137EN005: Matériaux hybrides et mésoporeux, biomatériaux (4 ECTS) (21h CM/10h TD/9h TP)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "137EN005: Matériaux hybrides et mésoporeux, biomatériaux (4 ECTS) (21h CM/10h TD/9h TP)"

Transcription

1 137EN005: Matériaux hybrides et mésoporeux, biomatériaux (4 ECTS) (21h CM/10h TD/9h TP) Enseignants : B. Boulard, C. Chassenieux, A. Ribaud, M. Barré Objectifs: Donner un aperçu des composés purement inorganiques rencontrés dans le monde du vivant. Compléter la vision de l état solide, en introduisant les matériaux hybrides de façon générale et en particulier les composés microporeux cristallisés au travers de leur mode de synthèse, cristallochimie et applications. L utilisation de templates organiques pour générer des matériaux mésoporeux sera explicitée. Enfin, on s intéressera aux hybrides inorganique/polymères utilisés dans l emballage ou les piles à combustibles. Programme: - Matériaux hybrides et composés microporeux cristallisés (A.Ribaud) * Présentation des matériaux hybrides (origine naturelle, développement, classification) * Les matériaux hybrides lamellaires (silicates, classification, propriétés, applications) * Les matériaux solides poreux (définition, classification, Zéolithes, Metal-Organic Frameworks (MOF), MIL, applications) - Matériaux mésoporeux et hybrides polymères (C. Chassenieux) * Matériaux mésoporeux : élaboration, propriétés, technique de la mesure de la (méso)porosité, applications. * Hybrides organiques/inorganiques : le cas des nanocomposites polymères : l'effet "nano", élaboration des nanocomposites, propriétés et applications. - Biomatériaux (B.Boulard) * les biomatériaux à base de CaCO 3, SiO 2, apatite * les biomatériaux magnétiques * effet du ph et de la pression sur les solubilités de CaCO 3, SiO 2, phosphates * les mécanismes de biominéralisation * les biomatériaux en chirurgie réparatrice

2

3 La chimie des matériaux hybrides 1. Introduction Qu est ce qu un matériau hybride? Approche : Un matériau hybride est constitué d une composante minérale ou inorganique et d une composante organique. Une définition plus précise sera donnée par la suite. Exemples dans la nature qui représentent le monde minéral et le monde organique de façon séparée : bois (2 biopolymères : cellulose, lignine) -monde organique : caoutchouc naturel (Polyisoprène) fruits Polyisoprène - monde minéral : fer argile sable (silice SiO 2 )

4 Exemples de matériaux organiques et minéraux manufacturés : -matériaux organiques : textile (Tergal) fil (Nylon) bouteille (poly(téréphtalate d éthylène)) chaise (chlorure de polyvinyle) - matériaux inorganiques : brique de construction (argiles) verre (Silicates) silicium matériaux de 2 mondes différents qui présentent des propriétés différentes Caractéristiques et propriétés différentes des matériaux inorganiques/organiques Composantes minérales ou inorganiques Composantes organiques ou biologiques Dur, cassant Forte densité Plasticité, élasticité Faible densité Stabilité thermique (>>100 C) Stabilité temporelle Réponses optiques intenses Oxydo-réductions facile et nombreuses Processus de reconnaissance Réactivité, sélectivité Optique, Electrique, Magnétique, Catalyse Auto-réparation auto-réplication

5 Dans la nature, il existe des nanocomposites organo-minéraux qui permettent d obtenir une réelle synergie des propriétés (plusieurs facteurs agissant ensemble, créent un effet plus grand que les deux pris séparément) par combinaison dans un seul matériau des propriétés de molécules organiques ou biologiques et celles des composés minéraux. - l avantage le plus évident propriétés très différentes de chacune des espèces beaucoup de combinaisons possibles Il est possible d obtenir de nouveaux matériaux avec un large spectre de propriétés connues ou encore inconnues matériaux multifonctionnels

6 1.1 Des exemples de matériaux hybrides (nanocomposites) naturels 2 exemples de nanocomposites organo-minéral dans le règne animal Exemple 1 : la cuticule des crustacés carbonate de calcium (75%) de type Calcite (craie) + Chitine (25%) ou poly N-Acétyl-D-glucosamine (sucre de type polysaccharide C 8 H 13 NO 5 )n) Carapace de crustacés bouclier de protection très efficace qui se forme à 20 C à partir de.sucre et de craie exceptionnel! Chitine CaCO 3 (système trigonal-r)

7 Exemple 2 : l os humain phosphate de calcium (Hydroxyapatite Ca 5 (PO 4 ) 3 (OH)) + Collagène (protéine fibrillaire qui confère une résistance mécanique à l étirement). Os humain Hydroxyapatite Collagène Remarques : - les conditions de formation sont douces (T ambiante 1000 C pour un verre) - construction du petit vers le grand : formation par auto-assemblage de molécules cad formation de cristaux liquides (gabarit de glucosamine) dans lesquels se fait le processus de minéralisation de CaCO 3 (cuticule des crustacés) - couplage de composantes antagonistes (au niveau des caractéristiques et des propriétés) à une petite échelle (cad moléculaire ou nanométrique) plus facile.

8 Quelques exemples de matériaux hybrides synthétiques :

9 1.2 Définition d un matériau hybride et d un nanocomposite Le terme matériau hybride est utilisé pour plusieurs systèmes différents couvrant un large domaine de matériaux, tels que les polymères de coordination cristallisés ordonnés, les composés amorphes sol-gel, les matériaux avec ou sans interactions entre les composantes organiques et inorganiques. La plus large définition est : un matériau hybride est un matériau qui inclus 2 composantes (l une organique et l autre inorganique) mélangées à l échelle moléculaire (diamètre d un atome 0.2 nm). Le système est homogène. Une définition plus détaillée distingue les différentes interactions possibles entre la partie organique et inorganique (voir 1.3). Il existe une transition progressive entre les 2 termes parce que de gros blocs structurants, comme des gros clusters inorganiques, peuvent être de l échelle du nanomètre. [V 10 O 28 ] 6- Le terme nanocomposite inorganique-organique est utilisé lorsque l une des composantes structurales se situe dans un domaine de taille de 1 à 100nm. Le système est hétérogène, c est un matériau biphasé formé d une matrice et d une phase de renfort de taille nanométrique.

10 Exemples d unités structurales discrètes pour les nanocomposites : des nanoparticules de silice, des nanofibres (nanorods) de cellulose, des nanotubes de carbone ou des silicates en feuillets. Ces unités sont incorporées dans des polymères organiques et forment les nanocomposites à matrice polymère. inorganic- organic nanocomposites Habituellement, le terme nanocomposite est utilisé si les unités structurales discrètes sont à la taille voulue avant mélange et le terme hybride si les unités inorganiques sont formées in situ à l aide de précurseurs moléculaires par exemple par réaction sol-gel. Cette chimie aura lieu à Tambiante (espèces moléculaires à nanométriques) ou à des T < 150 C (maximum 400 C dans le cas de polymères)

11 Les combinaisons organo-minérales sont nombreuses et conduisent à une variété infinie de composés hybrides en fonction des choix possibles de molécules : quelques exemples -un colorant organique encapsulé ou greffé dans un matériau en verre (à base de silice) applications : matériaux pour l optique (lasers) Perylene Red Verre coloré (Images de la Physique , Revue VERRE - Vol 6, 5 (2000) 22-26, CNRS info, 391 (2001) 13) - l inverse, un minéral (nanoparticules d or) inséré dans un polymère; ciblage spécifique des cellules tumorales pour destruction / cellules saines (irradation IR proche pour chauffage à 45 C) - un hybride à l échelle moléculaire car constitué de molécules qui portent dès le départ le caractère minéral et organique, obtenu sous forme de monolithe* qui peut présenter une porosité de surface de qq m 2 /g à 1000 m 2 /g. Monolithes : matériaux massifs de quelques mm³ à quelques dizaines de cm³ 1Å=0.1nm 0.1µm = 100nm 1nm = 1000x10 6 m

12 1.3 Classification en fonction du type d interaction entre les composantes organique et minérale matériaux hybrides = mélange des 2 composantes à petite échelle (cad moléculaire) rapport surface/volume très élevé création d une interface hybride organique-inorganique très étendue rôle prépondérant, central au niveau des propriétés (optiques, mécaniques, séparation, catalyse, stabilité chimique, thermique) Classification en fonction du type d interaction ou de liaisons entre les composantes: Classe I : la composante organique (simple molécule (orga ou bio), oligomère, polymère de faible poids moléculaire) et la composante inorganique échangent des interactions faibles de type van der Waals, liaison hydrogène ou ionique. O 2 N NO 2 NH 2 O O O Si O O HO Si O Si O O O O Si O O Classe II : les 2 composantes sont liées totalement ou partiellement par des liaisons chimique fortes covalentes ou iono-covalentes (fort recouvrement orbitalaire)). O 2 N NO 2 NH O O O Si O O Si O Si O O O O Si O O

13 En fait, la transition est continue entre interactions faibles et fortes donc pas vraiment deux classes séparées

14 2 réseaux interpénétrés interactions sans recouvrement orbitalaire Intérêts de la classe I : - facilité de synthèse du matériau - non nécessité de précurseurs métallo-organiques hétérofonctionnels - facilité d élimination si nécessaire de la phase organique - création facilitée d architectures fonctionnelles par auto-assemblage (spontané).

15 Intérêts de la classe II : - possibilité de synthèse de matériaux nouveaux à partir d alcoxydes fonctionnalisés - minimisation des séparations de phase - meilleure définition de l interface organique-inorganique qui permet par exemple un ajustement plus aisé de la balance hydrophile-hydrophobe. Un avantage de la classe II par rapport à la classe I: Le greffage des fonctions organiques au réseau inorganique permet d éviter un inconvénient des composés hybrides de classe I qui est le départ éventuel des composantes organiques au cours de l utilisation du matériau.

16 Remarque : rôle important de l interface entre composantes La transition du monde macroscopique vers le monde microscopique, nanoscopique et vers les objets moléculaires conduit au changement de la superficie réelle de la surface apparente des objets. 33% des atomes en surface Matériaux macroscopiques : la majorité des atomes est cachée dans la masse du matériau 58% des atomes en surface 88% des atomes en surface

17 2 points de contrôle primordiaux: - la nature physico-chimique des matériaux hybrides O-I - l interface des matériaux hybrides O-I permettent de réguler la transparence, l homogénéité chimique et la stabilité des matériaux mais aussi permet d obtenir des matériaux avec des propriétés qui ne sont pas seulement la somme des contributions individuelles des 2 phases. Du fait du rôle central joué par l interface hybride, une classification en 2 classes (I et II) a été faite. Une seconde caractéristique importante concerne les voies chimiques utilisées pour mettre en forme un matériau hybride donné. richesse des stratégies de synthèse pour la mise en forme d un matériau hybride. 4 grandes voies de synthèse : - voie A : procédés sol-gel et synthèses hydro- ou solvothermales - voie B : assemblage de nano-objets monodisperses préformés - voie C : auto-assemblage de molécules et polymères amphiphiles pour générer des gabarits supramoléculaires - voie D : approche intégrative par utilisation des voies précédentes + combinaison à des gabarits de taille variable et à la physico-chimie de la matière molle

18 2. Quatre grandes voies d élaboration des matériaux hybrides

19 2.1 Voie A : procédés «sol-gel» et synthèses hydro- et solvo-thermales La voie «sol-gel» : le processus de polymérisation minérale ou polycondensation minérale «sol-gel» = «solution gelification» Ce processus de chimie douce (T = C): permet d obtenir des réseaux de macromères inorganiques à partir de monomères (comme pour les composants organiques). polycondensation hydrolytique Processus les plus utilisés : polymérisation non hydrolytique polymérisation par coordination La polycondensation minérale hydrolytique mise en jeu de précurseurs moléculaires activés par : précurseurs moléculaires Oxo-polymères métalliques H 2 O ou - augmentation de température - modification de ph - ajout d H 2 0 ROH Élimination d eau et d alcool = polycondensation composante organique composante Inorganique : oxopolymères métalliques On peut classer dans ce processus de polycondensation hydrolytique : - le procédé sol-gel (hydrolyse des alcoxydes métalliques) - la précipitation des oxydes dans l eau (sels métalliques sous forme d oxydes ou hydroxydes) - la synthèse des silicates et alumino-silicates (argiles, zéolithes)

20 Acide silicique état liquide état solide sol : agrégation de particules qui forment des amas polymériques ramifiés en suspension (pas de précipitation) gel : réseau d oxyde gonflé (système enchevêtré) par le solvant avec des liaisons chimiques assurant la cohésion et donc la rigidité.

21 La polycondensation hydrolytique et le procédé sol-gel ont lieu en 2 étapes : Hydrolyse d un alcoxyde qui entraîne la formation d un groupement réactif M-OH, précurseur réactif qui va pouvoir donner lieu au réseau de polymères via des réactions de condensation. alcoxyde groupement précurseur réactif exemple d alcoxyde : tétraéthoxysilane ou TEOS : Si(OC 2 H 5 ) 4 Différents types de réactions de condensation : - Le groupement nucléophile (M-OH) élimine une molécule d alcool ou bien une molécule d eau. Ces réactions s appellent oxolation car il se forme des ponts M-O-M. - dans certains cas quand le centre métallique a un caractère de Lewis marqué (cad systèmes à coordinence insaturée) : il y a d autres types de procédés de polymérisation basés sur des additions nucléophiles qui s appellent olation

22 Taille des particules obtenues au cours de la polycondensation minérale : Approche de synthèse ascendante (bottom-up) cad que : on part de petites molécules (1nm) et par polymérisation il se forme des réseaux polymériques de plus grande taille et en particulier des dimères, des oligomères (10nm), des colloïdes (100nm) puis des réseaux d oxydes (1µm). En fonction de la concentration et de la taille, on va croiser un domaine, celui des sols (oligomères 10nm) qui est celui des dispersions colloïdales de petits objets qui sont en suspension dans un liquide jusqu aux gels (100nm) où ces petits objets se collent les uns les autres. On obtient un réseau connecté de polymères qui emprisonne un solvant dans ces mailles. Par d autres traitements, on peut éliminer le solvant et aller vers la formation de produits pulvérulents solides (1µm) ou de monolithes en fonction du mode de séchage. Cette chimie colloïdale présente un certain nombre d avantages comme la flexibilité de mise en forme car il y a de la matière molle dans ces gels.

23 2 voies : A1 et A2 en fonction des précurseurs utilisés

24 Voie A1 : Les précurseurs conventionnels utilisés pour la polymérisation minérale : alcoxydes (M(OR) n ) sels minéraux (M(X) n ) chloroalcoxydes (MCl x (OR) n-x ) différents métaux (M = Si, Ti, Zr, V ) OR = OCH 3, OC 2 H 5 X = Cl, Br Matériaux hybrides de classe I la molécule organique est piégée à l intérieur du réseau de silice précruseur sol-gel Si(OR) 4 molécule organique solution (solvant commun) hydrolyse-condensation H 2 O O 2 N NO 2 NH 2 O O O Si O O HO Si O Si O O O O Si O O molécule organique piégée dans la matrice de silice (gel)

25 Pour construire des matériaux de classe 2, il faut utiliser des alcoxydes organo-modifiés Un groupement alkoxy hydrolysable est remplacé par (R x -M(OR) n-x ) ex par un gpt alkyle non hydrolydable pour associer via un lien covalent ou iono-covalent une fonction organique ou polymérique au précurseur qui va polymériser pour former des réseaux de polymères minérales via l utilisation de ponts alcoxy. exemples organo-silice Le plus simple : TEOS ou tétraéthoxysilane Si-(OC 2 H 5 ) 4 organo-silice avec un espaceur (organo-silice téléchélique où l on polymérise des réseaux minéraux de chaque côté de l espaceur). Si on a des hybrides de métaux de transition ( Si), la liaison Si-C devient M-C, celle-ci est instable et sera remplacée par une liaison de complexation : typiquement via un acide carboxylique ou une -dicétone et donc les fonctions R vont permettre l hybridation. 2 types d alcoxydes organo-modifiés: - R : modificateur de réseau - R : formateur de réseau Téléchélique : Se dit d'un oligomère ou d'un polymère linéaires capables de subir une polymérisation ultérieure du fait de la présence de groupes réactifs à chacune des deux extrémités de la chaîne.

26 R : modificateur de réseau OR RO - Si - CH 3 OR réseau tridimensionnel Si-O-Si + groupements organiques pendants OR H 3 C -Si-CH 3 OR chaînes (monodimensionnel) Si-O-Si + groupements organiques multiples

27 R : formateur de réseau OR RO Si-CH=CH 2 OR organique -[SiMe 2 O]- double processus de polymérisation (minérale et organique) inorganique [SiO x (OH) y ] n La taille des 2 phases dépend du rapport Si/R Si > R Si < R

28 Voie A2 : utilisation de précurseurs pontés du type silsesquioxanne par ex 3(RO)-Si Si(OR) 3 pont ou espaceur organique Intérêt : combinaison des propriétés des molécules et polymères organiques avec la stabilité et la durabilité de la partie inorganique

29 Quelques applications de matériaux hybrides amorphes formés par voie sol-gel aerogel ABRASIL xerogel Verres hybrides colorés fluorescence - laser NLO - photochromisme Dépôt sol-gel anti-abrasif Asahi-Kirin Le dôme du grand théâtre national chinois est recouvert d un revêtement auto-nettoyant Revêtement hydrophobe Central Glass Japon

30 Voie A3 : synthèse hydro ou solvothermale (20 < T < 200 C) Hydrothermale : terme introduit en 1840 par un géologue (Murchison) définissant «action of water at elevated temperature and pressure leading to formation of various rocks and minerals». définition : le procédé solvothermal est le terme générique utilisé pour décrire une réaction entre un ou plusieurs précurseurs en présence d un solvant (aqueux = hydrothermal ou non aqueux = solvothermal) dans un milieu confiné (autoclave en acier inoxydable) à une température plus élevée que la température d ébullition et donc une pression supérieure à la pression ambiante. En conséquence la pression autogène (pression générée par le chauffage de la solution) augmente avec la température Le système se trouve donc : - en conditions sous critiques ou super critiques, suivant P et T (voir diapo suivante) - homogène ou hétérogène, suivant les phases en présence principe : en fonction de la valeur des paramètres Pression et Température, il est possible de moduler les propriétés physico-chimiques du fluide afin notamment de modifier la réactivité et les phénomènes de dissolution / re-précipitation. - Rôle de P = Accroître et gouverner la solubilité du précurseur «corps mère». - Rôle du ΔT = Induire une différence de solubilité permettant le transport de matière

31 Le point critique correspond aux points de température et de pression ou la différence entre liquide et gaz disparaît : la température critique est la température la plus élevée à laquelle un gaz puisse être liquéfié par compression, soit 374 C (647 K) pour l'eau et la pression critique est la pression requise pour liquéfier un gaz à sa température critique, soit 22,1 MPa (221 bars ou 221 atm) pour l'eau. Toute élévation supplémentaire d un des deux paramètres au-delà de sa valeur critique (donc audelà du point critique) conduit à l état qualifié de «supercritique» dans lequel le corps ne peut donc physiquement être ni liquide ni gazeux. (ne pas confondre avec le point triple qui correspond au point de température et de pression ou les trois phases solide/liquide/gazeuse (glace/eau/vapeur) peuvent coexister d'une manière stable, soit 273,16K (0,01 C) sous 611Pa (6,11hPa) pour l'eau.) (un exemple de condition hydrothermale : T=200 C, P=30 bars)

32 dispositif utilisé : cristaux d une Zéolithe

33 Dans le cas des composés hybrides : synthèses à T modérées (120 C < T < 250 C et pression autogène dûe au solvant) dans des solvants polaires (eau, formamide, toluène, alcool,dmf, ) par mélanges de molécules organiques (template ou gabarit) et de précurseurs métalliques - obtention de matériaux hybrides microporeux cristallisés tels que des zéolithes (organically templated) utilisés comme adsorbants ou catalyseurs et même mésoporeux (diamètre des pores 500Å) - autre génération de matériaux hybrides microporeux cristallisés : MOFs qui sont des polymères de coordination construit à partir d espaceurs polyfonctionnels ou téléchéliques qui se coordinent ou se lient in situ à des petits oligomères métalliques tels que des clusters oxo-métalliques. Pression autogène à 190 C: Eau : 10 bars (Teb : 100 C) Ethanol : 22 bars (Teb : 78 C)

34 Un exemple d application des composés hybrides poreux cristallisés : adsorption de gaz Idée actuelle : utiliser de l hydrogène comme vecteur énergétique de substitution aux énergies fossiles but fixé aux Etat-Unis : obtenir des matériaux susceptibles de stocker H 2 en proportions notables (6.5% * en poids à 300K) pour une utilisation ultérieure dans les piles à combustible Matériaux testés: MOFs (Metal Organic Frameworks) : MOF-177; MIL-101 MOF-177 : stockage de H 2 peu impressionnant à 77K et 1 bar mais sous haute pression à 77K et 70 bars,7.5% en poids (introduire le solide dans un container augmente la capacité de stockage d un facteur 3 à 5). En terme de développement durable, le stockage de CO 2 est un problème majeur. MOF-77 et MIL-101 adsorbent 500cm 3 de gaz par cm 3 de solide (un container contenant ce MOF stocke 9 fois plus de CO 2 comprimé que le container seul). (diamètre des pores 40Å) production industrielle (BASF ) * norme massique de 6.5% correspondant au rapport de la masse d'hydrogène stockée sur la masse du système de stockage

35 2.2 Voie B : stratégies de synthèse basées sur l assemblage de nano-objets monodisperses préformés Les nano-objets ou nanobuilding blocks NBBs (objets préformés calibrés de taille de l ordre du nm), forment le réseau hôte préformé et peuvent être: - clusters ou nanoparticules (oxydes métalliques, métaux et alliages, chalcogénures) - nano-feuillets de composés lamellaires (argiles, hydroxydes double, phosphates, oxydes et chalchogénures lamellaires) - nanoparticules composites de type cœur-écorce Les nano-objets doivent être stables dans les conditions imposées par l assemblage avec des composantes organiques Les NBBs seront pré- ou post-hybridés par des composantes organiques (ligands polymérisables, des espaceurs organiques, des biomolécules.) fixées à leur surface afin d être plus stable dans le milieu dans lequel il vont être utilisés (solvant aqueux ou non aqueux, polymères.) L assemblage des nano-objets (NBBs) préformés pourra avoir lieu par : * monodisperse : de taille et forme semblable - intercalation - intercalation par échange et dispersion - insertion - imprégnation

36 L'utilisation d'espèces hautement précondensées présente plusieurs avantages: (i) une plus faible réactivité à l'hydrolyse ou à une attaque de groupements nucléophiles que les alcoxydes de métaux (précurseurs moléculaires) (ii) Ces NBBs sont nanométriques, monodisperses, et avec de meilleures structures définies, qui facilitent la caractérisation des matériaux finaux. exemples de NBBs NBBs : quelques oxoclusters métalliques

37 Cluster du titane : Ti 16 O 16 (OEt) 32 i) Modification possible des fonctions ethoxy de surface par réactions d échange avec des fonctions alcools terminales sur des dendrimères (polymères) : couplage par mélange du cluster et du dendrimère dans un solvant commun Obtention par évaporation du solvant d un verre nanostructuré composé de dendrimères réticulés par des clusters ii) Substitution d une fonction ethoxy par un alcool porteur d une fonction polymérisable (HEMA) puis copolymérisation de l ensemble pour former un réseau hybride agençable sous forme de monolithe Application : impression optique de données (principe : irradiation du matériau hybride par un faisceau laser qui va modifier l état d oxydation de certains atomes de titane. Ce composé à valence mixte va initier un processus de transfert de charge qui va entraîner un forte absorption dans la partie rouge du spectre visible, l œil percevra la couleur complémentaire bleu-gris (fonctionnalité générée par la partie minérale).

38 NBBs : nano-feuillets de composés lamellaires (argiles ) Les argiles : aluminosilicates à structures en feuillets (2D) Feuillets minéraux Espace inter-feuillets Feuillets minéraux échange molécule organique échangeurs d ions NH + 3 C n H 2n+1 ex : échange de cations minéraux par un cation alkyl ammonium par traitement de l argile par une solution du sel organique matériaux hybrides argileux

39 L intérêt des matériaux nanostructurés basés sur les argiles dérivés est considérable et les argiles modifiés organiquement montrent de nombreux avantages : -Structure pré-organisée (composé inorganique de structure cristalline, morphologie et composition chimique déterminées) à caractéristiques uniques : i) haute surface spécifique permettant une capacité d adsorption élevée ( m 2.g -1 ) ii) capacité d échange ionique (aptitude d un matériau à retenir des cations échangeables) (jusqu à 100 cmol/kg) iii) bonne stabilité thermique, mécanique et chimique iv) capacité d'ajouter facilement une fonctionnalité appropriée par combinaison avec des espèces organiques à travers différents mécanismes. Définition : La surface spécifique (surface interne + externe) désigne la superficie réelle de la surface d'un objet par opposition à sa surface apparente. On l'exprime en général en surface par unité de masse, en mètre carré par kilogramme (m² kg -1 ), ou en une des unités dérivées (par exemple mètre carré par gramme, 1 m² g -1 = m² kg -1 ).

40 Si le réseau minéral est lamellaire ou poreux, la composante organique pourra être apportée par intercalation, insertion, imprégnation Exemple 1- insertion dans un matériau lamellaire de type argile (minéraux silicatés) : il est possible d insérer de l eau ( fabrication de poterie). L argile gonfle et celle-ci est plus facile à mettre en forme. Ce sont d excellents adsorbeurs. Exemple 2 - intercalation par échange dans le réseau hôte minéral d un cation inorganique par une molécule organique. Ces molécules se trouvent intercalées dans le réseau-hôte. Si la molécule organique est un polymère ou un monomère polymérisable alors on obtiendra un système qui va gonfler, on aura des argiles hybrides qui vont s exfolier (se détacher) pour donner des nanocomposites. (les couches d argile sont complètement séparées et réparties dans la matrice polymère) Argile organophile = argile compatible avec les polymères

41 Quelques applications des organoargiles : du fait leur capacité d adsorption séléctive des molécules - séparations chromatographiques - éliminer des polluants organiques de l eau ou de l air - formulation améliorée des pesticides - détecteur chimique, tamis moléculaire - propriétés anti-feu

42 2.3 Voie C : utilisation des propriétés d auto-assemblage des molécules et des polymères amphiphiles pour former des gabarits supramoléculaires - voie de synthèse qui permet de contrôler la texture* et la morphologie* des phases en croissance. - les phases inorganiques ou hybrides peuvent être générées à partir des précurseurs utilisés dans les voies A et B (précurseurs moléculaires, clusters, nanoparticules). Exemple : auto-assemblage de tensioactifs en agrégats micellaires - molécules les plus simples connues pour leur propriété d auto-assemblage : sont les tensioactifs, les savons qui forment dans l eau des micelles emprisonnant les graisses et permettant leur élimination. tensioactif chaîne carbonée apolaire hydrophobe micelles dans 2 solvants différents - agrégats micellaires : sphérique, cylindrique ou organisés sous la forme de structures en cristaux-liquides 2D ou 3D, lamellaires, hexagonales, cubiques *molécule amphiphile : molécule qui possède à la fois un groupe hydrophile et un groupe hydrophobe *texture : géométrie des particules et des pores dans un matériau *morphologie : aspect extérieur du matériau (ex: granulaire, crayeux, vitreux )

43 Processus de formation d un matériau mésoporeux nanostructuré milieu aqueux ph = C, 24h étape 1: mise en contact de précurseurs moléculaires de type alcoxyde et de tensioactifs qui conduit, via un processus d auto-assemblage, à la formation de cristaux liquides hybrides de structure hexagonale lorsque la concentration en agrégats micellaires cylindriques augmente. L ensemble forme «le gabarit organique». étape 2 : couplage des phases de type cristal-liquide avec un processus de polycondensation minérale qui se développe à l interface située entre l eau et les têtes polaires des molécules de tensioactif constituant les micelles. La minéralisation autour des micelles conduit à l obtention d une phase hybride intermédiaire de structure hexagonale. Cette phase intermédiaire est constituée d un cœur mou (micelles) et d une enveloppe qui durcit grâce à la polymérisation minérale.

44 Processus de formation d un matériau mésoporeux nanostructuré (suite) matériau final étape 3: les micelles de savon sont éliminées par lavage et révèlent une porosité bien calibrée emprisonnée par la charpente minérale. Le diamètre des pores, de 2 à 20 nm, correspond à celui des micelles, qui lui-même dépend de la taille de la molécule amphiphile sélectionnée. La phase finale obtenue peut-être entièrement minérale (silice ou oxyde métallique), ou hybride si le précurseur est un organosilane porteur d une composante organique. Matériau mésoporeux hybride à structure périodique (caractérisation par les rayons X et MET (mise en évidence de la structure régulière des mésopores en clair et de la matière en gris foncé )

45 application : capteur optique à BF 3 mésoporeux hybride BF 3 est un gaz toxique utilisé en microélectronique Obtention d un film de silice mésoporeux hybride qui contient dans ces pores les fonctions de reconnaissance (F.R.), greffées au départ au précurseur. A l intérieur des pores, les F.R. (béta-dicétone aromatique) forment en présence de la molécule à détecter (BF 3 ) un complexe fluoroboré qui va émettre une information mesurable (luminescence). élaboration de capteurs optiques sélectifs et très sensibles (seuil de détection 10 parties par milliard)

46 2.4 Voie D : Synthèse intégrative : voies A, B et C combinées Chimie intégrative : chimie qui associe un ensemble de stratégies associant la chimie douce, la chimie supramoléculaire, l hybridation organo-minérale ou bio-minérale, la physico-chimie avec la matière molle*, l ingénierie des procédés. La chimie douce (Livage, 1977) est inventée pour synthétiser des matériaux en s inspirant des capacités des êtres vivants de produire du verre à partir de silicates en solution, à température ambiante. Le principe de la chimie supramoléculaire (Lehn, prix Nobel, 1987) est d utiliser des briques moléculaires qui, une fois mélangées en solution, s assemblent pour donner des édifices de taille nanométrique. Les synthèses, réalisées à température ambiante (principe de la chimie douce), vont permettre de faire interagir des systèmes organiques, biologiques et inorganiques en y associant les structures complexes de la matière molle*, sans destruction de la matière organique particulièrement sensible aux élévations de température. Par auto-assemblage via des liaisons faibles (principe de chimie supramoléculaire), la matière organique va s organiser et imposer sa morphologie (ruban, mousse, fibre, bille.) aux entités inorganiques en croissance. La possibilité de faire varier l empreinte organique et la souplesse des modes d organisation à différentes échelles permettent littéralement de ciseler la matière et d imaginer une infinité de morphologies. Un matériau, ses propriétés d usage et sa robustesse résultent du couplage entre un composé chimique et un procédé d élaboration * matière molle : ensemble de structures allant de systèmes thermodynamiques métastables (mousses, émulsions, etc.) aux systèmes moléculaires dont l organisation est intermédiaire entre celle des liquides et celle des solides.

47 Un exemple mettant en évidence le couplage chimie-procédé : un matériau n est pas seulement un composé, ni une composition chimique. La même composition chimique SiO 2 (silice), constituée de tétraèdres SiO 4 connectés entre eux, est le constituant principal du sable, des cristaux de quartz, du verre à vitre, et de l élégante frustule protectrice des diatomées (micro-algues unicellulaires se trouvant dans la plancton) diatomées Organisation multi-échelles des frustules de diatomées : structure poreuse sur plusieurs échelles de taille (qqs µm à nm (facteur 1000)) Les matériaux du vivant présentent des structures hiérarchiques et multifonctionnelles Un des grands défis est l élaboration de matériaux bio-inspirés présentant des structures hiérarchiques dans lesquelles nous serions capables de positionner précisément des fonctionnalités différentes à chaque échelle.

48 3. L histoire des matériaux hybrides : de la préhistoire au XXIème siècle débute à la préhistoire et est encore en cours de développement au XXI ème siècle Il est possible de distinguer 4 périodes 3.1 De la préhistoire à l ère Maya - ( avt JC 900 ap JC) Abondance des éléments de la croûte terrestre O : 60.4% Si : 20.5% Al : 6.2% H : 2.8% Na : 2.5% Ca : 1.9% Fe : 1.8%. Abondance des minéraux dans la nature Silicates : 79% (argiles, feldspath ) Oxydes : 17% (12.6% quartz) Carbonates : 1.7% Phosphates : 0.7% Chlorures et fluorures : 0.5% Sulfures et sulfates : 0.4% Contraintes et critères pour l homme : - facilité d accès aux matières premières (proximité, diversité, abondance) - facilité de modification et mise en forme des matériaux - nouvel effet de couleur, de toucher, de transparence Utilisation des argiles dès la préhistoire

49 La mixité organo-minérale peut être mise en évidence par 3 exemples avt notre ère : fresques de Lascaux où 3 matériaux étaient utilisés et mélangés - l oxyde de fer Fe 2 O 3 (ou rouille) qui donnait la couleur jaune-orangée - une argile (alumino-silicates), pâte malléable, qui gonfle grâce à ces propriétés d intercalation - l eau qui sert de liant - Ils utilisaient aussi la moelle, la graisse, l urine, la salive, le sang : molécules organiques connues aujourd hui pour intercaler les argiles fabrication de matériaux hybrides dans un but artistique Les porcelaines chinoises (an 600) - argile (kaolinite) + urée Le pigment bleu Maya (an 900) Pigment bleu Maya utilisé au Mexique sur les fresques murales: résistant à la biodégradabilité, stable aux acides, aux alcalins et aux solvants organiques

50 Au Mexique : - abondance d une argile fibreuse (cad à tunnels) la Palygorskite - abondance d une plante, l indigo, qui génère par décoction un colorant bleu Palygorskite + T > 100 C molécule : colorant indigo pigment hybride (Si 8 O 20 Al 2 Mg 2 (OH) 2 (H 2 0) 4 ) 4H 2 0 Dimension de canaux : 3.7Å x 6.4 Å insertion du colorant dans les tunnels de l argile combinaison de la couleur du pigment et de la résistance de l argile - matériau utilisé pour les peintures murales pour sa couleur bleue maya ( indigo) - stabilité temporelle exceptionnelle, se dégrade difficilement en milieu humide, acide grâce à la protection de la molécule organique fragile par la coque minérale

51 3.2 Du début du XVIIème siècle jusqu en Obtention de silicates : dissolution du sable, précipitation, gélification Van Helmont : obtention d une suspension de silicate alcalin par dissolution de sable en milieu NaOH, puis en acidifiant formation d un précipité de silice SiO 2. début du «sol-gel» 1779 Bergman : en contrôlant la quantité d acide, il obtient les premiers gels de silice Naissance de la chimie du silicium et des silicones 1824 Berzelius : synthèse du silicium 4K + K 2 SiF 6 Si + KF l élément silicium est isolé synthèse du tétrachlorure de silicium à partir du silicium isolé Si + 2Cl 2 SiCl 4 précurseur intéressant pour développer la polymérisation minérale

52 1844 Ebelmann : début de la chimie sol-gel - synthèse des esters siliciques Si-(OR) 4 - puis en présence d eau Si(OR) 4 + 2H 2 O SiO 2 sous forme de gel formation de gels de silice sans connaître la polycondensation inorganique 1863 Friedel (français) Craft (américain) : naissance de la chimie des organosilanes = synthèse du premier composé organique du silicium cad hybride : Si(C 2 H 5 ) 4 SiCl 4 + 2Zn(C 2 H 5 ) 2 Si(C 2 H 5 ) ZnCl 2 (zinc de diéthyl) formation d un précurseur organo-métallique du silicium - stabilité à l hydrolyse de la liaison Si-CH 2 CH 3 (C 2 H 5 ) 2 Si(OC 2 H 5 ) 2 + H 2 0 (acide) huiles stables (embryons de silicone) - synthèse des «silicols» : (C 2 H 5 ) 2 Si-OH triéthylsilanol

53 Début XXème siècle : naissance de la chimie des silicones - Kipping (1904) - préparation de silanes (SinH2n+2 ) via des réactions de Grignard (en présence de THF) SiCl 4 Cl Si Cl Cl 2 C 6 H 5 MgCl + SiCl 4 Cl Si + 2 MgCl 2 Cl Cl Si - puis hydrolyse des silanes (élimination du chlore) huiles ou glues (= silicone) : industrialisation des silicones : Dow Corning, Rhône-Poulenc - production de silicones par synthèse de Muller-Rochow (1940): action de carbures halogénés sur le silicium en présence de Cu (catalyseur) à 300 C sous une pression de 1-5 bars. Si + 2CH 3 Cl (CH 3 ) 2 SiCl 2 + silanes dérivés (CH 3 SiCl 3, (CH 3 ) 3 SiCl ) (diméthyldichlorosilane (DMDCS), le + recherché) - puis séparation des différents silanes par distillation, ensuite hydrolyse (élimination du chlore) (-Si-Cl + H 2 0 -Si-OH + HCl) et polycondensation (polymérisation avec élimination d eau) pour conduire à une chaîne Si-O-Si-O-Si-. * silanes, analogues siliciés des alcanes

54 CH 3 formule générale d un silicone : le plus courant PDMS (poly(diméthylsiloxane)) O Si ( ) : ère industrielle des silicones avec Dow Corning, Dupont de Neumours, 3M, Rhône Poulenc CH 3 n - avec les silicones (alcoxydes de Si) : colles, joints, masques, tubes, gants, isolants - avec les alcoxydes de titane : textiles anti-feu

55 3.2.3 Insertion de composantes organiques dans les argiles Une autre communauté scientifique, celle des argiles, va produire des composés hybrides organo-minéraux et notamment des nanocomposites organo-minéraux par substitution de cations Na +, Ca 2+ par des molécules organiques dans des argiles Feuillets minéraux Espace inter-feuillets Feuillets minéraux argile = alumino-silicate, structure en feuillets entre lesquels s insèrent les cations Na +, Ca 2+. Exemple : Montmorillonite Na +, Ca 2+ échange (Na,Ca) x (Al,Mg) 2 (OH) 2 [Si 2 O 5 ] 2 - [organiques] + : [R 4 N] + R = alkyl ammonium quaternaire - polymères : polyacrylonitrile ou PAN grand nombre d applications: catalyse hétérogène, amélioration des propriétés mécaniques (balle de tennis), amélioration des propriétés barrières aux gaz (emballage alimentaire), anti-feu (câbles électriques).

56 3.3 La période Les Zéolithes Les zéolithes sont des alumino-silicates constituées de tétraèdres d aluminium et de silicium arrangés de façon tridimensionnelle de façon à former des fenêtres à géométries bien définies. Ceci donne des structures microporeuses dans lesquelles il y a des cavités qui vont de l Å au nm où se trouvent des cations minéraux (Na +, K +, Mg 2+, Ca 2+ ). faujasite présence de cavités propriétés très intéressantes sodalite sélectivité des molécules en fonction de la taille tamis moléculaires, échangeurs d ions, catalyseurs, détergents (remplaçant des phosphates), absorbant dans les opérations de séparation, déshydratation et purification de l air, purification et adoucissement de l eau capture de NH 3 dispositif médical éliminer les toxines et les métaux lourds

57 nombreux travaux dans les années (1945 (Barrer et Milton) ) avec des industriels (Union Carbide, Mobil Oil) Vers 1950, la communauté des zéolithes va utiliser des molécules organiques avec un point de vue différent de celle des argiles. effet template ou gabarit : le réseau hôte inorganique se forme autour de composantes organiques ( ) comme il se forme autour des cations minéraux plus petits. pour augmenter le nombre de variétés structurales et la taille des cavités qui était limitée pour certaines réactions catalytiques exemple de cation organique : cation tétra-alkyl ammonium cation beaucoup plus gros différence au niveau du rapport charge/volume permet de faire varier de façon considérable les rapports Si/Al et l acidité des nouvelles zéolithes ZSM-18 cation tris pyrrolidinium Nouvelle variété structurale, diamètre des pores 7Å ZSM-5

58 3.3.2 La chimie «Sol-gel» - lancement de la thématique entre 1950 et 1970 intérêt des dépôts sol-gel pour créer des films à partir d alkoxydes de silicium , une meilleure compréhension sur les films (physique du séchage et aspect mécanique de ces matériaux) grâce à des techniques de caractérisation adaptées , J. Livage ouvre la voie sol-gel aux éléments de transition, notamment le vanadium - Un nom important au niveau des composés hybrides : D. Avnir (1984), il inclut des matériaux organiques (colorants) dans des verres transparents et développent des matériaux pour l optique. Il explique le rôle de la molécule dans une nano-cage formée par le gel de silice. Matech Asahi-Kirin

59 3.3.3 Les composés bio-hybrides 1990 Un exemple : Idée de mettre des composants biologiques à la place de l organique interface «sol-gel» - biologie - biocatalyse avec des systèmes enzymatiques - des bio-protéines pour des capteurs optiques - des enzymes pour des capteurs par détection électrochimique - inclusion de cellules au sein de matrices sol-gel

60 3.3.4 Interface avec la chimie moléculaire 1990 utilisation de précurseurs moléculaires sur mesure avec une optique totalement matériaux -précurseurs organosilylés Structures en cage systèmes polyfonctionnels Interface avec la chimie des polymères ( ) -préoccupations : - augmenter les propriétés mécaniques - augmenter les stabilités thermiques - Dispersion de charges sol-gel formées in situ - Fonctionnalisation des macromonomères - Génération simultanée de réseaux polymères et minéraux interpénétrés

61 3.3.7 les matériaux mésoporeux hybrides Processus de formation d un matériau mésoporeux nanostructuré les polymères de coordination cristallins solides microporeux hybrides cristallisés 3 équipes : Férey (MIL), Kitagawa, Yaghi (MOF) ex : MIL-101 : zéolithes à murs hybrides

62 3.4 Aujourd'hui Différentes communautés ont permis de faire naître la chimie et ont réussi à s interfacer Depuis les années 2000 : - aspect industriel encore plus fort - applications commerciales plus nombreuses d où la création d emplois avec le profil matériaux hybrides

CHEMISTRY Paris 7 Denis Diderot

CHEMISTRY Paris 7 Denis Diderot CHEMISTRY Paris 7 Denis Diderot LICENCE 1 SEMESTER 1 (Fall) o Chimie générale I o Physique I o Mathématiques élémentaires I o Chimie expérimentale COURSE DESCRIPTION Chimie générale I Chapitre I : l'atome

Plus en détail

Chapitre I Introduction

Chapitre I Introduction Chapitre I Introduction Introduction Métaux Composites Polymères Céramiques Introduction Acier Autres Titane Composites Aluminium Introduction Composites résine-carbone Composites résine-kevlar Titane

Plus en détail

Synthèse de nouveaux matériaux et de molécules biologiquement actives

Synthèse de nouveaux matériaux et de molécules biologiquement actives Synthèse de nouveaux matériaux et de molécules biologiquement actives 3h00 1) Synthèse et hémisynthèse de molécules biologiquement actives 1) Obtention de molécules biologiquement actives Une molécule

Plus en détail

100 millions de tonnes de plastiques produites par an.

100 millions de tonnes de plastiques produites par an. Réalisé par: Introduction 100 millions de tonnes de plastiques produites par an. Problème : se débarrasser des déchets plastiques pour ne plus augmenter les effets néfastes sur l environnement. Objectif

Plus en détail

1. Abondance, préparation du métal.

1. Abondance, préparation du métal. Page 1 sur 7 1. Abondance, préparation du métal. Le silicium est l élément le plus abondant après l oxygène dans la croûte terrestre (» 28%). On le trouve dans de très nombreux silicates. On obtient le

Plus en détail

A2 : Phénomènes associés aux risques chimiques

A2 : Phénomènes associés aux risques chimiques A2 : Phénomènes associés aux risques chimiques 1. Réactions chimiques On appelle réaction ou transformation physicochimique le processus par lequel une ou plusieurs substances se transforment en une ou

Plus en détail

PARTIE A : L'EAU, UN SOLVANT BIEN PARTICULIER [10 POINTS]

PARTIE A : L'EAU, UN SOLVANT BIEN PARTICULIER [10 POINTS] DEVOIR COMMUN DE PHYSIQUE-CHIMIE, ÈRE S, MAI 203 CORRECTION PARTIE A : L'EAU, UN SOLVANT BIEN PARTICULIER [0 POINTS] 4 "" = point A. Qu'est-ce que l'eau? 2 A.. H : (Z = ) : K ; O : (Z = 8) : K 2 L 6 A..2

Plus en détail

II.1. Réactions de polymérisation en chaîne Une chaîne de longueur x peut uniquement se combiner à un monomère afin de. K a R + M. K p. ..

II.1. Réactions de polymérisation en chaîne Une chaîne de longueur x peut uniquement se combiner à un monomère afin de. K a R + M. K p. .. II Réactions de polymérisation Les réactions de polymérisation peuvent être divisées en deux catégories selon le mécanisme de croissance de la chaîne : II1 Réactions de polymérisation en chaîne Une chaîne

Plus en détail

ANNEXE 2 : Les fiches de synthèses

ANNEXE 2 : Les fiches de synthèses ANNEXE 2 : Les fiches de synthèses 58 Les fiches de synthèse Document 2 a : Fiche de synthèse chromatographie (Enseignant H) Document 2 b : Fiche de synthèse chromatographie (Enseignant M) Document 2 c

Plus en détail

BT³ Technologies Des Outils de Chimie Verte pour la Conception des Matériaux de Demain

BT³ Technologies Des Outils de Chimie Verte pour la Conception des Matériaux de Demain Des utils de Chimie Verte pour la Conception des Matériaux de Demain Daniel Samain BT3 Cahier des charges Bio- approvisionnement Propriétés d usage appropriées Barrière eau/graisse/gaz Composites thermoplastiques

Plus en détail

Partie 5. Activité catalytique des complexes Cycles catalytiques : étapes et exploitation

Partie 5. Activité catalytique des complexes Cycles catalytiques : étapes et exploitation Modélisation quantique et réactivité Partie 5. Activité catalytique des complexes Cycles catalytiques : étapes et exploitation Objectifs du chapitre Notions à connaître : Cycles catalytiques. Processus

Plus en détail

Santé Chimie. 1 ère leçon De l atome à l élément chimique. I - Modèle de l atome

Santé Chimie. 1 ère leçon De l atome à l élément chimique. I - Modèle de l atome Santé Chimie 1 ère leçon De l atome à l élément chimique L atome est le constituant fondamental de la matière, c est la «brique» de base de la matière solide, liquide ou gazeuse. A partir d atomes, peuvent

Plus en détail

La matière. La matière est constituée d un ensemble de molécules qui sont elles-mêmes formées d atomes.

La matière. La matière est constituée d un ensemble de molécules qui sont elles-mêmes formées d atomes. La matière La matière est tout ce qui possède une masse et occupe un espace. Tous les objets, l air, l eau, l huile sont de la matière, ce sont des corps. Ces corps peuvent exister sous différents aspects

Plus en détail

Chimie Générale-CH101 INTRODUCTION

Chimie Générale-CH101 INTRODUCTION INTRODUCTION 1 LA CHIMIE??? La chimie est la science qui étudie la composition, les réactions et les propriétés chimiques et physiques de la matière... Ne pas confondre entre un phénomène Physique et phénomène

Plus en détail

NOTION DE STRATEGIE EN CHIMIE ORGANIQUE

NOTION DE STRATEGIE EN CHIMIE ORGANIQUE , Chapitre 7 Terminale S NOTION DE STRATEGIE EN CHIMIE ORGANIQUE La synthèse de composés organiques nécessite la prise en compte de nombreux paramètres afin que les produits obtenus le soient avec de bons

Plus en détail

Une liaison covalente correspond à la par deux atomes.

Une liaison covalente correspond à la par deux atomes. hapitre 4 : Les molécules (himie SATÉ et SPRT) bjectifs : Représenter des formules développées et semi développées correspondant à des modèles moléculaires. Savoir qu à une formule brute peuvent correspondre

Plus en détail

UMR7615, Physico-chimie des Polymères et des Milieux Dispersés. ESPCI, Université Paris 6, CNRS, 10 rue Vauquelin, Paris.

UMR7615, Physico-chimie des Polymères et des Milieux Dispersés. ESPCI, Université Paris 6, CNRS, 10 rue Vauquelin, Paris. UMR7615, Physico-chimie des Polymères et des Milieux Dispersés ESPCI, Université Paris 6, CNRS, 10 rue Vauquelin, 75005 Paris Patrick PERRIN ENSEIGNEMENT Physicochimie des polymères M2S1 Recherches: Polymères

Plus en détail

Chapitre 17 : Stratégie de la synthèse organique

Chapitre 17 : Stratégie de la synthèse organique Chapitre 17 : Stratégie de la synthèse organique Notions et contenus Protocole de synthèse organique : - identification des réactifs, du solvant, du catalyseur, des produits ; - détermination des quantités

Plus en détail

CHIMIE DE LA SILICE. STRUCTURE DE LA CRISTOBALITE (β-sio 2 )

CHIMIE DE LA SILICE. STRUCTURE DE LA CRISTOBALITE (β-sio 2 ) CHIMIE DE LA SILICE Parmi les meilleurs isolants thermiques figurent la «laine de verre» réalisée à partir de fibres très fines de verre ou de roche. Pour l isolation acoustique, les recherches se focalisent

Plus en détail

Chimie Energie et Réactivité. Chapitre 10 de thermodynamique chimique : Mécanismes réactionnels

Chimie Energie et Réactivité. Chapitre 10 de thermodynamique chimique : Mécanismes réactionnels Chimie Energie et Réactivité Chapitre 10 de thermodynamique chimique : Mécanismes réactionnels Chapitre 10 de thermodynamique chimique. Mécanismes réactionnels I. Différents type de réactions II. Profil

Plus en détail

TASTET Damien Journée «Thèse des Bois» Mimizan, le vendredi 29 Janvier

TASTET Damien Journée «Thèse des Bois» Mimizan, le vendredi 29 Janvier TASTET Damien Journée «Thèse des Bois» Mimizan, le vendredi 29 Janvier 2010 1 Obtention de composites Bois-Polymère Collaboration sur 2 sites : Mme Fatima CHARRIER M. Bertrand CHARRIER Mme Maud SAVE M.

Plus en détail

Chapitre 6 : Oxydes-Hydroxydes

Chapitre 6 : Oxydes-Hydroxydes Chapitre 6 : Oxydes-Hydroxydes I Oxygène Elément très abondant O 2 très réactif se combine avec tous les éléments (sauf He, Ne et Ar) Rappel : Degré d oxydation de l oxygène les plus courant : -II -I 0

Plus en détail

Le DRECAM s'affiche à la Cité de Sciences "Expo Nano : La technologie prend une autre dimension"

Le DRECAM s'affiche à la Cité de Sciences Expo Nano : La technologie prend une autre dimension Le s'affiche à la Cité de Sciences "Expo Nano : La technologie prend une autre dimension" Quelques objets proposés et exposés par le Département de Recherche sur l'état Condensé, les Atomes et les Molécules

Plus en détail

Matériaux minéraux : Les roches

Matériaux minéraux : Les roches Identifier et choisir les matériaux utilisés dans les constructions paysagères. CCF en décembre 2010 (coef 1,5) D43 : 5.2- Etablissement d'un devis D44 : 4.1- Identifier et choisir les matériaux D44 :

Plus en détail

Chromatographie en Phase Liquide. Phase normale et inversée. Liquid Phase Chromatography. Normal and Reversed Phase

Chromatographie en Phase Liquide. Phase normale et inversée. Liquid Phase Chromatography. Normal and Reversed Phase Chromatographie en Phase Liquide Phase normale et inversée Liquid Phase Chromatography Normal and Reversed Phase Chromatographie d adsorption Phase normale Chromatographie d adsorption Phase stationnaire

Plus en détail

La réaction chimique

La réaction chimique Chapitre 3 Sciences Physiques - BTS La réaction chimique 1. Les équations bilans 1.1. Noms et symboles Une réaction chimique peut être considérée comme une réorganisation de la matière. On distingue les

Plus en détail

LES IONS : Mise en évidence de l état ionique

LES IONS : Mise en évidence de l état ionique LES IONS : Mise en évidence de l état ionique I - Rappel de la structure d une molécule ( exemple : l eau ) La molécule d eau est formée Représentation de la molécule : Formule brute :... Formule développée

Plus en détail

l état solide 1 Interaction électrostatique 1.1 Loi de Coulomb

l état solide 1 Interaction électrostatique 1.1 Loi de Coulomb 9. Cohésion de la matière à l état solide 1 Interaction électrostatique 1.1 Loi de Coulomb Deux objets ponctuels portent chacun une charge électrique q A et q B exprimée en Coulomb (C). Ils sont séparés

Plus en détail

EXERCICES DE RÉVISION SCP 4012 Les phénomènes ioniques CHAPITRES 1 et 7 -1-

EXERCICES DE RÉVISION SCP 4012 Les phénomènes ioniques CHAPITRES 1 et 7 -1- EXERCICES DE RÉVISION SCP 4012 Les phénomènes ioniques CHAPITRES 1 et 7 Nommer les trois étapes principales d une étude de cas. 1. 2. 3. -1- -2- Quel est le rôle de la couche d ozone? -3- Décrire brièvement

Plus en détail

Les ma t é r i a u x s o l i d e s

Les ma t é r i a u x s o l i d e s Les ma t é r i a u x s o l i d e s J. Rive t - 2009 Table des matières 1 Les solides... 3 1.1 Solides non cristallins...3 1.1.1 Matières organiques... 3 1.1.2 Solides amorphes... 3 1.1.3 Les matériaux

Plus en détail

Cours 3 Atome et Molécule

Cours 3 Atome et Molécule Cours 3 Atome et Molécule Objectifs : Différencier les particules subatomiques Comprendre le modèle atomique et l appliquer lors de la configuration électronique Savoir lire le tableau périodique Décrire

Plus en détail

CRISTAUX COVALENTS ET MOLECULAIRES

CRISTAUX COVALENTS ET MOLECULAIRES 1 CRISTAUX COVALENTS ET MOLECULAIRES I.Cristaux covalents Dans ce cas, les nœuds du réseau cristallin sont occupés par des atomes identiques ou des atomes différents (ou groupements d'atomes). On peut

Plus en détail

Adaptation du procédé sol-gel à la synthèse de poudres céramiques en milieu CO 2 supercritique.

Adaptation du procédé sol-gel à la synthèse de poudres céramiques en milieu CO 2 supercritique. Journées Sol-Gel du CEA, Tours, 5-6 février 2007 SAINT-GOBAIN CREE Adaptation du procédé sol-gel à la synthèse de poudres céramiques en milieu CO 2 supercritique. Christian Guizard (LSFC -Saint-Gobain

Plus en détail

Additifs rhéologiques pour peintures

Additifs rhéologiques pour peintures 0. Introduction Additifs rhéologiques pour peintures Comment modifier le profil rhéologique d une peinture? Par orientation de couches laminaires minérales (ex : épaississants inorganiques) Avec des liaisons

Plus en détail

Les polymères. G Grimandi PU-PH

Les polymères. G Grimandi PU-PH Les polymères G Grimandi PU-PH Polymères et produits de santé 2 Domaine médical : < 1 %de la consommation mondiale PVC > PP > PE > PS > ABS > PC > SI > PMMA > PA... Polymères : Critères de choix 3 Performances

Plus en détail

La stérilisation des silicones

La stérilisation des silicones Stérilisation sous irradiation g > Possibilité de traiter des volumes importants ; La stérilisation des silicones > Altérations significatives du matériau traité (réticulation, scission des macromolécules,

Plus en détail

Contrôler la morphologie de SiC poreux par des approches de moulage moléculaire

Contrôler la morphologie de SiC poreux par des approches de moulage moléculaire Contrôler la morphologie de SiC poreux par des approches de moulage moléculaire J. Cambedouzou ICSM / Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Montpellier Collaborateurs : O. Diat, D. Meyer, X. Deschanels,

Plus en détail

STRUCTURES CRISTALLINES. Le cristal parfait constitue la base de l étude de la matière à l état solide.

STRUCTURES CRISTALLINES. Le cristal parfait constitue la base de l étude de la matière à l état solide. STRUCTURES CRISTALLINES I) La matière à l état solide cristallin : Le cristal parfait constitue la base de l étude de la matière à l état solide Ce modèle devra évidemment être amendé pour rendre compte

Plus en détail

Durabilité des Armatures en Acier Recherches initiales et formalisation

Durabilité des Armatures en Acier Recherches initiales et formalisation Durabilité des Armatures en Acier Recherches initiales et formalisation 1 Plan Introduction Mécanisme de corrosion Acier galvanisé Cinétique de dégradation Recherche Formalisation 2 Introduction HA/HAR

Plus en détail

Elaboration de nanoparticules d argent dans des films minces de silice mésostructurée

Elaboration de nanoparticules d argent dans des films minces de silice mésostructurée Elaboration de nanoparticules d argent dans des films minces de silice mésostructurée Reine SAYAH, Latifa NADAR, Francis VOCANSON, Nathalie DESTOUCHES, Yann BATTIE, Ruben VERA et Aziz BOUKENTER 1 Plan

Plus en détail

Thème : Lois et modèles Partie : Temps et évolution chimique. Cours 2 : Cinétique et catalyse

Thème : Lois et modèles Partie : Temps et évolution chimique. Cours 2 : Cinétique et catalyse 1 Thème : Lois et modèles Partie : Temps et évolution chimique. Cours 2 : Cinétique et catalyse I. Qu est-ce qu une transformation lente? 1. La qualification lente ou rapide dépend de la technique de mesure

Plus en détail

Conclusion générale 243

Conclusion générale 243 CONCLUSION GENERALE Conclusion générale 243 L objectif de notre étude a été de comprendre comment la fraction volumique et le taux de greffage de la silice influencent les propriétés rhéologiques de suspensions

Plus en détail

Extraire et exploiter des informations en lien avec la chimie durable et la valorisation du dioxyde de carbone.

Extraire et exploiter des informations en lien avec la chimie durable et la valorisation du dioxyde de carbone. Ch.17.Apport de la chimie au respect de l environnement Objectifs : Extraire et exploiter des informations en lien avec la chimie durable et la valorisation du dioxyde de carbone. Comparer les avantages

Plus en détail

i) Quelle forme géométrique possède ce cristal?...

i) Quelle forme géométrique possède ce cristal?... Concentration & solutions électrolytiques Situation déclenchante Comment obtenir une solution électrolytique? Ex : cristal de chlorure de sodium et de fluorure de calcium. i) Quelle forme géométrique possède

Plus en détail

Comment modifie-t-on l évolution d un système chimique dans l industrie?

Comment modifie-t-on l évolution d un système chimique dans l industrie? Terminale S Chapitre 12 Comment modifie-t-on l évolution d un système chimique dans l industrie? I. Par un choix judicieux des conditions expérimentales II. Par un changement de réactif. III. Par l utilisation

Plus en détail

Chimie sol-gel : élaboration de matériaux multi-échelles comme formes pharmaceutiques

Chimie sol-gel : élaboration de matériaux multi-échelles comme formes pharmaceutiques UMR 5253 - Institut de Chimie Moléculaire et des Matériaux de Montpellier Académie de Pharmacie Paris 1 ier juin 2011 Chimie sol-gel : élaboration de matériaux multi-échelles comme formes pharmaceutiques

Plus en détail

CAHIER DE TEXTE 1 ere S5 Chimie Date Contenu du cours Pour le 08/09/2008

CAHIER DE TEXTE 1 ere S5 Chimie Date Contenu du cours Pour le 08/09/2008 CAHIER DE TEXTE 1 ere S5 Chimie Date Contenu du cours Pour le 08/09/2008 12/09/2008 15/09/2008 22/09/2008 Cours : 1h Chapitre C1 : Grandeurs physiques et quantité de matière Activités : Fiche d exercices

Plus en détail

Chapitre IV * Les cristaux covalents * Les cristaux moléculaires

Chapitre IV * Les cristaux covalents * Les cristaux moléculaires IV-1- Les cristaux covalents Chapitre IV * Les cristaux covalents * Les cristaux moléculaires Les cristaux covalents sont des cristaux macromoléculaires dans lesquels les nœuds du réseau sont occupés par

Plus en détail

non polaire polaire ionique

non polaire polaire ionique CHROMATOGRAPHIE IONIQU THEORIE 1- INTRODUCTION Le terme «chromatographie» désigne une multiplicité de procédés de séparation physicochimiques caractérisés par la répartition du composant en séparation

Plus en détail

1. LA MATIERE. particule charge masse. neutron 0 1, kg

1. LA MATIERE. particule charge masse. neutron 0 1, kg 1. LA MATIERE 11. LES CONSTITUANTS DE LA MATIERE La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état liquide, l'état

Plus en détail

GCH-2005: Cinétique et catalyse

GCH-2005: Cinétique et catalyse GCH-2005: Cinétique et catalyse Cours 10 Alain Garnier, 22 novembre 2012 Rappel/Plan Chapitre 6: réactions complexes et catalyse homogène Réaction complexe Catalyse homogène Chapitre 8: Catalyse hétérogène

Plus en détail

CONCLUSION GÉNÉRALE ET PERSPECTIVES

CONCLUSION GÉNÉRALE ET PERSPECTIVES CONCLUSION GÉNÉRALE ET PERSPECTIVES 174 La corrosion des armatures est la principale cause de détérioration des infrastructures en béton armé. Durant leur vie, ces structures se retrouvent confrontées

Plus en détail

Lois de la chimie des solutions aqueuses

Lois de la chimie des solutions aqueuses Lois de la chimie des solutions aqueuses 1. LA MATIERE - Rappels - M51 1 Définition La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont

Plus en détail

Différentes échelles, depuis l échelle atomique des constituants des structures minérales, jusqu à la texture de la roche, l affleurement et le

Différentes échelles, depuis l échelle atomique des constituants des structures minérales, jusqu à la texture de la roche, l affleurement et le Différentes échelles, depuis l échelle atomique des constituants des structures minérales, jusqu à la texture de la roche, l affleurement et le paysage roches: mélanges de minéraux minéraux: composés solides

Plus en détail

Date due : lundi 8 décembre Pré-test de chimie. 2. La presque totalité de la masse d un atome est déterminée par la somme de :

Date due : lundi 8 décembre Pré-test de chimie. 2. La presque totalité de la masse d un atome est déterminée par la somme de : Date due : lundi 8 décembre 2014 Nom : Pré-test de chimie 1. Dans un atome, les neutrons sont situés : 2. La presque totalité de la masse d un atome est déterminée par la somme de : 3. Les ions d un élément

Plus en détail

GCH 2005: Cinétique et catalyse. Rappel/Plan

GCH 2005: Cinétique et catalyse. Rappel/Plan GCH 25: Cinétique et catalyse Cours 1 Alain Garnier, 22 novembre 212 Rappel/Plan Chapitre 6: réactions complexes et catalyse homogène Réaction complexe Catalyse homogène Chapitre 8: Catalyse hétérogène

Plus en détail

Page 1. Isabelle EGLY Cetim-Cermat

Page 1. Isabelle EGLY Cetim-Cermat LES 35 ANS DU CETIM-CERMATCERMAT Vendredi 31 mai 2013 MULHOUSE PIECES TECHNIQUES ET COMPOSITES THERMOPLASTIQUES REACTIFS Page 1 Isabelle EGLY Cetim-Cermat Page 2 Sommaire Pourquoi choisir les composites?

Plus en détail

Cours sur le module O3 : Observer - Matières colorées

Cours sur le module O3 : Observer - Matières colorées Notions et contenus Objectifs Synthèse soustractive. Interpréter la couleur d un mélange obtenu à partir de matières colorées. Colorants, pigments ; extraction et synthèse. Pratiquer une démarche expérimentale

Plus en détail

Généralités sur les bentonites et les terres décolorantes

Généralités sur les bentonites et les terres décolorantes Dr Makhoukhi Benamar Généralités sur les bentonites et les terres décolorantes Les Argiles bentonitiques Chapitre 1 Généralités sur les bentonites I. STRUCTURE ET PROPRIETES DE LA BENTONITE 1. Introduction

Plus en détail

Ch 1 -Modèle des métaux purs

Ch 1 -Modèle des métaux purs Ch 1 -Modèle des métaux purs Energie libre, diagramme d état. Phases gazeuse, liquide, solide. Aspects particuliers de la liaison métallique. Subdivision du tableau de Mendeliev. Réseaux cristallins. 1

Plus en détail

Applications : -séparation et récupération des constituants purs d un mélange -purification d un produit après sa synthèse. Cachan -24 mars 2011

Applications : -séparation et récupération des constituants purs d un mélange -purification d un produit après sa synthèse. Cachan -24 mars 2011 Technique mise en jeu: chromatographie sur colonne Une phase mobile (solvant) entraîne les constituants du mélange le long d une phase stationnaire(poudre de silice). Les constituants du mélange migrent

Plus en détail

Sciences physiques - Bac Pro

Sciences physiques - Bac Pro Activité OBJECTIFS Connaître la formule chimique de quelques glucides Replacer ces glucides dans une classification Mettre en évidence quelques glucides par des tests colorés 1- Principaux glucides Exemple

Plus en détail

Chapitre 4 : Cristallisation

Chapitre 4 : Cristallisation Chapitre 4 : Cristallisation Définitions et généralités Principes de dissolution et de cristallisation Mécanisme de formation de cristaux Bilan de matière Bilan d énergie Méthodes d obtention de la sursaturation

Plus en détail

Procé dé s pour lés Produits ét lés Maté riaux. Axe 5

Procé dé s pour lés Produits ét lés Maté riaux. Axe 5 Procé dé s pour lés Produits ét lés Maté riaux Axe 5 Procé dé s pour lés produits ét lés maté riaux Génie des produits, procédés d élaboration, propriétés d usage, modélisation, optimisation multicrière,

Plus en détail

COURS 1 : concentre-chimie.unamur.be.

COURS 1 : concentre-chimie.unamur.be. concentre-chimie.unamur.be didactique.chimie@unamur.be COURS 1 : Matière États de la matière et composition des mélanges (notions d'atome, de molécule, d élément, d'ion) Configuration électronique, couche

Plus en détail

É D I F I C E S C R I S T A L L I N S P A R F A I T S

É D I F I C E S C R I S T A L L I N S P A R F A I T S ARCHITECTURE DE LA MATIERE : Lycée F.BUISSON PTSI Structure et organisation de la matière condensée É D I F I C E S C R I S T A L L I N S P A R F A I T S I GENERALITES : SOLIDES CRISTALLINS 1. L ETAT CRISTALLIN

Plus en détail

Performances des matériaux et leur structure (Liaisons chimiques) Amor Guidoum

Performances des matériaux et leur structure (Liaisons chimiques) Amor Guidoum Performances des matériaux et leur structure (Liaisons chimiques) Amor Guidoum 1.1 Propriétés des matériaux et leur structure Performances Microstructures Science et génie des matériaux : Procédés Structure

Plus en détail

Synthèse aqueuse de nanoparticules d'oxydes à l'ambiante et préparation de couches minces à partir de dispersions colloïdales

Synthèse aqueuse de nanoparticules d'oxydes à l'ambiante et préparation de couches minces à partir de dispersions colloïdales http://www.cirimat.cnrs.fr/ Synthèse aqueuse de nanoparticules d'oxydes à l'ambiante et préparation de couches minces à partir de dispersions colloïdales C. Tenailleau*, G. Salek, S. Guillemet-Fritsch

Plus en détail

Liaison chimiques, Structures cristallines, défauts dans les cristaux

Liaison chimiques, Structures cristallines, défauts dans les cristaux Session 3 Liaison chimiques, Structures cristallines, défauts dans les cristaux Références : Chapitre 2 et 3 3-1 Les propriétés d un matériau dépendent du type de liaison atomique, mais aussi de la structure

Plus en détail

Exercices. Exercices d application. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 6. Molécules organiques de la matière colorée. 5 minutes chrono!

Exercices. Exercices d application. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 6. Molécules organiques de la matière colorée. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono! 1. Mots manquants a. extraction b. dispersés ou insolubles ; dissous ou solubles c. identification d. carbone et hydrogène e. conjuguées f. indicateurs

Plus en détail

Activités sur les polymères : première approche. BILAN de la séance précédente sur le film à base d amidon à savoir :...

Activités sur les polymères : première approche. BILAN de la séance précédente sur le film à base d amidon à savoir :... BTS MIL agroressources jeudi 30 septembre 2010 Activités sur les polymères : première approche BILAN de la séance précédente sur le film à base d amidon à savoir : Consommation en France des matières plastiques

Plus en détail

Enthalpie et énergie de liaison

Enthalpie et énergie de liaison I] Cas des molécules diatomiques I- / Définition de l énergie de liaison Soit une molécule diatomique (AB) à l état gazeux. La dissociation d une molécule gazeuse AB correspond à la rupture de la liaison

Plus en détail

Chapitre IV CRISTAUX COVALENTS CRISTAUX MOLECULAIRES

Chapitre IV CRISTAUX COVALENTS CRISTAUX MOLECULAIRES Chapitre IV CRISTAUX COVALENTS CRISTAUX MOLECULAIRES 51 IV-1- Les cristaux covalents Les cristaux covalents sont des cristaux macromoléculaires dans lesquels les nœuds du réseau sont occupés par des atomes

Plus en détail

Cohésion des solides ioniques et moléculaires

Cohésion des solides ioniques et moléculaires Cours Blocs : Comprendre Ref : Cohésion_des_solides_eleves.docx Cohésion des solides ioniques et moléculaires 1S..- Chap 10.. NOM :. I. Cohésion des solides ioniques.... Interactions électrostatiques et

Plus en détail

Chapitre 12: Échangeurs d'ions et séparation par membranes

Chapitre 12: Échangeurs d'ions et séparation par membranes Chapitre 12: Échangeurs d'ions et séparation par membranes Échangeurs d ions: substances granulaires solides insolubles dont la structure moléculaire comporte des radicaux (R) acides ou basiques sur lesquels

Plus en détail

Chapitre 9 : Cohésion de la matière à l état solide (p. 151)

Chapitre 9 : Cohésion de la matière à l état solide (p. 151) PARTIE 2 - COMPRENDRE : LOIS ET MODÈLES Chapitre 9 : Cohésion de la matière à l état solide (p. 151) Savoir-faire : Interpréter la cohésion des solides ioniques et moléculaires. Réaliser et interpréter

Plus en détail

Dépôt de couches et couleur. Rencontres USTV Bourg la Reine 20/10/2005

Dépôt de couches et couleur. Rencontres USTV Bourg la Reine 20/10/2005 Dépôt de couches et couleur Rencontres USTV Bourg la Reine 20/10/2005 Les procédés de dépôt de couches colorées. Procédés sol-gel, chimiques (CVD) ou physiques (PVD) La coloration des couches. Par incorporation

Plus en détail

SOLUTION ELECTROLYTIQUE

SOLUTION ELECTROLYTIQUE I. DEFINITION IA. SOLUTION Une solution est obtenue par dissolution de solutés dans un solvant. Lorsque le solvant est de l eau on obtient une solution aqueuse. Les solutés peuvent être liquide, solide

Plus en détail

LES PEINTURES AUX OXYDES DE FER MICACE

LES PEINTURES AUX OXYDES DE FER MICACE 2016 SOCOL LES PEINTURES AUX OXYDES DE FER MICACE Moufdi Gharbi Les peintures aux oxydes de fer micacé 1. Généralités Les oxydes de fer, de formule chimique Fe 2 O 3, sont des pigments qui sont largement

Plus en détail

Approche documentaire : le CO 2 supercritique

Approche documentaire : le CO 2 supercritique Approche documentaire : le CO 2 supercritique Document 1 : Définition d un fluide supercritique Un fluide est dit dans un état supercritique dès lors que sa pression et sa température sont supérieures

Plus en détail

Chapitre 2 - Protides - QROC

Chapitre 2 - Protides - QROC 2.1- Que veut dire amphotère? Chapitre 2 - Protides - QROC 2.2- Qu est ce qu un mélange racémique? 2.3- Quel est l intérêt du glutamate de sodium? 2.4- Quelles sont les techniques utilisées dans la production

Plus en détail

LES TECHNIQUES DE MICROENCAPSULATION ET LEURS APPLICATIONS

LES TECHNIQUES DE MICROENCAPSULATION ET LEURS APPLICATIONS LES TECHNIQUES DE MICROENCAPSULATION ET LEURS APPLICATIONS GENERALITES GENERALITES Définition de la microencapsulation Technique permettant d emprisonner des liquides ou des solides dans une enveloppe

Plus en détail

Les différentes théories

Les différentes théories THÈME : LES MATÉRIAUX STRUCTURE ET PROPRIÉTÉS DES MATÉRIAUX Deux heures de colles Document 1 : Vidéo l "la Colle" Colles et adhésifs, objets incontournables de notre quotidien, sont au cœur d une vaste

Plus en détail

Catalyse hétérogène: une affaire de surface(s)

Catalyse hétérogène: une affaire de surface(s) Catalyse hétérogène: une affaire de surface(s) Journées de Chimie ENS-X-ESPCI Paristech Eric MARCEAU Laboratoire de Réactivité de Surface UPMC, UMR 7197 CNRS Qu est ce qu un catalyseur? Ea Energy Reac%on

Plus en détail

TS Partie 2 : comprendre. Chapitre 5 chimie. Temps et évolution chimique

TS Partie 2 : comprendre. Chapitre 5 chimie. Temps et évolution chimique Chapitre 5 chimie Temps et évolution chimique Pré requis : 4 ème et 1 ère S réactif, produit, réactif limitant, avancement Compétences : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour suivre dans le temps

Plus en détail

Nom :.. Prénom :.. Classe :. Connaître la composition d un atome. OBJECTIFS Calculer la masse d un atome à partir de ses nucléons. Définir un isotope

Nom :.. Prénom :.. Classe :. Connaître la composition d un atome. OBJECTIFS Calculer la masse d un atome à partir de ses nucléons. Définir un isotope Nom :.. Prénom :.. Classe :. Activité ⑨ Connaître la composition d un atome. OBJECTIFS Calculer la masse d un atome à partir de ses nucléons. Définir un isotope 1- Les constituants de l atome Un atome

Plus en détail

Exceptions à la règle de l octet

Exceptions à la règle de l octet Exceptions à la règle de l octet Participation des orbitales p ou d vides: couches de valence étendues, les composés hypervalents (composés avec formellement plus que 8 électrons de valence) Autres exemples:

Plus en détail

EPREUVE REGIONALE du QUESTIONNAIRE

EPREUVE REGIONALE du QUESTIONNAIRE N CANDIDAT: CONCOURS REGIONAL DE L ACADEMIE DE LIMOGES DELEGATION REGIONALE DU LIMOUSIN Mercredi 14 décembre 2005 Lycée Auguste Renoir EPREUVE REGIONALE du QUESTIONNAIRE Questions relatives à la conférence:

Plus en détail

FIF-ENGREF B. Jabiol, Propriétés électriques des sols et de leurs constituants

FIF-ENGREF B. Jabiol, Propriétés électriques des sols et de leurs constituants FIF-ENGREF B. Jabiol, 2002 Propriétés électriques des sols et de leurs constituants 1 1 - Le pouvoir adsorbant des sols poly 1 1 - «absorption» de cations 2 - échange de cations 3 - échange rapide 4 -

Plus en détail

Tensioactifs anti-mousse

Tensioactifs anti-mousse TERGITOL Série L Tensioactifs biodégradables TERGITOL L-61 E, L-62 E, L-64 E, L-81 E Tensioactifs anti-mousse Marque de The Dow Chemical Company ( Dow ) ou d une société affiliée. Tensioactifs TERGITOL

Plus en détail

1. Etats de la matière 1. Etats de la matière 2. Etats de la matière 3. Les états de la matière 4. Etats de la matière

1. Etats de la matière 1. Etats de la matière 2. Etats de la matière 3. Les états de la matière 4. Etats de la matière 1. Etats de la matière 1. Etats de la matière A. Il existe sept unités de base dans le système international. B. Les interactions intermoléculaires sont plus importantes à l état gazeux qu à l état solide.

Plus en détail

SYNTHÈSE DU THÈME 4. Procédés et enjeux énergétiques

SYNTHÈSE DU THÈME 4. Procédés et enjeux énergétiques SYNTHÈSE DU THÈME 4 Procédés et enjeux énergétiques Agenda Intérêt du thème 4 Compétences et moyens humains Les installations Premier bilan du recensement Intérêt du thème 4 Améliorer les procédés existants

Plus en détail

Biologie fondamentale

Biologie fondamentale Biologie fondamentale Les Molécules du vivant Première partie : de l atome à la molécule. Philippe Karoyan Deuxième partie : les biomolécules du compartiment sanguin A- L eau. Joëlle Masliah B- les ions

Plus en détail

1/5 BTS CHIMISTE. Chimie. Durée : 4 h Coefficient : 7

1/5 BTS CHIMISTE. Chimie. Durée : 4 h Coefficient : 7 CHCHI Session 1999 1/5 BTS CHIMISTE Chimie Durée : 4 h Coefficient : 7 Les candidats peuvent commencer par la chimie générale et inorganique ou par la chimie organique. Il leur est conseillé de répartir

Plus en détail

Science des matériaux

Science des matériaux Science des matériaux Jean Colombani Pauline Schlosser 04 72 44 85 70 jean.colombani@univ-lyon1.fr 04 72 65 53 41 pauline.schlosser@univ-lyon1.fr Supports de cours : Jean Colombani & Laurent Joly http://sdm.univ-lyon1.fr/

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE - 1 - Le développement des matériaux composites est né de la volonté d allier les qualités techniques au besoin d allégement dans un même matériau, qui par la suite doit s adapter

Plus en détail

Exercices Séquence n 13 Du macroscopique au microscopique dans les synthèses

Exercices Séquence n 13 Du macroscopique au microscopique dans les synthèses Exercices Séquence n 13 Du macroscopique au microscopique dans les synthèses EXERCICE 1 : Liaisons polarisées et charges partielles On considère les molécules dont les formules de Lewis sont données ci-dessous.

Plus en détail

On retiendra que : Au cours de leur croissance, les plantes prélèvent dans l air et dans le sol les différents éléments qui les composent.

On retiendra que : Au cours de leur croissance, les plantes prélèvent dans l air et dans le sol les différents éléments qui les composent. Chapitre 10 LES SOLS : MILIEU D ECHANGES DE MATIERES Nourrir l humanité I- Composition et besoins d une plante 1- Composition d une plante COMPOSITION DE LA MATIERE SECHE Eléments plastiques C : 42% Ca

Plus en détail

SILICONES / POLYURÉTHANES. M. Pascal MARMEY Responsable Pole Ingénierie Biologique et Médicale CTTM LE MANS

SILICONES / POLYURÉTHANES. M. Pascal MARMEY Responsable Pole Ingénierie Biologique et Médicale CTTM LE MANS SILICONES / POLYURÉTHANES M. Pascal MARMEY Responsable Pole Ingénierie Biologique et Médicale CTTM LE MANS CTTM 2 CRT, Centre de Ressources Technologiques, ISO 9001, 45 salariés, docteurs, techniciens,

Plus en détail