Risque légionelles dans les réseaux d eau prévention et gestion. 6 octobre 2016 Journée de prévention du Risque Infectieux en FAM MAS IME

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Risque légionelles dans les réseaux d eau prévention et gestion. 6 octobre 2016 Journée de prévention du Risque Infectieux en FAM MAS IME"

Transcription

1 Risque légionelles dans les réseaux d eau prévention et gestion 6 octobre 2016 Journée de prévention du Risque Infectieux en FAM MAS IME

2 Sommaire 1. Legionella et Légionellose 2. La réglementation 3. La gestion des réseaux d eau chaude sanitaire Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 2

3 Legionella / Légionellose Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 3

4 Legionella / Légionellose Legionella Legionella pneumophila identifiée en 1977 Bactéries hydro-telluriques Habitats naturels et artificiels Conditions favorables au développement - eaux stagnantes - 25 C < T C < 45 C - présence de biofilm, de dépôts 64 espèces et sérogroupes Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 4

5 Legionella / Légionellose Influence de la température et risque de brûlure Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 5

6 Legionella / Légionellose Méthodes de détection dans l environnement Mise en culture selon la norme NFT (nov 2014) technique règlementaire PCR quantitative norme NF T (avril 2010) Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 6

7 Legionella / Légionellose Mode de contamination de l homme Inhalation d eau contaminée diffusée en aérosol (micro-gouttelettes d < 5 m) Pas de contamination par ingestion d eau Pas contamination inter-humaine Legionella pneumophila sérogroupe 1 (L.p.1) = 90% des cas Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 7

8 La légionellose Pneumopathie Legionella / Légionellose Incubation 2 à 10 jours Mortalité 10 % à 20% Maladie à déclaration obligatoire Traitement antibiotique Facteurs de risque (ne touche pas les enfants) 1389 cas en France en 2015 Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 8

9 Legionella / Légionellose La légionellose diagnostic biologique Antigènes solubles dans les urines, Mise en culture de prélèvements pulmonaires, Sérologie, PCR. Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 9

10 nombre de cas de légionellose déclarés Legionella / Légionellose nombres de cas de légionellose déclarés en Auvergne Rhône- Alpes de 2001 à Haute-Savoie Savoie Rhône Puy de Dôme Haute-Loire Loire Isère Drôme Cantal Ardèche Allier Ain années Données Santé Publique France Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 10

11 Legionella / Légionellose Comparaison des souches cliniques et environnementales Souches cliniques adressées au CNRL Souches environnementales adressées, à la demande de l ARS, par le laboratoire environnemental au CNRL CNRL fait la comparaison des souches Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 11

12 La réglementation Dispositif général de sécurité sanitaire de l eau destinée à la consommation humaine Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 12

13 La réglementation Le code de la santé publique Obligations législatives (art. L et 4) Obligations réglementaires : Exigences de qualité (art. R ) Règles techniques de protection et de prévention des risques sanitaires (art. R à 59) Modalités de suivi de la qualité des eaux (art. R , 23, 25) responsabilités et obligations incombant aux responsables publics ou privés de la distribution d eau Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 13

14 La réglementation Arrêté du 30 novembre 2005 et circulaire du 3 avril 2007 Application : ERP aux installations neuves ou rénovées Objectifs : Limiter risque de brûlures et développement des légionelles PRODUCTION DISTRIBUTION PUISAGE Température minimale = 55 C en sortie de production OU Elévation de la température au moins 1 fois / 24 h Température minimale = 50 C (y compris retour de boucle) Température max : 50 C aux points de puisage dans les salles de bains 60 C dans les autres lieux Lutte contre les légionelles Lutte contre les brûlures Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 14

15 La réglementation Dispositif spécifique à la prévention du risque lié aux légionelles Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 15

16 Arrêté du 1 er février 2010 La réglementation Champ d application : établissements médicosociaux alimentés par une production d ECS collective et possédant des douches Surveillance des installations : Analyses légionelles annuelles Mesures mensuelles des températures Tenue d un fichier sanitaire Objectif cible : < UFC/L de Legionella pneumophila Laboratoire COFRAC utilisant la norme NFT Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 16

17 Guide d info pour les gestionnaires d établissement concernant la mise en œuvre de l arrêté du 01/02/2010 (annexe de la circulaire du 21/12/2010) Surveillance à réaliser Objectif cible La réglementation Mesures de prévention à mettre en œuvre Mesures curatives en cas de dépassement de l objectif cible Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 18

18 La gestion des réseaux d eau chaude sanitaire Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 19

19 Connaissance des installations La gestion des réseaux d ECS Tenir un fichier sanitaire comprenant : La description des installations Les plans et schémas de principe des installations Les procédures de surveillance, d entretien et de gestion Les résultats de la surveillance La traçabilité des opérations d entretien et de maintenance Exemples sur le site internet de l ARS Auvergne Rhône-Alpes Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 20

20 Maitriser la température La gestion des réseaux d ECS T C production d ECS > 55 C. T C d ECS en distribution > 50 C. Mitiger au plus près des points d usage Calorifuger les canalisations ECS et EF séparément Supprimer les mélanges d ECS et d EF Contrôler les températures (arrêté du 1 er février 2010) Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 21

21 La gestion des réseaux d ECS Assurer une bonne circulation de l ECS Boucler les réseaux mais éviter le multibouclage Equilibrer les réseaux Supprimer les stockages inutiles Supprimer les bras morts Purge régulièrement les points d usage sous utilisés Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 22

22 La gestion des réseaux d ECS Entretenir régulièrement les installations Nettoyer / détartrer / désinfecter la production d ECS annuellement Purger mensuellement les ballons Nettoyer / détartrer / désinfecter annuellement les points d usage Suivre les éventuelles installations de traitement (adoucisseur, filmogène, ) Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 23

