Logements de fonction Personnels de l Etat et personnels des CT Collèges, Lycées, LP et EREA de l Académie de Caen

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Logements de fonction Personnels de l Etat et personnels des CT Collèges, Lycées, LP et EREA de l Académie de Caen"

Transcription

1 Logements de fonction Personnels de l Etat et personnels des CT Collèges, Lycées, LP et EREA de l Académie de Caen Mai

2 SOMMAIRE 1 Aspects juridiques Textes de référence p Les règles d attribution des logements de fonction Des logements attribués par la collectivité de rattachement p Par le biais d arrêtés p A des personnes physiques p Du fait des missions qu elles exercent p Sur proposition des membres du CA p Les concessions par nécessité absolue de service Les personnels de l Etat p Les personnels des collectivités territoriales p L évolution de la jurisprudence p Les obligations liées à la NAS p Les dérogations liées à l obligation de loger p Les concessions par utilité de service Les personnels de l Etat p Les personnels des collectivités territoriales p Les obligations liées à l utilité de service p La convention d occupation précaire Les bénéficiaires p Remarques diverses p La procédure d attribution des logements de fonction Le chef d établissement soumet au CA p Le conseil d administration p Le chef d établissement recueille l avis p Le chef d établissement soumet la proposition du CA à la collectivité p La collectivité de rattachement délibère sur la proposition p Le président de la collectivité de rattachement signe p La protection des bénéficiaires L état des lieux p L inviolabilité du domicile p Le dossier de diagnostic technique p Le détecteur de fumée p 17 2 Aspects financiers 2-1 La redevance d occupation La concession par nécessité absolue de service p La concession par utilité de service p La convention d occupation précaire p Les charges locatives La concession par nécessité absolue de service p La concession par utilité de service p La convention d occupation précaire p Remarques p 21 2

3 3 Aspects fiscaux 3-1 Taxe d habitation p Taxe foncière p Taxe d enlèvement des ordures ménagères p En résumé : tableau comparatif p Les avantages liés à la NAS P 24 4 Aspects budgétaires et comptables 4-1 Concessions par nécessité absolue de service P Concessions par utilité de service et convention d occupation précaire P Rôle des services des domaines p 27 3

4 1- Aspects juridiques Textes de référence : Code du domaine de l Etat : articles R92 à R104-1 Code de l éducation : articles L213-3, L214-7 et R216-4 à R Code général de la propriété des personnes publiques : articles L et L Code de la construction et de l habitation : article L219-8 Article 21 de la loi n du 28 novembre 1990, relative à la fonction publique territoriale, modifiée par la loi n du 19 février 2007 Conseil d Etat, 06 juillet 2009, n Conseil d Etat, 27 octobre 2008, n Conseil d Etat, 09 septembre 2008, n Conseil d Etat, 18 janvier 2008, n Conseil d Etat, 5 septembre 2008, n Conseil d Etat, 20 juillet 2007, n Conseil d Etat, 29 novembre 2006, n Conseil d Etat, 08 mars 2006, n Conseil d Etat, 16 mai 2003, n Conseil d Etat, 30 décembre 2002, n Conseil d Etat, 09 février 2000, n Conseil d Etat, 02 décembre 1994, n Conseil d Etat, 06 mars 1989, n Cour administrative d appel de Marseille, 17 avril 2007, n 04MA00715 Cour administrative d appel de Marseille, 08 janvier 2008, n 05MA03108 Cour administrative d appel de Paris, 20 février 2001, n 00PA02638 Cour administrative d appel de Paris, 8 juillet 1999, n 97PA01784 Cour administrative d appel de Bordeaux, 10 mai 1999, n 97BX00252 Cour administrative d appel de Paris, 3 juillet 1990, n 89PA01593 loi n du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n du 23 décembre 1986 Décret n du 11 décembre 2001 portant statut particulier du corps des personnels de direction d établissement d enseignement ou de formation relevant du ministre de l éducation nationale Décret n du 23 décembre 2006 portant dispositions statutaires relatives au corps des attachés d administration de l éducation nationale et de l enseignement supérieur : article 2 Circulaire n du 09 juillet Rapports d audit, DRFIP Basse-Normandie Convention cadre EPLE/région relative aux modalités des compétences partagées entre la CT, les lycées et établissements assimilés (convention triennale). Réponses des ministres aux questions écrites, 10 août

5 Note de service n du 10 juillet 1992 Cour des comptes, 09 décembre 2010, n Cour des comptes, 9 juin 2010 Document «Le régime applicable aux logements de fonction du Conseil régional de Basse-Normandie» 1-1 Les règles d attribution des logements de fonction Des logements attribués par la collectivité de rattachement Avec la mise en œuvre de la décentralisation, les logements affectés aux établissements publics locaux d enseignement (EPLE) appartiennent aux collectivités territoriales (Code de l éducation : articles L213-3 et L214-7). C est donc au Président du Conseil régional de Basse-Normandie que revient la décision d attribuer les logements relevant des lycées, lycées professionnels et EREA de l académie de Caen. De la même manière, les Présidents des Conseils généraux du Calvados, de la Manche et de l Orne arrêtent la répartition des logements des collèges (Code de l éducation, article R et Cour administrative d appel de Bordeaux, 10 mai 1999, n 97BX00252). Ces délibérations précisent, en outre, les avantages accessoires liés à l usage de ces logements. CG 14 Dans le Calvados, cette information figure dans l article 3 du projet d arrêté collectif joint à la délibération mentionnant l article R98 du Code du Domaine de l Etat. Le montant est également notifié chaque année aux EPLE par le biais d arrêtés L attribution de ces logements de fonction fait l objet d arrêtés annuels signés par les présidents des exécutifs régionaux et départementaux ou par un fonctionnaire territorial ayant reçu une délégation de signature à cet effet (Cour administrative d appel de Paris, 20 février 2001, n 00PA02638). En effet, puisque l occupation privative du domaine public ne peut être que temporaire, les autorisations octroyées ne peuvent donc l être qu à titre précaire et révocable (articles L et L du Code général de la propriété des personnes publiques). Les occupants qui ne peuvent justifier d un tel acte administratif unilatéral sont alors susceptibles de faire l objet d une mesure d expulsion. Ces documents, ainsi que les attestations d assurance multirisque habitation, devront pouvoir être présentés par l agent comptable lors d un audit réalisé par la Direction régionale des Finances publiques (DRFIP) à des personnes physiques L occupation de ces logements appartenant aux collectivités territoriales est dévolue aux personnels de l Etat (article R du Code général de la propriété des personnes publiques) et aux personnels techniciens, ouvriers et de service (article 21 de la loi n

6 209 du 19 février 2007, conformément à l article L du Code général de la propriété des personnes publiques) employés dans les EPLE. Les personnes morales de droit public, les apprentis et les étudiants des formations post bac ne peuvent ainsi pas prétendre à ce type d hébergement. Le logement de fonction constitue la résidence principale de son bénéficiaire. Si celui-ci possède un autre logement, ce dernier constitue alors une résidence secondaire. Précisions de Service public.fr En matière fiscale, la résidence principale est, d une façon générale, le logement qui répond aux deux conditions suivantes : Vous y résidez habituellement et effectivement avec votre famille, Et vous y avez le centre de vos intérêts professionnels et matériels Par conséquent, il est impossible d avoir plusieurs habitations principales. Par exemple, lorsque les membres du foyer fiscal effectuent de fréquents déplacements dans l exercice de leur profession (VRP, routiers, etc.), l habitation principale est le logement où la famille réside en permanence. (Or pour un logement de fonction si l on rentre à chaque vacances, week-end donc trois nuits et jours fériés à savoir 208 jours dans l année, la notion de résidence secondaire n est pas justifiée car on justifie plus de jours d hébergement que dans le logement de fonction). Lorsqu il n est pas possible d utiliser le critère familial, la résidence principale est celle où vous avez les attaches les plus fortes du fait des missions qu elles exercent L attribution des logements de fonction par la collectivité territoriale de rattachement est réalisée au regard des fonctions exercées par ces personnels, qu ils soient titulaires ou non et qu ils exercent à temps plein ou à temps partiel (circulaire n du 9 juillet 1979, rappelée par le Conseil d Etat dans sa décision n du 30 décembre 2002). Elle répond, soit à une nécessité absolue de service (NAS), soit à une utilité de service (US). Par conséquent, l échange de son logement avec une personne venant de l étranger durant les vacances scolaires, la cession et la sous location à un membre de sa famille (ou non) ne sont pas autorisés. Toutefois, lorsque tous les besoins résultant de la NAS ou de l US ont été satisfaits, la collectivité de rattachement peut accorder, en dehors de toute considération de service, des conventions d occupation précaire à des agents publics. Lorsque la concession vient à expiration, le bénéficiaire doit quitter les lieux, sous peine de se voir, soit expulsé, soit astreint au paiement de la redevance fixée par le service des domaines. Cette dernière est majorée de 50% pour les trois premiers mois suivant la date d expiration de la concession ou de la location, de 100% du quatrième au sixième mois, de 200% de septième au douzième mois et de 500% au-delà (Articles R99 et 102 du Code du domaine de l Etat et du Code de l éducation). Il convient toutefois de noter que le juge administratif peut rendre un jugement contraire. (cf. paragraphe 1-2-3). Les concessions de logement prennent également fin : si le bénéficiaire ne s acquitte pas de ses obligations financières ; lorsque le bénéficiaire ne respecte pas les locaux qui lui sont confiés; en cas d aliénation, de nouvelle affectation ou de désaffectation de l immeuble (articles R99 du Code du domaine de l Etat). L article R du Code de l éducation précise que, dans ces circonstances, l occupant en est informé au moins trois mois à l avance. (Conseil d Etat, n , 15 février 2012 : expulsion car nouvelle affectation du logement dans l enceinte d un EPLE) 6

7 Pour mémoire : Article 1728 du code civil : «Le preneur est tenu de deux obligations principales : 1 D'user de la chose louée en bon père de famille, et suivant la destination qui lui a été donnée par le bail, ou suivant celle présumée d'après les circonstances, à défaut de convention; 2 De payer le prix du bail aux termes convenus». Article R du code de l éducation : «La concession ou la convention d'occupation prend fin en cas d'aliénation, de nouvelle affectation ou de désaffectation du logement. L'occupant du logement en est informé au moins trois mois à l'avance. La concession ou la convention prend également fin si le bénéficiaire ne s'acquitte pas de ses obligations financières et sur proposition de l'autorité académique ou de l'autorité en tenant lieu, lorsque le bénéficiaire ne jouit pas des locaux en bon père de famille». En revanche, l article 7 de la loi n du 6 juillet 1989, tendant à améliorer les rapports locatifs, utilise un autre terme : «Le locataire est obligé : a) De payer le loyer et les charges récupérables aux termes convenus ; le paiement mensuel est de droit lorsque le locataire en fait la demande ; b) D'user paisiblement des locaux loués suivant la destination qui leur a été donnée par le contrat de location» sur proposition des membres du Conseil d administration (CA) de l EPLE Les membres du Conseil d administration d un EPLE, sur rapport du chef d établissement, proposent une possible répartition des logements de fonction entre les personnels de l Etat et ceux de la collectivité territoriale de rattachement. Ils n émettent qu un avis, qui ne lie pas la collectivité de rattachement. Cet avis figurera, dans le procès-verbal du CA, mais aucun acte administratif ne sera rédigé. La Cour administrative d appel de Marseille, le 07 mars 2006, a rappelé que les membres d un organisme consultatif ne peuvent pas prendre part aux délibérations lorsqu ils ont un intérêt personnel à l affaire qui en fait l objet. Cette règle non appliquée peut entraîner la nullité de l arrêté de la collectivité de rattachement «lorsqu il n est pas établi que la participation du ou des membres intéressés est restée sans influence sur la délibération». Afin de faciliter d une part la lisibilité des postes logés ou non mis au mouvement et d autre part le traitement des demandes de dérogation à l obligation de loger, il est souhaitable que la proposition de répartition des logements de fonction soit émise avant les vacances d été. CRBN - Délibération du 22 octobre 2010 pour les agents de la Région CG 14 Les collèges du Calvados soumettent les projets d attribution au vote de leur conseil d administration. 7

8 1-2 Les concessions par nécessité absolue de service Il y a nécessité absolue de service, lorsque l agent ne peut accomplir normalement son service sans être logé dans les bâtiments où il doit exercer ses fonctions (article R94 du Code du domaine de l Etat) Les personnels de l Etat : Afin d assurer la sécurité des personnes et des biens dans les EPLE, les décrets n du 11 décembre 2001 et n du 23 décembre 2006 stipulent que les personnels de direction ainsi que les attachés et attachés principaux chargés de la gestion matérielle et financière d un établissement ou des fonctions d agent comptable sont tenus de résider sur leur lieu d affectation, sauf autorisation délivrée par le recteur. La possibilité d être logés par nécessité absolue de service (NAS) s applique, plus globalement, selon le Code de l éducation (article R216-5) : 1 aux personnels de direction, d administration, de gestion et d éducation ; 2 aux personnels de santé. La cour administrative d appel de Marseille a rendu un arrêt le 17 avril 2007 affirmant qu il s agit là d une simple énumération et non d un ordre de priorité. Dans les lycées, lycées professionnels et EREA de Basse-Normandie néanmoins, un logement est obligatoirement attribué au chef d établissement et au gestionnaire. Le nombre de logements pouvant être attribués par NAS est, d une part, lié aux effectifs. L article R216-6 du Code de l éducation présente les modalités permettant de déterminer le nombre de logements attribués par NAS aux personnels de direction, d administration, de gestion et d éducation. Chaque élève est ainsi compté pour un point, mais un élève d une classe préparatoire aux grandes écoles ou d une section industrielle de lycée est compté pour deux points. Chaque demi-pensionnaire est compté pour un point supplémentaire et chaque interne pour trois points supplémentaires. Lorsque les demipensionnaires et les internes sont hébergés dans un autre établissement, ces points sont attribués à l établissement qui assure l hébergement. Le nombre de personnels logés par NAS est ainsi fixé à : 2, lorsque l EPLE compte ainsi moins de 400 points ; 3, lorsque l EPLE compte de 400 à 800 points ; 4, lorsque l EPLE compte de 801 à 1200 points ; 5, lorsque l EPLE compte de 1201 à 1700 points ; 6, lorsque l EPLE compte de 1701 à 2200 points ; 7, lorsque l EPLE compte de 2201 à 2700 points. ; et un agent de plus logé par NAS par tranche de 500 points supplémentaires. Il convient de noter qu une réduction des effectifs, conduisant à un nombre moindre de personnels pouvant être logés par NAS, ne peut pas limiter la durée des concessions accordées dès lors que ces agents continuent à exercer leurs fonctions dans l établissement. L attribution d un logement ne se justifie toutefois plus, si la réduction des effectifs a pour effet de modifier la nature des fonctions exercées (Question écrite n du 10 juillet 2008, publiée dans le JO Sénat du 12 mars 2009). 8

9 Les établissements des cités scolaires déterminent le nombre de logements de fonction attribués par NAS aux agents de l Etat en fonction de leurs caractéristiques. L article R216-7, quant à lui, précise que le nombre de personnels de santé logés par NAS est fixé au minimum à un dans un établissement d externat simple, deux s il existe une demipension et trois s il existe un internat. Le nombre de logements pouvant être attribués par NAS est en lien, d autre part, avec les conditions d hébergement. Il ne peut, en effet, y avoir d attribution de logements de fonction par NAS que dans la mesure où ces logements existent (article du Code de l éducation). Dans le cas contraire, le droit au logement ne s applique pas ou est suspendu (Conseil d Etat, n , 29 novembre 2006). La collectivité de rattachement n a alors aucune obligation à proposer une solution de relogement ou quelque compensation que ce soit Les personnels des collectivités territoriales : La collectivité de rattachement fixe la liste des emplois d Agents des lycées (ADL) ou d Agents des collèges pour lesquels un logement de fonction peut être attribué gratuitement en raison des contraintes liées à l exercice de ces emplois. Elle détermine également l ordre de priorité dans l attribution de ces concessions. Le Conseil d Etat a toutefois rappelé dans sa décision n du 5 septembre 2008, que «cette liste n a pas pour objet et ne pourrait avoir légalement pour effet de modifier les conditions d attribution des logements de fonction aux fonctionnaires de l Etat en poste dans ces établissements.» Les personnels du Conseil régional : En Basse-Normandie, tout établissement doit attribuer au minimum : un logement à l agent en charge de l accueil ; un deuxième logement pour les établissements proposant une demi-pension ; un troisième logement pour les établissements avec internat. L attribution des deux logements par NAS, autres que celui de l agent d accueil, est laissée à l appréciation du chef d établissement. Par ailleurs, les cités scolaires sont considérées comme un ensemble unique. CG 14 Dans chaque établissement et dans la mesure du possible au regard des logements existants, la collectivité réserve : - Un logement pour l agent d accueil - Un logement pour le chef cuisinier (dans les cités mixtes et les collèges dotés d un internat) Les arrêtés collectifs sont actualisés à l occasion des mouvements de personnel (mutation, retraite) pour les agents actuellement logés en NAS dont l activité ne le justifie plus. 9

10 1-2-3 L évolution de la jurisprudence La durée d occupation des concessions de logement est fonction des missions au titre desquelles les bénéficiaires les ont obtenues (article R du Code de l éducation). Le Conseil d Etat a toutefois décidé : le 6 juillet 2009 (n ), qu un personnel bénéficiant d une NAS et placé en congé de longue maladie ou de longue durée pouvait conserver son logement de fonction, et cela même si la concession d occupation n avait pas été renouvelée. le 8 mars 2006 (n ), qu une suspension pour faute grave des fonctions exercées ne suffisait pas à faire perdre son droit à jouissance du logement attribué par NAS du fait de son caractère temporaire Les obligations liées à la NAS Il n existe pas de dispositions réglementaires spécifiques définissant les contraintes liées à l occupation d un logement de fonction par NAS (lettre DAJAI n du 31 mars 1998). Cependant, l article R du Code de l éducation stipule que le chef d établissement, en qualité de représentant de l Etat, doit prendre les dispositions qui s imposent pour assurer la sécurité des personnes et des biens. Il organise ainsi pour les nuits, les week-ends, les jours fériés et les périodes de congés des élèves, un service de permanence auquel participe l ensemble des personnels logés par NAS (Réponse publiée dans le JO Sénat du 15/06/2005, suite à la question sans débat n 0738S publiée au JO Sénat du 14/04/2005). L absence d un service de gardiennage pendant les vacances d été, en l absence d un service de permanence, a entraîné la condamnation de l Etat par la Cour administrative d appel de Nancy le 30 juin 1994 (n 93NC00020). Le chef d établissement veille à ce que les obligations des personnels d Etat logés soient réparties équitablement et explicitées lors de la proposition de répartition des logements par le Conseil d administration (cf. paragraphe 1.5). Elles figurent, pour les ADL, sur la fiche de poste des agents (convention cadre EPLE/Région relative aux modalités des compétences partagées entre la collectivité territoriale, les lycées et établissements assimilés). CG 14 Agent d accueil : l horaire annuel est de 1723 heures (contre 1607 heures pour un poste non logé) ; Chef cuisinier dans un établissement comportant un internat : cette mention est spécifiée dans la fiche de poste en raison de la forte adaptabilité liée notamment à la confection du repas du soir pour les élèves internes. Le fait de ne pas bénéficier d un logement de fonction ou, pour les personnels logés, d obtenir une dérogation à l obligation de loger ne dispense pas des obligations de service (Circulaire n du 29 avril 1996). 10

11 1-2-5 Les dérogations à l obligation de loger : Les personnels de l Etat La Cour administrative d appel de Paris, dans l arrêt n 97PA01784 du 8 juillet 1999, rappelle que le bénéficiaire d un logement de fonction est tenu de l occuper. Le Recteur de l Académie peut accorder des dérogations aux personnels «Etat» des EPLE qui en font la demande pour les autoriser à ne pas occuper le logement de fonction. En Basse-normandie, il a délégué cette compétence, pour les personnels des collèges, aux Directeurs académiques des services de l éducation nationale, directeurs des services départementaux de l éducation nationale. Ces dérogations se doivent de rester exceptionnelles, eu égard aux nécessités du service justifiant l obligation faite aux personnels concernés de résider sur place. Les demandes de dérogation à l obligation de loger doivent donc être motivées par des arguments réellement fondés : logement trop petit compte-tenu de la composition de la famille, motif médical, conjoint déjà logé par NAS, ou insalubrité du logement. L avis du Conseil régional de Basse- Normandie est sollicité lorsque la qualité des logements est mise en cause par les bénéficiaires. Elles doivent être sollicitées chaque année. Les personnels qui n occupent pas leur logement de fonction, alors qu ils n ont pas obtenu de dérogation, sont en situation irrégulière. Ils ne sont de plus pas couverts pour les accidents de trajet entre leur domicile et l établissement. Le gestionnaire, à la demande des auditeurs de la DRFIP, doit être en mesure de présenter les courriers accordant les dérogations à l obligation de loger des personnels affectés au sein de l établissement. Les personnels des collectivités territoriales Pour les agents de la région, les demandes de dérogation à l obligation de loger doivent être adressées au CRBN. Pour les agents de la Région : Dans la mesure où l obligation de loger est inhérente à la fonction telle que définie par la fiche de poste, il ne peut y avoir de dérogation. CG Les demandes de dérogation à l obligation de loger des agents départementaux des collèges sont reçues par le service Enseignement et vie scolaire de la Direction de l Education et des Sports qui recueille l avis du service Carrière et rémunération de la Direction des Ressources humaines avant d arrêter une décision. 11

12 1-3 Les concessions par utilité de service : Il y a utilité de service lorsque, sans être absolument nécessaire à l exercice de la fonction, le logement présente un intérêt certain pour la bonne marche du service (article R93 du Code du domaine de l Etat) Les personnels de l Etat : Peuvent être logés par utilité de service (US), dans la limite des logements disponibles et sous réserve que les besoins en concession par nécessité absolue de service soient satisfaits, les personnels occupant les emplois dont la liste est proposée par le Conseil d administration de l établissement sur rapport du chef d établissement (article R216-9 du Code de l éducation). Pour les logements concédés par utilité de service, une compensation entre établissements, compte-tenu des logements disponibles, est possible dans le ressort d une même commune ou d un groupement de communes (article R du Code de l éducation) Les personnels des collectivités territoriales La collectivité de rattachement fixe la liste des emplois d ADL ou d Agents des collèges pour lesquels un logement de fonction peut être attribué moyennant une redevance en raison des contraintes liées à l exercice de ces emplois. Elle détermine également l ordre de priorité dans l attribution de ces concessions. Le Conseil d Etat a toutefois rappelé dans sa décision n du 5 septembre 2008 que «cette liste n a pas pour objet et ne pourrait avoir légalement pour effet de modifier les conditions d attribution des logements de fonction aux fonctionnaires de l Etat en poste dans ces établissements.» Non, pour la Région CG 14 Les demandes d occupation pour utilité de service concernant les agents départementaux des collèges sont reçues par le service Enseignement et vie scolaire de la Direction de l Education et des sports qui recueille l avis du service Carrière et rémunération de la Direction des Ressources humaines. Lorsque l agent concerné relève de la fonction publique d Etat, l avis de le Direction des Services Départementaux de l Education Nationale (DSDEN) est requis. Le principe de parité est appliqué quant aux prestations (taux de réfaction appliqué sur le loyer) auxquelles peuvent prétendre les agents d Etat et territoriaux occupant des emplois soumis aux mêmes contraintes. Le Conseil d Etat, dans sa décision n du 2 décembre 1994, rappelle le principe de parité existant entre les agents relevant des différentes fonctions publiques. Les collectivités territoriales et leurs groupements ne peuvent pas attribuer à leurs agents des prestations qui excéderaient celles auxquelles peuvent prétendre des agents de l Etat occupant des emplois soumis aux mêmes contraintes. En 2008, le Conseil d Etat n du 21 mai 12

13 2008 rappelle de plus, que ce principe de parité n oblige pas les collectivités territoriales et leurs groupements à accorder à leurs agents les mêmes avantages que ceux qui sont attribués aux agents de l Etat placés dans des situations équivalentes. Les personnels de la Région de Basse-Normandie : Les conditions sont les mêmes que pour les personnels de l Etat Les obligations liées à l US : Les personnels bénéficiaires d un logement par utilité de service ne sont soumis à aucune obligation spécifique dans la mesure où ils ne bénéficient d aucune prestation gratuite. Non, les bénéficiaires d une utilité doivent accomplir des contreparties définies dans leur fiche de poste et dans l arrêté d attribution de logement ce qui justifie des abattements du loyer / sinon il s agit d une COP (Voir article page 15) 13

14 1-4 La convention d occupation précaire Lorsque tous les besoins résultant de la nécessité de service ou de l utilité de service ont été satisfaits, le Conseil d administration, sur rapport du chef d établissement, émet des propositions sur l attribution des logements demeurés vacants (article R du Code de l éducation). La collectivité de rattachement peut ainsi accorder, en dehors de toute considération de service, des conventions d occupation précaire à des agents publics. Ces baux ne peuvent cependant pas être octroyés à un agent déjà logé par nécessité absolue de service ou par utilité de service (Conseil d Etat, n , 09 septembre 2008). A l image des concessions par nécessité ou par utilité de service, les conventions d occupation précaire n autorisent qu une utilisation privative temporaire du domaine public (article L du Code général de la propriété des personnes physiques). Pour les lycées, LP et EREA de l académie de Caen, il s agit d un contrat, signé pour une année scolaire mais renouvelable, entre le Conseil régional de Basse-Normandie, le bénéficiaire et le chef d établissement. CG 14 Une convention d occupation précaire tripartite est établie pour la durée d une année scolaire entre le Département, le collège et le locataire. Cette convention peut être renouvelée sous certaines conditions (cf lettres circulaires de la DSDEN ayant trait à la dérogation à l obligation de loger et du Conseil général du Calvados relative aux Conventions d Occupation Précaire, envoyées chaque année aux EPLE dans le courant du 3ème trimestre). Ce contrat devra pouvoir être présenté par le gestionnaire lors des audits réalisés par la DRFIP Les bénéficiaires La collectivité de rattachement peut accorder des conventions d occupation précaire à des personnels de l Etat (article R du Code de l éducation). Dans les lycées, LP et EREA de Basse-Normandie, toutefois, la règle générale veut que les logements du chef d établissement et du gestionnaire ne fassent pas l objet d une COP lorsqu une dérogation à l obligation de loger leur a été accordée. CG 14 Dans les collèges du Calvados, les logements de fonction peuvent faire l objet d une convention d occupation précaire, dès lors que les conditions réglementaires sont remplies (cf paragraphe précédent) Remarques diverses Les rapports d audit réalisés en Basse-Normandie préconisent l occupation des logements de fonction dans la mesure où ces locations : génèrent des revenus pour l EPLE ; participent au bon accueil des arrivants en recherche de logements dans l académie ; limitent, en principe, la dégradation des logements. 14

15 Il convient de ne pas confondre l occupation d un logement par COP avec l occupation d un logement pour une ou plusieurs nuitées. Dans le premier cas, en effet, le logement est attribué pour l année scolaire ; dans le second cas, le logement est occupé occasionnellement par des différentes personnes. Le tarif de la nuitée est, lui-aussi, fixé par la collectivité de rattachement. Cette dernière précisera, en outre, le bénéficiaire de cette recette. Cette situation n est pas autorisée dans les logements de fonction des lycées. Le logement n a pas vocation à servir d hébergement occasionnel, il doit être la résidence principale de l occupant. CG 14 Le conseil général refuse que les logements de fonction soient loués pour une ou plusieurs nuitées. 1-5 La procédure d attribution des logements de fonction La procédure d attribution des logements de fonction comprend ainsi six phases : 1- Le chef d établissement soumet au Conseil d administration les emplois dont les agents de l Etat ou de la collectivité de rattachement susceptibles de bénéficier d une concession de logement par nécessité absolue ou par utilité de service ; la situation et la consistance des locaux concédés (appartement, maison, garage, cave ) ; les conditions financières de chaque concession ; la possible attribution par convention d occupation précaire, des logements demeurés vacants. 2- Le Conseil d administration de l EPLE émet un avis sur cette proposition de répartition des logements de fonction 3- Le chef d établissement recueille l avis de la représentation déconcentrée de France Domaine placée auprès de chaque directeur des finances publiques, sur : la nature des logements ; les conditions financières des logements. 4- Le chef d établissement : soumet la proposition du Conseil d administration, assortie de l avis du service des Domaines, à la collectivité de rattachement ; en informe l autorité académique ou l autorité en tenant lieu. 15

16 5- La collectivité de rattachement procède à la délibération sur la proposition. Celle-ci précise les avantages accessoires liés à l usage du logement. 6- Le président de la collectivité de rattachement signe : les arrêtés de concessions de logement par nécessité absolue ou par utilité de service ; les conventions d occupation précaire avec le/la bénéficiaire. Ces arrêtés sont notifiés aux bénéficiaires des logements (Cour administrative d appel de Marseille, 8 janvier 2008, n 05MA03108). A noter : Toute modification dans la répartition des logements doit faire l objet d une nouvelle proposition du CA, d un nouvel avis de France Domaine, d une nouvelle délibération de la collectivité de rattachement et d un nouvel arrêté. 1-6 La protection des bénéficiaires : Les états des lieux La Région, représentée par la DEES, en présence du lycée représenté par un membre de l équipe de direction, établit un état des lieux à chaque changement d occupant. Le bailleur est en effet tenu de remettre au locataire un logement décent ne laissant pas apparaître de risques manifestes pouvant porter atteinte à la sécurité physique ou à la santé et doté des éléments le rendant conforme à l usage d habitation (article 6 de la loi n du 6 juillet 1989). Les travaux résultant d une dégradation anormale du logement feront l objet d une réparation financière gérée par l EPLE. CG 14 Le Département n établit pas actuellement d état des lieux dans les logements de fonction des collèges L inviolabilité du domicile Les fonctionnaires qui bénéficient d un logement de fonction sont protégés par le principe d inviolabilité du domicile (réponses des ministres aux questions écrites, 10 août 1974). Ce principe ne s oppose pas à ce que le logement de fonction puisse être visité, en tant que de besoin, par l autorité responsable. Celle-ci est soumise à cet égard à des règles de convenances. Il est par contre strictement impossible à la personne publique de procéder d elle-même au déménagement des affaires personnelles de l agent. Un tel acte est constitutif d une voie de fait qui relève alors des juridictions judiciaires (Cour administrative d appel de Paris, 3 juillet 1990, n 89PA01593). 16

17 1-6-3 Le dossier de diagnostic technique Un dossier de diagnostic technique est annexé au contrat de location lors de sa signature ou de son renouvellement. Il comprend le diagnostic de performance énergétique, le constat de risque d exposition au plomb et, si nécessaire, l état des risques naturels et technologiques (article 3-1 de la loi n du 6 juillet 1989). CG 14 Dans les collèges du Calvados, le diagnostic de performance énergétique a été effectué sur l ensemble des bâtiments, pas spécifiquement sur les logements de fonction. Le constat de risque d exposition au plomb est réalisé lors des opérations de travaux programmées par la collectivité de rattachement Le détecteur de fumée L installation et l entretien d un détecteur de fumée normalisé dans les logements de fonction est de la responsabilité du propriétaire (article R du code de la construction et de l habitation) Délai au mars Loi n du 9 mars 2010 visant à rendre obligatoire l installation des détecteurs de fumée dans tous les lieux d habitation. 17

18 2- Aspects financiers Les conventions d occupation des logements peuvent générer des ressources inscrites au budget des collèges et des lycées (article R du Code de l éducation). 2-1 La redevance d occupation L article L du Code général de la propriété des personnes publiques stipule que la redevance représente la contrepartie de l occupation ou de l utilisation du domaine public. Celle-ci n est toutefois pas exigible si aucun arrêté octroyant la concession ou la convention n a été fourni à l occupant du logement (Cour des comptes, 09 décembre 2010, n 59455) La concession par nécessité absolue de service Les concessions accordées par nécessité de service comportent la gratuité du logement nu (articles R98 du Code du domaine de l Etat et R du Code de l éducation). Il convient de noter que les arrêtés doivent préciser si cette gratuité s étend à la fourniture d eau, du gaz, de l électricité et du chauffage ou à certains seulement de ces avantages (article R98 du Code du domaine de l Etat). CG 14- L arrêté collectif d attribution des logements par NAS ne détaille pas les prestations accessoires conférées ; il est fait mention de l article 98 du Code du Domaine de l Etat qui les énumère. Chaque année, la franchise concédée par la collectivité de rattachement aux occupants par NAS des logements de fonction des collèges est notifiée aux établissements La concession par utilité de service Les concessions par utilité de service ne comportent aucune prestation gratuite (article R du Code de l éducation). Le bénéficiaire du logement est donc amené à régler cette redevance (Conseil d Etat, n , 20 juillet 2007). Cette recette ne peut être inscrite au budget de l établissement au sein duquel le bénéficiaire du logement est affecté que si les arrêtés de la collectivité territoriale de rattachement le précise (Tribunal administratif de Lille, 20 décembre 2001). Pour les lycées, LP et EREA de l académie de Caen, elle vient abonder la dotation dite «Entretien et Réparation du Propriétaire» (Convention cadre EPLE/région relative aux modalités des compétences partagées entre la collectivité territoriale, les lycées et établissements assimilés). La recette est enregistrée au compte 7083 (ressources propres loyers). CG 14 - Les loyers résultant des arrêtés d Utilité de Service (US) sont perçus par les collèges. Ces recettes constituent des ressources propres pour les établissements qui en disposent actuellement librement conformément aux dispositions du contrat d objectifs liant le Conseil général et les EPLE. Ce sont les services de France Domaine qui déterminent le montant de la redevance (article R101 du Code du domaine de l Etat). Les articles R100 et A 92 du Code du domaine 18

19 de l Etat précisent que celle-ci est égale à la valeur locative des locaux occupés, diminuée d un abattement correspondant à une quote-part de cette valeur locative. Cet abattement est destiné à tenir compte : de l obligation faite au fonctionnaire de loger dans les locaux concédés. Ce premier pourcentage est égal à 5%, mais il peut être porté à 10% lorsque l agent est tenu d assurer, en dehors des heures normales de service, des fonctions qui ne comportent aucune rémunération complémentaire. Une majoration de 3% est susceptible d être ajoutée aux pourcentages précédents lorsque l immeuble dans lequel ils se trouvent les locaux concédés est particulièrement éloigné du centre de la localité. de la précarité de l occupation. Ce deuxième pourcentage est égal à 15%. des charges anormales que la concession de logement fait supporter à son bénéficiaire, eu égard à sa situation administrative. Ce troisième pourcentage est compris entre 0 (lorsque le logement comprend moins de 4 pièces principales) et 18% (pour les locaux comportant un nombre de pièces principales supérieur à celui des personnes qui ont effectivement leur résidence principale, augmenté d une unité pour chacune des deux premières personnes, le pourcentage est égal à 5% par pièce excédentaire sans pouvoir dépasser 18% au total) La convention d occupation précaire La redevance doit être acquittée par l occupant ayant signé une convention d occupation précaire. Cette redevance est calculée, par les services de France Domaines, sur la base de la valeur locative du logement (Cour des comptes, 9 juin 2010) déduite d un abattement de 15 % pour la précarité. Elle est inscrite au budget de l établissement. 19

20 2-2 Les charges locatives Les charges locatives sont remboursées à l établissement, sous réserve des prestations accessoires accordées gratuitement aux personnels concessionnaires (article R du Code de l éducation). Les consommations d eau, de gaz, d électricité et de chauffage sont relevées au minimum en fin d année, au mieux tous les mois et dans tous les cas, à chaque changement d occupant (Convention cadre EPLE/région relative aux modalités des compétences partagées entre la collectivité territoriale, les lycées et établissements assimilés). Un relevé mensuel est conseillé afin de détecter rapidement un dysfonctionnement dans les réseaux et d étaler le règlement des charges qui comprennent également le coût des abonnements. Lorsque le logement ne dispose pas de compteur individualisé de chauffage, il y a problème. Le CRBN, conscient de l abrogation en 2009 du texte concernant le forfait radiateur doit se pencher sur cette question. Pas d avancement à ce jour sur ce sujet. CG 14 - Logements sans compteur : un décompte au prorata des consommations de chauffage est établi par l adjoint-gestionnaire du collège. Logements avec compteur : l adjoint-gestionnaire effectue un relevé du compteur individuel La concession par nécessité absolue de service Les arrêtés qui accordent les concessions par nécessité absolue de service doivent préciser si la gratuité du logement nu s étend à la fourniture d eau, du gaz, de l électricité et du chauffage ou à certains seulement de ces avantages (article R98 du Code du domaine de l Etat). En effet, à défaut de la mention expresse de la gratuité des charges accessoires, l agent est tenu au paiement des sommes correspondantes (Cour administrative d appel, n 96NT00780 du 25 février 1999). C est la collectivité territoriale qui fixe chaque année le taux d actualisation de la valeur des prestations accessoires. Celui-ci diffère selon que le logement est ou non situé en métropole, et doté ou non d un chauffage collectif (article R du Code de l éducation). Dans l académie de Caen, les charges locatives sont prises en charge par le budget des lycées, LP et EREA dans la limite de la franchise accordée par la collectivité de rattachement. Audelà, elles sont remboursées à l établissement par le bénéficiaire du logement (Convention cadre EPLE/région relative aux modalités des compétences partagées entre la collectivité territoriale, les lycées et établissements assimilés). CG 14 Lorsque les dépenses de viabilisation d un occupant par NAS dépassent le montant des prestations accessoires votées par la collectivité de rattachement, ce dernier s acquitte de ce qu il doit auprès du collège La concession par utilité de service Les concessions de logement par utilité de service ne comportent pas la fourniture gratuite, par l administration, de l eau, du gaz, de l électricité et du chauffage qui doit, dans tous les cas, demeurer à la charge des intéressés (article R98 du Code du domaine de l Etat). 20

Conditions et modalités d attribution des logements de fonction au CNRS

Conditions et modalités d attribution des logements de fonction au CNRS Conditions et modalités d attribution des logements de fonction au CNRS Instruction n INS05R143DFI du 19 mai 2005 Secrétariat général Direction des finances MAI 2005 TABLE DES MATIERES PREAMBULE...2 1.

Plus en détail

Annexe 2 à la délibération n 5/07 Année Scolaire.

Annexe 2 à la délibération n 5/07 Année Scolaire. Annexe 2 à la délibération n 5/07 Année Scolaire. CONVENTION D OCCUPATION PRECAIRE D UN LOGEMENT DE FONCTION Aux termes de l article R. 216-15 du Code de l Education, relatif aux concessions de logements

Plus en détail

Sont convenus de ce qui suit: Article 1. M. MARTINET Vincent est autorisé(e) à occuper le logement ci-après désigné.

Sont convenus de ce qui suit: Article 1. M. MARTINET Vincent est autorisé(e) à occuper le logement ci-après désigné. 47, rue de Cochet - 91510 LARDY : 01.64.59.25.20 : 01.60.82.23.42 : 0912276e@ac-versailles.fr Site : http://www.clg-tillion-lardy.ac-versailles.fr/ CONVENTION D OCCUPATION PRECAIRE D UN LOGEMENT VACANT

Plus en détail

CONCESSIONS DE LOGEMENTS

CONCESSIONS DE LOGEMENTS CONCESSIONS DE LOGEMENTS I Types de concession de logement Il existe deux types de concession de logement : 1. Conditions d attribution La concession par nécessité absolue de service Aux termes de l article

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) 5 Circulaires de la direction de la protection judiciaire de la jeunesse Signalisation des circulaires du 1er janvier au 31

Plus en détail

Vu le Code de l éducation, et notamment ses articles L 213-7, et R 216-4 à R 216-17,

Vu le Code de l éducation, et notamment ses articles L 213-7, et R 216-4 à R 216-17, CONVENTION N 2015-C-DGAA-DE-15 Relative à la participation financière du Département pour la location d un logement de fonction concédé par nécessité absolue de service à la Principale du collège Dr Léon

Plus en détail

LES CONGES ANNUELS DES AGENTS TERRITORIAUX

LES CONGES ANNUELS DES AGENTS TERRITORIAUX Circulaire d'informations n 2008/06 du 20 février 2008 LES CONGES ANNUELS DES AGENTS TERRITORIAUX Références : - Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction

Plus en détail

Gestion des heures supplémentaires

Gestion des heures supplémentaires Gestion des heures supplémentaires Décret n 91-875 du 6 septembre 1991 pris pour l application de l article 88 alinéa 1 de la loi du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

Centre de gestion de la FPT de l Ain. L avantage en nature : Logement

Centre de gestion de la FPT de l Ain. L avantage en nature : Logement Centre de gestion de la FPT de l Ain Note d information 27 février 2014 L avantage en nature : Logement Références : Voir flash sur les dispositions générales aux avantages en nature Décret n 2012-752

Plus en détail

85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr

85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Logement de fonction 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 1 er octobre 2012 Mise à jour le 10 décembre

Plus en détail

Questions réponses. Le maire sera compétent pour la procédure d insalubrité si la mairie possède un service communal d hygiène et de la santé

Questions réponses. Le maire sera compétent pour la procédure d insalubrité si la mairie possède un service communal d hygiène et de la santé Questions réponses L HABITAT INDIGNE : 1. Quelle définition pour l habitat indigne? L habitat indigne regroupe les différentes situations dans lesquelles des locaux donnés à usage d habitation ne sont

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE ÉVALUATION ET COTISATIONS

AVANTAGES EN NATURE ÉVALUATION ET COTISATIONS Circulaire du 19 mai 2003 Dernière mise à jour janvier 2015 AVANTAGES EN NATURE ÉVALUATION ET COTISATIONS Réf. : - Articles L.242-1 et R242-1 du Code de la sécurité sociale. - Arrêté du 10 décembre 2002

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

Service des affaires financières "CONSEIL AUX EPLE" CONSEIL AUX EPLE BULLETIN D INFORMATION N 4

Service des affaires financières CONSEIL AUX EPLE CONSEIL AUX EPLE BULLETIN D INFORMATION N 4 Service des affaires financières "CONSEIL AUX EPLE" CONSEIL AUX EPLE BULLETIN D INFORMATION N 4 FEVRIER 2004 S O M M A I R E AGENTS COMPTABLES - GESTIONNAIRES - REGISSEURS - Prise de fonction et cessation

Plus en détail

Les logements de fonction

Les logements de fonction Collège Le Petit Prince Gignac la Nerthe Les logements de fonction Source : Logements de fonction - Personnels de l Etat et personnels des CT Collèges, Lycées, LP et EREA de l Académie de Caen PARTIE A-

Plus en détail

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS Confédération Nationale du Logement Sommaire Avant propos... 13 PARTIE 1 La réglementation 1. Établissement du contrat de location (article 3 de la loi n 89-462 du 6

Plus en détail

L INDEMNISATION DES DÉPLACEMENTS TEMPORAIRES DU 19/07/01 MODIFIÉ, DU 03/07/06 MODIFIÉ. Principes déterminant l indemnisation.

L INDEMNISATION DES DÉPLACEMENTS TEMPORAIRES DU 19/07/01 MODIFIÉ, DU 03/07/06 MODIFIÉ. Principes déterminant l indemnisation. L L INDEMNISATION DES DÉPLACEMENTS TEMPORAIRES ÉCRET N 2001-654 DU 19/07/01 MODIFIÉ, DÉCRET N 2006-781 DU 03/07/06 MODIFIÉ DÉCRET DÉCRET L indemnisation des déplacements temporaires des agents territoriaux

Plus en détail

A R R E T E LE MINISTRE DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE

A R R E T E LE MINISTRE DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE MINISTÈRE DU TRAVAIL ET DE LA SÉCURITÉ SOCIALE BURKINA FASO UNITÉ - PROGRÈS - JUSTICE Arrêté n 2008-008/MTSS/SG/DGPS relatif à l affiliation, à l immatriculation des travailleurs et autres assurés au régime

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2012-1366 du 6 décembre 2012 modifiant certaines dispositions relatives au compte épargne-temps et

Plus en détail

Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015

Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015 Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015 PREAMBULE LES PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L AIDE SOCIALE Le Règlement départemental

Plus en détail

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Ministère des finances et des comptes publics Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents

Plus en détail

LES AVANTAGES EN NATURE

LES AVANTAGES EN NATURE RÉMUNÉRATION NOTE D'INFORMATION N 2003-11 (MISE A JOUR 2 JANVIER 2014) SERVICE STATUTS - REMUNERATION LES AVANTAGES EN NATURE REFERENCES Décret n 2012-752 du 9 mai 2012 portant réforme du régime des concessions

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

L accueil en établissement

L accueil en établissement I VOLET 3 L accueil en établissement Article L 344-5-1 du CASF, Article L. 242-4 du CASF, Article L. 131-3 du CASF 1. Définition Toute personne handicapée dont l état de santé nécessite un placement en

Plus en détail

II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis

II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis OBJECTIFS Aider les apprentis et les jeunes assimilés aux apprentis suivant une formation dans les Centres de Formation d Apprentis (CFA)

Plus en détail

CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT NU

CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT NU CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT NU (Soumis au titre 1 er de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n 86-1290 du 23 décembre

Plus en détail

Décret n 2013-651 du 19 juillet 2013 modifiant le décret n 2012-752 du 9 mai 2012 portant réforme des concessions de logement.

Décret n 2013-651 du 19 juillet 2013 modifiant le décret n 2012-752 du 9 mai 2012 portant réforme des concessions de logement. 1 CIRCULAIRE N 09-2013 du 07/03/2013- (SM) Modifiée le 22/07/2013 Direction Fonction Publique Territoriale Logement de fonction Références : Décret n 2012-752 du 9 mai 2012 portant réforme du régime des

Plus en détail

COMPTE EPARGNE-TEMPS

COMPTE EPARGNE-TEMPS COMPTE EPARGNE-TEMPS n 2010-531 du 20 mai 2010, qui a modifié le décret n 2004-878 du 26 août 2004 ; on pourra également se référer à la circulaire du 31 mai 2010 présentant la réforme Par rapport à l

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BAIL D HABITATION

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BAIL D HABITATION UNION DES SYNDICATS DE L IMMOBILIER DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BAIL D HABITATION DIAGNOSTIC OBLIGATOIRE - TRANSACTION Depuis le 1 er juillet 2007, un DPE doit être annexé au contrat de location

Plus en détail

R E G L E M E N T D U C O M P T E E P A R G N E T E M P S

R E G L E M E N T D U C O M P T E E P A R G N E T E M P S R E G L E M E N T D U C O M P T E E P A R G N E T E M P S Modifié par : Loi du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique Décret du 20 mai 2010 modifiant

Plus en détail

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009. L.I.R. n 104/1

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009. L.I.R. n 104/1 Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009 L.I.R. n 104/1 Objet : Évaluation de certains avantages accordés par l employeur à ses salariés a) Mise à la disposition à

Plus en détail

DU SERVICE ANNEXE DE RESTAURATION ET

DU SERVICE ANNEXE DE RESTAURATION ET REGLEMENT DU SERVICE ANNEXE DE RESTAURATION ET D HEBERGEMENT Collège MAJ mars 2014 1 Vu le code de l Education. Vu le code général des collectivités territoriales Vu la loi n 809 du 13 Août 2004 et notamment

Plus en détail

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux

Plus en détail

Conventionnement. Madame, Monsieur,

Conventionnement. Madame, Monsieur, DELEGATION... Conventionnement N de convention : hhhhhhhhhhhhhhhhhhhh la présente convention a été validée par l Anah le hh hh hhhh Signature N 12 808*05 Réservé à l Anah CONVENTION À LOYER SOCIAL OU TRÈS

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS

LE COMPTE EPARGNE TEMPS STATUT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Références : Décret 2004-878 du 26 août 2004, modifié par le décret 2010-531 du 20 mai 2010 ; Circulaire ministérielle N10-007135-D du 31 mai 2010 (annexe 1). Les règles

Plus en détail

Les logements de fonction

Les logements de fonction Les logements de fonction Mise à jour au 04/10/2013 Références juridiques : Loi n 90-1067 du 28 novembre 1990 relative à la FPT et portant modification de certains articles du Code des Communes, notamment

Plus en détail

Limites d exonération des allocations forfaitaires. Nature de l indemnité 2011

Limites d exonération des allocations forfaitaires. Nature de l indemnité 2011 ÉDITION JANVIER 2011 Annexes Frais professionnels Limites d exonération des allocations forfaitaires (Arrêté du 20 décembre 2002 modifié) Nature de l indemnité 2011 Indemnité de restauration sur le lieu

Plus en détail

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT Le CHSCT Un comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) doit être constitué dans tout établissement de cinquante salariés et plus (art. L4611-1 du code du travail). A défaut de CHSCT

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS A LA VILLE DE ROUEN

REGLEMENT RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS A LA VILLE DE ROUEN REGLEMENT RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS A LA VILLE DE ROUEN 1 SOMMAIRE Préambule 3 I.Les dispositions relatives au Compte Epargne Temps applicables à la Ville de Rouen 4 Article1.Les bénéficiaires 4

Plus en détail

- 41 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants

- 41 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants - 41 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants Code de la

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

C O N V E N T I O N. ET La Croix Rouge, 98 rue DIDOT, Paris 14, représentée par le Président de la Croix-Rouge française, Jean-François MATTEI.

C O N V E N T I O N. ET La Croix Rouge, 98 rue DIDOT, Paris 14, représentée par le Président de la Croix-Rouge française, Jean-François MATTEI. C O N V E N T I O N RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE DANS LES MISSIONS HUMANITAIRES DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE ENTRE : LE CENTRE HOSPITALIER ET UNIVERSITAIRE De, représenté par

Plus en détail

CONCOURS. Sur titres avec épreuves. Rééducateur territorial

CONCOURS. Sur titres avec épreuves. Rééducateur territorial CONCOURS Sur titres avec épreuves Rééducateur territorial novembre 2012 2 SOMMAIRE 3 I. L EMPLOI... 4 A. Le cadre d emplois des rééducateurs territoriaux... 4 B. Les fonctions exercées... 4 II. LE CONCOURS...

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DURANT LE C.F.P. VOS OBLIGATIONS VOTRE SITUATION MODALITES DE PRISE EN CHARGE

GUIDE PRATIQUE DURANT LE C.F.P. VOS OBLIGATIONS VOTRE SITUATION MODALITES DE PRISE EN CHARGE GUIDE PRATIQUE DURANT LE C.F.P. VOS OBLIGATIONS VOTRE SITUATION MODALITES DE PRISE EN CHARGE BRETAGNE 6 COURS RAPHAEL BINET CS 94332 35043 RENNES CEDEX www.anfh.fr/bretagne Contact : Laurence BOUET Tél

Plus en détail

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 SEPTEMBRE OCTOBRE NO VEMBRE 2014 Flash Dans ce numéro Baux 1-3 Vente immobilière 3-4 Diagnostic technique 4-5 Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 Flash d information Immobilier Le décret d application

Plus en détail

Gratification en France

Gratification en France Gratification en France L article L. 124-6 du code de l Education précise expressément que la gratification n a pas le caractère d un salaire au sens de l article L. 3221-3 du code du travail 1. La gratification

Plus en détail

FASCICULE IV : LE VOTE DES TAUX DES DÉPARTEMENTS. I. Taux départemental de taxe foncière sur les propriétés bâties... 2

FASCICULE IV : LE VOTE DES TAUX DES DÉPARTEMENTS. I. Taux départemental de taxe foncière sur les propriétés bâties... 2 FASCICULE IV : LE VOTE DES TAUX DES DÉPARTEMENTS I. Taux départemental de taxe foncière sur les propriétés bâties... 2 II. Droit départemental d enregistrement et taxe départementale de publicité foncière

Plus en détail

v Les ressources affectées :

v Les ressources affectées : v Les ressources affectées : Parmi les principes fondamentaux du droit budgétaire figure le principe d universalité du budget qui comporte comme importante conséquence l interdiction d affecter certaines

Plus en détail

RÉGIME INDEMNITAIRE DE LA VILLE DE DIGNE-LES-BAINS

RÉGIME INDEMNITAIRE DE LA VILLE DE DIGNE-LES-BAINS DOC. N 2 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RÉGIME INDEMNITAIRE DE LA VILLE DE DIGNE-LES-BAINS En vertu de la délibération n 11 du conseil municipal du 6 février 2014 1 SOMMAIRE Article 1 : objet 3_ Article 2 : bénéficiaires

Plus en détail

Le congé de présence parentale

Le congé de présence parentale Le congé de présence parentale 1. Définition Ce congé non rémunéré est prévu par l article 60 sexies de la loi du 26 janvier 1984 qui dispose que le congé de présence parentale est accordé au fonctionnaire

Plus en détail

AIDE À LA PREMIÈRE INSTALLATION

AIDE À LA PREMIÈRE INSTALLATION AIDE À LA PREMIÈRE INSTALLATION 1 - OBJET L'aide à la première installation (API) est destinée à financer à l entrée dans les ministères économique et financier (et dans certains cas en cours de carrière),

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 %

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % devant être publiée au Bulletin Officiel du ministère chargé du Logement La loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement

Plus en détail

Montant de l indemnité

Montant de l indemnité INDEMNITÉ SPÉCIFIQUE DE SERVICE s Décret n 2003-799 du 25/08/03 modifié par le décret n 2012-1494 du 27 décembre 2012 Arrêté du 25/08/2003 modifié par l arrêté du 31 mars 2011 Date effet revalorisation

Plus en détail

Fédération Française de Karaté Service Juridique

Fédération Française de Karaté Service Juridique Fédération Française de Karaté Service Juridique NOTE D INFORMATION N 001 La ffrranchiise de cottiisattiion L assiietttte fforrffaiittaiirre Le rrembourrsementt de ffrraiis prroffessiionnells Le rrembourrsementt

Plus en détail

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC Les fiches consacrées aux agents non titulaires de droit public ne concernent que les actes de recrutement (contrats

Plus en détail

n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial

n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial FICHE THEMATIQUE n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1. LE BAIL COMMERCIAL 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial 1.2.1. Résiliation triennale 1.2.2. Résiliation anticipée

Plus en détail

CNRACL AGE DE DEPART EN RETRAITE DES FONCTIONNAIRES DE LA CATEGORIE ACTIVE à partir du 1 er janvier 2010

CNRACL AGE DE DEPART EN RETRAITE DES FONCTIONNAIRES DE LA CATEGORIE ACTIVE à partir du 1 er janvier 2010 Réf. : CDG-INFO2010-6/MDE/CVD Personnes à contacter : Christine DELEBARRE Thérèse SMOLAREK Valérie TANSSORIER Date : le 25 février 2010 : 03.59.56.88.28/29 CNRACL AGE DE DEPART EN RETRAITE DES FONCTIONNAIRES

Plus en détail

CNFPT. La Réforme de la Formation dans la Fonction Publique Territoriale

CNFPT. La Réforme de la Formation dans la Fonction Publique Territoriale CNFPT La Réforme de la Formation dans la Fonction Publique Territoriale . Présentation 2009 de la loi du 19/02/2007 et du Décret d application du 26/12/2007 Le chapitre 1er de la loi du 19/02/07 relative

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

Permis d exploitation et de la concession minière

Permis d exploitation et de la concession minière Permis d exploitation et de la concession minière CODE: CS/10 DERNIERE ACTUALISATION: Novembre 2012 DESCRIPTION: L exploitation minière se définit comme l ensemble des travaux géologiques et miniers par

Plus en détail

CONCESSIONS DE LOGEMENT DANS LES ETABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX D'ENSEIGNEMENT (E.P.L.E.)

CONCESSIONS DE LOGEMENT DANS LES ETABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX D'ENSEIGNEMENT (E.P.L.E.) CONSEIL GENERAL DE TARN-ET-GARONNE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE 2 ème RÉUNION DE 2014 Séance du 27 janvier 2014 CG 14/2 è m e /III-04 L'an deux mille quatorze, le 27 janvier, les

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE-TEMPS

LE COMPTE EPARGNE-TEMPS F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LE COMPTE EPARGNE-TEMPS L E S S E N T I E L Cette fiche présente le dispositif du compte épargne-temps (CET) tel qu il a été réformé par le décret n 2010-531 du 20 mai

Plus en détail

CONVENTION DE MISE À DISPOSITION DE PERSONNEL PAR LE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU NORD SUR LA BASE DE L ARTICLE 25 ALINÉA

CONVENTION DE MISE À DISPOSITION DE PERSONNEL PAR LE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU NORD SUR LA BASE DE L ARTICLE 25 ALINÉA CONVENTION DE MISE À DISPOSITION DE PERSONNEL PAR LE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU NORD SUR LA BASE DE L ARTICLE 25 ALINÉA 2 ENTRE, - Le Centre de gestion de la Fonction Publique

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE EFFECTUANT LE STAGE AUTONOME EN SOINS PRIMAIRES AMBULATOIRE SUPERVISE (SASPAS)

CONVENTION RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE EFFECTUANT LE STAGE AUTONOME EN SOINS PRIMAIRES AMBULATOIRE SUPERVISE (SASPAS) CONVENTION RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE EFFECTUANT LE STAGE AUTONOME EN SOINS PRIMAIRES AMBULATOIRE SUPERVISE (SASPAS) ENTRE : Monsieur HERIAUD, Directeur Général du CENTRE

Plus en détail

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 -

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 - RĒGLEMENT DES PRÊTS Fondation Jean Moulin Service des Prêts Immeuble Oudinot Place Beauvau 75800 PARIS Cedex 08 Tél : 01.53.69.28.3.37 Fax : 01.53.69.28.68 mail : fjm-prets@interieur.gouv.fr site internet

Plus en détail

CHARTE VOYAGES SCOLAIRES e f

CHARTE VOYAGES SCOLAIRES e f Annexe 3 CHARTE VOYAGES SCOLAIRES e f La présente charte donne les principes généraux relatifs à l organisation des voyages et sorties scolaires. I PROGRAMMATION DES VOYAGES & SORTIES Cette programmation

Plus en détail

PRISE EN CHARGE PAR L'EMPLOYEUR DES FRAIS DE TRAJET ENTRE LE DOMICILE ET LE LIEU DE TRAVAIL

PRISE EN CHARGE PAR L'EMPLOYEUR DES FRAIS DE TRAJET ENTRE LE DOMICILE ET LE LIEU DE TRAVAIL Notice explicative DOCUMENTATION / CONSEIL MAI 2011 DC2011_CIRC_Fraistrajet PRISE EN CHARGE PAR L'EMPLOYEUR DES FRAIS DE TRAJET ENTRE LE DOMICILE ET LE LIEU DE TRAVAIL Références : - Loi n 2008-1330 du

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

Décision unilatérale instituant un régime collectif de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale instituant un régime collectif de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de la société Décision unilatérale instituant un régime collectif de remboursement de frais médicaux L adaptation de ce modèle dans chaque entreprise relève de la seule responsabilité

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale Pour qu il y ait location d immeuble, il faut qu il y ait un «bail» Le bail est le contrat par lequel une personne (appelée le bailleur) s engage à faire jouir une autre personne

Plus en détail

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar DECRET N 99-821 fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Vu la Constitution, Vu la Convention relative à l Aviation Civile Internationale signée

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

RÉGIME INDEMNITAIRE Indemnité Spécifique de Service (I.S.S)

RÉGIME INDEMNITAIRE Indemnité Spécifique de Service (I.S.S) Circulaire du 26 août 2004 Mise à jour juillet 2014 RÉGIME INDEMNITAIRE Indemnité Spécifique de Service (I.S.S) Réf : - Arrêté du 25 août 2003 fixant les modalités d application du décret 2003.799 - Décret

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE-TEMPS

LE COMPTE EPARGNE-TEMPS CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DES PYRENEES-ATLANTIQUES Maison des Communes - B.P. 609 64006 PAU CEDEX Tél : 05 59 84 40 40 Télécopie : 05 59 84 11 98 Internet : www.cdg-64.fr GA/2/10/MLO

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1239 du 6 octobre 2015 relatif à l aide à la réinsertion familiale et

Plus en détail

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012 OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012 Conférence de presse 8 octobre 2013 OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties Note méthodologique Comment

Plus en détail

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE REGLEMENT DES AIDES FACULTATIVES DU CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE VILLETANEUSE juin 2008 SOMMAIRE CHAPITRE I OBJET ET TYPE D AIDES...3 ARTICLE 1. OBJET...3 ARTICLE

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

LES CONDITIONS D'ATTRIBUTION

LES CONDITIONS D'ATTRIBUTION Fiches statut Rémunération 1/29/MA Direction Expertise statutaire et ressources humaines Pôle Gestion statutaire 05 59 90 03 94 statut@cdg-64.fr LES LOGEMENTS DE FONCTION Les logements de fonction constituent

Plus en détail

Nos bureaux sont ouverts toute l année et une équipe de 8 personnes au total vous reçoit :

Nos bureaux sont ouverts toute l année et une équipe de 8 personnes au total vous reçoit : www.grenecheimmo.fr Le Cabinet GRENECHE Immobilier est l une des plus anciennes agences de la ville d Evian et de la région, présente dans l ensemble des activités immobilières : - ventes : traditionnellement

Plus en détail

COMPTE EPARGNE TEMPS

COMPTE EPARGNE TEMPS WWW.SAFPT.ORG COMPTE EPARGNE TEMPS EFFET : 1ER JANVIER 2010 Texte de référence : Loi n 84-53 du 26 janvier 1984, modifiée, portant dispositions statutaires applicables à la fonction publique territoriale,

Plus en détail

MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT Direction du budget 2BPSS n 11-3407D -------- Paris, le 28 novembre 2011

MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT Direction du budget 2BPSS n 11-3407D -------- Paris, le 28 novembre 2011 MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT Direction du budget 2BPSS n 11-3407D -------- MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE Direction générale de l administration et de la fonction

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

LES LOYERS DES LOGEMENTS CONVENTIONNES

LES LOYERS DES LOGEMENTS CONVENTIONNES LES LOYERS DES LOGEMENTS CONVENTIONNES En application de l article L.353-2 du code de la construction et de l habitation, les conventions déterminent le montant maximal des loyers ainsi que les modalités

Plus en détail

LE SUPPLEMENT FAMILIAL DE TRAITEMENT

LE SUPPLEMENT FAMILIAL DE TRAITEMENT FF II CC HH EE PP RR AA TT I QQ UU EE CC DD GG 55 00 LE SUPPLEMENT FAMILIAL DE TRAITEMENT L E S S E N T I E L Le supplément familial de traitement est un élément obligatoire du traitement accordé à un

Plus en détail

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail

Modalités de prise en charge partielle du trajet DOMICILE - TRAVAIL des AGENTS de la F.P.T. Date d'effet : 1 er janvier 2014

Modalités de prise en charge partielle du trajet DOMICILE - TRAVAIL des AGENTS de la F.P.T. Date d'effet : 1 er janvier 2014 REMUNERATION Note d'information n 14-01 du 06 janvier 2014 Modalités de prise en charge partielle du trajet DOMICILE - TRAVAIL des AGENTS de la F.P.T. Date d'effet : 1 er janvier 2014 Références - Loi

Plus en détail

AIDE À LA PREMIÈRE INSTALLATION

AIDE À LA PREMIÈRE INSTALLATION AIDE À LA PREMIÈRE INSTALLATION 1 - OBJET L'aide à la première installation (API) est destinée à financer à l entrée dans les ministères économiques et financiers (et dans certains cas en cours de carrière),

Plus en détail

I. PRINCIPES GENERAUX BENEFICIAIRES CONDITIONS D ATTRIBUTION MONTANT DU PRÊT MOBILITÉ

I. PRINCIPES GENERAUX BENEFICIAIRES CONDITIONS D ATTRIBUTION MONTANT DU PRÊT MOBILITÉ I. PRINCIPES GENERAUX Le Prêt mobilité est destiné à accompagner l'accès au logement locatif, par l avance de tout ou partie du dépôt de garantie (caution) exigé lors de la conclusion du bail, dans le

Plus en détail

PROTOCOLE SUR LE COMPTE-EPARGNE TEMPS

PROTOCOLE SUR LE COMPTE-EPARGNE TEMPS C.C.A.S PROTOCOLE SUR LE COMPTE-EPARGNE TEMPS Vu : - le décret n 2004-878 du 26 août 2004 relatif au c ompte-épargne temps dans la Fonction Publique Territoriale, modifié par le décret n 2010-531 du 20

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT PRÉAMBULE Conscientes de la nécessité technique, économique ou sociale de faire travailler certains salariés, hommes ou femmes, la nuit, pour pourvoir

Plus en détail

Circulaire d'informations n 2015/05 du 3 février 2015 Annule et remplace la circulaire d informations n 2013/10 du 14 novembre 2013

Circulaire d'informations n 2015/05 du 3 février 2015 Annule et remplace la circulaire d informations n 2013/10 du 14 novembre 2013 Circulaire d'informations n 2015/05 du 3 février 2015 Annule et remplace la circulaire d informations n 2013/10 du 14 novembre 2013 La mise à jour de la circulaire porte sur l incidence des congés de maladie

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 13 L-5-04 N 164 du 19 OCTOBRE 2004 CONTROLES ET REDRESSEMENTS CADRE JURIDIQUE GARANTIE ACCORDEE A CERTAINS ORGANISMES HABILITES A RECEVOIR DES

Plus en détail

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS Groupement des Métiers de l Imprimerie ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- JUIN 2014 NOTE N 12 LES FORFAITS JOURS (Articles

Plus en détail

EMPLOYEURS. Base de calcul des cotisations des salariés agricoles AVANTAGES EN NATURE ET FRAIS PROFESSIONNELS : Valeurs applicables en 2014

EMPLOYEURS. Base de calcul des cotisations des salariés agricoles AVANTAGES EN NATURE ET FRAIS PROFESSIONNELS : Valeurs applicables en 2014 EMPLOYEURS Base de calcul des cotisations des salariés agricoles AVANTAGES EN NATURE ET FRAIS PROFESSIONNELS : Valeurs applicables en 2014 A jour au 1 er janvier 2014 Evaluation des avantages en nature

Plus en détail

Objet : Mise en œuvre du compte épargne temps au ministère de l agriculture, de l alimentation, de la pêche et des affaires rurales

Objet : Mise en œuvre du compte épargne temps au ministère de l agriculture, de l alimentation, de la pêche et des affaires rurales MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction générale de l administration Sous-direction du développement professionnel et des relations sociales Bureau

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS

LE COMPTE EPARGNE TEMPS LE COMPTE EPARGNE TEMPS SOMMAIRE : Article 1 : objet... Page 2 Article 2 : bénéficiaires et modalités d ouverture Article 3 : alimentation du compte épargne temps Article 4 : utilisation... Page 3 Article

Plus en détail