Je me concentrerai sur la France où 4 séries d arguments sont particulièrement mis en avant :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Je me concentrerai sur la France où 4 séries d arguments sont particulièrement mis en avant :"

Transcription

1 Le droit du travail est aujourd hui remis en cause sur le fondement du libéralisme ; nous avons vu que c est le cas un peu partout ; et je crois que les classements comme doing business sont aussi responsables. Je me concentrerai sur la France où 4 séries d arguments sont particulièrement mis en avant : 1) Premier argument : le droit du travail serait trop complexe ; il faut le simplifier Argument redoutable - Instance unique de représentation - Recours à négociation plutôt qu à la loi: gros argument du MEDEF : Extrait : «La loi doit donc désormais se concentrer sur la fixation d un cadre général, se simplifier drastiquement, et laisser les détails se définir au niveau des entreprises ou des branches pour les plus petites d entre elles». A quoi rassemblera le droit du travail si on le réduit à 50 articles? 2) Deuxième argument : une équation redoutable : - Travail dominical - Seuils sociaux - 35 heures - SMIC - Contrat unique Où va-t-on? on a aucun chiffre 3) Troisième argument : le droit du travail est trop incertain, trop laissé au pouvoir d appréciation des juges : il faut sécuriser = évoquer violation efficace = mise à l écart du juge ; retour de l administration 4 ) quatrième argument : ça marche mieux ailleurs : Argument comparatif pour flexibilité : argument allemand très présent : il l était pour les accords de maintien de l emploi ; il l est plus largement pour soutenir une politique de flexibilité comme réponse au chômage : modèle des lois Harz : 2 nuances : d abord, les mini jobs sont ultra critiqués et il y a un paradoxe à maintenir les mini jobs et le salaire minimum légal ; ensuite, le droit allemand n est pas un modèle de flexibilité : l Allemagne est 2 ème sur l indice de rigidité du marché du travail (la France 7 ème ) Argument pour remettre en cause représentation du personnel : idem chiffres pas probants : dans rapport de mars 2011, commissione uropéenne : réalisé une comparaison formelle sur les attributions des IRP au sein des différents Etats membres en leur attribuant une note de 0 à 10 1

2 en fonction des pouvoirs qui leurs sont attribuées44. Sans surprise, figurent en haut du classement les pays nordiques, Danemark en tête (10 points), suivi par la Finlande et la Suède (9 points chacune). Viennent ensuite un groupe de pays continentaux avec des comités d'entreprise puissants et des dispositions concernant la coopération entre comité et syndicats : Luxembourg, Belgique, Pays-Bas, Italie,Allemagne, Autriche (tous à 8 points), puis France, Espagne et Slovénie (7 points). En bas de l'échelle, entre 2 et 4 points, figurent les trois pays Baltes, Chypre, Malte, la Bulgarie et la Grèce. On constate donc que la France est loin de faire partie des pays qui accordent le plus de moyens et de pouvoirs aux représentants du personnel, lesquels sont pourtant ceux qui tirent le mieux leur épingle du jeu concurrentiel. Sur instance unique : voir l interview de MLF à SSL : conseil d entreprise allemand : «Si le patronat veut aller vers une logique allemande, il doit retenir le modèle global, à savoir un conseil d entreprise dès cinq salariés, un droit de véto de l instance sur les licenciements et le respect du principe de cogestion dans les organes de direction.» Voyons quel rôle joue la négociation collective dans ce mouvement? Mon propos est de montrer que la négociation joue le mauvais rôle dans ce mouvement ; qu elle est instrumentalisée pour servir la déconstruction du droit du travail. Je tiens tout de suite à faire une précision : il ne s agit pas de critiquer la négociation collective pour elle-même ; elle est indispensable à la protection du droit du travail et je rejoins totalemeent ce qui a été dit, notamment par K. Ewing : il faut la protéger. Le problème : c est qu on lui fait un jouer un rôle qui ne doit pas être le sien. ; on en fait une alternative à la loi alors qu elle ne doit que l améliorer ; on en fait le support de la flexibilité alors qu elle est avant tout un mode d acquisition des droits pour les salariés. 2 temps I. La négociation collective et le détricotage du droit du travail Quatre questions se posent ici : Première question : La négociation collective a-t-elle vocation à concurrencer le législateur? Attention à ne pas substituer les partenaires sociaux au législateur, et à ne pas tomber dans le compromis et le rapport de force permanent : car heureusement, la loi ce n est que cela Phrase importante de G Lyon-Caen, critique sur le rôle politique assigné aux syndicats : «paritatrisme et concertation masquent mal un pouvoi institutuionnalisé des intérêts, sans aucun contrepoids, qui risque manifestement de dériver en un néo corporatisme. Un syndicat ne peut être qu une formation critique, plus proche de la société civile que de l appareil 2

3 d Etat, plus forte à la base qu au sommet, capable à la fois de comprendre et de traduire les aspiration des salariés (technique réversible p. 77) Idem : A. Jeammaud et H Masse dessen : «la loi revêt, en régime de démocratie représentative, une légitimité plus certaine que la négociation collective» = question des rapports avec la loi : le Conseil constitutionnel a eu l occasion de rappeler, dans la décision n o DC du 19 décembre 2013, «qu'il est loisible au législateur, dans le cadre des compétences qu'il tient de l'article 34 de la Constitution, de renvoyer au décret ou de confier à la négociation collective le soin de préciser, en matière de détermination collective des conditions de travail, les modalités d'application des règles qu'il a fixées», à condition de ne pas méconnaître sa compétence. Cette obligation pour le législateur de respecter sa compétence a été sanctionnée dans la décision n o QPC du 16 avril 2014 à propos du portage salarial. Idem pacte de responsabilité = on peut voir de deux manières cette délégation du législateur : soit la volonté d ajouter à la démocratie politique une démocratie sociale ; soit une déresponsabilisation du législateur qui transfert la responsabilité de faire les réformes aux partenaires sociaux Deuxième question? Peut-on résister au phénomène de décentralisation de la négociation collective C est une tendance européenne, encouragée par la BCE : Affaiblissement des systèmes de négociation collective En matière de négociation collective, la politique à suivre est claire, il s'agit de substituer le plus possible aux négociations nationales ou de branches les négociations d'entreprises ou d'établissements, afin de favoriser la flexibilité et de déterminer des salaires correspondant au mieux à la situation de chaque entreprise. Pour pouvoir bénéficier des aides de la BCE, de telles réformes ont ainsi été imposées à l'espagne et à l'italie. Autre exemple, l'irlande et la Roumanie, aux négociations très centralisées avant la crise, ont quasi aboli les négociations multi employeurs. L'Allemagne a également épousé cette tendance. Les organisations patronales des Etats membres sont le plus souvent sur la même ligne politique que les institutions européennes et recommandent les mêmes évolutions. Le graphique qui suit montre les changements introduits dans les systèmes de négociation collective des pays ayant fait appel à l'aide européenne. Au choix : restrictions sur l'extension des accords collectifs, facilités données aux entreprises pour déroger aux accords sectoriels ou au code du travail, suspension des clauses plus favorables, promotion de la capacité donnée au entreprises de négocier des accords d'établissements avec ou sans les syndicats, réduction de 3

4 la période de validité des accords après leur expiration. La Grèce a eu droit à la palette complète. Ce débat parcourt, avec intensité, toute l Europe. Sur tout le continent, la négociation d entreprise a gagné un terrain très considérable. L Europe centrale comme le Royaume Uni, du fait de la transition pour la première et de l ère Thatcher pour le second, ne connaissent plus que la suprématie des négociations d entreprises, sauf dans le secteur public. En Allemagne, les clauses de sortie des conventions sectorielles qui autorisent les entreprises à élaborer leurs propres règles se sont multipliées. En Scandinavie, les branches ont réussi à sauvegarder une certaine suprématie mais leurs conventions ont changé de nature : sur de nombreux sujets, l on y négocie plus des règles de procédures que des contenus. Restent les pays méditerranéens où, la négociation de branche, parfois régionalisée comme en Espagne ou en Italie, ne produit plus guère de résultats, laissant de facto le champ libre aux entreprises. Enfin, la négociation transnationale est du même ordre: émergeant difficilement, elle se traduit surtout par des accords, souvent à l initiative du management, au seul niveau de quelques grands groupes multinationaux. Bref, la décentralisation de la négociation collective est une réalité majeure, et très vraisemblablement durable. Cela tient à la fois aux transformations économiques et organisationnelles et aux structures syndicales traditionnelles. 1) comment ça se passe en France? - primauté accord d entreprise : par rapport à la branche + délégation du législateur : accord d entreprise est en train de devenir le mode normal de régulation des rapports sociaux : dangereux - dans les chiffres, on a un tassement de la négociation de branche, d où revitalisation en 2014 La faveur à la négociation d entreprise est telle quel on peut négocier sans délégués syndicaux. curieux car vise la conclusion «des accords collectifs de travail sur des mesures dont la mise en œuvre est subordonnée par la loi à un accord collectif» : c est-à-dire la mise en place de dérogations in pejus ; typique pour accords de maintien de l emploi notamment la négociation entre employeur et élus du CE pour fixer les délais de consultation + aussi une diminution de l activité conventionelle au niveau de la branche : d où la loi de 2014 qui permet restructuration des branches - quel effet de cette décentralisation : 2 dangers (a) premier danger on est en train de transférer les risques de l entreprise sur les syndicats : consultation sur orientation stratégique de l entrepriseresponsabilsation des salariés ; diagnostic partagé ; partage de l informatique ; pression sur confidentialité = le problème : 4

5 c est qu on transfert les responsabilité sans les pouvoirs : or, pouvoir va avec responsabilité : cela veut dire quoi : si on veut aller sur ce chemin : il y a au moins 2 choses à faire (a) rendre plus contraignantes les obligations de négocier ; (b) aller vers cogestion (d où le non sens de la proposition patronale) = sur cette responsabilisation : voir où on en arrive : G. Cette : leur demander de déterminer le niveau des seuils sociaux librement ; heureusement : représentativité : d ordre public absolu (b) deuxième danger : risque de favoriser le phénomène du low cost : pas seulement à l extérieur des frontières : en France : accord d entreprise risque de favoriser concurrence par les couts sociaux = ne font pas une concurrence par les prix (parfois même pas par la qualité ; mais par le cout du travail : C'est sans doute là que le bât blesse le plus : salaires inférieurs, voire minimaux, avantages réduits, politiques antisyndicales comme chez Ryanair (qui s'en vante! ), cotisations sociales comprimées par le jeu des délocalisations, jobs à durées réduites : voir l article de C. Emmanuel triomphe Je passe les arguments bien connus : rapport de force faible dans entreprise + argument de Sophie Nadal : danger vis-à-vis du financement patronal (risque de pressions) : financement patronal des syndicats peut servir à faciliter l implantation des syndicats Troisième question? Peut on négocier sur tout? Pas sur l intérêt général? Glissement progressif des objets de négociation du travail vers l emploi : 2 aspects 5 a) a complètement changé la problématique du droit du travail : L objectif est de déplacer l attention sur les travailleurs, et de créer non plus un équilibre entre les travailleurs et les employeurs mais entre travailleurs et chômeurs, ou entre travailleurs précaires et permanents : très perturbateur pour syndicats : ex. travail de nuit / AME / temps partiel : expliquer : 24 heures ; mais argument patronale : si vous ne signez pas une dérog aux 24 h, je n embaucherai plus pour les petits boulots ; idem sur PSE : si vous ne signez pas, le document unilatéral sera pire (car pas d obligation d alignement) b) La lutte contre le chômage peut elle justifier toute restriction aux droits fondamentaux? ex. contrat de travail unique : on peut lire que pourrait s appliquer aux contrats existants : pas de pbe car lutte contre le chômage On en arrive à la question qui fache : Peut on avoir totalement confiance dans la négociation collective Il y a aujourd hui une facheuse tendance à faire confiance à la négociation collective ; je me souviens avoir participé il y a un an avec Hervé Tourniquet et un représentant de la CGT une

6 audition à l assemblée nationale ; nous avions été sceptique sur le PSE négocié et sur l absence de contrôle de l administration sur le contenu : réponse de M. Sapin : il faut faire confiance à la négociation collective = la confiance : elle est là! Ce qui est certain c est que les derniers chiffres publiés montrent un succès certain de la négo sur le PSE : 59% de PSE majoritaires présentés au direccte ; dans 81% on engage des négo Et on peu tlire des arguments favorables à la négo du PSE : Florence Krivine : «Le rapport de force ne peut plus être sur la rétention de remise d avis au terme de la procédure d information-consultation puisqu aujourd hui, l absence d avis vaut avis. Le rapport de force se déplace donc et se retrouve dans la négociation de l accord majoritaire : la signature des organisations syndicales, sécurisant ainsi les Directions, en contrepartie de l obtention d avancées significatives sur les mesures sociales d accompagnement» Quelques exemples : - Contrôle du juge : se souvenir des formules de l ANI qui, lorsque PSE négocié, prévoyaient que licenciement réputé avoir cause réelle et sérieuse - PSE négocié : contrôle faible - Négociation : pas besoin de consultation du CE : lorsqu un accord collectif intervient sur le PSE, pas de consultation du CE sur le projet de licenciement éco - Accord maintien de l emploi : abracabrantesque : justification lict éco individuel : Argument du rapporteur de la loi sur l info consult et les AME : «nous avons eu également un débat sur la nature individuelle ou collective du licenciement. Je résume ainsi. Au regard du droit européen, qui concerne également des pays qui en connaissent pas le double niveau de représentation français DP et DS on peut consiodérer que la procédure française de l accord collectif vaut information et consultation des salariés. En effet, conclu à l issue d une négociation, il a nécessairement fait l objet d une information et d une consultation des salariés et pas seulement des DP et des DS»( Débats AN, 3 ème séance du samedi 6 avr 2013, p II. Gardes fous Deux séries de garde fous : driots fondamentuax et contrat A) Droits fondamentaux Ce n est plus quelque chose de flou ; c est bien concret - Droit au repos et garantie durées maximales : ce n est pas à la négociation collective de définir ces garanties : pbe du forfait jours - Droit au procès équitable : CDD 6

7 - Droit à juste rémunération : il faut aller sur ce terrain ; on a 3 niveaux pour rémunération : pcpe d égalité : c est le plus faible ; droit à une rémunération minimale ; droità une juste rémunération : par la déclaration universelle des droits de l homme de 1948 que par la charte sociale européenne ou l OIT à travers son agenda sur le travail - Pcpe de participation : résistance à instance unique de représentation ; délais préfixes - Droit au respect vie personnelle = nouvelles technologies - Droit à la santé et la sécurité (attention au CHSCT : rapport intéressant de PY Verkindt : attention à la fusion des IRP) B) droit supra national (a)droit international- OIT convention 158 : curieux retour (il y a déjà un précédent : 2011 : La commission des experts près de l OIT vient de déclarer, dans son rapport annuel, que les dispositions françaises relatives au repos dominical fruits de la loi du 10 août 2009, sont contraires à la convention 106 de l OIT et notamment à son article 7) = P. Gattaz veut la dénoncer : prélude à attaque sur droit du licenciement : Adoptée en juin 1982 et entrée en vigueur en novembre 1985, cette convention a été ratifiée par trente-six pays, dont un, le Brésil, l'a dénoncée en En Union européenne, elle a été ratifiée par Chypre, l'espagne, la Finlande, la France, la Lettonie, le Luxembourg, le Portugal, la Slovaquie, la Slovénie et la Suède Cette fameuse convention 158 procède, au niveau international, d'un équilibre puisqu'elle reconnaît à l'employeur le droit de licencier pour un motif lié à l'aptitude ou à la conduite du salarié et, au travailleur, celui de ne pas être injustement privé de son emploi. Concrètement, elle exige que la rupture d un contrat de travail s'accompagne d'un motif valable, qu'une possibilité soit donnée au salarié de répondre aux allégations formulées, qu'une période de préavis et qu'un droit de recours contre une décision injustifiée devant un organisme indépendant et impartial soient prévus... Ces bases, très largement acceptées en Europe et ce, convention 158 de l'oit ou pas, se heurtent depuis des années à de multiples contestations patronales : ici l'on réclame que l'ancienneté minimale soit revue à la hausse pour bénéficier des dites protections, là on demande que les sanctions pour licenciement injustifiés soient revues à la baisse, ailleurs que l'accès aux tribunaux soit restreint...des attaques du même ordre sont menées, au prétexte de simplification administrative, contre les directives européennes et leurs clauses de non-régression ou encore contre la charte européenne des droits fondamentaux (dont l'article 30 rejoint les principes de la fameuse convention OIT). Et tout cela au nom du fait - par ailleurs jamais démontré - que la protection contre le licenciement porterait atteinte à l'emploi. Mais à côté de convention 158, il y a l article 24 charte sociale européenne ET article 30 charte droits fondamentaux 7

8 Très frappant de voir que patronat s inquiète de la convention 158 OIT et pas des sources européennes : signe de leur faiblesse actuelle (b) Droit union européenne : Pbe de l efficacité de l article 27 de la charte : arrêt AMS du 15 janv 2014 décevant : en même temps porte reste ouverte : rappeler le critère : les droits dovient être suffisamment déterminés B)Contrat Curieux de placer le contrat parmi gardes fous : Formidable inversion : le contrat a longtemps été une figure bourgeoise, incarnation de la domination patronale ; inversement, négociation collective mode d acquisition des avantages sociaux. Aujourd hui inversion des rôles. Patronat veut faire la peau au contrat : pour bien comprendre les enjeux : il faut distinguer 2 principes fondamentaux du contrat qui, en droit du travial, ont des rôles opposés : 1) la liberté contractuelle : sert l employeur ; forte activité : rupture conventionnelle ; multiples clauses (not clause de discrétion ) = la volonté a énormément de poids aujourd hui ; ) risque du retour au qui dit contractuel dit juste et en même temps : on ne peut avoir à la fois le beurre et l argent du beurre, dit on selon une expression française ; 2) le principe de force obligatoire du contrat : mode de résistance aux changements = ce principe est devenu le principal obstacle à la flexibilité : la convention collective ne peut modifier le contrat ; et ce alors même que convention collective touche à des éléments essentiels du contrat : mobilité au-delà du secteur géographique et rémunération : = en France : pas de primauté de l accord collectif sur le contrat : il faut y tenir : c est pourtant fragile : car argumentation très forte côté patronal pour signifier qu un salarié ne peut opposer son intérêt individuel face à la volonté collective Cette argumentation a en partie gagné, mais pas complètement : en partie car on a des exceptions : ex Warsman, loi LES Pas complètement car si on suit proposition MEDEF : il faut consacrer primauté absolue : c est le retour aux thèses institutionnelles. b: C est accepté donc c est forcément juste = phénomène de bilatéralisation des rapports de travail : attention de ne pas perdre la subordination. Il faut faire très attention à ne pas 8

9 remettre en cause la subordination inhérente aux rapports de travail : démission / licenciement : contrat unique ; tout le monde pareil ; prise d acte : faute grave/faute sérieuse ; obligation de sécurité employeur / salarié : attention à la bilatéralisation : typique : les restructurations, les PSE négociés ; diagnostic partagé : quelques mots sur rupture conventionnelle qui incarne parfaitement cette bilatéralisation = ici double idée : c est accepté donc c est juste ; c est homologué, donc c est régulier. Du coup, contrôle très faible de la Cour de cassation : la C cass lui donne toute sa portée : Cass. soc., 30 sept. 2014, n o : L attendu est sec et n entend pas souffrir de commentaires. La jurisprudence sur la rupture conventionnelle n est pas franchement encombrante. Tout est possible ou presque, et même de signer une convention de rupture pendant une période de suspension du contrat de travail suite à un accident du travail ou une maladie professionnelle. La chambre sociale de la Cour de cassation assume et décerne un P+B+R à cet arrêt du 30 septembre 2014 qui élude purement et simplement les règles protectrices applicables au salarié victime d un accident du travail ou d une maladie professionnelle. Pour mettre en péril une rupture conventionnelle, mieux vaut démontrer la fraude ou un vice du consentement que d invoquer les dispositions protectrices sur les salariés victimes d un accident du travail ou d une maladie professionnelle. C) Droit commercial (a) Sodimédical : l échec de l action des «Sodimédical» qui avaient cherché à bloquer devant les juridictions commerciales l ouverture de la procédure collective, avec cette idée qu empêcher en amont la fermeture de l entreprise est plus efficace que contester en aval les licenciements économiques 1? (b)fermeture de site : 1 ère mouture Florange : était prévue une intervention possible du TC lequel, s il était saisi, pouvait non seulement contrôler le caractère sérieux des offres de reprise mais aussi la légitimité du refus du chef d entreprise de consentir à une offre de reprise sérieuse + amende civile = selon Cel Cel : ces deux mesures portaient une atteinte disproportionnée à liberté d entrerprendre 2 ème mouture : sanction purement sociale : lict éco (c) Rachat par salariés : À compter du 1 er novembre 2014, les salariés de PME (jusqu à 249 salariés) doivent obligatoirement être informés de tout projet de cession du fonds de commerce ou de la majorité des parts sociales, actions ou valeurs mobilières de leur entreprise ainsi que de la possibilité qui leur est offerte de présenter une offre de rachat, au plus tard 1 Cour de cassation, chbre commerciale, 3 juill. 2012, n

10 deux mois avant la cession ou, dans les entreprises employant au moins 50 salariés, au plus tard en m 2 ême temps qu il procède à l information et à la consultation du comité d entreprise(1). À défaut, le tribunal de commerce peut prononcer, à la demande du salarié, la nullité de la cession Conclusion : C est peut être pas par le droit du travail qu on arrivera à nos fins Rappr K Ewing : ne pas conclure des accords de libre échange avec des pays 2 10

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

Fiche n 1 Procédure de mise en œuvre d un licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi

Fiche n 1 Procédure de mise en œuvre d un licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi Fiche n 1 Procédure de mise en œuvre d un licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi Les dispositions sont applicables aux entreprises de 50 salariés et plus, en

Plus en détail

Table des matières. Partie I. Les relations individuelles de travail. Titre I La conclusion du contrat de travail 61

Table des matières. Partie I. Les relations individuelles de travail. Titre I La conclusion du contrat de travail 61 Table des matières Introduction 13 Chapitre I L objet et la finalité du droit du travail 14 Section I L objet du droit du travail 15 Section II La fonction du droit du travail 16 Chapitre II Histoire du

Plus en détail

Modernisation du marché du travail. Réunion UIMM Touraine du 25 septembre 2008

Modernisation du marché du travail. Réunion UIMM Touraine du 25 septembre 2008 Modernisation du marché du travail Réunion UIMM Touraine du 25 septembre 2008 Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008 sur la modernisation du marché du travail étendu par arrêté du 23 juillet

Plus en détail

Loi n 2013-504 relative à la sécurisation de l emploi - 14 juin 2013. Petit déjeuner RH du 10 octobre 2013 CCI Cherbourg Cotentin

Loi n 2013-504 relative à la sécurisation de l emploi - 14 juin 2013. Petit déjeuner RH du 10 octobre 2013 CCI Cherbourg Cotentin Loi n 2013-504 relative à la sécurisation de l emploi - 14 juin 2013 Petit déjeuner RH du 10 octobre 2013 CCI Cherbourg Cotentin Maître Florence TOURBIN Maître Marie-Laure LAURENT 1 2 SOMMAIRE I Les obligations

Plus en détail

Loi relative à la Sécurisation de l emploi

Loi relative à la Sécurisation de l emploi Synthèse Loi relative à la Sécurisation de l emploi 1 Santé et prévoyance (incapacité de travail, invalidité, décès) => Généralisation de la couverture complémentaire santé => Généralisation de la couverture

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL (ANI) SUR LA DU 11 JANVIER 2013

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL (ANI) SUR LA DU 11 JANVIER 2013 Argumentaire CFTC Illustration : Ogerepus - Fotolia.com ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL (ANI) SUR LA DU 11 JANVIER 2013 CE QUE DIT L ACCORD 2 - LES 12 POINTS POSITIFS QUI SÉCURISENT L EMPLOI - LES 3

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

LES MESURES SOCIALES PREVUES PAR LA LOI MACRON

LES MESURES SOCIALES PREVUES PAR LA LOI MACRON LES MESURES SOCIALES PREVUES PAR LA LOI MACRON La loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques, dite loi Macron, a été promulguée le 7 août 2015. Certaines mesures sont applicables

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

Actualités en droit du travail

Actualités en droit du travail Actualités en droit du travail 10 juillet 2014 Chloé Alligier August & Debouzy SOMMAIRE I. Loi Formation, Emploi et Démocratie Sociale du 5 mars 2014 II. Actualités jurisprudentielles 1. Représentants

Plus en détail

L o L bl o igat a i t on o de de g éné né a r l a isa s t a i t on

L o L bl o igat a i t on o de de g éné né a r l a isa s t a i t on GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ : LES GRANDS PRINCIPES 1 L OBLIGATION DE GÉNÉRALISATION 2 L obligation de généralisation Etapes de la généralisation de la complémentaire santé à tous les salariés

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com.

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com. DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com Introduction 1. Notion et domaine du droit du travail A) Droit et travail

Plus en détail

Négociations annuelles 2016 : Quelle stratégie mettre en place?

Négociations annuelles 2016 : Quelle stratégie mettre en place? BULLETIN D INFORMATION DU GROUPE CEOLIS JANVIER 2016 Négociations annuelles 2016 : Quelle stratégie mettre en place? La loi relative au dialogue social et à l emploi, dite loi «Rebsamen», a introduit des

Plus en détail

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015.

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015. FÉVRIER 2015 A LA UNE Un accord collectif ne peut suppléer le règlement intérieur dans la détermination de la durée maximale de la mise à pied disciplinaire Depuis 2010, la Chambre sociale de la Cour de

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi RÈGLES applicables au détachement de travailleurs en FRANCE Ce document est purement informatif et, à ce titre, volontairement synthétique.

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

Accord du 11 janvier 2013

Accord du 11 janvier 2013 Medef Accord du 11 janvier 2013 Compétitivité des entreprises et sécurisation de l emploi Assemblée Permanente 15 Janvier 2013 1 Un accord qui consacre la flexi-sécurité Adaptation rapide et sécurisée

Plus en détail

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4 Formation droit social Les modalités de rupture du contrat de travail en quelques mots SÉVERINE DEVOIZE A V O C A T A S S O C I É GILLES PRIETZ C O N S E I L L E R P R U D H O M M E S M E R C R E D I 2

Plus en détail

Accord du 11 janvier 2013. Pour la compétitivité des entreprises et la sécurisation de l emploi

Accord du 11 janvier 2013. Pour la compétitivité des entreprises et la sécurisation de l emploi Le 14 janvier 2013 Accord du 11 janvier 2013 Pour la compétitivité des entreprises et la sécurisation de l emploi L accord, conclu après trois mois de négociation, et préparé en réalité depuis 2009, a

Plus en détail

Les mobilités professionnelles

Les mobilités professionnelles L Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 Pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l emploi et des parcours professionnels

Plus en détail

C.N.News. n 7 Juillet - août 2008 ACTUALITES LEGALES I. PRESENTATION SOMMAIRE

C.N.News. n 7 Juillet - août 2008 ACTUALITES LEGALES I. PRESENTATION SOMMAIRE C.N.News n 7 Juillet - août 2008 ACTUALITES LEGALES I. PRESENTATION SOMMAIRE Loi de modernisation de l économie n 2008-776 du 4 août 2008 : cette loi ne comporte pas moins de 76 mesures destinées à développer

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 3 ème partie : La procédure du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 3 ème partie : La procédure du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 3 ème partie : La procédure du licenciement pour motif économique Concernant le licenciement économique de salariés protégés, il faut nécessairement articuler

Plus en détail

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Commentaires de la Chambre des salariés 25 février 2014 Semestre européen Arsenal de six résolutions législatives («six

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 41-15 novembre 2013 Les complémentaires santé font encore «la Une» de l actualité de cet automne parlementaire. Serge Lavagna Secrétaire national

Plus en détail

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques NEWSLETTER SOCIALE S E P T E M B R E 2 0 1 5 L actualité en matière sociale a été riche au cours de la période estivale avec notamment la publication le 6 août dernier de la loi pour la croissance, l activité

Plus en détail

Commission ouverte. Co-responsables : Paul Bouaziz, avocat honoraire Alain Sutra, avocat à la cour

Commission ouverte. Co-responsables : Paul Bouaziz, avocat honoraire Alain Sutra, avocat à la cour Commission ouverte SOCIAL Co-responsables : Paul Bouaziz, avocat honoraire Alain Sutra, avocat à la cour Lundi 30 juin 2014 Actualité jurisprudentielle : Les arrêts topiques et récents de la chambre sociale

Plus en détail

La prolongation des mesures anti-crise et la protection complémentaire des ouvriers en cas de licenciement

La prolongation des mesures anti-crise et la protection complémentaire des ouvriers en cas de licenciement La prolongation des mesures anti-crise et la protection complémentaire des ouvriers en cas de licenciement Les dispositions des mesures anti-crise sont valables jusqu au 31 décembre 2010. A. Les mesures

Plus en détail

SESSION 2015 UE 3 DROIT SOCIAL

SESSION 2015 UE 3 DROIT SOCIAL 151003 DCG SESSION 2015 UE 3 DROIT SOCIAL Durée de l'épreuve : 3 heures Coefficient : 1 DCG 2015 UE3 Droit social Page 1/6 151003 DCG SESSION 2015 UE 3 DROIT SOCIAL Durée de l épreuve : 3 heures - Coefficient

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

La négociation des accords de prévoyance d entreprise

La négociation des accords de prévoyance d entreprise Par Lionel Parienté La négociation des accords de prévoyance d entreprise Dés l origine de la sécurité sociale d après guerre, la question de l existence d une protection sociale complémentaire résultant

Plus en détail

SÉCURISATION DE L EMPLOI

SÉCURISATION DE L EMPLOI Accompagner les dirigeants de l ess dans la gestion des ressources humaines DOSSIER JURIDIQUE SÉCURISATION DE L EMPLOI Réalisé par : La Loi sur la sécurisation de l emploi La loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

TITRE I : LA VISION CONCILIATRICE DES RAPPORTS : LA NEGOCIATION COLLECTIVE ET LA REPRESENTATION COLLECTIVE

TITRE I : LA VISION CONCILIATRICE DES RAPPORTS : LA NEGOCIATION COLLECTIVE ET LA REPRESENTATION COLLECTIVE FACULLTÉ ddee DROIT, I, ddee ss SCIENCES POLL ITII IQUES,, ÉCONOMIQUES eet t ddee GESTION Plan du cours de Droit du Travail RELATIONS COLLECTIVES DE TRAVAIL Licence de Droit L3, 2 semestre Patrice Reis

Plus en détail

CONDITIONS DE VALIDITE DE LA CLAUSE DE NON-CONCURRENCE

CONDITIONS DE VALIDITE DE LA CLAUSE DE NON-CONCURRENCE CONDITIONS DE VALIDITE DE LA CLAUSE DE NON-CONCURRENCE 05/09/2014 La clause de non-concurrence est une clause aux termes de laquelle l une des parties à un contrat s engage à ne pas exercer d activité

Plus en détail

Conseillers du salarié 12 décembre 2013 Loi de sécurisation de l emploi. Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 Relative à la sécurisation de l emploi

Conseillers du salarié 12 décembre 2013 Loi de sécurisation de l emploi. Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 Relative à la sécurisation de l emploi Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 Relative à la sécurisation de l emploi Objet Transcription de l ANI du 11/01/2013 Principales dispositions Travail précaire IRP GPEC et mobilité Difficultés économiques Prud

Plus en détail

salariés âgés ou présentant des caractéristiques sociales ou de qualification rendant leur réinsertion professionnelle particulièrement difficile 2.

salariés âgés ou présentant des caractéristiques sociales ou de qualification rendant leur réinsertion professionnelle particulièrement difficile 2. Commentaire Décision n 2012-232 QPC du 13 avril 2012 M. Raymond S. (Ancienneté dans l entreprise et conséquences de la nullité du plan de sauvegarde de l emploi) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires 3 Conciliation prud homale Conciliation devant le bureau de conciliation Pour les contestations relatives au licenciement (et non sur la rupture

Plus en détail

Ministère du travail (22 janvier 2013)

Ministère du travail (22 janvier 2013) Ministère du travail (22 janvier 2013) Les apports de l accord sur la sécurisation de l emploi Conformément aux engagements de la feuille de route sociale de juillet et en réponse au document d orientation

Plus en détail

Infos. Atlantes. # 21 Janvier 2011. Anticiper pour ne pas subir. Pages 2 > 4 Dossier Protocole électoral et loi du 28 août 2008 : vademecum

Infos. Atlantes. # 21 Janvier 2011. Anticiper pour ne pas subir. Pages 2 > 4 Dossier Protocole électoral et loi du 28 août 2008 : vademecum Infos Atlantes Anticiper pour ne pas subir # 21 Janvier 2011 Pages 2 > 4 Dossier Protocole électoral et loi du 28 août 2008 : vademecum Page 5 Atlantes a l œil L absence de motif économique justifie-t-elle

Plus en détail

info DROIT SOCIAL Egalité de traitement et avantages catégoriels

info DROIT SOCIAL Egalité de traitement et avantages catégoriels n 4 > 4 mars 2015 info ACTUALITÉ JURIDIQUE Sommaire Droit social Egalité de traitement et avantages catégoriels Clauses de non concurrence Droit d accès aux SMS non personnels par l employeur Droit fiscal

Plus en détail

LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI : LES PRINCIPALES MESURES

LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI : LES PRINCIPALES MESURES LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI : LES PRINCIPALES MESURES 17/09/2013 "Matinées de formation" 1 1 - Loin 2013-504du14juin2013relativeàlasécurisationdel'emploi - Publiée aujodu16 - Issue de l ANI du 11

Plus en détail

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 FAUTE LOURDE Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 Constitue une faute lourde le fait pour le salarié d'un hôtel de supprimer les comptes Facebook et Twitter de l'établissement, l'impossibilité

Plus en détail

> Dossier 17 mars 2009

> Dossier 17 mars 2009 > Dossier 17 mars 2009 Le travail des étrangers en France Vous embauchez un étranger au sein de votre entreprise : ce que vous devez savoir. L embauche de personnels de nationalité étrangère est soumise

Plus en détail

Représentant du personnel : un salarié pas comme les autres. Protégé ou exposé?

Représentant du personnel : un salarié pas comme les autres. Protégé ou exposé? FORMATION ASSISTANCE EXPERTISE CONSEIL Représentant du personnel : un salarié pas comme les autres. Protégé ou exposé? Dernières jurisprudences Siège social : 20, rue Martin Bernard 75647 Paris Cedex 13

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne

Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne présentation à l École nationale d'administration publique du Québec 28 octobre 2009 Christian Gsodam Les

Plus en détail

Union Départementale de la Haute-Garonne

Union Départementale de la Haute-Garonne Union Départementale de la Haute-Garonne Le projet de loi Macron : Une étape décisive pour répondre aux exigences patronales et consacrer plus de 10 ans de reculs sociaux Les propositions patronales «sur

Plus en détail

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 ASTREINTE Heures de présence au sein de l établissement 4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 Les heures de présence effectuées au sein de l établissement, dans une chambre mise à la disposition

Plus en détail

Représentant du personnel : un salarié pas comme les autres. Protégé ou exposé?

Représentant du personnel : un salarié pas comme les autres. Protégé ou exposé? FORMATION ASSISTANCE EXPERTISE CONSEIL Représentant du personnel : un salarié pas comme les autres. Protégé ou exposé? Dernières jurisprudences Siège social : 20, rue Martin Bernard 75647 Paris Cedex 13

Plus en détail

Conférence C09. Rompre le contrat de travail de manière sécurisée : Tour d horizon des dispositifs et des pièges à éviter

Conférence C09. Rompre le contrat de travail de manière sécurisée : Tour d horizon des dispositifs et des pièges à éviter Conférence C09 Rompre le contrat de travail de manière sécurisée : Tour d horizon des dispositifs et des pièges à éviter Constats et enjeux Tensions au sein des entreprises et associations liées aux tensions

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015 Projet de loi Modernisation du dialogue social Suivi du projet par l UNSA 25 mai 2015 La commission des affaires sociales de l Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif au dialogue social et

Plus en détail

Externalisation d activité : la sous-traitance

Externalisation d activité : la sous-traitance Mois AAAA Mois AAAA En bref Cette fiche a pour objectif de présenter les réflexions que l employeur doit engager lorsqu il envisage de sous-traiter l une des activités de son association. Mots clés Etablissements

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-283

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-283 Paris, le 17 décembre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-283 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE JUIN 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Congés conventionnels non-pris : la charge de la preuve repose sur le salarié Le salarié doit apporter la preuve qu il n a pu

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE I Introduction générale... 11

Table des matières. CHAPITRE I Introduction générale... 11 Table des matières CHAPITRE I Introduction générale... 11 1. Caractère d ordre public... 13 1.1. Application territoriale... 13 1.2. Principe de faveur... 14 1.2.1 Types de clauses... 15 1.2.2 Institution

Plus en détail

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail?

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? L arrêt maladie est un arrêt de travail prescrit par un médecin en raison de la maladie ou de l accident du salarié,

Plus en détail

Chômage économique pour les employés à partir du 1er janvier 2012

Chômage économique pour les employés à partir du 1er janvier 2012 Chômage économique pour les employés à partir du 1er janvier 2012 Contexte et entrée en vigueur A la suite de la crise économique mondiale, un certain nombre d'actions de crise temporaires ont été entreprises.

Plus en détail

Impact d une restructuration sur l adhésion à un régime de prévoyance

Impact d une restructuration sur l adhésion à un régime de prévoyance Mois Mois Mise à jour décembre 2008 En bref L objet de cette fiche est d étudier les différentes hypothèses qui peuvent exister lors d une opération de restructuration et les conséquences sur le régime

Plus en détail

Quoi de neuf dans la législation sociale (lois, décrets, circulaires, jurisprudences)

Quoi de neuf dans la législation sociale (lois, décrets, circulaires, jurisprudences) Quoi de neuf dans la législation sociale (lois, décrets, circulaires, jurisprudences) Prévoyance : peut-on traiter différemment les cadres et les non cadres? Les juges de la cour de cassation, à l occasion

Plus en détail

L organisation syndicale

L organisation syndicale L organisation syndicale 1 Les questions sociales sont en Belgique de la compétence du gouvernement fédéral Les syndicats sont donc organisés à ce niveau. Il existe trois principaux syndicats en Belgique

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2008 Art. L. 1224-1 du Code du travail En bref Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

Sécurisation de l Emploi Loi N 2013-504 du 14 juin 2013

Sécurisation de l Emploi Loi N 2013-504 du 14 juin 2013 Sécurisation de l Emploi Loi N 2013-504 du 14 juin 2013 Une grave régression des droits sociaux 0 Introduction L Accord National Interprofessionnel (ANI) sur la sécurisation de l emploi, appelé également

Plus en détail

I.1 OBJECTIFS I.2 CHAMP D APPLICATION. Les entreprises. I. La préretraite-licenciement FNE

I.1 OBJECTIFS I.2 CHAMP D APPLICATION. Les entreprises. I. La préretraite-licenciement FNE I.1 OBJECTIFS Les conventions FNE de préretraite-licenciement s adressent à des salariés ayant au moins 57 ans (56 ans dans certains cas), qui sont menacés de licenciement économique et ne peuvent être

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL I. Introduction Le contrat de travail définit les conditions de travail et de rémunération du salarié. Il ne peut être contraire à la loi, aux conventions collectives ou aux usages

Plus en détail

CEPII, document de travail n 99-10. Juin 1999 n 10

CEPII, document de travail n 99-10. Juin 1999 n 10 Juin 1999 n 10 La diversité des marchés du travail en Europe : Quelles conséquences pour l Union Monétaire Première partie : La diversité des marchés du travail dans les pays de l Union Européenne Loïc

Plus en détail

La loi relative à la sécurisation de l emploi

La loi relative à la sécurisation de l emploi Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juin 2013 La loi relative à la sécurisation de l emploi La loi sur la sécurisation de l emploi a été promulguée le 14 juin 2013. Elle instaure

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

2. Calcul du salaire. ACF CONSULTING FORMATION PAIE - Page 1 sur 7

2. Calcul du salaire. ACF CONSULTING FORMATION PAIE - Page 1 sur 7 ACF CONSULTING FORMATION PAIE - Page 1 sur 7 1. durée du travail Le salaire est la contrepartie de d un travail effectué pendant une durée. Cette durée et les éléments de cette rémunération est encadrée

Plus en détail

Veille législative et règlementaire

Veille législative et règlementaire Veille législative et règlementaire Veille juridique mars 2015 Élus locaux : statut protecteur pour ceux qui conservent une activité professionnelle La loi du 31 mars 2015, visant à faciliter l exercice,

Plus en détail

Détachement des travailleurs : un environnement juridique propice à la mise en concurrence sociale?

Détachement des travailleurs : un environnement juridique propice à la mise en concurrence sociale? L Europe des salariés. Compétitivité et mobilité des travailleurs Détachement des travailleurs : un environnement juridique propice à la mise en concurrence sociale? Marion DEL SOL (IODE UMR CNRS 6262/Université

Plus en détail

FUSIONS, CESSIONS, SCISSIONS, DE PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE

FUSIONS, CESSIONS, SCISSIONS, DE PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FUSIONS, CESSIONS, SCISSIONS, IMPACT SUR LES RÉGIMES DE PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE SOMMAIRE 1. RESTRUCTURATION D ENTREPRISE ET INCIDENCES SUR LA PROTECTION SOCIALE Principes 2. SITUATION DU RÉGIME

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION CHAPITRE 8 LE LIEN DE SUBORDINATION : LE CONTRAT DE TRAVAIL ET LES POUVOIRS DE L EMPLOYEUR I. LA DISTINCTION ENTRE LE TRAVAIL SUBORDONNE ET LE TRAVAIL INDEPENDANT La loi n a pas défini la notion de salarié.

Plus en détail

SALMON et Associés Avocats à la Cour

SALMON et Associés Avocats à la Cour SALMON et Associés Avocats à la Cour Philippe SALMON Avocat DESS Droit des Affaires DJCE Certificat de Spécialisation en droit du Travail Et droit de la distribution REUNION D INFORMATION CGPME 5 Juin

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr Fiche à jour au 14 décembre 2012 Matière : Droit du travail Auteur : Stéphanie Ariagno

Plus en détail

La loi no 2008-789 du 20 août

La loi no 2008-789 du 20 août Le représentant de la section syndicale : mode d emploi Les DRH doivent se familiariser avec un nouvel acteur de la représentation du personnel et du paysage syndical : le représentant de la section syndicale.

Plus en détail

LE FORFAIT JOURS DANS TOUS SES ETATS INTRODUCTION : LES AUTRES FORFAITS

LE FORFAIT JOURS DANS TOUS SES ETATS INTRODUCTION : LES AUTRES FORFAITS LE FORFAIT JOURS DANS TOUS SES ETATS INTRODUCTION : LES AUTRES FORFAITS Il paraît opportun de mettre en perspective du sujet central de l intervention le forfait jours les autres catégories de forfaits

Plus en détail

Audit Social d une entreprise à reprendre

Audit Social d une entreprise à reprendre jeudi 12 juillet 2012 Audit Social d une entreprise à reprendre Giovanni TERRANA Consultant en droit social - Associé SOGEX Jean-Michel COUCHOT Expert-Comptable - Associé SOGEX Présentation du cabinet

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T.

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T. Commentaire Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013 M. Jory Orlando T. (Conditions d attribution d une carte de séjour mention «vie privée et familiale» au conjoint étranger d un ressortissant français)

Plus en détail

Fiche n 3 * * * * * I. Les modalités d information de l employeur et des représentants des salariés de la décision prise par le DIRECCTE...

Fiche n 3 * * * * * I. Les modalités d information de l employeur et des représentants des salariés de la décision prise par le DIRECCTE... Fiche n 3 Conséquences de la décision de l autorité administrative suite à la demande de validation ou d homologation du projet de licenciement économique collectif La décision administrative de validation

Plus en détail

Articulation des institutions représentatives du personnel: qui fait quoi?

Articulation des institutions représentatives du personnel: qui fait quoi? FORMATION ASSISTANCE EXPERTISE CONSEIL Articulation des institutions représentatives du personnel: qui fait quoi? Siège social : 20/24 rue Martin Bernard 75013 Paris Tel : 01 55 56 62 10 Fax : 01 55 56

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

L actualité de la jurisprudence de droit public et privé

L actualité de la jurisprudence de droit public et privé Fédération de la Santé et de l Action Sociale L actualité de la jurisprudence de droit public et privé Avril 2014 La Fédération CGT Santé Action Sociale met à votre disposition une sélection non exhaustive

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2010 En bref Art. L. 1224-1 du Code du travail Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

Le travailleur étranger

Le travailleur étranger Le travailleur étranger Par Mongi TARCHOUNA, Professeur et Doyen de la Faculté de droit et des sciences économiques de Sousse. Liberté et égalité, telles sont les valeurs universelles à la réalisation

Plus en détail

SOMMAIRE. L indemnité temporaire d inaptitude 2 Déclaration annuelle des données sociales 2 Harcèlement moral et sexuel 2

SOMMAIRE. L indemnité temporaire d inaptitude 2 Déclaration annuelle des données sociales 2 Harcèlement moral et sexuel 2 1 L ex presso, la lettre juridique de Randstad - Septembre 2010 SOMMAIRE n lois, réglements et accords adoptés 2 L indemnité temporaire d inaptitude 2 Déclaration annuelle des données sociales 2 Harcèlement

Plus en détail

Accords maintien dans l emploi... p. 4. accords mobilité interne... p. 8. Licenciement économique... p. 10. temps partiel... p. 16

Accords maintien dans l emploi... p. 4. accords mobilité interne... p. 8. Licenciement économique... p. 10. temps partiel... p. 16 Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l emploi et des parcours professionnels

Plus en détail