23 La gestion des réseaux d ECS Actions à mener en cas de dépassement du seuil réglementaire Sécuriser les usagers Mener les mesures correctives nécessaires au rétablissement de la qualité de l eau : rechercher les causes de prolifération supprimer les causes de prolifération mesures correctives traiter les installations mesures curatives Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 24

24 Actions curatives La gestion des réseaux d ECS Choc thermique ou chimique de la production et du réseau + entretien des points d usage Réseau hors service Purge des installations en fin de traitement Contrôles de l efficacité du traitement Pas d effet rémanent, actions correctives à mettre en œuvre en parallèle pour une efficacité dans le temps Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 25

25 Traitement chimique en continu La gestion des réseaux d ECS A éviter : corrosion, sélection de souche, pas de traitement des zones de stagnation Dans l attente des travaux pour supprimer les causes de prolifération des légionelles Attention à la compatibilité du produit et des installations Suivre le traitement Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 26

26 Conclusion Mesures préventives à mettre en œuvre (éviter la stagnation, lutter contre l entartrage et la corrosion, maitriser les températures) En cas de dépassement du seuil réglementaire sécurisation des usagers mesures correctives nécessaire au rétablissement de la qualité de l eau Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 27

27 Merci de votre attention Risque légionelles dans les réseau d eaux Prévention et gestion 28

La légionellose Agent infectieux, épidémiologie. Coclinor 16 juin 2015

La légionellose Agent infectieux, épidémiologie. Coclinor 16 juin 2015 La légionellose Agent infectieux, épidémiologie Coclinor 16 juin 2015 1 LA LEGIONELLOSE Historique 1976 Philadelphie réunion de 4 500 anciens combattants 149 participants et 72 spectateurs du défilé atteints

Plus en détail

CE QU IL FAUT RETENIR.

CE QU IL FAUT RETENIR. Juin 2014 Professionnels de l hébergement de tourisme LEGIONELLE ET LEGIONELLOSE : CE QU IL FAUT RETENIR. Délégation Territoriale de l Essonne 6/8 rue Prométhée -Tour Lorraine - 91035 - Evry Cedex Standard

Plus en détail

Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire. Réglementation et rôle de l autorité sanitaire.

Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire. Réglementation et rôle de l autorité sanitaire. Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire Réglementation et rôle de l autorité sanitaire 19 mars 2015 Contexte 1976 : 1 ère description de la maladie - Congrès annuel

Plus en détail

LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé

LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé 20 septembre 2012 Journée Signalement CCLIN- OUEST Mme Cécile ROBERT- Dr Dominique LE GOFF - ARS Bretagne XX/XX/XX LA BACTERIE

Plus en détail

Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures.

Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures. Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures 21 novembre 2013 La légionelle Bactérie ubiquitaire Hydrotellurique (présente dans

Plus en détail

Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010

Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010 Journée «Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD» Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010 18/11/2010 Plan de l exposé La légionellose Description

Plus en détail

Prévention du risque LEGIONELLOSE

Prévention du risque LEGIONELLOSE Prévention du risque LEGIONELLOSE Réunion ATEE 28 SOMMAIRE 1. LA LEGIONELLOSE 2. CONCEPTION DE L INSTALLATION 3. EXPLOITATION DE L INSTALLATION 4. RETOUR D EXPERIENCE 5. MESURES CORRECTIVES LA LEGIONELLOSE

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Sommaire Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Prélèvement pour recherche de Légionelles Pré requis Laboratoire accrédité pour le paramètre légionelles par le Comité Français d accréditation (COFRAC)

Plus en détail

Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010.

Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010. Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010. Le présent document est destiné aux hôtels, campings et résidences de tourisme. Il a pour objectif

Plus en détail

NOR: SASP A. Version consolidée au 10 février 2010

NOR: SASP A. Version consolidée au 10 février 2010 Le 24 février 2010 ARRETE Arrêté du 1er février 2010 relatif à la surveillance des légionelles dans les installations de production, de stockage et de distribution d eau chaude sanitaire NOR: SASP1002960A

Plus en détail

Le Carnet Sanitaire Au CH Charcot. Emmanuelle Annic - 19/01/06

Le Carnet Sanitaire Au CH Charcot. Emmanuelle Annic - 19/01/06 Le Carnet Sanitaire Au CH Charcot Emmanuelle Annic - 19/01/06 La Réglementation (1) La circulaire du 31 décembre 1998 demande que chaque responsable doit détenir un dossier régulièrement actualisé comportant

Plus en détail

La légionellose en France Données épidémiologiques 2011

La légionellose en France Données épidémiologiques 2011 La légionellose en France Données épidémiologiques 2011 Mise à jour Mai 2012 Légionellose Généralités Système de surveillance en France Bilan des cas survenus en France en 2011 Légionellose Pneumopathie

Plus en détail

Risque Legionella dans les établissements de santé

Risque Legionella dans les établissements de santé Risque Legionella dans les établissements de santé * Surveillance de l environnement hospitalier : - une priorité nationale en matière de lutte contre les infections nosocomiales (100 recommandations )

Plus en détail

Maîtrise des risques sur une installation d eau existante

Maîtrise des risques sur une installation d eau existante Gestion du risque bactérien dans les réseaux d eau sanitaire Le carnet de suivi sanitaire Outil de la maîtrise des risques sanitaires OFIS 109, rue du 1 er mars 1943 69100 VILLEURBANNE Tél.: 04 37 91 69

Plus en détail

Légionelles, un nouveau

Légionelles, un nouveau Légionelles, un nouveau défi Le Laboratoire Départemental d Analyses et de Conseil de la Nièvre vous propose de faire le point Risques et enjeux Qu est ce que la légionellose? Culture de légionelles En

