RÉNOVATION DES DATA CENTERS : ENTRE AMÉLIORATION DES CONSOMMATIONS ÉNERGÉTIQUES ET NÉCESSITÉ DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÉNOVATION DES DATA CENTERS : ENTRE AMÉLIORATION DES CONSOMMATIONS ÉNERGÉTIQUES ET NÉCESSITÉ DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ"

Transcription

1 AridOcean SÉCURITÉ RÉNOVATION DES DATA CENTERS : ENTRE AMÉLIORATION DES CONSOMMATIONS ÉNERGÉTIQUES ET NÉCESSITÉ DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ Par Marc Jacob et Emmanuelle Lamandé Les Data Centers sont aujourd hui au cœur des préoccupations des entreprises qui ont de plus en plus de données à gérer sans avoir la possibilité d augmenter les capacités de leurs équipements. D autant que, selon nos deux experts Christophe Lavigne, Directeur Activités Salle Informatique de Cap Ingelec, et Christophe Weiss, Directeur Général d APL France, les Data Centers sont souvent en surcapacité. La rénovation semble être une solution à moindre coût. Toutefois, certains écueils sont à éviter, en particulier pour ce qui concerne la consommation d énergie mais aussi la nécessité de maintenir l activité des salles informatiques. (1)http://www.ash rae.org/ (2)http://upsitetechnologies.com/ Selon nos deux experts, il n existe pas à proprement parler de réglementation officielle spécifique au Data Center (DC). Toutefois, des normes et labels sont régulièrement publiés tant en Europe qu aux Etats-Unis. Il faut citer, en particulier aux USA, les préconisations fortes d organisations professionnelles qui Christophe Weiss, APL regroupent des acteurs influents dans le monde informatique des DC comme le Green Grid, l ASHRAE (1) (TC9.9 par exemple) pour le génie climatique ou l IEEE avec la TIA 942 pour les Telecoms Centers, voire la classification Uptime Institute (2) (UI) par les TIER dorénavant communément admise, comme le rappelle Christophe Weiss, ou encore les LEEDS qui sont des normes écologiques, ajoute Christophe Lavigne. Et l Europe n est pas en reste avec son initiative sur les économies d énergie menée par la commission européenne sous la forme d un Code of Conduct pour les Data Centers (première version finalisée en novembre 2008). «Si cette démarche volontaire de la part des opérateurs et «endorsers» n était pas adoptée, elle pourrait déboucher sur une réglementation plus coercitive et sans doute moins adaptée aux besoins de chacun. Toutes ces initiatives non législatives vont dans le bon sens et permettent de clarifier pour «les end users» un minimum de règles et de best practices afin de mieux réaliser et exploiter les Data Centers. Cependant, l évolution des besoins et les bouleversements actuels en cours dans la manière de concevoir les infrastructures de DC rendent ces initiatives rapidement obsolètes. Il apparaît donc indispensable pour un opérateur de DC (héber- Christophe Lavigne, Cap Ingelec geur ou client final) de faire appel à une assistance de spécialistes expérimentés pour garantir le respect de ses besoins spécifiques» explique Christophe Weiss. Dans le domaine de la sécurité, on peut également citer les initiatives du CLUSIF, complète Christophe Lavigne. Un parc français disparate, qui commence à être aux limites de ses capacités Christophe Weiss estime que le parc français est assez disparate en fonction des secteurs d activité et des investissements consentis par les entreprises pour les maintenir à niveau au fil du temps. Pour lui, une grande majorité des Data Centers sont obsolètes ou en limite de capacités (parfois sans que les utilisateurs en soient conscients) ce qui engendre les incidents majeurs récemment recensés chez un grand nombre d opérateurs de DC. Pourtant, pour Christophe Lavigne, ce parc est globalement récent même s il rencontre des défaillances capacitaires sur les gros Data Centers qui ont été construits autour des années 2000 : «A l époque, les besoins s établissaient fréquemment autour de 800 W/m2, aujourd hui, il n est plus rare d avoir des demandes de puissance supérieure à 3 ou 4 kw/m2. C est à mon avis sur cet aspect que les 46 ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWS LETTER EN VOUS INSCRIVANT SUR et

2 besoins de rénovations lourdes vont surtout se faire sentir. Mais il y aura aussi d autres raisons qui vont motiver les changements. Si, au niveau de la disponibilité, les anciennes infrastructures restent valides à périmètre constant, les objectifs croissants de niveaux de services imposés aux directions informatiques vont pousser les utilisateurs de Data Center à revoir leurs ambitions. Sur le plan normatif, les productions actuelles d eau glacée via le gaz R22 seront à revoir dès Enfin, sur le plan de la maintenance, les premiers DC atteindront bientôt 10 années d activité, ce qui correspond à la durée de vie estimée d un onduleur statique». Sans compter, complète Christophe Weiss, que de nombreux sites étaient auparavant insérés dans des bâtiments à usage mixte bureaux et informatiques, donc source de risques potentiels et de dysfonctionnnents en raison des niveaux de service exigés très différents pour ces deux usages. «Par ailleurs, en tant que professionnel du secteur, nous sommes surpris par le nombre de sites qui se revendiquent du classement UI Tier IV alors qu en réalité ils ne sont que Tier II en raison de leurs maillons faibles et de leur SPOF (Single Point of Failure, littéralement «point individuel de défaillance») La réalité est qu il n existe que très peu de sites Tier IV en France au sens strict et que la plupart d entre eux prennent des libertés par rapport aux règles simples proposées par l U.I. et reprises par la plupart des acteurs du secteur. La rigueur nous paraît pourtant de mise quand on exploite ou propose à ses clients un niveau de service qui dépend en partie de l architecture de ses infrastructures». Les facteurs d obsolescence du parc des DC en France selon Christophe Weiss : L augmentation forte et récente des ratios de dissipation thermique (et de la consommation électrique associée) par m2 de salle informatique utile. La généralisation des doubles alimentations électriques sur les matériels informatiques et télécoms La hausse du niveau de service attendu par les utilisateurs et donc de la classification des sites Les fortes réticences à investir dans les infrastructures de plus en plus coûteuses depuis le début des années Le marché de la rénovation des salles informatiques et des DC est en croissance, mais Christophe Lavigne constate un regain de l intérêt des entreprises pour la rénovation concentré sur l augmentation de la capacité surfacique, la diminution de l effet «énergivore» du Data Center, Des audits de performance (par exemple, en terme de PUE) sont proposés pour aider les propriétaires de DC à diagnostiquer les meilleurs gisements de progrès dont les coûts peuvent commencer à une dizaine de k environ, pour émettre une recommandation sur l ensemble des paramètres-clés. Toutefois, Christophe Weiss estime que, en raison de l évolution forte et drastique des besoins des utilisateurs sous l impulsion des constructeurs IT, la rénovation n apporte souvent qu une partie des solutions nécessaires et plus particulièrement : - Augmentation des capacités en puissance - Compartimentage et adaptation des surfaces pour apporter un traitement différencié plus fiable et sécurisé - Mise à niveau des installations obsolètes ou devenues inadaptées - Renforcement du niveau de service. «Cependant, il est délicat de généraliser sur les raisons et bénéfices d une rénovation car il existe autant de cas particuliers que de sites à rénover. Les contraintes fortes en termes de continuité d exploitation qui doit être assurée pendant les travaux grâce à une équipe de maîtrise d œuvre qui contrôle parfaitement le process et les contraintes d exploitation de la production informatique et les limites souvent incontournables en termes d extensibilité du site rendent les rénovations délicates. Une expression précise des besoins, une étude de faisabilité préliminaire puis une maîtrise d œuvre spécialisée sont indispensables pour en garantir le succès et les bénéfices attendus. Pour les années à venir, il semble acquis que le marché des Data Centers devrait être très dynamique. Cette perspective sera porteuse aussi bien pour les rénovations quand elles sont réalisables que pour les nouveaux sites qui nécessitent un déménagement contraignant et coûteux. Il est important de faire son choix en toute connaissance de cause, mais il peut être moins coûteux de rénover (pas de bâtiment à créer, pas de déménagement, équipe d exploitation commune au site existant) quand on le fait en connaissance de cause et en se dotant des moyens d en maîtriser les risques. Par exemple, une bonne raison de rénover après une étude approfondie de faisabilité peut être l optimisation des ressources existantes pour différer la mise à disposition d un nouveau site. Il s agit donc là d une solution d attente plutôt que de recourir à un hébergement provisoire» conclut-il. DATA CENTRE REFURBISHMENT: STRIKING A BALANCE BETWEEN ENERGY SAVINGS AND BUSINESS CONTINUITY REQUIREMENTS BY MARC JACOB AND EMMANUELLE LAMANDÉ Data centres are currently a major preoccupation for businesses faced with increasing data volumes and limited storage capacity. According to our two experts Christophe Lavigne, data centre director for Cap Ingelec, and Christophe Weiss, general manager of APL France, data centres are often overloaded. Refurbishment of existing centres seems to be the least costly solution, however, particular attention needs to be paid to energy requirements and to ensuring business continuity. ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWS LETTER EN VOUS INSCRIVANT SUR et 47

3 AridOcean La pertinence de la rénovation est limitée par la nécessité de la continuité d activité Si le coût d une rénovation est en principe plus modéré que celui d une construction neuve, avant de s engager dans un tel processus, tout opérateur doit s interroger sur la possibilité d assurer une continuité d activité dans de bonnes conditions durant les travaux. Pour Christophe Weiss, une optimisation de l urbanisation des salles peut permettre de différer un investissement nécessaire à terme mais coûteux et impossible à très court terme. Cette optimisation peut nécessiter des travaux de rénovation ou de modifications internes ou externes aux salles plus ou moins importants. Une rénovation totale concerne, en général, certains sites de petites ou moyennes tailles pour lesquels le déménagement dans un nouveau site, dédié ou non, se révèlerait moins judicieux pour des raisons financières, sécuritaires ou stratégiques. Ces rénovations sont, en effet, souvent le résultat d un audit indispensable puis d une étude préliminaire approfondie pour en évaluer le détail et la pertinence. Ainsi, Christophe Lavigne explique que pour un loueur, l approche de l échéance du bail peut être une bonne opportunité pour envisager le déménagement sur un nouveau site (même si cette opération n est pas anodine). La comparaison entre le budget de rénovation et un nouvel investissement est alors prépondérante. Toutefois, il a opté pour une extension d un site existant plutôt que sa rénovation, alors qu il n y avait pas de demande de m2 supplémentaire! Mais la parcelle permettait cette option et les locaux trop exigus du premier bâtiment n auraient pas permis une cohabitation raisonnable production/travaux. Christophe Weiss : Quelques cas où la rénovation est nécessaire Rénovation complète des salles sur un site d hébergement en mode campus après mise à disposition de nouvelles surfaces à l état de l art (opérations à tiroirs qui nécessitent une parfaite connaissance de l exploitation et un phasage très précis des opérations). Doublement des chaînes climatiques et électriques puis remplacement des premières chaînes devenues obsolètes pour augmenter le niveau de service et la fiabilité du site. Compartimentage de la salle unique initiale en plusieurs salles pour différencier les ratios de puissance et les accès sécurisés. Réaménagement des climatiseurs et des réseaux de distribution associés pour optimiser le refroidissement en tout point de la salle et éviter des investissements plus coûteux. Etc. Ce ne sont là que quelques exemples car il en existe presque autant que de sites. Le service clé en main est la solution la plus fiable dans le cas de la rénovation Nos deux experts considèrent qu une rénovation ne peut être menée que par une entreprise très expérimentée jouissant de multiples références dans ce domaine. En effet, il s agit, en général, d opérations complexes aussi bien en termes de conception que de réalisation. Christophe Lavigne explique que, pour l entreprise, il y a deux manières de contractualiser une assistance : sous forme de maîtrise d œuvre «lots séparés», ou sous forme de conception-réalisation, dit plus couramment «clé en main». Il pense que le concepteur de la rénovation doit être le réalisateur, afin que la maîtrise technique soit assurée par la même équipe. Effectivement, reprend Christophe Weiss : «nous sommes à la croisée des chemins entre les hommes de l informatique qui raisonnent continuité de service et sécurité vis-à-vis des personnes et les hommes du bâtiment qui aiment bien avoir le champs libre pour leurs travaux lourds, sources de vibrations, de coupures électriques, de poussières et de projections d eau Des études minutieuses qui reposent sur une connaissance intime des process de la production informatique, une excellente appréhension des besoins et contraintes de son client, une préparation minutieuse et rigoureuse de chaque phase et sous phase de la réalisation, des protections étanches et particulières, un suivi quotidien de la réalisation sont indispensables pour la réussite de l opération de rénovation. Sans parler des assurances conséquentes et nécessaires pour garantir les éventuelles défaillances possibles, la maîtrise des corps d état et du choix délicat des intervenants spécialisés, etc. La maîtrise d œuvre et la conception réalisation clé en main ne sont pas très différentes en termes de méthodologie et de validation des différentes phases (ou ne devraient pas l être). Néanmoins, ces deux notions sont souvent confondues en terme de responsabilité ce qui méritent quelques précisions. Un maître d œuvre au sens de la loi MOP (la référence pour les marchés publics) est responsable de sa conception (et des erreurs éventuelles) puis de la réalisation en termes de direction des travaux (vérification de la conformité de ce que font les entreprises), voire de pilotage et d organisation des travaux (ce qui n est pas toujours le cas, il s agit pourtant d une phase critique en cas de rénovation en exploitation. Le conducteur de travaux est alors responsable heure après heure de la continuité de service de son client). En revanche, en cas de problèmes, il est peu pénalisé et seulement sur un montant d honoraires. De plus, en cas de défaillance d une entreprise, le maître d ouvrage (le client final en général) est directement responsable de la recherche et du remplacement de cette entreprise avec toutes les conséquences pécuniaires et sur le délai que cela comporte. Par ailleurs, le principe de validation souvent formelle entre chaque acteur du projet et pour chaque étape de la maîtrise d œuvre entraîne, en général, un délai de mise en œuvre du projet sensiblement plus long. 48 ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWS LETTER EN VOUS INSCRIVANT SUR et

