Dr Claire Houzard, Médecin Nucléaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dr Claire Houzard, Médecin Nucléaire"

Transcription

1 Dr Claire Houzard, Médecin Nucléaire Centre Hospitalier Lyon Sud Université Claude Bernard Lyon I EA 3738 DES oncologie option radiothérapie juin 2011 Lyon 1

2 En particulier en pathologie En particulier en pathologie pulmonaire néoplasique 2

3 en pathologie pulmonaire néoplasique Scintigraphie osseuse Scintigraphie pulmonaire 3

4 4

5 Pré-RTE Lésion fragilisante Risque : compression médullaire 5

6 Pré-RTE Post-RTE et consolidation 6

7 Scintigraphie pulmonaire V+P; méthode des zones d intérêt7 7

8 SPECT-CT PERFUSION : EP Epidermoïde LSG et EP droite FA FP V P V Découvertes fortuites Haute Se de la scintigraphie Trouble mixte V+P = tumeur Trouble P seule : =EP P OAG OPD 8

9 en pathologie pulmonaire néoplasique TEP au 18 FDG 9

10 18FDG = radiopharmaceutique (considéré comme médicament, radiopharmacien) traceur usuel et disponible en France, ayant l AMM dans cette indication Marqueur du métabolisme cellulaire Non spécifique SOR : «Une lésion pulmonaire tissulaire isolée de plus de 1 cm, sans critère définitif de bénignité en imagerie (calcifications), justifie une exploration en TEP-FDG (niveau de preuve A) bien que certaines lésions inflammatoires (tuberculose, histoplasmose en particulier) puissent être à l origine de faux positifs et que les cancers bronchiolo-alvéolaires et les tumeurs carcinoïdes malignes puissent être à l origine de faux négatifs.» le diagnostic de malignité éd d une lésion pulmonaire de moins de 1 cm est de niveau de preuve B2 Elle est a fortiori indiquée lorsque la biopsie est impossible ou non contributive premières études avec comparaison histologique :1995 Bull Cancer 2003;90:S1-S112 10

11 Lecture recommandée voire obligatoire! Très synthétique In french in the text Imagerie radiologique et TEP Scanner dans les cancers du poumon Journal de Radiologie Vol 89, N 3-C2 - mars 2008 pp G Ferretti [1 et al2 JP Vuillez Grenoble Doi : JR C Revue bibliographique équipe pluridisciplinaire de Grenoble G Ferretti [1 et 2], A Jankowski [1], A Calizzano [3], D Moro-Sibilot [2 et 4], JP Vuillez [3] (président actuel de la SFMN), aimable autorisation Également : INCA et SFMN rapport 2009 Place de la tomographie par émission de positons au 18F-FDG FDG (TEP- FDG) dans la prise en charge des cancers bronchopulmonaires et pleuraux Tableaux de synthèse de la fin du rapport 11

12 Qui doivent être à jour... Question actuelle : «tri sélectif» de l information! où trouver La bonne information?... D abord dans la spécialité correspondante! vs documentation des patients sur internet 12

13 Mountain CF, Dresler CM. Regional lymph node classification for lung cancer staging. Chest 1997;111: Mais aussi : drainage ganglionnaire 13

14 Ne tombe pas du ciel! Conclusions : Résultat d un travail collectif La nouvelle classification proposée par l IASLC est un progrès indéniable Elle correspond mieux au ctnm Elle peut s appliquer aux CPC, BAL, carcinoides.. A noter la participation p notable de l IFCT dans ce projet. PJ Souquet, HCL, CH Lyon Sud %20TNM%20-%20Dr.%20PJ.%20SOUQUET%20-%20Fev.%2009.pdf%20Fev.%2009.pdf 14

15 2010 : septième édition s applique indifféremment pour tous les types de carcinomes le type histologique doit être précisé aux carcinoïdes et aux carcinomes neuro-endocrines à grandes ou à petites cellules Modifications en italique Annales de pathologie (2010) 30, 2 6 J.-Y. Scoazec HEH 15

16 Méthodes non invasives Clinique, radio TDM IRM TEP-TDM Marqueurs (ACE ) «Semi» -invasives Fibroscopie Ponctions Invasives chirurgie Médiastinoscopie Thoracosopie Thoracotomie 16

17 Staging initial i i Technique de référence en cas de N0 clinique : le risque de N2 ou N3 varie entre 9 et 31 %, selon les études Sous AG Permet de gros prélèvement avec anapath extemporanée Pose de PAC par l incision Risques faibles : saignement, paralysie récurrent G (plaie trachéale, oesophagienne) Permet la confirmation du N2 en extemporané => Chimiothérapie néoadjuvante ou ChimioRT exclusive 17

18 Detterbeck et al. Chest 2007;132:20; comparaison méthodes invasives : Detterbeck et al. Chest 2003; 123:167S- 175S 18

19 Essai prospectif sur 66 patients, écho-endoscopie puis médiastinoscopie 120 ganglions : zones paratrachéales (aires 2 et 4) et sous-carénaire (aire 7) Prévalence de malignité : 89 % Echo-endoscopie vs médiastinoscopie. Se 87% vs 68% Sp 100% pour les 2 VPN 78 % vs 59% Explication : champ diagnostique : plus élevé en écho-endoscopie (91 %) qu en médiastinoscopie (78 %) Différence essentielle : moins bons résultats de la médiastinoscopie en région sous carénaire, Pas de différence significative entre les deux techniques pour les autres stations ganglionnaires g étudiées Lardinois D : The place of invasive techniques (mediastinoscopy, VEMLA, thoracoscopy) Revue des Maladies Respiratoires Actualités Vol 1, N 1 - mars 2009 pp Doi : RMRA Ernst A : Endobronchial ultrasound (EBUS) - a novel dimension for bronchoscopy. Communication orale. Congrès de l European Respiratory Society Ernst A, Anantham D, Eberhardt, Krasnik M, Herth FJ : Diagnosis of mediastinal adenopathy-real-time endobronchial ultrasound guided needle aspiration versus mediastinoscopy, J Thoracic Oncol 2008 ; 3 :

20 Non spécifique Augmentation dans les cellules l tumorales Glucose : non Phosphorylé Intégration cycle Krebs Utilisation énergétique Glucose Accumulation de FDG 6 phosphate Pas d ntégration cycle Krebs Trapping cellulaire GLUT FDG GLUT 1et3 1et3 ATP Hexokinase Phosphorylation glycolyse Hexokinase Phosphorylation glycolyse ATP ADP Glucose-6-P FDG-6-P ADP Krebs 20

21 Cadre : Imagerie Fonctionnelle dite «moléculaire» Comme pour tout traceur (radiopharmaceutique) : 1-Apport sanguin local :déterminant Traceur injecté par voie veineuse Captation dépendant de la la vascularisation tumorale à l échelon cellulaire (notion de vascularisation EFFICACE) 2- le métabolisme vis-à-vis de ce traceur Détermine sa concentration/fixation à l échelon cellulaire Non spécifique de la prolifération tumorale (18FLT) 21

22 relève de l activité MÉTABOLIQUE Pré-supposés : arrivée suffisante par voie sanguine du traceur Pour captation et accumulation suffisantes par suffisamment de cellules tumorales permettant d obtenir un constraste ( de signal) Entre tissu tumoral vs tissu sain 22

23 Appréciation du constraste : Lisible visuellement (MN = tachologue ) Ou objectivement mesurable : SUV Standardized Uptake Value (activité ité volumique tumeur/corps entier) SUVmax : valeur maximale du SUV maximum dans le pixel ou voxel du tissu considéré Beaucoup de limites! «standard»! résulte de multiples simplifications Dépend dde facteurs multiples l : Matériel, physiologie, glycémie, poids (suivi..) délai injection-acquisition. SUV activité tumeur (Bq/ml) activité injectée (Bq/ml /Volume (ml; poids) Irène Buvat Jussieu INSERM U

24 PRE THERAPEUTIQUE POST THERAPEUTIQUE MIP MEDIASTIN HILE D ADP PARENCHYME ADP 24

25 PRE POST PRE POST SUVmax MEDIASTIN PRE THERAPEUTIQUE 2 POST THERAPEUTIQUE 2,3 PRE POST HILE D SUVmax 8 => 4,5 Reste très supérieur au médiastin Réponse partielle persistance d un hypermétabolisme ADP SUVmax 3,9 => 2,3 > puis = au médiastin PARENCHYME SUVmax 3,5 => 2,1 > puis < au médiastin 25

26 5 % -7% mais qq séries à 12-13% Facteurs : La taille: 10 mm à 5 mm (selon équipement) mais aussi si >16 mm et TEP-: 21% FN (De Lagen 2005) Regarder les images NAC L importance du degré de fixation de la tumeur primitive L histologie Tumeurs carcinoïdes forme bronchiolo-alvéolaire pure de l adénocarcinome. Se 31 %. adénocarcinome avec une composante bronchiolo-alvéolaire : Se moyenne 95 %, comparable à la valeur habituelle ; étude de Yap et al Dawmena 1999, Silvestri 2003, Reed 2003,Gonzales-Stavinski 2003,Detterbeck 2004 Yap CS, Czernin J, Fishbein MC et al. Evaluation of thoracic tumors with 18F-fluorothymidine and 18F-fluorodeoxyglucose-positron emission tomography. Chest.2006;129:

27 La topographie de la tumeur (Verhagen 2004) Si: ADK Central N1 VPN 17 % Si: Périphériques N0 VPN 96 % Le stade TN La localisation ganglionnaire Plus de FN en loge 7 et 6 (Cerfolio 2003) Plus de FN en loge 4 et 6 (El Sharaff % -7%) 27

28 FDG : marqueur de l hypermétabolisme glucidique cellulaire et non du cancer Hyperconsommation de glucose par des processus infectieux ou inflammatoires : Sarcoïdose, granulome tuberculeux,, aspergillose, coccidiomycose, blastomycose, anthracose, silicose, histoplasmose (USA) etc Pas de faux positifs pour les adénopathies < 9 mm (Nomori JTCVS gg/ 80pts) Mais attention : (Gould 2003) Si N>15 mm, Se:91%, Sp: 78% Si N<15 mm, Se:75 %, Sp:93% 13 % -22 %: Detterbeck 2004, Toloza 2003, Dietlein 2000 Autres tumeurs malignes : métastases de primitif non pulmonaire, lymphomes. Yap CS, Czernin J, Fishbein MC et al. Evaluation of thoracic tumors with 18F-fluorothymidine and 18F-fluorodeoxyglucose-positron emission tomography. Chest.2006;129:

29 29

30 Etude de Nomori 2004 : tend à montrer que le risque F+ augmente avec la taille du ganglion pour des raisons inflammatoires aucun F+ parmi les ganglions de moins de 9 mm dans sa série. diagnostic différentiel entre les stades N2 ou N3 TEP peu performante dans la détection du stade N1 en particulier de l envahissement des ganglionsn1 proches qui sont réséqués avec la tumeur. notion admise depuis plusieurs années confirmée par Takamochi et al. chez 71 patients Nomori H, Watanabe K, Ohtusuka T, Naruke T, Suemasu K, Uno K : The size of metastatic foci and lymph nodes yirlding falsenegative and false-positive lymph node staging with positron emission tomography in patients with lung cancer. J Thorac Cardiovasc Surg 2004 ; 127 : Takamochi K, Yoshida J, MurakamiK et al. Pitfalls in lymph node staging with positron emission tomographyin non-small cell lung cancer patients. Lung Cancer 2005;47:

31 Gambhir J Nucl Med pts ( 53 études ) Se : 83 %, Sp: 91 %, VPP: 86 % VPN: 93 % Exact: 82 % Médiastinoscopie Se : 78% Sp : 100% Vansteenkiste JCO 1998 Se: 93 % Sp: 95 % VPP: 93 % VPN: 95 % Exact: 94 % Pieterman NEJM 2000 Se: 91% Sp: 86 % VPP: 74 % VPN: 95 % Exact: 87% Kerstine ATS 2002 Se: 80 % Sp: 81 % VPP: 46 % VPN: 95 % Exact: 81% Cerfolio ATS 2004 Se: 71 % Sp: 77 % VPP: 44 % VPN: 91 % Exact: 76% TEP vs TDM Se : 87 vs 66 % Sp: 95 vs 66 % point ROC 0,90 vs 0,70 (Birim) gain en précision diagnostique : 15 à 20 % Dwamena BA, Sonnad SA, Angobaldo JO, Wahl RL : Metastases from non small cell lung cancer: mediastinal staging in the 1990 s meta-analytic comparison of the PET and CT. Radiology 1999 ; 213 : Birim O, Kappetein AP, Stignen T, Bogers AJ : Meta-analysis of positron emission tomographic and computed tomographic imaging in detecting mediastinal lymph node metastases in non small cell lung cancer. Ann Thorac Surg 2005 ; 79 :

32 Gould MK, et al : Test performance of positon emission tomography and computed tomography for mediastinal staging with non small cell lung cancer: a meta-analysis. Ann Intern Med 2003 ; 139 : Gould 2001 méta-analyse Nodule pulmonaire diagnostic de malignité Se 96 %, Sp 88 % diagnostic de bénignité Se 96,8 % Sp77,8 % exactitude diagnostique 94 % Gould MK et al : Accuracy of positon emission tomography for diagnosis of pulmonary nodules and mass lesions. JAMA 2001 ; 285 :

33 Auteur Nb Pats Changement N Valk % Bury % Steinert % Kutlu Gupta % ( 14 +, 24 -) Saunders ,4 % Graeber % Marom % Weder % Percy-VDG % ( 9 +, 8 - ) Pieterman % ( 20 -, 42 + ) Weng % ( 9 +, 2 - ) Tenon % 18 F-FDG-TEP : sa place dans le diagnostic et la surveillance du cancer bronchique non à petites cellules F. Vaylet [1], H. Foehrenbach [2][1], Hôpital d Instruction des Armées Percy, Clamart. [2], Hôpital d Instruction des Armées du Val-de-Grâce, Paris. Revue des Maladies Respiratoires Vol 24, N 8-C2 - octobre 2007 pp Doi : RMR C

34 Excellente VPN absence de fixation du FDG témoigne du non-envahissement tumoral ganglionnaire autorise de ne plus faire de médiastinoscopie ou autre geste invasif devant une adénomégalie de moins de 16 mm ne fixant pas le 18 FDG et, en l absence de tumeur centrale et d adénopathie hilaire, le risque étant faible de négliger de micro-envahissements Moins bonne VPP Nécessité d un contrôle histologique En cas de fixation catégorisant une adénopathie N2 ou N3 biopsique transbronchique, par médiastinoscopie ou par thoracoscopie vidéo-assistée afin d éliminer un faux positif d origine inflammatoire en raison de l importance des conséquences thérapeutiques Silvestri GA, Tanoue LT, Margolis ML, Barker J, Detterbeck F, American College of Chest Physicians : The nonivasive staging of non small cell lung cancer: the guidelines. Chest 2003 ; 123 : 147S-156S. Kernstine KH, McLaughlin KA, Menda Y, Rossi NP, Kahn DJ, Bushnell DL : Can FDG-PET reduce the need for mediastinoscopy in potentially respectable non small cell lung cancer? Ann Thor Surg 2002 ; 73 :

35 Giacomuzzi F 106 patients classification N correcte pour 93 % des 105 patients, contre 73 % ave cla TDM seule, changement d attitude thérapeutique dans 16 % des cas. Changement de thérapeutique ex RTE sur simple imagerie? sans histologie Giacomuzzi F, Rocco M, LugattiE et al. Lymph node staging with FDG-PET-CT in non-smallcell lung cancer (NSCLC): our experience in 106 patients. Eur JNucl Med 2005;32:S105, abstract n

36 carcinome épidermoïde LID ADP > cm hile G FDG + zone de drainage non habituelle du LID Non accessible par médiastinoscopie et difficilement il par vidéo thoracoscopie ADP +en sous-carénaire et dans le hile droit pas d ADP > cm ou en latérotrachéal D chimiothérapie et réévaluation si ADP hile G non modifée : probablement non néoplasique => chirurgie 36

37 Oui,pour confirmer une atteinte médiastinale Trop de F+ en TDM et en TEP Alternative à la médiastinoscopie : Biopsie trans-trachéo-bronchique Se 0,76 VPP 1 Biopsie sous endoscopie Se 0,88 VPP 0,98 À faire avant la résection chirurgicale de la tumeur primaire Chest 2003;123:147S-156S Non pour éliminer une maladie occulte Sp et VPN en TEP > 90% N2 non attendus en cas de TEP négative : <10% JCO 1999;17: Vansteenkiste et al Dans les 2 cas : confirmation avec ACCP 2007 : grade of evidence 1B 37

38 Résultats de la TEP [18F]-FDG dans la stadification préopératoire des tumeurs pulmonaires C. Perrotin, JN Talbot Chirurgie Thoracique, Hôtel Dieu, Paris Rev Mal Respir 2005 ; 22 : Doi : / pts 1Luke WP, et al: Prospective evaluation of mediastinoscopy for assessment of carcinoma of the lung. J Thorac Cardiovasc Surg 1986 ; 91 : 53-6 Group Z0050 trial : Results of the american college of surgeons oncology group Z0050 trial: the utility of positron emission tomography in staging potentially operable non-small cell lung cancer. J Thorac Cardiovasc Surg 2003 ; 126 : Graeter TP et al Schafers HJ : Mediastinal lymph node staging in suspected lung cancer: comparison of positron emission tomography with F-18- fluorodeoxyglucose and mediastinoscopy. Ann Thorac Surg 2003 ; 75 : Pfister DG et al: American Society of Clinical Oncology : American Society of Clinical Oncology treatment of unresectable non-smallcell lung cancer guideline: update 2003 J Clin Oncol 2004 ; 22 : Fdg perigaud ppt 38

39 Chest, 2007,

40 40

41 TEP vs CT Marom Radiology 1999 VPP TEP 100% VPP CT 55% (beaucoup de F+) VPN TEP 100% VPN TEP 100% TEP 18FDG vs scintigraphie osseuse 99mTc Sheen SS ATS 2005: 179 pts Se:93,9 % vs 74,1 % Sp: 93,2 % vs 68 % Taira Radiology 2007 Se:91 % vs 75 % Sp: 94 % vs 85 % Sp: 94 % VPP 98% Mais : Coût Disponibilité Champs d exploration différents (MI MS) 41

42 Auteur Nb Pts Changement N Changement M Lewis % Valk % 30 % ( 11 +, 19 - ) Bury % 14 % Kutlu ,3 % Gupta % ( 14 +, 24 -) 11 % ( 6 +, 5 - ) Saunders ,4 % 19,6 % ( 16 +, 3 - ) Graeber % 12 % Marom % 9 % + Weder % Percy-VDG % ( 9 +, 8 - ) 10,8 % ( 1 +, 5 - ) Pieterman % ( 20 -, 42 + ) 11% Hicks % Roman % 33 % Eschman % 29 % Lardinois % 16 % SSA-AP % 15,7 % Changements N et/ou M : mêmes patients? Modification staging => modification de la prise en charge? de la survie (qualitative et quantitative) HAS 42

43 PROGRAMME DE SOUTIEN AUX INNOVATIONS DIAGNOSTIQUES ET THERAPEUTIQUES COUTEUSES Année 2003 STIC Impact de l imagerie fonctionnelle par TEP au FDG dans la stratégie de prise en charge et la définition des volumes tumoraux à irradier dans les cancers pulmonaires et la maladie de Hodgkin : une évaluation médico-économique Pr Francesco GIAMMARILE 12 Centres Poumon 134 patients évaluables CHLS Lyon entre janvier 2004 et juin 2005 Faculté de Lyon Sud «Aut tace aut loquere meliora silentio» Hypoxie tumorale et médecine nucléaire : intérêt en radiothérapie Paris, 8/9/10 43

44 Impact du PET/CT sur la décision de traitement et la définition du volume cible dans le CNPC Résultats Prise en charge de référence Dosimétrie sur TDM Pas de Modifications Protocole incluant du la TEP Traitement modifications i traitement annulé / palliatif if 134 Dosimétrie sur TDM Total Informations TEP-TDM 15 % OUI CTV Indication radiothérapie curatrice confirmée? Dose Diminution Modificatio n du de la toxicité traitement? NON OUI 15 cellulaire 82 Total Radiothérapie selon TDM Radiothérapie selon TDM Modifications : dose, volume(s), technique % NON Traitement annulé / palliatif 44

45 > 45

46 < 46

47 Surrenale D; décalage nodule pulmonaire mvts respiratoires 47

48 48

49 Buts : Amélioration de la reproductibilité inter-observateur Amélioration des compétences médicales ici : interprétation simultanée du scanner par les MN Donc Amélioration des performances de la TEP-TDM-18FDG RCP : discussions soutenues! Disciplines transversales Sur-spécialisation RCP Tenant compte du système : lésions interprétables : diamètre résolution spatiale du système x2 (volume partiel) 8 mm; actuellement 6 mm nouvelles TEP-TDM HAS http : //www.has-sante.fr/portail/ types/filedocument/doxiti.jsp?id=c_

50 Valeur pronostique SUV TEP synchronisée Gating respiratoire en PET/CT diagnostic et RTE TEP au 18-FDG et suivi sous traitement problème des indications et Coût/efficacité Médical RTE Diagnostic différentiel récidive tumorale ou séquelle de radiothérapie Limites tumorales (atélectasies, fibrose )TDM peu performant Classique de la MN tumeurs cérébrales différents traceurs PHRC RTEP2 Rouen valeur pronostique de la TEP au 18FDG en cours de radiothérapie dithé i Giraud P, Grahek D, MontraversF et al. CT and 18F-deoxyglucose (FDG) image fusion for optimizationof conformal radiotherapy of lung cancers. Int J Radiat Oncol BiolPhys 2001;49: Consensus utilisation de la TEP au 18FDG comme indicateur de réponse thérapeutique L.K. Shankar J Nucl Med. 2006; 47 :

51 ACOMEN LYON

52 Ex Bilan pré-rte après chimiothérapie 52

53 53

54 54

55 Présentation APRAMEN Dr G. Bonardel et coll, Val de Grâce 12 janvier 2010 lecture accessible au non spécialiste qualités matérielles techniques nécessaires, problèmes méthodologiques pratiques de la quantification par le SUV Recommandation de réalisation (préparation patient à JEUN, hyperinsulinisme- technique d acquisition et traitement d images, rédaction CR) multiples références trocadres.htm (onglet dernières présentations) 55

56 TEP et hypoxie Hétérogénéïté de répartition de l hypoxie 56

57 Rappel du point 1: Apport sanguin local :déterminant Traceur injecté par voie veineuse Captation dépendant de la la vascularisation tumorale à l échelon cellulaire (notion de vascularisation EFFICACE) Exemple ostéonécrose aseptique en scintigraphie osseuse Tumeurs, volumineuses nécrosées en 18 FDG 57

58 ostéonécrose aseptique : ONA (SO) Temps précoce Défaut de vascularisation tête fémorale trou scintigraphique précoce et tardif = ONA Os vascularisé : activité ostéoblastique de reconstruction périphérique Temps tardif 58

59 Taille apparente visuelle 2D Tumeur nécrose Absence d arrivée vasculaire Tep seule TDM seul Fusion 59

60 Tissu tumoral «actif», prolifératif Taille évaluée é sur l imagerie i conventionnelle (TDM) Contourages propres à la RTE Tissu hypoxique Persistance de cellules tumorales +/- vivaces Risque persistant de prolifération Insuffisance de l apport en oxygène/besoins métaboliques Peut intéresser jusqu à 60% de la masse tumorale Mécanisme hypoxie aigüe : néovascularisation inefficace hypoxie chronique : augmentation de la distance entre la cellule et les vaisseaux 60

61 Problème majeur : Répartition très hétérogène du tissu hypoxique au sein de la tumeur. difficile à évaluer avec les imageries courantes actuelles en TDM : hypodensité, 18FDG cf Nécessite une exploitation mathématique sur le SUV Possibilités bl d une imagerie de l hypoxie Résultera d une balance : apport sanguin+ entrée du traceur dans la cellule hypoxique cinétique de sortie au cours du temps (Wash-out) Int J Radiat Oncol Biol Phys 2008, 70:1202 Nehmeh S.A., et al. Reproducibility of intratumor distribution of (18)Ffluoromisonidazole in head and neck cancer Int J Radiat Oncol Biol Phys 2008 ; 70 : Evaluation of a cumulative SUV-volume histogram method for parameterizing heterogeneous intratumoural FDG uptake in non-small cell lung cancer PET studies Floris H. P. van Velden,, et al. Online First, Eur J Nucl Med Mol Imaging May 2011 DOI /s

62 SUVmax 2.2 =>

63 Nouveaux traceurs en tomographie par émission de positons : un second souffle pour le ciblage de l hypoxie tumorale? j.mednuc (2008) G. Baillet...J.L. Moretti et coll St louis 63

64 Fréquent un déficit en oxygène dans les tumeurs solides diminuant la Se à la chimiothérapie et à la radiothérapie Détection de cette hypoxie tumorale : Adaptation de la stratégie thérapeutique pour renforcer l impact du traitement Différentes méthodes thérapeutiques, dont : emploi de radio-sensibilisants mizonidazole (accumulation préférentielle dans le tissu hypoxique) emploi de toxines spécifiques des tissus hypoxiques tirapazamine (TPZ). (cytotoxique et radio-sensibilisant) la radiothérapie modulée en intensité ajustée selon l hypoxie régionale Intérêt d une méthode d imagerie non invasive 64

65 hypoxia inducible factor prolifération, survie, perfusion, et invasion tissulaire Codant pour : transporteurs de glucose GLUT-1 et GLUT-3 =>augmentent la captation intracellulaire du glucose enzymes glycolytiques qui transforment le glucose en pyruvate Blocage de l entrée du glucose dans le cycle de Krebs (aérobique). chaîne respiratoire mitochondriale fermée Surexpression de : -EGFR (epidermal growth factor receptor) - anhydrase carbonique 9 (CA-9) La Transcription induit également : -sélection de cellules p53 mutantes, diminuant l apoptose. - production de cytokines angiogéniques -et de VEGF (vascular endothelial growth factor) Interaction du VEGF avec son r écepteur tyrosine kinase => activation de nombreuses voies de signalisation intracellulaires dont quatre importantes : Ras FAK PI(3)K PLCδ codant pour : -les facteurs érythropoïétiques -- facteurs de croissance L ensemble concourt à l angiogenèse Croce C.M. Oncogenes and Cancer N Engl J Med 2008 ; 358 : [cross-ref] 65

66 récepteurs tyrosine kinase - stimulées par mitogènes - ou surexpression Activation de la voie «ancestrale» AKT et mtor détournée par les cellules néoplasiques afin d augmenter croissance et survie dans des conditions inappropriées ou peu favorables. Activation de HIF -1 18FDG augmentation de la captation cellulaire du glucose activation de la glycolyse Shaw R.J., Cantley L.C. Ras, PI(3)k and mtor signalling controls tumor cell growth Nature 2006 ; 441 : [cross-ref] 66

67 18FDG Cellule non hypoxique Prolifération (glut sous contrôle HIF-1 ) 18FDG Cellule hypoxique Basculement vers la glycolyse (60 à 90 % des lignées cancéreuses) = utilisation anaérobie du glucose. - Induisant probablement bl une activation plus ou moins directe de HIF -1 cellules hypoxiques Phénotype tumoral plus agressif Augmentation du risque de métastase Mauvais pronostic Garber K. Energy deregulation: licensing tumors to grow Science 2006 ; 312 : [cross-ref] Hypoxia and radiotherapy: opportunities for improved outcomes in cancer treatment. Cancer Metastasis Rev Jun;26(2): Moeller BJ, Richardson RA, Dewhirst MW 67

68 68

69 Traceurs TEP «disponibles» en France avec structure imidazolée, dont : 18 F-misonidazole Fmiso (traceur historique) Environ 150 publications - 15 Ph. I, 7 Ph. II 18 F-FAZA environ 20 publications - 6 Ph. I, 4 Ph. II 18 F-FETNIM < 10 publications - 3 Ph. I, 1 Ph. II Points commun : Origine industrielle; pas d AMM; pas d essai clinique en phase III Autres traceurs, dont : H OH 18 F-FDG Cu-ATSM (Préparation magistrale) HO HO H H O 18 F H Traceurs TEMP (SPECT-CT) H OH 69

70 Non spécifique Augmentation dans les cellules tumorales Augmentation dans les cellules hypoxiques Glucose : non Phosphorylé Intégration cycle Krebs Utilisation énergétique Glucose GLUT 1et3 HIF-1 Accumulation de FDG 6 phosphate Pas d ntégration cycle Krebs Trapping cellulaire GLUT 1 et 3 FDG ATP Hexokinase Phosphorylation glycolyse Hexokinase Phosphorylation glycolyse ATP ADP Glucose-6-P FDG-6-P ADP Krebs 70

71 1- FDG = traceur de la glycolyse, consommation anaérobie du glucose très fréquente dans les cellules cancéreuses Glycolyse : très souvent activée dans la cellule cancéreuse mais : Persistance possible d une consommation aérobique mitochondriale du glucose tant qu il n y a pas de carence en oxygène 2- FDG = traceur de la voie aérobique Non spécifique de l hypoxie Eur J Nucl med Imaging (2008) 35: review article FDG uptake, a surrogate of tumour hypoxia? R.A Dieckx C Van de Wiele 71

72 Captation du 18FDG : dépend de: nombre de transporteurs activité ité hexokinase, sous dépendance, de façon inconstante, de l index de prolifération cellulaire Ki-67 Fixation du 18FDG dans CPNPC Corrélée à certains marqueurs de l hypoxie : Expression plus importante de HIF-1 et Glut-1 Dans les tumeurs à SUV max élevé que dans les tumeurs à SUV max bas Mais pas de différence significative entre SUV max hauts et bas pour l expression de : CA-9, Ki-67 et Glut-3 Van Baardwijk A., et al. The maximum uptake of (18)F-deoxyglucose on positron emission tomography scan correlates with survival, hypoxia inducible factor-1alpha and GLUT-1 in non-small cell lung cancer Eur J Cancer 2007 ; 43 : [cross-ref] 72

73 Données de la littérature 18 F-misonidazole Fmiso (traceur historique) Environ 150 publications - 15 Ph. I, 7 Ph. II 73

74 Caractéristiques Fixation par les cellules l hypoxiques : lente Rapport signal cible sur bruit de fond : faible Multiples métabolites radioactifs parasites Lipophilicité Clairance tissulaire i faible Molécule : Pimonidazole dérivé imidazole très proche chimiquement radio sensibilisant de la cellule hypoxique Dont l emploi a été proposé comme adjuvant pour la RTE des tumeurs hypoxiques 74

75 Eschmann JNM05 26 ORL - 14 CNPC 1-mesure T/BdF à 4h ORL T/Muscle > 1.6 pour 5 patients Poumon T/Mediastin > 2 pour 5 patients 100% récidive chez ces 10 patients 10% pour les 30 autres (N = 3) 2- étude dynamique Récidive à 1 an (après RTE) Prédiction de l effet thérapeutique W.O. rapide 0/4 W.O. intermédiaire 5/8 Rasey et al. IJROBP96 W.O. Accumulation 5/6 Fixation sur 97% des tumeurs ; pas de corrélation fixation/taille Prognostic Impact of Hypoxia Imaging with 18 F-Misonidazole PET in Non-Small Cell Lung Cancer and Head and Neck Cancer Before Radiotherapy Susanne-Martina Eschmann et al J Nucl Med 2005; 46: Rasey J.S., et al. Quantifying regional hypoxia in human tumors with positron emission tomography of [18F]fluoromisonidazole: a pretherapy study of 37 patients Int J Radiat Oncol Biol Phys 1996 ; 36 :

76 Cherk JNM06 17 CNPC opérables SUV F-miso < SUV FDG dans la tumeur 100% de fixation du F-miso Pas de corrélation entre : SUV F-miso et SUV FDG SUV max F-miso 1.20 ( ) 2 patients A : FDG B : F miso intense homogène BdF vaculaire Gagel BMC cancer 06 8 CNPC site de la récidive : zones hypoxiques + en F -miso intense homogène intense hétérogène Cherk M.H., et al. Lack of correlation of hypoxic cell fraction and angiogenesis with glucose metabolic rate in non-small cell lung cancer assessed by 18F-Fluoromisonidazole and 18F-FDG PET J Nucl Med 2006 ; 47 :

77 Données de la littérature 18 F-FAZA Cu-ATSM 77

78 18F- azomycin-arabinoside Etudes précliniques depuis 2003, 3 études cliniques depuis 2007 dont 2 ORL Qualités pour l imagerie vs Fmiso : rapport signal/ bruit Elimination par le rein du FAZA présent dans le sang, le muscle et les tissus mous: rapide Captation inférieure et clairance plus rapide pour les tissus sains => S/B FASA > Fmiso ET Captation supérieure pour les tissus hypoxiques (autoradiographies) => S/B FASA >> Fmiso En pathologie tumorale pulmonaire : également meilleur S/B : délai IV- acquisition 3h : SUV(t) FAZA < SUV(t) F-miso mais SUV(m) FAZA << SUV(m) F-miso Ordres de grandeur S/B : FAZA : 4,4 ± 1,3 vs FMISO : 2,9 ± 0,6 JNM 2005, 46:106 // J Pharm Sci 2007, 10:203 : Reischl G., et al. Imaging of tumor hypoxia with [124I]IAZA in comparison with [18F]FMISO and [18F]FAZA--first small animal PET results J Pharm Pharm Sci 2007 ; 10 :

79 Utilisation pour montrer : Malgré sa faible expérimentation... Discuter! La réduction de l hypoxie tumorale L amélioration de la réponse à la radiothérapie par les médicaments antiangiogéniques (gefitinib, Iressa ) Sorger D., et al. [18F]Fluoroazomycinarabinofuranoside (18FAZA) and [18F]Fluoromisonidazole (18FMISO): a comparative study of their selective uptake in hypoxic cells and PET imaging in experimental rat tumors Nucl Med Biol 2003 ; 30 : [cross-ref] Solomon B., et al. Modulation of intratumoral hypoxia by the epidermal growth factor receptor inhibitor gefitinib detected using small animal PET imaging Mol Cancer Ther 2005 ; 4 : [cross-ref] 79

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

Quantification en tomographie d émission

Quantification en tomographie d émission Quantification en tomographie d émission Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene Séminaire

Plus en détail

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire T. Mognetti et F. Giammarile Introduction La TEP-FDG (Tomographie par Émission de Positons après injection de 18 F- Fluoro-2-Déoxy-Glucose) est un des

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Nouvelles stratégies et nouveaux impacts de l imagerie des cancers

Nouvelles stratégies et nouveaux impacts de l imagerie des cancers 03 CHATAL Page 26 Jeudi, 18. mars 2004 8:21 08 Le cancer : nouvelles données, nouvelles stratégies, nouveaux espoirs Cancer: recent evidence, innovative strategies, future promises 2004 Elsevier SAS. Tous

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 Les différents types de cancers et leurs stades Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 CARCINOGENESE multiple steps, accumulation d altd altérations continuum lésionnel

Plus en détail

F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France

F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France 18F-fluorodéoxyglucose en oncologie. Expérience en Ile de France. 18 F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France H. FOEHRENBACH 1, J. LUMBROSO 2 1 Service Médecine Nucléaire, Hôpital

Plus en détail

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

La nouvelle classification TNM en pratique

La nouvelle classification TNM en pratique La nouvelle classification TNM en pratique Thierry Berghmans Département des Soins Intensifs et Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Bruxelles, Belgique Bases historiques 1946 : Denoix invente le

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride

Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride Benjamin GEISSLER Centre d d Imagerie Nucléaire St-Etienne, Roanne, Le Puy en Velay 1967 2007 Principes Spécialit cialité médicale (1950) Radiologie Radiothérapie

Plus en détail

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Deux grandes questions Cette modalité de présentation, requiert elle une prise en charge

Plus en détail

Traceurs de l hypoxie et radiothérapie

Traceurs de l hypoxie et radiothérapie Traceurs de l hypoxie et radiothérapie Pr Pierre Vera Médecine ucléaire - Rouen QuantIF LITIS (EA 4108) 1 Comment se constitue un tissu hypoxique? Jusqu à 60% de la masse tumorale peut être constituée

Plus en détail

Tumeurs osseuses de l enfantl

Tumeurs osseuses de l enfantl Tumeurs osseuses de l enfantl Enseignement interrégional DES de PédiatrieP Auvergne Rhône Alpes Etienne Merlin Clermont-Ferrand 14 mars 2008 14-15 15 mars 2008 E Merlin DES pediatrie Clermont Ferrand 1

Plus en détail

Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique - 2004 - vol.28 - n 11 569

Médecine Nucléaire - Imagerie fonctionnelle et métabolique - 2004 - vol.28 - n 11 569 J. Monteil, S. Verbeke, B. Melloni, F. Bertin, Th. Ducloux, J.C. Vandroux Mise au point sur l'imagerie au FDG dans les cancers bronchiques. J. Monteil 1, S. Verbeke 1, B. Melloni 2, F. Bertin 3, Th. Ducloux

Plus en détail

Classi cation TNM du cancer bronchique

Classi cation TNM du cancer bronchique Revue des Maladies Respiratoires Actualités (2014) 6, 388-394 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com Classi cation TNM du cancer bronchique TNM classi cation for the lung cancer J.-P. Sculier Service

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE IMAGERIE EN CANCEROLOGIE Méthodes Diagnostiques et Thérapeutiques récentes Frank Boudghene Hopital Tenon - Université Paris 6 FEDERATION D IMAGERIE DU CANCER Nouveautés en IRM IRM Morphologique : Matériel

Plus en détail

VOLUMES-CIBLES Cancer Bronchique Non-à-Petites Cellules

VOLUMES-CIBLES Cancer Bronchique Non-à-Petites Cellules VOLUMES-CIBLES Cancer Bronchique Non-à-Petites Cellules Philippe GIRAUD, Nicolas POUREL, Vincent SERVOIS Romainville, le 29 septembre 2011 1 Radiothérapie et cancer du poumon La dosimétrie des cancers

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiofréquence Interac*on courant électro- magné*que ma*ère agita*on ionique chaleur Coagula*on Nécrose

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

PET/CT et Sarcoïdose. Daniel O Slosman

PET/CT et Sarcoïdose. Daniel O Slosman PET/CT et Sarcoïdose Daniel O Slosman Objectifs (PET-FDG) Rappel technique (SPECT vs. PET) Rappel biologique (Radiotraceurs et FDG) Investigations scintigraphiques (Ga-67 vs autres) Utilité clinique du

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

Introduction. Lésion pulmonaire dite suspecte en l absence l nignité:

Introduction. Lésion pulmonaire dite suspecte en l absence l nignité: Comparaison entre scanner et morphotep dans l él évaluation du stade TNM d une d lésion l pulmonaire suspecte S Ciprian-Corby (1), L Meyer-Bisch (1), MA Muller (2), P Olivier (2), A Bertrand (2), D Régent

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons.

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Un taux de récidive de 30% dans les dix premières années chez des patientes en rémission complète après un traitement curatif, requiert

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations 2005 Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations pour la Pratique Clinique : Standards, Options et Recommandations 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Bases physiques de l imagerie en

Bases physiques de l imagerie en Bases physiques de l imagerie en Médecine Nucléaire (MN) Pr. Malika ÇAOUI Service de Médecine Nucléaire CHU International Cheikh Zaid Faculté de Médecine et de Pharmacie - Rabat- 02/12/2010 Pr. Malika

Plus en détail

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY Les grands syndromes Endoscopie trachéo-bronchique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY 1 Endoscopie souple avec pince et brosse (fibroscopie) 2 Endoscopie Arbre bronchique normal Bifurcation trachéobronchique

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du poumon Juin 2010 Pourquoi ce guide? 2 Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Conflits d intérêts Aucun Introduction Constat : CB = Moins de motivation des pneumologues à obtenir le sevrage tabagique (versus

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

Quelle valeur donner au diagnostic anatomopathologique préopératoire du cancer bronchopulmonaire?

Quelle valeur donner au diagnostic anatomopathologique préopératoire du cancer bronchopulmonaire? Quelle valeur donner au diagnostic anatomopathologique préopératoire du cancer bronchopulmonaire? Olivier Aze 1 *, Nicolas Venissac 1, Daniel Pop 1, Charlotte Cohen 1, Paul Hofman 2, Jérome Mouroux 1 RÉSUMÉ

Plus en détail

Tumeur maligne des os

Tumeur maligne des os Tumeur maligne des os E p idém iologie tumeur maligne primitive de l os touchant essentiellement l adolescent et l adulte jeune. 70% des sarcomes ostéogéniques sont diagnostiqués avant l âge de 18ans dans

Plus en détail

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE L. Lecoq, J. Gendre, N. Sturm, C. Letoublon, MN. Hilleret, JP. Zarski, V. Leroy

Plus en détail

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Bilan d extension locale d une tumeur rectale François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Introduction - Déterminer l extension locale précise d une tumeur rectale est un enjeu majeur pour le radiologue

Plus en détail

Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère

Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère Traitement des tumeurs pulmonaires par RF Chauffage : particularités pulmonaires NICE guidelines RFA LUNG Percutaneous

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN)

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN) UNIVERSITÉ DE MÉDECINE ET PHARMACIE DE CRAIOVA FACULTÉ DE MÉDECINE CONTRIBUTIONS A L'ÉTUDE CLINIQUE ET MORPHOLOGIQUE DES CANCERS DU POUMON Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA Doctorant:

Plus en détail

Optimisation des prélèvements biopsiques à l aiguille Recommandations, contrôle de qualité et perspectives

Optimisation des prélèvements biopsiques à l aiguille Recommandations, contrôle de qualité et perspectives Optimisation des prélèvements biopsiques à l aiguille Recommandations, contrôle de qualité et perspectives Dr Daniel Faverly Anatomie Pathologique Laboratoire CMP, CCR et ECWGBSP Auditeur pour Cancer Care

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles

Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles Introduction Le cancer du poumon est le responsable majeur du décès par cancer 1.4

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

TEP/TDM QUALITÉ DES EXAMENS ET DES DIAGNOSTIQUES

TEP/TDM QUALITÉ DES EXAMENS ET DES DIAGNOSTIQUES TEP/TDM QUALITÉ DES EXAMENS ET DES DIAGNOSTIQUES Présentation par Carl Bellehumeur, T.I.M au CHUM Capsules par Benoît Bourassa Moreau, Physicien médical au CHUM Congrès annuel de l ACMN, 30 Janvier 2015

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail

Nodules thyroïdiens à cytologie indéterminée Prise en charge et perspectives

Nodules thyroïdiens à cytologie indéterminée Prise en charge et perspectives Nodules thyroïdiens à cytologie indéterminée Prise en charge et perspectives Cécile Ghander Unité Thyroïde Tumeurs Endocrines Institut d Endocrinologie Maladies Métaboliques et Médecine Interne 28/06/2014

Plus en détail

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques GRECCAR 4 Groupe de REcherche Chirurgical sur le CAncer du Rectum Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques N EudraCT

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES DE L ASCO

LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES DE L ASCO Communiqué de presse Villejuif, jeudi 30 mai 2013 49 ème congrès de l American Society of Clinical Oncology (ASCO, Chicago, USA, 31 mai 4 juin 2013) LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES

Plus en détail

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales Henri Roché, Institut Claudius Regaud Toulouse, 9 février 2012 Histoire naturelle Les cancers en cause Les éléments de stratégie

Plus en détail

Les tumeurs osseuses chez l enfant.

Les tumeurs osseuses chez l enfant. Les tumeurs osseuses chez l enfant. I. Introduction Une tumeur est caractérisée par une prolifération anormale d une lignée cellulaire pathologique. Les tumeurs osseuses primitives sont séparées en deux

Plus en détail

Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche.

Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche. Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche. Nicole Delépine www.nicoledelepine.fr Pourquoi ne pas poursuive ce protocole qui donne plus de huit

Plus en détail

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201?

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Symposium Covidien, Nice, 10 mai 2010 Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Bernard Songy Centre Cardiologique du Nord St-Denis Thallium 201: Le thallium 201 présente

Plus en détail

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt en lien avec cette présentation

Plus en détail

Place de la scintigraphie osseuse dans les tumeurs osseuses primitives de l'enfant.

Place de la scintigraphie osseuse dans les tumeurs osseuses primitives de l'enfant. F. Giammarile, P. Chauvot Place de la scintigraphie osseuse dans les tumeurs osseuses primitives de l'enfant. F. Giammarile, P. Chauvot Centre Léon Bérard - Médecine Nucléaire - Lyon. Résumé La scintigraphie

Plus en détail

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Institut Cancérologie de l Ouest CHIRURGIE Dr. Isabelle Jaffré CAS CLINIQUE 1 36 ans 90B sans CI radiothérapie

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE Service de Radiologie de l hôpital l Habib Thameur, Tunis. Tunisie INTRODUCTION Les kystes hydatiques abdominaux extrahépatiques: : rares

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

Pathologies tumorales thoraciques : intérêt de l IRM de perfusion et de diffusion avant biopsie

Pathologies tumorales thoraciques : intérêt de l IRM de perfusion et de diffusion avant biopsie Pathologies tumorales thoraciques : intérêt de l IRM de perfusion et de diffusion avant biopsie Szwarc D.(1), Bour L.(1), Chapron J.(2), Gibault L.(3), Gouya H.(1), Abdelli O.(1), Fregeville A.(1), Silvera

Plus en détail

Cancer recto-colique : l imagerie médicale. Introduction. Dr Marc Lacrosse, Service de Radiologie, Cliniques UCL de Mont-Godinne Septembre 2007

Cancer recto-colique : l imagerie médicale. Introduction. Dr Marc Lacrosse, Service de Radiologie, Cliniques UCL de Mont-Godinne Septembre 2007 1 Cancer recto-colique : l imagerie médicale Dr Marc Lacrosse, Service de Radiologie, Cliniques UCL de Mont-Godinne Septembre 2007 Introduction Si l on considère la contribution de l imagerie médicale

Plus en détail

Quels sont les facteurs qui font augmenter les risques de cancer du rein?

Quels sont les facteurs qui font augmenter les risques de cancer du rein? Qu est-ce que le cancer du rein? L adénocarcinome rénal est le type le plus fréquent de cancer du rein 1. Le rôle des reins consiste à filtrer le sang et à évacuer les déchets de l organisme dans l urine.

Plus en détail

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Médicale R.Sai, K.Bouzid Service d Oncologie d Médicale, M E.H.S Centre P & M Curie, Alger introduction Chimiothérapie anti-canc

Plus en détail

Intérêt du TEP-FDG dans la prise en charge des métastases des cancers urologiques

Intérêt du TEP-FDG dans la prise en charge des métastases des cancers urologiques Volume 18 - Septembre 2008 - Numéro 5 Journal de l Association Française d Urologie, de l Association des Urologues du Québec, et de la Société Belge d Urologie Progrès en Urologie (2008), Suppl. 7, S208

Plus en détail

CANCERS ET RAYONNEMENTS IONISANTS Fortes doses: seconds cancers après radiothérapie

CANCERS ET RAYONNEMENTS IONISANTS Fortes doses: seconds cancers après radiothérapie CANCERS ET RAYONNEMENTS IONISANTS Fortes doses: seconds cancers après radiothérapie Rencontres Nucléaire et Santé 08/02/2013 Pierre BEY Professeur émérite de Cancérologie;Radiothérapie Université de Lorraine

Plus en détail

Journées DESC-SCVO 6 et 7 juin 2011 C. AUDOUY, BREST

Journées DESC-SCVO 6 et 7 juin 2011 C. AUDOUY, BREST Journées DESC-SCVO 6 et 7 juin 2011 C. AUDOUY, BREST Tumeurs rares. Classifications diverses: histologie, microscopie, macroscopie, immunohistochimie, radiologie. Tumeurs et lésions kystiques. 1/ Kystes

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

Lymphome non hodgkinien

Lymphome non hodgkinien Lymphome non hodgkinien Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca LYMPHOME NON HODGKINIEN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque

Plus en détail

B Gallix, Montpellier/Fr

B Gallix, Montpellier/Fr 1/64 IRM du cancer du rectum Pré / Post radiothérapie rapie B Gallix, Montpellier/Fr 2/64 IRM du rectum: Rappel radio- n Rectum n Fascias n Releveur de l anusl n Sphincters anatomique 3/64 Rappel radio-anatomique

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Pierre Lèguevaque CHU Rangueil Toulouse Intérêt de la démarche qualité: L amélioration de la qualité des pratiques professionnelles est devenue nécessaire

Plus en détail

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme Patho Med Cours 5 Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme BPCO: B: Broncho ( Bronche) P: Pneumopathie C: Chronique O: Obstructive Asthme Maladies avec des spasmes bronchiques Maladies avec des spasmes

Plus en détail

Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé. Mathilde Gisselbrecht Capacité de gériatrie- Février 2009

Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé. Mathilde Gisselbrecht Capacité de gériatrie- Février 2009 Cancer broncho-pulmonaire du sujet âgé Mathilde Gisselbrecht Capacité de gériatrie- Février 2009 Généralités Cancer bronchique primitif = cancer le plus fréquent en incidence dans le monde Incidence en

Plus en détail

Le GELARC. Groupe d Etude des Lymphomes de l Adulte Recherche Clinique. Biotuesday 8 septembre 2009

Le GELARC. Groupe d Etude des Lymphomes de l Adulte Recherche Clinique. Biotuesday 8 septembre 2009 Le GELARC Groupe d Etude des Lymphomes de l Adulte Recherche Clinique Biotuesday 8 septembre 2009 Pascal Deschaseaux Médecin, MBA Depuis 1990 dans les industrie de santé Pierre Fabre: Directeur Médical

Plus en détail

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre!

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! La Clinique du sein du CHPLT Pour vous et pour votre famille Centre Hospitalier Peltzer - La Tourelle de Verviers Le cancer du sein : nous pouvons le vaincre!

Plus en détail