Vues: définition. Vues: avantages. Vues: inconvénients. Vues: exemple. Vues: syntaxe 08/12/2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vues: définition. Vues: avantages. Vues: inconvénients. Vues: exemple. Vues: syntaxe 08/12/2009"

Transcription

1 Vues: définition Table virtuelle de la base de données dont le contenu est défini par un requête La vue n existe pas en tant qu ensemble de données stockées sur le disque seule la requête décrivant la vue est stockée 2 Vues: avantages indépendance logique exemple: infodepartement_vue(iddept, nomdept, Loc, nbemp, SalTot); simplification de requêtes département de plus de 10 employés et dont la masse salariale est inférieure à 20 K? isolation des modifications - - emp sans indiquer le salaire emp_vue(idemp, nom, prénom, job, iddept) sécurité Vues: inconvénients performance la traduction de la requête peut être longue restriction des mises à jour possibilité de mise à jour qu à partir de vues simples intégrité des données 3 4 Vues: syntaxe CREATE [OR REPLACE] VIEW nomvue [col, ] AS SELECT syntaxe select [WITH CHECK OPTION [CONSTRAINT] nom]; DROP VIEW nomvue; Vues: exemple CREATE VIEW emp_recherche AS SELECT * FROM emp, dpt WHERE emp.idemp = dpt.iddept AND nomdept= Recherche ; SELECT * FROM emp_recherche ; RENAME ancien_nom TO nouveau_nom; 5 6 1

2 Vues: mise à jour Conditions construite sur une seule table possible sur vue comportant une jointure si les modificationssuppressionsinsertions ne concernent qu une table de la jointure pas de GROUP BY les colonnes résultats doivent être des colonnes réelles de la table (non calculées) la vue contient toutes les colonnes NOT NULL de la table Vues : contrôle d intégrité CHECK OPTION : cette clause permet d interdire d insérer ou de modifier à travers la vue des n-uplets qui ne satisferaient pas à la définition de la vue. Permet d insérer à travers la vue de nouveaux n-uplets de supprimer des n-uplets de la table à partir de la vue de mettre à jour la table par l intermédiaire de la vue 7 8 Check Option: exemple > CREATE OR REPLACE VIEW empinge AS SELECT * from emp WHERE job= Ingenieur WITH CHECK OPTION CONSTRAINT Check_inge; > UPDATE empinge SET job= manager WHERE idemp= 1123 ; > ORA-01402: view WITH CHECK OPTION clause violation Vue matérialisée Vue physique d'une table (SNAPSHOT) Duplication des données => nécessité de synchroniser les données => à n utiliser que pour des requêtes particulièrement lourdes La fréquence des mises à jour de la vue matérialisée est à préciser 9 10 Vue matérialisée: syntaxe CREATE MATERIALIZED VIEW <nomvue> REFRESH <précisions mise à jour> AS <requête>; Les données de la table sont copiées dans la vue matérialisée à sa création Vue matérialisée: mode de rafraichissement Modes de refresh: sur commit : clause ON COMMIT à la demande (asynchrone, mode par defaut): clause ON DEMAND (utilise des procédures du package standard DBMS_MVIEW). execute DBMS_REFRESH.MAKE('group_vue, vuemat1 ); execute DBMS_REFRESH.REFRESH('group_vue'); périodique : clauses START WITH et NEXT, qui précise une date de début et une période de temps intermédiaire CREATE MATERIALIZED VIEW vuemat1 REFRESH START WITH SYSDATE NEXT SYSDATE + 1 AS SELECT * FROM emp WHERE job = ANALYST ;

3 Embedded Les manques de : structures de programme structures de contrôle structures de données facilités pour les entréessortie problème pour développer des applications Approche «Embedded» Insertion de dans un langage de programmation technique de pré-compilation normalisation (Pascal, C, ) Pro*CC++ pour Oracle 13 Inconvénients deux systèmes de types correspondance ensemblisteunaire deux styles de programmation 14 Exemple: JDBC Exemple de programme JAVA qui utilise le pilote JDBC OCI8 d'oracle pour insérer une ligne dans la table Client Il faut importer le paquetage java.sql pour utiliser JDBC import java.sql.*; class ClientInsertJDBC { public static void main (String args []) throws Exception, ClassNotFoundException, java.io.ioexception { Charger le pilote JDBC d'oracle Class.forName ("oracle.jdbc.driver.oracledriver"); Connexion à une BD Connection uneconnection = DriverManager.getConnection "Scott", "Tiger"); Création d'un énoncé associé à la Connection Statement unenoncé = uneconnection.createstatement (); Insertion d'une ligne dans la table Client int n = unenoncé.executeupdate ("INSERT INTO CLIENT " + "VALUES (100, 'Smith', '911')"); System.out.println ("Nombre de lignes inserees:" + n); Exemple: J (préprocesseur ) Définition de la classe IteratorClient avec liaison par nom #sql iterator IteratorClient(int noclient, String nomclient); Création d'un objet itérateur IteratorClient uniteratorclient; Liaison de l'énoncé SELECT de l'itérateur #sql uniteratorclient = { SELECT idclient, nomclient FROM Client WHERE idclient > 40}; Accès au résultat du SELECT par itération sur les lignes while (uniteratorclient.next()){ System.out.println("Numéro du client : " + uniteratorclient.idclient()); System.out.println("Nom du client : " + uniteratorclient.nomclient()); } Fermer l'itérateur uniteratorclient.close(); Fermeture de l'énoncé et de la connexion unenoncé.close(); uneconnection.close(); } } Annexe: intégré dans un langage de programmation => LINQ (.net) var ensemblepays = new Pays[]{ new Pays("France", , ), new Pays("Turquie", , ), new Pays("Chine", , ), new Pays("USA", , ), new Pays("Maroc", , ), new Pays("Suisse", , 40000) }; var grospays = from p in ensemblepays where p.superficie > select p; foreach (var p in grospays) { Console.WriteLine(p); } Extensions procédurales Principe: ajout à de structures de contrôle => + outils procéduraux => notion de «procédures stockées» Standardisation: PSM (Persistent Stored Modules) Exemples: My: PSM Oracle: PL Postgre: PLPSM et PLpg

4 PL Extension de ( PSM ) Langage de programmation procédural Clauses intégrées dans le code procédural PL est donc un langage de programmation propre à Oracle (PLg existe aussi pour postgre) : intégre directement les clauses d interrogation, de manipulation (généralement pas de définition des données) permet l encapsulation des données dans du code gestion des exceptions Environnement PL Application Application IF THEN ELSE END IF ; SGBD Oracle PL Bénéfices de PL PL regroupe les requêtes en un seul bloc qui est envoyé au serveur en un seul appel => amélioration des performances (moins de communications ( réseau surle Permet de créer des bibliothèques de code réutilisable => programmation de fonctions, procédures, packages Bloc PL Caractéristiques de PL Gestion des variables variables locales variables d environnementextérieuresà PL Structures de contrôle traitements conditionnels traitements répétitifs Utilisation des curseurs définition utilisation de curseursexplicites attributsdes curseurs modification des valeurs d un curseur Gestion des erreurs anomalies programme utilisateur erreurs Oracle erreurs prédéfinies Environnement PL Bloc anonyme : bloc PL imbriqué dans une application ou créé interactivement Procédure enregistrée : bloc nommé enregistré dans le serveur Oracle et qui peut être invoqué par son nom Package : module PL qui regroupe un ensemble de procédures Trigger : bloc associé à une table et déclenché automatiquement lors d une requête

5 Bloc PL Tout bloc PL est composé de 3 sections ( optionel ) variables, constantes, curseurs ( obligatoire ) clauses instructions PL ( optionel ) EXCEPTION actions à réaliser quand une exception est levée ( obligatoire ) Un bloc peut contenir un ou plusieurs autres blocs Bloc PL Exemple de bloc PL: salaire_v NUMBER(5); SELECT salaire INTO salaire_v FROM emp ; EXCEPTION WHEN exception_e THEN Exécution Bloc PL Fichier monfichier.sql dbms_output.put_line( Hello World ) ; Pour que le bloc soit exécuté dans Plus > set serveroutput on ; Documents\monfichier.sql > Hello World Bloc anonyme Permet l affichage sur la console (dbms_output) Charge le contenu de monfichier.sql Variables dans PL Utiliser les variables pour : L enregistrement temporaire des donnéees comme dans tout langage de programmation procédural. La manipulation de données enregistrées afin de réaliser des calculs et autres manipulations sans accéder à la base de données La réutilisabilité: une fois déclarée, une variable peut être utilisée plusieurs fois dans une application. La facilité de maintenance: en utilisant %TYPE et %ROWTYPE (présenté plus tard), on déclare des variables ayant le même type que des attributs de tables, si la définition de la table change, le type de la variable change de même. => réduction des coûts de maintenance Types de variables Scalaires valeurs simples, les principaux types sont ceux de Composites les enregistrements permettent de définir des données structurées Déclaration de variables Syntaxe : <nom> [CONSTANT] <type> [NOT NULL] [ := DEFAULT <expression> ] ; Exemple : dateemprunt_v DATE ; nodept _v NUMBER(2) NOT NULL := 10 ; lieu_v VARCHAR2(13) := Paris ; taux_c CONSTANT NUMBER := 20 ; Note : constantes et variables NOT NULL doivent être immédiatement affectées

6 Convention Toute variable doit être déclarée pour pouvoir être utilisée Une variable au maximum déclarée par ligne Les noms de variable doivent commencer par une lettre et ont 30 caractères au maximum Portée de bloc pour les variables, masquage de variables dans les sous-blocs Nom des tables, attributes,, objets de la base ont la priorité sur les noms de variables Par convention, utiliser les suffixes : _c pour les constantes _v pour les variables _g pour les variables globales Affectation de valeurs dans une variable Affectation d'une valeur à une variable : <nom_de_variable> := <expression> Stockage du résulat d'une requête : SELECT INTO <nom_de_variable> FROM WHERE Types scalaires PL CHAR [(<taille_max>)] chaînes de caractères de longueur fixe (max 32767) VARCHAR2 (<taille_max>) ( chaînes de caractères de longueur variable (max NUMBER [(<p>, <s>)] nombres réels, p chiffres en tout, s après la virgule PLS_INTEGER prennent moins de place et sont plus rapides que les valeurs de type number et binary_integer DATE BOOLEAN trois valeurs possibles : TRUE, FALSE et NULL Types définis par l utilisateur Syntaxe : TYPE <nom_type> IS RECORD ( <nomchamps> <type> [ [NOT NULL] [ := <expression> ] ], ) ; Exemple : > TYPE client_t IS RECORD ( numero NUMBER(4), nom CHAR(20), adresse CHAR(20) ) ; client1_v client_t ; client1_v.numero := 2516 ; Type tableau Syntaxe : Exemple : TYPE <nom_type> IS VARRAY (<size>) OF <type> TYPE tab_emp IS VARRAY(10) OF VARCHAR2(64); tab1 tab_emp; tab1 := tab_emp(); tab1.extend(3); tab1(1) := CLARK ; tab1(2) := STONE ; DBMS_OUTPUT.PUT_LINE( tab1(1) ) ; L attribut %TYPE et %ROWTYPE %TYPE : permet d identifier dynamiquementle type d un variable à partir de : la définitiond un attributde table la définition d une autre variable déclarée précédemment Remarque: les contraintes NOT NULL de la définition des attributs de tables ne sont pas conservéesavec %TYPE Exemple : nomemploye_v employe.nomemp%type ; solde_v NUMBER(7, 2) ; soldeminimal_v solde_v%type := 2000 ; %ROWTYPE: identifiedynamiquementle type (structuré) d un n-upletd une table Exemple : datecommande_v Commande.dateCommande%TYPE ; commande_v Commande%ROWTYPE ;

7 Opérateurs Arithmétique: +, -, *,, ** Concaténation de chaîne: Parenthèse pour contrôler les priorités des opérations Affectation := Comparaison =, <>, <, >, <=, >=, IS NULL, LIKE, BETWEEN, IN Logique: AND, OR, NOT Exemples Incrémenter l index d une boucle compte_v := compte_v + 1; Affectation de la valeur d un drapeau booléen egales_v := (n1_v = n2_v); Rechercher si une variable a une valeur affecte_v := (nemp_v IS NOT NULL) Structures de contrôle Branchements conditionnels IF - THEN - END IF IF - THEN - ELSE - END IF IF - THEN - ELSIF - END IF CASE Boucles - END FOR - END WHILE - END Note : la commande EXIT permet de sortirde tout type de boucle Branchement conditionnel Syntaxe : IF <condition> THEN commandes ; [ELSIF <condition> THEN commandes ; ]* [ELSE commandes ; ] END IF ; Note : vous pouvez utiliser l expression IS NULL dans les conditions Branchement conditionnel Exemple: IF nomemploye_v = Tiger THEN salaire_v := salaire_v * 3 ; ELSIF nomemploye_v = Scott THEN salaire_v := salaire_v * 2.5 ; ELSE salaire_v := salaire_v * 2 ; END IF; CASE Syntaxe: CASE expression WHEN expr1 THEN instruction 1; WHEN expr2 THEN instruction 2; ELSE instructionsn; END CASE;

8 Boucle Syntaxe : commandes ; EXIT [WHEN <condition>] ; END ; Note : Sans commande EXIT, les boucles sont infinies Boucle Exemple : numemp_v NUMBER (3) := 1; INSERT INTO Emp (numemp, nomemp, jobemp, numdpt) VALUES (numemp_v, Analyste to_char(numemp), Analyste, 10) ; numemp_v := numemp_v +1 ; EXIT WHEN numemp >= 10 ; END ; Boucle FOR Syntaxe : FOR <compteur> IN [REVERSE] <limite_inf>.. <limite_sup> commandes ; END Exemple : numemp_v NUMBER (3); FOR numemp_v IN INSERT INTO Employe (numemp, nomemp, jobemp, numdpt) VALUES (numemp_v, Analyste to_char(numemp), Analyste, 10) ; END ; 45 Boucle WHILE Syntaxe : WHILE <condition> commandes ; END ; Exemple : numemp_v NUMBER (3); numemp_v := 1; WHILE noemp_v <= 10 INSERT INTO Employe (numemp, nomemp, jobemp, numdpt) VALUES (numemp_v, Analyste to_char(numemp), Analyste, 10) ; numemp_v := numemp_v +1 ; END ; 46 Inclure une requête SELECT dans PL numdept_v NUMBER(2) ; loc_v VARCHAR2(15) ; SELECT numdept, lieu INTO numdept_v, loc_v FROM Dept WHERE numdept = Rech ; ATTENTION : La requête doit retourner un et un seul n-uplet Si ce n est pas le cas, les exceptions NO_DATA_FOUND ou TOO_MANY_ROWS sont levées Exemple sommesalaires_v Employe.salaire%TYPE ; numdept_v NUMBER NOT NULL := 10 ; SELECT SUM(salaire) INTO sommesalaires_v FROM Employe WHERE numdept = nodept_v ;