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T6.2 : Analyser l installation, diagnostiquer Compétence C1.1-10 : Identifier des règles d'hygiène Thème : S4 : Approche scientifique et technique

Plus en détail

Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides

Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides Yohann PAMELLE DREAL PACA SOMMAIRE Principes de fonctionnement et types de Tours Aéroréfrigérantes La réglementation

Plus en détail

FICHE I CONCEPTION ET MAINTENANCE DES INSTALLATIONS DE DISTRIBUTION D EAU

FICHE I CONCEPTION ET MAINTENANCE DES INSTALLATIONS DE DISTRIBUTION D EAU FICHE I CONCEPTION ET MAINTENANCE DES INSTALLATIONS DE DISTRIBUTION D EAU La circulaire DGS n 97/311 du 24 avril 1997 relative à la surveillance et à la prévention de la légionellose précise les mesures

Plus en détail

L HYGIENE DE L ENVIRONNEMENT (prévention surveillance) L eau à l hôpital EOH_PSL_2012 1

L HYGIENE DE L ENVIRONNEMENT (prévention surveillance) L eau à l hôpital EOH_PSL_2012 1 L HYGIENE DE L ENVIRONNEMENT (prévention surveillance) L eau à l hôpital EOH_PSL_2012 1 QUEL ENVIRONNEMENT? EAU HYGIENE SURFACES AIR opourquoi? Parce qu ils sont tous des vecteurs potentiels EOH_PSL_2012

Plus en détail

Rappels réglementaires concernant la prévention du risque Legionelle dans les réseaux sanitaires

Rappels réglementaires concernant la prévention du risque Legionelle dans les réseaux sanitaires Rappels réglementaires concernant la prévention du risque Legionelle dans les réseaux sanitaires Journées de formation/séminaire - Gestion des risques sanitaires et industriels 21 novembre 2013 Dr Laure

Plus en détail

Réglementation : eau destinée à la consommation humaine

Réglementation : eau destinée à la consommation humaine Réglementations 14/204 Eau destinée à la consommation humaine : la directive 98/83 et sa transposition Réglementation : eau destinée à la consommation humaine Code de la santé publique Livre III - Titre

Plus en détail

LLes TECAMPING. C Au delà de 60 C 60 DESTRUCTION. 45 Entre 25 et 45 C 30 PROLIFÉRATION

LLes TECAMPING. C Au delà de 60 C 60 DESTRUCTION. 45 Entre 25 et 45 C 30 PROLIFÉRATION TECAMPING températures trop faibles (< 50 C) dans le réseau d eau chaude, ainsi que le manque d entretien des équipements (robinetterie, filtres ) peuvent entraîner le développement de légionelles. C Au

Plus en détail

Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire

Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire 1 LES SOURCES Les principales sources de risques sont : les circuits d eau chaude sanitaire

Plus en détail

exe salmo 23/12/08 17:44 Page 1 Légionellose quels risques? quelle prévention?

exe salmo 23/12/08 17:44 Page 1 Légionellose quels risques? quelle prévention? exe salmo 23/12/08 17:44 Page 1 Légionellose quels risques? quelle prévention? exe salmo 23/12/08 17:44 Page 2 Le risque lié aux légionelles Un problème de santé publique de premier plan Où sont les légionelles?

Plus en détail

La progression des actions dans le risque Légionelle

La progression des actions dans le risque Légionelle La progression des actions dans le risque Légionelle Isabelle Devie Gestion des Risques Centre Régional de Lutte Contre le Cancer de REIMS Avec le concours de Mr J. Naitychia, Isagua Concept 1 Les Légionelles

Plus en détail

L importance de la conception des réseaux d eau sanitaire dans la lutte contre les légionelles

L importance de la conception des réseaux d eau sanitaire dans la lutte contre les légionelles L importance de la conception des réseaux d eau sanitaire dans la lutte contre les légionelles INTRODUCTION Les facteurs de risques Installation surdimensionnée Circuit de grande taille Complexité des

Plus en détail

CARNET D ENTRETIEN DES RESEAUX D EAU CHAUDE SANITAIRE

CARNET D ENTRETIEN DES RESEAUX D EAU CHAUDE SANITAIRE CARNET D ENTRETIEN DES RESEAUX D EAU CHAUDE SANITAIRE Edition 2014 Acteur de l efficience énergétique TEC 313 - Thorax Nancy 0044535 La personne responsable de la production ou de la distribution d'eau

Plus en détail

Direction des soins. Mesures à prendre en cas de suspicion ou diagnostic de légionellose. Tous les services de soins et le service technique

Direction des soins. Mesures à prendre en cas de suspicion ou diagnostic de légionellose. Tous les services de soins et le service technique PROCEDURE HYGIENE CAT Version 1 Direction des soins Mesures à prendre en cas de suspicion ou diagnostic de légionellose Page 1/4 Janvier 2005 Contenu de la procédure Ce document décrit les mesures à prendre

Plus en détail

Prévention de la légionellose

Prévention de la légionellose Prévention de la légionellose Nouveau Règlement de la Régie du Bâtiment du Québec Jacques Murray T.P. CWT Vice-Président Applications & Technologies Produits Chimiques Magnus Ltée Présenté à L ASPE Québec

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE A N N E X E

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE A N N E X E MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE A N N E E GUIDE D INFORMATION POUR LES GESTIONNAIRES D ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC CONCERNANT

Plus en détail

ANNEXE 1. LEGIONELLES ET LEGIONELLOSE Contexte sanitaire - Epidémiologie

ANNEXE 1. LEGIONELLES ET LEGIONELLOSE Contexte sanitaire - Epidémiologie ANNEE GUIDE D INFORMATION POUR LES GESTIONNAIRES D ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIONS DE L ARRETE DU 1 ER FEVRIER 2010 RELATIF A LA SURVEILLANCE DES LEGIONELLES

Plus en détail

Les nouveaux risques légionelles Comment les appréhender?

Les nouveaux risques légionelles Comment les appréhender? Midi Pyrénées Les nouveaux risques légionelles Comment les appréhender? Béatrice BRESSON Ingénieur d Etudes Sanitaires ARS de Midi Pyrénées Direction de la Santé Publique Département Santé Environnement

Plus en détail

La légionellose en Haute-Normandie

La légionellose en Haute-Normandie La légionellose en Haute-Normandie Situation épidémiologique Gestion des déclarations obligatoires par la DDASS Situation épidémiologique Cire de Haute-Normandie - DDASS de Seine Maritime Réunion régionale

Plus en détail

Entretien des tours de refroidissement à l eau Chapitre Bâtiment du Code de sécurité (CBCS)

Entretien des tours de refroidissement à l eau Chapitre Bâtiment du Code de sécurité (CBCS) Entretien des tours de refroidissement à l eau Chapitre Bâtiment du Code de sécurité (CBCS) American Society of Plumbing Engineers (ASPE) 10 septembre 2013 PLAN DE PRÉSENTATION Mandat de la RBQ Mise en

Plus en détail

Questions-réponses autour d un cas de légionellose en EHPAD

Questions-réponses autour d un cas de légionellose en EHPAD Questions-réponses autour d un cas de légionellose en EHPAD Hygiène Risque et Qualité chez la personne âgée Jeudi 24 Septembre 2009 Lyon espace tête d or Nathalie ARMAND Pharmacien Hygiéniste Guillaume

Plus en détail

PRÉSENTATION D UNE PROBABLE RECHUTE DE LÉGIONELLOSE CHEZ UN PATIENT AGÉ POLYPATHOLOGIQUE

PRÉSENTATION D UNE PROBABLE RECHUTE DE LÉGIONELLOSE CHEZ UN PATIENT AGÉ POLYPATHOLOGIQUE Soirée thématique Risque infectieux environnemental PRÉSENTATION D UNE PROBABLE RECHUTE DE LÉGIONELLOSE CHEZ UN PATIENT AGÉ POLYPATHOLOGIQUE Dr Pol BRULLIARD Pharmacien hygiéniste Hôpitaux Du Pays du Mont

Plus en détail

de la mise en conformité réglementaire d un établissement de santé à l accréditation d un laboratoire

de la mise en conformité réglementaire d un établissement de santé à l accréditation d un laboratoire Gestion des risques liés aux légionelles : de la mise en conformité réglementaire d un établissement de santé à l accréditation d un laboratoire D. Lecointe Dr. en Pharmacie, Dr. de l Université Paris

Plus en détail

Prévention en unité de soins

Prévention en unité de soins 38èmes Journées Régionales d Hygiène Hospitalière Mars 2016 LA LÉGIONELLOSE ASSOCIÉE AUX SOINS Prévention en unité de soins Véronique PEDRON IDE Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux 1 Contexte (1/2)

Plus en détail

Cas groupés de légionellose en EHPAD

Cas groupés de légionellose en EHPAD PRENDRE SOIN Cas groupés de légionellose en EHPAD Août 2012 Sandra INDJEIAN, Directrice d EHPAD Marie-Claire JOUAN, Cadre de santé ARLin 14 février 2013 Présentation de l EHPAD 92 chambres simples - Rez-de-chaussée:

Plus en détail

PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE ACTIONS A REALISER :

PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE ACTIONS A REALISER : PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE Page 1/7 ACTIONS A REALISER : I. ALERTE : Le Bactériologiste, prévient sans délai : - Le médecin du patient infecté, - Le Président du CLIN, le médecin

Plus en détail

Règlement modifiant le Code de sécurité Entretien des tours de refroidissement à l eau

Règlement modifiant le Code de sécurité Entretien des tours de refroidissement à l eau Règlement modifiant le Code de sécurité Entretien des tours de refroidissement à l eau 1- PLAN DE PRÉSENTATION Mandat de la RBQ Mise en contexte Contenu du règlement Mise en œuvre du règlement Recommandations

Plus en détail

Température optimale Croissance optimale pour T comprise 25 C et 45 C. Destruction cellulaire si exposition prolongée à T 60 C

Température optimale Croissance optimale pour T comprise 25 C et 45 C. Destruction cellulaire si exposition prolongée à T 60 C Informations sur les légionelles et sur la légionellose Arrêt de la multiplication cellulaire si T < 5 C Température optimale Croissance optimale pour T comprise 25 C et 45 C Destruction cellulaire si

Plus en détail

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques Légionelles Présence dans les milieux aquatiques naturels ou artificiels Conditions favorables

Plus en détail

Légionelles. Dr C.GODARD Laboratoire de Bactériologie des eaux CHU de Besançon 03/11/2015 1

Légionelles. Dr C.GODARD Laboratoire de Bactériologie des eaux CHU de Besançon 03/11/2015 1 Légionelles Dr C.GODARD Laboratoire de Bactériologie des eaux CHU de Besançon 03/11/2015 1 Introduction Historique 1976: congrès de l American Legion à Philadelphie: épidémie de 182 malades, 16% de décès

Plus en détail

RECHERCHE ET DENOMBREMENT DES LEGIONELLES LE RÔLE DU LABORATOIRE. 3ème Symposium International de l Eau

RECHERCHE ET DENOMBREMENT DES LEGIONELLES LE RÔLE DU LABORATOIRE. 3ème Symposium International de l Eau RECHERCHE ET DENOMBREMENT DES LEGIONELLES LE RÔLE DU LABORATOIRE 3ème Symposium International de l Eau 1 PRESENTATION LANFRANCHI Jean-Paul Pharmacien biologiste Directeur de Laboratoire d Analyses Médicales

Plus en détail

POINT DE VUE DU RESPONSABLE TECHNIQUE DANS LA PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ENVIRONNEMENTAL. P. DI MAJO, Ingénieur Technique, CHAL 08/12/2016

POINT DE VUE DU RESPONSABLE TECHNIQUE DANS LA PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ENVIRONNEMENTAL. P. DI MAJO, Ingénieur Technique, CHAL 08/12/2016 1 POINT DE VUE DU RESPONSABLE TECHNIQUE DANS LA PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ENVIRONNEMENTAL P. DI MAJO, Ingénieur Technique, CHAL Un partenaire incontournable 2 Une réalité: Le conditionnement de l

Plus en détail

INSTALLATIONS D EAU CHAUDE SANITAIRE & SPA

INSTALLATIONS D EAU CHAUDE SANITAIRE & SPA Textes de référence INSTALLATIONS D EAU CHAUDE SANITAIRE & SPA Réglementation relative à la prévention des risques infectieux SOMMAIRE Article L. 1321-4 du code de la santé publique Arrêté du 1 er février

Plus en détail

Systèmes de climatisation, Tours aéro-réfrigérantes et Risque légionelles. Colloque UGECAM 15 octobre 2004 DRIRE et DDASS/DRASS Basse- Normandie

Systèmes de climatisation, Tours aéro-réfrigérantes et Risque légionelles. Colloque UGECAM 15 octobre 2004 DRIRE et DDASS/DRASS Basse- Normandie , Tours aéro-réfrigérantes et Risque légionelles Colloque UGECAM 15 octobre 2004 DRIRE et DDASS/DRASS Basse- Normandie Le Contexte Développement des systèmes de climatisation et de réfrigération Usages

Plus en détail

Le Chauffe Eau Solaire Collectif

Le Chauffe Eau Solaire Collectif Le Chauffe Eau Solaire Collectif CLUB DES ACTEURS DU SOLAIRE REGION ALSACE OCTOBRE 2006 QUELQUES REGLES DE CONCEPTION Emmanuel Ballot - Ingénieur ENSAIS Bureau d études GEST ENERGIE 1 Eléments de conception

Plus en détail

carnet sanitaire des installations d eau ACADEMIE DE LILLE CARNET SANITAIRE DES INSTALLATIONS D EAU D EAU CHAUDE SANITAIRE (E.C.S.

carnet sanitaire des installations d eau ACADEMIE DE LILLE CARNET SANITAIRE DES INSTALLATIONS D EAU D EAU CHAUDE SANITAIRE (E.C.S. 1 ACADEMIE DE LILLE CARNET SANITAIRE DES INSTALLATIONS D EAU ET D EAU CHAUDE SANITAIRE (E.C.S.) (pour les établissements scolaires et les bâtiments administratifs) 1 2 2 Contexte réglementaire : Règlements

Plus en détail

Agence régionale de santé PACA. Document de vulgarisation sur l hydraulique des réseaux d eau chaude sanitaire. Version du 29 juillet 2011

Agence régionale de santé PACA. Document de vulgarisation sur l hydraulique des réseaux d eau chaude sanitaire. Version du 29 juillet 2011 Conseil, études et formations dans le domaine de la distribution des eaux 27 rue Titon 75011 Paris Tel : 01 43 48 89 31 Fax : 01 43 73 25 28 contact@aquafluence.fr www.aquafluence.eu Agence régionale de

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Santé environnementale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Santé environnementale SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Santé environnementale MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation

Plus en détail

COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1

COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1 COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1 Plan de l intervention Un préalable : bien connaître son installation Les 3 principes

Plus en détail

Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010

Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010 Établissements de Santé et Environnement Jeudi 31 Mai 2012 Béatrice Bresson Ingénieur Biomédical Direction Qualité Performance Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010 Plan d intervention

Plus en détail

Investigation de cas groupés de légionellose

Investigation de cas groupés de légionellose Investigation de cas groupés de légionellose Montpellier, juillet août 2003 Florian Franke 1, Marie-Pierre Allié 2, Jeanne Claudet 2, Sophie Jarraud 3, Martine Bourdiol 2, Alexis Armengaud 1, Laurence

Plus en détail

CARNET SANITAIRE DES INSTALLATIONS D EAU

CARNET SANITAIRE DES INSTALLATIONS D EAU CARNET SANITAIRE DES INSTALLATIONS D EAU Nom de l établissement Période d utilisation du carnet sanitaire Date de mise en service Date de clôture Codification du carnet sanitaire dans la documentation

Plus en détail

Date de clôture du carnet

Date de clôture du carnet Date d ouverture du carnet Date de clôture du carnet Code de la Santé Publique Sécurité sanitaire des eaux et des aliments (Extrait) Art. L. 1321-1 Toute personne qui offre de l eau en vue de l alimentation

Plus en détail

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Risques sanitaires liés aux légionelles Infections de type grippal Infections respiratoires graves Légionelloses - Symptômes : 2 à 10

Plus en détail

Tours aéroréfrigérantes: rubrique 2921 Révision de la nomenclature et des arrêtés ministériels

