Dr Claire Houzard, Médecin Nucléaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dr Claire Houzard, Médecin Nucléaire"

Transcription

1 Dr Claire Houzard, Médecin Nucléaire Centre Hospitalier Lyon Sud Université Claude Bernard Lyon I EA 3738 DES oncologie option radiothérapie juin 2011 Lyon 1

2 En particulier en pathologie En particulier en pathologie pulmonaire néoplasique 2

3 en pathologie pulmonaire néoplasique Scintigraphie osseuse Scintigraphie pulmonaire 3

4 4

5 Pré-RTE Lésion fragilisante Risque : compression médullaire 5

6 Pré-RTE Post-RTE et consolidation 6

7 Scintigraphie pulmonaire V+P; méthode des zones d intérêt7 7

8 SPECT-CT PERFUSION : EP Epidermoïde LSG et EP droite FA FP V P V Découvertes fortuites Haute Se de la scintigraphie Trouble mixte V+P = tumeur Trouble P seule : =EP P OAG OPD 8

9 en pathologie pulmonaire néoplasique TEP au 18 FDG 9

10 18FDG = radiopharmaceutique (considéré comme médicament, radiopharmacien) traceur usuel et disponible en France, ayant l AMM dans cette indication Marqueur du métabolisme cellulaire Non spécifique SOR : «Une lésion pulmonaire tissulaire isolée de plus de 1 cm, sans critère définitif de bénignité en imagerie (calcifications), justifie une exploration en TEP-FDG (niveau de preuve A) bien que certaines lésions inflammatoires (tuberculose, histoplasmose en particulier) puissent être à l origine de faux positifs et que les cancers bronchiolo-alvéolaires et les tumeurs carcinoïdes malignes puissent être à l origine de faux négatifs.» le diagnostic de malignité éd d une lésion pulmonaire de moins de 1 cm est de niveau de preuve B2 Elle est a fortiori indiquée lorsque la biopsie est impossible ou non contributive premières études avec comparaison histologique :1995 Bull Cancer 2003;90:S1-S112 10

11 Lecture recommandée voire obligatoire! Très synthétique In french in the text Imagerie radiologique et TEP Scanner dans les cancers du poumon Journal de Radiologie Vol 89, N 3-C2 - mars 2008 pp G Ferretti [1 et al2 JP Vuillez Grenoble Doi : JR C Revue bibliographique équipe pluridisciplinaire de Grenoble G Ferretti [1 et 2], A Jankowski [1], A Calizzano [3], D Moro-Sibilot [2 et 4], JP Vuillez [3] (président actuel de la SFMN), aimable autorisation Également : INCA et SFMN rapport 2009 Place de la tomographie par émission de positons au 18F-FDG FDG (TEP- FDG) dans la prise en charge des cancers bronchopulmonaires et pleuraux Tableaux de synthèse de la fin du rapport 11

12 Qui doivent être à jour... Question actuelle : «tri sélectif» de l information! où trouver La bonne information?... D abord dans la spécialité correspondante! vs documentation des patients sur internet 12

13 Mountain CF, Dresler CM. Regional lymph node classification for lung cancer staging. Chest 1997;111: Mais aussi : drainage ganglionnaire 13

14 Ne tombe pas du ciel! Conclusions : Résultat d un travail collectif La nouvelle classification proposée par l IASLC est un progrès indéniable Elle correspond mieux au ctnm Elle peut s appliquer aux CPC, BAL, carcinoides.. A noter la participation p notable de l IFCT dans ce projet. PJ Souquet, HCL, CH Lyon Sud %20TNM%20-%20Dr.%20PJ.%20SOUQUET%20-%20Fev.%2009.pdf%20Fev.%2009.pdf 14

15 2010 : septième édition s applique indifféremment pour tous les types de carcinomes le type histologique doit être précisé aux carcinoïdes et aux carcinomes neuro-endocrines à grandes ou à petites cellules Modifications en italique Annales de pathologie (2010) 30, 2 6 J.-Y. Scoazec HEH 15

16 Méthodes non invasives Clinique, radio TDM IRM TEP-TDM Marqueurs (ACE ) «Semi» -invasives Fibroscopie Ponctions Invasives chirurgie Médiastinoscopie Thoracosopie Thoracotomie 16

17 Staging initial i i Technique de référence en cas de N0 clinique : le risque de N2 ou N3 varie entre 9 et 31 %, selon les études Sous AG Permet de gros prélèvement avec anapath extemporanée Pose de PAC par l incision Risques faibles : saignement, paralysie récurrent G (plaie trachéale, oesophagienne) Permet la confirmation du N2 en extemporané => Chimiothérapie néoadjuvante ou ChimioRT exclusive 17

18 Detterbeck et al. Chest 2007;132:20; comparaison méthodes invasives : Detterbeck et al. Chest 2003; 123:167S- 175S 18

19 Essai prospectif sur 66 patients, écho-endoscopie puis médiastinoscopie 120 ganglions : zones paratrachéales (aires 2 et 4) et sous-carénaire (aire 7) Prévalence de malignité : 89 % Echo-endoscopie vs médiastinoscopie. Se 87% vs 68% Sp 100% pour les 2 VPN 78 % vs 59% Explication : champ diagnostique : plus élevé en écho-endoscopie (91 %) qu en médiastinoscopie (78 %) Différence essentielle : moins bons résultats de la médiastinoscopie en région sous carénaire, Pas de différence significative entre les deux techniques pour les autres stations ganglionnaires g étudiées Lardinois D : The place of invasive techniques (mediastinoscopy, VEMLA, thoracoscopy) Revue des Maladies Respiratoires Actualités Vol 1, N 1 - mars 2009 pp Doi : RMRA Ernst A : Endobronchial ultrasound (EBUS) - a novel dimension for bronchoscopy. Communication orale. Congrès de l European Respiratory Society Ernst A, Anantham D, Eberhardt, Krasnik M, Herth FJ : Diagnosis of mediastinal adenopathy-real-time endobronchial ultrasound guided needle aspiration versus mediastinoscopy, J Thoracic Oncol 2008 ; 3 :

20 Non spécifique Augmentation dans les cellules l tumorales Glucose : non Phosphorylé Intégration cycle Krebs Utilisation énergétique Glucose Accumulation de FDG 6 phosphate Pas d ntégration cycle Krebs Trapping cellulaire GLUT FDG GLUT 1et3 1et3 ATP Hexokinase Phosphorylation glycolyse Hexokinase Phosphorylation glycolyse ATP ADP Glucose-6-P FDG-6-P ADP Krebs 20

21 Cadre : Imagerie Fonctionnelle dite «moléculaire» Comme pour tout traceur (radiopharmaceutique) : 1-Apport sanguin local :déterminant Traceur injecté par voie veineuse Captation dépendant de la la vascularisation tumorale à l échelon cellulaire (notion de vascularisation EFFICACE) 2- le métabolisme vis-à-vis de ce traceur Détermine sa concentration/fixation à l échelon cellulaire Non spécifique de la prolifération tumorale (18FLT) 21