9 Contrôler les transactions dans PL La première commande INSERTUPDATEDELETECREATEDROP d un bloc entameune nouvelle transaction La fin du bloc ne termine pas la transaction Pour terminer explicitementune transaction, utiliser les commandes : COMMIT => valide les modifications faites depuis le début de la transaction en cours, et entame une nouvelle transaction ROLLBACK => annule toutes les modifications faites depuis le début de la transaction en cours, et entame une nouvelle transaction Note : Une transaction doit être un ensemble homogène de manipulations de la base de données => il faut réflechirà tous les endroits où il est légitime de mettre un COMMIT 49 Contrôler les transactions dans PL numdpt_v emp.numdept%type := 10 ; majorationsalaire_v emp.salaire%type := 2000 ; COMMIT ; DELETE FROM Emp WHERE numdpt = numdpt_v ; UPDATE Emp SET salaire = salaire + majorationsalaire_v WHERE job = Analyste ; COMMIT ; 50 Requête retournant plus d une ligne résulat Nécessite l utilisation de curseur => les curseurs sont des zones de travail privées, utilisées pour stocker le résultat d une requête et qu il est possible de parcourir Qu est-ce qu un curseur Jusqu à présent, l utilisation de l instruction SELECT est limitée aux requêtes renvoyant une et une seule valeur Toute requête renvoyant un résultat de cardinalité différente de 1 aboutit à un échec Définition : un curseur est un mécanisme permettant d utiliser une instruction SELECT renvoyant un nombre quelconque de n-uplets Note : à toute requête exécutée par le serveur Oracle est associé un curseur Qu est-ce qu un curseur Un curseur peut être considéré comme une fenêtre sur l ensemble des résultats d une requête NumVille Date Température A MAR A MAR A MAR A MAR A MAR A APR Curseur On distingue deux types de curseurs : curseurs implicites : déclarés implicitement par PL lors de tout SELECT curseurs explicites : créés par le programmeur Utilisation du curseur Les curseurs doivent être utilisés lorsque l on désire parcourir la totalité du résultat d une requête SELECT En particulier si cette requête renvoie un résultat de cardinalité > 1 Le curseur pointe toujours sur une valeur du résultat de la requête à laquelle il est associé Un curseur permet : de garder trace d une requête SELECT de parcourir n-uplet par n-uplet le résultat d un SELECT d accéder à la totalité du résultat d un SELECT

10 Comment utiliser un curseur Protocole d utilisation : Déclaration Ouverture Utilisation Fermeture Attributs associés aux curseurs Fonctions associées aux curseurs Parcours de curseurs Déclaration d un curseur Syntaxe : CURSOR <nom de curseur> IS <instruction SELECT> ; Notes : ne pas utiliser de clause INTO dans l instruction SELECT si vous voulez manipuler les n-uplets dans un ordre spécifique, utilisez la clause ORDER BY dans la requête on peut déclarerautant de curseursque l on souhaite le contenu du curseur n est pas calculé au moment de sa déclaration, mais au moment de son ouverture Attributs associés aux curseurs Exemple : DELETE FROM emp WHERE nomemp='tiger' ; IF (%NOTFOUND) THEN dbms_output.put_line('pas d employé de ce nom'); END IF; Attributs des curseurs en utilisant les attributs de curseurs, vous pouvez tester le résultat de vos requêtes %ROWCOUNT ( entier ) nombre de n-uplets affectés par la dernière requête %FOUND booléen, vaut TRUE si la dernière requête a affecté au moins un tuple et faux sinon %NOTFOUND booléen, vaut TRUE si la dernière requête n a affecté aucun tuple et faux sinon %ISOPEN booléen indiquant si le curseur est ouvert ou fermé (par défaut, les curseurs implicites sont toujours fermés à la fin de la requête) Note : à la place de, utilisez le nom de votre curseur pour identifier l état d un curseur explicite 57 Exemple supprimer des n-uplets de la table Employe, imprimer le nombre de n-uplets supprimés nbrenupletssupp_v VARCHAR2(64); numdept_v Employe.noDept%TYPE := 10 ; DELETE FROM emp WHERE numdept = numdept_v ; nbrenupletssupp_v := TO_CHAR(%ROWCOUNT) n-uplets supprimés ; DBMS_OUTPUT.PUT_LINE(nbreNupletsSupp_v) ; 58 Fonctions associées aux curseurs Exemple : CURSOR departementventes_curs IS SELECT * FROM dept WHERE nomdept = Ventes ; undepartement_row departementventes_curs %ROWTYPE; OPEN departementventes_curs; FETCH departementventes_curs INTO undepartement_row; DBMS_OUTPUT.PUT_LINE(unDepartement_row.numDept); END CLOSE departementventes_curs; Utiliser les fonctions associées aux curseurs pour accéder au contenu du résultat OPEN <nom de curseur> ouverturedu curseur, exécution la requête associée positionnement du pointeur juste avant le premier n-uplet du résultat si le résultat de la requête est vide, aucune erreur n est levée FETCH déplacement du pointeur vers le prochain n-uplet du curseur affectation du nouveau n-uplet pointé à une variable CLOSE <nom de curseur> fermeturedu curseur désallocation de la mémoire associée perte des données associées au curseur ( utilisation (=> fermer systématiquement les curseurs après 59 Fonctions associées aux curseurs - FETCH Syntaxe : FETCH <nom de curseur> INTO [[<varible1>, <varible2>, ] <nom de record> ] ; Notes : seulement pour les curseurs explicites inclure le même nombre de variables dans la clause INTO qu il y a d attributs dans le SELECT associé au curseur mettre les variables dans le bon ordre Il est aussi possible d utiliser un record (type correspondant à un n-uplet) ayant le type adapté utiliser le test %FOUND ou %NOTFOUND pour voir si la fonction FETCH a permit d atteindre un nouveau n-uplet ou si l on est à la fin du curseur avantle premier appel à la fonction FETCH, l attribut %NOTFOUND du curseur vaut NULL => a prendre en compte pour éviter des boucles infinies 60 10

11 Parcours d un curseur Syntaxe : FOR <nom de record> IN <nom de curseur> <instructions> END ; Notes : Il n est pas nécessaire de déclarer le record, il est implicitement déclaré ne pas ouvrir ni fermer le curseur, les fonctions OPEN, FETCH et CLOSE sont appelés implicitement (au premier passage dans la boucle, à chaque passage, à la sortie de la boucle) il est possible de mettre directement la requête à la place du nom de curseur, dans ce cas, il n est plus utile de déclarer de curseur Parcours d un curseur - Exemple CURSOR departementventes_curs IS SELECT * FROM Departement WHERE nomdept = VENTE ; compteur_v number := 0 ; FOR chaquedepartement_row IN departementventes_curs DBMS_OUTPUT.PUT_LINE(chaqueDepartement_row.numDept); compteur_v := compteur_v +1 ; END ; Parcours d un curseur - Exemple compteur_v number := 0 ; FOR chaquedepartement_v IN ( SELECT * FROM Departement WHERE nomdept = VENTES ) compteur_v := compteur_v +1 ; END ; Curseurs paramétrés Syntaxe : Déclaration CURSOR <nom de curseur> ( [<nom de paramètre> [IN] <type> [:= <valeur>] ]* ) IS <instruction SELECT utilisant les paramètres> ; Ouverture OPEN <nom de curseur> (<valeur1>, <valeur2>, ) Boucle FOR <nom de record> IN <nom de curseur> (<valeur1>, <valeur2>, ) <instructions> END ; Fermeture CLOSE <nom de curseur> Curseurs paramétrés - Exemple CURSOR departement_curs (nomdept_p varchar2) IS SELECT * FROM Departement WHERE nomdept = nomdept_p ; compteur_v number := 0 ; FOR chaquedepartement_row IN departement_curs ( VENTE ) compteur_v := compteur_v +1 ; END ; 65 SELECT FOR UPDATE SELECT classique : non verrouillé Problème: modification des n-uplets possible entre le moment de l interrogation (SELECT) et celui des opérations de modification (UPDATE) Solution : SELECT FOR UPDATE permet de verrouiller tous les n-uplets jusqu au prochain commit (et donc jusqu à leurmodification) permet de garantir qu aucun autre utilisateur modifiera les données entre le SELECT et l UPDATEDELETEINSERT correspondant 66 11

12 Modification à partir d un curseur Exemple : CURSOR departements_curs (nomdept_p varchar2) IS SELECT * FROMDepartement WHERE nomdept = nomdept_p FOR UPDATE departement; FOR chaquedepartement_v IN departements_curs ( VENTE ) UPDATE departement SET nomdept = SALES WHERE CURRENT OF departements_curs ; END ; Notes : ne pas oublier le FOR UPDATE pour verrouiller les données lues utiliser la clause UPDATE WHERE pour effectuer la modification Les différents types de blocs [] Anonyme [EXCEPTION] PROCEDURE <nom> IS Procédure [EXCEPTION] Commentaires : -- commentaires sur une ligne * commentaires sur plusieurs lignes * Fonction FUNCTION <nom> RETURN <type> IS RETURN <valeur> ; [EXCEPTION] Types paramètres Create or replace NomProcedureOufunction [(paramètre1 IN OUT IN OUT type [,paramètre2 IN OUT IN OUT type]*, )] IN (valeur par défaut) indique que le paramètre transmis par le programme appelant n'est pas modifiable par la fonction OUT indique que le paramètre est modifiable par la procédure IN OUT indique que le paramètre est transmis par le programme appelant et renseigné par la fonction APPEL D UNE PROCEDURE OU D UNE FONCTION : EXECUTE Nom_Procédure() ; SELECT, Nom_Fonction(), FROM ; Variable := Nom_Fonction() ; Procédure stockée > CREATE PROCEDURE modifierquantitéobjet 2 ( un_produit Produit.idProduit%TYPE, 3 nouvellequantite Produit.quantite%TYPE ) IS 4 5 UPDATE Produit 6 SET quantité = nouvellequantite 7 WHERE idproduit = un_produit; 8 9 Procedure created. > EXECUTE modifierquantitéobjet(10,20); PL procedure successfully completed. > SELECT * FROM produit WHERE idproduit = 20; IDPRODUIT DESCRIPTION PRIXUNITAIRE QUANTITÉ vis Procédures et fonctions Suppression de procédures ou de fonctions DROP PROCEDURE nom_procedure DROP FUNCTION nom_fonction Déboguage du code PL Par défaut, seul le résultat de la compilation de la procédurefonction est affiché (échec ou réussite) SHOW ERRORS sous *plus permet de demander l affichage des erreurs de compilation Package DBMS_OUTPUT Table USER_PROCEDURES, USER_SOURCE dans le dictionnaire > SELECT text 2 FROM USER_SOURCE 3 WHERE name = 'FQUANTITÉENSTOCK' AND type = 'FUNCTION' 4 ORDER BY line; TEXT FUNCTION fquantitéenstock (unnoarticle Article.noArticle%TYPE) RETURN Article. quantitéenstock%type IS unequantitéenstock Article.quantitéEnStock%TYPE; SELECT quantitéenstock INTO unequantitéenstock FROM Article WHERE noarticle = unnoarticle; RETURN unequantitéenstock; TEXT END fquantitéenstock; rows selected 72 12

13 ( RAISE Traitement d'exceptions (EXCEPTION, Déclarer: nomexception EXCEPTION; Soulever: RAISE nomexception; Capturer (dans le bloc exception): WHEN nomexception THEN Les exceptions et erreurs STORAGE_ERROR Dépassement de capacité mémoire ZERO_DIVIDE Division par zéro NO_DATA_FOUND SELECT INTO ne retourne aucune ligne TOO_MANY_ROWS SELECT INTO ne retourne plusieurs lignes Fonction RAISE_APPLICATION_ERROR Permetde retourner un message d erreur Numéro d erreur entre et ( trigger ) Déclencheur Automatiser des actions lors de certains événements du type : (AFTER BEFORE) (INSERT DELETE UPDATE) Syntaxe : CREATE OR REPLACE TRIGGER nom_trigger Evénement [OF liste colonne] ON nom_table WHEN (condition) [FOR EACH ROW] Instructions PL Accès aux valeurs modifiées Utilisation des variables new et old Si nous ajoutonsmodifions un client nous pouvons accédermodifier le nom de ce client à partir de la variable :new.nom Dans le cas de suppression ou modification, les anciennes valeurs sont dans la variable :old.nom PL Package Un package est constitué d une signaturespécification (partie publique) et d un corps ( package (implémentation du La signature du package contient des éléments (prototypes de fonctions, variables) accessibles à tous les utilisateurs du paquetage. Le corps du package contient l implémentation des fonctions et la partie privée du package (fonctions et variables locales). Droit d exécution d'un package: accès à la spécification mais pas au corps (nécessite droit de modification). La surcharge de fonction est possible (plusieurs procédures ou fonctions de même nom, avec des signatures différentes). Chaque session qui utilise le package possède une instance du package (il n y a donc pas ( variables partage des

14 Signature du package Lasignatured unpackagecontient: Corps du package Le corps d un package contient: Prototypes des procédures et des fonctions du package Constantes et variables Curseurs Définitions d'exceptions Le corps des procédures et fonctions dont le prototype a été défini dans la signature D'autre procédure, fonctions, variables, privés Bloc d'initialisation possible Package PL CREATE PACKAGE nompaquetage AS listedessignaturesdesfonctions&procédures END nompaquetage ; CREATE PACKAGE BODY nompaquetage AS délaration [déclaration] séquenceénoncésinitialisation END nompaquetage; nompaquetage.nomobjet Exemple: Signature Package PL create or replace package Func_Geom is PI number := ; function Perimetre(rayon in number) return number; function Surface(rayon in number) return number; end; * package Func_Geom * Exemple: Corps Package PL create or replace package body Func_Geom is * Implementation du package * val_approx number := 4; * Private variable * function Perimetre(rayon in number) return number is begin return 2*PI*rayon; end; function Surface(rayon in number) return number is begin return PI*rayon*rayon; end; end Func_Geom; Utilisation de fonctions du package Dans une fonction: val = Func_Geom.surface(2); Dans une requête : SELECT Func_Geom.surface(rayon) FROM Information_Place;

15 DBMS_OUTPUT Ecriturede texte dans un tampon. Utilisé pour le debugage, suivi du déroulement d'un programme. Exemples de fonctions: Ecriture sur le tampon DBMS_OUTPUT.PUT(val [NUMBER VARCHAR2 DATE]); DBMS_OUTPUT.NEW_LINE() DBMS_OUTPUT.PUT_LINE(val[NUMBER VARCHAR2 DATE]); Lecture sur le tampon DBMS_OUPUT.GET_LINE(line varchar2, status out integer) UTL_FILE Lecture et écriture dans des fichiers coté serveur (TEXT_IO coté client) Les fichiers ne peuvent être créés que dans les répertoires déclarés dans la base. Pour ajouter un répertoire, le droit create directory est nécessaire) Exemples de fonctions: Manipulation fichier FOPEN(location varchar2, filename varchar2, open_mode varchar2 *rwa*) return UTL_FILE.FILE_TYPE * desc fich *; IS_OPEN (file FILE_TYPE) FCLOSE(file FILE_TYPE) Ecriture UTL_FILE.PUT(file FILE_TYPE, buffer VARCHAR2); Lecture UTL_FILE.GET_LINE(file FILE_TYPE, buffer out VARCHAR2) DBMS_LOB DBMS_LOB permet la manipulation de grands objets, en particulier leur lecture et écriture BLOB: Binary LOB BFILE: Binary file (stocké en dehors de la base, read-only) CLOB: Character LOB NCLOB: CLOB Multibyte character Exemples de fonctions: APPEND (dest BLOB, src BLOB) COPY COMPARE INSTR READ WRITE Autres package Plus de 150 packages: DBMS_FLASHBACK: restauration de la base vers une version précédente DBMS_SCHEDULER: ordonnancement de tache (tache périodique) DBMS_: généré dynamiquement DBMS_STATS: statistiques sur la base UTL_HTTP, UTL_MAIL (définition mail), UTL_SMTP (envoie de mail) dynamique Le dynamique permet de construiredans un programme une requête avant de l exécuter. CREATE OR REPLACE PROCEDURE del(tablename_p varchar2, condition_p varchar2) IS where_clause varchar2(256); IF condition_p IS NOT NULL THEN where_clause= ' where ' condition_p; END IF; execute immediate 'delete from' table_name_p where_clause; END exec del(emp); exec del(dpt, 'iddpt >= 20'); dynamique * Tableaux * * Using pour passer les valeurs d'une chaine dynamique* TYPE NumList IS TABLE OF NUMBER; empids NumList; empids := NumList(101,102,103,104,105); FORALL i IN 1..5 EXECUTE IMMEDIATE 'UPDATE employees SET salary = salary * 1.04 WHERE employee_id = :1' USING empids(i);

07/02/2011 (SQL/PSM) MySQL SQL/PSM. Application. Bloc SQL/PSM SQL SQL SQL SQL SQL IF... THEN SQL ELSE SQL END IF ; SQL

07/02/2011 (SQL/PSM) MySQL SQL/PSM. Application. Bloc SQL/PSM SQL SQL SQL SQL SQL IF... THEN SQL ELSE SQL END IF ; SQL (SQL/PSM) 1 Extension de SQL ( PSM ) Langage de programmation procédural Clauses SQL intégrées dans le code procédural SQL/PSM est donc un langage de programmation, propre à mysql : Intégre directement

Plus en détail

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL Cours PL/SQL Langage propre à Oracle basé sur ADA Offre une extension procédurale à SQL PL/SQL permet d utiliser un sous-ensemble du langage SQL des variables, des boucles, des alternatives, des gestions

Plus en détail

PL/SQL. Pourquoi PL/SQL? Introduction. Principales caractéristiques de PL/SQL. Utilisation de PL/SQL

PL/SQL. Pourquoi PL/SQL? Introduction. Principales caractéristiques de PL/SQL. Utilisation de PL/SQL PL/SQL Avertissement : cette partie du cours n est qu un survol du langage PL/SQL, utile pour écrire des procédures stockées simples Elle laisse de côté de nombreuses fonctionnalités du langage Université

Plus en détail

Bases de données Programmation PL/SQL. LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio

Bases de données Programmation PL/SQL. LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio Bases de données Programmation PL/SQL LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio Plan I. Vue d ensemble et principes de fonctionnement II. Eléments de programmation III.

Plus en détail

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS 1. Introduction Nous allons aborder la notion de surcouche procédurale au sein des SGBDS relationnels tels que Oracle (PLSQL)

Plus en détail

PL/SQL Procedural Language Extensions to SQL

PL/SQL Procedural Language Extensions to SQL PL/SQL Procedural Language Extensions to SQL Il permet : - l'utilisation d'un sous-ensemble du langage SQL, - la mise en œuvre de structures procédurales, - la gestion des erreurs. L'une des plus importantes

Plus en détail

PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers

PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers Département d informatique Collège Lionel Groulx. Préparé par Saliha Yacoub Table des matières. Introduction...

Plus en détail

Cours PL/SQL. Cours PL/SQL. E.Coquery. emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr

Cours PL/SQL. Cours PL/SQL. E.Coquery. emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr Cours PL/SQL E.Coquery emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr Programmation au sein du SGBD Pourquoi? Les contraintes prédéfinies ne sont pas toujours suffisantes. Exemple : tout nouveau prix pour un CD doit avoir

Plus en détail

Programmer avec PL/SQL

Programmer avec PL/SQL Programmer avec PL/SQL École Supérieure de la Statistique et de l Analyse de l Information (ESSAI) Avertissement : cette partie du cours n est qu un survol du langage PL/SQL, utile pour écrire des procédures

Plus en détail

Interface de programmation Application / BD. Hiver 2011 C. Desrosiers

Interface de programmation Application / BD. Hiver 2011 C. Desrosiers LOG660 - Bases de données de haute performance Interface de programmation Application / BD Hiver 2011 C. Desrosiers Département de génie logiciel et des TI Interface entre SQL et un programme SQL incomplet

Plus en détail

Oracle : Langage PL/SQL

Oracle : Langage PL/SQL 1 Introduction à PL/SQL Oracle : Langage PL/SQL PL/SQL est un langage de programmation procédural et structuré. 1.1 Langage de programmation Il contient un ensemble d'instructions permettant de mettre

Plus en détail

PL/SQL. Présenté par Abdoul Aziz Ciss Dept GIT EPT Email: aaciss@ept.sn. 1 PL/SQL --AA Ciss

PL/SQL. Présenté par Abdoul Aziz Ciss Dept GIT EPT Email: aaciss@ept.sn. 1 PL/SQL --AA Ciss PL/SQL Présenté par Abdoul Aziz Ciss Dept GIT EPT Email: aaciss@ept.sn 1 Contenu Introduction au PL/SQL Variables PL/SQL Créer des sections exécutables Interactions avec le serveur Oracle Structures de

Plus en détail

Conception de bases de données relationnelles

Conception de bases de données relationnelles Conception de bases de données relationnelles Langage PL/(pg)SQL Marie Szafranski 2015-2016 ensiie 1 2015-2016 ensiie 1 Aperçu de PL/(pg)SQL Aperçu de PL/(pg)SQL PL/SQL : Procedural Language for SQL (Oracle)

Plus en détail

Développer en PL/SQL. Sommaire du cours

Développer en PL/SQL. Sommaire du cours Sommaire du cours Module 1 Introduction et Rappels Module 2 Eléments de langage PL/SQL Module 3 Accès à la Base de données Module 4 Traitements stockés Module 5 Gestion des exceptions Module 6 - Compléments

Plus en détail

On peut considérer les vues comme des «tables virtuelles» : leur contenu est constitué seulement au moment de la demande d exécution de cette vue.

On peut considérer les vues comme des «tables virtuelles» : leur contenu est constitué seulement au moment de la demande d exécution de cette vue. SQL Ch 9 DDL Vues, PL/SQL, procédures,... I. INTRODUCTION... 1 II. LES VUES (ANGLAIS «VIEWS»)... 1 A. CREER UNE VUE : CREATE VIEW... 1 B. SUPPRIMER UNE VUE DROP VIEW... 3 III. LANGAGE PL/SQL, PROCEDURES

Plus en détail

TD BD dynamique. DECLARE déclaration des variables, constantes, exceptions et curseurs locaux au bloc

TD BD dynamique. DECLARE déclaration des variables, constantes, exceptions et curseurs locaux au bloc TD BD dynamique Un déclencheur est utilisé pour complémenter les contraintes d'intégrité de la base. Une partie des contraintes ne peut souvent pas être définie avec les fonctionnalités décrites jusqu'ici.

Plus en détail

1/44. I Programming Language with SQL. I Langage de programmation procédural ADA like. I Langage propriétaire mais qui a inspiré la norme SQL3

1/44. I Programming Language with SQL. I Langage de programmation procédural ADA like. I Langage propriétaire mais qui a inspiré la norme SQL3 Généralités 1/44 2/44 Anne-Cécile Caron Présentation Programming Language with SQL Langage de programmation procédural ADA like Langage propriétaire mais qui a inspiré la norme SQL3 Adapté à la manipulation

Plus en détail

PL/SQL. Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr

PL/SQL. Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr PL/SQL Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr Plan Introduction Environnements Bloc PL/SQL Variables Traitements conditionnels Traitements répétitifs Curseurs Gestion des erreurs Fonctions

Plus en détail

CC30 Certificat de compétence Conception, développement et animation de sites Web

CC30 Certificat de compétence Conception, développement et animation de sites Web CC30 Certificat de compétence Conception, développement et animation de sites Web UE RSX053 Introduction aux bases de données Séance 9 1 Table des matières 1. PLSQL...3 1.1. Présentation...3 1.2. L utilité

Plus en détail

TP Contraintes - Triggers

TP Contraintes - Triggers TP Contraintes - Triggers 1. Préambule Oracle est accessible sur le serveur Venus et vous êtes autorisés à accéder à une instance licence. Vous utiliserez l interface d accés SQL*Plus qui permet l exécution

Plus en détail

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités suivants: EMP(EmpNo, Enom, Job, DirNo, Sal, Prime) DEPT(DeptNo, Dnom, Adr) Où EmpNo est la clé primaire de EMP et DeptNo

Plus en détail

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes. Les Triggers SQL Didier DONSEZ Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.fr 1 Sommaire Motivations Trigger Ordre Trigger Ligne Condition Trigger

Plus en détail

Bases de données avancées

Bases de données avancées Bases de données avancées Jean-Yves Antoine LI - Université François Rabelais de Tours Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr UFR Sciences et Techniques IUP SIR Blois Master 1 Bases de Données avancées IUP Blois,

Plus en détail

2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET. Quatrième partie. Focus sur Oracle

2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET. Quatrième partie. Focus sur Oracle 2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET Quatrième partie Focus sur Oracle 165 2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET Chapitre 12 Programmation PL/SQL 2008-2009 -JACQUES THOORENS

Plus en détail

Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol. d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/

Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol. d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/ Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/ 1 Triggers: Motivation Les vérifications de contraintes (attribut ou n-uplet)

Plus en détail

Mostafa Hanoune. Traitement des Exceptions

Mostafa Hanoune. Traitement des Exceptions Mostafa Hanoune 8 Traitement des Exceptions Objectifs A la fin de ce chapitre, vous saurez : Définir des exceptions PL/SQL Reconnaître les exceptions non gérées Lister et utiliser les différents types

Plus en détail

Bases de données. Cours 6 : Introduction à des notions avancées (Index, Déclencheurs, Transactions) Nicolas DURAND

Bases de données. Cours 6 : Introduction à des notions avancées (Index, Déclencheurs, Transactions) Nicolas DURAND Bases de données Cours 6 : Introduction à des notions avancées (Index, Déclencheurs, Transactions) Nicolas DURAND Polytech Marseille Université d Aix-Marseille 2012-2013 Nicolas DURAND Bases de données

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours IFT3030 Base de données Chapitre 6 SQL Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées Concepts avancés Modèle des

Plus en détail

Université M Hamed Bougara Boumerdès, Faculté des Sciences, Département Informatique SQL PROCEDURAL

Université M Hamed Bougara Boumerdès, Faculté des Sciences, Département Informatique SQL PROCEDURAL Université M Hamed Bougara Boumerdès, Faculté des Sciences, Département Informatique Cours (Master 1) : Bases de Données Avancées, (Responsable : A. AIT BOUZIAD) SQL PROCEDURAL Dans les différentes parties

Plus en détail

BD50. TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer. Gestion Commerciale

BD50. TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer. Gestion Commerciale Département Génie Informatique BD50 TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer Gestion Commerciale Françoise HOUBERDON & Christian FISCHER Copyright Avril 2007 Présentation de la gestion commerciale

Plus en détail

PL/SQL 2014-2015. Bases de données 2

PL/SQL 2014-2015. Bases de données 2 Cours 10 : PL/SQL Procedural Language/SQL Blocs, variables, instructions, structures de contrôle, curseurs, gestion des erreurs, procédures/fonctions stockées, packages, triggers PL/SQL Chapitre 3 de la

Plus en détail

SQL (suite) Manipulation: CRUD Insertion, Suppression, mise à jour, lecture Triggers Vues. Bases de données

SQL (suite) Manipulation: CRUD Insertion, Suppression, mise à jour, lecture Triggers Vues. Bases de données SQL (suite) Manipulation: CRUD Insertion, Suppression, mise à jour, lecture Triggers Vues Manipulation CRUD INSERT INTO (Create) pour insérer des tuple SELECT FROM (Read) pour lire des tuples UPDATE (Update)

Plus en détail

Programmation orientée objet en langage JAVA

Programmation orientée objet en langage JAVA Connexion à une base de données avec JDBC Programmation orientée objet en langage JAVA Connexion à une base de données avec JDBC Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe

Plus en détail

DECLARE : n'est nécessaire que si il y a des déclarations locales au bloc.

DECLARE : n'est nécessaire que si il y a des déclarations locales au bloc. Introduction Utilisation de PL/SQL : Procedural Language : langage de développement pour Oracle PL/SQL est un langage hôte, ce qui signifie qu'il peut accueillir des ordres SQL, il est proche du Pascal

Plus en détail

PL/SQL. Procedural Language/ Structured Query Language. UPMC - UFR 919 Ingéniérie - Introduction aux Bases de Données Relationnelles (BD-2I009) 1

PL/SQL. Procedural Language/ Structured Query Language. UPMC - UFR 919 Ingéniérie - Introduction aux Bases de Données Relationnelles (BD-2I009) 1 PL/SQL Procedural Language/ Structured Query Language UPMC - UFR 919 Ingéniérie - Introduction aux Bases de Données Relationnelles (BD-2I009) 1 Plan Introduction Structure d'un programme Les variables

Plus en détail

Bases de Données Avancées PL/SQL

Bases de Données Avancées PL/SQL 1/170 Bases de Données Avancées Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR Léonard de Vinci 74, rue Marcel Cachin, F-93017

Plus en détail

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle 1. a Ajouter un CHECK sur la table LigneCommande ALTER TABLE LigneCommande ADD (CONSTRAINT XXX CHECK (noarticle

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 4 : PL/SQL : ou comment faire plus avec ORACLE 2ème partie Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Exceptions Rappels bloc PL/SQL Definition

Plus en détail

2013-2014 N.EL FADDOULI 39 2013-2014 N.EL FADDOULI 40. Page 2

2013-2014 N.EL FADDOULI 39 2013-2014 N.EL FADDOULI 40. Page 2 Introduction Bloc PL/SQL Déclaration des variable Structure de contrôle Curseurs Les exceptions PL /SQL Les fonctions et procédures Les packages Les triggers 1 Les exceptions Définition Exceptions prédéfinies

Plus en détail

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Loïc Paulevé, Nassim Hadj-Rabia (2009), Pierre Levasseur (2008) Licence professionnelle SIL de Nantes, 2009, version 1 Ces notes ont été élaborées

Plus en détail

Notes de cours. PL/SQL (Oracle 11g) Hakim Benameurlaine. Décembre 2012. 2012 Hakim Benameurlaine 1

Notes de cours. PL/SQL (Oracle 11g) Hakim Benameurlaine. Décembre 2012. 2012 Hakim Benameurlaine 1 Notes de cours PL/SQL (Oracle 11g) Hakim Benameurlaine Décembre 2012 2012 Hakim Benameurlaine 1 Table of Contents 1 PRÉSENTATION DU PL/SQL... 5 1.1 Bloc PL/SQL... 5 1.2 Les variables... 7 1.3 Les variables

Plus en détail

Le langage PL/SQL 2 - Compléments

Le langage PL/SQL 2 - Compléments 1. Rappels de PL/SQL 2. Les Exceptions Le langage PL/SQL 2 - Compléments Bernard ESPINASSE Professeur à Aix-Marseille Université (AMU) Ecole Polytechnique Universitaire de Marseille Septembre 2015 3. Les

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données Commandes de définition de données (DDL) Commandes de mise-à-jour de données (DML) Vues SQL-MAJ, vues-1 / 33 Exemple Définition de la relation

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 6 : JDBC : ou comment lier ORACLE avec Java 1ère partie Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Introduction 2 les étapes de la connexion

Plus en détail

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle 1) Introduction 2) Événements déclenchant 3) Mécanisme général 4) Privilèges systèmes 5) Syntaxe 6) Nom du déclencheur 7) Option BEFORE ou AFTER 8) Déclencheur LMD 9) Déclencheur LDD 10) Déclencheur d'instance

Plus en détail

INSIA SIGL 3 ORACLE PL-SQL

INSIA SIGL 3 ORACLE PL-SQL INSIA SIGL 3 ORACLE PL-SQL Procédures Fonctions - Triggers Bertrand LIAUDET SOMMAIRE SOMMAIRE 1 PL-SQL ORACLE 2 1. Programme et script 2 2. Variables et types scalaires 5 3. Procédures 10 4. Fonctions

Plus en détail

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C)

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C) Web dynamique Techniques, outils, applications (Partie C) Nadir Boussoukaia - 2006 1 SOMMAIRE 1. MySQL et PHP (20 min) 2. SQL (petits rappels) (20 min) 2 MySQL et PHP Synthèse 3 MySQL et PHP SGBD MySQL

Plus en détail

420-PK6-SL Banques de données Avancées. la suite

420-PK6-SL Banques de données Avancées. la suite 420-PK6-SL Banques de données Avancées PL/SQL la suite ENTRÉES AU CLAVIER Pour quérir une valeur au clavier lors de l'exécution d'une fonction SqlPlusfournis l'opérateur «&». PL/SQL n'a pas de mécanisme

Plus en détail

Programmation orientée objet en langage JAVA

Programmation orientée objet en langage JAVA Programmation orientée objet en langage JAVA Connexion à une base de données avec JDBC Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe Lebon - BP 540 76058 LE HAVRE CEDEX

Plus en détail

Bases de données avancées Triggers

Bases de données avancées Triggers Bases de données avancées Triggers Wies law Zielonka 12 décembre 2009 Résumé Ces notes ne sont pas corrigées, mais peut-être vous les trouverez quand même utiles pour préparer l examen ou projet. Ne pas

Plus en détail

Java DataBaseConnectivity

Java DataBaseConnectivity Java DataBaseConnectivity JDBC JDBC est une API Java (ensemble de classes et d interfaces défini par SUN et les acteurs du domaine des SGBD) permettant d accéder aux bases de données à l aide du langage

Plus en détail

Interfaçage de programmation. c Olivier Caron

Interfaçage de programmation. c Olivier Caron Interfaçage de programmation 1 Le SGBD est-il suffisant? (1/2) Les pour : La puissance du langage de requêtes. 1 Le SGBD est-il suffisant? (1/2) Les pour : La puissance du langage de requêtes. L aspect

Plus en détail

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL 2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL PLAN : I. Le langage de manipulation des données II. Le langage de définition des données III. Administration de la base de données IV. Divers (HORS PROGRAMME) Introduction:

Plus en détail

Langage de Requêtes. talel@infres.enst.fr

Langage de Requêtes. talel@infres.enst.fr Langage de Requêtes talel@infres.enst.fr Supports de cours : (1) Database Management Systems, R. Ramakrishnan and J. Gehrke, ed. McGrawHill, 2000. (2) Bases de Données, G. Gardarin, ed. Eyrolles, 2001.

Plus en détail

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes Langage SQL (1) Sébastien Limet Denys Duchier IUT Orléans 4 septembre 2007 Notions de base qu est-ce qu une base de données? SGBD différents type de bases de données quelques systèmes existants Définition

Plus en détail

JDBC et objet-relationnel

JDBC et objet-relationnel Types de données de SQL3 JDBC et objet-relationnel Université de Nice - Sophia Antipolis Version 1.6.4 5/11/11 Richard Grin JDBC supporte les types suivants de SQL3 qui sont des ouvertures vers le relationnelobjet

Plus en détail

Le modèle conceptuel Entité/Association

Le modèle conceptuel Entité/Association Le modèle conceptuel Entité/Association Les concepts de base Modèle conceptuel Entité/Association C'est un modèle intermédiaire entre l'application qui est non formalisée et le modèle relationnel qui est

Plus en détail

Bases de Données PLAN. 1 : Introduction 2 : Le langage SQL 3 : Intégrité des données 4 : PL/SQL

Bases de Données PLAN. 1 : Introduction 2 : Le langage SQL 3 : Intégrité des données 4 : PL/SQL Bases de Données 1 PLAN 1 : Introduction 2 : Le langage SQL 3 : Intégrité des données 4 : PL/SQL 5 et 6 : Conception des bases de données 7 : Organisation et administration d'une base de données (Oracle)

Plus en détail

Module 12 : Les ateliers PL/SQL version 4.1

Module 12 : Les ateliers PL/SQL version 4.1 Module 12 : Les ateliers PL/SQL version 4.1 Chaque module est accompagné d un ou plusieurs ateliers qui portent le même numéro. Sur le site www.bizoi.fr, vous pourrez trouver à partir de septembre 2014

Plus en détail

Stéphane Bortzmeyer

Stéphane Bortzmeyer <stephane+blog@bortzmeyer.org> De l intérêt des règles d intégrité dans un SGBD Stéphane Bortzmeyer Première rédaction de cet article le 17 janvier 2008 Il semble que l utilisation des règles d intégrité

Plus en détail

Java et les bases de données: JDBC: Java DataBase Connectivity SQLJ: Embedded SQL in Java. Michel Bonjour http://cuiwww.unige.

Java et les bases de données: JDBC: Java DataBase Connectivity SQLJ: Embedded SQL in Java. Michel Bonjour http://cuiwww.unige. : JDBC: Java DataBase Connectivity SQLJ: Embedded SQL in Java Michel Bonjour http://cuiwww.unige.ch/~bonjour Plan JDBC: API bas niveau pour l accès aux BD (SQL) - Introduction - JDBC et : Java, ODBC, SQL

Plus en détail

Christian Soutou Olivier Teste SQL pour Oracle

Christian Soutou Olivier Teste SQL pour Oracle Christian Soutou Olivier Teste SQL pour Oracle Chapitre 6 Bases du PL/SQL Ce chapitre décrit les caractéristiques générales du langage PL/SQL : structure d un programme ; déclaration et affectation de

Plus en détail

SQL : Origines et Evolutions

SQL : Origines et Evolutions SQL : Origines et Evolutions SQL est dérivé de l'algèbre relationnelle et de SEQUEL Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis ORACLE, INGRES, Il existe trois versions normalisées, du simple au complexe : SQL1

Plus en détail

1 introduction : SQL server

1 introduction : SQL server Lycée lissan eddine ibn_elkhatib laayoune SGBDR 1 Pr H.LAARAJ 2015/2016 2 1 introduction : SQL server 1 3 SQL server SQL-Server est un SGBDR Client-Serveur qui utilise TRANSACT-SQL dans ses transactions.

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bilan : Des vues à PL/SQL corrigé Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Cas exemple 2 Les tables... 3 Vues et index 4 Privilèges 5 Fonctions

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 11 : Les tables comme objets (3ème partie) Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Tables objet Rappels Exemple d insertion Sélection 2 Vues

Plus en détail

Déclencheurs Bases de Données TRIGGER. C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI

Déclencheurs Bases de Données TRIGGER. C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI Déclencheurs Bases de Données TRIGGER C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI Généralités Un déclencheur est un traitement (sous forme de bloc PL/SQL) qui s exécute automatiquement

Plus en détail

Le Langage SQL version Oracle

Le Langage SQL version Oracle Université de Manouba École Supérieure d Économie Numérique Département des Technologies des Systèmes d Information Le Langage SQL version Oracle Document version 1.1 Mohamed Anis BACH TOBJI anis.bach@isg.rnu.tn

Plus en détail

Bases de données et sites WEB Cours 2 : SQL3 Modèle

Bases de données et sites WEB Cours 2 : SQL3 Modèle Bases de données et sites WEB Cours 2 : SQL3 Modèle 1 Plan Insuffisances du modèle relationnel Concepts objet Modèle Objet-relationnel et SQL3 2 Insuffisances du modèle relationnel Opérations séparées

Plus en détail

1/28. I Utiliser à bon escient les types de données proposés par SQL, ou. Introduction 3/28

1/28. I Utiliser à bon escient les types de données proposés par SQL, ou. Introduction 3/28 Introduction 1/28 2/28 Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - BDD 2015-2016 Objectifs Après ce cours, les TD et TP correspondants, vous devez être capables de I Créer des tables à partir d un modèle I Utiliser

Plus en détail

PL/SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft et Groupe Eyrolles, 2007, ISBN : 2-212-12056-7, ISBN 13 : 978-2-212-12056-1

PL/SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft et Groupe Eyrolles, 2007, ISBN : 2-212-12056-7, ISBN 13 : 978-2-212-12056-1 PL/ pour Oracle 10g Razvan Bizoï Tsoft et Groupe Eyrolles, 2007, ISBN : 2-212-12056-7, ISBN 13 : 978-2-212-12056-1 L architecture PL/ Le jeu de caractères Le bloc PL/ Sortie à l écran Déboguage Module

Plus en détail

Bases de données et sites WEB

Bases de données et sites WEB Bases de données et sites WEB Cours2 : Sécurité et contrôles d accès Anne Doucet 1 Authentification Autorisation Privilèges Rôles Profils Limitations de ressources Plan Audit Contrôle d accès via les vues

Plus en détail

625 Programmation JDBC LES PRINCIPALES CLASSES ET LEUR EMPLOI INTRODUCTION ARCHITECTURES. Connection. Statement instruction

625 Programmation JDBC LES PRINCIPALES CLASSES ET LEUR EMPLOI INTRODUCTION ARCHITECTURES. Connection. Statement instruction 625 Programmation INTRODUCTION JDBC API (Framework) permettant d'accéder virtuellement à toute source de données tabulaire ; respecte la philosophie de la plate-forme Java: Write once, run everywhere ;

Plus en détail

625 Programmation JDBC INTRODUCTION ARCHITECTURES

625 Programmation JDBC INTRODUCTION ARCHITECTURES 625 Programmation JDBC INTRODUCTION API (Framework) permettant d'accéder virtuellement à toute source de données tabulaire ; respecte la philosophie de la plate-forme Java: Write once, run everywhere ;

Plus en détail

Interface Java Oracle : JDBC

Interface Java Oracle : JDBC Interface Java Oracle : JDBC Christine Bonnet Sommaire Démarche globale JDBC --- 6 Accès s en consultation --- 9 Accès s en modification --- 13 Ordres dynamiques --- 19 Procédures stockées --- 24 I-2 Christine

Plus en détail

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL I Gestion des utilisateurs et de leurs privilèges I.1 Gestion

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

Présentation du PL/SQL

Présentation du PL/SQL I Présentation du PL/ Copyright Oracle Corporation, 1998. All rights reserved. Objectifs du Cours A la fin de ce chapitre, vous saurez : Décrire l intéret du PL/ Décrire l utilisation du PL/ pour le développeur

Plus en détail

Bases de données. Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur. Yousra Lembachar

Bases de données. Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur. Yousra Lembachar Bases de données Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur Yousra Lembachar Déclencheurs Qu est-ce qu un déclencheur? Un déclencheur ou une règle ECA est de la forme: «Quand un Evénement se produit,

Plus en détail

Introduction à JDBC. Accès aux bases de données en Java

Introduction à JDBC. Accès aux bases de données en Java Introduction à JDBC Accès aux bases de données en Java Eric Cariou Université de Pau et des Pays de l'adour Département Informatique Eric.Cariou@univ-pau.fr 1 Introduction JDBC : Java Data Base Connectivity

Plus en détail

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie Cours Web Lionel Seinturier Université Pierre & Marie Curie Lionel.Seinturier@lip6.fr Structured Query Language Langage de manipulation des données stockées dans une base de données interrogation/insertion/modification/suppression

Plus en détail

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT Nom Prénom Promotion Date Buhl Damien Année 1 Groupe 2 21 Janvier 2007 CER Prosit n 22 Mots-Clés : - Requête/Langage SQL Le langage SQL (Structured Query Language) est un langage de requêtes, il permet

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 1 : Vues et Index Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les Vues Généralités Syntaxe Avantages Conditions de mise à jour 2 Index Généralités

Plus en détail

Langage SQL : créer et interroger une base

Langage SQL : créer et interroger une base Langage SQL : créer et interroger une base Dans ce chapitre, nous revenons sur les principales requêtes de création de table et d accès aux données. Nous verrons aussi quelques fonctions d agrégation (MAX,

Plus en détail

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique Bases de données Jean-Yves Antoine VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr L3 S&T mention Informatique Bases de Données IUP Vannes, UBS J.Y. Antoine 1 Bases de données SGBD

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

Programmer en JAVA. par Tama (tama@via.ecp.fr( tama@via.ecp.fr)

Programmer en JAVA. par Tama (tama@via.ecp.fr( tama@via.ecp.fr) Programmer en JAVA par Tama (tama@via.ecp.fr( tama@via.ecp.fr) Plan 1. Présentation de Java 2. Les bases du langage 3. Concepts avancés 4. Documentation 5. Index des mots-clés 6. Les erreurs fréquentes

Plus en détail

I) Bases de données et tables :

I) Bases de données et tables : I) Bases de données et tables : Un S.G.B.D. est un outil pour organiser, stocker, modifier, calculer et extraire des infos. Une B.D.R. peut être considérée comme un ensemble de tables à 2 dimensions. Exemple

Plus en détail

PHP & BD. PHP & Bases de données. Logiciels & matériels utilisés. Bases de données et Web

PHP & BD. PHP & Bases de données. Logiciels & matériels utilisés. Bases de données et Web PHP & Bases de données La quantité de données utilisée par certains sites web nécessite l'utilisation d'une base de données Il faut donc disposer d'un SGBD (mysql, postgresql, oracle, ) installé sur un

Plus en détail

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES?

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? BASE DE DONNÉES OBJET Virginie Sans virginie.sans@irisa.fr A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? Stockage des informations : sur un support informatique pendant une longue période de taille importante accès

Plus en détail

3. Initialiser m2 et m3 à l aide de ce constructeur, puis afficher le contenu de la table Meuble à l aide d une requête SQL.

3. Initialiser m2 et m3 à l aide de ce constructeur, puis afficher le contenu de la table Meuble à l aide d une requête SQL. Base de données Département Informatique et Statistique, Faculté de SEG, Université Lumière Lyon 2 M2 Informatique spécialité IDS-IIDEE Année 2011-2012 Bases de données objets TD n 4 J. Darmont (http:eric.univ-lyon2.fr~jdarmont),

Plus en détail

INTRODUCTION A JAVA. Fichier en langage machine Exécutable

INTRODUCTION A JAVA. Fichier en langage machine Exécutable INTRODUCTION A JAVA JAVA est un langage orienté-objet pur. Il ressemble beaucoup à C++ au niveau de la syntaxe. En revanche, ces deux langages sont très différents dans leur structure (organisation du

Plus en détail

Oracle 8i sous Linux

Oracle 8i sous Linux Oracle 8i sous Linux Gilles Briard Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09135-4 2000 16 Pilotes JDBC et SQLJ Dans ce chapitre nous allons aborder les points suivants : le standard JDBC, les pilotes JDBC d Oracle,

Plus en détail

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013 November 26, 2013 SQL : En tant que langage d interrogation En tant que langage de mise à jour En tant que langage de définition de données Langages de requête Langages qui permettent d interroger la BD

Plus en détail

INSIA SIGL 2 Bases de données Cours 06 PL-SQL

INSIA SIGL 2 Bases de données Cours 06 PL-SQL INSIA SIGL 2 Bases de données Cours 06 PL-SQL Procédures stockées - Triggers Bertrand LIAUDET SOMMAIRE SOMMAIRE 1 PL-SQL - PROCEDURES STOCKÉES - TRIGGERS 3 1. PL-SQL : les procédures stockées 3 Présentation

Plus en détail

INTRODUCTION A SQL. http://www.lri.fr/~rigaux/bd/sql.html

INTRODUCTION A SQL. http://www.lri.fr/~rigaux/bd/sql.html 012345678901234567890123 INTRODUCTION A SQL SQL = Structured Query Language SEQUEL = Structured English as a QUEry Language standard ISO depuis 87. Avantages : implanté + ou - complètement sur principaux

Plus en détail

OpenPaaS Le réseau social d'entreprise

OpenPaaS Le réseau social d'entreprise OpenPaaS Le réseau social d'entreprise Spécification des API datastore SP L2.3.1 Diffusion : Institut MinesTélécom, Télécom SudParis 1 / 12 1OpenPaaS DataBase API : ODBAPI...3 1.1Comparaison des concepts...3

Plus en détail

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4 1 Annexes Avec ce rapport il faut rendre en annexe le script SQL corrigé qui permet de créer la base de données selon votre modèle relationnel ainsi que de la peupler avec un nombre de tuples suffisant.

Plus en détail