Bases Fondamentales de l Angiogenèse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bases Fondamentales de l Angiogenèse"

Transcription

1 Bases Fondamentales de l Angiogenèse Fabrice SONCIN Directeur de Recherche INSERM Institut de Biologie de Lille

2 Angiogenèse: la mise en place de nouveaux vaisseaux sanguins à partir de vaisseaux préexistants. Phénomène normal, mise en place précoce, perfusion Quasiment tout tissu/organe a besoin d être perfusé pour survivre et se développer

3 Généralités: Finalité de l angiogenèse: la perfusion des tissus La diffusion de l oxygène est limitée au sein des tissus 100 à 200 µm

4 Généralités: exemples des conséquences d une mauvaise oxygénation des tissus Ischémie cardiaque Ischémie des membres inférieurs

5 Généralités: L arbre vasculaire Quasiment tout tissu/organe a besoin d être perfusé pour survivre et se développer Au niveau des organes

6 Généralités: Formation du réseau vasculaire chez l embryon Émergence des angioblastes dans le mésoderme. A. Territoires présomptifs du mésoderme au cours de la gastrulation chez le poulet. B. Expression de l ARN messager du VEGFR-2 (flèche) au sein du mésoderme extra-embryonnaire dans la gastrula aviaire : l apparition des messagers du récepteur du VEGF précède de quelques heures l émergence des angioblastes dans le mésoderme extra-embryonnaire

7 Formation du réseau vasculaire chez l embryon cellules endothéliales cellules hématopoïétiques Circulation effective

8 Formation du réseau vasculaire chez l embryon Remodelage du plexus vasculaire au cours du développement aviaire. A- Chez un embryon de caille de 7 somites, les ébauches des aortes sont repérables (flèches) parmi le réseau vasculaire primitif mis en évidence avec l anticorps monoclonal QH1. B- Un jour et demi plus tard, une circulation fonctionnelle est présente, avec l aorte bien visible (flèche). A: artères; C: cœur; R: réseau vasculaire primitif; TN: tube nerveux; SR: sinus rhomboïdal; V : veines.

9 Adams et al. Nat Rev Mol Cell Biol 2007

10 Structure d un gros vaisseau Endothéliales Structure d un vaisseau sanguin. L endothélium ou intima est une monocouche de cellules endothéliales directement en contact avec le sang, cernée par une lame basale (en noir). En périphérie, la paroi du vaisseau ne se compose que de péricytes lorsque son diamètre est petit (A) tandis que, lorsque le diamètre est important (B), elle comprend un anneau de cellules musculaires lisses, la média, et une adventice formée de tissu conjonctif, de fibres de collagène et de fibres élastiques. L adventice abrite le vasa vasorum (en rouge) et les nerfs (en bleu).

11 Les cellules impliquées: les cellules endothéliales Forme une monocouche à la face luminale des vaisseaux sanguins, des cavités cardiaques et des vaisseaux lymphatiques Au contact de la circulation sanguine Rôle dans la prévention de la thrombose Rôle dans l immunité Rôle dans la tonicité vasculaire Rôle dans l angiogenèse

12 Rôle dans la prévention de la thrombose Role des endothéliales dans le maintien de la balance thrombose/fibrinolyse. a) Des niveaux faibles de thrombine sont maintenus par l état anti-thrombotique de l endothélium, grâce à la production et la sécrétion de l activateur tissulaire du plasminogène (t-pa), la production de NO, le relarguage de cytokines anti-inflammatoires et la répression de molécules impliquées dans l adhérence des lymphocytes. b) une blessure de l endothélium et son activation entraînent une augmentation des niveaux de facteur tissulaire entraînant la formation de thrombine qui promeut la fibrinogenèse; L endothélium abimé secrète des cytokines et exprime des sélectines qui favorisent la thrombose, l infiltration leucocytaire, l inflammation et la fibrose vasculaire.

13 Rôle dans l immunité Séquence d événements permettant le recrutement des leukocytes au cours de l inflammation. Les leucocytes sont capturés par roulement (rolling) grâce à leurs récepteurs P-selectin glycoprotein ligand-1 (PSGL-1) and E-selectin ligand-1 (ESL-1) reconnus respectivement par les P- et E-sélectines exprimées par les cellules endothéliales. Certains leucocytes tels les lymphocytes ou les cellules souches hématopoïétiques reconnaissent la vascular cell adhesion molecule-1 (VCAM-1) sur les endothéliales via les intégrines α4. La L-selectine est essentielle pour le rolling des lymphocytes sur les endothéliales des tissus lymphoïdes. Au cours de la progression de l'inflammation, le rolling des leucocytes ralentit, ce qui permet l'intégration des signaux médiés par les ligands des selectines aux G- protein coupled receptors (GPCRs). Ces signaux d'activation entraînent la polarisation des leucocytes et le clustering de L-selectin et PSGL-1 qui vont former des pôles d adhérence favorisant le recrutement d'autres leucocytes par interaction directes leucocytes-leucocytes. L'activation des leucocytes augmente l'affinité des intégrines entrainant une adhérence plus ferme sur intercellular adhesion molecule-1 (ICAM-1) exprimée par les endothéliales. Les leucocytes adhérents migrent latéralement sur l'endothélium à la recherche de sites de transmigration. Les leucocytes peuvent migrer classiquement entre les jonctions intercellulaires (paracellulaire) en interagissant aves les protéines de jonction junctional adhesion molecules (JAMs), CD99, platelet/endothelial-cell adhesion molecule-1 (PECAM- 1), endothelial cell selective adhesion molecule (ESAM), ou à travers les cellules endothéliales (transcellulaire). Wagner DD., Frenette PS Blood (2008) 111:

14 Rôle dans la tonicité vasculaire La L-arginine est convertie par la NO-synthase spécifique de l endothélium (enos) en NO, qui diffuse dans les vaisseaux et leur paroi et active la guanylate cyclase soluble (sgc) qui va augmenter la concentration de cgmp et induire la vasodilatation et l inhibition de l agrégation plaquettaire. NO participe aussi à maintenir l endothélium et les plaquettes dans un état non-thrombotique Les souris déficientes en enos ne montrent plus aucune vasodilatation et ont un temps de coagulation réduit NO induit la production de VEGF -> effet proangiogénique dans l ischémie du membre inférieur Evgenov et al. Nature Reviews Drug Discovery (2006) 5,

15 Rôle dans l athérosclérose

16 L identité endothéliale Les cellules endothéliales se distinguent par l expression de plusieurs molécules spécifiquement ou quasispécifiquement exprimées à leur surface: VE-cadhérine, VEGFR-2, CD31/PECAM, enos, ROBO-4, Notch-4, Tie-2, VEGF-R1 (+ macrophages, trophoblaste) Récepteur Protéine C (+ cellules hématopoïétiques) vwf (+ plaquettes et mégacaryocytes) EphrinB2, Nrp-1 : EphB4, Nrp-2 : artères veines CD31/PECAM VE-cadhérine

17 ECM EC SMC Digestion ECM Prolifération Migration Stimulus angiogénique Hypoxie Recrutement SMC

18 Occurrences de l angiogenèse Pendant le développement embryonnaire: Mise en place du système cardio-vasculaire Vascularisation des organes Chez l adulte: Physiologique Cycle menstruel (ovaire, utérus) Grossesse: placenta et glande mammaire Réparation tissulaire (cicatrisation) Pathologique Inflammation Formation de vaisseaux collatéraux (cœur, extrémités ) Néo-vascularisation oculaire (rétinopathies, DMLA) Hémangiome Polyarthrite rhumatoïde Croissance tumorale et métastases

19 Le stimulus angiogénique: l hypoxie Structure des sous-unités HIF. Toutes les sous-unités HIFα et HIFβ présentent une structure semblable organisée en domaines protéiques répertoriés. Elles possèdent un domaine bhlh (basic Helix Loop Helix) et un domaine PAS (Per-Arnt-Sim) situé dans la partie N-terminale. La partie C-terminale contient un ou deux domaines fonctionnels d activation de la transcription, le C-TAD à l extrémité C-terminale et le N-TAD situé en amont du C-TAD. Une séquence de localisation nucléaire (NLS) a été identifiée à l extrémité N- terminale de certaines sous-unités.

20 Le stimulus angiogénique: l hypoxie L hydroxylation est la clé de la régulation de HIF. Dans des conditions normoxiques (po 2 haute), les prolyl hydroxylases (PHD) et le facteur FIH sont actifs. Ces deux types d enzymes hydroxylent respectivement deux résidus prolines dans le domaine ODDD (oxygen dependent degradation domain) et un résidu asparagine dans le domaine d activation C-TAD de HIFα. L hydroxylation des prolines P 402 et P 564 entraîne la reconnaissance de HIFα par un complexe formé par la protéine VHL (Von Hippel-Lindau) et une E3 ubiquitine ligase. L ubiquitination de HIFa déclenche sa dégradation par le système du protéasome. L hydroxylation de l asparagine N 803 inactive la fonction activatrice de HIFα en empêchant son interaction avec le complexe coactivateur CBP/P300

21 Le stimulus angiogénique: l hypoxie Hypoxie Induction des gènes cibles de HIFα. Dans des conditions d hypoxie (po 2 basse), les prolyl hydroxylases (PHD) et le facteur inhibiteur (FIH) sont inactifs. La sousunité HIFα stabilisée forme un dimère avec la sous-unité HIFβ et se fixe sur l ADN au niveau d un site HRE (hypoxia responsive element). Le complexe coactivateur (Co-A) CBP/P300 se fixe au niveau du domaine d activation C-terminal de HIFα et active l expression d un grand nombre de gènes cibles impliqués dans de nombreuses fonctions cellulaires

22 Facteurs impliqués dans l angiogenèse Pro-angiogéniques VEGF afgf bfgf TGF-α, β EGF TNF-α Angiogénine IL-8 Ang-1, 2 PDGF NO PIGF MMPs etc Anti-angiogéniques Thrombospondine Angiostatine Endostatine Vasostatine Prolactine Hormone de croissance Canstatine Tumstatine Interferon-a, β et γ Inhibiteurs de MMPs IL-4, 8, 12 PAI Rétinoides Héparinases etc VEGF; vascular endothelial growth factor, afgf; acidic fibroblast growth factor, bfgf; basic fibroblast growth factor, TGF; transforming growth factor, EGF; epidermal growth factor, TNF; tumour necrosis factor, IL; interleukin, Ang; angiopoietin

23 Le VEGF VEGF = Vascular Endothelial Growth Factor Médiateur clé de l angiogenèse Secreté par les cellules en hypoxie Stimule la croissance et migration des cellules endothéliales Les souris déficientes pour un seul allèle du VEGF-A meurent à E11-12 par défaut de vasculogenèse et de mise en place des vaisseaux principaux Le VEGF induit une angiogenèse marquée dans toutes les situations où il est surexprimé Son expression est augmentée dans les tumeurs solides et les tissus en angiogenèse Glycoprotéine homodimérique 45 kda Se lie aux VEGF-Rs et à l héparine Existe sous plusieurs isoformes, par épissage VEGF 121 VEGF 145 VEGF 165 (isoforme prédominante) VEGF 183 VEGF 189 VEGF 206

24 Le stimulus angiogénique: l hypoxie Surexpression du transcrit (b) dans les zones de nécrose (N) Shweiki D. et al Nature (1992) 359: Présence des cellules endothéliales (vwf) autour des zones de nécrose (N)

25 Le stimulus angiogénique: l hypoxie Contrôle de l expression du VEGF-A. L expression du VEGF-A est contrôlée à trois niveaux : transcription, stabilité de l ARN messager et traduction : A- La voie de signalisation RAS-MEK-ERK-1/ERK-2 stimule la transcription via la phosphorylation du facteur de transcription SP-1 et de la sous-unité HIF-1α et leur recrutement au niveau du promoteur du gène du VEGF-A où ils s associent avec le facteur AP-1. B - Les ARN messagers (ARNm) du VEGF-A sont stabilisés à la fois par la p38 MAP kinase activée par le stress et par la voie hypoxique. C - La traduction du VEGF-A est contrôlée dans les conditions d hypoxie et d appauvrissement nutritionnel par le biais de séquences IRES (internal ribosome entry site). Dans ces conditions de stress énergétique, la traduction «Capdépendante» est inhibée.

26 Harper SJ & Bates DO, Nat Rev Canc 2008

27 Lohela M. et al. Curr Opin Cell Biol 2009

28 VEGFR-1 (Flt-1, fms-like tyrosine kinase-1) VEGFR-1 a une plus forte affinité pour le VEGF que VEGFR-2 (15 pm vs. 750 pm) Cependant, son activité Tyr-kinase en réponse au VEGF est très faible: pas (peu) d activité mitogène Les souris déficientes en VEGFR-1 meurent à E , les cellules endothéliales sont présentes en excès et ne s organisent pas en vaisseaux fonctionnels. Les souris déficientes pour la partie intracellulaire du récepteur sont viables et fertiles pour moitié -> rôle dans la séquestration extracellulaire du VEGF? Une forme soluble existe, fortement exprimé par les trophoblastes et endothéliales du placenta, qui joue un rôle dans l établissement de la barrière materno/fœtale Shibuya M. Angiogenesis. (2006) 9:

29 VEGFR-2 et signalisation Holmes K. et al Cell Signal 2007

30 Adams et al. Nat Rev Mol Cell Biol 2007

31 Adams et al. Nat Rev Mol Cell Biol 2007

32 Mise en évidence des tip cells. A- Plexus vasculaire d une rétine de souriceau de 5 jours révélé avec un marquage isolectine B4 : les tip cells sont présentes au niveau du front de migration du réseau vasculaire (flèches). B- Détail de tip cells (flèches) montrant les filopodes (têtes de flèche) qui s étendent vers les territoires à vasculariser. C- Chez un embryon de caille dont le réseau endothélial est marqué par QH1, de nombreuses tip cells sont visibles dans le plexus vasculaire primitif avant l apparition du flux (têtes de flèche). D- Les tip cells sont alors beaucoup moins nombreuses (tête de flèche) lorsque le flux est établi.

33 Phng et al. Dev Cell

34 Phng et al. Dev Cell Tip Stalk

35 Phng et al. Dev Cell Tip Tip

36 Rôle de dll4 dans l angiogenèse. A- Détail du réseau vasculaire d une rétine de souriceau de 5 jours montrant l alternance artères (a), veines (v) et la présence de nombreuses tip cells au front de migration du réseau (têtes de flèche). B- Sur cette même région, dll4 (coloration noire) est exprimé spécifiquement au niveau des artères (a) et des tip cells (têtes de flèche) mais est absent des veines (v). C- L invalidation de dll4, chez la souris, induit la fusion démesurée des capillaires et un nombre accru des branchements endothéliaux.

37 autres acteurs moléculaires Adams et al. Nat Rev Mol Cell Biol 2007

38 Adams et al. Nat Rev Mol Cell Biol 2007 Parker et al. Nature 2004

39 Adams et al. Nat Rev Mol Cell Biol 2007

40 Formation de vaisseaux «non-angiogénique»: l intussusception Adams et al. Nat Rev Mol Cell Biol 2007

41 Adams et al. Nat Rev Mol Cell Biol 2007

42 ECM EC SMC Digestion ECM Prolifération Migration Stimulus angiogénique Recrutement SMC Maturation vasculaire PDGF-BB FGF Ang-1 TGFβ Ang-2 VEGF

43 day 2 day 4 day 6 day 8 day 10 day 12

44

45 Mimétisme vasculaire (vascular mimicry), vaisseaux mosaïques Marquages: CD31/PECAM CD105/Endoglin Chang et al. PNAS 2000

46 Co-option vasculaire

47

48 Participation de l endothélium à l immunité anti-tumorale Séquence d événements permettant le recrutement des leukocytes au cours de l inflammation. Les leucocytes sont capturés par roulement (rolling) grâce à leurs récepteurs P-selectin glycoprotein ligand-1 (PSGL-1) and E-selectin ligand-1 (ESL-1) reconnus respectivement par les P- et E-sélectines exprimées par les cellules endothéliales. Certains leucocytes tels les lymphocytes ou les cellules souches hématopoïétiques reconnaissent la vascular cell adhesion molecule-1 (VCAM-1) sur les endothéliales via les intégrines α4. La L-selectine est essentielle pour le rolling des lymphocytes sur les endothéliales des tissus lymphoïdes. Au cours de la progression de l'inflammation, le rolling des leucocytes ralentit, ce qui permet l'intégration des signaux médiés par les ligands des selectines aux G- protein coupled receptors (GPCRs). Ces signaux d'activation entraînent la polarisation des leucocytes et le clustering de L-selectin et PSGL-1 qui vont former des pôles d adhérence favorisant le recrutement d'autres leucocytes par interaction directes leucocytes-leucocytes. L'activation des leucocytes augmente l'affinité des intégrines entrainant une adhérence plus ferme sur intercellular adhesion molecule-1 (ICAM-1) exprimée par les endothéliales. Les leucocytes adhérents migrent latéralement sur l'endothélium à la recherche de sites de transmigration. Les leucocytes peuvent migrer classiquement entre les jonctions intercellulaires (paracellulaire) en interagissant aves les protéines de jonction junctional adhesion molecules (JAMs), CD99, platelet/endothelial-cell adhesion molecule-1 (PECAM- 1), endothelial cell selective adhesion molecule (ESAM), ou à travers les cellules endothéliales (transcellulaire). Wagner DD., Frenette PS Blood (2008) 111:

49 Echappement à l immunité anti-tumorale Endothélium normal, flux laminaire Endothélium tumoral, flux perturbé Castermans K., Griffioen AW BBA (2007) 1776:

50 800 2 * * Tumor volume, mm Tumor weight, g 1 4T1 Ctrl 4T1 Egfl7 * * * Days post-injection Tumor volume, mm Tumor weight, g T1 Ctrl 4T1 Egfl7 4T1-Egfl7, SCID-Bg 4T1-Ctrl, SCID-Bg 4T1-Egfl7, Balb/c 4T1-Ctrl, Balb/c Days post-injection

51 4T1-Ctrl 4T1-Ctrl ICAM-1/DAPI 4T1-Egfl7 CD3ε 4T1-Egfl7 ICAM-1/DAPI CD3ε

52 Cible thérapeutique dans la lutte contre le cancer ECM EC SMC Digestion ECM Prolifération Migration Intérêt de cibler l endothélium tumoral: - tissu génétiquement stable (issu de l hôte) - facilement accessible - offrant peu de résistance aux drogues Stimulus angiogénique Recrutement SMC Maturation vasculaire PDGF-BB FGF Ang-1 TGFβ Ang-2 VEGF

53 Bevacizumab (Avastin Roche) Maturation vasculaire PDGF-BB FGF Ang-1 Cible spécifiquement le VEGF Action anti-angiogénique TGFβ Ang-2 VEGF VEGF 165b AMM pour K colorectal métastatique, (sein métastatique), poumon métastatique, rein métastatique ou non, en combinaison à une chimiothérapie, en monothérapie pour les glioblastomes

54 Bevacizumab (Avastin Roche) Cancer colorectal métastatique première ligne : impact d un traitement par chimiothérapie associé ou non au bevacizumab (AVF2107). La médiane de survie est de 15,6 mois sous chimiothérapie IFL + placebo et de 20,3 mois sous chimiothérapie IFL associée au bevacizumab. IFL : irinotecan + 5FU + leucovorine.

55 VEGF-Trap (Aflibercept Regeneron/Sanofi) PDGF-BB FGF Ang-1 Protéine de fusion entre les domaines extracellulaires des VEGFR-1 et VEGFR2 avec la partie Fc d IgG1 Cible le VEGF et le PlGF Action anti-angiogénique TGFβ Ang-2 VEGF? VEGF 165b Approuvé aux USA pour la DMLA

56 Sorafenib (Nexavar - Bayer Pharma) PDGF-BB FGF Ang-1 TGFβ Ang-2 VEGF Cible VEGF-Rs, PDGF-Rs, raf-kinase, KIT, FLT-3, RET et RAF/MEK/ERK Action anti-angiogénique et anti-maturation vasculaire + anti-tumorale directe AMM pour K rein avancé et hépatocarcinome en monothérapie

57 Sorafenib (Nexavar - Bayer Pharma) Etude de phase III dans le cancer du rein métastatique comparant le sorafenib à un placebo

58 Sunitinib (Sutent Pfizer) PDGF-BB FGF Ang-1 Cible PDGFRs, VEGFRs, KIT, FLT3, CSF-1R, RET TGFβ Ang-2 VEGF Action anti-tumorale directe + anti-angiogénique et anti-maturation vasculaire AMM pour le cancer du rein avancé ou métastatique, GIST en monothérapie, tumeur neuroendocrine du pancréas

59 Sunitinib (Sutent Pfizer) Etude de phase III dans le cancer du rein métastatique comparant le sunitinib à l interféron

60 Pazopanib (Votrient Glaxo) PDGF-BB FGF Ang-1 Cible PDGFRs, VEGFRs, KIT TGFβ Ang-2 VEGF Action anti-tumorale directe + anti-angiogénique et anti-maturation vasculaire Cancer du rein avancé

61 VEGFR-targeted antiangiogenic agents currently approved or in phase III trials for the treatment of cancer. Drug name Mechanism of action Indications US FDA-approved for the treatment of cancer Bevacizumab Anti-VEGF-A mab Metastatic CRC, Non-squamous NSCLC, Metastatic BC, Glioblastoma, Metastatic RCC Pazopanib Small molecule multi-tki Advanced RCC Sorafenib Small molecule multi-tki Unresectable HCC, Advanced RCC Sunitinib Small molecule multi-tki Gastrointestinal, stromal tumor after disease progression/intolerance with imatinib, Advanced RCC, Pancreatic neuroendocrine tumor Investigational (Phase III) a AMG 386 Angiopoietin 1/2-neutralizing peptibody Recurrent partially platinum sensitive or resistant, epithelial ovarian, primary peritoneal or fallopian tube cancers Apatinib (AG ) Small molecule multi-tki Advanced or metastatic gastric cancer, Metastatic RCC, Advanced pancreatic cancer Axitinib (AG ) Small molecule multi-tki Metastatic RCC, Advanced pancreatic cancer BIBF 1120 Small molecule TKI NSCLC, Ovarian cancer Brivanib alaninate (BMS ) Small molecule multi-tki Metastatic CRC, HCC Cediranib (AZD2171) Small molecule multi-tki Metastatic CRC, Recurrent glioblastoma, Ovarian cancer, Advanced biliary tract cancers NSCLC, Fallopian tube cancer, Primary peritoneal cavity cancer E7080 Small molecule multi-tki Thyroid cancer Linifanib (ABT-869) Small molecule multi-tki Advanced HCC Motesanib (AMG 706) Small molecule multi-tki NSCLC PI-88 Heparanase inhibitor; may also bind to VEGF HCC Ramucirumab (IMC-1121B) Anti-VEGFR2 mab Gastric cancer and adenocarcinoma, HCC, BC, NSCLC, Metastatic CRC Ranibizumab b Anti-VEGF-A mab Choroidal melanoma Tivozanib (AV-951) Small molecule multi-tki Advanced RCC Vandetanib (AZD6474) Small molecule multi-tki NSCLC, Thyroid cancer Vatalinib (PTK787/ZK222584) Small molecule multi-tki Metastatic CRC BC = breast cancer; CRC = colorectal cancer; HCC = hepatocellular carcinoma; mab = monoclonal antibody; NSCLC = non-small cell lung cancer; RCC = renal cell carcinoma; TKI = tyrosine kinase inhibitor. a All phase III studies are from Clinicaltrials.gov. b Approved by the FDA for the treatment of neovascular (wet), age-related macular degeneration and macular edema follow ing retinal vein occlusion. Canc Treat Rev (5):484-93

62 Wen et al CA Cancer J Clin 2009

63

Les thérapies ciblées antiangiogéniques. Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr

Les thérapies ciblées antiangiogéniques. Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr Les thérapies ciblées antiangiogéniques en cancérologie Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr Objectifs pédagogiques Donner une définition des thérapies ciblées

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

Angiogénèse et Vasculogenèse normale. Pr Florence Sabatier. Plan

Angiogénèse et Vasculogenèse normale. Pr Florence Sabatier. Plan Angiogénèse et Vasculogenèse normale Pr Florence Sabatier Laboratoire d Hématologie Laboratoire de Thérapie Cellulaire CHU Conception, Marseille UMR-S608 Faculté de Pharmacie, Marseille Plan I. Définitions

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Altérations génétiques au cours de l initiation et de la progression tumorale. Biologie de l angiogénèse tumorale

Altérations génétiques au cours de l initiation et de la progression tumorale. Biologie de l angiogénèse tumorale Altérations génétiques au cours de l initiation et de la progression tumorale. Biologie de l angiogénèse tumorale Joseph ABECASSIS Laboratoire de Biologie Tumorale Centre Régional de Lutte contre le Cancer

Plus en détail

Thérapies ciblées et sujets âgés

Thérapies ciblées et sujets âgés Thérapies ciblées et sujets âgés Dr Marie-Paule Sablin Service inter-hospitalier Beaujon-Bichat de cancérologie Le plan Que sont les thérapies ciblées? Leurs indications En pratique chez les sujets agés

Plus en détail

L adhérence cellulaire

L adhérence cellulaire UE2 : Biologie cellulaire Migration cellulaire, domiciliation et cancer Chapitre 2 : L adhérence cellulaire Pierre CAVAILLES Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Thérapies ciblées en oncologie

Thérapies ciblées en oncologie Thérapies ciblées en oncologie Quelle place dans l arsenal thérapeutique en 2015? Angers, 5 mars 2015, Journées FMC Médecine Générale De la biologie à la thérapie Comprendre pour traiter Hanahan, Cell,

Plus en détail

Nouveaux antiangiogéniques : état de la recherche

Nouveaux antiangiogéniques : état de la recherche Cancéro dig. Vol. 2 N 3-2010 - 199-204 199 10.4267/2042/34592 DOSSIER THÉMATIQUE : ANTIANGIOGÉNIQUES ET CANCER COLORECTAL MÉTASTATIQUE Nouveaux antiangiogéniques : état de la recherche Update on novel

Plus en détail

Physiopathologie de l angiogenèse Développement de thérapeutiques angiogéniques et anti angiogéniques

Physiopathologie de l angiogenèse Développement de thérapeutiques angiogéniques et anti angiogéniques Physiopathologie de l angiogenèse Développement de thérapeutiques angiogéniques et anti angiogéniques Formation de vaisseaux Angiogenèse: bourgeonnement de vaisseaux préexistants Vasculogenèse: formation

Plus en détail

UNIVERSITÉ D ORLÉANS

UNIVERSITÉ D ORLÉANS UNIVERSITÉ D ORLÉANS ÉCOLE DOCTORALE SCIENCES ET TECHNOLOGIES CENTRE DE BIOPHYSIQUE MOLECULAIRE THÈSE présentée par Aude SÉLO-CARREAU soutenue le 12 octobre 2010 pour obtenir le grade de Docteur de l université

Plus en détail

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 1 Vendredi 25 janvier 2008 : Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 2 Immunité et exposition aux rayonnements ionisants Professeur Michel

Plus en détail

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein à cellules claires métastatique (CRM) Plus de 30 % des CR deviendront métastatiques

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

La cellule cancéreuse et son microenvironnement

La cellule cancéreuse et son microenvironnement UE 5 Cours du 8 Novembre 2012 La cellule cancéreuse et son microenvironnement I/ Cancer : Généralités Du au dérèglement de la division de quelques unes des milliards de cellules qui constituent les êtres

Plus en détail

Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2

Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2 Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2 1 DOMAINE D UTILISATION DES ANTICORPS IN VITRO ET IN VIVO B)Utilisation des Anticorps in vitro - dosages

Plus en détail

DYNAMIQUE DE LA CICATRISATION NORMALE. O DEREURE Service de Dermatologie CHRU Montpellier

DYNAMIQUE DE LA CICATRISATION NORMALE. O DEREURE Service de Dermatologie CHRU Montpellier DYNAMIQUE DE LA CICATRISATION NORMALE O DEREURE Service de Dermatologie CHRU Montpellier INTRODUCTION Processus à la fois bien et trés incomplétement connu! ensemble des phénomènes de détersion, prolifération,

Plus en détail

SCM6052/BIM6027 et EXMD604 Angiogenèse / Vasculogenèse

SCM6052/BIM6027 et EXMD604 Angiogenèse / Vasculogenèse SCM6052/BIM6027 et EXMD604 Angiogenèse / Vasculogenèse Jean-Philippe Gratton, Ph.D. Département de Pharmacologie Université de Montréal jean-philippe.gratton@umontreal.ca n n n n n Plan du cours Définitions

Plus en détail

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer)

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Article; IL-6 and Stat3 Are Required for Survival of Intestinal Epithelial Cells and Development of Colitis-Associated Cancer Le cancer

Plus en détail

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2015

Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2015 Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2015 Dr Pierre COMBE, Oncologie médicale HEGP pierre.combe@egp.aphp.fr Introduction: Thérapie moléculaire ciblée Activité sur un mécanisme oncogénique Identification

Plus en détail

Stéphanie Herkenne. Détermination du rôle de l interactome PAI-1/uPA/uPAR dans l angiogenèse

Stéphanie Herkenne. Détermination du rôle de l interactome PAI-1/uPA/uPAR dans l angiogenèse Laboratoire d angiogenèse moléculaire GIGA-Research Faculté des Sciences Promoteurs : Dr. I. Struman Pr. J.A. Martial Détermination du rôle de l interactome PAI-1/uPA/uPAR dans l angiogenèse Stéphanie

Plus en détail

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription Christine Rebischung, oncologie médicale Mécanisme d action de la chimiothérapie -Action sur les mécanismes de division de la cellule

Plus en détail

Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM

Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM Dr Florence BANNIE, Pharmacien Dr Laure Kaluzinski, Oncologue Centre Hospitalier Public du Cotentin ARKM 17éme Rencontre Médicale 29 novembre 2014,

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Master Neurosciences 2 ème année Colloque : Vieillissement. l Age. Louis Hoffart Service d ophtalmologie Hopital de la Timone Marseille

Master Neurosciences 2 ème année Colloque : Vieillissement. l Age. Louis Hoffart Service d ophtalmologie Hopital de la Timone Marseille Master Neurosciences 2 ème année Colloque : Vieillissement Dégénérescence Maculaire Liée à l Age Louis Hoffart Service d ophtalmologie Hopital de la Timone Marseille Louis.hoffart@mail.ap-hm.fr Macula

Plus en détail

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN ASECTS MOLÉCULAIRES DE LA ROLIFÉRATION CELLULAIRE r J-L. MERLIN ASECTS MOLECULAIRES DE LA ROLIFERATION «Vers de nouvelles cibles thérapeutiques» r. Jean-Louis Merlin Faculté de harmacie, Université Henri

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

Activité physique et Santé : sur quelles bases physiologiques et biologiques?

Activité physique et Santé : sur quelles bases physiologiques et biologiques? Activité physique et Santé : sur quelles bases physiologiques et biologiques? AX Bigard Institut de Recherche Biomédicale des Armées 38702 La Tronche - 91220 Brétigny / Orge Activité physique et prévention

Plus en détail

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux Dr William Jacot, Oncologue Médical Thérapies Ciblées Définition Anomalies moléculaires spécifiques des cellules tumorales Molécules

Plus en détail

ANTICORPS MONOCLONAUX : MODE D ACTION ET TOXICITE. Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment passeraientelles dans le sang?

ANTICORPS MONOCLONAUX : MODE D ACTION ET TOXICITE. Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment passeraientelles dans le sang? MODE D ACTION ET TOXICITE Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment passeraientelles dans le sang? MODE D ACTION ET TOXICITE Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment

Plus en détail

Immunothérapies anti-tumorales

Immunothérapies anti-tumorales Lymphocytes T innés Immunothérapies anti-tumorales ciblant les lymphocytes T Vγ9Vδ2 humains Emmanuel Scotet Equipe 1 / Modalités d ac3va3on et Fonc3ons des lymphocytes T γδ humains Dir. M. Bonneville -

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

Immunité et grossesse

Immunité et grossesse MODULE de MAIEUTIQUE Unité foetoplacentaire (Coordonateur Pr Janky) Immunité et grossesse Dr. Nadia Prisant 1 Points essentiels : Le système immunitaire, à travers ses deux principales composantes, l immunité

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Agnès Lavaud Thomas Hassiba OUBRAHAM Violaine Caillaux Service du Pr Souied Staff 15 Octobre 2014

Agnès Lavaud Thomas Hassiba OUBRAHAM Violaine Caillaux Service du Pr Souied Staff 15 Octobre 2014 Agnès Lavaud Thomas Hassiba OUBRAHAM Violaine Caillaux Service du Pr Souied Staff 15 Octobre 2014 Objectif DMLA sujet bien connu du service Euretina community: recommandations claires sur les pratiques

Plus en détail

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler Identification de récepteurs r endothéliaux à différents stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler S.Lavisse 1, V. Lazar 2, P. Opolon 3, P. Dessen 2, A. Roche 1, N. Lassau 1 Équipes

Plus en détail

Rhumato.net - Médiathèque - Mise au point

Rhumato.net - Médiathèque - Mise au point Rhumato.net - Médiathèque - Mise au point ANGIOGENESE: MECANISMES GENERAUX ET IMPLICATIONS AU COURS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDE Anne-Joëlle Weber, Michel De Bandt RESUME Dans la polyarthrite rhumatoïde,

Plus en détail

Les Cancers Féminins, aspects globaux et pluridisciplinaires: Thérapies ciblées en Onco-gynécologie en 2014

Les Cancers Féminins, aspects globaux et pluridisciplinaires: Thérapies ciblées en Onco-gynécologie en 2014 Les Cancers Féminins, aspects globaux et pluridisciplinaires: Thérapies ciblées en Onco-gynécologie en 2014 Dr Pierre COMBE, CCA Cancérologie médicale HEGP pierre.combe@egp.aphp.fr Axe validé et nouvelles

Plus en détail

Communication intercellulaire : Les Cytokines

Communication intercellulaire : Les Cytokines PCEM 2- Cours de Biologie cellulaire n 8 Professeur : M. COHEN-SOLAL Jeudi 13 Décembre 2007, 10h30 Ronéotypeur : DENIAU Benjamin Communication intercellulaire : Les Cytokines 1 SOMMAIRE I/ INTRODUCTION

Plus en détail

THERANOSTIC. Pr. C. BOHUON Conférence CORATA Namur 08 juin 2011

THERANOSTIC. Pr. C. BOHUON Conférence CORATA Namur 08 juin 2011 THERANOSTIC Pr. C. BOHUON Conférence CORATA Namur 08 juin 2011 THERANOSTIC Therapy + Diagnostic Nouveau mot reliant le choix d un médicament à la détection d une anomalie génétique (mutation ). Ex.: Cancers

Plus en détail

Les nouvelles thérapies étaient les stars de cet ASCO 2007,

Les nouvelles thérapies étaient les stars de cet ASCO 2007, Mélanome métastatique New drugs Metastatic melanoma M. Saghatchian d Assignies* Les nouvelles thérapies étaient les stars de cet ASCO 2007, et l on voit enfin aboutir sur le plan clinique cette stratégie

Plus en détail

Agnès Desroches-Castan. To cite this version: HAL Id: tel-01116053 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01116053

Agnès Desroches-Castan. To cite this version: HAL Id: tel-01116053 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01116053 Inhibition de l angiogenèse tumorale : criblage d une chimiothèque et caracterisation d un nouveau compose agissant sur la voie de signalisation Ras-ERK Agnès Desroches-Castan To cite this version: Agnès

Plus en détail

Pathologie Générale. Inflammation et Cicatrisation (1) Pr. A. Gérard ABADJIAN Hotel-Dieu de France Faculté de Médecine USJ 2012

Pathologie Générale. Inflammation et Cicatrisation (1) Pr. A. Gérard ABADJIAN Hotel-Dieu de France Faculté de Médecine USJ 2012 Pathologie Générale Inflammation et Cicatrisation (1) Pr. A. Gérard ABADJIAN Hotel-Dieu de France Faculté de Médecine USJ 2012 Références: Robbins: Basic Pathology, 9th Ed. PP Saint-Maur: Anatomie Pathologique

Plus en détail

Le rejet aigu cellulaire

Le rejet aigu cellulaire Le rejet aigu cellulaire CUEN: 3/12/2013 Philippe Grimbert Plan Les antigènes de transplantation Le mécanisme du rejet L incidence et les outils du diagnostique Le traitement 1 Rejet aigu cellulaire Représente

Plus en détail

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Définitions : Cancer Multiplication anarchique de cellules échappant aux mécanismes normaux de différenciation et de régulation de leur multiplication Capacité à

Plus en détail

THÈSE. présentée à L'UNIVERSITÉ BORDEAUX I ÉCOLE DOCTORALE DES SCIENCES DU VIVANT, GEOSCIENCES, SCIENCES DE L ENVIRONNEMENT. par Benjamin DROGAT

THÈSE. présentée à L'UNIVERSITÉ BORDEAUX I ÉCOLE DOCTORALE DES SCIENCES DU VIVANT, GEOSCIENCES, SCIENCES DE L ENVIRONNEMENT. par Benjamin DROGAT N d'ordre : 3085 THÈSE présentée à L'UNIVERSITÉ BORDEAUX I ÉCOLE DOCTORALE DES SCIENCES DU VIVANT, GEOSCIENCES, SCIENCES DE L ENVIRONNEMENT. par Benjamin DROGAT POUR OBTENIR LE GRADE DE DOCTEUR SPÉCIALITÉ

Plus en détail

A) Domaines et prényls de protéines RAS (super-famille)

A) Domaines et prényls de protéines RAS (super-famille) CHAPITRE 2 : PROTÉINES G MONOMÉRIQUES Ce sont des intégrateurs moléculaires des voies de signalisation, des «commutateurs multipositions». Elles sont constituées d une sous-unité α, existent chez les eucaryotes

Plus en détail

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce que HER2? HER2 est un récepteur. Il signifie human epidermal growth factor

Plus en détail

Isorce Nathalie Baier Céline. M1 BE 2008 M. Naquet M. Galland

Isorce Nathalie Baier Céline. M1 BE 2008 M. Naquet M. Galland Isorce Nathalie Baier Céline M1 BE 2008 M. Naquet M. Galland Introduction : Voie NF κb Dérégulation : cancers Rôle de NF κb et de l inflammation dans : les différentes étapes de la tumeur du colon Conclusion

Plus en détail

Le point de vue du biologiste : L activité des plateformes de génétique moléculaire

Le point de vue du biologiste : L activité des plateformes de génétique moléculaire Le point de vue du biologiste : L activité des plateformes de génétique moléculaire Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Jean-Louis Merlin

Plus en détail

Effet des fucoïdanes extraits des algues brunes sur l angiogenèse et la vasculogenèse.

Effet des fucoïdanes extraits des algues brunes sur l angiogenèse et la vasculogenèse. Effet des fucoïdanes extraits des algues brunes sur l angiogenèse et la vasculogenèse. Catherine BOISSON-VIDAL UNITE INSERM 765 Faculté de Pharmacie Paris - FRANCE Ascophyllum nodosum LE FUCOIDANE P240red

Plus en détail

Hypoxie et croissance tumorale. Module Génomique tumorale M2, Pathologie Humaine, Dr JL DEVILLE, 2011

Hypoxie et croissance tumorale. Module Génomique tumorale M2, Pathologie Humaine, Dr JL DEVILLE, 2011 Hypoxie et croissance tumorale Module Génomique tumorale M2, Pathologie Humaine, Dr JL DEVILLE, 2011 L hypothèse 2008 La vascularisation conditionne le développement des tumeurs malignes. J Folkman : une

Plus en détail

Physiologie du Muscle Strié Squelettique

Physiologie du Muscle Strié Squelettique Module Appareil Locomoteur DFGSM S4 Physiologie du Muscle Strié Squelettique «Notions de Physiologie Appliquée» Docteur Fabien PILLARD, MCU-PH Service d Exploration de la Fonction Respiratoire et de Médecine

Plus en détail

Chapitre 3 : La réaction inflammatoire. Les inflammations. En savoir plus : Les médiateurs chimiques

Chapitre 3 : La réaction inflammatoire. Les inflammations. En savoir plus : Les médiateurs chimiques Chapitre 3 : La réaction inflammatoire. Les inflammations En savoir plus : Les médiateurs chimiques Les médiateurs de l inflammation De multiples médiateurs chimiques, provenant du plasma ou des cellules,

Plus en détail

Comprendre la formule sanguine complète (FSC)

Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Notre mission Ce que vous devez savoir Dispensateur de services de première ligne et de services spécialisés, le CSSS du Suroît a la responsabilité de maintenir

Plus en détail

: Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2014. Dr Pierre COMBE, CCA Cancérologie médicale HEGP pierre.combe@egp.aphp.fr

: Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2014. Dr Pierre COMBE, CCA Cancérologie médicale HEGP pierre.combe@egp.aphp.fr : Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2014 Dr Pierre COMBE, CCA Cancérologie médicale HEGP pierre.combe@egp.aphp.fr Introduction: Thérapie moléculaire ciblée Une thérapie ciblée est un traitement

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante.

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. 4.9 Surdosage Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. Il n existe pas d antidote spécifique à un surdosage par pazopanib,

Plus en détail

Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive

Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Jean-Louis Merlin Deux voies de cancérogenèse

Plus en détail

Plasticité cellulaire. et progression tumorale

Plasticité cellulaire. et progression tumorale Plasticité cellulaire et progression tumorale TEM TME Académie Nationale de Médecine 2 Février 2011 A. Puisieux Centre de Recherche en Cancérologie de Lyon Cancérogenèse: un processus multi-étapes Epithélium

Plus en détail

ASCO-GU 2012. Le paysage thérapeutique dans le cancer de la prostate résistant à la castration (CPRC) en 2012 29/10/12 1

ASCO-GU 2012. Le paysage thérapeutique dans le cancer de la prostate résistant à la castration (CPRC) en 2012 29/10/12 1 ASCO-GU 2012 Le paysage thérapeutique dans le cancer de la prostate résistant à la castration (CPRC) en 2012 29/10/12 1 Nouveaux agents et nouvelles cibles Signalisation androgénique Cellule tumorale Autres

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Repenser le cancer de l ovaire après Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Objectifs Faire une recherche exhaustive des anomalies génétiques et épigénétiques des

Plus en détail

6.1.- LA CIRCULATION PULMONAIRE 6.2.- LA CIRCULATION GENERALE

6.1.- LA CIRCULATION PULMONAIRE 6.2.- LA CIRCULATION GENERALE Edwige TROHEL 1 SOMMAIRE 1.- DE QUOI EST COMPOSE LE SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE 2.- LE SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE EST SOLLICITE EN PLONGEE, POURQUOI? 3.-LE CŒUR 3.1.- DESCRIPTION et ROLE 3.2.- SON FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin ) pour le traitement du cancer colorectal métastatique

Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin ) pour le traitement du cancer colorectal métastatique Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin ) pour le traitement du cancer colorectal métastatique Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CÉPO) Janvier 2006 Ce guide constitue un outil d aide

Plus en détail

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux Neurones et cellules gliales 2) neurone Schéma d un motoneurone Les nombreux prolongements cytoplasmiques (dendrites

Plus en détail

Modèles animaux de cancérogenèse

Modèles animaux de cancérogenèse INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE isabelle.dhennin@u-picardie.fr Modèles animaux de cancérogenèse I- Généralités sur le cancer 1- Données épidémiologiques Hommes Femmes

Plus en détail

Processus de réparation des tendons, ligaments et muscles: conséquences sur les délais de mise en contrainte

Processus de réparation des tendons, ligaments et muscles: conséquences sur les délais de mise en contrainte Processus de réparation des tendons, ligaments et muscles: conséquences sur les délais de mise en contrainte Dr Marie-Eve Isner-Horobeti Praticien Hospitalier Service de Médecine Physique et de Réadaptation

Plus en détail

Immunité des tumeurs

Immunité des tumeurs Cours de Mme Wachsmann By Sovietik Immunité des tumeurs Cancers des cellules épithéliales (endoderme, ectoderme) : carcinome Cancers du tissus mésenchymateux (fibroblastes, cellules musculaires et adipeuses)

Plus en détail

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk actif Différentes Cdk peuvent s associer avec différentes Cyclines Cdk active: tyrosine et thréonine Kinase (phosphoryle

Plus en détail

Nom du laboratoire : Institut Biologie du développement et cancer. Descriptif de la thématique de recherche (sans aucun caractère confidentiel) :

Nom du laboratoire : Institut Biologie du développement et cancer. Descriptif de la thématique de recherche (sans aucun caractère confidentiel) : Nom du laboratoire : Institut Biologie du développement et cancer Ville et code postal : Nice 06189 Numéro de reconnaissance : UMR 6543 Etablissement d appartenance : CNRS. Candidat déjà sélectionné :

Plus en détail

Atelier Pansements. Hélène Bachelet Isabelle Maachi Bénedicte Schmit

Atelier Pansements. Hélène Bachelet Isabelle Maachi Bénedicte Schmit Atelier Pansements Hélène Bachelet Isabelle Maachi Bénedicte Schmit PROCESSUS DE CICATRISATION Etapes de la cicatrisation Le traitement d une plaie n est pas standardisé mais personnalisé Quelque soit

Plus en détail

Microparticules Définition et phénomène de vésiculation

Microparticules Définition et phénomène de vésiculation Microparticules Définition et phénomène de vésiculation Master 1 pathologie humaine international 2011 Romaric Lacroix UMR-S608 INSERM/Université de la Méditerranée «Physiopathologie de l endothélium»

Plus en détail

Plan du cours 29/03/2013. Schéma général transduction signal. Introduction Le cancer est une pathologie cellulaire

Plan du cours 29/03/2013. Schéma général transduction signal. Introduction Le cancer est une pathologie cellulaire UE09s Méthodes d étude et analyse du génome Applications des techniques du génie génétique à la thérapie des maladies acquises Exemples en cancérologie Thérapie ciblée Théranostique Plan du cours Introduction

Plus en détail

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr 1 Cellules Présentatrices d Antigène (CPA) Cellules dendritiques Monocytes / Macrophages Lymphocytes

Plus en détail

SOMMAIRE (ouvrage physiologie)

SOMMAIRE (ouvrage physiologie) SOMMAIRE (ouvrage physiologie) Partie 1 : Organisation cellulaire et tissulaire des êtres vivants Chapitre 1 : Ultrastructure des cellules humaines A définition et généralités sur la cellule B membrane

Plus en détail

Étude des mutations PIK3CA

Étude des mutations PIK3CA Étude des mutations PIK3CA Application dans les cancers du sein et les cancers colorectaux métastatiques Alexandre Harlé a.harle@nancy.unicancer.fr Centre Alexis Vautrin Unité de Biologie des tumeurs Département

Plus en détail

Roche présentera d importantes données oncologiques au European Cancer Congress (ECC)

Roche présentera d importantes données oncologiques au European Cancer Congress (ECC) Communiqué de presse Bâle, le 23 septembre 2013 Roche présentera d importantes données oncologiques au European Cancer Congress (ECC) Avastin, Herceptin, Kadcyla et Zelboraf, traitements établis, figureront

Plus en détail

ANATOMIE DU COEUR ET DES VAISSEAUX Dr DASSIER HEGP Paris 75015

ANATOMIE DU COEUR ET DES VAISSEAUX Dr DASSIER HEGP Paris 75015 ANATOMIE DU COEUR ET DES VAISSEAUX Dr DASSIER HEGP Paris 75015 1.1) Généralités I) LE COEUR Le cœur est un muscle creux (poids 270 g chez l'adulte), à contraction rythmique dont la fonction est d'assurer

Plus en détail

Durée de l'épreuve: 3 heures. (Pas de documents autorisés) Sujet 1 (8 points). Pathologies des cils et des flagelles, et kinésines.

Durée de l'épreuve: 3 heures. (Pas de documents autorisés) Sujet 1 (8 points). Pathologies des cils et des flagelles, et kinésines. Université de la Méditerranée Année universitaire 2002-2003 Faculté des Sciences de Luminy Département de Biologie Maîtrise de Biologie Cellulaire Module optionnel "Dynamique Cellulaire" Première session

Plus en détail

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T M. Butte et al Immunity 2007 DOI 10.1016 PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T 1 Généralités L'activation du lymphocyte est due à

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS XI PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 1.1 STRUCTURE DE LA CHAINE POLYNUCLEOTIDIQUE 4 Les bases 4 Les pentoses 5 Nucléosides et nucléotides 5 La chaîne

Plus en détail

Paris, le 22 septembre 2010 19h15

Paris, le 22 septembre 2010 19h15 Paris, le 22 septembre 2010 19h15 AB Science annonce avoir obtenu les autorisations réglementaires d initier quatre phases 3 annoncées lors de son introduction en bourse, dans le myélome multiple, la polyarthrite

Plus en détail

Contrôle extracellulaire du cycle cellulaire : les facteurs de croissance

Contrôle extracellulaire du cycle cellulaire : les facteurs de croissance 11/02/2014 LETOUCHE Marie-Lou L2 BMCP Pr. A. AUTILLO TOUATI 12 pages Relecteur n 3 BMCP Contrôle extracellulaire du cycle cellulaire : les facteurs de croissance Contrôle extracellulaire du cycle cellulaire

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

Éviter une réponse inappropriée

Éviter une réponse inappropriée Une réponse immunitaire "efficace" Quelques rappels : Mécanismes de protection Implication du système immunitaire dans l homéostasie de l organisme Élimination de cellules en apoptose Relations potentielles

Plus en détail

Glioblastome et Invasion : Mécanismes, modèles expérimentaux et implications cliniques

Glioblastome et Invasion : Mécanismes, modèles expérimentaux et implications cliniques Glioblastome et Invasion : Mécanismes, modèles expérimentaux et implications cliniques DIU Neuro-oncologie par Guénaëlle Levallet, MCU-PH, CHU de Caen Angers, le 07 février 2013 Les GB : des tumeurs à

Plus en détail

Cancer du rein à un stade avancé options thérapeutiques actuelles

Cancer du rein à un stade avancé options thérapeutiques actuelles Cancer du rein à un stade avancé options thérapeutiques actuelles Sacha I. Rothschild, Frank Stenner Universitätsspital Basel, Medizinische Onkologie, Basel Quintessence P Le cancer du rein est la tumeur

Plus en détail

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé M. Berlière Clinique du Sein Centre du Cancer Cliniques Universitaires St Luc Quand la cible n est pas seulement la tumeur mais

Plus en détail

PROGRAMME DE L ANNEE PREPARATOIRE AUX ETUDES DE MASSO KINESITHERAPIE (APEMK) 2011-2012

PROGRAMME DE L ANNEE PREPARATOIRE AUX ETUDES DE MASSO KINESITHERAPIE (APEMK) 2011-2012 PROGRAMME DE L ANNEE PREPARATOIRE AUX ETUDES DE MASSO KINESITHERAPIE (APEMK) 2011-2012 U.E. 1 : Atomes - Biomolécules - Génome - Bioénergétique - Métabolisme 10 ECTS BIOCHIMIE Acides aminés/peptides/protéines

Plus en détail

Aigu : Qui désigne un symptôme ou un signe qui apparaît et s aggrave rapidement.

Aigu : Qui désigne un symptôme ou un signe qui apparaît et s aggrave rapidement. Glossaire de termes relatifs au cancer du rein Abdomen : Partie du corps qui renferme le pancréas, l estomac, les intestins, le foie, la vésicule biliaire et d autres organes. Les reins se trouvent derrière

Plus en détail

La cancérologie, de la biologie à l'officine

La cancérologie, de la biologie à l'officine Académie nationale de Pharmacie (2 février 2011) La cancérologie, de la biologie à l'officine Pr. Alain GOUYETTE alain.gouyette@u-psud.fr Voies de signalisation Invasion Récepteur couplé à l adénylate

Plus en détail

Les Tumeurs Stromales Gastro-Intestinales du chien

Les Tumeurs Stromales Gastro-Intestinales du chien Les Tumeurs Stromales Gastro-Intestinales du chien ANNE GIRARD-LUC (1), EDOUARD REYES-GOMES (1), JEAN-JACQUES FONTAINE (1), MARIE LAGADIC (2) ET FLORENCE BERNEX (1,3) (1) SERVICE D EMBRYOLOGIE D HISTOLOGIE

Plus en détail

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COL L ÈGE N ATIONAL DES GYNÉ COLOGUES E T OBS TÉ TRICIENS FR A NÇ A IS Président : Professeur F. P u e ch EXTRAIT d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Publié le 10 décembre 2010 N o t a. Le

Plus en détail

Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque

Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque Différentes activités enzymatiques intrinsèques ont été mise en évidence : Activité tyrosine kinase (TK) Ex : le récepteur au DGF, à l EGF ou les récepteurs

Plus en détail