GUIDE PRATIQUE. pour les maladies transmissibles. -à destination des écoles et établissements scolaires du Doubs- Décembre 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE PRATIQUE. pour les maladies transmissibles. -à destination des écoles et établissements scolaires du Doubs- Décembre 2012"

Transcription

1 GUIDE PRATIQUE pour les maladies transmissibles -à destination des écoles et établissements scolaires du Doubs- Décembre 2012 Service médical de Santé Scolaire du Doubs

2 1 INTRODUCTION Il faut rappeler que pour tout enfant malade, la fréquentation de la collectivité durant la phase aiguë de la maladie infectieuse n est pas souhaitable, et ce même si cette pathologie ne justifie pas elle-même une éviction. La fièvre, la fatigue, les vomissements ne permettent pas à un enfant une scolarisation dans des conditions acceptables. La priorité est alors au repos et aux soins. Il faut rappeler également que l application de règles d hygiène dans une collectivité d enfants est primordiale, et que lorsqu on est confronté à une maladie contagieuse, les mesures habituellement prises doivent être renforcées (voir chapitre «hygiène en milieu scolaire»). Nous vous proposons dans ce guide de traiter les maladies les plus courantes et pour lesquelles vous pouvez être amenés à prendre des mesures particulières. Pour chaque pathologie, il existe une fiche récapitulative. L usage des affichettes contenues dans ce guide est à destination des écoles maternelles et primaires. Elles ne sont pas adaptées aux établissements secondaires. Bien entendu le Service de Santé Scolaire reste à votre disposition lorsque cela est nécessaire pour traitement des situations ou informations complémentaires. Coordonnées du service : Direction des Services Départementaux de l Education Nationale du Doubs Service de Santé Scolaire 26 avenue de l Observatoire BESANÇON CEDEX Courriel :

3 2 MESURES D HYGIENE EN MILIEU SCOLAIRE L application des règles d hygiène garde une place essentielle dans la prévention des maladies transmissibles en collectivité pour lutter contre les sources de contamination et réduire les moyens de transmission. Un rappel régulier de la bonne pratique des règles d hygiène est nécessaire. Les mesures d hygiène portent sur l hygiène alimentaire, l hygiène des locaux, du matériel, du linge et l hygiène individuelle. Une application rigoureuse de ces mesures permet de s opposer à la propagation des agents infectieux. Elles doivent s appliquer au quotidien, en dehors même d infection déclarée. Les mesures d hygiène sont d autant plus importantes que l établissement accueille des jeunes enfants. La survenue d une maladie transmissible dans la collectivité doit être l occasion de revoir ces mesures et leur application pour prévenir des cas secondaires ou une épidémie. MESURES PREVENTIVES D HYGIENE 1) Hygiène des locaux, du matériel, du linge, de l alimentation : Nettoyage quotidien des surfaces lavables sans omettre les robinets, poignées de porte, chasse d eau, loquets selon les méthodes préconisées, et approvisionnement en continu de papier de toilette. Vidage quotidien des poubelles et autres conditionnements recommandés selon la nature des déchets. De plus, dans les crèches, maternelles et autres communautés s occupant de jeunes enfants : - nettoyage quotidien des pots qui doivent être individuels, - changement du linge dès que nécessaire. Les bavettes ou serviettes seront individuelles, - lavage quotidien de matériels ou de jouets, - lavage régulier des peluches. Respects scrupuleux des règles d hygiène alimentaire dans la préparation et la distribution des repas.

4 3 2) Hygiène individuelle : Le lavage des mains est un temps essentiel car la contamination manu portée est responsable de nombreuses infections : - il doit être répété très souvent dans la journée, particulièrement avant un contact avec un aliment, avant chaque repas, avant et après chaque change, - il est à renouveler chaque fois qu il y a un contact avec un produit corporel (selles, urine et autre liquide corporel), - le lavage des mains se fait avec un savon liquide ou une solution hydroalcoolique, - les ongles doivent être coupés courts et brossés régulièrement avec une brosse nettoyée et rincée, - le séchage des mains doit être soigneux, de préférence avec des serviettes en papier jetables ou par un système automatique d air chaud, - le lavage des mains des enfants doit être pratiqué avant chaque repas, après le passage aux toilettes, après la manipulation d objets possiblement contaminés (terre, animal ). L éducation des enfants sur l importance de l hygiène corporelle individuelle est un temps essentiel

5 4 MESURES RENFORCEES D HYGIENE EN CAS DE MALADIES CONTAGIEUSES DANS L ETABLISSEMENT ACCUEILLANT DES ENFANTS 1) Mesures d hygiène pour les pathologies dues à une contamination par les selles : Lavage soigneux des mains qui demeure un moyen essentiel de prévention de la transmission de l infection. Manipulation de tout objet souillé par les selles avec des gants jetables. Les placer dans des sacs hermétiques fermés, afin qu ils soient lavés, désinfectés ou jetés. Dans les crèches et maternelles, nettoyage soigneux des matelas de change ou de lit souillés 2) Mesures d hygiène pour les pathologies dues à une contamination par les sécrétions respiratoires : Lavage soigneux des mains qui demeure un moyen essentiel de prévention de la transmission de l infection. Nettoyage soigneux des sécrétions nasales avec des mouchoirs en papier à usage unique jetés dans une poubelle recouverte d un couvercle. Lavage soigneux des surfaces, jouets et autres objets présents dans les lieux fréquentés par l enfant malade. 3) Mesures d hygiène pour les pathologies dues à une contamination à partir de lésions cutanées : Lavage soigneux des mains qui demeure un moyen essentiel de prévention de la transmission de l infection. Utilisation de gants jetables à usage unique pour effectuer les soins d une lésion cutanée (plaie sanglante, plaie infectée, impétigo ) Les gants doivent être retirés et jetés avant de toucher tout autre objet (cahier, crayon, téléphone ) La lésion cutanée doit être protégée par un pansement. En cas de conjonctivite, nettoyage de chaque œil avec une nouvelle compresse qui doit être jetée dans une poubelle munie d un couvercle.

6 5 Pour les infections du cuir chevelu (teigne, poux, impétigo ) lavage soigneux des taies d oreiller et objets utilisés pour coiffer l enfant (peigne, brosse). Pour les verrues plantaires, nettoyage soigneux des sols et des tapis de gymnastique sur lesquels les enfants sont pieds nus. 4) Mesures d hygiène pour les pathologies dues à une contamination par du sang ou d autres liquides biologiques infectés : Lors de soins dispensés en cas de plaie : lavage des mains, puis, port de gants, désinfections des surfaces souillées avec de l eau de javel diluée au 1/10 e, nettoyage soigneux du matériel avec de l eau de javel diluée au 1/10 e, en cas de contact avec la peau, nettoyage immédiat à l eau et au savon, rinçage puis désinfection avec un dérivé chloré (ex : solution de Dakin) ou de l alcool à 70, en cas de contact avec une muqueuse, rinçage abondant au sérum physiologique ou avec de l eau.

7 6 PATHOLOGIES NECESSITANT DES MESURES PARTICULIERES LA CONJONCTIVITE p. 7 LA COQUELUCHE p. 9 LA DIPHTERIE p. 11 LA GALE p. 13 LA GASTRO-ENTERITE A SHIGELLES p. 15 L HEPATITE A p. 17 L HERPES p. 19 L IMPETIGO p. 21 LE MEGALERYTHEME EPIDEMIQUE (5 ème maladie) p. 23 LA MENINGITE BACTERIENNE p. 25 LA MENINGITE VIRALE p. 26 LES OREILLONS p. 28 LA PEDICULOSE DU CUIR CHEVELU p. 30 LA ROUGEOLE p. 32 LA RUBEOLE p. 34 LA SCARLATINE p. 36 LA TEIGNE DU CUIR CHEVELU p. 38 LA TUBERCULOSE p. 40 LA VARICELLE p. 42 LES VERRUES p. 44

8 7 LA CONJONCTIVITE Réservoir - Homme malade Mode de contamination - Par contact direct le plus souvent - Par contact indirect parfois Mesures d hygiène - Renforcement des mesures d hygiène Mesures à prendre dans la collectivité Mesures préventives - Recommander au sujet malade de consulter son médecin traitant le plus rapidement possible devant toute conjonctivite Eviction - Non

9 8 INFORMATION AUX PARENTS Un cas de CONJONCTIVITE a été signalé dans l école Un renforcement des mesures d hygiène est mis en place Si votre enfant présente des signes oculaires, consultez votre médecin traitant DIRECTION DES SERVICES DEPARTEMENTAUX DE L EDUCATION NATIONALE DU DOUBS - SERVICE DE SANTE SCOLAIRE 26 avenue de l Observatoire BESANÇON CEDEX Tél. : / Télécopieur :

10 9 LA COQUELUCHE Réservoir - Homme malade Mode de contamination - Par contact direct Mesures d hygiène - Application des mesures d hygiène Mesures à prendre dans la collectivité Mesures préventives - Informer le personnel des collectivités d enfants et les parents de l existence de cas dans la collectivité - Prévenir le médecin de l Education Nationale pour vérification et mise à jour des vaccinations - Chaque membre du personnel consultera son médecin pour avis - Recommander aux personnes ayant une toux persistante de plus de 7 jours ou apparaissant dans les 21 jours de consulter un médecin Eviction - Oui pendant 5 jours après le début du traitement

11 10 INFORMATION AUX PARENTS Un cas de COQUELUCHE a été signalé dans l école Le contrôle des vaccinations sera effectué par le Service de Santé Scolaire Si votre enfant tousse depuis plus de 7 jours, consultez votre médecin traitant DIRECTION DES SERVICES DEPARTEMENTAUX DE L EDUCATION NATIONALE DU DOUBS - SERVICE DE SANTE SCOLAIRE 26 avenue de l Observatoire BESANÇON CEDEX Tél. : / Télécopieur :

12 11 LA DIPHTERIE Réservoir - L homme malade le plus souvent - L homme porteur sain Mode de contamination - Par contact direct Mesures d hygiène - Application des mesures d hygiène Mesures à prendre dans la collectivité Mesures préventives - Prévenir le médecin de l Education Nationale pour vérifier les vaccinations Eviction - Oui retour avec présentation d un certificat médical du médecin traitant attestant la guérison

13 12 INFORMATION AUX PARENTS Un cas de DIPHTERIE a été signalé dans l école Le contrôle des vaccinations sera effectué par le Service de Santé Scolaire DIRECTION DES SERVICES DEPARTEMENTAUX DE L EDUCATION NATIONALE DU DOUBS - SERVICE DE SANTE SCOLAIRE 26 avenue de l Observatoire BESANÇON CEDEX Tél. : / Télécopieur :

14 13 LA GALE Réservoir - Homme malade Mode de contamination - Par contact direct en général prolongé Mesures d hygiène - Lavage des draps, serviettes, vêtements en machine - Désinfection éventuelle des locaux à voir avec le médecin de l Education Nationale - Application stricte des mesures d hygiène : port de gants jetables pour manipuler les objets potentiellement contaminés Mesures à prendre dans la collectivité - A voir avec le médecin de l Education Nationale Mesures préventives - Informer le personnel de la collectivité et les parents de l existence de cas dans la collectivité - Recommander aux sujets contacts, de consulter leur médecin Eviction - Oui retour avec présentation d un certificat médical du médecin traitant attestant du traitement

15 14 INFORMATION AUX PARENTS Un cas de GALE a été signalé dans l école En cas de lésions de grattage, consultez votre médecin traitant DIRECTION DES SERVICES DEPARTEMENTAUX DE L EDUCATION NATIONALE DU DOUBS - SERVICE DE SANTE SCOLAIRE 26 avenue de l Observatoire BESANÇON CEDEX Tél. : / Télécopieur :

16 15 GASTRO-ENTERITE A SHIGELLES Réservoir - Homme malade et porteur sain Mode de contamination - Par contact direct fécal oral - Par contact indirect, ingestion d aliments ou d eau contaminés Mesures d hygiène - Renforcement des mesures d hygiène Mesures à prendre dans la collectivité - Si 3 cas dans la collectivité : prendre contact avec le médecin de l Education Nationale qui gérera la situation avec l Agence Régionale de Santé (ARS) Mesures préventives Eviction - Oui retour dans la collectivité sur présentation d un certificat médical attestant la guérison

17 16 INFORMATION AUX PARENTS Un cas de GASTRO-ENTERITE A SHIGELLES a été signalé dans l école Si votre enfant présente une diarrhée, veuillez consulter votre médecin traitant DIRECTION DES SERVICES DEPARTEMENTAUX DE L EDUCATION NATIONALE DU DOUBS - SERVICE DE SANTE SCOLAIRE 26 avenue de l Observatoire BESANÇON CEDEX Tél. : / Télécopieur :

18 17 L HEPATITE A Réservoir - Homme malade et porteur sain Mode de contamination - Mains souillées - Contact indirect avec des aliments et les eaux souillées Mesures d hygiène - Renforcement des mesures d hygiène Mesures à prendre dans la collectivité Mesures préventives - Informer le personnel de la collectivité et les parents de l existence d un cas dans la collectivité Eviction - Oui jusqu à guérison clinique

19 18 INFORMATION AUX PARENTS Un cas d HEPATITE A a été signalé dans l école Un renforcement des mesures d hygiène est mis en place En cas d apparition de fatigue et de troubles digestifs anormaux, consultez votre médecin traitant DIRECTION DES SERVICES DEPARTEMENTAUX DE L EDUCATION NATIONALE DU DOUBS - SERVICE DE SANTE SCOLAIRE 26 avenue de l Observatoire BESANÇON CEDEX Tél. : / Télécopieur :

20 19 L HERPES Réservoir - Homme malade Mode de contamination - Contact direct avec les sécrétions orales et les lésions cutanées Mesures d hygiène - Application des mesures d hygiène Mesures à prendre dans la collectivité Mesures préventives - Les lésions cutanées doivent être protégées - Eviter les contacts directs (baisers) indirects (objets portés à la bouche) avec les sécrétions orales et les lésions cutanées du sujet atteint Eviction - Non

21 20 INFORMATION AUX PARENTS Un cas d HERPES a été signalé dans l école Aucune mesure particulière n est nécessaire DIRECTION DES SERVICES DEPARTEMENTAUX DE L EDUCATION NATIONALE DU DOUBS - SERVICE DE SANTE SCOLAIRE 26 avenue de l Observatoire BESANÇON CEDEX Tél. : / Télécopieur :

22 21 L IMPETIGO Réservoir - Homme malade Mode de contamination - Par contact direct avec une lésion cutanée - Par contact indirect avec du matériel contaminé (linge ) - Transmission possible par des mains souillées Mesures d hygiène - Renforcement des mesures d hygiène Mesures à prendre dans la collectivité Mesures préventives - Couverture des lésions par pansement Eviction - Non : si lésions protégées - Oui : pendant 72 heures après le début du traitement si les lésions ne peuvent pas être protégées

23 22 INFORMATION AUX PARENTS Un cas d IMPETIGO a été signalé dans l école Un renforcement des mesures d hygiène est mis en place DIRECTION DES SERVICES DEPARTEMENTAUX DE L EDUCATION NATIONALE DU DOUBS - SERVICE DE SANTE SCOLAIRE 26 avenue de l Observatoire BESANÇON CEDEX Tél. : / Télécopieur :

24 23 MEGALERYTHEME : 5 ème MALADIE Réservoir - Homme malade Mode de contamination - Par contact direct avec des sécrétions respiratoires (transmission aérienne) - Par contact direct avec du sang infecté Mesures d hygiène - Application des mesures d hygiène Mesures à prendre dans la collectivité Mesures préventives - Informer le personnel et les parents de l existence d un cas dans la collectivité (risque chez la femme enceinte) - Recommander aux femmes enceintes de consulter leur médecin Eviction - Non

25 24 INFORMATION AUX PARENTS Un cas de 5 ème MALADIE a été signalé dans l école Les femmes enceintes doivent consulter leur médecin traitant DIRECTION DES SERVICES DEPARTEMENTAUX DE L EDUCATION NATIONALE DU DOUBS - SERVICE DE SANTE SCOLAIRE 26 avenue de l Observatoire BESANÇON CEDEX Tél. : / Télécopieur :

26 25 LA MENINGITE BACTERIENNE Réservoir - Homme malade ou porteur sain Mode de contamination - Par contact direct avec les sécrétions oro-pharyngées, contact répété et prolongé, à une distance de moins d un mètre entre les personnes Mesures d hygiène - Application des mesures d hygiène Mesures à prendre dans la collectivité - A définir avec le médecin de l Education Nationale Mesures préventives - Contacter le médecin de l Education Nationale, qui en relation avec le médecin de l Agence Régionale de Santé (ARS) proposera :. une prophylaxie des sujets contacts. si nécessaire, une vaccination antiméningococcique pour les sujets à risque Eviction - Hospitalisation

27 26 LA MENINGITE VIRALE Réservoir - Homme malade Mode de contamination - Par contact direct avec les sécrétions respiratoires (transmission aérienne) Mesures d hygiène - Application des mesures d hygiène Mesures à prendre dans la collectivité Mesures préventives Eviction - Non

28 27 INFORMATION AUX PARENTS Un cas de MENINGITE VIRALE a été signalé dans l école Aucune mesure particulière n est nécessaire DIRECTION DES SERVICES DEPARTEMENTAUX DE L EDUCATION NATIONALE DU DOUBS - SERVICE DE SANTE SCOLAIRE 26 avenue de l Observatoire BESANÇON CEDEX Tél. : / Télécopieur :

29 28 LES OREILLONS Réservoir - Homme malade Mode de contamination - Par les sécrétions, par la salive Mesures d hygiène - Application des mesures d hygiène Mesures à prendre dans la collectivité - Les parotidites actuellement observées sont rarement ourliennes - Une confirmation virologique est recommandée Mesures préventives - Informer le personnel et les parents de l existence de cas dans la collectivité - Recommander aux parents de consulter leur médecin traitant si les enfants ne sont pas vaccinés Eviction - Oui 9 jours après le début de la maladie

30 29 INFORMATION AUX PARENTS Un cas d OREILLONS a été signalé dans l école Consultez votre médecin traitant si votre enfant n est pas vacciné DIRECTION DES SERVICES DEPARTEMENTAUX DE L EDUCATION NATIONALE DU DOUBS - SERVICE DE SANTE SCOLAIRE 26 avenue de l Observatoire BESANÇON CEDEX Tél. : / Télécopieur :

31 30 LA PEDICULOSE DU CUIR CHEVELU Réservoir Mode de contamination Mesures d hygiène - Homme parasité - Contact direct de cheveu à cheveu le plus souvent - Parfois, par l intermédiaire d objets infectés (peigne, brosse, bonnet, peluche ) - Ne pas coiffer les enfants avec la même brosse ou le même peigne - Espacement suffisant des portemanteaux - Ne pas partager bonnet, écharpe, doudou, pull Mesures à prendre dans la collectivité Mesures préventives Eviction - Recommander au sujet parasité ou aux parents d un enfant parasité :. 1) d appliquer un traitement efficace. 2) d examiner tous les membres de la famille, et seuls, ceux qui sont parasités doivent être traités - Informer les parents de la section ou de la classe, par écrit, de l existence de cas de pédiculose : seuls les sujets parasités seront traités ; les traitements «préventifs» pour les autres élèves n ont pas lieu d être - Examen de tous les enfants du groupe auquel appartient l enfant parasité (section, classe ) par un personnel formé à ce dépistage - Non

32 31 INFORMATION AUX PARENTS des POUX ont été signalés dans l école Surveillez les cheveux de votre enfant et de la famille Traitez si nécessaire DIRECTION DES SERVICES DEPARTEMENTAUX DE L EDUCATION NATIONALE DU DOUBS - SERVICE DE SANTE SCOLAIRE 26 avenue de l Observatoire BESANÇON CEDEX Tél. : / Télécopieur :

33 32 LA ROUGEOLE Réservoir Mode de contamination Mesures d hygiène - Homme malade - Par contact direct avec les sécrétions respiratoires, le plus souvent (transmission aérienne) - Application des mesures d hygiène Mesures à prendre dans la collectivité - Dans le contexte épidémique actuel, les mesures à prendre sont valables pour un cas isolé ou des cas groupés - Un cas de rougeole est retenu par présomption clinique et épidémiologique ou par confirmation biologique Mesures préventives Eviction - Prévenir le Service de Santé Scolaire - Informer le personnel et les parents de l existence d un ou plusieurs cas dans la collectivité (classe, crèche, dortoir, bus) - Informer l Agence Régionale de Santé (ARS) par l intermédiaire du médecin de l Education Nationale - Rechercher d autres cas dans l établissement en particulier auprès des personnes absentes - Vérifier le statut vaccinal des sujets contacts - Recommander aux sujets contacts non ou mal vaccinés de consulter leur médecin le plus rapidement possible dans les 72 heures après le contage pour une indication de vaccination - Oui pendant 5 jours, à partir du début de l éruption

34 33 INFORMATION AUX PARENTS Un cas de ROUGEOLE a été signalé dans l école Le Service de Santé Scolaire vérifiera les vaccinations des sujets contacts Vous serez informés s il est nécessaire de consulter votre médecin traitant DIRECTION DES SERVICES DEPARTEMENTAUX DE L EDUCATION NATIONALE DU DOUBS - SERVICE DE SANTE SCOLAIRE 26 avenue de l Observatoire BESANÇON CEDEX Tél. : / Télécopieur :

35 34 LA RUBEOLE Réservoir - Homme malade Mode de contamination - Par contact direct avec les particules rhino-pharyngées (voie aérienne), par les larmes - Par passage trans-placentaire, chez la femme enceinte Mesures d hygiène - Application des mesures d hygiène Mesures à prendre dans la collectivité - Une confirmation du diagnostic par un examen virologique est indispensable Mesures préventives - Le personnel féminin travaillant au contact des enfants devrait être immunisé - Informer le personnel de la collectivité et les parents de l existence de cas dans la collectivité - Recommander aux femmes enceintes non vaccinées de consulter leur médecin Eviction - Non

36 35 INFORMATION AUX PARENTS Un cas de RUBEOLE a été signalé dans l école Si votre enfant n est pas vacciné, consultez votre médecin traitant pour le faire Les femmes enceintes non vaccinées doivent consulter leur médecin traitant DIRECTION DES SERVICES DEPARTEMENTAUX DE L EDUCATION NATIONALE DU DOUBS - SERVICE DE SANTE SCOLAIRE 26 avenue de l Observatoire BESANÇON CEDEX Tél. : / Télécopieur :

37 36 LA SCARLATINE Réservoir - Homme malade et porteur sain Mode de contamination - Par contact direct avec les sécrétions oro-pharyngées Mesures d hygiène - Application des mesures d hygiène Mesures à prendre dans la collectivité Mesures préventives Eviction - Oui jusqu à 2 jours, après le début du traitement

38 37 INFORMATION AUX PARENTS Un cas de SCARLATINE a été signalé dans l école Si votre enfant présente de la fièvre, consultez votre médecin traitant DIRECTION DES SERVICES DEPARTEMENTAUX DE L EDUCATION NATIONALE DU DOUBS - SERVICE DE SANTE SCOLAIRE 26 avenue de l Observatoire BESANÇON CEDEX Tél. : / Télécopieur :

39 38 LA TEIGNE DU CUIR CHEVELU Réservoir - Homme parasité - Animal parasité - Sol Mode de contamination - Par contact direct avec la lésion cutanée et les cheveux ou poils infectés - Par contact indirect avec des objets contaminés (peignes, brosse, vêtements, bonnets ) Mesures d hygiène - Renforcement des mesures d hygiène (surtout pour les objets) Mesures à prendre dans la collectivité - Le diagnostic de la teigne repose sur les résultats d un examen mycologique Mesures préventives - Faire appel au médecin de l Education Nationale pour :. faire, en collectivité, un examen clinique du cuir chevelu des enfants de la classe ou de la section et des personnels en contact avec le sujet atteint. recommander à la famille de l enfant atteint de consulter pour un dépistage familial Eviction - Oui sauf si présentation d un certificat médical attestant d une consultation et de la prescription d un traitement adapté

40 39 INFORMATION AUX PARENTS Un cas de TEIGNE DU CUIR CHEVELU a été signalé dans l école Un renforcement des mesures d hygiène est mis en place Le Service de Santé Scolaire examinera les enfants pour un dépistage DIRECTION DES SERVICES DEPARTEMENTAUX DE L EDUCATION NATIONALE DU DOUBS - SERVICE DE SANTE SCOLAIRE 26 avenue de l Observatoire BESANÇON CEDEX Tél. : / Télécopieur :

41 40 LA TUBERCULOSE Réservoir - Homme malade Mode de contamination - Direct par les sécrétions respiratoires Mesures d hygiène - Application des mesures d hygiène Mesures à prendre dans la collectivité Mesures préventives - Faire appel au médecin de l Education Nationale qui prendra les mesures adaptées en lien avec le centre antituberculeux Eviction - Oui. tant que l enfant est porteur du bacille, jusqu à l obtention d un certificat attestant que le sujet ne l est plus. A noter que l enfant n est pratiquement jamais porteur du bacille

42 41 INFORMATION AUX PARENTS Un cas de TUBERCULOSE a été signalé dans l école Un dépistage des sujets en contact va être organisé DIRECTION DES SERVICES DEPARTEMENTAUX DE L EDUCATION NATIONALE DU DOUBS - SERVICE DE SANTE SCOLAIRE 26 avenue de l Observatoire BESANÇON CEDEX Tél. : / Télécopieur :

43 42 LA VARICELLE Réservoir - Homme malade (varicelle, parfois zona) Mode de contamination - Par voie aérienne surtout - Avec une lésion cutanée y compris avec un zona Mesures d hygiène - Application des mesures d hygiène Mesures à prendre dans la collectivité Mesures préventives - Informer le personnel et les parents de la présence d un cas - Dès connaissance d un cas de varicelle, recommander aux enfants immunodéprimés, aux femmes enceintes et aux adultes qui n ont pas eu la maladie (sérologie négative) ayant été en contact avec l enfant malade, de consulter rapidement leur médecin traitant Eviction - Non

44 43 INFORMATION AUX PARENTS Un cas de VARICELLE a été signalé dans l école Les femmes enceintes et les adultes en contact avec l enfant malade et qui n ont pas eu la varicelle auparavant doivent consulter leur médecin traitant DIRECTION DES SERVICES DEPARTEMENTAUX DE L EDUCATION NATIONALE DU DOUBS - SERVICE DE SANTE SCOLAIRE 26 avenue de l Observatoire BESANÇON CEDEX Tél. : / Télécopieur :

45 44 LES VERRUES Réservoir - Homme infecté Mode de contamination - Par contact direct avec une lésion cutanée - Indirect par sol contaminé Mesures d hygiène - Renforcement des mesures d hygiène Mesures à prendre dans la collectivité Mesures préventives - Conseiller aux sujets porteurs de verrues de consulter leur médecin traitant - Les enfants doivent porter des chaussures pour se déplacer dans l enceinte de la piscine Eviction - Non piscine autorisée aux enfants infectés

46 45 BIBLIOGRAPHIE Ce guide a été rédigé à partir de : Document du 14 mars 2003 «Guide des conduites à tenir en cas de maladies transmissibles dans une collectivité d enfants» Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France Circulaires actualisées 2003 à 2012 Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France Certains documents ont été rédigés en concertation avec l Agence Régionale de Santé (ARS) de Franche-Comté

47 46 IMPRESSION : Direction des Services Départementaux de l Education Nationale du Doubs Imprimé en décembre 2012 REALISATION : Les médecins de l Education Nationale du Doubs et les secrétaires des Centres Médico-Scolaires

MALADIES TRANSMISSIBLES EN MILIEU SCOLAIRE

MALADIES TRANSMISSIBLES EN MILIEU SCOLAIRE MALADIES TRANSMISSIBLES EN MILIEU SCOLAIRE Guide à destination des écoles et des établissements scolaires Service médical en faveur des élèves Septembre 2015 PREVENTION DES MALADIES TRANSMISSIBLES PROTOCOLE

Plus en détail

Mononucleose infectieuse

Mononucleose infectieuse Mononucleose infectieuse Source de contamination Durée de la Population particulièrement Populations présentant un risque de gravité Mesures à prendre dans la Virus Epstein-Barr L'homme malade!la salive

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIE TRANSMISSIBLE DANS UNE COLLECTIVITE D ' ENFANTS. Sommaire

GUIDE DES CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIE TRANSMISSIBLE DANS UNE COLLECTIVITE D ' ENFANTS. Sommaire GUIDE DES CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIE TRANSMISSIBLE DANS UNE COLLECTIVITE D ' ENFANTS Sommaire Introduction Mesures d'hygiène en collectivité Fiches Angine non streptococcique Bronchiolite Bronchite

Plus en détail

CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS

CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS d après le Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France 1/7 I - L application des mesures en collectivité joue un rôle

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 172 - Avril 2017 SOMMAIRE Les maladies infectieuses infantiles 1. Les maladies à éviction des collectivités p 2 2. Les fiches Grand Public p 4 3. Test de lecture p 5 Le mot de

Plus en détail

Conduites à tenir en cas de Survenue de Maladies Infectieuses dans une Collectivité HCSP 28/09/2012

Conduites à tenir en cas de Survenue de Maladies Infectieuses dans une Collectivité HCSP 28/09/2012 Conduites à tenir en cas de Survenue de Maladies Infectieuses dans une Collectivité HCSP 28/09/2012 L'arrêté du 3 mai 1989, bien connu des écoles, a été complété en 2003 par un premier guide qui a été

Plus en détail

2 CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LOIRE-ATLANTIQUE

2 CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LOIRE-ATLANTIQUE ATSEM_3e concours_2013_concours 170x240 dimanche07/04/13 17:52 Page166 QUATRE ENTRAÎNEMENTS POUR L ÉPREUVE D ADMISSIBILITÉ DU 3 e CONCOURS 2 CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LOIRE-ATLANTIQUE

Plus en détail

Je protège les enfants des maladies infectieuses, en particulier dès qu'ils sont en collectivités

Je protège les enfants des maladies infectieuses, en particulier dès qu'ils sont en collectivités Je protège les enfants des maladies infectieuses, en particulier dès qu'ils sont en collectivités Dr. Khaled El Chehadeh Adresse du site : www.docvadis.fr/khaled.elchehadeh Validé par le Comité Scientifique

Plus en détail

Les risques biologiques

Les risques biologiques Journée d actualisation des assistants de prévention 2014 Les risques biologiques 65 rue Kepler BP 239 85006 La Roche-sur-Yon cedex Tél : 02 51 44 50 60 Fax : 02 51 37 00 66 www.maisondescommunes85.fr

Plus en détail

SIGNALEMENT D UN CAS DE MALADIE TRANSMISSIBLE EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE

SIGNALEMENT D UN CAS DE MALADIE TRANSMISSIBLE EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE SIGNALEMENT D UN CAS DE MALADIE TRANSMISSIBLE EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE Préliminaire : Toute maladie contagieuse peut présenter au niveau de la collectivité un risque plus ou moins important en raison

Plus en détail

ANNEXE 1 LA LISTE DES MALADIES A ÉVICTION OBLIGATOIRE : La durée d éviction est fixée par décret, précisément par l arrêté en date du 3 mai 1989.

ANNEXE 1 LA LISTE DES MALADIES A ÉVICTION OBLIGATOIRE : La durée d éviction est fixée par décret, précisément par l arrêté en date du 3 mai 1989. ANNEXE 1 LA LISTE S MALADIES A ÉVICTION OBLIGATOIRE : La durée d éviction est fixée par décret, précisément par l arrêté en date du 3 mai 1989. - coqueluche : 30 jours à compter du début de la maladie

Plus en détail

Je me protège et je protège les autres en cas de maladie

Je me protège et je protège les autres en cas de maladie Je me protège et je protège les autres en cas de maladie contagieuse Les maladies contagieuses se transmettent d une personne à l autre. Vos vaccinations doivent être à jour. Quelques règles simples permettent

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant de la fièvre, vomissements ou diarrhée)

Plus en détail

Collectivités de jeunes enfants et maladies

Collectivités de jeunes enfants et maladies Guide pratique Collectivités de jeunes enfants et maladies infectieuses 2009 Avant-propos Ce guide est le fruit d une collaboration entre le Ministère de la Santé, la Société Française de Pédiatrie et

Plus en détail

Mesures préventions. Avant. Pendant. Après

Mesures préventions. Avant. Pendant. Après Module 3 Mesures préventions Avant Pendant Après AVANT: Vaccination Immunité acquise soit soit Active Passive est De longue durée S effectue Par intervention du système immunitaire C est à dire que Lymphocyte

Plus en détail

A.Gt M.B

A.Gt M.B Docu 27067 p.1 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française, fixant la liste des maladies transmissibles impliquant la mise en oeuvre de mesures de prophylaxie et de dépistage A.Gt 17-07-2002 M.B.

Plus en détail

Journée d actualisation des assistants de prévention Accident d exposition au sang. Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014

Journée d actualisation des assistants de prévention Accident d exposition au sang. Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014 Journée d actualisation des assistants de prévention 2014 Accident d exposition au sang Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014 1 - GÉNÉRALITÉS : MALADIES TRANSMISSIBLES PAR LE SANG Tout microbe présent

Plus en détail

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène 1- OBJET : Décrire l ensemble des recommandations et pratiques d hygiène à respecter pour : - assurer la qualité des soins dispensés - améliorer la sécurité des patients et des soignants - diminuer le

Plus en détail

MODES DE TRANSMISSIONS DES INFECTIONS

MODES DE TRANSMISSIONS DES INFECTIONS FICHE D'INFORMATION MODES DE TRANSMISSIONS DES INFECTIONS Prévention de la transmission des infections Conduite à tenir pour les agents de la DGDDI COMMENT LES MALADIES INFECTIEUSES SE TRANSMETTENT-ELLES?

Plus en détail

Conseil supérieur d'hygiène publique de France GUIDE DES CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS

Conseil supérieur d'hygiène publique de France GUIDE DES CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS Conseil supérieur d'hygiène publique de France Séance du 14 mars 2003 GUIDE DES CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE D ENFANTS Groupe de travail du Conseil supérieur d hygiène publique

Plus en détail

LE METIER D ASSISTANTE DENTAIRE. RISQUE ET PREVENTION

LE METIER D ASSISTANTE DENTAIRE. RISQUE ET PREVENTION LE METIER D ASSISTANTE DENTAIRE. RISQUE ET PREVENTION 1 Définition : Une assistante dentaire est une personne aidant un dentiste au fauteuil. Elle peut être formée soit par un dentiste, soit par une école

Plus en détail

MULTI ACCUEIL «Clair de Lune»

MULTI ACCUEIL «Clair de Lune» MULTI ACCUEIL «Clair de Lune» 10 rue François Mitterrand 35136 SAINT JACQUES DE LA LANDE CONDITIONS D ADMISSION DES ENFANTS VACCINATIONS Les enfants doivent avoir reçu, avant l entrée dans l établissement,

Plus en détail

MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE

MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE Direction Veille/Sécurité Sanitaire et Environnementale Département Veille et Alertes MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE La rougeole est surveillée par le réseau Sentinelles (Inserm U707) depuis 1985 et est

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Le Puy-en-Velay, le 22 Septembre 2006 Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant

Plus en détail

Cas n 1 : analyse des risques et mesures de prévention «secteur de l aide à la personne»

Cas n 1 : analyse des risques et mesures de prévention «secteur de l aide à la personne» Cas n 1 : analyse des risques et mesures de prévention «secteur de l aide à la personne» Contexte Monsieur EVARISK, responsable d une association d aide à la personne, veut mettre à jour son document unique

Plus en détail

2.5 Infections courantes chez les enfants et périodes d exclusion

2.5 Infections courantes chez les enfants et périodes d exclusion 2.5 Infections courantes chez les enfants et périodes d exclusion À noter : 1. Les lignes directrices qui suivent sont fournies uniquement à titre d information. 2. Les fiches d information sur plusieurs

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et

Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et Journées médecins coordonnateurs et cadres des EHPAD 2010 ARLIN Lorraine arlin@chu-nancy.fr Niveau 1: Le risque

Plus en détail

Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène. N. Khouider

Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène. N. Khouider Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène N. Khouider Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène Les précautions complémentaires d hygiène Transmission

Plus en détail

L hygiène corporelle et la transmission croisée: quelle prévention en collectivité

L hygiène corporelle et la transmission croisée: quelle prévention en collectivité L hygiène corporelle et la transmission croisée: quelle prévention en collectivité Journée de formation hygiène Colines St-Brévin les Pins 26 janvier 2016 Ivana Novakova Infirmière Hygiéniste Arlin Ile-de-France

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD

LES PRECAUTIONS STANDARD LES PRECAUTIONS STANDARD A RESPECTER PAR TOUT LE PERSONNEL POUR TOUS LES PATIENTS ou RESIDENTS M. MARTEAU IDE hygiéniste Février 2014 1 DÉFINITION Selon le guide «100 recommandations pour la surveillance

Plus en détail

SCHEMA DEPARTEMENTAL DE FORMATION REFERENTIELS DE FORMATION. Référentiel technique SAP. Secours à personnes (SAP) Fiche matériel

SCHEMA DEPARTEMENTAL DE FORMATION REFERENTIELS DE FORMATION. Référentiel technique SAP. Secours à personnes (SAP) Fiche matériel POLE METIER SAP-FM-31 SCHEMA DEPARTEMENTAL DE FORMATION REFERENTIELS DE FORMATION Référentiel technique Secours à personnes (SAP) Fiche matériel Kit risque infectieux Création : Juin 2015 Mise à jour :

Plus en détail

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE 1 Objet Décrire les bonnes pratiques sur l utilisation de la tenue

Plus en détail

Les précautions standard. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine

Les précautions standard. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Les précautions standard Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Cadre réglementaire r et Recommandations Décret 4 mai 1994 (protection des travailleurs)

Plus en détail

Les Aides soignantes & La prévention des infections associées aux soins

Les Aides soignantes & La prévention des infections associées aux soins Les Aides soignantes & La prévention des infections associées aux soins 19 octobre 2017 En partenariat avec 31/10/2017 Ordre du Jour Transmission des micro-organismes Définitions Voies de transmission

Plus en détail

HYGIENE ALIMENTAIRE. Soyons vigilant! CFPBNA

HYGIENE ALIMENTAIRE. Soyons vigilant! CFPBNA HYGIENE ALIMENTAIRE Soyons vigilant! L HYGIENE ALIMENTAIRE TIAC (toxi -infection alimentaire collective) A déclaration obligatoire lorsqu il existe au moins 2 cas groupés avec des manifestations similaires

Plus en détail

Mesures barrières face à la grippe A(H1N1)

Mesures barrières face à la grippe A(H1N1) Mesures barrières face à la grippe A(H1N1) Protections individuelles pour se protéger et ne pas contaminer les autres Les principaux modes de transmission des virus sont : La voie aérienne, c est-à-dire

Plus en détail

Précautions complémentaires, Place réciproque des PS et des PC. Journée Hôpital propre, Mai 2012 X. BERTRAND

Précautions complémentaires, Place réciproque des PS et des PC. Journée Hôpital propre, Mai 2012 X. BERTRAND Précautions complémentaires, Place réciproque des PS et des PC Journée Hôpital propre, Mai 2012 X. BERTRAND Historique Depuis l antiquité «mise en quarantaine» des patients contagieux pour éviter les épidémies

Plus en détail

Règlement interne 2012

Règlement interne 2012 FONDATION DES CENTRES DE VIE ENFANTINE Règlement interne 2012 Préambule Le présent règlement est spécifique à la Fondation des Centres de Vie Enfantine La Ruche, et s entend en complément du règlement

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTE ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de la santé Département des urgences sanitaires

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTE ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de la santé Département des urgences sanitaires FICHE INDICATIVE SUR LE VIRUS EBOLA QU EST-CE QU EBOLA? Dans la forme habituelle, après une incubation de 2 à 21 jours, la maladie débute brutalement par l apparition d une fièvre élevée, de douleurs articulaires,

Plus en détail

DELEGUES DEPARTEMENTAUX de l EDUCATION NATIONALE Union des Alpes-Maritimes 12 Rue Vernier NICE

DELEGUES DEPARTEMENTAUX de l EDUCATION NATIONALE Union des Alpes-Maritimes 12 Rue Vernier NICE DELEGUES DEPARTEMENTAUX de l EDUCATION NATIONALE Union des Alpes-Maritimes 12 Rue Vernier 06000 NICE Dossier technique établi le 01.02.2008 Par Simon GUERIN, Secrétaire-Général E.Mail > simon.guerin@orange.fr

Plus en détail

Classement des agents biologiques adapté au secteur des services à la personne

Classement des agents biologiques adapté au secteur des services à la personne Classement des agents s adapté au secteur des services à la personne Groupe 1 Groupe 2 Groupe 3 Groupe 4 Possibilité de provoquer une maladie chez l Danger pour les travailleurs Propagation dans la collectivité

Plus en détail

Les précautions complémentaires

Les précautions complémentaires Les précautions complémentaires Réunion des enseignants en instituts de formation des professionnels de santé Mardi 9 avril 2013 Amphithéâtre - Faculté de Médecine - Nancy De l isolement Aux précautions

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de la santé Département des urgences sanitaires

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de la santé Département des urgences sanitaires FICHE INDICATIVE SUR LE VIRUS EBOLA QU EST-CE QU EBOLA? Dans la forme habituelle, après une incubation de 2 à 21 jours, la maladie débute brutalement par l apparition d une fièvre élevée (> 38,5 C), de

Plus en détail

1. Lister les origines possibles des brulures en les classant en : /3

1. Lister les origines possibles des brulures en les classant en : /3 Nom Prénom EXERCICE NOTE : les pathologies de la peau EXERCICE 1 : les plaies 1. Surligner la définition d une plaie dans le doc 1 : /1 2. Indiquer les facteurs de gravite d une plaie : /2 L étendue la

Plus en détail

Prévention des Maladies Contagieuses

Prévention des Maladies Contagieuses Prévention des Maladies Contagieuses Prévention des Maladies Contagieuses - Vaccins Lorsqu un vaccin est disponible, la vaccination est le moyen le plus efficace pour lutter contre les maladies contagieuses.

Plus en détail

LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES

LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES M. MARTEAU IDE Hygiéniste - CH Fontainebleau Septembre 2014 M.MARTEAU IDE hygiéniste février 2014 1 DEFINITION Ensemble des mesures destinées à faire barrière à la transmission

Plus en détail

Accident d exposition au sang

Accident d exposition au sang Accident d exposition au sang 1. Définition : On définit comme accident avec exposition au sang tout contact percutané (piqûre, coupure) ou muqueux (œil, bouche) ou sur peau lésée (eczéma, plaie) avec

Plus en détail

RIPHH «Prévention du risque infectieux en EHPAD»

RIPHH «Prévention du risque infectieux en EHPAD» RIPHH «Prévention du risque infectieux en EHPAD» Travail de groupes Nîmes le 30 mars 2012 1 1ère situation Vous êtes IDE/AS, vous allez faire une toilette à un résident et refaire son lit. Vous réalisez

Plus en détail

011 TECHNIQUES D UTILISATION

011 TECHNIQUES D UTILISATION Pôle Métier Références Mots clés INSTRUCTION TECHNIQUE 011 TECHNIQUES D UTILISATION DES EPI CONTRE SAP LE RISQUE INFECTIEUX PSE 1 PSE 2 INRS Risque infectieux SAP EPI Création : Septembre 2011 Mise à jour

Plus en détail

BMR, BHRe. Mesures d hygiène et de protection renforcées. Les recommandations Lundi 11 février 2016

BMR, BHRe. Mesures d hygiène et de protection renforcées. Les recommandations Lundi 11 février 2016 BMR, BHRe Mesures d hygiène et de protection renforcées Les recommandations Lundi 11 février 2016 Béatrice HEDOUX QUEAU Cadre Hygiéniste, UHLIN Louis Mourier BMR / BHRe Des mesures adaptées - Densité de

Plus en détail

Guide des conduites à tenir en cas de maladies infectieuses dans une collectivité d enfants ou d adultes

Guide des conduites à tenir en cas de maladies infectieuses dans une collectivité d enfants ou d adultes COMMISSION SPECIALISEE MALADIES TRANSMISSIBLES Guide des conduites à tenir en cas de maladies infectieuses dans une collectivité d enfants ou d adultes Rapport du groupe de travail 28 septembre 2012 Si

Plus en détail

La politique santé de l Académie. préscolaire Mont Royal

La politique santé de l Académie. préscolaire Mont Royal La politique santé de l Académie préscolaire Mont Royal La santé étant une valeur privilégiée à l Académie préscolaire Mont Royal & Annexe, il est important que tous les parents et les éducatrices soient

Plus en détail

PANDEMIE GRIPPALE DE QUOI PARLE-T-ON?

PANDEMIE GRIPPALE DE QUOI PARLE-T-ON? DE QUOI PARLE-T-ON? Une pandémie grippale est due à l apparition d un nouveau virus grippal contre lequel l immunité de la population est faible ou nulle. La grippe A/H1N1 a pris la forme d une pandémie

Plus en détail

Infection à virus Ebola Notions générales et conduite à tenir en phase initiale

Infection à virus Ebola Notions générales et conduite à tenir en phase initiale Infection à virus Ebola Notions générales et conduite à tenir en phase initiale XX/XX/XX Qu est-ce que la maladie à virus Ebola?. Le virus Ebola provoque l une des infections virales les plus graves connue

Plus en détail

INDICATIONS D'ISOLEMENT : en plus des précautions standards et sur prescriptions médicales

INDICATIONS D'ISOLEMENT : en plus des précautions standards et sur prescriptions médicales INDICATIONS D'ISOLEMENT : en plus des précautions standards et sur prescriptions médicales CONTACT CONTACT/RESPIRATOIRE (masque chirurgicaux standards) CONTACT PROTECTEUR CONTATCT/RESPIRATOIRE RENFORCEE

Plus en détail

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS d après le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique (28/09/12) 1/9 L application des mesures d hygiène en collectivité

Plus en détail

Définition. Fièvre hémorragique virale très grave Tauxdelétalité 90% Cause:virusEBOLA Premiercas:1976(RDCongo) PrèsdelarivièreEbola,nomdelamaladie.

Définition. Fièvre hémorragique virale très grave Tauxdelétalité 90% Cause:virusEBOLA Premiercas:1976(RDCongo) PrèsdelarivièreEbola,nomdelamaladie. FIEVRE EBOLA Définition Fièvre hémorragique virale très grave Tauxdelétalité 90% Cause:virusEBOLA Premiercas:1976(RDCongo) PrèsdelarivièreEbola,nomdelamaladie. Les virus Ebola Virus Ebola Famille Filoviridæ

Plus en détail

Hygiène des mains et port de gants

Hygiène des mains et port de gants Hygiène des mains et port de gants Dr Agnès VINCENT 2 e Journée de Prévention du Risque Infectieux en FAM, MAS et IME 2 Octobre 2014 -Lyon Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales

Plus en détail

Les particularités de la grippe A

Les particularités de la grippe A La grippe A en EHPAD Fiche synthétique Les particularités de la grippe A La grippe A n est pas plus dangereuse que la grippe saisonnière, mais le virus en cause est très différent des virus saisonniers.

Plus en détail

SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS DES BOUCHES-DU-RHÔNES SAP 1B :

SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS DES BOUCHES-DU-RHÔNES SAP 1B : SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS DES BOUCHES-DU-RHÔNES SAP 1B : L HYGIENE ET LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG ET AUX LIQUIDES BIOLOGIQUES EN INTERVENTION AUTEUR : Dr K. ANCELIN S.A.P. 1

Plus en détail

L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER

L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER 09.01.09 Mme Dicchi Hygiène L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER INTRODUCTION A)Objectifs B)Les différentes catégories de linge 1)Le linge propre 2)Le linge sale CONCLUSION INTRODUCTION L'hygiène

Plus en détail

DIRECTION DE LA PREVENTION AIDE-MEMOIRE. sur la Surveillance Communautaire au Sénégal. Novembre Un catalyseur pour la santé mondiale

DIRECTION DE LA PREVENTION AIDE-MEMOIRE. sur la Surveillance Communautaire au Sénégal. Novembre Un catalyseur pour la santé mondiale DIRECTION DE LA PREVENTION AIDE-MEMOIRE sur la Surveillance Communautaire au Sénégal Novembre 2016 Un catalyseur pour la santé mondiale Le Tétanos néonatal 2 Tout nouveau-né qui décède entre le 3 e et

Plus en détail

Recommandations d hygiène au cabinet de kinésithérapie. Réunion du 18/10/2012 odile milan

Recommandations d hygiène au cabinet de kinésithérapie. Réunion du 18/10/2012 odile milan Recommandations d hygiène au cabinet de kinésithérapie Réunion du odile milan Les points abordés Objectif de ces recommandations Réservoirs et facteurs de risques Tenue Hygiène des mains Précautions «standard»

Plus en détail

Gestion d épidémie : exemple de la gastroentérite

Gestion d épidémie : exemple de la gastroentérite Gestion d épidémie : exemple de la gastroentérite Dr Élodie BECLIN Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Nord Pas de Calais 1 Généralités Infections digestives le plus souvent bénignes,

Plus en détail

Mesures d isolement en milieu hospitalier. Morocco, Marrakech FRIDAY 15 MAY 2015 Brahim Garmouh

Mesures d isolement en milieu hospitalier. Morocco, Marrakech FRIDAY 15 MAY 2015 Brahim Garmouh Mesures d isolement en milieu hospitalier Morocco, Marrakech FRIDAY 15 MAY 2015 Brahim Garmouh Sommaire Introduction Objectif de l isolement Méthodes d isolement A. Isolement septique: 1. Précautions standards

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D INSCRIPTION

FORMULAIRE DE DEMANDE D INSCRIPTION FORMULAIRE DE DEMANDE D INSCRIPTION Nom de l enfant : Prénom de l enfant : Date et lieu de naissance (ou date prévue) : Nom et prénom du père : Profession et employeur : Nom et prénom de la mère : Profession

Plus en détail

POLYCLINIQUE DE POITIERS - 1 rue de la Providence POITIERS CEDEX

POLYCLINIQUE DE POITIERS - 1 rue de la Providence POITIERS CEDEX Page 1 sur 5 I. Indication Sur prescription médicale. Patient porteur de Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques (BMR) : Staphylocoque doré résistant à la méticilline (SAMR), Entérobactéries et Pseudomonas

Plus en détail

RISQUES BIOLOGIQUES ET SANITAIRES

RISQUES BIOLOGIQUES ET SANITAIRES Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) RISQUES BIOLOGIQUES ET SANITAIRES Introduction Les risques biologiques et sanitaires professionnels peuvent

Plus en détail

Principaux motifs de recours de soins des populations migrantes des sites de Calais et Grande-Synthe

Principaux motifs de recours de soins des populations migrantes des sites de Calais et Grande-Synthe Région Nord Pas-de-Calais-Picardie Principaux motifs de recours de soins des populations migrantes des sites de Calais et Grande-Synthe Point de situation au 3 juin 2016 Données de la semaine 21-2016 I

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA)

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA) 1. OBJECTIFS Prévenir la transmission croisée des micro-organismes responsable des GEA par la mise en œuvre de mesures appropriées pour tous les professionnels de l EHPAD. Prévenir le risque épidémique

Plus en détail

22/11/2012. Notions générales. Modes de transmission. Transmission = transfert de microorganismes

22/11/2012. Notions générales. Modes de transmission. Transmission = transfert de microorganismes Prise en charge du patient à risque particulier au bloc opératoire (BMR ectoparasites tuberculose pulmonaire Clostridium difficile) Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie

Plus en détail

SSSM FORMATION D EQUIPIER. Module SAP HYGIENE ET ASEPSIE. Service départemental d incendie et de secours du Puy-de-Dôme

SSSM FORMATION D EQUIPIER. Module SAP HYGIENE ET ASEPSIE. Service départemental d incendie et de secours du Puy-de-Dôme FORMATION D EQUIPIER Module SAP HYGIENE ET ASEPSIE Service départemental d incendie et de secours du Puy-de-Dôme TRANSMISSION DES MALADIES INFECTIEUSES L INFECTION Résulte de la pénétration puis du développement

Plus en détail

Prévention du risque infectieux en Ehpad: Quelques points essentiels Journée régionale 10 octobre 2017