22 relève de l activité MÉTABOLIQUE Pré-supposés : arrivée suffisante par voie sanguine du traceur Pour captation et accumulation suffisantes par suffisamment de cellules tumorales permettant d obtenir un constraste ( de signal) Entre tissu tumoral vs tissu sain 22

23 Appréciation du constraste : Lisible visuellement (MN = tachologue ) Ou objectivement mesurable : SUV Standardized Uptake Value (activité ité volumique tumeur/corps entier) SUVmax : valeur maximale du SUV maximum dans le pixel ou voxel du tissu considéré Beaucoup de limites! «standard»! résulte de multiples simplifications Dépend dde facteurs multiples l : Matériel, physiologie, glycémie, poids (suivi..) délai injection-acquisition. SUV activité tumeur (Bq/ml) activité injectée (Bq/ml /Volume (ml; poids) Irène Buvat Jussieu INSERM U

24 PRE THERAPEUTIQUE POST THERAPEUTIQUE MIP MEDIASTIN HILE D ADP PARENCHYME ADP 24

25 PRE POST PRE POST SUVmax MEDIASTIN PRE THERAPEUTIQUE 2 POST THERAPEUTIQUE 2,3 PRE POST HILE D SUVmax 8 => 4,5 Reste très supérieur au médiastin Réponse partielle persistance d un hypermétabolisme ADP SUVmax 3,9 => 2,3 > puis = au médiastin PARENCHYME SUVmax 3,5 => 2,1 > puis < au médiastin 25

26 5 % -7% mais qq séries à 12-13% Facteurs : La taille: 10 mm à 5 mm (selon équipement) mais aussi si >16 mm et TEP-: 21% FN (De Lagen 2005) Regarder les images NAC L importance du degré de fixation de la tumeur primitive L histologie Tumeurs carcinoïdes forme bronchiolo-alvéolaire pure de l adénocarcinome. Se 31 %. adénocarcinome avec une composante bronchiolo-alvéolaire : Se moyenne 95 %, comparable à la valeur habituelle ; étude de Yap et al Dawmena 1999, Silvestri 2003, Reed 2003,Gonzales-Stavinski 2003,Detterbeck 2004 Yap CS, Czernin J, Fishbein MC et al. Evaluation of thoracic tumors with 18F-fluorothymidine and 18F-fluorodeoxyglucose-positron emission tomography. Chest.2006;129:

27 La topographie de la tumeur (Verhagen 2004) Si: ADK Central N1 VPN 17 % Si: Périphériques N0 VPN 96 % Le stade TN La localisation ganglionnaire Plus de FN en loge 7 et 6 (Cerfolio 2003) Plus de FN en loge 4 et 6 (El Sharaff % -7%) 27

28 FDG : marqueur de l hypermétabolisme glucidique cellulaire et non du cancer Hyperconsommation de glucose par des processus infectieux ou inflammatoires : Sarcoïdose, granulome tuberculeux,, aspergillose, coccidiomycose, blastomycose, anthracose, silicose, histoplasmose (USA) etc Pas de faux positifs pour les adénopathies < 9 mm (Nomori JTCVS gg/ 80pts) Mais attention : (Gould 2003) Si N>15 mm, Se:91%, Sp: 78% Si N<15 mm, Se:75 %, Sp:93% 13 % -22 %: Detterbeck 2004, Toloza 2003, Dietlein 2000 Autres tumeurs malignes : métastases de primitif non pulmonaire, lymphomes. Yap CS, Czernin J, Fishbein MC et al. Evaluation of thoracic tumors with 18F-fluorothymidine and 18F-fluorodeoxyglucose-positron emission tomography. Chest.2006;129:

29 29

30 Etude de Nomori 2004 : tend à montrer que le risque F+ augmente avec la taille du ganglion pour des raisons inflammatoires aucun F+ parmi les ganglions de moins de 9 mm dans sa série. diagnostic différentiel entre les stades N2 ou N3 TEP peu performante dans la détection du stade N1 en particulier de l envahissement des ganglionsn1 proches qui sont réséqués avec la tumeur. notion admise depuis plusieurs années confirmée par Takamochi et al. chez 71 patients Nomori H, Watanabe K, Ohtusuka T, Naruke T, Suemasu K, Uno K : The size of metastatic foci and lymph nodes yirlding falsenegative and false-positive lymph node staging with positron emission tomography in patients with lung cancer. J Thorac Cardiovasc Surg 2004 ; 127 : Takamochi K, Yoshida J, MurakamiK et al. Pitfalls in lymph node staging with positron emission tomographyin non-small cell lung cancer patients. Lung Cancer 2005;47:

31 Gambhir J Nucl Med pts ( 53 études ) Se : 83 %, Sp: 91 %, VPP: 86 % VPN: 93 % Exact: 82 % Médiastinoscopie Se : 78% Sp : 100% Vansteenkiste JCO 1998 Se: 93 % Sp: 95 % VPP: 93 % VPN: 95 % Exact: 94 % Pieterman NEJM 2000 Se: 91% Sp: 86 % VPP: 74 % VPN: 95 % Exact: 87% Kerstine ATS 2002 Se: 80 % Sp: 81 % VPP: 46 % VPN: 95 % Exact: 81% Cerfolio ATS 2004 Se: 71 % Sp: 77 % VPP: 44 % VPN: 91 % Exact: 76% TEP vs TDM Se : 87 vs 66 % Sp: 95 vs 66 % point ROC 0,90 vs 0,70 (Birim) gain en précision diagnostique : 15 à 20 % Dwamena BA, Sonnad SA, Angobaldo JO, Wahl RL : Metastases from non small cell lung cancer: mediastinal staging in the 1990 s meta-analytic comparison of the PET and CT. Radiology 1999 ; 213 : Birim O, Kappetein AP, Stignen T, Bogers AJ : Meta-analysis of positron emission tomographic and computed tomographic imaging in detecting mediastinal lymph node metastases in non small cell lung cancer. Ann Thorac Surg 2005 ; 79 :

32 Gould MK, et al : Test performance of positon emission tomography and computed tomography for mediastinal staging with non small cell lung cancer: a meta-analysis. Ann Intern Med 2003 ; 139 : Gould 2001 méta-analyse Nodule pulmonaire diagnostic de malignité Se 96 %, Sp 88 % diagnostic de bénignité Se 96,8 % Sp77,8 % exactitude diagnostique 94 % Gould MK et al : Accuracy of positon emission tomography for diagnosis of pulmonary nodules and mass lesions. JAMA 2001 ; 285 :

33 Auteur Nb Pats Changement N Valk % Bury % Steinert % Kutlu Gupta % ( 14 +, 24 -) Saunders ,4 % Graeber % Marom % Weder % Percy-VDG % ( 9 +, 8 - ) Pieterman % ( 20 -, 42 + ) Weng % ( 9 +, 2 - ) Tenon % 18 F-FDG-TEP : sa place dans le diagnostic et la surveillance du cancer bronchique non à petites cellules F. Vaylet [1], H. Foehrenbach [2][1], Hôpital d Instruction des Armées Percy, Clamart. [2], Hôpital d Instruction des Armées du Val-de-Grâce, Paris. Revue des Maladies Respiratoires Vol 24, N 8-C2 - octobre 2007 pp Doi : RMR C

34 Excellente VPN absence de fixation du FDG témoigne du non-envahissement tumoral ganglionnaire autorise de ne plus faire de médiastinoscopie ou autre geste invasif devant une adénomégalie de moins de 16 mm ne fixant pas le 18 FDG et, en l absence de tumeur centrale et d adénopathie hilaire, le risque étant faible de négliger de micro-envahissements Moins bonne VPP Nécessité d un contrôle histologique En cas de fixation catégorisant une adénopathie N2 ou N3 biopsique transbronchique, par médiastinoscopie ou par thoracoscopie vidéo-assistée afin d éliminer un faux positif d origine inflammatoire en raison de l importance des conséquences thérapeutiques Silvestri GA, Tanoue LT, Margolis ML, Barker J, Detterbeck F, American College of Chest Physicians : The nonivasive staging of non small cell lung cancer: the guidelines. Chest 2003 ; 123 : 147S-156S. Kernstine KH, McLaughlin KA, Menda Y, Rossi NP, Kahn DJ, Bushnell DL : Can FDG-PET reduce the need for mediastinoscopy in potentially respectable non small cell lung cancer? Ann Thor Surg 2002 ; 73 :

35 Giacomuzzi F 106 patients classification N correcte pour 93 % des 105 patients, contre 73 % ave cla TDM seule, changement d attitude thérapeutique dans 16 % des cas. Changement de thérapeutique ex RTE sur simple imagerie? sans histologie Giacomuzzi F, Rocco M, LugattiE et al. Lymph node staging with FDG-PET-CT in non-smallcell lung cancer (NSCLC): our experience in 106 patients. Eur JNucl Med 2005;32:S105, abstract n

36 carcinome épidermoïde LID ADP > cm hile G FDG + zone de drainage non habituelle du LID Non accessible par médiastinoscopie et difficilement il par vidéo thoracoscopie ADP +en sous-carénaire et dans le hile droit pas d ADP > cm ou en latérotrachéal D chimiothérapie et réévaluation si ADP hile G non modifée : probablement non néoplasique => chirurgie 36

37 Oui,pour confirmer une atteinte médiastinale Trop de F+ en TDM et en TEP Alternative à la médiastinoscopie : Biopsie trans-trachéo-bronchique Se 0,76 VPP 1 Biopsie sous endoscopie Se 0,88 VPP 0,98 À faire avant la résection chirurgicale de la tumeur primaire Chest 2003;123:147S-156S Non pour éliminer une maladie occulte Sp et VPN en TEP > 90% N2 non attendus en cas de TEP négative : <10% JCO 1999;17: Vansteenkiste et al Dans les 2 cas : confirmation avec ACCP 2007 : grade of evidence 1B 37

38 Résultats de la TEP [18F]-FDG dans la stadification préopératoire des tumeurs pulmonaires C. Perrotin, JN Talbot Chirurgie Thoracique, Hôtel Dieu, Paris Rev Mal Respir 2005 ; 22 : Doi : / pts 1Luke WP, et al: Prospective evaluation of mediastinoscopy for assessment of carcinoma of the lung. J Thorac Cardiovasc Surg 1986 ; 91 : 53-6 Group Z0050 trial : Results of the american college of surgeons oncology group Z0050 trial: the utility of positron emission tomography in staging potentially operable non-small cell lung cancer. J Thorac Cardiovasc Surg 2003 ; 126 : Graeter TP et al Schafers HJ : Mediastinal lymph node staging in suspected lung cancer: comparison of positron emission tomography with F-18- fluorodeoxyglucose and mediastinoscopy. Ann Thorac Surg 2003 ; 75 : Pfister DG et al: American Society of Clinical Oncology : American Society of Clinical Oncology treatment of unresectable non-smallcell lung cancer guideline: update 2003 J Clin Oncol 2004 ; 22 : Fdg perigaud ppt 38

39 Chest, 2007,

40 40

41 TEP vs CT Marom Radiology 1999 VPP TEP 100% VPP CT 55% (beaucoup de F+) VPN TEP 100% VPN TEP 100% TEP 18FDG vs scintigraphie osseuse 99mTc Sheen SS ATS 2005: 179 pts Se:93,9 % vs 74,1 % Sp: 93,2 % vs 68 % Taira Radiology 2007 Se:91 % vs 75 % Sp: 94 % vs 85 % Sp: 94 % VPP 98% Mais : Coût Disponibilité Champs d exploration différents (MI MS) 41

42 Auteur Nb Pts Changement N Changement M Lewis % Valk % 30 % ( 11 +, 19 - ) Bury % 14 % Kutlu ,3 % Gupta % ( 14 +, 24 -) 11 % ( 6 +, 5 - ) Saunders ,4 % 19,6 % ( 16 +, 3 - ) Graeber % 12 % Marom % 9 % + Weder % Percy-VDG % ( 9 +, 8 - ) 10,8 % ( 1 +, 5 - ) Pieterman % ( 20 -, 42 + ) 11% Hicks % Roman % 33 % Eschman % 29 % Lardinois % 16 % SSA-AP % 15,7 % Changements N et/ou M : mêmes patients? Modification staging => modification de la prise en charge? de la survie (qualitative et quantitative) HAS 42

43 PROGRAMME DE SOUTIEN AUX INNOVATIONS DIAGNOSTIQUES ET THERAPEUTIQUES COUTEUSES Année 2003 STIC Impact de l imagerie fonctionnelle par TEP au FDG dans la stratégie de prise en charge et la définition des volumes tumoraux à irradier dans les cancers pulmonaires et la maladie de Hodgkin : une évaluation médico-économique Pr Francesco GIAMMARILE 12 Centres Poumon 134 patients évaluables CHLS Lyon entre janvier 2004 et juin 2005 Faculté de Lyon Sud «Aut tace aut loquere meliora silentio» Hypoxie tumorale et médecine nucléaire : intérêt en radiothérapie Paris, 8/9/10 43

44 Impact du PET/CT sur la décision de traitement et la définition du volume cible dans le CNPC Résultats Prise en charge de référence Dosimétrie sur TDM Pas de Modifications Protocole incluant du la TEP Traitement modifications i traitement annulé / palliatif if 134 Dosimétrie sur TDM Total Informations TEP-TDM 15 % OUI CTV Indication radiothérapie curatrice confirmée? Dose Diminution Modificatio n du de la toxicité traitement? NON OUI 15 cellulaire 82 Total Radiothérapie selon TDM Radiothérapie selon TDM Modifications : dose, volume(s), technique % NON Traitement annulé / palliatif 44

45 > 45

46 < 46

47 Surrenale D; décalage nodule pulmonaire mvts respiratoires 47

48 48

49 Buts : Amélioration de la reproductibilité inter-observateur Amélioration des compétences médicales ici : interprétation simultanée du scanner par les MN Donc Amélioration des performances de la TEP-TDM-18FDG RCP : discussions soutenues! Disciplines transversales Sur-spécialisation RCP Tenant compte du système : lésions interprétables : diamètre résolution spatiale du système x2 (volume partiel) 8 mm; actuellement 6 mm nouvelles TEP-TDM HAS http : //www.has-sante.fr/portail/ types/filedocument/doxiti.jsp?id=c_

50 Valeur pronostique SUV TEP synchronisée Gating respiratoire en PET/CT diagnostic et RTE TEP au 18-FDG et suivi sous traitement problème des indications et Coût/efficacité Médical RTE Diagnostic différentiel récidive tumorale ou séquelle de radiothérapie Limites tumorales (atélectasies, fibrose )TDM peu performant Classique de la MN tumeurs cérébrales différents traceurs PHRC RTEP2 Rouen valeur pronostique de la TEP au 18FDG en cours de radiothérapie dithé i Giraud P, Grahek D, MontraversF et al. CT and 18F-deoxyglucose (FDG) image fusion for optimizationof conformal radiotherapy of lung cancers. Int J Radiat Oncol BiolPhys 2001;49: Consensus utilisation de la TEP au 18FDG comme indicateur de réponse thérapeutique L.K. Shankar J Nucl Med. 2006; 47 :

51 ACOMEN LYON

52 Ex Bilan pré-rte après chimiothérapie 52

53 53

54 54

55 Présentation APRAMEN Dr G. Bonardel et coll, Val de Grâce 12 janvier 2010 lecture accessible au non spécialiste qualités matérielles techniques nécessaires, problèmes méthodologiques pratiques de la quantification par le SUV Recommandation de réalisation (préparation patient à JEUN, hyperinsulinisme- technique d acquisition et traitement d images, rédaction CR) multiples références trocadres.htm (onglet dernières présentations) 55

56 TEP et hypoxie Hétérogénéïté de répartition de l hypoxie 56

57 Rappel du point 1: Apport sanguin local :déterminant Traceur injecté par voie veineuse Captation dépendant de la la vascularisation tumorale à l échelon cellulaire (notion de vascularisation EFFICACE) Exemple ostéonécrose aseptique en scintigraphie osseuse Tumeurs, volumineuses nécrosées en 18 FDG 57

58 ostéonécrose aseptique : ONA (SO) Temps précoce Défaut de vascularisation tête fémorale trou scintigraphique précoce et tardif = ONA Os vascularisé : activité ostéoblastique de reconstruction périphérique Temps tardif 58

59 Taille apparente visuelle 2D Tumeur nécrose Absence d arrivée vasculaire Tep seule TDM seul Fusion 59

60 Tissu tumoral «actif», prolifératif Taille évaluée é sur l imagerie i conventionnelle (TDM) Contourages propres à la RTE Tissu hypoxique Persistance de cellules tumorales +/- vivaces Risque persistant de prolifération Insuffisance de l apport en oxygène/besoins métaboliques Peut intéresser jusqu à 60% de la masse tumorale Mécanisme hypoxie aigüe : néovascularisation inefficace hypoxie chronique : augmentation de la distance entre la cellule et les vaisseaux 60

61 Problème majeur : Répartition très hétérogène du tissu hypoxique au sein de la tumeur. difficile à évaluer avec les imageries courantes actuelles en TDM : hypodensité, 18FDG cf Nécessite une exploitation mathématique sur le SUV Possibilités bl d une imagerie de l hypoxie Résultera d une balance : apport sanguin+ entrée du traceur dans la cellule hypoxique cinétique de sortie au cours du temps (Wash-out) Int J Radiat Oncol Biol Phys 2008, 70:1202 Nehmeh S.A., et al. Reproducibility of intratumor distribution of (18)Ffluoromisonidazole in head and neck cancer Int J Radiat Oncol Biol Phys 2008 ; 70 : Evaluation of a cumulative SUV-volume histogram method for parameterizing heterogeneous intratumoural FDG uptake in non-small cell lung cancer PET studies Floris H. P. van Velden,, et al. Online First, Eur J Nucl Med Mol Imaging May 2011 DOI /s

62 SUVmax 2.2 =>

63 Nouveaux traceurs en tomographie par émission de positons : un second souffle pour le ciblage de l hypoxie tumorale? j.mednuc (2008) G. Baillet...J.L. Moretti et coll St louis 63

64 Fréquent un déficit en oxygène dans les tumeurs solides diminuant la Se à la chimiothérapie et à la radiothérapie Détection de cette hypoxie tumorale : Adaptation de la stratégie thérapeutique pour renforcer l impact du traitement Différentes méthodes thérapeutiques, dont : emploi de radio-sensibilisants mizonidazole (accumulation préférentielle dans le tissu hypoxique) emploi de toxines spécifiques des tissus hypoxiques tirapazamine (TPZ). (cytotoxique et radio-sensibilisant) la radiothérapie modulée en intensité ajustée selon l hypoxie régionale Intérêt d une méthode d imagerie non invasive 64

65 hypoxia inducible factor prolifération, survie, perfusion, et invasion tissulaire Codant pour : transporteurs de glucose GLUT-1 et GLUT-3 =>augmentent la captation intracellulaire du glucose enzymes glycolytiques qui transforment le glucose en pyruvate Blocage de l entrée du glucose dans le cycle de Krebs (aérobique). chaîne respiratoire mitochondriale fermée Surexpression de : -EGFR (epidermal growth factor receptor) - anhydrase carbonique 9 (CA-9) La Transcription induit également : -sélection de cellules p53 mutantes, diminuant l apoptose. - production de cytokines angiogéniques -et de VEGF (vascular endothelial growth factor) Interaction du VEGF avec son r écepteur tyrosine kinase => activation de nombreuses voies de signalisation intracellulaires dont quatre importantes : Ras FAK PI(3)K PLCδ codant pour : -les facteurs érythropoïétiques -- facteurs de croissance L ensemble concourt à l angiogenèse Croce C.M. Oncogenes and Cancer N Engl J Med 2008 ; 358 : [cross-ref] 65

66 récepteurs tyrosine kinase - stimulées par mitogènes - ou surexpression Activation de la voie «ancestrale» AKT et mtor détournée par les cellules néoplasiques afin d augmenter croissance et survie dans des conditions inappropriées ou peu favorables. Activation de HIF -1 18FDG augmentation de la captation cellulaire du glucose activation de la glycolyse Shaw R.J., Cantley L.C. Ras, PI(3)k and mtor signalling controls tumor cell growth Nature 2006 ; 441 : [cross-ref] 66

67 18FDG Cellule non hypoxique Prolifération (glut sous contrôle HIF-1 ) 18FDG Cellule hypoxique Basculement vers la glycolyse (60 à 90 % des lignées cancéreuses) = utilisation anaérobie du glucose. - Induisant probablement bl une activation plus ou moins directe de HIF -1 cellules hypoxiques Phénotype tumoral plus agressif Augmentation du risque de métastase Mauvais pronostic Garber K. Energy deregulation: licensing tumors to grow Science 2006 ; 312 : [cross-ref] Hypoxia and radiotherapy: opportunities for improved outcomes in cancer treatment. Cancer Metastasis Rev Jun;26(2): Moeller BJ, Richardson RA, Dewhirst MW 67

68 68

69 Traceurs TEP «disponibles» en France avec structure imidazolée, dont : 18 F-misonidazole Fmiso (traceur historique) Environ 150 publications - 15 Ph. I, 7 Ph. II 18 F-FAZA environ 20 publications - 6 Ph. I, 4 Ph. II 18 F-FETNIM < 10 publications - 3 Ph. I, 1 Ph. II Points commun : Origine industrielle; pas d AMM; pas d essai clinique en phase III Autres traceurs, dont : H OH 18 F-FDG Cu-ATSM (Préparation magistrale) HO HO H H O 18 F H Traceurs TEMP (SPECT-CT) H OH 69

70 Non spécifique Augmentation dans les cellules tumorales Augmentation dans les cellules hypoxiques Glucose : non Phosphorylé Intégration cycle Krebs Utilisation énergétique Glucose GLUT 1et3 HIF-1 Accumulation de FDG 6 phosphate Pas d ntégration cycle Krebs Trapping cellulaire GLUT 1 et 3 FDG ATP Hexokinase Phosphorylation glycolyse Hexokinase Phosphorylation glycolyse ATP ADP Glucose-6-P FDG-6-P ADP Krebs 70

71 1- FDG = traceur de la glycolyse, consommation anaérobie du glucose très fréquente dans les cellules cancéreuses Glycolyse : très souvent activée dans la cellule cancéreuse mais : Persistance possible d une consommation aérobique mitochondriale du glucose tant qu il n y a pas de carence en oxygène 2- FDG = traceur de la voie aérobique Non spécifique de l hypoxie Eur J Nucl med Imaging (2008) 35: review article FDG uptake, a surrogate of tumour hypoxia? R.A Dieckx C Van de Wiele 71

72 Captation du 18FDG : dépend de: nombre de transporteurs activité ité hexokinase, sous dépendance, de façon inconstante, de l index de prolifération cellulaire Ki-67 Fixation du 18FDG dans CPNPC Corrélée à certains marqueurs de l hypoxie : Expression plus importante de HIF-1 et Glut-1 Dans les tumeurs à SUV max élevé que dans les tumeurs à SUV max bas Mais pas de différence significative entre SUV max hauts et bas pour l expression de : CA-9, Ki-67 et Glut-3 Van Baardwijk A., et al. The maximum uptake of (18)F-deoxyglucose on positron emission tomography scan correlates with survival, hypoxia inducible factor-1alpha and GLUT-1 in non-small cell lung cancer Eur J Cancer 2007 ; 43 : [cross-ref] 72

73 Données de la littérature 18 F-misonidazole Fmiso (traceur historique) Environ 150 publications - 15 Ph. I, 7 Ph. II 73

74 Caractéristiques Fixation par les cellules l hypoxiques : lente Rapport signal cible sur bruit de fond : faible Multiples métabolites radioactifs parasites Lipophilicité Clairance tissulaire i faible Molécule : Pimonidazole dérivé imidazole très proche chimiquement radio sensibilisant de la cellule hypoxique Dont l emploi a été proposé comme adjuvant pour la RTE des tumeurs hypoxiques 74

75 Eschmann JNM05 26 ORL - 14 CNPC 1-mesure T/BdF à 4h ORL T/Muscle > 1.6 pour 5 patients Poumon T/Mediastin > 2 pour 5 patients 100% récidive chez ces 10 patients 10% pour les 30 autres (N = 3) 2- étude dynamique Récidive à 1 an (après RTE) Prédiction de l effet thérapeutique W.O. rapide 0/4 W.O. intermédiaire 5/8 Rasey et al. IJROBP96 W.O. Accumulation 5/6 Fixation sur 97% des tumeurs ; pas de corrélation fixation/taille Prognostic Impact of Hypoxia Imaging with 18 F-Misonidazole PET in Non-Small Cell Lung Cancer and Head and Neck Cancer Before Radiotherapy Susanne-Martina Eschmann et al J Nucl Med 2005; 46: Rasey J.S., et al. Quantifying regional hypoxia in human tumors with positron emission tomography of [18F]fluoromisonidazole: a pretherapy study of 37 patients Int J Radiat Oncol Biol Phys 1996 ; 36 :

76 Cherk JNM06 17 CNPC opérables SUV F-miso < SUV FDG dans la tumeur 100% de fixation du F-miso Pas de corrélation entre : SUV F-miso et SUV FDG SUV max F-miso 1.20 ( ) 2 patients A : FDG B : F miso intense homogène BdF vaculaire Gagel BMC cancer 06 8 CNPC site de la récidive : zones hypoxiques + en F -miso intense homogène intense hétérogène Cherk M.H., et al. Lack of correlation of hypoxic cell fraction and angiogenesis with glucose metabolic rate in non-small cell lung cancer assessed by 18F-Fluoromisonidazole and 18F-FDG PET J Nucl Med 2006 ; 47 :

77 Données de la littérature 18 F-FAZA Cu-ATSM 77

78 18F- azomycin-arabinoside Etudes précliniques depuis 2003, 3 études cliniques depuis 2007 dont 2 ORL Qualités pour l imagerie vs Fmiso : rapport signal/ bruit Elimination par le rein du FAZA présent dans le sang, le muscle et les tissus mous: rapide Captation inférieure et clairance plus rapide pour les tissus sains => S/B FASA > Fmiso ET Captation supérieure pour les tissus hypoxiques (autoradiographies) => S/B FASA >> Fmiso En pathologie tumorale pulmonaire : également meilleur S/B : délai IV- acquisition 3h : SUV(t) FAZA < SUV(t) F-miso mais SUV(m) FAZA << SUV(m) F-miso Ordres de grandeur S/B : FAZA : 4,4 ± 1,3 vs FMISO : 2,9 ± 0,6 JNM 2005, 46:106 // J Pharm Sci 2007, 10:203 : Reischl G., et al. Imaging of tumor hypoxia with [124I]IAZA in comparison with [18F]FMISO and [18F]FAZA--first small animal PET results J Pharm Pharm Sci 2007 ; 10 :

79 Utilisation pour montrer : Malgré sa faible expérimentation... Discuter! La réduction de l hypoxie tumorale L amélioration de la réponse à la radiothérapie par les médicaments antiangiogéniques (gefitinib, Iressa ) Sorger D., et al. [18F]Fluoroazomycinarabinofuranoside (18FAZA) and [18F]Fluoromisonidazole (18FMISO): a comparative study of their selective uptake in hypoxic cells and PET imaging in experimental rat tumors Nucl Med Biol 2003 ; 30 : [cross-ref] Solomon B., et al. Modulation of intratumoral hypoxia by the epidermal growth factor receptor inhibitor gefitinib detected using small animal PET imaging Mol Cancer Ther 2005 ; 4 : [cross-ref] 79

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

La Tomographie par Emission de Positons. Dr A Devillers, Dr L Le Dortz,

La Tomographie par Emission de Positons. Dr A Devillers, Dr L Le Dortz, La Tomographie par Emission de Positons Dr A Devillers, Dr L Le Dortz, Qu est ce que la TEP? Plateau technique de médecine nucléaire Technique d imagerie médicale fonctionnelle métabolique PET scan : terme

Plus en détail

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux Bilan d extension ganglionnaire du cancer bronchique B Padovani, D Ducreux, S Stolear, A Ocelli, E Giordana, L Mondot, S Chanalet, CP Raffaelli, P Carrier Extension ganglionnaire Élément essentiel de l

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 Indication (B2) - Suspicion de récidive locale ou métastatique Bourguet P, Hitzel A, Houvenaeghel G, Vinatier D, Bosquet L, Bonichon F,Corone C, Giard-Lefevre

Plus en détail

Imagerie des cancers bronchiques

Imagerie des cancers bronchiques Imagerie des cancers bronchiques Quoi de neuf en 2012? V Servois - Institut Curie Paris AFCOR 2012 Objectif du staging Rôles - Sélectionner les candidats à la chirurgie - Planifier l intervention - Planifier

Plus en détail

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons François Bénard, MD, FRCPC Clinicien-chercheur, Centre de recherche clinique Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke Professeur

Plus en détail

F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial

F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial 18 F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial Dr. Elif Hindié, Dr. Anne-Laure Cazeau, Dr. Jean-Baptiste Pinaquy - Bordeaux Dr. David Groheux - Hôpital Saint-Louis

Plus en détail

Radio-pharmaceutiques TEP

Radio-pharmaceutiques TEP Médecine Nucléaire diagnostique: imagerie fonctionnelle par scintigraphie de positons et rayonnements γ Service de Médecine Nucléaire, juin 2005 Franz Buchegger, PD Le radio-pharmaceutique Le radio-pharmaceutique

Plus en détail

Intérêt du Pet Scan dans le cancer du rectum. DESC Brest 19 juin 2014 Giretti Giovanni

Intérêt du Pet Scan dans le cancer du rectum. DESC Brest 19 juin 2014 Giretti Giovanni Intérêt du Pet Scan dans le cancer du rectum DESC Brest 19 juin 2014 Giretti Giovanni Introduction Technique d imagerie médicale fonctionnelle et métabolique alliant l information fonctionnelle du TEP

Plus en détail

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce PET- SCAN ou TEP Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce (certains de ces clichés proviennent de la monographie Astrazeneca

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 16 juin 2011 Plan TEP-FDG! Principe! Différentes générations

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE

III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE Amicale des médecins de Neuilly sur Seine 14 Octobre 2010 Dr Mathieu QUENEAU Département d Imagerie Scintigraphique - TEP CCN 18FDG EN ONCOLOGIE Rôle majeur dans

Plus en détail

TEP au 18 F-FDG. Principes, généralités, indications. Docteur Fanny NETTER

TEP au 18 F-FDG. Principes, généralités, indications. Docteur Fanny NETTER TEP au 18 F-FDG Principes, généralités, indications Docteur Fanny NETTER Bases physiques Emetteurs de positons excès de charge + dans leur noyau Désintégration par transformation B+ e+ parcourt quelques

Plus en détail

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 20 septembre 2012 2009 : TEP-TDM à temps

Plus en détail

TEP ET CANCER BRONCHIQUE. INTERVALLE DE CONFIANCE DES DE PNEUMOLOGIE. 15 octobre 2011 Inter région Languedoc Roussillon - PACA

TEP ET CANCER BRONCHIQUE. INTERVALLE DE CONFIANCE DES DE PNEUMOLOGIE. 15 octobre 2011 Inter région Languedoc Roussillon - PACA TEP ET CANCER BRONCHIQUE INTERVALLE DE CONFIANCE DES DE PNEUMOLOGIE. 15 octobre 2011 Inter région Languedoc Roussillon PACA JeanLouis Pujol et Denis MarianoGoulart Faculté de médecine et CHRU de Montpellier

Plus en détail

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 9 ème conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 Le SUV (Standardized Uptake Value) Index caractérisant

Plus en détail

Apport de l imagerie médicale fonctionnelle dans le diagnostic du nodule pulmonaire

Apport de l imagerie médicale fonctionnelle dans le diagnostic du nodule pulmonaire Apport de l imagerie médicale fonctionnelle dans le diagnostic du nodule pulmonaire Dr Camilo Garcia Service de Médecine Nucléaire Inst. J. Bordet Université Libre de Bruxelles Belgique Conflits d intérêt

Plus en détail

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR?

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? 7 ième Journée scientifique Annuelle 31/ 05/ 2014 Clinique Atlas Dr ALJ AMINA Médecin Nucléaire IMAGERIE EN CANCEROLOGIE - La place de l imagerie

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 12 avril 2012 2009 : TEP-TDM à temps de vol AVANT

Plus en détail

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS ET RADIOTHERAPIE DES CANCERS GYNECOLOGIQUES

TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS ET RADIOTHERAPIE DES CANCERS GYNECOLOGIQUES Ateliers de l AFCOR vendredi 25 mars 2011 TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS ET RADIOTHERAPIE DES CANCERS GYNECOLOGIQUES Dr. Gérald BONARDEL Service de médecine nucléaire HIA Val de Grâce Paris EANM-ESTRO

Plus en détail

EP au 18FDG et ancers ronchiques

EP au 18FDG et ancers ronchiques EP au 18FDG et ancers ronchiques ric ZERBIB IMEN, entre Chirurgical Val d! Or, 2210 Saint-Cloud ric.zerbib zerbib@cimen.fr Principe de l imagerie l TEP 18 F : isotope radioactif produit par un cyclotron

Plus en détail

Quantification en tomographie d émission

Quantification en tomographie d émission Quantification en tomographie d émission Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene Séminaire

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var «N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var La totalité des patients doit bénéficier d une décision collégiale prise au sein d une RCP

Plus en détail

CANCER BRONCHIQUE Place de la médecine nucléaire. E.Ouhayoun - J. Giron Médecine nucléaire - Radiologie Centrale CHU Purpan

CANCER BRONCHIQUE Place de la médecine nucléaire. E.Ouhayoun - J. Giron Médecine nucléaire - Radiologie Centrale CHU Purpan CANCER BRONCHIQUE Place de la médecine nucléaire E.Ouhayoun - J. Giron Médecine nucléaire - Radiologie Centrale CHU Purpan Le Cancer Bronchique 25 000 cas /an (14%), 23 000 morts/an (24%) 1 ere cause de

Plus en détail

COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE

COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE IMAGERIE EN CANCÉROLOGIE : UN ARSENAL COMPLET À L HPL Benjamin GEISSLER (1), Didier LIEUX (2) (1) Centre d Imagerie Nucléaire (2) Centre d Imagerie

Plus en détail

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES Fourati.H, Feki.W, Hentati.Y, Kaddour.I, Mdhaffar.M*, Daoud.E, Mnif.Z Service d Imagerie médicale CHU Hédi Chaker Sfax, Tunisie *Service d Hématologie

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire T. Mognetti et F. Giammarile Introduction La TEP-FDG (Tomographie par Émission de Positons après injection de 18 F- Fluoro-2-Déoxy-Glucose) est un des

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

TEP-IRM : évaluation de la réponse thérapeutique des gliomes. Samuel Valable Equipe CERVOxy, UMR 6301 ISTCT GIP CYCERON, Caen

TEP-IRM : évaluation de la réponse thérapeutique des gliomes. Samuel Valable Equipe CERVOxy, UMR 6301 ISTCT GIP CYCERON, Caen TEP-IRM : évaluation de la réponse thérapeutique des gliomes Samuel Valable Equipe CERVOxy, UMR 6301 ISTCT GIP CYCERON, Caen GBM GBM = forme la plus courante et la plus agressive des tumeurs du SNC 1 er

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP

Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP Irène Buvat et Simon Stute Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr

Plus en détail

Les radiopharmaceutiques: exemple de l oncologie

Les radiopharmaceutiques: exemple de l oncologie Les radiopharmaceutiques: exemple de l oncologie Françoise Kraeber-Bodéré, Nantes SAB October 16, 2006 1 Principe de l imagerie en Médecine nucléaire Détection de la distribution spatiale et temporelle

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

Christelle Tychyj, CHLS

Christelle Tychyj, CHLS Christelle Tychyj, CHLS Estimation du VOLUME TUMORAL sur des critères morphologiques +++ qui ont fait lobjet de consensus internationnaux RECIST 1.1 tumeurs solides CHESON lymphomes Essais thérapeutiques

Plus en détail

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé Dr Françoise Pêne 10 FEVRIER 2012 Bases de la Radiothérapie Historique - 1895 : rayons X (Röntgen) - 1896 : radioactivité (Becquerel) - 1898

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire

mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire Plus de 25 sous types de lymphomes: 65% de lymphomes agressifs 35% de lymphomes indolents Age moyen au diagnostic pour LMNH:

Plus en détail

Imagerie «biologique», «cellulaire», moléculaire» (biochimique)

Imagerie «biologique», «cellulaire», moléculaire» (biochimique) La médecine nucléaire se définit par l utilisation de dont on étudie la biodistribution après administration, le plus souvent par voie vasculaire, à un moment donné ou de façon dynamique au cours du temps.

Plus en détail

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Journées Jeunes Chercheurs d Aussois d - Décembre D 2003 U494 QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE OXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Juliette FEUARDENT Thèse

Plus en détail

Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R

Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R I Classification histologique 1 ère classification OMS en 1967 (Kreyberg), révisée en 1981

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

Nouvelles stratégies et nouveaux impacts de l imagerie des cancers

Nouvelles stratégies et nouveaux impacts de l imagerie des cancers 03 CHATAL Page 26 Jeudi, 18. mars 2004 8:21 08 Le cancer : nouvelles données, nouvelles stratégies, nouveaux espoirs Cancer: recent evidence, innovative strategies, future promises 2004 Elsevier SAS. Tous

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

PET-scanner : les bases à connaître par tout imageur

PET-scanner : les bases à connaître par tout imageur PET-scanner : les bases à connaître par tout imageur J San Roman 1, P Omoumi 1,2, Y Blumenkrantz 1, L Brunereau 2, JL Baulieu 2 1 Hospital Italiano de Buenos Aires, Argentina 2 Centre Hospitalo-Universitaire

Plus en détail

- 1 - UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL *************** THESE POUR LE DIPLOME D ETAT

- 1 - UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL *************** THESE POUR LE DIPLOME D ETAT - 1 - UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL *************** ANNEE 2006 N THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Discipline : PNEUMOLOGIE ------------ Présentée et soutenue

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

TEP au 18F-FDG et bilan d extension d dans le cancer du sein

TEP au 18F-FDG et bilan d extension d dans le cancer du sein TEP au 18F-FDG et bilan d extension d initial dans le cancer du sein Eric ZERBIB Médecine Nucléaire, CIMEN Centre Chirurgical Val d! Or, 92210 Saint-Cloud, Eric.zerbib zerbib@cimen.fr atiente de 64 ans

Plus en détail

PRINTEMPS de l AFCOR Le Cancer du Poumon

PRINTEMPS de l AFCOR Le Cancer du Poumon PRINTEMPS de l AFCOR Le Cancer du Poumon 30 mars au 1er Avril 2012 Château de Romainville Route des Alluets le Roi 78920 ECQUEVILLY Organisation : Fabrice DENIS, Philippe GIRAUD, Philippe MARTIN, Alain

Plus en détail

Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a

Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels

Plus en détail

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 Les différents types de cancers et leurs stades Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 CARCINOGENESE multiple steps, accumulation d altd altérations continuum lésionnel

Plus en détail

Quantification en TEP/TDM Faut-il faire confiance aux SUV?

Quantification en TEP/TDM Faut-il faire confiance aux SUV? Réunion APRAMEN Quantification en TEP/TDM Faut-il faire confiance aux SUV? Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr http://www.guillemet.org/irene APRAMEN - Irène Buvat - 14 novembre 2006-1

Plus en détail

Place de la tomographie par émission de positons avec tomodensitométrie au 18-fluorodéoxyglucose

Place de la tomographie par émission de positons avec tomodensitométrie au 18-fluorodéoxyglucose Place de la tomographie par émission de positons avec tomodensitométrie au -fluorodéoxyglucose en oncogynécologie The ability of FDG PET-CT in onco -gynecology M. Faraggi*, L. Bensimhon*, F. Hugonnet*

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER Des vads COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France

F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France 18F-fluorodéoxyglucose en oncologie. Expérience en Ile de France. 18 F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France H. FOEHRENBACH 1, J. LUMBROSO 2 1 Service Médecine Nucléaire, Hôpital

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS INTRODUCTION Rare Tumeurs germinales (95%) -TG séminomateuse (35-45ans) -TG non séminomateuse

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Second cancer après radiothérapie mammaire

Second cancer après radiothérapie mammaire Second cancer après radiothérapie mammaire Sophie Guillerm, service de radiothérapie, Hôpital St Louis Florence Coussy, service d oncologie, Institut Curie Vendredi 25/09/2015 Introduction incidence nombre

Plus en détail

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan introduction Le myélome multiple est une affection hématologique caractérisée

Plus en détail

Radiopharmaceutiques : diagnostic et applications

Radiopharmaceutiques : diagnostic et applications Radiopharmaceutiques : diagnostic et applications Les traceurs en oncologie Cible moléculaire Radiopharmaceutique 90 Y 90 Y Gamma: Scinti/SPECT-CT Récepteur: SMS Antigène: ACE Transporteur: GLUT1 90 Y

Plus en détail

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

LEIOMYOSARCOME PRIMITIF DU DIAPHRAGME A propos d un cas.

LEIOMYOSARCOME PRIMITIF DU DIAPHRAGME A propos d un cas. LEIOMYOSARCOME PRIMITIF DU DIAPHRAGME A propos d un cas. N. Cherif Idrissi El Ganouni1, M. Ouali Idrissi1, O. Essadki1, A. Ousehal1 H. Raïs3, B. Belabidia3, R. Sali2, H. Elidrissi2, 1-Service de radiologie,

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Onco-gériatrie: Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, de l ovaire et du col Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, IUC, Université Pierre et Marie Curie Paris VI Cancer

Plus en détail

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille De pistage et suivi des nodules pulmonaires Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille Inte re t du de pistage Cancer du poumon = 1e re cause de mortalite par

Plus en détail

Les explorations de médecine nucléaire comme biomarqueur du cancer (Marqueurs moléculaires en imagerie TEP pour l oncologie)

Les explorations de médecine nucléaire comme biomarqueur du cancer (Marqueurs moléculaires en imagerie TEP pour l oncologie) Les explorations de médecine nucléaire comme biomarqueur du cancer (Marqueurs moléculaires en imagerie TEP pour l oncologie) JP Vuillez Pôle d imagerie - Clinique de Médecine nucléaire CHU de Grenoble

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

L imagerie dans le dépistage du. cancer du poumon :

L imagerie dans le dépistage du. cancer du poumon : L imagerie dans le dépistage du cancer du poumon : où en sommes-nous? Louise Samson, MD, FRCPC, et Marie-Pierre Cordeau, MD, FRCPC Présenté à la Journée d imagerie en radiologie et en médecine nucléaire

Plus en détail

Les cancers de l endomètre

Les cancers de l endomètre Chapitre 2 Les cancers de l endomètre Généralités Prise en charge Il convient d évaluer les facteurs de comorbidité et l espérance de vie. La stratégie thérapeutique repose principalement sur l opérabilité

Plus en détail

La nouvelle classification TNM en pratique

La nouvelle classification TNM en pratique La nouvelle classification TNM en pratique Thierry Berghmans Département des Soins Intensifs et Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Bruxelles, Belgique Bases historiques 1946 : Denoix invente le

Plus en détail

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Deux grandes questions Cette modalité de présentation, requiert elle une prise en charge

Plus en détail

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE Principes généraux Données cliniques Me C, Age, OMS 0 Antécédents Métrorragies post ménopausique? Ex complémentaires = hystéroscopie curetage et TDM TAP Chirurgie: hystérectomie

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE * Groupe médico-chirurgical 25 avenue Jean MEDECIN 0600 NICE FREDERIC BRACCINI L attitude à adopter devant la découverte d un nodule thyroïdien revient

Plus en détail

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Véronique Vendrely Service d oncologie radiothérapie Hôpital Saint André Bordeaux Club des jeunes néphrologues 20 Mai 2006 Introduction Quelques bases pour

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER De la prostate COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX.

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. En-tête Résumé du protocole d étude Titre de la demande : Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. No

Plus en détail

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»?

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? I Jammet (1), E Decroisette (1), M Pouquet (1), Y Aubard (1), JP Rouanet (2), A Maubon (1) (1) Limoges France, (2) Montpellier

Plus en détail

Attitude face à un nodule thyroïdien. Liège 15 février 2014

Attitude face à un nodule thyroïdien. Liège 15 février 2014 Attitude face à un nodule thyroïdien Liège 15 février 2014 Prise en charge d un nodule thyroïdien: une histoire de statistiques La difficulté pour le clinicien face à un nodule thyroïdien est d identifier

Plus en détail

Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride

Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride Benjamin GEISSLER Centre d d Imagerie Nucléaire St-Etienne, Roanne, Le Puy en Velay 1967 2007 Principes Spécialit cialité médicale (1950) Radiologie Radiothérapie

Plus en détail

Tumeurs osseuses de l enfantl

Tumeurs osseuses de l enfantl Tumeurs osseuses de l enfantl Enseignement interrégional DES de PédiatrieP Auvergne Rhône Alpes Etienne Merlin Clermont-Ferrand 14 mars 2008 14-15 15 mars 2008 E Merlin DES pediatrie Clermont Ferrand 1

Plus en détail

Goitre. Définition : 1 femme sur 7 et 1 homme sur 9 de 45 à 60 ans ont un goitre clinique (étude SU.VI.MAX)* Echographique : Volume > 18 ml/f, 20 ml/h

Goitre. Définition : 1 femme sur 7 et 1 homme sur 9 de 45 à 60 ans ont un goitre clinique (étude SU.VI.MAX)* Echographique : Volume > 18 ml/f, 20 ml/h Goitre Définition : Clinique Echographique : Volume > 18 ml/f, 20 ml/h Peut être diffus, micronodulaire ou macronodulaire 1 femme sur 7 et 1 homme sur 9 de 45 à 60 ans ont un goitre clinique (étude SU.VI.MAX)*

Plus en détail

L IRM dans le bilan d extension du cancer de l endomètre:

L IRM dans le bilan d extension du cancer de l endomètre: Cafcim 10 décembre 2011 Centre Hospitalier de la côte Basque L IRM dans le bilan d extension du cancer de l endomètre: Lin et al. 3T diffusion. Radiology 2009 Dr. Christophe MAUREL Plan: Quelques Rappels

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Physiologie et histologie osseuses Cancérologie fondamentale

Plus en détail