Le cancer du poumon 2/18/2015. Radio-oncologue CSSS Gatineau. Stéphanie Ferland B.pharm, MD, MSc, FRCPC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le cancer du poumon 2/18/2015. Radio-oncologue CSSS Gatineau. Stéphanie Ferland B.pharm, MD, MSc, FRCPC"

Transcription

1 Objectifs Le cancer du poumon Stéphanie Ferland B.pharm, MD, MSc, FRCPC Radio-oncologue CSSS Gatineau Décrire le rôle de la thérapie générale en ce qui concerne les traitements néoadjuvants, adjuvants et palliatifs. Décrire les facteurs de risque associés au cancer du poumon. Décrire le tableau clinique du cancer du poumon. Décrire les étapes à suivre pour poser un diagnostic de cancer du poumon. Décrire la classification d après le type histologique du cancer du poumon. Expliquer le classement des stades du cancer du poumon. Exposer les grandes lignes de la prise de décisions en matière de traitement pour les patients atteints du cancer du poumon. Nommer les principales catégories de thérapies générales utilisées en cas de cancer du poumon et donner un exemple de chaque catégorie. Comprendre l importance de l approche multidisciplinaire dans les soins aux personnes atteintes du cancer du poumon. Mme Latour, 65 ans, se présente à votre cabinet pour une toux sèche et persistante depuis un mois avec une légère dyspnée. Elle vous rappelle fièrement qu elle a cessé de fumer il y a 20 ans. Cependant, elle s inquiète, car elle a remarqué la semaine dernière, un filet de sang dans ses expectorations. Incidence du cancer chez l homme au Canada en 2007 Mortalité chez l homme Incidence chez la femme au Canada en

2 Mortalité chez la femme Mortalité chez l homme Mortalité chez la femme Selon les estimations de 2007 au Canada: 1 homme sur 11 sera atteint d un cancer du poumon au cours de sa vie et 1 sur 13 en mourra 1 femme sur 15 sera atteinte d un cancer du poumon au cours de sa vie et 1 sur 18 en mourra En moyenne chaque jour, 70 Canadiens recevront un diagnostic de cancer du poumon En moyenne chaque jour, 55 Canadiens mourront d un cancer du poumon Facteurs de risque associés au cancer du poumon Facteurs de risque associés au cancer du poumon Tabagisme 85% de tous les cancers du poumon surviennent chez les fumeurs. Le risque augmente avec le nombre de cigarette par jour, le nombre d année de consommation et l âge du début de la consommation. Carcinome épidermoïde et SCLC se retrouvent presque seulement chez les fumeurs. Fumée secondaire (tabagisme passif) Les conjoints ayant un conjoint fumeur = RR de 1,2. Radon Gaz incolore, inodore et sans goût qui provient de la désintégration naturelle de l uranium présente dans le sol et la pierre. Le radon peut s infiltrer dans une maison ou un bâtiment. Amiante Le tabagisme associé à une exposition à l amiante est particulièrement dangereux. Pollution de l air Exposition professionnelle aux substance chimiques carcinogènes Exposition à la radiation Nombre cigarette/jour Risque relatif de décès Non-fumeur 1, , , ,0 >40 20,0 2

3 Facteurs de risque associés au cancer du poumon Tableau clinique Nombre d année d abandon Risque relatif >20 2 Seul une minorité de personnes ne présente pas encore de symptômes au moment du diagnostic. Ost,DE,Yeung SCJ, Tanoue LT et coll. Clinical and organizational factors in the initial evaluation of the patient with lung cancer:diagnosis and management of lung cancer,3 e éd.:american College of Chest Physicians evidence-based clinical practice guidelines. Chest 2013;143 (suppl.5):e121s-e141s. Fréquence des signes et symptômes initiaux du cancer Toux 8%-75% Perte de poids 0%-68% Dyspnée 3%-60% Hémoptysie 6%-35% Douleur thoracique 20%-49% Raucité de la voix 2%-18% Fréquence des signes et symptômes initiaux du cancer Douleur osseuse 6-25% Hippocratisme digital 0-20% Fièvre 0-20% Asthénie 0-10% Obstruction de la veine cave 0-4% Dysphagie 0-2% Tableau clinique - Métastase Tableau clinique - syndromes paranéoplasiques Tête: Céphalées, nausées Convulsion Confusion Os Douleurs osseuses fractures Faiblesse des extrémités (ou symptômes évocateurs de compression médullaire) Hépatalgie Syndromes paranéoplasiques Il s agit de complications d une néoplasie engendrées soit par des substances synthétisées par la tumeur, soit par L existence d auto-anticorps. Unité I Introduction au cancer du poumon S. Ferland 3

4 Tableau clinique - syndromes paranéoplasiques Tableau clinique - syndromes paranéoplasiques Hippocratisme digital (clubbing) Hypercalcémie SIADH (hyponatrémie) Syndrome de Cushing (ACTH) (hyperglycémie/hypokaliémie) Thrombophlébites migratoires Syndromes neurologiques: Eaton Lambert (syndrome myasthénique) Ostéoarthropathie hypertrophique (adénocarcinome) Douleur au niveau des os et des articulations, augmentation Phosphatase alkaline, répond aux AINS, Rx et scintigraphie osseuses sont caractéristiques, redevient normal après le Tx du primaire. Syndrome de la veine cave supérieure Syndrome de Pancoast Définition: syndrome clinique 2 nd compression de la VCS Manifestations d un cancer de la partie supérieure du thorax ou de la partie inférieure du cou (apex) o Douleur à l épaule o Destruction de l arc postérieur de la première (ou des 2 premières côtes) o Atteinte du plexus brachial o Douleur irradiant jusque dans le bras, l avant-bras et la main lié à la compression des racines nerveuses C8-D1 (paresthésies territoire du nerf cubital) Syndrome de Horner : Lié à la compression du système nerveux sympathique o Chute de la paupière supérieure (ptose) o Une constriction de la pupille (myose) o Joue chaude et diminution de la sudation locale (anhidrose ipsilatérale) o Un enfoncement de l œil situé du même côté que la lésion pulmonaire (enophtalmie) Le cas de Mme Latour Cas de Mme Latour À l examen clinique L examen neurologique est négatif Il n y a pas d adénopathie sus-claviculaire Il n y a pas de masse de tissus mous La percussion osseuse est non-douloureuse À l auscultation pulmonaire, il y a une diminution MV à la base D Il n y a pas d hypocratisme digital (clubbing) Le réseau veineux thoracique n est pas dilaté Rx pulmonaire infiltration/opacité au lobe inférieur droit Elle a reçu 10 jours d antibiotiques Rx pulmonaire de contrôle: similaire Quel est l étape subséquente? Unité I Introduction au cancer du poumon S. Ferland Unité I Introduction au cancer du poumon S. Ferland 4

5 Investigations Cas de Mme Latour FSC, biochimie :fonction rénale, hépatique, phosphatase alcaline, LDH, calcémie CT-SCAN thorax-abdomen-pelvien Bronchoscopie avec cytologie (lésion centrale) Biopsie transthoracique à l aiguille (BTTA) si (lésion périphérique) Tests de fonction repiratoire: Patient non-opérable si VEMS <40% ou <1.2L OU DLCO<60% Scintigraphie osseuse (métastase au niveau des os) (si pas de PET-CT) CT-scan tête / IRM PET-CT La bronchoscopie révèle un adénocarcinome peu différencié TTF1+ Une recherche systématique des mutations de EGFR et ALK va être effectuée Le CT-SCAN décrit une lésion de 3.2 cm localisé au LID. Il n y a pas de métastase à distance. Les tests de fonction respiratoire sont normaux Classification selon l histologique du cancer du poumon Cancer du poumon non à petite cellule (NSCLC) (80%) Carcinome épidermoïde (30%) o Localisation centrale Adénocarcinome (40%) o Localisation périphérique o Forte propension aux métastases (cerveau) Le traitement dépend des facteurs suivants: L histologie de la tumeur Le stade TNM o La tumeur est-elle e au poumon? o Des ganglions lymphatiques sont-ils s? Lesquels? o Y a-t-il des tastases? La fonction respiratoire: la respiration est-elle altérée? Dans quelle mesure? L tat cardio-vasculaire et autres comorbidités. L âge et l tat de ral (ECOG). Carcinome indifférencié à grande cellule (10%) o Localisation périphérique o Forte propension aux métastases (cerveau) La classification TNM des tumeurs a plusieurs buts : Prévoir le pronostic. Adapter la thérapeutique à la situation clinique. Comparer les résultats thérapeutiques entre groupes de malades relativement homogènes Carcinome indifférencié à petite cellule (SCLC) Les traitements néoadjuvants, adjuvants et palliatif. l importance de l approche multidisciplinaire Le traitement néoadjuvant: Traitements (chimiothérapie et /ou radiothérapie) donnés avant l opération afin de réduire la tumeur et faciliter l intervention. Le traitement adjuvant: Traitements donnés après l opération afin de diminuer le risque de récidive Le traitement palliatif: Traitement donner pour ralentir la progression de la maladie et remédier aux symptômes. Idéalement, le traitement est toujours planifié de façon multidisciplinaire et ce dès le début du traitement d un cancer. L équipe multidisciplinaire Pneumologue (Dx, opérabilité) Chirurgien thoracique (Staging, résection) Pathologiste Radiologiste (Dx) Radio-oncologue (Traitement) Oncologue médical (Traitement) Soins palliatifs La situation initiale est évaluée par ces experts qui proposeront la meilleure thérapie possible pour un cas particulier. Cette discussion entre les différentes disciplines a permis d'améliorer les résultats thérapeutiques tout en diminuant les séquelles. 5

6 TNM NSCLC 7 e édition TNM NSCLC 7 e édition TNM NSCLC 7 e édition Le cas de Mme Latour Quel est le stade TNM? Quelles sont ses options de traitement? NSCLC Stade I - Traitement NSCLC Stade I - Traitement Ce stade regroupe les cancers T1 (stade Ia) ou T2 (stade Ib),sans adénopathies (N0) ni métastases Traitement essentiellement chirurgical Lobectomie ou pneumonectomie Si patient trop fragile ou refus: Résection cunéiforme (segmentectomie) o Récidive locale (3x) o Mortalité (+30%) Radiothérapie stéréotaxique hypofractionnée (SBRT) (lésion de 4cm) o Exemple:60Gy en 3 fractions o CL 2-3 ans:85%-95% o OS 2-3 ans:55% Radiothérapie à visée curative 3D conforme Approche chirurgicale Tiré du site oncoprof.net 6

7 Cas de Mme Latour NSCLC Stade II - Traitement Modifions un peu le cas de Mme Latour Un PET-scan qui démontre une adénopathie au hile pulmonaire (région 10). Quel est le staging? Quel est le traitement? Ce stade regroupe les cancers T1 N1 M0 (stade 2a) T2 N1 M0 (stade 2b) T3 N0 M0 (rares formes stade 2b) Traitement chirurgical Si patient non-opérable ou refus Radiothérapie-chimiothérapie -per-rt: -DDP 80mg/m2 IV J1,21 -Vinorelbine 15mg/m2 IV J1,8,21,28 -post-rt: -DDP 80mg/m2 IV J1,21 -Vinorelbine 25mg/m2 IV J1,8,21,28 pour 4-6 cycles T3: paroi, diaphragme, péricarde plèvre med, bronch<2cm sauf carene, atelectasie complète, nod satellite même lobe Tiré du site oncoprof.net NSCLC Stade II - Traitement Cas de Mme Latour Chimiothérapie adjuvante Améliore les résultats de la chirurgie Destruction de micrométastases Indiquée dans les stades IB, II T2N0 (>4cm), T1N1, T2N1, T3N0 4 cycles :doublet platine o Cisplatin-navelbine o Carboplatin-taxol Résultats Gain de survie à 5 ans % vs % Inclut des stades IB et II Peu de bénéfice si <4cm Cure grâce à la chimothérapie Modifions le cas de Mme Latour. S il y avait eu suspicion d une atteinte ganglionnaire N2 /3. Guéri par chirurgie 50 % 10% Récidive et décès :40 % Ganglions Ganglions 7

8 Évaluation du médiastin en pré-opératoire Cas de Mme Latour Biopsie endobronchique sous guidage échographique (EBUS) o 7, 2R, 2L, 4R et 4L, 10 Médiastinoscopie En cas de suspicion d atteinte des ganglions, cette technique est pratiquée sous anesthésie générale et permet de visualiser le médiastin. L instrument est introduit par une petite incision pratiquée derrière le sternum o Chamberlain ou (antérieur): 4L, 5, 6, 7 o Cervical :1-4R (rare) Malheureusement, un ganglion médiastinal ipsilatéral est + (N2) Biopsie transoesophagienne sous guidage échographique (EUS) o 7, 5, 8, 9 NSCLC Stade IIIa - Traitement Ce stade regroupe les cancers T1 N2 M0 (non représentés ici) T2 N2 M0, T3 N1 ou N2, M0 Survie médiane survie 5 ans radio seule 6 % Ces formes ne constituent généralement plus une bonne indication opératoire. Quelques cas à opérer. Bénéfice incertain. Controverse T3N1: Chirurgie puis chimiothérapie o Si marge +:retour à la chirurie puis chimio adjuvante o Ou chimiothérapie adjuvante et radiothérapie TxN2: Radio-chimiothérapie 6 semaines de radiothérapie (60-66Gy) Cisplatin-navelbine Cisplatin-étoposide Carboplatin-taxol chimio puis radio séquentielle chimio et radio concom. 14,6 mois 13 % 17 mois % Tiré du site oncoprof.net NSCLC Stade IIIb - Traitement Cas de Mme Latour Ce stade regroupe les cancers T1, T2 ou T3 avec des ganglions N3 et M0 ou encore les T4 tous N mais M0 (non montrés sur ce schéma) Ces formes ne constituent plus une bonne indication opératoire. ECOG 0-1: Radio-chimiothérapie Si ECOG 2: Traitement palliatif. Traitement à visée curative à discuter en équipe Mme Latour revient vous voir en suivi 1 an après la fin de ses traitements. Elle semble confuse et elle a de la difficulté à tenir son crayon de la main droite. Elle a une douleur à l omoplate droite. Elle est encore capable de prendre soin d elle. Que se passe-t-il? Tiré du site oncoprof.net 8

9 NSCLC Stade IV L échelle «Eastern Cooperative Oncology Group (ECOG) performance status scale» est une mesure de fonctionnement général couramment utilisé pour le cancer du poumon. Echelle de statut de performance ECOG (Eastern Cooperative Oncology Group) ECOG 0 Pleinement actif Le patient peut exercer son activité normale sans aucune restriction. 1 Restreint dans les activités physiques fatigantes, mais pouvant exercer une activité sans contraintes physiques importantes - activité domestique légère, bureau, etc. 2 Patient ambulatoire et capable de s'occuper de lui-même pour ses soins personnels, mais incapable d'activité professionnelle ou à la maison. Alité < 50% de la journée. 3 Ne pouvant faire que le minimum pour ses soins personnels. Confiné au lit ou à la chaise plus de 50% de la journée 4 Complètement handicapé dans sa vie, confiné au lit ou à la chaise, nécessitant l'assistance pour sa toilette et ses soins quotidiens. 5 Mort En règle générale, la chimiothérapie, même en mode palliatif, n apporte aucun bienfait quand le patient est incapable de prendre soin de lui ou ne peut rester debout plus de la moitié des heures d éveil. L âge biologique n est pas en soi en facteur pronostique. NSCLC Stade IV Traitement palliatif Implication précoce des soins palliatifs ECOG 0-1 Chimiothérapie palliative Soins de confort ECOG 2 Soins de confort Chimiothérapie si cela peut entraîner une diminution des symptômes ECOG 3-4 Soins de confort Chimiothérapie palliative Taux de réponse de 7 à 42 % Gain de survie médiane : 8 mois vs 6 mois (soins de support seul) Gain de survie 1 an :27 % vs 18 % Amélioration de qualité de vie o Symptomes locaux: Toux, dyspnée, douleur o Symptomes généraux: Fatigue, anorexie 9

10 1 ere ligne Selon la présence de la mutation Si mutation EGFR- Deux agents (un doublet) o Incluant platine (cisplatin ou carboplatin) o Associé à étoposide, navelbine, gemcitabine ou taxol o Exemple: Carbo-gemzar Si mutation EGFR+ ou ALK+, thérapie ciblée d emblée 2 e ligne Selon la première ligne de chimiothérapie ou thérapie ciblée Taxotère md, Pemetrexed (Alimta md) ou Erlotinib Taux de réponse < 20 % Survie médiane: 7.5 mois vs 4.6 mois Survie 1 an : 37 % vs 11 % Les inhibiteurs de EGFR Ils agissent de manière ciblée sur un facteur de croissance bien défini (Epidermal Growth Factor (EGF) d une cellule cancéreuse. Ils permettent de bloquer la division cellulaire. Ces molécules bloquantes ne ciblent leur effet que sur les cellules cancéreuses sans toucher aux cellules saines, les effets sirables sont moins importants qu avec une chimiothérapie ou une radiothérapie. L Erlotinib (Tarceva md ) Inhibiteur réversible de EGFR. Liaison au domaine intracellulaire- tyrosine kinase (TKI). Indiqué en 2 e ou 3 e ligne. 1 ere ligne si mutation EGFR +. Meilleurs patients : femme, non-fumeur, asiatique, adénocarcinome (associé à mutation EGFR+). Les inhibiteurs de l EGFR survie moyenne 6.7 mois vs 4.7 mois SurvieSu Profil d effets secondaires différent de la chimiothérapie conventionnelle Survie moyenne: 6.7 mois (Erlotinib) vs 4.7 mois (placebo) Effets sirables possibles: Éruptions es (RASH). Diarrhée. Douleurs musculaires. Anorexie, fatigue. Gain de 2 mois Corrélation avec réponse Traitement acné 10

11 Mutation ALK 4% des cancers NSCLC Adénocarcinome Chez les non fumeurs Crizotinib KRAS Exclu la mutation EGFR et ALK Facteur de mauvais pronostic Résistance à la chimiothérapie Résistance aux Tyrosines kinases inhibitors Tableau résumé du pronostic NSCLC en fonction du stade Stade Survie 5 ans Survie médiane IA 50-70% 5-10 ans IB 40-60% 3-7 ans IIA 55% 3-4 ans IIB 40% ans IIIA 20-25% mois IIIB 7-9% mois IV 2-13% 6-18 mois Tumeur de pancoast 50% SCLC Le carcinome pulmonaire à petites cellules (SCLC) se développe rapidement. Les cellules cancéreuses se divisent à une cadence accélérée. Souvent il est découvert qu la suite de symptômes dus à des métastases. Au moment du diagnostic, la maladie a donc déjà atteint un stade avancé (2/3 des patients). Cancer du poumon à petite cellule Stade limité La maladie est confinée à un hémithorax et aux ganglions régionaux. Historiquement la définition était une maladie pouvant être incluse dans un seul champ de radiothérapie. Stade extensif (extensive disease) Maladie qui ne rencontre les critères de stade limité 15-20% de tous les types de cancer du poumon 95% des cas associés avec histoire de tabagisme La tumeur solide le plus associée à des syndromes paranéoplasiques SCLC stade limité - Traitement SCLC stade limité - Résultats Potentiellement curable Pour stopper la prolifération rapide des cellules cancéreuses, on administre le plus vite possible une chimiothérapie. Cisplatin-étoposide pour 4-6 cycles. Radiothérapie Bon état général: concomitante, au 1er ou 2ième cycle de chimio. Mauvais état général: séquentielle à la chimio. Taux réponse : % Taux de réponse complète : % Taux de survie médiane : 17 mois Taux de survie 5 ans : 12 % Taux survie 5 ans : 24 % si réponse complète 11

12 SCLC stade extensif - traitement SCLC Traitement :Irradiation crânienne prophylactique Chimiothérapie seule Cisplatin-étoposide pour 4-6 cycles. Rechute attendue 2 e ligne : Topotécan Une radiothérapie préventive du cerveau peut être envisagée pour détruire des cellules cancéreuses éventuelles dont la présence ne peut pas être mise en évidence. On empêche ou on retarde ainsi la formation de métastases % des patients vont avoir des métastases cérébrales si survie 2 ans Survie médiane : 9-12 mois. Survie 2 ans: < 5 %. Bénéfice de l irradiation crânienne prophylactique Diminution de l incidence des métastases cérébrales de 50% Gain de survie de 5.4% à 3 ans Si réponse clinique complète ou partielle Stade limité ou extensif Séquentielle avec la chimiothérapie sinon neurotoxicité. 12

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

CANCER DU POUMON ACTION-RÉACTION!

CANCER DU POUMON ACTION-RÉACTION! CANCER DU POUMON ACTION-RÉACTION! F O R M A T I O N C O N T I N U E // M me Bouchard, 65 ans, se présente à votre cabinet pour une toux sèche et persistante depuis un mois avec une légère dyspnée. Elle

Plus en détail

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme Patho Med Cours 5 Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme BPCO: B: Broncho ( Bronche) P: Pneumopathie C: Chronique O: Obstructive Asthme Maladies avec des spasmes bronchiques Maladies avec des spasmes

Plus en détail

La nouvelle classification TNM en pratique

La nouvelle classification TNM en pratique La nouvelle classification TNM en pratique Thierry Berghmans Département des Soins Intensifs et Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Bruxelles, Belgique Bases historiques 1946 : Denoix invente le

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Cancer du poumon. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Cancer du poumon. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer du poumon Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer du poumon Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie 23 CHIRURGIE THORACIQUE Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations concernant la chirurgie que

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 Les différents types de cancers et leurs stades Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 CARCINOGENESE multiple steps, accumulation d altd altérations continuum lésionnel

Plus en détail

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN)

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN) UNIVERSITÉ DE MÉDECINE ET PHARMACIE DE CRAIOVA FACULTÉ DE MÉDECINE CONTRIBUTIONS A L'ÉTUDE CLINIQUE ET MORPHOLOGIQUE DES CANCERS DU POUMON Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA Doctorant:

Plus en détail

Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé. Mathilde Gisselbrecht Capacité de gériatrie- Février 2009

Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé. Mathilde Gisselbrecht Capacité de gériatrie- Février 2009 Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé Mathilde Gisselbrecht Capacité de gériatrie- Février 2009 Généralités Cancer bronchique primitif = cancer le plus fréquent en incidence dans le monde Incidence en

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 novembre 2009 IRESSA 250 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP 395 950-7) ASTRAZENECA géfitinib Liste I Médicament soumis à prescription hospitalière. Prescription

Plus en détail

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les amygdales Les amygdales: 2 organes situés dans le pharynx à l arrière de la gorge qui ont pour fonctions d empêcher l intrusion bactérienne. Amygdalite:

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre!

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! La Clinique du sein du CHPLT Pour vous et pour votre famille Centre Hospitalier Peltzer - La Tourelle de Verviers Le cancer du sein : nous pouvons le vaincre!

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du poumon Juin 2010 Pourquoi ce guide? 2 Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL :

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL : Communiqué de presse 15/ /09/2015 «Prendre le Cancer à la gorge» «Make Sense» : Pour la 3 ème année, les professiop onnels se mobilisent pour la semainee européenne duu dépistage et de la préventionn des

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES

CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES 1 EPIDEMIOLOGIE 28 000 nouveaux cas/an 4ème rang des cancers Sex ratio 6,1 Mortalité > 27 000/an Âge médian H 67 ans, F 68 ans 2 1 Taux annuel ajusté

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer des os Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca CANCER DES OS Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque tous les jours, vous

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 :

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 : UE2 : Cancérologie Pr Lehmann-Che et Pouessel Mercredi 26 septembre 10h30-12h30 Ronéotypeuse : Aurore Valentin Ronéolectrice : Marion Whiston CANCÉROLOGIE Cours n 3 : De la biologie moléculaire des cancers

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

Tumeur maligne des os

Tumeur maligne des os Tumeur maligne des os E p idém iologie tumeur maligne primitive de l os touchant essentiellement l adolescent et l adulte jeune. 70% des sarcomes ostéogéniques sont diagnostiqués avant l âge de 18ans dans

Plus en détail

Objectifs. La prise en charge du cancer du poumon métastatique: vers une approche personnalisée. Dre Lise Tremblay

Objectifs. La prise en charge du cancer du poumon métastatique: vers une approche personnalisée. Dre Lise Tremblay 2 e journée scientifique en oncologie thoracique de l IUCPQ Vers un nouveau visage La prise en charge du cancer du poumon métastatique: vers une approche personnalisée Dre Lise Tremblay Vendredi 14 novembre

Plus en détail

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations 2005 Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations pour la Pratique Clinique : Standards, Options et Recommandations 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

Chimiothérapie des cancers bronchiques non à petites cellules. Dr Aloulou Samir Médenine le 13 Juin 2015

Chimiothérapie des cancers bronchiques non à petites cellules. Dr Aloulou Samir Médenine le 13 Juin 2015 Chimiothérapie des cancers bronchiques non à petites cellules Dr Aloulou Samir Médenine le 13 Juin 2015 Cas clinique Mr A.S agé de 55 ans grand tabagique consulte aux urgences pour céphalées évoluant depuis

Plus en détail

Maurene McQuestion, IA, BScN, MSc, CON(C) John Waldron, MD, FRCPC

Maurene McQuestion, IA, BScN, MSc, CON(C) John Waldron, MD, FRCPC Séance plénière 2 : La collaboration interprofessionnelle entre médecins et infirmières Nous examinerons durant cette séance les questions clés liées à la collaboration interprofessionnelle entre médecins

Plus en détail

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Bernard Fortin Mars 2014 Source: Comité consultatif de la Société canadienne du cancer : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013. Toronto

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

Le cancer dans le canton de Fribourg

Le cancer dans le canton de Fribourg Le cancer dans le canton de Fribourg Le cancer du poumon dans le canton de Fribourg, analyses statistiques réalisées sur la base des données récoltées par le Registre fribourgeois des tumeurs depuis début

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

Quels sont les facteurs qui font augmenter les risques de cancer du rein?

Quels sont les facteurs qui font augmenter les risques de cancer du rein? Qu est-ce que le cancer du rein? L adénocarcinome rénal est le type le plus fréquent de cancer du rein 1. Le rôle des reins consiste à filtrer le sang et à évacuer les déchets de l organisme dans l urine.

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

OBJECTIFS 2013-02- 14 LE TRAITEMENT DU CANCER DU POUMON DE STADE AVANCÉ: " OÙ EN SOMMES-NOUS " EN 2013?

OBJECTIFS 2013-02- 14 LE TRAITEMENT DU CANCER DU POUMON DE STADE AVANCÉ:  OÙ EN SOMMES-NOUS  EN 2013? OBJECTIFS LE TRAITEMENT DU CANCER DU POUMON DE STADE AVANCÉ: " OÙ EN SOMMES-NOUS " EN 2013? Connaître les différentes options de traitement disponibles pour le cancer du poumon de stade avancé Connaître

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014 DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE Programme de formation pour les infirmières pivots en oncologie Devis pédagogique 2013-2014 Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Pierre Lèguevaque CHU Rangueil Toulouse Intérêt de la démarche qualité: L amélioration de la qualité des pratiques professionnelles est devenue nécessaire

Plus en détail

1 of 5 02/11/2012 14:03

1 of 5 02/11/2012 14:03 1 of 5 02/11/2012 14:03 Le cancer du chat par Sandrine Cayet, docteur-vétérinaire Le cancer chez le chat n est pas une fatalité. Un cancer chez le chat, c est comme chez l homme, ça se diagnostique, ça

