Traceurs de l hypoxie et radiothérapie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traceurs de l hypoxie et radiothérapie"

Transcription

1 Traceurs de l hypoxie et radiothérapie Pr Pierre Vera Médecine ucléaire - Rouen QuantIF LITIS (EA 4108) 1

2 Comment se constitue un tissu hypoxique? Jusqu à 60% de la masse tumorale peut être constituée de tissus hypoxiques avec une distribution hétérogène TEP Autoradiography Hypoxie : vert (pimonidazole) 2.3 mm 0.1 mm.christian, R&O

3 Radiorésistance en hypoxie R-H + HO. R. + H 2 O R. + OH R-OH R-OH + H. R. + H 2 R. + R. R-R R-H R-OH ou R-R nouvelles molécules H. + O 2 HO 2. HO 2. + HO 2 H 2 O 2 + O 2 R. + O 2 ROO. ROO. + R. ROO R 3

4 HIF-1 (hypoxia inducible factor) HRE : hypoxia response element (sequence enhancer) CA-IX Catégorie Métabolisme Métastase Prolifération cellulaire Phénotype tumoral plus agressif Gènes GLUT1, GLUT3 HK1, HK2 PFK1, PFK2 Aldose-A TPI GAPDH PGK1 PGM Enolase-1 PK-M LDHA CA9 CATHD Collagen V MMP2 UPAR PAI1 LRP1 AMF/GPI MIC2 Cyclin G2 IGF2 IGF-BP TGF-α, TGF-β ADM VEGF Diminution de la réponse à la RT (et CT) LRP1 Augmentation du risque de métastase Mauvais pronostic Angiogénèse, survie cellulaire Métabolisme du fer Chimiorésistance EPO OS2 LEP Transferrine TfR Cerruloplasmine MDR1 4

5 Cibles moléculaires des traceurs de l hypoxie 5

6 iveau d oxygénation des tissus nitro imidazole O 2 O 2 R (chaîne respiratoire...) e - O 2 H 2 O 2 OH O 2 R Formation d'adduits 4 e - nitroso O H 2 R amine R Réduction lien avec les protéines via H 2 et blocage IC (et donc clairance difficile) 6

7 1-Structure nitroimidazolée Mesure du niveau d oxygénation des tissus Corrélé avec po2 (F-miso) O 18 F EF1 HO HO H 18 F OH O 2 O 2 FMISO O 2 FETIM 18 F O H F F 18 F EF3 18 F H H HO O OH H O 2 O 2 O H 18 F O 2 O H F F F F 18 F EF5 FAZA FETA O I-IAZA, 124 I-IAZG, 124 I-IAZGP, 18 F-FRP10, 18 F-HX4, 7

8 PET : Design of silicon-based misonidazole analogues and 18 F-radiolabelling EtO Si Cl a 3, DMF EtO Si 3 H 2 / Pd (10%mol) EtO Si H 2 Time (minutes) Temperature Radiochemical yield estimated by HPLC EDCI/ CH 2 Cl 2 O 2 O OH 0 RT 0 % 5 50 C 55 % C 78 % (plateau) O Si H O O C 100 % R = Me R = apht : Bone uptake of [ 18 F]-dinaphtylfluorosilane Perspective: labelling of di-tertiobutylfluorosilane, work in progress Bohn, ucl Med Biol

9 SPECT : technetium imidazole labelling Two strategies A. HYIC chelating group 250 mv , O 175 O 2 H H H 2 O 2 HH 2.HCl , , , B. Peptide (KGC) chelating group min -50 0,0 5,0 10,0 15,0 20,0 25,0 29,2 Joyard Y, Congrès JSCO, avril 2011 ; Joyard Congrès SCT, février

10 SPECT : technetium imidazole labelling Biodistribution of technidazolein hypoxia tumor bearing mice 4,00 3,50 3,00 Est. %ID/g 2,50 2,00 1,50 1,00 0,50 0,00 Liver Large intestine Muscle Tumour Biodistribution study - T/M ratio: 2.1 Micro-SPECT/CT images of hypoxia tumor bearing mice 3h after injection of technidazole Joyard, AORCQ meeting ; april

11 FAZA HO 18 F O 2 À 3h SUV(t) FAZA < SUV(t) F-miso 18 F H O OH mais SUV(m) FAZA << SUV(m) FMISO H HO H O 2 d où un meilleur rapport signal sur bruit FAZA : 4,4 ± 1,3 vs FMISO : 2,9 ± 0,6 MB 2003, 30:317; JM 2005, 46:106; J Pharm Sci 2007; IJROBP 2008, 70:1202; EJMMI 2008, 35:

12 itroimidazole 18 F-FAZA FAZA PET tracer: A comparison with Oxylite, EPR Oximetry and 19F-MRI Relaxometry Ly-Binh-An Tran, R& in press 12

13 EF3 Christian, R&O

14 2-Modification du potentiel rédox La disparition de l oxygène dans les tissus les rend réducteurs (excès d électrons) Utilisation de métaux sensibles à l oxydoréduction : Cuivre, fer, étain - - e - de la chaine respiratoire ++ Réduction via e - du Cu-ATSM La molécule neutre devient chargée négativement et reste dans la cellule 14

