TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE"

Transcription

1 CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 34989/97 présentée par Dirk GOEDHART contre la Belgique La Cour européenne des Droits de l Homme (troisième section), siégeant en chambre le 31 août 1999 en présence de Commented [Note1]: Ne mettre que les initiales si non public ; prénom et, en majuscules, le nom de famille ; nom corporatif en majuscules ; pas de traduction des noms collectifs. Commented [Note2]: Première lettre du pays en majuscule. Mettre l article selon l usage normal de la langue. Sir Nicolas Bratza, président, M. J.-P. Costa, M. L. Loucaides, M. P. Kūris, M me F. Tulkens, M. K. Jungwiert, M me H.S. Greve, juges, et de M me S. Dollé, greffière de section ; Vu l article 34 de la Convention de sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés fondamentales ; Vu la requête introduite le 4 février 1997 par Dirk Goedhart contre la Belgique et enregistrée le 19 février 1997 sous le n de dossier 34989/97 ; Vu le rapport prévu à l article 49 du règlement de la Cour ; Vu les observations présentées par le gouvernement défendeur le 5 octobre 1998 et les observations en réponse présentées par le requérant le 15 janvier 1999 ; Après en avoir délibéré ; Rend la décision suivante :

2 34989/ EN FAIT Le requérant est un ressortissant néerlandais, né en 1942 et résidant à Hilversum (Pays-Bas). Il est représenté devant la Cour par M e G.J.J. Knoops, avocat au barreau d Amsterdam. Les faits de la cause, tels qu ils ont été exposés par les parties, peuvent se résumer comme suit. A. Circonstances particulières de l affaire Le requérant ainsi que vingt-cinq autres individus furent poursuivis pour divers faits d importation de stupéfiants, portant au total sur des quantités supérieures à quarante tonnes de cannabis. Le 6 février 1995, le tribunal correctionnel de Bruges, statuant par défaut à l égard du requérant qui n avait pas comparu malgré la citation qui lui avait été régulièrement signifiée, le condamna à une peine d emprisonnement de sept ans et à une amende de francs belges. Le tribunal ordonna en outre l arrestation immédiate du requérant, estimant qu il était justifié de croire qu il tente de se soustraire à l exécution de sa peine. Le requérant fit opposition le 11 juillet Le 2 août 1995, le tribunal correctionnel de Bruges déclara l opposition nulle et non avenue, conformément à l article 188 du code d instruction criminelle, au motif que l opposant n avait pas comparu à l audience et n était pas régulièrement représenté. A cette audience, le conseil du requérant se présenta mais, conformément à l article 185 du code d instruction criminelle, il ne fut pas admis à la défense de son client. Le requérant fit appel le même jour. Bien que la citation à comparaître lui ait été régulièrement signifiée, le requérant ne comparut pas à l audience d appel du 19 mars Deux avocats se présentèrent toutefois afin d assurer sa défense et de le représenter. Ils furent entendus et déposèrent leurs conclusions ainsi que des conclusions additionnelles concernant leur demande de représentation. Le 19 mars 1996, la cour d appel de Gand, statuant par un arrêt interlocutoire, estima que des personnes qui, comme le requérant, refusent délibérément de comparaître, sans en être empêchées par la maladie ou une détention à l étranger, ne sont pas fondées à demander l autorisation de se faire représenter par avocat. Elle refusa donc la représentation du requérant. Le requérant fit opposition à l arrêt interlocutoire. Par arrêt du 30 avril 1996, la cour d appel de Gand déclara l opposition non recevable. Rappelant qu il n existait aucune possibilité de faire opposition contre une décision rendue contradictoirement, la cour releva que l arrêt du 19 mars 1996 avait été rendu contradictoirement en présence des avocats du requérant, qui avaient été entendus sur la question de la représentation, et en tenant compte des conclusions déposées par les avocats quant à cette question. Elle ajouta que cette décision avait été prise abstraction faite du fond de l affaire.

3 /97 Par arrêt du 11 juin 1996, la cour d appel de Gand, statuant par défaut à l égard du requérant, le déclara coupable des faits reprochés. Après avoir relevé qu il faisait partie du groupe de personnes qui dirigeaient et/ou finançaient l organisation criminelle, elle confirma la peine prononcée en première instance. La cour d appel ordonna en outre l arrestation immédiate du requérant. Ce dernier fit opposition à cet arrêt le 16 juillet 1996, par exploit d huissier avec audience introductive fixée au 6 août Le requérant ne comparut pas à l audience du 6 août Par un arrêt du même jour, la cour d appel de Gand s opposa à ce que son avocat assure sa défense en l absence d un document établissant que le requérant se trouvait dans l impossibilité de comparaître. Par un arrêt du 4 octobre 1996, la cour d appel déclara l opposition nulle et non avenue du fait du non-respect de l article 188 du code d instruction criminelle, qui pose le principe de la comparution en personne. Elle confirma son refus d autoriser la représentation et décida, en conséquence, que les conclusions déposées par l avocat quant au fond de l affaire devaient être écartées des débats. La cour d appel expliqua que cela ne portait aucunement atteinte à l article 6 1 et 3 de la Convention, dans la mesure où l opposition avait précisément offert au requérant une seconde possibilité de présenter sa défense. Le requérant se pourvut en cassation contre les arrêts des 19 mars, 30 avril, 11 juin et 6 août Il fit valoir que le refus de la cour d appel d autoriser sa représentation violait l article 6 1 et 3 de la Convention en l empêchant de présenter sa défense. Il se référa en particulier aux arrêts Lala et Pelladoah c. Pays-Bas (Cour eur. D.H., arrêts du 22 septembre 1994, série A n 297-A et 297-B). Par un arrêt du 10 décembre 1996, la Cour de cassation déclara le pourvoi irrecevable, sans avoir pris en compte les mémoires déposés au nom du requérant mais après avoir constaté que ceux-ci ne portaient pas sur la question de la recevabilité du pourvoi. Elle se prononça en ces termes : «Attendu qu en vertu des articles 421 du code d instruction criminelle et 2 de la loi du 10 février 1866, le pourvoi en cassation formé par un prévenu contre l arrêt le condamnant à une peine privative de liberté et ordonnant son arrestation immédiate n est recevable que si celui qui se pourvoit se trouve effectivement détenu ; Qu il n apparaît pas que [le demandeur], dont l arrestation immédiate a été ordonnée, [ait] satisfait à cette exigence et que [son] pourvoi [est] de ce fait irrecevable.» B. Le droit interne pertinent 1. Le code d instruction criminelle Article 185 «1. La partie civile et la partie civilement responsable comparaîtront en personne ou par un avocat. 2. Le prévenu comparaîtra en personne. Il pourra cependant se faire représenter par un avocat dans les affaires relatives à des délits qui n entraînent pas la peine d emprisonnement à titre principal ou dans les débats qui ne portent que sur une exception, sur un incident étranger au fond ou sur les intérêts civils. Le tribunal pourra toujours autoriser la représentation du prévenu qui justifie de l impossibilité de comparaître en personne.

4 34989/ En tout état de cause, le tribunal pourra, sans que sa décision puisse être l objet d aucun recours, ordonner la comparution en personne. Le jugement ordonnant cette comparution sera signifié à la partie qu il concerne à la requête du ministère public, avec citation à comparaître à la date fixée par le tribunal. Si elle ne comparaît pas, il sera statué par défaut.» Article 186 «Si le prévenu ne comparaît pas, il sera jugé par défaut.» Article 187 «Le condamné par défaut pourra faire opposition au jugement dans les quinze jours qui suivent celui de la signification.» Article 188 «L opposition emportera de droit citation à la première audience après l expiration d un délai de quinze jours ou de trois jours si l opposant est détenu. Elle sera non avenue si l opposant n y comparaît pas et le jugement qui interviendra ne pourra être attaqué par la partie qui l aura formée, si ce n est par appel ainsi qu il sera dit ci-après. Le tribunal pourra, s il y échet, accorder une provision, et cette disposition sera exécutoire nonobstant l appel.» Article 208 «Les arrêts rendus par défaut sur l appel pourront être attaqués par la voie de l opposition dans la même forme et dans les mêmes délais que les jugements par défaut rendus par les tribunaux correctionnels. L opposition emportera de droit citation à la première audience après l expiration d un délai de quinze jours ou de trois jours si l opposant est détenu. Elle sera non avenue si l opposant n y comparaît pas et l arrêt qui interviendra sur l opposition ne pourra être attaqué par la partie qui l aura formée si ce n est devant la Cour de cassation.» Article 421 «Les condamnés, même en matière correctionnelle ou de police, à une peine emportant privation de la liberté, ne seront pas admis à se pourvoir en cassation, lorsqu ils ne seront pas actuellement en état, ou lorsqu ils n auront pas été mis en liberté sous caution.» Cette dernière disposition a été abrogée par l article 2 de la loi du 10 février 1866 sauf pour les condamnés qui, lors du jugement ou de l arrêt contre lequel le pourvoi est dirigé, sont en état de détention préventive. 2. La loi du 20 juillet 1990 relative à la détention préventive

5 /97 Article 27 2 «La mise en liberté provisoire peut aussi être demandée par celui qui est privé de sa liberté en vertu d un ordre d arrestation immédiate décerné après condamnation, à la condition que l appel, l opposition ou le pourvoi en cassation ait été formé contre la décision de condamnation elle-même. Elle peut dans les mêmes conditions être demandée par celui qui est privé de sa liberté sur le fondement de la condamnation par défaut, contre laquelle opposition est formée dans le délai extraordinaire.» Article 33 2 «Lorsqu ils condamnent le prévenu ou l accusé à un emprisonnement principal d un an ou à une peine plus grave, sans sursis, les cours et tribunaux peuvent ordonner son arrestation immédiate, sur réquisition du ministère public, s il y a lieu de craindre que le prévenu ou l accusé ne tente de se soustraire à l exécution de la peine. Cette décision doit préciser les circonstances de la cause motivant séparément cette crainte.» GRIEFS 1. Le requérant se plaint d avoir été privé de toute faculté de représentation dans le cadre de l examen des poursuites pénales dirigées contre lui qui ont abouti à sa condamnation. Il aurait ainsi été privé de toute possibilité de se voir adéquatement défendu, tant en première instance qu en appel. Il fait valoir qu il n a bénéficié ni d un procès équitable ni de l assistance d un défenseur de son choix, en violation de l article 6 1 et 3 c) de la Convention. 2. Le requérant soutient également qu il n a pas eu droit à un examen équitable de sa cause lors de la procédure en cassation, suite à l arrêt de la Cour de cassation de déclarer son pourvoi irrecevable en application de l article 421 du code d instruction criminelle. Il invoque également l article 6 1 et 3 c) de la Convention. PROCÉDURE La requête a été introduite le 4 février 1997 et enregistrée le 19 février Le 20 mai 1998, la Commission européenne des Droits de l Homme a décidé de porter la requête du requérant à la connaissance du gouvernement défendeur, en l invitant à présenter par écrit ses observations sur la recevabilité et le bien-fondé de la requête. A compter du 1 er novembre 1998, date d entrée en vigueur du Protocole n 11 à la Convention, et en vertu de l article 5 2 de celui-ci, la requête est examinée par la Cour conformément aux dispositions dudit Protocole. Le Gouvernement a présenté ses observations le 5 octobre 1998, après prorogation du délai imparti, et le requérant y a répondu le 15 janvier 1999, également après prorogation du délai imparti. EN DROIT 1. Le requérant se plaint d avoir été privé de la faculté d être représenté dans le cadre de l examen des poursuites pénales dirigées contre lui. Il aurait ainsi été privé de toute possibilité de se voir adéquatement défendu, tant en première instance qu en appel. En

