Prise en charge des carcinomes bronchiques selon le stade: le point de vue du chirurgien 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prise en charge des carcinomes bronchiques selon le stade: le point de vue du chirurgien 1"

Transcription

1 Schweiz Med Wochenschr 2000;130: A. Spiliopoulos, M. de Perrot Unité de thoracique, Département de, Hôpitaux Universitaires de Genève Prise en charge des carcinomes bronchiques selon le stade: le point de vue du n 1 Summary Stage-based management of bronchial carcinoma: the surgeon s view Surgery is the treatment of choice for non-small cell lung carcinoma (NSCLC) stage I and II. However, adjuvant or neoadjuvant chemotherapy may prove to be of benefit for stages IB and II. Treatment of non-small cell lung carcinoma stage IIIA remains controversial. Recently, neoadjuvant chemotherapy has shown excellent results in patients with metastases to mediastinal lymph nodes discovered at mediastinoscopy and, therefore, seems to be the treatment of choice for these patients. Patients with non-small cell lung carcinoma stage IIIB and IV may benefit from surgery in rare and extremely well selected cases. Keywords: stage; surgery; adjuvant treatment; neoadjuvant results Résumé Le traitement chirurgical des carcinomes bronchiques non à petites cellules est le traitement de choix pour les tumeurs de stades précoces. Toutefois, un traitement adjuvant ou néoadjuvant pourrait s avérer bénéfique pour les tumeurs de stades II, voire IB. Les tumeurs de stade IIIA restent l objet d une plus grande controverse. Actuellement, la chimiothérapie d induction lors de métastases ganglionnaires médiastinales semble donner d excellents résultats et devrait permettre d améliorer la survie de ces patients. Le traitement des tumeurs de stade IIIB et IV peut être chirurgical dans de très rares cas bien précis. Keywords: stade; ; traitement adjuvant; traitement néoadjuvant; résultats Introduction Le carcinome bronchique est une pathologie fréquente et agressive. Environ 3200 nouveaux cas sont recensés chaque année en Suisse et 80% d entre eux vont décéder dans les mois qui suivront le diagnostic [1]. Au cours de ces 20 dernières années, nous avons observé une augmentation des carcinomes bronchiques chez la femme, qui représente actuellement environ un tiers des patients opérés [2]. Parmi les thérapies actuellement à disposition, le traitement chirurgical offre la meilleure chance de cure aux patients atteints d une telle tumeur. Cependant, si le traitement chirurgical seule semble suffisant pour les tumeurs de stade IA, voire IB, les études tendent à démontrer qu un traitement combiné est supérieur au traitement chirurgical seul pour les stades plus avancés. Le but de cette article est de revoir la place du traitement chirurgical pour chacun des stades du carcinome bronchique non à petites cellules. 1 Relation principale à l Assemblée annuelle de la Société Suisse de Pneumologie (Morschach, juin 1999) Correspondance: Dr A. Spiliopoulos Unité de thoracique Hôpitaux Universitaires de Genève Rue Micheli-du-Crest 24 CH-1211 Genève

2 Schweiz Med Wochenschr 2000;130: Nr 19 Stade I Tableau 1 Survie à 5 ans des carcinomes bronchogéniques de stade IA et IB. Les tumeurs de stade I sont caractérisées par l absence de métastase ganglionnaire (T1N0 et T2N0). Elles ont été subdivisées en deux groupes A et B. Le stade IA inclut uniquement les tumeurs de 3 cm ou moins, sans infiltration de la plèvre viscérale ou de la bronche souche. Les tumeurs de stade IB sont soit d une taille supérieure à 3 cm, soit envahissent la plèvre viscérale ou la bronche souche à plus de 2 cm de la carène. Le pronostic est favorable avec une survie à 5 ans variant entre 57 et 80% pour les stades IA et entre 43 et 65% pour les stades IB (tab. 1). Hormis l infiltration pleurale et bronchique, la taille de la tumeur influence de manière significative la survie. Plusieurs études ont récemment démontré que la survie s abaissait progressivement pour des tumeurs s accroissant jusqu à 5 cm [8]. Ainsi, devrait-on peut-être s inspirer de la classification TNM du sein et subdiviser les tumeurs pulmonaires de stade I en plusieurs sous-groupes selon la taille de la tumeur. Par exemple, les tumeurs de type T1a (<1,5 cm), T1b (1,5 3 cm), et T1c (3,1 5 cm) devraient être différenciées des tumeurs de séries nombre de stade IA stade IB patients (T1N0) (T2N0) Mountain [3] % 57% Inoue et al. [4] % 65% de Perrot et al. [5] % 43% Naruke et al. [6] ,5% 52,7% Deneffe et al. [7] % 52% type T2 (>5 cm, ou infiltrant la plèvre ou la bronche souche). Cette classification pourrait avoir des répercussions, non seulement sur le pronostic, mais également sur la prise en charge chirurgicale, puisque les tumeurs classées T1a pourraient peut-être bénéficier d une segmentectomie avec biopsie ganglionnaire médiastinale par thoracoscopie au lieu de la lobectomie avec curage médiastinal habituellement recommandée [9]. Trois études ont analysé l utilité d un traitement adjuvant de radiothérapie ou de chimiothérapie après résection des tumeurs de stade I [10 12]. La radiothérapie n a pas eu d effet sur le taux de récidives, la majorité d entre elles étant à distance du site initiale [10]. Niiranen et ses collègues [11] ont, par contre, démontré qu un traitement de chimiothérapie postopératoire (cyclophosphamide, doxorubicine, cisplatine) améliorait la survie des patients avec une lésion tumorale de stade I. Ces résultats ne furent toutefois pas confirmés par le Lung Cancer Study Group, qui ne trouva aucune amélioration du taux de survie après un traitement de chimiothérapie adjuvant similaire [12]. Actuellement, nous considérons que le traitement chirurgical seul est recommandé pour ce groupe de patients. Cependant, à l avenir, la biologie moléculaire pourra peutêtre nous permettre d établir qu elles sont les patients qui sont à risque de développer des métastases et qui pourraient dès lors bénéficier d un traitement adjuvant [13]. Stade II Tableau 2 Survie à 5 ans des carcinomes bronchogéniques de stade IIA et IIB. 680 Les tumeurs de stade II (T1N1 et T2N1) sont caractérisées par la présence de métastases ganglionnaires intra-pulmonaires ou hilaires, mais sans métastases ganglionnaires médiastinales. A nouveau les tumeurs sont divisées en stade IIA (T1N1) et IIB (T2N1) en fonction des critères mentionnés précédemment. Les tumeurs envahissant la paroi thoracique sans métastase ganglionnaire (T3N0) ont une survie similaire séries nombre de stade IIA stade IIB patients (T1N1) (T2N1) (T3N0) Mountain [3] % 39% 38% Naruke et al. [6] ,6% 44,7% 42,9% de Perrot et al. [5] % 19% 15% Inoue et al. [4] % 42% 34% Read et al. [8] % 38% aux tumeurs avec métastases ganglionnaires hilaires et ont, par conséquent, été incluses dans le groupe des tumeurs de stade IIB. La survie des tumeurs de stade IIA varie entre 37 et 57% et celle des tumeurs de stade IIB entre 19 et 44,7% (tab. 2). De nombreuses études ont tenté de démontrer l utilité d un traitement adjuvant de radiothérapie et/ou de chimiothérapie pour les tumeurs de stade II. Récemment, une méta-analyse regroupant neuf séries randomisées a établi que la radiothérapie était inutile, voire délétère, pour les tumeurs de stade I et II [14]. La chimiothérapie quant à elle pourrait s avérer bénéfique afin de limiter les récidives à distance après résection des tumeurs de stade II. A Genève, nous administrons actuellement de façon randomisée un traitement adjuvant de

3 Schweiz Med Wochenschr 2000;130: Nr 19 chimiothérapie (cisplatine, vinblastine) aux patients avec métastases ganglionnaires intrapulmonaires ou hilaires (protocole IALT-«International Adjuvant Lung Cancer Trial»). Ce protocole qui incluera au total 3300 patients devrait permettre d améliorer la survie à 5 ans de 5 à 10%. Il faut mentionner que suite aux succès du traitement néoadjuvant pour les tumeurs de stade IIIA, quelques études proposent actuellement un traitement d induction de chimiothérapie pour les tumeurs de stade IB et II également. Stade IIIA Le stade IIIA inclue un large groupe de tumeurs présentant, soit des métastases ganglionnaires médiastinales homolatérales, soit une invasion directe des structures avoisinantes telles que le diaphragme, la plèvre médiastinale, le péricarde, ou la bronche souche à moins de 2 cm de la carène. Bien que les ganglions N2 regroupent les ganglions médiastinaux métastatiques du côté homolatéral à la tumeur, la limite entre ganglions hilaires et médiastinaux n est pas définie avec exactitude. L American Joint Committee on Cancer (AJCC) a récemment proposé que la ligne de réflexion pleurale se situe juste avant le départ de la bronche lobaire supérieure, permettant ainsi d avoir un point de repère fixe et reproductible entre les ganglions N1 et N2 [15]. La limite entre les ganglions homolatéraux (N2) et controlatéraux (N3) est également mal définie. Par exemple, le groupe de ganglions sous-carénaux est considéré comme homolatéral par les Américains et les Européens, tandis que les Japonais définissent les ganglions sous-carénaux au contact de la bronche souche contro-latérale comme controlatéraux (N3) [16]. La limite entre les ganglions N2 et N3 au niveau du médiastin supérieur se situe actuellement au niveau de la ligne médiane. Cependant, si l on considère les aires de drainage lymphatique, les tumeurs du poumon gauche se drainent effectivement tout d abord dans les ganglions para-trachéaux gauches, alors que les tumeurs du poumon droit se drainent sur la face antérieure et latérale gauche de la trachée en première intention. Ainsi, la limite entre les ganglions homo- et contro-latéraux devrait se situer au niveau du bord latéral gauche de la Tableau 3 Survie à 3 et 5 ans des carcinomes bronchogéniques de stade IIIA traité par chimiothérapie puis. séries nombre de patients survie à 3 ans survie à 5 ans Martini et al. [18] % 17% Sugarbaker et al. [19] 74 23% Elias et al. [20] 54 22% Burkes et al. [21] 39 26% Pujol et al. [22] 33 19% Rosell et al. [23] 30 23% Roth et al. [24] 28 56% Tableau 4 Type de traitement appliqué à l Hôpital Cantonal de Genève selon le stade TNM des carcinomes bronchiques. stade T1N0 T2N0 T3N0 T1 3N1 pt1 3N2 ct1 3N2 T4 NxM0/TxN3M0 traitement protocole de chimiothérapie adjuvante randomisée (IALT) radio-chimiothérapie adjuvante protocole de chimiothérapie néoadjuvante (SAKK) radiothérapie adjuvante si les ganglions N2 restent positif à l examen histologique protocole de radio-chimiothérapie néoadjuvante avec résection chirurgicale en cas de réponse clinique (EORTC) TxNxM1 considérée lors de métastase cérébrale ou surrénalienne unique c: ganglions médiastinaux (N2) découverts cliniquement avec diagnostic confirmé par médiastinoscopie p: ganglions médiastinaux (N2) découverts à l examen pathologique du curage ganglionnaire médiastinal N.B.: radiothérapie adjuvante si les marges de résection sont positives 681

4 Schweiz Med Wochenschr 2000;130: Nr 19 trachée pour les tumeurs pulmonaires droites [15]. Les tumeurs avec métastases ganglionnaires médiastinales sont certainement les tumeurs présentant la prise en charge la plus controversée. Bien que certains auteurs ne proposent pas de traitement chirurgical pour les tumeurs avec métastases ganglionnaires médiastinales découvertes cliniquement (cn2) et dont l histologie a été confirmée par médiastinoscopie [17], un traitement d induction de chimiothérapie avec ou sans radiothérapie semble actuellement donner de bons résultats (tab. 3). Plusieurs études comparant le traitement chirurgical seul au traitement chirurgical précédé d une chimiothérapie ont démontré une augmentation significative du taux de survie pour le deuxième groupe [23, 24]. La plus grande différence a été retrouvée dans l étude de Roth et collègues avec une survie à 3 ans passant de 15 à 56% [23]. Dans notre institution, nous suivons le protocole du SAKK («Swiss Group for Clinical Cancer Research») avec une chimiothérapie préopératoire à base de cisplatin et docetaxel. La radiothérapie est effectuée dans les suites postopératoires si les ganglions médiastinaux restent positifs malgré le traitement d induction de chimiothérapie (tab. 4). Actuellement, 10 patients ont été enrollés dans ce protocole avec de très bons résultats, puisque 8 d entre eux n avaient plus de tumeurs à l examen histologique des ganglions médiastinaux. Les patients présentant des ganglions médiastinaux métastatiques découverts fortuitement à l examen histologique du curage ganglionnaire (pn2), pratiqué systématiquement lors de la résection pulmonaire, vont bénéficier d un traitement de radio-chimiothérapie postopératoire. Stade IIIB Le traitement des tumeurs de stade IIIB est principalement médical, puisque les tumeurs envahissent, soit les ganglions médiastinaux controlatéraux (N3), soit le médiastin, le cœur, les gros vaisseaux, la trachée et/ou la carène, l œsophage, ou encore les corps vertébraux (T4). Dans quelques rares cas, un traitement chirurgical avec reconstruction vasculaire ou stabilisation osseuse est possible [25, 26]. Récemment deux études ont montré un bénéfice net avec un traitement d induction de radio-chimiothérapie suivi d un traitement chirurgical pour les tumeurs de stade IIIB [27, 28]. La survie qui se situe habituellement entre 15 et 20% était de 40% à 2 ans dans les deux séries. Ainsi, une étude multicentrique de phase II incluant les patients avec une tumeur de stade IIIB ayant répondu au traitement néoadjuvant (2 cycles de paclitaxel/carboplatin combinée à une radiothérapie de 45 Gy) a commencé dans notre institution sous l égide de l EORTC («European Organisation for Research and Treatment of Cancer»). Cependant, bien qu applicable aux patients avec métastases ganglionnaires médiastinales controlatérales, ce traitement d induction semble plus particulièrement prometteur pour les tumeurs de type T4. Stade IV Pour les tumeurs d emblée métastatiques, une approche chirurgicale se justifie pour les patients en bon état général, qui peuvent bénéficier d une résection complète à la fois de la tumeur primaire et de la métastase qui peut être synchrone ou métachrone. Il s agit de cas relativement rares de métastase cérébrale unique pour lesquelles il a été démontré que cette attitude agressive offrait une meilleure survie, un faible taux de récidive, et une qualité de vie supérieure au traitement radique seul [29, 30]. De même, lors de métastase surrénalienne unique, plusieurs auteurs ont démontré qu une approche chirurgicale pouvait également permettre d améliorer la survie, voire même d obtenir une rémission complète chez certains patients [31]. Conclusions Au cours de ces 20 dernières années, d énormes progrès ont été réalisés dans la prise en charge opératoire des patients atteints d un cancer pulmonaire [32]. Ainsi, par exemple l âge n est actuellement plus une contre-indication au traitement chirurgical [33]. Toutefois, le taux de résection des carcinomes bronchiques reste faible, puisque seul 25 à 30% des patients pourront bénéficier d un traitement chirurgical, les autres étant porteurs d une tumeur métastatique ou dépassée localement lors du diagnostic [5]. Ainsi, seul un diagnostic précoce, si possible à un stade encore asymptomatique, pourrait permettre à l avenir d améliorer la curabilité du carcinome bronchique. C est pour cette raison que nous soutenons 682

5 Schweiz Med Wochenschr 2000;130: Nr 19 les recommandations faites récemment par Strauss, Gleason, et Sugarbaker [34] et proposons une radiographie de thorax annuelle chez les patients ayant fumés plus de 20 unités paquet-année. Références 1 Bouchardy C, Fioretta G, de Perrot M, Obradovic M, Spiliopoulos A. Determinants of long-term survival after surgery for cancer of the lung. A population based study. Cancer 1999;86: de Perrot M, Licker M, Robert J, Spiliopoulos A. Time trend in the surgical management of patients with lung carcinoma. Eur J Cardiothorac Surg 1999;15: Mountain CF. Revision of the international system for staging lung cancer. Chest 1997;111: Inoue K, Sato M, Fujimura S, Sakarada A, Takahashi S, Usuda K, et al. Prognostic assessment of 1310 patients with non-small cell lung cancer who underwent complete resection from 1980 to J Thorac Cardiovasc Surg 1998; 116: de Perrot M, Licker M, Robert J, Spiliopoulos A. Expérience genevoise dans le traitement chirurgical des carcinomes pulmonaires, Schweiz Med Wochenschr 1999;129: Naruke T, Tsuchiya R, Kondo H, Asamura H, Nakayama H. Implications of staging in lung cancer. Chest 1997;112: 242S 8S. 7 Deneffe G, Lacquet LM, Verbeken E, Vermaut G. Surgical treatment of bronchogenic carcinoma: a retrospective study of 720 thoracotomies. Ann Thorac Surg 1988;45: Read RC, Yoder G, Schaeffer RC. Survival after conservative resection for T1N0M0 non-small cell lung cancer. Ann Thorac Surg 1990;49: Ginsberg RJ, Rubinstein LV, and the Lung Cancer Study Group. Randomized trial of lobectomy versus limited resection for T1N0 non-small cell lung cancer. Ann Thorac Surg 1995;60: Lafitte JJ, Ribet ME, Prévost BM, Gosselin BH, Copin MC, Brichet AH. Postresection irradiation for T2N0M0 nonsmall cell carcinoma: a prospective, randomized study. Ann Thorac Surg 1996;62: Niiranen A, Niitamo-Korhonen S, Kouri M, Assendelft A, Mattson K, Pyrhonen S. Adjuvant chemotherapy after radical surgery for non-small cell lung cancer: a randomized study. J Clin Oncol 1992;10: Feld R, Rubinstein L, Thomas PA. Adjuvant chemotherapy with CAP in patients with completely resected stage I nonsmall cell lung cancer. J Natl Cancer Inst 1993;85: D amico TA, Massey M, Herndon JE, Moore MB, Harpole DH. A biologic risk model for stage I lung cancer: immunohistochemical analysis of 408 patients with the use of ten molecular markers. J Thorac Cardiovasc Surg 1999;117: PORT Meta-analysis Trialists Group. Postoperative radiotherapy in non-small-cell lung cancer: systematic review and meta-analysis of individual patient data from none randomised controlled trials. Lancet 1998;352: Ginsberg RJ. Continuing controversies in staging NSCLC: an analysis of the revised 1997 staging system. Oncology 1998;12: Naruke T. Mediastinal lymph node dissection. In: Pearson FG, Deslauriers J, Ginsberg R, eds. Thoracic Surgery. New York: Churchill Livingstone; p Mannam GC, Kaplan DK, Michail P. Surgical management of non-small cell lung cancer with ipsilateral mediastinal node metastasis. J Thorac Cardiovasc Surg 1994;107: Martini N, Kris MG, Flehinger B, Gralla RJ, Bains MS, Burt ME, et al. Preoperative chemotherapy for stage IIIa (N2) lung cancer: the Sloan-Kettering experience with 136 patients. Ann Thorac Surg 1993;55: Sugarbaker DJ, Herndon J, Kohman LJJ, Krasna MJ, Green MR. Results of cancer and leukemia group B protocol A multiinstitutional phase II trimodality trial for stage IIIA (N2) non-small cell lung cancer. Cancer and Leukemia Group B Thoracic Surgery Group. J Thorac Cardiovasc Surg 1995;109: Elias AD, Skarin AT, Gonin R, Oliynyk P, Stomper PC, O Hara C, et al. Neoadjuvant treatment of stage IIIA nonsmall lung cancer. Long-term results. Am J Clin Oncol 1994;17: Burkes R, Ginsberg RJ, Sheperd FA, Blackstein ME, Goldberg ME, Waters PF, et al. Induction chemotherapy with mitomycin, vindesine, and cisplatin for stage III unresectable non-small cell lung cancer: results of the Toronto phase II trial. J Clin Oncol 1992;10: Pujol JL, Hayot M, Rouanet P, Le Chevalier T, Michel FB. Long-term results of neoadjuvant ifosfamide, cisplatin, etoposide combination in locally advanced non-small cell lung cancer. Chest 1994;106: Roth JA, Fossella F, Komaki R, Ryan MB, Putnam JB Jr, Lee JS, et al. A randomized trial comparing perioperative chemotherapy and surgery with surgery alone in resectable stage IIIA non-small cell lung cancer. J Natl Cancer Inst 1994; 86: Rosell R, Gomez-Codina J, Camps C. A randomized trial comparing preoperative chemotherapy plus surgery with surgery alone in patients with non-small cell lung cancer. N Engl J Med 1994;330: Klepetko W, Wisser W, Bîrsan T, Mares P, Taghavi S, Kupilik N, et al. T4 lung tumors with infiltration of the thoracic aorta: is an operation reasonable? Ann Thorac Surg 1999; 67: Tsuchiya R, Asamura H, Kondo H, Goya T, Naruke T. Extended resection of the left atrium, great vessels, or both for lung cancer. Ann Thorac Surg 1994;57: Rusch VW, Albain KS, Crowley JJ, Rice TTW, Lonchyna V, McKenna R Jr, et al. Neoadjuvant therapy: a novel and effective treatment for stage IIIb non-small cell lung cancer. Ann Thorac Surg 1994;58: Rice TW, Adelstein DJ, Koka A, Tefft M, Kirby TJ, Van Kirk MA, et al. Accelerated induction therapy and resection for poor prognosis stage III non-small cell lung cancer. Ann Thorac Surg 1995;60: Patchell RA, Tibbs PA, Walsh JW, Dempsey RJ, Maruyama Y, Kryscio RJ, et al. A randomized trial of surgery in the treatment of single metastases to the brain. N Engl J Med 1990;322: Burt M, Wronski M, Arbit E, Galicich JH. Resection of brain metastases from non-small cell lung carcinoma. Results of therapy. J Thorac Cardiovasc Surg 1992;103: de Perrot M, Licker M, Robert J, Spiliopoulos A. Five-year survival after surgical resections of bronchogenic carcinoma and adrenal metastasis. Ann Thorac Surg 1999;68: Licker M, de Perrot M, Höhn L, Tschopp JM, Robert J, Frey JG, et al. Perioperative mortality and major cardio-pulmonary complications after lung surgery for non-small cell lung carcinoma. Eur J Cardiothorac Surg 1999;15: de Perrot M, Licker M, Reymond M, Robert J, Spiliopoulos A. Influence of age on operative mortality and long-term survival after lung resection for primary lung carcinoma. Eur Resp J 1999;14: Strauss GM, Gleason RE, Sugarbaker DJ. Chest X-ray screening improves outcome in lung cancer. A reappraisal of randomized trials on lung cancer screening. Chest 1995; 107:270S 9S. 683

La nouvelle classification TNM en pratique

La nouvelle classification TNM en pratique La nouvelle classification TNM en pratique Thierry Berghmans Département des Soins Intensifs et Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Bruxelles, Belgique Bases historiques 1946 : Denoix invente le

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 Les différents types de cancers et leurs stades Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 CARCINOGENESE multiple steps, accumulation d altd altérations continuum lésionnel

Plus en détail

Classi cation TNM du cancer bronchique

Classi cation TNM du cancer bronchique Revue des Maladies Respiratoires Actualités (2014) 6, 388-394 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com Classi cation TNM du cancer bronchique TNM classi cation for the lung cancer J.-P. Sculier Service

Plus en détail

Le traitement chirurgical du cancer bronchique non à petites cellules

Le traitement chirurgical du cancer bronchique non à petites cellules Série «considérations chirurgicales pour le pneumologue» Coordonnée par V. Ninane et G. Decker Le traitement chirurgical du cancer bronchique non à petites cellules P. de Leyn 1, G. Decker 1, 2 1 Hôpital

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

INVESTIGATEUR PRINCIPAL. Pr Alain DEPIERRE. COORDINATION IFCT Franck MORIN. PROMOTEUR C.H.U Besançon

INVESTIGATEUR PRINCIPAL. Pr Alain DEPIERRE. COORDINATION IFCT Franck MORIN. PROMOTEUR C.H.U Besançon Essai thérapeutique randomisé comparant deux schémas de chimiothérapie préopératoire dans les cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC) de stades cliniques I et II. PROTOCOLE IFCT-0002 INVESTIGATEUR

Plus en détail

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations 2005 Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations pour la Pratique Clinique : Standards, Options et Recommandations 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

RÉSUMÉ ABSTRACT. chirurgie thoracique

RÉSUMÉ ABSTRACT. chirurgie thoracique Évolution de la prise en charge chirurgicale des cancers pulmonaires en France : lobectomie mini-invasive versus lobectomie par thoracotomie d après la base de données nationale Epithor Sophie Guinard,

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Deux grandes questions Cette modalité de présentation, requiert elle une prise en charge

Plus en détail

Lobectomie pulmonaire vidéo-assistée : technique, indications et résultats

Lobectomie pulmonaire vidéo-assistée : technique, indications et résultats J Fran Viet Pneu 2012; 03(08): 1-65 2012 JFVP. All rights reserved. www.afvp.info JOURNAL FRANCO-VIETNAMIEN DE PNEUMOLOGIE Journal of French-Vietnamese Association of Pulmonology ARTICLE ORIGINAL Lobectomie

Plus en détail

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN)

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN) UNIVERSITÉ DE MÉDECINE ET PHARMACIE DE CRAIOVA FACULTÉ DE MÉDECINE CONTRIBUTIONS A L'ÉTUDE CLINIQUE ET MORPHOLOGIQUE DES CANCERS DU POUMON Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA Doctorant:

Plus en détail

Quelle valeur donner au diagnostic anatomopathologique préopératoire du cancer bronchopulmonaire?

Quelle valeur donner au diagnostic anatomopathologique préopératoire du cancer bronchopulmonaire? Quelle valeur donner au diagnostic anatomopathologique préopératoire du cancer bronchopulmonaire? Olivier Aze 1 *, Nicolas Venissac 1, Daniel Pop 1, Charlotte Cohen 1, Paul Hofman 2, Jérome Mouroux 1 RÉSUMÉ

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Tumeurs osseuses de l enfantl

Tumeurs osseuses de l enfantl Tumeurs osseuses de l enfantl Enseignement interrégional DES de PédiatrieP Auvergne Rhône Alpes Etienne Merlin Clermont-Ferrand 14 mars 2008 14-15 15 mars 2008 E Merlin DES pediatrie Clermont Ferrand 1

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES

COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES Approximativement, un tiers de tous les décès dus au cancer sont en relation avec

Plus en détail

Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche.

Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche. Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche. Nicole Delépine www.nicoledelepine.fr Pourquoi ne pas poursuive ce protocole qui donne plus de huit

Plus en détail

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Conflits d intérêts Aucun Introduction Constat : CB = Moins de motivation des pneumologues à obtenir le sevrage tabagique (versus

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

VOLUMES-CIBLES Cancer Bronchique Non-à-Petites Cellules

VOLUMES-CIBLES Cancer Bronchique Non-à-Petites Cellules VOLUMES-CIBLES Cancer Bronchique Non-à-Petites Cellules Philippe GIRAUD, Nicolas POUREL, Vincent SERVOIS Romainville, le 29 septembre 2011 1 Radiothérapie et cancer du poumon La dosimétrie des cancers

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 novembre 2009 IRESSA 250 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP 395 950-7) ASTRAZENECA géfitinib Liste I Médicament soumis à prescription hospitalière. Prescription

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail

Référentiel régional Prise en charge des cancers du poumon non à petites cellules Version 1 Avril 2009

Référentiel régional Prise en charge des cancers du poumon non à petites cellules Version 1 Avril 2009 Référentiel régional Prise en charge des cancers du poumon non à petites cellules Version 1 Avril 2009 Sommaire Contexte 5 Epidémiologie...5 Objectifs...5 Champ d application...5 Utilisateurs cibles...5

Plus en détail

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiofréquence Interac*on courant électro- magné*que ma*ère agita*on ionique chaleur Coagula*on Nécrose

Plus en détail

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Institut Cancérologie de l Ouest CHIRURGIE Dr. Isabelle Jaffré CAS CLINIQUE 1 36 ans 90B sans CI radiothérapie

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales Henri Roché, Institut Claudius Regaud Toulouse, 9 février 2012 Histoire naturelle Les cancers en cause Les éléments de stratégie

Plus en détail

Chirurgie Pulmonaire après pancréatectomie pour métastases du rein

Chirurgie Pulmonaire après pancréatectomie pour métastases du rein Chirurgie Pulmonaire après pancréatectomie pour métastases du rein Jalal Assouad, MD, Pascal Berna, MD, Boriana Petkova, MD, Duc Nhat Minh Pham, MD, Emmanuel Brian, MD, Marc Riquet, MD, PhD Service de

Plus en détail

Place de la chirurgie à l heure des thérapies ciblées. The role of surgery in the era of targeted therapy. * Non ouvert en France.

Place de la chirurgie à l heure des thérapies ciblées. The role of surgery in the era of targeted therapy. * Non ouvert en France. dossier thématique Place de la chirurgie à l heure des thérapies ciblées The role of surgery in the era of targeted therapy P. Bigot*, J.C. Bernhard** Points forts» En association avec l immunothérapie,

Plus en détail

Pascal Thomas, pour la Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire.

Pascal Thomas, pour la Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire. e-mémoires de l'académie Nationale de Chirurgie, 2009, 8 (1) : 36-40 36 Recommandations de la Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire de pratiques chirurgicales dans le traitement

Plus en détail

II. A - DEFINITION 1. STADE IIIA

II. A - DEFINITION 1. STADE IIIA Les carcinomes bronchiques non à petites cellules (CBNPC) de stade III constituent un groupe très hétérogène et représentent environ 40% des cas de CBNPC. Le traitement des stades III est en règle non

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

CANCER DU POUMON ACTION-RÉACTION!

CANCER DU POUMON ACTION-RÉACTION! CANCER DU POUMON ACTION-RÉACTION! F O R M A T I O N C O N T I N U E // M me Bouchard, 65 ans, se présente à votre cabinet pour une toux sèche et persistante depuis un mois avec une légère dyspnée. Elle

Plus en détail

Le cancer du poumon 2/18/2015. Radio-oncologue CSSS Gatineau. Stéphanie Ferland B.pharm, MD, MSc, FRCPC

Le cancer du poumon 2/18/2015. Radio-oncologue CSSS Gatineau. Stéphanie Ferland B.pharm, MD, MSc, FRCPC Objectifs Le cancer du poumon Stéphanie Ferland B.pharm, MD, MSc, FRCPC Radio-oncologue CSSS Gatineau Décrire le rôle de la thérapie générale en ce qui concerne les traitements néoadjuvants, adjuvants

Plus en détail

PROJET DE RECHERCHE. FSF 91 boulevard de Sébastopol 75002 Paris

PROJET DE RECHERCHE. FSF 91 boulevard de Sébastopol 75002 Paris 2015 PROJET DE RECHERCHE Apport de la fluorescence pour la détection des ganglions sentinelles dans les cancers du sein FLUO-BREAST Praticien Hospitalo-universitaire Chirurgie cancérologique gynécologique

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Pierre Lèguevaque CHU Rangueil Toulouse Intérêt de la démarche qualité: L amélioration de la qualité des pratiques professionnelles est devenue nécessaire

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement des tumeurs des VADS. D.Dequanter;M.Shahla;C.Aubert;Y.Deniz;P.Lothaire

Place de la chirurgie dans le traitement des tumeurs des VADS. D.Dequanter;M.Shahla;C.Aubert;Y.Deniz;P.Lothaire Place de la chirurgie dans le traitement des tumeurs des VADS D.Dequanter;M.Shahla;C.Aubert;Y.Deniz;P.Lothaire Introduction O.Filleul et all. Bulletin du cancer 2011;8:11-12 Introduction O.Filleul et

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

CANCER de l ESTOMAC. Dr Kanor, Dr Mineur, Dr Houtin 7 ème Journée Carpentrassienne Vendredi 4 Décembre 2011

CANCER de l ESTOMAC. Dr Kanor, Dr Mineur, Dr Houtin 7 ème Journée Carpentrassienne Vendredi 4 Décembre 2011 CANCER de l ESTOMAC Dr Kanor, Dr Mineur, Dr Houtin 7 ème Journée Carpentrassienne Vendredi 4 Décembre 2011 On aurait pu dire 4 ème rang mondial : poumon,sein,colon 2 ème rang des cancers digestifs France

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Anatomie du larynx Physiologie de la phonation et de la déglutition

Plus en détail

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme Patho Med Cours 5 Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme BPCO: B: Broncho ( Bronche) P: Pneumopathie C: Chronique O: Obstructive Asthme Maladies avec des spasmes bronchiques Maladies avec des spasmes

Plus en détail

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques GRECCAR 4 Groupe de REcherche Chirurgical sur le CAncer du Rectum Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques N EudraCT

Plus en détail

Le cancer dans le canton de Fribourg

Le cancer dans le canton de Fribourg Le cancer dans le canton de Fribourg Le cancer du poumon dans le canton de Fribourg, analyses statistiques réalisées sur la base des données récoltées par le Registre fribourgeois des tumeurs depuis début

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

CANCERS BRONCHIQUES PRIMITIFS CANCER BRONCHIQUE NON A PETITES CELLULES (CBNPC)

CANCERS BRONCHIQUES PRIMITIFS CANCER BRONCHIQUE NON A PETITES CELLULES (CBNPC) >> version du 7 avril 2007 CANCERS BRONCHIQUES PRIMITIFS CANCER BRONCHIQUE NON A PETITES CELLULES (CBNPC) CANCERS BRONCHIQUES PRIMITIFS CANCER BRONCHIQUE NON A PETITES CELLULES (CBNPC) REFERENTIEL NORD

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur J. Lansac Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale Volume 2009 publié le 9.12.2009 TRENTE-TROISIÈMES JOURNÉES

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère

Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère Traitement des tumeurs pulmonaires par RF Chauffage : particularités pulmonaires NICE guidelines RFA LUNG Percutaneous

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

De la chirurgie du nodule aux ganglions

De la chirurgie du nodule aux ganglions De la chirurgie du nodule aux ganglions Docteur Xavier CARRAT Institut Bergonié Clinique Saint Augustin Chirurgie des lésions bénignes de la thyroïde problématique opératoire «simple» avec indication portée

Plus en détail

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt en lien avec cette présentation

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Cancer et dyspnée: comment peut-on soulager? Dr Lise Tremblay 10 mai 2010

Cancer et dyspnée: comment peut-on soulager? Dr Lise Tremblay 10 mai 2010 Cancer et dyspnée: comment peut-on soulager? Dr Lise Tremblay 10 mai 2010 Objectifs Comprendre la physiopathologie de la dyspnée Connaître les traitements disponibles pour soulager la dyspnée Définir la

Plus en détail

Chimiothérapie des cancers bronchiques non à petites cellules. Dr Aloulou Samir Médenine le 13 Juin 2015

Chimiothérapie des cancers bronchiques non à petites cellules. Dr Aloulou Samir Médenine le 13 Juin 2015 Chimiothérapie des cancers bronchiques non à petites cellules Dr Aloulou Samir Médenine le 13 Juin 2015 Cas clinique Mr A.S agé de 55 ans grand tabagique consulte aux urgences pour céphalées évoluant depuis

Plus en détail

CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES

CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES 1 EPIDEMIOLOGIE 28 000 nouveaux cas/an 4ème rang des cancers Sex ratio 6,1 Mortalité > 27 000/an Âge médian H 67 ans, F 68 ans 2 1 Taux annuel ajusté

Plus en détail

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluations de la survie sans progression et du contrôle locoregional comme critère de substitution

Plus en détail

CANCERS BRONCHO-PULMONAIRES

CANCERS BRONCHO-PULMONAIRES OMEDIT Nord-Pas-De-Calais Affaire suivie par : Monique.YILMAZ@ars.sante.fr OMEDIT Aquitaine Affaire suivie par : antoine.brouillaud@omedit-aquitaine.fr morgane.guillaudin@omedit-aquitaine.fr myriam.roudaut@omedit-aquitaine.fr

Plus en détail

Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire

Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire J.-F. Geay, I. Ray-Coquard, H. Curé et É. Pujade-Lauraine Pourquoi un traitement de consolidation? Le standard de traitement de première ligne d

Plus en détail

Cancer du poumon. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Cancer du poumon. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer du poumon Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer du poumon Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle

Plus en détail

Traitement adjuvant du cancer du sein en 2012. Christine Desbiens md, FRCSC Journée Mise à jour CMS Centre des Congrès, 26 octobre 2012

Traitement adjuvant du cancer du sein en 2012. Christine Desbiens md, FRCSC Journée Mise à jour CMS Centre des Congrès, 26 octobre 2012 Traitement adjuvant du cancer du sein en 2012 Christine Desbiens md, FRCSC Journée Mise à jour CMS Centre des Congrès, 26 octobre 2012 Conflits d intérêt Non présents pour cette présentation Objectifs:

Plus en détail

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Bilan d extension locale d une tumeur rectale François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Introduction - Déterminer l extension locale précise d une tumeur rectale est un enjeu majeur pour le radiologue

Plus en détail

Le retour de l immunothérapie dans le traitement du cancer bronchique.

Le retour de l immunothérapie dans le traitement du cancer bronchique. Le retour de l immunothérapie dans le traitement du cancer bronchique. Dr Bertrand MENNECIER, Charlotte LEDUC, Benjamin RENAUD-PICARD, Clément KORENBAUM CHRU de Strasbourg FOM Lille 21/03/2013 Disclosure

Plus en détail

Cancer du poumon chez le sujet âgé : traitement du carcinome bronchique non à petites cellules

Cancer du poumon chez le sujet âgé : traitement du carcinome bronchique non à petites cellules Cancer du poumon chez le sujet âgé : traitement du carcinome bronchique non à petites cellules M.-C. Pailler et J.-F. Morère Introduction Avec plus de 700 000 nouveaux cas annuels, le cancer bronchique

Plus en détail

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Médicale R.Sai, K.Bouzid Service d Oncologie d Médicale, M E.H.S Centre P & M Curie, Alger introduction Chimiothérapie anti-canc

Plus en détail

Introduction. Lésion pulmonaire dite suspecte en l absence l nignité:

Introduction. Lésion pulmonaire dite suspecte en l absence l nignité: Comparaison entre scanner et morphotep dans l él évaluation du stade TNM d une d lésion l pulmonaire suspecte S Ciprian-Corby (1), L Meyer-Bisch (1), MA Muller (2), P Olivier (2), A Bertrand (2), D Régent

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé. Mathilde Gisselbrecht Capacité de gériatrie- Février 2009

Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé. Mathilde Gisselbrecht Capacité de gériatrie- Février 2009 Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé Mathilde Gisselbrecht Capacité de gériatrie- Février 2009 Généralités Cancer bronchique primitif = cancer le plus fréquent en incidence dans le monde Incidence en

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

Session plénière: 1 / 4 Sessions scientifiques et poster discussions: Poster présentations: 87/1438

Session plénière: 1 / 4 Sessions scientifiques et poster discussions: Poster présentations: 87/1438 CANCERS DIGESTIFS Session plénière: 1 / 4 Sessions scientifiques et poster discussions: 38/435 Poster présentations: 87/1438 The TME Trial after a Median Follow-up of 11 Years C. A. Marijnen et Al, Leiden,

Plus en détail

Cancer de l ovaire. traitements, soins et innovation. traitements adjuvants et de consolidation. www.e-cancer.fr. juin 2009

Cancer de l ovaire. traitements, soins et innovation. traitements adjuvants et de consolidation. www.e-cancer.fr. juin 2009 traitements, soins et innovation juin 2009 recommandations professionnelles Cancer de l ovaire traitements adjuvants et de consolidation COLLECTION recommandations & référentiels RECOMMANDATIONS DE PRISE

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer du sein?

Qu est-ce que le cancer du sein? Cancer du sein Qu est-ce que le cancer du sein? Laissez-nous vous expliquer. www.fondsanticancer.org www.esmo.org ESMO/FAC Patient Guide Series basés sur les recommandations de pratique clinique de ESMO

Plus en détail

Tumeur maligne des os

Tumeur maligne des os Tumeur maligne des os E p idém iologie tumeur maligne primitive de l os touchant essentiellement l adolescent et l adulte jeune. 70% des sarcomes ostéogéniques sont diagnostiqués avant l âge de 18ans dans

Plus en détail

LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES DE L ASCO

LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES DE L ASCO Communiqué de presse Villejuif, jeudi 30 mai 2013 49 ème congrès de l American Society of Clinical Oncology (ASCO, Chicago, USA, 31 mai 4 juin 2013) LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES

Plus en détail

OBJECTIFS 2013-02- 14 LE TRAITEMENT DU CANCER DU POUMON DE STADE AVANCÉ: " OÙ EN SOMMES-NOUS " EN 2013?

OBJECTIFS 2013-02- 14 LE TRAITEMENT DU CANCER DU POUMON DE STADE AVANCÉ:  OÙ EN SOMMES-NOUS  EN 2013? OBJECTIFS LE TRAITEMENT DU CANCER DU POUMON DE STADE AVANCÉ: " OÙ EN SOMMES-NOUS " EN 2013? Connaître les différentes options de traitement disponibles pour le cancer du poumon de stade avancé Connaître

Plus en détail

Avis sur l'utilisation de la capécitabine (Xeloda ) dans le traitement du cancer du poumon non à petites cellules de stades IIIb et IV

Avis sur l'utilisation de la capécitabine (Xeloda ) dans le traitement du cancer du poumon non à petites cellules de stades IIIb et IV Avis sur l'utilisation de la capécitabine (Xeloda ) dans le traitement du cancer du poumon non à petites cellules de stades IIIb et IV INTRODUCTION Le cancer du poumon est le cancer le plus fréquent au

Plus en détail

Cancer Bronchique «Sujet Agé» Etat de la litterature

Cancer Bronchique «Sujet Agé» Etat de la litterature Cancer Bronchique «Sujet Agé» Etat de la litterature Situation en 2011 M CHAKRA Secteur Oncologie Thoracique CHU Arnaud de Villeneuve, Montpelier Qu est ce qu un sujet âgé? 70 ans est habituellement considéré

Plus en détail

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR CLIMAT - PRODIGE 30 Etude de phase III randomisée évaluant l Intérêt de la colectomie première chez les patients porteurs d un cancer colique asymptomatique avec métastases hépatiques synchrones non résécables

Plus en détail

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique 2 Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique Patient de 60 ans, ATCD: HTA, IDM en 2007, hypercholestérolémie Juin 2008: Toux, dyspnée (sous 02) et anorexie progressive Bilan

Plus en détail

Place de la chirurgie pulmonaire dans les Cancers primitifs et Chirurgie de Métastasectomie Pulmonaire

Place de la chirurgie pulmonaire dans les Cancers primitifs et Chirurgie de Métastasectomie Pulmonaire Place de la chirurgie pulmonaire dans les Cancers primitifs et Chirurgie de Métastasectomie Pulmonaire A.J. PONCELET, Ph. NOIRHOMME. Department of Cardio-Thoracic Surgery, Cliniques universitaires Saint-Luc,

Plus en détail

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE IMAGERIE EN CANCEROLOGIE Méthodes Diagnostiques et Thérapeutiques récentes Frank Boudghene Hopital Tenon - Université Paris 6 FEDERATION D IMAGERIE DU CANCER Nouveautés en IRM IRM Morphologique : Matériel

Plus en détail

Programme AcSé. Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib

Programme AcSé. Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib Programme AcSé Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib G. Vassal, J.Y. Blay, C. Cailliot, N. Hoog-Labouret, F. Denjean, M. Jimenez, A.L.

Plus en détail

LA RADIOTHÉRAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM : quand, comment et pourquoi?

LA RADIOTHÉRAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM : quand, comment et pourquoi? LA RADIOTHÉRAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM : quand, comment et pourquoi? P. Martinive (1), D. Vandaele (2), E. Lennerts (3), M. Polus (2), C. Coimbra (4), L. Kohnen (4), J. Vanderick (1), J. Collignon (5),

Plus en détail

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us?

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us? Dr Jean-Charles Soria : Bonjour et bienvenue dans ce programme. Je suis Jean Charles Soria, Professeur de Médecine et Directeur du programme de développement précoce des médicaments à l université Paris

Plus en détail

Le quizz des stats. Xavier Paoletti. Sce de biostatistiques / Inserm U900 Institut Curie

Le quizz des stats. Xavier Paoletti. Sce de biostatistiques / Inserm U900 Institut Curie Le quizz des stats Xavier Paoletti Sce de biostatistiques / Inserm U900 Institut Curie Qques questions pour entamer les hostilités 1. Description de la population Pourquoi parler d'âge médian et non moyen?

Plus en détail

Traitement des métastases hépatiques synchrones du cancer colorectal

Traitement des métastases hépatiques synchrones du cancer colorectal Traitement des métastases hépatiques synchrones du cancer colorectal Professeur Gilles Mentha Département de Chirurgie HUG Journées médico-chirurgicales d hépatologie et de gastroentérologie 30 novembre

Plus en détail

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Sylvie CHABAUD Direction de la Recherche Clinique et de l Innovation : Centre Léon Bérard - Lyon Unité de Biostatistique

Plus en détail

GEMCITABINE. 38 mg/ml ; 1 g/ml, 200 mg et 1 000 mg poudre ou lyophilisat Publication Juillet 2010

GEMCITABINE. 38 mg/ml ; 1 g/ml, 200 mg et 1 000 mg poudre ou lyophilisat Publication Juillet 2010 I. GEMZAR et génériques- gemcitabine Nom commercial GEMZAR Dénomination commune internationale Laboratoire exploitant ou titulaire de l AMM GEMCITABINE LILLY FRANCE Génériques : ACTAVIS GROUP, EBEWE PHARMA

Plus en détail