Bases Fondamentales de l Angiogenèse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bases Fondamentales de l Angiogenèse"

Transcription

1 Bases Fondamentales de l Angiogenèse Fabrice SONCIN Directeur de Recherche INSERM Institut de Biologie de Lille

2 Angiogenèse: la mise en place de nouveaux vaisseaux sanguins à partir de vaisseaux préexistants. Phénomène normal, mise en place précoce, perfusion Quasiment tout tissu/organe a besoin d être perfusé pour survivre et se développer

3 Généralités: Finalité de l angiogenèse: la perfusion des tissus La diffusion de l oxygène est limitée au sein des tissus 100 à 200 µm

4 Généralités: exemples des conséquences d une mauvaise oxygénation des tissus Ischémie cardiaque Ischémie des membres inférieurs

5 Généralités: L arbre vasculaire Quasiment tout tissu/organe a besoin d être perfusé pour survivre et se développer Au niveau des organes

6 Généralités: Formation du réseau vasculaire chez l embryon Émergence des angioblastes dans le mésoderme. A. Territoires présomptifs du mésoderme au cours de la gastrulation chez le poulet. B. Expression de l ARN messager du VEGFR-2 (flèche) au sein du mésoderme extra-embryonnaire dans la gastrula aviaire : l apparition des messagers du récepteur du VEGF précède de quelques heures l émergence des angioblastes dans le mésoderme extra-embryonnaire

7 Formation du réseau vasculaire chez l embryon cellules endothéliales cellules hématopoïétiques Circulation effective

8 Formation du réseau vasculaire chez l embryon Remodelage du plexus vasculaire au cours du développement aviaire. A- Chez un embryon de caille de 7 somites, les ébauches des aortes sont repérables (flèches) parmi le réseau vasculaire primitif mis en évidence avec l anticorps monoclonal QH1. B- Un jour et demi plus tard, une circulation fonctionnelle est présente, avec l aorte bien visible (flèche). A: artères; C: cœur; R: réseau vasculaire primitif; TN: tube nerveux; SR: sinus rhomboïdal; V : veines.

9 Adams et al. Nat Rev Mol Cell Biol 2007

10 Structure d un gros vaisseau Endothéliales Structure d un vaisseau sanguin. L endothélium ou intima est une monocouche de cellules endothéliales directement en contact avec le sang, cernée par une lame basale (en noir). En périphérie, la paroi du vaisseau ne se compose que de péricytes lorsque son diamètre est petit (A) tandis que, lorsque le diamètre est important (B), elle comprend un anneau de cellules musculaires lisses, la média, et une adventice formée de tissu conjonctif, de fibres de collagène et de fibres élastiques. L adventice abrite le vasa vasorum (en rouge) et les nerfs (en bleu).

11 Les cellules impliquées: les cellules endothéliales Forme une monocouche à la face luminale des vaisseaux sanguins, des cavités cardiaques et des vaisseaux lymphatiques Au contact de la circulation sanguine Rôle dans la prévention de la thrombose Rôle dans l immunité Rôle dans la tonicité vasculaire Rôle dans l angiogenèse

12 Rôle dans la prévention de la thrombose Role des endothéliales dans le maintien de la balance thrombose/fibrinolyse. a) Des niveaux faibles de thrombine sont maintenus par l état anti-thrombotique de l endothélium, grâce à la production et la sécrétion de l activateur tissulaire du plasminogène (t-pa), la production de NO, le relarguage de cytokines anti-inflammatoires et la répression de molécules impliquées dans l adhérence des lymphocytes. b) une blessure de l endothélium et son activation entraînent une augmentation des niveaux de facteur tissulaire entraînant la formation de thrombine qui promeut la fibrinogenèse; L endothélium abimé secrète des cytokines et exprime des sélectines qui favorisent la thrombose, l infiltration leucocytaire, l inflammation et la fibrose vasculaire.

13 Rôle dans l immunité Séquence d événements permettant le recrutement des leukocytes au cours de l inflammation. Les leucocytes sont capturés par roulement (rolling) grâce à leurs récepteurs P-selectin glycoprotein ligand-1 (PSGL-1) and E-selectin ligand-1 (ESL-1) reconnus respectivement par les P- et E-sélectines exprimées par les cellules endothéliales. Certains leucocytes tels les lymphocytes ou les cellules souches hématopoïétiques reconnaissent la vascular cell adhesion molecule-1 (VCAM-1) sur les endothéliales via les intégrines α4. La L-selectine est essentielle pour le rolling des lymphocytes sur les endothéliales des tissus lymphoïdes. Au cours de la progression de l'inflammation, le rolling des leucocytes ralentit, ce qui permet l'intégration des signaux médiés par les ligands des selectines aux G- protein coupled receptors (GPCRs). Ces signaux d'activation entraînent la polarisation des leucocytes et le clustering de L-selectin et PSGL-1 qui vont former des pôles d adhérence favorisant le recrutement d'autres leucocytes par interaction directes leucocytes-leucocytes. L'activation des leucocytes augmente l'affinité des intégrines entrainant une adhérence plus ferme sur intercellular adhesion molecule-1 (ICAM-1) exprimée par les endothéliales. Les leucocytes adhérents migrent latéralement sur l'endothélium à la recherche de sites de transmigration. Les leucocytes peuvent migrer classiquement entre les jonctions intercellulaires (paracellulaire) en interagissant aves les protéines de jonction junctional adhesion molecules (JAMs), CD99, platelet/endothelial-cell adhesion molecule-1 (PECAM- 1), endothelial cell selective adhesion molecule (ESAM), ou à travers les cellules endothéliales (transcellulaire). Wagner DD., Frenette PS Blood (2008) 111:

14 Rôle dans la tonicité vasculaire La L-arginine est convertie par la NO-synthase spécifique de l endothélium (enos) en NO, qui diffuse dans les vaisseaux et leur paroi et active la guanylate cyclase soluble (sgc) qui va augmenter la concentration de cgmp et induire la vasodilatation et l inhibition de l agrégation plaquettaire. NO participe aussi à maintenir l endothélium et les plaquettes dans un état non-thrombotique Les souris déficientes en enos ne montrent plus aucune vasodilatation et ont un temps de coagulation réduit NO induit la production de VEGF -> effet proangiogénique dans l ischémie du membre inférieur Evgenov et al. Nature Reviews Drug Discovery (2006) 5,

15 Rôle dans l athérosclérose

16 L identité endothéliale Les cellules endothéliales se distinguent par l expression de plusieurs molécules spécifiquement ou quasispécifiquement exprimées à leur surface: VE-cadhérine, VEGFR-2, CD31/PECAM, enos, ROBO-4, Notch-4, Tie-2, VEGF-R1 (+ macrophages, trophoblaste) Récepteur Protéine C (+ cellules hématopoïétiques) vwf (+ plaquettes et mégacaryocytes) EphrinB2, Nrp-1 : EphB4, Nrp-2 : artères veines CD31/PECAM VE-cadhérine

17 ECM EC SMC Digestion ECM Prolifération Migration Stimulus angiogénique Hypoxie Recrutement SMC

18 Occurrences de l angiogenèse Pendant le développement embryonnaire: Mise en place du système cardio-vasculaire Vascularisation des organes Chez l adulte: Physiologique Cycle menstruel (ovaire, utérus) Grossesse: placenta et glande mammaire Réparation tissulaire (cicatrisation) Pathologique Inflammation Formation de vaisseaux collatéraux (cœur, extrémités ) Néo-vascularisation oculaire (rétinopathies, DMLA) Hémangiome Polyarthrite rhumatoïde Croissance tumorale et métastases

19 Le stimulus angiogénique: l hypoxie Structure des sous-unités HIF. Toutes les sous-unités HIFα et HIFβ présentent une structure semblable organisée en domaines protéiques répertoriés. Elles possèdent un domaine bhlh (basic Helix Loop Helix) et un domaine PAS (Per-Arnt-Sim) situé dans la partie N-terminale. La partie C-terminale contient un ou deux domaines fonctionnels d activation de la transcription, le C-TAD à l extrémité C-terminale et le N-TAD situé en amont du C-TAD. Une séquence de localisation nucléaire (NLS) a été identifiée à l extrémité N- terminale de certaines sous-unités.

20 Le stimulus angiogénique: l hypoxie L hydroxylation est la clé de la régulation de HIF. Dans des conditions normoxiques (po 2 haute), les prolyl hydroxylases (PHD) et le facteur FIH sont actifs. Ces deux types d enzymes hydroxylent respectivement deux résidus prolines dans le domaine ODDD (oxygen dependent degradation domain) et un résidu asparagine dans le domaine d activation C-TAD de HIFα. L hydroxylation des prolines P 402 et P 564 entraîne la reconnaissance de HIFα par un complexe formé par la protéine VHL (Von Hippel-Lindau) et une E3 ubiquitine ligase. L ubiquitination de HIFa déclenche sa dégradation par le système du protéasome. L hydroxylation de l asparagine N 803 inactive la fonction activatrice de HIFα en empêchant son interaction avec le complexe coactivateur CBP/P300

21 Le stimulus angiogénique: l hypoxie Hypoxie Induction des gènes cibles de HIFα. Dans des conditions d hypoxie (po 2 basse), les prolyl hydroxylases (PHD) et le facteur inhibiteur (FIH) sont inactifs. La sousunité HIFα stabilisée forme un dimère avec la sous-unité HIFβ et se fixe sur l ADN au niveau d un site HRE (hypoxia responsive element). Le complexe coactivateur (Co-A) CBP/P300 se fixe au niveau du domaine d activation C-terminal de HIFα et active l expression d un grand nombre de gènes cibles impliqués dans de nombreuses fonctions cellulaires

22 Facteurs impliqués dans l angiogenèse Pro-angiogéniques VEGF afgf bfgf TGF-α, β EGF TNF-α Angiogénine IL-8 Ang-1, 2 PDGF NO PIGF MMPs etc Anti-angiogéniques Thrombospondine Angiostatine Endostatine Vasostatine Prolactine Hormone de croissance Canstatine Tumstatine Interferon-a, β et γ Inhibiteurs de MMPs IL-4, 8, 12 PAI Rétinoides Héparinases etc VEGF; vascular endothelial growth factor, afgf; acidic fibroblast growth factor, bfgf; basic fibroblast growth factor, TGF; transforming growth factor, EGF; epidermal growth factor, TNF; tumour necrosis factor, IL; interleukin, Ang; angiopoietin

23 Le VEGF VEGF = Vascular Endothelial Growth Factor Médiateur clé de l angiogenèse Secreté par les cellules en hypoxie Stimule la croissance et migration des cellules endothéliales Les souris déficientes pour un seul allèle du VEGF-A meurent à E11-12 par défaut de vasculogenèse et de mise en place des vaisseaux principaux Le VEGF induit une angiogenèse marquée dans toutes les situations où il est surexprimé Son expression est augmentée dans les tumeurs solides et les tissus en angiogenèse Glycoprotéine homodimérique 45 kda Se lie aux VEGF-Rs et à l héparine Existe sous plusieurs isoformes, par épissage VEGF 121 VEGF 145 VEGF 165 (isoforme prédominante) VEGF 183 VEGF 189 VEGF 206

24 Le stimulus angiogénique: l hypoxie Surexpression du transcrit (b) dans les zones de nécrose (N) Shweiki D. et al Nature (1992) 359: Présence des cellules endothéliales (vwf) autour des zones de nécrose (N)

25 Le stimulus angiogénique: l hypoxie Contrôle de l expression du VEGF-A. L expression du VEGF-A est contrôlée à trois niveaux : transcription, stabilité de l ARN messager et traduction : A- La voie de signalisation RAS-MEK-ERK-1/ERK-2 stimule la transcription via la phosphorylation du facteur de transcription SP-1 et de la sous-unité HIF-1α et leur recrutement au niveau du promoteur du gène du VEGF-A où ils s associent avec le facteur AP-1. B - Les ARN messagers (ARNm) du VEGF-A sont stabilisés à la fois par la p38 MAP kinase activée par le stress et par la voie hypoxique. C - La traduction du VEGF-A est contrôlée dans les conditions d hypoxie et d appauvrissement nutritionnel par le biais de séquences IRES (internal ribosome entry site). Dans ces conditions de stress énergétique, la traduction «Capdépendante» est inhibée.

26 Harper SJ & Bates DO, Nat Rev Canc 2008

27 Lohela M. et al. Curr Opin Cell Biol 2009

28 VEGFR-1 (Flt-1, fms-like tyrosine kinase-1) VEGFR-1 a une plus forte affinité pour le VEGF que VEGFR-2 (15 pm vs. 750 pm) Cependant, son activité Tyr-kinase en réponse au VEGF est très faible: pas (peu) d activité mitogène Les souris déficientes en VEGFR-1 meurent à E , les cellules endothéliales sont présentes en excès et ne s organisent pas en vaisseaux fonctionnels. Les souris déficientes pour la partie intracellulaire du récepteur sont viables et fertiles pour moitié -> rôle dans la séquestration extracellulaire du VEGF? Une forme soluble existe, fortement exprimé par les trophoblastes et endothéliales du placenta, qui joue un rôle dans l établissement de la barrière materno/fœtale Shibuya M. Angiogenesis. (2006) 9:

29 VEGFR-2 et signalisation Holmes K. et al Cell Signal 2007

30 Adams et al. Nat Rev Mol Cell Biol 2007

31 Adams et al. Nat Rev Mol Cell Biol 2007

32 Mise en évidence des tip cells. A- Plexus vasculaire d une rétine de souriceau de 5 jours révélé avec un marquage isolectine B4 : les tip cells sont présentes au niveau du front de migration du réseau vasculaire (flèches). B- Détail de tip cells (flèches) montrant les filopodes (têtes de flèche) qui s étendent vers les territoires à vasculariser. C- Chez un embryon de caille dont le réseau endothélial est marqué par QH1, de nombreuses tip cells sont visibles dans le plexus vasculaire primitif avant l apparition du flux (têtes de flèche). D- Les tip cells sont alors beaucoup moins nombreuses (tête de flèche) lorsque le flux est établi.

33 Phng et al. Dev Cell

34 Phng et al. Dev Cell Tip Stalk

35 Phng et al. Dev Cell Tip Tip

36 Rôle de dll4 dans l angiogenèse. A- Détail du réseau vasculaire d une rétine de souriceau de 5 jours montrant l alternance artères (a), veines (v) et la présence de nombreuses tip cells au front de migration du réseau (têtes de flèche). B- Sur cette même région, dll4 (coloration noire) est exprimé spécifiquement au niveau des artères (a) et des tip cells (têtes de flèche) mais est absent des veines (v). C- L invalidation de dll4, chez la souris, induit la fusion démesurée des capillaires et un nombre accru des branchements endothéliaux.

37 autres acteurs moléculaires Adams et al. Nat Rev Mol Cell Biol 2007

38 Adams et al. Nat Rev Mol Cell Biol 2007 Parker et al. Nature 2004

39 Adams et al. Nat Rev Mol Cell Biol 2007

40 Formation de vaisseaux «non-angiogénique»: l intussusception Adams et al. Nat Rev Mol Cell Biol 2007

41 Adams et al. Nat Rev Mol Cell Biol 2007

42 ECM EC SMC Digestion ECM Prolifération Migration Stimulus angiogénique Recrutement SMC Maturation vasculaire PDGF-BB FGF Ang-1 TGFβ Ang-2 VEGF

43 day 2 day 4 day 6 day 8 day 10 day 12

44

45 Mimétisme vasculaire (vascular mimicry), vaisseaux mosaïques Marquages: CD31/PECAM CD105/Endoglin Chang et al. PNAS 2000

46 Co-option vasculaire

47

48 Participation de l endothélium à l immunité anti-tumorale Séquence d événements permettant le recrutement des leukocytes au cours de l inflammation. Les leucocytes sont capturés par roulement (rolling) grâce à leurs récepteurs P-selectin glycoprotein ligand-1 (PSGL-1) and E-selectin ligand-1 (ESL-1) reconnus respectivement par les P- et E-sélectines exprimées par les cellules endothéliales. Certains leucocytes tels les lymphocytes ou les cellules souches hématopoïétiques reconnaissent la vascular cell adhesion molecule-1 (VCAM-1) sur les endothéliales via les intégrines α4. La L-selectine est essentielle pour le rolling des lymphocytes sur les endothéliales des tissus lymphoïdes. Au cours de la progression de l'inflammation, le rolling des leucocytes ralentit, ce qui permet l'intégration des signaux médiés par les ligands des selectines aux G- protein coupled receptors (GPCRs). Ces signaux d'activation entraînent la polarisation des leucocytes et le clustering de L-selectin et PSGL-1 qui vont former des pôles d adhérence favorisant le recrutement d'autres leucocytes par interaction directes leucocytes-leucocytes. L'activation des leucocytes augmente l'affinité des intégrines entrainant une adhérence plus ferme sur intercellular adhesion molecule-1 (ICAM-1) exprimée par les endothéliales. Les leucocytes adhérents migrent latéralement sur l'endothélium à la recherche de sites de transmigration. Les leucocytes peuvent migrer classiquement entre les jonctions intercellulaires (paracellulaire) en interagissant aves les protéines de jonction junctional adhesion molecules (JAMs), CD99, platelet/endothelial-cell adhesion molecule-1 (PECAM- 1), endothelial cell selective adhesion molecule (ESAM), ou à travers les cellules endothéliales (transcellulaire). Wagner DD., Frenette PS Blood (2008) 111:

49 Echappement à l immunité anti-tumorale Endothélium normal, flux laminaire Endothélium tumoral, flux perturbé Castermans K., Griffioen AW BBA (2007) 1776:

50 800 2 * * Tumor volume, mm Tumor weight, g 1 4T1 Ctrl 4T1 Egfl7 * * * Days post-injection Tumor volume, mm Tumor weight, g T1 Ctrl 4T1 Egfl7 4T1-Egfl7, SCID-Bg 4T1-Ctrl, SCID-Bg 4T1-Egfl7, Balb/c 4T1-Ctrl, Balb/c Days post-injection

51 4T1-Ctrl 4T1-Ctrl ICAM-1/DAPI 4T1-Egfl7 CD3ε 4T1-Egfl7 ICAM-1/DAPI CD3ε

52 Cible thérapeutique dans la lutte contre le cancer ECM EC SMC Digestion ECM Prolifération Migration Intérêt de cibler l endothélium tumoral: - tissu génétiquement stable (issu de l hôte) - facilement accessible - offrant peu de résistance aux drogues Stimulus angiogénique Recrutement SMC Maturation vasculaire PDGF-BB FGF Ang-1 TGFβ Ang-2 VEGF

53 Bevacizumab (Avastin Roche) Maturation vasculaire PDGF-BB FGF Ang-1 Cible spécifiquement le VEGF Action anti-angiogénique TGFβ Ang-2 VEGF VEGF 165b AMM pour K colorectal métastatique, (sein métastatique), poumon métastatique, rein métastatique ou non, en combinaison à une chimiothérapie, en monothérapie pour les glioblastomes

54 Bevacizumab (Avastin Roche) Cancer colorectal métastatique première ligne : impact d un traitement par chimiothérapie associé ou non au bevacizumab (AVF2107). La médiane de survie est de 15,6 mois sous chimiothérapie IFL + placebo et de 20,3 mois sous chimiothérapie IFL associée au bevacizumab. IFL : irinotecan + 5FU + leucovorine.

55 VEGF-Trap (Aflibercept Regeneron/Sanofi) PDGF-BB FGF Ang-1 Protéine de fusion entre les domaines extracellulaires des VEGFR-1 et VEGFR2 avec la partie Fc d IgG1 Cible le VEGF et le PlGF Action anti-angiogénique TGFβ Ang-2 VEGF? VEGF 165b Approuvé aux USA pour la DMLA

56 Sorafenib (Nexavar - Bayer Pharma) PDGF-BB FGF Ang-1 TGFβ Ang-2 VEGF Cible VEGF-Rs, PDGF-Rs, raf-kinase, KIT, FLT-3, RET et RAF/MEK/ERK Action anti-angiogénique et anti-maturation vasculaire + anti-tumorale directe AMM pour K rein avancé et hépatocarcinome en monothérapie

57 Sorafenib (Nexavar - Bayer Pharma) Etude de phase III dans le cancer du rein métastatique comparant le sorafenib à un placebo

58 Sunitinib (Sutent Pfizer) PDGF-BB FGF Ang-1 Cible PDGFRs, VEGFRs, KIT, FLT3, CSF-1R, RET TGFβ Ang-2 VEGF Action anti-tumorale directe + anti-angiogénique et anti-maturation vasculaire AMM pour le cancer du rein avancé ou métastatique, GIST en monothérapie, tumeur neuroendocrine du pancréas

59 Sunitinib (Sutent Pfizer) Etude de phase III dans le cancer du rein métastatique comparant le sunitinib à l interféron

60 Pazopanib (Votrient Glaxo) PDGF-BB FGF Ang-1 Cible PDGFRs, VEGFRs, KIT TGFβ Ang-2 VEGF Action anti-tumorale directe + anti-angiogénique et anti-maturation vasculaire Cancer du rein avancé

61 VEGFR-targeted antiangiogenic agents currently approved or in phase III trials for the treatment of cancer. Drug name Mechanism of action Indications US FDA-approved for the treatment of cancer Bevacizumab Anti-VEGF-A mab Metastatic CRC, Non-squamous NSCLC, Metastatic BC, Glioblastoma, Metastatic RCC Pazopanib Small molecule multi-tki Advanced RCC Sorafenib Small molecule multi-tki Unresectable HCC, Advanced RCC Sunitinib Small molecule multi-tki Gastrointestinal, stromal tumor after disease progression/intolerance with imatinib, Advanced RCC, Pancreatic neuroendocrine tumor Investigational (Phase III) a AMG 386 Angiopoietin 1/2-neutralizing peptibody Recurrent partially platinum sensitive or resistant, epithelial ovarian, primary peritoneal or fallopian tube cancers Apatinib (AG ) Small molecule multi-tki Advanced or metastatic gastric cancer, Metastatic RCC, Advanced pancreatic cancer Axitinib (AG ) Small molecule multi-tki Metastatic RCC, Advanced pancreatic cancer BIBF 1120 Small molecule TKI NSCLC, Ovarian cancer Brivanib alaninate (BMS ) Small molecule multi-tki Metastatic CRC, HCC Cediranib (AZD2171) Small molecule multi-tki Metastatic CRC, Recurrent glioblastoma, Ovarian cancer, Advanced biliary tract cancers NSCLC, Fallopian tube cancer, Primary peritoneal cavity cancer E7080 Small molecule multi-tki Thyroid cancer Linifanib (ABT-869) Small molecule multi-tki Advanced HCC Motesanib (AMG 706) Small molecule multi-tki NSCLC PI-88 Heparanase inhibitor; may also bind to VEGF HCC Ramucirumab (IMC-1121B) Anti-VEGFR2 mab Gastric cancer and adenocarcinoma, HCC, BC, NSCLC, Metastatic CRC Ranibizumab b Anti-VEGF-A mab Choroidal melanoma Tivozanib (AV-951) Small molecule multi-tki Advanced RCC Vandetanib (AZD6474) Small molecule multi-tki NSCLC, Thyroid cancer Vatalinib (PTK787/ZK222584) Small molecule multi-tki Metastatic CRC BC = breast cancer; CRC = colorectal cancer; HCC = hepatocellular carcinoma; mab = monoclonal antibody; NSCLC = non-small cell lung cancer; RCC = renal cell carcinoma; TKI = tyrosine kinase inhibitor. a All phase III studies are from Clinicaltrials.gov. b Approved by the FDA for the treatment of neovascular (wet), age-related macular degeneration and macular edema follow ing retinal vein occlusion. Canc Treat Rev (5):484-93

62 Wen et al CA Cancer J Clin 2009

63

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

L adhérence cellulaire

L adhérence cellulaire UE2 : Biologie cellulaire Migration cellulaire, domiciliation et cancer Chapitre 2 : L adhérence cellulaire Pierre CAVAILLES Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Nouveaux antiangiogéniques : état de la recherche

Nouveaux antiangiogéniques : état de la recherche Cancéro dig. Vol. 2 N 3-2010 - 199-204 199 10.4267/2042/34592 DOSSIER THÉMATIQUE : ANTIANGIOGÉNIQUES ET CANCER COLORECTAL MÉTASTATIQUE Nouveaux antiangiogéniques : état de la recherche Update on novel

Plus en détail

UNIVERSITÉ D ORLÉANS

UNIVERSITÉ D ORLÉANS UNIVERSITÉ D ORLÉANS ÉCOLE DOCTORALE SCIENCES ET TECHNOLOGIES CENTRE DE BIOPHYSIQUE MOLECULAIRE THÈSE présentée par Aude SÉLO-CARREAU soutenue le 12 octobre 2010 pour obtenir le grade de Docteur de l université

Plus en détail

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein à cellules claires métastatique (CRM) Plus de 30 % des CR deviendront métastatiques

Plus en détail

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

Rhumato.net - Médiathèque - Mise au point

Rhumato.net - Médiathèque - Mise au point Rhumato.net - Médiathèque - Mise au point ANGIOGENESE: MECANISMES GENERAUX ET IMPLICATIONS AU COURS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDE Anne-Joëlle Weber, Michel De Bandt RESUME Dans la polyarthrite rhumatoïde,

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

THERANOSTIC. Pr. C. BOHUON Conférence CORATA Namur 08 juin 2011

THERANOSTIC. Pr. C. BOHUON Conférence CORATA Namur 08 juin 2011 THERANOSTIC Pr. C. BOHUON Conférence CORATA Namur 08 juin 2011 THERANOSTIC Therapy + Diagnostic Nouveau mot reliant le choix d un médicament à la détection d une anomalie génétique (mutation ). Ex.: Cancers

Plus en détail

THÈSE. présentée à L'UNIVERSITÉ BORDEAUX I ÉCOLE DOCTORALE DES SCIENCES DU VIVANT, GEOSCIENCES, SCIENCES DE L ENVIRONNEMENT. par Benjamin DROGAT

THÈSE. présentée à L'UNIVERSITÉ BORDEAUX I ÉCOLE DOCTORALE DES SCIENCES DU VIVANT, GEOSCIENCES, SCIENCES DE L ENVIRONNEMENT. par Benjamin DROGAT N d'ordre : 3085 THÈSE présentée à L'UNIVERSITÉ BORDEAUX I ÉCOLE DOCTORALE DES SCIENCES DU VIVANT, GEOSCIENCES, SCIENCES DE L ENVIRONNEMENT. par Benjamin DROGAT POUR OBTENIR LE GRADE DE DOCTEUR SPÉCIALITÉ

Plus en détail

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante.

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. 4.9 Surdosage Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. Il n existe pas d antidote spécifique à un surdosage par pazopanib,

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

Aigu : Qui désigne un symptôme ou un signe qui apparaît et s aggrave rapidement.

Aigu : Qui désigne un symptôme ou un signe qui apparaît et s aggrave rapidement. Glossaire de termes relatifs au cancer du rein Abdomen : Partie du corps qui renferme le pancréas, l estomac, les intestins, le foie, la vésicule biliaire et d autres organes. Les reins se trouvent derrière

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales

Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales Isabelle Dublineau Pôle RadioProtection de l Homme Présentation CLI Cadarache Commission Environnement St Paul-Lez-Durance 23 Octobre 2013 Effets

Plus en détail

Cytokines & Chimiokines

Cytokines & Chimiokines Cytokines & Chimiokines I. (D après Förster, R. et al. (1999) Cell 99:23) Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l organisme, des souris déficientes pour le récepteur

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Programme AcSé. Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib

Programme AcSé. Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib Programme AcSé Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib G. Vassal, J.Y. Blay, C. Cailliot, N. Hoog-Labouret, F. Denjean, M. Jimenez, A.L.

Plus en détail

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Parc d Innovation d Illkirch, France, le 10 mars 2010 Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Transgene (Euronext

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Jean Daniel Lelièvre, Yves Lévy, Pierre Miossec I-Introduction... 2 II-Les interférons... 2 II-1.L interféron... 3 II-1-a.

Plus en détail

THÈSE PRÉSENTÉE A L UNIVERSITÉ BORDEAUX 1 ÉCOLE DOCTORALE DES SCIENCES CHIMIQUES POUR OBTENIR LE GRADE DE DOCTEUR SPÉCIALITÉ : CHIMIE ORGANIQUE

THÈSE PRÉSENTÉE A L UNIVERSITÉ BORDEAUX 1 ÉCOLE DOCTORALE DES SCIENCES CHIMIQUES POUR OBTENIR LE GRADE DE DOCTEUR SPÉCIALITÉ : CHIMIE ORGANIQUE N d ordre : 3934 THÈSE PRÉSENTÉE A L UNIVERSITÉ BRDEAUX 1 ÉCLE DCTRALE DES SCIENCES CHIMIQUES par SEBASTIEN LAVIELLE PUR BTENIR LE GRADE DE DCTEUR SPÉCIALITÉ : CHIMIE RGANIQUE SYNTHESE DE MLECULES FLUREES

Plus en détail

Etude des interactions du VEGF (Vascular Endothelial Growth Factor) et de biomimétiques des héparanes sulfates, les RGTA (ReGeneraTing Agents).

Etude des interactions du VEGF (Vascular Endothelial Growth Factor) et de biomimétiques des héparanes sulfates, les RGTA (ReGeneraTing Agents). UNIVERSITE PARIS XII-VAL DE MARNE U.F.R. DE SCIENCES THESE Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITE PARIS XII-VAL DE MARNE Discipline : Biochimie, Biologie cellulaire et moléculaire Présentée et

Plus en détail

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines?

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? Avant la publication de la séquence complète de l ADN du génome humain, au début des années 2000, on estimait le nombre de gènes à environ 300.000.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011 Mesure 21 SOINS ET VIE DES MALADES Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011 COLLECTION Rapports & synthèses POUR UN ACCÈS AUX THÉRAPIES CIBLÉES : - LES PLATEFORMES

Plus en détail

thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010

thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010 thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010 Qu est-ce qu une cellule souche? Une cellule souche a la capacité unique de: s auto-renouveler

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604 Vaisseaux méningés Sinus veineux Os crânien Dure-mère Espace Périvasculaire Cortex cérébral ventricules Substance blanche Flux de LCR Villosités arachnoïdes Sinus veineux Plexus choroïdes Substance grise

Plus en détail

Anesthésie et cancer: qu en est-il?

Anesthésie et cancer: qu en est-il? Hôpital René Huguenin Saint-Cloud Anesthésie et cancer: qu en est-il? Christian Jayr Chef du département d Anesthésie-Réanimation christian.jayr@curie.net Objectifs spécifiques 1.Comprendre la littérature

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Cytokines ; Chimiokines

Cytokines ; Chimiokines Cytokines ; Chimiokines I. Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l'organisme, des souris déficientes pour le récepteur CCR7 de chimiokine ont été générées par recombinaison

Plus en détail

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T.

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Marcelo de Carvalho, Olivier Adotévi, Valérie Frenkel, Gilles Thibault, Richard Le Naour I-Introduction... 2 II-Activation des lymphocytes

Plus en détail

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 :

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 : UE2 : Cancérologie Pr Lehmann-Che et Pouessel Mercredi 26 septembre 10h30-12h30 Ronéotypeuse : Aurore Valentin Ronéolectrice : Marion Whiston CANCÉROLOGIE Cours n 3 : De la biologie moléculaire des cancers

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée.

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Les thérapies ciblées du cancer Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Une thérapie ciblée est un traitement qui agit par un mécanisme spécifique sur des altérations biologiques

Plus en détail

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1)

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) Apport de la Biologie Cellulaire et Moléculaire aux innovations médicales (bases et prérequis de biologie cellulaire

Plus en détail

Cancer colo-rectal : situation belge

Cancer colo-rectal : situation belge Cancer colo-rectal : situation belge J.-L. Van Laethem, MD, PhD Unité d'oncologie digestive Département médico-chirurgical de Gastro-entérologie Pas de conflit d intérêt déclaré Cancer du colon 7000 nouveaux

Plus en détail

Quels sont les facteurs qui font augmenter les risques de cancer du rein?

Quels sont les facteurs qui font augmenter les risques de cancer du rein? Qu est-ce que le cancer du rein? L adénocarcinome rénal est le type le plus fréquent de cancer du rein 1. Le rôle des reins consiste à filtrer le sang et à évacuer les déchets de l organisme dans l urine.

Plus en détail

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Médicaments du futur : Tendances et enjeux Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Quelques mots sur Debiopharm Groupe fondé en 1979 Siège à Lausanne 350 collaborateurs Financièrement

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

Angiogenèse et remodelage tissulaire en pathologie hépatique

Angiogenèse et remodelage tissulaire en pathologie hépatique Angiogenèse et remodelage tissulaire en pathologie hépatique Géraldine GOUYSSE, Mimoun NEJJARI, Cyril BONAVENTURE, Jean-Yves SCOAZEC Service Central d Anatomie et Cytologie Pathologiques et INSERM U45,

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

Module 1. Exercices sur 1-1

Module 1. Exercices sur 1-1 Module 1 Exercices sur 1-1 La recherche a permis l avancée de la connaissance sur les cellules souches en étudiant notamment les processus régissant l initiation et le déroulement de leur division cellulaire.

Plus en détail

interféron ron β 1a dans le traitement des formes rémittentes de sclérose en plaques

interféron ron β 1a dans le traitement des formes rémittentes de sclérose en plaques Le mécanisme m d action d et les effets de l interfl interféron ron β 1a dans le traitement des formes rémittentes de sclérose en plaques Présentation du domaine de terminologie Fanny Jarnet Le 13 avril

Plus en détail

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021 Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges Membre enseignant chercheur EA 4021 Rhumatisme inflammatoire chronique Prévalence des SA ies en Europe = 1 à 2% Age moy : 26 ans, ratio homme/femme:

Plus en détail

GENE SIGNAL INTERNATIONAL SA

GENE SIGNAL INTERNATIONAL SA GENE SIGNAL INTERNATIONAL SA EPFL Innovation Park-A Swiss Institute of Technology CH-1015 Lausanne, Switzerland + 41-21-804-61.60/69 www.genesignal.com COMMUNIQUE DE PRESSE Gene Signal annonce la publication

Plus en détail

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral.

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral. - La cytométrie en flux est une méthode d analyse de cellules en suspension, véhiculées à grande vitesse jusqu à une chambre d analyse traversée par des faisceaux lasers. L interaction des cellules avec

Plus en détail

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement Chapitre 4 Génotype, phénotype et environnement Comment s établit le phénotype macroscopique? Le phénotype ne se résume pas toujours à la simple expression du génome, les relations entre génotypes et phénotypes

Plus en détail

Caractérisation neuro-immunitaire d un modèle d encéphalomyélite auto-immune expérimentale spontanée

Caractérisation neuro-immunitaire d un modèle d encéphalomyélite auto-immune expérimentale spontanée Université de Montréal Caractérisation neuro-immunitaire d un modèle d encéphalomyélite auto-immune expérimentale spontanée par Olivia Saint-Laurent Département de physiologie Faculté de Médecine Mémoire

Plus en détail

Anatomie Pathologique et Cancer. Missions, Moyens, Exemples

Anatomie Pathologique et Cancer. Missions, Moyens, Exemples Anatomie Pathologique et Cancer Missions, Moyens, Exemples DIU d Onco-Gériatrie 8 février 2012 Dr Julie Gonin et Mathilde Sibony, Hôpital Tenon Anatomie pathologique et Cancer : Missions Dépistage Diagnostic

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Inflammation chronique. Dr Thierry VINCENT Laboratoire d Immunologie Hôpital St ELOI

Inflammation chronique. Dr Thierry VINCENT Laboratoire d Immunologie Hôpital St ELOI Inflammation chronique Dr Thierry VINCENT Laboratoire d Immunologie Hôpital St ELOI Lésions tissulaires microbes nécrose apoptose Lésions de la MEC PAMP DAMP PRR INFLAMMATION (d après Nathan C. Cell 2010,

Plus en détail

EXERCICE N 10 : Modifier le protocole d'un essai pour mieux réussir ; mais réussir quoi?

EXERCICE N 10 : Modifier le protocole d'un essai pour mieux réussir ; mais réussir quoi? EXERCICE N 10 : Modifier le protocole d'un essai pour mieux réussir ; mais réussir quoi? Le bévacizumab (Avastin ) est un anticorps monoclonal qui a fait l objet d une autorisation supplémentaire pour

Plus en détail

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Les Applications industrielles et commerciales s cellules souches Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Matthieu COUTET, Responsable du Pôle Jean-François RAX, Business Analyst 1 Plan Cellules souches

Plus en détail

Thrombose et cancer en oncogériatrie. Dr BENGRINE LEFEVRE Centre Georges François Leclerc lbengrine@cgfl.fr

Thrombose et cancer en oncogériatrie. Dr BENGRINE LEFEVRE Centre Georges François Leclerc lbengrine@cgfl.fr Thrombose et cancer en oncogériatrie Dr BENGRINE LEFEVRE Centre Georges François Leclerc lbengrine@cgfl.fr Contexte Facteurs de risque de MTEV chez patients cancéreux: 1- liés au cancer localisation tumorale

Plus en détail

Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies

Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies DIAPOSITIVE 1 Cette présentation fournit une vue d ensemble de l Office of Cellular, Tissue, and Gene Therapies (bureau des thérapies cellulaires,

Plus en détail

La filtration glomérulaire et sa régulation

La filtration glomérulaire et sa régulation UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 4 : La filtration glomérulaire et sa régulation Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles

Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles Introduction Le cancer du poumon est le responsable majeur du décès par cancer 1.4

Plus en détail

AMINES BIOGENIQUES. Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine

AMINES BIOGENIQUES. Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine AMINES BIOGENIQUES Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine Effets physiologiques des bioamines via le systeme nerveux autonome Cardiovasculaire: Augmentation du

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

MONOGRAPHIE AVASTIN. bevacizumab pour injection. Fioles de 100 mg et de 400 mg (solution à 25 mg/ml pour injection) Antinéoplasique

MONOGRAPHIE AVASTIN. bevacizumab pour injection. Fioles de 100 mg et de 400 mg (solution à 25 mg/ml pour injection) Antinéoplasique MONOGRAPHIE Pr AVASTIN bevacizumab pour injection Fioles de 100 mg et de 400 mg (solution à 25 mg/ml pour injection) Antinéoplasique AVASTIN, indiqué en monothérapie, dans le traitement du glioblastome

Plus en détail

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Conflits d intérêts Aucun Introduction Constat : CB = Moins de motivation des pneumologues à obtenir le sevrage tabagique (versus

Plus en détail

PRINCIPALES ETAPES DE L'HEMATOPOIESE MEDULLAIRE (lignées, maturation, voies de domiciliation tissulaire) Partie II

PRINCIPALES ETAPES DE L'HEMATOPOIESE MEDULLAIRE (lignées, maturation, voies de domiciliation tissulaire) Partie II Le 23/09/13 SOGHOMONIAN Astrid, L2 Tissu sanguin et système immunitaire Pr Baccini 22 pages PRINCIPALES ETAPES DE L'HEMATOPOIESE MEDULLAIRE (lignées, maturation, voies de domiciliation tissulaire) Partie

Plus en détail

PLAN. Intérêt des cellules souches exogènes (hématopoïétiques ou mésenchymateuses) dans la réparation/régénération

PLAN. Intérêt des cellules souches exogènes (hématopoïétiques ou mésenchymateuses) dans la réparation/régénération Cellules souches & appareil respiratoire : Perpectives thérapeutiques Pr Carole Planès Physiologie SMBH Bobigny EA 2363, UFR SMBH, Université Paris 13 carole.planes@avc.aphp.fr Master 2 B2PCR Respiration

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique

Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique Tuteur : Anne Muhr-Tailleux cardiovasculaires et diabète (Equipe 1) Institut

Plus en détail

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2010

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2010 Mesure 21 SOINS ET VIE DES MALADES Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2010 COLLECTION Rapports & synthèses POUR UN ACCÈS AUX THÉRAPIES CIBLÉES : - LES PLATEFORMES

Plus en détail

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Introduction Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Informatique: - stocker les données - éditer les données - analyser les données (computational

Plus en détail

À PROPOS DU. cancer colorectal. Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient

À PROPOS DU. cancer colorectal. Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient À PROPOS DU cancer colorectal Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient Table des matières Qu est-ce que le cancer colorectal?... 1 Les stades du cancer colorectal... 2 Quels sont

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires.

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. Produits de thérapie cellulaire DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. DIAPOSITIVE 2 La fabrication des thérapies cellulaires est examinée par la Division

Plus en détail

la lettre sur la cancérologie a e L es N 7 Juillet 2013 Un regard différent

la lettre sur la cancérologie a e L es N 7 Juillet 2013 Un regard différent ONCO n e w s CA H P P sur la cancérologie c s iblé e i p a e r é Tu m eu qu id es L es s th la lettre i l rs solides et Un regard différent N 7 Juillet 2013 Editorial Bonjour, La CAHPP s est volontairement

Plus en détail

Vaisseaux lymphatiques et cancer Dany Leclers, Karine Durand, Aurélie Dutour, Guislaine Barrière, Jacques Monteil, Michel Rigaud, Franck Sturtz

Vaisseaux lymphatiques et cancer Dany Leclers, Karine Durand, Aurélie Dutour, Guislaine Barrière, Jacques Monteil, Michel Rigaud, Franck Sturtz MEDECINE/SCIENCES 2005 ; 21 : 839-47 > La survie et le développement des tumeurs dépendent d événements et d échanges biologiques nutritionnels et respiratoires assurés par le sang et la lymphe. La prolifération

Plus en détail

Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire

Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire J.-F. Geay, I. Ray-Coquard, H. Curé et É. Pujade-Lauraine Pourquoi un traitement de consolidation? Le standard de traitement de première ligne d

Plus en détail

ROLE DES MEMBRES DE LA FAMILLE BAFF/APRIL DANS LE MYELOME MULTIPLE : IMPLICATIONS PHYSIOPATHOLOGIQUES ET INTERET THERAPEUTIQUE

ROLE DES MEMBRES DE LA FAMILLE BAFF/APRIL DANS LE MYELOME MULTIPLE : IMPLICATIONS PHYSIOPATHOLOGIQUES ET INTERET THERAPEUTIQUE UNIVERSITE MONTPELLIER I UNITES DE FORMATION ET DE RECHERCHE PHARMACEUTIQUES ROLE DES MEMBRES DE LA FAMILLE BAFF/APRIL DANS LE MYELOME MULTIPLE : IMPLICATIONS PHYSIOPATHOLOGIQUES ET INTERET THERAPEUTIQUE

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet Régulation GAL4 chez S. cerevisiae Annie Sainsard-Chanet Contrôle de l expression génique Mécanismes qui régulent, augmentent ou diminuent l expression d un gène donné suivant le milieu, le tissu, le stade

Plus en détail

Thérapies ciblées et immunomodulation dans les tumeurs solides Targeted therapies and immunomodulation in solid tumours

Thérapies ciblées et immunomodulation dans les tumeurs solides Targeted therapies and immunomodulation in solid tumours Réanimation 15 (2006) 297 302 Mise au point Thérapies ciblées et immunomodulation dans les tumeurs solides Targeted therapies and immunomodulation in solid tumours J. Fayette a,b, *, J.-Y. Blay a,b a Service

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

.( /.*!0) %1 2"+ %#(3004) 05' 203 .(.*0"+ ) '!2"+ %#(30+ 0!"%) 4!%2) 3 .( @.*" '!%2"+ %#(30! &' 4!!% .+.*0%!!'!(!%2"+ 16 3047!

.( /.*!0) %1 2+ %#(3004) 05' 203 .(.*0+ ) '!2+ %#(30+ 0!%) 4!%2) 3 .( @.* '!%2+ %#(30! &' 4!!% .+.*0%!!'!(!%2+ 16 3047! !"#! $ %#&' (!"#$!% & % ' (!%' ) )''! *)+* *! %#"+, ' ( ', -) " *.( /.*!0) %1 2"+ %#(3004) 05' 203.(.*0"+ ) '!2"+ %#(30+ 0!"%) 4!%2) 3.( -.* %)!(2"+ %#(30! &' 4!!%.+.*0%!!'!(!%2"+ 16 3047!%(%' 0.(89.*

Plus en détail

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les amygdales Les amygdales: 2 organes situés dans le pharynx à l arrière de la gorge qui ont pour fonctions d empêcher l intrusion bactérienne. Amygdalite:

Plus en détail

Marchés des groupes à affinités

Marchés des groupes à affinités Marchés des groupes à affinités Guide du produit destiné aux conseillers Régime d assurance maladies graves Chèque-vie MD de base La Compagnie d Assurance-Vie Manufacturers Le produit en bref Nul n aime

Plus en détail

ARD12166 Cabazitaxel Compared to Topotecan for the Treatment of Small Cell Lung Cancer

ARD12166 Cabazitaxel Compared to Topotecan for the Treatment of Small Cell Lung Cancer DESCRIPTIF DES ESSAIS 2012 Par ordre alphabétique AB Science Etude de phase I/II multicentrique, randomisée, ouverte avec 2 groupes parallèles pour évaluer l efficacité et la tolérance du traitement par

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

Les grandes voies de transmission du signal en cancérologie : où en sommes-nous?

Les grandes voies de transmission du signal en cancérologie : où en sommes-nous? Les grandes voies de transmission du signal en cancérologie : où en sommes-nous? Dynamique des réseaux de signalisation et réponse aux thérapies ciblées Pascal GAUDUCHON Unité "Biologie et Thérapies Innovantes

Plus en détail

Les principes du sequençage haut-débit

Les principes du sequençage haut-débit Les principes du sequençage haut-débit Mardi 23 avril 2013 Dr H. EL HOUSNI Organisation Génomique Podhala'et'al.'Trends'in'genetics'2012' Costa V et al. J BioMed BioTech 2010 32 ans Costa V et al. J BioMed

Plus en détail

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales Henri Roché, Institut Claudius Regaud Toulouse, 9 février 2012 Histoire naturelle Les cancers en cause Les éléments de stratégie

Plus en détail

M. Fabrice SCHNEIDER

M. Fabrice SCHNEIDER THÈSE DE DOCTORAT ECOLE DOCTORALE SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTE Spécialité PHARMACOLOGIE ET BIOTHÉRAPIES Présentée par M. Fabrice SCHNEIDER NÉ LE 24 JUIN 1971 à La Ferté-Bernard Soutenue le Novembre

Plus en détail

Bêta-oxydation des acides gras

Bêta-oxydation des acides gras O C N C 2 O C 2 SO 3 O O acide taurocholique O C N C 2 COO O O O acide glycocholique Figure.2 Structure d un sel biliaire formé par conjugaison entre un acide biliaire (ici l acide cholique) soit avec

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Document revu par Christian Binet, novembre 2009 L érythropoïèse est l'ensemble des mécanismes qui concourent à la formation des

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Techniques de modifications d expression génique au niveau ADN et ARN : ARN interférence, cellules souches embryonnaires, souris KO

Techniques de modifications d expression génique au niveau ADN et ARN : ARN interférence, cellules souches embryonnaires, souris KO Techniques de modifications d expression génique au niveau ADN et ARN : ARN interférence, cellules souches embryonnaires, souris KO Fabrice SONCIN Directeur de Recherche INSERM Institut de Biologie de

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

Caractérisation moléculaire de cellules tumorales mammaires Basal- like M. PRIVAT, C. TAMISIER, J. RUDEWICZ, G. BARNABE, F.

Caractérisation moléculaire de cellules tumorales mammaires Basal- like M. PRIVAT, C. TAMISIER, J. RUDEWICZ, G. BARNABE, F. Caractérisation moléculaire de cellules tumorales mammaires Basal- like M. PRIVAT, C. TAMISIER, J. RUDEWICZ, G. BARNABE, F. PONELLE LES LIGNEES CELLULAIRES UTILISEES BENIN LUMINALE BRCA1 SAUVAGE MALIN

Plus en détail