4 Christophe Weiss : les avantages de la conception réalisation clé en main : Maîtriser un délai en général plus court et garanti Responsabiliser très fortement le contractant général qui garantit délai, coût et qualité Introduire des pénalités globales sur un marché intégrant des montants de conception et des travaux pour le contractant général Avoir un seul interlocuteur pour un seul marché Une responsabilité forte et totale sur la conception, le suivi des travaux puis le bon fonctionnement et les performances. Ces quelques exemples militent plutôt en faveur de la réalisation clé en main sous réserve de faire appel à une société experte dans ce domaine et jouissant de très nombreuses réalisations réussies auprès de ses clients. On se rend là bien compte qu il ne s agit pas du même engagement ni de la même prise de risque entre un maître d œuvre et un contractant général. Or le maître d ouvrage est très souvent fortement contraint par les délais et le résultat attendu pour faire face à ses engagements vis-à-vis des utilisateurs, sans parler des décisions d investir dans la rénovation souvent prises au dernier moment pour une mise en service au plus tôt» Le refroidissement, un point clé à ne pas négliger Avec l avènement du Code of Conduct, le refroidissement ne doit pas être négligé lors des phases de rénovation. Pour Christophe Weiss, tout dépend du site et de ses possibilités. On ne peut répondre à cette question sans un audit et une analyse des spécificités du site. Il n existe pas de solutions types. On peut, néanmoins, citer quelques paramètres qui peuvent influer sur les choix : présence de production d eau glacée, hauteur du bâtiment, niveau acoustique existant, surface extérieure ou intérieure utilisable pour ses extensions, puissance à atteindre, etc. Il serait trop long de les citer tous et illusoire de les considérer isolément sans garantir une cohérence des solutions avec les autres lots techniques du site. Christophe Weiss : rappel des principales étapes à prendre en compte pour la rénovation Audit et analyse approfondie du site Expression des besoins et contraintes du maître d ouvrage et des utilisateurs Etude de faisabilité avec phasage des travaux pour tenir compte de la continuité de l exploitation Evaluation budgétaire Avant projet / Projet Confirmation du budget Consultation des entreprises et choix Préparation et réalisation des travaux Organisation et pilotage des travaux rigoureux et quotidiens Tests et essais exhaustifs des installations Réception des travaux Il est essentiel d impliquer les utilisateurs pour limiter les risques et garantir le meilleur déroulement du phasage des travaux, phase particulièrement sensible en rénovation sans coupure d exploitation. ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWS LETTER EN VOUS INSCRIVANT SUR et 49

5 Christophe Lavigne : les principales technologies utilisées pour améliorer le refroidissement : Le free chilling, suivant la région. Le free cooling à air direct dans les salles est lui rarement envisageable au regard de l impact sur le bâtiment Le cloisonnement AF/AC et une augmentation de la température de soufflage (une température de l ordre de 22 c est admise en entrée des serveurs) Eventuellement la suppression du faux plancher La modification du régime de température d eau glacée (afin de limiter l humidification) La mise en place d un plan de comptage d énergie pour piloter et agir immédiatement en cas de dérive ni bien sûr la continuité d activité Pour assurer la continuité d activité, Christophe Weiss conseille de faire appel à une équipe d experts avec un savoir-faire éprouvé, de nombreuses références, une maîtrise du pilotage des travaux en exploitation, une séparation stricte des zones de travaux par des protections adaptées ainsi qu une préparation rigoureuse et expérimentée du phasage des travaux. Bien sûr, reprend Christophe Lavigne, mais il est également nécessaire d impliquer les équipes d exploitation du centre et appréhender les mesures compensatoires. De plus, dès l avant projet, il faut établir le mode opératoire du phasage des travaux avec détail et en précisant tous les prérequis. Enfin, il est indispensable de confier la réalisation des travaux au concepteur afin de limiter les interfaces. Viabilité financière, performance énergétique et haute disponibilité : le trio d une rénovation réussie La rénovation ne peut résoudre tous les problèmes qui se posent à aux clients, estime Christophe Weiss. En effet, de nombreux facteurs peuvent conduire à l élimination de cette alternative comme l absence de surfaces disponibles, les risques inhérents au site, l impossibilité des interventions sans coupure d exploitation, l inadaptation du site et des locaux, etc. De manière classique, complète Christophe Lavigne, il faut vérifier la viabilité financière du projet de rénovation par rapport à une construction neuve. C est souvent l impact sur le bâti qui est déterminant dans ce cadre. Le bilan de la puissance capacitaire potentielle du DC sera également un élément important par rapport à une décision qui ne sera appréciable que sur le long terme. Ainsi, il ne faut pas hésiter à équiper les anciens Data Centers avec des outils de comptage d énergie, car la performance énergétique sera la clé de leurs valeurs, en complément de la haute disponibilité.

Evaluer, construire et exploiter votre centre informatique

Evaluer, construire et exploiter votre centre informatique engineering Evaluer, construire et exploiter votre centre informatique APIS Engineering est un Bureau d Etudes spécialisé dans les infrastructures techniques des Centres Informatiques de nouvelle génération.

Plus en détail

Continuité de Service. Maîtrise de l Energie

Continuité de Service. Maîtrise de l Energie 1 Continuité de Service Maîtrise de l Energie 2 Définir une Stratégie Auditer et évaluer Développer et expertiser Améliorer et Rénover Industrialiser l exploitation Garantir la qualité dans la durée Concevoir

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique SOMMAIRE TITRE I - CONTEXTE GÉNÉRAL DU MARCHE... 3

Plus en détail

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Face à des budgets de plus en plus serrés, des inquiétudes sur l empreinte écologique, ainsi que des coûts de plus en plus élevés

Plus en détail

Passez d une vision passive de votre consommation énergétique à une gestion active de l énergie

Passez d une vision passive de votre consommation énergétique à une gestion active de l énergie Passez d une vision passive de votre consommation énergétique à une gestion active de l énergie Les services de gestion de l énergie Schneider Electric valorisent votre datacenter. Schneider Electric www.schneider-electric.com

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Fiche de Lecture Génie Climatique et Énergétique. Étude d un data center en phase d exécution

Fiche de Lecture Génie Climatique et Énergétique. Étude d un data center en phase d exécution Fiche de Lecture Génie Climatique et Énergétique Étude d un data center en phase d exécution Tuteur institutionnel : Tuteur d entreprise : François BOUCHEIX Armel JEGOU Charles CHRISTIN du 7 février au

Plus en détail

Executive Briefing Managing Data Center Performance 2013 et après

Executive Briefing Managing Data Center Performance 2013 et après Managing Data Center Performance 2013 et après Selon les entreprises de la zone économique EMEA, le plus grand défi dans l exploitation de leurs centres de calcul est d assurer la disponibilité des services

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment AUDIT ENERGETIQUE Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment Introduction L audit énergétique a pour but d identifier des opportunités

Plus en détail

La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001.

La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001. La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001. Décollez avec l ISO 50001 et BSI. Notre expertise peut transformer votre organisation. Depuis

Plus en détail

RITUNE. Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus

RITUNE. Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus RITUNE Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus «ENTRE 10 ET 25 % DES RESSOURCES QUI SONT NÉCESSAIRES DANS

Plus en détail

Housing : le principe

Housing : le principe Housing : le principe Découvrez le principe de fonctionnement d un datacentre Housing Généralités Installation / Mise en place p 02 p 03 Gestion d un datacentre Housing p 04 Octobre 2009 Généralités Qu

Plus en détail

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation Dispositifs d Évaluation Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation > Innovant : une technologie SaaS simple et adaptable dotée d une interface intuitive

Plus en détail

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique.

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique. EVALUER LES POLITIQUES PUBLIQUES Les collectivités locales interviennent dans des champs de plus en plus étendus, depuis les services publics de la vie quotidienne jusqu aux politiques les plus complexes.

Plus en détail

Concevoir un bâtiment adapté aux contraintes d exploitation en intégrant tous les aspects du développement durable

Concevoir un bâtiment adapté aux contraintes d exploitation en intégrant tous les aspects du développement durable Concevoir un bâtiment adapté aux contraintes d exploitation en intégrant tous les aspects du développement durable Le domaine de la construction est en constante évolution : les contraintes se renforcent,

Plus en détail

Etude des outils du Cloud Computing

Etude des outils du Cloud Computing Etude des outils du Cloud Computing Sommaire : Présentation générale.. 2 Définitions. 2 Avantage.. 2 Inconvénients. 3 Types d offres de service Cloud.. 3 Comparaison des services Cloud 4 Conclusion 5 Présentation

Plus en détail

Associer nos savoir-faire

Associer nos savoir-faire MAC-ERCI International, cabinet spécialisé en recrutement, évaluation et gestion des compétences, a été créé début 2007. En croissance depuis notre création, nous n avons de cesse de nous remettre en question

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Réflexion et étude d une salle informatique à haute efficacité énergétique

Réflexion et étude d une salle informatique à haute efficacité énergétique Réflexion et étude d une salle informatique à haute efficacité énergétique Client : Grand groupe bancaire Année : 2007 Surface : 750 m2 (x4) Puissance électrique Informatique : 1.5 MW Typologie : Salle

Plus en détail

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens Frédéric ELIEN SEPTEMBRE 2011 Sommaire Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens... 3 «Pourquoi?»...

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

Les évolutions des marchés de l énergie en France

Les évolutions des marchés de l énergie en France Les évolutions des marchés de l énergie en France MTAIR en bref Entreprise de services énergétiques Fondée en 1991 4 M de CA (2013) 32 collaborateurs Entreprise indépendante Siège social Domont (95) 2

Plus en détail

Mettez de la lumière dans vos opérations d éclairage. CityTouch LightPoint Gestion du patrimoine Eclairage Public

Mettez de la lumière dans vos opérations d éclairage. CityTouch LightPoint Gestion du patrimoine Eclairage Public Mettez de la lumière dans vos opérations d éclairage CityTouch LightPoint Gestion du patrimoine Eclairage Public CityTouch LightPoint / GESTION DU PATRIMOINE ECLAIRAGE PUBLIC 3 Un système intelligent pour

Plus en détail

Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique.

Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique. Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique. L audit de performance énergé Gérer son patrimoine, c est anticiper, analyser et agir! L immobilier représente

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

Swisscom centre de calcul Wankdorf

Swisscom centre de calcul Wankdorf Swisscom SA Centre de calcul Wankdorf Stauffacherstrasse 59 3015 Berne www.swisscom.ch Swisscom centre de calcul Wankdorf L avenir sous le signe de la réussite Le centre de calcul de Swisscom au Wankdorf

Plus en détail

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures.

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures. Cahier des charges de l appel à projet lancé par le Conseil général pour la création de 0 places de PEAD (placement éducatif à domicile) dans le département du Finistère I - identification des besoins

Plus en détail

Onet modernise son parc informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink

Onet modernise son parc informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink SUCCESS STORY Onet modernise son parc informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink ENTREPRISE Onet DOMAINE D ACTIVITÉ Industrie et Services LIEU France PRINCIPAUX DÉFIS Assurer la

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR)

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR) L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR) Notre démarche ISR La gestion dite de "stock-picking" de Financière de l Echiquier est une gestion qui s appuie avant tout sur la connaissance approfondie

Plus en détail

Travaillez en réseau avec BIM4You

Travaillez en réseau avec BIM4You Travaillez en réseau avec BIM4You La solution 5D intégrale devient une réalité. www.bim4you.eu BIM4You Plus qu une planification et une construction virtuelles Notre compétence au service de votre succès.

Plus en détail

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC M. Poehler Abstract Un des mandats de la division ST est la réalisation de travaux de génie civil pour la construction, la rénovation et l adaptation

Plus en détail

Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL

Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL Comment réussir son investissement en loi Pinel? Le dispositif Pinel est une loi de défiscalisation particulièrement intéressante. Elle remplace avantageusement

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

L ABC du Cloud Computing

L ABC du Cloud Computing L ABC du Cloud Computing Apprendre à démystifier le Cloud Computing Bien en saisir les avantages Comment aide-t-il votre entreprise? Le Cloud Computing démystifié L infonuagique, plus connue sous le nom

Plus en détail

Avant-propos. L utilité du plan marketing

Avant-propos. L utilité du plan marketing Avant-propos L Avant-propos E PLAN MARKETING est l exercice annuel des chefs de produit, des directeurs marketing et des comités de direction des entreprises. Le chef de produit le réalise pour la gamme

Plus en détail

NOUS VOUS AIDONS À NE PAS PERDRE LE CONTACT. VOTRE PARTENAIRE TOUT PRÈS DE CHEZ VOUS.

NOUS VOUS AIDONS À NE PAS PERDRE LE CONTACT. VOTRE PARTENAIRE TOUT PRÈS DE CHEZ VOUS. SERVICES VOIX EASY PHONE NOUS VOUS AIDONS À NE PAS PERDRE LE CONTACT. VOTRE PARTENAIRE TOUT PRÈS DE CHEZ VOUS. Pour vous aussi, le téléphone de votre lieu de travail fait sans doute partie des moyens de

Plus en détail

UN CENTRE DE COLOCATION ENTRE QUÉBEC ET MONTRÉAL

UN CENTRE DE COLOCATION ENTRE QUÉBEC ET MONTRÉAL UN CENTRE DE COLOCATION ENTRE QUÉBEC ET MONTRÉAL POURQUOI CHOISIR COLO-D? COLO-D RÉINVENTE L OFFRE DE COLOCATION FLEXIBLE ET ÉCONOMIQUE NOUVEL ÉCOSYSTÈME RÉPLICATION SYNCHRONE QUALITÉ ET ROBUSTESSE DES

Plus en détail

Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production. Programme Energy Action pour l industrie

Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production. Programme Energy Action pour l industrie Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production Programme Energy Action pour l industrie Un programme d économies d énergie. Les solutions Energy Action de Schneider Electric. Des économies d énergie

Plus en détail

Greensolver votre partenaire indépendant dédié aux parcs éoliens et solaires ayant pour seul objectif la création de valeur pour ses clients

Greensolver votre partenaire indépendant dédié aux parcs éoliens et solaires ayant pour seul objectif la création de valeur pour ses clients Greensolver votre partenaire indépendant dédié aux parcs éoliens et solaires ayant pour seul objectif la création de valeur pour ses clients Créé en 2008 par des financiers pour les investisseurs, Greensolver

Plus en détail

PLANIFICATION ET SUIVI DE PROJETS

PLANIFICATION ET SUIVI DE PROJETS PLANIFICATION ET SUIVI DE PROJETS UN SEUL OBJECTIF LA GESTION DE VOS DÉLAIS NALYSE_ planning_ LA PASSION DE LA GESTION DE PROJET Spécialisés en management général de projet, planification et gestion des

Plus en détail

Comment aborder l Optimisation énergétique de salles anciennes et hétérogènes?

Comment aborder l Optimisation énergétique de salles anciennes et hétérogènes? Comment aborder l Optimisation énergétique de salles anciennes et hétérogènes? Témoignage de Hervé MAGNIER Aéroports de Paris Membre du CRIP Groupe de travail Data center Un environnement technique peu

Plus en détail

ATHAIS CONSULTING. Portage administratif. Ressource Management

ATHAIS CONSULTING. Portage administratif. Ressource Management ATHAIS CONSULTING Portage administratif Ressource Management ATHAIS CONSULTING ATHAIS Consulting est une société spécialisée dans le portage administratif de compétences. Elle fait partie du groupe ABC

Plus en détail

Empower your business relationships

Empower your business relationships CONDUIRE ET CONSTRUIRE UN PPP : COMMENT AMÉLIORER L EXERCICE Regards croisés entre donneurs d ordre publics et acteurs privés Comment pouvoirs publics et entreprises privées peuvent-ils rendre leur montage

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

LA MAITRISE D OEUVRE D EXECUTION (MOE)

LA MAITRISE D OEUVRE D EXECUTION (MOE) LA MAITRISE D OEUVRE D EXECUTION (MOE) Le maître d oeuvre (ou maîtrise d oeuvre, notée MOE) est l entité chargée par le maître de l ouvrage (client) de concevoir le bâtiment à construire ou à rénover selon

Plus en détail

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires)

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires) PROBLEMATIQUE - L APPROCHE JADE Telecom L exploitation de réseaux de télécommunications implique pour les entreprises la prise en compte de différents points importants : La mise en place de personnel

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude de faisabilité. principes.

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude de faisabilité. principes. sommaire principes p objectifs méthode prestation, livrable, tarif aperçu visuel à propos d MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS conseil en architecture de l information www.iafactory.fr contact@iafactory.fr

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

Module Projet Personnel Professionnel

Module Projet Personnel Professionnel Module Projet Personnel Professionnel Elaborer un projet personnel professionnel. Connaissance d un métier, d une entreprise ou d un secteur d activités. Travail individuel de recherche SUIO-IP Internet

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS Consultation publique : veuillez adresser vos réponses avant le 27 février 2013 à l adresse électronique hcp@dgtresor.gouv.fr.

Plus en détail

GESTION DE PROJET. www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675

GESTION DE PROJET. www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675 GESTION DE PROJET www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675 Introduction à la Gestion de Projet... 3 Management de Projet... 4 Gestion de Projet informatique...

Plus en détail

Les pratiques du sourcing IT en France

Les pratiques du sourcing IT en France 3 juin 2010 Les pratiques du sourcing IT en France Une enquête Solucom / Ae-SCM Conférence IBM CIO : «Optimisez vos stratégies de Sourcing» Laurent Bellefin Solucom en bref Cabinet indépendant de conseil

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE

MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE L intervention de l expert-comptable en cas de licenciement économique consiste principalement à analyser les raisons et la pertinence de la mesure envisagée,

Plus en détail

Témoignage PMI de 20 personnes

Témoignage PMI de 20 personnes Témoignage PMI de 20 personnes Pour tout responsable de PME, choisir un logiciel reste une opération délicate, que ce soit par le nombre de paramètres influençant la prise de décision, ou par l investissement

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

Les partenariats public-privé (PPP) au service du développement régional Cadre juridique des PPP Béatrice MAJZA Avocat associé

Les partenariats public-privé (PPP) au service du développement régional Cadre juridique des PPP Béatrice MAJZA Avocat associé Les partenariats public-privé (PPP) au service du développement régional Cadre juridique des PPP Béatrice MAJZA Avocat associé 1 1. Qu est-ce qu un PPP? 2. Principaux montages en PPP en droit français.

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière 1.1 Le Comité d Innovation Routes et Rues (CIRR) est

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus les éléments structurants Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise en

Plus en détail

Votre infrastructure informatique toujours sous contrôle

Votre infrastructure informatique toujours sous contrôle Votre infrastructure informatique toujours sous contrôle Au fidèle tableau noir, de plus en plus d écoles ajoutent aujourd hui les services de l informatique. Place aux TICE, Technologies de l Information

Plus en détail

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT DOCUMENT 1/3 Ce document a pour but d expliquer le fonctionnement du marché du gaz. Il s agit d une introduction permettant de

Plus en détail

L audit énergétique : maillon faible de la transition énergétique?

L audit énergétique : maillon faible de la transition énergétique? L audit énergétique : maillon faible de la transition énergétique? 26 novembre 2015 Positionnement des prestataires et limite de l audit Un audit énergétique est par définition une analyse croisée entre

Plus en détail

CEMAFROID FORMATION. Bilan thermique et dimensionnement des installations frigorifiques et climatiques

CEMAFROID FORMATION. Bilan thermique et dimensionnement des installations frigorifiques et climatiques Bilan thermique et dimensionnement des installations frigorifiques et climatiques Le 05/03/2015 Objectifs : Acquérir les notions de bases permettant d appréhender les réglementations thermiques dans les

Plus en détail

Prévenir les nuisances futures

Prévenir les nuisances futures 4877 Prévenir les nuisances futures BILAN D ACTIVITÉ 2000 q 2005 50 51 52 53 54 Sensibiliser les professionnels aux nuisances sonores Réviser les Plans d Exposition au Bruit (PEB) Créer une zone D Réfléchir

Plus en détail

Motala 2000. La plate-forme élévatrice fiable et sécurisante pour personnes à mobilité réduite. La qualité suédoise

Motala 2000. La plate-forme élévatrice fiable et sécurisante pour personnes à mobilité réduite. La qualité suédoise Motala 2000 La plate-forme élévatrice fiable et sécurisante pour personnes à mobilité réduite. La qualité suédoise Permettre l accès aux personnes qui en ont le plus besoin. Dans de nombreux immeubles

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

Dossier de Presse. ZOOM 3 rue Titon 75011 Paris Contact Gilles Pellegrini Tél : 01 40 09 02 01 Fax : 01 40 09 02 23 contact@zoom.fr www.zoom.

Dossier de Presse. ZOOM 3 rue Titon 75011 Paris Contact Gilles Pellegrini Tél : 01 40 09 02 01 Fax : 01 40 09 02 23 contact@zoom.fr www.zoom. Dossier de Presse ZOOM 3 rue Titon 75011 Paris Contact Gilles Pellegrini Tél : 01 40 09 02 01 Fax : 01 40 09 02 23 contact@zoom.fr www.zoom.fr sommaire Société 3 Services 3 Expertise 4 Conseil 5 Formation

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

VOTRE PARTENAIRE FERROVIAIRE POUR DES SOLUTIONS DURABLES

VOTRE PARTENAIRE FERROVIAIRE POUR DES SOLUTIONS DURABLES VOTRE PARTENAIRE FERROVIAIRE POUR DES SOLUTIONS DURABLES À PROPOS DE TUC RAIL TUC RAIL est un bureau d ingénierie et de Project Management spécialisé en technologie ferroviaire. Nous sommes une filiale

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Les clés pour comprendre

Les clés pour comprendre Les clés pour comprendre La Réglementation Thermique 2012 (RT2012) a pour objectif, tout comme les précédentes réglementations thermiques de limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs qu

Plus en détail

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc.

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 11 mars 2005 Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 2004) Introduction Tous les produits de construction

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

L exposé oral et la note de référence ont été préparés conformément à la décision 2011/4 du Conseil d administration.

L exposé oral et la note de référence ont été préparés conformément à la décision 2011/4 du Conseil d administration. 19 décembre 2011 Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration Première session ordinaire de 2012 7-10 février 2012 Point 10 de l ordre du jour provisoire * Compte rendu oral sur les

Plus en détail

Ministère de l intérieur --------

Ministère de l intérieur -------- Ministère de l intérieur -------- Examen professionnel d ingénieur principal des systèmes d information et de communication du ministère de l intérieur Session 2013 Meilleure copie Sujet n 1 - Réseaux

Plus en détail

Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2010» Meilleure copie "étude de cas architecture et systèmes"

Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2010» Meilleure copie étude de cas architecture et systèmes Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2010» Meilleure copie "étude de cas architecture et systèmes" Note obtenue : 14,75/20 HEBERGE-TOUT Le 25 mars 2010 A

Plus en détail

La notion de Développement Durable est illustrée par la figure suivante : Développement durable. Social

La notion de Développement Durable est illustrée par la figure suivante : Développement durable. Social LE DEVELOPPEMENT DURABLE POUR LES PETITES ENTREPRISES ET LES ARTISANS. La notion de Développement Durable est une thématique à la mode. Elle est largement reprise dans les médias et devient une donnée

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS

POUR DIFFUSION AUX AGENTS MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/SEC/BR/LL/FG/DEJ/SPEJ/N 12-15 Lila LALAM 01 43 93 89 65 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : CHARGE DE LA MUTUALISATION DES ACHATS

Plus en détail

La Garantie de Performance Énergétique pour les bâtiments neufs

La Garantie de Performance Énergétique pour les bâtiments neufs La Garantie de Performance Énergétique pour les bâtiments neufs Paris, le 21 Mai 2013 Pour toute information complémentaire, contacter : Stéphane GRANDCHAMP 01.49.64.14.81 sgrandchamp@verspieren.com Introduction

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2010 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france EVOLUTIONS DU LOGICIEL FINANCIER CORIOLIS

Plus en détail

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ACOSS, caisse nationale des Urssaf, vous a interrogé en 2007 afin d évaluer la qualité de service de la branche du recouvrement. Retour sur l enquête

Plus en détail

Charte de développement durable. Version. groupe

Charte de développement durable. Version. groupe Charte de développement durable 2014 Version groupe Dès sa création en 2008, le Groupe CAPECOM a mis en place une charte qui permettait de définir les valeurs fondatrices du Groupe. Cette charte était

Plus en détail

Économisez sur l énergie, pas sur le confort Économisez jusqu'à 40 % sur votre facture énergétique

Économisez sur l énergie, pas sur le confort Économisez jusqu'à 40 % sur votre facture énergétique Économisez sur l énergie, pas sur le confort Économisez jusqu'à 40 % sur votre facture énergétique 1 Answers for infrastructure. Siemens optimise la gestion énergétique de votre bâtiment Les bâtiments

Plus en détail

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel Guide d utilisation du - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock Support entretien professionnel L entretien professionnel, une occasion pour l entreprise et le salarié de porter un regard sur

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Newsletter Label Promotelec Performance

Newsletter Label Promotelec Performance AVRIL 2012 Visites de fin de chantier de vos demandes de 1. Une visite sur chantier : Pourquoi? Car la certification d un projet s articule autour de deux examens : - un premier au cours de la phase «conception»,

Plus en détail

Dispositif d'accompagnement

Dispositif d'accompagnement PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Direction régionale des s, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi de Poitou-Charentes Pôle 3E Service développement économique-innovationentreprises

Plus en détail

AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES

AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES Adopté par le Bureau le 4 juin 2007 2 Liège, le 4 juin 2007 PRÉAMBULE Les différentes étapes de la régionalisation

Plus en détail