15 TEP Cu-ATSM 60 Cu (0.4h), 61 Cu (3.3h), 62 Cu (0.16h), 64 Cu (12.7h) 15

16 3-Anticorps dirigé contre une ptn membranaire CA-IX CA-9 16

17 PET of Hypoxia with 89 Zr-Labeled cg250- F(ab )2 in Head and eck Tumors Hoeben JM 2010 T 1/2 = 3,27 j 17

18 4-Expression de HIF-1 Très théorique, nécessite un gene reporter + imagerie PET : [18F] - FEAU Cancer Research

19 5-Modification du métabolisme Plus ou moins bonne corrélation avec le FDG H OH H O HO HO H 18 F H H OH Reste très discuté 19

20 FDG EF3 FDG Fmiso Before-RT During RT This study showed that FDG is not a good surrogate tracer for tumor hypoxia under either ambient or hypoxic conditions. Only specific hypoxia tracers should be used to measure tumor hypoxia. Christian, R&O 2010 odes Tumors 20

21 Traceurs & études «hypoxie» en TEP 21

22 TEP 18 F-misonidazole De loin le plus étudié (> 150 références) Etudes précliniques ( ) Etudes cliniques comparaison / ref ( ) Gliomes (3), rein (3), ORL (2), tissus mous (2), poumons (2), multiples (1) 10 à 49 pts Etudes pronostiques ( ) ORL (5), poumon (1) 12 à 73 pts Fixation = hypoxie = mauvais pronostic 22

23 TEP 18 F-miso 37 et 17 pts (poumon & ORL) Fixation sur plus de 90% des pts Fixation faible ~ 1,5 Pas de corrélation entre fixation F-miso et Fixation FDG Taille de la tumeur Rasey et al. IJROBP96 ; Cherk JM06 23

24 TEP 18 F-miso 14 Cancer ORL Les 2/14 pts ayant eu une récidive avait SUV à 30 Gy Eschmann R&O 07 24

25 F-miso en pratique Latence entre injection et image : 2 à 4h 2 à 3 pas (5 à 8 min) tardifs centrés Pas de nécessité d être à jeun L intérêt d une dynamique précoce n a pas été démontré Eschmann JM05 25

26 TEP 60 Cu-ATSM Poumons 8 répondeurs T/M <3-6 non répondeurs T/M 3 Dehdashti, EJMMI 03 26

27 TEP 18 F-EF5 Etude clinique (n = 15) Captation initiale : perfusion Captation tardive : spécifique hypoxie JM 2008, 49:

28 TEP 62 Cu-ATSM Poumons (n=13) Biodistribution différente FDG / ATSM Hypoxie en périphérie des tumeurs Lohith JM 09 28

29 124 I-cG250 (n=25) Se 94%, PV 90% Sp 100%, PPV 100% angiomyolipoma Divgi, Lancet Oncology 2007 Redectane (CA-IX scan - IBA) 124 iodine T 1/2 = 4,18 j 29

30 Traceurs cliniques disponibles en France FMISO AAA Cyclopharma IASO IBA FAZA AAA (sud est de la France) FETIM IASO 124 I-cG250 Redectane IBA Cu-ATSM Préparation magistrale, nécessite un environnement radiopharmaceutique particulier et déclaré Aucun n a l AMM 30

31 A quoi sert (ou peut servir) un traceur de l hypoxie 31

32 Hypoxie en TEP = mauvais pronostic Rajendran Clin Cancer Res 2006 Spence, Clin Cancer Res 2008 Eschmann, J ucl Med 2005 Eschmann, J ucl Med 2005 Thorwarth, BMC Cancer 2005 Deshdashti, EJMMI 2003 Deshdashti, IJROBP 2003 Deshdashti, J ucl Med 2008 Dietz Dos Colon Rectum 2008 Arabi, QJMMI,

33 Le concept de «boost» des zones hypoxiques ombreuses revues Peu d étude (11) F-misonidazole (9) F-faza; EF5 Surtout en ORL Aucune étude clinique prospective estle U; Phys Med Biol. 2009; Schöder, J ucl Med 2009 ; Bussink, Lancet Oncol ; Ferrer, Clin Transl Oncol ; Troost J ucl Med

34 PET-F-miso & boost (H&) Lee, IJROBP07 Choi, R& pts H& 8 pts H& 84 Gy on GTVh 84 Gy (4) on GTVh, 70 Gy on GTV 78 Gy (2), 72 Gy (2) 105 Gy on GTVh - 2/14 Hendrickson, R&O pts H& 70 Gy on PTV 80 Gy on GTV h 60 Gy on nodes 34

35 PET FDG & F-miso dans les tumeurs de la base du crane FDG FDG F-miso F-miso Dose Painting Mammar, IJROBP 2012 (n=10) 35

36 PET multifunction Proliferation Metabolism Hypoxia Before RT 42 Gy Vera, R&O

37 L intérêt d une augmentation de dose a été démontrée dans le cancer bronchique Phase II - Dose Intensification - RTOG 0117, Bradley, JCO, 2010 Phase II/III - PET-PLA, Fleckenstein, IJROBP, 2011 Phase III - Randomized trial - PET START, Ung, ASCO,

38 Phase II RT-boost in SCLC lung cancer PHRC 2011 PET/CT F-miso 1 PET/CT FDG months n=25 1 year n=15 Induction CT Hypoxia n=30 RT-CT Boost (max dose) Pre-inclusion n=75 Inclusion n=60 o hypoxia n=30 RT-CT 66 Gy 38

39 GTV & OAR delineation (groupe BralMet) Adaptatives methods Black, Erdi, estle, Daisne, Vauclin Whatershed Bruxels Graph-cut Random walk SUVth=(0.7 x SUV max )+(0.5 x SUV BF ) Winner Turku PET contouring challenge Daisne, radiology 2005 Vauclin, PMB 2007 Lee, IEEE TMI 2007 Geets, EJMMI, 2007 Grosgeorges, IJCAS 2010, Int J Comput Assist Radiol Surg 2011 Onoma, ISBI

40 SALOME (Segmentation Applied to Lesions delineated on PET images: Optimization of Methods) Programme Eureka 46 ème sur K Partenaires Aquilab (Lille) QuantIF (Rouen) U708 (Lille) Dr estle (Freiburg) Umania (Italie) 40

41 Belief functions: OAR segmentation Zhang, Information & Fusion 2007 Dieudonné, Cancer, Biotherapy and radiophamaceutical,

42 Belief function: multitracer fusion FDG Conflict Certainty Inaccuracies Metabolism FLT Metab.+Proliferation FMISO Certainty Certainty Inaccuracies Inaccuracies Metab.+Hypoxia Metab.+Hyp.+Prolif. Segmented lesion mono-modale function multi-modale fusion - ose reduction (uncertainty) - Inaccuracies modelisation -Voxel fusion -Reduction of uncertainty UMR6232 Appel offre ICa 2011 Lelandais, MIRO 2012 (QuantIF) 42

43 Belief function : multitracer images segmentation Pt1 FDG FLT FMISO FUSIO Pt2 FDG FLT FMISO FUSIO Pt3 FDG FLT FMISO FUSIO Lelandais, MIRO 2012 (QuantIF) Dose Painting? By number or by volume? 43

44 BralMet (I.Gardin) Bruxels Lille Rouen Caen Amiens PET Images quality 4D imaging x x x PVE correction x x Segmentation OAR x Adaptative RT x x (COL) TEP lesion x (U703) x Therapeutic follow-up x Dosimetry Dose painting x x Margins optimisation x Dose calculation x 44

45 Conclusion Imagerie de l hypoxie : faible contraste Méthodologie GTV h Le traceur de référence F-miso Possiblement un intérêt du FAZA, ATSM Sans preuve formelle pour une supériorité / F-miso Littérature ORL+++++, poumons++, col+, rein+ Surtout validation (animal & homme) Pronostic Complément de RT sur les zones hypoxiques Dose painting? Potentiellement très intéressant Très peu d étude 45

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 9 ème conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 Le SUV (Standardized Uptake Value) Index caractérisant

Plus en détail

TEP-IRM : évaluation de la réponse thérapeutique des gliomes. Samuel Valable Equipe CERVOxy, UMR 6301 ISTCT GIP CYCERON, Caen

TEP-IRM : évaluation de la réponse thérapeutique des gliomes. Samuel Valable Equipe CERVOxy, UMR 6301 ISTCT GIP CYCERON, Caen TEP-IRM : évaluation de la réponse thérapeutique des gliomes Samuel Valable Equipe CERVOxy, UMR 6301 ISTCT GIP CYCERON, Caen GBM GBM = forme la plus courante et la plus agressive des tumeurs du SNC 1 er

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

Apport du TEP SCAN en cancérologie Gynécologique et Mammaire.

Apport du TEP SCAN en cancérologie Gynécologique et Mammaire. Apport du TEP SCAN en cancérologie Gynécologique et Mammaire. Dr F. CACHIN Médecine Nucléaire Centre Jean Perrin Clermont Ferrand Florent.cachin@cjp.fr MÉDECINE NUCLÉAIRE : Étapes de la réalisation d une

Plus en détail

Quantification en tomographie d émission

Quantification en tomographie d émission Quantification en tomographie d émission Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene Séminaire

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

Surveillance postopératoire

Surveillance postopératoire Virginie Westeel CHU, Besançon France Surveillance postopératoire 1 Pourquoi? Why? Aim of follow-up : 6th edition of thetnm classification Goldstraw J Thorac Oncol 2007;2:706-14 2 Récidives et 2 èmes cancers

Plus en détail

Les modèles précliniques in vivo sont ils à la. hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy. Mars 2009. P.

Les modèles précliniques in vivo sont ils à la. hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy. Mars 2009. P. Les modèles précliniques in vivo sont ils à la hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy Mars 2009 P. Chastagner - Oncologie pédiatrique, CHU Nancy - EA 4001, faculté de Médecine, Nancy

Plus en détail

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Contexte Tumeurs larges ou localement avancées Pas de bénéfice en survie par rapport au traitement adjuvant,

Plus en détail

Radiothérapie de la tumeur primitive (GTV) Extension loco-régionale 01/04/2011. Quelles images pour les nouvelles techniques de radiothérapie?

Radiothérapie de la tumeur primitive (GTV) Extension loco-régionale 01/04/2011. Quelles images pour les nouvelles techniques de radiothérapie? Quelles images pour les nouvelles techniques de radiothérapie? Le point de vue du radiologue Valeur diagnostique des différentes méthodes d imagerie (CT,IRM,TEP) Plan : Valeur diagnostique des différentes

Plus en détail

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 20 septembre 2012 2009 : TEP-TDM à temps

Plus en détail

«Imagerie moléculaire. adaptation. thérapeutique»

«Imagerie moléculaire. adaptation. thérapeutique» Réunion de l axe 3 14 décembre 2012 Centre Oscar Lambret, Lille «Imagerie moléculaire & adaptation thérapeutique» Correction des mouvements respiratoires en TEP par déformation d un opérateur tomographique

Plus en détail

Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes

Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes Eric ZERBIB Médecine Nucléaire, CIMEN Centre Chirurgical Val d Or, 92210 Saint-Cloud, Eric.zerbib@cimen.fr Conflit d intérêt : aucun Quand demander

Plus en détail

APPORT DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS ( PET - 18 FDG ) DANS LES SARCOMES

APPORT DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS ( PET - 18 FDG ) DANS LES SARCOMES APPORT DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS ( PET - 18 FDG ) DANS LES SARCOMES Keller A (1-2), Laemmli C (1), Steiner C (1) Service de Médecine Nucléaire (1) Service de Radiodiagnostic et de Radiologie

Plus en détail

Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP

Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP Irène Buvat et Simon Stute Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr

Plus en détail

TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS ET RADIOTHERAPIE DES CANCERS GYNECOLOGIQUES

TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS ET RADIOTHERAPIE DES CANCERS GYNECOLOGIQUES Ateliers de l AFCOR vendredi 25 mars 2011 TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS ET RADIOTHERAPIE DES CANCERS GYNECOLOGIQUES Dr. Gérald BONARDEL Service de médecine nucléaire HIA Val de Grâce Paris EANM-ESTRO

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 12 avril 2012 2009 : TEP-TDM à temps de vol AVANT

Plus en détail

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr Radio-chimiothérapie du cancer du rectum Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr 5 nouveautés dans le cancer du rectum La RTCT nouveau standard Extension des indications de conservation du sphincter L IRM

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 16 juin 2011 Plan TEP-FDG! Principe! Différentes générations

Plus en détail

Imagerie des cancers bronchiques

Imagerie des cancers bronchiques Imagerie des cancers bronchiques Quoi de neuf en 2012? V Servois - Institut Curie Paris AFCOR 2012 Objectif du staging Rôles - Sélectionner les candidats à la chirurgie - Planifier l intervention - Planifier

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Second cancer après radiothérapie mammaire

Second cancer après radiothérapie mammaire Second cancer après radiothérapie mammaire Sophie Guillerm, service de radiothérapie, Hôpital St Louis Florence Coussy, service d oncologie, Institut Curie Vendredi 25/09/2015 Introduction incidence nombre

Plus en détail

La Tomographie par Emission de Positons. Dr A Devillers, Dr L Le Dortz,

La Tomographie par Emission de Positons. Dr A Devillers, Dr L Le Dortz, La Tomographie par Emission de Positons Dr A Devillers, Dr L Le Dortz, Qu est ce que la TEP? Plateau technique de médecine nucléaire Technique d imagerie médicale fonctionnelle métabolique PET scan : terme

Plus en détail

Pourquoi la stéréotaxie fonctionne?

Pourquoi la stéréotaxie fonctionne? Pourquoi la stéréotaxie fonctionne? Pr Georges NOEL Département universitaire de radiothérapie Centre Paul Strauss Pr Georges noel 8ème printemps de l AFCOR 28-30 mars 2014 Métastases cérébrales Adénocarcinome

Plus en détail

Les radiopharmaceutiques: exemple de l oncologie

Les radiopharmaceutiques: exemple de l oncologie Les radiopharmaceutiques: exemple de l oncologie Françoise Kraeber-Bodéré, Nantes SAB October 16, 2006 1 Principe de l imagerie en Médecine nucléaire Détection de la distribution spatiale et temporelle

Plus en détail

Imagerie «biologique», «cellulaire», moléculaire» (biochimique)

Imagerie «biologique», «cellulaire», moléculaire» (biochimique) La médecine nucléaire se définit par l utilisation de dont on étudie la biodistribution après administration, le plus souvent par voie vasculaire, à un moment donné ou de façon dynamique au cours du temps.

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Intérêt du Pet Scan dans le cancer du rectum. DESC Brest 19 juin 2014 Giretti Giovanni

Intérêt du Pet Scan dans le cancer du rectum. DESC Brest 19 juin 2014 Giretti Giovanni Intérêt du Pet Scan dans le cancer du rectum DESC Brest 19 juin 2014 Giretti Giovanni Introduction Technique d imagerie médicale fonctionnelle et métabolique alliant l information fonctionnelle du TEP

Plus en détail

Comment évaluer les méthodes de détermination de volumes métaboliquement actifs en Tomographie par Emission de Positons (TEP)?

Comment évaluer les méthodes de détermination de volumes métaboliquement actifs en Tomographie par Emission de Positons (TEP)? Comment évaluer les méthodes de détermination de volumes métaboliquement actifs en Tomographie par Emission de Positons (TEP)? Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial

F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial 18 F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial Dr. Elif Hindié, Dr. Anne-Laure Cazeau, Dr. Jean-Baptiste Pinaquy - Bordeaux Dr. David Groheux - Hôpital Saint-Louis

Plus en détail

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR?

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? 7 ième Journée scientifique Annuelle 31/ 05/ 2014 Clinique Atlas Dr ALJ AMINA Médecin Nucléaire IMAGERIE EN CANCEROLOGIE - La place de l imagerie

Plus en détail

Quantification en TEP/TDM Faut-il faire confiance aux SUV?

Quantification en TEP/TDM Faut-il faire confiance aux SUV? Réunion APRAMEN Quantification en TEP/TDM Faut-il faire confiance aux SUV? Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr http://www.guillemet.org/irene APRAMEN - Irène Buvat - 14 novembre 2006-1

Plus en détail

Facteurs prédictifs de réponse à la radiothérapie

Facteurs prédictifs de réponse à la radiothérapie Facteurs prédictifs de réponse à la radiothérapie Romuald LE SCODAN Oncologie-Radiothérapie Centre Hospitalier Privé St-Grégoire Actualités et controverses, 11 Mai 2012 Irradiation adjuvante des cancers

Plus en détail

Dr Claire Houzard, Médecin Nucléaire

Dr Claire Houzard, Médecin Nucléaire Dr Claire Houzard, Médecin Nucléaire Centre Hospitalier Lyon Sud Université Claude Bernard Lyon I EA 3738 DES oncologie option radiothérapie 10-11 juin 2011 Lyon 1 En particulier en pathologie En particulier

Plus en détail

TRAITEMENT ADJUVANT CANCER DU RECTUM Pas contre.

TRAITEMENT ADJUVANT CANCER DU RECTUM Pas contre. TRAITEMENT ADJUVANT CANCER DU RECTUM Pas contre. F Peschaud Vendredi 11 décembre 2015 Adjuvant: Pourquoi? T3/T4 après RCT néoadjuvante: taux de récidive métastatique à 5 ans de 35% Stade III: Survie sans

Plus en détail

Modèles animaux de cancérogenèse

Modèles animaux de cancérogenèse INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE isabelle.dhennin@u-picardie.fr Modèles animaux de cancérogenèse I- Généralités sur le cancer 1- Données épidémiologiques Hommes Femmes

Plus en détail

LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ

LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ Michel Ducreux Insitut Gustave Roussy Villejuif,FRANCE 1/28 Le cancer du pancréas. Histoire naturelle: Survie à 3 ans < 5% Maladie métastasée d emblée: 40% Formes

Plus en détail

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de Radiothérapie dans la stratégie néoadjuvante Alain Fourquet Département de Radiothérapie Oncologique Introduction La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes

Plus en détail

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97.

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97. Surveillance loco-régionale personnalisée = évaluation du risque de récidive locorégionale personnalisée Histologie : les carcinomes Lobulaires Taux de récidives locales après mastectomie Differences in

Plus en détail

Cancer du poumon à petites cellules. Radiothérapie

Cancer du poumon à petites cellules. Radiothérapie Cancer du poumon à petites cellules Radiothérapie Dr Corinne Faivre-Finn Cours du GOLF Toulouse 11 Septembre 2009 Foundation Trust Foundation Trust Progress in the therapy of SCLC has been painfully slow.

Plus en détail

TEP Choline et cancer de la prostate

TEP Choline et cancer de la prostate TEP Choline et cancer de la prostate Eric ZERBIB CIMEN Centre Chirurgical Val d Or, 92210 Saint-Cloud, eric.zerbib@cimen.fr Pas de conflit d intérêt pour cette communication Médecins Nucléaires et Urologues

Plus en détail

TEP ET CANCER BRONCHIQUE. INTERVALLE DE CONFIANCE DES DE PNEUMOLOGIE. 15 octobre 2011 Inter région Languedoc Roussillon - PACA

TEP ET CANCER BRONCHIQUE. INTERVALLE DE CONFIANCE DES DE PNEUMOLOGIE. 15 octobre 2011 Inter région Languedoc Roussillon - PACA TEP ET CANCER BRONCHIQUE INTERVALLE DE CONFIANCE DES DE PNEUMOLOGIE. 15 octobre 2011 Inter région Languedoc Roussillon PACA JeanLouis Pujol et Denis MarianoGoulart Faculté de médecine et CHRU de Montpellier

Plus en détail

Les explorations de médecine nucléaire comme biomarqueur du cancer (Marqueurs moléculaires en imagerie TEP pour l oncologie)

Les explorations de médecine nucléaire comme biomarqueur du cancer (Marqueurs moléculaires en imagerie TEP pour l oncologie) Les explorations de médecine nucléaire comme biomarqueur du cancer (Marqueurs moléculaires en imagerie TEP pour l oncologie) JP Vuillez Pôle d imagerie - Clinique de Médecine nucléaire CHU de Grenoble

Plus en détail

Radiothérapie adjuvante des CCIS

Radiothérapie adjuvante des CCIS Radiothérapie adjuvante des CCIS standard, abstention, ou surimpression? Pr David AZRIA Pôle de Radiothérapie Oncologique INSERM U896 UM1 Montpellier Retour vers le futur. CCIS peut légitimement être traité

Plus en détail

RTC 3D CANCER DU RECTUM

RTC 3D CANCER DU RECTUM RTC 3D CANCER DU RECTUM INDICATIONS de la RTE Adénocarcinome du rectum T3-4 ou N+ RT-CT concomitante pré-opératoire Adénocarcinome rectal avec facteur de risque de récidive locale (R1, T4, N+) Mais SANS

Plus en détail

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Aucun Conflit d intérêts Référentiels Critères oncologiques de choix des traitements p significatif traitement / protocole établi

Plus en détail

Tumeurs osseuses de l enfantl

Tumeurs osseuses de l enfantl Tumeurs osseuses de l enfantl Enseignement interrégional DES de PédiatrieP Auvergne Rhône Alpes Etienne Merlin Clermont-Ferrand 14 mars 2008 14-15 15 mars 2008 E Merlin DES pediatrie Clermont Ferrand 1

Plus en détail

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé Dr Françoise Pêne 10 FEVRIER 2012 Bases de la Radiothérapie Historique - 1895 : rayons X (Röntgen) - 1896 : radioactivité (Becquerel) - 1898

Plus en détail

Mastectomie Irradiation des aires ganglionnaires Toxicité tardive Dr. Céline Bourgier

Mastectomie Irradiation des aires ganglionnaires Toxicité tardive Dr. Céline Bourgier Échanges en radiothérapie du cancer du sein Mastectomie Irradiation des aires ganglionnaires Toxicité tardive Dr. Céline Bourgier Patiente de 62 ans Atcd néo sein gauche traité en 1995 par MCA gauche pour

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS INTRODUCTION Rare Tumeurs germinales (95%) -TG séminomateuse (35-45ans) -TG non séminomateuse

Plus en détail

Définition du CTV : CTVT (1)

Définition du CTV : CTVT (1) EPU TECHNIQUES DEDIEES EN RADIOTHERAPIE HEGP 23-25 Mars 2011 Cancers du col Indications d irradiation des cancers gynécologiques Cancers de l endomètre CONTOURAGE DES VOLUMES D INTERET DES TUMEURS GYNECOLOGIQUES

Plus en détail

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Radiothérapie dans le cancer du col utérin A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Évolution des idées dans le traitement des cancers du col utérin 19 siècle: chirurgie traitement de base 20 siècle:

Plus en détail

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 Réunion GFPC Paris, décembre 2013 Pr D Damotte Pathologie Hôpitaux universitaires paris centre BRAF: voie MEK / ERK AMM mélanome en 2011 La recherche BRAF

Plus en détail

Radiothérapie-Oncologie

Radiothérapie-Oncologie Radiothérapie-Oncologie Dirk Van Gestel, MD, PhD Chef de service de Radiothérapie Les urgences de la radiothérapie Il n y en a pas! Il n y en a plus! Les urgences de la radiothérapie «The Friday night

Plus en détail

Centre Jean Perrin. Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne

Centre Jean Perrin. Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Centre Jean Perrin Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Voies de recherche : traceurs spécifiques de la mélanine en imagerie et radiothérapie métabolique F Cachin 1,

Plus en détail

Quelles applications médicales, diagnostiques et thérapeutiques, avec les radioisotopes de dernière génération?

Quelles applications médicales, diagnostiques et thérapeutiques, avec les radioisotopes de dernière génération? Quelles applications médicales, diagnostiques et thérapeutiques, avec les radioisotopes de dernière génération? Jean-François Chatal, GIP Arronax, Nantes-Saint-Herblain GDR MI2B Marseille 4 septembre 2015

Plus en détail

Quelles perspectives d évolution des traitements à l heure du démembrement moléculaire? Frédéric Di Fiore CHU et CLCC, Rouen

Quelles perspectives d évolution des traitements à l heure du démembrement moléculaire? Frédéric Di Fiore CHU et CLCC, Rouen Quelles perspectives d évolution des traitements à l heure du démembrement moléculaire? Frédéric Di Fiore CHU et CLCC, Rouen Introduction Evolution des traitements du cancer gastrique avancé à l heure

Plus en détail

Suivi tumoral après chimiothérapie et thérapies ciblées : la contribu6on de la TEP

Suivi tumoral après chimiothérapie et thérapies ciblées : la contribu6on de la TEP Suivi tumoral après chimiothérapie et thérapies ciblées : la contribu6on de la TEP Point de vue du clinicien François Chomy Ins6tut Bergonié - Bordeaux Evalua6on de la réponse Réalité OMS RECIST D après

Plus en détail

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE Principes généraux Données cliniques Me C, Age, OMS 0 Antécédents Métrorragies post ménopausique? Ex complémentaires = hystéroscopie curetage et TDM TAP Chirurgie: hystérectomie

Plus en détail

Les chimiothérapies palliatives (Intérêts, limites, questions éthiques) Dr ODDOU Stéphanie Oncologie Médicale CHICAS GAP

Les chimiothérapies palliatives (Intérêts, limites, questions éthiques) Dr ODDOU Stéphanie Oncologie Médicale CHICAS GAP Les chimiothérapies palliatives (Intérêts, limites, questions éthiques) Dr ODDOU Stéphanie Oncologie Médicale CHICAS GAP Chimiothérapie des tumeurs solides Adjuvantes ou néoadjuvantes: Avant ou après un

Plus en détail

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Dr Elodie Coquan, oncologue médicale Centre François Baclesse, Caen Introduction Amélioration des connaissances sur la carcinogénèse

Plus en détail

Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte

Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte Les indications actuelles de la radiothérapie rapie 27 novembre 2009 / DIJON Gilles Truc Rationnel de la radiothérapie dans les sarcomes

Plus en détail

Angiogénèse. Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008

Angiogénèse. Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008 Angiogénèse Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008 Définition Vasculogénèse : différenciation du mésoderme en cellules endothéliales (embryogénèse) Angiogénèse : formation de nouveaux vaisseaux à partir du lit vasculaire

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables

Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables 10 ème Symposium ADMY Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables Stéphane Benoist CHU Bicêtre Introduction Cancer colorectal avec métastases

Plus en détail

Tomographie par Emission de Positons (TEP) Rôle potentiel en radiothérapie

Tomographie par Emission de Positons (TEP) Rôle potentiel en radiothérapie Tomographie par Emission de Positons (TEP) Rôle potentiel en radiothérapie Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS (TEP)

LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS (TEP) LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS (TEP) Qu est ce que la TEP? - Technique d imagerie médicale fonctionnelle métabolique - Injection d un radiopharmaceutique Particularité : Emetteur de positons -

Plus en détail

Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie

Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie Principes, aspects pratiques, applications cliniques François Ducray Neurologie Mazarin, Unité Inserm U711 Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Etude

Plus en détail

Cancer de prostate T3 La part du radiothérapeute. Pierre Blanchard/Alberto Bossi Institut Gustave Roussy

Cancer de prostate T3 La part du radiothérapeute. Pierre Blanchard/Alberto Bossi Institut Gustave Roussy Cancer de prostate T3 La part du radiothérapeute Pierre Blanchard/Alberto Bossi Institut Gustave Roussy Il y a T3 et T3 T2b? T3 Il y a T3 et T3 et T3 Il y a T3 et T3 et T3 et T3 Bilan d extension TDM AP

Plus en détail

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium Febrile Neutropenia (fever > 38 C + neutropenia < 500xmm

Plus en détail

Radiothérapie stéréotaxique. Dr Antonin LEVY Département d Oncologie Radiothérapie

Radiothérapie stéréotaxique. Dr Antonin LEVY Département d Oncologie Radiothérapie Radiothérapie stéréotaxique Dr Antonin LEVY Département d Oncologie Radiothérapie PLAN Introduction Radiothérapie Stéréotaxique INTRA-crânienne EXTRA-crânienne Conclusion INTRODUCTION RT Stéréotaxique

Plus en détail

Radiopharmaceutiques : diagnostic et applications

Radiopharmaceutiques : diagnostic et applications Radiopharmaceutiques : diagnostic et applications Les traceurs en oncologie Cible moléculaire Radiopharmaceutique 90 Y 90 Y Gamma: Scinti/SPECT-CT Récepteur: SMS Antigène: ACE Transporteur: GLUT1 90 Y

Plus en détail

Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein

Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein MC Mathieu 26 octobre 2012 Classification classique Type de carcinome infiltrant : classification OMS avec 18 types

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Pr. Pascal HAMMEL La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Conflits d intérêts Dr Pascal HAMMEL Laboratoires AMGEN Chimiothérapie

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

Cellule tumorale Cellule T Feu vert à l immunothérapie un événement historique

Cellule tumorale Cellule T Feu vert à l immunothérapie un événement historique Cellule tumorale Cellule T Feu vert à l immunothérapie un événement historique Dr. I. Wellemans, Pneumologue, CHIREC Dr. Th. Velu, Oncologue Médical, CHIREC A la Une des Journaux, des Sociétés et des Meetings

Plus en détail

Du Diagnostic au Traitement par le Nucléaire Est-ce possible?

Du Diagnostic au Traitement par le Nucléaire Est-ce possible? Du Diagnostic au Traitement par le Nucléaire Est-ce possible? Pr Denis AGOSTINI MD-DSc CHU Côte de Nacre Caen CHERBOURG MARS 2012 Cherbourg 2012 1 Plan 1. DIAGNOSTIC EN MEDECINE NUCLEAIRE 1. TEP-SCANNER

Plus en détail

Cancers du canal anal 07/03/2014

Cancers du canal anal 07/03/2014 Cancers du canal anal DR XAVIER LIEM 07/03/2014 Généralités 1. Epidémiologie 2. Anatomopathologie 3. Anatomie 4. Clinique et Bilan 5. Classification Généralités 1. Epidémiologie Prédominance féminine 1,2

Plus en détail

Christelle Tychyj, CHLS

Christelle Tychyj, CHLS Christelle Tychyj, CHLS Estimation du VOLUME TUMORAL sur des critères morphologiques +++ qui ont fait lobjet de consensus internationnaux RECIST 1.1 tumeurs solides CHESON lymphomes Essais thérapeutiques

Plus en détail

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Véronique Vendrely Service d oncologie radiothérapie Hôpital Saint André Bordeaux Club des jeunes néphrologues 20 Mai 2006 Introduction Quelques bases pour

Plus en détail

Galland-Girodet S.*, Huchet A, Darrouzet V., Maire J. P. DIU de Neuro-oncologie 7 novembre 2013, Bordeaux

Galland-Girodet S.*, Huchet A, Darrouzet V., Maire J. P. DIU de Neuro-oncologie 7 novembre 2013, Bordeaux La radiothérapie des tumeurs bénignes de la base du crâne : analyse d une série de 30 patients porteurs de paragangliomes cervico-céphaliques traités entre 1987 et 2010. Galland-Girodet S.*, Huchet A,

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

Imagerie de surveillance des métastases hépatiques après traitement chirurgical ou per cutané

Imagerie de surveillance des métastases hépatiques après traitement chirurgical ou per cutané Imagerie de surveillance des métastases hépatiques après traitement chirurgical ou per cutané Dr. F. Kunstlinger: CHB Hôpital Paul Brousse Samedi 8 Juin 2013 Après chirurgie hépatique Toutes les métastases

Plus en détail

COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE

COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE IMAGERIE EN CANCÉROLOGIE : UN ARSENAL COMPLET À L HPL Benjamin GEISSLER (1), Didier LIEUX (2) (1) Centre d Imagerie Nucléaire (2) Centre d Imagerie

Plus en détail

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Cancers Digestifs : Quelle Imagerie? Philippe Soyer Service de Radiologie Viscérale et Interventionnelle ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Détection ti tumorale Extension locale Extension à distance Surveillance

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

TEP Tomoscintigraphie par Emission de Positons - Applications en Oncologie

TEP Tomoscintigraphie par Emission de Positons - Applications en Oncologie Nancy, 27 janvier 2009 DU de Pharmacie Oncologique DU de Pharmacie Oncologique 2011/2012 TEP Tomoscintigraphie par Emission de Positons - Applications en Oncologie Pierre OLIVIER Médecine Nucléaire - CHU

Plus en détail

R. Tekaia Centre Frederic Joliot

R. Tekaia Centre Frederic Joliot LA RADIOTHERAPIE CONFORMATIONNELLE R. Tekaia Centre Frederic Joliot Introduction PLAN RTC : Définition D et Objectifs Besoins de la RTC Traitement par RTC : Prostate Acquisitions des données anatomiques

Plus en détail

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille De pistage et suivi des nodules pulmonaires Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille Inte re t du de pistage Cancer du poumon = 1e re cause de mortalite par

Plus en détail

NOUVELLE CLASSIFICATION TNM

NOUVELLE CLASSIFICATION TNM NOUVELLE CLASSIFICATION TNM 7 ème Classification TNM 2009 du cancer du poumon Paumier A, Maugin E, Picquet J, Enon B. Service de CCVT CHU ANGERS La Baule, Mars 2010 Historique 1945 : invention du TNM 1973

Plus en détail

Evaluation thérapeutique précoce par imagerie TEP en cancérologie gynécologique

Evaluation thérapeutique précoce par imagerie TEP en cancérologie gynécologique Evaluation thérapeutique précoce par imagerie TEP en cancérologie gynécologique Dr Nicolas Aide Service de Médecine Nucléaire & Unité bioticla, EA4656 CRLCC François Baclesse, Caen Plan Imagerie TEP animale:

Plus en détail

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot Service d Oncologie - Radiothérapie Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Charles Foix- Paris Importance de la prise en charge pluridisciplinaire

Plus en détail

Radiothérapie pour les métastases cérébrales

Radiothérapie pour les métastases cérébrales Radiothérapie pour les métastases cérébrales Dre Annie Ebacher Radio-oncologue CHUS, Sherbrooke Congrès du Réseau des soins palliatifs 28 mai 2007 Objectifs Épidémiologie Symptômes, facteurs pronostiques

Plus en détail

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluations de la survie sans progression et du contrôle locoregional comme critère de substitution

Plus en détail