Schéma Régional SRCAE. du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France. EnR&R

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Schéma Régional SRCAE. du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France. EnR&R"

Transcription

1 Schéma Réginal du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France EnR&R SRCAE

2 2. ETAT DES LIEUX ET CARACTERISTIQUES FRANCILIENNES Rappels des éléments d état des lieux Le chapitre Bilan présente de manière détaillée la situatin sur la prductin des énergies renuvelables et de récupératin sur le territire réginal, dnt les grandes caractéristiques snt rappelées ci- après: Tableau 28 - Bilan de prductin des énergies renuvelables et de récupératin en 2009 Surces diverses suivant les filières : EDF, SOeS, BRGM, Energies Demain, ADEME, CENTER "Vecteur" de prductin d'enr et de récupératin de chaleur Surce ENR & R Prductin annuelle (GWhef/an) Slaire Thermique 17 Prductin de chaleur dans le bâtiment Bimasse individuelle Bimasse cllective hrs réseaux 47 Pmpe à chaleur aérthermique et géthermique Chaleur industrielle Bimasse 13 UIOM Chaleur (EnR&R) Prductin de chaleur et de frid sur les réseaux 98 Bimasse 67 Géthermie Pmpe à chaleur (prductin frid) 306 UIOM Electricité (EnR&R) 533 Slaire Phtvltaïque 8 Prductin électrique Bigaz 298 Hydraulique 43 Elien 0 Prductin de substitut de prduit pétrlier Culture énergétiques 548 Ttal EnR&R La prductin d énergies renuvelables et de récupératin d énergie fatale représente 5.4% de la cnsmmatin finale francilienne et s élève à GWh en L énergie cmptabilisée prend en cmpte le rendement des chaufferies et les pertes des réseaux de chaleur Schéma Réginal du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France 163

3 Cette prductin d énergies renuvelables et de récupératin est liée à la mbilisatin de quatre principales surces : La récupératin de chaleur et la prductin d électricité à partir des Unités d Incinératin des Ordures Ménagères, représente une prductin de GWh/an (27% du bilan) Le bis dmestique est utilisé cmme cmbustible sit, dans des chaudières cllectives pur des ensembles de lgements (47 GWh/an en 2009) sit, pur le chauffage des maisns individuelles (3 187 GWh/an en 2009). Il représente une prductin renuvelable de GWh/an (25% du bilan ttal) Les pmpes à chaleur aérthermiques et géthermiques, pur des usages de chaleur u de climatisatin, représentent une prductin renuvelable de GWh/an (30% du bilan). La prductin de chaleur par géthermie sur réseaux représente une prductin renuvelable de GWh/an (8% du bilan). Cette prductin renuvelable et de récupératin peut être largement augmentée au vu des ptentiels imprtants existants en régin. C est purqui plusieurs études d évaluatin des gisements et des ptentiels nt été menées dans le cadre des travaux préparatires à l élabratin du SRCAE. Les grands éléments de cnnaissance sur ces gisements et ptentiels des EnR snt présentés ci-après, du plus imprtant au mins imprtant, en termes d enjeux sur le territire. Le dévelppement du chauffage urbain : un levier structurant pur mbiliser les ENR&R Le dévelppement du chauffage urbain, cmpte tenu de la frte densité urbaine de l Ile-de- France, est l enjeu priritaire et stratégique pur permettre une valrisatin à grande échelle des ENR et R sur les territires. Ainsi, la stratégie dévelppée dans le présent SRCAE en matière de réseaux de chaleur dit cncilier quatre dynamiques : Prendre en cmpte la diminutin glbale des besins de chauffage des bâtiments, suite aux réhabilitatins thermiques dans l existant et, à partir de 2012, la cnstructin bligatire de bâtiments à basse cnsmmatin [vir rientatins BAT] Augmenter la part des énergies renuvelables et de récupératin dans le buquet énergétique alimentant les réseaux de chaleur qui représente 30% de la chaleur livrée en 2009, en substitutin des énergies fssiles actuellement utilisées Augmenter le nmbre de lgements et bâtiments alimentés par le chauffage urbain (1,1 millin d équivalent-lgements en 2009) en : Raccrdant les bâtiments situés à prximité immédiate des réseaux existants afin de supprimer les cnsmmatins d énergies fssiles dans des chaufferies cllectives en pied d immeubles et dans les des systèmes de chauffage individuels, Etendant les réseaux actuels pur raccrder des bâtiments existants u nuveaux, Créant de nuveaux réseaux dans les znes à urbaniser et dans les quartiers existants et rénvés. Intercnnecter les réseaux en vue d une meilleure ptimisatin glbale des systèmes de prductin énergétiques. Pur ces raisns, dans le cadre de l élabratin du SRCAE, une étude spécifique a été réalisée afin d évaluer le ptentiel de dévelppement des réseaux en Ile-de-France et analyser les cnditins techniques, écnmiques, urbaines et juridiques favrables à un tel dévelppement. Schéma Réginal du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France 164

4 Le ptentiel de raccrdement des bâtiments aux réseaux de chaleur a été estimé à partir d une analyse cartgraphique fine du tracé des réseaux existants cmbinée avec une analyse des cnsmmatins de chauffage et d eau chaude (hrs électricité) des territires (à la maille 250 m par 250 m). La carte ci-dessus illustre les ptentiels ainsi évalués. Schéma Réginal du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France 165

5 Figure 46 - Carte de ptentiel de dévelppement des réseaux de chaleur en Ile-de-France Surce : étude DRIEE/DRIEA/grupement SETEC Schéma Réginal du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France 166

6 La densité énergétique, qui crrespnd à la quantité d énergie livrée par un réseau rapprtée à la lngueur du réseau et qui s exprime en MWh/mètre linéaire, est un des éléments cnditinnant la rentabilité écnmique de ce réseau. Les réseaux actuels nt une densité énergétique très variable, s échelnnant de 2 MWh/ml à 18 MWh/ml. La valeur myenne francilienne étant légèrement inférieure à 9 MWh/ml. Dans un premier temps et bien que le seuil pur l attributin des aides au Fnds chaleur sit de 1,5 MWh/ml, seules les znes présentant une densité énergétique supérieure u égale à 9 MWh/ml nt été retenues pur évaluer des ptentiels minimum, afin de ne pas dégrader l équilibre écnmique myen des réseaux franciliens. Même avec ce critère très restrictif, l étude a mntré que le dévelppement du chauffage urbain représente un enjeu cnsidérable. Au regard des cûts de raccrdement, il faut privilégier par rdre de pririté : le raccrdement des bâtiments existants situés à prximité immédiate des réseaux actuels : cette slutin est la plus facile et la plus écnmique à mettre en œuvre. L étude a évalué le ptentiel sur la base du raccrdement des bâtiments utilisant l eau chaude cmme vecteur de distributin de la chaleur (elle exclut dnc les lgements chauffés à l électricité jule et puvant plus difficilement être raccrdés aux réseaux de chaleur). Ainsi, sans extensin du linéaire actuel des réseaux et avec des mntants d investissements limités, il est pssible de raccrder plus de 1 millin équivalentlgements. Cncrètement si, au lieu de remplacer les chaudières d immeubles arrivant en fin de vie d ici 2020, n raccrde ces immeubles aux réseaux de chaleur passant à prximité, équivalent-lgements supplémentaires purraient être alimentés par chauffage urbain à cette échéance. l extensin de réseaux pur alimenter des bâtiments situés à mins de 1000 m, dans des znes présentant une très bnne densité énergétique (plus de 9 MWh/mètre linéaire). Sur la base du taux myen de pénétratin du chauffage urbain cnstaté le lng du linéaire des réseaux (32%), n peut raccrder équivalent-lgements supplémentaires et plus de 1 millin avec un taux de pénétratin du chauffage urbain dublé. la créatin de réseaux neufs nécessite de lurds investissements et dit être étudiée au cas par cas pur répndre à des besins de chaleur imprtants sur un territire dnné u pur valriser une ressurce ENR et R dispnible lcalement (cmme la géthermie). Le ptentiel est estimé entre équivalent-lgements (avec un taux de pénétratin du chauffage urbain de 32 %) et équivalent-lgements (avec un taux de pénétratin du chauffage urbain de 64%) Ainsi, l étude menée a permis de lcaliser gégraphiquement les ptentiels de dévelppement du chauffage urbain dans la régin (vir carte précédente) et de cnfirmer les très imprtantes marges de manœuvre dispnibles en régin pur dévelpper ce mde de chauffage et ainsi permettre, y cmpris dans les bâtiments existants, le recurs massif aux ENR&R (énergies de récupératin générées sur le territire, géthermie et bimasse). Schéma Réginal du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France 167

7 Tableau 29 - Ptentiels fferts par le dévelppement du chauffage urbain Surce : étude DRIEE/DRIEA/grupement SETEC Nmbre d équivalent-lgements supplémentaires chauffés par les réseaux de chaleur Nmbre ttal d équivalentlgements chauffés par les réseaux de chaleur Situatin actuelle 1,1 millin Ptentiel de raccrdement des bâtiments à prximité immédiate des réseaux actuels Ptentiel d extensin des réseaux dans une bande de 1000 m autur des linéaires actuels + 1 millin 2,1 millins + 0,54 à 1,1 millin 2,64 à 3,2 millins Ptentiel de créatin de réseaux +0,34 à 0,68 millin 3 à 3,9 millins La valrisatin des énergies de récupératin sur le territire : la pririté pur alimenter les réseaux de chaleur L bjectif est de récupérer la chaleur prduite par un prcessus dnt l bjet principal n est pas la prductin de cette chaleur (dénmmée chaleur fatale). Les réseaux de chaleur snt un excellent myen de valriser cette chaleur. Il est pssible de raccrder des sites industriels, des centrales électriques et de manière générale tute installatin dégageant d imprtantes quantités de chaleur. La chaleur fatale est cnsidérée cmme une énergie n émettant pas de CO 2, dans la mesure ù il s agit de valriser une ressurce qui est de tute façn prduite et rejetée. Il n existe pas, à ce jur, d études recensant précisément les ptentiels d énergies fatales récupérables sur le territire francilien. Néanmins, il est vraisemblable que les ptentiels inexplités restent imprtants car plusieurs grandes surces de prductin d énergie de récupératin peuvent être mbilisées sur le territire : La chaleur fatale prduite par la cmbustin des déchets dans les usines d incinératin des rdures ménagères (UIOM) existantes qui représente déjà aujurd hui près de 28% de l apprvisinnement des réseaux de chaleur franciliens. Le Plan Réginal d Eliminatin des Déchets Ménagers et Assimilés (PREDMA) pse cmme bjectif de ne pas cnstruire de nuvelles unités d incinératin sur le territire, en chérence avec une plitique de réductin et d améliratin du tri des déchets. Néanmins, avec les 19 unités de traitement des déchets ménagers déjà en place sur le territire, la part de l énergie récupérée sus frme de chaleur purrait encre augmenter : par une améliratin des rendements de prductin sur les 11 UIOM raccrdées aux réseaux de chaleur, par une réductin de leur prductin d électricité au prfit de la prductin de chaleur (en limitant la prductin électrique à l autcnsmmatin des unités), par le raccrdement de certaines des 8 autres UIOM existantes sur des réseaux de chaleur existants à prximité u à créer (études spécifiques à réaliser) La chaleur prduite par les centrales EDF de prductin d électricité. Les ptentiels de récupératin de chaleur sur les centrales thermiques EDF snt particulièrement cnséquents et lrsqu ils snt idéalement placés en zne urbaine dense (cmme à Vitry-sur-Seine à prximité de réseaux de chaleur), ils cnstituent une ressurce qui mérite d être valrisée. Cmpte tenu de l abaissement des valeurs limites réglementaires du renfrcement des nrmes envirnnementales en termes d émissins de plluants atmsphériques, EDF va arrêter les unités de prductin existantes sur le site de Vitry-sur-Seine, d ici le 31 décembre 2015, et envisage de remplacer, pst- 2020, les deux chaudières charbn actuelles par un cycle cmbiné au gaz (CCG) de 500 MW électrique et par deux turbines à cmbustin (TAC) de 125 MW électrique. Les TAC répndrnt aux besins de pinte de Schéma Réginal du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France 168

8 demande électrique de la régin parisienne sur des durées de quelques centaines d heures par an seulement. En revanche, le CCG aurait un fnctinnement en semi-base pur prduire de l électricité essentiellement en péride hivernale (3000 à 5000 heures par an). Aussi, il est particulièrement pertinent d examiner la faisabilité de la récupératin d une partie de la chaleur fatale sur un tel CCG car elle représente une quantité d énergie ptentielle équivalente à celle prduite sus frme d électricité. De plus, la prximité des réseaux de chaleur de la CPCU et de Vitry-sur-Seine permettrait une valrisatin ptimale de cette chaleur fatale prduite de façn cncmitante à la demande de chaleur des clients résidentiels et tertiaires raccrdés à ces réseaux. Les deux ressurces précédentes cnstituent les principaux ptentiels de valrisatin des énergies de récupératin sur le territire francilien. Mais, en matière d énergie de récupératin, deux ptentiels nuveaux méritent également d être pris en cnsidératin : Les data-centers qui peuvent représenter des quantités d énergie mbilisables imprtantes. En effet, depuis quelques années, les besins en capacité de stckage infrmatique, la ratinalisatin et le dévelppement des systèmes d infrmatin nt cnduit à implanter des centres infrmatiques très imprtants dans certains territires d Île-de-France, du fait de la densité des réseaux de télécmmunicatins, de la qualité de l électricité et de la dispnibilité de surfaces fncières. Ces centres de dnnées, cnstitués d'équipements infrmatiques puissants, snt de très grs cnsmmateurs d'énergie, ntamment pur être en permanence rafraîchis par des grupes de prductin de frid. Un data center de m 2 a besin d une puissance de raccrdement au réseau électrique de 20 MW et cnsmme autant en électricité qu'une ville myenne de habitants. Il est pssible de récupérer les vlumes d air chaud générés par les grupes de prductin de frid et de les valriser dans un réseau de chaleur. Avec un grand nmbre de datas-centers sur sn territire et une première installatin de récupératin de chaleur en cnstructin à Val d Eurpe en Seine-et-Marne, la récupératin de chaleur sur les data-centers représente, même si elle reste à évaluer, un nuvel enjeu spécifique à la régin francilienne. Le dévelppement cntinu des activités high-tech va encre entraîner la cnstructin de nuveaux centres de traitement de dnnées frtement cnsmmateurs d électricité au curs des prchaines années, ce qui va accrître le ptentiel thérique de récupératin de chaleur. Il est également pssible de récupérer la chaleur sur les eaux usées (eau des cuisines, des salles de bains, etc.) ayant une température cmprise entre 12 C et 20 C, grâce à l installatin d'échangeurs thermiques sur les cllecteurs du réseau d'assainissement sus viries. Un premier réseau français de chaleur alimenté en partie par la récupératin calrifique des eaux usées et l installatin de pmpes à chaleur a ainsi été créé à Nanterre pur chauffer un éc-quartier. Les eaux usées (chargées en matières plluantes) u eaux «grises» (cmme l eau des duches peu chargées) d un lgement u d un bâtiment peuvent également faire l bjet d une récupératin directe de chaleur avant leur évacuatin dans le réseau d assainissement. Cette chaleur récupérée permet ensuite de préchauffer u chauffer l eau chaude sanitaire du bâtiment avec une pmpe à chaleur. Les pprtunités dnnées par cette nuvelle surce de récupératin ne snt pas encre bien cnnues, mais purraient également frmer à terme un ptentiel de récupératin d énergie ntable en régin. Le ptentiel de valrisatin des énergies de récupératin cnstitue, certainement à des niveaux plus élevés que dans d autres régins, un enjeu certain en Île-de-France au vu de la cnjnctin de deux facteurs : Des vlumes d énergies récupérables imprtants situés au cœur de tissus urbains denses. Alrs qu en règle générale, les énergies fatales des secteurs industriels et de la prductin de l électricité snt suvent situées très en périphérie des znes urbanisées, rendant difficile leur mbilisatin, l Ilede-France présente des caractéristiques uniques permettant de les valriser grâce à la présence de sites prducteurs au cœur des znes urbaines. L existence de nmbreux réseaux de chaleur, facilitant le transprt et la distributin des récupératins de chaleur. Pur l ensemble de ces raisns, la récupératin de chaleur dit rester une pririté dans le dévelppement des énergies renuvelables et de récupératin sur le territire. Schéma Réginal du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France 169

9 La cgénératin : une technique de prductin de la chaleur et de l électricité qui permet d écnmiser l énergie La technique de cgénératin permet de prduire de façn simultanée : de l énergie thermique récupérée sur les gaz d échappement et les circuits de refridissement des mteurs u turbines à gaz u sur la vapeur détendue dans les turbines à vapeur, de l énergie mécanique transfrmée en électricité. De ce fait, la cgénératin se caractérise par un excellent rendement énergétique (de l rdre de 80%) et permet de générer 10% d écnmies d énergie primaire par rapprt à des mdes de prductin séparés d électricité (dans des centrales électriques avec des rendements de plus de 50%) et de chaleur (dans des chaudières avec des rendements de 85%). De plus, elle présente un intérêt en terme de diversificatin du parc de prductin électrique et permet, en utre, de limiter le dévelppement des réseaux de transprt et de distributin d électricité puisqu elle est prche des lieux de cnsmmatin. En 2010, les 109 cgénératins d Ile-de-France représentent une puissance électrique de MW et une puissance thermique de 1800 MW. Les rendements myens mesurés snt de 76% (34% en électricité et 42% en chaleur). La prductin d électricité livrée sur le réseau en 2010 par les cgénératins est de 3060 GWh à cmparer à la prductin des centrales EDF lcalisées en Ile-de-France qui est de 2118 GWh en La chaleur prduite par les cgénératins, qui s élève à 3900 GWh, est livrée pur 86% aux réseaux de chaleur et 14% au secteur industriel. L énergie primaire écnmisée grâce au parc actuel des cgénératins est de 1000 GWh chaque année ce qui représente la cnsmmatin de lgements u encre l équivalent de la prductin géthermale de la régin. C est purqui, il est imprtant de favriser sn dévelppement. La géthermie : une ressurce puvant être valrisée massivement par pmpes à chaleur u au sein des réseaux La géthermie u «chaleur de la terre» cuvre l ensemble des applicatins permettant de récupérer la chaleur cntenue dans le sus-sl u dans les nappes d eau suterraines (la température de la terre et de l eau suterraine augmentent avec la prfndeur dans le sus-sl). En fnctin de l applicatin, les calries ainsi récupérées servent à la prductin de chaleur et/u de frid u à la prductin d électricité. La régin présente de nmbreux aquifères sus sn territire, qu ils sient superficiels (quatre grands aquifères superficiels sur l ensemble de la régin, avec des znes ù tris d entre eux cexistent) u bien prfnds, cmme l aquifère du Dgger, en passant par les aquifères intermédiaires (Albien, Nécmien), encre peu explités. Pur l explitatin de la chaleur cntenue dans le sus-sl, plusieurs technlgies snt envisageables seln la température de la ressurce : Par usage direct de la chaleur (à l aide d un simple échangeur thermique), lrsque la température de la ressurce le permet. La ressurce est généralement un aquifère prfnd, (géthermie qualifiée de basse énergie, ressurces cmprises entre 50 C et 90 C). La chaleur est suvent valrisée dans un réseau, dénmmé réseau de chaleur géthermique. 34 réseaux de ce type snt recensés en 2010 en Ile-de-France. L énergie géthermique représente actuellement 10% de la chaleur délivrée en régin par les réseaux de chaleur. Ce taux s élève déjà à plus de 50% dans le Val-de-Marne ù l aquifère du Dgger est particulièrement prductif. Avec utilisatin d une pmpe à chaleur (PAC), lrsque la température de la ressurce ne permet pas un usage direct (géthermie qualifiée de très basse énergie, avec une température de ressurce généralement inférieure à 30 C), la ressurce prvient généralement d un aquifère superficiel, et parfis intermédiaire. La chaleur est suvent valrisée à l échelle d un bâtiment résidentiel u tertiaire, grâce à l installatin de pmpes à chaleur (PAC) sur aquifères superficiels u sur champs de snde (récupératin de la chaleur du sl). A fin 2010, 77 pératins de ce type avaient pu être Schéma Réginal du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France 170

10 recensées, s inscrivant dans une dynamique de très frte crissance puisque 67 prjets étaient également en phase d études u de travaux. Cmpte tenu de l imprtance de la ressurce géthermique en Île-de-France, une étude spécifique d évaluatin du ptentiel de dévelppement de la géthermie a été menée. Cette étude cnsiste, à partir d une analyse gélcalisée fine, à criser tris types de dnnées : La cnnaissance du gisement dispnible de chaque aquifère superficiel, intermédiaire et prfnd (Dgger). La cnnaissance des cnsmmatins énergétiques à partir de l étude CENTER IAU/AIRPARIF et des tracés des réseaux de chaleur existants (à partir de l étude du grupement SETEC). La prise en cmpte des cntraintes écnmiques de dévelppement, principalement liées à la prfndeur des frages à réaliser. Ainsi, l étude a permis de mettre en évidence les znes du territire réginal particulièrement prpices au dévelppement d une explitatin de la géthermie d une part sur aquifères superficiels et d autre part sur le Dgger. Figure 47 : Cartgraphie des ptentiels cmmunaux sur aquifères superficiels Surce : BRGM, Center IAU La carte précédente illustre les znes à ptentiel pur les aquifères superficiels. Le ptentiel thérique est particulièrement élevé puisqu il représente une substitutin de ktep/an ce qui crrespnd à l alimentatin de plus de équivalents lgements par des systèmes de pmpes à chaleur. Ainsi, même les bâtiments qui ne snt pas raccrdables à des réseaux de chaleur peuvent bénéficier d une chaleur géthermale. Schéma Réginal du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France 171

11 Figure 48 : Cmmunes favrables au dévelppement des réseaux de chaleur géthermiques Surce : BRGM, Center IAU La carte ci-dessus illustre les znes à ptentiel pur l explitatin du Dgger. Elle identifie : Les cmmunes dispsant déjà d un réseau de chaleur géthermique et puvant faire l bjet d une extensin au regard du ptentiel évalué (znes en jaune). 29 cmmunes snt ainsi identifiées, pur un ptentiel de 32,3 ktep, sit le raccrdement d envirn équivalents lgements supplémentaires Les cmmunes dispsant d un réseau de chaleur n utilisant pas jusqu alrs la géthermie mais dnt les caractéristiques techniques permettent d envisager une géthermisatin (znes en range) Les 9 cmmunes identifiées snt des espaces stratégiques pur l étude d un dévelppement de la géthermie pur les années à venir. Ceci représente un ptentiel de substitutin de 35 ktep, sit la cnsmmatin d envirn équivalents lgements Les cmmunes dispsant d un ptentiel suffisant pur envisager le dévelppement d un réseau de géthermie (znes en vert). Ce ptentiel, qui est le plus imprtant, vise 53 cmmunes et représente une substitutin de 185 ktep, sit un ptentiel de raccrdement de équivalents lgements Au ttal, il serait dnc pssible d alimenter en énergie l équivalent de équivalents lgements sur la base des cnsmmatins unitaires actuelles. Les ptentiels de dévelppement de la géthermie en régin snt très imprtants et réalistes au regard de la maturité des marchés et des techniques, ainsi que des garanties de perfrmances énergétiques et écnmiques. Schéma Réginal du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France 172

12 Le dévelppement de la bimasse en réseau : lié à une meilleure mbilisatin de la ressurce en bis énergie Le dévelppement de l usage des énergies renuvelables via les réseaux de chaleur dit privilégier priritairement la récupératin des énergies fatales et l utilisatin de la géthermie. Le recurs à la bimasse cnstitue la trisième pririté afin d assurer un dévelppement ambitieux de l usage des EnR et R en régin Îlede-France. Au regard de ces enjeux, une étude spécifique d évaluatin du ptentiel de dévelppement de la cmbustin de bimasse en filière cllective a été réalisée 99. Cette étude a mis en perspective les dévelppements pssibles au regard de deux pints : Les cnsmmatins énergétiques accessibles sur le territire à partir de l étude CENTER IAU/AIRPARIF. La ressurce bimasse dispnible. Les cnsmmatins énergétiques se décmpsent entre les lgements, les bâtiments tertiaires, l industrie et les réseaux de chaleur de la manière suivante : Figure 49 - Répartitin des cnsmmatins actuelles accessibles à la bimasse Surce : INDDIGO à partir de CENTER, nvembre 2011 Appartements 28% Réseau de chaleur 20% Bureaux 15% Cafés Hôtels et Restaurants 6% Cmmerces 1% Enseignement 1% Santé 1% Transprt 0% Sprt et lisirs 1% Habitat cmmunautaire 0% Industrie 27% Des critères nt été psés pur définir la ntin de cnsmmatin accessible, il a été retenu les lgements chauffés par cmbustible fssile hrs paris, les réseaux de chaleur existants dnt le mix énergétique ne cntient pas encre d énergies renuvelables u de récupératin. Par ailleurs, l évaluatin de la ressurce dispnible en bimasse énergie a été effectuée à partir de la cnfrntatin de diverses études de référence (CEDEN, Agrimer, CIDAF-FRCA, ONIGC ) Un enjeu frt de la structuratin de la filière bis énergie est de puvir identifier la quantité de ressurce mbilisable durablement. D après l étude, la ressurce glbale réginale en bimasse énergie s élève, à hrizn à envirn 860 kt/an, sit envirn 266 ktep/an (u GWh/an). La répartitin par rigine de cette bimasse énergie est résumée dans le graphique ci-dessus : 99 Etude du cabinet Inddig préalable à l élabratin du vlet cmbustin de la Bimasse en filière cllective du Schéma Réginal Climat Air Energie (SRCAE) d Ile-de-France. Schéma Réginal du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France 173

13 Figure 50 - Les ressurces bimasse dispnibles à hrizn 2015/2020 Surce : Inddig Les grandes ressurces de bis énergie cncernent dnc en premier lieu les bis déchets nn suillés de classe A prvenant des déchets des ménages, des déchets du BTP et des déchets prvenant d autres activités écnmiques (315 kt/an en tut), puis viennent le bis frestier (280 kt/an) et la paille (223 kt/an). Cmparée au ptentiel maximum thérique de cnsmmatin (49 TWh), la ressurce en bimasse (3,1 TWh) cnstitue le facteur structurant du dévelppement de la filière. Ainsi, la ressurce bimasse est bien présente en Ile-de-France, mais reste sus explitée actuellement. Puvir définir les bnnes cnditins d explitatin des différentes ressurces cnstitue ainsi également un enjeu imprtant crrespndant à la cnsmmatin de équivalents lgements. Des bjectifs de répartitin de valrisatin de cette ressurce nt ensuite été déterminés pur différents secteurs : sur chauffage urbain, en chaufferies cllectives et en industrie. Un bjectif d un peu plus de 200 ktep (sit 2,4 TWh), en énergie primaire, a été retenu pur la cnsmmatin de bimasse en réseaux de chauffage urbain, sit 78% de la ressurce mbilisable pur les chaufferies cllectives et sur réseaux en La bimasse dmestique : sn impact sur la qualité de l air dit être pris en cmpte La cnsmmatin de bimasse à usage dmestique cmprend : la cnsmmatin des chaudières cllectives à l échelle des bâtiments, la cnsmmatin des chaudières des maisns individuelles, la cnsmmatin à l échelle d une pièce d un lgement, au myen de systèmes d appint de chauffage (cheminée à fyer uvert, insert) u d équipements de cuissn (pêles, cuisinière) La cnsmmatin énergétique de bis dmestique est principalement le fait d une cnsmmatin d appint pur le chauffage, plus particulièrement en fyer uvert, dans les franges rurales de la régin. Le cmbustible est principalement utilisé sus frme de bis-bûche dnt les vlumes de cllecte restent assez mécnnus, car issus de filières «infrmelles» et nn cmptabilisées. A ce titre, le gisement de cette ressurce reste difficilement évaluable. Il est imprtant de nter que la cmbustin dans des fyers uverts (cheminées) présente un rendement énergétique très mauvais et émet des quantités imprtantes de pussières. C est purqui, il n est pas suhaitable de maintenir ce type de système en régin Ile-de-France. Schéma Réginal du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France 174

14 Figure 51 - Cmparatif des facteurs d émissins de PM 10 par la cmbustin de bis seln le système utilisé Surce : CITEPA Facteurs d'émissins de PM10 par la cmbustin de bis FE en g/gj Avant 1996 Après 1996 Perfrmant 0 Chaudières Pêle Cuisinières Inserts Fyers Ouverts Des bjectifs peuvent néanmins être fixés pur dévelpper : la cmbustin de bimasse dans des chaufferies centralisées de taille imprtante, à haut rendement énergétique et équipées de dispsitifs de dépllutin perfrmants, alimentant des réseaux de chaleur (vir paragraphe précédent). l usage de la bimasse à l échelle d un bâtiment, nn raccrdable à un réseau, dans des chaudières cllectives à haut niveau de perfrmance (Flamme verte 5* u équivalent) et utilisant du cmbustible de qualité répndant aux critères de la Charte Bis-Bûche existante en Ile-de-France. le renuvellement des systèmes de chauffage individuels et la résrptin des fyers à flamme uverte, par des équipements labellisés Flamme verte 5* u équivalent. Ces nuveaux équipements permettent en effet de satisfaire les mêmes besins énergétiques avec mins de cmbustible (grâce à l améliratin des rendements) et une très frte réductin des émissins de pussières (grâce à l améliratin de la cmbustin et de la filtratin). Les enjeux de la qualité de l air étant particulièrement imprtants en Ile-de-France, le prjet de Plan de Prtectin de l Atmsphère prte un ensemble de mesures réglementaires et d accmpagnement sur le thème de la cmbustin du bis. L élien, une ressurce sus frte cntrainte envirnnementale et paysagère Un parc élien est une installatin de prductin d électricité par l explitatin de la frce du vent transfrmée en énergie électrique. Il s agit d une prductin au fil du vent, il n y a dnc pas de stckage d électricité. Les éliennes curamment rencntrées en France appartiennent à la catégrie du «grand élien», le «petit» et le «myen élien» étant encre peu dévelppés. Schéma Réginal du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France 175

15 Tableau 30 - Principales catégries d éliennes GRAND EOLIEN MOYEN EOLIEN PETIT EOLIEN Le «grand élien» représente les éliennes de hauteur supérieure à 50 m, dévelppant des puissances de 2 à 3 MW, équipées de rtrs (la partie cnstituée du myeu et des pales) de grandes dimensins. Ces éliennes cnstituent la grande majrité de la capacité installée au mnde. Les règles d implantatin snt, a minima, un retrait de 500m des habitatins et un regrupement de 5 éliennes. Le «myen élien» est défini cmme les machines de 12 à 50 m de hauteur, et de 800 KW en myenne. Il est encre peu dévelppé en métrple ; ce type de machines, bipale u tripale, est particulièrement adapté au marché des territires insulaires et des znes difficiles d accès. On nte également une spécialisatin dans les znes cyclniques qui requièrent des éliennes rabattables, avec de nmbreuses installatins déjà en fnctinnement. Les règles d implantatin du grand élien étant strictes, le myen élien se truve d autant plus favris dans les territires périurbains. Les prteurs de prjet se réfèrernt à la réglementatin en vigueur qui prévit pur ce type d installatin des distances minimales d élignement réduites. On appelle «petit élien», les turbines de puissance inférieure à 36 kw et de mins de 12 mètres de hauteur (à l axe du rtr), généralement utilisées pur un usage dmestique, dit en «autcnsmmatin». Il s agit principalement d éliennes à axe vertical munies de deux à tris pales. Filière naissante, l élien intégré au bâti est spécialement adapté aux cnditins difficile de l envirnnement urbain (vent turbulent avec des variatins rapides et lcalisées de vitesse et de directin, difficulté d accès et de raccrdement au réseau électrique ). Il présente également un frt ptentiel en Île-de- France et purrait cnstituer une nuvelle vie de pénétratin, ntamment pur des bâtiments de grande taille dans les znes urbaines et périurbaines. Le «petit élien», est particulièrement adapté pur l'alimentatin électrique des sites islés. Elienne Enercn E82 (design Nrman Fster) hauteur de mât 78 m - 2,3 MW - Pussay (91) (Surce : DRIEE) Elienne de 350 Kw et 36 m de hauteur de mât - Carré-Sénart - Lieusaint (77)- (Surce : DRIEE) Micr élienne dmestique de 10m de hauteur de mât Le Schéma Réginal Elien (SRE) se fcalise sur le grand élien en interactin frte avec le paysage. Il définit la cntributin de l Île-de-France à l atteinte de l bjectif natinal de MW de puissance élienne terrestre à mettre en œuvre sur le territire d ici Il identifie les parties du territire réginal favrables au dévelppement de cette énergie cmpte tenu d une part, du ptentiel et d autre part, d une analyse des sensibilités paysagères, patrimniales et envirnnementales, des cntraintes et servitudes techniques et des rientatins réginales. Par ailleurs, le schéma prend en cmpte les Znes de Dévelppement de l Elien (ZDE) créées antérieurement à sn élabratin et établit la liste des cmmunes dans lesquelles snt situées les znes favrables. Les znes de dévelppement de l élien, prévues par l article L314-9 du Cde de l énergie, divent être situées au sein des parties du territire réginal favrables au dévelppement de l énergie élienne. Il est également destiné à éclairer les prteurs de prjets et en particulier les cllectivités territriales dans leurs cmpétences en matière de planificatin du dévelppement élien (demande d autrisatin de créatin de Zne de Dévelppement Elien). Ainsi, il est imprtant rappeler que seules les znes favrables définies dans le SRE snt des znes ù il sera pssible de définir des ZDE et que c est uniquement au sein de ces ZDE que les prteurs de prjets purrnt Schéma Réginal du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France 176

16 bénéficier du tarif d achat garanti de l électricité prduite (Arrêté du 10 juillet 2006). A l échelle du prjet, les dssiers de demandes d autrisatin suivent drénavant une prcédure d instructin au titre des Installatins Classées pur la Prtectin de l Envirnnement (ICPE) et une prcédure simplifiée au titre des Permis de Cnstruire (PC). L élabratin du Schéma Réginal Elien francilien, c-élabré par la Directin Réginale et Interdépartementale de l Envirnnement et de l Energie (DRIEE) et le Cnseil réginal d Ile-de-France a été guidée par deux préccupatins majeures : Favriser le dévelppement de l élien à hauteur des engagements eurpéens et des bjectifs du Grenelle, tut en veillant à la juste prise en cmpte des enjeux paysagers, patrimniaux, envirnnementaux et techniques ; Dnner aux territires la maîtrise du dévelppement de l élien en mbilisant l ensemble des cllectivités territriales qui présentent des secteurs ptentiellement favrables à l accueil d éliennes. S agissant de la méthde d élabratin du SRE, la DRIEE et le Cnseil réginal, appuyés sur un cmité de suivi partenarial (55 membres) nt veillé à mener un travail méthdlgique slide avec : la prise en cmpte des démarches antérieures recensées en Île-de-France ; la mise en œuvre d une méthde tenant cmpte de l ensemble des sensibilités et cntraintes définies réglementairement et des études c-prtées par l Etat et le Cnseil réginal. Cette méthde par éliminatin des secteurs cntraints permet de repérer les territires ptentiellement éligibles à l élien sans définir de prjet précis ; l adptin d une démarche de cnstructin pérée à partir des qualités intrinsèques des paysages, de leur capacité à accueillir des éliennes (cntraintes et enjeux sectriels) afin de déterminer le ptentiel élien du territire francilien présentant une chérence d aménagement. Ce dernier vlet est traité dans les recmmandatins sectrielles du schéma Enfin, les bjectifs du Schéma Réginal Elien sernt pris en cmpte lrs de l élabratin du Schéma Réginal de Raccrdement au Réseau des Energies Renuvelables (S3REnR), qui permettra d anticiper et d accueillir les renfrcements nécessaires. A l hrizn 2020, le ptentiel élien est cmpris entre 100 et 180 éliennes d une puissance unitaire de 2 à 3 MW sit de 200 à 540 MW installés. Cnsidérant un facteur de charge de 25 % (2 200 heures par an) la prductin purrait se situer dans une furchette de 440 à GWh/an. A l hrizn 2050, l hypthèse haute serait de 230 à 410 éliennes sit une prductin envisagée (facteur de charge de 25 %) cmprise entre et GWh/an. L estimatin de ces ptentiels n inclut pas le dévelppement des petit et myen éliens, dévelppement qui purrait accritre les puissances installées. La méthanisatin : une ressurce renuvelable mécnnue mais puvant représenter des enjeux imprtants en Île-de-France La méthanisatin est un prcessus naturel de dégradatin bilgique de la matière rganique dans un milieu sans xygène due à l actin de multiples micr-rganismes (bactéries). Elle peut avir lieu naturellement dans certains milieux tels que les marais u peut être mise en œuvre vlntairement dans des unités dédiées grâce à un équipement industriel. Les matières rganiques puvant être traitées par méthanisatin nt différentes rigines: La partie fermentescibles des déchets et effluents d industries agr-alimentaires ; Schéma Réginal du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France 177

17 Les rdures ménagères (les centres de stckage des déchets ménagers prduisent du bigaz suite à la dégradatin des prduits rganiques. Afin de diminuer les risques d explsin et de pllutin lfactive, ce bigaz est récupéré, drainé) ; Les bues de statins d épuratin des eaux urbaines ; Les déchets et effluents agricles. Le bigaz est cmpsé de méthane à %, de dixyde de carbne et de sulfure d hydrgène. Il peut être valrisé : Par la prductin d électricité et de chaleur cmbinée dans une centrale en cgénératin ; Par la prductin de chaleur qui sera cnsmmée à prximité du site de prductin ; Par l injectin dans les réseaux de gaz naturel après une étape d épuratin, injectin qui est devenue pssible depuis la parutin des décrets du 22 Nvembre Par la transfrmatin en carburant sus frme de gaz naturel véhicule (GNV). La méthanisatin prduit également un résidu qu il est ensuite pssible de valriser en tant que fertilisant pur l agriculture. Elle a également pur mérite d être simultanément une filière de prductin d énergie renuvelable et une filière alternative de traitement des déchets rganiques. Les ptentiels de dévelppement snt aujurd hui mal cnnus et une étude spécifique à ce sujet est aujurd hui en curs de réalisatin à l initiative du Cnseil Réginal et dnt les principaux bjectifs snt : De réaliser un état des lieux fiable et cnslidé des différents gisements de bimasse prduits sur le territire, et d identifier les gisements qui peuvent être préférentiellement rientés vers la méthanisatin, De réaliser un état des lieux des différentes filières de valrisatin rganique de la bimasse existantes en Île-de-France et un recensement des prjets en curs de dévelppement, D analyser les facteurs de dévelppement de la méthanisatin en Île-de-France d un pint de vue technique, écnmique et envirnnemental au regard de la situatin actuelle, des bjectifs des différentes plitiques réginales, et de la cmplémentarité à assurer entre la filière méthanisatin et les autres filières de valrisatin rganique en place, De définir différents scénarii technic écnmiques de structuratin de la méthanisatin en Île-de- France, De dégager une apprche réginale des mdalités de structuratin de la méthanisatin en Île-de- France et des recmmandatins pur la stratégie réginale d interventin. D autres ressurces renuvelables à valriser Les gisements u ptentiels cncernant les différentes ressurces renuvelables nt fait l bjet d analyses encre limitées. Néanmins, certaines filières, cmme le slaire phtvltaïque et thermique, présentent des perspectives de dévelppement avec des enjeux imprtants à l hrizn 2050 : L'énergie slaire phtvltaïque prduit de l'électricité via des mdules phtvltaïques, électricité qui peut être ensuite injectée sur les réseaux électriques. Les mdules snt sit, intégrés u psés sur la structure de bâtiments sit, assemblés dans des centrales (de quelques MW) au sl u sur des mbrières de parking. Ces systèmes snt raccrdés au réseau électrique afin de bénéficier du tarif d achat par EDF de la prductin d électricité 100. A la mi-2010, 6,7MW de phtvltaïque étaient raccrdés au réseau électrique francilien. Le dispsitif natinal de sutien au phtvltaïque fait appel à 2 mécanismes distincts suivant la puissance de l installatin : d une part des tarifs d achat, ajustés chaque trimestre, pur les installatins sur bâtiments de mins de 100 kwc (seuil équivalent à une surface de 1000 mètres carrés de panneaux phtvltaïques) ; d autre part des appels d ffres, pur les installatins sur bâtiments de plus de 100 kwc et les centrales au sl Schéma Réginal du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France 178

18 Les systèmes phtvltaïques snt facilement mdulables et peuvent dnc s intégrer aisément aux bâtiments. Ils présentent des cûts d'investissement encre élevés mais qui devraient frtement baisser à l avenir grâce aux recherches menées sur de nuvelles génératins de mdules de silicium. L énergie phtvltaïque présente un intérêt élevé dans les znes frtement urbanisées. Les bâtiments, et les surfaces déjà artificialisées (parkings, rutes, ) représentent autant de supprts pur le slaire phtvltaïque. Bien que l ensleillement francilien ne sit pas le plus élevé de France, la régin Ile-de-France présente des caractéristiques qui laissent suppser un très frt ptentiel de dévelppement. L'énergie slaire thermique prduit de la chaleur qui peut être utilisée pur le chauffage dmestique u la prductin d'eau chaude sanitaire. Elle est bien adapté pur les bâtiments qui nt un taux d ccupatin élevé et régulier (lgements cllectifs sciaux, hôpitaux, maisns de retraite, ) u qui utilisent beaucup d eau chaude (cmme les centres aquatiques par exemple). Elle présente dnc un vrai ptentiel de dévelppement en Ile-de-France cmpte tenu du nmbre de bâtiments répndant à ces caractéristiques. L hydraulique est pssible en Ile-de-France grâce aux barrages hydrélectriques dits «au fil de l eau», qui fnt passer dans une turbine tut u partie du débit d'un curs d eau en cntinu. Il existe actuellement une dizaine d uvrages de ce type, représentant 1% de la prductin francilienne d électricité. La rénvatin de vieux mulins à grains, l explitatin des dénivelés dans les cnduites d adductin u d assainissement d eau u dans les bassins des statins d épuratin, peuvent cnstituer des ptentiels qui restent à expliter. Dans le cadre de l bligatin d achat par EDF de l électricité d rigine renuvelable, la filière hydraulique fait l bjet d un arrêté tarifaire spécifique. Les cultures énergétiques snt cnstituées, dans ntre régin, majritairement de clza nn alimentaire (ntamment sur la Seine-et-Marne avec émergence dans le Val d Oise), mais également de betterave, blé u turnesl. Elles permettent de prduire du biéthanl, du bidiesel u snt utilisées dans diverses industries. L Ile-de-France bénéficie des platefrmes de transfrmatin/usines de diester implantées dans les régins limitrphes. Innvatin et prspective Au-delà des principales énergies renuvelables (géthermie, bimasse, slaire, élien ) et de récupératin identifiées dans le SRCAE cmme stratégiques pur l avenir énergétique réginal, les nuvelles pistes technlgiques, qui paraissent pur l instant marginales, ne divent pas être négligées. Le SRCAE ne repse sur aucune hypthèse de rupture technlgique. De plus, le SRCAE n a pas vcatin à déterminer une plitique d innvatin, de recherche et dévelppement. En cnséquence, les technlgies innvantes n nt pas été intégrées dans les scénaris chiffrés, pas plus qu elles ne fnt l bjet de dévelppements spécifiques dans les «bjectifs et recmmandatins». Cependant, l émergence de nuvelles technlgies dédiées à la prductin d énergie renuvelable et de récupératin, au stckage u à la transfrmatin en vecteurs énergétiques est à la fis suhaitable et prbable. Ces pssibles ruptures technlgiques viendrnt renfrcer le scénari prpsé à ce jur. Le SRCAE suligne dnc, d une manière générale et transversale, la nécessité de sutenir la recherche et dévelppement, l innvatin et l expérimentatin dans le dmaine des énergies renuvelables et de récupératin. Sans exhaustivité, certaines technlgies présentent un intérêt imprtant et méritent d être sutenues à tus les stades du dévelppement : Stckage géthermique de chaleur. Le stckage intersaisnnier (stckage du frid l hiver et du chaud l été) présente des perspectives intéressantes. Un premier prjet «géstcal» purrait vir le jur en Ile-de-France. Cuplé à une usine d'incinératin, il cnsiste à réaliser une unité lcale de stckage/déstckage de chaleur en aquifère prfnd (aquifère du dgger). Le principe de fnctinnement de Géstcal repse sur la technique du triplet géthermique : il cmprte un puits prducteur tiède (ù l'eau du Dgger est puisée à une température de 65 C), un puits injecteur frid (dnt la température est fnctin de la température de retur du réseau de chaleur) et un puits réversible chaud assurant une fnctin d'injectin en été et une fnctin de prductin en hiver. En été, la chaleur en excès issue de l'usine d'incinératin d'rdures ménagères située à prximité est transmise à l'eau Schéma Réginal du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France 179

19 extraite du puits tiède et ensuite injectée dans le puits réversible chaud (fnctin injectin). A cntrari, pendant la saisn fride, l'eau réchauffée durant l'été à près de 95 C au niveau du puits réversible chaud et stckée dans l'aquifère du Dgger est extraite du réservir par ce puits qui devient ainsi prducteur. Prductin de micr-algues, en particulier intégrée au bâti et/u intégrée au cycle de gestin des eaux usées. Prmetteuses, ces futures prductins bimasse (énergie stckable) purraient ne pas entrer en cncurrence avec la prductin agricle. Des startups franciliennes cherchent à expérimenter leurs technlgies sur le territire ; Gazéificatin de la bimasse, 101 afin d en faciliter transprt, stckage et utilisatin ; Charbn vert permettant de maintenir des chaufferies charbn existantes tut en permettant, grâce à la bimasse cntenue, de réduire le facteur Carbne ; Prductin d agr-carburants de deuxième et de trisième génératin qui présentent des bilans envirnnementaux amélirés grâce ntamment à la valrisatin des plantes entières ; Prductin de hydrgène injecté sur le réseau de gaz (jusqu à 6%), par exemple par hydrlyse de l eau à partir d électricité renuvelable et/u méthanisatin (prductin de H 2 à partir de CH 4 ) ; Phtvltaïque rganique Méthanatin, prductin de méthane par réactin de CO 2, et d hydrgène, lui-même prduit par des surces énergies renuvelables. En effet, l électricité renuvelable d rigine élienne u phtvltaïque ne s ajuste pas à la demande puisqu elle dépend de la mété. Le stckage d électricité via sa transfrmatin en hydrgène par électrlyse est envisageable. Cet hydrgène peut être sit injecté dans le réseau de gaz (jusqu à 6 % sans mdificatins techniques du réseau) u transfrmé en méthane de synthèse par méthanisatin avec des caractéristiques équivalentes au gaz naturel. Récupératin de chaleur u de frid sur de nuveaux réservirs thermiques (eau de fleuve et rivières, réseaux d eau nn ptable. Les acteurs franciliens, publics et privés, snt ainsi encuragés à sutenir les prjets relatifs au dévelppement de nuvelles technlgies renuvelables. Des ruptures technlgiques prévisibles u inattendues purraient représenter un intérêt écnmique majeur pur l écnmie francilienne. OBJECTIFS AUX HORIZONS 2020 ET 2050 Le dévelppement des ENR et R permettra de réduire frtement les émissins de GES du territire, ces énergies n étant pas (u très faiblement) carbnées. Ainsi, l améliratin du mix énergétique de chaque secteur (bâtiment, transprts, industrie, etc.) grâce à l utilisatin accrue des énergies renuvelables et de récupératin est un levier d actin essentiel pur réduire les émissins de GES. Au regard des ressurces réginales, les ptentiels mbilisables nt dnc été évalués cnduisant ainsi au scénari de dévelppement des énergies renuvelables, aux échéances 2020 et 2050 (les bjectifs chiffrés ciaprès ne prennent pas en cmpte la fractin nn renuvelable des déchets (UIOM)). Objectifs à 2020 A 2020, les bjectifs en termes d énergies renuvelables abutissent à un prductible d un peu plus de GWhef, sit près de GWh supplémentaires par rapprt à la situatin de 2009 ( GWhef), sit une multiplicatin de la prductin renuvelable par 1,9. Cnsidérant les effrts d efficacité énergétique, cet bjectif glbal permet de cuvrir 11% de la cnsmmatin réginale par des énergies renuvelables. 101 Exemple en Autriche, vir l étude «Bnnes pratiques d améliratin de la qualité de l air dans les grandes métrples eurpéennes et mndiales» du Cnseil réginal, dispnible sur le site Schéma Réginal du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France 180

20 Pur mémire, l bjectif natinal de prter la part des énergies renuvelables à 23 % de la cnsmmatin finale d énergie à l hrizn 2020 équivaudrait à atteindre un prductible renuvelable de GWhef/an en régin, sit une prductin supplémentaire de GWhef/an par rapprt à la prductin de 2009 ( GWhef/an), sit encre une multiplicatin par 3,9 de la prductin actuelle. Il est à nter que la chaleur dit cntribuer pur mitié à l atteinte de l bjectif natinal de 23 % des énergies renuvelables. Les bjectifs fixés pur la régin (11%) n atteignent dnc pas l bjectif natinal. Ces bjectifs restent tutefis particulièrement ambitieux pur chaque filière au vu des caractéristiques du territire francilien (ressurces naturelles plus faibles que dans d autres régins). Le scénari d bjectifs à 2020 est illustré à travers le graphique suivant : Figure 52 - Évlutin de la prductin d'énergie renuvelable suivant le scénari "3X20" (Surce Energies Demain) Géthermie UIOM - Chaleur (fractin renuvelable) Prductin sur réseau de chaleur Bimasse Pmpe à chaleur (prductin sur réseaux de frid) Pmpe à chaleur (chauffage et climatisatin) Bimasse dmestique individuelle Slaire Thermique Prductin de chaleur intégrée au bâtiment Bimasse cllective hrs réseaux Bigaz Elien Slaire Phtvltaïque Prductin d'électricitéet de bigaz UIOM - Elec (fractin renuvelable) Hydraulique Bimasse Cultures énergétiques Chaleur industrielle Agrcarburants GWhef/an Référence 2009 "Objectif 3x20" 2020 Objectifs sur la prductin renuvelable distribuée par les réseaux de chaleur Les bjectifs pératinnels suivants snt fixés pur l hrizn 2020 : Multiplicatin par 1,4 du nmbre de raccrdements à des réseaux de chaleur ce qui crrespnd à une augmentatin de près de équivalents lgements. Cnsidérant les imprtants effrts attendus par ailleurs sur l améliratin de l efficacité énergétique des bâtiments existants, ceci devrait se traduire par une augmentatin de la demande de chaleur limitée à 11% pur les bâtiments. 51 % de la chaleur distribuée par les réseaux de chaleur prduite à partir d énergies renuvelables et de récupératin (cntre 29 % aujurd hui) permettant une réductin des émissins de gaz à effet de serre de teqco2/an Schéma Réginal du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France 181

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives Les prix de l électricité en France : évlutins passées et perspectives A l heure ù la Cmmissin Eurpéenne vient de publier un rapprt cmplet sur les prix de l énergie en Eurpe, présentant leur évlutin sur

Plus en détail

Développement Durable et Énergies Renouvelables

Développement Durable et Énergies Renouvelables Dévelppement Durable et Énergies Renuvelables Vus êtes artisan, cmmerçant, prfessin libérale, rganisme de lgements sciaux, cllectivité lcale, assciatin, entreprise, agriculteur, prpriétaire de lcaux prfessinnels

Plus en détail

AXE 3 : Agir pour l environnement et le développement durable de la région. Action 1 : Développement des énergies renouvelables

AXE 3 : Agir pour l environnement et le développement durable de la région. Action 1 : Développement des énergies renouvelables PREFET DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE AXE 3 : Agir pur l envirnnement et le dévelppement durable de la régin Actin 1 : Dévelppement des énergies renuvelables Thèmes priritaires (earmarking): 40 - Energies

Plus en détail

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires)

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires) Le dispsitif de qualificatin OPQIBI pur les audits énergétiques (réglementaires) (01/12/14) 1. Rappel du cntexte réglementaire Depuis le 1 er juillet 2014, cnfrmément à la Li n 2013-619 du 16 juillet 2013

Plus en détail

OO : Développer le secteur de la transformation alimentaire durable

OO : Développer le secteur de la transformation alimentaire durable Enjeux OO : Dévelpper le secteur de la transfrmatin alimentaire Envirnnementaux - Prpser des aliments s transfrmés aux cnsmmateurs : augmenter l ffre pur diminuer l impact envirnnemental de la cnsmmatin

Plus en détail

Coalition énergie et construction durable

Coalition énergie et construction durable RÉALISATION D UN CONCEPT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DANS UN CADRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POUR LE BÂTIMENT DE MOISSON MONTRÉAL CONCEPT PRÉPARÉ PAR L ENSEMBLE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DU COMITÉ EXPERTS

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

Appel à projets régional. «100 rénovations de logements basse énergie 2009 2010» MODALITES

Appel à projets régional. «100 rénovations de logements basse énergie 2009 2010» MODALITES 1/ Cntexte et bjectif Appel à prjets réginal «100 rénvatins de lgements basse énergie 2009 2010» MODALITES En matière de lgement, le gisement d écnmies d énergies étant principalement dans l habitat existant,

Plus en détail

Cabinet LUTZ. Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY. La Chaufferie

Cabinet LUTZ. Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY. La Chaufferie Cabinet LUTZ Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY La Chaufferie La résidence de Lattre de Tassigny 200 lgements «haut de gamme» cnstruits en 1972 Une cnversin fiul / gaz en 1987 Depuis une demande de cnfrt

Plus en détail

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste Prgramme Eau, Climat et Dévelppement pur l'afrique Termes de référence pur le recrutement d un Expert Sci/agr-écnmiste Dans le cadre de l élabratin de l étude sur l intégratin des impacts du changement

Plus en détail

1 M-02 Le matériel de transport

1 M-02 Le matériel de transport 1 Objectif Ce qu il faut retenir Cette fiche décrit les cntraintes qui prtent sur le matériel rulant pur les transprts, qu il s agisse des véhicules prpres aux établissements u des véhicules utilisés par

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES INTERREG ----- OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES PROJETS DE DEVELOPPEMENT TERRITORIAL ----- Dépôt début Mars 2013 Validatin Sept 2013 DECEMBRE 2012 1 LE CONTEXTE GENERAL Les entreprises de l Ecnmie

Plus en détail

Déroulement de la certification énergétique PEB de votre bâtiment

Déroulement de la certification énergétique PEB de votre bâtiment Dérulement de la certificatin énergétique PEB de vtre bâtiment La certificatin énergétique de vtre habitatin se dérulera en 2 étapes : visite de vtre habitatin et relevé de ses caractéristiques ensuite,

Plus en détail

CHOISIR LE MEILLEUR MODE DE PRODUCTION DE CHALEUR

CHOISIR LE MEILLEUR MODE DE PRODUCTION DE CHALEUR - - CHOISIR LE MEILLEUR MODE DE PRODUCTION DE CHALEUR Chisir un mde de prductin de chaleur cmbinant un bn rendement énergétique et un faible impact envirnnemental. PRINCIPES DEMARCHE Avec la qualité de

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique?

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique? ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service infrmatique u service technique? Lrs de la mise en place d un système d infrmatin gégraphique, une questin se pse suvent

Plus en détail

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS Cnsultatin : Sutien à la réalisatin du plan de cmmunicatin du Pôle PASS Page 1 1 > INTRODUCTION 1.1 > PRESENTATION DES ACTEURS Le Pôle de cmpétitivité Parfums Arômes Senteurs Saveurs (PASS) représente

Plus en détail

1 er Concours Créateurs/jeunes entreprises. Dossier de Presse. Pépinière d entreprises de Cœur d Estuaire

1 er Concours Créateurs/jeunes entreprises. Dossier de Presse. Pépinière d entreprises de Cœur d Estuaire Pépinière d entreprises de Cœur d Estuaire 1 er Cncurs Créateurs/jeunes entreprises Dssier de Presse A l ccasin du premier anniversaire de la Pépinière d entreprises de Cœur d Estuaire, la Cmmunauté de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX CAHIER DES CHARGES OBJET : PRESTATION DE CONSEIL EN ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE DANS LE CADRE DE LA RECONFIGURATION DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE L HOPITAL FOCH I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

Plus en détail

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Recmmandatins de la Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain au guvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Juillet 2015 1 Préambule La Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain (la Chambre) cmpte

Plus en détail

APPEL A PROJETS PHOTOVOLTAÏQUES INNOVANTS REGIONAL ANNEE 2010

APPEL A PROJETS PHOTOVOLTAÏQUES INNOVANTS REGIONAL ANNEE 2010 APPEL A PROJETS PHOTOVOLTAÏQUES INNOVANTS REGIONAL ANNEE 2010 L appel à prjets «Bâtiments Basse Cnsmmatin» 2010 est financé dans le cadre du cntrat de prjets Etat-Régin 2007-2013, en partenariat avec les

Plus en détail

Chap I : Economie d'entreprises

Chap I : Economie d'entreprises Chap I : Ecnmie d'entreprises Au sens large, le terme entreprise s'utilise pur des prjets uniques mais d'apparence risquée u difficile (par exemple, un grand vyage u une recherche scientifique), car il

Plus en détail

Marché public de prestations intellectuelles ETUDE PRELIMINAIRE DANS LE CADRE DE LA CONSTRUCTION D UNE DECHETERIE A PLAISANCE DU TOUCH (31)

Marché public de prestations intellectuelles ETUDE PRELIMINAIRE DANS LE CADRE DE LA CONSTRUCTION D UNE DECHETERIE A PLAISANCE DU TOUCH (31) Syndicat Mixte DECOSET 6 bis avenue des Pyrénées BP 39 31242 L Unin Cedex Tel : 05.62.89.03.41 Fax : 05.62.89.03.40 Curriel : cntact@decset.fr Marché public de prestatins intellectuelles ETUDE PRELIMINAIRE

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville «quartiers, engageons le changement»

Réforme de la politique de la ville «quartiers, engageons le changement» Réfrme de la plitique de la ville «quartiers, engagens le changement» Prpsitins pur une plitique glbale et ambitieuse de slidarité territriale - Janvier 2013 - Page 1 Analyse cntextuelle C est dans les

Plus en détail

Solutions de pilotage énergétique pour les bâtiments d activité professionnelle

Solutions de pilotage énergétique pour les bâtiments d activité professionnelle Slutins de piltage énergétique pur les bâtiments d activité prfessinnelle Efficiency Builder CONFIDENTIEL - Prpriété de Bnext Energy BNEXT ENERGY: HISTORIQUE ET CHIFFRES CLÉS Entrée à l incubateur Midi

Plus en détail

Stratégie Régionale d Innovation et de Spécialisation Intelligente. Compte-rendu du séminaire «Spécialisation Intelligente» n 1 : Mobilité

Stratégie Régionale d Innovation et de Spécialisation Intelligente. Compte-rendu du séminaire «Spécialisation Intelligente» n 1 : Mobilité Stratégie Réginale d Innvatin et de Spécialisatin Intelligente Cmpte-rendu du séminaire «Spécialisatin Intelligente» n 1 : Mbilité Etabli par : Christine Picard (2D2E), Philippe Furnand (Algé), Laure Piquemal

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES "COOPÉRATIVES CITOYENNES"

RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES COOPÉRATIVES CITOYENNES RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES "COOPÉRATIVES CITOYENNES" L'Agence pur l'entreprise et l'innvatin (AEI) met en œuvre un nuveau dispsitif de sutien aux prjets de cpératives cityennes. Dès septembre

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Directin générale de l ffre de sins Sus-directin de la régulatin de l ffre de sins Bureau du premier recurs (R2) Jcelyn Vidn-Buthin Tél. 01 40 56 64 86 jcelyn.vidn-buthin@sante.guv.fr

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

Cahier des charges Etude de pré-faisabilité d un projet de méthanisation dans le secteur du Pays Marennes Oléron

Cahier des charges Etude de pré-faisabilité d un projet de méthanisation dans le secteur du Pays Marennes Oléron Cahier des charges Etude de pré-faisabilité d un prjet de méthanisatin dans le secteur du Pays Marennes Olérn A. Cntexte B. Objectifs de l étude C. Analyse des gisements (tranche ferme) a. Déterminatin

Plus en détail

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel Terrain de jeu Analgie au sprt prfessinnel USO : US Oynnax Rugby : management dans le sprt Le 9 décembre 2009, Olivier Nier, entraîneur de l USO, Pr D2 de rugby, réalisait dans le cadre d une cnférence

Plus en détail

Directive relative au concept énergétique de bâtiment

Directive relative au concept énergétique de bâtiment REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'aménagement, du lgement et de l'énergie Office cantnal de l'énergie Versin n 1 Validée le 5 aût 2010; màj 2014 Directive relative au cncept énergétique de

Plus en détail

Consultation des acteurs socio-économiques de l Estrie Sherbrooke 11 novembre - 13 h 30 à 16 h 30 Magog 17 novembre - 19 h à 21 h Lac-Mégantic 24

Consultation des acteurs socio-économiques de l Estrie Sherbrooke 11 novembre - 13 h 30 à 16 h 30 Magog 17 novembre - 19 h à 21 h Lac-Mégantic 24 Cnsultatin des acteurs sci-écnmiques de l Estrie Sherbrke 11 nvembre - 13 h 30 à 16 h 30 Magg 17 nvembre - 19 h à 21 h Lac-Mégantic 24 nvembre - 13 h 30 à 16 h 30 Cahier du participant Autmne 2010 Hraire

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Infrmatique Business & High Technlgy Chapitre 7 : Supply Chain Management (SCM) Smmaire Intrductin... 1 Finalités de SCM... 1 Les

Plus en détail

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale Chap 10 : L évaluatin et la valrisatin du ptentiel de l équipe cmmerciale I. L évaluatin du ptentiel de l équipe A. Les enjeux de l évaluatin Les enjeux : Pur l évaluateur : Faire le bilan de l année :

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request For Information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request For Information) DOD-CENTER RFI Demande d infrmatin ESOP Réf. : RFI_ESOP_DemandeInfrmatin.dcx Page 1/6 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request Fr Infrmatin) RFI20120001 SOMMAIRE 1. OBJET DE LA DEMANDE D INFORMATION... 3 1.1.

Plus en détail

Energie et bâtiments (3)

Energie et bâtiments (3) Energie et bâtiments (3) L islatin des paris une rentabilité surprenante! Dans le précédent article des NUG (le dernier numér mis à part puisque exceptinnellement cnsacré à un sujet d actualité le certificat

Plus en détail

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1 DSP cmpétences prfessinnelles régin NPC Grupe de travail n 1 Identificatin des mdalités de mise en œuvre pératinnelle par les pérateurs futurs délégataires Questin : Eléments de répnse Exemples : 2 Faciliter

Plus en détail

Fiche action N 7 : Le logement des personnes défavorisées

Fiche action N 7 : Le logement des personnes défavorisées Prgramme lcal de l habitat de la Cmmunauté de Cmmunes des Pays de Rhône et Ouvèze Fiche actin N 7 : Le lgement des persnnes défavrisées ENJEUX - Fluidifier les parcurs résidentiels des persnnes défavrisées

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer Maisn pur l Autnmie et l Intégratin des malades d Alzheimer «L enjeu est de mettre fin au désarri des familles qui ne savent à qui s adresser et qui snt perdues dans de nmbreux dispsitifs mal articulés

Plus en détail

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu La FDA ffre cette traductin à titre de service pur l audience internatinale. Nus espérns que cette traductin vus sera utile. En dépit des effrts furnis par l Administratin pur que la traductin sit la plus

Plus en détail

Enquête Sectorielle 2010 ANALYSE DU PRET INDIVIDUEL ET DE L ENDETTEMENT CROISE

Enquête Sectorielle 2010 ANALYSE DU PRET INDIVIDUEL ET DE L ENDETTEMENT CROISE Enquête Sectrielle 2010 ANALYSE DU PRET INDIVIDUEL ET DE L ENDETTEMENT CROISE Janvier 2011 SOMMAIRE SYNTHESE... 3 METHODOLOGIE... 4 A. SITUATION DU SECTEUR DE LA MICROFINANCE A L INTERNATIONAL... 5 B.

Plus en détail

Retour à la rentabilité opérationnelle et résultat net de 4,4 M

Retour à la rentabilité opérationnelle et résultat net de 4,4 M Retur à la rentabilité pératinnelle et résultat net de 4,4 M 28-02-2007 Retur à la rentabilité pératinnelle et résultat net de 4,4 M Chiffre d affaires : 36,3 M en hausse de 71% Résultat net de 12% du

Plus en détail

LA FONCTION ET SON CONTEXTE

LA FONCTION ET SON CONTEXTE Prfil de fnctin : Analyste-prgrammeur LA FONCTION ET SON CONTEXTE Intitulé de la fnctin Analyste-prgrammeur Grade : analyste-prgrammeur Rang : 100/4i Département auquel se rattache la fnctin : Dévelppement

Plus en détail

INC Retraite 6 mai 2015. Actualités des Missions Réseau Déléguées

INC Retraite 6 mai 2015. Actualités des Missions Réseau Déléguées INC Retraite 6 mai 2015 Actualités des Missins Réseau Déléguées Enjeux: Les missins réseau déléguées : un nuveau levier pur ptimiser Amélirer la maîtrise des acticités Maintenir la cntinuité de service,

Plus en détail

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB)

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB) Charte de l Assciatin Suisse de Prtage des Bébés (ASPB) 1. Rôle et missin L ASPB est une assciatin à but nn lucratif et indépendante de tutes marques,qui suhaite prmuvir un prtage respectueux du dévelppement

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education 1 MINISTERE DE L EDUCATION Institut Natinal des Sciences de l Educatin Prjet de cpératin relatif au dévelppement des stratégies visant à réduire le taux d échecs et d abandns dans l enseignement de base

Plus en détail

COMPLEXE AQUATIQUE COUVERT

COMPLEXE AQUATIQUE COUVERT COMPLEXE AQUATIQUE COUVERT VISITE DE PRESSE MARDI 15 OCTOBRE 2013 15H00 Grand Cahrs - 72, rue Wilsn, 46000 Cahrs - www.grandcahrs.fr Service Cmmunicatin - tel : + 33 (0)5 65 20 89 07 - fax : +33 (0)5 65

Plus en détail

POLITIQUE DE REMUNERATION

POLITIQUE DE REMUNERATION ASSET MANAGEMENT POLITIQUE DE REMUNERATION (UCITS ET AIF) INTRODUCTION En applicatin avec les textes suivants : En tant que sciété de gestin de fnds UCITS Règlement CSSF 10-4 prtant transpsitin de la directive

Plus en détail

Locallife Leader de l édition d annuaires locaux en ligne, Présent en France depuis octobre 2008

Locallife Leader de l édition d annuaires locaux en ligne, Présent en France depuis octobre 2008 Paris, Nvembre 2008 Lcallife Leader de l éditin d annuaires lcaux en ligne, Présent en France depuis ctbre 2008 Dssier de Presse Lcallife en bref La recherche d infrmatins lcales et le référencement naturel

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Cnseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 Vaccin pneumcccique cnjugué Un nuveau vaccin pneumcccique cnjugué (Prevenar 13 ), cmpsé

Plus en détail

BUSINESS RISK MANAGEMENT

BUSINESS RISK MANAGEMENT BUSINESS RISK MANAGEMENT Démarche générale Méthde FEDICT Quick-Win Date Auteur Versin 24/8/26 A. Huet - A. Staquet V1. Table des matières 1 OBJECTIF DU DOCUMENT...2 2 DÉFINITIONS...2 3 PRINCIPE... 3 4

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER LA CONTRIBUTION DES PETITS ENTREPRENEURS PRIVÉS POUR AMÉLIORER L ACCÈS À L ASSAINISSEMENT DANS LES VILLES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT

COMMENT OPTIMISER LA CONTRIBUTION DES PETITS ENTREPRENEURS PRIVÉS POUR AMÉLIORER L ACCÈS À L ASSAINISSEMENT DANS LES VILLES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT COMMENT OPTIMISER LA CONTRIBUTION DES PETITS ENTREPRENEURS PRIVÉS POUR AMÉLIORER L ACCÈS À L ASSAINISSEMENT DANS LES VILLES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT 1 au 3 février 2012 Tchnda Tetuehaki Chargé des bues

Plus en détail

Dossier de Presse. 1 ier guide Interactif pour créateurs et entrepreneurs

Dossier de Presse. 1 ier guide Interactif pour créateurs et entrepreneurs Dssier de Presse 1 ier guide Interactif pur créateurs et entrepreneurs «Une applicatin innvante accmpagnée par les leaders du marché» www.e-parcurs.fr (Micrsft, Gan Assurances, Cegid, Accr Services France,

Plus en détail

Demande d Information : Solution de messagerie et outils collaboratifs pour l État

Demande d Information : Solution de messagerie et outils collaboratifs pour l État La Directin Interministérielle des Systèmes d Infrmatin et de Cmmunicatin en cllabratin avec le Service des Achats de l État Demande d Infrmatin : Slutin de messagerie et utils cllabratifs pur l État 1

Plus en détail

CHOISIR UN MODE DE VENTILATION ENERGETIQUEMENT EFFICACE

CHOISIR UN MODE DE VENTILATION ENERGETIQUEMENT EFFICACE - - PRINCIPES CONTEXTE CHOISIR UN MODE DE VENTILATION ENERGETIQUEMENT EFFICACE Assurer la qualité de l air au mindre cût énergétique. Pur assurer la qualité de l air, il est nécessaire de mettre en place

Plus en détail

DETERMINATION DU COUTS DES OPERATIONS DE ETUDE TECHNICO ECONOMIQUE MEMOIRE RESTITUTIF AGENCE DE L EAU RHONE MEDITERRANEE ET CORSE TRANSFERT D EAU

DETERMINATION DU COUTS DES OPERATIONS DE ETUDE TECHNICO ECONOMIQUE MEMOIRE RESTITUTIF AGENCE DE L EAU RHONE MEDITERRANEE ET CORSE TRANSFERT D EAU AGENCE DE L EAU RHONE MEDITERRANEE ET CORSE DETERMINATION DU COUTS DES OPERATIONS DE TRANSFERT D EAU ETUDE TECHNICO ECONOMIQUE MEMOIRE RESTITUTIF N Affaire 415 1486 Etabli par Vérifié par Date Nvembre

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

Avenir des GAEC Agrément et transparence

Avenir des GAEC Agrément et transparence Analyse/résumé Janvier 2015 PAC 2014-2020 Avenir des GAEC Agrément et transparence Pôle réginal Écnmie & Prspective La France a btenu dans la négciatin cmmunautaire sur la PAC de faire inscrire juridiquement

Plus en détail

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004 Nte de transitin - Impact du passage aux nuvelles nrmes cmptables sur le bilan cnslidé au 1er janvier 2004 Cette nte a pur bjectif d expliquer les effets de la transitin des nrmes cmptables belges aux

Plus en détail

Le Programme local de prévention des déchets de Paris

Le Programme local de prévention des déchets de Paris Directin de la Prpreté et de l Eau Le Prgramme lcal de préventin des déchets de Paris La crissance démgraphique, l évlutin des mdes de vie et des habitudes de cnsmmatin nt une incidence frte sur l augmentatin

Plus en détail

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse Fiche prgramme Bureau Aquitaine Eurpe Le prgramme Jeunesse en actin 2007 2013 Jeunesse Le prgramme eurpéen Jeunesse en Actin sutient des prjets à but nn lucratif à l intentin de jeunes âgés de 15 à 28

Plus en détail

Dossier de presse Jeudi 4 juin 2009. Qualigaz s ouvre aux énergies renouvelables dans un secteur en pleine croissance 2

Dossier de presse Jeudi 4 juin 2009. Qualigaz s ouvre aux énergies renouvelables dans un secteur en pleine croissance 2 Qualigaz s uvre aux énergies renuvelables et lance Evnia une nuvelle ffre de diagnstic et de frmatin multi-énergies et d évaluatin de l efficacité énergétique Dssier de presse Jeudi 4 juin 2009 Smmaire

Plus en détail

Ville de Bordeaux. Prix de l Innovation Associative. Règlement de participation

Ville de Bordeaux. Prix de l Innovation Associative. Règlement de participation Ville de Brdeaux Prix de l Innvatin Assciative Règlement de participatin Article 1 : Cnditins d admissin Peuvent faire acte de candidature les assciatins dmiciliées à Brdeaux u tut autre assciatin dnt

Plus en détail

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS Rapprt Final préparé par le Cmité Technique de Revue des Titres et Cnventins Miniers de la République de Guinée cncernant la cnstructin et l'explitatin

Plus en détail

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital Résumé du mdule 6 : Cût et structure du capital Ce mdule explique tut d abrd cmment une sciété établit sn cût du capital. Vus apprenez cmment calculer la pndératin des cmpsantes et les cûts du capital

Plus en détail

KDJHU HQHUJ\ manuel de l'xwlolvdteur tebis

KDJHU HQHUJ\ manuel de l'xwlolvdteur tebis manuel de l' teur tebis SOMMAIRE SOMMAIRE Page 1. PRESENTATION GENERALE DU SITE HAGER-ENERGY... 2 2. CONNEXION AU SITE... 3 3.... 4 3.1 COMPTE... 4 3.2 PAGE D ACCUEIL... 5 3.3 APPAREILS... 5 3.4 MON LOGEMENT...

Plus en détail

Raccordement au réseau d assainissement collectif de la CAVAM

Raccordement au réseau d assainissement collectif de la CAVAM REGLEMENT COMMUNAUTAIRE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF Raccrdement au réseau d assainissement cllectif de la CAVAM Mdalités administratives de raccrdement et instructins techniques Définitin

Plus en détail

Règlementation Thermique des Bâtiments Neufs 1 2

Règlementation Thermique des Bâtiments Neufs 1 2 Fiche d applicatin : Systèmes saisnniers de prductin d eau chaude sanitaire Date Mdificatin Versin 1 er mars 2013 Versin initiale 1 1/7 Préambule Cette fiche d applicatin présente la méthde de prise en

Plus en détail

GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS. Préparation aux examens de l AMF. Pour : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES

GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS. Préparation aux examens de l AMF. Pour : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS Préparatin aux examens de l AMF Pur : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES Prfesseur : Jacques Bélanger 04-2012 TABLE DES MATIÈRES I.

Plus en détail

Comment s impliquer dans un projet éolien?

Comment s impliquer dans un projet éolien? Cmment s impliquer dans un prjet élien? Implicatin lcale dans l'élien - Attert 1 élien participatif : implicatin des cityens Cmment s impliquer? S infrmer : Le plus en amnt pssible RIP, enquête publique,

Plus en détail

Banque commerciale et Assurance Olivier Klein Directeur général Banque commerciale et Assurance, membre du directoire

Banque commerciale et Assurance Olivier Klein Directeur général Banque commerciale et Assurance, membre du directoire 17 juin 2011 Jurnée Investisseurs Crédit Banque cmmerciale et Assurance Olivier Klein Directeur général Banque cmmerciale et Assurance, membre du directire Avertissement Cette présentatin peut cmprter

Plus en détail

SUJET NATIONAL POUR L ENSEMBLE DES CENTRES DE GESTION ORGANISATEURS EXAMEN PROFESSIONNEL D INGENIEUR TERRITORIAL SESSION 2011

SUJET NATIONAL POUR L ENSEMBLE DES CENTRES DE GESTION ORGANISATEURS EXAMEN PROFESSIONNEL D INGENIEUR TERRITORIAL SESSION 2011 SUJET NATIONAL POUR L ENSEMBLE DES CENTRES DE GESTION ORGANISATEURS EXAMEN PROFESSIONNEL D INGENIEUR TERRITORIAL SESSION 2011 SPECIALITE : INGENIERIE, GESTION TECHNIQUE ET ARCHITECTURE OPTION : CONSTRUCTION

Plus en détail

Vers une agriculture durable au niveau de la planète Pratiques alimentaires collectives et perspectives globales

Vers une agriculture durable au niveau de la planète Pratiques alimentaires collectives et perspectives globales Prpsitin Référentiel 1 e ESL : Nurrir l humanité Objectif : Scénarii prpsés (quelques exemples) 1 Purqui l hmme n est-il plus un chasseurcueilleur? Arguments : Ntins scientifiques SVT : BO et référentiel

Plus en détail

DIRECTION DES PROJETS ET DE L ACCOMPAGNEMENT AU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES JuiLLET 2015 TITRE DE L ACTION :

DIRECTION DES PROJETS ET DE L ACCOMPAGNEMENT AU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES JuiLLET 2015 TITRE DE L ACTION : PROJET DE GESTION LOCATIVE de bureaux a usage prfessinnel DE LA MAISON DE L ENTREPRISE DIRECTION DES PROJETS ET DE L ACCOMPAGNEMENT AU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES JuiLLET 2015 TITRE DE L ACTION : «EXPLOITATION

Plus en détail

Années de mise en œuvre : 2011 et 2012 Budget prévu : 250 000 $CAN en 2011 320 000 $CAN en 2012

Années de mise en œuvre : 2011 et 2012 Budget prévu : 250 000 $CAN en 2011 320 000 $CAN en 2012 Surces et stckage de carbne dans les écsystèmes : infrmatins nécessaires en vue de quantifier et de gérer les réductins d émissins de gaz à effet de serre Années de mise en œuvre : 2011 et 2012 Budget

Plus en détail

DU E-COMMERCE ET DE LA DISTRIBUTION MULTICANAL AU ROYAUME-UNI

DU E-COMMERCE ET DE LA DISTRIBUTION MULTICANAL AU ROYAUME-UNI AIGUISEZ VOTRE APPROCHE DU E-COMMERCE ET DE LA DISTRIBUTION MULTICANAL AU Vus êtes: ROYAUME-UNI A LONDRES LE JEUDI 3 DECEMBRE 2009 - Distributeur - E-cmmerçant - Respnsable e-cmmerce - Respnsable d agence

Plus en détail

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015 Vente de Capacités de Stckage de gaz Prduit & Quantité Prpsée SEDIANE NORD 120 90 JUIN 2015 1 TWh sur le Grupement Sediane Nrd. Type de prduit Capacité Nminale de Stckage : vlume dnnant drit à des capacités

Plus en détail

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Information financière au 31 mars 2015

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Information financière au 31 mars 2015 COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Infrmatin financière au 31 mars 2015 INFORMATION PRESSE Clermnt-Ferrand, le 22 avril 2015 Au 1 er trimestre 2015, Michelin affiche des ventes nettes de 5

Plus en détail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail Sécurisatin de l empli Dcument de travail pur la 2 ème séance de négciatin du 12 ctbre Lutter cntre la précarité sur le marché du travail Il existe déjà beaucup de flexibilité en France, et à côté des

Plus en détail

Auto-saisine. La maîtrise foncière Avis du Conseil de Développement de Saint-Etienne Métropole. Version 2.0

Auto-saisine. La maîtrise foncière Avis du Conseil de Développement de Saint-Etienne Métropole. Version 2.0 Cnseil de Dévelppement Aut-saisine La maîtrise fncière Avis du Cnseil de Dévelppement de Saint-Etienne Métrple Versin 2.0 Rapprteurs : Marc Bnneville et Jérôme Tardy Assemblée Générale du 5 mai 2009 1

Plus en détail

I - P R E A M B U L E

I - P R E A M B U L E I - P R E A M B U L E La SIDI a achevé, fin 2008, la mise en œuvre de sn plan triennal 2006/2008, dans le cadre duquel elle s était fixée cmme prirités de cibler le mnde rural, en particulier sur le cntinent

Plus en détail

CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES. Exposés des principes liés aux participations et aux contrôles des sociétés, Exercices corrigés, Synthèse.

CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES. Exposés des principes liés aux participations et aux contrôles des sociétés, Exercices corrigés, Synthèse. CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES Objectif(s) : Présentatin des principes écnmiques et juridiques relatifs à la cnslidatin des cmptes dans les grupes de sciétés, Ntins : périmètre de cnslidatin, purcentage

Plus en détail

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des rganismes de frmatin assurant la frmatin préparatire à l habilitatin électrique Le présent dcument a été rédigé par une cmmissin inter-ctr et appruvé par les

Plus en détail

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise Le franchisage et la Banque Sctia S investir dans une franchise : le guide de la Banque Sctia pur le chix d une franchise Cnsciente de l imprtante cntributin des entreprises franchisées à la vie écnmique,

Plus en détail

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d rdre actuariel Jurnées d études du SACEI et de l IA Deauville, jeudi 20 septembre 2012 Nrbert Gautrn ngautrn@galea-asscies.eu Smmaire 1.

Plus en détail

LES PROVISIONS TABLE DES MATIERES

LES PROVISIONS TABLE DES MATIERES LES PROVISIONS Objectif(s) : Pré-requis : Mdalités : Distinctin et classificatin des différentes prvisins, Objectif des prvisins pur risques et charges, Caractéristiques et traitements cmptables. Classificatin

Plus en détail

Centre de santé René-Laborie Audiens

Centre de santé René-Laborie Audiens Centre de santé René-Labrie Audiens CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre d un nuveau cncept Cahier des charges : Mise en œuvre d un nuveau cncept Smmaire 1 Cntexte 3 2 Descriptin de l existant 3 Descriptin

Plus en détail

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte Evaluatin d impact: Passer des prmesses à l acte Fnds Natinal pur la Prmtin de la Jeunesse (FNPJ) au Senegal Le cas des Tut Petits Credits (TPC) Cheikh Diaw, Aminata Diuf, Drew Gardiner, Antine Legrand,

Plus en détail

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services Cnventin de Services Applicatins Managées Qualité de service Business Tgether with Micrsft Online Services La présente annexe spécifie les engagements de qualité de service applicables au service «Business

Plus en détail

Extensions du système

Extensions du système Extensins du système Les cmptes trimestriels L'un des principaux incnvénients des cmptes annuels est de ne pas permettre le suivi de la cnjncture. En effet, ils ne dnnent aucune indicatin sur l'évlutin

Plus en détail

APPEL A PROJETS. «Soutien aux structures d aide à la maturation de projets innovants en vue de la création d entreprises»

APPEL A PROJETS. «Soutien aux structures d aide à la maturation de projets innovants en vue de la création d entreprises» APPEL A PROJETS «Sutien aux structures d aide à la maturatin de prjets innvants en vue de la créatin d entreprises» Date d uverture : 7 mars 2014 Date limite de dépôt : 12 mai 2014 16h00 Validatin des

Plus en détail

FOCUS : LES SYSTÈMES D INFORMATION

FOCUS : LES SYSTÈMES D INFORMATION Une autre apprche pur un enjeu stratégique Les systèmes d infrmatin, qui innervent l entreprise et qui impactent de manière sensible sn fnctinnement, cnstituent encre suvent un dmaine «réservé aux experts»,

Plus en détail