Besoins identifiés, évolution des prélèvements et des donneurs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Besoins identifiés, évolution des prélèvements et des donneurs"

Transcription

1 Dossier de presse Février 2007 LE DON DE SANG EN FRANCE EN 2007 Besoins identifiés, évolution des prélèvements et des donneurs Contacts Presse. Stéphanie Kanoui T / Courriel : Angélique d Esteve T / Courriel : 1

2 Sommaire I- Produits sanguins en 2007 : quels stocks? quels besoins? 3 Des besoins en augmentation constante Des prélèvements qui n augmentent pas suffisamment Conséquences de cet «effet de ciseaux» : un besoin permanent de dons supplémentaires II- Le donneur Français : qui est-il? Pourquoi donne t-il? 5 Profil type du donneur bénévole Qui sont les nouveaux donneurs? Les principales motivations au don de sang Les freins identifiés III- Donner son sang : partout en France, c est possible! 9 Les quatre étapes du don Que devient le sang collecté? Qui peut donner son sang? Annexes 12 Donner son sang : 10 idées reçues à combattre Fiche Etablissement Français du Sang 2

3 I- Produits sanguins en 2007 : quels stocks? quels besoins? Le sang est composé à 55% d'un liquide, le plasma, dans lequel baignent des cellules diverses : - les globules rouges transportent l'oxygène des poumons aux tissus et captent le gaz carbonique qui est éliminé ensuite par les voies respiratoires, - les globules blancs défendent l'organisme contre les agressions des microbes, bactéries et virus. - les plaquettes empêchent le saignement en colmatant les lésions des vaisseaux. Le plasma contient des protéines diverses dont les immunoglobul ines, l'albumine, les fractions coagulantes, Leur déficit entraîne une diminution des défenses immunitaires de l'organisme (immunoglobu lines), une incapacité à retenir l'eau dans les vaisseaux (albumine) ou des anomalies de la Chaque année, l EFS recueille environ 2,2 millions de dons de sang, dons de plasma, dons de plaquettes. Des dons qui ne suffisent plus pour combler les besoins. Aujourd hui, en France, il faut dons de sang par an pour répondre aux besoins en produits sanguins de malades. Le don de sang est indispensable pour sauver des vies. Ainsi, par exemple : - les globules rouges sont utilisés en cas d hémorragies importantes consécutives à un accident ou à une opération, mais aussi pour des maladies chroniques (drépanocytose, thalassémie.). - les plaquettes sont indispensables dans le traitement de nombreux cancers dont : les leucémies, lorsque la chimiothérapie a détruit les cellules sanguines. - le plasma est utilisé pour la fabrication des médicaments dérivés du sang destinés aux traitements des hémophiles, aux personnes atteintes de déficit immunitaire sévère (ex. bébé-bulle) mais aussi pour le traitement des grands brûlés. Aujourd hui, le traitement de ces maladies graves est devenu possible grâce à la transfusion sanguine et aux volontaires qui, chaque année, font don de leur sang. Ces donneurs font généralement preuve d un engagement profond, d une générosité forte qui s apparente à un véritable don de soi. Beaucoup d entre eux se mobilisent ainsi plusieurs fois par an pour accompagner les malades sur le chemin de la guérison. Mais cette mobilisation reste malheureusement insuffisante au regard des besoins qui ne cessent d augmenter. Des besoins en augmentation constante Après une longue période de diminution des besoins en produits sanguins labiles, la situation s est inversée depuis A partir de cette date, les besoins ont évolué de manière constante jusqu en 2007 sur un rythme de 2 à 3% par an, soit une augmentation de près de 10% Ainsi, plus de 2,5 millions de produits sanguins labiles sont aujourd hui nécessaires pour faire face à la demande. Plusieurs facteurs expliquent cette augmentation des besoins en produits sanguins : par exemple, l allongement de l espérance de vie entraîne une augmentation du nombre de malades nécessitant l utilisation d une thérapeutique transfusionnelle. De même, les progrès de la médecine permettent le traitement de patients par chimiothérapie lourde pour leucémie et/ou cancer à des âges de plus en plus avancés. 3

4 Le nombre de poches de sang collectées en France a été divisé par 2 en 20 ans Des prélèvements qui n augmentent pas suffisamment Parallèlement, les prélèvements de sang tout comme le nombre de donneurs ont tendance à se stabiliser. L approvisionnement des établissements de santé a néanmoins pu être maintenu grâce à une gestion rigoureuse des produits prélevés. Ainsi, le taux de péremption des produits ou de non-utilisation est passé de 1,49% en 2003 à 0,63% fin Malgré les efforts déployés, le niveau global des stocks se réduit. Le délai de stock est ainsi passé de 10 jours à 7, voire 5 en cas de difficulté. Conséquences de cet «effet de ciseaux» : un besoin permanent de dons supplémentaires Pour répondre à l augmentation de la demande de produits sanguins avec les mêmes exigences de qualité et de gestion, l augmentation du nombre de dons nécessaires se situe entre à dons supplémentaires par an, notamment pour parer aux nouvelles mesures de sécurité transfusionnelles pour le donneur (détermination du taux d hémoglobine avant le don) mises en œuvre dès 2007 et susceptibles d écarter du don environ 4 % des donneurs. Au total, dès 2007, on estime qu il est nécessaire de mobiliser candidats au don supplémentaires pour faire face aux besoins, soit 800 candidats supplémentaires chaque jour. De plus, le nombre moyen de don par an, tout donneurs confondus, n est que de 1,6. Deux dons par an seraient un immense progrès. Des régions plus touchées que d autres Dans certaines régions, le pourcentage de donneurs est bien plus faible que le taux moyen national, comme l'ile-de-france et le Grand Sud. Le décalage est d autant plus important qu il s agit de régions dont les besoins sont plus importants du fait d une forte concentration des établissements de santé. Par exemple, en Ile-de-France, seule 1,2% de la population âgée de 18 à 65 ans (âge requis), donne son sang (vs une moyenne nationale déjà faible de 4%). On estime ainsi qu il faudrait donneurs franciliens supplémentaires en 2007 pour faire face aux besoins de la région. De même, dans la région Alpes-Méditerranée, il faudrait environ nouveaux candidats. 4

5 II- Le donneur français : qui est-il? Pourquoi donne t-il? Résultats d une grande enquête menée par le Cerphi pour l EFS Parmi les Français de 18 à 65 ans en âge de donner leur sang, seuls 4% font chaque année ce geste indispensable et citoyen 1. Qui donne son sang? Pour quelles raisons? Quels sont les freins au don de sang?... Une grande enquête menée en avril 2006 par le Centre d Etude et de Recherche sur la Philanthropie (CerPhi) dresse un état des lieux précis du profil des donneurs et des non-donneurs ainsi que de leur état d esprit. Profil type du donneur bénévole 50 % des Français ont un jour donné leur sang mais peu d entre eux renouvellent chaque année ce geste. En matière de don de sang en France, quelques grandes tendances apparaissent ou se confirment. En 1998, les femmes représentaient 46% des donneurs. Le donneur est en majorité une donneuse! Ainsi et pour la première fois en 2005, 50,2 % des dons de sang sont à l initiative des femmes. Si cette progression se poursuit sur le même rythme, les femmes pourraient à l horizon 2010 représenter 51,5 % des donneurs de sang. Les jeunes sont également fortement représentés En 2005, 9,4 % des ans se sont manifestés auprès de l Etablissement Français du Sang 34 % des donneurs et 67,2 % des nouveaux donneurs ont entre 18 et 29 ans. Moins accaparés par leur vie professionnelle et familiale, ceux-ci passent plus rapidement à l acte que leurs aînés mais ne renouvellent que rarement leur geste à court terme. Les jeunes femmes, plus présentes dans cette catégorie de population, sont également plus fidèles. Des disparités selon les âges Jusqu à l âge de 30 ans, les femmes sont beaucoup plus nombreuses que les hommes à donner leur sang. Entre 30 et 39 ans, c est la stricte parité entre les donneurs. Au-delà, les hommes reprennent nettement le dessus. La proportion des femmes qui donnent leur sang diminue avec l âge, sous l effet des contre-indications qui leur sont propres, et en particulier des maternités. 1 Etude réalisée par Louis Harris pour l EFS

6 Le nombre moyen de dons évolue plus fortement chez les hommes que chez les femmes Les dons moyens annuels : la constance des aînés Pour les hommes comme pour les femmes, le nombre moyen de dons augmente avec l âge. Bien souvent unique vers ans, il croît régulièrement chez nos aînés pour atteindre 1,9 par an en 2005 sur la tranche ans. La moitié nord de la france, championne du don de sang! Les départements de la moitié nord de la France - Nord, Pas-de-Calais, Saône-et-Loire, Haute-Saône, Côte d Or et Jura - enregistrent les plus forts taux de don avec un don moyen annuel supérieur ou égal à 2 pour les hommes (moyenne nationale de 1,7). Le don moyen féminin annuel est quant à lui supérieur à 1,6 (moyenne nationale de 1,4) dans le Jura, la Creuse, les Ardennes, le Nord et le Pas-de-Calais. Qui sont les nouveaux donneurs? Chaque année 22 % des donneurs font leur premier don. Les nouveaux donneurs, c est-à-dire ceux ou celles qui se présentent pour la première fois au don de sang et qui sont prélevés dans un établissement ou dans une collecte mobile, restent principalement des femmes et des jeunes. Ainsi en 2007, 54,9 % des nouveaux donneurs sont des femmes et 67,2 % sont des jeunes entre 18 et 29 ans. Parmi les ans, ce pourcentage diminue fortement puisqu on enregistre seulement 26,4 % des nouveaux donneurs. Malgré cet afflux régulier, le volume des dons de sang annuel évolue peu. Il apparaît donc que les nouveaux donneurs ne renouvellent pas leur geste, du moins dans l immédiat. Les principales motivations au don de sang Les régions du Nord et de l Est de la France sont particulièrement sensibles au don de sang. Pour 60% de ceux qui envisagent de donner et notamment pour les plus jeunes, le don de sang est avant tout un geste de solidarité. Les raisons liées davantage au sentiment général que l on manque de sang, ou la motivation plus individuelle concernant les besoins spécifiques d un proche, sont plus présentes chez les femmes et sur la catégorie des 25/49 ans. 6

7 Les hommes et les 35/49 ans déclarent donner par habitude. Les objectifs de l EFS en 2007 Fort de tous ces enseignements, l EFS s est fixé deux grands objectifs en 2007 : convaincre de nouveaux donneurs (et prioritairement les hommes) de passer à l acte, et surtout fidéliser ceux qui sont déjà venus pour qu ils donnent au moins deux fois par an. Les freins identifiés Donner son sang ne comporte aucun risque pour le donneur. Dans leur immense majorité, les Français font d ailleurs confiance aux procédures rigoureuses mises en place par l Etablissement Français du Sang et n ont pas de doute quant à leur sécurité. Les freins sont donc à chercher ailleurs. La cause avancée par 51% des Français qui n ont jamais ou n envisagent pas de donner leur sang est leur état de santé : ainsi, 56% des femmes et 66% des plus de 50 ans mettent en avant ce frein qui ne leur permettrait pas de passer à l acte. Parmi les autres raisons invoquées : La crainte de la piqûre, citée par 17% des non donneurs, et plus souvent invoquée par les femmes. Cette crainte semble partagée par les plus jeunes générations et s atténue au-delà de 50 ans. Le manque de temps, plus souvent exprimé par les hommes, sans doute parce qu ils sont proportionnellement plus nombreux à exercer une activité professionnelle. Cette raison est également invoquée à 25% par la catégorie des ans. La méconnaissance des lieux de collectes, qu ils soient fixes ou mobiles, n apparaît pas comme un obstacle au don de sang puisque seul 2% des non-donneurs disent leur ignorance sur ce point. Enfin, il est surprenant de noter que près d 1 non-donneur sur 10 ne sait pas pourquoi il ne donne pas! Il n est donc pas impossible de les convaincre un jour. Répartition du don en France Il y a en France chaque année environ personnes qui donnent leur sang. Entre 2002 et 2005, ce nombre a stagné. Si le nombre de prélèvements a augmenté chez les jeunes, il a fortement baissé sur les ans. Ainsi, on estime que le nombre annuel de dons pourrait diminuer de à l horizon 2010 si aucune politique de relance n était mise en œuvre. 7

8 C est à Paris et dans le Sud-Ouest que l on est proportionnellement plus nombreux à avoir déjà donné son sang mais ce sont également dans ces régions que l on compte le moins de renouvellement du don. Paradoxalement, on trouve autant de donneurs dans les régions les plus rurales que dans les zones urbanisées. 8

9 III- Donner son sang : partout en France, c est possible! Les quatre étapes du don Quel que soit le lieu de la collecte (collecte mobile ou site fixe), le don de sang se déroule en quatre étapes selon l arrêté ministériel du 10 septembre 2003 qui définit les bonnes pratiques transfusionnelles : L inscription administrative Cette première étape permet de recueillir les renseignements nécessaires pour constituer le dossier du donneur. Celui-ci doit se munir d un document mentionnant son identité. L entretien médical Le saviez-vous? Les soins dentaires entraînent souvent un passage de microbes dans le sang et nécessitent un délai d attente de 3 à 10 jours. Confidentiel et couvert par le secret médical, l entretien médical préalable constitue une des étapes capitales du processus de don de sang (ou de la sécurité transfusionnelle). Donner son sang ne présente aucun risque si le donneur est en bonne santé. Par ses questions, le médecin cherche ainsi à déceler tous les éléments qui pourraient compromettre la santé du donneur (par exemple l hypertension artérielle) et celle du receveur (risques de transmission d une maladie infectieuse). Ne pas mentionner une information sur son état de santé, son mode de vie ou ses pratiques sexuelles revient immanquablement à risquer de mettre en péril sa santé mais aussi la santé du malade qui recevra le sang. Le prélèvement L acte de don de sang dure en moyenne 10 minutes. À l issue de l entretien préalable avec le médecin, le donneur, déclaré apte au don, passe dans la salle de prélèvements où il est pris en charge par le personnel infirmier. Celui-ci prélève quelques tubes échantillons sur lesquels seront effectués des analyses et des tests de dépistage. Il procède ensuite au prélèvement de sang lui-même (entre 400 et 450 ml). Le temps du repos et de la collation Après le don, le donneur reste sous l'œil vigilant des infirmières. Une collation lui est offerte avant de quitter le lieu de collecte. Il convient de respecter un délai de 8 semaines entre chaque don de sang total. 9

10 Que devient le sang collecté? Une fois le sang collecté, une phase de préparation et une phase de qualification sont réalisées par l EFS : o La phase de préparation Dès son arrivée sur le plateau de préparation des produits sanguins, les différents composants du sang sont séparés par centrifugation pour obtenir : du plasma qui contient de nombreuses protéines (comme l albumine et les immunoglobulines), est congelé et a une durée de vie de 1 an. des globules rouges- Ils apportent l oxygène aux organes et aux muscles, sont conservés à 4 degrés et pourront être utilisés pendant 42 jours. des plaquettes Celles-ci traitent les hémorragies. Elles sont très fragiles et ne conservent que 5 jours, à température ambiante (22 ). Les différents concentrés obtenus font l objet d un enregistrement informatique, d un étiquetage et d un conditionnement. o La phase de qualification Parallèlement, les tubes issus des dons de sang sont orientés vers les laboratoires de l EFS pour définir le groupe sanguin de chaque prélèvement et réaliser les tests sérologiques nécessaires permettant de prévenir la transmission de maladies infectieuses (virus, bactéries, parasites). Les produits sanguins dont la qualité est ainsi garantie sont ensuite délivrés aux patients selon les besoins. Qui peut donner son sang? Un 1 er don de sang ne peut se faire après 60 ans. Toutes les personnes âgées de 18 à 65 ans peuvent donner leur sang. Il suffit d être en bonne santé et de ne pas avoir été dans une situation à risques (voyages dans certains pays étrangers, rapports sexuels non protégés ) dans les mois précédant le don. Les soins dentaires et la prise certains médicaments peuvent entraîner une contre-indication temporaire au don de sang. Le don de sang s effectue exclusivement dans des sites fixes de l Etablissement Français du Sang ou lors de collectes mobiles organisées dans les entreprises, les communes, les administrations et les universités de toutes les régions. 10

11 le site incontournable des donneurs Complet et pratique, le site de l Etablissement Français du sang recense tous les sites de collecte fixe rubrique «où donner?» mais également les collectes mobiles organisées dans chaque département en France. Pour chacune, des renseignements précis (dates, lieu, horaires, coordonnées téléphoniques) sont mis à la disposition des internautes. Le site délivre également de nombreuses informations sur le don de sang, son utilité, et le déroulement d un prélèvement. 11

12 Annexe 1 Donner son sang : 10 idées reçues à combattre 1- Donner mon sang me prendrait trop de temps, je suis trop occupé(e) Faux, l acte lui-même ne dure que 8 à 10 minutes. Si l on ajoute le temps de l entretien préalable avec le médecin, et le temps de repos qui suit le prélèvement, le don de sang total prend au total entre 30 et 45 minutes. 2- La piqûre est un acte douloureux. Cela m effraie! Plutôt Faux, personne n'aime les piqûres mais l origine de la peur est le plus souvent irrationnelle. Il suffit de détourner son attention pendant l acte, par exemple, en conversant avec l infirmier(e) qui vous prend en charge. 3- Je cours un risque pour ma santé, la sécurité de ce type d acte n est pas garantie Faux, le matériel de prélèvement utilisé (aiguille, tubes, poches) est stérile et à usage unique. Donner son sang ne présente absolument aucun risque. 4- Je n ai pas d endroit à proximité de chez moi pour donner mon sang Faux, l Etablissement Français du Sang propose 173 sites fixes de collecte répartis sur l ensemble du territoire français ; collectes mobiles ont également lieu chaque année. Il suffit de renseigner sur le site ou par téléphone au Il faut être à jeun pour donner son sang. C est contraignant. Faux, au contraire, il vaut mieux avoir pris un repas léger en évitant matières grasses et boissons alcoolisées. Une collation vous sera servie ensuite! 6- On est fatigué après avoir donné son sang. Faux, chez une personne en bonne santé, cela n'entraîne aucun inconvénient. Après avoir donné son sang, l organisme est capable de reconstituer le stock de cellules sanguines. Le plasma et les plaquettes se régénèrent en quelques heures. Pour les globules rouges, il faut plusieurs jours (une quinzaine généralement) car la moelle osseuse libère les globules rouges progressivement à partir de «cellules précurseurs». 7- J ai déjà donné cette année. J attends l année prochaine avant de redonner mon sang, sinon ma santé court un risque! Faux, il n'y a aucun inconvénient à donner plus d une fois par an et pendant de très longues années. De nombreux donneurs de sang bénévoles ont donné pendant plus de 40 ans sans aucun effet secondaire. 12

13 8- Je donnerai mon sang si l un de mes proches en a besoin. Pour l instant ce n est pas le cas Faux, pour des raisons éthiques et médicales, le don dirigé est interdit en France. L'anonymat est un principe fondamental du don du sang, le donneur ne connaît pas le malade qui recevra son sang et vice-versa. 9- Il y a suffisamment de donneurs en France ; je ne donnerai qu en cas de pénurie ou d alerte! Faux, l Etablissement Français du Sang est en permanence en quête de dons supplémentaires. Pour répondre aux besoins, en 2007, l EFS estime qu il faudrait dons supplémentaires chaque semaine! 10- Il faudrait que je puisse m absenter de mon bureau pour cela. Cela n est pas évident! Faux, il est tout à fait possible de demander l autorisation de s absenter à son employeur pendant les heures de travail puis fournir un justificatif de votre don de sang. 13

14 Annexe 2 Etablissement Français du Sang L Etablissement Français du Sang est un établissement public de l Etat, placé sous la tutelle du ministère de la santé et des solidarités. Il rassemble personnes réparties sur 175 sites transfusionnels. Son budget prévisionnel est de 660 millions d euros. Il est composé d un siège et de 18 établissements qui assurent les activités de transfusion sanguine dans toute la France : activités de prélèvement du sang et de ses composants, de préparation, de qualification des produits sanguins labiles et de leur distribution aux établissements de santé, ainsi que les activités associées. Un siège national (environ 125 personnes) définit les orientations générales et assure le pilotage stratégique de l établissement. 18 établissements régionaux chargés de gérer dans chaque région les activités de transfusion sanguine. Chaque établissement est composé d une direction, d un ou plusieurs plateaux techniques de préparation et de qualification des PSL et de sites où sont assurés notamment le prélèvement et la distribution. Ils sont dotés de conseils d établissement chargés d émettre des avis à la demande des directeurs sur les prévisions et réalisations des recettes et dépenses, le projet d établissement, la politique locale de promotion du don et les projets de partenariats de l établissement. L Etablissement Français du Sang est un acteur de santé publique : qui développe une solidarité entre les régions déficitaires et les régions excédentaires pour assurer l autosuffisance nationale, qui garantit, tout au long de la chaîne qui lie le donneur au receveur la sécurité transfusionnelle, à travers l application des bonnes pratiques transfusionnelles régissant les activités de transfusion sanguine (prélèvement, préparation, qualification et distribution), qui assure la cohérence de l ensemble du réseau transfusionnel, qui renforce la veille sanitaire autour de son réseau d hémovigilance, qui développe des partenariats avec les établissements hospitaliers dans le domaine des activités associées à la transfusion (banques de tissus, laboratoires de biologie moléculaire, activités de soins, thérapie cellulaire ), qui augmente ses efforts de recherche et en assurant une veille technologique et scientifique. 14