6 34989/ conséquence, il n aurait bénéficié ni d un procès équitable ni de l assistance d un défenseur de son choix, en violation de l article 6 1 et 3 c) de la Convention. L article 6 de la Convention dispose : «1. Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement ( ) par un tribunal ( ) qui décidera ( ) du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle ( ) 3. Tout accusé a droit notamment à : ( ) c. se défendre lui-même ou avoir l assistance d un défenseur de son choix ( )» Le Gouvernement est d avis qu en l espèce le refus de la cour d appel d autoriser la représentation du requérant ne constitue pas une violation de l article 6 1 et 3 c) de la Convention. D'après lui, les intérêts en présence ont été correctement évalués si l on met en balance d un côté, l intérêt public, la sécurité publique et la santé publique, l importance de la présence des prévenus à leur procès, la tâche du juge dans le cas de l absence d un prévenu ainsi que la possibilité de faire opposition à une décision rendue par défaut, et de l'autre côté, le refus de la cour d appel d autoriser les conseils des requérants à le représenter devant elle. Le dossier porterait sur un trafic de stupéfiants à très large échelle et démontrerait clairement que l absence du requérant au procès était uniquement motivée par sa volonté de se soustraire à l exécution des jugements et arrêts à intervenir contre lui. En conclusion, compte tenu des spécificités du droit belge, notamment de la possibilité de faire opposition à toute décision rendue par défaut et de la tâche du juge au procès pénal, le requérant aurait bénéficié d un procès équitable. Pour le requérant, les spécificités de la législation belge ne justifieraient pas le fait qu il ait été privé du droit à une défense adéquate dans le cadre des trois instances. Le droit à la défense devrait être considéré comme absolu et en tout état de cause le prévenu devrait avoir le droit absolu de se défendre au moins dans une instance. Son absence trouverait sa justification dans le droit de ne pas s auto-incriminer. En plus, ni la raison pour laquelle un individu ne comparaît pas devant une juridiction ni la sévérité de la peine encourue ne seraient pertinentes lorsque est en cause la question de savoir si le droit à un procès équitable a été violé. Sur la base des arrêts Lala et Pelladoah contre les Pays-Bas (arrêts des 22 septembre 1994, série A n 297-A et B) et Van Geyseghem contre la Belgique (arrêt du 21 janvier 1999), il faut conclure à la violation de l article 6 1 et 3 c) de la Convention. A la lumière d un examen préliminaire de l argumentation des parties et de sa jurisprudence (arrêt Poitrimol c. France du 23 novembre 1993, série A n 227-A, pp , ; arrêts précités Lala et Pelladoah, respectivement, pp , et pp , 37-42, ainsi que Van Geyseghem, 33-36), la Cour considère que le grief soulevé par le requérant pose des problèmes suffisamment complexes et importants pour que leur solution doive relever d un examen au fond. Il ne saurait dès lors être déclaré manifestement mal fondé, au sens de l article 35 3 de la Convention. Par ailleurs, le grief ne se heurte à aucun autre motif d irrecevabilité. 2. Le requérant soutient également qu il n a pas eu droit à un examen équitable de sa cause lors de la procédure en cassation, suite à la décision de la Cour de cassation de déclarer son pourvoi irrecevable en application de l article 421 du code d instruction criminelle.

7 /97 Le Gouvernement admet que la condition de se trouver effectivement en détention avant de pouvoir déposer un pourvoi en cassation constitue une intervention dans le droit d accès au tribunal au détriment des personnes dont l arrestation immédiate est ordonnée. Toutefois, il estime que, dans les circonstances de l espèce et compte tenu de l attitude du requérant, l irrecevabilité de son pourvoi sur le fondement de l article 421 du code d instruction criminelle ne constitue pas une sanction disproportionnée. En particulier, le requérant, condamné pour l importation à très large échelle de stupéfiants, aurait refusé pendant toute la procédure de comparaître dans le seul but de pouvoir se soustraire en fin de compte à l exécution de sa condamnation. L obligation légale pesant sur le requérant, de nationalité néerlandaise, de se mettre en état pour se pourvoir en cassation aurait ainsi constitué la seule garantie à l exécution effective de la condamnation. Celle-ci pèserait en l occurrence plus lourd que la limitation du droit à l accès à la Cour de cassation. Le requérant rappelle que la Cour a déjà estimé que «l irrecevabilité [d un pourvoi], pour des raisons liées à la fuite du requérant, s analysait (...) en une sanction disproportionnée, eu égard à la place primordiale que les droits de la défense et le principe de la prééminence du droit occupent dans une société démocratique» (arrêt Poitrimol c. France, précité, p. 15, 38). Il invoque également l article 6 1 et 3 de la Convention. La Cour estime, à la lumière d un examen préliminaire de l argumentation des parties et de sa jurisprudence (arrêt Poitrimol précité et arrêts Omar et Guérin du 29 juillet 1998, Recueil des arrêts et décisions, 1998-V, pp , et pp , 37-47) que le grief soulevé par le requérant pose des problèmes de fait et de droit suffisamment complexes pour que leur solution doive relever d un examen du bien-fondé et, partant, que le grief ne saurait être déclaré manifestement mal fondé, au sens de l article 35 3 de la Convention. Par ailleurs, le grief ne se heurte à aucun autre motif d irrecevabilité. Par ces motifs, la Cour, à l unanimité, DÉCLARE LA REQUÊTE RECEVABLE, tous moyens de fond réservés. S. Dollé N. Bratza Greffière Président

DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 36754/97 présentée par Antoine François DONSIMONI

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 41173/98 présentée par Jacques-Philippe

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 56616/00 présentée par

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 31 MARS 2010 P.10.0054.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.10.0054.F B.R., L., P., prévenu, détenu, demandeur en cassation, ayant pour conseil Maître Alexandre Wilmotte, avocat au barreau de Huy,

Plus en détail

EN FAIT. CINQUIÈME SECTION Requête n o 43353/07 présentée par Amar ABDELALI contre la France introduite le 27 septembre 2007 EXPOSÉ DES FAITS

EN FAIT. CINQUIÈME SECTION Requête n o 43353/07 présentée par Amar ABDELALI contre la France introduite le 27 septembre 2007 EXPOSÉ DES FAITS CINQUIÈME SECTION Requête n o 43353/07 présentée par Amar ABDELALI contre la France introduite le 27 septembre 2007 EXPOSÉ DES FAITS EN FAIT Le requérant, M. Amar Abdelali, est un ressortissant français,

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION DÉCISION PARTIELLE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 35686/02 présentée par

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION PARTIELLE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 37626/02 présentée

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE

TROISIÈME SECTION DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39523/98 présentée par Lucien

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION DÉCISION

CINQUIÈME SECTION DÉCISION CINQUIÈME SECTION DÉCISION Requête n o 38908/08 Philippe MUNIER contre la France La Cour européenne des droits de l homme (cinquième section), siégeant le 14 février 2012 en une chambre composée de : Dean

Plus en détail

Décision n QPC. Dossier documentaire

Décision n QPC. Dossier documentaire Décision n 2010 62 QPC Article 148 du code de procédure pénale Détention provisoire : procédure devant le juge des libertés et de la détention Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel

Plus en détail

ARRET DUCEAU C. FRANCE (req. n 29151/11), le 30 juin 2016

ARRET DUCEAU C. FRANCE (req. n 29151/11), le 30 juin 2016 LES ARRETS DE LA COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L HOMME CLEFS DE LECTURE ARRET DUCEAU C. FRANCE (req. n 29151/11), le 30 juin 2016 http://hudoc.echr.coe.int/eng?i=001-164204 ARTICLE 6 1 Droit à un procès

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique C.03.0231.N/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.03.0231.N 1. HANNECARD, s.a., 2. HANNETHANE, s.a., Me Verbist, avocat à la Cour de cassation, contre NOVOGRAPH, s.a., Me Huguette Geinger, avocat à

Plus en détail

DÉFINITIF 09/07/2007

DÉFINITIF 09/07/2007 CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION AFFAIRE OYMAN c. TURQUIE (Requête n o 39856/02) ARRÊT STRASBOURG 20 février 2007

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 15 JUILLET 2014 P.14.1029.N/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.14.1029.N A. B., inculpé, détenu, demandeur en cassation, Me Frank Marneffe, avocat au barreau d Anvers, et Pierre Monville, avocat

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 27 NOVEMBRE 2014 C.14.0050.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.14.0050.F C. L., demandeur en cassation, représenté par Maître François T Kint, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION Requête n o 10226/02 présentée par Mustafa CELIK contre la France La

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 16 DÉCEMBRE 2015 P.15.1197.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.15.1197.F M. C., C., C., G., prévenu, demandeur en cassation, ayant pour conseil Maître Jordan Lecuyer, avocat au barreau de Liège.

Plus en détail

RESPONSABILITÉ PÉNALE DES MINISTRES. Loi du 25 juin 1998 réglant la responsabilité pénale des ministres 1 TITRE PREMIER CHAMP D APPLICATION

RESPONSABILITÉ PÉNALE DES MINISTRES. Loi du 25 juin 1998 réglant la responsabilité pénale des ministres 1 TITRE PREMIER CHAMP D APPLICATION RESPONSABILITÉ PÉNALE DES MINISTRES Loi du 25 juin 1998 réglant la responsabilité pénale des ministres 1 TITRE PREMIER CHAMP D APPLICATION Article 1 er La présente loi règle une matière visée à l article

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 29 AVRIL 2015 P.15.0002.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.15.0002.F 1. PR. J.-J. 2. P. N. prévenus, demandeurs en cassation, ayant pour conseils Maîtres Emmanuel Carlier, avocat au barreau du

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES. Ordonnance de référé du 19 septembre 2008

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES. Ordonnance de référé du 19 septembre 2008 Recours 08/43 R CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES Ordonnance de référé du 19 septembre 2008 Dans l affaire enregistrée le 4 septembre 2008 au greffe de la Chambre de recours sous le n 08/43 R,

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 12 NOVEMBER 2013 P.13.0976.N/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.13.0976.N I 1. ELITE sa., 2. M. H., 3. M. C., parties civiles, demandeurs, Me Luc Stolle, avocat au barreau de Gand, II S. K., partie

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 9 OCTOBRE 2015 C.15.0048.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.15.0048.F M. S., demandeur en cassation, représenté par Maître Huguette Geinger, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

Les recours judiciaires contre les mesures de détention des étrangers

Les recours judiciaires contre les mesures de détention des étrangers Les recours judiciaires contre les mesures de détention des étrangers Les recours devant les juridictions d instruction Charlotte Morjane 1 INTRODUCTION 2 Arrêts de la Cour Européenne des Droits de l Homme

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 18 OCTOBRE 2011 P.11.0910.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.11.0910.F T.R., condamné, demandeur en réouverture de la procédure, ayant pour conseils Maîtres Luc Misson et Julien Pierre, avocats

Plus en détail

sur le pourvoi de : comparant par Maître Sébastien LANOUE, avocat à la Cour, demeurant à Luxembourg, en l étude duquel domicile est élu,

sur le pourvoi de : comparant par Maître Sébastien LANOUE, avocat à la Cour, demeurant à Luxembourg, en l étude duquel domicile est élu, N 59 / 2016 pénal. du 22.12.2016. Not. 32573/11/CD Numéro 3735 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire,

Plus en détail

Décision n QPC 17 décembre (M. David M.)