Tours aéroréfrigérantes: rubrique 2921 Révision de la nomenclature et des arrêtés ministériels Tours aéroréfrigérantes: rubrique 2921 Révision de la nomenclature et des arrêtés ministériels Journée d information 13 février 2015 Nathalie BOURJAC, Inspecteur ICPE DEAL Guadeloupe Page 1 SOMMAIRE Contexte

Plus en détail

PRESSION. SYSTEM o UN SYSTÈME COMPLET. pour la distribution de l Eau Chaude et l Eau Froide Sanitaire

PRESSION. SYSTEM o UN SYSTÈME COMPLET. pour la distribution de l Eau Chaude et l Eau Froide Sanitaire PRESSION SYSTEM o UN SYSTÈME COMPLET pour la distribution de l Eau Chaude et l Eau Froide Sanitaire Un système complet pour l Eau Chaude et l Eau Froide Sanitaire Tube HTA La solution pour les réseaux

Plus en détail

Point sur les cas de légionellose en France

Point sur les cas de légionellose en France ARLIN 26 mars 2009 PREVENTION DU RISQUE LEGIONELLE OU COMMENT RE-INVENTER L EAU CHAUDE Dr S LELIMOUZIN Médecin Hygiéniste CHBA Vannes 26 mars 2009 Réunion de l'arlin Bretagne - Vannes 1 Point sur les cas

Plus en détail

LA LÉGIONELLOSE EN 2010

LA LÉGIONELLOSE EN 2010 LA LÉGIONELLOSE EN 2010 INTRODUCTION 1976 : Découverte de la maladie dans un congrès international de légionnaires à Philadelphie. Maladie mortelle posant des problèmes de santé publique. Evolution des

Plus en détail

Légionelles. Laboratoire de Bactériologie CHU de Besançon

Légionelles. Laboratoire de Bactériologie CHU de Besançon Légionelles Laboratoire de Bactériologie CHU de Besançon Introduction Historique 1976 : congrès de l American Legion à Philadelphie : épidémie de 182 malades, 16% de décès (pneumonie) 1977 : MacDade isole

Plus en détail

Cas particulier des bains à remous 30 juin 2011

Cas particulier des bains à remous 30 juin 2011 Cas particulier des bains à remous 30 juin 2011 ARS Ile de France - Délégation Territoriale des Yvelines Service Contrôle et Sécurité Sanitaires des Milieux 2 Généralités sur la circulaire DGS du 27 juillet

Plus en détail

Perception et maitrise du risque légionelle dans les EMS de la Guadeloupe. Raymond NASSO ARLIN Guadeloupe JEMS Martinique 18 novembre 2016

Perception et maitrise du risque légionelle dans les EMS de la Guadeloupe. Raymond NASSO ARLIN Guadeloupe JEMS Martinique 18 novembre 2016 Perception et maitrise du risque légionelle dans les EMS de la Guadeloupe Raymond NASSO ARLIN Guadeloupe JEMS Martinique 18 novembre 2016 r i s m e Territoire Nord Betany Home Le Paradis des Ainés Bryun

Plus en détail

Maîtrise du risque lié à l eau

Maîtrise du risque lié à l eau Maîtrise du risque lié à l eau Journée de Formation Médicale et Paramédicale CHU d Angers 20 novembre 2015 GROSBOIS Maguy IDE UPLIN 1 Maîtrise du risque lié à l eau Définition : -Elément essentiel au fonctionnement

Plus en détail

Rapport d activités EMH et Indicateurs EHPAD Bilan 2015

Rapport d activités EMH et Indicateurs EHPAD Bilan 2015 Rapport d activités EMH et Indicateurs EHPAD Bilan 2015 Dr Philippe BURLAT, Martine CHAPELLE, Dr Christine GODIN (ARS) Dr Pascal FASCIA, Nadine KHOUIDER (ARLIN) Journée d échanges EMH 30 Novembre 2016

Plus en détail

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire SYSTEM O Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire Un système complet pour l eau froide et l eau chaude sanitaire Tube HTA La solution pour les réseaux d eau

Plus en détail

Outils d étude du biofilm: eau potable et eau chaude sanitaire

Outils d étude du biofilm: eau potable et eau chaude sanitaire Centre de Recherche sur l Eau - Anjou Recherche Outils d étude du biofilm: eau potable et eau chaude sanitaire Sandrine OBERTI Colloque AQUATECH Limoges, 17 octobre 2007 Introduction Biofilm : lieu de

Plus en détail

Plan d'action Sanitaire dans les Lycées Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE LYCÉE DE LA MONTAGNE

Plan d'action Sanitaire dans les Lycées Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE LYCÉE DE LA MONTAGNE Plan d'action Sanitaire dans les Lycées Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE LYCÉE DE LA MONTAGNE Adresse : La Bolline, Quartier du Clôt Code Postal : 06 560... Ville : VALDEBLORE Abréviation Désignation

Plus en détail

L éclosion de légionellose de Québec et la mise en place d une réglementation visant les TARs

L éclosion de légionellose de Québec et la mise en place d une réglementation visant les TARs L éclosion de légionellose de Québec et la mise en place d une réglementation visant les TARs SympoLegio 2013 Philippe Cantin, Ph.D., microbiologiste Centre d expertise en analyse environnementale du Québec

Plus en détail

L EAU & votre entreprise Fiche n 3

L EAU & votre entreprise Fiche n 3 L EAU & votre entreprise Fiche n 3 LES PRELEVEMENTS Il y a trois possibilités de s approvisionner en eau : le réseau public les prélèvements de surface (fleuves, rivières, lacs, étangs, canaux, ) les prélèvements

Plus en détail

TOURS DE REFROIDISSEMENT À L EAU ET LEURS CONSÉQUENCES SUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT

TOURS DE REFROIDISSEMENT À L EAU ET LEURS CONSÉQUENCES SUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT MISE EN CONTEXTE DE LA FORMATION La formation vise à appuyer les personnes impliquées de près ou de loin dans leurs activités professionnelles dans le domaine des programmes d entretien des tours de refroidissement

Plus en détail

Epidémiologie de la légionellose en France

Epidémiologie de la légionellose en France Epidémiologie de la légionellose en France Christine Campèse Département des maladies infectieuses SympoLégio, Lyon, 26-27 Novembre 2013 Légionellose : définition de cas Cas = Pneumopathie associée à Confirmé

Plus en détail

GUIDE MAINTENANCE DES INSTALLATIONS SOLAIRES

GUIDE MAINTENANCE DES INSTALLATIONS SOLAIRES REUNION MAINTENANCE DES INSTALLATIONS SOLAIRES COLLECTIVES A LA REUNION REDACTION DE DOCUMENTS TYPES GUIDE MAINTENANCE DES INSTALLATIONS SOLAIRES ERIC MICHEL - VINCENT BAYETTI ACD2 THOMAS AILHAUD - HELIOTROPIC

Plus en détail

CHAUFFE-EAU SOLAIRES COLLECTIFS À APPOINTS INDIVIDUALISÉS (CESCAI) EVALUATION DES RISQUES SANITAIRES

CHAUFFE-EAU SOLAIRES COLLECTIFS À APPOINTS INDIVIDUALISÉS (CESCAI) EVALUATION DES RISQUES SANITAIRES www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr RAPPORT CHAUFFE-EAU SOLAIRES COLLECTIFS À APPOINTS INDIVIDUALISÉS (CESCAI) EVALUATION DES RISQUES SANITAIRES SEPTEMBRE 2014 ÉDITO L e Grenelle Environnement

Plus en détail

BILAN DE LA SURVEILLANCE DE LA GRIPPE ET DES IRA EN EHPAD SAISON

BILAN DE LA SURVEILLANCE DE LA GRIPPE ET DES IRA EN EHPAD SAISON BILAN DE LA SURVEILLANCE DE LA GRIPPE ET DES IRA EN EHPAD SAISON 2016-2017 Journée de Prévention du risque infectieux en EHPAD, CCLIN/ARLIN Auvergne-Rhône-Alpes, 15 juin 2017 Dr JL Chappert Cellule d intervention

Plus en détail

Gestion durable de l eau dans le bâtiment F. Derrien Division Eaux et Bâtiments

Gestion durable de l eau dans le bâtiment F. Derrien Division Eaux et Bâtiments Gestion durable de l eau dans le bâtiment F. Derrien Division Eaux et Bâtiments 14 mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 1 Plan de l exposé _ Textes réglementaires et normatifs Lois,

Plus en détail

Maladies transmissibles La légionellose en Suisse: cas recensés de 2004 à 2008 (31 juillet 2008)

Maladies transmissibles La légionellose en Suisse: cas recensés de 2004 à 2008 (31 juillet 2008) Maladies transmissibles La légionellose en Suisse: cas recensés de 2004 à 2008 (31 juillet 2008) La légionellose est une infection pulmonaire due à une bactérie du genre Legionella. C est une maladie à

Plus en détail

Association des Centres hospitaliers locaux et des EHPAD Publics du Maine et Loire

Association des Centres hospitaliers locaux et des EHPAD Publics du Maine et Loire Association des Centres hospitaliers locaux et des EHPAD Publics du Maine et Loire Association des Centres hospitaliers locaux et des EHPAD Publics du Maine et Loire Retour d expérience sur la gestion

Plus en détail

Gestion du risque légionelle dans les circuits de refroidissement

Gestion du risque légionelle dans les circuits de refroidissement RGRAMME Documents de référence Arrêtés du 14 décembre 2013 relatifs aux prescriptions générales applicables aux installations relevant du régime de l enregistrement / de la déclaration au titre de la rubrique

Plus en détail

REGISTRE DE SURVEILLANCE DE LA TEMPÉRATURE DE L EAU

REGISTRE DE SURVEILLANCE DE LA TEMPÉRATURE DE L EAU Prévention de la légionellose REGISTRE DE SURVEILLANCE DE LA TEMPÉRATURE DE L EAU CHAUDE SANITAIRE OBJET DU REGISTRE, CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE & MODE D EMPLOI... page 2 Partie 1 : LISTE RÉCAPITULATIVE DES

Plus en détail

Un nouveau guide pour les EHPA

Un nouveau guide pour les EHPA Un nouveau guide pour les EHPA Groupe indépendant Eau des établissements pour personnes âgées : Maîtrise des risques sanitaires Delphine Verjat-Trannoy Pharmacien hygiéniste CCLIN Paris-Nord Membre du

Plus en détail

Legionella : aspects bactériologiques et aspects cliniques

Legionella : aspects bactériologiques et aspects cliniques Legionella : aspects bactériologiques et aspects cliniques Anne BOUSSEAU PH Unité d hygiène hospitalière CHU de Poitiers HISTORIQUE Entre 1943 et 1968 : 1 ères souches mises en évidence rickettsies 1976

Plus en détail

FORMATION. Nouveau «DUO» : Formation théorique + Audit pratique sur votre installation hydrique

FORMATION. Nouveau «DUO» : Formation théorique + Audit pratique sur votre installation hydrique FORMATION Décliner une Analyse Méthodique des risques à l aide de nouveaux indicateurs de quantification biologiques : ATP-métrie et PCR en temps réel dans les tours aéro-réfrigérantes et les réseaux sanitaires

Plus en détail

Contrôle du risque légionelle en réseau d eau chaude sanitaire par une maîtrise de l hydraulique et de la température L. KIÉNÉ, P.

Contrôle du risque légionelle en réseau d eau chaude sanitaire par une maîtrise de l hydraulique et de la température L. KIÉNÉ, P. JIE 2008 POITIERS Conférence n 67 Thème : Biofilm légionelles - réseaux Contrôle du risque légionelle en réseau d eau chaude sanitaire par une maîtrise de l hydraulique et de la température L. KIÉNÉ, P.

Plus en détail

S O M M A I R E RÉSEAUX COLLECTIFS

S O M M A I R E RÉSEAUX COLLECTIFS Sommaire S O M M A I R E RÉSEAUX COLLECTIFS I - Généralités Termes employés dans ce guide................... 2 Risques et maintenance........................... 5 II - Réseaux collectifs : responsabilités

Plus en détail

DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS DIRECTION GENERALE DE LA SANTE

DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA SANTE Sous-direction de la gestion des risques des milieux DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements

Plus en détail

AVIS. L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments rend l avis suivant :

AVIS. L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments rend l avis suivant : Maisons-Alfort, le 22 novembre 2005 AVIS de l'agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif aux expérimentations concernant un procédé d ionisation cuivre-argent utilisé en vue de lutter

Plus en détail

Plan de Diffusion Pour information :

Plan de Diffusion Pour information : Direction : Générale de l'enseignement et de la Recherche Sous-Direction : de l'administration de la Communauté Educative Mission Hygiène et Sécurité Adresse : 1 ter, avenue de Lowendal 75700 Paris 07

Plus en détail

Utilisation de la co-culture amibienne pour la détection de Legionella spp. dans l environnement V. Gaia - CNR Legionella Bellinzona - Suisse

Utilisation de la co-culture amibienne pour la détection de Legionella spp. dans l environnement V. Gaia - CNR Legionella Bellinzona - Suisse Utilisation de la co-culture amibienne pour la détection de Legionella spp. dans l environnement V. Gaia - CNR Legionella Bellinzona - Suisse Introduction - La co-culture est utilisée pour l enrichissement

Plus en détail

LA LÉGIONELLOSE EN FRANCE

LA LÉGIONELLOSE EN FRANCE LA LÉGIONELLOSE EN FRANCE Yannick Pavageau, Direction générale de la santé Remerciements à Christine Campese, Agence nationale de santé publique Les Mardis de la DGPR, le 14 mars 2017 Préambule Quelques

Plus en détail

Evaluation de l application, par les établissements de santé du Nord, des recommandations de la circulaire DGS - DHOS

Evaluation de l application, par les établissements de santé du Nord, des recommandations de la circulaire DGS - DHOS Rapport de stage Filière Ingénieurs d Etudes Sanitaires Jury des 24 et 25 juin 2004 Evaluation de l application, par les établissements de santé du Nord, des recommandations de la circulaire DGS - DHOS

Plus en détail

La prévention des légionelloses dans la marine marchande

La prévention des légionelloses dans la marine marchande La prévention des légionelloses dans la marine marchande Docteur SAUVAGE et Docteur DUPORT SSGM Marseille En 1976, une épidémie de pneumopathie grave parmi les légionnaires américains réunis en congrès

Plus en détail

Arrêté relatif aux installations de refroidissement par dispersion d eau dans un flux d air soumises à autorisation au titre de la rubrique 2921

Arrêté relatif aux installations de refroidissement par dispersion d eau dans un flux d air soumises à autorisation au titre de la rubrique 2921 Arrêté relatif aux installations de refroidissement par dispersion d eau dans un flux d air soumises à autorisation au titre de la rubrique 2921 Le ministre de l écologie et du développement durable, Vu

Plus en détail

08/10/2015 Réglementation ECS Focus sur DTU 60.11

08/10/2015 Réglementation ECS Focus sur DTU 60.11 Etudier les réglementations nouvelles ECS - DTU 60.11 Aout 2013 - Guides techniques 2012 CSTB - Norme pour le contrôle arrêté 2010 - Notion de biofilm dans la réglementation Intégrer cette nouvelle réglementation

Plus en détail

PLATEFORME FORMATION & EVALUATION. Les clés de la réussite d'un projet d eau chaude solaire collective

PLATEFORME FORMATION & EVALUATION. Les clés de la réussite d'un projet d eau chaude solaire collective PLATEFORME FORMATION & EVALUATION Les clés de la réussite d'un projet d eau chaude solaire collective guillaume.pradier@ines-solaire.org 22 juin 2017 1 2 Programme Présentation INES / SOCOL Schémas solaire

Plus en détail

Cas de legionellosenosocomiale en Psychiatrie

Cas de legionellosenosocomiale en Psychiatrie Cas de legionellosenosocomiale en Psychiatrie L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Philippe GLORION, responsable des Services Techniques Dr Stéphanie EDOUARD, Praticien Hygiéniste CoCLINNOR Mardi

Plus en détail

Légionellose : caractéristiques épidémiologiques des cas déclarés en 2012 et 2013 en Wallonie

Légionellose : caractéristiques épidémiologiques des cas déclarés en 2012 et 2013 en Wallonie Légionellose : caractéristiques épidémiologiques des cas déclarés en et en Wallonie En, le taux de déclaration fut de 29 cas alors que 56 cas furent déclarés en. Cela représente un taux de notification

Plus en détail

La chaîne de transmission des micro-organismes

La chaîne de transmission des micro-organismes Les agents infectieux Les agents infectieux conventionnels (ATC) La chaîne de des micro-s Les bactéries Les virus les champignons microscopiques Les parasites IADE-Octobre 2011 1 Les agents transmissibles

Plus en détail