L affiche de la campagne de rentrée 2015

L affiche de la campagne de rentrée 2015 L affiche de la campagne de rentrée 2015 2 «Je donne mon sang, tu donnes ton sang, il est soigné» CAMPAGNE DE RENTREE Tandis que les vacances d été arrivent à leur terme, les franciliens reprennent progressivement

Plus en détail

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE L Établissement Français du Sang, est l unique opérateur civil de la transfusion sanguine en France. Sa mission première

Plus en détail

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Page d accueil de la rubrique avec un point sur les besoins en sang de la région Page 2 Pourquoi

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

Campagne 1er trimestre 2014 : votre kit de communication

Campagne 1er trimestre 2014 : votre kit de communication Campagne 1er trimestre 2014 : votre kit de communication Le Lundi 20 janvier, la campagne de mobilisation de ce début d année de l Etablissement Français du Sang a été lancée : «Je donne mon sang, tu donnes

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Guide des dons Sang, plasma, plaquettes... et vous, que donnerez-vous? Le don de sang, un geste incontournable En donnant votre sang, vous aidez par exemple une femme qui a perdu beaucoup de sang lors

Plus en détail

Présentation EFS Institut Régional de Formation Sanitaire et Social Auvergne

Présentation EFS Institut Régional de Formation Sanitaire et Social Auvergne Présentation EFS Institut Régional de Formation Sanitaire et Social Auvergne Moulins le 19 septembre 2011 Le sang est un produit irremplaçable Aucun traitement ni médicament de synthèse ne peuvent encore

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Vous souhaitez donner votre sang? Un centre est prêt à vous accueillir près de chez vous... OÙ DONNER SON SANG? Pour connaître les sites de collecte de votre région, contactez votre Etablissement Français

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Sang, plasma, plaquettes... Le don de sang, un geste incontournable En donnant votre sang, vous aidez par exemple une femme qui a perdu beaucoup de sang lors de son accouchement à reprendre des forces,

Plus en détail

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse :

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse : Dossier de presse Le don de sang sur les lieux fixes de collecte Juin 2013 Contact presse : EFS Île-de-France Pôle Relations institutionnelles et communication d image Audrey Larquier : audrey.larquier@efs.sante.fr

Plus en détail

Comment se déroule un don de sang placentaire?

Comment se déroule un don de sang placentaire? Don de sang placentaire Le sang placentaire (appelé aussi sang de cordon car il se trouve dans le cordon ombilical) est le sang qui est issu du placenta. Il renferme une grande quantité de cellules souches

Plus en détail

Campagne JMDS 2015: Votre kit de communication pour la Journée Mondiale des Donneurs de Sang

Campagne JMDS 2015: Votre kit de communication pour la Journée Mondiale des Donneurs de Sang Campagne JMDS 2015: Votre kit de communication pour la Journée Mondiale des Donneurs de Sang La prochaine campagne de l EFS-IDF sera dédiée à la Journée Mondiale des Donneurs de Sang le 14 juin 2015. L

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie.

Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie. Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie. Qu est ce que le sang de cordon? Le sang de cordon (ou sang placentaire)

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse:

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse: La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison pour de nombreuses personnes atteintes de maladies graves du sang. Le don de moelle osseuse est un acte volontaire, anonyme et gratuit

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL SCIENCES ET TECHNIQUES SANITAIRES ET SOCIALES

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL SCIENCES ET TECHNIQUES SANITAIRES ET SOCIALES Session 2010 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL SCIENCES ET TECHNIQUES SANITAIRES ET SOCIALES Épreuve ÉCRITE Durée : 3 heures Coefficient : 7 L usage de la calculatrice

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

Photos des différents ingrédients

Photos des différents ingrédients 14 globules blancs (2 cuillères à soupe farine) participent à la défense contre les bactéries. plaquettes (2 cuillères à café pigment jaune) participent à la coagulation = bouchent les trous Photos des

Plus en détail

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille Guide de Mobilisation de cellules souches pour mon Autogreffe Carnet d informations et de suivi Carnets pour d informations le patient et sa et famille de suivi pour le patient et sa famille AVEC LE SOUTIEN

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder Le don de cellules souches M.Lambermont Pascale Van Muylder 1 Pourquoi avons-nous recours à la greffe de CSH? Certaines maladies causent la destruction ou un fonctionnement anormal de la moelle osseuse.

Plus en détail

Maladie de Willebrand. Informations et conseils

Maladie de Willebrand. Informations et conseils Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladie de Willebrand Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins.

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 201 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 15 décembre 2011 PROPOSITION DE LOI visant à permettre le don du sang pour les mineurs de plus de seize ans, PRÉSENTÉE

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS Le traitement de votre maladie nécessite une Chimiothérapie intensive. Cette chimiothérapie qui utilise de fortes doses de médicaments antimitotiques est plus efficace

Plus en détail

AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG

AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG CENTRE NATIONAL DE TRANSFUSION SANGUINE ---------------------------------- DIRECTION DE LA COMMUNICATION ET DE LA PROMOTION DU DON DE SANG AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG Pour vos dons et activités

Plus en détail

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Mars bleu Dossier de presse Ensemble mobilisons nous contre le Cancer colorectal! ADOC 11 Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Un dépistage organisé Le principe du dépistage est de détecter

Plus en détail

Établissement Français du Sang

Établissement Français du Sang Établissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES EFS Bourgogne Franche-Comté Rapport d activité 2011 www.etablissement-francais-du-sang.fr EFS

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples donneurs Le don d embryons Sommaire Le don d embryons, qu est-ce que c est? 2 Qui peut en bénéfi cier? Qui peut donner les embryons et

Plus en détail

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

Présentation. Le sang et le. don de sang Qui a besoin de sang? Le sang. La transfusion sanguine. Les étapes du don. Pourquoi donner son sang?

Présentation. Le sang et le. don de sang Qui a besoin de sang? Le sang. La transfusion sanguine. Les étapes du don. Pourquoi donner son sang? Présentation Le sang La transfusion sanguine Le sang et le Les étapes du don Pourquoi donner son sang? don de sang Qui a besoin de sang? 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs de sang

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

Les contre-indications au don de sang

Les contre-indications au don de sang Les contre-indications au don de sang Souvent, les donneurs s interrogent sur les raisons pour lesquelles tout le monde ne peut pas donner son sang. Le don de sang est une démarche d assistance à autrui,

Plus en détail

A BOURG-EN-BRESSE, les 3 clubs Rotary Revermont / Jacobins / Bourg-en-Bresse s unissent pour organiser avec l EFS, la 8 ème édition annuelle de

A BOURG-EN-BRESSE, les 3 clubs Rotary Revermont / Jacobins / Bourg-en-Bresse s unissent pour organiser avec l EFS, la 8 ème édition annuelle de Bourg-en-Bresse, vendredi 8 janvier 2016 MON SANG POUR LES AUTRES : L EFS et le Rotary se mobilisent pour sauver des vies! Depuis 18 années, les collectes Mon sang pour les autres rencontrent un franc

Plus en détail

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES SECTION 1 : Le comité de pilotage, de la qualité et de la certification 1. Composition Le comité

Plus en détail

drépanocytose Informations et conseils

drépanocytose Informations et conseils drépanocytose Informations et conseils Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins. Il contient des informations sur la maladie, ses complications et leur prévention.

Plus en détail

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse Nous avons tous un don qui peut sauver une vie D e v e n i r donneur de moelle osseuse Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? Pour des personnes atteintes de maladies graves du sang, la greffe

Plus en détail

Transfusion sanguine UHN. Information destinée aux patients sur les avantages, les risques et les autres options

Transfusion sanguine UHN. Information destinée aux patients sur les avantages, les risques et les autres options Transfusion sanguine Blood Transfusion - French Information destinée aux patients sur les avantages, les risques et les autres options UHN Quels sont les avantages d'une transfusion sanguine? La transfusion

Plus en détail

Pourquoi donner? sang. plasma. plaquettes. sang. sang. sang. sang du plaquettes. sang. sang. cordon ombilical. plaquettes plaquettes.

Pourquoi donner? sang. plasma. plaquettes. sang. sang. sang. sang du plaquettes. sang. sang. cordon ombilical. plaquettes plaquettes. Pourquoi donner? plasma plasma du cordon ombilical plasma du cordon ombilical plasma Le don du, un geste indispensable En donnant votre, vous pouvez aider par exemple une femme qui a perdu beaucoup de

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

DIRECTIVE ADMINISTRATIVE EXPLOITATION

DIRECTIVE ADMINISTRATIVE EXPLOITATION Politique de gestion de l inventaire et des retours des Présentée par : Sylvie Thibault Directrice des relations avec les centres hospitaliers Autorisée pour publication par : Guy Lafrenière Vice-président

Plus en détail

Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie.

Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie. Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie. SIREN 508 945 359 - Photographe : Benoit Rajau, Gil Lefauconnier et Thierry

Plus en détail

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé Don de moelle osseuse Engagez-VOUS pour la vie 1 Pourquoi devenir veilleur de vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie.

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Dire oui au don d organes, c est donner l accord de son vivant, à un éventuel prélèvement après son décès. Ce livret est destiné à fournir les informations

Plus en détail

Établissement Français du Sang

Établissement Français du Sang Établissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES EFS Pays de la Loire Rapport d activité 2011 www.etablissement-francais-du-sang.fr EFS Pays de

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes Cristal L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes 1 2 Cristal est un outil de travail informatique développé par l Agence de la biomédecine et mis à la disposition de tous

Plus en détail

5 ème conférence sur la Qualité dans les Services Publics en Europe. LE CAF EN FRANCE Lundi 20 Octobre 2008

5 ème conférence sur la Qualité dans les Services Publics en Europe. LE CAF EN FRANCE Lundi 20 Octobre 2008 5 ème conférence sur la Qualité dans les Services Publics en Europe LE CAF EN FRANCE Lundi 20 Octobre 2008 Retour d expérience - Lancement d une démarche CAF à l EFS Muriel Freyssinet et Antoine Bastin

Plus en détail

Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle?

Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle? Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle? 3 ème réunion Inter-régionale d Hémovigilance du Nord de France Amiens - le 24 Novembre 2009 Docteur Elisabeth COQUIN

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

Les donneurs bénévoles constituent un élément fondamental et précieux du système d approvisionnement en sang. Le donneur doit :

Les donneurs bénévoles constituent un élément fondamental et précieux du système d approvisionnement en sang. Le donneur doit : 1 : DU DONNEUR AU RECEVEUR UN OUVRAGE SUR L ACTIVITÉ TRANSFUSIONNELLE AU CANADA Robert Barr et Ted Alport Le système canadien d approvisionnement en sang est complexe, solidement intégré et rigoureusement

Plus en détail

Massage et cancer Partie 1

Massage et cancer Partie 1 http://blog.cliniquealtermed.com/massage et cancer partie 1/407 Massage et cancer Partie 1 Publié le 5 septembre 2011 par Johanne Roussy Au cours de ma pratique, j entends souvent de nombreux commentaires

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder?

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder? ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE Y-a-t-il moins de sociétés à céder? La mise en place du financement est-elle toujours stricte? Les repreneurs sont-ils plus motivés?

Plus en détail

Établissement Français du Sang

Établissement Français du Sang Établissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES EFS Lorraine Champagne Rapport d activité 2011 www.etablissement-francais-du-sang.fr EFS Lorraine

Plus en détail

Comprendre la formule sanguine complète (FSC)

Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Notre mission Ce que vous devez savoir Dispensateur de services de première ligne et de services spécialisés, le CSSS du Suroît a la responsabilité de maintenir

Plus en détail

Etablissement Français du Sang Clubs Rotary du Grand Toulouse

Etablissement Français du Sang Clubs Rotary du Grand Toulouse Etablissement Français du Sang Clubs Rotary du Grand Toulouse DOSSIER DE PRESSE Mon Sang Pour Les Autres Du 22 au 25 janvier 2014 Au Capitole Contacts presse : Rotary Jean Claude BROCART 06 09 18 36 19

Plus en détail

L importance du don de sang. Devenez ambassadeur du don de sang dans votre communauté! DONNEZ DU SANG. DONNEZ LA VIE.

L importance du don de sang. Devenez ambassadeur du don de sang dans votre communauté! DONNEZ DU SANG. DONNEZ LA VIE. L importance du don de sang Devenez ambassadeur du don de sang dans votre communauté! DONNEZ DU SANG. DONNEZ LA VIE. Saviez-vous que > Toutes les 80 secondes, une personne a besoin de sang au Québec! >

Plus en détail

Le principe de la fécondation in vitro. 7. La fécondation in vitro (FIV)

Le principe de la fécondation in vitro. 7. La fécondation in vitro (FIV) La technique de la fécondation in vitro* est apparue il y a près de 30 ans. Seuls des cas très précis et limités peuvent bénéficier de ce traitement lourd, qui nécessite en particulier une courte hospitalisation

Plus en détail

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre établi à partir des sources suivantes: 2010 - Données transmises par la Direction

Plus en détail

LA SECURITE TRANSFUSIONNELLE LE CADRE LEGAL HEMOVIGILANCE DOSSIER TRANSFUSIONNEL LES EXAMENS IMMUNOHEMATOLOGIQUES RECEPTION

LA SECURITE TRANSFUSIONNELLE LE CADRE LEGAL HEMOVIGILANCE DOSSIER TRANSFUSIONNEL LES EXAMENS IMMUNOHEMATOLOGIQUES RECEPTION LA SECURITE TRANSFUSIONNELLE LE CADRE LEGAL HEMOVIGILANCE DOSSIER TRANSFUSIONNEL LES EXAMENS IMMUNOHEMATOLOGIQUES RECEPTION Être responsable Se reconnaître auteur incontestable de ses actes et en assumer

Plus en détail

Fiche d information pour les donneuses de sang de cordon Public Cord Blood Bank Switzerland

Fiche d information pour les donneuses de sang de cordon Public Cord Blood Bank Switzerland Fiche d information pour les donneuses de sang de cordon Public Cord Blood Bank Switzerland Il est connu de longue date que le sang de cordon des nouveau-nés contient une quantité relativement élevée de

Plus en détail

Don du sang Lisieux Une première en Normandie

Don du sang Lisieux Une première en Normandie DOSSIER DE PRESSE : Don du sang Lisieux Une première en Normandie SOMMAIRE : Une opération unique en Normandie : page 3 Les différents acteurs : page 4 L association «Don du Sang de Lisieux» : page 5 Page

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé

Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé Sondage Viavoice pour le Groupe Pasteur Mutualité VIAVOICE «Mieux comprendre l opinion pour agir» Études et conseil en opinions 9 rue Huysmans

Plus en détail

Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle

Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle Anomalie à l ETS Anomalie à l ETS Identification donneur sélection homonyme à l accueil collecte sélection homonyme

Plus en détail

Conduire en étant fatigué est beaucoup moins dangereux que conduire sous l influence d alcool.

Conduire en étant fatigué est beaucoup moins dangereux que conduire sous l influence d alcool. Dossier : fatigue Introduction S endormir au volant peut être fatal. Pourtant, de nombreux conducteurs continuent à conduire alors qu ils se sentent fatigués. Ils pensent pouvoir chasser le sommeil qui

Plus en détail

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Partenaires pour la santé, partenaires pour la vie! «Il faut accompagner ta femme à l hôpital! Si tu le fais, c est bien pour la santé de vos enfants,

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

La participation de votre enfant à l étude Esteban. www.esteban.invs.sante.fr

La participation de votre enfant à l étude Esteban. www.esteban.invs.sante.fr La participation de votre enfant à l étude Esteban www.esteban.invs.sante.fr Esteban est une nouvelle étude nationale qui porte sur plusieurs aspects de la santé : l exposition à certaines substances de

Plus en détail

Guide Classes CM1-CM2

Guide Classes CM1-CM2 Guide Classes CM1-CM2 Vous souhaitez monter un projet d information, un événement, une action en soutien à une association? L association Laurette Fugain a besoin de vous! SOMMAIRE Présentation de l association

Plus en détail

TIREZ LE MAXIMUM DE VOS DONS DE SANG.

TIREZ LE MAXIMUM DE VOS DONS DE SANG. TIREZ LE MAXIMUM DE VOS DONS DE SANG. FAITES UN DON PAR APHÉRÈSE. Date d entrée en vigueur : Juillet 2009 RDS-SPE-507, version 1 ( version PDF ) QU EST-CE QUE LE DON PAR APHÉRÈSE? L aphérèse est un procédé

Plus en détail

Samedi 26 janvier 2013 à la Salle des fêtes de Bourg-en-Bresse (place de la grenette) de 9h à 17h30

Samedi 26 janvier 2013 à la Salle des fêtes de Bourg-en-Bresse (place de la grenette) de 9h à 17h30 Bourg en Bresse, mercredi 9 janvier 2013 Action nationale : Mon sang pour les autres L EFS et le Rotary se mobilisent pour sauver des vies! Chaque année depuis 15 années, les collectes Mon sang pour les

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF)

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Réalisé par le Service Etudes et Diagnostics de Sodie

Plus en détail

Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine

Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine XIème CONGRES NATIONAL 1ère JOURNEE DES INFIRMIERS EN HEMATOLOGIE 24-25 - 26 Avril 2014 Sheraton, Alger Dr N Ferroudj. Pr S Nekkal. Pr M Belhani CHU Béni

Plus en détail

USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - DES DEPISTAGES PLUS PERFORMANTS ET RAPIDES

USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - DES DEPISTAGES PLUS PERFORMANTS ET RAPIDES Les conditions de dépistage de l alcoolémie par les différents corps de contrôle sont connues de tous. Rapides et sans équivoque, les dépistages permettent de constater rapidement si un conducteur est

Plus en détail

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES,

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES, CFDT 2008 Enquête Santé L enquête CFDT sur la santé des français s est déroulée dans 4 régions (Ile de France, Lorraine, Pays de la Loire, et Bretagne) entre mars et septembre 2008, auprès d un échantillon

Plus en détail

Don de moelle osseuse

Don de moelle osseuse Don de moelle osseuse c est ma chance vous! Agence relevant du ministère de la santé Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de

Plus en détail

LE TYPAGE HLA. Première étape vers la greffe apparentée. Pour vous, pour la vie

LE TYPAGE HLA. Première étape vers la greffe apparentée. Pour vous, pour la vie LE TYPAGE HLA Première étape vers la greffe apparentée Pour vous, pour la vie Introduction Une personne de votre famille a besoin d une allogreffe de cellules souches, aussi connue sous le nom de greffe

Plus en détail

Aspects réglementaires en sécurité transfusionnelle et hémovigilance

Aspects réglementaires en sécurité transfusionnelle et hémovigilance Aspects réglementaires en sécurité transfusionnelle et hémovigilance Georges Andreu Institut National de la Transfusion Sanguine 1 Quelques notions juridiques de base - 1 Communauté Européenne Règlement

Plus en détail

Guide sur les traitements Programme-clientèle d oncologie Pour vous, pour la vie

Guide sur les traitements Programme-clientèle d oncologie Pour vous, pour la vie UNITÉ D APHÉRÈSE Guide sur les traitements Programme-clientèle d oncologie Pour vous, pour la vie L aphérèse est une technique servant à extraire et séparer les éléments figurés du sang, soit pour la préparation

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

Helsana Case Management

Helsana Case Management «Après mon accident de voiture, j ai tout de suite su que mon avenir professionnel serait remis en question. Cela m a encore plus affecté que l accident lui-même. Helsana Case Management Grâce au case

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? La vaccination n est pas seulement pour les enfants. Les adultes

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

donateurs actualité et enquêtes de L engagement bénévole des seniors Innovation Bénévolat Engagement seniors Fundraising tendance Image société pour

donateurs actualité et enquêtes de L engagement bénévole des seniors Innovation Bénévolat Engagement seniors Fundraising tendance Image société pour donateurs enquêtes de société pour des expertises Innovation Bénévolat Engagement seniors études et opi Comportement associations Fundraising méthodologie L engagement bénévole des seniors -de 50 à 65

Plus en détail

Le guide-santé du sportif

Le guide-santé du sportif que son rôle est lié à l apparition d un cancer, d une résistance ou d une potentialité métastasique, nous allons fabriquer des médicaments qui vont bloquer le rôle du gène. Ce n est plus le napalm qui

Plus en détail

Bienvenue chez votre pharmacien

Bienvenue chez votre pharmacien Bienvenue chez votre pharmacien En première ligne Le pharmacien Prestataire de soins à part entière, le pharmacien occupe aujourd hui une place centrale au cœur de notre système de santé. Disponible sans

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail