COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES"

Transcription

1 COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES Approximativement, un tiers de tous les décès dus au cancer sont en relation avec un cancer du poumon, qui est responsable de plus de décès par an que les cancers du sein, de la prostate et du côlon associés. La médiane de survie des patients porteurs de cancer métastatique non traité est seulement de à mois, avec un taux de survie à un an de %. La chimiothérapie pour les cancers non à petites cellules (CBP NAPC), est souvent considéré comme inefficace ou trop toxique. Cependant, des méta-analyses récentes ont démontré que, si on la compare au meilleur traitement de soutien possible, les résultats de la chimiothérapie montrent un faible allongement de la survie des patients porteurs de CBPNAPC avancés -. De plus, les études randomisées comparant la chimiothérapie versus le meilleur traitement de soutien possible (BSC), ont démontré que la chimiothérapie diminue les symptômes et améliore la qualité de vie. Sur la dernière décennie, de nouveaux agents sont apparus et ont été utilisés pour le traitement des CBPNAPC métastatiques : les taxanes, la gemcitabine et la vinorelbine. L association d un ou plusieurs de ces agents avec un dérivé du platine a entraîné une augmentation des taux de réponse et une survie prolongée à un an dans des études de phase II 6-. Cependant, il y a eu peu de comparaisons entre eux de ces nouveaux protocoles de chimiothérapie, qui sont maintenant fréquemment utilisés. Le Groupe Coopératif de Cancérologie de la Côte Est (ECOG) des Etats-Unis a réalisé un essai clinique randomisé pour comparer l efficacité de trois protocoles fréquemment utilisés avec un protocole de référence : cisplatine et paclitaxel. L objectif principal de cette étude était de comparer la survie globale des patients traités par cisplatine et gemcitabine, cisplatine et docetaxel, carboplatine et paclitaxel ou cisplatine et paclitacel. METHODES Les patients avec des CBPNAPC qui étaient classés comme stade IIIB (avec pleurésie maligne ou atteinte péricardique), stade IV ou rechute ont été randomisés dans un des quatre groupes de traitement (fig ). Le premier groupe recevait le traitement de référence : mg/m de surface corporelle de paclitaxel, administré sur heures au J, suivi par 7 mg/m de cisplatine au J. Le cycle était répété toutes les trois semaines. Dans le second groupe, la gemcitabine à la dose de mg/m, était administrée au J, J8, et J et le cisplatine à la dose de mg/m était administré au J d un cycle de quatre semaines. Les patients du troisième groupe recevait 6 mg/m de docetaxel et 7 mg/m de cisplatine au J d un cycle de trois semaines. Ceux du quatrième groupe étaient traités avec mg/m de paclitaxel, donné sur une période de trois heures au J, suivi le même jour par du carboplatine à la dose calculée pour produire une aire sur la courbe de 6 mg/ml par minute dans un cycle de trois semaines. Les patients étaient stratifiés en fonction de leur état général (performance status ECOG ou versus ), leur perte de poids dans les six mois précédents (moins de % versus %), le stade de la maladie (IIIB versus IV ou rechute) et la présence ou l absence de métastases cérébrales. Variables de stratification Figure n Performance status : ou versus Perte de poids dans les six mois précédents : <% versus % Stade de la maladie : IIIB versus IV ou rechute Présence ou absence de métastases cérébrales Protocoles Cisplatine plus paclitaxel Paclitaxel mg/m sur une période de h au J Cisplatine 7 mg/m au J Cycle de trois semaines Cisplatine plus gemcitabine Gemcitabine mg/m au J, J8 et J Cisplatine mg/m au J Cycle de quatre semaines Cisplatine plus docetaxel Docetaxel 7 mg/m au J Cisplatine 7 mg/m au J Cycle de trois semaines Carboplatine plus paclitaxel Paclitaxel mg/m sur une période de trois heures au J Carboplatine AUC 6 mg/m /min au J Cycle de trois semaines Critère d éligibilité : Les patients qui avaient reçu une chimiothérapie antérieure étaient inéligibles pour l étude. Les critères d inclusion imposaient une confirmation histologique ou cytologique du cancer, une lésion mesurable ou non mesurable, un âge supérieur à 8 ans, une fonction hématologique adéquate (un taux de globules blancs > leucocytes/mm et un nombre de plaquette au moins > /mm ), une fonction hépatique normale (avec un taux de bilirubine <,6 μmol/l), une fonction rénale normale (créatinine <,6 μmol/l). Une irradiation antérieure sur des sites symptomatiques était autorisée si le site indiqué comme étant celui permettant de juger de la réponse au traitement n était pas celui qui avait été irradié. Cette irradiation devait être terminée avant le début de la chimiothérapie. Les patients avec des métastases cérébrales asymptomatiques étaient éligibles. Tous les patients devaient avoir donné leur consentement éclairé. Les critères d évaluation de la réponse de l ECOG ont été employés. Brièvement, une réponse complète était définie par l absence de maladie sur tous les sites connus depuis au moins quatre semaines. Une réponse partielle était définie comme une réduction de % de la somme des deux diamètres perpendiculaires de toutes les lésions mesurables, persistant au moins quatre semaines. La progression de la maladie était définie, soit par une augmentation de % du diamètre des lésions choisie comme cible, soit par l apparition

2 d une/ou plusieurs nouvelles lésions. La survie était calculée depuis la date d enrôlement dans l essai jusqu à la date de décès ou la dernière date connue pour le patient comme étant vivant. Le temps jusqu à progression de la maladie était calculé depuis la date d inclusion dans l essai jusqu à la date de la progression ou la mort. Les données, pour les patients qui étaient vivant et sans rechute, étaient censurées à la date de leur dernière visite de suivi connu. Le protocole a été approuvé par le comité d éthique de chaque centre participant. Tous les patients avaient donné un consentement informé par écrit. Analyse statistique : La survie, depuis la date d inclusion dans l essai, était le critère de jugement principal. La première analyse spécifiée dans le protocole était la comparaison de chacune des courbes de survie pour les trois sous-groupes de traitement avec celui du groupe de référence par un Log-rank test bilatéral. De façon à contrôler l erreur de type (c est-à-dire pour contrôler les comparaisons multiples), seuil de significativité de,6 a été utilisé pour chaque comparaison. L étude avait été organisée pour avoir une puissance de 8% pour détecter une augmentation dans la survie médiane de % dans les groupes testés. Ceci aboutissait à une survie médiane de mois puisque la référence avait été choisie à 9 mois à partir des données d une étude précédente. La puissance nécessaire pour détecter une augmentation de % dans la survie nécessitait un total approximativement de 7 décès dans les quatre groupes ou par comparaison bilatérale. Sur la base des critères d éligibilité et de la réalisation des essais précédents au sein de l ECOG, nous avons estimé qu il fallait environ dans les patients par groupe de traitement sur une période de mois. Une analyse intermédiaire a été réalisée par le Comité de Surveillance de l ECOG. Le protocole spécifiait que deux analyses intermédiaires et une analyse finale de survie, avec l utilisation de tests statistiques appropriés, devaient être réalisées quand %, 67% et % du nombre de décès seraient survenus. Toutes les valeurs de «p» sont des valeurs bilatérales et ont été ajustées pour les analyses intermédiaires. Toutes les courbes ont été estimées par la méthode de Kaplan- Meier. Toutes les comparaisons ont été réalisées par le test du Log-rank. La description des données, telles que les données sur les traitements, les réponses, les effets toxiques, ont été comparées entre les différents traitements par le test exact de Fisher. RESULTATS Un total de 7 patients ont été enrôlés dans cette étude entre octobre 996 et mai 999. La durée moyenne de suivie a été de 8 mois. Le er mai, 7 patients étaient décédés. Sur les 7 patients qui avaient été inclus, (,%) ont été considérés comme inéligible (tableau I) Tableau I : Caractéristiques des patients Caractéristique paclitaxel (n = ) Gemcitabine (n = ) Docetaxel (n = ) Carboplatine et Paclitaxel (n = 99) Total (n = 7) Eligible (nbre patients) Inéligible (nbre patients) 9 Age (année) Médiane Etendue Sexe (% patients) Homme Femme Performance status (% patients) Métastases cérébrales (% patients) Perte poids (% patients) < % % Groupe ethnique (% patients) Blanc Noir Autre Stade maladie (% patients) IIIB IV Les raisons ayant rendu les patients inéligibles sont les suivantes : stade de la maladie incorrecte (8 patients), diagnostic histologique non compatible avec un CBPNAPC (n = 7), chimiothérapie antérieure (n = ), information inadéquate sur les résultats biologiques, radiographiques ou performance status dans les critères d inclusion (n = ), diagnostic d un second cancer (n = ), traitement qui n était pas prévu dans le protocole (n = ), conditions médicales associées (n = ), performance status trop mauvais (n = ), progression de la maladie avant le traitement (n = ), retrait du consentement (n = ), autre (n = )

3 L âge médian était de 6 ans, à peu près deux tiers des patients étaient des hommes. 6% des patients avaient un performance status de et % avaient des métastases cérébrales. Environ deux tiers des patients ont eu une perte de poids de moins de % dans les six mois précédents. La plupart (87%) étaient de stade IV ou présentaient une rechute. La survie médiane de ces 7 patients est de 8 mois, le taux de survie à un an était de % et le taux de survie à deux ans était de % (tableau II). La comparaison du groupe des 7 patients avec le groupe des éligibles ne montre pas de différence significative en terme de taux de réponse survie ou temps jusqu à progression. La réponse globale pour les éligibles était de 9% (tableau III). Dans le groupe des patients qui ont reçu cisplatine et paclitaxel, la survie moyenne était de 7,8 mois et la survie à un an et deux ans était de et % respectivement (tableau III et figure A). Il n y avait pas de différence significative dans le taux de réponse de la survie au sein des trois groupes de traitement expérimentaux. La survie médiane était de 8, mois, alors que parmi les patients recevant cisplatine et gemcitabine, 7, mois parmi ceux qui ont reçu cisplatine et docetaxel et 8, mois parmi ceux qui ont reçu carboplatine et paclitaxel (tableau III). Les taux de survie pour ces trois groupes de patients étaient de 6, et % respectivement à an et, et respectivement à ans. Le temps médian jusqu à progression était de, mois dans le groupe cisplatine plus paclitaxel en comparaison avec, mois dans le groupe cisplatine-gemcitabine (p =,, test de Log-rank) (tableau III). Le temps moyen jusqu à progression dans les deux groupes expérimentaux ne différaient pas systématiquement de celui du groupe cisplatine et paclitaxel (figure B). Puisque le protocole spécifique et les patients devaient être évalués pour leur progression après deux cycles de traitement, les patients qui recevaient cisplatine et docetaxel ou carboplatine et paclitaxel (protocole administré tous les jours) pouvaient avoir un diagnostic de progression plus précoce que les patients qui recevaient cisplatine et gemcitabine (protocole administré tous les 8 jours). Cependant, il n y a pas eu de différence dans cette variable entre les groupes (données non présentées). Selon le protocole initialement réalisé, les patients avec un performance status de étaient éligibles pour l essai. Cependant, en octobre 97, après que 66% patients, avec un performance status de aient été inclus dans l étude, le protocole a fait l objet d un amendement pour inclure uniquement les patients avec un performance status de et, en raison du fort taux d effets adverses chez les patients avec un performance status de 6. Figure n A : Courbe de Kaplan-Meier de survie globale en fonction du type de traitement Figure n B : Temps jusqu à progression en fonction du type de traitement La médiane de survie parmi les patients avec un performance status était de,8 mois comparée à 7, mois pour ceux qui avaient un performance status de et,9 mois pour ceux qui avaient un performance status de (p <,, test de Log-rank) (tableau II).

4 Tableau II : Résultats pour tous groupes de traitements combinés Variables Nbre patients Taux Réponse Survie Temps médian jusqu à progression % Médiane Mois Un an % Deux ans % mois Tous les patients 7 9 8,,7 Patients éligibles 9 7,9,6 Stade de la maladie IIIB 9, 9,6 IV ou rechute 9 7,8,6 Sexe Homme 9 7,, Femme 9 9, 8,8 Performance status*,8 6, 8 7, 9,,9 9 6, * un score élevé indique une dégradation plus importante p <, par test de Log-rank pour la comparaison entre les performance status de ou Charactéristique Tableau III : Résultats selon les groupes de traitement paclitaxel (n = 88) Gemcitabine (n = 88) Docetaxel (n = 89) Carboplatine et Paclitaxel (n = 9) Total (n = ) Réponses (%) Réponse complète < < < < Réponse partielle Maladie stable 8 8 Progression 9 9 Non déterminé 6 Taux de réponse global (%) Survie médiane (IC 9% en mois) 7,8 (7,-8,9) 8, (7,-9,) 7, (6,6-8,8) 8, (7,-9,) 7,9 (7,-8,) an (IC 9% en %) (6-6) 6 (-) (6-6) (9-) (-6) ans (IC 9% en %) (-) (7-) (7-) (7-) (8-) Temps médian jusqu à progression, (,8-,9), (,7-,8),7 (,9-,), (,8-,9),6 (,-,9) (IC 9% en mois) * les pourcentages ne donnent pas forcément %, en raison de l arrondissement des chiffres. IC = intervalle de confiance p =, par le test Log-rank pour la comparaison avec le groupe cisplatine et paclitaxel Le tableau IV décrit les complications dans les quatre groupes. Ces complications sont celles habituellement retrouvées avec ces protocoles de chimiothérapie. Elles étaient similaires entre les quatre groupes, avec quelques exceptions notées dans le tableau. % des patients qui recevaient carboplatine et paclitaxel sont sortis de l étude en raison de progression en comparaison avec les % de ceux recevant cisplatine et paclitaxel (p <,). 7% de ceux qui recevaient cisplatine et gemcitabine sont sortis de l étude en raison de complications, comparé à % de ceux qui recevaient cisplatine et paclitaxel (p <, par test exact de Fisher). DISCUSSION La chimiothérapie à base de cisplatine pour les CBPNAPC entraîne une augmentation de survie faible, mais statistiquement significative si on la compare aux meilleurs traitements de soutien possible -. Alors que des protocoles de chimiothérapie plus anciens (mitomycine, ifosfamide et cisplatine) entraînent des taux de survie de à % à un an, les protocoles de deuxième génération (par exemple cisplatine et étoposide) ont retrouvé des taux de survie de à % à un an,, 7-. Un autre essai a montré que les chimiothérapies de troisième génération permettait d obtenir comme taux de survie à un an, un chiffre de % et comme taux de survie à deux ans, un chiffre de % chez les patients porteurs d un état général conservé. En terme de survie, il n a pas été possible de mettre de différence significative entre les trois nouveaux régimes de chimiothérapie comparés à l association cisplatine-paclitaxel. Bien que le temps jusqu à progression était plus élevé dans le groupe de patients qui recevaient cisplatine plus gemcitabine, ce résultat était associé à une plus grande toxicité rénale. En raison de l absence de bénéfice sur la survie et de cette

5 plus grande toxicité, la pertinence clinique de l augmentation du temps jusqu à progression est un sujet discuté. La toxicité est particulièrement problématique chez des patients ayant un faible performance status. Ceux qui avaient un performance status de ont été exclus secondairement de l étude car les premiers résultats suggéraient que les effets adverses étaient plus importants. Alors que le rôle de la chimiothérapie dans le traitement des CBP NAPC avancés est plutôt dirigé vers un traitement de soutien ou un traitement palliatif, l utilisation systématique d une chimiothérapie comportant du platine chez des patients avec un performance status élevé ne peut être recommandée. Bien qu il n ait pas été possible d obtenir des informations sur les traitements de seconde ligne dans cette étude, il est probable que certains de nos patients ont reçu ce type de traitement et éventuellement une des autres séquences de chimiothérapie lorsque leur maladie progressait. L effet d un tel cross-over sur les résultats de l essai est inconnu. Nous n avons pas également comparé le coût-efficacité de nos quatre protocoles, alors qu il aurait été intéressant d obtenir ces informations, étant donné les différences de coût entre les différentes molécules et les coûts associés avec leur administration. Nous concluons que les chimiothérapies de troisième génération, chez les patients porteurs de CBP NAPC avec un index de performance status bon, peut augmenter modérément la survie à un an et à deux ans. Il n a pas été retrouvé de différence significative en terme de survie parmi les quatre protocoles de chimiothérapie testés dans ce travail, bien que l association carboplatine et paclitaxel ait le plus faible taux d effets adverses par rapport aux autres protocoles. Sur la base de ces résultats, l ECOG a choisi carboplatine et paclitaxel comme traitement de référence pour ses futures études. Tableau IV : Effets toxiques* Type d effet toxique Nombre absolu de globules blancs Plaquettes Anémie Infection Grade Neutropénie fébrile Toxicité cardiaque Grade Toxicité rénale Grade Nausées Vomissements Diarrhées Réactions d hypersensibilité Fatigue Neuropathie paclitaxel (n = ) Gecmcitabine (n = 9) % patients Paclitaxel (n = 97) 9 * les données sont pour tous les patients ayant rapporté des effets adverses, à partir du moment où ils étaient éligibles p <, pour la somme de tous les grades décrits, comparés avec l association cisplatine et paclitaxel Carboplatine et Paclitaxel (n = 9)

6 REFERENCES. Rapp E, Pater JL, Willan A, et al. Chemotherapy can prolong survival in patients with advanced non-small-cell lung cancer -report of a Canadian multicenter randomized trial. J Clin Oncol 988;6:6-.. Marino P, Pampallona S, Preatoni A, Cantoni A, Invernizzi F. Chemotherapy vs. supportive care in advanced non-small-cell lung cancer: results of a meta-analysis of the literature. Chest 99;6:86-.. Chemotherapy in non-small cell lung cancer: a meta-analysis using up-dated data on individual patients from randomised clinical trials. BMJ 99;: Grilli R, Oxman AD, Julian JA. Chemotherapy for advanced non-small-cell lung cancer: how much benefit is enough? J Clin Oncol 99;: Cullen M, Billingham J, Woodraffe C, et al. Mitomycin, ifosfamide, and cisplatin in unresectable non-small-cell lung cancer: effects on survival and quality of life. J Clin Oncol 999;7: Sandler AB, Ansari R, McClean J, Fisher W, Dorr A, Einhorn LH. A Hoosier Oncology Group phase II study of gemcitabine plus cisplatin in non-small cell lung cancer (NSCLC). Prog Proc Am Soc Clin Oncol 99; :7. abstract 7. Abratt RP, Bezwoda WR, Goedhals L, Hacking DJ. A phase study of gemcitabine with cisplatin in patients with non-small cell lung cancer. Prog Proc Am Soc Clin Oncol 99;:7. abstract 8. Crino L, Scagliotti G, Marangolo M, et al. Cisplatin-gemcitabine combination in non-small cell lung cancer (NSCLC): a phase II study. Prog, Proc Am Soc Clin Oncol 99;:. abstract 9. Langer CJ, Leighton JC, Comis RL, et al. Paclitaxel and carboplatin in combination in the treatment of advanced non-small-cell lung cancer: a phase II toxicity, response, and survival analysis. J Clin OncoI99;: Le Chevalier T, Belli L, Monnier A, et al. Phase II study of docetaxel (Taxotere) and cisplatin in advanced non-small-cell lung cancer (NSCLC): (an interim analysis. Prog Proc Am Soc Clin Oncol 99;:. abstract.. Bonomi P, Kim K, Fairclough D, et al. Comparison of survival and quality of life in advanced non-small-cell lung cancer patients treated with two dose levels of paclitaxel combined with cisplatin versus etoposide with cisplatin: results of an Eastern Cooperative Oncology Group trial. J Clin Oncol ;8:6-.. Mantel N. Evaluation of survival data and two new rank order statistics arising in its consideration. Cancer Chemother Rep 966;:6-7.. Savitz DA, Olshan AF. Multiple comparisons and related issues in the interpretation of epidemiologic data. Am J Epidemiol, 99, : Kaplan EL, Meier P. Nonparametric estimation of incomplete observations. J Am Star Assoc 98;:7-8.. Cox DR, Snell EJ. Analysis of binary data. nd ed. London: Chapman & Hall, Johnson DH, Zhu J, Schiller J, et al. E9 -a randomized phase III trial in metastatic nonsmall-cell lung cancer (NSCLC) outcome of PS patients (Pts): an Eastern Cooperative Oncology Group Trial (ECOG). Prog Proc Am Soc Clin Oncol 999;8:6a. abstract 7. Gandara DR, Crawley J, Livingston RB, et al. Evaluation of cisplatin intensity in metastatic non-small-cell lung cancer: a phase III study of the Southwest Oncology Group. J Clin Oncol 99;: Ruckdeschel JC, Finkelstein DM, Ettinger DS, et al. A randomized trial of the four most active regimens for metastatic non-small-cell lung cancer. J Clin Oncol 986;:-. 9. Klastersky J, Sculier JP, Bureau G, et al. Cisplatin versus cisplatin plus etoposide in the treatrnent of advanced non-small-cell lung cancer. J Clin Oncol 989;7: Bonomi PD, Finkelstein DM, Ruckdeschel JC, et al. Combination chemotherapy versus single agents followed by combination chemotherapy in stage IV non-small-cell lung cancer: a study of the Eastern Cooperative Oncology Group. J Clin Oncol 989;7:6-.. Ramsey SD, Moinpour CM, Lovato LC, Grevstad PK, Kelly K, Presant C. An economic analysis of Southwest Oncology Group Trial S99: cisplatin/vinorelbine vs. carboplatin/paclitaxel for advanced non-small-cell lung cancer. Prog Proc Am Soc Clin Oncol ;9:89a. abstract

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 GEMZAR 200 mg, lyophilisat pour usage parentéral (IV) Flacon de 10 ml GEMZAR 1000 mg, lyophilisat pour usage parentéral

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 mai 2010 ALIMTA 100 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion (CIP 383 080-2) B/1 ALIMTA 500 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion (CIP 565 825-3)

Plus en détail

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE?

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? D après la communication orale de Yu Y. (Discussion) Prognosis and Prediction of Outcomes in Castration-Resistant

Plus en détail

Cancer bronchique : la première ligne. Pr Jean Trédaniel, Dr Sergio Salmeron Service de Pneumologie Groupe Hospitalier Saint-Joseph

Cancer bronchique : la première ligne. Pr Jean Trédaniel, Dr Sergio Salmeron Service de Pneumologie Groupe Hospitalier Saint-Joseph Cancer bronchique : la première ligne Pr Jean Trédaniel, Dr Sergio Salmeron Service de Pneumologie Groupe Hospitalier Saint-Joseph Données projetées de l incidence des cancers en France, 2011 Prostate:

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 avril 2009 NAVELBINE 20 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s) PVC-aluminium PVDC de 1 capsule(s) : 365 948-4 NAVELBINE 30 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s)

Plus en détail

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 novembre 2009 IRESSA 250 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP 395 950-7) ASTRAZENECA géfitinib Liste I Médicament soumis à prescription hospitalière. Prescription

Plus en détail

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013 Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse 6 décembre 2013 Traitement du CBNPC Evolution du traitement des CBNPC métastatiques

Plus en détail

Avis 3 avril 2013. Laboratoire PFIZER. crizotinib. L01XE16 (Inhibiteurs de la tyrosine kinase) Inscription. Motif de l examen

Avis 3 avril 2013. Laboratoire PFIZER. crizotinib. L01XE16 (Inhibiteurs de la tyrosine kinase) Inscription. Motif de l examen COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 3 avril 2013 XALKORI 200 mg, gélule Boîte de 60 gélules (CIP : 34009 267 625 6 8) Flacon de 60 gélules (CIP : 34009 267 626 2 9) XALKORI 250 mg, gélule Boîte de 60 gélules

Plus en détail

Compléments de statistiques

Compléments de statistiques 2 e cycle EM2 & 3 LCA Complément de statistique. Compléments de statistiques Analyse de données de survie Analyse univariée D. Neveu compléments statistiques EM2 EM3 : 2006-2007 2 Objectifs pédagogiques

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2011 AVASTIN 25 mg/ml Boîte de 1 flacon de 4 ml (CIP : 566 200-7) Boîte de 1 flacon de 16 ml (CIP : 566 201-3) Laboratoires ROCHE Bevacizumab Liste I Réserve hospitalière

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par le Dr Guillaume PLOUSSARD, Hôpital Saint-Louis, Paris

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par le Dr Guillaume PLOUSSARD, Hôpital Saint-Louis, Paris RÉARRANGEMENTS ERG ET RÉSULTATS CLINIQUES CHEZ DES PATIENTS TRAITES PAR ACÉTATE D ABIRATÉRONE: RÉSULTATS DE L ÉTUDE COU-AA- 302 DANS LE CANCER DE LA PROSTATE MÉTASTATIQUE RESISTANT A LA CASTRATION NON

Plus en détail

CELLULES DE STADE AVANCE

CELLULES DE STADE AVANCE Version n 4 27-01-2004 Page 1 SOCIETE BELGE DE PNEUMOLOGIE COMMISSION ONCOLOGIE DIRECTIVE CONSENSUELLE : LA CHIMIOTHERAPIE ET LE CANCER DU POUMON NON A PETITES CELLULES DE STADE AVANCE Résumé 1. Quel est

Plus en détail

HERCEPTIN - trastuzumab CANCERS DU SEIN RÉFÉRENTIELS DE BON USAGE HORS GHS ANNEXE

HERCEPTIN - trastuzumab CANCERS DU SEIN RÉFÉRENTIELS DE BON USAGE HORS GHS ANNEXE HERCEPTIN - trastuzumab RÉFÉRENTIELS DE BON USAGE HORS GHS CANCERS DU SEIN Date de publication : juin 2011 ANNEXE Situations hors-amm pour lesquelles l insuffisance des données ne permet pas l évaluation

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 avril 2009 NAVELBINE 20 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s) PVC-aluminium PVDC de 1 capsule(s) : 365 948-4 NAVELBINE 30 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s)

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

B. Lueza, G Le Teuff, J.P Pignon, D. De Ruysscher, C. Le Pechoux

B. Lueza, G Le Teuff, J.P Pignon, D. De Ruysscher, C. Le Pechoux Hétérogénéité inter et intra-sous groupes d essais pour explorer l hétérogénéité globale Un exemple de méta-analyse sur données individuelles dans le traitement des cancers bronchiques B. Lueza, G Le Teuff,

Plus en détail

CARCINOMES EPIDERMOIDES TETE ET COU

CARCINOMES EPIDERMOIDES TETE ET COU OMEDIT Aquitaine Affaire suivie par : Bertrice LOULIERE : bertrice.louliere@omedit-aquitaine.fr Antoine BROUILLAUD : antoine.brouillaud@omedit-aquitaine.fr Morgane GUILLAUDIN : morgane.guillaudin@omedit-aquitaine.fr

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011. 20 juillet 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011. 20 juillet 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 20 juillet 2011 L avis adopté par la Commission de la Transparence le 20 juillet 2011 a fait l objet d une audition le 19 octobre 2011 JEVTANA 60 mg,

Plus en détail

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Introduction Les grandes lignes des recommandations ABC 1 et les «ESMO Clinical Practice Guidelines for diagnosis, treatment

Plus en détail

D après la communication de Goede V

D après la communication de Goede V RÉSULTATS D UNE ÉTUDE DE PHASE III COMPARANT CHLORAMBUCIL SEUL A OBINUTUZUMAB PLUS CHLORAMBUCIL OU RITUXIMAB PLUS CHLORAMBUCIL CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS DE LLC ET PRÉSENTANT DES COMORBIDITÉS D après la

Plus en détail

Chimiothérapie stades avancés

Chimiothérapie stades avancés Définition Chimiothérapie adjuvante Cancer du poumon non à petites cellules On entend par chimiothérapie adjuvante, un traitement réalisé chez un malade dont la tumeur a été enlevée en totalité par une

Plus en détail

Cancer bronchique non à petites cellules. Première ligne, et après? Combien de lignes?

Cancer bronchique non à petites cellules. Première ligne, et après? Combien de lignes? Cancer bronchique non à petites cellules Première ligne, et après? Combien de lignes? Christos Chouaid ( Créteil) Liens d intérets Au cours de ces 5 dernières années, j ai perçu des honoraires ou des financements

Plus en détail

Newsletter N 17/E5 10 avril 2013

Newsletter N 17/E5 10 avril 2013 Newsletter N 17/E5 10 avril 2013 Cher(e)s collègues, cher(e)s ami(e)s, Après quelques mois de silence qui ne signifient pas pour autant quelques mois d inactivité, bien au contraire, nous avons le plaisir

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2011 HALAVEN 0,44 mg/ml, solution injectable B/1 flacon de 5 ml contenant 2 ml de solution (CIP 4183523) B/6 flacons de 5 ml contenant 2 ml de solution (CIP

Plus en détail

PAC GETUG PROTOCOLE GETUG 15/0403

PAC GETUG PROTOCOLE GETUG 15/0403 PAC GETUG PROTOCOLE GETUG 15/0403 N EudraCT 2004-001984-22 Essai randomisé de phase III comparant l association traitement hormonal + docétaxel au traitement hormonal seul dans les cancers de la prostate

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Compte Rendu ASCO 2012 Tumeurs urologiques 14/06/2012. H.MAHFOUF Service Oncologie Médicale Universitaire de Rouiba SOMUR

Compte Rendu ASCO 2012 Tumeurs urologiques 14/06/2012. H.MAHFOUF Service Oncologie Médicale Universitaire de Rouiba SOMUR Compte Rendu ASCO 2012 Tumeurs urologiques 14/06/2012 H.MAHFOUF Service Oncologie Médicale Universitaire de Rouiba SOMUR Registre des tumeurs d Alger 2007 Incidences Brutes Incidences standardisées Poumon

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Chimiothérapie pour le cancer de la prostate. Raghu Rajan

Chimiothérapie pour le cancer de la prostate. Raghu Rajan Chimiothérapie pour le cancer de la prostate Raghu Rajan Plan de la présentation Rappel Traitement actuel Obstacles au traitement Considérations futures Cancer de la prostate Statistiques canadiennes Cancer

Plus en détail

Contacts: sanofi-aventis + 33 (0)6 70 93 75 28 + 33 (0) 1 58 10 08 97

Contacts: sanofi-aventis + 33 (0)6 70 93 75 28 + 33 (0) 1 58 10 08 97 Contacts: sanofi-aventis CIRG Anne Bancillon Emmanuelle Mékercke + 33 (0)6 70 93 75 28 + 33 (0) 1 58 10 08 97 DES TRAITEMENTS A BASE DE TAXOTERE ET HERCEPTINE DÉMONTRENT CHEZ LES FEMMES ATTEINTES DE FORME

Plus en détail

Analyse de survie : comment gérer les données censurées?

Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Mémento biostatistique Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Méthode de Kaplan-Meier C. Alberti 1, J.-F. Timsit 2, S. Chevret 3 1 Centre d Epidémiologie Clinique, Hôpital Robert Debré,

Plus en détail

Chimiothérapie des cancers bronchiques non à petites cellules. Dr Aloulou Samir Médenine le 13 Juin 2015

Chimiothérapie des cancers bronchiques non à petites cellules. Dr Aloulou Samir Médenine le 13 Juin 2015 Chimiothérapie des cancers bronchiques non à petites cellules Dr Aloulou Samir Médenine le 13 Juin 2015 Cas clinique Mr A.S agé de 55 ans grand tabagique consulte aux urgences pour céphalées évoluant depuis

Plus en détail

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de Radiothérapie dans la stratégie néoadjuvante Alain Fourquet Département de Radiothérapie Oncologique Introduction La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

GEMCITABINE. 38 mg/ml ; 1 g/ml, 200 mg et 1 000 mg poudre ou lyophilisat Publication Juillet 2010

GEMCITABINE. 38 mg/ml ; 1 g/ml, 200 mg et 1 000 mg poudre ou lyophilisat Publication Juillet 2010 I. GEMZAR et génériques- gemcitabine Nom commercial GEMZAR Dénomination commune internationale Laboratoire exploitant ou titulaire de l AMM GEMCITABINE LILLY FRANCE Génériques : ACTAVIS GROUP, EBEWE PHARMA

Plus en détail

Chimiothérapie : quel bénéfice? Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale

Chimiothérapie : quel bénéfice? Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale 100 90 80 Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale Différence : 4 % (p < 0.0001) MACH-NC Meta-Analysis of Chemotherapy in Head & Neck Cancer % Control CT 70 60 50 40 30 20 10 0 54 % 50 % 36 % 32

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

CBNPC métastatiques Quelle chimiothérapie de 1 ère ligne?

CBNPC métastatiques Quelle chimiothérapie de 1 ère ligne? CBNPC métastatiques Quelle chimiothérapie de 1 ère ligne? Alexis Cortot, MD, PhD Service de Pneumologie et Oncologie Thoracique Hôpital Calmette, CHRU de Lille Lille, France Liens d intérêt Honoraires

Plus en détail

Doxorubicine liposomale pégylée

Doxorubicine liposomale pégylée DENOMINATION DU MEDICAMENT CAELYX = Doxorubicine liposomale pégylée CARACTERISTIQUES Dénomination commune : CAELYX Composition qualitative et quantitative : Doxorubicine liposomale pégylée Statut : A.M.M.

Plus en détail

ESMO 14. L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie

ESMO 14. L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie ESMO 14 L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie Cancer du SEIN Taxotere hebdo pas mieux et plus toxique Perrone F et al Ann Oncol 2014 Phase III : CMF vs Taxotere hebdo

Plus en détail

H. Mahfouf, K.Bouzid Service Oncologie Médicale E.H.S Centre Pierre & Marie CURIE Alger

H. Mahfouf, K.Bouzid Service Oncologie Médicale E.H.S Centre Pierre & Marie CURIE Alger Adénocarcinomes gastriques métastatiques : quelle chimiothérapie pour quel bénéfice et quelles biothérapies pour quelles indications en 2010? H. Mahfouf, K.Bouzid Service Oncologie Médicale E.H.S Centre

Plus en détail

D après la communication orale de B. D. Cheson, abstract 123, ICML 2015. Rédaction : Dr A. Chauchet, Hôpital Minjoz, Besançon

D après la communication orale de B. D. Cheson, abstract 123, ICML 2015. Rédaction : Dr A. Chauchet, Hôpital Minjoz, Besançon Premiers résultats de l étude de phase III GADOLIN étudiant l obinutuzumab associé à la bendamustine versus bendamustine seule chez des lymphomes non hodgkiniens indolents réfractaires au rituximab D après

Plus en détail

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Cancer de l endomètre localisé à haut risque Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Plan Introduction: de quoi parle t on? Cas clinique: Mme L 76 ans Recommandations

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juin 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juin 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 juin 2011 TARCEVA 25 mg, comprimé pelliculé B/30 (CIP 3692323) TARCEVA 100 mg, comprimé pelliculé B/30 (CIP 3692346) TARCEVA 150 mg, comprimé pelliculé B/30 (CIP 3692352)

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION DE LA CAPÉCITABINE DANS LE TRAITEMENT DU CANCER DU SEIN AVANCÉ OU MÉTASTATIQUE

GUIDE D UTILISATION DE LA CAPÉCITABINE DANS LE TRAITEMENT DU CANCER DU SEIN AVANCÉ OU MÉTASTATIQUE Guide d utilisation de la capécitabine dans le traitement du cancer du sein avancé ou métastatique Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CEPO) Juin 2005 Tables des matières 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen ETUDES DE PHASE III EVALUANT L EFFICACITÉ ET LA TOLÉRANCE D IDELALISIB (GS-1101) EN ASSOCIATION À OFATUMUMAB OU À BENDAMUSTINE + RITUXIMAB CHEZ DES PATIENTS PRÉSENTANT UNE LLC EN RECHUTE/RÉFRACTAIRE D

Plus en détail

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluations de la survie sans progression et du contrôle locoregional comme critère de substitution

Plus en détail

Exposition à l amiante: relation nodule et cancer bronchopulmonaire?

Exposition à l amiante: relation nodule et cancer bronchopulmonaire? Exposition à l amiante: relation nodule et cancer bronchopulmonaire? R. Barbot 1, C. Le Marquand 1, J.-C. Pairon 2, C. Paris 3, B. Clin- Godart 4, A. Luc 5, P. Brochard 6, F. Laurent 7 1 Villenave d'ornon,

Plus en détail

SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02

SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02 SYNOPSIS PROTOCOLE UC-0102/1203 GRT02 A) IDENTIFICATION DE L ESSAI CLINIQUE NUMERO DE CODE DU PROTOCOLE PROMOTEUR : UC-0102/1203 GRT02 VERSION ET DATE : version 1.1 du 12 septembre 2012 TITRE DE L ESSAI

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 28 septembre 2014

Communiqué de presse. Bâle, le 28 septembre 2014 Communiqué de presse Bâle, le 28 septembre 2014 Un protocole à base de Perjeta, médicament de Roche, a prolongé de 15,7 mois la vie de patients atteints d un type de cancer du sein métastatique agressif,

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

FILGRASTIM. Développement clinique de Binocrit. EPO Biosimilaire

FILGRASTIM. Développement clinique de Binocrit. EPO Biosimilaire FILGRASTIM Développement clinique de Binocrit EPO Biosimilaire Binocrit, Une nouvelle Epo α Binocrit est une érythropoïétine recombinante humaine stimulant la formation des érythrocytes (1). Binocrit est

Plus en détail

en oncologie thoracique

en oncologie thoracique Les facteurs de croissance en oncologie thoracique Stéphanie LOZANO 17 10 2008 Toxicité hématologique de la chimiothérapie Toxicité limitante Concerne de nombreux cytotoxiques Touche toutes les lignées

Plus en détail

Cancer du sein: soins 2015

Cancer du sein: soins 2015 Cancer du sein: soins 2015 Nouveautés thérapeutiques en pathologie mammaire métastatique Pr. Lionel D Hondt (M.D., Ph.D.) Chef du Service d Oncologie CHU UCL Dinant-Godinne CHU Charleroi, 02 octobre 2015

Plus en détail

COMPTES-RENDUS DE WEB RCP 18.12.2008

COMPTES-RENDUS DE WEB RCP 18.12.2008 COMPTES-RENDUS DE WEB RCP 18.12.2008 La démarche et les CR des Web-RCP sont conformes aux critères des Staff-EPP de la Haute Autorité de Santé COORDINATEUR Dr. JM Vernejoux (Pneumologie, Bordeaux) INTERVENANTS

Plus en détail

CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES

CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES 1 EPIDEMIOLOGIE 28 000 nouveaux cas/an 4ème rang des cancers Sex ratio 6,1 Mortalité > 27 000/an Âge médian H 67 ans, F 68 ans 2 1 Taux annuel ajusté

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 19 février 2014 GIOTRIF 50 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 34009 275 659 3 9) GIOTRIF 40 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 34009 275 658 7 8) GIOTRIF 30 mg, comprimé

Plus en détail

Comment je traite une personne âgée ayant un CBNPC métastatique. Elisabeth Quoix

Comment je traite une personne âgée ayant un CBNPC métastatique. Elisabeth Quoix Comment je traite une personne âgée ayant un CBNPC métastatique Elisabeth Quoix PLAN Généralités sur les personnes âgées Peut on transposer les avancées faites chez les patients d âge inférieur à70 ans

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 21 juillet 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 21 juillet 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 21 juillet 2004 TAXOTERE 20mg, solution à diluer et solvant pour perfusion Boîte de 1 flacon de poudre et de 1 flacon solvant TAXOTERE

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DES ESSAIS CLINIQUES DE PHASE I

MÉTHODOLOGIE DES ESSAIS CLINIQUES DE PHASE I MÉTHODOLOGIE DES ESSAIS CLINIQUES DE PHASE I 2 PLAN DE LA PRÉSENTATION Le présent Généralités des phases I La conduite pratique d une phase I Les modèles les plus utilisés Limitations L avenir des phases

Plus en détail

Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante

Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante Jean-Yves Pierga Département d Oncologie médicale Quelles

Plus en détail

Centre Jean Perrin. Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Clermont-Ferrand - France

Centre Jean Perrin. Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Clermont-Ferrand - France Centre Jean Perrin Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France PROJETS D ÉTUDES CLINIQUES DANS LE CANCER DU SEIN TRIPLE NÉGATIF RÉUNION ERTICA 16 SEPTEMBRE 2014 Dr MARIE-ANGE

Plus en détail

Traitement de maintenance dans les CBNPC avancés. Maurice Pérol Centre Léon Bérard Lyon

Traitement de maintenance dans les CBNPC avancés. Maurice Pérol Centre Léon Bérard Lyon Traitement de maintenance dans les CBNPC avancés Maurice Pérol Centre Léon Bérard Lyon Conflits d'intérêts Symposiums, advisory boards : Lilly, Roche, Boehringer- Ingelheim, Astra-Zeneca, GSK, Pfizer Crédits

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature

Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature Dominique de Raucourt 1 / xx 2 / xx Particularités des T3 oropharyngés! " Accessibles le plus souvent

Plus en détail

Analyses dans les essais thérapeutiques :

Analyses dans les essais thérapeutiques : 6ème Université d été Recherche et Evaluation en Cancérologie Analyses dans les essais thérapeutiques : analyses intermédiaires, finale et cross-over. M. Bouziani (Oran) 1 Laboratoire de biostatistique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

Demandeur Nom de fantaisie Dosage Forme pharmaceutique Voie d administration Danemark Valera Pharmaceuticals

Demandeur Nom de fantaisie Dosage Forme pharmaceutique Voie d administration Danemark Valera Pharmaceuticals ANNEXE I LISTE REPRENANT LES NOMS, LA FORME PHARMACEUTIQUE, LE DOSAGE DU MÉDICAMENT, LA VOIE D ADMINISTRATION, LE DEMANDEUR, LE TITULAIRE DE L AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ DANS LES ÉTATS MEMBRES

Plus en détail

Statistiques et essais cliniques

Statistiques et essais cliniques Hegel Vol. 3 N 1 2013 DOI : 10.4267/2042/49204 21 Statistiques et essais cliniques François Kohler Laboratoire SPI-EAO, Faculté de Médecine, Vandœuvre-les-Nancy francois.kohler@univ-lorraine.fr Introduction

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 octobre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 octobre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 octobre 2006 HERCEPTIN 150 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion B/1 flacon de 15 ml (CIP: 562 103-7) Laboratoire ROCHE trastuzumab Liste I Médicament soumis

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 17 octobre 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 17 octobre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 17 octobre 2012 Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 3 octobre 2012 a fait l objet d une audition le 17 octobre 2012 JEVTANA 60 mg, solution

Plus en détail

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Aucun Conflit d intérêts Référentiels Critères oncologiques de choix des traitements p significatif traitement / protocole établi

Plus en détail

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Pr. Pascal HAMMEL La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Conflits d intérêts Dr Pascal HAMMEL Laboratoires AMGEN Chimiothérapie

Plus en détail

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us?

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us? Dr Jean-Charles Soria : Bonjour et bienvenue dans ce programme. Je suis Jean Charles Soria, Professeur de Médecine et Directeur du programme de développement précoce des médicaments à l université Paris

Plus en détail

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Contexte Tumeurs larges ou localement avancées Pas de bénéfice en survie par rapport au traitement adjuvant,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

XALKORI MC Cancer du poumon non à petites cellules

XALKORI MC Cancer du poumon non à petites cellules XALKORI MC Cancer du poumon non à petites cellules FÉVRIER 2014 Marque de commerce : Xalkori Dénomination commune : Crizotinib Fabricant : Pfizer Forme : Capsule Teneurs : 200 mg et 250 mg Avis de refus

Plus en détail

Brèves de l AERIO. Introduction. Patients et méthodes. Résultats

Brèves de l AERIO. Introduction. Patients et méthodes. Résultats Oncologie (2016) 18:76-80 DOI 10.1007/s10269-016-2584-2 REVUE DE PRESSE DE L AERIO / AERIO PRESS REVIEW Brèves de l AERIO AERIO News in Brief Androgen receptor splice variant 7 et efficacité des taxanes

Plus en détail

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans المجلة الصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٢ Le cancer du sein est le principal cancer féminin dans le monde et en Tunisie [1-4]. Son incidence est plus élevée dans les

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Les conférences de consensus: comparaison, synthèse. Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN

Les conférences de consensus: comparaison, synthèse. Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN Les conférences de consensus: comparaison, synthèse Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN C Cuvier, Journées de sénologie interactive 2011 Nice-Saint-Paul; 4 ème édition Saint-Gallen; 12 ème conférence NCCN

Plus en détail

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

RESUME. Methodologie et Biostatistiques Sylvie Chevret, MD, and Vincent Lévy MD, DBIM, Hôpital St Louis, Paris

RESUME. Methodologie et Biostatistiques Sylvie Chevret, MD, and Vincent Lévy MD, DBIM, Hôpital St Louis, Paris Essai de phase II évaluant l efficacité et de la tolérance du Lenalidomide combine à l azacitidine chez les patients présentant un syndrome myélodysplasique de risque intermédiaire 2 ou élevé ou une leucémie

Plus en détail

Référentiel de bon usage - cancers du sein

Référentiel de bon usage - cancers du sein Commission OMéDIT de Basse-Normandie "cancérologie" Référentiel de bon usage - cancers du sein juil.-12 Protocoles de chimiothérapie en adjuvant Intitulé du protocole schéma thérapeutique Stade Schéma

Plus en détail

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Radiothérapie dans le cancer du col utérin A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Évolution des idées dans le traitement des cancers du col utérin 19 siècle: chirurgie traitement de base 20 siècle:

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive

Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive Dr L Garin et Dr D Picot 05 février 2010 Journée de cancérologie digestive de l ouest Pour le médecin m : la perte de poids fait partie des critères res

Plus en détail

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES Epidémiologie 15% des cancers bronchiques 4000 cas par an en France 30000 décès par an aux USA Presque exclusivement du au tabac 1 Epidemiologie du CPC SEER database

Plus en détail

LES ANTI-ANGIOGÉNIQUES EN PREMIÈRE LIGNE DE TRAITEMENT DES CBNPC MÉTASTATIQUES. Sophie Freudenberger CCA Pneumologie Inter-CHU 20 mars 2010

LES ANTI-ANGIOGÉNIQUES EN PREMIÈRE LIGNE DE TRAITEMENT DES CBNPC MÉTASTATIQUES. Sophie Freudenberger CCA Pneumologie Inter-CHU 20 mars 2010 LES ANTI-ANGIOGÉNIQUES EN PREMIÈRE LIGNE DE TRAITEMENT DES CBNPC MÉTASTATIQUES Sophie Freudenberger CCA Pneumologie Inter-CHU 20 mars 2010 POURQUOI DE NOUVELLES CBNPC métastatique : doublet de chimiothérapie,

Plus en détail

CANCER DU SEIN: ACTUALITÉS 2012-2013

CANCER DU SEIN: ACTUALITÉS 2012-2013 CANCER DU SEIN: ACTUALITÉS 2012-2013 Christelle Lévy Centre François Baclesse Ce qui est en train de changer nos pratiques, nouvelles AMM Cancers du sein métastatique RH+ HER2 neg en cas de progression

Plus en détail

Cancer broncho-pulmonaire et VIH

Cancer broncho-pulmonaire et VIH Cancer broncho-pulmonaire et VIH Armelle Lavolé Unité fonctionnelle oncologie thoracique, Hôpital Tenon, Paris Patient âgé de 40 ans, célibataire, ostéopathe Tabac: début à 16 ans, 20 cigarettes par jour

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

CANCERS BRONCHIQUES ET MESOTHELIOMES PLEURAUX MALINS Date de publication : mars 2011 ANNEXE

CANCERS BRONCHIQUES ET MESOTHELIOMES PLEURAUX MALINS Date de publication : mars 2011 ANNEXE ERBITUX - cetuximab RÉFÉRENTIELS DE BON USAGE HORS GHS CANCERS BRONCHIQUES ET MESOTHELIOMES PLEURAUX MALINS Date de publication : mars 2011 ANNEXE Situations hors-amm pour lesquelles l insuffisance des

Plus en détail