Décision n QPC 17 décembre (M. David M.) Les Nouveaux Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-62 QPC 17 décembre 2010 (M. David M.) Le Conseil constitutionnel a été saisi par la Cour de cassation le 20 septembre 2010, d

Plus en détail

United Nations Office on Drugs and Crime

United Nations Office on Drugs and Crime Page 1 of 5 United Nations Office on Drugs and Crime 中文 English Français Русский Español عربي Pays: Niger Année:2007 Langues disponibles:french Mots clefs: Code Pénal - Code de Procédure Pénale SPECIAL

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt et un janvier deux mille dix.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt et un janvier deux mille dix. N 3 / 10. du 21.1.2010. Numéro 2699 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt et un janvier deux mille dix. Composition: Léa MOUSEL, conseillère

Plus en détail

30 mars AT/MP irrecevabilité du recours devant le TCI ARRÊT DU 30 MARS 2017 PARTIES EN CAUSE DEVANT LA COUR :

30 mars AT/MP irrecevabilité du recours devant le TCI ARRÊT DU 30 MARS 2017 PARTIES EN CAUSE DEVANT LA COUR : COUR NATIONALE DE L'INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L'ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 30 mars 2017 - AT/MP irrecevabilité du recours devant le TCI N de répertoire : Section

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION. Requête n o 47447/08 présentée par Benjamin DECEUNINCK contre la France introduite le 2 octobre 2008 EXPOSÉ DES FAITS

CINQUIÈME SECTION. Requête n o 47447/08 présentée par Benjamin DECEUNINCK contre la France introduite le 2 octobre 2008 EXPOSÉ DES FAITS CINQUIÈME SECTION Requête n o 47447/08 présentée par Benjamin DECEUNINCK contre la France introduite le 2 octobre 2008 EXPOSÉ DES FAITS EN FAIT Le requérant, M. Benjamin Deceuninck, est un ressortissant

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 16 NOVEMBRE 2011 P.11.0955.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.11.0955.F L. A. prévenu, demandeur en cassation, ayant pour conseil Maître Vittorio Di Zenzo, avocat au barreau de Mons. I. LA PROCÉDURE

Plus en détail

l'arrêt qui suit : E n t r e : X.), né le ( ) à ( ), demeurant à B-( ), ( ), actuellement détenu au Centre Pénitentiaire de Schrassig, e t :

l'arrêt qui suit : E n t r e : X.), né le ( ) à ( ), demeurant à B-( ), ( ), actuellement détenu au Centre Pénitentiaire de Schrassig, e t : N 32 / 2003 pénal. du 27.11.2003 Numéro 2012 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire, a rendu en son audience

Plus en détail

DEUXIÈME SECTION. AFFAIRE CİHAN YEŞİL c. TURQUIE. (Requête n o 24592/08) ARRÊT STRASBOURG. 22 octobre 2013

DEUXIÈME SECTION. AFFAIRE CİHAN YEŞİL c. TURQUIE. (Requête n o 24592/08) ARRÊT STRASBOURG. 22 octobre 2013 DEUXIÈME SECTION AFFAIRE CİHAN YEŞİL c. TURQUIE (Requête n o 24592/08) ARRÊT STRASBOURG 22 octobre 2013 Cet arrêt est définitif. Il peut subir des retouches de forme. ARRÊT CİHAN YEŞİL c. TURQUIE 1 En

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 4 septembre 2012 N de pourvoi: 12-83997 Publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Louvel, président M. Monfort, conseiller apporteur M. Berkani,

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION DÉCISION

CINQUIÈME SECTION DÉCISION CINQUIÈME SECTION DÉCISION Requête n o 27338/11 Christian GRAY contre la France La Cour européenne des droits de l homme (cinquième section), siégeant le 3 septembre 2013 en une Chambre composée de : Mark

Plus en détail

du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 30 novembre re chambre Audience publique du 28 juin 2010

du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 30 novembre re chambre Audience publique du 28 juin 2010 Tribunal administratif Numéro 26373 du rôle du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 30 novembre 2009 1 re chambre Audience publique du 28 juin 2010 Recours formé par Monsieur..., alias..., Schrassig contre

Plus en détail

SUR LA RECEVABILITÉ. de la requête No 26496/95 présentée par la Société FRUEHAUF FRANCE contre la France

SUR LA RECEVABILITÉ. de la requête No 26496/95 présentée par la Société FRUEHAUF FRANCE contre la France SUR LA RECEVABILITÉ de la requête No 26496/95 présentée par la Société FRUEHAUF FRANCE contre la France La Commission européenne des Droits de l'homme (Deuxième Chambre), siégeant en chambre du conseil

Plus en détail

Conseil d Etat de Grèce Contribution au séminaire organisé sur le thème «Comment réduire les délais de jugement»

Conseil d Etat de Grèce Contribution au séminaire organisé sur le thème «Comment réduire les délais de jugement» Conseil d Etat de Grèce Contribution au séminaire organisé sur le thème «Comment réduire les délais de jugement» I. L accélération du procès par les délais de procédure 1. 3. Le procès administratif est

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION DÉCISION PARTIELLE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 1814/02 présentée par

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 49853/99 présentée par Bruno PICHON

Plus en détail

dans la poursuite pénale dirigée contre comparant par Maître Karima HAMMOUCHE, avocat à la Cour, en l étude de laquelle domicile est élu,

dans la poursuite pénale dirigée contre comparant par Maître Karima HAMMOUCHE, avocat à la Cour, en l étude de laquelle domicile est élu, N 8 / 2013 pénal. du 7.2.2013. Not. 14764/08/CD Numéro 3158 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire, a

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 10 SEPTEMBRE 2014 P.14.1408.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.14.1408.F ST. O. inculpé, détenu, demandeur en cassation, ayant pour conseil Maître Pierre Deutsch, avocat au barreau de Nivelles.

Plus en détail

Table des matières. TITRE 1 Introduction

Table des matières. TITRE 1 Introduction Table des matières Sommaire... 7 TITRE 1 Introduction CHAPITRE 1. ORGANISATION DE LA COUR DE CASSATION... 13 Section 1. La Cour... 13 Section 2. Le ministère public... 15 Section 3. Le greffe... 16 Section

Plus en détail

dans la poursuite pénale dirigée contre comparant par Maître Claude DERBAL, avocat à la Cour, en l étude duquel domicile est élu,

dans la poursuite pénale dirigée contre comparant par Maître Claude DERBAL, avocat à la Cour, en l étude duquel domicile est élu, N 4 / 2013 pénal. du 10.1.2013. Not. 25127/08/CD Numéro 3087 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire, a

Plus en détail

N C N D. J., Me Johan Verbist, avocat à la Cour de cassation, contre RAPS & C GEWURTSWERK, société de droit allemand.

N C N D. J., Me Johan Verbist, avocat à la Cour de cassation, contre RAPS & C GEWURTSWERK, société de droit allemand. 20 SEPTEMBRE 2001 C.98.0451.N/1 N C.98.0451.N D. J., Me Johan Verbist, avocat à la Cour de cassation, contre RAPS & C GEWURTSWERK, société de droit allemand. LA COUR, Ouï Monsieur le conseiller Londers

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 42400/98 présentée par Paul

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS PREMIÈRE SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 55504/00 présentée par Eva Birgitta

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. X. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Simon Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. X. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Simon Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 1310173 M. X. M. Simon Rapporteur M. Gobeill Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Montreuil, (9 ème Chambre)

Plus en détail

Objectifs : Tout sapeur pompier. Références : Code de procédure pénale. Contenu : I La saisine du tribunal correctionnel

Objectifs : Tout sapeur pompier. Références : Code de procédure pénale. Contenu : I La saisine du tribunal correctionnel FICHE PRATIQUE Définitions Ordonnance de renvoi : décision par laquelle la juridiction d'instruction met le prévenu à la disposition de la juridiction de jugement, lorsque des charges suffisantes ont été

Plus en détail

REPUBLIQUE DU NIGER COUR D APPEL DE NIAMEY TRIBUNAL DE COMMERCE DE NIAMEY

REPUBLIQUE DU NIGER COUR D APPEL DE NIAMEY TRIBUNAL DE COMMERCE DE NIAMEY REPUBLIQUE DU NIGER COUR D APPEL DE NIAMEY TRIBUNAL DE COMMERCE DE NIAMEY JUGEMENT COMMERCIAL N 97 du 14/12/2016 CONTRADICTOIRE AFFAIRE : B H, SARL, AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 14 DECEMBRE 2016 Le Tribunal

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION PARTIELLE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 51431/99 présentée

Plus en détail

Par : Elie N.VLAVONOU KPONOU AVOCAT AU BARREAU DU BENIN

Par : Elie N.VLAVONOU KPONOU AVOCAT AU BARREAU DU BENIN CIFAF 2016 LES IMPLICATIONS DU PRINCIPE DU CONTRADICTOIRE EN DROIT PROCESSUEL Par : Elie N.VLAVONOU KPONOU AVOCAT AU BARREAU DU BENIN INTRODUCTION Les relations humaines sont bien souvent empreintes de

Plus en détail

SUR LA RECEVABILITE. de la requête No 18160/91 présentée par Marcel DIENNET contre la France

SUR LA RECEVABILITE. de la requête No 18160/91 présentée par Marcel DIENNET contre la France SUR LA RECEVABILITE de la requête No 18160/91 présentée par Marcel DIENNET contre la France La Commission européenne des Droits de l'homme (Première Chambre), siégeant en chambre du conseil le 2 décembre

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CINQUIÈME SECTION AFFAIRE TZVYATKOV c. BULGARIE (Requête n o 20594/02) ARRÊT STRASBOURG 12 juin

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION. AFFAIRE HADDAD c. FRANCE. (Requête n o 10485/13) ARRÊT STRASBOURG. 21 mai 2015

CINQUIÈME SECTION. AFFAIRE HADDAD c. FRANCE. (Requête n o 10485/13) ARRÊT STRASBOURG. 21 mai 2015 CINQUIÈME SECTION AFFAIRE HADDAD c. FRANCE (Requête n o 10485/13) ARRÊT STRASBOURG 21 mai 2015 Cet arrêt est définitif. Il peut subir des retouches de forme. ARRÊT HADDAD c. FRANCE 1 En l affaire Haddad

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION DÉCISION

CINQUIÈME SECTION DÉCISION CINQUIÈME SECTION DÉCISION Requête n o 26619/07 Joao Carlos MACEDO DA COSTA contre le Luxembourg La Cour européenne des droits de l homme (cinquième section), siégeant le 5 juin 2012 en une chambre composée

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS PREMIÈRE SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 7856/02 présentée par Sergio Gaspare

Plus en détail

du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 25 juillet 2012 Audience publique du 31 juillet 2012

du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 25 juillet 2012 Audience publique du 31 juillet 2012 Tribunal administratif N 30950 du rôle du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 25 juillet 2012 Audience publique du 31 juillet 2012 Requête en institution d une mesure provisoire introduite par Monsieur...,,

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 19 MARS 2015 C.14.0103.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.14.0103.F N. W., demanderesse en cassation, représentée par Maître Antoine De Bruyn, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 34131/96 présentée par Louis SERNY contre la France

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS QUATRIÈME SECTION AFFAIRE MAILLARD BOUS c. PORTUGAL (Requête n 41288/98) ARRÊT STRASBOURG 28 juin

Plus en détail

TROISIÈME SECTION EN FAIT. Requête n o 41773/09 présentée par Georgeta CRĂIŢĂ contre la Roumanie introduite le 20 juin 2009 EXPOSÉ DES FAITS

TROISIÈME SECTION EN FAIT. Requête n o 41773/09 présentée par Georgeta CRĂIŢĂ contre la Roumanie introduite le 20 juin 2009 EXPOSÉ DES FAITS TROISIÈME SECTION Requête n o 41773/09 présentée par Georgeta CRĂIŢĂ contre la Roumanie introduite le 20 juin 2009 EXPOSÉ DES FAITS EN FAIT La requérante, M me Georgeta Crăiţă, est une ressortissante roumaine,

Plus en détail

modifiant le code de procédure pénale, la loi d organisation judiciaire et la loi sur la juridiction pénale des mineurs

modifiant le code de procédure pénale, la loi d organisation judiciaire et la loi sur la juridiction pénale des mineurs Loi du 20 mars 2002 Entrée en vigueur : modifiant le code de procédure pénale, la loi d organisation judiciaire et la loi sur la juridiction pénale des mineurs Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 5 SEPTEMBRE 2014 C.14.0114.N/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.14.0114.N IMMO VINCENT, s.p.r.l., Me Johan Verbist, avocat à la Cour de cassation, contre ÉTAT BELGE, représenté par le ministre des

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 10 DÉCEMBRE 2014 P.14.1058.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.14.1058.F V.D. G., prévenu, demandeur en cassation, ayant pour conseil Maître Sophie Cuykens, avocat au barreau de Bruxelles. I. LA

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 15610/03 présentée par Patrick

Plus en détail

Table des matières. 1. Exécution du mandat d amener Droits de la personne amenée

Table des matières. 1. Exécution du mandat d amener Droits de la personne amenée Remerciements... VI Avant-Propos... 1 Sommaire... 3 Liste des principales abréviations... 7 Introduction... 9 Première Partie : Droit à la liberté et à la sûreté... 15 I. Sources conventionnelles et constitutionnelles...

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS PREMIÈRE SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 27629/02 présentée par Georgios

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 35827/97 présentée par Marc GASPARIC

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS QUATRIÈME SECTION. AFFAIRE PINTO DE OLIVEIRA c. PORTUGAL. (Requête n 39297/98)

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS QUATRIÈME SECTION. AFFAIRE PINTO DE OLIVEIRA c. PORTUGAL. (Requête n 39297/98) CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS QUATRIÈME SECTION AFFAIRE PINTO DE OLIVEIRA c. PORTUGAL (Requête n 39297/98) ARRÊT STRASBOURG

Plus en détail

ORDONNANCE DE REFERE N 19 DU 09 SETEMBRE 2016

ORDONNANCE DE REFERE N 19 DU 09 SETEMBRE 2016 REPUBLIQUE DU NIGER COUR D APPEL DE NIAMEY TRIBUNAL DE COMMERCE DE NIAMEY ORDONNANCE DE REFERE N 19 DU 09 SETEMBRE 2016 Nous, MAMANE NAISSA SABIOU, Président du Tribunal de Commerce de Niamey, Juge de

Plus en détail

17 décembre AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 1 er JUIN 2006 C.05.0024.N/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.05.0024.N COMMUNE DE BERLAAR, Me Ludovic De Gryse, avocat à la Cour de cassation, contre RITA PROMOTIONS, s.a., en présence de DE RIDDER

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION. AFFAIRE GUTFREUND c. FRANCE. (Requête n o 45681/99) DÉFINITIF

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION. AFFAIRE GUTFREUND c. FRANCE. (Requête n o 45681/99) DÉFINITIF CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION AFFAIRE GUTFREUND c. FRANCE (Requête n o 45681/99) DÉFINITIF 12/09/2003 ARRÊT

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 17 SEPTEMBRE 2008 P.08.0953.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.08.0953.F LE PROCUREUR GENERAL PRES LA COUR D APPEL DE MONS, demandeur en cassation, contre F. A., prévenu, défendeur en cassation.

Plus en détail

Table des matières. Liste des abréviations Sommaire (avec renvoi aux pages) BRUYLANT

Table des matières. Liste des abréviations Sommaire (avec renvoi aux pages) BRUYLANT Table des matières (avec renvoi aux pages) Liste des abréviations... 5 Sommaire... 7 CHAPITRE 1. ARRESTATION JUDICIAIRE ET DROITS DE LA PERSONNE ARRÊTÉE JUDICIAIREMENT... 9 Section 1. Notion... 9 Section

Plus en détail

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE 20 JANVIER 2003 S.02.0067.N/1 COUR DE CASSATION DE BELGIQUE Arrêt N S.02.0067.N GLAXOSMITHKLINE, société anonyme, Me Willy van Eeckhoutte, avocat à la Cour de cassation, contre S. A., Me Huguette Geinger,

Plus en détail

Chapitre VII : Discipline

Chapitre VII : Discipline Ordonnance n 58-1270 du 22 décembre 1958 portant loi organique relative au statut de la magistrature. Chapitre VII : Discipline Section I : Dispositions générales. Article 43 Modifié par LOI organique

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 14 OCTOBRE 2015 P.15.0483.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.15.0483.F D. Ch. prévenu, demandeur en cassation, ayant pour conseil Maître Alexandre Chateau, avocat au barreau de Bruxelles, contre

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 30 SEPTEMBRE 2015 P.15.0630.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.15.0630.F I. H. Ch. ayant pour conseils Maîtres Shirley Franck, avocat au barreau de Liège, Cédric Bernes, avocat au barreau de Namur,

Plus en détail

Arrêt du 26 novembre 2001 dans l affaire B 2000/ Langue de la procédure : le français

Arrêt du 26 novembre 2001 dans l affaire B 2000/ Langue de la procédure : le français COUR DE JUSTICE BENELUX GERECHTSHOF B 2000/2/12 Arrêt du 26 novembre 2001 dans l affaire B 2000/2 ------------------------------ En cause : P. DEGROOTE contre UNION ECONOMIQUE BENELUX Langue de la procédure

Plus en détail

CONFERENCE DE PROCEDURE PENALE : 21 janvier 2015 NULLITE DE PROCEDURE : APPROCHES PRATIQUES

CONFERENCE DE PROCEDURE PENALE : 21 janvier 2015 NULLITE DE PROCEDURE : APPROCHES PRATIQUES 1 CONFERENCE DE PROCEDURE PENALE : 21 janvier 2015 NULLITE DE PROCEDURE : APPROCHES PRATIQUES I INTRODUCTION : Le contentieux de la nullité est un contentieux technique. Il n existe aucune définition générale

Plus en détail

DROIT JUDICIAIRE EUROPEEN ET INTERNATIONAL ( )

DROIT JUDICIAIRE EUROPEEN ET INTERNATIONAL ( ) DROIT JUDICIAIRE EUROPEEN ET INTERNATIONAL (2012-2013) 9 ÈME LEÇON : RECONNAISSANCE ET EXÉCUTION DES SENTENCES ARBITRALES ÉTRANGÈRES I.- INTRODUCTION Lorsqu une partie à une procédure d arbitrage n exécute

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 36378/97 par Remi BERTUZZI contre

Plus en détail

NULLITE DE PROCEDURE : APPROCHES PRATIQUES

NULLITE DE PROCEDURE : APPROCHES PRATIQUES 1 NULLITE DE PROCEDURE : APPROCHES PRATIQUES I INTRODUCTION : Le contentieux de la nullité est un contentieux technique. Une nullité est selon la doctrine soit : Un défaut qui entache l acte et qui était

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 7 NOVEMBRE 2014 C.14.0122.N/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.14.0122.N 1. M. H., 2. A. D. K., Me Johan Verbist, avocat à la Cour de cassation, contre 1. M. H., 2. L. H., 3. M. H., Me Patricia

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 4 OCTOBRE 2006 P.06.0759.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.06.0759.F I. T. G.-P., M., M., H., II. F. D., J., H., G., ayant pour conseil Maître Xavier Magnée, avocat au barreau de Bruxelles, prévenus,

Plus en détail

du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 14 novembre re chambre Audience publique du 12 décembre 2012

du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 14 novembre re chambre Audience publique du 12 décembre 2012 Tribunal administratif Numéro 31676 du rôle du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 14 novembre 2012 1 re chambre Audience publique du 12 décembre 2012 Recours formé par Monsieur..., contre une décision

Plus en détail

N 07/00031 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 07/00031 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/00031 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Présidente : Mme FONTAINE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats: Cécile KNOCKAERT Chambre sociale Arrêt du 7 Mai 2008 PARTIES EN CAUSE

Plus en détail

ARRET VERSINI-CAMPINCHI ET CRASNIANSKI C. FRANCE (req. n 49176/11), le 16 juin 2016

ARRET VERSINI-CAMPINCHI ET CRASNIANSKI C. FRANCE (req. n 49176/11), le 16 juin 2016 LES ARRETS DE LA COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L HOMME CLEFS DE LECTURE ARRET VERSINI-CAMPINCHI ET CRASNIANSKI C. FRANCE (req. n 49176/11), le 16 juin 2016 http://hudoc.echr.coe.int/eng?i=001-163612 ARTICLE

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 4 juin 2014, présentée pour M. Adjete Didier M, demeurant, par Me Danset-Vergoten ; M. M demande au Tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 4 juin 2014, présentée pour M. Adjete Didier M, demeurant, par Me Danset-Vergoten ; M. M demande au Tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 1403560 M. Adjete Didier M Mme Villette Rapporteur M. Caille Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Lille (2ème

Plus en détail

L accélération du procès par des délais de procédure devant les juridictions administratives

L accélération du procès par des délais de procédure devant les juridictions administratives COUR SUPREME DU TCHAD L accélération du procès par des délais de procédure devant les juridictions administratives L exemple des juridictions statuant en matière de contentieux administratif au Tchad 1

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 11 FÉVRIER 2015 P.14.1739.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.14.1739.F I. V. D. E., J., C., II. A. A., représenté par Maître Patricia Vanlersberghe, avocat à la Cour de cassation, prévenus, demandeurs

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 27 septembre 2011 N de pourvoi: 11-81458 Publié au bulletin Rejet M. Louvel (président), président SCP Waquet, Farge et Hazan, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION DÉCISION PARTIELLE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 77239/01 présentée par

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 7 JANVIER 2015 P.14.1103.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.14.1103.F L. J. prévenu, demandeur en cassation, ayant pour conseil Maître Philippe De Wispelaere, avocat au barreau de Mons. I. LA

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 21 DÉCEMBRE 2016 P.16.1116.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.16.1116.F LE PROCUREUR GENERAL PRES LA COUR D APPEL DE MONS, demandeur en cassation, contre X. W., prévenu, défendeur en cassation,

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 28 MARS 2003 C.02.0288.N/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.02.0288.N M. L., Me Ludovic De Gryse, avocat à la Cour de cassation, contre REGION FLAMANDE, Me Huguette Geinger, avocat à la Cour de

Plus en détail

DÉCISION PARTIELLE SUR LA RECEVABILITÉ

DÉCISION PARTIELLE SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DÉCISION PARTIELLE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 38748/97 présentée par société anonyme

Plus en détail