Le cancer du poumon 2/18/2015. Radio-oncologue CSSS Gatineau. Stéphanie Ferland B.pharm, MD, MSc, FRCPC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le cancer du poumon 2/18/2015. Radio-oncologue CSSS Gatineau. Stéphanie Ferland B.pharm, MD, MSc, FRCPC"

Transcription

1 Objectifs Le cancer du poumon Stéphanie Ferland B.pharm, MD, MSc, FRCPC Radio-oncologue CSSS Gatineau Décrire le rôle de la thérapie générale en ce qui concerne les traitements néoadjuvants, adjuvants et palliatifs. Décrire les facteurs de risque associés au cancer du poumon. Décrire le tableau clinique du cancer du poumon. Décrire les étapes à suivre pour poser un diagnostic de cancer du poumon. Décrire la classification d après le type histologique du cancer du poumon. Expliquer le classement des stades du cancer du poumon. Exposer les grandes lignes de la prise de décisions en matière de traitement pour les patients atteints du cancer du poumon. Nommer les principales catégories de thérapies générales utilisées en cas de cancer du poumon et donner un exemple de chaque catégorie. Comprendre l importance de l approche multidisciplinaire dans les soins aux personnes atteintes du cancer du poumon. Mme Latour, 65 ans, se présente à votre cabinet pour une toux sèche et persistante depuis un mois avec une légère dyspnée. Elle vous rappelle fièrement qu elle a cessé de fumer il y a 20 ans. Cependant, elle s inquiète, car elle a remarqué la semaine dernière, un filet de sang dans ses expectorations. Incidence du cancer chez l homme au Canada en 2007 Mortalité chez l homme Incidence chez la femme au Canada en

2 Mortalité chez la femme Mortalité chez l homme Mortalité chez la femme Selon les estimations de 2007 au Canada: 1 homme sur 11 sera atteint d un cancer du poumon au cours de sa vie et 1 sur 13 en mourra 1 femme sur 15 sera atteinte d un cancer du poumon au cours de sa vie et 1 sur 18 en mourra En moyenne chaque jour, 70 Canadiens recevront un diagnostic de cancer du poumon En moyenne chaque jour, 55 Canadiens mourront d un cancer du poumon Facteurs de risque associés au cancer du poumon Facteurs de risque associés au cancer du poumon Tabagisme 85% de tous les cancers du poumon surviennent chez les fumeurs. Le risque augmente avec le nombre de cigarette par jour, le nombre d année de consommation et l âge du début de la consommation. Carcinome épidermoïde et SCLC se retrouvent presque seulement chez les fumeurs. Fumée secondaire (tabagisme passif) Les conjoints ayant un conjoint fumeur = RR de 1,2. Radon Gaz incolore, inodore et sans goût qui provient de la désintégration naturelle de l uranium présente dans le sol et la pierre. Le radon peut s infiltrer dans une maison ou un bâtiment. Amiante Le tabagisme associé à une exposition à l amiante est particulièrement dangereux. Pollution de l air Exposition professionnelle aux substance chimiques carcinogènes Exposition à la radiation Nombre cigarette/jour Risque relatif de décès Non-fumeur 1, , , ,0 >40 20,0 2

3 Facteurs de risque associés au cancer du poumon Tableau clinique Nombre d année d abandon Risque relatif >20 2 Seul une minorité de personnes ne présente pas encore de symptômes au moment du diagnostic. Ost,DE,Yeung SCJ, Tanoue LT et coll. Clinical and organizational factors in the initial evaluation of the patient with lung cancer:diagnosis and management of lung cancer,3 e éd.:american College of Chest Physicians evidence-based clinical practice guidelines. Chest 2013;143 (suppl.5):e121s-e141s. Fréquence des signes et symptômes initiaux du cancer Toux 8%-75% Perte de poids 0%-68% Dyspnée 3%-60% Hémoptysie 6%-35% Douleur thoracique 20%-49% Raucité de la voix 2%-18% Fréquence des signes et symptômes initiaux du cancer Douleur osseuse 6-25% Hippocratisme digital 0-20% Fièvre 0-20% Asthénie 0-10% Obstruction de la veine cave 0-4% Dysphagie 0-2% Tableau clinique - Métastase Tableau clinique - syndromes paranéoplasiques Tête: Céphalées, nausées Convulsion Confusion Os Douleurs osseuses fractures Faiblesse des extrémités (ou symptômes évocateurs de compression médullaire) Hépatalgie Syndromes paranéoplasiques Il s agit de complications d une néoplasie engendrées soit par des substances synthétisées par la tumeur, soit par L existence d auto-anticorps. Unité I Introduction au cancer du poumon S. Ferland 3

4 Tableau clinique - syndromes paranéoplasiques Tableau clinique - syndromes paranéoplasiques Hippocratisme digital (clubbing) Hypercalcémie SIADH (hyponatrémie) Syndrome de Cushing (ACTH) (hyperglycémie/hypokaliémie) Thrombophlébites migratoires Syndromes neurologiques: Eaton Lambert (syndrome myasthénique) Ostéoarthropathie hypertrophique (adénocarcinome) Douleur au niveau des os et des articulations, augmentation Phosphatase alkaline, répond aux AINS, Rx et scintigraphie osseuses sont caractéristiques, redevient normal après le Tx du primaire. Syndrome de la veine cave supérieure Syndrome de Pancoast Définition: syndrome clinique 2 nd compression de la VCS Manifestations d un cancer de la partie supérieure du thorax ou de la partie inférieure du cou (apex) o Douleur à l épaule o Destruction de l arc postérieur de la première (ou des 2 premières côtes) o Atteinte du plexus brachial o Douleur irradiant jusque dans le bras, l avant-bras et la main lié à la compression des racines nerveuses C8-D1 (paresthésies territoire du nerf cubital) Syndrome de Horner : Lié à la compression du système nerveux sympathique o Chute de la paupière supérieure (ptose) o Une constriction de la pupille (myose) o Joue chaude et diminution de la sudation locale (anhidrose ipsilatérale) o Un enfoncement de l œil situé du même côté que la lésion pulmonaire (enophtalmie) Le cas de Mme Latour Cas de Mme Latour À l examen clinique L examen neurologique est négatif Il n y a pas d adénopathie sus-claviculaire Il n y a pas de masse de tissus mous La percussion osseuse est non-douloureuse À l auscultation pulmonaire, il y a une diminution MV à la base D Il n y a pas d hypocratisme digital (clubbing) Le réseau veineux thoracique n est pas dilaté Rx pulmonaire infiltration/opacité au lobe inférieur droit Elle a reçu 10 jours d antibiotiques Rx pulmonaire de contrôle: similaire Quel est l étape subséquente? Unité I Introduction au cancer du poumon S. Ferland Unité I Introduction au cancer du poumon S. Ferland 4

5 Investigations Cas de Mme Latour FSC, biochimie :fonction rénale, hépatique, phosphatase alcaline, LDH, calcémie CT-SCAN thorax-abdomen-pelvien Bronchoscopie avec cytologie (lésion centrale) Biopsie transthoracique à l aiguille (BTTA) si (lésion périphérique) Tests de fonction repiratoire: Patient non-opérable si VEMS <40% ou <1.2L OU DLCO<60% Scintigraphie osseuse (métastase au niveau des os) (si pas de PET-CT) CT-scan tête / IRM PET-CT La bronchoscopie révèle un adénocarcinome peu différencié TTF1+ Une recherche systématique des mutations de EGFR et ALK va être effectuée Le CT-SCAN décrit une lésion de 3.2 cm localisé au LID. Il n y a pas de métastase à distance. Les tests de fonction respiratoire sont normaux Classification selon l histologique du cancer du poumon Cancer du poumon non à petite cellule (NSCLC) (80%) Carcinome épidermoïde (30%) o Localisation centrale Adénocarcinome (40%) o Localisation périphérique o Forte propension aux métastases (cerveau) Le traitement dépend des facteurs suivants: L histologie de la tumeur Le stade TNM o La tumeur est-elle e au poumon? o Des ganglions lymphatiques sont-ils s? Lesquels? o Y a-t-il des tastases? La fonction respiratoire: la respiration est-elle altérée? Dans quelle mesure? L tat cardio-vasculaire et autres comorbidités. L âge et l tat de ral (ECOG). Carcinome indifférencié à grande cellule (10%) o Localisation périphérique o Forte propension aux métastases (cerveau) La classification TNM des tumeurs a plusieurs buts : Prévoir le pronostic. Adapter la thérapeutique à la situation clinique. Comparer les résultats thérapeutiques entre groupes de malades relativement homogènes Carcinome indifférencié à petite cellule (SCLC) Les traitements néoadjuvants, adjuvants et palliatif. l importance de l approche multidisciplinaire Le traitement néoadjuvant: Traitements (chimiothérapie et /ou radiothérapie) donnés avant l opération afin de réduire la tumeur et faciliter l intervention. Le traitement adjuvant: Traitements donnés après l opération afin de diminuer le risque de récidive Le traitement palliatif: Traitement donner pour ralentir la progression de la maladie et remédier aux symptômes. Idéalement, le traitement est toujours planifié de façon multidisciplinaire et ce dès le début du traitement d un cancer. L équipe multidisciplinaire Pneumologue (Dx, opérabilité) Chirurgien thoracique (Staging, résection) Pathologiste Radiologiste (Dx) Radio-oncologue (Traitement) Oncologue médical (Traitement) Soins palliatifs La situation initiale est évaluée par ces experts qui proposeront la meilleure thérapie possible pour un cas particulier. Cette discussion entre les différentes disciplines a permis d'améliorer les résultats thérapeutiques tout en diminuant les séquelles. 5

6 TNM NSCLC 7 e édition TNM NSCLC 7 e édition TNM NSCLC 7 e édition Le cas de Mme Latour Quel est le stade TNM? Quelles sont ses options de traitement? NSCLC Stade I - Traitement NSCLC Stade I - Traitement Ce stade regroupe les cancers T1 (stade Ia) ou T2 (stade Ib),sans adénopathies (N0) ni métastases Traitement essentiellement chirurgical Lobectomie ou pneumonectomie Si patient trop fragile ou refus: Résection cunéiforme (segmentectomie) o Récidive locale (3x) o Mortalité (+30%) Radiothérapie stéréotaxique hypofractionnée (SBRT) (lésion de 4cm) o Exemple:60Gy en 3 fractions o CL 2-3 ans:85%-95% o OS 2-3 ans:55% Radiothérapie à visée curative 3D conforme Approche chirurgicale Tiré du site oncoprof.net 6

7 Cas de Mme Latour NSCLC Stade II - Traitement Modifions un peu le cas de Mme Latour Un PET-scan qui démontre une adénopathie au hile pulmonaire (région 10). Quel est le staging? Quel est le traitement? Ce stade regroupe les cancers T1 N1 M0 (stade 2a) T2 N1 M0 (stade 2b) T3 N0 M0 (rares formes stade 2b) Traitement chirurgical Si patient non-opérable ou refus Radiothérapie-chimiothérapie -per-rt: -DDP 80mg/m2 IV J1,21 -Vinorelbine 15mg/m2 IV J1,8,21,28 -post-rt: -DDP 80mg/m2 IV J1,21 -Vinorelbine 25mg/m2 IV J1,8,21,28 pour 4-6 cycles T3: paroi, diaphragme, péricarde plèvre med, bronch<2cm sauf carene, atelectasie complète, nod satellite même lobe Tiré du site oncoprof.net NSCLC Stade II - Traitement Cas de Mme Latour Chimiothérapie adjuvante Améliore les résultats de la chirurgie Destruction de micrométastases Indiquée dans les stades IB, II T2N0 (>4cm), T1N1, T2N1, T3N0 4 cycles :doublet platine o Cisplatin-navelbine o Carboplatin-taxol Résultats Gain de survie à 5 ans % vs % Inclut des stades IB et II Peu de bénéfice si <4cm Cure grâce à la chimothérapie Modifions le cas de Mme Latour. S il y avait eu suspicion d une atteinte ganglionnaire N2 /3. Guéri par chirurgie 50 % 10% Récidive et décès :40 % Ganglions Ganglions 7

8 Évaluation du médiastin en pré-opératoire Cas de Mme Latour Biopsie endobronchique sous guidage échographique (EBUS) o 7, 2R, 2L, 4R et 4L, 10 Médiastinoscopie En cas de suspicion d atteinte des ganglions, cette technique est pratiquée sous anesthésie générale et permet de visualiser le médiastin. L instrument est introduit par une petite incision pratiquée derrière le sternum o Chamberlain ou (antérieur): 4L, 5, 6, 7 o Cervical :1-4R (rare) Malheureusement, un ganglion médiastinal ipsilatéral est + (N2) Biopsie transoesophagienne sous guidage échographique (EUS) o 7, 5, 8, 9 NSCLC Stade IIIa - Traitement Ce stade regroupe les cancers T1 N2 M0 (non représentés ici) T2 N2 M0, T3 N1 ou N2, M0 Survie médiane survie 5 ans radio seule 6 % Ces formes ne constituent généralement plus une bonne indication opératoire. Quelques cas à opérer. Bénéfice incertain. Controverse T3N1: Chirurgie puis chimiothérapie o Si marge +:retour à la chirurie puis chimio adjuvante o Ou chimiothérapie adjuvante et radiothérapie TxN2: Radio-chimiothérapie 6 semaines de radiothérapie (60-66Gy) Cisplatin-navelbine Cisplatin-étoposide Carboplatin-taxol chimio puis radio séquentielle chimio et radio concom. 14,6 mois 13 % 17 mois % Tiré du site oncoprof.net NSCLC Stade IIIb - Traitement Cas de Mme Latour Ce stade regroupe les cancers T1, T2 ou T3 avec des ganglions N3 et M0 ou encore les T4 tous N mais M0 (non montrés sur ce schéma) Ces formes ne constituent plus une bonne indication opératoire. ECOG 0-1: Radio-chimiothérapie Si ECOG 2: Traitement palliatif. Traitement à visée curative à discuter en équipe Mme Latour revient vous voir en suivi 1 an après la fin de ses traitements. Elle semble confuse et elle a de la difficulté à tenir son crayon de la main droite. Elle a une douleur à l omoplate droite. Elle est encore capable de prendre soin d elle. Que se passe-t-il? Tiré du site oncoprof.net 8

9 NSCLC Stade IV L échelle «Eastern Cooperative Oncology Group (ECOG) performance status scale» est une mesure de fonctionnement général couramment utilisé pour le cancer du poumon. Echelle de statut de performance ECOG (Eastern Cooperative Oncology Group) ECOG 0 Pleinement actif Le patient peut exercer son activité normale sans aucune restriction. 1 Restreint dans les activités physiques fatigantes, mais pouvant exercer une activité sans contraintes physiques importantes - activité domestique légère, bureau, etc. 2 Patient ambulatoire et capable de s'occuper de lui-même pour ses soins personnels, mais incapable d'activité professionnelle ou à la maison. Alité < 50% de la journée. 3 Ne pouvant faire que le minimum pour ses soins personnels. Confiné au lit ou à la chaise plus de 50% de la journée 4 Complètement handicapé dans sa vie, confiné au lit ou à la chaise, nécessitant l'assistance pour sa toilette et ses soins quotidiens. 5 Mort En règle générale, la chimiothérapie, même en mode palliatif, n apporte aucun bienfait quand le patient est incapable de prendre soin de lui ou ne peut rester debout plus de la moitié des heures d éveil. L âge biologique n est pas en soi en facteur pronostique. NSCLC Stade IV Traitement palliatif Implication précoce des soins palliatifs ECOG 0-1 Chimiothérapie palliative Soins de confort ECOG 2 Soins de confort Chimiothérapie si cela peut entraîner une diminution des symptômes ECOG 3-4 Soins de confort Chimiothérapie palliative Taux de réponse de 7 à 42 % Gain de survie médiane : 8 mois vs 6 mois (soins de support seul) Gain de survie 1 an :27 % vs 18 % Amélioration de qualité de vie o Symptomes locaux: Toux, dyspnée, douleur o Symptomes généraux: Fatigue, anorexie 9

10 1 ere ligne Selon la présence de la mutation Si mutation EGFR- Deux agents (un doublet) o Incluant platine (cisplatin ou carboplatin) o Associé à étoposide, navelbine, gemcitabine ou taxol o Exemple: Carbo-gemzar Si mutation EGFR+ ou ALK+, thérapie ciblée d emblée 2 e ligne Selon la première ligne de chimiothérapie ou thérapie ciblée Taxotère md, Pemetrexed (Alimta md) ou Erlotinib Taux de réponse < 20 % Survie médiane: 7.5 mois vs 4.6 mois Survie 1 an : 37 % vs 11 % Les inhibiteurs de EGFR Ils agissent de manière ciblée sur un facteur de croissance bien défini (Epidermal Growth Factor (EGF) d une cellule cancéreuse. Ils permettent de bloquer la division cellulaire. Ces molécules bloquantes ne ciblent leur effet que sur les cellules cancéreuses sans toucher aux cellules saines, les effets sirables sont moins importants qu avec une chimiothérapie ou une radiothérapie. L Erlotinib (Tarceva md ) Inhibiteur réversible de EGFR. Liaison au domaine intracellulaire- tyrosine kinase (TKI). Indiqué en 2 e ou 3 e ligne. 1 ere ligne si mutation EGFR +. Meilleurs patients : femme, non-fumeur, asiatique, adénocarcinome (associé à mutation EGFR+). Les inhibiteurs de l EGFR survie moyenne 6.7 mois vs 4.7 mois SurvieSu Profil d effets secondaires différent de la chimiothérapie conventionnelle Survie moyenne: 6.7 mois (Erlotinib) vs 4.7 mois (placebo) Effets sirables possibles: Éruptions es (RASH). Diarrhée. Douleurs musculaires. Anorexie, fatigue. Gain de 2 mois Corrélation avec réponse Traitement acné 10

11 Mutation ALK 4% des cancers NSCLC Adénocarcinome Chez les non fumeurs Crizotinib KRAS Exclu la mutation EGFR et ALK Facteur de mauvais pronostic Résistance à la chimiothérapie Résistance aux Tyrosines kinases inhibitors Tableau résumé du pronostic NSCLC en fonction du stade Stade Survie 5 ans Survie médiane IA 50-70% 5-10 ans IB 40-60% 3-7 ans IIA 55% 3-4 ans IIB 40% ans IIIA 20-25% mois IIIB 7-9% mois IV 2-13% 6-18 mois Tumeur de pancoast 50% SCLC Le carcinome pulmonaire à petites cellules (SCLC) se développe rapidement. Les cellules cancéreuses se divisent à une cadence accélérée. Souvent il est découvert qu la suite de symptômes dus à des métastases. Au moment du diagnostic, la maladie a donc déjà atteint un stade avancé (2/3 des patients). Cancer du poumon à petite cellule Stade limité La maladie est confinée à un hémithorax et aux ganglions régionaux. Historiquement la définition était une maladie pouvant être incluse dans un seul champ de radiothérapie. Stade extensif (extensive disease) Maladie qui ne rencontre les critères de stade limité 15-20% de tous les types de cancer du poumon 95% des cas associés avec histoire de tabagisme La tumeur solide le plus associée à des syndromes paranéoplasiques SCLC stade limité - Traitement SCLC stade limité - Résultats Potentiellement curable Pour stopper la prolifération rapide des cellules cancéreuses, on administre le plus vite possible une chimiothérapie. Cisplatin-étoposide pour 4-6 cycles. Radiothérapie Bon état général: concomitante, au 1er ou 2ième cycle de chimio. Mauvais état général: séquentielle à la chimio. Taux réponse : % Taux de réponse complète : % Taux de survie médiane : 17 mois Taux de survie 5 ans : 12 % Taux survie 5 ans : 24 % si réponse complète 11

12 SCLC stade extensif - traitement SCLC Traitement :Irradiation crânienne prophylactique Chimiothérapie seule Cisplatin-étoposide pour 4-6 cycles. Rechute attendue 2 e ligne : Topotécan Une radiothérapie préventive du cerveau peut être envisagée pour détruire des cellules cancéreuses éventuelles dont la présence ne peut pas être mise en évidence. On empêche ou on retarde ainsi la formation de métastases % des patients vont avoir des métastases cérébrales si survie 2 ans Survie médiane : 9-12 mois. Survie 2 ans: < 5 %. Bénéfice de l irradiation crânienne prophylactique Diminution de l incidence des métastases cérébrales de 50% Gain de survie de 5.4% à 3 ans Si réponse clinique complète ou partielle Stade limité ou extensif Séquentielle avec la chimiothérapie sinon neurotoxicité. 12

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a

Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Cancer du poumon. Prise en charge thérapeutique du cancer du poumon non à petites cellules. septembre 2010. COLLECTION recommandations & référentiels

Cancer du poumon. Prise en charge thérapeutique du cancer du poumon non à petites cellules. septembre 2010. COLLECTION recommandations & référentiels Mesure 19 SoINS ET VIE DES MALADES septembre 2010 recommandations professionnelles Cancer du poumon Prise en charge thérapeutique du cancer du poumon non à petites cellules COLLECTION recommandations &

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

Cancer du poumon non à petites cellules Formes localisées non opérables, localement avancées et métastatiques

Cancer du poumon non à petites cellules Formes localisées non opérables, localement avancées et métastatiques Mesure 19 SoINS ET VIE DES MALADES SEPTEMBRE 2010 recommandations professionnelles Cancer du poumon non à petites cellules Formes localisées non opérables, localement avancées et métastatiques COLLECTION

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

Radiothérapie pour les métastases cérébrales

Radiothérapie pour les métastases cérébrales Radiothérapie pour les métastases cérébrales Dre Annie Ebacher Radio-oncologue CHUS, Sherbrooke Congrès du Réseau des soins palliatifs 28 mai 2007 Objectifs Épidémiologie Symptômes, facteurs pronostiques

Plus en détail

Cancers des voies urinaires

Cancers des voies urinaires Cancers des voies urinaires P O U R L ' A S S O C I A T I O N M O N T É R É G I E N N E E N S O I N S P A L L I A T I F S P A R A N N I E L E S S A R D U R O L O G U E C S S S R Y 1 ER D É C E M B R E

Plus en détail

objectifs(1) objectifs (2) Cancers pulmonaires Incidence Canada Quebec chez la femme

objectifs(1) objectifs (2) Cancers pulmonaires Incidence Canada Quebec chez la femme Cancers pulmonaires objectifs(1) Se familiariser avec l'épidémiologie des cancers pulmonaires au Québec, au Canada, chez les femmes et les hommes; Identifier les principaux facteurs étiologiques des cancers

Plus en détail

Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R

Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R I Classification histologique 1 ère classification OMS en 1967 (Kreyberg), révisée en 1981

Plus en détail

Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé

Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé Mathilde Gisselbrecht Capacité de gériatrie- Février 2010 Généralités Cancer bronchique primitif = cancer le plus fréquent en incidence dans le monde Incidence en

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

Cancer du sein et Radiothérapie

Cancer du sein et Radiothérapie Cancer du sein et Radiothérapie Indications et Effets secondaires Valérie Théberge MD FRCPC Radio-Oncologue CHU de Québec L Hôtel-Dieu de Québec Indications de la radiothérapie Mastectomie partielle Après

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA)

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Epidémiologie 3 ème cause de cancer chez l enfant après leucémies et tumeurs cérébrales 10% des cancers pédiatriques

Plus en détail

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Plan Buts de la chirurgie Chirurgie au sein: Y-a-t-il toujours un choix? Reconstruction simultanée?

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER. Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014

DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER. Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014 DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014 Objectifs du diagnostic Que faire devant des signes cliniques évocateurs? Faire le diagnostic le rapidement possible

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES CANCERS BRONCHIQUES

PRISE EN CHARGE DES CANCERS BRONCHIQUES PRISE EN CHARGE DES CANCERS BRONCHIQUES Réseau OncoBourgogne Groupe thématique régional PHARMACIENS 5 juin 2014 Dr Aurélie GROUET Pneumologue Oncologue thoracique Hôpital Privé Sainte Marie Chalon-sur-Saône

Plus en détail

Les cancers de l endomètre

Les cancers de l endomètre Chapitre 2 Les cancers de l endomètre Généralités Prise en charge Il convient d évaluer les facteurs de comorbidité et l espérance de vie. La stratégie thérapeutique repose principalement sur l opérabilité

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux Bilan d extension ganglionnaire du cancer bronchique B Padovani, D Ducreux, S Stolear, A Ocelli, E Giordana, L Mondot, S Chanalet, CP Raffaelli, P Carrier Extension ganglionnaire Élément essentiel de l

Plus en détail

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme Patho Med Cours 5 Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme BPCO: B: Broncho ( Bronche) P: Pneumopathie C: Chronique O: Obstructive Asthme Maladies avec des spasmes bronchiques Maladies avec des spasmes

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

TUMEURS DE L ESTOMAC

TUMEURS DE L ESTOMAC -1/8- Lundi 02/04/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset TUMEURS DE L ESTOMAC I/ INTRODUCTION : Le cancer de l estomac est le 4 cancer en fréquence derrière le

Plus en détail

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein Pr. Yves Aubard Les objectifs généraux de la surveillance Dépistage D un rechute locale ou régionale D un cancer du sein controlatéral D une métastase

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

CANCER DU POUMON ACTION-RÉACTION!

CANCER DU POUMON ACTION-RÉACTION! CANCER DU POUMON ACTION-RÉACTION! F O R M A T I O N C O N T I N U E // M me Bouchard, 65 ans, se présente à votre cabinet pour une toux sèche et persistante depuis un mois avec une légère dyspnée. Elle

Plus en détail

La nouvelle classification TNM en pratique

La nouvelle classification TNM en pratique La nouvelle classification TNM en pratique Thierry Berghmans Département des Soins Intensifs et Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Bruxelles, Belgique Bases historiques 1946 : Denoix invente le

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

L adénocarcinome. Le cancer de la prostate : ce que vous devez savoir. Mise à

L adénocarcinome. Le cancer de la prostate : ce que vous devez savoir. Mise à Le cancer de la prostate : ce que vous devez savoir Mise à j our Jean-Baptiste Lattouf, MD, FRCS et Fred Saad, MD, FRCS Présenté dans le cadre de la conférence : Urologie néphrologie sexologie, Université

Plus en détail

Radiothérapie-Oncologie

Radiothérapie-Oncologie Radiothérapie-Oncologie Dirk Van Gestel, MD, PhD Chef de service de Radiothérapie Les urgences de la radiothérapie Il n y en a pas! Il n y en a plus! Les urgences de la radiothérapie «The Friday night

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail

CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES DES SUJETS AGES. Christine le Maignan Hôpital Saint Louis

CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES DES SUJETS AGES. Christine le Maignan Hôpital Saint Louis CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES DES SUJETS AGES Christine le Maignan Hôpital Saint Louis 1 2 1 EPIDEMIOLOGIE 28 000 nouveaux cas/an > 25 000 décès/an 4ème rang des cancers Sex ratio 6,1 Mortalité

Plus en détail

CANCER DU POUMON ALGORITHMES D INVESTIGATION, DE TRAITEMENT ET DE SUIVI. Juillet 2014 UN PARTENARIAT DE

CANCER DU POUMON ALGORITHMES D INVESTIGATION, DE TRAITEMENT ET DE SUIVI. Juillet 2014 UN PARTENARIAT DE UN PARTENARIAT DE Institut national d excellence en santé et en services sociaux ALGORITHMES D INVESTIGATION, DE TRAITEMENT ET DE SUIVI CANCER DU POUMON Juillet 2014 INTRODUCTION 2 INTRODUCTION ALGORITHMES

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 19 février 2014 GIOTRIF 50 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 34009 275 659 3 9) GIOTRIF 40 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 34009 275 658 7 8) GIOTRIF 30 mg, comprimé

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Physiologie et histologie osseuses Cancérologie fondamentale

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER Des vads COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

Cancers du sein Version / 2005

Cancers du sein Version / 2005 Cancers du sein I-Cancer du sein non métastatique non inflammatoire I.1-Introduction La stratégie de traitement habituellement choisie à l Institut Paoli Calmettes est une stratégie adjuvante. Le traitement

Plus en détail

Cancers de la cavité buccale

Cancers de la cavité buccale Cancers de la cavité buccale LES CANCERS DE LA CAVITE BUCCALE : ASPECTS GENERAUX Données épidémiologiques : Les carcinomes de la cavité buccale représentent environ 20% des cancers des VADS. Ce sont dans

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

CANCER BRONCHIQUE Place de la médecine nucléaire. E.Ouhayoun - J. Giron Médecine nucléaire - Radiologie Centrale CHU Purpan

CANCER BRONCHIQUE Place de la médecine nucléaire. E.Ouhayoun - J. Giron Médecine nucléaire - Radiologie Centrale CHU Purpan CANCER BRONCHIQUE Place de la médecine nucléaire E.Ouhayoun - J. Giron Médecine nucléaire - Radiologie Centrale CHU Purpan Le Cancer Bronchique 25 000 cas /an (14%), 23 000 morts/an (24%) 1 ere cause de

Plus en détail

CANCERS TETE ET COU ASCO 2012 W.GAIS CAC BATNA

CANCERS TETE ET COU ASCO 2012 W.GAIS CAC BATNA CANCERS TETE ET COU ASCO 2012 W.GAIS CAC BATNA I CANCERS ORL: PLAN A/CANCERS ORL LOCALEMENT AVANCÉS ET CHIMIOTHÉRAPIE D INDUCTION A1 Etude DECIDER. A2 Etude PARADIGM. B/ L apport des anti EGFR à la radio

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

Avis 3 avril 2013. Laboratoire PFIZER. crizotinib. L01XE16 (Inhibiteurs de la tyrosine kinase) Inscription. Motif de l examen

Avis 3 avril 2013. Laboratoire PFIZER. crizotinib. L01XE16 (Inhibiteurs de la tyrosine kinase) Inscription. Motif de l examen COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 3 avril 2013 XALKORI 200 mg, gélule Boîte de 60 gélules (CIP : 34009 267 625 6 8) Flacon de 60 gélules (CIP : 34009 267 626 2 9) XALKORI 250 mg, gélule Boîte de 60 gélules

Plus en détail

Étude pharmaco-épidémiologique descriptive EGFR-2013-CPHG

Étude pharmaco-épidémiologique descriptive EGFR-2013-CPHG PROTOCOLE DE RECHERCHE Étude pharmaco-épidémiologique descriptive EGFR-2013-CPHG Caractéristiques des patients traités par erlotinib pour un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) avec mutation

Plus en détail

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire GENERALISTE Oncologue Radiologue Radiothérapeute Chirurgien Vincent Pointillart Unité de Pathologie Rachidienne CHU Bordeaux Clairement

Plus en détail

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ)

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) 1 Définition Hémopathie maligne grave d étiologie inconnue caractérisée par la prolifération de plasmocytes

Plus en détail

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce PET- SCAN ou TEP Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce (certains de ces clichés proviennent de la monographie Astrazeneca

Plus en détail

Cancer du sein métastatique triple négatif

Cancer du sein métastatique triple négatif Cancer du sein métastatique triple négatif Cancer du sein métastatique triplenégatif Mme I., 32 ans, mariée, 1 enfant de 6 mois Nationalité italienne ATCD personnels: aucun ATCD familiaux: aucun Facteur

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013 Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse 6 décembre 2013 Traitement du CBNPC Evolution du traitement des CBNPC métastatiques

Plus en détail

Cancer du poumon. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Cancer du poumon. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer du poumon Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer du poumon Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle

Plus en détail

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 Les différents types de cancers et leurs stades Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 CARCINOGENESE multiple steps, accumulation d altd altérations continuum lésionnel

Plus en détail

Cancers du larynx. Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx

Cancers du larynx. Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx Cancers du larynx Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx - Examen clinique ORL : laryngoscopie indirecte, fibroscopie avec étude de la mobilité laryngée +++, palpation des aires ganglionnaires

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

Traitement cancer du sein invasif H Marret -JLansac Département de Gynécologie Obstétrique CHU Bretonneau Tours France Le cancer du sein en France 37000 nouveaux cas en 1998 11000 décès dont 4000 < 65

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie 23 CHIRURGIE THORACIQUE Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations concernant la chirurgie que

Plus en détail

Cancers du cavum. Le diagnostic est fait par la nasofibroscopie et l'examen du cavum où l'on retrouve un bourgeon au niveau du cavum.

Cancers du cavum. Le diagnostic est fait par la nasofibroscopie et l'examen du cavum où l'on retrouve un bourgeon au niveau du cavum. Cancers du cavum Entité clinique, biologique et histologique différente des autres cancers cervicofaciaux par sa relation avec le virus Epstein bar, sa répartition géographique et sa radiosensibilité.

Plus en détail

Cancer du poumon. Comprendre le diagnostic

Cancer du poumon. Comprendre le diagnostic Cancer du poumon Comprendre le diagnostic Cancer du poumon Comprendre le diagnostic Lorsqu on lui annonce qu elle a un cancer, une personne peut se sentir seule, avoir peur et être dépassée par l énorme

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, du col et de l ovaire Cancer de l endomètre Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, CancerEst, Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé. Mathilde Gisselbrecht Capacité de gériatrie- Février 2009

Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé. Mathilde Gisselbrecht Capacité de gériatrie- Février 2009 Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé Mathilde Gisselbrecht Capacité de gériatrie- Février 2009 Généralités Cancer bronchique primitif = cancer le plus fréquent en incidence dans le monde Incidence en

Plus en détail

Suivi du cancer du sein

Suivi du cancer du sein Suivi du cancer du sein 23 septembre 2013 Dr Manon Giroux Plan Situation du cancer du sein au Canada Objectifs du suivi Quels examens Signes de récidive Complications des traitements Indications de référer

Plus en détail

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les amygdales Les amygdales: 2 organes situés dans le pharynx à l arrière de la gorge qui ont pour fonctions d empêcher l intrusion bactérienne. Amygdalite:

Plus en détail

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 INTRODUCTION 1 er cancer féminin avec l age age moyen: 48 ans expérience

Plus en détail

Informations générales sur le patient. Contexte de la RCP

Informations générales sur le patient. Contexte de la RCP Informations générales sur le patient Consentement : OUI NON Identifiant patient INSC visible :................. NOM D USAGE :.............................. NOM DE NAISSANCE :.................................

Plus en détail

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»?

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? I Jammet (1), E Decroisette (1), M Pouquet (1), Y Aubard (1), JP Rouanet (2), A Maubon (1) (1) Limoges France, (2) Montpellier

Plus en détail

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Cancer de l endomètre localisé à haut risque Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Plan Introduction: de quoi parle t on? Cas clinique: Mme L 76 ans Recommandations

Plus en détail

TECHNIQUES INNOVANTES ET TENDANCES ACTUELLES EN RADIOTHÉRAPIE: FOCUS SUR LE CANCER DU SEIN ET DE LA PROSTATE

TECHNIQUES INNOVANTES ET TENDANCES ACTUELLES EN RADIOTHÉRAPIE: FOCUS SUR LE CANCER DU SEIN ET DE LA PROSTATE HIRSLANDEN LAUSANNE CLINIQUE BOIS-CERF CLINIQUE CECIL TECHNIQUES INNOVANTES ET TENDANCES ACTUELLES EN RADIOTHÉRAPIE: FOCUS SUR LE CANCER DU SEIN ET DE LA PROSTATE LA RADIOTHÉRAPIE A FAIT D ÉNORMES PROGRÈS

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Hépatomégalie et masses abdominales (partie1) item 318

Hépatomégalie et masses abdominales (partie1) item 318 Hépatomégalie et masses abdominales (partie1) item 318 V. Gandemer Unité d hématologie-oncologie oncologie pédiatrique Service de Médecine de l enfant et de l adolescent CHU RENNES 2009 Objectifs Cas cliniques

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 mai 2010 ALIMTA 100 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion (CIP 383 080-2) B/1 ALIMTA 500 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion (CIP 565 825-3)

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques - juin 2005 - CARCINOMES INTRA-CANALAIRES Diagnostic Dépistage (le plus souvent examen clinique normal ; parfois tumeur,

Plus en détail

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Introduction Les localisations digestives sont les plus fréquentes des tumeurs carcinoïdes Il s agit de tumeurs d évolution lente Elles sont souvent asymptomatiques

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 GEMZAR 200 mg, lyophilisat pour usage parentéral (IV) Flacon de 10 ml GEMZAR 1000 mg, lyophilisat pour usage parentéral

Plus en détail

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés Les traitements médicamenteux du cancer du sein Ce document présente les différents traitements médicamenteux du cancer du sein. Il a pour but d aider les patientes et leurs proches à mieux comprendre:

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN)

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN) UNIVERSITÉ DE MÉDECINE ET PHARMACIE DE CRAIOVA FACULTÉ DE MÉDECINE CONTRIBUTIONS A L'ÉTUDE CLINIQUE ET MORPHOLOGIQUE DES CANCERS DU POUMON Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA Doctorant:

Plus en détail

XALKORI MC Cancer du poumon non à petites cellules

XALKORI MC Cancer du poumon non à petites cellules XALKORI MC Cancer du poumon non à petites cellules FÉVRIER 2014 Marque de commerce : Xalkori Dénomination commune : Crizotinib Fabricant : Pfizer Forme : Capsule Teneurs : 200 mg et 250 mg Avis de refus

Plus en détail

Les lignes directrices de suivi des cancers les plus communs Volet survivance

Les lignes directrices de suivi des cancers les plus communs Volet survivance Les lignes directrices de suivi des cancers les plus communs Volet survivance Alain Bestavros MD, FRCPC Hémato-oncologue Professeur adjoint de clinique Université de Montréal 25 septembre 2015 Je suis

Plus en détail

La Tomographie par Emission de Positons. Dr A Devillers, Dr L Le Dortz,

La Tomographie par Emission de Positons. Dr A Devillers, Dr L Le Dortz, La Tomographie par Emission de Positons Dr A Devillers, Dr L Le Dortz, Qu est ce que la TEP? Plateau technique de médecine nucléaire Technique d imagerie médicale fonctionnelle métabolique PET scan : terme

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Coalition européenne contre le cancer du sein Document extrait du site Version imprimable Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Oeuvre collective de la FNCLCC Extrait de Comprendre le cancer

Plus en détail

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé Dr Françoise Pêne 10 FEVRIER 2012 Bases de la Radiothérapie Historique - 1895 : rayons X (Röntgen) - 1896 : radioactivité (Becquerel) - 1898

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail