THERANOSTIC. Pr. C. BOHUON Conférence CORATA Namur 08 juin 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THERANOSTIC. Pr. C. BOHUON Conférence CORATA Namur 08 juin 2011"

Transcription

1 THERANOSTIC Pr. C. BOHUON Conférence CORATA Namur 08 juin 2011

2 THERANOSTIC Therapy + Diagnostic Nouveau mot reliant le choix d un médicament à la détection d une anomalie génétique (mutation ). Ex.: Cancers du sein Her2/neu Herceptin *** Cette définition restrictive peut être élargie à des tests non génétiques. Il s agit finalement de prescrire pour une pathologie précise le médicament le mieux adapté tenant compte des «recommandations». Ex.: Cancers du sein RE+RP+ Médicaments antihormonaux (Tamoxifene, Inhibiteurs d aromatases) Ex.: Diabètes et HbA1c Metformine, Sulfamide, Inhibiteurs de DPPIV Ex.: Hypertriglycéridémies Fibrates, Etc..

3 Theranostic et Cancers - La leucémie myéloide chronique (LMC) Translocation 9/22 GLIVEC = IMATINIB - Le cancer du sein (BC) Her/2 HERCEPTIN = TRASTUZUMAB - Le cancer colorectal (CCR) EGFR KRAS ERBITUX = CETUXIMAB VECTIBIX = PANITUMUMAB VEGF - Le cancer du rein VEGF - Le cancer du poumon (NSCLC) - Le mélanome métastatique AVASTIN = BEVACIZUMAB NEXAVAR = SARAFENIB

4 Theranostic et Cancers - La leucémie myéloide chronique (LMC) Translocation 9/22 GLIVEC = IMATINIB - Le cancer du sein (BC) Her/2 HERCEPTIN = TRASTUZUMAB - Le cancer colorectal (CCR) EGFR KRAS ERBITUX = CETUXIMAB VECTIBIX = PANITUMUMAB VEGF - Le cancer du rein VEGF - Le cancer du poumon (NSCLC) - Le mélanome métastatique AVASTIN = BEVACIZUMAB NEXAVAR = SARAFENIB

5 GLIVEC = IMATINIB Poster ASCO 2001 (San Francisco) Une molécule de synthèse le STI 571 ou imatinib, un inhibiteur de Tyrosine Kinase donne des résultats spectaculaires dans le traitement de la leucémie myéloïde chronique (LMC

6 99% des malades avec une LMC et environ 30% des malades avec une LLA possèdent la translocation 9/22 (le chromosome dit de Philadelphie) Cette mutation conduit à la formation de deux tyrosine kinases oncogéniques qui conduisent au processus leucémique par activation de multiples signaux de transduction qui régulent la prolifération cellulaire, la transformation et la survie.

7 L inhibition d une tyrosine kinase (ABL-1) par l imatinib (Glivec ) a constitué une véritable révolution dans le traitement des LMC. D autres molécules ont rapidement suivi: le dasatinib et le nilotinib. Malheureusement, 15 à 25% des malades répondeurs deviennent résistants. La cause la plus fréquente, mais non la seule, réside dans de nouvelles mutations de la kinase. Ce sont surtout les facteurs de transcription (dépendants des kinases), qui sont en cause. Ainsi le STAT5 donne lieu à d importantes recherches.

8 The STAT5 inhibitor pimozide decreases survival of chronic myelogenous leukemia cells resistant to kinase inhibitors Référence: Blood, January 13, 2011 Erik A. Nelson and al. Dans la recherche de molécules (validés chez l hommes) inhibant l activation de Stat5, une équipe du Dana Farber Cancer Institute a découvert le pimozide connu déjà comme un neuroleptique. Il est prouvé que cette molécule est active in-vitro sur les cellules sensibles ou insensibles à l Imatinib (Blood, March 2011)

9 GIST Des formes très particulières de cancer: les GIST (Gastro-Intestinal Stroma Tumor) répondent bien à l Imatinib (Glivec ) mais certaines sont résistantes. Une équipe de l Institut Gustave Roussy vient de montrer qu il s agit du variant du récepteur de surface NKp30. Contrairement aux variants NKp30a et NKp30b, le variant NKp30c est incapable d activer une voie de défense immunitaire. Ce profil dépendant de l IL10 éteint les défenses immunitaires. Cette variété de GIST devrait donc profiter d une immunothérapie ciblée sur les NK. Réf.: Nature Medicine, may 2011

10 Theranostic et Cancers - La leucémie myéloide chronique (LMC) Translocation 9/22 GLIVEC = IMATINIB - Le cancer du sein (BC) Her/2 HERCEPTIN = TRASTUZUMAB - Le cancer colorectal (CCR) EGFR KRAS ERBITUX = CETUXIMAB VECTIBIX = PANITUMUMAB VEGF - Le cancer du rein VEGF - Le cancer du poumon (NSCLC) - Le mélanome métastatique AVASTIN = BEVACIZUMAB NEXAVAR = SARAFENIB

11 Herceptin L Herceptin appartient à la famille HER qui code 4 récepteurs transmembranaires appelés HER1, HER, HER3, HER4 (sous-famille des récepteurs de facteurs de croissance épidermiques (ErbB) impliqués dans les mécanismes de signalisation intracellulaire contrôlant la croissance, la survie, l adhésion, la migration, etc. La protéine HER2 est une glycoprotéine membranaire de 1255 AA, 185 kda. Elle possède 3 domaines: extracellulaire, transmembranaire et intracellulaire. Le domaine intracellulaire possède une activité de récepteur Tyrosine Kinase. L Herceptin anticorps monoclonal humanisé (IgG1) se fixe sur la partie externe du récepteur Her2. Il est utilisé chez les malades (environ 30%) dont la tumeur surexprime Her2 (soit un score de 3 + par immunohistochimie).

12 Structure cristalline du domaine catalytique d une kinase

13 Mode d action anti-tyrosine kinase

14 HER2 est un membre de la famille des récepteurs ErbB ce qui explique l expression accrue de VEGF (Vascular Epithelium Growth Factor) 2 nouveaux anticorps (Mabs) humanisés sont en développement: le Pertuzumab et le Bevacizumab. Le laboratoire Roche présente à l ASCO le TDM-1 qui coupe l Herceptin à une toxine: la maytansinoid, molécule très toxique pour les tubules (magic bullet). TDM-1 = Traztuzumab - DM-1

15 Perspectives Herceptin a révolutionné le traitement du cancer du sein Her2 positif en réduisant la mortalité et en augmentant le taux de rémission. Cependant, la moitié des malades Her2+ ne répondent pas au traitement par l Herceptin (résistance de novo ou acquise) Récemment (mars 2011) un nœud commun de résistance a été découvert par Zhang et coll.: l hyperactivation de la csrc, protéine cytoplasmique possédant une activité Tyrosine Kinase. Le Saracatinib, inhibiteur de la csrc associé à l Herceptin pourraitêtre utilisé chez les malades dont l activation de csrc se montre corrélée à la résistance à l Herceptin... Mais pour le moment, les résultats sont obtenus sur des modèles murins

16 Theranostic et Cancers - La leucémie myéloide chronique (LMC) Translocation 9/22 GLIVEC = IMATINIB - Le cancer du sein (BC) Her/2 HERCEPTIN = TRASTUZUMAB - Le cancer colorectal (CCR) EGFR KRAS ERBITUX = CETUXIMAB VECTIBIX = PANITUMUMAB VEGF - Le cancer du rein VEGF - Le cancer du poumon (NSCLC) - Le mélanome métastatique AVASTIN = BEVACIZUMAB NEXAVAR = SARAFENIB

17 Les mutations de Ras sont un facteur prédictif de non efficacité des anticorps bloquant la voie de l EGFR (Erbitux et Vectibix )

18

19 Catabolism Anabolism ARN FUrd FUMP FUDP FUTP Dihydropyrimidine 5FUH 2 5FU deshydrogénase (DPD) FdUrd FdUMP FdUDP FdUTP - ADN Urinary excretion Thymidylate dump dtmp dtdp dttp synthase (TS) 5-10 CH 2 FH 4 FH 2 MTHFR DHFR Folinic acid 5CH 3 FH 4 FH 4

20 Fréquence Activité dihydropyrimidine deshydrogenase, explication de la toxicité du 5-Fu 25 Moy = patients: - H = F = 33 3% inférieur à 100 pmol/min/mg prot Activité DPD ( pmol/min/mg prot ) Distribution des fréquences de l activité dihydropyrimidine déshydrogénase (DPD) chez des patients atteints de cancer colorectal.

21 Theranostic et Cancers - La leucémie myéloide chronique (LMC) Translocation 9/22 GLIVEC = IMATINIB - Le cancer du sein (BC) Her/2 HERCEPTIN = TRASTUZUMAB - Le cancer colorectal (CCR) EGFR KRAS ERBITUX = CETUXIMAB VECTIBIX = PANITUMUMAB VEGF - Le cancer du rein VEGF - Le cancer du poumon (NSCLC) - Le mélanome métastatique AVASTIN = BEVACIZUMAB NEXAVAR = SARAFENIB

22 Sorafenib = Nexavar A l origine, cette molécule était destinée au traitement des mélanomes métastasés car elle inhibe une Tyrosine Kinase: c-raf. Les essais cliniques ont montré des résultats très intéressants dans le cancer du rein très sensible aux inhibiteurs de l angiogenèse. Le Sorafenib est en réalité un puissant inhibiteur de VEGFR expliquant son efficacité dans le cancer de rein.

23 Torisel Une prodrogue de la rapamycine: Temsirolimus (Torisel ) est indiqué dans le traitement du cancer du rein à cellules claires. C est un inhibiteur de la Kinase m-tor (mammalian target of rapamycine). Le blocage de m-tor a des effets antiangiogéniques. Torisel peut être utilisé aux côtés d autres inhibiteurs de Kinase (Sorafenib.) et de l anti VEGF (Bevacizumab ou Avastin ).

24 Theranostic et Cancers - La leucémie myéloide chronique (LMC) Translocation 9/22 GLIVEC = IMATINIB - Le cancer du sein (BC) Her/2 HERCEPTIN = TRASTUZUMAB - Le cancer colorectal (CCR) EGFR KRAS ERBITUX = CETUXIMAB VECTIBIX = PANITUMUMAB VEGF - Le cancer du rein VEGF - Le cancer du poumon (NSCLC) - Le mélanome métastatique AVASTIN = BEVACIZUMAB NEXAVAR = SARAFENIB

25 L hétérogénéité des mécanismes de résistance Exemple: les thérapies ciblées du cancer du poumon Une étude de 37 cancers du poumon (NSCLC) devenus résistants à la thérapie ciblée révèle l hétérogénéité des mécanismes de résistance, chacun d entre eux pouvant nécessiter une stratégie thérapeutique différente. Certains se transforment en cancers (SCLC) et peuvent alors répondre au traitement standard des SCLC. Autre découverte, les mutations de résistance peuvent disparaître après une interruption de la thérapie ciblée. Référence: Dr Lecia Sequist ( MGH, Boston), 2011

26 Theranostic et Cancers - La leucémie myéloide chronique (LMC) Translocation 9/22 GLIVEC = IMATINIB - Le cancer du sein (BC) Her/2 HERCEPTIN = TRASTUZUMAB - Le cancer colorectal (CCR) EGFR KRAS ERBITUX = CETUXIMAB VECTIBIX = PANITUMUMAB VEGF - Le cancer du rein VEGF - Le cancer du poumon (NSCLC) - Le mélanome métastatique AVASTIN = BEVACIZUMAB NEXAVAR = SARAFENIB

27 Mélanome métastatique Récemment (13 janvier 2011) Roche a annoncé des résultats très prometteurs de phase III avec un inhibiteur de BRAF fréquemment muté (BRAF V600E) dans les mélanomes. Cet inhibiteur connu sous le nom de Plexicon (ou encore RG7204 ou PLX4032). Il vient d être approuvé par l AFSSAPS sous condition de trouver la mutation dans le mélanome (environ 50% des malades). Cette molécule ne peut être administrée que dans le cadre d une ATU (12 avril 2011). Par ailleurs un anticorps monoclonal, l ipilimumab ou Yervoy a récemment (25 mars 2011) été approuvé par la FDA. Il bloque l antigène CTLA-4 (cytotoxic T-lymphocyte antigen4) potentialisant la réponse antitumorale des cellules T.

28 De nouvelles voies thérapeutiques voient le jour: séquençage de 38 génomes de myélome multiple Des chercheurs ont dévoilé des mutations impliquées dans le myélome multiple qui révèlent des mécanismes oncogéniques nouveaux et inattendus ouvrant de nouvelles pistes de traitement. (p. ex.: NF-kappaB, FAM46C, BARF, ) Une molécule l Elotuzumab (BMS, Abbott) est développé en phase III. C est un grand pas en avant dans la médecine personnalisée pour le traitement de myélome multiple. Réf.: Chapman et coll., Nature, 2011 Mar 24; 471

29 Oncogène p53 P53 stimule la réparation de DNA stoppe la division cellulaire des cellules lésées pousse la cellule gravement lésée à se détruire Dans beaucoup de tumeurs (> à 50%) p53 est anormal en raison de mutations du gène ou l augmentation d enzymes détruisant p53. P53 est en fait une évolution de deux autres gènes ancestraux p63 et p73. Curieusement, les souris K.O. pour le gène p53 atteignent l âge adulte et développent des tumeurs à l opposé des souris K.O. pour p63 et p73 qui meurent jeunes d autres pathologies. L explication est donné par de nombreuses isoformes de p63 (8) et de p73 (12) plus longues ou plus courtes les souris K.O. pour les formes longues ont un spectre tumoral voisin des cellules mutées de p53. P63 semble freiner les métastases. Une molécule comme l everolimus augmente les concentrations de p73 en inhibant mtor un bloqueur de p73

30 Espoirs sur le ciblage de p73 Médicament Mode d action Résultats 37AA Supprime l inhibition de p73 Souris Tumeurs RETRA Elimine des mutants de p73 Souris Tumeurs: 0 Everolimus p73 Homme Phase III NSC p73 Invitro cellules cancéreuses tuées

31 Economie de la santé Un large débat éthique se déroule actuellement en particulier sur le coût des médicaments anticancéreux

32

33 Coûts prévus en 2020 L augmentation du nombre et de la survie des malades traités ainsi que le coût des traitements font prévoir une augmentation des prix d environ 60% sur 10 ans (2020). Science, 331, 25 March 2011

34 Conclusions Le Theranostic constitue un progrès important pour une médecine personnalisée, actuellement dirigée vers les divers types de cancer. Chaque cancéreux en effet, est un malade particulier (localisations, mutations, réponse à un médicament, etc.). Contrairement aux essais cliniques traditionnels où des problèmes existent déjà, s agissant des essais cliniques nouveaux, les difficultés sont encore plus nombreuses: - la maîtrise des étapes allant de la génomique au remboursement par l Assurance maladie - l hétérogénéité des développements - les très nombreux médicaments en essais, utilisant des analyses génétiques pour rechercher des molécules «a priori» adaptées à un sous-groupe de malades - les résistances sont toujours possibles - le coût des médicaments

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

Thérapies ciblées et sujets âgés

Thérapies ciblées et sujets âgés Thérapies ciblées et sujets âgés Dr Marie-Paule Sablin Service inter-hospitalier Beaujon-Bichat de cancérologie Le plan Que sont les thérapies ciblées? Leurs indications En pratique chez les sujets agés

Plus en détail

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription Christine Rebischung, oncologie médicale Mécanisme d action de la chimiothérapie -Action sur les mécanismes de division de la cellule

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2015

Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2015 Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2015 Dr Pierre COMBE, Oncologie médicale HEGP pierre.combe@egp.aphp.fr Introduction: Thérapie moléculaire ciblée Activité sur un mécanisme oncogénique Identification

Plus en détail

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en 2012

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en 2012 RECHERCHE DÉCEMBRE 2012 Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en 2012 C O L L E C T I O N Bilans d activité & d évaluation LES TESTS PRÉDICTIFS DANS LES PLATEFORMES DE GÉNÉTIQUE

Plus en détail

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux Dr William Jacot, Oncologue Médical Thérapies Ciblées Définition Anomalies moléculaires spécifiques des cellules tumorales Molécules

Plus en détail

Thérapies ciblées en oncologie

Thérapies ciblées en oncologie Thérapies ciblées en oncologie Quelle place dans l arsenal thérapeutique en 2015? Angers, 5 mars 2015, Journées FMC Médecine Générale De la biologie à la thérapie Comprendre pour traiter Hanahan, Cell,

Plus en détail

Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM

Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM Dr Florence BANNIE, Pharmacien Dr Laure Kaluzinski, Oncologue Centre Hospitalier Public du Cotentin ARKM 17éme Rencontre Médicale 29 novembre 2014,

Plus en détail

Plan du cours 29/03/2013. Schéma général transduction signal. Introduction Le cancer est une pathologie cellulaire

Plan du cours 29/03/2013. Schéma général transduction signal. Introduction Le cancer est une pathologie cellulaire UE09s Méthodes d étude et analyse du génome Applications des techniques du génie génétique à la thérapie des maladies acquises Exemples en cancérologie Thérapie ciblée Théranostique Plan du cours Introduction

Plus en détail

Étude des mutations PIK3CA

Étude des mutations PIK3CA Étude des mutations PIK3CA Application dans les cancers du sein et les cancers colorectaux métastatiques Alexandre Harlé a.harle@nancy.unicancer.fr Centre Alexis Vautrin Unité de Biologie des tumeurs Département

Plus en détail

SOINS ET VIE DES MALADES. www.e-cancer.fr JUIN 2010. C O L L E C T I O N Rapports & synthèses

SOINS ET VIE DES MALADES. www.e-cancer.fr JUIN 2010. C O L L E C T I O N Rapports & synthèses Mesure 21 SOINS ET VIE DES MALADES JUIN 2010 Programme INCa pour la détection prospective des biomarqueurs émergents dans le cancer du poumon, le cancer colorectal et le mélanome : une nouvelle approche

Plus en détail

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011 Mesure 21 SOINS ET VIE DES MALADES Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011 COLLECTION Rapports & synthèses POUR UN ACCÈS AUX THÉRAPIES CIBLÉES : - LES PLATEFORMES

Plus en détail

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN ASECTS MOLÉCULAIRES DE LA ROLIFÉRATION CELLULAIRE r J-L. MERLIN ASECTS MOLECULAIRES DE LA ROLIFERATION «Vers de nouvelles cibles thérapeutiques» r. Jean-Louis Merlin Faculté de harmacie, Université Henri

Plus en détail

Plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers

Plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers Plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers Biomarqueurs et cancers o Identification d altérations génétiques au sein des cellules cancéreuses => nouveaux biomarqueurs moléculaires diagnostic

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 4 juin 2010

Communiqué de presse. Bâle, le 4 juin 2010 Communiqué de presse Bâle, le 4 juin 2010 Roche présente, au congrès de l ASCO, les premières données concernant la nouvelle génération d anticorps à visée thérapeutique et d autres traitements ciblés

Plus en détail

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2010

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2010 Mesure 21 SOINS ET VIE DES MALADES Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2010 COLLECTION Rapports & synthèses POUR UN ACCÈS AUX THÉRAPIES CIBLÉES : - LES PLATEFORMES

Plus en détail

: Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2014. Dr Pierre COMBE, CCA Cancérologie médicale HEGP pierre.combe@egp.aphp.fr

: Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2014. Dr Pierre COMBE, CCA Cancérologie médicale HEGP pierre.combe@egp.aphp.fr : Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2014 Dr Pierre COMBE, CCA Cancérologie médicale HEGP pierre.combe@egp.aphp.fr Introduction: Thérapie moléculaire ciblée Une thérapie ciblée est un traitement

Plus en détail

Les thérapies ciblées antiangiogéniques. Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr

Les thérapies ciblées antiangiogéniques. Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr Les thérapies ciblées antiangiogéniques en cancérologie Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr Objectifs pédagogiques Donner une définition des thérapies ciblées

Plus en détail

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot Service d Oncologie - Radiothérapie Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Charles Foix- Paris Importance de la prise en charge pluridisciplinaire

Plus en détail

MARQUEURS & TESTS COMPAGNONS. Biomarqueurs moléculaires prédictifs

MARQUEURS & TESTS COMPAGNONS. Biomarqueurs moléculaires prédictifs MARQUEURS & TESTS COMPAGNONS Biomarqueurs moléculaires prédictifs Jean Paul Brouillet, La Grande Motte 2 octobre 2015 Définitions (Guide Méthodologique : Test compagnon associé à une thérapie ciblée, HAS

Plus en détail

Actualités de l année en. oncologie

Actualités de l année en. oncologie Actualités de l année en Le cru 2015 oncologie Angers,, Jeudi 5 mars 2015, Journées FMC Médecins généralistes Actualités et nouveautés Biologie Prévention Diagnostic précoce Traitements Cancérogenèse Sport

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Les biomarqueurs comme tests d éligibilité aux thérapies ciblées

Les biomarqueurs comme tests d éligibilité aux thérapies ciblées Les biomarqueurs comme tests d éligibilité aux thérapies ciblées Christophe Le Tourneau, MD, PhD Institut Curie Département d Oncologie Médicale Unité d Investigation Clinique INSERM U900 Académie Nationale

Plus en détail

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 :

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 : UE2 : Cancérologie Pr Lehmann-Che et Pouessel Mercredi 26 septembre 10h30-12h30 Ronéotypeuse : Aurore Valentin Ronéolectrice : Marion Whiston CANCÉROLOGIE Cours n 3 : De la biologie moléculaire des cancers

Plus en détail

Les plateformes de génétique

Les plateformes de génétique Thérapies ciblées : de l anatomopathologie th l à la biothérapie i Les plateformes de génétique moléculaire PO Schischmanoff UF Génétique moléculaire et oncogénétique CHU Avicenne ACP FHF 29 mars 2012

Plus en détail

FLASH RAS. J-L. Merlin (A), A. Lièvre (B), P. Laurent-Puig (C), M. Ducreux (D), P. Artru (E), J. Fuchs (F), C. Gicquel (F), J-C.

FLASH RAS. J-L. Merlin (A), A. Lièvre (B), P. Laurent-Puig (C), M. Ducreux (D), P. Artru (E), J. Fuchs (F), C. Gicquel (F), J-C. FLASH RAS Etude observationnelle rétrospective faisant un état des lieux des tests KRAS et NRAS en 2014 chez les patients atteints d un cancer colorectal métastatique (CCRm) J-L. Merlin (A), A. Lièvre

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 4 octobre 2010 L ARC ET LA RECHERCHE SUR LES TRAITEMENTS DES CANCERS DU SEIN

DOSSIER DE PRESSE 4 octobre 2010 L ARC ET LA RECHERCHE SUR LES TRAITEMENTS DES CANCERS DU SEIN DOSSIER DE PRESSE 4 octobre 2010 L ARC ET LA RECHERCHE SUR LES TRAITEMENTS DES CANCERS DU SEIN SOMMAIRE Communiqué de presse...p.3 Mettre au point des traitements pour les cancers du sein insensibles aux

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2

Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2 Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2 1 DOMAINE D UTILISATION DES ANTICORPS IN VITRO ET IN VIVO B)Utilisation des Anticorps in vitro - dosages

Plus en détail

Anti-tumoraux FARM2133. Prof. O. Feron (olivier.feron@uclouvain.be) 59.996 nouv. diagnostics ~1 homme sur 3 ~1 femme sur 4 donc 1 diagnostic / 10 min

Anti-tumoraux FARM2133. Prof. O. Feron (olivier.feron@uclouvain.be) 59.996 nouv. diagnostics ~1 homme sur 3 ~1 femme sur 4 donc 1 diagnostic / 10 min FARM2133 Anti-tumoraux Prof. O. Feron (olivier.feron@uclouvain.be) 1 Rappel. Chiffres 2008 en Belgique (dévoilés en 2011): 59.996 nouv. diagnostics ~1 homme sur 3 ~1 femme sur 4 donc 1 diagnostic / 10

Plus en détail

Cellule cancéreuse et microenvironnement tumoral. Marqueurs tumoraux en biologie

Cellule cancéreuse et microenvironnement tumoral. Marqueurs tumoraux en biologie Faculté de Médecine Cellule cancéreuse et microenvironnement tumoral. Marqueurs tumoraux en biologie Professeur Véronique Catros Biologie Cellulaire Faculté de Médecine / Inserm U991 Rennes 1 UE Bases

Plus en détail

Plan du cours 05/03/15. UE09s Méthodes d étude et analyse du génome

Plan du cours 05/03/15. UE09s Méthodes d étude et analyse du génome UE09s Méthodes d étude et analyse du génome Applica:ons des techniques du génie géné:que au diagnos:c moléculaire et à la thérapie des maladies acquises Exemples en cancérologie Thérapie ciblée Théranos:que

Plus en détail

La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie

La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie Les Incontournables 2013 en Cancérologie 8 octobre 2013 - Chambéry La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie Présent & Futur Benoît BUSSER bbusser@chu-grenoble.fr Présent L INCa et les PF de

Plus en détail

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Définitions : Cancer Multiplication anarchique de cellules échappant aux mécanismes normaux de différenciation et de régulation de leur multiplication Capacité à

Plus en détail

Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010

Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010 Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010 Dr Laurent ARNOULD Département de Biologie et de Pathologie des Tumeurs Centre G-F

Plus en détail

Les médecines personnalisées

Les médecines personnalisées Hiver 2013 Les médecines personnalisées Une tendance pharmaceutique fructueuse aux ramifications importantes... Les médecines personnalisées Une tendance pharmaceutique fructueuse aux ramifications importantes...

Plus en détail

Immunotherapie et cancer. Une révolution est en cours EIFFELVET EIFFELVET EIFFELVET EIFFELVET EIFFELVET. Petit Retour en Prépa

Immunotherapie et cancer. Une révolution est en cours EIFFELVET EIFFELVET EIFFELVET EIFFELVET EIFFELVET. Petit Retour en Prépa Immunotherapie et cancer Une révolution est en cours Paris 9/12/14 Docteur Olivier Keravel Petit Retour en Prépa Immunité innée et adaptative Innée/non spécifique: Peau et cellules NK Adaptative/spécifique:

Plus en détail

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce que HER2? HER2 est un récepteur. Il signifie human epidermal growth factor

Plus en détail

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé M. Berlière Clinique du Sein Centre du Cancer Cliniques Universitaires St Luc Quand la cible n est pas seulement la tumeur mais

Plus en détail

Partie III: Récepteurs membranaires. RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines

Partie III: Récepteurs membranaires. RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines Partie III: Voies de signalisation des récepteurs Tyrosine kinases (RTK) Récepteurs membranaires À activité enzymatique Sans activité enzymatique RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines

Plus en détail

ANTICORPS MONOCLONAUX : MODE D ACTION ET TOXICITE. Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment passeraientelles dans le sang?

ANTICORPS MONOCLONAUX : MODE D ACTION ET TOXICITE. Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment passeraientelles dans le sang? MODE D ACTION ET TOXICITE Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment passeraientelles dans le sang? MODE D ACTION ET TOXICITE Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment

Plus en détail

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 Réunion GFPC Paris, décembre 2013 Pr D Damotte Pathologie Hôpitaux universitaires paris centre BRAF: voie MEK / ERK AMM mélanome en 2011 La recherche BRAF

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

Importance du développement des biomarqueurs par un industriel

Importance du développement des biomarqueurs par un industriel Importance du développement des biomarqueurs par un industriel Dr Frédéric Eberlé, responsable médical Roche Diagnostics France Marseille, 27 mars 2015 Terminologie Biomarqueurs, Tests de diagnostic, Tests-compagnons

Plus en détail

Marqueurs tumoraux. Notion de valeurs usuelles :

Marqueurs tumoraux. Notion de valeurs usuelles : Dr F Desroys du Roure, mars 2011 Marqueurs tumoraux Notion de valeurs usuelles : Le PSA varie en fonction de l âge, le CA125 est significativement plus bas après la ménopause, En pratique, inapplicable

Plus en détail

Therapies ciblées. 19 avril 2013

Therapies ciblées. 19 avril 2013 Therapies ciblées 19 avril 2013 Therapie ciblée Therapeutique dirigée contre des cibles moléculaires présentes et supposées jouer un rôle dans la transformation néoplasique de la cellule cancereuse. Imatinib

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien

Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien BOUSQUET Guilhem Paris, 7 décembre 2011 Analyses moléculaires Diagnostic Facteurs pronostiques

Plus en détail

Roche présentera d importantes données oncologiques au European Cancer Congress (ECC)

Roche présentera d importantes données oncologiques au European Cancer Congress (ECC) Communiqué de presse Bâle, le 23 septembre 2013 Roche présentera d importantes données oncologiques au European Cancer Congress (ECC) Avastin, Herceptin, Kadcyla et Zelboraf, traitements établis, figureront

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

Séminaire intensif d oncologie

Séminaire intensif d oncologie Séminaire intensif d oncologie Cibles et Traitements Ciblés Hôtel Palmeraie Golf Palace, Marrakech 12/13 mars 2011 La Société Méditerranéenne Francophone de Cancérologie (SMFC) a organisé à Marrakech (Maroc)

Plus en détail

Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie

Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Pr Jean-Louis Merlin Définition Un biomarqueur est une

Plus en détail

Hiver 2013. Tests associés... Comment savoir s ils sont sécuritaires et efficaces?

Hiver 2013. Tests associés... Comment savoir s ils sont sécuritaires et efficaces? Hiver 2013 Tests associés... Comment savoir s ils sont sécuritaires et efficaces? Tests associés... Comment savoir s ils sont sécuritaires et efficaces? Notre article précédent, Médecines personnalisées,

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

l Anatomopathologie à la Biothérapie

l Anatomopathologie à la Biothérapie Les Assises de la cancérologie publique 29 & 30 mars 2012 Les Thérapies ciblées : de l Anatomopathologie à la Biothérapie Prénom Nom Fonction Etablissement Joël CUCHEROUSSET Pathologiste GHI le RAINCY

Plus en détail

Giens XXIV Table ronde N 4. Evaluation et validation des tests diagnostiques dans le cadre du ciblage thérapeutique

Giens XXIV Table ronde N 4. Evaluation et validation des tests diagnostiques dans le cadre du ciblage thérapeutique Giens XXIV Table ronde N 4 Evaluation et validation des tests diagnostiques dans le cadre du ciblage thérapeutique Participants : Olivier Arnaud ; Frédéric Bibeau ; Dominic Cellier ; Jérôme d Enfert ;

Plus en détail

LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES DE L ASCO

LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES DE L ASCO Communiqué de presse Villejuif, jeudi 30 mai 2013 49 ème congrès de l American Society of Clinical Oncology (ASCO, Chicago, USA, 31 mai 4 juin 2013) LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES

Plus en détail

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein à cellules claires métastatique (CRM) Plus de 30 % des CR deviendront métastatiques

Plus en détail

Roche: une entreprise en position unique pour générer de la croissance à long terme

Roche: une entreprise en position unique pour générer de la croissance à long terme Communiqué de presse Bâle et New York, le 18 mars 2010 Roche: une entreprise en position unique pour générer de la croissance à long terme Présentation, à la conférence des investisseurs, du pipeline exceptionnel

Plus en détail

réponse cellulaire: Prolifération, Différenciation, survie,apoptose

réponse cellulaire: Prolifération, Différenciation, survie,apoptose Signalisation : Concept Stimuli extérieurs: Facteurs de croissance, Hormones Cytokines Interaction cellule/cellule Récepteur cellule ropagation du signal Somme des évènements moléculaires Intracellulaires

Plus en détail

THERAPEUTIQUES CIBLEES GESTION DES EFFETS SECONDAIRES

THERAPEUTIQUES CIBLEES GESTION DES EFFETS SECONDAIRES THERAPEUTIQUES CIBLEES GESTION DES EFFETS SECONDAIRES Dr Anne-Claire Hardy-Bessard Clinique Armoricaine CHIMIOTHERAPIE Médicament Cellule normale Cellule cancéreuse CHIMIOTHERAPIE : Action dans la totalité

Plus en détail

Situation de la chimiothérapie des cancers en 2009

Situation de la chimiothérapie des cancers en 2009 TRAITEMENTS, SOINS ET INNOVATION Situation de la chimiothérapie des cancers en 2009 C O L L E C T I O N Rapports & synthèses ANALYSE DE L ÉVOLUTION DE L USAGE DES MOLÉCULES INSCRITES SUR LA LISTE «EN SUS

Plus en détail

Immunité des tumeurs

Immunité des tumeurs Cours de Mme Wachsmann By Sovietik Immunité des tumeurs Cancers des cellules épithéliales (endoderme, ectoderme) : carcinome Cancers du tissus mésenchymateux (fibroblastes, cellules musculaires et adipeuses)

Plus en détail

Les chimiothérapies du cancer colorectal :

Les chimiothérapies du cancer colorectal : Les chimiothérapies du cancer colorectal : Facteurs prédictifs d efficacité des thérapies ciblées Pr Thierry CONROY Centre Alexis Vautrin et CHU de Nancy La voie d EGFR EGF TGFα ligands EGF-r surexprimé

Plus en détail

Gestion des principaux effets indésirables des thérapies ciblées par voie orale : quel type d outil pour le pharmacien d officine?

Gestion des principaux effets indésirables des thérapies ciblées par voie orale : quel type d outil pour le pharmacien d officine? Gestion des principaux effets indésirables des thérapies ciblées par voie orale : quel type d outil pour le pharmacien d officine? Nathalie Ziener To cite this version: Nathalie Ziener. Gestion des principaux

Plus en détail

Les Cancers Féminins, aspects globaux et pluridisciplinaires: Thérapies ciblées en Onco-gynécologie en 2014

Les Cancers Féminins, aspects globaux et pluridisciplinaires: Thérapies ciblées en Onco-gynécologie en 2014 Les Cancers Féminins, aspects globaux et pluridisciplinaires: Thérapies ciblées en Onco-gynécologie en 2014 Dr Pierre COMBE, CCA Cancérologie médicale HEGP pierre.combe@egp.aphp.fr Axe validé et nouvelles

Plus en détail

CANCERS : TRAITEMENTS SYSTEMIQUES. Pierre KERBRAT

CANCERS : TRAITEMENTS SYSTEMIQUES. Pierre KERBRAT CANCERS : TRAITEMENTS SYSTEMIQUES Pierre KERBRAT CANCERS : TRAITEMENTS SYSTEMIQUES CIBLES METHODES - ADN chimiothérapie - Récepteurs hormonaux hormonothérapie - Voies d'activation thérapies ciblées Processus

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

Oncogène 2: Types d altérations génétiques associées aux cancers

Oncogène 2: Types d altérations génétiques associées aux cancers Oncogène 2: Types d altérations génétiques associées aux cancers Partie 1 - Oncogènes dominants, - Oncogènes récessifs, suppresseurs de tumeur - Convergence et ciblage des fonctions Oncogènes physiologiquement

Plus en détail

Les Tumeurs Stromales Gastro-Intestinales du chien

Les Tumeurs Stromales Gastro-Intestinales du chien Les Tumeurs Stromales Gastro-Intestinales du chien ANNE GIRARD-LUC (1), EDOUARD REYES-GOMES (1), JEAN-JACQUES FONTAINE (1), MARIE LAGADIC (2) ET FLORENCE BERNEX (1,3) (1) SERVICE D EMBRYOLOGIE D HISTOLOGIE

Plus en détail

LES ANTICANCEREUX: de l empirisme au traitement personnalisé.

LES ANTICANCEREUX: de l empirisme au traitement personnalisé. 4 ème Journée Pharmaceutique de TADLA AZILAL 24 avril 2010 LES ATICACEREUX: de l empirisme au traitement personnalisé. Pr Jamal TAOUFIK Chef du département des sciences du médicament 1 I- Introduction:

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE OUVERTURE DU 4 ÈME ESSAI CLINIQUE TESTANT MONALIZUMAB (IPH2201) Essai clinique de Phase Ib/II testant monalizumab en combinaison avec cetuximab dans les cancers de la tête et du cou en rechute ou métastatiques

Plus en détail

Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive

Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Jean-Louis Merlin Deux voies de cancérogenèse

Plus en détail

PRÉSENTATION DES GRANDS ENJEUX DE LA RECHERCHE EN CANCÉROLOGIE

PRÉSENTATION DES GRANDS ENJEUX DE LA RECHERCHE EN CANCÉROLOGIE DOSSIER DE PRESSE MARDI 31 JANVIER PRÉSENTATION DES GRANDS ENJEUX DE LA RECHERCHE ET DU WEBDOCUMENTAIRE RECHERCHE SUR LES CANCERS : TOUT S ACCÉLÈRE w w w. r e c h e r c h e - t o u t - s a c c e l e r

Plus en détail

la lettre sur la cancérologie a e L es N 7 Juillet 2013 Un regard différent

la lettre sur la cancérologie a e L es N 7 Juillet 2013 Un regard différent ONCO n e w s CA H P P sur la cancérologie c s iblé e i p a e r é Tu m eu qu id es L es s th la lettre i l rs solides et Un regard différent N 7 Juillet 2013 Editorial Bonjour, La CAHPP s est volontairement

Plus en détail

CANCERS TETE ET COU ASCO 2012 W.GAIS CAC BATNA

CANCERS TETE ET COU ASCO 2012 W.GAIS CAC BATNA CANCERS TETE ET COU ASCO 2012 W.GAIS CAC BATNA I CANCERS ORL: PLAN A/CANCERS ORL LOCALEMENT AVANCÉS ET CHIMIOTHÉRAPIE D INDUCTION A1 Etude DECIDER. A2 Etude PARADIGM. B/ L apport des anti EGFR à la radio

Plus en détail

Gestion des toxicités rénales des thérapies ciblées. Dr. Vincent Launay-Vacher, PharmD Service ICAR - SiteGPR GH Pitié-Salpêtrière Paris

Gestion des toxicités rénales des thérapies ciblées. Dr. Vincent Launay-Vacher, PharmD Service ICAR - SiteGPR GH Pitié-Salpêtrière Paris Gestion des toxicités rénales des thérapies ciblées Dr. Vincent Launay-Vacher, PharmD Service ICAR - SiteGPR GH Pitié-Salpêtrière Paris Liens d intérêt 5 dernières années Industrie : Bayer-Schering, Boehringer-Ingelheim,

Plus en détail

Plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers : faits marquants et synthèse d activité 2013

Plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers : faits marquants et synthèse d activité 2013 RECHERCHE NOVEMBRE 2014 Plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers : faits marquants et synthèse d activité 2013 C O L L E C T I O N Bilans d activité & d évaluation IMPLÉMENTATION

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Altérations génétiques au cours de l initiation et de la progression tumorale. Biologie de l angiogénèse tumorale

Altérations génétiques au cours de l initiation et de la progression tumorale. Biologie de l angiogénèse tumorale Altérations génétiques au cours de l initiation et de la progression tumorale. Biologie de l angiogénèse tumorale Joseph ABECASSIS Laboratoire de Biologie Tumorale Centre Régional de Lutte contre le Cancer

Plus en détail

Item 141 TRAITEMENTS MÉDICAUX EN CANCÉROLOGIE

Item 141 TRAITEMENTS MÉDICAUX EN CANCÉROLOGIE Item 141 TRAITEMENTS MÉDICAUX EN CANCÉROLOGIE Item N 141 - Traitement des cancers : chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie, hormonothérapie. La décision thérapeutique multidisciplinaire et l'information

Plus en détail

La génomique des cancers en 2015 Est-elle utile en pratique? Dr Corina Martinez Mena Oncologie Médicale

La génomique des cancers en 2015 Est-elle utile en pratique? Dr Corina Martinez Mena Oncologie Médicale La génomique des cancers en 2015 Est-elle utile en pratique? Dr Corina Martinez Mena Oncologie Médicale Définitions Historique Génomique dans le cancer du sein Utilité Problèmes Futur Chaque personne:

Plus en détail

Anomalies moléculaires et ciblage thérapeutique

Anomalies moléculaires et ciblage thérapeutique Anomalies moléculaires et ciblage thérapeutique Tumeurs solides Jacques Robert ISERM U916 Institut Bergonié Université de Bordeaux 2 Anomalies moléculaires des cancers Autosuffisance en facteurs de croissance

Plus en détail

ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE

ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE 16, RUE BONAPARTE 75272 PARIS CEDEX 06 TÉL : 01 42 34 57 70 - www.academie-medecine.fr Réunion des membres correspondants de la 3 ème division Mercredi 11 mars 2015 de 14

Plus en détail

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Repenser le cancer de l ovaire après Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Objectifs Faire une recherche exhaustive des anomalies génétiques et épigénétiques des

Plus en détail

Cancer du sein: soins 2015

Cancer du sein: soins 2015 Cancer du sein: soins 2015 Nouveautés thérapeutiques en pathologie mammaire métastatique Pr. Lionel D Hondt (M.D., Ph.D.) Chef du Service d Oncologie CHU UCL Dinant-Godinne CHU Charleroi, 02 octobre 2015

Plus en détail

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011 CYCLE CELLULAIRE et CANCER L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Introduction Le cycle cellulaire est l'ensemble des modifications qu'une cellule subit entre sa

Plus en détail

emtansine sera offerte aux personnes du groupe de l étude EMILIA traitées par l association lapatinib plus Xeloda.

emtansine sera offerte aux personnes du groupe de l étude EMILIA traitées par l association lapatinib plus Xeloda. Communiqué de presse Bâle, le 27 août 2012 De nouvelles données issues de l étude de phase III EMILIA montrent que le trastuzumab emtansine (T-DM1), médicament de Roche, a permis d améliorer significativement

Plus en détail

ASCO-GU 2012. Le paysage thérapeutique dans le cancer de la prostate résistant à la castration (CPRC) en 2012 29/10/12 1

ASCO-GU 2012. Le paysage thérapeutique dans le cancer de la prostate résistant à la castration (CPRC) en 2012 29/10/12 1 ASCO-GU 2012 Le paysage thérapeutique dans le cancer de la prostate résistant à la castration (CPRC) en 2012 29/10/12 1 Nouveaux agents et nouvelles cibles Signalisation androgénique Cellule tumorale Autres

Plus en détail

Traitements neoadjuvants des cancers du sein surexprimant HER2. Sylvie Giacchetti Centre des maladies du sein Hôpital saint Louis

Traitements neoadjuvants des cancers du sein surexprimant HER2. Sylvie Giacchetti Centre des maladies du sein Hôpital saint Louis Traitements neoadjuvants des cancers du sein surexprimant HER2 Sylvie Giacchetti Centre des maladies du sein Hôpital saint Louis HER2 n a pas de ligand spécifique mais joue le rôle d un corécepteur pour

Plus en détail

«L assurance qualité, une obligation sanitaire» Institut National du Cancer 10 mai 2012

«L assurance qualité, une obligation sanitaire» Institut National du Cancer 10 mai 2012 «L assurance qualité, une obligation sanitaire» Frédérique Nowak Frédérique Nowak Institut National du Cancer 10 mai 2012 Tests compagnons pour les thérapies ciblées Translocation BCR-ABL : Leucémie Myéloïde

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE EUROCANCER 2008. 24, 25 et 26 juin 2008. Palais des Congrès, Paris. Contact Presse :

DOSSIER DE PRESSE EUROCANCER 2008. 24, 25 et 26 juin 2008. Palais des Congrès, Paris. Contact Presse : DOSSIER DE PRESSE EUROCANCER 2008 24, 25 et 26 juin 2008 Palais des Congrès, Paris Contact Presse : Frédérique Impennati Delphine Geas Ruder Finn Tel : 01 56 81 15 00 / 06 81 00 55 86 E-mail : fimpennati@ruderfinn.fr

Plus en détail

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC)

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) 3.2 Prédominance de cellules polynucléaires (à noyau segmenté) Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) La LMC est caractérisée par la présence du chromosome Philadelphie t(9;22) (q34;q11.2)

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE INNATE PHARMA PRESENTE DES RESULTATS PRELIMINAIRES DE PHASE I AVEC IPH 2101, UN ANTICORPS MONOCLONAL ANTI-KIR, ACTIVATEUR DES CELLULES NK, AU CONGRES INTERNATIONAL DE L ASCO IPH 2101 a été très bien toléré

Plus en détail

Place des biomarqueurs en oncologie: Rencontres Nationales de Pharmacologie Clinique de Giens, 06 octobre 2008 Frédéric Eberlé

Place des biomarqueurs en oncologie: Rencontres Nationales de Pharmacologie Clinique de Giens, 06 octobre 2008 Frédéric Eberlé Place des biomarqueurs en oncologie: ciblage thérapeutique, facteurs prédictifs de réponse validation des tests diagnostiques, critères de substitution Point de vue de l industriel Rencontres Nationales

Plus en détail

Inhibiteurs de parp [et cancer du sein], où en sommes nous? Suzette Delaloge Institut Gustave Roussy

Inhibiteurs de parp [et cancer du sein], où en sommes nous? Suzette Delaloge Institut Gustave Roussy Inhibiteurs de parp [et cancer du sein], où en sommes nous? Suzette Delaloge Institut Gustave Roussy Conflits d intérêts, S Delaloge, Nov 2015 Consulting / expert Conferences/ formations Research grants

Plus en détail

Traitement médical du cancer de l endomètre

Traitement médical du cancer de l endomètre Traitement médical du cancer de l endomètre La biologie moléculaire met le pied dans la porte! r Jean-Emmanuel Kurtz & Dr Isabelle Ray-Coquard Hôpitaux Universitaires de Strasbourg & Centre Léon Bérard

Plus en détail

Les inhibiteurs de tyrosine kinase en oncologie 1 Tyrosine kinase inhibitors in oncology

Les inhibiteurs de tyrosine kinase en oncologie 1 Tyrosine kinase inhibitors in oncology Les inhibiteurs de tyrosine kinase en oncologie 1 Tyrosine kinase inhibitors in oncology J.L. Merlin* 1 La Lettre du Pharmacologue 2008;22(2):51-62. * Centre Alexis-Vautrin et faculté de pharmacie, EA3452,

Plus en détail