THERANOSTIC. Pr. C. BOHUON Conférence CORATA Namur 08 juin 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THERANOSTIC. Pr. C. BOHUON Conférence CORATA Namur 08 juin 2011"

Transcription

1 THERANOSTIC Pr. C. BOHUON Conférence CORATA Namur 08 juin 2011

2 THERANOSTIC Therapy + Diagnostic Nouveau mot reliant le choix d un médicament à la détection d une anomalie génétique (mutation ). Ex.: Cancers du sein Her2/neu Herceptin *** Cette définition restrictive peut être élargie à des tests non génétiques. Il s agit finalement de prescrire pour une pathologie précise le médicament le mieux adapté tenant compte des «recommandations». Ex.: Cancers du sein RE+RP+ Médicaments antihormonaux (Tamoxifene, Inhibiteurs d aromatases) Ex.: Diabètes et HbA1c Metformine, Sulfamide, Inhibiteurs de DPPIV Ex.: Hypertriglycéridémies Fibrates, Etc..

3 Theranostic et Cancers - La leucémie myéloide chronique (LMC) Translocation 9/22 GLIVEC = IMATINIB - Le cancer du sein (BC) Her/2 HERCEPTIN = TRASTUZUMAB - Le cancer colorectal (CCR) EGFR KRAS ERBITUX = CETUXIMAB VECTIBIX = PANITUMUMAB VEGF - Le cancer du rein VEGF - Le cancer du poumon (NSCLC) - Le mélanome métastatique AVASTIN = BEVACIZUMAB NEXAVAR = SARAFENIB

4 Theranostic et Cancers - La leucémie myéloide chronique (LMC) Translocation 9/22 GLIVEC = IMATINIB - Le cancer du sein (BC) Her/2 HERCEPTIN = TRASTUZUMAB - Le cancer colorectal (CCR) EGFR KRAS ERBITUX = CETUXIMAB VECTIBIX = PANITUMUMAB VEGF - Le cancer du rein VEGF - Le cancer du poumon (NSCLC) - Le mélanome métastatique AVASTIN = BEVACIZUMAB NEXAVAR = SARAFENIB

5 GLIVEC = IMATINIB Poster ASCO 2001 (San Francisco) Une molécule de synthèse le STI 571 ou imatinib, un inhibiteur de Tyrosine Kinase donne des résultats spectaculaires dans le traitement de la leucémie myéloïde chronique (LMC

6 99% des malades avec une LMC et environ 30% des malades avec une LLA possèdent la translocation 9/22 (le chromosome dit de Philadelphie) Cette mutation conduit à la formation de deux tyrosine kinases oncogéniques qui conduisent au processus leucémique par activation de multiples signaux de transduction qui régulent la prolifération cellulaire, la transformation et la survie.

7 L inhibition d une tyrosine kinase (ABL-1) par l imatinib (Glivec ) a constitué une véritable révolution dans le traitement des LMC. D autres molécules ont rapidement suivi: le dasatinib et le nilotinib. Malheureusement, 15 à 25% des malades répondeurs deviennent résistants. La cause la plus fréquente, mais non la seule, réside dans de nouvelles mutations de la kinase. Ce sont surtout les facteurs de transcription (dépendants des kinases), qui sont en cause. Ainsi le STAT5 donne lieu à d importantes recherches.

8 The STAT5 inhibitor pimozide decreases survival of chronic myelogenous leukemia cells resistant to kinase inhibitors Référence: Blood, January 13, 2011 Erik A. Nelson and al. Dans la recherche de molécules (validés chez l hommes) inhibant l activation de Stat5, une équipe du Dana Farber Cancer Institute a découvert le pimozide connu déjà comme un neuroleptique. Il est prouvé que cette molécule est active in-vitro sur les cellules sensibles ou insensibles à l Imatinib (Blood, March 2011)

9 GIST Des formes très particulières de cancer: les GIST (Gastro-Intestinal Stroma Tumor) répondent bien à l Imatinib (Glivec ) mais certaines sont résistantes. Une équipe de l Institut Gustave Roussy vient de montrer qu il s agit du variant du récepteur de surface NKp30. Contrairement aux variants NKp30a et NKp30b, le variant NKp30c est incapable d activer une voie de défense immunitaire. Ce profil dépendant de l IL10 éteint les défenses immunitaires. Cette variété de GIST devrait donc profiter d une immunothérapie ciblée sur les NK. Réf.: Nature Medicine, may 2011

10 Theranostic et Cancers - La leucémie myéloide chronique (LMC) Translocation 9/22 GLIVEC = IMATINIB - Le cancer du sein (BC) Her/2 HERCEPTIN = TRASTUZUMAB - Le cancer colorectal (CCR) EGFR KRAS ERBITUX = CETUXIMAB VECTIBIX = PANITUMUMAB VEGF - Le cancer du rein VEGF - Le cancer du poumon (NSCLC) - Le mélanome métastatique AVASTIN = BEVACIZUMAB NEXAVAR = SARAFENIB

11 Herceptin L Herceptin appartient à la famille HER qui code 4 récepteurs transmembranaires appelés HER1, HER, HER3, HER4 (sous-famille des récepteurs de facteurs de croissance épidermiques (ErbB) impliqués dans les mécanismes de signalisation intracellulaire contrôlant la croissance, la survie, l adhésion, la migration, etc. La protéine HER2 est une glycoprotéine membranaire de 1255 AA, 185 kda. Elle possède 3 domaines: extracellulaire, transmembranaire et intracellulaire. Le domaine intracellulaire possède une activité de récepteur Tyrosine Kinase. L Herceptin anticorps monoclonal humanisé (IgG1) se fixe sur la partie externe du récepteur Her2. Il est utilisé chez les malades (environ 30%) dont la tumeur surexprime Her2 (soit un score de 3 + par immunohistochimie).

12 Structure cristalline du domaine catalytique d une kinase

13 Mode d action anti-tyrosine kinase

14 HER2 est un membre de la famille des récepteurs ErbB ce qui explique l expression accrue de VEGF (Vascular Epithelium Growth Factor) 2 nouveaux anticorps (Mabs) humanisés sont en développement: le Pertuzumab et le Bevacizumab. Le laboratoire Roche présente à l ASCO le TDM-1 qui coupe l Herceptin à une toxine: la maytansinoid, molécule très toxique pour les tubules (magic bullet). TDM-1 = Traztuzumab - DM-1

15 Perspectives Herceptin a révolutionné le traitement du cancer du sein Her2 positif en réduisant la mortalité et en augmentant le taux de rémission. Cependant, la moitié des malades Her2+ ne répondent pas au traitement par l Herceptin (résistance de novo ou acquise) Récemment (mars 2011) un nœud commun de résistance a été découvert par Zhang et coll.: l hyperactivation de la csrc, protéine cytoplasmique possédant une activité Tyrosine Kinase. Le Saracatinib, inhibiteur de la csrc associé à l Herceptin pourraitêtre utilisé chez les malades dont l activation de csrc se montre corrélée à la résistance à l Herceptin... Mais pour le moment, les résultats sont obtenus sur des modèles murins

16 Theranostic et Cancers - La leucémie myéloide chronique (LMC) Translocation 9/22 GLIVEC = IMATINIB - Le cancer du sein (BC) Her/2 HERCEPTIN = TRASTUZUMAB - Le cancer colorectal (CCR) EGFR KRAS ERBITUX = CETUXIMAB VECTIBIX = PANITUMUMAB VEGF - Le cancer du rein VEGF - Le cancer du poumon (NSCLC) - Le mélanome métastatique AVASTIN = BEVACIZUMAB NEXAVAR = SARAFENIB

17 Les mutations de Ras sont un facteur prédictif de non efficacité des anticorps bloquant la voie de l EGFR (Erbitux et Vectibix )

18

19 Catabolism Anabolism ARN FUrd FUMP FUDP FUTP Dihydropyrimidine 5FUH 2 5FU deshydrogénase (DPD) FdUrd FdUMP FdUDP FdUTP - ADN Urinary excretion Thymidylate dump dtmp dtdp dttp synthase (TS) 5-10 CH 2 FH 4 FH 2 MTHFR DHFR Folinic acid 5CH 3 FH 4 FH 4

20 Fréquence Activité dihydropyrimidine deshydrogenase, explication de la toxicité du 5-Fu 25 Moy = patients: - H = F = 33 3% inférieur à 100 pmol/min/mg prot Activité DPD ( pmol/min/mg prot ) Distribution des fréquences de l activité dihydropyrimidine déshydrogénase (DPD) chez des patients atteints de cancer colorectal.

21 Theranostic et Cancers - La leucémie myéloide chronique (LMC) Translocation 9/22 GLIVEC = IMATINIB - Le cancer du sein (BC) Her/2 HERCEPTIN = TRASTUZUMAB - Le cancer colorectal (CCR) EGFR KRAS ERBITUX = CETUXIMAB VECTIBIX = PANITUMUMAB VEGF - Le cancer du rein VEGF - Le cancer du poumon (NSCLC) - Le mélanome métastatique AVASTIN = BEVACIZUMAB NEXAVAR = SARAFENIB

22 Sorafenib = Nexavar A l origine, cette molécule était destinée au traitement des mélanomes métastasés car elle inhibe une Tyrosine Kinase: c-raf. Les essais cliniques ont montré des résultats très intéressants dans le cancer du rein très sensible aux inhibiteurs de l angiogenèse. Le Sorafenib est en réalité un puissant inhibiteur de VEGFR expliquant son efficacité dans le cancer de rein.

23 Torisel Une prodrogue de la rapamycine: Temsirolimus (Torisel ) est indiqué dans le traitement du cancer du rein à cellules claires. C est un inhibiteur de la Kinase m-tor (mammalian target of rapamycine). Le blocage de m-tor a des effets antiangiogéniques. Torisel peut être utilisé aux côtés d autres inhibiteurs de Kinase (Sorafenib.) et de l anti VEGF (Bevacizumab ou Avastin ).

24 Theranostic et Cancers - La leucémie myéloide chronique (LMC) Translocation 9/22 GLIVEC = IMATINIB - Le cancer du sein (BC) Her/2 HERCEPTIN = TRASTUZUMAB - Le cancer colorectal (CCR) EGFR KRAS ERBITUX = CETUXIMAB VECTIBIX = PANITUMUMAB VEGF - Le cancer du rein VEGF - Le cancer du poumon (NSCLC) - Le mélanome métastatique AVASTIN = BEVACIZUMAB NEXAVAR = SARAFENIB

25 L hétérogénéité des mécanismes de résistance Exemple: les thérapies ciblées du cancer du poumon Une étude de 37 cancers du poumon (NSCLC) devenus résistants à la thérapie ciblée révèle l hétérogénéité des mécanismes de résistance, chacun d entre eux pouvant nécessiter une stratégie thérapeutique différente. Certains se transforment en cancers (SCLC) et peuvent alors répondre au traitement standard des SCLC. Autre découverte, les mutations de résistance peuvent disparaître après une interruption de la thérapie ciblée. Référence: Dr Lecia Sequist ( MGH, Boston), 2011

26 Theranostic et Cancers - La leucémie myéloide chronique (LMC) Translocation 9/22 GLIVEC = IMATINIB - Le cancer du sein (BC) Her/2 HERCEPTIN = TRASTUZUMAB - Le cancer colorectal (CCR) EGFR KRAS ERBITUX = CETUXIMAB VECTIBIX = PANITUMUMAB VEGF - Le cancer du rein VEGF - Le cancer du poumon (NSCLC) - Le mélanome métastatique AVASTIN = BEVACIZUMAB NEXAVAR = SARAFENIB

27 Mélanome métastatique Récemment (13 janvier 2011) Roche a annoncé des résultats très prometteurs de phase III avec un inhibiteur de BRAF fréquemment muté (BRAF V600E) dans les mélanomes. Cet inhibiteur connu sous le nom de Plexicon (ou encore RG7204 ou PLX4032). Il vient d être approuvé par l AFSSAPS sous condition de trouver la mutation dans le mélanome (environ 50% des malades). Cette molécule ne peut être administrée que dans le cadre d une ATU (12 avril 2011). Par ailleurs un anticorps monoclonal, l ipilimumab ou Yervoy a récemment (25 mars 2011) été approuvé par la FDA. Il bloque l antigène CTLA-4 (cytotoxic T-lymphocyte antigen4) potentialisant la réponse antitumorale des cellules T.

28 De nouvelles voies thérapeutiques voient le jour: séquençage de 38 génomes de myélome multiple Des chercheurs ont dévoilé des mutations impliquées dans le myélome multiple qui révèlent des mécanismes oncogéniques nouveaux et inattendus ouvrant de nouvelles pistes de traitement. (p. ex.: NF-kappaB, FAM46C, BARF, ) Une molécule l Elotuzumab (BMS, Abbott) est développé en phase III. C est un grand pas en avant dans la médecine personnalisée pour le traitement de myélome multiple. Réf.: Chapman et coll., Nature, 2011 Mar 24; 471

29 Oncogène p53 P53 stimule la réparation de DNA stoppe la division cellulaire des cellules lésées pousse la cellule gravement lésée à se détruire Dans beaucoup de tumeurs (> à 50%) p53 est anormal en raison de mutations du gène ou l augmentation d enzymes détruisant p53. P53 est en fait une évolution de deux autres gènes ancestraux p63 et p73. Curieusement, les souris K.O. pour le gène p53 atteignent l âge adulte et développent des tumeurs à l opposé des souris K.O. pour p63 et p73 qui meurent jeunes d autres pathologies. L explication est donné par de nombreuses isoformes de p63 (8) et de p73 (12) plus longues ou plus courtes les souris K.O. pour les formes longues ont un spectre tumoral voisin des cellules mutées de p53. P63 semble freiner les métastases. Une molécule comme l everolimus augmente les concentrations de p73 en inhibant mtor un bloqueur de p73

30 Espoirs sur le ciblage de p73 Médicament Mode d action Résultats 37AA Supprime l inhibition de p73 Souris Tumeurs RETRA Elimine des mutants de p73 Souris Tumeurs: 0 Everolimus p73 Homme Phase III NSC p73 Invitro cellules cancéreuses tuées

31 Economie de la santé Un large débat éthique se déroule actuellement en particulier sur le coût des médicaments anticancéreux

32

33 Coûts prévus en 2020 L augmentation du nombre et de la survie des malades traités ainsi que le coût des traitements font prévoir une augmentation des prix d environ 60% sur 10 ans (2020). Science, 331, 25 March 2011

34 Conclusions Le Theranostic constitue un progrès important pour une médecine personnalisée, actuellement dirigée vers les divers types de cancer. Chaque cancéreux en effet, est un malade particulier (localisations, mutations, réponse à un médicament, etc.). Contrairement aux essais cliniques traditionnels où des problèmes existent déjà, s agissant des essais cliniques nouveaux, les difficultés sont encore plus nombreuses: - la maîtrise des étapes allant de la génomique au remboursement par l Assurance maladie - l hétérogénéité des développements - les très nombreux médicaments en essais, utilisant des analyses génétiques pour rechercher des molécules «a priori» adaptées à un sous-groupe de malades - les résistances sont toujours possibles - le coût des médicaments

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011 Mesure 21 SOINS ET VIE DES MALADES Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011 COLLECTION Rapports & synthèses POUR UN ACCÈS AUX THÉRAPIES CIBLÉES : - LES PLATEFORMES

Plus en détail

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2010

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2010 Mesure 21 SOINS ET VIE DES MALADES Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2010 COLLECTION Rapports & synthèses POUR UN ACCÈS AUX THÉRAPIES CIBLÉES : - LES PLATEFORMES

Plus en détail

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 :

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 : UE2 : Cancérologie Pr Lehmann-Che et Pouessel Mercredi 26 septembre 10h30-12h30 Ronéotypeuse : Aurore Valentin Ronéolectrice : Marion Whiston CANCÉROLOGIE Cours n 3 : De la biologie moléculaire des cancers

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

Les plateformes de génétique

Les plateformes de génétique Thérapies ciblées : de l anatomopathologie th l à la biothérapie i Les plateformes de génétique moléculaire PO Schischmanoff UF Génétique moléculaire et oncogénétique CHU Avicenne ACP FHF 29 mars 2012

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein à cellules claires métastatique (CRM) Plus de 30 % des CR deviendront métastatiques

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES DE L ASCO

LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES DE L ASCO Communiqué de presse Villejuif, jeudi 30 mai 2013 49 ème congrès de l American Society of Clinical Oncology (ASCO, Chicago, USA, 31 mai 4 juin 2013) LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES

Plus en détail

Situation de la chimiothérapie des cancers en 2009

Situation de la chimiothérapie des cancers en 2009 TRAITEMENTS, SOINS ET INNOVATION Situation de la chimiothérapie des cancers en 2009 C O L L E C T I O N Rapports & synthèses ANALYSE DE L ÉVOLUTION DE L USAGE DES MOLÉCULES INSCRITES SUR LA LISTE «EN SUS

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

PRÉSENTATION DES GRANDS ENJEUX DE LA RECHERCHE EN CANCÉROLOGIE

PRÉSENTATION DES GRANDS ENJEUX DE LA RECHERCHE EN CANCÉROLOGIE DOSSIER DE PRESSE MARDI 31 JANVIER PRÉSENTATION DES GRANDS ENJEUX DE LA RECHERCHE ET DU WEBDOCUMENTAIRE RECHERCHE SUR LES CANCERS : TOUT S ACCÉLÈRE w w w. r e c h e r c h e - t o u t - s a c c e l e r

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

la lettre sur la cancérologie a e L es N 7 Juillet 2013 Un regard différent

la lettre sur la cancérologie a e L es N 7 Juillet 2013 Un regard différent ONCO n e w s CA H P P sur la cancérologie c s iblé e i p a e r é Tu m eu qu id es L es s th la lettre i l rs solides et Un regard différent N 7 Juillet 2013 Editorial Bonjour, La CAHPP s est volontairement

Plus en détail

Thérapies ciblées des cancers :

Thérapies ciblées des cancers : Thérapies ciblées des cancers : Pr. Gilles VASSAL Directeur de la Recherche Clinique et Translationnelle Institut Gustave Roussy, Villejuif Thérapies ciblées du cancer: Conséquences pour le biologiste

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Thérapies ciblées: Prise en charge en soins de support

Thérapies ciblées: Prise en charge en soins de support Thérapies ciblées: Prise en charge en soins de support Dr Stéphanie Träger - CH SENLIS Coordination Soins de Support en Oncologie Principaux effets secondaires Digestifs: Nausées / Vomissements, diarrhées,

Plus en détail

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée.

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Les thérapies ciblées du cancer Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Une thérapie ciblée est un traitement qui agit par un mécanisme spécifique sur des altérations biologiques

Plus en détail

ACADEMIE NATIONALE DE PHARMACIE SANTE PUBLIQUE - MEDICAMENT - PRODUITS DE SANTE - BIOLOGIE - SANTE ET ENVIRONNEMENT

ACADEMIE NATIONALE DE PHARMACIE SANTE PUBLIQUE - MEDICAMENT - PRODUITS DE SANTE - BIOLOGIE - SANTE ET ENVIRONNEMENT ACADEMIE NATIONALE DE PHARMACIE SANTE PUBLIQUE - MEDICAMENT - PRODUITS DE SANTE - BIOLOGIE - SANTE ET ENVIRONNEMENT Fondée le 3 août 1803 sous le nom de Société de Pharmacie de Paris Reconnue d utilité

Plus en détail

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Médicaments du futur : Tendances et enjeux Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Quelques mots sur Debiopharm Groupe fondé en 1979 Siège à Lausanne 350 collaborateurs Financièrement

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail

Les grandes voies de transmission du signal en cancérologie : où en sommes-nous?

Les grandes voies de transmission du signal en cancérologie : où en sommes-nous? Les grandes voies de transmission du signal en cancérologie : où en sommes-nous? Dynamique des réseaux de signalisation et réponse aux thérapies ciblées Pascal GAUDUCHON Unité "Biologie et Thérapies Innovantes

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Point sur la mise en place du «NextGenerationSequencing» NGS sur la plateforme de génétique des tumeurs de Midi-Pyrénées.

Point sur la mise en place du «NextGenerationSequencing» NGS sur la plateforme de génétique des tumeurs de Midi-Pyrénées. Point sur la mise en place du «NextGenerationSequencing» NGS sur la plateforme de génétique des tumeurs de Midi-Pyrénées. David GRAND Ingénieur Laboratoire d'anatomo-cytopathologie Institut Universitaire

Plus en détail

Anormalies moléculaires et ciblage thérapeutique des cancers broncho-pulmonaires non à petites cellules

Anormalies moléculaires et ciblage thérapeutique des cancers broncho-pulmonaires non à petites cellules J Fran Viet Pneu 2015; 17(6): 1-53 2015 JFVP. All rights reserved. www.afvp.info CrossRef: http://doi.dox:10.12699 JOURNAL FRANCO-VIETNAMIEN DE PNEUMOLOGIE Journal of French-Vietnamese Association of Pulmonology

Plus en détail

Enjeux de la biologie haut débit en oncologie

Enjeux de la biologie haut débit en oncologie Enjeux de la biologie haut débit en oncologie Pascal BARBRY, CNRS, Sophia Antipolis o Les technologies haut-débit ont enrichi considérablement nos approches quantitatives en biologie. o Des applications

Plus en détail

Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles

Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles Introduction Le cancer du poumon est le responsable majeur du décès par cancer 1.4

Plus en détail

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral.

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral. - La cytométrie en flux est une méthode d analyse de cellules en suspension, véhiculées à grande vitesse jusqu à une chambre d analyse traversée par des faisceaux lasers. L interaction des cellules avec

Plus en détail

XVème Journées de Sénologie Interactive

XVème Journées de Sénologie Interactive XVème Journées de Sénologie Interactive Jeudi 20 et vendredi 21 septembre 2012 PARIS Symposium GSK Cancer du sein métastatique HER2+ Nouveaux challenges Hormonothérapie mécanisme de résistance Gérard MILANO

Plus en détail

Développer l accès précoce pour tous les patients, aux thérapie ciblées en France. Pr. Fabien Calvo Institut National du Cancer

Développer l accès précoce pour tous les patients, aux thérapie ciblées en France. Pr. Fabien Calvo Institut National du Cancer Développer l accès précoce pour tous les patients, aux thérapie ciblées en France Pr. Fabien Calvo Institut National du Cancer Plan cancer 2009-2013 Organisation des tests de génétique en France 2 programmes

Plus en détail

Valorisation et modélisation médico-économique du couple Test diagnostique compagnon et Thérapie ciblée

Valorisation et modélisation médico-économique du couple Test diagnostique compagnon et Thérapie ciblée Valorisation et modélisation médico-économique du couple Test diagnostique compagnon et Thérapie ciblée Contribution à la réflexion méthodologique Préparé par : Rémi Marty a - Stéphane Roze a Groupe de

Plus en détail

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC?

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? On vous a diagnostiqué une leucémie myéloïde chronique (LMC) et il se peut que vous ayez déjà débuté un traitement. Le traitement de la LMC dépend largement

Plus en détail

LEUCEMIE MYELOÏDE CHRONIQUE (LMC)

LEUCEMIE MYELOÏDE CHRONIQUE (LMC) LEUCEMIE MYELOÏDE CHRONIQUE (LMC) La leucémie myéloïde chronique (LMC) est une hémopathie maligne appartenant au groupe des syndromes myéloprolifératifs. Elle est caractérisée par la présence d un marqueur

Plus en détail

Association canadienne du cancer colorectal. Le cancer colorectal. Guide de traitement personnalisé à l intention des patients

Association canadienne du cancer colorectal. Le cancer colorectal. Guide de traitement personnalisé à l intention des patients Association canadienne du cancer colorectal Le cancer colorectal Guide de traitement personnalisé à l intention des patients Avastin est une marque déposée de Genentech, Inc., utilisée sous licence. Camptosar

Plus en détail

À PROPOS DU. cancer colorectal. Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient

À PROPOS DU. cancer colorectal. Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient À PROPOS DU cancer colorectal Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient Table des matières Qu est-ce que le cancer colorectal?... 1 Les stades du cancer colorectal... 2 Quels sont

Plus en détail

Aigu : Qui désigne un symptôme ou un signe qui apparaît et s aggrave rapidement.

Aigu : Qui désigne un symptôme ou un signe qui apparaît et s aggrave rapidement. Glossaire de termes relatifs au cancer du rein Abdomen : Partie du corps qui renferme le pancréas, l estomac, les intestins, le foie, la vésicule biliaire et d autres organes. Les reins se trouvent derrière

Plus en détail

Cancer colo-rectal : situation belge

Cancer colo-rectal : situation belge Cancer colo-rectal : situation belge J.-L. Van Laethem, MD, PhD Unité d'oncologie digestive Département médico-chirurgical de Gastro-entérologie Pas de conflit d intérêt déclaré Cancer du colon 7000 nouveaux

Plus en détail

Programme AcSé. Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib

Programme AcSé. Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib Programme AcSé Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib G. Vassal, J.Y. Blay, C. Cailliot, N. Hoog-Labouret, F. Denjean, M. Jimenez, A.L.

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale Touchant près de 600 nouvelles personnes chaque année en France, la leucémie myéloïde chronique est une maladie affectant les cellules du sang et de la moelle osseuse (située au cœur

Plus en détail

Qu est-ce que la leucémie myéloïde chronique?

Qu est-ce que la leucémie myéloïde chronique? Leucémie myéloïde chronique Qu est-ce que la leucémie myéloïde chronique? Laissez-nous vous expliquer. www.fondsanticancer.org www.esmo.org ESMO/FAC Patient Guide Series basés sur les recommandations de

Plus en détail

Thérapies ciblées en Onco-Hématologie

Thérapies ciblées en Onco-Hématologie Thérapies ciblées en Onco-Hématologie 1 er au 4 avril 2014 salle de séminaire Institut Universitaire d Hématologie Hôpital Saint-Louis, Paris Coordination: Dr Guilhem Bousquet Comité scientifique: Philippe

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

1) Immunothérapie non spécifique. 3) Immunothérapie spécifique «adoptive» 4) Vaccination thérapeutique

1) Immunothérapie non spécifique. 3) Immunothérapie spécifique «adoptive» 4) Vaccination thérapeutique Immunothérapie du cancer 1) Immunothérapie non spécifique 2) Immunothérapie par anticorps monoclonaux 3) Immunothérapie spécifique «adoptive» 4) Vaccination thérapeutique Marie-Alix Poul Institut de recherche

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Principales toxicités des thérapeutiques ciblées

Principales toxicités des thérapeutiques ciblées Principales toxicités des thérapeutiques ciblées Didier S. Kamioner Hôpital Privé de l Ouest Parisien Trappes, France AFSOS mots-clés thérapie ciblée toxicités cancer LE TRAITEMENT DES TUMEURS MALIGNES,

Plus en détail

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique 2 Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique Patient de 60 ans, ATCD: HTA, IDM en 2007, hypercholestérolémie Juin 2008: Toux, dyspnée (sous 02) et anorexie progressive Bilan

Plus en détail

Développer de nouveaux médicaments anticancéreux pour l enfant. Pourquoi? Comment? M2 : PHARMACOLOGIE CLINIQUE ET DEVELOPPEMENT THERAPEUTIQUE

Développer de nouveaux médicaments anticancéreux pour l enfant. Pourquoi? Comment? M2 : PHARMACOLOGIE CLINIQUE ET DEVELOPPEMENT THERAPEUTIQUE Développer de nouveaux médicaments anticancéreux pour l enfant. Pourquoi? Comment? M2 : PHARMACOLOGIE CLINIQUE ET DEVELOPPEMENT THERAPEUTIQUE Arnauld Verschuur, pédiatre hématologue-oncologue Département

Plus en détail

LE CHEMINEMENT DES PATIENTS DIAGNOSTIQUÉS AVEC LE CANCER DU SEIN. Nathaniel Bouganim MD FRCPC Medical Oncologist McGill University Health Center

LE CHEMINEMENT DES PATIENTS DIAGNOSTIQUÉS AVEC LE CANCER DU SEIN. Nathaniel Bouganim MD FRCPC Medical Oncologist McGill University Health Center LE CHEMINEMENT DES PATIENTS DIAGNOSTIQUÉS AVEC LE CANCER DU SEIN Nathaniel Bouganim MD FRCPC Medical Oncologist McGill University Health Center Agenda Vue générale du cancer du sein Cas cliniques Adjuvant

Plus en détail

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

OBJECTIFS 2013-02- 14 LE TRAITEMENT DU CANCER DU POUMON DE STADE AVANCÉ: " OÙ EN SOMMES-NOUS " EN 2013?

OBJECTIFS 2013-02- 14 LE TRAITEMENT DU CANCER DU POUMON DE STADE AVANCÉ:  OÙ EN SOMMES-NOUS  EN 2013? OBJECTIFS LE TRAITEMENT DU CANCER DU POUMON DE STADE AVANCÉ: " OÙ EN SOMMES-NOUS " EN 2013? Connaître les différentes options de traitement disponibles pour le cancer du poumon de stade avancé Connaître

Plus en détail

RECHERCHE CLINIQUE : L INNOVATION POUR TOUS LES PATIENTS

RECHERCHE CLINIQUE : L INNOVATION POUR TOUS LES PATIENTS RECHERCHE CLINIQUE : L INNOVATION POUR TOUS LES PATIENTS DOSSIER DE PRESSE Septembre 2012 DOSSIER DE PRESSE RECHERCHE CLINIQUE : L INNOVATION POUR TOUS LES PATIENTS PAGE 1 RECHERCHE CLINIQUE : L INNOVATION

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Jean Daniel Lelièvre, Yves Lévy, Pierre Miossec I-Introduction... 2 II-Les interférons... 2 II-1.L interféron... 3 II-1-a.

Plus en détail

Quels sont les facteurs qui font augmenter les risques de cancer du rein?

Quels sont les facteurs qui font augmenter les risques de cancer du rein? Qu est-ce que le cancer du rein? L adénocarcinome rénal est le type le plus fréquent de cancer du rein 1. Le rôle des reins consiste à filtrer le sang et à évacuer les déchets de l organisme dans l urine.

Plus en détail

Indication (selon la monographie du médicament) : Traitement de l'adénocarcinome rénal métastatique

Indication (selon la monographie du médicament) : Traitement de l'adénocarcinome rénal métastatique Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Torisel Par souci de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux produits médicamenteux brevetés effectués par les membres

Plus en détail

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Parc d Innovation d Illkirch, France, le 10 mars 2010 Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Transgene (Euronext

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1)

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) Apport de la Biologie Cellulaire et Moléculaire aux innovations médicales (bases et prérequis de biologie cellulaire

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm Paris, le 19 avril 2006 Dossier de presse Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm En 2000, d après les estimations issues des registres, le nombre de nouveaux cas de cancer

Plus en détail

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

Nouvelles approches des essais thérapeutiques à l heure de la médecine personnalisée

Nouvelles approches des essais thérapeutiques à l heure de la médecine personnalisée Nouvelles approches des essais thérapeutiques à l heure de la médecine personnalisée Prof. Anthony Gonçalves Département d Oncologie Médicale Département de Médecine Moléculaire et Prédictive Institut

Plus en détail

La médecine personnalisée

La médecine personnalisée La médecine personnalisée Clément Cousin Notes de l atelier s étant tenu à Science Po le 20 mai 2014 dans le cadre de la Semaine doctorale intensive clement.cousin@riseup.net Table des matières 1 Définition

Plus en détail

Nouveaux antiangiogéniques : état de la recherche

Nouveaux antiangiogéniques : état de la recherche Cancéro dig. Vol. 2 N 3-2010 - 199-204 199 10.4267/2042/34592 DOSSIER THÉMATIQUE : ANTIANGIOGÉNIQUES ET CANCER COLORECTAL MÉTASTATIQUE Nouveaux antiangiogéniques : état de la recherche Update on novel

Plus en détail

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire 12 juin 2014 Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire CONTEXTE ET OBJECTIFS DE l ETUDE : L action 6.2 du plan cancer 3 «conforter l accès aux tests moléculaires» stipule en particulier

Plus en détail

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Les Applications industrielles et commerciales s cellules souches Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Matthieu COUTET, Responsable du Pôle Jean-François RAX, Business Analyst 1 Plan Cellules souches

Plus en détail

Annick.robinson@merck.com dquirion@national.ca 514 428-2890 514 843-2302

Annick.robinson@merck.com dquirion@national.ca 514 428-2890 514 843-2302 Communiqué de presse Relations avec les médias : Annick Robinson Dominique Quirion Merck NATIONAL Annick.robinson@merck.com dquirion@national.ca 514 428-2890 514 843-2302 Relations avec les investisseurs

Plus en détail

Recherche translationnelle : médecine personnalisée, médecine de précision, thérapies ciblées : marketing ou science?

Recherche translationnelle : médecine personnalisée, médecine de précision, thérapies ciblées : marketing ou science? ATELIERS DE GIENS 2014/PHARMACOLOGIE CLINIQUE Thérapie 2015 Janvier-Février; 70 (1): 1-10 DOI: 10.2515/therapie/2014230 2015 Société Française de Pharmacologie et de Thérapeutique Recherche translationnelle

Plus en détail

Laboratoire Maurice Tubiana. DOSSIER DE PRESSE AREVA Med. Pose de la première

Laboratoire Maurice Tubiana. DOSSIER DE PRESSE AREVA Med. Pose de la première Laboratoire Maurice Tubiana DOSSIER DE PRESSE AREVA Med Pose de la première pierre du Laboratoire Maurice Tubiana AREVA Med AREVA Med en bref AREVA Med est une filiale d AREVA, spécialisée dans le développement

Plus en détail

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines?

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? Avant la publication de la séquence complète de l ADN du génome humain, au début des années 2000, on estimait le nombre de gènes à environ 300.000.

Plus en détail

EXERCICE N 10 : Modifier le protocole d'un essai pour mieux réussir ; mais réussir quoi?

EXERCICE N 10 : Modifier le protocole d'un essai pour mieux réussir ; mais réussir quoi? EXERCICE N 10 : Modifier le protocole d'un essai pour mieux réussir ; mais réussir quoi? Le bévacizumab (Avastin ) est un anticorps monoclonal qui a fait l objet d une autorisation supplémentaire pour

Plus en détail

Un guide d information pour les patients et leurs proches

Un guide d information pour les patients et leurs proches Un guide d information pour les patients et leurs proches Comprendre les lymphomes du manteau Métabolismes Hormones Diabètes et Nutrition Sous l égide de Document réalisé en partenariat avec Comprendre

Plus en détail

Anatomie Pathologique et Cancer. Missions, Moyens, Exemples

Anatomie Pathologique et Cancer. Missions, Moyens, Exemples Anatomie Pathologique et Cancer Missions, Moyens, Exemples DIU d Onco-Gériatrie 8 février 2012 Dr Julie Gonin et Mathilde Sibony, Hôpital Tenon Anatomie pathologique et Cancer : Missions Dépistage Diagnostic

Plus en détail

82 collaborateurs 52 millions

82 collaborateurs 52 millions Édito Chiffre d affaires à fin Septembre 2007 Assemblée générale du 26 juin 2007 Réponses aux questions des actionnaires * Actualité R&D et produits I 2 : la science d Innate * Innate Pharma et ses actionnaires

Plus en détail

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions De quoi se compose le système immunitaire? Chaque jour, des substances étrangères, appelées

Plus en détail

LE CANCER C EST QUOI? QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UN ORGANE NORMAL ET UN ORGANE ATTEINT PAR LE CANCER? Organe normal Organe précancéreux Cancer

LE CANCER C EST QUOI? QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UN ORGANE NORMAL ET UN ORGANE ATTEINT PAR LE CANCER? Organe normal Organe précancéreux Cancer LE CANCER C EST QUOI? Généralement, le cancer se présente sous la forme d une tumeur, d une masse, qui se développe dans un organe. Les tumeurs solides, qui représentent 90% de tous les cancers, se distinguent

Plus en détail

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales Henri Roché, Institut Claudius Regaud Toulouse, 9 février 2012 Histoire naturelle Les cancers en cause Les éléments de stratégie

Plus en détail

GUSTAVE ROUSSY À L ASCO

GUSTAVE ROUSSY À L ASCO GUSTAVE ROUSSY À L COMMUNIQUÉ DE PRESSE 29 MAI 02 JUIN THÉRAPIES CIBLÉES www.gustaveroussy.fr/asco Communiqué de presse Gustave Roussy au 51 e congrès de l American Society of Clinical Oncology THÉRAPIES

Plus en détail

LES INHIBITEURS DE KINASES

LES INHIBITEURS DE KINASES LES INHIBITEURS DE KINASES Alain SARAUX Objectifs pédagogiques Comprendre les mécanismes essentiels de l'activation cellulaire Savoir ce qu est une kinase et connaître la notion de kinome Savoir les indications

Plus en détail

L adhérence cellulaire

L adhérence cellulaire UE2 : Biologie cellulaire Migration cellulaire, domiciliation et cancer Chapitre 2 : L adhérence cellulaire Pierre CAVAILLES Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Compte d emploi annuel des ressources

Compte d emploi annuel des ressources L ESSENTIEL 2013 Compte d emploi annuel des ressources www.fondation-gustaveroussy.fr Statut Fondée par et le Conseil Général du Val-de-Marne, la Fondation, soutenue par le Ministère de l Enseignement

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MMES et MM les Directeurs Date : - des Caisses Régionales d'assurance Maladie 27/03/96 - des Caisses

Plus en détail

Prise en charge du cancer colorectal à l heure de l oncogénétique et des thérapies ciblées

Prise en charge du cancer colorectal à l heure de l oncogénétique et des thérapies ciblées Prise en charge du cancer colorectal à l heure de l oncogénétique et des thérapies ciblées Jean-François Fléjou Service d Anatomie Pathologique Hôpital Saint-Antoine, AP-HP, UPMC - Paris 6, France Sommaire

Plus en détail

Intitulé du projet : Génétique et épigénétique comparatives des sarcomes. Porteur du projet : Docteur Gabriel Malouf, Chef de clinique-assistant

Intitulé du projet : Génétique et épigénétique comparatives des sarcomes. Porteur du projet : Docteur Gabriel Malouf, Chef de clinique-assistant Intitulé du projet : Génétique et épigénétique comparatives des sarcomes alvéolaires des tissus mous des enfants et des adultes Porteur du projet : Docteur Gabriel Malouf, Chef de clinique-assistant Département

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro 1 Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro CONTEXTE La leucémie prolymphocytaire B (LPL B) est une pathologie rare,

Plus en détail

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique 1 Qu entend on par évaluation au remboursement? L évaluation est

Plus en détail

L INITIATIVE EN M ATIÈRE DE MÉDIC A MENTS INNOVANTS

L INITIATIVE EN M ATIÈRE DE MÉDIC A MENTS INNOVANTS L INITIATIVE EN MATIERE DE MEDICAMENTS INNOVANTS d e s m é d i c a m e n t s a u s e r v i c e d e l h u m a n i t é l a r e c h e r c h e d a u j o u r d h u i, l e s t r a i t e m e n t s d e d e m a

Plus en détail

Anticorps et tumeurs solides Cibles établies et pistes prometteuses

Anticorps et tumeurs solides Cibles établies et pistes prometteuses MEDECINE/SCIENCES 2009 ; 25 : 1090-8 > Grâce aux progrès biotechnologiques récents, les anticorps monoclonaux constituent une nouvelle classe de médicaments pour le traitement des tumeurs solides. Afin

Plus en détail

L INSUFFISANCE CARDIAQUE

L INSUFFISANCE CARDIAQUE L INSUFFISANCE CARDIAQUE EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L INSUFFISANCE CARDIAQUE? Bien qu aucun traitement à base de cellules souches pour l insuffisance cardiaque n ait encore

Plus en détail

La médecine pour tous

La médecine pour tous Commission Nationale d Ethique pour la Médecine Humaine Académie Suisse Des Sciences Médicales La médecine pour tous Quid des cancers? Prof Pierre Yves Dietrich Chef du centre d Oncologie Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

Vendredi 6 décembre 2013 Rouen

Vendredi 6 décembre 2013 Rouen Séminaire danimation d Animation de l Axe laxe 1 Vendredi 6 décembre 2013 Rouen «Le Séquençage de Nouvelle Génération dans le Cancéropôle Nord Ouest: Evolution, Résultats, projets» Diagnostic 0,5 2 Gb

Plus en détail

M2.6. 2012 Cancer du colon et du rectum. Coordination : Pr Hahnloser

M2.6. 2012 Cancer du colon et du rectum. Coordination : Pr Hahnloser M2.6. 2012 Cancer du colon et du rectum Coordination : Pr Hahnloser Pathologie Dr. Maryse Fiche Cancers colo-rectaux Précurseurs : Images et figures : Robbins 8è Edition Objectifs d apprentissage : SCLO

Plus en détail

avec atteinte ganglionnaire

avec atteinte ganglionnaire Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Comprendre La maladie et son traitement Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Mieux comprendre votre maladie, pour mieux vivre avec Conseil scientifique en dermatologie

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Vers l individualisation des prescriptions en oncologie : rôle du génome constitutionnel

Vers l individualisation des prescriptions en oncologie : rôle du génome constitutionnel Vers l individualisation des prescriptions en oncologie : rôle du génome constitutionnel Jacques Robert I NSERM U916 I nstitut Bergonié Université de Bordeaux Le génome constitutionnel 3 milliards de paires

Plus en détail

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Bernard Fortin Mars 2014 Source: Comité consultatif de la Société canadienne du cancer : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013. Toronto

Plus en détail