15-363 N d identification AFNOR Certification : NF 444 Version 4 Approuvé par le Représentant légal d AFNOR Certification, le 05/01/2016 Date de mise en application : 05/01/2016 Annule et remplace

Plus en détail

Méthanisation de fumier bovin et volaille. Impact du stockage Essais pilote et potentiel énergétique

Méthanisation de fumier bovin et volaille. Impact du stockage Essais pilote et potentiel énergétique Méthanisation de fumier bovin et volaille Impact du stockage Essais pilote et potentiel énergétique Mars 2013 1 Le développement de la méthanisation en Bourgogne dans le Programme Energie Climat Bourgogne

Plus en détail

FICHE PRODUIT : TOURTEAUX DE COLZA

FICHE PRODUIT : TOURTEAUX DE COLZA Page 1 sur 5 Rédaction : Gwenaelle Appriou Vérification : F. Schmidt Approbation : Eric Bidaou Visa : Visa : Visa : 1 CODES PRODUITS code 801 = tourteaux d extraction de colza conventionnel code 803 =

Plus en détail

Méthanisation de fumiers bovin et volaille. Impact du stockage du fumier Essais pilote et potentiel énergétique

Méthanisation de fumiers bovin et volaille. Impact du stockage du fumier Essais pilote et potentiel énergétique Méthanisation de fumiers bovin et volaille Impact du stockage du fumier Essais pilote et potentiel énergétique Le développement de la méthanisation en Bourgogne dans le Programme Énergie Climat Bourgogne

Plus en détail

Le cadre réglementaire des installations classées pour la protection de l environnement et de l urbanisme

Le cadre réglementaire des installations classées pour la protection de l environnement et de l urbanisme Le cadre réglementaire des installations classées pour la protection de l environnement et de l urbanisme Marc JABOUILLE, Coordinateur Rhône-Alpes pour les installations classées (ICPE) de méthanisation,

Plus en détail

DES STATIONS D EPURATION

DES STATIONS D EPURATION REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Équipement et l Aménagement du territoire et du Développement Durable Office National de l Assainissement (ONAS) LA GESTION DES BOUES DES STATIONS D EPURATION Madame

Plus en détail

Préfet de la région Nord-Pas-de-Calais

Préfet de la région Nord-Pas-de-Calais Préfet de la région Nord-Pas-de-Calais ARRÊTÉ établissant le programme d actions régional en vue de la protection des eaux contre la pollution par les nitrates d origine agricole pour la région Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

Chapitre 5 Les critères analytiques des produits organiques

Chapitre 5 Les critères analytiques des produits organiques Chapitre 5 Les critères analytiques des produits organiques Pour bien utiliser un produit organique, il faut connaître sa composition, bien interpréter son comportement puis vérifier son innocuité et son

Plus en détail

Production de compost au Centre de Valorisation Organique

Production de compost au Centre de Valorisation Organique Gestion des déchets ménagers de Lille Métropole Communauté Urbaine Production de compost au Centre de Valorisation Organique Mustapha MAIMOUNI Conseiller communautaire Lille Métropole Communauté Urbaine

Plus en détail

Bilan de fonctionnement de l unité de méthanisation agricole discontinue en voie sèche du GAEC du Bois Joly

Bilan de fonctionnement de l unité de méthanisation agricole discontinue en voie sèche du GAEC du Bois Joly Bilan de fonctionnement de l unité de méthanisation agricole discontinue en voie sèche du GAEC du Bois Joly Pouech P APESA Guillet M, Banville S BIOMASSE NORMANDIE Brosset D GAEC du Bois Joly Guillaume

Plus en détail

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires Stockage et épandage du digestat Evolutions réglementaires Sommaire Introduction Rappels des différents régimes des installations classées de méthanisation Les règles autour du stockage Du plan d épandage

Plus en détail

Nutrition des plantes: activités de recherche

Nutrition des plantes: activités de recherche Federal Department of Economic Affairs FDEA Agroscope Changins-Wädenswil Research Station ACW Nutrition des plantes: activités de recherche S. Sinaj, A. Maltas, S. Cadot, G. Blanchet, S. Elfouki Agroscope

Plus en détail

Programme régional d études sur le compostage des boues

Programme régional d études sur le compostage des boues Recherche Développement Programme régional d études sur le compostage des boues Expertise du compostage de boues en Lorraine : état des lieux, qualité des produits, débouchés et synthèse de fonctionnement

Plus en détail

Quelle réglementation concerne votre élevage : Règlement Sanitaire Départemental ou Installations Classées pour la Protection de l'environnement?

Quelle réglementation concerne votre élevage : Règlement Sanitaire Départemental ou Installations Classées pour la Protection de l'environnement? Quelle réglementation concerne votre élevage : Règlement Sanitaire Départemental ou Installations Classées pour la Protection de l'environnement? Cette fiche vous permet de : Fiche 3-1 1 ère étape : Situer

Plus en détail

NOTRE ENTREPRISE NOS PRODUITS

NOTRE ENTREPRISE NOS PRODUITS NOTRE ENTREPRISE NOS PRODUITS THIERRY ROUSSEAU LE BOIS GAST -53960 BONCHAMP-LÈS LAVAL TÉL : 02-43-58-05-62 PORT : 06-81-56-32-75 E-MAIL : THIERRY,ROUSSEAU@CO-PROLIS.FR NOTRE ENTREPRISE Agricole Créé en

Plus en détail

Fiche Pratique Echantillonnage 1

Fiche Pratique Echantillonnage 1 Fiche Pratique Echantillonnage 1 L'échantillonnage est couramment utilisé dans le cadre d'un suivi des performances de fonctionnement d'une unité de méthanisation. De multiples analyses peuvent conduire

Plus en détail

Tour d horizon des potentiels de la petite méthanisation

Tour d horizon des potentiels de la petite méthanisation Tour d horizon des potentiels de la petite méthanisation Solène Dumont - TRAME Mohamed Bijja - Ferme de l oie SIMA février 2011 Avec le soutien financier : Petit rappel sur la méthanisation Injection GNV

Plus en détail

S INSTALLER EN QUALITÉ DIFFÉRENCIÉE, QUELLES CONTRAINTES POUR LA MISE EN PLACE DES CAHIERS DES CHARGES

S INSTALLER EN QUALITÉ DIFFÉRENCIÉE, QUELLES CONTRAINTES POUR LA MISE EN PLACE DES CAHIERS DES CHARGES S INSTALLER EN QUALITÉ DIFFÉRENCIÉE, QUELLES CONTRAINTES POUR LA MISE EN PLACE DES CAHIERS DES CHARGES Collège des Producteurs - Assemblée sectorielle Porc 9/10/2015 Christine Anceau DGARNE-Département

Plus en détail

La Chambre d agriculture de l Hérault

La Chambre d agriculture de l Hérault La Chambre d agriculture de l Hérault au cœur de la valorisation des déchets organiques urbains Surfood Systèmes alimentaires urbains durables Rencontres chercheurs/acteurs de la région urbaine de Montpellier

Plus en détail

Agriculture et pollution de l air : enjeux, actions et limites de l action

Agriculture et pollution de l air : enjeux, actions et limites de l action Agriculture et pollution de l air : enjeux, actions et limites de l action Audition publique 4 décembre 2014 - révision de la Directive NEC Daniel Roguet Elu référent «Climat, air, énergie» Chambre d Agriculture

Plus en détail

REGLEMENT TECHNIQUE ANNEXE CHANVRE DIOIQUE

REGLEMENT TECHNIQUE ANNEXE CHANVRE DIOIQUE Règlement technique annexe Chanvre dioïque homologué par arrêté ministériel du 9 octobre 2006 publié au journal officiel du 27 octobre 2006 1 REGLEMENT TECHNIQUE ANNEXE CHANVRE DIOIQUE 1. CHAMP D'APPLICATION

Plus en détail

Origine des boues en Haute-Loire

Origine des boues en Haute-Loire Origine des boues en Haute-Loire Boues urbaines: boues issues du traitement des eaux usées dont les sables et graisses ont été éliminés 555 ouvrages d épuration sur 214 communes (82% des communes) 61 STEP

Plus en détail

ferti-pratiques Autonomie fourragère Fertilisation en système herbager fiche n 23

ferti-pratiques Autonomie fourragère Fertilisation en système herbager fiche n 23 ferti-pratiques Autonomie fourragère Fertilisation en système herbager fiche n 23 Produire plus d herbe Pour sécuriser les marges Produire plus d herbe revient moins cher que d acheter des fourrages et

Plus en détail

Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec DR Modes de conservation pour l échantillonnage des sols. Édition :

Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec DR Modes de conservation pour l échantillonnage des sols. Édition : Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec DR-09-02 Modes de conservation pour l échantillonnage des sols Édition : 2013-01-22 Référence à citer : CENTRE D EXPERTISE EN ANALYSE ENVIRONNEMENTALE

Plus en détail

Plan régional de valorisation des déchets issus des chantiers de gestion de plantes invasives

Plan régional de valorisation des déchets issus des chantiers de gestion de plantes invasives Plan régional de valorisation des déchets issus des chantiers de gestion de plantes invasives Stage de Dorine Vial de 4 mois au sein du Cen Centre, encadré par l animatrice du groupe de travail plantes

Plus en détail

Méthanisation. Colloque Bioénergies. Sylvie DI GRACIA, agricultrice (08) Gaec Oudet. Claude SERVAIS, délégué général du Club Biogaz ATEE

Méthanisation. Colloque Bioénergies. Sylvie DI GRACIA, agricultrice (08) Gaec Oudet. Claude SERVAIS, délégué général du Club Biogaz ATEE Méthanisation Sylvie DI GRACIA, agricultrice (08) Gaec Oudet Claude SERVAIS, délégué général du Club ATEE Méthanisation agricole Méthaniseurs agricoles Les biogaz Origine : produits organiques non ligneux

Plus en détail

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat M CORDELIER, JF. LASCOURREGES, C. PEYRELASSE, C.LAGNET, P.POUECH 4 ième Journées Industrielles Méthanisation 4

Plus en détail

Le compostage de fumier de cheval en élevage

Le compostage de fumier de cheval en élevage guide pratique Le compostage de fumier de cheval en élevage JM LEVEAU (Chambre d Agriculture de l Orne ) 2 Le compostage Le compostage Un compost est une transformation de produits végétaux et animaux

Plus en détail

PRESENTATION DE LA DEMANDE. Anses Dossier n TRADIBASE Mg 1/8. Maisons-Alfort, le 02/05/2016

PRESENTATION DE LA DEMANDE. Anses Dossier n TRADIBASE Mg 1/8. Maisons-Alfort, le 02/05/2016 Maisons-Alfort, le 02/05/2016 Conclusions de l évaluation relatives à la demande d autorisation de mise sur le marché de la matière fertilisante TRADIBASE Mg de la société SEDE ENVIRONNEMENT L Agence nationale

Plus en détail

Avantages et inconvénients des différentes formes d azote apportées au sol en viticulture

Avantages et inconvénients des différentes formes d azote apportées au sol en viticulture L Azote: un élément clé en viticulture et en oenologie Jeudi 8 décembre 2011 Avantages et inconvénients des différentes formes d azote apportées au sol en viticulture Naturellement plus proche... Contexte

Plus en détail

Le Compostage TITRE. Tout ce qu il faut savoir pour pratiquer le compostage individuel

Le Compostage TITRE. Tout ce qu il faut savoir pour pratiquer le compostage individuel Le Compostage TITRE Tout ce qu il faut savoir pour pratiquer le compostage individuel Le Compostage Organismes Plusieurs organismes participent au processus de décomposition dont: Acariens Bactéries Cloportes

Plus en détail

Aspects réglementaires : les ICPE et l eau

Aspects réglementaires : les ICPE et l eau Diapositive 1 Aspects réglementaires : les ICPE et l eau

Plus en détail

LA VALORISATION BIOLOGIQUE POUR LA

LA VALORISATION BIOLOGIQUE POUR LA DOSSIER DE PRESSE AVRIL 2009 TERRALYS DANS L EURE, LA VALORISATION BIOLOGIQUE POUR LA GESTION DES DECHETS SOMMAIRE I. LA VALORISATION BIOLOGIQUE ET LES ENJEUX LOCAUX II. FERTISEINE,, LA VALORISATION DES

Plus en détail

III. Dossier de demande d autorisation de type 1 4

III. Dossier de demande d autorisation de type 1 4 NOTE POUR ADMINISTRES PREFECTURE DE LA GUYANE Direction des Services Vétérinaires de la Guyane Autorisation de transport animaux vivants Transport de moins de 8 heures en intracommunautaire Transport de

Plus en détail

T A R I F S DE BASE HT MENUS ANALYTIQUES. ANALYSES DE SOLS VITICULTURE avec interprétation

T A R I F S DE BASE HT MENUS ANALYTIQUES. ANALYSES DE SOLS VITICULTURE avec interprétation T A R I F S DE BASE HT DESIGNATION CONTENU OBJECTIF 2016 HT MENUS ANALYTIQUES S DE SOLS VITICULTURE avec interprétation 610 611 MENU PLANTATION Granulométrie 5 fractions - PH eau - Calcaire Total - Calcaire

Plus en détail

VII- ACCES DES PERSONNES PHYSIQUES OU MORALES AUX ACTIVITES MINIERES AU CAMEROUN

VII- ACCES DES PERSONNES PHYSIQUES OU MORALES AUX ACTIVITES MINIERES AU CAMEROUN VII- ACCES DES PERSONNES PHYSIQUES OU MORALES AUX ACTIVITES MINIERES AU CAMEROUN VI-1-DELIVRANCE D UNE CARTE INDIVIDUELLE DE PROSPECTEUR (Article 37 du Décret d application du code minier) La carte individuelle

Plus en détail

MPA NRW Material Prüfungsamt Nordrhein-Westfalen

MPA NRW Material Prüfungsamt Nordrhein-Westfalen Page 1 sur 7 MPA NRW Material Prüfungsamt Nordrhein-Westfalen Traduction du P.V. d essai N 22 0002756-03 Demandeur Pagel Spezialbeton Réception de la commande : 02.07.2003 GmbH & Co. KG Réception des échantillons

Plus en détail

Recycler les déchets urbains et agricoles en agriculture: comment évaluer les impacts sur le sol

Recycler les déchets urbains et agricoles en agriculture: comment évaluer les impacts sur le sol Recycler les déchets urbains et agricoles en agriculture: comment évaluer les impacts sur le sol Sabine Houot INRA, EGC, 7885 Thiverval Grignon Production annuelle de déchets en France 868 Millions de

Plus en détail

Pourquoi et comment composter le fumier?

Pourquoi et comment composter le fumier? Pourquoietcommentcomposterlefumier? Qu estcequelecompostage? C est la décomposition biologique de la par des micro-organismes naturellement présents dans le fumier en une matière relativement stable, sous

Plus en détail

Contexte régional, Opportunités départementales Réseau 77 Biogaz

Contexte régional, Opportunités départementales Réseau 77 Biogaz Contexte régional, Opportunités départementales Réseau 77 Biogaz Contexte régional, Opportunités départementales Réseau 77 Biogaz Rémi Fortier, Chargé de mission Energie, Chambre d Agriculture de Seine-et-Marne

Plus en détail

LE GUIDE DE L INOCULATION BIODOZ INOCULANTS SOJA-LUZERNE

LE GUIDE DE L INOCULATION BIODOZ INOCULANTS SOJA-LUZERNE LE GUIDE DE L INOCULATION BIODOZ INOCULANTS SOJA-LUZERNE 1 Edito Réussir l inoculation de ses parcelles de soja et de luzerne est l étape clé pour optimiser la quantité et la qualité de sa récolte. C est

Plus en détail

Guide pratique. Fabrication de fertilisants organiques à la ferme. Composts de fumiers de volaille

Guide pratique. Fabrication de fertilisants organiques à la ferme. Composts de fumiers de volaille Guide pratique Fabrication de fertilisants organiques à la ferme Composts de fumiers de volaille Octobre 2013 SOMMAIRE PREAMBULE page 3 INTRODUCTION page 4 PARTIE I : PRINCIPES ET METHODES Présentation

Plus en détail

Accès à l Aide à l Investissement pour le Développement de l Agriculture (AIDA)

Accès à l Aide à l Investissement pour le Développement de l Agriculture (AIDA) Accès à l Aide à l Investissement pour le Développement de l Agriculture (AIDA) Jean-Paul Clérin, Direction Générale Opérationnelle Agriculture, Ressources naturelles et Environnement (DGO 3), Direction

Plus en détail

consommateur Sol et climat méditerranéen favorables à un goût intense Fraîcheur, produit de proximité, plaisir, exotisme

consommateur Sol et climat méditerranéen favorables à un goût intense Fraîcheur, produit de proximité, plaisir, exotisme MARQUE VALAIS Cahier type PRODUIT OU GROUPE DE PRODUIT : JUS, NECTARS ET VINAIGRES DE FRUITS a) Jus de pommes du Valais b) Jus de poires du Valais c) Nectar de fraises du Valais d) Nectar d abricots du

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES AUDIT QUALITÉ

CAHIER DES CHARGES AUDIT QUALITÉ CAHIER DES CHARGES AUDIT QUALITÉ des commissaires priseurs, responsables des crédits municipaux et sociétés de ventes volontaires de meubles aux enchères publiques (1) NOM : ADRESSE : DIRECTION REGIONALE

Plus en détail

Etude de la norme «bétons» ( norme NF EN )

Etude de la norme «bétons» ( norme NF EN ) Etude de la norme «bétons» ( norme NF EN 206-1 ) 1 Domaine d application de la norme NF EN 206-1 - Cette norme s'applique aux bétons destinés aux structures coulées en place, aux structures préfabriquées,

Plus en détail

Je dois bien gérer mes fumiers pour limiter la propagation des pathogènes :

Je dois bien gérer mes fumiers pour limiter la propagation des pathogènes : Fiche Technique n 7B bis - mise à jour 05/12/2016 Je gère mes fumiers de canards, du stockage à l épandage Je dois bien gérer mes fumiers pour limiter la propagation des pathogènes : L épandage de fumiers

Plus en détail

Conférence SIFEE, Angers, 22 Juin 2005

Conférence SIFEE, Angers, 22 Juin 2005 Conférence SIFEE, Angers, 22 Juin 2005 Quantification des impacts environnementaux associés au traitement biologique et à l'utilisation agricole des produits organiques bilan des connaissances P. Mallard,

Plus en détail

TRANSFORMATION D'UNE SALLE COMMUNALE EN LOGEMENTS SOCIAUX

TRANSFORMATION D'UNE SALLE COMMUNALE EN LOGEMENTS SOCIAUX COMMUNE D'ÉCUELLES REGLEMENT DE LA CONSULTATION TRANSFORMATION D'UNE SALLE COMMUNALE EN LOGEMENTS SOCIAUX Marché passé selon la procédure adaptée ouverte (article 28 du Code des marchés publics) Date limite

Plus en détail

Les explications théoriques ne sont pas encadrées. Les exemples sont sous cette forme.

Les explications théoriques ne sont pas encadrées. Les exemples sont sous cette forme. Comment faire un bilan matière sur une plateforme de compostage? V 2.0 mai 2013 Ce protocole de bilan matière s adresse aux opérateurs locaux de compostage dans le cadre d Africompost. Ce protocole simple

Plus en détail

BILAN DE L ÉVALUATION POUR LE BENZÈNE, NICKEL, ARSENIC, CADMIUM, PLOMB ET BENZO(A)PYRÈNE

BILAN DE L ÉVALUATION POUR LE BENZÈNE, NICKEL, ARSENIC, CADMIUM, PLOMB ET BENZO(A)PYRÈNE BILAN DE L ÉVALUATION POUR LE BENZÈNE, NICKEL, ARSENIC, CADMIUM, PLOMB ET BENZO(A)PYRÈNE Zone urbaine Régionale, FR09N10 2009-2013 Référence : Version : 16-05-2014 Auteur : Fabrice Caïni 2 Sommaire SOMMAIRE...

Plus en détail

VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle

VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle B. Godden 1, P. Luxen 1, R. Oger 2, E. Martin 3 et J.P. Destain 4 1 Agra Ost 2 CRA-W Dpt Agriculture

Plus en détail

Usage et distribution des pesticides à usage agricole à base du phosphure d aluminium

Usage et distribution des pesticides à usage agricole à base du phosphure d aluminium JOURNEE DE SENSIBILISATION SUR LES BONNES PRATIQUES DE L UTILISATION DES PESTICIDES PROBLEMATIQUE DE L USAGE DU PHOSPHURE D ALUMINIUM Rabat, le 20 Novembre 2012 Usage et distribution des pesticides à usage

Plus en détail

Risques sanitaires et environnementaux liés à l épandage des produits organiques

Risques sanitaires et environnementaux liés à l épandage des produits organiques Chapitre 6 Risques sanitaires et environnementaux liés à l épandage des produits organiques La qualité analytique d un produit comprend également des aspects sanitaires et environnementaux. Les risques

Plus en détail

T A R I F S DE BASE HT MENUS ANALYTIQUES. ANALYSES DE SOLS VITICULTURE avec interprétation

T A R I F S DE BASE HT MENUS ANALYTIQUES. ANALYSES DE SOLS VITICULTURE avec interprétation T A R I F S DE BASE HT DESIGNATION CONTENU OBJECTIF 2015 HT MENUS ANALYTIQUES S DE SOLS VITICULTURE avec interprétation 610 COMPLETE (avec oligos) Granulométrie 5 fractions - PH eau - Calcaire Total -

Plus en détail

CPER Dossier de demande de subvention au titre du Fonds national pour l aménagement et le développement du territoire (FNADT) :

CPER Dossier de demande de subvention au titre du Fonds national pour l aménagement et le développement du territoire (FNADT) : CPER 2015-2020 Dossier de demande de subvention au titre du Fonds national pour l aménagement et le développement du territoire (FNADT) : Liste des pièces à fournir : La demande type de subvention fournie,

Plus en détail

PRODUIT OU GROUPE DE PRODUIT : JUS, NECTARS ET VINAIGRES DE FRUITS

PRODUIT OU GROUPE DE PRODUIT : JUS, NECTARS ET VINAIGRES DE FRUITS MARQUE VALAIS Cahier type PRODUIT OU GROUPE DE PRODUIT : JUS, NECTARS ET VINAIGRES DE FRUITS a) Jus de pommes du Valais b) Jus de poires du Valais c) Nectar de fraises du Valais d) Nectar d abricots du

Plus en détail

INSTALLATIONS CLASSEES POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT INDUSTRIE DU BOIS

INSTALLATIONS CLASSEES POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT INDUSTRIE DU BOIS INSTALLATIONS CLASSEES POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT INDUSTRIE DU BOIS Les aspects environnementaux Un secteur industriel à risques 1/ Des risques accidentels L incendie constitue le risque le

Plus en détail

CONTRÔLE DE QUALITE DES

CONTRÔLE DE QUALITE DES CONTRÔLE DE QUALITE DES MEDICAMENTS Présenté par Dr ABOLI THIERRY Responsable des relations extérieurs et des analyses des dispositifs médicaux 1 PLAN - Définition - Présentation LNSP - Référentiels -

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION DE DISTRIBUTION POUR EXPERIMENTATION 1. DÉFINITION : TEXTES DE RÉFÉRENCE : INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES :...

DEMANDE D AUTORISATION DE DISTRIBUTION POUR EXPERIMENTATION 1. DÉFINITION : TEXTES DE RÉFÉRENCE : INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES :... cerfa NOTICE EXPLICATIVE 094#01 DEMANDE D AUTORISATION DE DISTRIBUTION POUR EXPERIMENTATION 1. DÉFINITION :...1. TEXTES DE RÉFÉRENCE :...1. INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES :...1 4. DURÉE DE VALIDITÉ D'UNE

Plus en détail

Qualité du lait cru : Impact sur la qualité sanitaire des produits laitiers transformés

Qualité du lait cru : Impact sur la qualité sanitaire des produits laitiers transformés Qualité du lait cru : Impact sur la qualité sanitaire des produits laitiers transformés Dr Valérie MICHEL Responsable Pôle Sanitaire Actilait Institut Technique du Lait et des Produits Laitiers La Roche

Plus en détail

ASPECTS SANITAIRES DE L ASSAINISSEMENT RURAL AU MAROC

ASPECTS SANITAIRES DE L ASSAINISSEMENT RURAL AU MAROC Royaume du Maroc Ministère de la Santé ا ار وزارة ا Atelier d échanges sur l élaboration d un Programme National d Assainissement et de Réutilisation en milieu Rural 4-5 Février 2013 ASPECTS SANITAIRES

Plus en détail

Distribué par FISSORE Agency Solutions de Criblage et de Recyclage. avec

Distribué par FISSORE Agency Solutions de Criblage et de Recyclage. avec Distribué par FISSORE Agency Solutions de Criblage et de Recyclage avec Silo de stockage Bioréacteurs Sachets individuels Déshydratation et Pelletisation «Big bags» Tapis de chargement Schéma d une installation

Plus en détail

MARQUE NF ANTIPOLLUTION DES INSTALLATIONS D EAU

MARQUE NF ANTIPOLLUTION DES INSTALLATIONS D EAU CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DU BATIMENT Organisme certificateur mandaté par AFNOR Certification 84 avenue Jean Jaurès CHAMPS-SUR-MARNE F - 77447 MARNE LA VALLEE CEDEX 2 www.cstb.fr MARQUE NF ANTIPOLLUTION

Plus en détail

Les principaux documents de référence relatifs à la réglementation en vigueur sur l assainissement non collectif sont :

Les principaux documents de référence relatifs à la réglementation en vigueur sur l assainissement non collectif sont : DOSSIER SANITAIRE Demande d autorisation pour l installation d un dispositif en assainissement non collectif Par ce présent document le pétitionnaire s engage à respecter les règles techniques de conception

Plus en détail

La Certification des Matières Fertilisantes et Supports de Culture par Bureau Veritas Certification et Qualité-France SAS

La Certification des Matières Fertilisantes et Supports de Culture par Bureau Veritas Certification et Qualité-France SAS La Certification des Matières Fertilisantes et Supports de Culture par Bureau Veritas Certification et Qualité-France SAS 15 novembre 2011 Qui sommes-nous? Le Groupe Bureau Veritas en bref Fondé en 1828,

Plus en détail

La gestion du risque sanitaire dans les procédés de fabrication fromagère en France

La gestion du risque sanitaire dans les procédés de fabrication fromagère en France La gestion du risque sanitaire dans les procédés de fabrication fromagère en France Dr Valérie MICHEL Responsable Pôle Sanitaire Actilait Institut Technique du Lait et des Produits Laitiers La Roche sur

Plus en détail

Directive EUP 2005/32 CE Règlement 245/2009 CE Application à l éclairage public. Philippe BADAROUX AFE Rhône Alpes

Directive EUP 2005/32 CE Règlement 245/2009 CE Application à l éclairage public. Philippe BADAROUX AFE Rhône Alpes Directive EUP 2005/32 CE Règlement 245/2009 CE Philippe BADAROUX AFE Rhône Alpes Sommaire Objet et champ d application Objectifs du règlement Cadre législatif Etapes de mise en œuvre Exigences relatives

Plus en détail

Valorisation des déchets à «haut PCI»

Valorisation des déchets à «haut PCI» Valorisation des déchets à «haut PCI» 1 Valorisation des déchets à «haut PCI» Feuille de route confiée à Organom par la Commission du Plan : Le scénario élaboré par ORGANOM nous a paru constituer une réponse

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES TRAITEMENT DES MATERIAUX RECYCLABLES (VIEUX/PAPIERS, CARTONS, BOUTEILLES PLASTIQUES, EMBALLAGES EN ACIER ET ALUMINIUM) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CHAPITRE I : Objet du marché ARTICLE 1.

Plus en détail

Projet VALOCANE au Cameroun : Valorisation agronomique des déchets et sous-produits organiques de sucrerie

Projet VALOCANE au Cameroun : Valorisation agronomique des déchets et sous-produits organiques de sucrerie 20ème Rencontre de l AFCAS 15 décembre 2014 Projet VALOCANE au Cameroun : Valorisation agronomique des déchets et sous-produits organiques de sucrerie T. VIREMOUNEIX SOMDIAA/SOSUCAM P.-M. Terrier FINIS

Plus en détail

Fertilisation 2014/2015. Maraîchage

Fertilisation 2014/2015. Maraîchage Fertilisation 2014/2015 Maraîchage Notre expertise agronomique Les besoins des cultures maraîchères Plusieurs facteurs entrent en considération pour le pilotage de la fertilisation des sols en maraîchage

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

A8 - INFRASTRUCTURES DE NAVIGATION

A8 - INFRASTRUCTURES DE NAVIGATION - 87 - Fiche milieu A8 - INFRASTRUCTURES DE NAVIGATION Désenvasement d ouvrage de navigation, d écluses. 1 PROCESSUS DE SÉDIMENTATION 87 2 REPARTITION DES CONTAMINATIONS 88 3 OPÉRATIONS SUR LE MILIEU 88

Plus en détail

Appel d offre N 03/2014 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 3-2

Appel d offre N 03/2014 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 3-2 Appel d offre N 03/2014 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 3-2 Cahier des prescriptions spéciales 1 SOMMAIRE Article I. Objet de l appel d offre Article II. Engagements du fournisseur

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE Décret n o 2015-1614 du 9 décembre 2015 modifiant et simplifiant le régime des installations

Plus en détail

FICHE PRODUIT : TOURTEAUX DE SOJA Rédaction **: G Chardon Vérification** : S Bricout Approbation** : G Donnen

FICHE PRODUIT : TOURTEAUX DE SOJA Rédaction **: G Chardon Vérification** : S Bricout Approbation** : G Donnen 1 CODES PRODUITS Codes 13, 20, 21, 24, 28 : tourteau feed d extraction de soja produit à partir de soja génétiquement modifiées, (base 48% protéines et graisses) NR 2.18.13 Code 22 : Tourteau feed d extraction

Plus en détail

Agrobiochimie. Chef de service : Jocelyne Aubry jocelyne.aubry@cg35.fr

Agrobiochimie. Chef de service : Jocelyne Aubry jocelyne.aubry@cg35.fr Chef de service : Jocelyne Aubry jocelyne.aubry@cg35.fr Équipe technique : Marie-Thérèse Agaësse, Josiane Bouillet, Jannick Galodé, Pascale Ganche, Christine Prodhomme, Brice Vergnerie. a Terres et sols

Plus en détail

Fumier de bovins, un gisement à fort potentiel pour la filière de méthanisation en France?

Fumier de bovins, un gisement à fort potentiel pour la filière de méthanisation en France? Fumier de bovins, un gisement à fort potentiel pour la filière de méthanisation en France? Jacques Capdeville; Christophe Perrot Pascal Peu; Thierry Bioteau; Axelle Degueurce 1 Evaluation du gisement de

Plus en détail

NOR: ECOC D. Vu le code de la consommation, notamment son article L ; Vu le code des douanes, notamment son article 38 ;

NOR: ECOC D. Vu le code de la consommation, notamment son article L ; Vu le code des douanes, notamment son article 38 ; DECRET Décret n 95-949 du 25 août 1995 relatif à la prévention des risques résultant de l usage des lits superposés destinés à être utilisés dans les lieux domestiques ou en collectivités NOR: ECOC9510108D

Plus en détail

PRÉFÈTE DU CHER. La Préfète du Cher, Chevalier de la Légion d Honneur,

PRÉFÈTE DU CHER. La Préfète du Cher, Chevalier de la Légion d Honneur, Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations Pôle de la Protection des Populations Service de la Protection de l Environnement Installation classée soumise à autorisation

Plus en détail

METHANISATION Éléments de réflexion

METHANISATION Éléments de réflexion METHANISATION Éléments de réflexion Anne-Sophie BOILEAU LA METHANISATION Le principe Les substrats Les techniques La typologie des projets Méthanisation éléments de réflexion 2 La méthanisation : le principe

Plus en détail

Secteur : 13 - Communications et documentation

Secteur : 13 - Communications et documentation Secteur : 13 - Communications et documentation 8233 Aide-générale, aide-général en imprimerie Champ d'application La personne travaille dans une imprimerie ou dans l entrepôt de celui-ci, dans un atelier

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les compteurs d eau froide (OCEF) Dispositions générales. du...

Ordonnance du DFJP sur les compteurs d eau froide (OCEF) Dispositions générales. du... Ordonnance du DFJP sur les compteurs d eau froide (OCEF) du... Le Département fédéral de justice et police, vu les art. 5, 7, al. 2, 8, al. 2 et 9, al. 3 de la loi fédérale du 17 juin 2011 sur la métrologie

Plus en détail

Des recherches soutenues en vue d obtenir une valorisation postrécolte de toutes les ressources agricoles

Des recherches soutenues en vue d obtenir une valorisation postrécolte de toutes les ressources agricoles Introduction Objectifs de l étude Matériels et méthodes Résultats et discussion Conclusion et perspectives La fragilité de l économie agricole du sud du Maroc Des recherches soutenues en vue d obtenir

Plus en détail

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme. Information aux Mairies

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme. Information aux Mairies La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme Information aux Mairies 1 Le rôle des Mairies dans le processus d instruction 2 Les 4 rôles majeurs de la mairie Conseiller les usagers

Plus en détail

Fiche 1 : Réception des olives. olives vertes % olives tournantes % olives noires %

Fiche 1 : Réception des olives. olives vertes % olives tournantes % olives noires % Fiche 1 : Réception des olives Propriétaire : Code : Provenance : Transporteur : Adresse : Variété : Date d'entrée : Poids net des olives : Types d'olives : olives vertes % olives tournantes % olives noires

Plus en détail

NOTE. Cadre juridique de la gestion des boues de station d épuration. Série Juridique DJ 13. Novembre 2012

NOTE. Cadre juridique de la gestion des boues de station d épuration. Série Juridique DJ 13. Novembre 2012 NOTE Cadre juridique de la gestion des boues de station d'épuration Série Juridique DJ 13 Novembre 2012 AMORCE Cadre juridique de la gestion des boues de station d épuration 1/30 SOMMAIRE INTRODUCTION...

Plus en détail

Responsable assurance produit

Responsable assurance produit Responsable assurance produit C1A21 Qualité - IR Le responsable assurance produit définit, organise et met en œuvre, en collaboration avec le chef de projet, les différents processus garantissant la qualité

Plus en détail

Le droit à. l information. sur la retraite : Informer plus pour informer mieux. CNAV île-de-france Dossier de presse

Le droit à. l information. sur la retraite : Informer plus pour informer mieux. CNAV île-de-france Dossier de presse Le droit à l information sur la retraite : Informer plus pour informer mieux CNAV île-de-france Dossier de presse Sommaire Un nouveau droit pour les assurés : le droit à l information sur la retraite...

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 2 novembre 2011 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à l'innocuité du module d'ultrafiltration

Plus en détail

MODIFICATIFS. Projet 14/009 MCO des transformateurs HTA/BT, des TGBT, des cellules associées et des batteries de condensateurs des FANC

MODIFICATIFS. Projet 14/009 MCO des transformateurs HTA/BT, des TGBT, des cellules associées et des batteries de condensateurs des FANC MODIFICATIFS Projet 14/009 MCO des transformateurs HTA/BT, des TGBT, des cellules associées et des batteries de condensateurs des FANC Mise en ligne sur PLACE : le 21 juillet 2014 Date de parution aux

Plus en détail

Cahier des charges du recyclage agricole des boues d épuration d origine urbaine ou industrielle

Cahier des charges du recyclage agricole des boues d épuration d origine urbaine ou industrielle Organisme Indépendant des producteurs de boues de Lorraine Version du 18 juillet 2014 Cahier des charges du recyclage agricole des boues d épuration d origine urbaine ou industrielle Le cahier des charges

Plus en détail

produits de construction

produits de construction La réglementation européenne relative aux produits de construction Séminaire d information à Tunis, le 17 juin 2009 Carreaux et dalles céramique Carreaux mosaïque Pierres marbrières Ciment Élaboration

Plus en détail

CIRCULAIRE N 5577/312

CIRCULAIRE N 5577/312 Rabat, le 22 février 2016 CIRCULAIRE N 5577/312 Objet : Echange des résultats de contrôle avec le Ministère de l Industrie, du Commerce, de l Investissement et de l Economie Numérique (MICIEN) et l Office

Plus en détail

INSTALLATIONS CLASSEES POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT

INSTALLATIONS CLASSEES POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT INSTALLATIONS CLASSEES POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT Renseignements relatifs à la composition des dossiers de DECLARATION ****** La déclaration que vous devez déposer au titre de la législation

Plus en détail

La gestion des engrais de ferme. Pierre Luxen 2011

La gestion des engrais de ferme. Pierre Luxen 2011 La gestion des engrais de ferme Pierre Luxen 2011 Les fonctions de la M.O. d un sol Fertilité physique des sols (rétention H 2 O, structure du sol, résistance au tassement) Fertilité chimique des sols

Plus en détail