QUE SAVONS-NOUS DE LA RELATION ENTRE CANCER ET ACTIVITE PHYSIQUE? DR JACQUES LECOMTE Médecine du sport Pneumo-oncologie CHU CHARLEROI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUE SAVONS-NOUS DE LA RELATION ENTRE CANCER ET ACTIVITE PHYSIQUE? DR JACQUES LECOMTE Médecine du sport Pneumo-oncologie CHU CHARLEROI"

Transcription

1 QUE SAVONS-NOUS DE LA RELATION ENTRE CANCER ET ACTIVITE PHYSIQUE? DR JACQUES LECOMTE Médecine du sport Pneumo-oncologie CHU CHARLEROI

2 La recherche contre le cancer a toujours suivi de nombreuses directions, tant pour la prévention que pour le traitement. L'utilisation de l'activité physique comme moyen préventif a été étudiée à partir de Les premières études, datant de cette époque, mettaient déjà en évidence une diminution de la mortalité globale par cancers chez les patients physiquement actifs. Cependant, cette dernière n'était pas statistiquement significative, probablement parce que ces premières études s'intéressaient à la mortalité oncologique globale et non pas à chaque type de cancer en particulier. Les études ultérieures s intéressèrent à un type de cancer précis et furent en mesure de montrer une diminution significative de la mortalité mais aussi d'amélioration des niveaux de condition physique, de l'activité physique et QOL pour les cancers du colon, du sein, de la prostate., R.H Knols et al.bmc Cancer. 2010; 10: 06 2

3 QU EST-CE-QUE L ACTIVITE PHYSIQUE? 3

4 QU EN EST-IL DE L ACTIVITE PHYSIQUE? «Tout mouvement de l organisme produit par la contraction musculaire, qui augmente la dépense énergétique» L activité physique au sens large inclut donc tous les mouvements effectués dans la vie quotidienne et ne se réduit pas à la seule pratique sportive, qu elle soit de loisir ou de compétition. Elle intègre également l activité physique pratiquée dans le cadre de la vie professionnelle et de la vie courante (activités ménagères, jardinage, transports ). 4

5 QU EN EST-IL DE L ACTIVITE PHYSIQUE? «Tout mouvement de l organisme produit par la contraction musculaire, qui augmente la dépense énergétique» Les termes «exercice» et «activité physique» sont souvent utilisés de manière interchangeable. Il est cependant plus précis de dire que l'exercice constitue une sous-catégorie de l'ap : c'est une activité planifiée, structurée et répétitive dont le but est le maintien des capacités fonctionnelles cardio-respiratoires et musculaires La distinction entre sport et activité physique est importante car l on sait aujourd hui qu une activité sportive intensive (surtout professionnalisée) peut avoir un impact négatif sur la santé physique et psychique (Cas du surentraînement pathologique). 5

6 QU EN EST-IL DE LA RELATION ENTRE CANCER ET ACTIVITE PHYSIQUE? 6

7 Y-a-t-il une place pour l activité physique dans l armada des armes contre le cancer? Principales causes de cancer 7

8 Les effets indésirables du cancer et de ses traitements 8

9 PEUT-ON ESPERER DIMINUER LES RISQUES DE CANCER GRACE A L ACTIVITE PHYSIQUE??? PREVENTION PRIMAIRE

10 PREVENTION PRIMAIRE Dans un premier temps,l action préventive de l activité physique a surtout été étudiée dans le cancer du sein. 10

11 PREVENTION PRIMAIRE Dans un premier temps, l action préventive de l activité physique a surtout été étudiée dans le cancer du sein. Les résultats mettent en évidence une association inverse entre AP et cancer du sein chez la femme ménopausée avec une réduction des risques allant de 20 à 80 % selon les études. Pour les femmes non ménopausées, l association est moins forte (15 20 % de réduction). Monninkhof E.M., Elias S.G., Vlems F.A., van dt I., Schuit A.J., Voskuil D.W., et al. Physical activity and breast cancer: a systematic review Epidemiology 2007 ; 18 : Activité physique et cancer 11

12 Exercice et Cancer Seins Effet du statut ménopausal Friedenreich et Cust. Br J Sports Med 2008 ; 42 :

13 PREVENTION : CANCER DU SEIN En résumé

14 Une activité modérée suffit si elle est régulière PREVENTION PRIMAIRE Des chercheurs français se sont servis de questionnaires concernant l activité physique soumis, à deux ans d intervalle, à femmes ménopausées (dont ont été atteintes d un cancer du sein invasif) entre 1993 et Le risque de cancer du sein invasif semble être réduit de 10 % chez celles ayant eu une activité physique correspondant à 4 heures de marche modérée ou 2 heures de vélo par semaine au cours des 4 dernières années. Recent Recreational Physical Activity and Breast Cancer Risk in Postmenopausal Women in the E3N Cohort.Fournier A, and al. Published OnlineFirst August 11, 201

15 Une activité modérée suffit si elle est régulière PREVENTION PRIMAIRE Par contre, cette baisse de risque ne semble pas être présente chez les femmes qui ont eu un niveau similaire d activité physique dans les 5 à 9 ans ayant précédé la récolte des données finales, mais n ont plus pratiqué d activités physiques dans le courant des 4 dernières années. Il est donc important de poursuivre après la ménopause une activité physique débutée avant celle-ci, même si le risque de cancer du sein diminue aussi chez les femmes qui débutent une activité physique après la ménopause. L effet bénéfique d une activité physique n est pas lié à l indice de masse corporelle (mesure de la corpulence : poids divisé par la taille au carré) ou à la circonférence de l abdomen Recent Recreational Physical Activity and Breast Cancer Risk in Postmenopausal Women in the E3N Cohort.Fournier A, and al. Published OnlineFirst August 11, 201

16 L activité physique est associée à une diminution du risque de cancer AUTRES LOCALISATIONS Il existe d autres cancers pour lesquels quelques publications suggèrent un rôle protecteur de l activité physique (poumon,pancréas, prostate, ovaire) mais les données sont encore insuffisantes pour en tirer des conclusions. L activité physique pourrait également exercer un effet protecteur indirect vis-à-vis des localisations de cancers pour lesquelles il y a un lien avec surpoids et obésité ( oesophage, endomètre, rein, côlon,sein après la ménopause, pancréas et vésicule biliaire). 16

17 Les personnes qui pratiquent des exercices physiques de manière intensive meurent-elles moins souvent d un cancer? Les chercheurs se sont intéressés à hommes finlandais entre 42 et 61 ans suivis pendant 16 ans et qui ne présentaient pas d antécédents de cancer. Ils ont suivi de près leur activité physique : fréquence, durée moyenne et intensité. Une augmentation de 1,2 unités métaboliques était liée à une moindre mortalité, principalement par cancer pulmonaire et gastro-intestinal, et ce après correction pour l âge, la consommation d alcool et de tabac, le BMI et l ingestion de fibres et de graisses. Jari A Laukkanen, Rainer Rauramaa, Timo H Makikallio, Adetunji T Toriola, and Sudhir Kurl Intensity of leisure-time physical activity and Cancer mortality in men Br. J. Sports Med., Jul 2009; 17

18 Les personnes qui pratiquent des exercices physiques de manière intensive meurent-elles moins souvent d un cancer? Les hommes qui s activaient de façon modérée à intensive durant au moins une demi-heure par jour avaient deux fois moins de cancer que ceux qui ne faisaient rien sur le plan physique, constatent les chercheurs. Selon eux, un manque d exercices physiques peut jouer un rôle clé dans le développement d un cancer. «Bouger même de façon modérée est conseillé pour réduire la mortalité par cancer» Jari A Laukkanen, Rainer Rauramaa, Timo H Makikallio, Adetunji T Toriola, and Sudhir Kurl Intensity of leisure-time physical activity and Cancer mortality in men Br. J. Sports Med., Jul 2009; 18

19 Dans cette étude prospective de hommes et femmes, l'activité physique accrue semble être associée à une diminution du risque de carcinome pulmonaire totale de 22%. L'association persistait après ajustement pour les facteurs de risque établis ou suspectés de cancer du poumon, dont le tabagisme. Lorsque nous avons examiné l'activité physique par rapport à la mortalité par cancer du poumon ( n=4793 cas), le risque relatif multivarié était de 0,79 (IC 95%: 0,72, 0,87). L'activité physique a montré une relation inverse ou suggestive inverse avec tous les sous-types histologiques. Les risques relatifs pour un carcinome à petites cellules, un adénocarcinome, un épidermoïde, et un carcinome à grandes cellules à 0,82 (IC 95%: 0,67, 1,01), 0,80 (IC 95%: 0,71, 0,91), 0,78 (IC 95%: 0,65, 0,93) et 0,86 (IC 95%: 0,62, 1,21), respectivement. Prospective Study of Physical Activity and Lung Cancer by Histologic Type in Current, Former, and Never Smokers M F. Leitzmann, and al. Am J Epidemiol March 1; 169(5): Une activité physique accrue était liée à une diminution du risque de carcinome pulmonaire chez les fumeurs actuels et anciens ( P interaction = 0,301). En revanche, aucune relation de l'activité physique à un carcinome pulmonaire n a été observée chez les personnes n'ayant jamais fumé Huit études prospectives et 3 études cas-témoins ont aussi observé une diminution de 23% à 42% du risque de cancer du poumon pour les niveaux élevés versus bas d'activité physique totale 19

20 PREVENTION PRIMAIRE Dans un premier temps,l action préventive de l activité physique a surtout été étudiée dans le cancer du sein. Evolution de la mortalité par cancer 20

21 Si un cancer apparaît, peut-on obtenir une action positive du maintien d une activité physique pendant et après le traitement? 21

22 Bouger pendant le traitement, PREVENTION SECONDAIRE 22

23 PREVENTION SECONDAIRE Dans une étude parue en 2000, Schwartz trouvait que des patients atteintes d un cancer du sein qui suivaient un programme de huit semaines basé sur 15 à 30 minutes d exercices aérobies, 4 fois par semaine, présentaient: très peu de jours de fatigue sévère et des niveaux de fatigue beaucoup moins intenses à chaque cycle de chimiothérapie comparés à un groupe de patientes non actives. Les patientes actives signalaient aussi une amélioration de leur qualité de vie. Schwartz A.L., Mori M., Gao R., Nail L.M., King M.E. Exercise reduces daily fatigue in women with breast cancer receiving chemotherapy Med Sci Sports Exerc 2001 ; 33 :

24 Essai randomisé évaluant l exercice physique chez les femmes traitées pour cancer du sein L objectif de cet essai randomisé est d évaluer l apport d exercice en aérobie sur la qualité de vie, l état psychologique, la fatigue et l aptitude physique au décours des soins pour cancer du sein. Les patientes éligibles sont physiquement peu actives,atteintes de cancer du sein localisé traité depuis 12 à 36 mois. DALEY AJ, CRANK H, SAXTON JM et al. Journal of Clinical Oncology 2007, 25,

25 Essai randomisé évaluant l exercice physique chez les femmes traitées pour cancer du sein Trois bras sont comparés, 2) exercice placebo 3 1 ) exercice en aérobie: trois séances hebdomadaires de 50 minutes maintenant la fréquence cardiaque vers 65 à 85% de la fréquence maximale théorique (FMT), séances hebdomadaires de 50 minutes avec des efforts d étirement maintenant la fréquence cardiaque vers 40% de la FMT. 3) bras contrôle. Les deux bras d exercice sont poursuivis sur 8 semaines. DALEY AJ, CRANK H, SAXTON JM et al. Journal of Clinical Oncology 2007, 25,

26 Essai randomisé évaluant l exercice physique chez les femmes traitées pour cancer du sein La qualité de vie est améliorée dans le bras exercice en aérobie par rapport au bras placebo [+ 9,8 (p=0,004) pour FACT-G et + 13,14 (p=0,002) pour FACTB]. De même, la fatigue, les sensations physiques, la dépression et les capacités physiques sont significativement améliorées dans le bras exercice en aérobie par rapport au bras contrôle. DALEY AJ, CRANK H, SAXTON JM et al. Journal of Clinical Oncology 2007, 25, Ces bénéfices en terme de qualité de vie globale après traitement d un cancer du sein sont liés à la pratique de ces exercices en aérobie et non à une simple prise en charge psychologique car ces bénéfices n existent pas dans le bras exercice placebo qui présente la même fréquence de rencontres avec les mêmes intervenants.

27 Effet de l'exercice sur la capacité fonctionnelle et la qualité de vie de patients souffrant d un cancer tête et cou et recevant une chimioradiothérapie. Il y a peu d'informations disponibles sur les effets de l'exercice chez les patients tête et cou,d où l intérêt de tels études. Le groupe exercice, mis à part les soins standard, a reçu un programme basé sur les lignes directrices de l'american College of Sports Medicine qui consistait en un programme de marche rapide et un programme d'exercice actif de type résistance L'intensité de ces deux composantes a été guidée la perception de l'effort (RPE). La première partie se composait d'un programme de randonnées personnalisé pendant 15 à 20 min à un RPE entre 3-5/10 pour cinq jours par semaine pendant six semaines. La deuxième partie consistait en un programme d'exercices actifs sur mesure (RPE 3-5/10) pour les principaux groupes musculaires des membres supérieurs et membres inférieurs (les biceps, les triceps, les muscles ischiojambiers et les quadriceps.), cinq jours par semaine pendant les six semaines. Les patients effectué 2-3 séries de 8-10 fois les exercices en fonction de leurs niveaux RPE. Les patients dans ces deux groupes ont reçu 66 gay en 33 fractions plus d une chimiothérapie se composait de 100 mg/m2] de surface corporelle (BSA) cisplatine le jour 1, jour 22et 43 Samuel SR, Maiya G A, Babu AS, Vidyasagar M S. Effect of exercise training on functional capacity & quality of life in head & neck cancer patients receiving chemoradiotherapy. Indian J Med Res 2013;137:515-20

28 Effet de l'exercice sur la capacité fonctionnelle et la qualité de vie de patients souffrant d un cancer tête et cou et recevant une chimioradiothérapie. Cette étude fournit des preuves préliminaires qu'un programme d'exercices est sûr et bien toléré chez ces patients. L'entraînement sous la forme d'un programme de marche dynamique et de renforcement musculaire améliore les capacités fonctionnelles et la qualité de vie chez les patients recevant une CRT. Samuel SR, Maiya G A, Babu AS, Vidyasagar M S. Effect of exercise training on functional capacity & quality of life in head & neck cancer patients receiving chemoradiotherapy. Indian J Med Res 2013;137:515-20

29 ET LE CANCER DU POUMON? Nous connaissons tous l importance de la détermination de la VO2 peak dans la décision d opérabilité d un cancer du poumon. Différentes études ont ainsi montré que la VO2 peak constituait le plus puissant facteur indépendant prédicteur de complications post-opératoires (Bolliger 1994 ; Bobbio 2008 ) Les résultats de deux études pilotes (Jones 2007 ; Bobbio 2008) ont montré que chez des patients limites pour la chirurgie, des améliorations significatives de leur aptitude cardio-respiratoire ( VO2 peak : +/- 2,5 ml/min/kg) pouvaient être observées et pourraient être associées à moins de complications chirurgicales et à un devenir post-op meilleur Activité physique et cancer 29

30 Impact du réentraînement préopératoire dans le cadre d un cancer pulmonaire non à petites cellules (CPNPC) Activité physique et cancer 30

31 Bouger après le traitement, PREVENTION TERTIAIRE 31

32 ET APRES LE TRAITEMENT? Les patients traités pour un cancer sont susceptibles de présenter plusieurs situations pathologiques lors de leur suivi. Il peut s agir de : nouvelle pathologie tumorale => rechute ou deuxième cancer, de troubles de l humeur, de fatigue, de comorbidités cardio-vasculaire ou ostéo-articulaire, de prise de poids

33 Activité physique et survie après un cancer du sein Le maintien d une AP au-delà de 8 a 9 MET/h (Metabolic equivalent/heure) est associé à une réduction de près de 50 % du risque de décès par cancer, Le bénéfice en terme de survie à 5 ans et à 10 ans est de 4 et de 6%. La réduction du taux de rechute augmente avec le niveau d exercice jusque vers 20 MET/h. Des biais methodologiques existent dans ces différentes études MAIS Ce qui est important, c est que ce gain de survie en cas d AP se retrouve aussi en intégrant les facteurs pronostiques classiques tels que l'âge, le stade tumoral TNM, la présence de récepteurs hormonaux, le lieu de résidence, l alcoolisme ou le tabagisme, l indice de masse corporelle (IMC) et le statut hormonal de la patiente. 33

34 A quoi correspondent ces MET-heure? 34

35 Il apparaît donc, sur ces cinq séries importantes, qu après les soins anticancéreux, un exercice physique régulier puisse améliorer la survie des patientes et que le niveau d activité physique (AP) doit être accru quelque soit le niveau initial réalisé en pré thérapeutique Réduction du taux de rechutes après le traitement Schmitz KS. Exercise for secondary prevention in breast cancer: moving from evidence to changing clinical practice Cancer 2010 ; 4 :

36 Activité physique et survie après un cancer du sein Outre le résultat des séries prospectives une méta analyse récente (Ibrahim) a évalué l impact de l AP après le diagnostic du cancer du sein. En ce qui concerne l AP après le diagnostic de cancer du sein, il existe une réduction du risque de décès par cancer du sein (RR = 0,66 (0,57-0,77) p < ) ainsi qu une réduction du taux de rechute du cancer (RR = 0,76 (0,66-0,87) p = 0,00001) Ces données parait surtout évidente pour les formes RH +. (RR=0.36 ( ) p=0.06) mais pas dans les formes RH-. Ibrahim E, Al-Homaidh A. Physical activity and survival after breast cancer diagnosis: meta analysis of published studies. Med Oncol 2010 ; 22 :

37 CANCER DU SEIN ET EXERCICE UN EXERCICE RÉGULIER AMELIORE LA QUALITÉ DE VIE EN CAS DE CANCER DU SEIN 37

38 Proposition d ordonnance «pour un bénéfice maximal, les femmes atteintes d un cancer du sein devraient se faire prescrire une ordonnance toute simple; celle du «3-5» «soit marcher à 3 ou 5 km/h de trois à cinq heures par semaine.» Holmes MD, Wendy PH, Chen Y et al. Physical activity and survival after breast cancer diagnosis.jama 2005, 293,

39 Bénéfice sur la survie de l activité physique après un traitement RR/ Inactif IC Série Nbre MET h/sem NHS sein Whel sein > CALGB colon 832 > NHS colon 573 > Ces 4 séries prospectives retrouvent un bénéfice en terme de survie

40 LE CANCER COLIQUE Survie Globale et spécifique AP après cancer du côlon Survie spécifique

41 LE CANCER COLIQUE

42 Et la prostate?

43 ET LE CANCER DU POUMON? Les études sont encore rares comparées à d autres formes de cancer et la plupart ont étudié les effets de l exercice seulement chez les patients éligibles pour la chirurgie Effect of aerobic exercise and relaxation training on fatigue and physical performance of cancer patients after surgery. A randomised controlled trial. Dimeo FC, Thomas F, Raabe-Menssen C, Pröpper F, Mathias M. Support Care Cancer Nov;12(11):774-9 CONCLUSION = WE CONCLUDE THAT A STRUCTURED AEROBIC TRAINING PROGRAMME IMPROVES THE PHYSICAL PERFORMANCE OF PATIENTS RECOVERING FROM SURGERY FOR SOLID TUMOURS Ces dernières années, de plus en plus de programmes d'exercices destinés à prévenir le déclin fonctionnel associé avec un NSCLC ou améliorer l'état physique avant ou après le traitement du cancer font l'objet d'essais de recherche The Lung Cancer Exercise Training Study (LUNGEVITY) is a randomized trial to investigate the efficacy of different types of exercise training on cardiorespiratory fitness (VO2peak), patientreported outcomes, and the organ components that govern VO2peak in post-operative nonsmall cell lung cancer (NSCLC) patients. BMC Cancer Apr 21;10:155. doi: / Jones LW, Eves ND, Kraus WE, Potti A, Crawford J, Blumenthal JA, Peterson BL, Douglas PS. 43

44 Impact du réentraînement postopératoire dans le cadre d un cancer pulmonaire non à petites cellules (CPNPC) 44

45 Les autres cancers : le cas du poumon IN-PATIENT REHABILITATION OF LUNG CANCER PATIENTS A PROSPECTIVE STUDY» 44 patients avec un cancer du poumon de grade I-III étaient inclus dans un programme de réhabilitation après chirurgie et /ou radiothérapie et /ou chimiothérapie Ce programme comprenait un entraînement aérobie Conclusion : les auteurs concluaient en une amélioration à la fois psychologique et physiologique après ce programme. Mais aussi une nette diminution des paramètres liés à la fatigue H. Riesenberg & A.Lübbe Support Care Cancer (2010) 18:

46 Do patients with lung cancer benefit from physical exercise? A H. ANDERSEN, A VINTHER, L.POULSEN, A MELLEMGAARD Acta Oncologica, 2011; 50: Principaux enseignements de l étude : 1/ Comme dans la BPCO, les patients atteints de cancer du poumon améliorent leur condition physique après un programme de réentraînement. 2/ La compliance aux séances d entraînement supervisées étaient élevées mais par contre l adhérence aux sessions individuelles (à la maison) étaient beaucoup plus faibles 3/ Des améliorations individuelles sur la santé globale étaient notés sans atteindre la signification statistique Activité physique et cancer 46

47 Les autres cancers : le cas du poumon par exemple Les preuves résumées dans cette métaanalyse suggèrent que l'entraînement physique peut potentiellement augmenter la capacité d'exercice des personnes après une résection pulmonaire NSCLC. Les auteurs concluent cependant que les résultats doivent être interprétés avec prudence en raison de l'écart entre les études, les limites méthodologiques, certains risques importants de distorsion et de petites tailles d'échantillon. Cette revue systématique souligne la nécessité pour les grands essais cliniques randomisés Exercise training undertaken by people within 12 months of lung resection for non-small cell lung cancer. Cavalheri V, Tahirah F, Nonoyama M, Jenkins S, Hill K. Cochrane Database Syst Rev Jul 1;7:CD Activité physique et cancer 47

48 Impact du réentraînement pour les cancers pulmonaire non à petites cellules (CPNPC) de stade avancé et SC : série de cas ; * : basée sur mesure VO2 pic et TM6. 48

49 COMMENT EXPLIQUER L ACTION POSITIVE DE L ACTIVITE PHYSIQUE VIS-A-VIS DU CANCER?

50 COMMENT EXPLIQUER L ACTION POSITIVE DE L ACTIVITE PHYSIQUE VIS-A-VIS DU CANCER? Action sur les oestrogènes Action sur l insuline Atténuation de la sécrétion de l Insuline-like Growth Factor (IGF) Action sur les hormones lipidiques et les adipokines Réduction de l inflammation Action positive sur l immunité Augmentation de la motilité intestinale 50

51 CONCLUSIONS

52 selon l OMS, en 2015 et en 2020 femmes belges succomberont d un cancer du sein AGIR AUJOURD HUI

53 EN RESUME : Exercice physique pendant les soins anti cancéreux. Quels apports? Une synthèse des différents essais randomisés publiée par KNOLS conclut, sur une analyse de 34 essais, que l exercice physique en cours de soins en cancérologie : améliore la qualité de vie, améliore les tests de fatigue aboutit à une réduction des symptômes secondaires à la maladie cancéreuse et à son traitement. R.H Knols et al.bmc Cancer. 2010; 10: 06

54 Que peut-on espérer du maintien d une activité physique pendant et après le traitement en dehors d un effet sur la survie? 1/ une action sur la fatigue. 2/ une amélioration de la qualité de vie 3/ une réinsertion plus aisée C EST LE BUT RECHERCHE PAR 54

55 Argan était dans l angoisse parce que son médecin ne lui avait pas précisé s il devait faire sa marche de santé, en long ou en large ALORS QUE FAIRE EN PRATIQUE?

56 Un homme c est fait pour bouger, c est pas fait pour s arrêter, c est fait pour continuer, pour mourir en mouvement éventuellement Tout le malheur vient de l immobilité. Toujours. Merci pour votre attention Dr. Jacques LECOMTE

RAVIVA L activité physique contre le cancer. Dr. Jacques LECOMTE

RAVIVA L activité physique contre le cancer. Dr. Jacques LECOMTE RAVIVA L activité physique contre le cancer Dr. Jacques LECOMTE RaViva bouger pour se sentir mieux Le pronostic de beaucoup de cancers s est amélioré tant au niveau de la guérison que de la survie et des

Plus en détail

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Conflits d intérêts Aucun Introduction Constat : CB = Moins de motivation des pneumologues à obtenir le sevrage tabagique (versus

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt en lien avec cette présentation

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Stratégie de développement de l activité physique chez les patients schizophrènes et bipolaires

Stratégie de développement de l activité physique chez les patients schizophrènes et bipolaires Stratégie de développement de l activité physique chez les patients schizophrènes et bipolaires Quelles actions pour améliorer la santé physique de nos patients? P-M LLORCA Mortalité chez les patients

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008. Mise à jour 24-06-08

Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008. Mise à jour 24-06-08 Diabète de type 2 et Sport Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008 Mise à jour 24-06-08 L activité physique est recommandée depuis longtemps aux patients diabétiques Dès la fin du 19 ème siècle,

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

Quoi mesurer et comment?

Quoi mesurer et comment? 20.11.2014 La mesure de la fatigue: Brief Fatigue Inventory (BFI) Mendoza et al Questionnaire avec 10 items Functional assessment of cancer therapy scale (FACT) Cella et al Questionnaire avec 38 items

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Médicale R.Sai, K.Bouzid Service d Oncologie d Médicale, M E.H.S Centre P & M Curie, Alger introduction Chimiothérapie anti-canc

Plus en détail

Sport et maladies métaboliques (obésité, diabète)

Sport et maladies métaboliques (obésité, diabète) Sport et maladies métaboliques (obésité, diabète) Chef du service de médecine du sport, CHU de Clermont-Ferrand Monsieur Julien AUCOUTURIER Maître de conférences STAPS 60 % des diabétiques de type 2 sont

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION Docteur CASCUA Stéphane Médecin du Sport ACTIVITE PHYSIQUE et SEDENTARITE Activité physique Dépense > 2000 kcal/semaine Plus de 30 mn de marche active/jour

Plus en détail

Les patients traités pour un cancer sont susceptibles

Les patients traités pour un cancer sont susceptibles Bénéfices de l activité physique en cancérologie Effects of physical activity among cancer patients T. Bouillet*, M. Pavic**, L. Zelek* * Service d oncologie médicale, hôpital Avicenne, Bobigny. ** Service

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES

CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES 1 EPIDEMIOLOGIE 28 000 nouveaux cas/an 4ème rang des cancers Sex ratio 6,1 Mortalité > 27 000/an Âge médian H 67 ans, F 68 ans 2 1 Taux annuel ajusté

Plus en détail

Bouger, c est bon pour la santé!

Bouger, c est bon pour la santé! Bouger, c est bon pour la santé! Tous concernés! De quoi s agit-il? Il s agit de toute activité physique, dès lors que nous bougeons. Ainsi tous les pas comptent, comme ceux que nous faisons chez nous

Plus en détail

Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio

Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio Grandes lignes Pourquoi les soins en cancérologie sont-ils un enjeu de santé important? Les

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous?

La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous? La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous? Introduite dans les années 90 en chirurgie cardiaque (1) et théorisée par H Kehlet en chirurgie colique (2), la Récupération

Plus en détail

Objectifs pédagogiques Lecture critique d article

Objectifs pédagogiques Lecture critique d article Objectifs pédagogiques Lecture critique d article groupe V Evaluer les applications cliniques Evaluer les applications cliniques 21 ) Discuter la ou les décisions médicales auxquelles peuvent conduire

Plus en détail

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Oncomip : Outil d Evaluation de la qualité de la prise en charge centrée sur la RCP Visioconférence 26 mai 2010 20-24, rue du pont Saint-Pierre 31052 Toulouse Tél:

Plus en détail

Evidence-based medicine en français

Evidence-based medicine en français Evidence-based medicine en français MÉDECINE FACTUELLE (Office de la langue française) Médecine fondée sur des faits démontrés Médecine fondée sur des preuves Médecine fondée sur des données probantes

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Le programme de changement de comportement

Le programme de changement de comportement L adoption du Guide Canadien d Activité Physique et du Cahier d accompagnement pour Fiche No 33 les aînés : Impacts sur le conditionnement physique et la dépense énergétique Jiang X, Cooper J, Porter MM,

Plus en détail

Recommandation pour la pratique clinique décembre 2004 (ANAES /AFFSSAPS/ INPES) Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme

Recommandation pour la pratique clinique décembre 2004 (ANAES /AFFSSAPS/ INPES) Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme Recommandation pour la pratique clinique décembre 2004 (ANAES /AFFSSAPS/ INPES) Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme Un (tout petit) peu de méthodologie Un comité d organisation

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014 DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE Programme de formation pour les infirmières pivots en oncologie Devis pédagogique 2013-2014 Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des

Plus en détail

COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES

COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES Approximativement, un tiers de tous les décès dus au cancer sont en relation avec

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55

www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55 Centre de tests www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55 www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55 Un centre de tests compétent En étroite collaboration, le centre de fitness CTS et la Physio Balance vous propose

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales Henri Roché, Institut Claudius Regaud Toulouse, 9 février 2012 Histoire naturelle Les cancers en cause Les éléments de stratégie

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluations de la survie sans progression et du contrôle locoregional comme critère de substitution

Plus en détail

Surveillance des troubles musculo-squelettiques dans les Bouches-du-Rhône

Surveillance des troubles musculo-squelettiques dans les Bouches-du-Rhône Santé travail Maladies chroniques et traumatismes Surveillance des troubles musculo-squelettiques dans les Bouches-du-Rhône Étude du syndrome du canal carpien opéré 2008-2009 Septembre 2011 F. Sillam 1,

Plus en détail

Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition

Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition Emilie MONTASTIER, Carle PAUL Endocrinologie, Nutrition, Dermatologie Université Paul Sabatier, Hôpital Larrey UMR CNRS 5165,

Plus en détail

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans.

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans. Le Test d effort L'épreuve du test d'effort est un examen effectué en général par un cardiologue ou un médecin du sport. Le test d'effort permet de mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle,

Plus en détail

Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie

Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie Quiz de la radio-oncologie Rôle de l infirmière en radio-oncologie Mise en contexte (création des outils) Premier outils:

Plus en détail

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux Marc Beaumont, kinésithérapeute - 5ème journée inter régionale GIRCI - Tours, 3 juin 2015 Qu est ce que la recherche clinique? «une

Plus en détail

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN)

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN) UNIVERSITÉ DE MÉDECINE ET PHARMACIE DE CRAIOVA FACULTÉ DE MÉDECINE CONTRIBUTIONS A L'ÉTUDE CLINIQUE ET MORPHOLOGIQUE DES CANCERS DU POUMON Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA Doctorant:

Plus en détail

Expérimentation du programme personnalisé de l après-cancer des patients traités pour un cancer dans l enfance ou l adolescence

Expérimentation du programme personnalisé de l après-cancer des patients traités pour un cancer dans l enfance ou l adolescence APPEL A PROJETS 2011 Expérimentation du programme personnalisé de l après-cancer des patients traités pour un cancer dans l enfance ou Prévention et prise en charge des séquelles à long terme Actions 25.3

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro INNOVATION De la rééducation au sport santé LPG crée le Neuro Physical Training! Bouger pour sa santé, une évidence pour les français? Bien que Faire du sport soit, chaque année, une des résolutions prioritaires

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

Activité physique et diabète de type 2

Activité physique et diabète de type 2 Activité physique et diabète de type 2 D après le référentiel de la Société francophone du diabète : Duclos M et al, Médecine des maladies Métaboliques. 2011; 6 : 80-96 Forum Santé Vertolaye Le 10/10/2013

Plus en détail

Programme de réhabilitation respiratoire

Programme de réhabilitation respiratoire Programme de réhabilitation respiratoire Dr Jean-Marc Perruchini Service de Réhabilitation R respiratoire, Clinique de Médecine Physique Les Rosiers 45, Bd Henri Bazin, 21002 DIJON Cedex Mle Carine Lopez

Plus en détail

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne La malnutrition chez la personne âgée Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne Objectifs Importance du problème Facteurs de risque Evaluation Traitement & prévention Points

Plus en détail

Tumeurs osseuses de l enfantl

Tumeurs osseuses de l enfantl Tumeurs osseuses de l enfantl Enseignement interrégional DES de PédiatrieP Auvergne Rhône Alpes Etienne Merlin Clermont-Ferrand 14 mars 2008 14-15 15 mars 2008 E Merlin DES pediatrie Clermont Ferrand 1

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Laurent SIPROUDHIS P COULOM

Laurent SIPROUDHIS P COULOM Laurent SIPROUDHIS P COULOM Intérêt des explorations complémentaires dans les troubles de la statique pelvienne - Connaitre les explorations complémentaires dans les troubles de la statique - Connaitre

Plus en détail

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010 Sommeil et sport Structure du sommeil Au cours du sommeil, on repère 2 principaux types de sommeil : Le sommeil lent. Le sommeil paradoxal. Processus de régulation 3 processus: - circadienne (processus

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 novembre 2009 IRESSA 250 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP 395 950-7) ASTRAZENECA géfitinib Liste I Médicament soumis à prescription hospitalière. Prescription

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Études épidémiologiques analytiques et biais

Études épidémiologiques analytiques et biais Master 1 «Conception, évaluation et gestion des essais thérapeutiques» Études épidémiologiques analytiques et biais Roxane Schaub Médecin de santé publique Octobre 2013 1 Objectifs pédagogiques Connaitre

Plus en détail

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Sara Vaillancourt, travailleuse sociale en oncologie CHU de Québec Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Cancer du sein - Mise à jour

Plus en détail

L influence du sport sur le traitement du diabète de type 1

L influence du sport sur le traitement du diabète de type 1 L influence du sport sur le traitement du diabète de type 1 Contenu 1. Bénéfice du sport pour patients avec diabète de type 1 2. Aspects physiologiques du sport en rapport avec la glycémie en général 3.

Plus en détail

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Institut Cancérologie de l Ouest CHIRURGIE Dr. Isabelle Jaffré CAS CLINIQUE 1 36 ans 90B sans CI radiothérapie

Plus en détail

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 Les différents types de cancers et leurs stades Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 CARCINOGENESE multiple steps, accumulation d altd altérations continuum lésionnel

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Symposium Plan cancer Bruxelles, 26 novembre 2012 Catherine Morin, responsable du suivi du Plan cancer - INCa Sommaire de la présentation

Plus en détail

Maurene McQuestion, IA, BScN, MSc, CON(C) John Waldron, MD, FRCPC

Maurene McQuestion, IA, BScN, MSc, CON(C) John Waldron, MD, FRCPC Séance plénière 2 : La collaboration interprofessionnelle entre médecins et infirmières Nous examinerons durant cette séance les questions clés liées à la collaboration interprofessionnelle entre médecins

Plus en détail

ARTICLE IN PRESS. G. Cadelis a,, S. Kaddah a, B. Bhakkan b, M. Quellery b, J. Deloumeaux b ARTICLE ORIGINAL

ARTICLE IN PRESS. G. Cadelis a,, S. Kaddah a, B. Bhakkan b, M. Quellery b, J. Deloumeaux b ARTICLE ORIGINAL Revue des Maladies Respiratoires (2013) xxx, xxx xxx Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com ARTICLE ORIGINAL Épidémiologie et incidence du cancer bronchique primitif dans une région à faible consommation

Plus en détail

COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay

COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay Alzheimer 10 personnes affectées par malade 80% des soins à domicile par aidants naturels Les coûts annuels

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

ESMO 14. L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie

ESMO 14. L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie ESMO 14 L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie Cancer du SEIN Taxotere hebdo pas mieux et plus toxique Perrone F et al Ann Oncol 2014 Phase III : CMF vs Taxotere hebdo

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire»

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» MC Iliou, R Brion, C Monpère, B Pavy, B Vergès-Patois, G Bosser, F Claudot Au nom du bureau du GERS Un programme de réadaptation

Plus en détail

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance?

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Ajaccio 12 mai 2012 F. Carré Université Rennes 1 Hopital Pontchaillou Inserm UMR 1099 Les «tests» chez le sportif Exploration performance

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

Pour l'instant, les connaissances actuelles ne permettent pas d'empêcher un cancer du sein de survenir.

Pour l'instant, les connaissances actuelles ne permettent pas d'empêcher un cancer du sein de survenir. Dépistage Pour l'instant, les connaissances actuelles ne permettent pas d'empêcher un cancer du sein de survenir. Par contre, nous pouvons tenter de le dépister plus tôt afin d'avoir plus de chances de

Plus en détail

Annick.robinson@merck.com dquirion@national.ca 514 428-2890 514 843-2302

Annick.robinson@merck.com dquirion@national.ca 514 428-2890 514 843-2302 Communiqué de presse Relations avec les médias : Annick Robinson Dominique Quirion Merck NATIONAL Annick.robinson@merck.com dquirion@national.ca 514 428-2890 514 843-2302 Relations avec les investisseurs

Plus en détail

7- Traitement de fond de l asthme de l enfant

7- Traitement de fond de l asthme de l enfant 7- Traitement de fond de l asthme de l enfant Stratégies d adaptation F Lemoigne Les 4 points clés de la prise en charge de l asthme (1) Développer le partenariat Médecin/Patient : l objectif de ce partenariat

Plus en détail

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique Université d été E-Santé Castres-Mazamet 4, 5, 6 juillet 2012 «Des supports numériques au service de l éducation thérapeutique des patients» Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION

ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION «La défibrillation externe automatique dans les centres de conditionnement physique». Cette énoncé

Plus en détail

Tabagisme et syndrome métabolique

Tabagisme et syndrome métabolique Tabagisme et syndrome métabolique 6 ième Congrès de la SFT 9 nov. 2012 Ivan Berlin Département de Pharmacologie, Hôpital Pitié- Salpêtrière-Faculté de médicine, Université P.& M. Curie - INSERM U894, Paris,

Plus en détail

Le mouvement vitalité! Un pas vers la forme! Sport-Santé. Acti March

Le mouvement vitalité! Un pas vers la forme! Sport-Santé. Acti March Le mouvement vitalité! Un pas vers la forme! Sport-Santé Acti March Une Fédération pour votre forme Moyen de déplacement à la portée de tous, quel que soit son âge, la marche est une forme d activité physique

Plus en détail

Le VIH et votre apparence physique

Le VIH et votre apparence physique Le VIH et votre apparence physique Le VIH et votre apparence physique Les personnes séropositives subissent-elles souvent des changements de l apparence physique? Il est difficile de dire avec exactitude

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Christophe Hausswirth, PhD Habilité à Diriger les Recherches, INSEP, Service Recherche

Christophe Hausswirth, PhD Habilité à Diriger les Recherches, INSEP, Service Recherche Commission Médicale du 20 Nov.2010 La Cryothérapie du Corps Entier (CCE) : le point scientifique et pratique Christophe Hausswirth, PhD Habilité à Diriger les Recherches,, Service Recherche INTRODUCTION

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 octobre 2007. Réévaluation des contraceptifs oraux de 3 ème génération

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 octobre 2007. Réévaluation des contraceptifs oraux de 3 ème génération COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 octobre 2007 Réévaluation des contraceptifs oraux de 3 ème génération 1. Introduction Suite à une saisine du Ministre de la santé et des solidarités, la Commission

Plus en détail