GEMCITABINE. 38 mg/ml ; 1 g/ml, 200 mg et mg poudre ou lyophilisat Publication Juillet 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GEMCITABINE. 38 mg/ml ; 1 g/ml, 200 mg et 1 000 mg poudre ou lyophilisat Publication Juillet 2010"

Transcription

1 I. GEMZAR et génériques- gemcitabine Nom commercial GEMZAR Dénomination commune internationale Laboratoire exploitant ou titulaire de l AMM GEMCITABINE LILLY FRANCE Génériques : ACTAVIS GROUP, EBEWE PHARMA FRANCE SAS, EG LABO, FRESENIUS KABI, HOSPIRA-MAYNE PHARMA FAULDING, INTAS PHARMACEUTICALS LTD, MYLAN SAS, RATIOPHARM, SUN PHARMACEUTICALS UK LTD, TEVA CLASSICS Présentation 38 mg/ml ; 1 g/ml, 200 mg et mg poudre ou lyophilisat Publication Juillet 2010 SITUATIONS TEMPORAIREMENT ACCEPTABLES (PTT) Cancers bronchiques non à petites cellules localement avancé ou métastatique, en 1 ère ligne, en association à carboplatine, en cas de contre-indication documentée à cisplatine Cancer bronchique non à petites cellules localement avancé ou métastatique en 1 ère ligne, en association à paclitaxel en cas de contre-indication documentée aux sels de platine Cancer bronchique non à petites cellules localement avancé non résécable ou métastatique en 1 ère ligne de chimiothérapie en association à docetaxel, en cas de contre-indication documentée aux sels de platine.

2 ARGUMENTAIRE SITUATIONS TEMPORAIREMENT ACCEPTABLES (PTT) Cancers bronchiques non à petites cellules localement avancé ou métastatique, en 1 ère ligne, en association à carboplatine, en cas de contre-indication documentée à cisplatine Plusieurs études de phase III ainsi que des études de phase II [1 à 16], ont évalué gemcitabine-carboplatine en 1 ère ligne de chimiothérapie des cancers bronchiques non à petites cellules localement avancés ou métastatiques. Ces essais, aux schémas variés notamment pour le bras comparateur, ont, par leurs résultats, démontré que l efficacité de gemcitabine-carboplatine était comparable à celle d autres associations, avec un profil de tolérance pouvant être différent. L association gemcitabine-carboplatine constitue donc, une alternative thérapeutique en 1 ère ligne de traitement des cancers bronchiques non à petites cellules localement avancés ou métastatiques, en cas de contre-indication documentée au cisplatine. Il s agit d une situation temporairement acceptable. Auteur Type d étude Schéma thérapeutique Critère d évaluation Toxicité TREAT 2010 [1] n= 1135 gemcitabinecarboplatine et de gemcitabinepaclitaxel, en comparaiosn à paclitaxelcarboplatine, chez les patients atteints de CBNPC avancé ou métastatique, non pré-traités. Bras A /GC (n=379) : Gemcitabine carboplatine AUC5 à J1 Toutes les 3 semaines. Bras B /GP (n=377) : Gemcitabine paclitaxel 200 mg/m² à J1 Toutes les 3 semaines. Bras C /PC (n=379) : Paclitaxel : 225 mg/m² à J1 + carboplatine AUC6 à J1 Toutes les 3 semaines Suivi médian de 8,2 mois. Médiane de survie : - GC : 7,9 mois - GP : 8,5 mois - PC : 8,7 mois Pas de différence statistiquement significative entre les bras (pour la comparaison globale, p= 0,693). Taux de réponse globale : - GC : 25,3 % - GP : 32,1 % - PC : 29,8 % Incidence des toxicités hématologiques grade 3 ou 4 plus élevée dans le bras GC, mais incidence des neurotoxicités et des alopécies moindre dans ce bras, par rapport aux bras GP et PC GRONBERG 2009 [2] n= 436 pemetrexedcarboplatine comparée à gemcitabine- Bras n 1 : pemetrexed 500 mg/m² + carboplatine AUC5 à J1 Bras n 2 : gemcitabine 1000 Objectif secondaire : survie globale Pas de différence significative entre les deux bras pour la survie globale : Objectif principal : score de qualité de vie (427 patients évaluables) Objectif secondaire : toxicité (423 patients évaluables) Toxicités hématologiques grade

3 carboplatine, en 1 ère ligne de CT dans les CBNPC avancés. mg/m& à J1 et J8 + carboplatine AUC5 à J1. Traitement toutes les 3 semaines durant 4 cycles. - bras n 1 : 7,3 mois - bras n 2 : 7,0 mois p=0,63. 3/4 plus fréquentes dans le bras n 2 recevant gemcitabinecarboplatine que dans le bras n 1 traité par pemetrexedcarboplatine. Leucopénie grade 3/4 : -bras n 1 : 23 % - bras n 2 : 46 % p<0,001 Neutropénie grade 3/4 : - bras n 1 : 40 % - bras n 2 : 51 % p=0,024 Thrombocytopénie : -bras n 1 :24 % - bras n 2 : 56 % p< 0,001 Transfusions de culots globulaires et de plaquettes plus fréquentes dans le bras n 2 traité par gemcitabine-carboplatine que dans le bras n 1 traité par pemetrexed-carboplatine. Infections sur neutropénie et hémorragies sur thrombocytopénie similaires dans les deux bras. REYNOLDS 2009 [3], randomisée n = 170 gemcitabinecarboplatine comparée à gemcitabine en monothérapie, dans les CBNPC avancés chez les patients non pré-traités et ayant un indice de performance de 2, en fonction des taux de protéines RRM1 et ERCC1 au niveau tumoral. Gemcitabine en monothérapie (G) ou gemcitabine + carboplatine (GC) Médiane de survie globale : - G : 5,1 mois - GC : 6,7 mois p= 0,24

4 Auteur Type d étude Schéma thérapeutique Critère d évaluation Toxicité KOSMIDIS 2008 [4] n= 512, dont 452 éligibles carboplatinegemcitabine (bras A) comparée à paclitaxelgemcitabine (bras B), dans les CBNPC au stade avancé, non opérables, chez des patients non pré-traités et ayant un indice de performance de zéro ou un. Bras PG (n= - paclitaxel : 200 mg/m² à J1 - gemcitabine : 1 Bras CG : - carboplatine AUC6 à J1 - gemcitabine : 1 Traitement toutes les 3 semaines. Médiane de survie sans progression : - bras PG : 9,97 (IC 95 % : 8,74 à 12,0) - bras CG : 10,49 (IC 95 % : 9,04 à 11,94). Pas de différence entre les deux bras pour la survie globale, pour le taux de survie à 1 an, pour le taux de réponse et le temps médian jusqu à progression. Myélotoxicité plus importante dans le bras CG. Alopécie, myalgies et neurotoxicité plus importantes dans le bras PG. HELBEKKMO 2007 [5] n= 432 Comparaison de gemcitabinecarboplatine à vinorelbinecarboplatine, chez des patients atteints de CBNPC avancé, non prétraités par CT. Bras VC (n=218) : Vinorelbine : 25 mg/m² + carboplatine AUC4 à J1 Bras GC (n=214) : Gemcitabine carboplatine AUC4 à J1 Traitement toutes les 3 semaines, durant 3 cycles. Suivi de 14 mois. Médiane de survie : - bras VC : 7,3 mois - bras GC : 6,4 mois. Taux de survie à 1 an : -bras VC : 28 % - bras GC : 30 % Taux de survie à 2 ans : - bras VC : 7 % - bras GC : 7 % p= 0,89. Pas de différence entre les deux bras pour les scores de qualité de vie. Pas de différence entre les deux bras pour les nausées et vomissements, la dyspnée et la douleur. Dans le bras GC, fréquence plus importante des toxicités suivante s : - anémie grade 3/4 (p<0,01) - thrombocytopénie (p<0,01) - transfusions de culots globulaires (p<0,01) ou de plaquettes (p<0,01). Leucopénies grade 3/4 plus importantes dans le bras VC, (p<0,01). Taux d infections neutropénique égal similaires dans les deux bras (p=0,87).