Prévention du risque infectieux en Ehpad: Quelques points essentiels Journée régionale 10 octobre 2017 Prévention du risque infectieux en Ehpad: Quelques points essentiels Journée régionale 10 octobre 2017 Ivana Novakova Infirmière Hygiéniste Cpias Ile-de-France Le lieu de soins et le risque infectieux

Plus en détail

Bactéries, virus, champignons. Comment protéger mon bébé des infections? Le guide de la désinfection pour les mamans

Bactéries, virus, champignons. Comment protéger mon bébé des infections? Le guide de la désinfection pour les mamans Bactéries, virus, champignons Comment protéger mon bébé des infections? Le guide de la désinfection pour les mamans L importance d un environnement sain pour bébé Pendant les premières années de la vie

Plus en détail

Se faire dépister, c est se donner des chances de guérir. épatite

Se faire dépister, c est se donner des chances de guérir. épatite Se faire dépister, c est se donner des chances de guérir épatite Qu est-ce qu une hépatite C? L hépatite C est une maladie du foie due au virus de l hépatite C (VHC). Il ne faut pas la confondre avec les

Plus en détail

Précautions complémentaires. mentaires

Précautions complémentaires. mentaires Précautions complémentaires mentaires Champ de l interventionl Historique Pourquoi des précautions complémentaires en plus des précautions standards? L application stricte des précautions «standard» pour

Plus en détail

Prévention et gestion des gastro-entérites aiguës dans une collectivité de personnes âgées. Objectif. A savoir

Prévention et gestion des gastro-entérites aiguës dans une collectivité de personnes âgées. Objectif. A savoir Annexe 2 - GEA Annexe n 2-1 MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Prévention et gestion des gastro-entérites aiguës dans une collectivité de personnes âgées Objectif Prévenir ou contrôler une

Plus en détail

Les précautions standard en Ehpad

Les précautions standard en Ehpad Les précautions standard en Ehpad 2013 Les précautions standard Ensemble de bonnes pratiques visant à protéger le personnel dans la prise en charge des résidents quelque soit leur statut (infecté ou pas)

Plus en détail

Guide sur les maladies transmissibles et l immunisation

Guide sur les maladies transmissibles et l immunisation Maladies transmissibles communes chez les enfants Angine Streptococcique (infection streptococcique de la gorge) Période d incubation : de 2 à 5 jours Fièvre, mal de gorge, gonflement des ganglions et

Plus en détail

Précautions complémentaires «Gouttelettes» Oxygénothérapie Aérosolthérapie

Précautions complémentaires «Gouttelettes» Oxygénothérapie Aérosolthérapie Précautions complémentaires «Gouttelettes» Oxygénothérapie Aérosolthérapie Réunion Réseau des Correspondants en Hygiène des Etablissements médico-sociaux de Midi-Pyrénées 5 novembre 2015 Précautions «Gouttelettes»

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT Ne s appliquent pas aux BMR responsables de traitements antibiotiques difficiles (ERG, C.Difficile, Staph aureus GISA/VISA ) pour lesquelles des recommandations spécifiques

Plus en détail

TD Accident d Exposition au Sang

TD Accident d Exposition au Sang IFSI C. Foix, APHP TD Accident d Exposition au Sang UE 2.10 C3 Centre de la Formation et du Dé 1 Accident d Exposition au Sang DEFINITION : «Tout accident survenant en contact avec le sang ou un liquide

Plus en détail

Principaux motifs de recours aux soins des populations migrantes de Calais et Grande-Synthe

Principaux motifs de recours aux soins des populations migrantes de Calais et Grande-Synthe Région Nord Pas-de-Calais-Picardie Principaux motifs de recours aux soins des populations migrantes de Calais et Grande-Synthe Point de situation au 22 juillet 2016 Données de la semaine 28-2016 I Alertes

Plus en détail

Les infections. Schéma de mécanisme des infections de manière générale : TRANSMISSION CONTAMINATION

Les infections. Schéma de mécanisme des infections de manière générale : TRANSMISSION CONTAMINATION Les infections. I : MECANISME DES S Les infections sont les compagnes constantes et parfois fatales de notre vie ;leur importance vient du fait qu elles sont fréquentes, parfois graves ou épidémiques avec

Plus en détail

SOMMAIRE I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4

SOMMAIRE I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4 SOMMAIRE INTRODUCTION...1 I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4 II - VACCINATIONS À CARACTÈRE OBLIGATOIRE DANS LE CADRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE...6 III - VACCINATIONS OBLIGATOIRES

Plus en détail

Envie d'un tatouage ou d'un piercing : ce que je dois savoir

Envie d'un tatouage ou d'un piercing : ce que je dois savoir Envie d'un tatouage ou d'un piercing : ce que je dois savoir Le site du Docteur Jean Louis LYSAKOWSKI Adresse du site : www.docvadis.fr/doc.lysakowski.lyon Validé par le Comité Scientifique Médecine générale

Plus en détail

Les maladies transmissibles : Manuel de référence à l intention des écoles

Les maladies transmissibles : Manuel de référence à l intention des écoles Les maladies transmissibles : Manuel de référence à l intention des écoles Version 5 Le 25 septembre 2012 TABLE DES MATIÈRES PAGE 1. Introduction 1 2. Maladies transmissibles et immunisation 2 2.1. Signalement

Plus en détail

Teigne du cuir chevelu

Teigne du cuir chevelu Teigne du cuir chevelu Dermatophytes (Champignons) réservoir Source de contamination Homme parasité Animal parasité Sol lésion cutanée et cheveux infectés de l'homme lésion cutanée et poils infectées de

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT «EXCRETA!!»

VOUS AVEZ DIT «EXCRETA!!» VOUS AVEZ DIT «EXCRETA!!» 1 2 Les selles Principal réservoir de micro organismes : impose une gestion stricte des excréta pour limiter la transmission croisée. Tube digestif 10 9 10 11 bactéries/gr de

Plus en détail

Être vacciné pour se. Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy

Être vacciné pour se. Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy 2012 Être vacciné pour se protéger et protéger Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy Cadre généralg Les vaccinations dans le milieu du travail sont régies par 2 réglementations

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT

CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT Le risque biologique : Il est lié à une exposition à des micro-organismes susceptibles de provoquer une infection, une allergie ou une intoxication. Il repose essentiellement

Plus en détail

le tatouage et votre santé

le tatouage et votre santé le tatouage et votre santé Qu est-ce qu un tatouage? Un tatouage est une marque ou un dessin permanent imprégné sur votre corps où des pigments sont introduits sous l épiderme à l aide de piqûres faites

Plus en détail

Incidence des maladies

Incidence des maladies Incidence des maladies Les vaccins ont contribué à la réduction spectaculaire du nombre de personnes malades et de décès provoqués par ces microbes ou virus. L effort vaccinal doit être maintenu afin d

Plus en détail

Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD)

Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD) Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD) Anne BETTINGER, CSH, ARLIN Alsace, Strasbourg Dr Olivier MEUNIER,

Plus en détail

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours VACCINATIONS Amboise, le 10 septembre 2012 Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours Historique Première vaccination humaine avec un virus atténué : contre la rage en juillet 1885

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES)

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Risques d AES Piqûre Coupure Projection sur visage yeux peau lésée Conduite à tenir... EN CAS D ACCIDENT AVEC 1 Réaliser les premiers soins

Plus en détail

En pratique? Contexte

En pratique? Contexte En pratique? journée régionale de formation en hygiene hospitalière Lorient 27.03.2013 Contexte INSTRUCTION N DGS/RI1/DGCS/2012/433 du 21 décembre 2012 relative aux conduites à tenir devant des infections

Plus en détail