COUR SUPÉRIEURE JUGEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COUR SUPÉRIEURE JUGEMENT"

Transcription

1 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LONGUEUIL N : DATE : 30 mars 2005 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE CAROLE JULIEN, J.C.S. P...-L... B... Demandeur - intimé Et LE CURATEUR PUBLIC DU QUÉBEC Requérant mis en cause Et LE DIRECTEUR DE LA PROTECTON DE LA JEUNESSE Mis en cause intimé JUGEMENT [1] Le Tribunal est saisi de deux requêtes. L une émane de P...-L... B... (P...-L...), né le [...] 1989 et âgé de 15 ans. Il veut obtenir son émancipation totale (art. 175 C.c.Q. et 885 ss C.p.c.) afin de décider certains investissements financiers. [2] Le Curateur Public du Québec (LE CURATEUR), agissant comme tuteur aux biens de P...-L..., a signifié et déposé une requête en autorisation à titre onéreux et en changement de destination du produit d une assurance-vie (art. 1303, 1305, 162, 169 C.c.Q. et 885 ss C.p.c.) JJ 0304 [3] Cette requête du CURATEUR prévoit la simple émancipation de P...-L... et la constitution d une fiducie privée avec effets au-delà de la majorité. À l audience, tous s accordent pour écarter le recours à une fiducie dans le présent dossier en raison des

2 PAGE : 2 coûts par comparaison au montant limité du capital à gérer. Le Tribunal écarte cette option. LES FAITS * * * * * [4] L histoire personnelle de P...-L... a pris un cours douloureux, le [...] Ce jour-là, sa mère, feue P... B..., meurt dans des circonstances dramatiques. Le décès sera confirmé dans les jours suivants. [5] P...-L... se retrouve seul. Il n a ni frère ni sœur ni aucun contact avec son père depuis sa naissance. [6] D ailleurs, le certificat de naissance de P...-L... a été modifié suite à un jugement de notre Cour, rendu le 6 février Ce jugement donne acte d une confession de jugement signée par feue P... B... sur une requête de F... S... (S...) en inscription de faux. S... contestait l inscription de son nom au certificat de naissance de P...-L... comme père de l enfant. [7] Au moment de son décès, feue P... B... est en froid avec sa famille. Elle a fait cession de ses biens. Ses actifs sont limités à quelques effets mobiliers dont le syndic a la saisine. [8] P...-L... est le seul héritier de sa mère, mais veut renoncer à la succession en raison de l état d endettement de feue P... B... [9] P...-L... est également bénéficiaire désigné d une police d assurance-vie de l Industrielle-Alliance. La prestation est de $. En raison de la désignation, cette somme n est pas incluse à la succession. [10] P...-L... est pris en charge par un oncle maternel. Rapidement, un conflit s élève. P...-L... connaît la froideur des relations entre sa mère et sa famille maternelle. Il n apprécie pas les interventions de son oncle auprès de lui. Au surplus, son oncle veut obtenir de lui le remboursement des frais qu il occasionne et des frais d entreposage des meubles de sa mère. En effet, cet oncle a vidé le logement de feue P... B... et a entreposé les meubles. [11] Finalement, P...-L... retrouve son père biologique et entre en contact avec lui. Celui-ci décide de l héberger et de l assister dans ses démarches judiciaires en vu de son émancipation totale. [12] Dans ces circonstances, aucun tuteur n a été désigné à l enfant. La convocation d une assemblée de parents et amis n est pas opportune vu le conflit opposant P...-L... à sa famille maternelle.

3 PAGE : 3 [13] À l issue d une première audition, le 14 janvier 2005, le Tribunal a exigé le dépôt d un scénario chiffré quant aux investissements envisagés par P...-L... et l intervention du CURATEUR à titre de tuteur aux biens et du DIRECTEUR DE LA PROTECTION DE LA JEUNESSE (D.P.J.) comme tuteur à la personne de P...-L... Le Tribunal désirait connaître leur avis sur la demande d émancipation formulée par P...-L... [14] Le 26 janvier 2005, le D.P.J. et le CURATEUR étaient présents. [15] Des mesures volontaires prévalent et P...-L... est confié à son père F... S... (S...). La situation semble favorable. P...-L... et son père collaborent. [16] S... déclare qu il procédera à faire reconnaître son statut parental par des procédures appropriées. De même, il a l intention d encadrer et soutenir la démarche scolaire de P...-L... Celui-ci ne suit pas le cheminement habituel à cet égard. Il a l intention de compléter sa formation à l éducation des adultes lorsqu il atteindra l âge de 16 ans. [17] Le 26 janvier 2005, le CURATEUR étant prêt à évaluer le projet financier de P...- L..., le Tribunal a prononcé les mesures suivantes : «PRONONCE une ordonnance de sauvegarde pour valoir jusqu au 17 février 2005 à 14 h 15 devant la juge Julien; CONSTATE que le Curateur public est d office tuteur aux biens de P...-L... B...; DISPENSE le Curateur public de convoquer une quelconque assemblée de parents, d alliés ou d amis; ORDONNE au Curateur public, agissant à titre de tuteur aux biens de P...- L... B..., d évaluer le projet d investissement soumis par P...-L... dans le cadre de la présente requête et de SOUMETTRE un avis quant au mérite de ce projet, aux coûts financiers qu il représente pour toute la période et à la fin du terme et de SOUMETTRE une alternative le cas échéant en tenant compte le plus possible des paramètres désirés par P...-L... et exprimés dans le cadre de la requête; RECOMMANDE que cette demande soit traitée à l interne auprès du Curateur public afin de limiter les coûts et honoraires reliés à cette demande.» [18] Le 21 mars 2005, les parties déposent divers scénarios d investissements dont le dénominateur commun est d une part, l achat d une rente au montant de 300$ par mois pendant 15 ans et d autre part, le placement d une somme de $, pour la même durée, dans un véhicule garantissant le montant en capital.

4 PAGE : 4 [19] Ces scénarios, dont l inventaire apparaît en annexe A au présent jugement, ont été élaborés et répertoriés par Christiane Lebreux, c.a., professionnelle oeuvrant auprès du CURATEUR. [20] Le scénario numéro 1 correspond à la proposition de Sébastien St-Georges (ST- GEORGES), conseiller financier auquel P...-L... désire confier la gestion de son portefeuille. [21] Ce scénario reflète les objectifs de placement de P...-L... : l obtention d une rente mensuelle de 300$ pendant 15 ans, le versement d une somme de $ à l âge de 25 ans et le reliquat investi dans un véhicule garantissant le capital versé à l âge de 30 ans. [22] Le coût total de la rente est de $, incluant une commission de 4% au conseiller financier. Le rendement est de 4% pour un total de sur 15 ans. [23] Le reliquat sera investi de la façon suivante : a) fonds d obligation dont le rendement était de 6.4% sur une période de dix ans, frais de gestion de 2.15%; b) fonds diversifiés dont le rendement était de 7.7% sur une période de dix ans, frais de gestion de 2.81%; c) fonds de dividendes dont le rendement était de 16.8% sur une période de cinq ans, frais de gestion de 2.15%. [24] ST-GEORGES suggère de placer 45% du reliquat dans le fonds d obligations, 25% dans le fonds diversifiés et 30% dans le fonds de dividendes. Le rendement n est pas garanti, mais le capital le sera au terme de la période. [25] P...-L... demande que ses fonds soient l objet d un «gel judiciaire» rendant les placements irrévocables. Il craint de prendre de mauvaises décisions de placements ou d être vulnérable à des influences indues quant à l emploi de son capital s il en disposait librement à l âge de 18 ans. Il désire sécuriser son avoir et reporter à un âge de plus grande maturité les décisions à cet égard. [26] Sa position est soutenue par son procureur et son père biologique. [27] Le CURATEUR n a pas d objection de principe. Toutefois, il ne pourrait, à moins d une ordonnance du Tribunal, prolonger son administration au-delà de l âge de la majorité. * * * * *

5 PAGE : 5 LE DROIT [28] L âge de la majorité est fixé à 18 ans (art. 153 C.c.Q.). À ce moment, la personne devient capable d exercer pleinement tous ses droits civils. Auparavant, le mineur exerce ses droits dans la seule mesure prévue par la loi (art. 155 C.c.Q.). [29] Hors les cas où il peut agir seul, le mineur est représenté par son tuteur pour exercer ses droits (art. 158 C.c.Q.). Autrement, s il agit seul, alors que la loi ne le lui permet pas, l acte posé est nul de nullité absolue (art. 161 C.c.Q.). Le mineur, devenu majeur, peut confirmer l acte posé seul pendant la minorité (art. 166 C.c.Q.). [30] Le mineur peut, toutefois, obtenir son émancipation. Le tuteur peut, avec l accord du conseil de tutelle, émanciper le mineur de 16 ans et plus (art. 167 C.c.Q.). Cette avenue est impraticable dans le cas de P...-L... [31] Le Tribunal peut, après avoir obtenu l avis du tuteur et, le cas échéant, du conseil de tutelle, émanciper le mineur (art. 168 C.c.Q.). [32] Le Conseil de tutelle n exprimera son avis que s il est déjà constitué en raison des articles 209 et 223 C.c.Q. Tel n est pas le cas en l espèce. [33] L article 168 C.c.Q., logé à la section sur la simple émancipation, ne prévoit pas l âge minimal requis pour obtenir l émancipation judiciaire. Toutefois, l avis du tuteur est requis. [34] Le Tribunal a obtenu l avis du tuteur aux biens de P...-L..., le CURATEUR (art. 182, 221 C.c.Q., art. 12 de la Loi sur la Curatelle publique). Celui-ci ne s objecte pas à la simple émancipation, mais suggère que l émancipation totale, demandée par P...-L..., n est pas nécessaire pour lui permettre d atteindre ses objectifs. [35] Si la simple émancipation est prononcée, P...-L... a le bénéfice de l assistance du CURATEUR jusqu à sa majorité (art. 169 C.c.Q.). [36] Cette assistance sera requise pour tous les actes excédant la simple administration (art. 173 C.c.Q.). Ce sera le cas, notamment, pour permettre à P...-L... de renoncer à la succession de sa mère. P...-L... continuera de bénéficier de cette assistance et de la protection prévue à l article 174 C.c.Q. [37] La tutelle est établie dans l intérêt du mineur (art. 177 C.c.Q.). Le Tribunal estime que l avis exprimé par le CURATEUR, agissant à titre de tuteur aux biens de P...-L..., doit être retenu. Il est le plus favorable au meilleur intérêt de P...-L..., compte tenu de son âge, de sa maturité, de ses connaissances, de ses besoins et de ses objectifs. Il faut éviter de le priver de la protection et de l assistance prévues par la loi sans nécessité. [38] P...-L... désire effectuer des placements sûrs, ce que lui permettra la simple émancipation.

6 PAGE : 6 [39] Le Tribunal précisera, aux conclusions du présent jugement, les modalités du placement souhaité par P...-L... afin d encadrer la démarche visée par les présentes procédures. [40] Le Tribunal tient à souligner le professionnalisme démontré par les procureurs et les professionnels, notamment, les représentants du CURATEUR dans les circonstances très particulières de ce dossier. Ce professionnalisme les honore. [41] ST-GEORGES aura la responsabilité de donner effet et d exécuter l investissement choisi par P...-L... et prévu au présent jugement. ST-GEORGES doit s y conformer. Toute difficulté à cet égard devra être soumise au CURATEUR et éventuellement au Tribunal si elle ne peut être résolue, et ce jusqu à l âge de la majorité de P...-L... [42] Vu la situation très particulière de P...-L..., l impossibilité de référer au conseil de tutelle, l absence d un statut parental légalement reconnu pour S..., l intervention du D.P.J. à son égard, son isolement familial et la récente prise de contact avec S..., le Tribunal, selon la demande de P...-L..., prononcera un gel judiciaire des investissements de P...-L..., sauf une décision ultérieure de la Cour supérieure pour la durée prévue de l investissement sur une période de 15 ans à compter du présent jugement. PAR CES MOTIFS, LE TRIBUNAL : * * * * * [43] CONSTATE que le CURATEUR PUBLIC est d office tuteur aux biens de P...-L... B... ; [44] DISPENSE le CURATEUR PUBLIC de convoquer une quelconque assemblée de parents, d alliés ou d amis ; [45] PRONONCE la simple émancipation du mineur P...-L... B... ; [46] DONNE ACTE au mineur simplement émancipé, P...-L... B..., de sa volonté de constituer en sa faveur une rente et d investir le reliquat du produit de la police d assurance sur la vie de feue P... B..., suivant le scénario numéro 1 annexé au présent jugement et ENTÉRINE son consentement à cet égard à toutes fins que de droit ; [47] AUTORISE le CURATEUR PUBLIC, agissant es qualité, à assister le mineur simplement émancipé, P...-L... B..., à se porter partie constituante de la rente et à investir le reliquat du produit de l assurance-vie de feue P... B..., suivant le scénario numéro 1 annexé au présent jugement ; [48] ORDONNE aux parties de référer au Tribunal toute difficulté liée à l exécution du présent jugement ;

7 PAGE : 7 [49] DÉCLARE que le capital investi par le mineur simplement émancipé, P...-L... B..., sera irréversible et irrévocable à moins d une décision ultérieure du Tribunal dans l intérêt de P...-L... B..., jusqu à ce qu il atteigne l âge de 30 ans ; [50] RÉSERVE le droit du CURATEUR PUBLIC à obtenir dispense de rendre compte de son administration si les circonstances le justifient et l AUTORISE à prélever les honoraires conformément à la loi et au règlement d application de celle-ci. [51] LE TOUT SANS FRAIS. Me Charles Bienvenu LAFONTAINE, LAPIERRE & ASSOCIÉS Avocat du Demandeur - intimé Me François Dupin Avocat du Requérant mis en cause CAROLE JULIEN, J.C.S. Date d audience : 21 mars 2005 SOQUIJ et ses concédants de licence. Tous droits réservés.

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTRE : LE BARREAU DU QUÉBEC, ayant son siège social au 445, boul. Saint-Laurent, Montréal, Québec, H2Y 3T8 (Ici représenté

Plus en détail

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MONTRÉAL DOSSIER N : 2014-033 DÉCISION N : 2014-033-007 DATE : Le 25 février 2015 EN PRÉSENCE DE: MEJEANPIERRE CRISTEL AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS

Plus en détail

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Avant-projet de loi Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale Déposé par Madame Kathleen

Plus en détail

protection future Le champ d application du mandat de protection future...4 Les formes du mandat de protection future...5

protection future Le champ d application du mandat de protection future...4 Les formes du mandat de protection future...5 protection future protection future Le champ d application du mandat de protection future...4 Les formes du mandat de protection future...5 La mise en œuvre du mandat de protection future...6 Le contrôle

Plus en détail

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 janvier 2011. LETTRE RECTIFICATIVE au projet de loi (n 2494) relatif

Plus en détail

LA GESTION DU PATRIMOINE DU MINEUR

LA GESTION DU PATRIMOINE DU MINEUR LA GESTION DU PATRIMOINE DU MINEUR FASCICULE C LA GESTION DU PATRIMOINE DU MINEUR TABLE DES MATIÈRES 1. LA GESTION DU PATRIMOINE 4 1.1. Avez-vous l obligation de conserver le patrimoine de votre enfant?...4

Plus en détail

09/04/14. Antibes, le 22 mars 2014. Conférence. Le mandat de protection future pour autrui. Adapei des AlpesMaritimes

09/04/14. Antibes, le 22 mars 2014. Conférence. Le mandat de protection future pour autrui. Adapei des AlpesMaritimes 09/04/14 Antibes, le 22 mars 2014 Conférence Adapei des AlpesMaritimes AFTC Adapei AM Le mandat de protection future pour autrui 1. Définition et périmètre d application 1. 2. 2. 3. 3. Dans quel cas faut-il

Plus en détail

Séparation Divorce. La justice pratique

Séparation Divorce. La justice pratique Séparation Divorce La justice pratique www.ge.ch/justice Sommaire Vous êtes marié-e et vous voulez mettre fin à votre vie conjugale? Il existe plusieurs moyens de le faire : recourir à une suspension de

Plus en détail

29/03/14. Mareil-Marly, le 29 mars 2014. Conférence

29/03/14. Mareil-Marly, le 29 mars 2014. Conférence 29/03/14 Mareil-Marly, le 29 mars 2014 Conférence Adapei des AlpesMaritimes AFTC Adapei 78 La protection juridique de la personne vulnérable : de la mise en œuvre à la transmission de la protection Programme

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du Code Civil)

Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du Code Civil) Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du Code Civil) présentée à par : Votre identité Monsieur ou Madame le Juge des Tutelles TRIBUNAL D INSTANCE 27

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail

DECRETS D APPLICATION. LOI du 5 mars 2007

DECRETS D APPLICATION. LOI du 5 mars 2007 DECRETS D APPLICATION LOI du 5 mars 2007 1 Décret n 2008-1486 2 La MJAGBF (article 375-9-1 du code civil) s est subsituée au dispositif judiciaire de tutelle aux prestations sociales «enfants». Cette mesure

Plus en détail

REQUÊTE AU JUGE DES TUTELLES AUX FINS DE PROTECTION D'UN MAJEUR

REQUÊTE AU JUGE DES TUTELLES AUX FINS DE PROTECTION D'UN MAJEUR TRIBUNAL D INSTANCE DE CHARTRES REQUÊTE AU JUGE DES TUTELLES AUX FINS DE PROTECTION D'UN MAJEUR La personne à protéger NOM de jeune fille NOM Prénoms Date de naissance et lieu de naissance nationalité

Plus en détail

------------------------------------------------

------------------------------------------------ A.A.A.D.F.Q. COUR D APPEL MARS 2013 Me Christiane Lalonde POINTS MARQUANTS : Rappel des quatre critères pour obtenir la suspension de l exécution provisoire en appel (Droit de la famille 13485); L enfant

Plus en détail

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MONTRÉAL DOSSIER N : 20 14-033 DÉCISION N : 2014-033-010 DATE: Le 15juin 2015 EN PRÉSENCE DE: Me LISE GIRARD SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 11 34 Date : Le 20 octobre 2006 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Entreprise DÉCISION L OBJET DU

Plus en détail

LES CONJOINTS DE FAIT AU QUÉBEC par Me Murielle Drapeau

LES CONJOINTS DE FAIT AU QUÉBEC par Me Murielle Drapeau LES CONJOINTS DE FAIT AU QUÉBEC par Me Murielle Drapeau AVANT-PROPOS INTRODUCTION CHAPITRE 1 LA NOTION DE CONJOINT DE FAIT AU QUÉBEC 1.1 La notion de conjoint de fait en vertu du Code civil du Québec 1.2

Plus en détail

Code civil suisse. (Autorité parentale) Modification du 21 juin 2013. Délai référendaire: 10 octobre 2013

Code civil suisse. (Autorité parentale) Modification du 21 juin 2013. Délai référendaire: 10 octobre 2013 Délai référendaire: 10 octobre 2013 Code civil suisse (Autorité parentale) Modification du 21 juin 2013 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 16 novembre

Plus en détail

(Mention obligatoire)

(Mention obligatoire) AVIS D EXÉCUTION PRÉPARÉ EN VERTU D UNE LOI PARTICULIÈRE (articles 681 et 682 C.p.c.) (article 103.1, Loi sur l aide aux personnes et aux familles) (article 31.0.1, Loi sur l aide financière aux études)

Plus en détail

Fiche 4 Les soins aux personnes majeures protégées

Fiche 4 Les soins aux personnes majeures protégées Fiche 4 Les soins aux personnes majeures protégées La maladie, le handicap ou un accident peuvent altérer vos facultés intellectuelles ou physiques - ou celles d un de vos proches - et vous rendre incapable

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC, DIVISION DES PETITES CRÉANCES PRÉPARATION D UNE AUDITION. Me Melissa De Petrillo Me Annie Breault

COUR DU QUÉBEC, DIVISION DES PETITES CRÉANCES PRÉPARATION D UNE AUDITION. Me Melissa De Petrillo Me Annie Breault COUR DU QUÉBEC, DIVISION DES PETITES CRÉANCES PRÉPARATION D UNE AUDITION Me Melissa De Petrillo Me Annie Breault 1. Description de la Cour du Québec, division des petites créances 1.1 Compétence Les demandes

Plus en détail

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : D. L et als c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 14 N o d appel : GE-13-635 ENTRE : D. L. et als Appelants et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée et Les

Plus en détail

POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT

POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT 1. CONTEXTE Dans un souci d équité et de saine gestion des fonds publics, le ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale (MESS) se doit de recouvrer

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

POLITIQUE D ASSISTANCE AUX MEMBRES DU SEM

POLITIQUE D ASSISTANCE AUX MEMBRES DU SEM POLITIQUE D ASSISTANCE AUX MEMBRES DU SEM Préambule Le syndicat de l Enseignement de la Mauricie (SEM) doit, en vertu des dispositions du Code du travail, défendre les salariés des unités d accréditation

Plus en détail

Compétence en matière de domicile pour mesures de protection de l enfant et prise en charge des coûts

Compétence en matière de domicile pour mesures de protection de l enfant et prise en charge des coûts Compétence en matière de domicile pour mesures de protection de l enfant et prise en charge des coûts I. Situation de départ A., né 1994, placé en foyer de formation professionnelle X dans le canton de

Plus en détail

Suppression de l autorisation de sortie de territoire pour les mineurs

Suppression de l autorisation de sortie de territoire pour les mineurs Suppression de l autorisation de sortie de territoire pour les mineurs Mise à jour le 27/03/2013 C e document qui permettait à un enfant de circuler dans certains pays sans être accompagné de ses parents

Plus en détail

NOTICE à L USAGE D UN CURATEUR CURATELLE SIMPLE

NOTICE à L USAGE D UN CURATEUR CURATELLE SIMPLE TRIBUNAL D INSTANCE de TOULOUSE Service de la Protection des majeurs 40, Avenue Camille Pujol - BP 35847-31506 TOULOUSE CEDEX 5 Téléphone : 05.34.31.79.60 Fax : 05.34.31.79.77 NOTICE à L USAGE D UN CURATEUR

Plus en détail

La protection juridique du jeune majeur

La protection juridique du jeune majeur La protection juridique du jeune majeur Alexandra GREVIN Avocat à la Cour PARIS Journées D étude CRAIF, 7 Et 8 Mars 2014 Choix difficile, lourd. Mon objectif, aujourd hui : Vous informer, vous donner des

Plus en détail

LES SUCCESSIONS VACANTES

LES SUCCESSIONS VACANTES Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LES SUCCESSIONS VACANTES Textes Loi du 23 juin 2006 Articles 809 à 810-12 du Code civil Articles 1342 à 1353 du Code de procédure civile SOMMAIRE 1. L OUVERTURE

Plus en détail

Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie

Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie Texte original Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie 0.274.187.631 Conclue le 1 er juin 1933 Approuvée par l Assemblée fédérale le 12

Plus en détail

Articles de loi ou de règlements encadrant la contribution des adultes hébergés

Articles de loi ou de règlements encadrant la contribution des adultes hébergés Service de la contribution et de l aide financières Articles de loi ou de règlements encadrant la contribution des adultes hébergés Le ministère de la Santé et des Services sociaux a confié à la Régie

Plus en détail

REQUETE AU JUGE DES TUTELLES EN VUE DE L INSTAURATION D UNE MESURE DE PROTECTION

REQUETE AU JUGE DES TUTELLES EN VUE DE L INSTAURATION D UNE MESURE DE PROTECTION REQUETE AU JUGE DES TUTELLES EN VUE DE L INSTAURATION D UNE MESURE DE PROTECTION IDENTITE DU REQUERANT (Celui qui fait la demande) NOM DE FAMILLE : NOM D USAGE : PRENOMS : DATE ET LIEU DE NAISSANCE : NATIONALITE

Plus en détail

protection juridique

protection juridique ATMP 14 ASSOCIATION TUTÉLAIRE DES MAJEURS PROTÉGÉS DU CALVADOS Flickr protection juridique des majeurs Résumé des principales dispositions de la loi du 5 mars 2007. La protection des majeurs est instaurée

Plus en détail

concernant la protection de l enfant et de l adulte (LPAE)

concernant la protection de l enfant et de l adulte (LPAE) DSJ/Avant-projet du 5..0 Loi du concernant la protection de l enfant et de l adulte (LPAE) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la modification du 9 décembre 008 du code civil suisse (Protection de

Plus en détail

POUR CONSULTATION PAR LES ÉTUDIANTS

POUR CONSULTATION PAR LES ÉTUDIANTS ÉVALUATION FINALE - JR EXEMPLES DE QUESTIONS CORRIGÉ QUESTION Énoncez SIX irrégularités dans l assignation à comparaître et dans sa signification. Pour chaque irrégularité, motivez votre réponse et faites

Plus en détail

Formulaire Mon mandat en cas d inaptitude

Formulaire Mon mandat en cas d inaptitude 1 de 8 Formulaire Mon mandat en cas d inaptitude REMPLIR EN CARACTÈRES D IMPRIMERIE Tout mot écrit au singulier comprend aussi le pluriel, et tout mot écrit au genre masculin comprend aussi le genre féminin.

Plus en détail

PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien. La garde de l enfant

PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien. La garde de l enfant PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien La garde de l enfant La garde est le droit et la responsabilité de prendre soin d un

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

concernant la protection de la personne du majeur

concernant la protection de la personne du majeur Normal 0 21 false false false MicrosoftInternetExplorer4 Notice d information à la prise de fonction du curateur Normal 0 21 false false false MicrosoftInternetExplorer4 Obligations du curateur concernant

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques)

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Société biopharmaceutique admissible...

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE Votre conjoint ou vos proches auront de nombreuses décisions à prendre au moment de votre décès. Nous espérons que la présente brochure leur facilitera la tâche lorsque

Plus en détail

FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES

FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES Révisé Avril 2011 Table des matières Définitions 2 Qu est-ce que le Curateur public du Manitoba? 2 Quelles sont les fonctions du Curateur public? 2

Plus en détail

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux

Plus en détail

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Introduction Le titulaire d un contrat d assurance vie (aussi appelé «police») doit ajouter à son revenu les gains réalisés par suite

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES 1 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N 1505324 M. E M. Yann Livenais Juge des référés Ordonnance du 7 juillet 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés Vu la procédure suivante

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE Votre conjoint ou vos proches auront de nombreuses décisions à prendre au moment de votre décès. Nous espérons que la présente brochure leur facilitera la tâche lorsque

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER QUE DOIS-JE FAIRE? Que dois-je faire? Que dois-je savoir avant de prendre ma décision? Quelles sont les démarches légales et de régularisation?

Plus en détail

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé du Québec Présenté le 17 juin 2004 Principe adopté le 1 er décembre 2004

Plus en détail

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE PROJET GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE Juillet 2013 Guide sur l utilisation des véhicules de garantie Autorité de marchés financiers Page 1 Juillet 2013 Introduction Ce guide présente

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

Les mesures de protection juridique

Les mesures de protection juridique Les mesures de protection juridique Les mesures pré-judiciaires LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE : Permet d organiser à l avance la protection de sa personne et/ou de ses biens pour le cas où elle ne serait

Plus en détail

FICHE 2 : INFORMATIONS DESTINEES AUX FAMILLES ET AUX JEUNES ACCUEILLIS A L INSTITUT MEDICO-EDUCATIF LES ECUREUILS CE QU IL FAUT SAVOIR :

FICHE 2 : INFORMATIONS DESTINEES AUX FAMILLES ET AUX JEUNES ACCUEILLIS A L INSTITUT MEDICO-EDUCATIF LES ECUREUILS CE QU IL FAUT SAVOIR : FICHE 2 : INFORMATIONS DESTINEES AUX FAMILLES ET AUX JEUNES ACCUEILLIS A L INSTITUT MEDICO-EDUCATIF LES ECUREUILS LES MESURES DE PROTECTION CE QU IL FAUT SAVOIR : POUR QUI? Les mesures sont principalement

Plus en détail

VIÊT NAM PROCÉDURES À SUIVRE AU RETOUR

VIÊT NAM PROCÉDURES À SUIVRE AU RETOUR VIÊT NAM PROCÉDURES À SUIVRE AU RETOUR Au retour du Vietnam avec votre enfant, certaines démarches devront être entreprises pour officialiser votre adoption et se procurer tous les documents nécessaires

Plus en détail

Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011

Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011 Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011 1. Contrôle systématique exercé par le Juge des libertés et de la détention (JLD) Exercice d un contrôle systématique

Plus en détail

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LIMOGES if N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. C/ Ministre de la culture et de la communication et autre Mme Ozenne Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Être prêt pour le 1 er janvier 2015 II. Procédures administratives La loi du 11 février 2005 relative aux personnes handicapées a prévu

Plus en détail

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE.

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. Si la loi du 3 janvier 1968, encore aujourd hui pierre angulaire de la protection juridique des majeurs, est restée très discrète sur la notion de protection

Plus en détail

Lettre d actualité juridique

Lettre d actualité juridique Lettre d actualité juridique Mai - Juin 2009 Tutelle-Curatelle I. Les effets de la curatelle et de la tutelle quant à la protection de la personne Vous trouverez en annexe un tableau traitant des droits

Plus en détail

Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Votre nom

Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Votre nom Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Votre nom Le nom d une personne représente son identité, son sexe et ses liens familiaux. Un nom eut parfois devenir un problème majeur,

Plus en détail

LES ACTEURS ET LES MESURES DE PROTECTION

LES ACTEURS ET LES MESURES DE PROTECTION LES ACTEURS ET LES MESURES DE PROTECTION Les acteurs : Le juge des tutelles : magistrat du siège, il est d abord un juge d instance chargé à ce titre d autres fonctions (juge civil pour contentieux général

Plus en détail

Les prérogatives du mineur sur sa santé

Les prérogatives du mineur sur sa santé 5e Rencontres médico-juridico-sociales autour de l enfant Protection de l enfance et santé Les prérogatives du mineur sur sa santé Claire Quennesson - Doctorante CERFAP Introduction Mineur Personne âgée

Plus en détail

L accueil en établissement

L accueil en établissement I VOLET 3 L accueil en établissement Article L 344-5-1 du CASF, Article L. 242-4 du CASF, Article L. 131-3 du CASF 1. Définition Toute personne handicapée dont l état de santé nécessite un placement en

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (décret 841-98 du 17 juin 1998)

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (décret 841-98 du 17 juin 1998) ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (décret 841-98 du 17 juin 1998) Organisme d'arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Le Groupe d'arbitrage

Plus en détail

NOTICE à L USAGE D UN CURATEUR CURATELLE RENFORCÉE. Vous venez d être désigné en qualité de curateur d un parent ou d un proche.

NOTICE à L USAGE D UN CURATEUR CURATELLE RENFORCÉE. Vous venez d être désigné en qualité de curateur d un parent ou d un proche. TUTELLES MAJEURS Adresse internet : www.ti-toulouse.justice.fr Standard T.I. : 05.34.31.79.79 NOTICE à L USAGE D UN CURATEUR CURATELLE RENFORCÉE Vous venez d être désigné en qualité de curateur d un parent

Plus en détail

Ministère de la Justice Direction générale des services de justice

Ministère de la Justice Direction générale des services de justice Ministère de la Justice Direction générale des services de justice Médiation à la Division des petites créances Guide de fonctionnement à l intention des médiateurs Octobre 2003 (mise à jour octobre 2014)

Plus en détail

La filiation. Vous êtes confrontés à des questions relatives à votre filiation ou à celle de votre enfant

La filiation. Vous êtes confrontés à des questions relatives à votre filiation ou à celle de votre enfant La filiation Vous êtes confrontés à des questions relatives à votre filiation ou à celle de votre enfant CONTENU La filiation en droit belge...3 La filiation par l effet de la loi...4 La filiation maternelle...4

Plus en détail

Nouveau statut des personnes majeures déclarées incapables entré en vigueur le 1 septembre 2014

Nouveau statut des personnes majeures déclarées incapables entré en vigueur le 1 septembre 2014 Nouveau statut des personnes majeures déclarées incapables entré en vigueur le 1 septembre 2014 01/09/2014 Isabelle Riera Diaz Il existait jusqu ici divers statuts permettant de protéger ou représenter

Plus en détail

Cour de cassation - chambre civile 3. Audience publique du 28 mars 2012. Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c.

Cour de cassation - chambre civile 3. Audience publique du 28 mars 2012. Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c. Cour de cassation - chambre civile 3 Audience publique du 28 mars 2012 Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c./ Société civile immobilière Domaine de Champigny Décision attaquée

Plus en détail

NÉCESSAIREMENT RECEVOIR UNE PART MINIMALE DE EST AINSI DES DESCENDANTS ET PARFOIS DU CONJOINT DÉCÉDÉE EST TRANSMIS À SES HÉRITIERS SELON UN ORDRE

NÉCESSAIREMENT RECEVOIR UNE PART MINIMALE DE EST AINSI DES DESCENDANTS ET PARFOIS DU CONJOINT DÉCÉDÉE EST TRANSMIS À SES HÉRITIERS SELON UN ORDRE Le testament FAIRE UN TESTAMENT LA RÉDACTION D UN TESTAMENT PERMET D ORGANISER SA SUCCESSION EN DÉCIDANT SOI-MÊME QUI VA HÉRITER ET DE QUOI. IL EST AINSI POSSIBLE D ATTRIBUER UN BIEN PARTICULIER À UNE

Plus en détail

Le testament. du sujet qui vous intéresse. Pour de plus amples informations, consultez votre notaire.

Le testament. du sujet qui vous intéresse. Pour de plus amples informations, consultez votre notaire. Les renseignements contenus dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants Le testament du sujet qui vous intéresse. Pour de plus amples informations,

Plus en détail

LOIS. L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

LOIS. L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : LOIS LOI n o 2007-1775 du 17 décembre 2007 permettant la recherche des bénéficiaires des contrats d assurance sur la vie non réclamés et garantissant les droits des assurés (1) NOR : ECEX0710947L L Assemblée

Plus en détail

BP 80046 59587 Bondues cedex. colloque-deontologie@mjpm-npdc.fr www.mjpm-npdc.fr. Projet de Charte déontologique

BP 80046 59587 Bondues cedex. colloque-deontologie@mjpm-npdc.fr www.mjpm-npdc.fr. Projet de Charte déontologique BP 80046 59587 Bondues cedex colloque-deontologie@mjpm-npdc.fr www.mjpm-npdc.fr Projet de Charte déontologique Charte de Déontologie Préambule Les présentes dispositions s appliquent aux membres de la

Plus en détail

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables :

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Mode général de liquidation des dépens RÈGLE 60 DÉPENS (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Dépens raisonnables a) par une autre partie;

Plus en détail

Les missions de Protection de l Enfance

Les missions de Protection de l Enfance Les missions de Protection de l Enfance Sous l autorité du Président du Conseil Général, l Aide Sociale à l Enfance intervient en faveur de l enfance et des familles (art. R. 221-2 du Code de l Action

Plus en détail

VERSION REFONDUE (incluant les dispositions du règlement numéro 229-13)

VERSION REFONDUE (incluant les dispositions du règlement numéro 229-13) RÈGLEMENT NUMÉRO 181-07 DÉCRÉTANT LES RÈGLES DE CONTRÔLE ET DE SUIVI BUDGÉTAIRES VERSION REFONDUE (incluant les dispositions du règlement numéro 229-13) ATTENDU QU en vertu du deuxième alinéa de l article

Plus en détail

Projet de loi n o 81. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale.

Projet de loi n o 81. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale. DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 81 Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale Présentation Présenté par

Plus en détail

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de DELEGATION DE CREANCE D UN CONTRAT D ASSURANCE VIE RACHETABLE Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Ci-après dénommé «le Délégant», Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de Ci-après

Plus en détail

SAUVEGARDE DE JUSTICE, CURATELLE, TUTELLE : MODE D EMPLOI

SAUVEGARDE DE JUSTICE, CURATELLE, TUTELLE : MODE D EMPLOI SAUVEGARDE DE JUSTICE, CURATELLE, TUTELLE : MODE D EMPLOI RÉUNION ETHIQUE, LEGISLATION ET NEUROLOGIE FEDERATION DE NEUROLOGIE DU LANGUEDOC ROUSSILLON CARCASSONNE 11 & 12 JUIN 2010 MARIE-EVE BANQ AVOCAT

Plus en détail

LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE

LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE Selon le code civil (art. 1984), le mandat est l acte par lequel une personne, le mandant, donne à une autre, le mandataire, le pouvoir de faire quelque chose en son nom.

Plus en détail

Les mesures urgentes et provisoires durant la procédure en divorce

Les mesures urgentes et provisoires durant la procédure en divorce 1 Les mesures urgentes et provisoires durant la procédure en divorce I. Introduction II. Procédure a)conditions d application b)compétence c)mode d introduction de la demande : - la citation à double détente

Plus en détail

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour,

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N0702717 M. A X M. Pernot Conseiller Audience du 30 avril 2007 Lecture du 30 avril 2007 MD LA DEMANDE M. A X, de nationalité

Plus en détail

La procédure de fixation de l honoraire

La procédure de fixation de l honoraire Session de formation Dijon 22, 23 et 24 novembre 2012 La procédure de fixation de l honoraire Rapport de M. le Bâtonnier Bruno ZILLIG Bâtonnier du Barreau de Nancy INTRODUCTION L avocat français bénéficie,

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Politique de placement des fonds collectifs

Politique de placement des fonds collectifs Page 1 de 8 Le Curateur public a l entière responsabilité d élaborer la, conformément à la Loi sur le curateur public. 1. Objet La politique de placement permet de dégager les principes de gestion des

Plus en détail

La Protection Juridique. Personnes Majeures. des. «Maison pour les Familles»

La Protection Juridique. Personnes Majeures. des. «Maison pour les Familles» La Protection Juridique des Personnes Majeures «Maison pour les Familles» Les Mesures de Protection? Qui protéger et pourquoi Un adulte doit être capable de pourvoir à ses propres intérêts et exercer les

Plus en détail

M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs. Demanderesse. Intervenante

M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs. Demanderesse. Intervenante D-99-49 R-3415-98 6 avril 1999 PRÉSENTS : M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs Société en commandite Gaz Métropolitain (SCGM) Demanderesse Et Association

Plus en détail

Mémoire de la Ville de Montréal

Mémoire de la Ville de Montréal Dans le cadre des consultations particulières et auditions publiques intitulé : Loi visant principalement la récupération de sommes obtenues à la suite de fraudes ou de manœuvres dolosives dans le cadre

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 7 Arbitrage familial FR 007 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Arbitrage familial La présente brochure est

Plus en détail

Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Centre canadien d arbitrage commercial (CCAC)

Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Centre canadien d arbitrage commercial (CCAC) ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998, c. B-1.1, r.0.2, Loi sur le bâtiment, Lois refondues du Québec (L.R.Q.), c. B-1.1,

Plus en détail

Règlement organique d un fonds provincial d études

Règlement organique d un fonds provincial d études Interventions sociales Règlement organique d un fonds provincial d études BENEFICIAIRES Article 1 er Le fonds est destiné à octroyer les prêts à des jeunes gens bénéficiant ou non d une bourse d études

Plus en détail

Règlement intérieur de l association humanitaire Pelle M L Adopté par l assemblée générale du 04/04/2013

Règlement intérieur de l association humanitaire Pelle M L Adopté par l assemblée générale du 04/04/2013 Règlement intérieur de l association humanitaire Pelle M L Adopté par l assemblée générale du 04/04/2013 Article 1 : Présence de nouveaux membres Toute personne peut prétendre à rentrer dans l association,

Plus en détail

Projet de loi n o 125 (2006, chapitre 34) Loi modifiant la Loi sur la protection de la jeunesse et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 125 (2006, chapitre 34) Loi modifiant la Loi sur la protection de la jeunesse et d autres dispositions législatives DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 125 (2006, chapitre 34) Loi modifiant la Loi sur la protection de la jeunesse et d autres dispositions législatives Présenté le 20 octobre

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR. Le contrat de séjour définit les droits et les obligations de l établissement et du résident.

CONTRAT DE SEJOUR. Le contrat de séjour définit les droits et les obligations de l établissement et du résident. CONTRAT DE SEJOUR PREAMBULE Le contrat de séjour définit les droits et les obligations de l établissement et du résident. Le présent contrat de séjour a été adopté par le Conseil d Administration du 16

Plus en détail

La protection juridique des majeurs 1 ère partie

La protection juridique des majeurs 1 ère partie La protection juridique des majeurs 1 ère partie On estime aujourd hui à 850 000 le nombre de majeurs sous protection (handicapés mentaux, exclus de la vie et personnes âgées). L allongement de la durée

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 12/09/2012 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 7 juin 2012 N de pourvoi: 11-22490 Publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Ricard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail