Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN)"

Transcription

1 UNIVERSITÉ DE MÉDECINE ET PHARMACIE DE CRAIOVA FACULTÉ DE MÉDECINE CONTRIBUTIONS A L'ÉTUDE CLINIQUE ET MORPHOLOGIQUE DES CANCERS DU POUMON Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN)

2 CONTENU MOTS-CLÉS:... 3 L ETAT DES CONNAISSANCES... 4 CONTRIBUTION PERSONELLE... 7 CHAPITRE 1. MATERIEL ET METHODES... 7 RESULTATS ET DISCUSSIONS... 9 CHAPITRE 2. L ÉTUDE DU CONTEXTE CLINIQUE GÉNÉRAL.. 9 CHAPITRE 3. L ÉTUDE DES CORRÉLATIONS ENTRE LES PARAMETRES CHAPITRE 4. L ÉTUDE ANATOMO-PATHOLOGIQUE CONCLUSIONS

3 MOTS-CLÉS: C a n c e r d e s p o u m o n s Ty p e h i sto p a t h o l o g i q u e Im m u n o h i s t o c h i m i e P h e n o t y p e 3

4 L ETAT DES CONNAISSANCES La pathologie chirurgicale thoracique, y compris les tumeurs du poumon, a eu un certain nombre de changements dans les deux dernières décennies, les deux en raison de l'incidence croissante du cancer du poumon et l'évolution continue de la chirurgie thoracique. Nous connaissons assez profondément maintenant l' histopathologie du cancer du poumon. La plupart des classifications histopathologiques des cancers du poumon, y compris la version révisée de la classification de l'oms, mentionne quatre types principaux: le carcinome cellulaire squameu, l'adénocarcinome, carcinome à grandes cellules et le carcinome à petites cellules. Sont également décrits plusieurs sous-types histologiques et certaines formes rares. Les nouvelles techniques, en particulier l'immunohistochimie, ont fourni des nombreuses informations sur l' histogenese, la différenciation tumorale et la prolifération, d'informations largement utilisées pour la classification des tumeurs. Le cancer du poumon est l'une des malignités les plus courantes avec un pronostic encore très réservé. Environ 65% des patients atteints de NSCLC (cancer du poumon non à petites cellules) se présenté pour la première fois chez le médecin avec une maladie localement avancée ou métastatique. La plupart de la mortalité est due aux métastases. La plupart des cas se trouvent en Europe et en Amérique et sont fortement corrélés avec le tabagisme. En moyenne, un fumeur augmente ses risques de développer un cancer du poumon de 5 à 10 fois, et dans les pays développés le tabagisme est responsable de jusqu'à 80% de ces cancers. 4

5 Le pronostic du cancer du poumon reste l'un des pires. Bien que le taux de survie à 1 an (tous les stades) a augmenté de 32% en 1973 à 41% en 1994, le taux de survie à cinq ans est resté pratiquement inchangé, à environ 14%. Parmi les facteurs de risque, le tabagisme a un rôle de premier plan: est responsable de 85% des cancers du poumon et la tendance de l'incidence et de la mortalité reflète les changements dans la consommation. Nous pouvons dire que le tabagisme a fait du cancer du poumon (une maladie rare dans les années 1900) la maladie du siècle a la fin des années Le deuxième facteur de risque majeur est l'exposition au radon, un gaz inodore qui a été suspectée depuis le début du XXe siècle qu il pourrait causer le cancer du poumon chez les mineurs travaillant sous terre. D'autres facteurs environnementaux qui peuvent causer le cancer du poumon sont les suivants: l'arsenic, l'amiante, le nickel, les hydrocarbures aromatiques polycycliques, les précurseurs du radon, etc. Les caractéristiques biologiques du cancer du poumon sont en changement, en soulignant une incidence accrue de l'adénocarcinome et une diminution du carcinome squameu. Les tumeurs pulmonaires ont une grande variété de types histopathologiques avec des degrés de malignité, de bénigne à ceux avec un haut degré de malignité. Le diagnostic de localisation du carcinome du poumon est faite par le pathologiste. Mais il n'y a pas de critère absolu permettant l'affirmation du caractère pathologique primitive pulmonaire (d'origine broncho-pulmonaire et non métastatique) d'un cancer du poumon localisé. Le caractère primitif d'une tumeur du poumon est posé sur une série de critères cliniques, d'imagerie, morphologiques et de phenotipage. De ce diagnostic établi de cette manière dépendra l encadrement des patients et le 5

6 traitement.il est à noter l'importance de la consultation interdisciplinaire pour chaque nouveau cas. Le cancer à cellules squameuses est le type histologique le plus fréquent des cancer du poumon dans les pays occidentaux et également le type histopathologique le mieux corrélé avec le tabagisme. L adénocarcinome du poumon est le type histologique le plus fréquent de cancer du poumon au Japon et dans certains pays asiatiques et se trouve aussi de plus en plus aux États-Unis et dans d'autres pays économiquement développés. Le carcinome à petites cellules, a attiré l'attention des cliniciens et des pathologistes en raison de sa complexe histopathologie et son plus haut degré de malignité, en dépit de sa sensibilité accrue aux agents anticancéreux (chimiothérapie) et de la radiothérapie. Le raport hommes / femmes est d'environ 2:1, et l'âge moyen des patients au moment du diagnostic est un peu inférieur par rapport à un carcinome épidermoïde. Dans le cancer du poumon, comme dans d'autres cancers avec une autre localisation, les trois facteurs les plus importants influençant le pronostic des patients sont les métastases à distance, les métastases ganglionnaires et l'invasion locale, qui constituent les éléments de la classification TNM. Le système TNM (2009, 7eme édition) est aujourd'hui le plus largement utilisé, en utilisant des paramètres descriptifs tels que: T: les informations sur la tumeur N: les informations des ganglions lymphatiques régionaux M: les informations sur la présence de tumeurs secondaires (métastases) Ces paramètres sont quantifiés et enfin combinés pour déterminer le stade clinique du processus néoplasique. Dans le système TNM il y a aussi la quantification ptnm basée sur l'aspect morphologique macroscopique qui peut ne pas coïncider avec la quantification clinique. 6

7 CONTRIBUTION PERSONELLE CHAPITRE 1. MATER IEL ET METHODES La base de l 'étude statistique de l'œuvre a été composée d'un groupe de 364 patients admis et opéré dans le Service de Chirurgie Thoracique du Centre Hospitalier d' l'avignon (France) sur une période de 5 ans ( ), dont le diagnostic clinique, confirmé plus tard par histopathologique a été tumeur maligne localisé dans le parenchyme pulmonaire. L'interprétation histopathologique a été réalisée dans le laboratoire de pathologie de l'hôpital. Dans le groupe principal des sous-groupes suivants ont ensuite été individualisés, en fonction du type histopathologique révélé par l'examen pathologique: Le Lot 1, le plus consistent, composé de 348 patients dont le diagnostic histopathologique a été de carcinome pulmonaire non à petites cellules (NSCLC). Le Lot 2, composé de 5 patients dont le diagnostic histopathologique a été de carcinome à petites cellules (SCLC). Le Lot 3, composé de 11 patients dont le diagnostic histopathologique a été de tumeur carcinoïde. À son tour, le Lot 1, le plus consistent, a été subdivisé en trois sousgroupes, en conformité avec la sous-classification des cancers NSCLC: Le sous-groupe 1A, composé de 231 cas d'adénocarcinome. 7

8 Le sous-groupe 1B, composé de 101 cas de carcinome à cellules squameuses. Le sous-groupe 1C, composé de 16 cas de sous-types NSCLC moins courants (carcinome à grandes cellules indifférencié et carcinome à grandes cellules neuroendocrine). Le matériel d'étude a été représenté par deux types de sources de données. La première catégorie est constituée des documents médicales: La base de données Epithor (base de données nationale pour la chirurgie thoracique en France) Les fiches d'observation clinique Les comptes-rendus operatoires Les comptes-rendus de diagnostic histopathologique. La deuxième catégorie a été constituée des préparations histologiques, les blocs et les archives du laboratoire de pathologie du Centre Hospitalier d'avignon. L'étude a été rétrospective, et a été structuré en quatre chapitres: L étude du contexte clinique général L étude anatomo-pathologique L étude des corrélations entre le type histologique, le sexe, l'âge, la localisation de la tumeur, la chirurgie L'étude de l'algorithme de phénotypage pour les cas soumis à l'immunohistochimie Pour l'évaluation des paramètres microscopiques, ont été utilisés des fragments de parenchyme pulmonaire obtenus après résection chirurgicale. Dans le cas des pieces opératoires de grandes dimensions (poumon entier, lobe pulmonaire, segment du poumon) ont été recueillis des fragments de la 8

9 region avec une apparence pathologique macroscopique (zone de la tumeur), en évitant la nécrose tumorale. Les fragments des tissus pulmonaires ont été traitées dans le laboratoire de pathologie du Centre Hospitalier d'avignon, initiale avec de l'hématoxyline éosine seulement. Dans le cas où pour le diagnostic a été jugé nécessaire d'effectuer l immunohistochimie ont été réalisées des méthodes de marquage immunohistochimiques. RESULTATS ET DISCUSSIONS CHAPITRE 2. L ÉTUD E DU CONTEXTE CLINIQUE GÉNÉRAL Le premier paramètre a été évalué cliniquement étudié la distribution des patients selon le sexe. Les cancers du poumon étaient beaucoup plus fréquentes chez les hommes, leur nombre est presque 3,67 fois plus élevé que les femmes. Sex Nr. des cas % Raport M/F Hommes Femmes ,67 TOTAL La distribution par raport au sex Répartition par sexe est maintenue, généralement défini dans les lots, sauf le lot 3, les tumeurs carcinoïdes, qui ont surtout été observées chez les femmes avec un petit, compatible avec la littérature. 9

10 Lot 1 (NSCLC) Lot 2 (SCLC) Lot 3 (Carcinoides) Les patients inclus dans le groupe d'étude étaient pour la plupart des adultes et surtout des personnes âgées. La dispersion de l'âge se situait entre 16 ans, le plus jeune patient, et de 84 ans, comme ce fut le plus agé des patients. Le groupe d'âge qui a comprit la plupart des patients (107 patients, environ 30% des cas) se situait entre 61 et 70 ans, et en regroupant les patients par des périodes de la vie, nous avons trouvé que la plupart étaient "personnes âgées". La répartition par âge est restée généralement la même dans les lots et souslots étudiés, sauf pour les tumeurs carcinoïdes (groupe 3) qui ont affecté des patients plus jeunes, en conformité avec les données de la littérature, montrant un âge moyen de survenue de ans pour les tumeurs carcinoïdes, survenant une décennie plus tôt dans les carcinoïdes typiques. La distribution annuelle des cas reflète une légère tendance à augmenter au cours des cinq années étudiées. 10

11 Pour le groupe majoritaire (Groupe 1 - NSCLC), nous avons analysé la répartition annuelle liée au sexe dans les deux plus importants sous-groupes (1A l'adénocarcinome et sous-groupe 1B - carcinomes épidermoïdes), pour deceler la cohérence avec la littérature. Ainsi, pour les adénocarcinomes, nous avons observée une baisse constante à la fois pour le nombre réel de cas et le pourcentage pour les femmes, une situation qui est contraire aux données de la littérature. Pour le carcinome épidermoïde, nous avons remarqué une augmentation annuelle de la population féminine, une situation aussi contraire aux données de la littérature. Nous n'avons trouvé aucune explication pour ces résultats, bien que le nombre suffisant des cas rends les conclusions statistiquement significatives. L'analyse de l'évolution au cours de l'étude du nombre de cas d'adénocarcinome et le carcinome épidermoïde chez les hommes, nous avons trouvé une légère augmentation de l'incidence de l'adénocarcinome par rapport au carcinome épidermoïde. Pour les femmes, la situation était inverse, avec un nombre croissant de cas de carcinome épidermoïde, contre l adénocarcinome. Les types histopathologiques ont constitué la base pour diviser les groupes de patients dans l'étude. Le lot initial a été divisé en considérant les importantes différences épidémiologiques, l'âge moyen d'apparition, l'attitude thérapeutique, l'agressivité et le pronostic décrits dans la littérature entre les trois principaux types de cancer du poumon (NSCLC, SCLC tumeurs carcinoïdes). 11

12 Les deux autres groupes - SCLC et carcinoïdes, ont été représentés par un petit nombre de cas (11 et 5 cas). En analysant tous les cas, nous avons trouvé qu'il y a huit types histologiques variant en nombre à partir de 3 cas (carcinoïde atypique) à 225 cas (adénocarcinome). Il est à noter que la plupart des patients atteints de NSCLC ont ét surpris dans des stades peu avancés, ce qui a permit une intervention chirurgicale potentiellement curable (y compris jusqu'au stade IIIA): 270 cas, représentant 78% des patients. Ca explique les bons résultats au moins à court terme en ce qui concerne la survie. Il faut remarquer encore que l'origine des cas (patients opérés dans un service de chirurgie thoracique) est le facteur déterminant de la prépondérance des stades précoces, une situation différente de la proportion réelle dans la pratique quotidienne (y compris le service de chirurgie thoracique dans lequel l'étude a été menée ). Les cas étudiés étaient pratiquement que ceux qui arrivaient dans la salle d'opération avec l'intention chirurgicale radicale. La classification TNM s'applique uniquement aux cancers NSCLC. Mais jusqu'à ce que le diagnostic histopathologique définitif a été établi après la chirurgie, la plupart des tumeurs carcinoïdes et les cancers SCLC ont été stadialisés d'abord (pendant la chirurgie) selon la classification TNM. Nous avons analysé la répartition des patients selon le status OMS avant la chirurgie. Cet indicateur est l'un des plus simples pour évaluer l'autonomie d'une personne, etant utilisé en particulier dans l'oncologie. 12

13 Il est à noter la prédominance de 89% des patients ayant un status satisfaisant OMS (1 et 2), en raison d'un diagnostic précoce qui a conduit à un grand nombre d interventions radicales. L analyse du même point de vue des groupes définis, nous a montré une répartition similaire dans la majorité des lots et le status OMS a été encore mieux pour le groupe 3 (carcinoïdes), expliqué par la jeune âge d'apparition et l'agressivité faible de ces tumeurs. Selon le risque anesthésique, mesurée par l'échelle ASA (American Society of Anesthesiology), nous avons remarqué que la plupart des patients (85%) étaient inscrits dans les classes ASA 1 et 2, ayant ainsi un faible risque anesthésique, qui a également contribué au grand nombre d interventions radicales. Nous avons également observé une répartition similaire entre le status OMS et le risque anesthésique ASA. Pour le groupe entier, nous avons trouvé une légère prépondérance de l'affectation du poumon droit par rapport au poumon gauche (54% à 46%). Parce que ces pourcentages sont très proches de la proportion des deux volumes pulmonaires (55% - 45%), nous croyons qu'il n'y avait pas de prédilection du cancer du poumon pour un certain poumon. En termes de localisation lobaire il y a eu une localisation plus frequente au niveau des lobes supérieurs (gauche et droit). Pour le groupe I (le plus consistent), tous les trois sous-groupes ont été notées pour une prédilection de localisation dans les lobes supérieurs. 13

14 Pour le groupe 2 (SCLC) l'emplacement principal était dans le poumon gauche (surtout lobe supérieur gauche), mais encore une fois par raport au petit nombre des cas, nous ne pouvons tirer aucune conclusion à cet égard. Les tumeurs carcinoïdes ont été trouvés en particulier dans le poumon droit (en particulier le lobe supérieur droit). En raison du petit nombre de cas nous ne pouvons pas émettre une conclusion avec des données statistiquement significatives. Il y a eu une nette prédominance de la chirurgie de type radicale, (segmentectomie, lobectomie, bilobectomie, pneumonectomie), 320 cas (88%) bénéficiant de ce type de chirurgie. La plupart des interventions (93%) ont nécessité une thoracotomie (résections pulmonaires majeures - pneumonectomie, lobectomie, segmentectomie). Seulement 7% des interventions ont été entrepris par thoracoscopie (méthode mini-invasive) et cette approche a été réservé à des résections partielles palliatifs ou des procédures purement diagnostiques. La plupart des cas (86%) ont reçu une lymphadénectomie radicale selon la fonction oncologique de la majorité des interventions. Par conséquent, nous avons eu une description très précise de l'envahissement ganglionnaire (le critère N dans la classification TNM). Le sampling lymphatique (la biopsie d'un petit fragment d'un ganglion lymphatique macroscopiquement suspect) a été réservée pour les cas jugés non résécables et a été pratiquée dans seulement 4% des cas (15 patients). L etat de l envahissement ganglionnaire a été precisé après l'opération, après l'examen histopathologique de tous les ganglions lymphatiques de enlevés 14

15 pendant la chirurgie. Nous avons trouvé que la plupart (53%) n'avaient pas d'envahissement ganglionnaire, parce que les tumeurs ont été surpris à un stade précoce. Conformément à la nature radicale de la majorité des interventions, 80% des patients n'avaient pas de métastases (qui ont été confirmées à un taux de seulement 11%). La présence d une métastase unique (les surrénales, le foie, le cerveau ou les os) n'est pas une contre-indication à la chirurgie radicale, car elle peut généralement être réséqué dans une autre intervention (avant ou après résection pulmonaire) avec de bons résultats. La collecte des données a été réalisée en Avril A cette époque, la plupart des patients inclus dans l'étude étaient encore en vie (94%). La prédominance de la chirurgie radicale a conduit à un bon taux de survie, au moins dans le court terme. Parmi les quelques patients décédés jusqu'à la collecte de données, ont été relativement égale en nombre les adénocarcinomes (12 patients) et ceux avec un carcinome épidermoïde (11 patients). 15

16 CHAPITRE 3. L ÉTUD E DES CORRÉLATIONS ENTRE LES PARAMETRES L'analyse de la répartition des patients selon le sexe et l'âge nous a montré que le cancer du poumon est plus fréquent chez les hommes âgés et à une plus jeune âge chez les femmes. En termes de corrélation entre le sexe et le status de l'oms, nous avons observé une proportion légèrement plus élevée de patients de sexe féminin parmi les personnes ayant un meilleur status, bien que dans la même catégorie étaient les 2 patients dans le pire état (OMS 4). Nous avons analysé l'existence de certaines corrélations entre le type histologique de la tumeur et les ganglions lymphatiques affectées. Il a été noté que la lymphadénectomie médiastinale est essentiellement faite d'une manière très approfondie dans le service de chirurgie thoracique, où ont été opérés ces cas. La connaissance précise de l'envahissement ganglionnaire et l'excision radicale des ganglions lymphatiques médiastinaux sont les facteurs pronostiques les plus importants pour la survie. Dans les rares cas où le protocole opératoire ou le rapport pathologique n'a pas mentionné quoi que ce soit sur les nœuds lymphatiques médiastinaux, nous avons considéré le critère Nx. Nous avons constaté que la plupart des cas sans envahissement ganglionnaire (N0) étaient dans la catégorie des carcinoïdes typiques, ce qui est cohérent avec leur caractère moins agressif. 16

17 Un autre type de tumeur qui a montré une légère atteinte ganglionnaire était le CBA, où nous avons observé pour la majorité le critère N0 et juste dans un cas N1. En ce qui concerne les cas de SCLC dans notre étude, nous avons constaté l'absence de nœuds envahis dans tous les cas rencontrés, ce qui est contraire aux données de la littérature. Il est connu que ce type histopathologique est tres agressif. Dans notre étude, nous avons rencontré un nombre de 39 cas présentant des métastases (11% du total). L'analyse de la présence de métastases dans chaque type histopathologique, nous a montré que la grande majorité (34 cas, soit 87% de tous les cas avec métastases) étaient en sous-groupe 1A (adénocarcinomes). Autres types histologiques (cellules squameuses, CBA, indifférencié NSCLC) ont eu un petit nombre de cas avec des métastases (1 à 2). Les données de cette étude sont en accord avec la littérature qui considère l adénocarcinome plus agressif que le carcinome épidermoïde. Nous avons analysé la corrélation entre l'âge du patient et l'envahissement ganglionnaire. Nous avons constaté que chez les adolescents dans les deux cas il n y a pas eu un envahissement ganglionnaire. Ceci est expliqué simplement par le type histologique de la tumeur (carcinoïde typique dans les deux cas) et ne peut pas conduire à une conclusion pertinente. Chez les adultes 73 patients (53%) n'avaient pas d'envahissement ganglionnaire alors que dans le groupe des plus âgés, nous avons trouvé 142 cas N0 ou Nx (63%). Nous pouvons donc conclure que l'ensemble des tumeurs du poumon étaient plus agressifs chez les adultes et les personnes âgées. Pour l'ensemble du groupe la présence de métastases était plutôt rare (39 cas, représentant 10,71% du total). Nous avons essayé de trouver une corrélation possible entre l'âge et la présence de métastases. 17

18 Pour les adolescents l'absence totale de métastases peut être expliqué à nouveau par le petit nombre de cas (2 patients) et le type histologique (carcinoïde typique) et ne permet aucune conclusion. Chez les adultes 16% des cas ont présentés métastases alors que chez les personnes âgées ont été trouvés dans 8% des cas. Nous concluons que le phénomène métastatique se manifeste plus fréquemment chez les adultes et les personnes âgées. CHAPITRE 4. L ÉTUD E ANATOMO- PATHOLOGIQUE Dans l'étude histopathologique, la première étape a été la division des 364 cas de cancers du poumon selon le type histologique. Nous avons constaté que la plupart des cas (348 cas, représentant 96% du total) étaient des cancers non à petites cellules et la minorité restante de cas a été partagé entre les cancers à petites cellules (5 cas ou 1%) et les tumeurs carcinoïdes (11 cas, représentant 3%). Le diagnostic histopathologique a été possible sans effectuer l immunohistochimie dans un nombre de 152 cas, représentant 42% du total. Un total de 14 marqueurs ont été utilisés pour spécifier le type histologique. Parmi ceux-ci 3 seulement ont été utilisés dans la plupart des cas: TTF1, CK7 et CK20. 18

19 CONCLUSIONS 1. Lung cancer is a major problem of health services because its incidence is increasing despite the efforts of the society to reduce risk factors. 2. The role of histopatological examination is defining the choice of treatment and establishing prognosis. 3. In our study, the lung cancer has shown the same known predilection for males and the sixth decade of life. 4. During the five years analyzed we found a slight increase of the number of cases of lung cancer. 5. The vast majority of neoplasms (96%) were NSCLC, of which predominantly adenocarcinoma (225 cases). 6. Most cases were found in early or less advanced stages, allowing in most cases (78%) radical surgical treatment. 7. In our study group we noted predilection for upper lobes of the tumor. 8. Surgery was performed with a few exceptions by open approach and included a thorough lymphadenectomy. 9. Metastases were seen in less than 11% of patients. 10. We found a survival rate of 94% on completion of the study. 11. A total of 212 cases required for the diagnosis the use of immunohistochemistry. 12. This was done using a large panel of 14 markers, but only 3 of them were used systematically (TTF1, CK7, CK20), demonstrating that immunohistochemical examination is very useful for the diagnosis. 13. An immunohistochemical investigation algorithm is required to avoid excessive use of resources. 19

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a

Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels

Plus en détail

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 Les différents types de cancers et leurs stades Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 CARCINOGENESE multiple steps, accumulation d altd altérations continuum lésionnel

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R

Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R I Classification histologique 1 ère classification OMS en 1967 (Kreyberg), révisée en 1981

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

TUMEURS DE L ESTOMAC

TUMEURS DE L ESTOMAC -1/8- Lundi 02/04/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset TUMEURS DE L ESTOMAC I/ INTRODUCTION : Le cancer de l estomac est le 4 cancer en fréquence derrière le

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Cancers de la cavité buccale

Cancers de la cavité buccale Cancers de la cavité buccale LES CANCERS DE LA CAVITE BUCCALE : ASPECTS GENERAUX Données épidémiologiques : Les carcinomes de la cavité buccale représentent environ 20% des cancers des VADS. Ce sont dans

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

L adénocarcinome. Le cancer de la prostate : ce que vous devez savoir. Mise à

L adénocarcinome. Le cancer de la prostate : ce que vous devez savoir. Mise à Le cancer de la prostate : ce que vous devez savoir Mise à j our Jean-Baptiste Lattouf, MD, FRCS et Fred Saad, MD, FRCS Présenté dans le cadre de la conférence : Urologie néphrologie sexologie, Université

Plus en détail

Classification histologique- voies de cancérogénèse. Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris

Classification histologique- voies de cancérogénèse. Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Classification histologique- voies de cancérogénèse Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Cancers de l endomètre Epidémiologie Cancer gynécologique le plus

Plus en détail

Les cancers de l endomètre

Les cancers de l endomètre Chapitre 2 Les cancers de l endomètre Généralités Prise en charge Il convient d évaluer les facteurs de comorbidité et l espérance de vie. La stratégie thérapeutique repose principalement sur l opérabilité

Plus en détail

Si je pouvais visualiser mon cancer du sein dans 10 ans, est-ce que je ferais aujourd hui des choix différents?

Si je pouvais visualiser mon cancer du sein dans 10 ans, est-ce que je ferais aujourd hui des choix différents? Si je pouvais visualiser mon cancer du sein dans 1 ans, est-ce que je ferais aujourd hui des choix différents? Prenez des décisions adaptées à votre situation, en toute connaissance de cause. Découvrez

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER CHAPITRES DU COURS GENERALITES SUR LES TUMEURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES HISTOIRE NATURELLE ET BASES MOLECULAIRES DU CANCER MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER 1 OBJECTIFS

Plus en détail

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Physiologie et histologie osseuses Cancérologie fondamentale

Plus en détail

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 Réunion GFPC Paris, décembre 2013 Pr D Damotte Pathologie Hôpitaux universitaires paris centre BRAF: voie MEK / ERK AMM mélanome en 2011 La recherche BRAF

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

Le cancer dans le canton de Fribourg

Le cancer dans le canton de Fribourg Le cancer dans le canton de Fribourg Le cancer du poumon dans le canton de Fribourg, analyses statistiques réalisées sur la base des données récoltées par le Registre fribourgeois des tumeurs depuis début

Plus en détail

Le cancer du sein. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. (Carcinome mammaire) Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Le cancer du sein. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. (Carcinome mammaire) Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer du sein (Carcinome mammaire) Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer du sein Le cancer du sein est une tumeur maligne qui

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans المجلة الصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٢ Le cancer du sein est le principal cancer féminin dans le monde et en Tunisie [1-4]. Son incidence est plus élevée dans les

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail

Contrôle de qualité des registres du cancer basés sur la population

Contrôle de qualité des registres du cancer basés sur la population chap itre 5. Contrôle de qualité des registres du cancer basés sur la population Tous les registres du cancer doivent pouvoir donner des indications objectives sur la qualité des données recueillies. Les

Plus en détail

Item 295 (ex item 145) Tumeurs de la cavité buccale, nasosinusiennes. voies aérodigestives supérieures

Item 295 (ex item 145) Tumeurs de la cavité buccale, nasosinusiennes. voies aérodigestives supérieures Item 295 (ex item 145) Tumeurs de la cavité buccale, nasosinusiennes et du cavum, et des voies aérodigestives supérieures Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Types

Plus en détail

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche 17 ème Journée Médicale de l ARKM Cherbourg, le 29 Novembre 2014 L incidence de principaux cancers chez les femmes et chez

Plus en détail

La nouvelle classification TNM en pratique

La nouvelle classification TNM en pratique La nouvelle classification TNM en pratique Thierry Berghmans Département des Soins Intensifs et Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Bruxelles, Belgique Bases historiques 1946 : Denoix invente le

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Cancers du larynx. Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx

Cancers du larynx. Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx Cancers du larynx Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx - Examen clinique ORL : laryngoscopie indirecte, fibroscopie avec étude de la mobilité laryngée +++, palpation des aires ganglionnaires

Plus en détail

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux Bilan d extension ganglionnaire du cancer bronchique B Padovani, D Ducreux, S Stolear, A Ocelli, E Giordana, L Mondot, S Chanalet, CP Raffaelli, P Carrier Extension ganglionnaire Élément essentiel de l

Plus en détail

Cancers du cavum. Le diagnostic est fait par la nasofibroscopie et l'examen du cavum où l'on retrouve un bourgeon au niveau du cavum.

Cancers du cavum. Le diagnostic est fait par la nasofibroscopie et l'examen du cavum où l'on retrouve un bourgeon au niveau du cavum. Cancers du cavum Entité clinique, biologique et histologique différente des autres cancers cervicofaciaux par sa relation avec le virus Epstein bar, sa répartition géographique et sa radiosensibilité.

Plus en détail

Cancer du poumon. Prise en charge thérapeutique du cancer du poumon non à petites cellules. septembre 2010. COLLECTION recommandations & référentiels

Cancer du poumon. Prise en charge thérapeutique du cancer du poumon non à petites cellules. septembre 2010. COLLECTION recommandations & référentiels Mesure 19 SoINS ET VIE DES MALADES septembre 2010 recommandations professionnelles Cancer du poumon Prise en charge thérapeutique du cancer du poumon non à petites cellules COLLECTION recommandations &

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

- 1 - UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL *************** THESE POUR LE DIPLOME D ETAT

- 1 - UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL *************** THESE POUR LE DIPLOME D ETAT - 1 - UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL *************** ANNEE 2006 N THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Discipline : PNEUMOLOGIE ------------ Présentée et soutenue

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

FORMATION MEDICALE Cas clinique de cancérologie thoracique discuté en Web RCP. Dr. JM. Vernejoux

FORMATION MEDICALE Cas clinique de cancérologie thoracique discuté en Web RCP. Dr. JM. Vernejoux Juin 2008 ; N 16 ACTUALITE DE RESPIR.COM News, activités et chiffres clés. ACTUALITE DE NOS PARTENAIRES Holyvac & AVAD Assistance. OÙ PARTIRIEZ-VOUS EN VACANCES? Enquête organisée par HOLYVAC en partenariat

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique 1 Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique B - Ponction à l aiguille tournante (drill biopsie) ou tranchante (trucut) C - Tumorectomie

Plus en détail

CANCER BRONCHIQUE Place de la médecine nucléaire. E.Ouhayoun - J. Giron Médecine nucléaire - Radiologie Centrale CHU Purpan

CANCER BRONCHIQUE Place de la médecine nucléaire. E.Ouhayoun - J. Giron Médecine nucléaire - Radiologie Centrale CHU Purpan CANCER BRONCHIQUE Place de la médecine nucléaire E.Ouhayoun - J. Giron Médecine nucléaire - Radiologie Centrale CHU Purpan Le Cancer Bronchique 25 000 cas /an (14%), 23 000 morts/an (24%) 1 ere cause de

Plus en détail

III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE

III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE Amicale des médecins de Neuilly sur Seine 14 Octobre 2010 Dr Mathieu QUENEAU Département d Imagerie Scintigraphique - TEP CCN 18FDG EN ONCOLOGIE Rôle majeur dans

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques - juin 2005 - CARCINOMES INTRA-CANALAIRES Diagnostic Dépistage (le plus souvent examen clinique normal ; parfois tumeur,

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, du col et de l ovaire Cancer de l endomètre Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, CancerEst, Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Introduction Les localisations digestives sont les plus fréquentes des tumeurs carcinoïdes Il s agit de tumeurs d évolution lente Elles sont souvent asymptomatiques

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE MÉDECINE ET PHARMACIE DE CRAIOVA FACULTÉ DE MÉDECINE GÉNÉRALE THÈSE AU DOCTORAT RÉSUMÉ

UNIVERSITÉ DE MÉDECINE ET PHARMACIE DE CRAIOVA FACULTÉ DE MÉDECINE GÉNÉRALE THÈSE AU DOCTORAT RÉSUMÉ UNIVERSITÉ DE MÉDECINE ET PHARMACIE DE CRAIOVA FACULTÉ DE MÉDECINE GÉNÉRALE THÈSE AU DOCTORAT RÉSUMÉ ÉTUDE CLINIQUE, HISTOLOGIQUE ET IMMUNOHISTOCHIMIQUE DANS UN GROUPE DE PATIENTS ATTEINTS DE CANCERS DU

Plus en détail

Traitement du carcinome intracanalaire du sein

Traitement du carcinome intracanalaire du sein Traitement du carcinome intracanalaire du sein Eric SEBBAN 241 rue du faubourg St Honoré, Paris INTRODUCTION 20% des tumeurs mammaires malignes appartiennent à la famille du carcinome intra canalaire et

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Cancer du poumon non à petites cellules Formes localisées non opérables, localement avancées et métastatiques

Cancer du poumon non à petites cellules Formes localisées non opérables, localement avancées et métastatiques Mesure 19 SoINS ET VIE DES MALADES SEPTEMBRE 2010 recommandations professionnelles Cancer du poumon non à petites cellules Formes localisées non opérables, localement avancées et métastatiques COLLECTION

Plus en détail

Qu'est-ce qu'un cancer moléculaire apocrine du sein: expérience de l'hôpital St Louis. Solenne Leman-Detours Jacqueline Lehmann-Che

Qu'est-ce qu'un cancer moléculaire apocrine du sein: expérience de l'hôpital St Louis. Solenne Leman-Detours Jacqueline Lehmann-Che Qu'est-ce qu'un cancer moléculaire apocrine du sein: expérience de l'hôpital St Louis Solenne Leman-Detours Jacqueline Lehmann-Che Classification moléculaire des tumeurs mammaires Regrouper les tumeurs

Plus en détail

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 Chirurgie du sein Simple tumorectomie Un examen récent, par palpation, a révélé une masse à un sein. Il est prévu

Plus en détail

Tumeurs de l'estomac «adénocarcinome gastrique» (150) Professeur J.R Delpero Juin 2005 Objectifs : Diagnostiquer une tumeur de l estomac

Tumeurs de l'estomac «adénocarcinome gastrique» (150) Professeur J.R Delpero Juin 2005 Objectifs : Diagnostiquer une tumeur de l estomac Tumeurs de l'estomac «adénocarcinome gastrique» (150) Professeur J.R Delpero Juin 2005 Objectifs : Diagnostiquer une tumeur de l estomac 1. Introduction L'adénocarcinome gastrique se développe à partir

Plus en détail

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations 2005 Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations pour la Pratique Clinique : Standards, Options et Recommandations 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE CANCER Causes de décès - Nombre de décès - Taux comparatifs - Survie à 5 ans Nombre de décès (Sénat) La France se caractérise par une mortalité encore excessive avant 65 ans

Plus en détail

ÉTUDE PRÉVALENCE HER HER2

ÉTUDE PRÉVALENCE HER HER2 PrevHER HER2 ÉTUDE PRÉVALENCE ÉVALUATION DE LA PRÉVALENCE DE HER2 DANS LE CANCER DU SEIN EN SITUATION ADJUVANTE OBJECTIF DE L ENQUÊTE Evaluer le pourcentage de patientes présentant un cancer du sein en

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce PET- SCAN ou TEP Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce (certains de ces clichés proviennent de la monographie Astrazeneca

Plus en détail

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX.

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. En-tête Résumé du protocole d étude Titre de la demande : Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. No

Plus en détail

Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé

Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé Mathilde Gisselbrecht Capacité de gériatrie- Février 2010 Généralités Cancer bronchique primitif = cancer le plus fréquent en incidence dans le monde Incidence en

Plus en détail

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro 1 Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro CONTEXTE La leucémie prolymphocytaire B (LPL B) est une pathologie rare,

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

ONCOLOGIE - HEMATOLOGIE LE CANCER DU SEIN

ONCOLOGIE - HEMATOLOGIE LE CANCER DU SEIN ONCOLOGIE - HEMATOLOGIE LE CANCER DU SEIN Cancer le plus fréquent chez la femme. Incidence : 25 000 nouveaux cas par an en France. L'incidence augmente en parallèle avec le recul de la mortalité. I - FACTEURS

Plus en détail

- Anamnèse familiale: hyperthyroïdie chez une sœur. Consulte pour une voussure cervicale

- Anamnèse familiale: hyperthyroïdie chez une sœur. Consulte pour une voussure cervicale Colloque de médecine de premier recours Dr Patrick MEYER Nodules Thyroïdiens 6 Février 2013 - Unité d Endocrinologie HUG, patrick.meyer@hcuge.ch - Centre de Médecine Interne et Spécialités, Clinique La

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Enseignement de la sénologie M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Un constat En France pendant les études médicales environ 3 heures sont consacrées au cancer du sein et quasiment aucune

Plus en détail

Evaluation de la qualité du contenu De la RCP Enquête du réseau ONCOPIC et du Registre du Cancer de la Somme

Evaluation de la qualité du contenu De la RCP Enquête du réseau ONCOPIC et du Registre du Cancer de la Somme Evaluation de la qualité du contenu De la RCP Enquête du réseau ONCOPIC du Registre du Cancer de la Somme Etat des lieux en 2003 Enquête de la CNAM QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE RCP «théorique» (Enquête

Plus en détail

DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER. Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014

DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER. Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014 DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014 Objectifs du diagnostic Que faire devant des signes cliniques évocateurs? Faire le diagnostic le rapidement possible

Plus en détail

Le cancer de la peau. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Le cancer de la peau. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la peau Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la peau Les cancers de la peau se présentent sous diverses formes.

Plus en détail

Nanobiotix démarre un essai clinique de phase I/II dans les cancers primitifs et métastatiques du foie avec son produit NBTXR3

Nanobiotix démarre un essai clinique de phase I/II dans les cancers primitifs et métastatiques du foie avec son produit NBTXR3 Une nano révolution pour un grand pas contre le cancer Nanobiotix démarre un essai clinique de phase I/II dans les cancers primitifs et métastatiques du foie avec son produit NBTXR3 Paris, France, le 1

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 Indication (B2) - Suspicion de récidive locale ou métastatique Bourguet P, Hitzel A, Houvenaeghel G, Vinatier D, Bosquet L, Bonichon F,Corone C, Giard-Lefevre

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 1 Octobre 2013

Communiqué de presse. Bâle, le 1 Octobre 2013 Communiqué de presse Bâle, le 1 Octobre 2013 La FDA accorde une homologation accélérée à Perjeta, médicament Roche, pour une utilisation avant chirurgie lors de cancer du sein HER2-positif de stade précoce

Plus en détail

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE 5 ÈME CONGRÈS NATIONAL 01 AU 03 OCTOBRE 2015 INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE DR SAADAOUI.E ; DR DJILALI AIAD.k CHU SIDI BELABBES - SERVICE ORL INTRODUCTION

Plus en détail

La Tomographie par Emission de Positons. Dr A Devillers, Dr L Le Dortz,

La Tomographie par Emission de Positons. Dr A Devillers, Dr L Le Dortz, La Tomographie par Emission de Positons Dr A Devillers, Dr L Le Dortz, Qu est ce que la TEP? Plateau technique de médecine nucléaire Technique d imagerie médicale fonctionnelle métabolique PET scan : terme

Plus en détail

LEIOMYOSARCOME PRIMITIF DU DIAPHRAGME A propos d un cas.

LEIOMYOSARCOME PRIMITIF DU DIAPHRAGME A propos d un cas. LEIOMYOSARCOME PRIMITIF DU DIAPHRAGME A propos d un cas. N. Cherif Idrissi El Ganouni1, M. Ouali Idrissi1, O. Essadki1, A. Ousehal1 H. Raïs3, B. Belabidia3, R. Sali2, H. Elidrissi2, 1-Service de radiologie,

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Cancer de l endomètre Objectifs : Diagnostiquer une tumeur du corps utérin. Expliquer les bases des classifications qui ont une incidence pronostique. Argumenter l attitude thérapeutique. Planifier le

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

Pascal Thomas, pour la Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire.

Pascal Thomas, pour la Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire. e-mémoires de l'académie Nationale de Chirurgie, 2009, 8 (1) : 36-40 36 Recommandations de la Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire de pratiques chirurgicales dans le traitement

Plus en détail

14/ Tumeurs de la prostate

14/ Tumeurs de la prostate SEMESTRE 5 UE 2.9.S5 Processus tumoraux 14/ Tumeurs de la prostate Carcinogénèse Conversion d'une cellule normale vers une cellule tumorale Cellule normale: division cellulaire, apoptose Cellule tumorale:

Plus en détail

Item 239 (ex item 241) Goitre, nodules thyroïdiens et cancers thyroïdiens Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 239 (ex item 241) Goitre, nodules thyroïdiens et cancers thyroïdiens Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 239 (ex item 241) Goitre, nodules thyroïdiens et cancers thyroïdiens Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis : histologie de la glande thyroïdienne...3 2.

Plus en détail

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons.

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Un taux de récidive de 30% dans les dix premières années chez des patientes en rémission complète après un traitement curatif, requiert

Plus en détail

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY Les grands syndromes Endoscopie trachéo-bronchique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY 1 Endoscopie souple avec pince et brosse (fibroscopie) 2 Endoscopie Arbre bronchique normal Bifurcation trachéobronchique

Plus en détail

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN FORMATION IDE ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE «Connaissance de la maladie cancéreuse» T. de Lapparent, unité de pathologie mammaire, CHBM PLAN Définitions Place de la chirurgie

Plus en détail

Informations générales sur le patient. Contexte de la RCP

Informations générales sur le patient. Contexte de la RCP Informations générales sur le patient Consentement : OUI NON Identifiant patient INSC visible :................. NOM D USAGE :.............................. NOM DE NAISSANCE :.................................

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail