QUE SAVONS-NOUS DE LA RELATION ENTRE CANCER ET ACTIVITE PHYSIQUE? DR JACQUES LECOMTE Médecine du sport Pneumo-oncologie CHU CHARLEROI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUE SAVONS-NOUS DE LA RELATION ENTRE CANCER ET ACTIVITE PHYSIQUE? DR JACQUES LECOMTE Médecine du sport Pneumo-oncologie CHU CHARLEROI"

Transcription

1 QUE SAVONS-NOUS DE LA RELATION ENTRE CANCER ET ACTIVITE PHYSIQUE? DR JACQUES LECOMTE Médecine du sport Pneumo-oncologie CHU CHARLEROI

2 La recherche contre le cancer a toujours suivi de nombreuses directions, tant pour la prévention que pour le traitement. L'utilisation de l'activité physique comme moyen préventif a été étudiée à partir de Les premières études, datant de cette époque, mettaient déjà en évidence une diminution de la mortalité globale par cancers chez les patients physiquement actifs. Cependant, cette dernière n'était pas statistiquement significative, probablement parce que ces premières études s'intéressaient à la mortalité oncologique globale et non pas à chaque type de cancer en particulier. Les études ultérieures s intéressèrent à un type de cancer précis et furent en mesure de montrer une diminution significative de la mortalité mais aussi d'amélioration des niveaux de condition physique, de l'activité physique et QOL pour les cancers du colon, du sein, de la prostate., R.H Knols et al.bmc Cancer. 2010; 10: 06 2

3 QU EST-CE-QUE L ACTIVITE PHYSIQUE? 3

4 QU EN EST-IL DE L ACTIVITE PHYSIQUE? «Tout mouvement de l organisme produit par la contraction musculaire, qui augmente la dépense énergétique» L activité physique au sens large inclut donc tous les mouvements effectués dans la vie quotidienne et ne se réduit pas à la seule pratique sportive, qu elle soit de loisir ou de compétition. Elle intègre également l activité physique pratiquée dans le cadre de la vie professionnelle et de la vie courante (activités ménagères, jardinage, transports ). 4

5 QU EN EST-IL DE L ACTIVITE PHYSIQUE? «Tout mouvement de l organisme produit par la contraction musculaire, qui augmente la dépense énergétique» Les termes «exercice» et «activité physique» sont souvent utilisés de manière interchangeable. Il est cependant plus précis de dire que l'exercice constitue une sous-catégorie de l'ap : c'est une activité planifiée, structurée et répétitive dont le but est le maintien des capacités fonctionnelles cardio-respiratoires et musculaires La distinction entre sport et activité physique est importante car l on sait aujourd hui qu une activité sportive intensive (surtout professionnalisée) peut avoir un impact négatif sur la santé physique et psychique (Cas du surentraînement pathologique). 5

6 QU EN EST-IL DE LA RELATION ENTRE CANCER ET ACTIVITE PHYSIQUE? 6

7 Y-a-t-il une place pour l activité physique dans l armada des armes contre le cancer? Principales causes de cancer 7

8 Les effets indésirables du cancer et de ses traitements 8

9 PEUT-ON ESPERER DIMINUER LES RISQUES DE CANCER GRACE A L ACTIVITE PHYSIQUE??? PREVENTION PRIMAIRE

10 PREVENTION PRIMAIRE Dans un premier temps,l action préventive de l activité physique a surtout été étudiée dans le cancer du sein. 10

11 PREVENTION PRIMAIRE Dans un premier temps, l action préventive de l activité physique a surtout été étudiée dans le cancer du sein. Les résultats mettent en évidence une association inverse entre AP et cancer du sein chez la femme ménopausée avec une réduction des risques allant de 20 à 80 % selon les études. Pour les femmes non ménopausées, l association est moins forte (15 20 % de réduction). Monninkhof E.M., Elias S.G., Vlems F.A., van dt I., Schuit A.J., Voskuil D.W., et al. Physical activity and breast cancer: a systematic review Epidemiology 2007 ; 18 : Activité physique et cancer 11

12 Exercice et Cancer Seins Effet du statut ménopausal Friedenreich et Cust. Br J Sports Med 2008 ; 42 :

13 PREVENTION : CANCER DU SEIN En résumé

14 Une activité modérée suffit si elle est régulière PREVENTION PRIMAIRE Des chercheurs français se sont servis de questionnaires concernant l activité physique soumis, à deux ans d intervalle, à femmes ménopausées (dont ont été atteintes d un cancer du sein invasif) entre 1993 et Le risque de cancer du sein invasif semble être réduit de 10 % chez celles ayant eu une activité physique correspondant à 4 heures de marche modérée ou 2 heures de vélo par semaine au cours des 4 dernières années. Recent Recreational Physical Activity and Breast Cancer Risk in Postmenopausal Women in the E3N Cohort.Fournier A, and al. Published OnlineFirst August 11, 201

15 Une activité modérée suffit si elle est régulière PREVENTION PRIMAIRE Par contre, cette baisse de risque ne semble pas être présente chez les femmes qui ont eu un niveau similaire d activité physique dans les 5 à 9 ans ayant précédé la récolte des données finales, mais n ont plus pratiqué d activités physiques dans le courant des 4 dernières années. Il est donc important de poursuivre après la ménopause une activité physique débutée avant celle-ci, même si le risque de cancer du sein diminue aussi chez les femmes qui débutent une activité physique après la ménopause. L effet bénéfique d une activité physique n est pas lié à l indice de masse corporelle (mesure de la corpulence : poids divisé par la taille au carré) ou à la circonférence de l abdomen Recent Recreational Physical Activity and Breast Cancer Risk in Postmenopausal Women in the E3N Cohort.Fournier A, and al. Published OnlineFirst August 11, 201

16 L activité physique est associée à une diminution du risque de cancer AUTRES LOCALISATIONS Il existe d autres cancers pour lesquels quelques publications suggèrent un rôle protecteur de l activité physique (poumon,pancréas, prostate, ovaire) mais les données sont encore insuffisantes pour en tirer des conclusions. L activité physique pourrait également exercer un effet protecteur indirect vis-à-vis des localisations de cancers pour lesquelles il y a un lien avec surpoids et obésité ( oesophage, endomètre, rein, côlon,sein après la ménopause, pancréas et vésicule biliaire). 16

17 Les personnes qui pratiquent des exercices physiques de manière intensive meurent-elles moins souvent d un cancer? Les chercheurs se sont intéressés à hommes finlandais entre 42 et 61 ans suivis pendant 16 ans et qui ne présentaient pas d antécédents de cancer. Ils ont suivi de près leur activité physique : fréquence, durée moyenne et intensité. Une augmentation de 1,2 unités métaboliques était liée à une moindre mortalité, principalement par cancer pulmonaire et gastro-intestinal, et ce après correction pour l âge, la consommation d alcool et de tabac, le BMI et l ingestion de fibres et de graisses. Jari A Laukkanen, Rainer Rauramaa, Timo H Makikallio, Adetunji T Toriola, and Sudhir Kurl Intensity of leisure-time physical activity and Cancer mortality in men Br. J. Sports Med., Jul 2009; 17

18 Les personnes qui pratiquent des exercices physiques de manière intensive meurent-elles moins souvent d un cancer? Les hommes qui s activaient de façon modérée à intensive durant au moins une demi-heure par jour avaient deux fois moins de cancer que ceux qui ne faisaient rien sur le plan physique, constatent les chercheurs. Selon eux, un manque d exercices physiques peut jouer un rôle clé dans le développement d un cancer. «Bouger même de façon modérée est conseillé pour réduire la mortalité par cancer» Jari A Laukkanen, Rainer Rauramaa, Timo H Makikallio, Adetunji T Toriola, and Sudhir Kurl Intensity of leisure-time physical activity and Cancer mortality in men Br. J. Sports Med., Jul 2009; 18

19 Dans cette étude prospective de hommes et femmes, l'activité physique accrue semble être associée à une diminution du risque de carcinome pulmonaire totale de 22%. L'association persistait après ajustement pour les facteurs de risque établis ou suspectés de cancer du poumon, dont le tabagisme. Lorsque nous avons examiné l'activité physique par rapport à la mortalité par cancer du poumon ( n=4793 cas), le risque relatif multivarié était de 0,79 (IC 95%: 0,72, 0,87). L'activité physique a montré une relation inverse ou suggestive inverse avec tous les sous-types histologiques. Les risques relatifs pour un carcinome à petites cellules, un adénocarcinome, un épidermoïde, et un carcinome à grandes cellules à 0,82 (IC 95%: 0,67, 1,01), 0,80 (IC 95%: 0,71, 0,91), 0,78 (IC 95%: 0,65, 0,93) et 0,86 (IC 95%: 0,62, 1,21), respectivement. Prospective Study of Physical Activity and Lung Cancer by Histologic Type in Current, Former, and Never Smokers M F. Leitzmann, and al. Am J Epidemiol March 1; 169(5): Une activité physique accrue était liée à une diminution du risque de carcinome pulmonaire chez les fumeurs actuels et anciens ( P interaction = 0,301). En revanche, aucune relation de l'activité physique à un carcinome pulmonaire n a été observée chez les personnes n'ayant jamais fumé Huit études prospectives et 3 études cas-témoins ont aussi observé une diminution de 23% à 42% du risque de cancer du poumon pour les niveaux élevés versus bas d'activité physique totale 19

20 PREVENTION PRIMAIRE Dans un premier temps,l action préventive de l activité physique a surtout été étudiée dans le cancer du sein. Evolution de la mortalité par cancer 20

21 Si un cancer apparaît, peut-on obtenir une action positive du maintien d une activité physique pendant et après le traitement? 21

22 Bouger pendant le traitement, PREVENTION SECONDAIRE 22

23 PREVENTION SECONDAIRE Dans une étude parue en 2000, Schwartz trouvait que des patients atteintes d un cancer du sein qui suivaient un programme de huit semaines basé sur 15 à 30 minutes d exercices aérobies, 4 fois par semaine, présentaient: très peu de jours de fatigue sévère et des niveaux de fatigue beaucoup moins intenses à chaque cycle de chimiothérapie comparés à un groupe de patientes non actives. Les patientes actives signalaient aussi une amélioration de leur qualité de vie. Schwartz A.L., Mori M., Gao R., Nail L.M., King M.E. Exercise reduces daily fatigue in women with breast cancer receiving chemotherapy Med Sci Sports Exerc 2001 ; 33 :

24 Essai randomisé évaluant l exercice physique chez les femmes traitées pour cancer du sein L objectif de cet essai randomisé est d évaluer l apport d exercice en aérobie sur la qualité de vie, l état psychologique, la fatigue et l aptitude physique au décours des soins pour cancer du sein. Les patientes éligibles sont physiquement peu actives,atteintes de cancer du sein localisé traité depuis 12 à 36 mois. DALEY AJ, CRANK H, SAXTON JM et al. Journal of Clinical Oncology 2007, 25,

25 Essai randomisé évaluant l exercice physique chez les femmes traitées pour cancer du sein Trois bras sont comparés, 2) exercice placebo 3 1 ) exercice en aérobie: trois séances hebdomadaires de 50 minutes maintenant la fréquence cardiaque vers 65 à 85% de la fréquence maximale théorique (FMT), séances hebdomadaires de 50 minutes avec des efforts d étirement maintenant la fréquence cardiaque vers 40% de la FMT. 3) bras contrôle. Les deux bras d exercice sont poursuivis sur 8 semaines. DALEY AJ, CRANK H, SAXTON JM et al. Journal of Clinical Oncology 2007, 25,

26 Essai randomisé évaluant l exercice physique chez les femmes traitées pour cancer du sein La qualité de vie est améliorée dans le bras exercice en aérobie par rapport au bras placebo [+ 9,8 (p=0,004) pour FACT-G et + 13,14 (p=0,002) pour FACTB]. De même, la fatigue, les sensations physiques, la dépression et les capacités physiques sont significativement améliorées dans le bras exercice en aérobie par rapport au bras contrôle. DALEY AJ, CRANK H, SAXTON JM et al. Journal of Clinical Oncology 2007, 25, Ces bénéfices en terme de qualité de vie globale après traitement d un cancer du sein sont liés à la pratique de ces exercices en aérobie et non à une simple prise en charge psychologique car ces bénéfices n existent pas dans le bras exercice placebo qui présente la même fréquence de rencontres avec les mêmes intervenants.

27 Effet de l'exercice sur la capacité fonctionnelle et la qualité de vie de patients souffrant d un cancer tête et cou et recevant une chimioradiothérapie. Il y a peu d'informations disponibles sur les effets de l'exercice chez les patients tête et cou,d où l intérêt de tels études. Le groupe exercice, mis à part les soins standard, a reçu un programme basé sur les lignes directrices de l'american College of Sports Medicine qui consistait en un programme de marche rapide et un programme d'exercice actif de type résistance L'intensité de ces deux composantes a été guidée la perception de l'effort (RPE). La première partie se composait d'un programme de randonnées personnalisé pendant 15 à 20 min à un RPE entre 3-5/10 pour cinq jours par semaine pendant six semaines. La deuxième partie consistait en un programme d'exercices actifs sur mesure (RPE 3-5/10) pour les principaux groupes musculaires des membres supérieurs et membres inférieurs (les biceps, les triceps, les muscles ischiojambiers et les quadriceps.), cinq jours par semaine pendant les six semaines. Les patients effectué 2-3 séries de 8-10 fois les exercices en fonction de leurs niveaux RPE. Les patients dans ces deux groupes ont reçu 66 gay en 33 fractions plus d une chimiothérapie se composait de 100 mg/m2] de surface corporelle (BSA) cisplatine le jour 1, jour 22et 43 Samuel SR, Maiya G A, Babu AS, Vidyasagar M S. Effect of exercise training on functional capacity & quality of life in head & neck cancer patients receiving chemoradiotherapy. Indian J Med Res 2013;137:515-20

28 Effet de l'exercice sur la capacité fonctionnelle et la qualité de vie de patients souffrant d un cancer tête et cou et recevant une chimioradiothérapie. Cette étude fournit des preuves préliminaires qu'un programme d'exercices est sûr et bien toléré chez ces patients. L'entraînement sous la forme d'un programme de marche dynamique et de renforcement musculaire améliore les capacités fonctionnelles et la qualité de vie chez les patients recevant une CRT. Samuel SR, Maiya G A, Babu AS, Vidyasagar M S. Effect of exercise training on functional capacity & quality of life in head & neck cancer patients receiving chemoradiotherapy. Indian J Med Res 2013;137:515-20

29 ET LE CANCER DU POUMON? Nous connaissons tous l importance de la détermination de la VO2 peak dans la décision d opérabilité d un cancer du poumon. Différentes études ont ainsi montré que la VO2 peak constituait le plus puissant facteur indépendant prédicteur de complications post-opératoires (Bolliger 1994 ; Bobbio 2008 ) Les résultats de deux études pilotes (Jones 2007 ; Bobbio 2008) ont montré que chez des patients limites pour la chirurgie, des améliorations significatives de leur aptitude cardio-respiratoire ( VO2 peak : +/- 2,5 ml/min/kg) pouvaient être observées et pourraient être associées à moins de complications chirurgicales et à un devenir post-op meilleur Activité physique et cancer 29

30 Impact du réentraînement préopératoire dans le cadre d un cancer pulmonaire non à petites cellules (CPNPC) Activité physique et cancer 30

31 Bouger après le traitement, PREVENTION TERTIAIRE 31

32 ET APRES LE TRAITEMENT? Les patients traités pour un cancer sont susceptibles de présenter plusieurs situations pathologiques lors de leur suivi. Il peut s agir de : nouvelle pathologie tumorale => rechute ou deuxième cancer, de troubles de l humeur, de fatigue, de comorbidités cardio-vasculaire ou ostéo-articulaire, de prise de poids

33 Activité physique et survie après un cancer du sein Le maintien d une AP au-delà de 8 a 9 MET/h (Metabolic equivalent/heure) est associé à une réduction de près de 50 % du risque de décès par cancer, Le bénéfice en terme de survie à 5 ans et à 10 ans est de 4 et de 6%. La réduction du taux de rechute augmente avec le niveau d exercice jusque vers 20 MET/h. Des biais methodologiques existent dans ces différentes études MAIS Ce qui est important, c est que ce gain de survie en cas d AP se retrouve aussi en intégrant les facteurs pronostiques classiques tels que l'âge, le stade tumoral TNM, la présence de récepteurs hormonaux, le lieu de résidence, l alcoolisme ou le tabagisme, l indice de masse corporelle (IMC) et le statut hormonal de la patiente. 33

34 A quoi correspondent ces MET-heure? 34

35 Il apparaît donc, sur ces cinq séries importantes, qu après les soins anticancéreux, un exercice physique régulier puisse améliorer la survie des patientes et que le niveau d activité physique (AP) doit être accru quelque soit le niveau initial réalisé en pré thérapeutique Réduction du taux de rechutes après le traitement Schmitz KS. Exercise for secondary prevention in breast cancer: moving from evidence to changing clinical practice Cancer 2010 ; 4 :

36 Activité physique et survie après un cancer du sein Outre le résultat des séries prospectives une méta analyse récente (Ibrahim) a évalué l impact de l AP après le diagnostic du cancer du sein. En ce qui concerne l AP après le diagnostic de cancer du sein, il existe une réduction du risque de décès par cancer du sein (RR = 0,66 (0,57-0,77) p < ) ainsi qu une réduction du taux de rechute du cancer (RR = 0,76 (0,66-0,87) p = 0,00001) Ces données parait surtout évidente pour les formes RH +. (RR=0.36 ( ) p=0.06) mais pas dans les formes RH-. Ibrahim E, Al-Homaidh A. Physical activity and survival after breast cancer diagnosis: meta analysis of published studies. Med Oncol 2010 ; 22 :

37 CANCER DU SEIN ET EXERCICE UN EXERCICE RÉGULIER AMELIORE LA QUALITÉ DE VIE EN CAS DE CANCER DU SEIN 37

38 Proposition d ordonnance «pour un bénéfice maximal, les femmes atteintes d un cancer du sein devraient se faire prescrire une ordonnance toute simple; celle du «3-5» «soit marcher à 3 ou 5 km/h de trois à cinq heures par semaine.» Holmes MD, Wendy PH, Chen Y et al. Physical activity and survival after breast cancer diagnosis.jama 2005, 293,

39 Bénéfice sur la survie de l activité physique après un traitement RR/ Inactif IC Série Nbre MET h/sem NHS sein Whel sein > CALGB colon 832 > NHS colon 573 > Ces 4 séries prospectives retrouvent un bénéfice en terme de survie

40 LE CANCER COLIQUE Survie Globale et spécifique AP après cancer du côlon Survie spécifique

41 LE CANCER COLIQUE

42 Et la prostate?

43 ET LE CANCER DU POUMON? Les études sont encore rares comparées à d autres formes de cancer et la plupart ont étudié les effets de l exercice seulement chez les patients éligibles pour la chirurgie Effect of aerobic exercise and relaxation training on fatigue and physical performance of cancer patients after surgery. A randomised controlled trial. Dimeo FC, Thomas F, Raabe-Menssen C, Pröpper F, Mathias M. Support Care Cancer Nov;12(11):774-9 CONCLUSION = WE CONCLUDE THAT A STRUCTURED AEROBIC TRAINING PROGRAMME IMPROVES THE PHYSICAL PERFORMANCE OF PATIENTS RECOVERING FROM SURGERY FOR SOLID TUMOURS Ces dernières années, de plus en plus de programmes d'exercices destinés à prévenir le déclin fonctionnel associé avec un NSCLC ou améliorer l'état physique avant ou après le traitement du cancer font l'objet d'essais de recherche The Lung Cancer Exercise Training Study (LUNGEVITY) is a randomized trial to investigate the efficacy of different types of exercise training on cardiorespiratory fitness (VO2peak), patientreported outcomes, and the organ components that govern VO2peak in post-operative nonsmall cell lung cancer (NSCLC) patients. BMC Cancer Apr 21;10:155. doi: / Jones LW, Eves ND, Kraus WE, Potti A, Crawford J, Blumenthal JA, Peterson BL, Douglas PS. 43

44 Impact du réentraînement postopératoire dans le cadre d un cancer pulmonaire non à petites cellules (CPNPC) 44

45 Les autres cancers : le cas du poumon IN-PATIENT REHABILITATION OF LUNG CANCER PATIENTS A PROSPECTIVE STUDY» 44 patients avec un cancer du poumon de grade I-III étaient inclus dans un programme de réhabilitation après chirurgie et /ou radiothérapie et /ou chimiothérapie Ce programme comprenait un entraînement aérobie Conclusion : les auteurs concluaient en une amélioration à la fois psychologique et physiologique après ce programme. Mais aussi une nette diminution des paramètres liés à la fatigue H. Riesenberg & A.Lübbe Support Care Cancer (2010) 18:

46 Do patients with lung cancer benefit from physical exercise? A H. ANDERSEN, A VINTHER, L.POULSEN, A MELLEMGAARD Acta Oncologica, 2011; 50: Principaux enseignements de l étude : 1/ Comme dans la BPCO, les patients atteints de cancer du poumon améliorent leur condition physique après un programme de réentraînement. 2/ La compliance aux séances d entraînement supervisées étaient élevées mais par contre l adhérence aux sessions individuelles (à la maison) étaient beaucoup plus faibles 3/ Des améliorations individuelles sur la santé globale étaient notés sans atteindre la signification statistique Activité physique et cancer 46

47 Les autres cancers : le cas du poumon par exemple Les preuves résumées dans cette métaanalyse suggèrent que l'entraînement physique peut potentiellement augmenter la capacité d'exercice des personnes après une résection pulmonaire NSCLC. Les auteurs concluent cependant que les résultats doivent être interprétés avec prudence en raison de l'écart entre les études, les limites méthodologiques, certains risques importants de distorsion et de petites tailles d'échantillon. Cette revue systématique souligne la nécessité pour les grands essais cliniques randomisés Exercise training undertaken by people within 12 months of lung resection for non-small cell lung cancer. Cavalheri V, Tahirah F, Nonoyama M, Jenkins S, Hill K. Cochrane Database Syst Rev Jul 1;7:CD Activité physique et cancer 47

48 Impact du réentraînement pour les cancers pulmonaire non à petites cellules (CPNPC) de stade avancé et SC : série de cas ; * : basée sur mesure VO2 pic et TM6. 48

49 COMMENT EXPLIQUER L ACTION POSITIVE DE L ACTIVITE PHYSIQUE VIS-A-VIS DU CANCER?

50 COMMENT EXPLIQUER L ACTION POSITIVE DE L ACTIVITE PHYSIQUE VIS-A-VIS DU CANCER? Action sur les oestrogènes Action sur l insuline Atténuation de la sécrétion de l Insuline-like Growth Factor (IGF) Action sur les hormones lipidiques et les adipokines Réduction de l inflammation Action positive sur l immunité Augmentation de la motilité intestinale 50

51 CONCLUSIONS

52 selon l OMS, en 2015 et en 2020 femmes belges succomberont d un cancer du sein AGIR AUJOURD HUI

53 EN RESUME : Exercice physique pendant les soins anti cancéreux. Quels apports? Une synthèse des différents essais randomisés publiée par KNOLS conclut, sur une analyse de 34 essais, que l exercice physique en cours de soins en cancérologie : améliore la qualité de vie, améliore les tests de fatigue aboutit à une réduction des symptômes secondaires à la maladie cancéreuse et à son traitement. R.H Knols et al.bmc Cancer. 2010; 10: 06

54 Que peut-on espérer du maintien d une activité physique pendant et après le traitement en dehors d un effet sur la survie? 1/ une action sur la fatigue. 2/ une amélioration de la qualité de vie 3/ une réinsertion plus aisée C EST LE BUT RECHERCHE PAR 54

55 Argan était dans l angoisse parce que son médecin ne lui avait pas précisé s il devait faire sa marche de santé, en long ou en large ALORS QUE FAIRE EN PRATIQUE?

56 Un homme c est fait pour bouger, c est pas fait pour s arrêter, c est fait pour continuer, pour mourir en mouvement éventuellement Tout le malheur vient de l immobilité. Toujours. Merci pour votre attention Dr. Jacques LECOMTE

RAVIVA L activité physique contre le cancer. Dr. Jacques LECOMTE

RAVIVA L activité physique contre le cancer. Dr. Jacques LECOMTE RAVIVA L activité physique contre le cancer Dr. Jacques LECOMTE RaViva bouger pour se sentir mieux Le pronostic de beaucoup de cancers s est amélioré tant au niveau de la guérison que de la survie et des

Plus en détail

SPORT et CANCER Parcours de soin, parcours de vie

SPORT et CANCER Parcours de soin, parcours de vie SPORT et CANCER Parcours de soin, parcours de vie Julien Gendre Responsable CAMI Sport et Cancer Calvados Titulaire DU Sport et Cancer Paris 13 Mercredi 6 février 2013 1 Pour votre santé, pratiquez une

Plus en détail

ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SANTÉ. Docteur Francis LEPAGE DDJS

ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SANTÉ. Docteur Francis LEPAGE DDJS ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SANTÉ Docteur Francis LEPAGE DDJS MORTALITÉ LIÉE A L ENVIRONNEMENT ET AU COMPORTEMENT AUX USA EN 2000 CAUSES NOMBRES DE MORTS TABAC 400.000 38 INACTIVITÉ PHYSIQUE+ALIMENT ATION INAPROPRIÉE

Plus en détail

EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN

EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN CHARGE EN APA DES AJA JOURNÉE DU 16 JUIN 2014, PARIS SANDRA BINIEK, PROFESSEUR D ACTIVITÉ PHYSIQUE ADAPTÉE LEILA GOFTI-LAROCHE, PHARMD, PHD Etablissements de santé

Plus en détail

Activité physique et cancer: avant, pendant et après

Activité physique et cancer: avant, pendant et après Activité physique et cancer: avant, pendant et après Dr Corinne Delcambre Activité Physique et prévention primaire du cancer du sein et du colon En France, 34 000 et 53 000 nouveaux cas de cancer du colon

Plus en détail

Les activités physiques adaptées à la SEP Comment faire?

Les activités physiques adaptées à la SEP Comment faire? Les activités physiques adaptées à la SEP Comment faire? M. Alexandre GOUY Enseignant en activités physiques adaptées Ecole de la SEP 25 avril 2015 Lyon Les activités physiques, le sport, quelles différences?

Plus en détail

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak L accéléromètre comme outil d évaluation de la sédentarité et d observance aux recommandations d activité physique après un programme de rééducation cardiaque T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet,

Plus en détail

AP : Prévention tertiaire Réalités et mécanismes biologiques

AP : Prévention tertiaire Réalités et mécanismes biologiques 7ème Journées Scientifiques du pôle de cancérologie de Troyes TROYES 14 avril 2012 AP : Prévention tertiaire Réalités et mécanismes biologiques Dr Thierry BOUILLET Sve d Oncologie CHU Avicenne Paris 13

Plus en détail

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Recommandations : Nutrition en oncogériatrie Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Sommaire Prérequis Objectifs de base et spécifiques du soin nutritionnel Recommandations

Plus en détail

DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP

DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP < 3 3-9 > 9 HOLMES M et al JAMA 2005, 293 : 2479-86 1 PHYSICAL ACTIVITY AND SURVIVAL AFTER DIAGNOSIS OF INVASIVE BREAST CANCER HOLICK C. Cancer Epidemiol

Plus en détail

Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive

Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive Dr L Garin et Dr D Picot 05 février 2010 Journée de cancérologie digestive de l ouest Pour le médecin m : la perte de poids fait partie des critères res

Plus en détail

CANCER DU SEIN Epidémiologie, Facteurs de risque et objec?fs des traitements. FMC Cancer du sein CNGOF Dr Boiffard Florence 21.11.

CANCER DU SEIN Epidémiologie, Facteurs de risque et objec?fs des traitements. FMC Cancer du sein CNGOF Dr Boiffard Florence 21.11. CANCER DU SEIN Epidémiologie, Facteurs de risque et objec?fs des traitements FMC Cancer du sein CNGOF Dr Boiffard Florence 21.11.13 Épidémiologie (Etat des lieux, INCA 2013) Le cancer du sein fait partie

Plus en détail

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012 Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SANTÉ "La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une

Plus en détail

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Introduction Le cancer du sein est une maladie multifactorielle La susceptibilité génétique

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités.

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités A/ Enjeux L activité physique évolue en même temps que la société. Si le labeur excessif des périodes antérieures a contribué à un vieillissement prématuré

Plus en détail

Place de l activité physique

Place de l activité physique Place de l activité physique Pr. Grégory Ninot Directeur du Laboratoire Epsylon EA 4556 Dynamique des Capacités Humaines et des Conduites de Santé 4 Boulevard Henri IV et Saint-Charles, 34 000 Montpellier

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Activité sportive. Fuir la sédentarité et s activer. Bien-être. Le partenaire santé qui vous change la vie

Activité sportive. Fuir la sédentarité et s activer. Bien-être. Le partenaire santé qui vous change la vie Activité sportive Fuir la sédentarité et s activer Document non contractuel / MOD.3318/12.2010 / Imprimerie B.F.I - 03.28.52.69.42 Le partenaire santé qui vous change la vie Bien-être L a pratique régulière

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Contraception et risque génétique de cancer

Contraception et risque génétique de cancer Dr Emilie Faller, Dr Eric Bautrant, Centre l Avancée, Clinique AXIUM efaller@l-avancee.fr Contraception et risque génétique de cancer Plus de 100 millions de femmes dans le monde prennent la pilule 10%

Plus en détail

Activité physique adaptée et Cancer CAMI 42 ROANNE

Activité physique adaptée et Cancer CAMI 42 ROANNE Activité physique adaptée et Cancer CAMI 42 ROANNE Rationnel de l activité physique en Cancérologie Diminution du risque de cancer: PREVENTION PRIMAIRE. L OMS recommande au moins 30 min d activité physique

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Conflits d intérêts Aucun Introduction Constat : CB = Moins de motivation des pneumologues à obtenir le sevrage tabagique (versus

Plus en détail

Un surpoids, une obésité

Un surpoids, une obésité Vers un programme Sport Santé pour les personnes vivant avec Un surpoids, une obésité Atelier animé par : Pr Martine Duclos CHU Montpied, Clermont-ferrand Dr Julien Aucouturier UFR STAPS, Lille Séminaire

Plus en détail

Quoi mesurer et comment?

Quoi mesurer et comment? 20.11.2014 La mesure de la fatigue: Brief Fatigue Inventory (BFI) Mendoza et al Questionnaire avec 10 items Functional assessment of cancer therapy scale (FACT) Cella et al Questionnaire avec 38 items

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

Préven'on Récidive Cancer du Sein. Dr CALLA Oncologue CH Manosque- Parc Rambot

Préven'on Récidive Cancer du Sein. Dr CALLA Oncologue CH Manosque- Parc Rambot Préven'on Récidive Cancer du Sein Dr CALLA Oncologue CH Manosque- Parc Rambot Facteurs de Risque Age: Inférieur à 35 ans Taille: Supérieure à 20mm Mul'focalité Embols Vasculaires Marges Statut Ganglionnaire

Plus en détail

Fréquence de la fatigue

Fréquence de la fatigue Autres causes de Fatigue TAO Vendredi 21 Novembre 2014 Joly F, MD PHD, Oncologie médicale, Caen Centre François Baclesse - CHU 1 / xx Fréquence de la fatigue Initiale En cours de traitement Post traitement

Plus en détail

QUEL IMPACT? POUR TOUS? QUELLE FATIGUE? QUELS RISQUES? QUELLES MODALITES?

QUEL IMPACT? POUR TOUS? QUELLE FATIGUE? QUELS RISQUES? QUELLES MODALITES? COMMENT MIEUX VIVRE LES TRAITEMENTS ANTI CANCEREUX PLACE DES ACTIVITES PHYSIQUES PENDANT LE TRAITEMENT QUEL IMPACT? POUR TOUS? QUELLE FATIGUE? QUELS RISQUES? QUELLES MODALITES? Dr Thierry BOUILLET IRHE

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

Le programme de changement de comportement

Le programme de changement de comportement L adoption du Guide Canadien d Activité Physique et du Cahier d accompagnement pour Fiche No 33 les aînés : Impacts sur le conditionnement physique et la dépense énergétique Jiang X, Cooper J, Porter MM,

Plus en détail

Substitution hormonale dans deux situations cliniques. G. Girardet Nendaz Novembre 99

Substitution hormonale dans deux situations cliniques. G. Girardet Nendaz Novembre 99 Substitution hormonale dans deux situations cliniques G. Girardet Nendaz Novembre 99 Plan TSH et maladies cardiovasculaires TSH après cancer de l endomètre Cas 1: Mme S.G. 55 ans Ménopause à 50 ans, pas

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

BENEFICES ET LIMITES DE L ACTIVITE PHYSIQUE EN TERME DE PREVENTION PRIMAIRE,TERTIAIRE ET DE QUALITE DE VIE

BENEFICES ET LIMITES DE L ACTIVITE PHYSIQUE EN TERME DE PREVENTION PRIMAIRE,TERTIAIRE ET DE QUALITE DE VIE BENEFICES ET LIMITES DE L ACTIVITE PHYSIQUE EN TERME DE PREVENTION PRIMAIRE,TERTIAIRE ET DE QUALITE DE VIE Pr Martine DUCLOS Service de Médecine du Sport, CHU G.Montpied Laboratoire de Nutrition Humaine,

Plus en détail

Cancer du sein: soins 2015

Cancer du sein: soins 2015 Cancer du sein: soins 2015 Nouveautés thérapeutiques en pathologie mammaire métastatique Pr. Lionel D Hondt (M.D., Ph.D.) Chef du Service d Oncologie CHU UCL Dinant-Godinne CHU Charleroi, 02 octobre 2015

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Comité du Loiret : - Suivi des jeunes espoirs départementaux

Comité du Loiret : - Suivi des jeunes espoirs départementaux AG2013 CD45 - Intervention du Dr Xavier Halna du Fretay Responsable de la Commission Médical et Santé Recommandations concernant le contenu du bilan cardiovasculaire de la visite de non contre indication

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

L activité physique au Canada

L activité physique au Canada Progrès en Prévention ISSN 1205-7037 L activité physique au Canada Selon les résultats du Sondage indicateur de l activité physique en 1995, près de 20 % des adultes au Canada sont suffisamment pour en

Plus en détail

Incidence du cancer en Belgique et dans la Communauté Germanophone

Incidence du cancer en Belgique et dans la Communauté Germanophone Incidence du cancer en Belgique et dans la Communauté Germanophone Julie Francart, Katia Emmerechts, Liesbet Van Eycken Eupen, le 5 Avril 2011 Contenu Introduction Objectives Incidence du Cancer en Belgique

Plus en détail

Le guide-santé du sportif

Le guide-santé du sportif que son rôle est lié à l apparition d un cancer, d une résistance ou d une potentialité métastasique, nous allons fabriquer des médicaments qui vont bloquer le rôle du gène. Ce n est plus le napalm qui

Plus en détail

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Cancer de l endomètre localisé à haut risque Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Plan Introduction: de quoi parle t on? Cas clinique: Mme L 76 ans Recommandations

Plus en détail

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Aucun Conflit d intérêts Référentiels Critères oncologiques de choix des traitements p significatif traitement / protocole établi

Plus en détail

MOURIR D UN CANCER DU SEIN, OU MOURIR AVEC : TELLE EST LA QUESTION. Julien Gelly

MOURIR D UN CANCER DU SEIN, OU MOURIR AVEC : TELLE EST LA QUESTION. Julien Gelly MOURIR D UN CANCER DU SEIN, OU MOURIR AVEC : TELLE EST LA QUESTION Julien Gelly Déclaration de liens d intérêts Chef de clinique de médecine générale Département de médecine générale, Université Paris

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

1. Argumentation du choix de la population

1. Argumentation du choix de la population III. Enquête de santé publique 1. Argumentation du choix de la population Lors de nos recherches concernant les femmes ménopausées touchées par l'ostéoporose nous avons pu constater par des données chiffrées

Plus en détail

La chirurgie bariatrique

La chirurgie bariatrique La chirurgie bariatrique Dr LIENARD François Chirurgien digestif CHR Haute Senne Soignies Pourquoi une chirurgie bariatrique? Echec des traitements conservateurs > perte de poids minime et non persistante

Plus en détail

Indications pour le dépistage du cancer du poumon

Indications pour le dépistage du cancer du poumon Indications pour le dépistage du cancer du poumon Le cancer du poumon Un bon candidat au dépistage? Prévalence élevée Mortalité élevée Population à risque définie Majorité de forme non resecable au stade

Plus en détail

Risque cardiovasculaire sous contrôle

Risque cardiovasculaire sous contrôle beawolf Risque cardiovasculaire sous contrôle Tous concernés! De quoi s'agit-il? Les accidents cardiovasculaires sont dus, le plus souvent, à la formation d un caillot venant boucher une artère du cœur

Plus en détail

Surveillance postopératoire

Surveillance postopératoire Virginie Westeel CHU, Besançon France Surveillance postopératoire 1 Pourquoi? Why? Aim of follow-up : 6th edition of thetnm classification Goldstraw J Thorac Oncol 2007;2:706-14 2 Récidives et 2 èmes cancers

Plus en détail

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire + Composants de la réhabilitation pulmonaire Evaluations Réentraînement à l effort Education thérapeutique Intervention nutritionnelle Prise en charge psychosociale + Evaluations Initiale Epreuve d effort

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 Suite à la demande du ministre chargé de la Santé et de la Sécurité Sociale, la commission réexamine la spécialité suivante : MEDIATOR 150 mg, comprimé enrobé

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008. Mise à jour 24-06-08

Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008. Mise à jour 24-06-08 Diabète de type 2 et Sport Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008 Mise à jour 24-06-08 L activité physique est recommandée depuis longtemps aux patients diabétiques Dès la fin du 19 ème siècle,

Plus en détail

Trois questions: L activité physique, qu est-ce que c est? A quoi ça sert? Qu est-ce qu il faut faire, finalement?

Trois questions: L activité physique, qu est-ce que c est? A quoi ça sert? Qu est-ce qu il faut faire, finalement? Prof. Marc CLOES Service Intervention et Gestion en Activités physiques et sportives (ULg) Ottignies Clinique Saint-Pierre /ICAN Le 9 décembre 2014 Trois questions: L activité physique, qu est-ce que c

Plus en détail

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL?

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PLAN DE L EXPOSÉ 1. INTRODUCTION 1.1 ÉPIDÉMIOLOGIE 1.2 FACTEURS ENTRAÎNANT UNE PRISE DE POIDS 2. RISQUES LIÉS AU SURPOIDS ET À

Plus en détail

Actualités Prévention Informations. Medi CMS

Actualités Prévention Informations. Medi CMS Actualités Prévention Informations Medi CMS Table des matières 1.1. Le traitement par brachythérapie donne de meilleurs résultats chez les patients obèses souffrant de cancer de la prostate.... 3 2.1.

Plus en détail

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Contexte Tumeurs larges ou localement avancées Pas de bénéfice en survie par rapport au traitement adjuvant,

Plus en détail

Insuline Metformine et Cancer. N Chabbert-Buffet Service de Gynécologie-Obstétrique Médecine de la Reproduction.

Insuline Metformine et Cancer. N Chabbert-Buffet Service de Gynécologie-Obstétrique Médecine de la Reproduction. Insuline Metformine et Cancer N Chabbert-Buffet Service de Gynécologie-Obstétrique Médecine de la Reproduction. Conflits d intérêt : aucuns. Insuline et cancer Age Sédentarité Diététique Vit D? Obesité

Plus en détail

Dépression et les maladies cardiovasculaires

Dépression et les maladies cardiovasculaires Dépression et les maladies cardiovasculaires Jeffrey Rado, M.D. Assistant Professor of Internal Medicine and Psychiatry Rush University Medical Center Chicago, IL USA Les maladies cardiovasculaires sont

Plus en détail

Brèves de l AERIO. Introduction. Patients et méthodes. Résultats

Brèves de l AERIO. Introduction. Patients et méthodes. Résultats Oncologie (2016) 18:76-80 DOI 10.1007/s10269-016-2584-2 REVUE DE PRESSE DE L AERIO / AERIO PRESS REVIEW Brèves de l AERIO AERIO News in Brief Androgen receptor splice variant 7 et efficacité des taxanes

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

Le programme d entraînement Activie. Novembre 2013 Julie Théberge Carole Lapointe

Le programme d entraînement Activie. Novembre 2013 Julie Théberge Carole Lapointe Le programme d entraînement Activie Novembre 2013 Julie Théberge Carole Lapointe Le programme d entraînement Activie Conflit d intérêts: Dre Carole Lapointe: Hématologue Oncologue de la CSL Aucun conflit

Plus en détail

Fiche n o 4 : Revue intégrative de la recherche

Fiche n o 4 : Revue intégrative de la recherche Revue intégrative de la recherche sur les interventions de changement de comportements 1. Titre chez les personnes âgées Conn V.S., Minor M. A., Burks K. J., M.J. R, Pomeroy S H. Integrative review of

Plus en détail

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt en lien avec cette présentation

Plus en détail

Développer un corps plus fort et plus mince

Développer un corps plus fort et plus mince MINTO PREVENTION & REHABILITATION CENTRE CENTRE DE PREVENTION ET DE READAPTATION MINTO Développer un corps plus fort et plus mince Aperçu de la trousse Le programme du Centre de prévention et de réadaptation

Plus en détail

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Corinne Bouteloup Service de Médecine Digestive et Hépatobiliaire CHU Clermont-Ferrand Conflits d intérêts Nutricia Nutrition

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

RÉDUISEZ VOTRE RISQUE DE CANCER

RÉDUISEZ VOTRE RISQUE DE CANCER Je suis heureuse de venir parler de prévention car les conseils de prévention devraient être l objet de davantage de «prescriptions» de la part des personnels de santé. Pour prévenir le cancer, tant que

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Cancer du Rectum RADIOCHIMIOTHERAPIE JOURNEES DES 28/11/14 Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Plan Généralités (épidémiologie, diagnostic, bilan d extension) PEC néoadjuvante PEC adjuvante PEC métastatique

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité SYMPATHYL, comprimé

Plus en détail

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille De pistage et suivi des nodules pulmonaires Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille Inte re t du de pistage Cancer du poumon = 1e re cause de mortalite par

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Quels sports préconiser chez les personnes âgées?

Quels sports préconiser chez les personnes âgées? VIEILLISSEMENT ET ACTIVITES PHYSIQUES Quels sports préconiser chez les personnes âgées? Docteur Karim Gallouj Médecin fédéral national FFEPGV CHI de Wasquehal, Centre de gériatrie Le Molinel Le vieillissement

Plus en détail

Activité physique et Santé : sur quelles bases physiologiques et biologiques?

Activité physique et Santé : sur quelles bases physiologiques et biologiques? Activité physique et Santé : sur quelles bases physiologiques et biologiques? AX Bigard Institut de Recherche Biomédicale des Armées 38702 La Tronche - 91220 Brétigny / Orge Activité physique et prévention

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

Le Tai Chi peut-il prévenir les chutes chez les personnes âgées?

Le Tai Chi peut-il prévenir les chutes chez les personnes âgées? Le Tai Chi peut-il prévenir les chutes chez les personnes âgées? Par Patricia Désilets et Marie-Pier Marin Mai 2015 UMF de Trois-Rivières Superviseurs: Dr. Nicolas Proulx et Dr. Janel Labbé Amorce 20 à

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE Dr Jean-Marc SENE médecin du sport praticien-attaché au CHU Pitié-Salpétrière INTRODUCTION Indication Évaluation initiale

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Oncogériatrie

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Oncogériatrie Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Oncogériatrie Faut-il évaluer toutes les personnes âgées atteintes de cancer? Docteur Jean Goyard, UPCOG, Clermont-Ferrand

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 GEMZAR 200 mg, lyophilisat pour usage parentéral (IV) Flacon de 10 ml GEMZAR 1000 mg, lyophilisat pour usage parentéral

Plus en détail

Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2. Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2. Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Chimioprévention du cancer du sein en cas de mutation BRCA1/2 Marc Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Chimioprévention Buts: réduire la mortalité par cancer Le problème doit être un

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE CANCER Causes de décès - Nombre de décès - Taux comparatifs - Survie à 5 ans Nombre de décès (Sénat) La France se caractérise par une mortalité encore excessive avant 65 ans

Plus en détail

ACTIVITE PHYSIQUE ET PREVENTION PRIMAIRE DES CANCERS DU SEIN ET DU COLON

ACTIVITE PHYSIQUE ET PREVENTION PRIMAIRE DES CANCERS DU SEIN ET DU COLON ACTIVITE PHYSIQUE ET PREVENTION PRIMAIRE DES CANCERS DU SEIN ET DU COLON Pr Martine DUCLOS Service de Médecine du Sport, CHU G.Montpied Laboratoire de Nutrition Humaine, CRNH Université d Auvergne Clermont-Ferrand

Plus en détail

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche 17 ème Journée Médicale de l ARKM Cherbourg, le 29 Novembre 2014 L incidence de principaux cancers chez les femmes et chez

Plus en détail

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala Postgraduate Training in Reproductive Health Research Faculty of

Plus en détail

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Bernard Fortin Mars 2014 Source: Comité consultatif de la Société canadienne du cancer : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013. Toronto

Plus en détail

Hors AMM, la prescription

Hors AMM, la prescription VIN classique et imiquimod RÉSUMÉ : De nombreuses études de bonne qualité attestent de l efficacité de l imiquimod pour traiter les VIN classiques. La chirurgie, quant à elle, garde toute sa place pour

Plus en détail

Présentation synthétique : Pré-test : mars à juin 2014 Etude : juillet 2014 à décembre 2015. Réunion d information 26 janvier 2015

Présentation synthétique : Pré-test : mars à juin 2014 Etude : juillet 2014 à décembre 2015. Réunion d information 26 janvier 2015 Présentation synthétique : Pré-test : mars à juin 2014 Etude : juillet 2014 à décembre 2015 Réunion d information 26 janvier 2015 Les objectifs du projet As du Cœur CONCEVOIR UN PROGRAMME D ACTIVITÉS PHYSIQUES

Plus en détail