Les équipes de Jurimanagement et de Juricommunication vous souhaitent une année 2009 tournée vers la réussite.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les équipes de Jurimanagement et de Juricommunication vous souhaitent une année 2009 tournée vers la réussite."

Transcription

1 Avocat Management & Stratégie La lettre n 10 Janvier 2009 Les équipes de Jurimanagement et de Juricommunication vous souhaitent une année 2009 tournée vers la réussite. "

2 Finances/ gestion : La répartition du résultat entre associés Par Caroline Neveux - Associée fondatrice de Jurimanagement Bientôt va sonner l heure de la répartition du résultat. Si 2008 reste dans la majorité des cas et pour beaucoup une belle année, de nombreux cabinets prennent le chemin d une révision des modalités de répartition pour l année à venir. Crise et perspectives troublées obligent! Répartir le résultat 2008 donnera l occasion de revoir les bases de la future répartition Rappelons donc quelques principes fondamentaux en matière de répartition, issus des best practices de nos meilleures observations sur le terrain de vos cabinets. Rentabilité pure : un système dangereux Un mode de répartition du résultat basé sur le seul rendement de l associé, se traduit dans un calcul visant à soustraire de son chiffre d affaires ses charges directes (personnel employé dans son équipe, charges sociales, frais divers ) et ses charges indirectes, c'est-à-dire les frais de fonctionnement généraux du cabinet qui lui auront été imputés selon des clefs de répartitions précises (exemple : par ETP, ou par parts égalitaires, ou par m2 occupés ). Le résultat net issu de ce calcul constitue son rendement pur. Répartir les résultats du cabinet sur cet unique critère, bien que tentant en période de crise, est, rappelons- le, fort nuisible à la pérennité du cabinet. Outre le risque de sortir de sa propre spécialité dans le but, notamment, de capter du chiffre d affaires, cela peut nuire au développement des actions collectives (pas de temps à consacrer au développement du cabinet dans son ensemble) et induire des logiques de renfermement et partant d explosion. Miser sur une rémunération technique de base et un dividende au résultat Un système mixte lui est de loin préférable sous contrainte bien évidemment du résultat général du cabinet. On prendra donc le soin de fonder son raisonnement sur la base du résultat 2008, pondéré de sorte à prendre en compte l aléa 2009 (exemple : 75 % du résultat 2008). A partir de cette enveloppe, on déterminera le pourcentage à affecter à une rémunération «technique» ou à une rémunération de base, fixée à l avance, comme dans un système de lock-step (exemple : 60 %), le solde étant à répartir en fonction des performances. Dès lors, quelles performances juger? La rentabilité de l associé (ou de son équipe) telle que décrite au paragraphe précédent peut faire partie de ces critères. Toutefois, d autres ont également le vent en poupe, telles que le cross-selling, les résultats exceptionnels, les capacités managériales Si l on reprend l exemple, voilà déjà 4 critères pour répartir 40 % de 75 % du résultat en cours ce qui nous fait donc 30 % du résultat total!

3 Ceci correspond peu ou prou à un système de lock-step matiné. La rémunération des actions de gestion Gérer est ingrat mais nécessaire. C est également très chronophage et difficile à rémunérer. Et pourtant voilà typiquement une action collective qu il convient de prendre en compte dans les modalités de répartition. Dès lors, deux solutions sont possibles. L une vise à convenir d une rémunération de gérant à l avance, qui viendra s inscrire au rang des charges de fonctionnement du cabinet. L autre vise à créditer le chiffre d affaires de l associé gérant du nombre d heures qu il aura consacré à la gestion, en prenant soin de les valoriser. Cela viendra donc impacter à la hausse la rentabilité de son équipe et partant son poids (en %) dans le droit à répartition. Mettre en place des processus de détermination de la répartition Les processus de décision sur la rémunération peuvent être divers: Le principe de la démocratie directe : il s agit de l hypothèse où tous les associés votent chaque année la rémunération allouée à chaque associé. Ce système suscite en général beaucoup de tensions au sein des cabinets. C est un peu la théorie du chaos appliquée à la gestion du cabinet. Le compromis, la menace, l influence deviennent alors des outils de gestion. Le principe de la démocratie indirecte : l assemblée des associés confie à un comité des rémunérations un pouvoir sur la fixation de la rémunération. Le principe de l automaticité : des tableaux de bord réglés et légitimés préalablement assurent une totale transparence et rend les rémunérations automatiques selon les clefs de répartition définies. En savoir plus visitez notre site et contactez nous sur $

4 R. Humaines : Savoir mener un entretien de recrutement Par Annette Denis - Senior Manager chez Jurimanagement Tout responsable d équipe, qu il soit «manager» ou associé, est naturellement amené au cours de son parcours professionnel à sélectionner de nouveaux collaborateurs ou salariés et donc, quel que soit le circuit utilisé (approche directe ou cabinet de recrutement spécialisé), est inévitablement contraint de mener des entretiens de recrutement pour le choix du candidat final. Bon nombre d avocats ayant déjà été confronté à cette démarche pensent qu aucune technique particulière n est nécessaire, que la lecture du CV est suffisamment éloquente, qu il convient simplement d engager la conversation, de bien présenter le cabinet, et de faire confiance à son «feeling», et ce, d autant plus lorsque le recrutement s effectue dans l urgence. Ainsi, les entretiens de recrutement se résument souvent à fournir un historique complet du cabinet en vantant, éventuellement, ses valeurs et atouts hors pair, à échanger avec le candidat sur les confrères connus qu il a pu rencontrer dans sa précédente expérience et finalement le temps de parole laissé au candidat est minime. Dès lors, comment peut-on s assurer de l adéquation entre le candidat et les attentes du cabinet, entre son potentiel et les exigences du poste et de son évolution prévisible, entre la capacité d adaptation de la nouvelle recrue avec le mode de fonctionnement du cabinet, entre la personnalité du postulant et l esprit, voire l ambiance de la structure? Pourtant un recrutement «raté» peut générer des conséquences très néfastes pour le cabinet, à la fois en terme de coût, de temps passé aux entretiens et à la formation, de déception et de découragement pour ceux qui se sont investis dans la démarche d accueil du nouveau. Dans certains cas, l ambiance du cabinet peut s en trouver dégradée, soit au motif que la structure n apparaît pas suffisamment attractive pour intéresser des candidats de valeur, soit, plus simplement, du fait de son incapacité à trouver les ressources ad hoc. Or précisément, valider les adéquations entre les attentes du candidat et celles du cabinet, telles que décrites précédemment, représente le principal objectif de l entretien de recrutement. Il existe donc des techniques qui permettent de limiter les risques d erreur de sélection. Préparation de l entretien : Tout d abord, il n est pas concevable d aborder directement le candidat lors d un entretien sans savoir clairement les informations que l on cherche à obtenir. Il est donc essentiel de se reporter à la définition de fonction ou de poste qui, logiquement, recense les éléments suivants : - les connaissances requises, - les méthodes de travail utilisées, - le comportement attendu, - les qualités personnelles nécessaires,

5 Déroulé de l entretien : La phase de présentation du cabinet et du poste, qui constitue la première partie de l entretien, doit être très rapide et synthétique (par exemple de l ordre d un quart d heure). L essentiel de l entretien consiste ensuite à faire parler le candidat et par conséquent, d être totalement à l écoute de celui-ci. Il s agit donc de le guider dans la structure de son expression par un ensemble de questions les plus ouvertes possibles. Par exemple, quatre phases peuvent être successivement initiées : - Pouvez-vous décrire rapidement votre formation (et les motifs de choix de celle-ci) et votre expérience professionnelle? - Idéalement, quel type de fonction recherchez-vous et quels sont vos objectifs professionnels et personnels? - Quelles sont vos caractéristiques en termes de comportement au travail et vos atouts principaux? - En cas de choix entre plusieurs propositions de recrutement, quels sont les critères qui vous permettraient d opter pour une des structures et, en particulier, la nôtre? A la clôture de chaque thème évoqué ci-dessus, le recruteur peut être amené à poser quelques questions plus fermées pour compléter, ou préciser, sa compréhension et perception du candidat. Attention toutefois à rester vigilant sur les équilibres de temps de parole. En effet, un candidat bien préparé à l entretien aura tendance à concentrer ses propos et essayer de faire parler davantage son interlocuteur. Synthèse de l entretien : Pendant toute la durée d expression du candidat, le recruteur se doit d accompagner son écoute par une prise de notes, de préférence classées en face de chaque rubrique issue de la phase de préparation (connaissances, méthodes de travail, comportement, qualités personnelles). Cette rigueur dans l écoute et la formalisation des informations obtenues sur les candidats permettra naturellement de choisir entre plusieurs postulants et donc de recruter «the right man at the right place». En conclusion, comme dans toutes les questions de ressources humaines et dans ce qui relève du subjectif, le risque de se tromper existe toujours, que ce soit du point de vue du candidat ou du recruteur et l enjeu est donc le même pour chacun. C est la raison pour laquelle il est toujours intéressant que le ou les derniers candidats pressentis soient également reçus en entretien par une autre personne du cabinet de façon à confronter les conclusions. Néanmoins, si aucune des deux parties ne confond l entretien de recrutement avec un rendez-vous de vente, le risque d erreur est logiquement diminué. L écoute de l autre et le «discours vrai» sont donc les clés de la réussite et des bons choix. En savoir plus visitez notre site et contactez nous sur %

6 Communication : Communication et déontologie Par Maria DIAS - Consultant en marketing et communication chez Jurimanagement UN PEU D'HISTOIRE : 1972 : «La publicité n'est permise à l'avocat que dans la stricte mesure où elle procure au public une nécessaire information» (article 90 du décret du 9/6/1972) : «La publicité est permise dans la mesure où elle procure au public une nécessaire information. Cette publicité doit être véridique, respectueuse du secret professionnel et mise en œuvre avec dignité et délicatesse» (article 161 du décret du 27/11/1991 organisant la profession d'avocat) : Les conditions d application évoluent et s'assouplissent : «La publicité est permise à l'avocat si elle procure une information au public et si sa mise en œuvre respecte les principes essentiels de la profession» (article 15 du décret du 12/7/2005 relatif aux règles de déontologie de la profession d'avocat). Les actions de publicité prohibées sont également précisées : «Quelle que soit la forme de publicité utilisée, toutes mentions laudatives ou comparatives et toutes indications relatives à l identité des clients sont prohibées» et «Toute offre de service personnalisée adressée à un client potentiel est interdite à l avocat» : L'article 2-2 du Règlement Intérieur National sur la question de la citation du nom des clients est modifié, il prévoit que «l'avocat peut faire mention des références nominatives d un ou plusieurs de ses clients avec leur accord exprès et préalable dans les procédures d appels d offres publics ou privés et d attribution de marchés publics». LA SITUATION ACTUELLE : L'évolution des textes et le contexte de plus en plus concurrentiel auxquels se voient confrontés les avocats donnent lieu, aujourd'hui, à des actions de communication intégrées dans les stratégies de développement de leurs structures. LES OBJECTIFS : On retiendra comme principaux objectifs de la communication, en général, et de celle des avocats, en particulier : - S'adresser à l'ensemble de ses publics : décideurs, prescripteurs, institutionnels, clients, prospects, aux fins d'information, de fidélisation, - Se positionner face à la concurrence, - Installer et/ou renforcer sa «marque», sa notoriété.

7 LES OUTILS : Les outils de communication autorisés aux avocats sont nombreux, nous ne nous attarderons pas sur des supports tels que le papier à lettre, les cartes de visite professionnelles, les plaques signalétiques mais sur ceux qui, bien qu'utilisés par la Profession depuis maintenant quelques années, donnent parfois encore lieu à des interrogations quant à leur contenu ou mise en œuvre : LA PLAQUETTE Le contenu : L'avocat peut éditer une plaquette de présentation générale de son cabinet et de ses domaines de compétences. La plaquette peut également faire mention : - Des différents avocats qui composent le cabinet, de leur cursus, (sous réserve de leur accord), de leur participation à des activités d'enseignement (le nom des professionnels non avocats collaborant régulièrement avec le cabinet peut également y être mentionné), - De l'organisation et des structures internes du cabinet, - Du mode de fixation des honoraires, - Des langues étrangères qui y sont pratiquées, - De la liste des bureaux et établissements secondaires et de celle des correspondants étrangers (à condition qu'il existe entre eux une convention préalablement déposée à l'ordre). La plaquette ne peut faire référence aux noms de clients, mais à titre d'exception, si celle-ci est destinée à l'étranger et si le pays auquel elle est destinée le permet, cette mention peut être faite, sous réserve que les clients aient préalablement donné leur accord. La plaquette ne peut, en aucun cas, faire référence à des activités sans lien avec la Profession. La diffusion : Avant toute diffusion la plaquette doit être transmise à l'ordre, elle peut ensuite être diffusée auprès de tous, mais à partir du cabinet uniquement et sous sa responsabilité. Elle ne peut être déposée dans des lieux publics ou remise à des tiers en vue de sa diffusion par un service autre que les services postaux Une restriction demeure si l offre de service, matérialisée par la plaquette et la lettre d accompagnement, est personnalisée en fonction de son destinataire ou des difficultés de celui-ci. LE SITE INTERNET Le contenu : Tout comme la plaquette, le site peut être très détaillé mais il se doit d'être respectueux du secret professionnel et de «respecter l'honneur et la dignité de la Profession» (art du RIN) Il ne doit pas contenir de références clients, dans la pratique, ces références sont cependant «tolérées» dans le cas où celles-ci sont indiquées dans le contenu d'un communiqué ou d'un article de presse pour lequel ledit client aurait déjà donné son accord.

8 Le site ne peut contenir aucun encart ou bannière publicitaire pour quelque produit (ou service) que ce soit, ni même de lien hypertexte permettant d'accéder à des sites dont le contenu serait contraire aux principes essentiels de la Profession. LES ANNUAIRES PROFESSIONNELS ET LES CLASSEMENTS INTERNATIONAUX Il existe plusieurs types d'annuaires permettant aux avocats de se présenter : les annuaires professionnels, français et étrangers, qui regroupent des avocats et qui leur permettent, via l'achat d'un espace, de se présenter individuellement et de présenter leur structure (présentation plus ou moins détaillée selon l'annuaire). Les annuaires (ou guides) sectoriels qui, sur un secteur particulier, regroupent différents professionnels, dont les avocats. L'insertion dans ces annuaires est généralement payante. Les annuaires de classement qui, tous les ans, procèdent à des enquêtes et envoient des questionnaires aux avocats d affaires français. Ces annuaires sont généralement divisés en deux parties, l'une gratuite, l'autre payante. La partie gratuite a un caractère éditorial, elle est rédigée sur la base des réponses faites à des questionnaires ou des interviews réalisées par leurs enquêteurs, tant auprès des avocats que de leurs clients (étant entendu que le cabinet peut exiger que le nom des clients reste confidentiel, notamment s'il n'a jamais fait l'objet de communiqués de presse). Il convient de rappeler qu «il est possible de diffuser à l'étranger, dans les pays où cela est autorisé, une plaquette indiquant les noms de clients du cabinet ayant donné leur accord». En principe, les avocats ne pourraient donc pas transmettre le nom de leurs clients pour des classements réalisés par des organismes français, la pratique semble cependant être quelque peu différente. La partie payante regroupe des «cartes professionnelles» (fiches signalétiques permettant aux avocats de présenter leur structure). LES RELATIONS PRESSE Les avocats peuvent répondre à des interviews, écrire des articles, tant dans la presse professionnelle et/ou spécialisée que dans la presse nationale (ou internationale). Ils peuvent également rédiger et diffuser des communiqués de presse sur les «deals» et opérations sur lesquels ils sont intervenus et peuvent préciser le nom de leur client. Cette information n'étant «admise» que si le client en a été informé et qu'il a donné son accord. Les communiqués de presse ayant pour objet un événement majeur relatif à la vie des cabinets (installation dans de nouveaux locaux, arrivée d'un associé, adhésion à un groupement autorisé, ouverture d'un bureau secondaire...) peuvent également faire l objet d un communiqué de presse. LES NEWSLETTERS Les avocats peuvent rédiger des «newsletters» destinées à leurs clients mais également à des prospects, dans ce cas, les destinataires doivent avoir la possibilité de se «désinscrire» à réception

9 de celles-ci. Ces «newsletters» peuvent également être mises en ligne sur le site Internet des cabinets. LA PUBLICITE La publicité est autorisée dans tous les supports de presse, à condition de donner une juste information. «La publicité est permise si elle procure une information au public et si sa mise en œuvre respecte les principes essentiels de la profession». La publicité inclut la diffusion d'informations sur la nature des prestations de services proposés. Le référencement commercial des cabinets d avocats se développe sur des moteurs de recherche tels que Google, Yahoo ou MSN (pour exemple, tapez «divorce» sur un de ces moteurs de recherche). L ORGANISATION DE CONFERENCES OU D'EVENEMENTS L'organisation d'événements qu'ils soient à caractère pédagogique (séminaires de formation, petitsdéjeuners débats, conférences...) ou festifs (cocktails, événements de prestige...) est également permise aux avocats. «L organisation par un avocat, de colloques, séminaires et de cycles de formation professionnelle» et «la participation d un avocat à un salon professionnel» est autorisé. L invitation de prospects à une conférence organisée par un avocat est néanmoins délicate car aisément assimilable à du «démarchage» et/ou à une «offre de service personnalisée», formes de publicités prohibées aux avocats. LE «SPONSORING» L avocat peut sponsoriser des événements professionnels, sportifs ou culturels à condition que l événement sponsorisé ait un caractère honorable. En savoir plus visitez notre site et contactez nous sur &

10 Production : Bien organiser et gérer son déménagement Par Michel LEHRER, consultant Associé chez Jurimanagement Le projet de changement de locaux professionnels et le déménagement qui en découle peuvent souvent apparaître comme une épreuve déstabilisante aussi bien pour les membres du cabinet que pour les clients. Il est indispensable de penser en termes de projet d entreprise et d en faire un temps fort nécessitant l adhésion de tous. C est pourquoi il convient de savoir anticiper et gérer au mieux cet épisode et si possible en commençant par réfléchir au mode d organisation optimal avant même la recherche des locaux. Il nous paraît intéressant de faire un point sur ce sujet d actualité au vu du nombre important de mouvements actuellement au sein de la profession (associés, équipes, rapprochements de cabinets ). L objectif de notre rubrique «moyens» étant de donner des conseils orientés en priorité vers l opérationnel, nous avons recueilli le témoignage de Mesdames Blandine Canque (Cotty Vivant Marchisio et Lauzeral) et Béatrice du Couëdic (Sarrau Thomas Couderc) qui ont eu récemment à gérer ce type de projet dans le cadre de leurs fonctions d Office Managers. Elles en ont été tout à la fois l un des éléments moteur et la cheville ouvrière. Le présent article nous donne l occasion de rappeler le rôle central de l Office Manager, tant dans son implication que dans son rôle moteur. I MOTIVATION JURI : Quels étaient les motivations et impératifs qui ont rendu nécessaire votre déménagement? BDC : Ce besoin est devenu essentiel dans le cadre de la dynamique de développement de notre structure. Il fallait répondre à une triple préoccupation : l une était d être en mesure de proposer une meilleure capacité d accueil pour notre clientèle (en doublant par exemple le nombre de salles de réunion), l autre d accueillir de nouveaux collaborateurs et, enfin, d offrir un meilleur cadre de travail à nos équipes. Nos capacités d accueil nous permettent d assurer notre croissance. BC : Après plusieurs déménagements rendus nécessaires par les différentes étapes du développement du cabinet, nous avons fait le choix de nos locaux actuels. Ce qui nous a décidés c est qu ils offraient une réserve foncière nous permettant de nous déployer au fur et à mesure de l arrivée de nouvelles équipes. Nous souhaitions, d autre part, que l ensemble des membres de notre cabinet bénéficie d un environnement de travail adapté et agréable. JURI : La réflexion sur l organisation a-t-elle précédé la sélection des locaux ou leur choix a-t-il déterminé cette organisation? "

11 BC : Nous avons réalisé un véritable cahier des charges qui prenait en compte l ensemble de nos souhaits d organisation mais également notre culture d entreprise. Nous sommes donc partis sur un plateau totalement nu que nous avons aménagé. Nous souhaitions en priorité être dans des locaux rationnels et aménageables et non pas dans ces grands appartements haussmanniens si peu pratiques. Il nous paraissait indispensable d adapter nos locaux à nos besoins et non l inverse. BDC : L idée première avait été de prendre des locaux annexes à ceux que nous occupions rue de Monceau pour accueillir les nouveaux venus. Très vite, il nous est apparu évident que le besoin de locaux immédiat devait s inscrire dans une réflexion plus générale touchant à la culture d entreprise, à l organisation, au développement, à la communication, aux ressources humaines Les associés ont alors mené une réflexion d ensemble avant de se lancer dans la recherche de notre nouveau siège. Il fallait faire de notre changement de locaux un véritable projet d entreprise. JURI : Cette réflexion a-t-elle été menée en concertation avec les collaborateurs et les fonctions supports ou est-ce le seul choix des associés? BC : Bien que la décision finale soit revenue naturellement aux associés, ceux-ci ont pris en compte les demandes des autre membres du cabinet ; il fallait pour un tel projet l implication la plus large des équipes. BDC : Notre projet de déménagement était tellement attendu et souhaité par l ensemble de nos membres que leur adhésion est venue tout naturellement. II AVANT ET PENDANT JURI : Quels sont les principaux obstacles auxquels vous ayez été confrontés? BDC : Nous avons fait le choix de locaux indépendants dans un immeuble dédié au cabinet. Ayant été précédemment sous locataire dans un immeuble entièrement géré par un institutionnel, nous n étions pas habitué à tout gérer. Il a fallu penser à tous les aspects de la vie quotidienne (maintenance, gardiennage, déchets ) et négocier un ensemble de contrats avec des prestataires multiples. S ajoutent à cela toutes les démarches administratives et la papeterie, l informatique ). Il faut apprendre à gérer son autonomie. Un autre enjeu a été de maîtriser les risques liés au déménagement le jour J pour que le travail des membres du cabinet ne soit pas perturbé. Il faut bien prendre soin de choisir ses prestataires, entreprises de bâtiment, déménageurs un projet comme celui-là doit être préparé bien en amont, au moins 6 mois avant la date choisie. BC : En réalité nous avons eu quelques gros soucis avec certaines administrations telles que l URSSAF et France Télécom pour des questions de prise en compte du changement d adresse pour certains de nos associés. Les autres contretemps ont été liés aux délais de réception des travaux d aménagement. Les travaux de construction ou d aménagement sont presque toujours source de problèmes et de dépassement de délais. Il convient d envisager concrètement ce que l on pourrait appeler un «plan B» permettant au cabinet de continuer de travailler dans des conditions acceptables. JURI : A l occasion de votre récent déménagement, avez-vous changé de fournisseurs ou renégocié un certain nombre de contrats? ""

12 BC : Dans l idéal c est ce qu il faudrait pouvoir faire, ne serait-ce que, parce qu en passant de 10 à 50 personnes, les besoins changent. Le problème est le manque de temps dont on dispose dans la période de transition (en particulier dans le cas de la création d une structure). BDC : L évolution des besoins est propice à cette renégociation. C est le moment idéal pour mettre en place une véritable politique budgétaire pour une meilleure maîtrise des coûts. JURI : Y-a-t-il eu une communication interne sur ce projet et quel en a été le ressenti? BDC : Le cabinet a voulu faire de ce projet une véritable occasion de motivation d équipes et de renforcement de la culture du cabinet. Nous avons donc voulu communiquer le plus largement possible en organisant une série d événements. Le point d orgue a été d organiser 3 mois avant la date prévue du déménagement un moment de convivialité sur le chantier de rénovation autour d un buffet improvisé avec visite guidée. Au moment de l emménagement, chaque membre du cabinet a reçu un livret d accueil avec toutes les informations pratiques. BC : Les associés tenaient à informer régulièrement les équipes sur l avancement des travaux. A cet effet des petits déjeuners nous ont permis de suivre le projet et ainsi de partager une expérience et un projet commun. Nous y avons mis une petite touche personnelle au cabinet CVML en créant par la suite une véritable salle de sport qui est le point de rencontre régulier et d échange de tous ceux qui font le succès de notre structure. JURI : Cet emménagement a-t-il donné lieu à une communication externe? Événementiel? BDC : Nous avons fait en sorte que la soirée d inauguration des locaux que nous avons organisée corresponde à la mise en ligne de notre nouveau site web. Cette actualité riche nous a permis d assurer une présence active relayée par des actions de communication telles que communiqués de presse, mailings BC : Nous avons organisé une soirée avec nos clients et les membres du cabinet avant d entamer les travaux d aménagement. Tout le monde en a gardé le souvenir d un grand moment de partage et d échange. L aménagement dans de nouveaux locaux doit être considéré comme un véritable projet d entreprise ayant un impact aussi bien sur ses membres que sur ses clients, partenaires et fournisseurs. III MEMENTO Ne pas oublier : Formalités administratives et fiscales (information) Formalités auprès de l Ordre Aménagement des locaux Papeterie (cartes de visites, en-têtes, cachets ). Informatique, bureautique et téléphonie Déménagement Prestataires de services (entretien des locaux, maintenances ) En savoir plus visitez notre site et contactez nous sur "

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

«Les partenaires de votre développement»

«Les partenaires de votre développement» ANCIERS MMUNIC ATION AVOCA A TS FIN ORGA NISATI ON CO «Les partenaires de votre développement» Jurimanagement Adresse postale : 38 rue de Bassano 75008 Paris Siège : 131 Avenue de Malakoff 75116 Paris

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DES 10 ET 11 OCTOBRE 2014 COMMISSION DES REGLES ET USAGES

ASSEMBLEE GENERALE DES 10 ET 11 OCTOBRE 2014 COMMISSION DES REGLES ET USAGES ASSEMBLEE GENERALE DES 10 ET 11 OCTOBRE 2014 COMMISSION DES REGLES ET USAGES Décision à caractère normatif n 2014-001 portant modification des dispositions de l article 10 du règlement intérieur national

Plus en détail

L agence de communication des professions juridiques & financières

L agence de communication des professions juridiques & financières ERS ICATION FINANCI O MMUN O CATS T ING C O AVO MARKET L agence de communication des professions juridiques & financières «Les partenaires de votre développement» Juricommunication Adresse postale : 38

Plus en détail

Paris, le 17 mai 2010

Paris, le 17 mai 2010 Conseil National des Barreaux LEPRESIDENT SAINT-DENIS de LA REUNION Madame Fernande ANILHA Bâtonnier Ordre des Avocats Palais de Justice 5, avenue André Malraux 97490 SAINTE-CLOTILDE Paris, le 17 mai 2010

Plus en détail

RECRUTEMENT. Orchidée vous apporte son expérience et ses outils pour vous aider à recruter vos futurs collaborateurs.

RECRUTEMENT. Orchidée vous apporte son expérience et ses outils pour vous aider à recruter vos futurs collaborateurs. RECRUTEMENT Orchidée vous apporte son expérience et ses outils pour vous aider à recruter vos futurs collaborateurs. Nous sommes au service des clients et des candidats afin de mettre en adéquation les

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

Acheter des actions de formation

Acheter des actions de formation L achat, quel enjeu? Acheter une action, c est acheter une prestation de services intellectuels qui nécessite un certain formalisme pour optimiser l achat au regard des enjeux. C est pourquoi, en complément

Plus en détail

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi.

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. I Contexte général de l action Ceux-ci sont confrontés à une grande difficulté

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Communication et Marketing de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Communication et Marketing de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Séminaire ECF Communication et Marketing de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Christian LAVAL CL Communication Franck DIET Expert Infos «Hier» Ordonnance 19/09/1945 Art. 23 «Toute publicité

Plus en détail

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :...

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :... Sommaire Sommaire... 1 Introduction... 2 Méthodologie...3 L opération de prospection...3 Cible :... 3 Objectifs :... 4 Fichier client :... 5 Information nécessaire pour mieux vendre :...6 Les techniques

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Conduire une opération de changement de statut. 29/03/2009 Jean BRETIN 1

Conduire une opération de changement de statut. 29/03/2009 Jean BRETIN 1 Conduire une opération de changement de statut 29/03/2009 Jean BRETIN 1 Préambule Changer, c est mourir un peu Pour certaines cultures d entreprise, c est mourir beaucoup! Le but de ce document est de

Plus en détail

Référencement et visibilité sur Internet Comment améliorer la visibilité de son site internet sur les principaux moteurs de recherche?

Référencement et visibilité sur Internet Comment améliorer la visibilité de son site internet sur les principaux moteurs de recherche? 9 Référencement et visibilité sur Internet Comment améliorer la visibilité de son site internet sur les principaux moteurs de recherche? Le trafic d un site internet Le référencement naturel Les freins

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION RELATION CLIENTELE

CONSEIL INGENIERIE FORMATION RELATION CLIENTELE RELATION CLIENTELE Rendre performant son accueil téléphonique, dynamiser l accueil en face à face et gérer les situations difficiles Traiter les réclamations clients Optimiser vos contacts téléphoniques

Plus en détail

Le bilan de compétences

Le bilan de compétences Le bilan de compétences PLATEFORME CONSEIL: 02 99 29 72 48 WWW.FONGECIF-BRETAGNE.ORG Le bilan, qui doit vous aider à dégager des pistes d action, sera réalisé avec l aide d un conseiller appartenant à

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Bilans De Compétences

Bilans De Compétences Bilans De Compétences 90/92, rue Baudin 92300 Levallois-Perret 01 70 70 62 23 contact@performance-career-center.com M Pont de Levallois - Gare Clichy-Levallois - Bus 165 Présentation Ensemble pour développer

Plus en détail

COMMUNICATION DES CABINETS Quels intérêts? Quels moyens? Quelles limites?

COMMUNICATION DES CABINETS Quels intérêts? Quels moyens? Quelles limites? COMMUNICATION DES CABINETS Quels intérêts? Quels moyens? Quelles limites? Jeudi16 janvier 2014 www.oec-paris.fr / @OECParis Attention à la chronologie Avant la définition d une stratégie de communication

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE Janvier 2012 Créateur de performance économique 1 Sommaire CONTEXTE page 3 OPPORTUNITES page 4 METHODOLOGIE page 6 COMPETENCES page 7 TEMOIGNAGES page 8 A PROPOS

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

FORUM ÉTUDIANTS DES MÉTIERS & CARRIÈRES 16 OCTOBRE 2013 CAMPUS DE TROUBIRAN JE PRÉPARE MA RENCONTRE AVEC LES PROFESSIONNELS

FORUM ÉTUDIANTS DES MÉTIERS & CARRIÈRES 16 OCTOBRE 2013 CAMPUS DE TROUBIRAN JE PRÉPARE MA RENCONTRE AVEC LES PROFESSIONNELS FORUM ÉTUDIANTS DES MÉTIERS & CARRIÈRES 16 OCTOBRE 2013 CAMPUS DE TROUBIRAN JE PRÉPARE MA RENCONTRE AVEC LES PROFESSIONNELS SOMMAIRE PROGRAMME GUIDE DE PRÉPARATION AUX RENCONTRES AVEC LES PROFESSIONNELS

Plus en détail

La Chasse de Tête (Approche Directe)

La Chasse de Tête (Approche Directe) Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur La Chasse de Tête (Approche Directe) «Chasseur de tête», une expression bien connue du public, mais dont la définition demeure toute aussi floue qu énigmatique.

Plus en détail

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle Développer des compétences professionnelles du BTS Assistant de Manager en séance d Activités Professionnelles de Synthèse (APS) Par Elodie SERGENT (relecture Maguy Perea) Le BTS assistant de manager forme

Plus en détail

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Démarche de valorisation du stage dans l élaboration du projet de l étudiant Définition : C est une démarche complémentaire du suivi de stage existant

Plus en détail

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Intégré au Code du travail par la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

L ITALIEN EN SITUATIONS PROFESSIONNELLES

L ITALIEN EN SITUATIONS PROFESSIONNELLES L ITALIEN EN SITUATIONS PROFESSIONNELLES Durée : 120H Formateur : Animateur de langue maternelle italienne. Formation linguistique Objectifs : Maîtriser les outils linguistiques indispensables à une bonne

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? 1 Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement collectif

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

CHARTE D ENGAGEMENT. Engagements du SYCOPARC PROGRAMMATION

CHARTE D ENGAGEMENT. Engagements du SYCOPARC PROGRAMMATION CHARTE D ENGAGEMENT Engagements du SYCOPARC PROGRAMMATION Le SYCOPARC s engage à mettre en œuvre la programmation via son service de médiation culturelle. Il veille à la cohérence et à la pertinence des

Plus en détail

Guide d'entretien de Recrutement

Guide d'entretien de Recrutement Guide d'entretien de Recrutement L'entretien de recrutement doit permettre à votre entreprise de recruter les meilleurs talents en toute objectivité, en respectant la loi et en évitant toute discrimination.

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE La question posée s inscrit dans une démarche d amélioration de la circulation de l information. questionnaire d

Plus en détail

Formations. Green Expertise 2014. Des formations opérationnelles adaptées au secteur du Tourisme. P r o g r a m m e s

Formations. Green Expertise 2014. Des formations opérationnelles adaptées au secteur du Tourisme. P r o g r a m m e s Formations Green 2014 P r o g r a m m e s D u r é e : 1 j o u r n é e 7 h 0 0 FG1 Engager une démarche environnementale : pourquoi, comment? FG2 Mettre en place un label environnemental : se préparer à

Plus en détail

C D I. Une cartographie des ressources personnelles et professionnelles

C D I. Une cartographie des ressources personnelles et professionnelles C D I Une cartographie des ressources personnelles et professionnelles Association de gestion paritaire Du congé individuel de formation Du crédit et de la mutualité agricoles 1. Qu est-ce que le bilan

Plus en détail

COMMENT ELABORER VOTRE PLAN DE FORMATION

COMMENT ELABORER VOTRE PLAN DE FORMATION COMMENT ELABORER VOTRE PLAN DE FORMATION SOMMAIRE 1 DEFINITION, CONTENU ET MODALITES DE FINANCEMENT... 2 1.1 DEFINITION... 2 1.2 CONTENU... 2 1.3 MODALITES DE FINANCEMENT... 3 2 LA MISE EN PLACE D UN PLAN

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques?

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques? Gestionnaire de l implication et du recrutement de talent pour le portefeuille africain : Nous cherchons un leader stratégique, passionné par la découverte et le développement d individus talentueux et

Plus en détail

Programme IMPACT BOUSSOLE

Programme IMPACT BOUSSOLE Prendre le temps de réfléchir au long terme lorsqu on est pris dans la gestion de son organisation au quotidien n est pas chose aisée. Il faut pourtant s assurer que la stratégie de développement soit

Plus en détail

Conseils pour votre recherche d entreprise

Conseils pour votre recherche d entreprise Conseils pour votre recherche d entreprise BPC-ESC Freyming BPC-ESC Metz 2 rue de Savoie 57800 FREYMING-MERLEBACH 03 87 94 54 98 06 19 73 07 63 www.bpc-esc.com contact@bpc-esc.fr Suivez notre page :Bpc-esc

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Bilan année : Objectifs année :

Bilan année : Objectifs année : ENTRETIEN ANNUEL COMMERCIAUX Bilan année : Objectifs année : Société : Service : Date de l entretien : Evaluateur : Collaborateur évalué : Lieu de l entretien : Durée de l entretien : ENTRETIEN ANNUEL

Plus en détail

Atelier n 1 3ème session

Atelier n 1 3ème session Atelier n 1 3ème session Thématique : Mobilité Interne Synthèse Relevé de discussion 30 janv 2012 Ressources Humaines Groupe Co construction GPEC 2012 Retour sur le dispositif Espace Mobilité 2004 2005

Plus en détail

FAITES RECONNAITRE LA PERFORMANCE DE VOTRE AGENCE.

FAITES RECONNAITRE LA PERFORMANCE DE VOTRE AGENCE. FAITES RECONNAITRE LA PERFORMANCE DE VOTRE AGENCE. SYNTEC CONSEIL EN RELATIONS PUBLICS POURQUOI UNE CERTIFICATION CMS? POURQUOI UNE CERTIFICATION CMS? La certification CMS (Consultancy Management Standard)

Plus en détail

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT Préface de Xavier QUÉRAT-HÉMENT La réussite de toute entreprise, comme le savent les opérationnels au contact de clients de plus en plus exigeants et soumis à une règlementation qui s étoffe régulièrement,

Plus en détail

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Maitriser le questionnement à 360 Etre pertinent dans ses questions est au moins aussi important que de savoir maîtriser sa présentation

Plus en détail

Executive Summary. Résultats clés: Performance globale au 19/05/2015 :

Executive Summary. Résultats clés: Performance globale au 19/05/2015 : Executive Summary Vue d'ensemble de la campagne : Margouillaprod est une société de production de films institutionnels et publicitaires, elle propose des prestations de film pour des évènements tels que

Plus en détail

Les outils pour gérer et évaluer la formation

Les outils pour gérer et évaluer la formation Les outils pour gérer et évaluer la formation Identifier Exprimer Sélectionner Destiné aux managers et aux services des Ressources Humaines évaluer réalisé avec le soutien de pour quoi faire? comment ça

Plus en détail

Formation de dirigeant de PME

Formation de dirigeant de PME Formation Dirigeant de PME Public : Cette formation est centrée sur le chef d entreprise ou futur chef d entreprise qui a besoin de s approprier ou de perfectionner les outils du management global d entreprise

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 11/09/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Management d équipe(s) autonome(s) I OBJECTIF

Plus en détail

Le but : développer la performance de l entreprise officinale en adéquation constante avec les obligations qualité inhérentes à la profession

Le but : développer la performance de l entreprise officinale en adéquation constante avec les obligations qualité inhérentes à la profession La qualité n'est pas une notion nouvelle dans le monde de la santé. Depuis un certain temps, des actions ont été engagées pour améliorer la qualité des prestations proposées dans ce domaine. Dans l'environnement

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale 3 clés pour faire de la communication managériale un levier de performance Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale L Afci, l ANDRH et le cabinet Inergie mènent depuis 2006, tous

Plus en détail

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur L Outplacement Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode d emploi pratique et opérationnel sur l Outplacement

Plus en détail

LA COMMUNICATION FINANCIERE

LA COMMUNICATION FINANCIERE LA COMMUNICATION FINANCIERE La communication financière s adresse ou se fait à l intention d entreprises cotées en bourse. Une action est un produit. A ce titre, elle a besoin de communication. I- FONDEMENTS

Plus en détail

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS 2015 MODALITÉS PRÉSENTATION DE L APPEL À PROJETS L appel à projets Quartiers Durables Citoyens encourage et soutient les habitants qui s engagent dans leur quartier

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Délégué/e/s à la formation Rôle et missions (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Sommaire: 1. Considérations générales sur le rôle et les missions du délégué/e à la formation...

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information L'outil solution personnalisable pour sélectionner et évaluer les capacités des commerciaux L'écart d'efficacité entre un commercial "moyen" et un "bon"

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

DE LA CARTOGRAPHIE DES METIERS DE L EDITION DU LIVRE. Octobre 2015

DE LA CARTOGRAPHIE DES METIERS DE L EDITION DU LIVRE. Octobre 2015 CPNE EDITION DU LIVRE CAHIER DES CHARGES POUR LA MISE A JOUR DE LA CARTOGRAPHIE DES METIERS DE L EDITION DU LIVRE Octobre 2015 OBJET DE L APPEL D OFFRE Le présent appel d offre est lancé par l Afdas pour

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT?

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT? Comme vous le savez, vous êtes libre de choisir l avocat que vous désirez. Attention! Il est conseillé de trouver un avocat spécialisé dans le type de droit qui intéresse, selon votre affaire (exemple

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance?

Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance? Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance? Pour de nombreuses entreprises, la rentrée scolaire marque le début d un trimestre propice aux prises de décision. Dans le domaine

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

QU ATTENDEZ-VOUS POUR ESSAYER LE MANAGEMENT DE TRANSITION MADE IN MCG?

QU ATTENDEZ-VOUS POUR ESSAYER LE MANAGEMENT DE TRANSITION MADE IN MCG? QU ATTENDEZ-VOUS POUR ESSAYER LE MANAGEMENT DE TRANSITION MADE IN MCG? > Nous dirigeons les transitions mcgmanagers.com NOTRE MÉTIER : LE MANAGEMENT OPÉRATIONNEL MCG Managers met en oeuvre des solutions

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les cabinets d avocats pour développer de nouvelles compétences professionnelles indispensables

Plus en détail

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL?

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ELABORATION ET REALISATION D UNE STRATEGIE COMMUNICATION GLOBALE

CAHIER DES CHARGES ELABORATION ET REALISATION D UNE STRATEGIE COMMUNICATION GLOBALE Communauté de communes de la haute vallée du Thoré Rue de la mairie 81240 Saint-Amans-Valtoret 05 63 97 98 08 CAHIER DES CHARGES ELABORATION ET REALISATION D UNE STRATEGIE COMMUNICATION GLOBALE 2015 SOMMAIRE

Plus en détail

ACHAT DE PRESTATION 2014:

ACHAT DE PRESTATION 2014: ACHAT DE PRESTATION 2014: OBJET DE L ACHAT DE PRESTATION : Étape 3 du parcours d émergence : Découverte de l environnement de mon projet Dispositif: «Groupement de Créateurs» ATELIER : Parcours de la création

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION

DOSSIER DE PRESENTATION DOSSIER DE PRESENTATION Ce dossier est destiné à vous présenter à la fois l activité du cabinet de courtage A2C GROUPE, les services mis à la disposition de ses partenaires. Ce dossier se présente sous

Plus en détail

PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ

PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ EN PREAMBULE C est une épreuve de concours à part entière. C est le résultat d un vrai travail personnel. C est la pièce principale du dossier d inscription

Plus en détail

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours 2014 Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours Passation Fév-juillet 2014 Dépouillement Août 2014 Une démarche d amélioration En 2012, la SATE 86 s est engagée dans une démarche qualité

Plus en détail

Afin de le préparer à formaliser son idée de création, rappelez au

Afin de le préparer à formaliser son idée de création, rappelez au Afin de le préparer à formaliser son idée de création, rappelez au porteur de projet quelques fondamentaux de la création d entreprise qui vont le concerner, quel que soit le choix qu il fera au terme

Plus en détail

GUIDE POUR L ENTRETIEN

GUIDE POUR L ENTRETIEN GUIDE POUR L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 1 Ce guide s inscrit dans le cadre du décret du 17 septembre 2007 : il vise à faciliter la réalisation de l entretien professionnel, à la fois pour les agents et pour

Plus en détail

Demain s écrit aujourd hui

Demain s écrit aujourd hui exigence INSTITUT RÉGIONAL D ÉTUDES DE TECHNIQUES APPLIQUÉES implication résultats Demain s écrit aujourd hui www.irta.fr Pour un jeune, choisir IRTA c est adopter un état d esprit responsable et s impliquer

Plus en détail