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Conflits d intérêts Aucun Introduction Constat : CB = Moins de motivation des pneumologues à obtenir le sevrage tabagique (versus

Plus en détail

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 Cancers professionnels des cavités nasales et sinusiennes Dr Dominique Tripodi Centre Hospitalier Universitaire de Nantes Place Alexis Ricordeau - 44093 Nantes Cedex

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

Cancer des os Comprendre le diagnostic

Cancer des os Comprendre le diagnostic Cancer des os Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 cancer.ca Cancer des os Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle peut

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Bilan d extension locale d une tumeur rectale François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Introduction - Déterminer l extension locale précise d une tumeur rectale est un enjeu majeur pour le radiologue

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

aux patients Informations sur les cancers bronchopulmonaires

aux patients Informations sur les cancers bronchopulmonaires SOCIÉTÉ DE PNEUMOLOGIE DE LANGUE FRANÇAISE Guide pratique réalisé par le Groupe Oncologie de la Société de Pneumologie de Langue Française Informations aux patients sur les cancers bronchopulmonaires IMOTHEP

Plus en détail

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Deux grandes questions Cette modalité de présentation, requiert elle une prise en charge

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer du sein?

Qu est-ce que le cancer du sein? Cancer du sein Qu est-ce que le cancer du sein? Laissez-nous vous expliquer. www.fondsanticancer.org www.esmo.org ESMO/FAC Patient Guide Series basés sur les recommandations de pratique clinique de ESMO

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

qwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwerty uiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasd fghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzx cvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmq

qwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwerty uiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasd fghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzx cvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmq qwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwerty uiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasd fghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzx cvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmq Résumé ASCO 2013 POUR LA SFCP wertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyui 17/09/2013

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

Lymphome non hodgkinien

Lymphome non hodgkinien Lymphome non hodgkinien Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca LYMPHOME NON HODGKINIEN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie. Cancérologie. Niveau DCEM3 2002-2003. Service de radiothérapie - Professeur Baillet

Université Pierre et Marie Curie. Cancérologie. Niveau DCEM3 2002-2003. Service de radiothérapie - Professeur Baillet Université Pierre et Marie Curie Cancérologie Niveau DCEM3 2002-2003 Service de radiothérapie - Professeur Baillet Mise à jour : 5 octobre 2015 2/298 Cancérologie - Service de radiothérapie - Pr. Baillet

Plus en détail

Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx

Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx (cancers de la sphère ORL) Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la bouche, du

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

LES TUMEURS OSSEUSES. Sommaire. 1 Résumé. février 2004 Institut Gustave-Roussy. Dr Anne d Andon Pr Gilles Vassal Dr Odile Oberlin Dr Olivier Hartmann

LES TUMEURS OSSEUSES. Sommaire. 1 Résumé. février 2004 Institut Gustave-Roussy. Dr Anne d Andon Pr Gilles Vassal Dr Odile Oberlin Dr Olivier Hartmann 39 rue Camille Desmoulins 94805 VILLEJUIF CEDEX Tel : 0 42 42 Site Internet : www.igr.fr Contact : info@igr.fr février 2004 Institut Gustave-Roussy LES TUMEURS OSSEUSES Dr Anne d Andon Pr Gilles Vassal

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

L'œsophage L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Causes

L'œsophage L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Causes L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Chez l'adulte moyen, il fait 25 cm à 30 cm (10 po à 14 po) de long et environ 2 cm (moins d'un pouce) de large. L'œsophage est constitué

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Les traitements du cancer du rein

Les traitements du cancer du rein MARS 2013 Les traitements du cancer du rein COLLECTION GUIDES PATIENTS LES REINS LE CHOIX DES TRAITEMENTS LA CHIRURGIE LES MÉDICAMENTS ANTICANCÉREUX LES PROFESSIONNELS LA VIE QUOTIDIENNE www.e-cancer.fr

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer de l œsophage?

Qu est-ce que le cancer de l œsophage? Cancer de l œsophage Qu est-ce que le cancer de l œsophage? Laissez-nous vous expliquer. www.fondsanticancer.org www.esmo.org ESMO/FAC Patient Guide Series basés sur les recommandations de pratique clinique

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la thyroïde Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous

Plus en détail

Réflexions autour de cas cliniques. D R Bernard Desoutter, Nîmes

Réflexions autour de cas cliniques. D R Bernard Desoutter, Nîmes Réflexions autour de cas cliniques D R Bernard Desoutter, Nîmes Traitement des conséquences de la maladie Traitement des effets secondaires du traitement allopathique Le soutien psychologique de l accompagnement

Plus en détail

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE IMAGERIE EN CANCEROLOGIE Méthodes Diagnostiques et Thérapeutiques récentes Frank Boudghene Hopital Tenon - Université Paris 6 FEDERATION D IMAGERIE DU CANCER Nouveautés en IRM IRM Morphologique : Matériel

Plus en détail

ARD12166 Cabazitaxel Compared to Topotecan for the Treatment of Small Cell Lung Cancer

ARD12166 Cabazitaxel Compared to Topotecan for the Treatment of Small Cell Lung Cancer DESCRIPTIF DES ESSAIS 2012 Par ordre alphabétique AB Science Etude de phase I/II multicentrique, randomisée, ouverte avec 2 groupes parallèles pour évaluer l efficacité et la tolérance du traitement par

Plus en détail

INFORMATION & PRÉVENTION. Le cancer de la vessie

INFORMATION & PRÉVENTION. Le cancer de la vessie INFORMATION & PRÉVENTION Le cancer de la vessie G R A N D P U B L I C Ce à quoi sert la vessie La vessie est une poche qui reçoit l urine produite par les reins, via les uretères*. Elle est constituée

Plus en détail

De la chirurgie du nodule aux ganglions

De la chirurgie du nodule aux ganglions De la chirurgie du nodule aux ganglions Docteur Xavier CARRAT Institut Bergonié Clinique Saint Augustin Chirurgie des lésions bénignes de la thyroïde problématique opératoire «simple» avec indication portée

Plus en détail

Les tumeurs osseuses chez l enfant.

Les tumeurs osseuses chez l enfant. Les tumeurs osseuses chez l enfant. I. Introduction Une tumeur est caractérisée par une prolifération anormale d une lignée cellulaire pathologique. Les tumeurs osseuses primitives sont séparées en deux

Plus en détail

À PROPOS DU. cancer colorectal. Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient

À PROPOS DU. cancer colorectal. Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient À PROPOS DU cancer colorectal Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient Table des matières Qu est-ce que le cancer colorectal?... 1 Les stades du cancer colorectal... 2 Quels sont

Plus en détail

Association canadienne du cancer colorectal. Le cancer colorectal. Guide de traitement personnalisé à l intention des patients

Association canadienne du cancer colorectal. Le cancer colorectal. Guide de traitement personnalisé à l intention des patients Association canadienne du cancer colorectal Le cancer colorectal Guide de traitement personnalisé à l intention des patients Avastin est une marque déposée de Genentech, Inc., utilisée sous licence. Camptosar

Plus en détail

Classi cation TNM du cancer bronchique

Classi cation TNM du cancer bronchique Revue des Maladies Respiratoires Actualités (2014) 6, 388-394 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com Classi cation TNM du cancer bronchique TNM classi cation for the lung cancer J.-P. Sculier Service

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

Le traitement chirurgical du cancer bronchique non à petites cellules

Le traitement chirurgical du cancer bronchique non à petites cellules Série «considérations chirurgicales pour le pneumologue» Coordonnée par V. Ninane et G. Decker Le traitement chirurgical du cancer bronchique non à petites cellules P. de Leyn 1, G. Decker 1, 2 1 Hôpital

Plus en détail

INVESTIGATEUR PRINCIPAL. Pr Alain DEPIERRE. COORDINATION IFCT Franck MORIN. PROMOTEUR C.H.U Besançon

INVESTIGATEUR PRINCIPAL. Pr Alain DEPIERRE. COORDINATION IFCT Franck MORIN. PROMOTEUR C.H.U Besançon Essai thérapeutique randomisé comparant deux schémas de chimiothérapie préopératoire dans les cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC) de stades cliniques I et II. PROTOCOLE IFCT-0002 INVESTIGATEUR

Plus en détail

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm Paris, le 19 avril 2006 Dossier de presse Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm En 2000, d après les estimations issues des registres, le nombre de nouveaux cas de cancer

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Cancer de l ovaire. traitements, soins et innovation. traitements adjuvants et de consolidation. www.e-cancer.fr. juin 2009

Cancer de l ovaire. traitements, soins et innovation. traitements adjuvants et de consolidation. www.e-cancer.fr. juin 2009 traitements, soins et innovation juin 2009 recommandations professionnelles Cancer de l ovaire traitements adjuvants et de consolidation COLLECTION recommandations & référentiels RECOMMANDATIONS DE PRISE

Plus en détail

Le cancer du larynx. Informations à l intention des patients

Le cancer du larynx. Informations à l intention des patients Si vous avez un cancer du larynx, il y a sans doute beaucoup de questions qui vous viennent à l esprit, comme : Qu est-ce qui arrive maintenant? Quels traitements sont offerts? En quoi votre vie changera-t-elle

Plus en détail

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Anatomie du larynx Physiologie de la phonation et de la déglutition

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la prostate

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la prostate G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la prostate Juin 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail