Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN)"

Transcription

1 UNIVERSITÉ DE MÉDECINE ET PHARMACIE DE CRAIOVA FACULTÉ DE MÉDECINE CONTRIBUTIONS A L'ÉTUDE CLINIQUE ET MORPHOLOGIQUE DES CANCERS DU POUMON Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN)

2 CONTENU MOTS-CLÉS:... 3 L ETAT DES CONNAISSANCES... 4 CONTRIBUTION PERSONELLE... 7 CHAPITRE 1. MATERIEL ET METHODES... 7 RESULTATS ET DISCUSSIONS... 9 CHAPITRE 2. L ÉTUDE DU CONTEXTE CLINIQUE GÉNÉRAL.. 9 CHAPITRE 3. L ÉTUDE DES CORRÉLATIONS ENTRE LES PARAMETRES CHAPITRE 4. L ÉTUDE ANATOMO-PATHOLOGIQUE CONCLUSIONS

3 MOTS-CLÉS: C a n c e r d e s p o u m o n s Ty p e h i sto p a t h o l o g i q u e Im m u n o h i s t o c h i m i e P h e n o t y p e 3

4 L ETAT DES CONNAISSANCES La pathologie chirurgicale thoracique, y compris les tumeurs du poumon, a eu un certain nombre de changements dans les deux dernières décennies, les deux en raison de l'incidence croissante du cancer du poumon et l'évolution continue de la chirurgie thoracique. Nous connaissons assez profondément maintenant l' histopathologie du cancer du poumon. La plupart des classifications histopathologiques des cancers du poumon, y compris la version révisée de la classification de l'oms, mentionne quatre types principaux: le carcinome cellulaire squameu, l'adénocarcinome, carcinome à grandes cellules et le carcinome à petites cellules. Sont également décrits plusieurs sous-types histologiques et certaines formes rares. Les nouvelles techniques, en particulier l'immunohistochimie, ont fourni des nombreuses informations sur l' histogenese, la différenciation tumorale et la prolifération, d'informations largement utilisées pour la classification des tumeurs. Le cancer du poumon est l'une des malignités les plus courantes avec un pronostic encore très réservé. Environ 65% des patients atteints de NSCLC (cancer du poumon non à petites cellules) se présenté pour la première fois chez le médecin avec une maladie localement avancée ou métastatique. La plupart de la mortalité est due aux métastases. La plupart des cas se trouvent en Europe et en Amérique et sont fortement corrélés avec le tabagisme. En moyenne, un fumeur augmente ses risques de développer un cancer du poumon de 5 à 10 fois, et dans les pays développés le tabagisme est responsable de jusqu'à 80% de ces cancers. 4

5 Le pronostic du cancer du poumon reste l'un des pires. Bien que le taux de survie à 1 an (tous les stades) a augmenté de 32% en 1973 à 41% en 1994, le taux de survie à cinq ans est resté pratiquement inchangé, à environ 14%. Parmi les facteurs de risque, le tabagisme a un rôle de premier plan: est responsable de 85% des cancers du poumon et la tendance de l'incidence et de la mortalité reflète les changements dans la consommation. Nous pouvons dire que le tabagisme a fait du cancer du poumon (une maladie rare dans les années 1900) la maladie du siècle a la fin des années Le deuxième facteur de risque majeur est l'exposition au radon, un gaz inodore qui a été suspectée depuis le début du XXe siècle qu il pourrait causer le cancer du poumon chez les mineurs travaillant sous terre. D'autres facteurs environnementaux qui peuvent causer le cancer du poumon sont les suivants: l'arsenic, l'amiante, le nickel, les hydrocarbures aromatiques polycycliques, les précurseurs du radon, etc. Les caractéristiques biologiques du cancer du poumon sont en changement, en soulignant une incidence accrue de l'adénocarcinome et une diminution du carcinome squameu. Les tumeurs pulmonaires ont une grande variété de types histopathologiques avec des degrés de malignité, de bénigne à ceux avec un haut degré de malignité. Le diagnostic de localisation du carcinome du poumon est faite par le pathologiste. Mais il n'y a pas de critère absolu permettant l'affirmation du caractère pathologique primitive pulmonaire (d'origine broncho-pulmonaire et non métastatique) d'un cancer du poumon localisé. Le caractère primitif d'une tumeur du poumon est posé sur une série de critères cliniques, d'imagerie, morphologiques et de phenotipage. De ce diagnostic établi de cette manière dépendra l encadrement des patients et le 5

6 traitement.il est à noter l'importance de la consultation interdisciplinaire pour chaque nouveau cas. Le cancer à cellules squameuses est le type histologique le plus fréquent des cancer du poumon dans les pays occidentaux et également le type histopathologique le mieux corrélé avec le tabagisme. L adénocarcinome du poumon est le type histologique le plus fréquent de cancer du poumon au Japon et dans certains pays asiatiques et se trouve aussi de plus en plus aux États-Unis et dans d'autres pays économiquement développés. Le carcinome à petites cellules, a attiré l'attention des cliniciens et des pathologistes en raison de sa complexe histopathologie et son plus haut degré de malignité, en dépit de sa sensibilité accrue aux agents anticancéreux (chimiothérapie) et de la radiothérapie. Le raport hommes / femmes est d'environ 2:1, et l'âge moyen des patients au moment du diagnostic est un peu inférieur par rapport à un carcinome épidermoïde. Dans le cancer du poumon, comme dans d'autres cancers avec une autre localisation, les trois facteurs les plus importants influençant le pronostic des patients sont les métastases à distance, les métastases ganglionnaires et l'invasion locale, qui constituent les éléments de la classification TNM. Le système TNM (2009, 7eme édition) est aujourd'hui le plus largement utilisé, en utilisant des paramètres descriptifs tels que: T: les informations sur la tumeur N: les informations des ganglions lymphatiques régionaux M: les informations sur la présence de tumeurs secondaires (métastases) Ces paramètres sont quantifiés et enfin combinés pour déterminer le stade clinique du processus néoplasique. Dans le système TNM il y a aussi la quantification ptnm basée sur l'aspect morphologique macroscopique qui peut ne pas coïncider avec la quantification clinique. 6

7 CONTRIBUTION PERSONELLE CHAPITRE 1. MATER IEL ET METHODES La base de l 'étude statistique de l'œuvre a été composée d'un groupe de 364 patients admis et opéré dans le Service de Chirurgie Thoracique du Centre Hospitalier d' l'avignon (France) sur une période de 5 ans ( ), dont le diagnostic clinique, confirmé plus tard par histopathologique a été tumeur maligne localisé dans le parenchyme pulmonaire. L'interprétation histopathologique a été réalisée dans le laboratoire de pathologie de l'hôpital. Dans le groupe principal des sous-groupes suivants ont ensuite été individualisés, en fonction du type histopathologique révélé par l'examen pathologique: Le Lot 1, le plus consistent, composé de 348 patients dont le diagnostic histopathologique a été de carcinome pulmonaire non à petites cellules (NSCLC). Le Lot 2, composé de 5 patients dont le diagnostic histopathologique a été de carcinome à petites cellules (SCLC). Le Lot 3, composé de 11 patients dont le diagnostic histopathologique a été de tumeur carcinoïde. À son tour, le Lot 1, le plus consistent, a été subdivisé en trois sousgroupes, en conformité avec la sous-classification des cancers NSCLC: Le sous-groupe 1A, composé de 231 cas d'adénocarcinome. 7

8 Le sous-groupe 1B, composé de 101 cas de carcinome à cellules squameuses. Le sous-groupe 1C, composé de 16 cas de sous-types NSCLC moins courants (carcinome à grandes cellules indifférencié et carcinome à grandes cellules neuroendocrine). Le matériel d'étude a été représenté par deux types de sources de données. La première catégorie est constituée des documents médicales: La base de données Epithor (base de données nationale pour la chirurgie thoracique en France) Les fiches d'observation clinique Les comptes-rendus operatoires Les comptes-rendus de diagnostic histopathologique. La deuxième catégorie a été constituée des préparations histologiques, les blocs et les archives du laboratoire de pathologie du Centre Hospitalier d'avignon. L'étude a été rétrospective, et a été structuré en quatre chapitres: L étude du contexte clinique général L étude anatomo-pathologique L étude des corrélations entre le type histologique, le sexe, l'âge, la localisation de la tumeur, la chirurgie L'étude de l'algorithme de phénotypage pour les cas soumis à l'immunohistochimie Pour l'évaluation des paramètres microscopiques, ont été utilisés des fragments de parenchyme pulmonaire obtenus après résection chirurgicale. Dans le cas des pieces opératoires de grandes dimensions (poumon entier, lobe pulmonaire, segment du poumon) ont été recueillis des fragments de la 8

9 region avec une apparence pathologique macroscopique (zone de la tumeur), en évitant la nécrose tumorale. Les fragments des tissus pulmonaires ont été traitées dans le laboratoire de pathologie du Centre Hospitalier d'avignon, initiale avec de l'hématoxyline éosine seulement. Dans le cas où pour le diagnostic a été jugé nécessaire d'effectuer l immunohistochimie ont été réalisées des méthodes de marquage immunohistochimiques. RESULTATS ET DISCUSSIONS CHAPITRE 2. L ÉTUD E DU CONTEXTE CLINIQUE GÉNÉRAL Le premier paramètre a été évalué cliniquement étudié la distribution des patients selon le sexe. Les cancers du poumon étaient beaucoup plus fréquentes chez les hommes, leur nombre est presque 3,67 fois plus élevé que les femmes. Sex Nr. des cas % Raport M/F Hommes Femmes ,67 TOTAL La distribution par raport au sex Répartition par sexe est maintenue, généralement défini dans les lots, sauf le lot 3, les tumeurs carcinoïdes, qui ont surtout été observées chez les femmes avec un petit, compatible avec la littérature. 9

10 Lot 1 (NSCLC) Lot 2 (SCLC) Lot 3 (Carcinoides) Les patients inclus dans le groupe d'étude étaient pour la plupart des adultes et surtout des personnes âgées. La dispersion de l'âge se situait entre 16 ans, le plus jeune patient, et de 84 ans, comme ce fut le plus agé des patients. Le groupe d'âge qui a comprit la plupart des patients (107 patients, environ 30% des cas) se situait entre 61 et 70 ans, et en regroupant les patients par des périodes de la vie, nous avons trouvé que la plupart étaient "personnes âgées". La répartition par âge est restée généralement la même dans les lots et souslots étudiés, sauf pour les tumeurs carcinoïdes (groupe 3) qui ont affecté des patients plus jeunes, en conformité avec les données de la littérature, montrant un âge moyen de survenue de ans pour les tumeurs carcinoïdes, survenant une décennie plus tôt dans les carcinoïdes typiques. La distribution annuelle des cas reflète une légère tendance à augmenter au cours des cinq années étudiées. 10

11 Pour le groupe majoritaire (Groupe 1 - NSCLC), nous avons analysé la répartition annuelle liée au sexe dans les deux plus importants sous-groupes (1A l'adénocarcinome et sous-groupe 1B - carcinomes épidermoïdes), pour deceler la cohérence avec la littérature. Ainsi, pour les adénocarcinomes, nous avons observée une baisse constante à la fois pour le nombre réel de cas et le pourcentage pour les femmes, une situation qui est contraire aux données de la littérature. Pour le carcinome épidermoïde, nous avons remarqué une augmentation annuelle de la population féminine, une situation aussi contraire aux données de la littérature. Nous n'avons trouvé aucune explication pour ces résultats, bien que le nombre suffisant des cas rends les conclusions statistiquement significatives. L'analyse de l'évolution au cours de l'étude du nombre de cas d'adénocarcinome et le carcinome épidermoïde chez les hommes, nous avons trouvé une légère augmentation de l'incidence de l'adénocarcinome par rapport au carcinome épidermoïde. Pour les femmes, la situation était inverse, avec un nombre croissant de cas de carcinome épidermoïde, contre l adénocarcinome. Les types histopathologiques ont constitué la base pour diviser les groupes de patients dans l'étude. Le lot initial a été divisé en considérant les importantes différences épidémiologiques, l'âge moyen d'apparition, l'attitude thérapeutique, l'agressivité et le pronostic décrits dans la littérature entre les trois principaux types de cancer du poumon (NSCLC, SCLC tumeurs carcinoïdes). 11

12 Les deux autres groupes - SCLC et carcinoïdes, ont été représentés par un petit nombre de cas (11 et 5 cas). En analysant tous les cas, nous avons trouvé qu'il y a huit types histologiques variant en nombre à partir de 3 cas (carcinoïde atypique) à 225 cas (adénocarcinome). Il est à noter que la plupart des patients atteints de NSCLC ont ét surpris dans des stades peu avancés, ce qui a permit une intervention chirurgicale potentiellement curable (y compris jusqu'au stade IIIA): 270 cas, représentant 78% des patients. Ca explique les bons résultats au moins à court terme en ce qui concerne la survie. Il faut remarquer encore que l'origine des cas (patients opérés dans un service de chirurgie thoracique) est le facteur déterminant de la prépondérance des stades précoces, une situation différente de la proportion réelle dans la pratique quotidienne (y compris le service de chirurgie thoracique dans lequel l'étude a été menée ). Les cas étudiés étaient pratiquement que ceux qui arrivaient dans la salle d'opération avec l'intention chirurgicale radicale. La classification TNM s'applique uniquement aux cancers NSCLC. Mais jusqu'à ce que le diagnostic histopathologique définitif a été établi après la chirurgie, la plupart des tumeurs carcinoïdes et les cancers SCLC ont été stadialisés d'abord (pendant la chirurgie) selon la classification TNM. Nous avons analysé la répartition des patients selon le status OMS avant la chirurgie. Cet indicateur est l'un des plus simples pour évaluer l'autonomie d'une personne, etant utilisé en particulier dans l'oncologie. 12

13 Il est à noter la prédominance de 89% des patients ayant un status satisfaisant OMS (1 et 2), en raison d'un diagnostic précoce qui a conduit à un grand nombre d interventions radicales. L analyse du même point de vue des groupes définis, nous a montré une répartition similaire dans la majorité des lots et le status OMS a été encore mieux pour le groupe 3 (carcinoïdes), expliqué par la jeune âge d'apparition et l'agressivité faible de ces tumeurs. Selon le risque anesthésique, mesurée par l'échelle ASA (American Society of Anesthesiology), nous avons remarqué que la plupart des patients (85%) étaient inscrits dans les classes ASA 1 et 2, ayant ainsi un faible risque anesthésique, qui a également contribué au grand nombre d interventions radicales. Nous avons également observé une répartition similaire entre le status OMS et le risque anesthésique ASA. Pour le groupe entier, nous avons trouvé une légère prépondérance de l'affectation du poumon droit par rapport au poumon gauche (54% à 46%). Parce que ces pourcentages sont très proches de la proportion des deux volumes pulmonaires (55% - 45%), nous croyons qu'il n'y avait pas de prédilection du cancer du poumon pour un certain poumon. En termes de localisation lobaire il y a eu une localisation plus frequente au niveau des lobes supérieurs (gauche et droit). Pour le groupe I (le plus consistent), tous les trois sous-groupes ont été notées pour une prédilection de localisation dans les lobes supérieurs. 13

14 Pour le groupe 2 (SCLC) l'emplacement principal était dans le poumon gauche (surtout lobe supérieur gauche), mais encore une fois par raport au petit nombre des cas, nous ne pouvons tirer aucune conclusion à cet égard. Les tumeurs carcinoïdes ont été trouvés en particulier dans le poumon droit (en particulier le lobe supérieur droit). En raison du petit nombre de cas nous ne pouvons pas émettre une conclusion avec des données statistiquement significatives. Il y a eu une nette prédominance de la chirurgie de type radicale, (segmentectomie, lobectomie, bilobectomie, pneumonectomie), 320 cas (88%) bénéficiant de ce type de chirurgie. La plupart des interventions (93%) ont nécessité une thoracotomie (résections pulmonaires majeures - pneumonectomie, lobectomie, segmentectomie). Seulement 7% des interventions ont été entrepris par thoracoscopie (méthode mini-invasive) et cette approche a été réservé à des résections partielles palliatifs ou des procédures purement diagnostiques. La plupart des cas (86%) ont reçu une lymphadénectomie radicale selon la fonction oncologique de la majorité des interventions. Par conséquent, nous avons eu une description très précise de l'envahissement ganglionnaire (le critère N dans la classification TNM). Le sampling lymphatique (la biopsie d'un petit fragment d'un ganglion lymphatique macroscopiquement suspect) a été réservée pour les cas jugés non résécables et a été pratiquée dans seulement 4% des cas (15 patients). L etat de l envahissement ganglionnaire a été precisé après l'opération, après l'examen histopathologique de tous les ganglions lymphatiques de enlevés 14

15 pendant la chirurgie. Nous avons trouvé que la plupart (53%) n'avaient pas d'envahissement ganglionnaire, parce que les tumeurs ont été surpris à un stade précoce. Conformément à la nature radicale de la majorité des interventions, 80% des patients n'avaient pas de métastases (qui ont été confirmées à un taux de seulement 11%). La présence d une métastase unique (les surrénales, le foie, le cerveau ou les os) n'est pas une contre-indication à la chirurgie radicale, car elle peut généralement être réséqué dans une autre intervention (avant ou après résection pulmonaire) avec de bons résultats. La collecte des données a été réalisée en Avril A cette époque, la plupart des patients inclus dans l'étude étaient encore en vie (94%). La prédominance de la chirurgie radicale a conduit à un bon taux de survie, au moins dans le court terme. Parmi les quelques patients décédés jusqu'à la collecte de données, ont été relativement égale en nombre les adénocarcinomes (12 patients) et ceux avec un carcinome épidermoïde (11 patients). 15

16 CHAPITRE 3. L ÉTUD E DES CORRÉLATIONS ENTRE LES PARAMETRES L'analyse de la répartition des patients selon le sexe et l'âge nous a montré que le cancer du poumon est plus fréquent chez les hommes âgés et à une plus jeune âge chez les femmes. En termes de corrélation entre le sexe et le status de l'oms, nous avons observé une proportion légèrement plus élevée de patients de sexe féminin parmi les personnes ayant un meilleur status, bien que dans la même catégorie étaient les 2 patients dans le pire état (OMS 4). Nous avons analysé l'existence de certaines corrélations entre le type histologique de la tumeur et les ganglions lymphatiques affectées. Il a été noté que la lymphadénectomie médiastinale est essentiellement faite d'une manière très approfondie dans le service de chirurgie thoracique, où ont été opérés ces cas. La connaissance précise de l'envahissement ganglionnaire et l'excision radicale des ganglions lymphatiques médiastinaux sont les facteurs pronostiques les plus importants pour la survie. Dans les rares cas où le protocole opératoire ou le rapport pathologique n'a pas mentionné quoi que ce soit sur les nœuds lymphatiques médiastinaux, nous avons considéré le critère Nx. Nous avons constaté que la plupart des cas sans envahissement ganglionnaire (N0) étaient dans la catégorie des carcinoïdes typiques, ce qui est cohérent avec leur caractère moins agressif. 16

17 Un autre type de tumeur qui a montré une légère atteinte ganglionnaire était le CBA, où nous avons observé pour la majorité le critère N0 et juste dans un cas N1. En ce qui concerne les cas de SCLC dans notre étude, nous avons constaté l'absence de nœuds envahis dans tous les cas rencontrés, ce qui est contraire aux données de la littérature. Il est connu que ce type histopathologique est tres agressif. Dans notre étude, nous avons rencontré un nombre de 39 cas présentant des métastases (11% du total). L'analyse de la présence de métastases dans chaque type histopathologique, nous a montré que la grande majorité (34 cas, soit 87% de tous les cas avec métastases) étaient en sous-groupe 1A (adénocarcinomes). Autres types histologiques (cellules squameuses, CBA, indifférencié NSCLC) ont eu un petit nombre de cas avec des métastases (1 à 2). Les données de cette étude sont en accord avec la littérature qui considère l adénocarcinome plus agressif que le carcinome épidermoïde. Nous avons analysé la corrélation entre l'âge du patient et l'envahissement ganglionnaire. Nous avons constaté que chez les adolescents dans les deux cas il n y a pas eu un envahissement ganglionnaire. Ceci est expliqué simplement par le type histologique de la tumeur (carcinoïde typique dans les deux cas) et ne peut pas conduire à une conclusion pertinente. Chez les adultes 73 patients (53%) n'avaient pas d'envahissement ganglionnaire alors que dans le groupe des plus âgés, nous avons trouvé 142 cas N0 ou Nx (63%). Nous pouvons donc conclure que l'ensemble des tumeurs du poumon étaient plus agressifs chez les adultes et les personnes âgées. Pour l'ensemble du groupe la présence de métastases était plutôt rare (39 cas, représentant 10,71% du total). Nous avons essayé de trouver une corrélation possible entre l'âge et la présence de métastases. 17

18 Pour les adolescents l'absence totale de métastases peut être expliqué à nouveau par le petit nombre de cas (2 patients) et le type histologique (carcinoïde typique) et ne permet aucune conclusion. Chez les adultes 16% des cas ont présentés métastases alors que chez les personnes âgées ont été trouvés dans 8% des cas. Nous concluons que le phénomène métastatique se manifeste plus fréquemment chez les adultes et les personnes âgées. CHAPITRE 4. L ÉTUD E ANATOMO- PATHOLOGIQUE Dans l'étude histopathologique, la première étape a été la division des 364 cas de cancers du poumon selon le type histologique. Nous avons constaté que la plupart des cas (348 cas, représentant 96% du total) étaient des cancers non à petites cellules et la minorité restante de cas a été partagé entre les cancers à petites cellules (5 cas ou 1%) et les tumeurs carcinoïdes (11 cas, représentant 3%). Le diagnostic histopathologique a été possible sans effectuer l immunohistochimie dans un nombre de 152 cas, représentant 42% du total. Un total de 14 marqueurs ont été utilisés pour spécifier le type histologique. Parmi ceux-ci 3 seulement ont été utilisés dans la plupart des cas: TTF1, CK7 et CK20. 18

19 CONCLUSIONS 1. Lung cancer is a major problem of health services because its incidence is increasing despite the efforts of the society to reduce risk factors. 2. The role of histopatological examination is defining the choice of treatment and establishing prognosis. 3. In our study, the lung cancer has shown the same known predilection for males and the sixth decade of life. 4. During the five years analyzed we found a slight increase of the number of cases of lung cancer. 5. The vast majority of neoplasms (96%) were NSCLC, of which predominantly adenocarcinoma (225 cases). 6. Most cases were found in early or less advanced stages, allowing in most cases (78%) radical surgical treatment. 7. In our study group we noted predilection for upper lobes of the tumor. 8. Surgery was performed with a few exceptions by open approach and included a thorough lymphadenectomy. 9. Metastases were seen in less than 11% of patients. 10. We found a survival rate of 94% on completion of the study. 11. A total of 212 cases required for the diagnosis the use of immunohistochemistry. 12. This was done using a large panel of 14 markers, but only 3 of them were used systematically (TTF1, CK7, CK20), demonstrating that immunohistochemical examination is very useful for the diagnosis. 13. An immunohistochemical investigation algorithm is required to avoid excessive use of resources. 19

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 Les différents types de cancers et leurs stades Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 CARCINOGENESE multiple steps, accumulation d altd altérations continuum lésionnel

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Le cancer dans le canton de Fribourg

Le cancer dans le canton de Fribourg Le cancer dans le canton de Fribourg Le cancer du poumon dans le canton de Fribourg, analyses statistiques réalisées sur la base des données récoltées par le Registre fribourgeois des tumeurs depuis début

Plus en détail

La nouvelle classification TNM en pratique

La nouvelle classification TNM en pratique La nouvelle classification TNM en pratique Thierry Berghmans Département des Soins Intensifs et Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Bruxelles, Belgique Bases historiques 1946 : Denoix invente le

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations 2005 Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations pour la Pratique Clinique : Standards, Options et Recommandations 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

Pascal Thomas, pour la Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire.

Pascal Thomas, pour la Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire. e-mémoires de l'académie Nationale de Chirurgie, 2009, 8 (1) : 36-40 36 Recommandations de la Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire de pratiques chirurgicales dans le traitement

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE 1 Plan de cours I - TUMEURS PRIMITIVES DE LA VESSIE c1 - Tumeurs papillaires non infiltrantes c2 - Tumeurs papillaires infiltrantes c3 - Carcinome in-situ en muqueuse plane D - Pronostic : II - TUMEURS

Plus en détail

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro 1 Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro CONTEXTE La leucémie prolymphocytaire B (LPL B) est une pathologie rare,

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons.

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Un taux de récidive de 30% dans les dix premières années chez des patientes en rémission complète après un traitement curatif, requiert

Plus en détail

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY Les grands syndromes Endoscopie trachéo-bronchique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY 1 Endoscopie souple avec pince et brosse (fibroscopie) 2 Endoscopie Arbre bronchique normal Bifurcation trachéobronchique

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer de l œsophage?

Qu est-ce que le cancer de l œsophage? Cancer de l œsophage Qu est-ce que le cancer de l œsophage? Laissez-nous vous expliquer. www.fondsanticancer.org www.esmo.org ESMO/FAC Patient Guide Series basés sur les recommandations de pratique clinique

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

Quelle valeur donner au diagnostic anatomopathologique préopératoire du cancer bronchopulmonaire?

Quelle valeur donner au diagnostic anatomopathologique préopératoire du cancer bronchopulmonaire? Quelle valeur donner au diagnostic anatomopathologique préopératoire du cancer bronchopulmonaire? Olivier Aze 1 *, Nicolas Venissac 1, Daniel Pop 1, Charlotte Cohen 1, Paul Hofman 2, Jérome Mouroux 1 RÉSUMÉ

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

Cancer du poumon. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Cancer du poumon. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer du poumon Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer du poumon Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES. H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES. H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy GENERALITES Endoscopie et Imagerie double (IRM et TDM) = éléments clés du diagnostic Chirurgie

Plus en détail

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme Patho Med Cours 5 Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme BPCO: B: Broncho ( Bronche) P: Pneumopathie C: Chronique O: Obstructive Asthme Maladies avec des spasmes bronchiques Maladies avec des spasmes

Plus en détail

Le traitement chirurgical du cancer bronchique non à petites cellules

Le traitement chirurgical du cancer bronchique non à petites cellules Série «considérations chirurgicales pour le pneumologue» Coordonnée par V. Ninane et G. Decker Le traitement chirurgical du cancer bronchique non à petites cellules P. de Leyn 1, G. Decker 1, 2 1 Hôpital

Plus en détail

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Deux grandes questions Cette modalité de présentation, requiert elle une prise en charge

Plus en détail

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm Paris, le 19 avril 2006 Dossier de presse Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm En 2000, d après les estimations issues des registres, le nombre de nouveaux cas de cancer

Plus en détail

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 Cancers professionnels des cavités nasales et sinusiennes Dr Dominique Tripodi Centre Hospitalier Universitaire de Nantes Place Alexis Ricordeau - 44093 Nantes Cedex

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

De la chirurgie du nodule aux ganglions

De la chirurgie du nodule aux ganglions De la chirurgie du nodule aux ganglions Docteur Xavier CARRAT Institut Bergonié Clinique Saint Augustin Chirurgie des lésions bénignes de la thyroïde problématique opératoire «simple» avec indication portée

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie. Cancérologie. Niveau DCEM3 2002-2003. Service de radiothérapie - Professeur Baillet

Université Pierre et Marie Curie. Cancérologie. Niveau DCEM3 2002-2003. Service de radiothérapie - Professeur Baillet Université Pierre et Marie Curie Cancérologie Niveau DCEM3 2002-2003 Service de radiothérapie - Professeur Baillet Mise à jour : 5 octobre 2015 2/298 Cancérologie - Service de radiothérapie - Pr. Baillet

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer du sein?

Qu est-ce que le cancer du sein? Cancer du sein Qu est-ce que le cancer du sein? Laissez-nous vous expliquer. www.fondsanticancer.org www.esmo.org ESMO/FAC Patient Guide Series basés sur les recommandations de pratique clinique de ESMO

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

Le cancer du poumon 2/18/2015. Radio-oncologue CSSS Gatineau. Stéphanie Ferland B.pharm, MD, MSc, FRCPC

Le cancer du poumon 2/18/2015. Radio-oncologue CSSS Gatineau. Stéphanie Ferland B.pharm, MD, MSc, FRCPC Objectifs Le cancer du poumon Stéphanie Ferland B.pharm, MD, MSc, FRCPC Radio-oncologue CSSS Gatineau Décrire le rôle de la thérapie générale en ce qui concerne les traitements néoadjuvants, adjuvants

Plus en détail

Tumeurs osseuses de l enfantl

Tumeurs osseuses de l enfantl Tumeurs osseuses de l enfantl Enseignement interrégional DES de PédiatrieP Auvergne Rhône Alpes Etienne Merlin Clermont-Ferrand 14 mars 2008 14-15 15 mars 2008 E Merlin DES pediatrie Clermont Ferrand 1

Plus en détail

Anatomie Pathologique et Cancer. Missions, Moyens, Exemples

Anatomie Pathologique et Cancer. Missions, Moyens, Exemples Anatomie Pathologique et Cancer Missions, Moyens, Exemples DIU d Onco-Gériatrie 8 février 2012 Dr Julie Gonin et Mathilde Sibony, Hôpital Tenon Anatomie pathologique et Cancer : Missions Dépistage Diagnostic

Plus en détail

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL :

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL : Communiqué de presse 15/ /09/2015 «Prendre le Cancer à la gorge» «Make Sense» : Pour la 3 ème année, les professiop onnels se mobilisent pour la semainee européenne duu dépistage et de la préventionn des

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us?

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us? Dr Jean-Charles Soria : Bonjour et bienvenue dans ce programme. Je suis Jean Charles Soria, Professeur de Médecine et Directeur du programme de développement précoce des médicaments à l université Paris

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Anatomie du larynx Physiologie de la phonation et de la déglutition

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

Item 145 : Tumeurs malignes de l'oro-pharynx.

Item 145 : Tumeurs malignes de l'oro-pharynx. Item 145 : Tumeurs malignes de l'oro-pharynx. OBJECTIFS savoir diagnostiquer une tumeur de l oropharynx apprécier les signes de gravité et les facteurs pronostiques l'étudiant doit connaître les stratégies

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du poumon Juin 2010 Pourquoi ce guide? 2 Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

Journées médico-chirurgicales de Msila

Journées médico-chirurgicales de Msila Journées médico-chirurgicales de Msila 28-29 avril 2010 L association ENNOUR des médecins de la wilaya de Msila (président : Dr. Ghadbane) a organisé des journées médicochirurgicales de formation médicale

Plus en détail

Cancer primitif du foie

Cancer primitif du foie Cancer primitif du foie Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer primitif du foie Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer

Plus en détail

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales Henri Roché, Institut Claudius Regaud Toulouse, 9 février 2012 Histoire naturelle Les cancers en cause Les éléments de stratégie

Plus en détail

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer des os Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca CANCER DES OS Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque tous les jours, vous

Plus en détail

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre!

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! La Clinique du sein du CHPLT Pour vous et pour votre famille Centre Hospitalier Peltzer - La Tourelle de Verviers Le cancer du sein : nous pouvons le vaincre!

Plus en détail

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 :

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 : UE2 : Cancérologie Pr Lehmann-Che et Pouessel Mercredi 26 septembre 10h30-12h30 Ronéotypeuse : Aurore Valentin Ronéolectrice : Marion Whiston CANCÉROLOGIE Cours n 3 : De la biologie moléculaire des cancers

Plus en détail

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014 DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE Programme de formation pour les infirmières pivots en oncologie Devis pédagogique 2013-2014 Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des

Plus en détail

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les amygdales Les amygdales: 2 organes situés dans le pharynx à l arrière de la gorge qui ont pour fonctions d empêcher l intrusion bactérienne. Amygdalite:

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

Cancers et mutations liés aux facteurs du milieu

Cancers et mutations liés aux facteurs du milieu Cancers et mutations liés aux facteurs du milieu Quand des cellules normales sont endommagées et qu'elles ne peuvent pas être soignées, elles meurent : c'est l'apoptose. Les cellules cancéreuses ne meurent

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la thyroïde Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous

Plus en détail

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Bernard Fortin Mars 2014 Source: Comité consultatif de la Société canadienne du cancer : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013. Toronto

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

Chapitre 7. Classification et c sii tumeurs

Chapitre 7. Classification et c sii tumeurs Chapitre 7. Classification et c sii tumeurs des C.S. Muir1 et C. Percy2 'Centre International de Recherche sur le cancer, 150 cours Albert-Thomas, 69372 Lyon Cédex 08, France 2National Cancer Institute,

Plus en détail

Réseau du cancer du Nouveau Brunswick. Rendement du système de lutte contre le cancer 2012

Réseau du cancer du Nouveau Brunswick. Rendement du système de lutte contre le cancer 2012 Réseau du cancer du Nouveau Brunswick Rendement du système de lutte contre le cancer 2012 Janvier 2014 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE Le contexte au Nouveau-Brunswick... 1 Réseau du cancer du Nouveau-Brunswick...

Plus en détail

Cancer des os Comprendre le diagnostic

Cancer des os Comprendre le diagnostic Cancer des os Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 cancer.ca Cancer des os Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle peut

Plus en détail

RÉSUMÉ ABSTRACT. chirurgie thoracique

RÉSUMÉ ABSTRACT. chirurgie thoracique Évolution de la prise en charge chirurgicale des cancers pulmonaires en France : lobectomie mini-invasive versus lobectomie par thoracotomie d après la base de données nationale Epithor Sophie Guinard,

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Lymphome non hodgkinien

Lymphome non hodgkinien Lymphome non hodgkinien Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca LYMPHOME NON HODGKINIEN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Conflits d intérêts Aucun Introduction Constat : CB = Moins de motivation des pneumologues à obtenir le sevrage tabagique (versus

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre mélanome cutané Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le mélanome

Plus en détail

FIBREUX ANGIOMATOÏDE (FUS- ATF1 DE LA T(12;16), EWSR1-CREB1 DE LA T(12;22), EWSR1-CREB1 DE LA T(2;22) (TAAN) SUR TISSUS (CODE

FIBREUX ANGIOMATOÏDE (FUS- ATF1 DE LA T(12;16), EWSR1-CREB1 DE LA T(12;22), EWSR1-CREB1 DE LA T(2;22) (TAAN) SUR TISSUS (CODE Analyse tirée de l'avis transmis au ministre le 12 avril 2013. Pour en savoir plus sur les Processus et critères d'évaluation des analyses de biologie médicale de l INESSS cliquez ici. HISTIOCYTOME FIBREUX

Plus en détail

Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx

Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx (cancers de la sphère ORL) Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la bouche, du

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement des tumeurs des VADS. D.Dequanter;M.Shahla;C.Aubert;Y.Deniz;P.Lothaire

Place de la chirurgie dans le traitement des tumeurs des VADS. D.Dequanter;M.Shahla;C.Aubert;Y.Deniz;P.Lothaire Place de la chirurgie dans le traitement des tumeurs des VADS D.Dequanter;M.Shahla;C.Aubert;Y.Deniz;P.Lothaire Introduction O.Filleul et all. Bulletin du cancer 2011;8:11-12 Introduction O.Filleul et

Plus en détail

F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France

F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France 18F-fluorodéoxyglucose en oncologie. Expérience en Ile de France. 18 F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France H. FOEHRENBACH 1, J. LUMBROSO 2 1 Service Médecine Nucléaire, Hôpital

Plus en détail

Cancer de l œsophage. Comprendre le diagnostic

Cancer de l œsophage. Comprendre le diagnostic Cancer de l œsophage Comprendre le diagnostic Cancer de l œsophage Comprendre le diagnostic Lorsqu on lui annonce qu elle a un cancer, une personne peut se sentir seule, avoir peur et être dépassée par

Plus en détail

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Médicale R.Sai, K.Bouzid Service d Oncologie d Médicale, M E.H.S Centre P & M Curie, Alger introduction Chimiothérapie anti-canc

Plus en détail

LES TUMEURS OSSEUSES. Sommaire. 1 Résumé. février 2004 Institut Gustave-Roussy. Dr Anne d Andon Pr Gilles Vassal Dr Odile Oberlin Dr Olivier Hartmann

LES TUMEURS OSSEUSES. Sommaire. 1 Résumé. février 2004 Institut Gustave-Roussy. Dr Anne d Andon Pr Gilles Vassal Dr Odile Oberlin Dr Olivier Hartmann 39 rue Camille Desmoulins 94805 VILLEJUIF CEDEX Tel : 0 42 42 Site Internet : www.igr.fr Contact : info@igr.fr février 2004 Institut Gustave-Roussy LES TUMEURS OSSEUSES Dr Anne d Andon Pr Gilles Vassal

Plus en détail

Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles

Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles Introduction Le cancer du poumon est le responsable majeur du décès par cancer 1.4

Plus en détail

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Oncomip : Outil d Evaluation de la qualité de la prise en charge centrée sur la RCP Visioconférence 26 mai 2010 20-24, rue du pont Saint-Pierre 31052 Toulouse Tél:

Plus en détail

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES COMMUNIQUE DE PRESSE N 213 12 Juin 2012 LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES A l issue d une réunion d une semaine regroupant des spécialistes internationaux, le Centre international de

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

Le cancer du larynx. Informations à l intention des patients

Le cancer du larynx. Informations à l intention des patients Si vous avez un cancer du larynx, il y a sans doute beaucoup de questions qui vous viennent à l esprit, comme : Qu est-ce qui arrive maintenant? Quels traitements sont offerts? En quoi votre vie changera-t-elle

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie 23 CHIRURGIE THORACIQUE Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations concernant la chirurgie que

Plus en détail

Tumeur maligne des os

Tumeur maligne des os Tumeur maligne des os E p idém iologie tumeur maligne primitive de l os touchant essentiellement l adolescent et l adulte jeune. 70% des sarcomes ostéogéniques sont diagnostiqués avant l âge de 18ans dans

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

Classi cation TNM du cancer bronchique

Classi cation TNM du cancer bronchique Revue des Maladies Respiratoires Actualités (2014) 6, 388-394 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com Classi cation TNM du cancer bronchique TNM classi cation for the lung cancer J.-P. Sculier Service

Plus en détail

CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES : GENERALITES. Professeur Claude Beauvillain de Montreuil

CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES : GENERALITES. Professeur Claude Beauvillain de Montreuil DC3 - DC4 CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES : GENERALITES Professeur Claude Beauvillain de Montreuil On désigne sous le terme de Cancer des Voies Aérodigestives Supérieures (VADS) les cancers

Plus en détail

leucémie lymphoïde chronique

leucémie lymphoïde chronique la leucémie lymphoïde chronique S.Taoussi, M.T. Abad Service hématologie, EHS ELCC Blida Ce travail a été réalisé au laboratoire hématologie du CAC Blida avec le soutien du CMNG et du laboratoire de recherche

Plus en détail