5 Auteur Type d étude Schéma thérapeutique Critère d évaluation Toxicité KOSMIDIS 2007 [6] Phase II n= 90 pts éligibles gemcitabinecarboplatine, comparée à gemcitabine en monothérapie, dans les CBNPC avancés, chez les patients non pré-traités par CT, avec un indice de performance de 2. Bras A (n=47) : Gemcitabine en monothérapie : 1250 mg/m² Bras B (n=43) : Gemcitabine 1250 mg/m² + carboplatine AUC3 Administration à J1 et J14, tous les 28 jours, jusqu à 4 cycles. Réponse partielle : -bras A : 4 % -bras B : 14 % Maladie stable : -bras A : 21 % - bras B : 21 % Pas de différence significative entre les deux bras en termes de bénéfice clinique observé après 2 cycles ou à la fin du traitement. Plus de neutropénie (p=0,007) et de thrombopénie (p<0,001) observées dans le bras B. Cependant pas de différence significative observée entre les deux bras pour les toxicités les plus sévères. (p>0,05 dans tous les cas). Médiane de survie : - bras A : 4,8 mois (IC 95 % : 2,45 à 7,25 mois) - bras B : 6,7 mois (IC 95 % 2,47 à 10,8 mois). XU 2007 [7] Phase II n= 54 gemcitabinecarboplatine, en 1 ère ligne dans les CBNPC avancés. Gemcitabine 1250 mg/m² administrée sur 2 heures à J1 et J8 + carboplatine AUC5 à J1, toutes les 3 semaines. Médiane de 4 cycles administrés par patients. 28 % des patients ont reçu 6 cycles. 51 pts évaluables pour la réponse. Taux de réponse globale : 41 % (IC 95 % : 28 à 57 %). Réponse complète : 4 %. Réponse partielle : 37 %. Toxicité principales : - neutropénie : 56 % - thrombocytopénie : 57 % Nécessité de transfusion plaquettaire pour 12 % des cycles. Pas d hémorragie observée. Nausées et vomissements grade 3 : 6 %. Temps médian jusqu à progression : 5 mois (IC 95 % : 3,7 à 6,3 mois). Rash cutané grade 1/2 : 43 %. Médiane de survie globale : 11,5 mois (IC 95 % : 9,9 et 13,1 mois). Taux de survie à un an : 42 %.

6 Auteur Type d étude Schéma thérapeutique Critère d évaluation Toxicité YAMAMOTO 2006 [8] Phase II n= 128 gemcitabinecarboplatine en comparaison à vinorelbinegemcitabine, dans les CBNCP au stade avancé, chez des patients non prétraités par chimiothérapie. Bras GC (n= 64) : Gemcitabine carboplatine AUC5 Bras GV (n= 64) : Gemcitabine 1000 mg/m² + vinorelbine 25. Traitement toutes les 3 semaines. Taux de réponse : - bras GC : 20,3 % -bras GV : 21 % Médiane de survie : - bras GC : 432 jours. - bras GV : 385 jours Taux de survie à 1 an : - bras GC : 57,6 % - bras GV : 53,3 %. Médiane de survie sans progression : - bras GC : 165 jours - bras GV : 137 jours Toxicités hématologiques sévères (grade 4) plus fréquentes, de façon significative dans les bras GC : 45,3 % versus 25,8 % dans le bras GV. (p= 0,022) Thrombocytopénies grade 3 /4 plus fréquentes dans le bras GC : 81,3 % versus 6,5 % dans le bras GC (p<0,001). Toxicités non hématologiques sévères (grade 3 ou 4) plus fréquentes dans le bras GV : - 7,8 % pour le bras GC - 19,4 % dans le bras GC (p=0,057). THOMAS 2006 [9] Phase II n= 100 gemcitabinecarboplatine en comparaison à vinorelbinecisplatine, dans les CBNPC au stade avancé, chez les pts non pré-traités Bras GC (n= 51) : gemcitabine carboplatine AUC6, à J1 Bras VP (n= 49) : Vinorelbine : 30 mg/m²/semaine + cisplatine 80 mg/m² à J1. Traitement toutes les 3 semaines Taux de réponse objective - bras GC : 19,6 % (IC 95 % : 9,8 à 33,1 %) - bras VP : 29,2 % (IC 95 % : 17,0 à 44,1 %). Temps médian jusqu à progression : - bras GC : 140 jours - bras VP : 148 jours. Survie globale : - bras GC : 334 jours - bras VP : 304 jours. Neutropénies plus fréquentes dans le bras VP Thrombocytopénie plus fréquentes dans le bras GC.

7 Auteur Type d étude Schéma thérapeutique Critère d évaluation Toxicité SEDERHOLM 2005 [10] n= 334 gemcitabinecarboplatine, en comparaison à gemcitabine en monothérapie, dans les CBNPC localement avancés ou métastatiques, chez des patients non pré-traités Bras G : gemcitabine 1250 mg/m² en monothérapie, à J1 et J8. Bras GC : gemcitabine carboplatine AUC5 Survie globale meilleure dans le bras GC que dans le bras G (p=0,0205). Taux de survie globale à 2 ans meilleure dans le bras GC que dans le bras G : 15 % versus 5 % (p=0,009). Analyse durant le protocole montrant une meilleure médiane de survie sans progression dans le bras GC que dans le bras G : 5,7 mois pour le bras GC versus 3,9 mois pour le bras G (p=0,0001). Leucopénie grade 3/4 et thrombopénie grade 3/4 plus fréquentes dans le bras GC (p<0,001), cependant sans augmentation des épisodes fébriles, infectieux ou hémorragiques et sans augmentation des hospitalisations. Pas de différence significative entre les deux bras pour la qualité de vie globale. Taux de réponse objective : -bras GC : 29,6 % -bras G 11,3 % (p<0,0001)

8 Auteur Type d étude Schéma thérapeutique Critère d évaluation Toxicité RUDD 2005 [11] n= 422 gemcitabinecarboplatine, comparé à mitomycineifosfamidecisplatine, dans les CBNPC au stade avancé, chez des patients non pré-traités. Bras GC (n=212) : gemcitabine carboplatine AUC 5 à J1 Bras MIC (210) : mitomycine 6 mg/m² + ifosfamide 3 g/m² + cisplatine 50 mg/m². Traitement durant 4 cycles. Survie meilleure dans le bras GC que dans le bras MIC : HR : 0,76 (IC 95 % : 0,61 à 0,93 ; p=0,008). Médiane de survie : - bras GC : 10 mois - bras MIC : 7,6 mois Taux de survie à 1 an : - bras GC : 40 % - bras MIC : 30 % Taux de réponse : - bras GC : 42 % - bras IMC : 41 % (p= 0,84) Thrombopénies plus fréquentes dans le bras GC (p=0,03), mais sans augmentation du nombre d hospitalisation ou de la mortalité. Dans le bras GC, incidence moindre des nausées, des vomissements, des constipations, des alopécies et des hospitalisations pour fièvre. Meilleure qualité de vie observée dans le bras GC. ZATLOUKAL 2003 [12] n= 176 gemcitabinecarboplatine, en comparaison à gemcitabinecisplatine, dans les CBNPC au stade avancé. Bras GC (n= 89) : gemcitabine carboplatine AUC5 à J1 Bras GP (n=87) : gemcitabine cisplatine 80 mg/m² à J1. Traitement tous les 21 jours, pendant 6 cycles ou jusqu à progression de la maladie, ou jusqu à survenue d une toxicité imposant l arrêt du traitement. Réponse globale : - bras GC : 41 % - bras GP : 29 % Temps médian jusqu à progression : - bras GC : 5,87 mois - bras GP : 4,75 mois Durée de la réponse - bras GC : 7,48 mois - bras GP : 5,15 mois Survie globale : - bras GC : 8,75 mois - bras GP : 7,97 mois Taux de patients ayant présenté au moins une toxicité grade 3 ou 4 (en dehors des nausées, vomissements et alopécies) : - bras GC : 54 % - bras GP : 44 %

9 Auteur Type d étude Schéma thérapeutique Critère d évaluation Toxicité DANSON 2003 [13] n= 372 gemcitabinecarboplatine, en comparaison à mitomycineifosfamidecisplatine ou mitomycinevinblastinecisplatine, dans les CBNPC au stade avancé, chez des pts non pré-traités par CT. Bras GC : gemcitabine 1000 mg/m² à J1, J8 et J15 + carboplatine AUC5 à J1 Durant 4 cycles, toutes les 4 semaines Bras MIC : mitomycine - ifosfamide-cisplatine Durant 4 cycles toutes les 3 semaines Bras MVP : mitomycinevinblastine-cisplatine Durant 4 cycles toutes les 3 semaines Pas de différence significative pour la médiane de survie : - Bras GC : 236 jours - Bras MIC/MVP : 248 jours Pas de différence significative pour le temps jusqu à progression : - Bras GC : 218 jours - Bras MIC/MVP : 225 jours Taux de survie à 2 ans : - Bras GC : 6,9 % - Bras MIC/MVP : 11,8 % Taux de survie à 1 an : - Bras GC : 33,2 % - Bras MIC/MVP : 32,5 % Taux de réponse : - Bras GC : 30 % (3 réponses complètes et 54 réponses partielles) - Bras MIC/MVP : 33 % (4 réponses complètes et 57 réponses partielles). Toxicités grade 3/4 non hématologiques comparables dans les deux bras, sauf pour les alopécies, plus fréquentes dans le bras MIC/MVP. GRIGORESCU 2002 [14] n= 198 gemcitabinecarboplatine, comparée à cisplatinevinblastine, dans les CBNPC au stade avancé, chez les patients non pré-traités par chimiothérapie. Bras A (n= 99) : cisplatine : 70 mg/m² à J1 + vinblastine 6 mg/m² à J1 et J8 Bras B (n= 99) : gemcitabine 1000 mg/m² + carboplatine 300. Traitements toutes les 3 semaines. Taux de réponse : - bras A : 15 % (15 réponses partielles) - bras B : 27 % (3 réponses complètes, 24 réponses partielles). (p= 0,05). Médiane de survie : - bras A : 7,9 mois (IC 95 % : 7,1 à 8,0 mois) - bras B : 11,6 mois (IC 95 % : 10,0 à 13,0 mois). Taux de survie à 1 an : - bras A : 13 % - bras B : 36 % Nombre de patients présentant une toxicité grade 3/4, dans les bras A/B : - leucopénie : 0/2 - thrombocytopénie : 0/2 - alopécie : 46/33 - neurotoxicité : 2/1 - asthénie : 35/42

10 Auteur Type d étude Schéma thérapeutique Critère d évaluation Toxicité MAZZANTI 2003 [15] Phase II, randomisée n= 120 gemcitabine carboplatine en comparaison à gemcitabinecisplatine, dans les CBNPC au stade avancé, chez des patients non pré-traités Bras GC (n=59) : gemcitabine carboplatine AUC5 à J2 Bras GP (n=62) : gemcitabine cisplatine 80 mg/m² à J2 Réponse objective : - GC : 31,0 % (IC 95 % : 18,2 à 42,8 %) - GP : 41,9 % (IC 95 % : 29,6 à 54,2 %) (p=0,29) Pas de différence entre les deux bras pour la médiane de survie : - GC : 10,8 mois - GP : 10,4 mois Pas de différence significative pour le temps médian jusqu à progression : - GC : 5,1 mois - GP : 5,4 mois Pas de différence statistiquement significative entre les 2 bras en termes de toxicités grade 3/4. Incidence plus élevée dans le bras GP des vomissements, des neuropathies et des toxicités rénales. KORTSIK 2003 [16] Phase II n= 60 gemcitabinecarboplatine, dans les CBNPC localement avancés ou métastatiques, chez des pts non pré-traités. Gemcitabine carboplatine AUC5 Traitement tous les 21 jours, jusqu à 6 cycles maximum, ou jusqu à progression de la maladie, ou jusqu à survenue d une toxicité imposant l arrêt du traitement. Réponse complète : 5 pts Réponse partielle : 15 pts. Maladie stable : 33 pts. Taux de réponse objective : 33,3 % (IC 95 % : 21,7 % à 46,7 %) Progression de la maladie chez 4 pts. Durée médiane de réponse : 5 mois. Toxicité surtout hématologiques avec : - neutropénie grade 3/4 : 35 % des pts. Temps médian jusqu à progression : 6 mois. Médiane de survie globale : 9 mois. MASOTTI 2002 [17] Phase II n= 50 gemcitabinecarboplatine dans les CBNPC au stade avancé ou métastatique, chez des patients non pré-traités. Gemcitabine 1000 mg/m² à J1, J8 et J15 + carboplatine AUC5 à J2 1 réponse complète et 24 réponses partielles. Taux de réponse : 50 % (IC 95 % : 36,0 à 64,1 %). Médiane de survie : 13 mois (écart : 6 à 22 mois). Taux de survie à 1 an : 54 %. Toxicités hématologiques grade 3 et 4 : - neutropénies : 24 % et 8 % - thrombopénie : 48 % et 8 %. Nausées et vomissements grade 3 : 14 %.

11 Cancer bronchique non à petites cellules localement avancé ou métastatique en 1 ère ligne, en association à paclitaxel en cas de contre-indication documentée aux sels de platine Le rapport efficacité/tolérance de paclitaxel-gemcitabine chez des patients atteints d un CBNPC au stade avancé et métastatique en 1ère ligne a été évalué dans plusieurs études non comparatives de phase II selon des schémas d administration différents [14 à 19]. L association paclitaxel + gemcitabine a été étudiée dans 2 études de phase III. Une étude de phase III randomisée, multicentrique (EORTC) de Smit et al [18], a comparé gemcitabine + cisplatine (GC) versus paclitaxel + cisplatine (PC) ou gemcitabine + paclitaxel (GP) versus paclitaxel + cisplatine (PC) chez 480 patients naïfs de traitement avec un CBNPC avancé IIIB / IV : o groupe PC : paclitaxel 175 mg/m² (perfusion de 3 h, J1) associé à cisplatine 80 mg/m² (J1), o groupe GC : gemcitabine 1250 mg/m² (J1 et J8) associé à cisplatine 80 mg/m² (J1), o groupe GP : paclitaxel 175 mg/m² (perfusion de 3 h, J1) et gemcitabine mg/m² (J1 et J8) ; chaque cycle a été répété toutes les 3 semaines. Après un suivi de 18 mois, 439 patients (91,5 %) sont décédés : 145 pour le groupe PC, 143 pour le groupe GC ; 151 groupe GP. Dans 89,1 % des cas, le décès est dû à la progression de la maladie. Les durées médianes de survie ont été selon les groupes : groupe PC = 8,1 mois, groupe GC = 8,9 mois, groupe GP = 6,7 mois. Il n y a pas d augmentation de la survie ; les différentes associations ont été aussi bien tolérées et les paramètres de qualité de vie similaires. Les taux de réponse n ont pas rapporté de différence significative : o réponses partielles : groupe PC = 31,8 % ; groupe GC = 36,6 % ; groupe GP = 27,7 %, o 1 seule réponse complète dans le groupe PC. La toxicité hématologique a été la plus fréquente dans les 3 groupes. Il n y a pas eu de différence significative entre le groupe PC et le groupe GP concernant ces effets indésirables. En termes de qualité de vie, aucune différence significative n a été rapportée. Auteur Type d étude Schéma thérapeutique Critère d évaluation Résultat SMIT 2003 [18] phase III randomisée, multicentrique comparant gemcitabine + cisplatine (GC) versus paclitaxel + cisplatine (PC) ou gemcitabine + paclitaxel (GP) versus paclitaxel + cisplatine (PC), chez 480 patients naïfs de traitement avec un CBNPC avancé IIIB / IV. Bras PC : paclitaxel 175 mg/m² (perfusion de 3 h, J1) + cisplatine 80 mg/m² (J1), Bras GC : gemcitabine mg/m² (J1 et J8) + cisplatine 80 mg/m² (J1), Bras GP : paclitaxel 175 mg/m² (perfusion de 3 h, J1) et gemcitabine 1250 mg/m² (J1 et J8) ; chaque cycle a été répété toutes les 3 semaines. Survie médiane Taux de réponse. Après suivi de 18 mois : 439 décès (145 ds bras PC, 143 ds bras GC ; 151 ds bras GP). Médianes de survie : Groupe PC = 8,1 mois ; groupe GC = 8,9 mois ; groupe GP = 6.7 mois. Taux de réponse : pas de différence significative : - réponses partielles : bras PC = 31,8 % ; bras GC = 36,6 % ; bras GP = 27,7 %, - 1 seule réponse complète dans le bras PC.

12 La seconde étude de phase III randomisée (Kosmidis P et al) a comparé paclitaxel + gemcitabine versus paclitaxel + carboplatine, chez 509 patients naïfs de traitement avec un CBNPC : o GP : gemcitabine paclitaxel 200 mg/m² à J1 ; o PCb : carboplatine AUC = 6 à J1+ paclitaxel 200 mg/m² à J1 ; toutes les 3 semaines. La survie médiane a été la suivante : PCb = 10,4 mois (IC 95 % : 8,8 12 mois) vs GP = 9,8 mois (IC 95 % : 8,0 11,7 mois) (p = 0,32) avec un taux de survie à 1 an de 41,7 % pour le groupe PCb vs 41,4 % pour le groupe GP. Les taux de réponse n ont pas été significativement différents (p = 0,12) : o PCb = 28,0 % (2 % de réponse complète, 26 % de réponse partielle ; IC 95 % : %) ; o GP = 35,0 % (5 % de réponse complète, 30 % de réponse partielle ; IC 95 % : %). Parmi les effets indésirables rapportés, il y a eu notamment : o o o des neutropénies de grade 3-4 : 15 % pour le groupe PCb versus 15 % pour le groupe GP, des thrombocytopénies : 2 % pour le groupe PCb versus 1 % pour le groupe GP, des anémies : 5 % pour le groupe PCb versus 2 % pour le groupe GP. Auteur Type d étude Schéma thérapeutique Critère d évaluation Résultat KOSMIDIS 2002 [19] phase III randomisée comparant gemcitabine + paclitaxel (GP) versus paclitaxel + carboplatine (PCb), chez 509 patients naïfs de traitement avec un CBNPC. GP : gemcitabine paclitaxel 200 mg/m² à J1 ; PCb : carboplatine AUC = 6 à J1+ paclitaxel 200 mg/m² à J1 ; toutes les 3 semaines. Médiane de survie Taux de réponse. Survie médiane : PCb = 10,4 mois (IC 95 % : 8,8 12 mois) vs GP = 9,8 mois (IC 95 % : 8,0 11,7 mois) (p = 0,32) Taux de survie à 1 an : 41,7 % ds bras PCb vs 41,4 % ds bras GP. Taux de réponse : pas de différence significative (p = 0,12) : - PCb = 28,0 % (2 % de réponse complète, 26 % de réponse partielle ; IC 95 % : %) ; - GP = 35,0 % (5 % de réponse complète, 30 % de réponse partielle ; IC 95 % : %). Le profil de risque qui ressort de l utilisation de paclitaxel-gemcitabine correspond au profil observé pour chacun des produits, dans les autres indications.

13 Cancer bronchique non à petites cellules localement avancé non résécable ou métastatique en 1 ère ligne de chimiothérapie en association à docetaxel, en cas de contre-indication documentée aux sels de platine. L association docetaxel+gemcitabine a été étudiée dans plusieurs études dont 2 études de phase III détaillées ci-dessous. Une première étude de phase III [20] randomisée a comparé gemcitabine+docetaxel versus cisplatine+vinorelbine chez 311 patients naïfs de traitement (155/156) avec un CBNPC avancé stade IIIb ou métastatique stade IV. Le schéma posologique a été : o o groupe GD : gemcitabine mg/m² en IV sur 30 min à J1 et J8 + docetaxel 85 mg/m² en IV sur 1 h à J8, toutes les 3 semaines, 8 cycles ; groupe CV : cisplatine 100 mg/m² en IV sur 1 à 2 heures à J1 + vinorelbine 30 mg/m² en IV sur min à J1-J8-J15 et J22, toutes les 4 semaines, 6 cycles ; soit un traitement de 24 semaines dans les 2 groupes cycles ont été administrés : 735 pour le groupe GD et 598 pour le groupe CV. Le nombre moyen de cycles administrés dans le groupe GD a été significativement plus élevé que dans le groupe CV (p < 0.001). Le pourcentage de réduction de dose a été plus faible dans le groupe GD que dans le groupe CV (8,5 % vs 17 %). La survie sans progression de la maladie a été de 4,2 mois dans le groupe GD vs 4 mois dans le groupe CV (p = 0,65) ; il n y a pas de différence significative. Pour le groupe GD par rapport au groupe CV, le taux de risque pour la survie sans progression de la pathologie a été de 1,04 (IC 95 % ; 0,83-1,32). La survie médiane a été de 11,1 mois pour le groupe GD vs 9,6 mois pour le groupe CV (p = 0,47). Le taux de survie à 1 an a été de 46 % pour le groupe GD vs 42 % pour le groupe CV. Pour le groupe GD par rapport au groupe CV, le taux de risque pour la survie globale a été de 0.90 (IC 95 % ; 0,70-1,16). Pour le taux de réponse objective, il n y a pas eu de différence statistique (31 % pour GD vs 35,9 % pour CV). 2,6 % des patients ont eu une réponse complète dans le groupe CV vs 0 pour le groupe GD. En termes de qualité de vie, aucune différence significative n a été rapportée entre les 2 groupes. En termes de toxicité, la myélosuppression a été plus fréquente dans le groupe CV que dans le groupe GD, notamment anémie et neutropénie : neutropénie de grade 3 ou 4 : 81 patients (52,3 %) pour le groupe GD versus 130 patients (83,3 %) pour le groupe CV ; p < 0,001. Le nombre d effets indésirables sévères liés ou probablement liés au traitement a été plus faible pour le groupe GD comparé au groupe CV : 21,9 vs 35,9 %, p =

14 Auteur Type d étude Schéma thérapeutique Critère d évaluation Résultat PUJOL 2005 [20] phase III randomisée a comparant gemcitabine+ docetaxel (GD) versus cisplatine + vinorelbine (CN) chez 311 patients naïfs de traitement (155/156) avec un CBNPC stade IIIb ou IV. Bras GD : gemcitabine mg/m² en IV sur 30 min à J1 et J8 + docetaxel 85 mg/m² en IV sur 1 h à J8, toutes les 3 semaines, 8 cycles ; Bras CV : cisplatine 100 mg/m² en IV sur 1 à 2 heures à J1 + vinorelbine 30 mg/m² en IV sur min à J1-J8-J15 et J22, toutes les 4 semaines, 6 cycles. Survie sans progression Médiane de survie Taux de réponse Mesure de la qualité de vie. Survie sans progression : 4,2 mois groupe GD vs 4 mois dans groupe CV (p = 0,65) ; Survie médiane : 11,1 mois ds groupe GD vs 9,6 mois ds groupe CV (p = 0,47). Taux de survie à 1 an : 46 % ds groupe GD vs 42 % ds groupe CV. Taux de réponse objective : pas de différence statistique (31 % pour GD vs 35,9 % pour CV). En termes de qualité de vie, aucune différence significative entre les 2 groupes. La seconde étude de phase III randomisée de Georgoulias et al [21] a comparé docetaxel+gemcitabine versus vinorelbine+cisplatine, 413 patients naïfs de traitement avec un CBNPC avancé. Le traitement a été : o o o bras DG : gemcitabine mg/m² en IV sur 30 min J1 et J8 + docetaxel 100 mg/m² J8 en IV sur 1 h ; bras VC : vinorelbine 30 mg/m² en IV sur 30 min J1 et J8 + cisplatine 80 mg/m² à J8 Association à GCSF 150 µg/m² SC de J9-J15. Le cycle a été répété toutes les 3 semaines. La survie médiane a été de 9,0 mois dans le bras DG (0,5 à 43,4 mois) vs 9,7 mois dans le bras VC (0,5 à 38 mois) avec p = 0,965. Le taux de survie à 1 an a été de 34,3 % dans le bras DG vs 40,8 % dans le bras VC et à 2 ans de 14,1 % dans le bras DG vs 11,3 % dans le bras VC. Le taux de réponse a été : bras DG = 30 % (IC95 % ; 23,9 % - 36,3 %) vs bras VC = 39,2 % (IC 95 % ; 32,5 % - 45,9 %) (p = 0.053) avec une durée médiane de réponse de 5 mois pour le bras DG vs 6 mois pour le bras VC. Le temps médian jusqu à progression de la maladie («time to tumor progression = TTP») a été de 4,0 mois pour le bras DG vs 5,0 mois pour le bras VC (p = 0,456). La comparaison de toxicité entre le bras DG et le bras VC a montré une fréquence d effets indésirables plus importante dans le groupe VC : o anémie grade 2 à 4 : 34 % vs 55 % (p = 0,0001), o neutropénie de grade 3 à 4 : 16 % vs 37 % (p = 0,0001), o neutropénie fébrile : 6 % vs 11 % (p = 0,009), o nausées et vomissements de grade 3 à 4 : 1 % vs 5 % (p = 0,003).

15 En termes de qualité de vie, dans le groupe DG, il y a eu une amélioration pour : o l hémoptysie : score avant chimio = 1,99 vs score après chimio = 0,54 ; p = 0,042 o la douleur : score avant chimio = 3,46 vs score après chimio = 1,5 ; p = 0,039 Dans le groupe VC, aucune amélioration de la qualité de vie n a été rapportée. Auteur Type d étude Schéma thérapeutique Critère d évaluation Résultat GEORGOULIAS 2005 [21] phase III randomisée comparant gemcitabine + docetaxel (DG) versus vinorelbine + cisplatine (VC), chez 413 patients naïfs de traitement avec un CBNPC avancé. Bras DG : gemcitabine mg/m² en IV sur 30 min J1 et J8 + docetaxel 100 mg/m² J8 en IV sur 1 h ; Bras VC : vinorelbine 30 mg/m² en IV sur 30 min J1 et J8 + cisplatine 80 mg/m² à J8 Association à GCSF 150 µg/m² SC de J9- J15. Survie médiane Taux de réponse Délai médian de progression. Survie médiane : 9,0 mois ds bras DG (0,5 à 43,4 mois) vs 9,7 mois ds bras VC (0,5 à 38 mois) avec p = 0,965. Taux de survie à 1 an : 34,3 % ds bras DG vs 40,8 % ds bras VC Taux de survie à 2 ans : 14,1 % ds bras DG vs 11,3 % ds bras VC. Taux de réponse : bras DG = 30 % (IC 95 % ; 23,9-36,3 %) vs bras VC = 39,2 % (IC 95 % ; 32,5-45,9 %) (p = 0,053) Durée médiane de réponse : 5 mois ds bras DG vs 6 mois ds bras VC. Délai médian de progression : 4 mois ds bras DG vs 5 mois ds bras VC (p = 0.456). Le profil de risque qui ressort de l utilisation de docetaxel-gemcitabine correspond au profil observé pour chacun des produits, dans les autres indications. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 1. Treat JA, Gonin R, Socinski MA, Edelman MJ, Catalano RB, Marinucci DM et al. A randomized, phase III multicenter trial of gemcitabine in combination with carboplatin or paclitaxel versus paclitaxel plus carboplatin in patients with advanced or metastatic non-small-cell lung cancer. Ann Oncol 2010 March;21(3): Gronberg BH, Bremnes RM, Flotten O, Amundsen T, Brunsvig PF, Hjelde HH et al. study by the Norwegian lung cancer study group: pemetrexed plus carboplatin compared with gemcitabine plus carboplatin as first-line chemotherapy in advanced non-small-cell lung cancer. J Clin Oncol 2009 July 1;27(19):

16 3. Reynolds C, Obasaju C, Schell MJ, Li X, Zheng Z, Boulware D et al. Randomized phase III trial of gemcitabine-based chemotherapy with in situ RRM1 and ERCC1 protein levels for response prediction in non-small-cell lung cancer. J Clin Oncol 2009 December 1;27(34): Kosmidis PA, Kalofonos HP, Christodoulou C, Syrigos K, Makatsoris T, Skarlos D et al. Paclitaxel and gemcitabine versus carboplatin and gemcitabine in patients with advanced non-small-cell lung cancer. A phase III study of the Hellenic Cooperative Oncology Group. Ann Oncol 2008 January;19(1): Helbekkmo N, Sundstrom SH, Aasebo U, Brunsvig PF, von PC, Hjelde HH et al. Vinorelbine/carboplatin vs gemcitabine/carboplatin in advanced NSCLC shows similar efficacy, but different impact of toxicity. Br J Cancer 2007 August 6;97(3): Kosmidis PA, Dimopoulos MA, Syrigos K, Nicolaides C, Aravantinos G, Boukovinas I et al. Gemcitabine versus gemcitabine-carboplatin for patients with advanced non-small cell lung cancer and a performance status of 2: a prospective randomized phase II study of the Hellenic Cooperative Oncology Group. J Thorac Oncol 2007 February;2(2): Xu N, Shen P, Zhang XC, Yu LF, Bao HY, Shi GM et al. Phase II trial of a 2-h infusion of gemcitabine plus carboplatin as first-line chemotherapy for advanced non-small-cell lung cancer. Cancer Chemother Pharmacol 2007 January;59(1): Yamamoto N, Nakagawa K, Uejima H, Sugiura T, Takada Y, Negoro S et al. Randomized phase II study of carboplatin/gemcitabine versus vinorelbine/gemcitabine in patients with advanced nonsmall cell lung cancer: West Japan Thoracic Oncology Group (WJTOG) Cancer 2006 August 1;107(3): Thomas P, Robinet G, Gouva S, Fournel P, Lena H, Le CH et al. Randomized multicentric phase II study of carboplatin/gemcitabine and cisplatin/vinorelbine in advanced non-small cell lung cancer GFPC study (Groupe francais de pneumo-cancerologie). Lung Cancer 2006 January;51(1): Sederholm C, Hillerdal G, Lamberg K, Kolbeck K, Dufmats M, Westberg R et al. trial of gemcitabine plus carboplatin versus single-agent gemcitabine in the treatment of locally advanced or metastatic non-small-cell lung cancer: the Swedish Lung Cancer Study Group. J Clin Oncol 2005 November 20;23(33): Rudd RM, Gower NH, Spiro SG, Eisen TG, Harper PG, Littler JA et al. Gemcitabine plus carboplatin versus mitomycin, ifosfamide, and cisplatin in patients with stage IIIB or IV non-small-cell lung cancer: a phase III randomized study of the London Lung Cancer Group. J Clin Oncol 2005 January 1;23(1): Zatloukal P, Petruzelka L, Zemanova M, Kolek V, Skrickova J, Pesek M et al. Gemcitabine plus cisplatin vs. gemcitabine plus carboplatin in stage IIIb and IV non-small cell lung cancer: a phase III randomized trial. Lung Cancer 2003 September;41(3): Danson S, Middleton MR, O'Byrne KJ, Clemons M, Ranson M, Hassan J et al. trial of gemcitabine and carboplatin versus mitomycin, ifosfamide, and cisplatin or mitomycin, vinblastine, and cisplatin in patients with advanced nonsmall cell lung carcinoma. Cancer 2003 August 1;98(3): Mazzanti P, Massacesi C, Rocchi MB, Mattioli R, Lippe P, Trivisonne R et al. Randomized, multicenter, phase II study of gemcitabine plus cisplatin versus gemcitabine plus carboplatin in patients with advanced non-small cell lung cancer. Lung Cancer 2003 July;41(1): Kortsik C, Albrecht P, Elmer A. Gemcitabine and carboplatin in patients with locally advanced or metastatic non-small cell lung cancer: a prospective phase II study. Lung Cancer 2003 April;40(1): Grigorescu AC, Draghici IN, Nitipir C, Gutulescu N, Corlan E. Gemcitabine (GEM) and carboplatin (CBDCA) versus cisplatin (CDDP) and vinblastine (VLB) in advanced non-small-cell lung cancer (NSCLC) stages III and IV: a phase III randomised trial. Lung Cancer 2002 July;37(1):9-14.

17 17. Masotti A, Zannini G, Gentile A, Morandini G. Activity of gemcitabine and carboplatin in advanced nonsmall cell lung cancer: a phase II trial. Lung Cancer 2002 April;36(1): Smit EF, van Meerbeeck JP, Lianes P, Debruyne C, Legrand C, Schramel F, Smit H, Gaafar R, Biesma B, Manegold C, Neymark N, Giaccone G; European Organization for Research and Treatment of Cancer Lung Cancer Group. Three-arm randomized study of two cisplatin-based regimens and paclitaxel plus gemcitabine in advanced non-small-cell lung cancer: a phase III trial of the European Organization for Research and Treatment of Cancer Lung Cancer Group--EORTC J Clin Oncol Nov 1; 21(21): Kosmidis P, Mylonakis N, Nicolaides C, Kalophonos C, Samantas E, Boukovinas J, Fountzilas G, Skarlos D, Economopoulos T, Tsavdaridis D, Papakostas P,Bacoyiannis C, Dimopoulos M. Paclitaxel plus carboplatin versus gemcitabine plus paclitaxel in advanced non-small-cell lung cancer: a phase III randomized trial. J Clin Oncol Sep 1; 20(17): Pujol JL et al. Gemcitabine-docetaxel versus cisplatin-vinorelbine in advanced or metastatic non-small-cell lung cancer: a phase III study addressing the case for cisplatin. Ann Oncol 2005 ; 16 (4) : Georgoulias V et al. Vinorelbine plus cisplatin versus docetaxel plus gemcitabine in advanced non-smallcell lung cancer: a phase III randomized trial. J Clin Oncol 2005 ; 23 (13) :

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES

COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES Approximativement, un tiers de tous les décès dus au cancer sont en relation avec

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 novembre 2009 IRESSA 250 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP 395 950-7) ASTRAZENECA géfitinib Liste I Médicament soumis à prescription hospitalière. Prescription

Plus en détail

ESMO 14. L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie

ESMO 14. L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie ESMO 14 L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie Cancer du SEIN Taxotere hebdo pas mieux et plus toxique Perrone F et al Ann Oncol 2014 Phase III : CMF vs Taxotere hebdo

Plus en détail

CANCERS BRONCHO-PULMONAIRES

CANCERS BRONCHO-PULMONAIRES OMEDIT Nord-Pas-De-Calais Affaire suivie par : Monique.YILMAZ@ars.sante.fr OMEDIT Aquitaine Affaire suivie par : antoine.brouillaud@omedit-aquitaine.fr morgane.guillaudin@omedit-aquitaine.fr myriam.roudaut@omedit-aquitaine.fr

Plus en détail

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Chimiothérapie des cancers bronchiques non à petites cellules. Dr Aloulou Samir Médenine le 13 Juin 2015

Chimiothérapie des cancers bronchiques non à petites cellules. Dr Aloulou Samir Médenine le 13 Juin 2015 Chimiothérapie des cancers bronchiques non à petites cellules Dr Aloulou Samir Médenine le 13 Juin 2015 Cas clinique Mr A.S agé de 55 ans grand tabagique consulte aux urgences pour céphalées évoluant depuis

Plus en détail

Cancer de l ovaire. traitements, soins et innovation. traitements adjuvants et de consolidation. www.e-cancer.fr. juin 2009

Cancer de l ovaire. traitements, soins et innovation. traitements adjuvants et de consolidation. www.e-cancer.fr. juin 2009 traitements, soins et innovation juin 2009 recommandations professionnelles Cancer de l ovaire traitements adjuvants et de consolidation COLLECTION recommandations & référentiels RECOMMANDATIONS DE PRISE

Plus en détail

CANCERS BRONCHIQUES ET MESOTHELIOMES PLEURAUX MALINS Date de publication : mars 2011 ANNEXE

CANCERS BRONCHIQUES ET MESOTHELIOMES PLEURAUX MALINS Date de publication : mars 2011 ANNEXE ERBITUX - cetuximab RÉFÉRENTIELS DE BON USAGE HORS GHS CANCERS BRONCHIQUES ET MESOTHELIOMES PLEURAUX MALINS Date de publication : mars 2011 ANNEXE Situations hors-amm pour lesquelles l insuffisance des

Plus en détail

Cancer Bronchique «Sujet Agé» Etat de la litterature

Cancer Bronchique «Sujet Agé» Etat de la litterature Cancer Bronchique «Sujet Agé» Etat de la litterature Situation en 2011 M CHAKRA Secteur Oncologie Thoracique CHU Arnaud de Villeneuve, Montpelier Qu est ce qu un sujet âgé? 70 ans est habituellement considéré

Plus en détail

CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES

CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES 1 EPIDEMIOLOGIE 28 000 nouveaux cas/an 4ème rang des cancers Sex ratio 6,1 Mortalité > 27 000/an Âge médian H 67 ans, F 68 ans 2 1 Taux annuel ajusté

Plus en détail

ARD12166 Cabazitaxel Compared to Topotecan for the Treatment of Small Cell Lung Cancer

ARD12166 Cabazitaxel Compared to Topotecan for the Treatment of Small Cell Lung Cancer DESCRIPTIF DES ESSAIS 2012 Par ordre alphabétique AB Science Etude de phase I/II multicentrique, randomisée, ouverte avec 2 groupes parallèles pour évaluer l efficacité et la tolérance du traitement par

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Avis sur l'utilisation de la capécitabine (Xeloda ) dans le traitement du cancer du poumon non à petites cellules de stades IIIb et IV

Avis sur l'utilisation de la capécitabine (Xeloda ) dans le traitement du cancer du poumon non à petites cellules de stades IIIb et IV Avis sur l'utilisation de la capécitabine (Xeloda ) dans le traitement du cancer du poumon non à petites cellules de stades IIIb et IV INTRODUCTION Le cancer du poumon est le cancer le plus fréquent au

Plus en détail

Annick.robinson@merck.com dquirion@national.ca 514 428-2890 514 843-2302

Annick.robinson@merck.com dquirion@national.ca 514 428-2890 514 843-2302 Communiqué de presse Relations avec les médias : Annick Robinson Dominique Quirion Merck NATIONAL Annick.robinson@merck.com dquirion@national.ca 514 428-2890 514 843-2302 Relations avec les investisseurs

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

M Gamaz K Bouzid CPMC- HDJ Oncologie Médicale

M Gamaz K Bouzid CPMC- HDJ Oncologie Médicale M Gamaz K Bouzid CPMC- HDJ Oncologie Médicale Plan Deux situations: Adjuvante Métastatique Pas de scoop Des nouveautés. Des espoirs, lumières. En situation adjuvante Abstract 7513 Adjuvant erlotinib (E)

Plus en détail

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us?

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us? Dr Jean-Charles Soria : Bonjour et bienvenue dans ce programme. Je suis Jean Charles Soria, Professeur de Médecine et Directeur du programme de développement précoce des médicaments à l université Paris

Plus en détail

Le retour de l immunothérapie dans le traitement du cancer bronchique.

Le retour de l immunothérapie dans le traitement du cancer bronchique. Le retour de l immunothérapie dans le traitement du cancer bronchique. Dr Bertrand MENNECIER, Charlotte LEDUC, Benjamin RENAUD-PICARD, Clément KORENBAUM CHRU de Strasbourg FOM Lille 21/03/2013 Disclosure

Plus en détail

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Médicale R.Sai, K.Bouzid Service d Oncologie d Médicale, M E.H.S Centre P & M Curie, Alger introduction Chimiothérapie anti-canc

Plus en détail

Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire

Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire J.-F. Geay, I. Ray-Coquard, H. Curé et É. Pujade-Lauraine Pourquoi un traitement de consolidation? Le standard de traitement de première ligne d

Plus en détail

qwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwerty uiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasd fghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzx cvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmq

qwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwerty uiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasd fghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzx cvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmq qwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwerty uiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasd fghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzx cvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmq Résumé ASCO 2013 POUR LA SFCP wertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyui 17/09/2013

Plus en détail

Cancer du poumon chez le sujet âgé : traitement du carcinome bronchique non à petites cellules

Cancer du poumon chez le sujet âgé : traitement du carcinome bronchique non à petites cellules Cancer du poumon chez le sujet âgé : traitement du carcinome bronchique non à petites cellules M.-C. Pailler et J.-F. Morère Introduction Avec plus de 700 000 nouveaux cas annuels, le cancer bronchique

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluations de la survie sans progression et du contrôle locoregional comme critère de substitution

Plus en détail

INVESTIGATEUR PRINCIPAL. Pr Alain DEPIERRE. COORDINATION IFCT Franck MORIN. PROMOTEUR C.H.U Besançon

INVESTIGATEUR PRINCIPAL. Pr Alain DEPIERRE. COORDINATION IFCT Franck MORIN. PROMOTEUR C.H.U Besançon Essai thérapeutique randomisé comparant deux schémas de chimiothérapie préopératoire dans les cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC) de stades cliniques I et II. PROTOCOLE IFCT-0002 INVESTIGATEUR

Plus en détail

Immunothérapie des cancers bronchiques

Immunothérapie des cancers bronchiques Immunothérapie des cancers bronchiques Alexis Cortot, MD, PhD Service de Pneumologie et Oncologie Thoracique Hôpital Calmette, CHRU de Lille UMR8161, Institut de Biologie de Lille 11 ème Journée du CPHG

Plus en détail

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

Objectifs. La prise en charge du cancer du poumon métastatique: vers une approche personnalisée. Dre Lise Tremblay

Objectifs. La prise en charge du cancer du poumon métastatique: vers une approche personnalisée. Dre Lise Tremblay 2 e journée scientifique en oncologie thoracique de l IUCPQ Vers un nouveau visage La prise en charge du cancer du poumon métastatique: vers une approche personnalisée Dre Lise Tremblay Vendredi 14 novembre

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales Henri Roché, Institut Claudius Regaud Toulouse, 9 février 2012 Histoire naturelle Les cancers en cause Les éléments de stratégie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein à cellules claires métastatique (CRM) Plus de 30 % des CR deviendront métastatiques

Plus en détail

Indication (selon la monographie du médicament) : Traitement de l'adénocarcinome rénal métastatique

Indication (selon la monographie du médicament) : Traitement de l'adénocarcinome rénal métastatique Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Torisel Par souci de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux produits médicamenteux brevetés effectués par les membres

Plus en détail

Session plénière: 1 / 4 Sessions scientifiques et poster discussions: Poster présentations: 87/1438

Session plénière: 1 / 4 Sessions scientifiques et poster discussions: Poster présentations: 87/1438 CANCERS DIGESTIFS Session plénière: 1 / 4 Sessions scientifiques et poster discussions: 38/435 Poster présentations: 87/1438 The TME Trial after a Median Follow-up of 11 Years C. A. Marijnen et Al, Leiden,

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Deux grandes questions Cette modalité de présentation, requiert elle une prise en charge

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Chimiothérapie et radiothérapie concomitante Pour les patients ayant un cancer de la tête et du cou

Chimiothérapie et radiothérapie concomitante Pour les patients ayant un cancer de la tête et du cou Chimiothérapie et radiothérapie concomitante Pour les patients ayant un cancer de la tête et du cou Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CEPO) Mai 2005 Chimiothérapie et radiothérapie concomitante

Plus en détail

Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims

Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims 12 2014 HEMATOPOIESE Progéniteurs puis précurseurs Stimulation par facteur : activation spécifique de leur récepteur Moelle

Plus en détail

OBJECTIFS 2013-02- 14 LE TRAITEMENT DU CANCER DU POUMON DE STADE AVANCÉ: " OÙ EN SOMMES-NOUS " EN 2013?

OBJECTIFS 2013-02- 14 LE TRAITEMENT DU CANCER DU POUMON DE STADE AVANCÉ:  OÙ EN SOMMES-NOUS  EN 2013? OBJECTIFS LE TRAITEMENT DU CANCER DU POUMON DE STADE AVANCÉ: " OÙ EN SOMMES-NOUS " EN 2013? Connaître les différentes options de traitement disponibles pour le cancer du poumon de stade avancé Connaître

Plus en détail

4 octobre 2011. Le consentement dit «éclairé» Der sogenannte «informed consent» Pr B. Hirschel

4 octobre 2011. Le consentement dit «éclairé» Der sogenannte «informed consent» Pr B. Hirschel 4 octobre 2011 Le consentement dit «éclairé» Der sogenannte «informed consent» Pr B. Hirschel Préambule (1) Le consentement informé est un processus: Explication orales Discussion avec des proches Réponses

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Conflits d intérêts Aucun Introduction Constat : CB = Moins de motivation des pneumologues à obtenir le sevrage tabagique (versus

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

II. A - DEFINITION 1. STADE IIIA

II. A - DEFINITION 1. STADE IIIA Les carcinomes bronchiques non à petites cellules (CBNPC) de stade III constituent un groupe très hétérogène et représentent environ 40% des cas de CBNPC. Le traitement des stades III est en règle non

Plus en détail

RESUME DU PROTOCOLE : LX01-315

RESUME DU PROTOCOLE : LX01-315 RESUME DU PROTOCOLE : LX01-315 N /Titre du protocole : LX01-315 / Essai Clinique de Phase 3 pour évaluer la tolérance et l'efficacité de 2 mg d'allovectin-7 en Administration Intra-Lésionnelle versus Dacarbazine

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Sylvie CHABAUD Direction de la Recherche Clinique et de l Innovation : Centre Léon Bérard - Lyon Unité de Biostatistique

Plus en détail

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique 2 Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique Patient de 60 ans, ATCD: HTA, IDM en 2007, hypercholestérolémie Juin 2008: Toux, dyspnée (sous 02) et anorexie progressive Bilan

Plus en détail

Bilan du suivi des produits traceurs 2008

Bilan du suivi des produits traceurs 2008 OMIT PACA CORSE Agence Régionale de l Hospitalisation de Provence Alpes Côte d Azur PACA Corse OMIT ARH PACA CORSE Page 1 sur 77 Sommaire Introduction Préambule Contexte Objectifs du dispositif national

Plus en détail

Programme AcSé. Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib

Programme AcSé. Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib Programme AcSé Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib G. Vassal, J.Y. Blay, C. Cailliot, N. Hoog-Labouret, F. Denjean, M. Jimenez, A.L.

Plus en détail

Praticien Hospitalier ; Service des Maladies Respiratoires ; CHU de Montpellier. Médecin attaché Centre Régional de Lutte contre le Cancer.

Praticien Hospitalier ; Service des Maladies Respiratoires ; CHU de Montpellier. Médecin attaché Centre Régional de Lutte contre le Cancer. I CURRICULUM VITAE Docteur Xavier Quantin Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Arnaud de Villeneuve CHU de Montpellier 34295 Montpellier cedex 5 Tel: 04 67 33 59 40, Fax: 04 67 33 61 48, Xavier.Quantin@wanadoo.fr

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

L EMEA accepte d évaluer la demande d autorisation de mise sur le marché de la LENALIDOMIDE

L EMEA accepte d évaluer la demande d autorisation de mise sur le marché de la LENALIDOMIDE L EMEA accepte d évaluer la demande d autorisation de mise sur le marché de la LENALIDOMIDE NEUCHATEL, Suisse, 7 avril/prnewswire/ -- - LA LENALIDOMIDE est évaluée par l EMEA comme thérapie orale pour

Plus en détail

La chimiothérapie intrapéritonéale de consolidation

La chimiothérapie intrapéritonéale de consolidation La chimiothérapie intrapéritonéale de consolidation C. Tournigand, A. Plantade et A. de Gramont Le concept La chimiothérapie intrapéritonéale a été étudiée depuis plus de cinquante ans. Ce traitement régional

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 décembre 2008 VIRAFERONPEG 50 µg/ 0.5 ml, poudre et solvant pour solution injectable B/1 : code CIP 355 189.3 B/4 : code CIP 355 191.8 VIRAFERONPEG, stylo pré-rempli

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique 1 Qu entend on par évaluation au remboursement? L évaluation est

Plus en détail

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner?

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Malika Benkerrou Site de référence pédiatrique national sur la drépanocytose Hôpital Robert Debré, Paris 3èmes Journées de la Drépanocytose en Martinique

Plus en détail

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante.

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. 4.9 Surdosage Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. Il n existe pas d antidote spécifique à un surdosage par pazopanib,

Plus en détail

ONCO LR Septembre 2011

ONCO LR Septembre 2011 Référentiel Cancer de l Ovaire ONCO LR Septembre 2011 Généralités Tout dossier Cancer Ovarien doit être présenté en RCP locale avant de débuter la séquence thérapeutique initiale. Soumission en RCP régionale

Plus en détail

GUSTAVE ROUSSY À L ASCO

GUSTAVE ROUSSY À L ASCO GUSTAVE ROUSSY À L COMMUNIQUÉ DE PRESSE 29 MAI 02 JUIN THÉRAPIES CIBLÉES www.gustaveroussy.fr/asco Communiqué de presse Gustave Roussy au 51 e congrès de l American Society of Clinical Oncology THÉRAPIES

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 14 janvier 2004 COSMEGEN 0,5 mg, poudre pour solution injectable Boîte de 1 flacon Laboratoires MERCK SCHARP & DOHME-CHIBRET dactinomycine

Plus en détail

Référentiel régional Prise en charge des cancers du poumon non à petites cellules Version 1 Avril 2009

Référentiel régional Prise en charge des cancers du poumon non à petites cellules Version 1 Avril 2009 Référentiel régional Prise en charge des cancers du poumon non à petites cellules Version 1 Avril 2009 Sommaire Contexte 5 Epidémiologie...5 Objectifs...5 Champ d application...5 Utilisateurs cibles...5

Plus en détail

Peut-on réduire l incidence de la gastroentérite et ses conséquences dans les écoles primaires à l aide de solution hydro-alcoolique?

Peut-on réduire l incidence de la gastroentérite et ses conséquences dans les écoles primaires à l aide de solution hydro-alcoolique? Peut-on réduire l incidence de la gastroentérite et ses conséquences dans les écoles primaires à l aide de solution hydro-alcoolique? Service des Maladies Infectieuses; CHR Orléans Unité Inserm U-707,

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

CANCER DU POUMON 2006. CICM Charles-LeMoyne 2006.03.15

CANCER DU POUMON 2006. CICM Charles-LeMoyne 2006.03.15 CANCER DU POUMON 2006 Benoît t Samson md CICM Charles-LeMoyne 2006.03.15 CANCER du POUMON 2006 Données épidémiologiques Aspects cliniques Approches thérapeutiques Cancer du poumon 2006 Données épidémiologiques

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

Pour l intensification thérapeutique dans les tumeurs d Ewing

Pour l intensification thérapeutique dans les tumeurs d Ewing Pour l intensification thérapeutique dans les tumeurs d Ewing Dr Valérie LAURENCE Département d Oncologie Médicale et Département d Oncologie Pédiatrique- Adolescents Jeunes Adultes Institut Curie, Paris

Plus en détail

Tumeurs osseuses de l enfantl

Tumeurs osseuses de l enfantl Tumeurs osseuses de l enfantl Enseignement interrégional DES de PédiatrieP Auvergne Rhône Alpes Etienne Merlin Clermont-Ferrand 14 mars 2008 14-15 15 mars 2008 E Merlin DES pediatrie Clermont Ferrand 1

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

Tumeur maligne des os

Tumeur maligne des os Tumeur maligne des os E p idém iologie tumeur maligne primitive de l os touchant essentiellement l adolescent et l adulte jeune. 70% des sarcomes ostéogéniques sont diagnostiqués avant l âge de 18ans dans

Plus en détail

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder Le don de cellules souches M.Lambermont Pascale Van Muylder 1 Pourquoi avons-nous recours à la greffe de CSH? Certaines maladies causent la destruction ou un fonctionnement anormal de la moelle osseuse.

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Suivi ADOM. Claude Boiron Oncologie Médicale

Suivi ADOM. Claude Boiron Oncologie Médicale Suivi ADOM Claude Boiron Oncologie Médicale PLAN 1. Problématiques du traitement anti cancéreux per os 2. Objectifs du suivi ADOM 3. Procédures 4. Bilan Étude observationnelle Étude médico économique Étude

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Introduction : Essais de phase I

Introduction : Essais de phase I Schéma de recherche de dose dans les essais de phase I : comparaison par simulations dans un cadre temporel A Doussau 1,2, MC Le Deley 3, B Asselain 1, G Vassal 3, X Paoletti 1 1 - Institut Curie, 2 -

Plus en détail

Avis 23 avril 2014. BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA

Avis 23 avril 2014. BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 avril 2014 BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA DCI Code ATC (2012) Motif de l

Plus en détail

La nouvelle classification TNM en pratique

La nouvelle classification TNM en pratique La nouvelle classification TNM en pratique Thierry Berghmans Département des Soins Intensifs et Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Bruxelles, Belgique Bases historiques 1946 : Denoix invente le

Plus en détail

DES médicaments issus des biotechnologies aux médicaments biosimilaires :

DES médicaments issus des biotechnologies aux médicaments biosimilaires : R a p p o r t d e x p e r t i s e DES médicaments issus des biotechnologies aux médicaments biosimilaires : état des lieux j u i l l e t 2 0 11 Un médicament biologique est une substance produite à partir

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Dominique Larrey Service d Hépatogastroenterologie et transplantation Hôpital Saint Eloi CHU Montpellier

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2014

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2014 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2014 L avis de la Commission de la transparence adopté le 8 janvier 2014 a fait l objet d une audition le 5 mars 2014 AUBAGIO 14 mg comprimé pelliculé Boîte de

Plus en détail

Essais thérapeutiques en onco-gériatrie : l exemple des lymphomes

Essais thérapeutiques en onco-gériatrie : l exemple des lymphomes Essais thérapeutiques en onco-gériatrie : l exemple des lymphomes Clinical trials in elderly patients: the lymphoma experience D. Garbay*, P. Soubeyran* RÉSUMÉ Longtemps, les sujets âgés ont été exclus

Plus en détail

RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques

RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques J. Dinkel (1) C. Hintze (1) M. Fabel (2) R. Tetzlaff (1) M. Thorn (3) J. Biederer (2) HU. Kauczor (1) S. Delorme (1) 1 Radiologie

Plus en détail

VOLUMES-CIBLES Cancer Bronchique Non-à-Petites Cellules

VOLUMES-CIBLES Cancer Bronchique Non-à-Petites Cellules VOLUMES-CIBLES Cancer Bronchique Non-à-Petites Cellules Philippe GIRAUD, Nicolas POUREL, Vincent SERVOIS Romainville, le 29 septembre 2011 1 Radiothérapie et cancer du poumon La dosimétrie des cancers

Plus en détail

Traitements anticancéreux oraux des tumeurs solides (1 re partie)

Traitements anticancéreux oraux des tumeurs solides (1 re partie) Traitements anticancéreux oraux des tumeurs solides (1 re partie) Le nombre de cas de cancer diagnostiqués au Canada augmente d année en année, notamment à cause de la population vieillissante. Les nouveaux

Plus en détail

EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME

EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME Docteur Jean PERRIOT Dispensaire Emile Roux Clermont-Ferrand jean.perriot@cg63.fr DIU Tabacologie Clermont-Ferrand - 2015 NOTIONS GENERALES INTRODUCTION.

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail