INVESTIGATEUR PRINCIPAL. Pr Alain DEPIERRE. COORDINATION IFCT Franck MORIN. PROMOTEUR C.H.U Besançon

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INVESTIGATEUR PRINCIPAL. Pr Alain DEPIERRE. COORDINATION IFCT Franck MORIN. PROMOTEUR C.H.U Besançon"

Transcription

1 Essai thérapeutique randomisé comparant deux schémas de chimiothérapie préopératoire dans les cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC) de stades cliniques I et II. PROTOCOLE IFCT-0002 INVESTIGATEUR PRINCIPAL Pr Alain DEPIERRE COORDINATION IFCT Franck MORIN PROMOTEUR C.H.U Besançon Intergroupe Francophone de Cancérologie Thoracique (I.F.C.T.) 66 boulevard St Michel PARIS

2 2 Investigateur principal Coordination IFCT Comité Directeur Biostatistiques Randomisation A. DEPIERRE Service de Pneumologie C.H.U. Boulevard J. Fleming BESANCON Cedex Tel : Fax : F. MORIN IFCT 66 Boulevard St-Michel PARIS Tel : Fax : E. LEMARIE (Tours) B. MILLERON (Tenon, Paris) D. MORO-SIBILLOT (Grenoble) E. QUOIX (Strasbourg) G. MASSARD (Strasbourg) Pr Mariette MERCIER Faculté de Médecine et de Pharmacie 2 place Saint-Jacques BESANCON Mme Stéphanie BERTIN ASCOPharm 5 rue Alphonse de Neuville PARIS Cedex 17 Tel : Fax : Rédaction : Atlanta, 17 mai 1999 Soumis à l IFCT : Paris, le 8 juin Version : Mise en page Version : Protocole IFCT 0002 : Chimiothérapie préopératoire dans les CBNPC stades I et II version 4.1 (06/09/02)

3 3 COMITE SCIENTIFIQUE Mr le Professeur Jean-Louis PUJOL Mr le Dr François CLÉMENT Service de Pneumologie Service de Chirurgie Thoracique Hôpital Arnaud de Villeneuve Centre Hospitalier Universitaire Avenue du Doyen Giraud Boulevard Fleming MONTPELLIER CEDEX BESANCON Cedex Mr le Docteur Thierry LE CHEVALIER Mme le Dr Jeanne-Marie BRECHOT Service de Cancérologie Service de Pneumologie Institut Gustave Roussy Hôtel Dieu 39 rue Camille Desmoulins 1 Place du Parvis de Notre-Dame VILLEJUIF PARIS Mr le Docteur PEROL Mr le Docteur BAZELLY Service de Pneumologie Service de Chirurgie Thoracique Hôpital de la Croix Rousse Hôpital Tenon 93 Grande Rue 4 rue de la chine CROIX ROUSSE PARIS Mr le Professeur BRICHON Mr le Dr BONNETTE Service de Chirurgie Thoracique Service de Chirurgie Thoracique Centre Hospitalier Universitaire Hôpital Foch BP rue Worth GRENOBLE CEDEX SURESNES Mr le Professeur Marc RIQUET Mr le Dr REGNARD Service de Chirurgie Thoracique Centre chirurgical Marie-Lannelongue Hôpital Georges Pompidou 133 Avenue de la Résistance 20 rue Leblanc LE PLESSIS-ROBINSON PARIS Mr le Professeur GRUNENWALD Mr le Docteur Pascal THOMAS Service de Chirurgie Thoracique Service de Chirurgie Thoracique Institut Mutualiste Montsouris Hôpital Sainte-Marguerite 42 boulevard Jourdan 270 Bd Sainte-Marguerite PARIS MARSEILLE Mr le Docteur SOUQUET ServicedePneumologie Hôpital Lyon-Sud - Pavillon PIERRE BENITE Protocole IFCT 0002 : Chimiothérapie préopératoire dans les CBNPC stades I et II version 4.1 (06/09/02)

4 4 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION OBJECTIFS CRITERES D INCLUSION ET D EXCLUSION Critères d inclusion 3.2. Critères d exclusion 4. BILAN D INCLUSION Clinique 4.2. Biologie 4.3. Imagerie 4.4. Bilan d opérabilité 5. PROCEDURES DE RANDOMISATION Protocole de randomisation 5.2 Bras de randomisation 5.3 Schéma de randomisation 6. TRAITEMENTS Chimiothérapie 6.2 Chirurgie 7. EVALUATION DE LA CHIMIOTHERAPIE Evaluation de l efficacité au 21 ème jour 7.2 Evaluation à la 6 ème semaine 7.3 Définition des réponses 8. SURVEILLANCE DE LA CHIMIOTHERAPIE, 32 MODIFICATION DES DOSES 8.1. Surveillance hématopoiétique 8.2. Toxicité rénale 8.3 Toxicité extra-hématopoiétique 9. RECUEIL DES QUESTIONNAIRES QUALITE DE VIE SURVEILLANCE POST-THERAPEUTIQUE CAHIER D'OBSERVATION Cahier d observation Envoi des feuilles Feuilles d observation Protocole IFCT 0002 : Chimiothérapie préopératoire dans les CBNPC stades I et II version 4.1 (06/09/02)

5 Surveillance téléphonique Protocole IFCT 0002 : Chimiothérapie préopératoire dans les CBNPC stades I et II version 4.1 (06/09/02)

6 6 12. EVENEMENTS INDESIRABLES (E.I.) Définition des E.I Déclaration des E.I. graves 13. CALCULS STATISTIQUES Taille de l échantillon Description de l analyse statistique 14. COMITE INDEPENDANT DE SURVEILLANCE COMITE DIRECTEUR CONTROLE DE QUALITE ASSURANCES CONSIDERATIONS ETHIQUES DECLARATION D'ENGAGEMENT REGLES DE PUBLICATION 48 Annexe 1 : Classification anatomo-pathologique 49 Annexe 2 : Classification TNM de Mountain, Annexe 3 : Indice de performance status (OMS) 54 Annexe 4 : Déclaration d'eig 55 Annexe 5 : Code de toxicités 56 Annexe 6 : Questionnaire qualité de vie 59 Annexe 7 : Note d information au patient 62 Annexe 8 : Avis du CCPPRB 66 Annexe 9 : Copie de l attestation d assurance 67 Annexe 10 : Amendements 68 Protocole IFCT 0002 : Chimiothérapie préopératoire dans les CBNPC stades I et II version 4.1 (06/09/02)

7 7 SYNOPSIS CODE Protocole IFCT 0002 COORDINATEUR Pr Alain DEPIERRE, Besançon PROMOTEUR CHU de Besançon ORGANISATION Intergroupe Francophone de Cancérologie Thoracique (IFCT) TITRE Essai thérapeutique randomisé comparant deux schémas de chimiothérapie préopératoire dans les cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC) de stades cliniques I et II. OBJECTIFS L objectif principal est la comparaison de 2 schémas d administration de la chimiothérapie ; l un comprendra 2 cycles de chimiothérapie en préopératoire et 2 cycles en postopératoire chez les répondeurs ; l autre comprendra 2 cycles initiaux suivis de 2 autres cycles préopératoires chez les répondeurs. L objectif secondaire est la comparaison de 2 chimiothérapies ; association taxol - carboplatine et association gemcitabine - cisplatine. Autres objectifs secondaires : toxicités des différents schémas, survie sans récidive, modalités de récidive, fréquence des 2 èmes cancers et la qualité de vie à court et à long terme, rentabilité de la médiastinoscopie. CRITERES DE JUGEMENT OPTIONS CRITERES DE SELECTION Le critère de jugement principal pour cette comparaison est la survie globale. Le critère de jugement secondaire sera le taux de réponse après 2 cycles de chimiothérapie. Chaque institution devra se déterminer sur 2 options préalables : - Inclusion des T1N0 - Pratique systématique de la médiastinoscopie Inclusion Carcinomes bronchiques non à petites cellules (CBNPC) histologiquement ou cytologiquement prouvés. Les tumeurs T1N0 ne pourront être incluses que si elles sont histologiquement (ou cytologiquement) prouvées. De stades IA (T1N0M0), IB (T2N0M0) IIA (T1N1M0), IIB (T2N1M0 et T3N0M0). Les tumeurs "minimal N2" histologiquement prouvées par les centres pratiquant la médiastinoscopie systématique, seront obligatoirement incluses. Les carcinomes présentant des adénopathies Protocole IFCT 0002 : Chimiothérapie préopératoire dans les CBNPC stades I et II version 4.1 (06/09/02)

8 8 médiastinales mesurant plus de 1 cm dans leur plus petit diamètre sur les coupes scanographiques doivent avoir une médiastinoscopie. Si les biopsies des zones pathologiques sont négatives, les patients peuvent être inclus. Lorsqu il n y a pas d adénopathie visible ou que leur plus petit diamètre fait moins de 1 cm, la médiastinoscopie n est pas requise, pour les centres ne la pratiquant pas systématiquement. Présence d une lésion mesurable ou évaluable Age inférieur ou égal à 75 ans Patients opérables : - E.F.R compatibles avec une exérèse chirurgicale (VEMS prévisible > à 1/3 du VEMS théorique) - Absence d infarctus du myocarde aigu datant de moins de 6 mois, - Absence d angor instable - Absence de tare viscérale (artériopathie des membres inférieurs ou des vaisseaux du cou) contreindiquant une chirurgie d exérèse. Indice de performance status inférieur ou égal à 2 (OMS) Absence de contre-indication à recevoir une chimiothérapie : - Créatininémie < 120 mol/l - Polynucléaires neutrophiles > 1500 /mm 3 - Plaquettes > / mm 3 - Bilirubine < 25 mol/l - Absence de neuropathie périphérique de grade >1 Consentement éclairé signé. Non Inclusion Les carcinomes de stade III A ou B et de stade IV Les patients sans diagnostic histologique (ou cytologique) Antécédent de cancer du sein, de mélanome et de cancer du rein. Les patients ayant des antécédents de cancer du col in situ et de cancers baso-celullaires de la peau guéris peuvent être inclus quelle que soit la date de l'antécédent. Les patients ayant eu un autre cancer que ceux précédemment cités sont éligibles s'ils ont été traités il y a plus de 5 ans et ont été considérés comme guéris depuis sans rechute. Présence d adénopathies médiastinales dont le plus petit diamètre est supérieur à 1 cm chez un patient qui ne pourrait pas bénéficier d une médiastinoscopie. Protocole IFCT 0002 : Chimiothérapie préopératoire dans les CBNPC stades I et II version 4.1 (06/09/02)

9 9 TRAITEMENTS Les 2 schémas de chimiothérapie sont : (J1=J21) 1 Gemcitabine 1250 mg/m², J1 et J8 Platine 75 mg/m², J1 2 Taxol 200 mg/m², J1 Carboplatine AUC 6, J1 La randomisation s effectue en 4 bras : Bras A : 2 cycles de chimiothérapie préopératoire, bilan, 2 cycles de chimiothérapie préopératoire complémentaires pour les réponses objectives (RC et RP). Chirurgie terminale. La chimiothérapie dans le bras A est Gemcitabine-Platine. Bras B : 2 cycles de chimiothérapie préopératoire, bilan, chirurgie et 2 cycles de chimiothérapie postopératoire pour les réponses objectives (RC et RP). La chimiothérapie dans le bras B est Gemcitabine - Platine. Bras C : 2 cycles de chimiothérapie préopératoire, bilan, 2 cycles de chimiothérapie préopératoire complémentaires pour les réponses objectives (RC et RP). Chirurgie terminale. La chimiothérapie dans le bras C est Taxol - Carboplatine. Bras D : : 2 cycles de chimiothérapie préopératoire, bilan, chirurgie et 2 cycles de chimiothérapie postopératoire pour les réponses objectives (RC et RP). La chimiothérapie dans le bras D est Taxol Carboplatine. CHIRURGIE SUIVI DU PATIENT QUALITE DE VIE NOMBRE DE La chirurgie est pratiquée 4 semaines après la cure de chimiothérapie qui la précède, soit à la 8 ème semaine ( sujets non répondeurs des bras A et C et tous les patients des bras B et D), soit à la 14 ème semaine (patients répondeurs des bras A et C). L'exérèse s'accompagnera obligatoirement d'un curage ganglionnaire selon les modalités définies. A l inclusion NFS, plaquettes, créatininémie, bilan biologique ; radiographie du thorax, scanner thoracique (+ surrénales), échographie hépatique, scanner cérébral, scintigraphie osseuse (si douleurs), bilan d opérabilité. Au cours du traitement NFS, plaquettes hebdomadaires Créatininémie avant chaque cure, avant la chirurgie et après la dernière cure A J21, Examen clinique et radiographie du thorax. A la 6 ème semaine, bilan avec radiographie pulmonaire, scanner thoracique et fibroscopie bronchique (si contributive au diagnostic). La qualité de vie sera évaluée par le questionnaire de qualité de vie de l EORTC. Ce questionnaire sera rempli par le patient au bilan initial, à la 6 ème semaine (date du 1 er bilan), 17 ème semaine, et 21 ème semaine. 520 patients soit 130 par bras Protocole IFCT 0002 : Chimiothérapie préopératoire dans les CBNPC stades I et II version 4.1 (06/09/02)

10 10 PATIENTS SUIVI POST THERAPEUTIQUE Examens de surveillance Pendant les 2 premières années, il sera réalisé : Tous les 3 mois : Examen clinique et radiographie pulmonaire Tous les 6 mois, fibroscopie bronchique et scanner thoracique (avec coupes surrénaliennes); le 1 er bilan est réalisé pendant la 21 ème semaine. Au delà de 2 ans et jusqu'à 5 ans: Tous les 6 mois : Examen clinique et radiographie pulmonaire Tous les ans : fibroscopie bronchique et scanner thoracique Au delà de 5 ans, La surveillance comprendra un examen clinique et une radiographie pulmonaire tous les ans, sans limitation de temps. Protocole IFCT 0002 : Chimiothérapie préopératoire dans les CBNPC stades I et II version 4.1 (06/09/02)

11 11 1. INTRODUCTION La survie des cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC) est étroitement liée à la possibilité d un acte chirurgical. Mais seulement 25 % d entre eux sont résécables et opérables lors du bilan initial. La survie à 5 ans des cancers bronchiques ayant bénéficié d une chirurgie d exérèse complète est globalement de 65 % et de 45 % pour les stades précoces I et II (1). Le concept de chimiothérapie préopératoire est issu des propositions de Goldie et Coldman (2) pour vaincre la résistance des cellules à la chimiothérapie qu ils attribuent à des mutations successives. Celles-ci auraient d autant moins de chances de s être produites que la chimiothérapie serait introduite précocement. Ce concept de chimiothérapie première s est révélé efficace dans le cadre de la chimiothérapieradiothérapie séquentielle des CBNPC de stade III (3) (4). Cette chimiothérapie première a pour but d éradiquer les micrométastases non encore visibles lors du bilan initial qu elles soient systémiques ou médiastinales et éventuellement de permettre de rendre résécables des tumeurs de stade IIIa voire dans certains cas de stades IIIb (tumeurs T4 en particulier). De nombreux essais de phases II ont été menés depuis Ils s intéressaient tous aux stades IIIa qu ils fussent ou non résécables au bilan initial. Ils comprenaient à part égale des essais de chimiothérapie ou d associations chimiothérapie-radiothérapie. La chimiothérapie comportait dans tous les cas du cisplatine. Dans les derniers essais, les nouvelles drogues type gemcitabine, paclitaxel, navelbine étaient incorporées. Même si ces essais de chimiothérapie sont disparates, ils ont permis de tirer un certain nombre de conclusions : 1- La chimiothérapie préopératoire est faisable, 2- Sa toxicité même si elle n est pas négligeable est acceptable, en particulier la régression des adénopathies médiastinales entraîne une fibrose médiastinale qui est chirurgicalement dissécable, 3- Son efficacité semble plus importante que sur les tumeurs métastatiques avec un taux de réponses complètes de l ordre de 5 à 10 % et un taux de réponses globales de l ordre de 60 à 70 %. Protocole IFCT 0002 : Chimiothérapie préopératoire dans les CBNPC stades I et II version 4.1 (06/09/02)

12 12 4- Elle induit un downstaging et par la même est susceptible d augmenter le taux de résécabilité des tumeurs de stades IIIa marginalement résécables. 5- La survie des patients traités semble prometteuse. Par la suite, 4 essais randomisés ont été publiés : Dans l'essai de Rosell et coll. (5), 60 patients de stade IIIa ont été randomisés en 2 bras : chimiothérapie préopératoire (3 cycles de mitomycine, ifosfamide, cisplatine) suivie de chirurgie versus chirurgie d'emblée. Tous les patients étaient irradiés (50 Gy) en postopératoire. Le taux de réponses objectives à la chimiothérapie a été de 60 % dont 2 patients en réponse complète (6.6 %). Les taux de résection complète ont été comparables dans les 2 bras : 85 % dans le bras chimiothérapie et 90 % dans le bras chirurgie seule. L'avantage obtenu en survie était tel que l'essai a été interrompu au bout de 18 mois : médiane de survie : 26 mois versus 8 mois (p < 0,001) et médiane de survie sans récidive : 20 mois versus 5 mois (p < 0,001). Il faut cependant noter que la survie du bras contrôle est particulièrement basse avec une médiane de survie de 8 mois, identique à celle observée pour des stades IV et il n'y a pas de survivant au-delà de 18 mois. La survie à long terme a été récemment publiée ; la différence de survie entre les 2 bras, bien qu'elle se soit atténuée, reste significativement différente (6). Dans l'étude de Roth et coll.(7), 60 patients atteints de CBNPC de stade IIIa ont été inclus. Le bras de chimiothérapie préopératoire comprenait cisplatine, étoposide et cyclophosphamide (3 cycles). En cas de réponse objective à la chimiothérapie, 3 cycles supplémentaires étaient effectués en postopératoire. Le taux de réponse objective était de 35 %. Les taux de résection étaient comparables (61 % dans le bras chimiothérapie+chirurgie contre 66 % dans le bras chirurgie seule). Les médianes de survie étaient respectivement de 64 mois et 11 mois (p < 0.018). Les taux de survie à 1, 2 et 3 ans étaient significativement plus élevés dans le bras chimiothérapie (70, 60 et 36 % versus 45, 25 et 15 %). Cette différence s est atténuée dans le temps et dans la dernière publication de cet essai (8), la différence de survie est à la limite de la signification statistique (p = 0.056). Un 3 ème essai randomisé a été présenté au Congrès de l'asco 1997, dirigé par le CALGB (9). Cet essai a été interrompu après l'inclusion de 57 patients, faute de recrutement. Le but était de comparer, dans les stades IIIa, la séquence radiothérapie (40 Gy) suivie de chirurgie puis de radiothérapie (20 Gy) post-opératoire (RT-CH-RT) à la séquence chimiothérapie - chirurgie - chimiothérapie - radiothérapie (CT-CH-CT-RT). La Protocole IFCT 0002 : Chimiothérapie préopératoire dans les CBNPC stades I et II version 4.1 (06/09/02)

13 13 chimiothérapie associait cisplatine et étoposide (2 cycles pré-opératoires) + GCSF et 2 cycles postopératoires. Le taux de réponses objectives au traitement d induction était de 38 % dans le bras RT-CH-RT et de 47 % dans le bras CT-CH-CT-RT. Une réponse complète histologique a été observée dans 11 % des cas. Les médianes de survie sans récidive ne différaient pas de façon significative dans les 2 bras (12 versus 9 mois) tout comme les médianes de survie (23 versus 19 mois). Les résultats de l'essai français MIP 91, coordonné par Depierre et coll.(10), incluant 375 patients, ont été présentés, en 1999 au meeting de l ASCO. Cet essai comparait 2 stratégies : chimiothérapie par mitomycine-ifosfamide-platine (MIP) (2 cycles) suivie de chirurgie comparée à chirurgie première. Les patients répondeurs recevaient 2 cycles supplémentaires de chimiothérapie en postopératoire immédiat. Une radiothérapie postopératoire était effectuée si la résection avait été incomplète et/ou si les ganglions du curage médiastinal étaient envahis. Le taux de réponses complètes a été de 11 % et le taux de réponses globales de 64 %. La médiane de survie est, avec un recul médian de 59 mois, de 26 mois dans le bras chirurgie seule et de 36 mois dans le bras de CT néo-adjuvante (p = 0.11). Une interaction entre le traitement administré et les stades est observée avec un bénéfice de la chimiothérapie néo-adjuvante s exerçant exclusivement sur les stades N0- N1 (p = 0.008). Un excès de décès est observé, bien que non significatif, pendant la période de traitement (150 jours) exclusivement chez les patients N2. Au delà de cette période de 150 jours, l effet de la CT est positif sur la survie (p = 0.02). La différence de résultats entre les stades précoces I et II d une part et les stades IIIa d autre part incite à concevoir les futurs protocoles en distinguant les deux situations. La distinction entre les stades I-II et les stades IIIA repose sur l atteinte des structures médiastinales en particulier ganglionnaires. Les modalités de son exploration ne sont pas encore consensuelles. La tomodensitométrie méconnaît environ 15 % de minimal N2. La médiastinoscopie cervicale axiale ignore un certain nombre de chaînes médiastinales (5, 6, 7 postérieure, 8, 9) et si sa spécificité est de 100 %, sa sensibilité est voisine de celle du scanner quand il s agit d explorer un médiastin radiologiquement vide. Les instances internationales et en particulier l'american Thoracic Society, l'european Respiratory Society (11) et l'american Society of Clinical Oncology (12) ont statué par le consensus suivant : les patients présentant un médiastin radiologiquement normal, n ont pas à bénéficier d une médiastinoscopie systématique. Cette attitude est la plus communément admise en France. Un protocole posant une question pragmatique doit se situer dans une Protocole IFCT 0002 : Chimiothérapie préopératoire dans les CBNPC stades I et II version 4.1 (06/09/02)

14 14 attitude pragmatique correspondant aux normes habituelles de la pratique médicale pour que ses conclusions puissent être étendues à la pratique quotidienne. Il est certain que dans un protocole étudiant les stades I et II à partir d une définition clinique (tomodensitométrique essentiellement), les minimal N2 seront inclus en totalité. Cette solution est opposable à celle de la pratique systématique d une médiastinoscopie qui éliminerait les minimal N2 des chaînes 2, 3, 4 et 7 (antérieure) mais laisserait néanmoins méconnus les autres. L'absence de consensus au sein des différentes équipes conduit à proposer la médiastinoscopie systématique de manière optionnelle à chaque institution. Il serait ainsi possible après les 100 premières médiastinoscopies, d'en connaître la rentabilité exacte dans cette population sélectionnée. Si elle dépasse les 20 % de mise en évidence de minimal N2 (Atteinte ganglionnaire histologique sans visibilité tomodensitométrique), la médiastinoscopie serait étendue à toutes les équipes. Si sa rentabilité était faible, inférieure à 10 %, elle serait abandonnée. Afin de définir avec précision les patients qui conserveraient une atteinte médiastinale ganglionnaire après chimiothérapie, il importe que l'exploration médiastinale peropératoire soit standardisée. L attitude actuelle des chirurgiens français en matière d abord ganglionnaire médiastinal est loin d être uniciste et semble se diviser en trois catégories. Il y a ceux qui n abordent pas les ganglions médiastinaux lorsque leur palpation est normale, ceux qui font un sampling ganglionnaire même si son étendue est éminemment variable d un opérateur à l autre et enfin ceux qui pratiquent un curage ganglionnaire. Son étendue est aussi très variable d un opérateur à l autre, en particulier sur la zone aortico-pulmonaire. Cette divergence d attitude est liée, au moins en partie, à l absence de démonstration formelle de l intérêt de telle ou telle pratique par rapport aux autres et les tenants du curage s appuient essentiellement sur des arguments théoriques. Trois essais randomisés ont été publiés comparant le curage au sampling ganglionnaire (13-15). Chacune de ces études comprenait peu de patients (de 115 à 166), mélangeait les N2 et les NO-1 mais aucune ne mettait en évidence de différence de survie entre les 2 pratiques. Il semble possible de se mettre d accord pour le temps d un essai thérapeutique sur un abord standardisé du médiastin comprenant l ablation des groupes ganglionnaires 2, 4 et 7 à droite et 5, 6 et 7 à gauche en rajoutant pour les tumeurs des lobes inférieurs les groupes 8 et 9 et enfin dans les lobectomies inférieures, l ablation du ganglion du pied de la lobaire supérieure. Protocole IFCT 0002 : Chimiothérapie préopératoire dans les CBNPC stades I et II version 4.1 (06/09/02)

15 15 Le concept de chimiothérapie préopératoire semble bien étayé dans les stades précoces par les résultats de l essai français. Cinq essais actuellement en cours apporteront une confirmation (ou une infirmation) de l essai MIP 91. Il s agit de l essai 9901 du Southwest Oncology Group comparant une chirurgie première à l association CBDCA (carboplatine) et TXL (paclitaxel) suivie de chirurgie dans les stades IB, II et IIIA. Le 2 ème essai LU 22 est mené par le Medical Research Council. Il compare 3 types de chimiothérapie préopératoire (MVP, MIP, NP) à un bras de chirurgie première dans les mêmes stades. Deux essais sont conduits en Italie, le 1 er par Scarliotti et Pastorino a choisi comme chimiothérapie l association cisplatine-gemcitabine toujours dans les stades IB, II et IIIA. Le 2 ème est conduit par Paccagnela. Il teste 2 chimiothérapies, CBDCA-TXL et CBDCA-TXL-GEM. Seuls les stades IB et II peuvent être inclus. Le dernier essai est espagnol et teste 2 schémas de chimiothérapie dont CBDCA-TXL. Un dernier essai est en train de se mettre en place avec le Dutch Lung Cancer Study Group. La chimiothérapie choisie est l association CBDCA-TXL et les inclusions porteront sur les stades IB et II exclusivement. De nombreuses questions restent en suspens et en particulier quel est le meilleur schéma d administration? Sur ce point, les différents choix d associations retenus dans les essais de phase II ont opté pour 2 schémas : 3 cycles d une chimiothérapie donnée en préopératoire ou 2 cycles en préopératoire suivis de 2 cycles en postopératoire chez les répondeurs. Il n est pas possible, à l analyse des résultats des essais de phase II, de mettre en évidence une éventuelle supériorité de l une des 2 attitudes. On peut penser que la différence d'efficacité entre la chimiothérapie préopératoire et la chimiothérapie adjuvante postopératoire qui ne sont séparées chronologiquement que par 50 jours, relève peut-être de cette chronologie par rapport à l acte opératoire, c est-à-dire de la présence ou non de la tumeur primitive lors de l application de la chimiothérapie. C est dans cette optique qu a été conçu un protocole randomisé pour les stades I et II cherchant à répondre aux deux questions suivantes : 1- Un schéma d administration exclusivement préopératoire est-il plus efficace qu un schéma pré et postopératoire? 2- Quelle est la meilleure association parmi les associations offertes par les drogues nouvelles testées en phase II en cherchant à obtenir une diminution de la toxicité de l association par rapport à ce qui avait été observé dans l essai MIP 91? Protocole IFCT 0002 : Chimiothérapie préopératoire dans les CBNPC stades I et II version 4.1 (06/09/02)

16 16 Pour le schéma optimal d administration, l essai comparera une chimiothérapie intégralement préopératoire à une chimiothérapie péri-opératoire. Dans tous les cas, l ensemble des patients bénéficie de 2 cycles initiaux et seuls les répondeurs bénéficient des 2 cycles supplémentaires en postopératoire dans un cas et en préopératoire dans l autre. Cette comparaison change le moment de l évaluation de la réponse et donc les moyens d évaluation mais ne retentit pas sur le nombre global de réponses. Cette attitude comporte évidemment le risque d évaluer certaines réponses comme des stabilisations après 2 cures de chimiothérapie alors même qu elles seront ultérieurement déclarées comme des réponses complètes sur la pièce opératoire. L analyse de la précédente étude montre que si ce risque est réel, il reste numériquement faible. Dans l'essai MIP 91, l analyse de la pièce opératoire a permis d affirmer qu une réponse jugée seulement partielle cliniquement peut en fait être histologiquement complète (7 R.C. en préopératoire, 19 en postopératoire) mais le nombre total de réponses objectives reste le même (114 dans les 2 analyses). A la deuxième question, les choix sont nombreux. Deux nouvelles drogues ont été développées dans le concept néo-adjuvant, le paclitaxel (Taxol ) et la gemcitabine (Gemzar ). Ces deux drogues sont apparues comme peu toxiques en association et en monothérapie. Pour le taxol, l essai du SWOG, comparant l association carboplatine - taxol à l association navelbine - cisplatine, dans les formes étendues, plaide en faveur de la première pour la tolérance et l observance (à efficacité équivalente sur la survie)(16). L association paclitaxel-carboplatine a été utilisée dans plusieurs études en situation préopératoire dans des stades IIIa ou dans des stades plus précoces (17-19) sur un total de 200 patients environ. La gemcitabine a été développée dans cette optique de bonne tolérance surtout sur une période courte. L association Gemzar-cisplatine a été également expérimentée en néo-adjuvant. Trois essais de phase II ont été conduits chez des patients ayant un CBNPC de stade IIIa ou IIIb sur un total d environ 150 patients (20-22). Un taux moyen de réponse de 63 % avec un profil de toxicité acceptable, a été observé. Nous avons vu que 5 essais randomisés sur 6 ont choisi soit le taxol soit la gemcitabine voire les 2. Dans le domaine de l efficacité, il n est pas possible de tirer de la littérature des arguments en faveur de telle ou telle association. Le choix s est donc porté sur ces 2 molécules qui seront comparées au sein de 2 associations différentes : taxol - carboplatine (TXL- CBDCA) et gemcitabine - cisplatine (GEM-DDP). Le choix des schémas d administration est difficile car ce domaine est en pleine mutation. Le schéma d administration de la Protocole IFCT 0002 : Chimiothérapie préopératoire dans les CBNPC stades I et II version 4.1 (06/09/02)

17 17 gemcitabine pour lequel l AMM a été obtenue est remis en cause en raison de la fréquence d une toxicité hématologique au 15 ème jour empêchant l administration de la 3 ème injection. Le schéma d administration à J1, J8 toutes les 3 semaines tend à le supplanter avec une augmentation ou sans augmentation de la posologie par injection (abstracts 1795, 1807, des proceedings de l'asco 1998 et 1771, 1876, 1889, 1993 des proceedings de 1999 et 2122 de l'année 2000). Pour l association CBDCA-TXL, les doses sont plus consensuelles et les derniers essais publiés optent pour une dose de 175 à 225 mg/m² pour une dose de CBDCA calculée pour une AUC de 6. Le SWOG et l'eortc (18, 19) dans leurs essais randomisés de chimiothérapie préopératoire ont opté pour la posologie suivante : taxol 200 mg/m², carboplatine AUC de 6. REFERENCES 1. Mountain CF. Revisions in the International System for Staging Lung Cancer [see comments]. Chest 1997;111(6): Goldie D, Coldman A. A mathematic model for relating the drug sensitivity of tumors to their spontaneous mutation rate. Cancer Treat Rep 1979;63: Dillman RO, Seagren SL, Propert KJ, et al. A randomized trial of induction chemotherapy plus high-dose radiation versus radiation alone in stage III non-small-cell lung cancer. N Engl J Med 1990;323: Le Chevalier T, Arriagada R, Quoix E, et al. Radiotherapy alone versus combined chemotherapy and radiotherapy in nonresectable non-small-cell lung cancer: first analysis of a randomized trial in 353 patients [see comments]. J Natl Cancer Inst 1991;83(6): Rosell R, Gomez-Codina J, Camps O. A randomized trial comparing preoperative chemotherapy plus surgery with surgery alone in patients with non small cell lung cancer. N Engl J Med 1994;330(3): Rosell R, Gomez-Codina J, Camps C, et al. Preresectional chemotherapy in stage IIIA non-small-cell lung cancer: a 7-year assessment of a randomized controlled trial. Lung Cancer 1999;26(1):7-14. Protocole IFCT 0002 : Chimiothérapie préopératoire dans les CBNPC stades I et II version 4.1 (06/09/02)

18 18 7. Roth J, Fossella F, Komaki R. A randomized trial comparing perioperative chemotherapy and surgery with surgery alone in resectable stage III non small cell lung cancer. J Natl Cancer Inst 1994;86: Roth J, Atkinson E, Fossella F, et al. Long-term follow up of patients enrolled in a randomized trial comparing perioperative chemotherapy and surgery with surgery alone in resectable stage IIIa non-small cell lung cancer. Lung Cancer 1998;21: Elias A, Herndon J, Kumar P, Sugarbaker D, Green M, For the cancer & Leukemia Group B. A phase III comparison of "best local-regional therapy" with or without chemotherapy (CT) for stage IIIA T1-3N2 non-small cell lung cancer (NSCLC) : preliminary results. Proc Am Soc Clin Oncol 1997;16: Depierre A, Milleron B, Moro D, et al. Phase III trial of neo-adjuvant chemotherapy (NCT) in resectable stage I (except T1N0), II, IIIa non-small cell lung cancer (NSCLC) : The French experience. Proc Am Soc Clin Oncol 1999;18:465a. 11. Pretreatment evaluation of non-small-cell lung cancer. The American Thoracic Society and The European Respiratory Society. Am J Respir Crit Care Med 1997;156(1): Clinical practice guidelines for the treatment of unresectable Nonsmall Cell Lung Cancer. ASCO special article. J Clin Oncol 1997;15(8): Izbicki JR, Passlick B, Pantel K, et al. Effectiveness of radical systematic mediastinal lymphadenectomy in patients with resectable non-small cell lung cancer: results of a prospective randomized trial. Ann Surg 1998;227(1): Sugi K, Nawata K, Fujita N, et al. Systematic lymph node dissection for clinically diagnosed peripheral non-small-cell lung cancer less than 2 cm in diameter. World J Surg 1998;22(3): Yasumitsu T, In K, Nakagawa K, Kotake Y. Necessity of mediastinal lymph nodes dissection in operable lung cancer (a randomized study). Lung Cancer 1991;7:S Kelly K, Crowley J, Bunn PA, Livingston RB, Gandara DR, Southwest Oncology Group. A Randomized Phase III Trial of Paclitaxel and Carboplatin (PC) versus Vinorelbine plus Cisplatin (VC) in Untreated Advanced Protocole IFCT 0002 : Chimiothérapie préopératoire dans les CBNPC stades I et II version 4.1 (06/09/02)

19 19 Non-small Cell Lung Cancer (NSCLC) : A Southwest Oncology Group (SWOG) Trial. Am Soc Clin Oncol 1999;18:461a. 17. Greco FA, Dobbs C, Smith S, et al. Neoadjuvant or adjuvant Paclitaxel and Carboplatin for Stages IB and II Non-small Cell Lung Canc er (NSCLC) : A Phase II trial of the Minnie Pearl Cancer Research Network. Proc Am Soc Clin Oncol 1999;18:506a. 18. O'Brien M, Smith IE, Postmus PE, et al. Taxol and Carboplatin Induction Chemotherapy in Stage IIIa Non-small Cell Lung Cancer (NSCLC) : an EORTC Phase II Trial. Proc Am Soc Clin Oncol 1999;18:492a. 19. Pisters KM, Ginsberg RJ, Putnam JB, et al. Induction Paclitaxel & Carboplatin (PC) in Early Stage Non-small Cell Lung Cancer (NSCLC) : Early results of a completed Phase II trial. Proc Am Soc Clin Oncol 1999;18:467a. 20. Van Kooten M, Rosenberg J, Morero J, Chacon R. Phase II study of Gemcitabine (Gem) plus cisplatine (Cis) as induction chemotherapy regimen for patients with stage IIIA-IIIB non-small cell lung cancer (NSCLC) : preliminary report. Proc Am Soc Clin Oncol 1999;18:526a. 21. Crino L, Betti M, Gregorc V, et al. Induction chemotherapy with Gemcitabine and Cisplatin in locally advanced stage III non-small cell lung cancer : a phase II study. Proc Am Soc Clin Oncol 1999;18:488a. 22. Yang CH, Tsai CM, Wang LS, et al. A phase II feasibility of Gemcitabine (GEM) and Cisplatin (CDDP) before local treatment in locally advanced non-small cell lung cancer (NSCLC). Proc Am Soc Clin Oncol 1999;18:528a. 23. Gail M, Simon R. Testing for qualitative interactions between treatment effects and patient subsets. Biometrics 1985;41(2): Gelber RD, Goldhirsch A, Castiglione M, Price K, Isley M, Coates AS. Time without symptoms and toxicity (TWiST) : A quality-of-life oriented endpoint to evaluate adjuvant therapy. In: SE S, ed. Adjuvant Therapy of Cancer. Phildadelphia: Grune Stratton, 1987: vol 5). 25. Pocock SJ. Interim analyses for randomized clinical trials: the group sequential approach. Biometrics 1982;38(1): Protocole IFCT 0002 : Chimiothérapie préopératoire dans les CBNPC stades I et II version 4.1 (06/09/02)

20 20 2. Objectifs L objectif de cet essai, qui portera sur des patients ayant un CBNPC de stade clinique I (y compris T1N0) et II opérables, est double : 1- L objectif principal est la comparaison de 2 schémas d administration de la chimiothérapie ; le premier schéma comprend 2 cycles initiaux de chimiothérapie préopératoire suivis de 2 cycles supplémentaires préopératoires chez les répondeurs, l autre schéma comprend 2 cycles de chimiothérapie préopératoire et 2 cycles en postopératoire chez les répondeurs. Le critère de jugement principal pour cette comparaison est la survie globale. 2- L objectif secondaire est la comparaison de 2 chimiothérapies : association taxol - carboplatine et association gemcitabine - cisplatine. Le critère de jugement sera le taux de réponse après 2 cycles. 3- Les autres objectifs secondaires seront l'analyse comparative des toxicités des différents schémas, la survie sans récidive, les modalités de récidive, la fréquence des 2 èmes cancers, la qualité de vie à court et à long terme et la rentabilité de la médiastinoscopie. 3. Critères d inclusion et d exclusion 3.1. PRÉAMBULE La pratique de la médiastinoscopie lorsque le médiastin est scanographiquement libre d adénopathie, est optionnelle et chaque centre devra initialement définir sa politique et s y maintenir par la suite. On appelle par convention, un médiastin libre, l absence d adénopathie radiologiquement visible ou des adénopathies dont le plus petit diamètre mesure moins de 1 cm d épaisseur CRITERES D INCLUSION Carcinomes bronchiques non à petites cellules (CBNPC) histologiquement ou cytologiquement prouvés. La classification utilisée sera celle de l OMS de 1999 (cf annexe 1). Les tumeurs T1N0 ne pourront être incluses que si elles sont histologiquement (ou cytologiquement) prouvées. Protocole IFCT 0002 : Chimiothérapie préopératoire dans les CBNPC stades I et II version 4.1 (06/09/02)

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var «N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var La totalité des patients doit bénéficier d une décision collégiale prise au sein d une RCP

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 GEMZAR 200 mg, lyophilisat pour usage parentéral (IV) Flacon de 10 ml GEMZAR 1000 mg, lyophilisat pour usage parentéral

Plus en détail

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 mai 2010 ALIMTA 100 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion (CIP 383 080-2) B/1 ALIMTA 500 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion (CIP 565 825-3)

Plus en détail

Cancers du sein Version / 2005

Cancers du sein Version / 2005 Cancers du sein I-Cancer du sein non métastatique non inflammatoire I.1-Introduction La stratégie de traitement habituellement choisie à l Institut Paoli Calmettes est une stratégie adjuvante. Le traitement

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES

COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES Approximativement, un tiers de tous les décès dus au cancer sont en relation avec

Plus en détail

Cancer bronchique : la première ligne. Pr Jean Trédaniel, Dr Sergio Salmeron Service de Pneumologie Groupe Hospitalier Saint-Joseph

Cancer bronchique : la première ligne. Pr Jean Trédaniel, Dr Sergio Salmeron Service de Pneumologie Groupe Hospitalier Saint-Joseph Cancer bronchique : la première ligne Pr Jean Trédaniel, Dr Sergio Salmeron Service de Pneumologie Groupe Hospitalier Saint-Joseph Données projetées de l incidence des cancers en France, 2011 Prostate:

Plus en détail

Thésaurus régional harmonisé des protocoles de chimiothérapie SEIN

Thésaurus régional harmonisé des protocoles de chimiothérapie SEIN Thésaurus régional harmonisé des protocoles de chimiothérapie SEIN Ce référentiel a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels regroupant le Réseau Onco-normand (RON) et

Plus en détail

Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a

Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER De la prostate COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER Des vads COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

Cancer du sein métastatique triple négatif

Cancer du sein métastatique triple négatif Cancer du sein métastatique triple négatif Cancer du sein métastatique triplenégatif Mme I., 32 ans, mariée, 1 enfant de 6 mois Nationalité italienne ATCD personnels: aucun ATCD familiaux: aucun Facteur

Plus en détail

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Cancer de l endomètre localisé à haut risque Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Plan Introduction: de quoi parle t on? Cas clinique: Mme L 76 ans Recommandations

Plus en détail

Cancer du poumon à petites cellules. Radiothérapie

Cancer du poumon à petites cellules. Radiothérapie Cancer du poumon à petites cellules Radiothérapie Dr Corinne Faivre-Finn Cours du GOLF Toulouse 11 Septembre 2009 Foundation Trust Foundation Trust Progress in the therapy of SCLC has been painfully slow.

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 novembre 2009 IRESSA 250 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP 395 950-7) ASTRAZENECA géfitinib Liste I Médicament soumis à prescription hospitalière. Prescription

Plus en détail

Cancers du cavum. Le diagnostic est fait par la nasofibroscopie et l'examen du cavum où l'on retrouve un bourgeon au niveau du cavum.

Cancers du cavum. Le diagnostic est fait par la nasofibroscopie et l'examen du cavum où l'on retrouve un bourgeon au niveau du cavum. Cancers du cavum Entité clinique, biologique et histologique différente des autres cancers cervicofaciaux par sa relation avec le virus Epstein bar, sa répartition géographique et sa radiosensibilité.

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2011 HALAVEN 0,44 mg/ml, solution injectable B/1 flacon de 5 ml contenant 2 ml de solution (CIP 4183523) B/6 flacons de 5 ml contenant 2 ml de solution (CIP

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge du myélome multiple

Recommandations régionales Prise en charge du myélome multiple Recommandations régionales Prise en charge du myélome multiple - juillet 2010 - Bilan au diagnostic A visée diagnostique Bilan clinique OMS. Douleurs osseuses, tuméfactions osseuses. Bilan biologique Hématologique

Plus en détail

CANCERS DE L OVAIRE ST PAUL DE VENCE

CANCERS DE L OVAIRE ST PAUL DE VENCE CANCERS DE L OVAIRE ST PAUL DE VENCE Président : E. Pujade-Lauraine Président d honneur : M. Namer Comité de pilotage : G. Freyer, F. Lécuru, I. Ray-Coquard SOMMAIRE Dépistage Groupe de travail : AC. Hardy-Bessard,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2011 AVASTIN 25 mg/ml Boîte de 1 flacon de 4 ml (CIP : 566 200-7) Boîte de 1 flacon de 16 ml (CIP : 566 201-3) Laboratoires ROCHE Bevacizumab Liste I Réserve hospitalière

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 avril 2009 NAVELBINE 20 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s) PVC-aluminium PVDC de 1 capsule(s) : 365 948-4 NAVELBINE 30 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s)

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance PAOLA- Cancer de l ovaire ère ligne-maintenance Etude randomisée de phase III, en double aveugle, comparant olaparib vs placebo chez des patientes atteintes de cancer séreux ou endométrioïde de haut grade

Plus en détail

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations 2005 Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations pour la Pratique Clinique : Standards, Options et Recommandations 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Référentiel de bon usage - cancers du sein

Référentiel de bon usage - cancers du sein Commission OMéDIT de Basse-Normandie "cancérologie" Référentiel de bon usage - cancers du sein juil.-12 Protocoles de chimiothérapie en adjuvant Intitulé du protocole schéma thérapeutique Stade Schéma

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

Centre Jean Perrin. Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Clermont-Ferrand - France

Centre Jean Perrin. Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Clermont-Ferrand - France Centre Jean Perrin Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France PROJETS D ÉTUDES CLINIQUES DANS LE CANCER DU SEIN TRIPLE NÉGATIF RÉUNION ERTICA 16 SEPTEMBRE 2014 Dr MARIE-ANGE

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

Prise en charge des carcinomes bronchiques selon le stade: le point de vue du chirurgien 1

Prise en charge des carcinomes bronchiques selon le stade: le point de vue du chirurgien 1 Schweiz Med Wochenschr 2000;130:679 83 A. Spiliopoulos, M. de Perrot Unité de thoracique, Département de, Hôpitaux Universitaires de Genève Prise en charge des carcinomes bronchiques selon le stade: le

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

en oncologie thoracique

en oncologie thoracique Les facteurs de croissance en oncologie thoracique Stéphanie LOZANO 17 10 2008 Toxicité hématologique de la chimiothérapie Toxicité limitante Concerne de nombreux cytotoxiques Touche toutes les lignées

Plus en détail

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 INTRODUCTION 1 er cancer féminin avec l age age moyen: 48 ans expérience

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux Bilan d extension ganglionnaire du cancer bronchique B Padovani, D Ducreux, S Stolear, A Ocelli, E Giordana, L Mondot, S Chanalet, CP Raffaelli, P Carrier Extension ganglionnaire Élément essentiel de l

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, du col et de l ovaire Cancer de l endomètre Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, CancerEst, Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ

LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ Michel Ducreux Insitut Gustave Roussy Villejuif,FRANCE 1/28 Le cancer du pancréas. Histoire naturelle: Survie à 3 ans < 5% Maladie métastasée d emblée: 40% Formes

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques - juin 2005 - CARCINOMES INTRA-CANALAIRES Diagnostic Dépistage (le plus souvent examen clinique normal ; parfois tumeur,

Plus en détail

Cancer du poumon. Prise en charge thérapeutique du cancer du poumon non à petites cellules. septembre 2010. COLLECTION recommandations & référentiels

Cancer du poumon. Prise en charge thérapeutique du cancer du poumon non à petites cellules. septembre 2010. COLLECTION recommandations & référentiels Mesure 19 SoINS ET VIE DES MALADES septembre 2010 recommandations professionnelles Cancer du poumon Prise en charge thérapeutique du cancer du poumon non à petites cellules COLLECTION recommandations &

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Cancer du poumon non à petites cellules Formes localisées non opérables, localement avancées et métastatiques

Cancer du poumon non à petites cellules Formes localisées non opérables, localement avancées et métastatiques Mesure 19 SoINS ET VIE DES MALADES SEPTEMBRE 2010 recommandations professionnelles Cancer du poumon non à petites cellules Formes localisées non opérables, localement avancées et métastatiques COLLECTION

Plus en détail

Contacts: sanofi-aventis + 33 (0)6 70 93 75 28 + 33 (0) 1 58 10 08 97

Contacts: sanofi-aventis + 33 (0)6 70 93 75 28 + 33 (0) 1 58 10 08 97 Contacts: sanofi-aventis CIRG Anne Bancillon Emmanuelle Mékercke + 33 (0)6 70 93 75 28 + 33 (0) 1 58 10 08 97 DES TRAITEMENTS A BASE DE TAXOTERE ET HERCEPTINE DÉMONTRENT CHEZ LES FEMMES ATTEINTES DE FORME

Plus en détail

Chimiothérapie des cancers bronchiques non à petites cellules. Dr Aloulou Samir Médenine le 13 Juin 2015

Chimiothérapie des cancers bronchiques non à petites cellules. Dr Aloulou Samir Médenine le 13 Juin 2015 Chimiothérapie des cancers bronchiques non à petites cellules Dr Aloulou Samir Médenine le 13 Juin 2015 Cas clinique Mr A.S agé de 55 ans grand tabagique consulte aux urgences pour céphalées évoluant depuis

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 Indication (B2) - Suspicion de récidive locale ou métastatique Bourguet P, Hitzel A, Houvenaeghel G, Vinatier D, Bosquet L, Bonichon F,Corone C, Giard-Lefevre

Plus en détail

Les cancers de l endomètre

Les cancers de l endomètre Chapitre 2 Les cancers de l endomètre Généralités Prise en charge Il convient d évaluer les facteurs de comorbidité et l espérance de vie. La stratégie thérapeutique repose principalement sur l opérabilité

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

Protocole IFCT-GFPC-1101 Maintenance

Protocole IFCT-GFPC-1101 Maintenance Protocole IFCT-GFPC-1101 Maintenance Etude de phase III évaluant dans le cancer bronchique non à petites cellules de stade IV et d'histologie non-épidermoïde deux stratégies de maintenance, l'une par pemetrexed

Plus en détail

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»?

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? I Jammet (1), E Decroisette (1), M Pouquet (1), Y Aubard (1), JP Rouanet (2), A Maubon (1) (1) Limoges France, (2) Montpellier

Plus en détail

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Deux grandes questions Cette modalité de présentation, requiert elle une prise en charge

Plus en détail

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Hélène Charitansky 1, Alain Fourquet 2 1 Service de chirurgie sénologique, Institut Universitaire du Cancer Toulouse Oncopole

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013 Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse 6 décembre 2013 Traitement du CBNPC Evolution du traitement des CBNPC métastatiques

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL Olivier Bréhant DESC Viscéral CHU ANGERS Poitiers 24-25 juin 2004 INTRODUCTION Cancer fréquent (40 000 nv x cas/an) Cancer grave (12 000 DC/an) Traitement loco-régional

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Introduction Les grandes lignes des recommandations ABC 1 et les «ESMO Clinical Practice Guidelines for diagnosis, treatment

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Radiothérapie dans le cancer du col utérin A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Évolution des idées dans le traitement des cancers du col utérin 19 siècle: chirurgie traitement de base 20 siècle:

Plus en détail

Evaluation de la qualité du contenu De la RCP Enquête du réseau ONCOPIC et du Registre du Cancer de la Somme

Evaluation de la qualité du contenu De la RCP Enquête du réseau ONCOPIC et du Registre du Cancer de la Somme Evaluation de la qualité du contenu De la RCP Enquête du réseau ONCOPIC du Registre du Cancer de la Somme Etat des lieux en 2003 Enquête de la CNAM QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE RCP «théorique» (Enquête

Plus en détail

La nouvelle classification TNM en pratique

La nouvelle classification TNM en pratique La nouvelle classification TNM en pratique Thierry Berghmans Département des Soins Intensifs et Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Bruxelles, Belgique Bases historiques 1946 : Denoix invente le

Plus en détail

Les conférences de consensus: comparaison, synthèse. Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN

Les conférences de consensus: comparaison, synthèse. Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN Les conférences de consensus: comparaison, synthèse Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN C Cuvier, Journées de sénologie interactive 2011 Nice-Saint-Paul; 4 ème édition Saint-Gallen; 12 ème conférence NCCN

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

CANCER BRONCHIQUE Place de la médecine nucléaire. E.Ouhayoun - J. Giron Médecine nucléaire - Radiologie Centrale CHU Purpan

CANCER BRONCHIQUE Place de la médecine nucléaire. E.Ouhayoun - J. Giron Médecine nucléaire - Radiologie Centrale CHU Purpan CANCER BRONCHIQUE Place de la médecine nucléaire E.Ouhayoun - J. Giron Médecine nucléaire - Radiologie Centrale CHU Purpan Le Cancer Bronchique 25 000 cas /an (14%), 23 000 morts/an (24%) 1 ere cause de

Plus en détail

Cancers de la cavité buccale

Cancers de la cavité buccale Cancers de la cavité buccale LES CANCERS DE LA CAVITE BUCCALE : ASPECTS GENERAUX Données épidémiologiques : Les carcinomes de la cavité buccale représentent environ 20% des cancers des VADS. Ce sont dans

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Onco-gériatrie: Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, de l ovaire et du col Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, IUC, Université Pierre et Marie Curie Paris VI Cancer

Plus en détail

FORMATION MEDICALE Cas clinique de cancérologie thoracique discuté en Web RCP. Dr. JM. Vernejoux

FORMATION MEDICALE Cas clinique de cancérologie thoracique discuté en Web RCP. Dr. JM. Vernejoux Juin 2008 ; N 16 ACTUALITE DE RESPIR.COM News, activités et chiffres clés. ACTUALITE DE NOS PARTENAIRES Holyvac & AVAD Assistance. OÙ PARTIRIEZ-VOUS EN VACANCES? Enquête organisée par HOLYVAC en partenariat

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

CARCINOME PAPILLAIRE DE LA

CARCINOME PAPILLAIRE DE LA CARCINOME PAPILLAIRE DE LA THYROIDE NIVEAU DU RISQUE DEFINI DANS LE CONSENSUS Epidémiologie: carcinomes papillaires(85-90%) vésiculaires (5-8%) et peu différenciés (3-5%) Très faible niveau de risque:

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

CANCERS UROLOGIQUES. H.DJEDI Alger le 13-06-2014

CANCERS UROLOGIQUES. H.DJEDI Alger le 13-06-2014 CANCERS UROLOGIQUES H.DJEDI Alger le 13-06-2014 Cancer de la prostate Enfin une plénière! 790 patients inclus (2006-2012) Stratification Volume de la maladie Important versus faible Âge > 70 versus < 70

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

Traitement cancer du sein invasif H Marret -JLansac Département de Gynécologie Obstétrique CHU Bretonneau Tours France Le cancer du sein en France 37000 nouveaux cas en 1998 11000 décès dont 4000 < 65

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 16 juin 2011 Plan TEP-FDG! Principe! Différentes générations

Plus en détail

- 1 - UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL *************** THESE POUR LE DIPLOME D ETAT

- 1 - UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL *************** THESE POUR LE DIPLOME D ETAT - 1 - UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL *************** ANNEE 2006 N THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Discipline : PNEUMOLOGIE ------------ Présentée et soutenue

Plus en détail

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce PET- SCAN ou TEP Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce (certains de ces clichés proviennent de la monographie Astrazeneca

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Imagerie des cancers bronchiques

Imagerie des cancers bronchiques Imagerie des cancers bronchiques Quoi de neuf en 2012? V Servois - Institut Curie Paris AFCOR 2012 Objectif du staging Rôles - Sélectionner les candidats à la chirurgie - Planifier l intervention - Planifier

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 RÉFÉRENTIELS SEIN Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 1 A- Cancers infiltrants 2 Traitements loco-régionaux 3 Traitements loco-régionaux T > 4 cm non inflammatoire N0/N1 et 1 des

Plus en détail

Radiothérapie adjuvante des CCIS

Radiothérapie adjuvante des CCIS Radiothérapie adjuvante des CCIS standard, abstention, ou surimpression? Pr David AZRIA Pôle de Radiothérapie Oncologique INSERM U896 UM1 Montpellier Retour vers le futur. CCIS peut légitimement être traité

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

2 Gliomes de haut grade

2 Gliomes de haut grade 2 Gliomes de haut grade Etudes rétrospectives de cohortes populationnelles n Les résultats présentés à l ASCO concernent des études rétrospectives de cohortes. On ne dispose pas de résultats d études de

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 DEFINITION Exérèse totale de la tumeur = tumorectomie Conservant le sein (mamelon et aréole)

Plus en détail