Traitements anticancéreux oraux des tumeurs solides (1 re partie)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traitements anticancéreux oraux des tumeurs solides (1 re partie)"

Transcription

1 Traitements anticancéreux oraux des tumeurs solides (1 re partie) Le nombre de cas de cancer diagnostiqués au Canada augmente d année en année, notamment à cause de la population vieillissante. Les nouveaux traitements commercialisés sont de plus en plus orientés vers la chimiothérapie et autres thérapies à prendre à à domicile, ce qui comporte plusieurs avantages pour le patient. Le but de cet article en deux parties est de permettre aux pharmaciens communautaires d être plus à l aise en matière de prise en charge, de conseils et de suivi des effets indésirables liés à la chimiothérapie per os dans le traitement des tumeurs solides. Cette première partie abordera l incidence des différents cancers et les molécules utilisées dans le cancer du poumon, les tumeurs du système nerveux central, le cancer du foie et le mélanome métastatique. La deuxième partie se concentrera sur les molécules utilisées dans le traitement du cancer du sein, du cancer colorectal et du cancer du rein, et sur le rôle du pharmacien dans l adhésion au traitement. Le cancer constitue la principale cause de mortalité au Canada. On estime qu il y aura eu, à la fin de 2012, nouveaux cas de cancer (à l exclusion du cancer de la peau autre que le mélanome) et décès 1. La hausse du nombre de nouveaux cas est principalement attribuable à l accroissement et au vieillissement de la population. À cet effet, 69 % des nouveaux cas de cancer et 62 % des décès touchent des personnes de 50 à 79 ans. La forte prévalence de cette maladie ainsi que la morbidité et la mortalité associées font en sorte que le cancer pose plusieurs défis pour notre système de santé. Dans la perspective du patient, il a un effet profond sur la qualité de vie à court, moyen et long termes. Selon le type et le stade du cancer au moment du diagnostic, un traitement de chimiothérapie peut être débuté en tenant compte de la volonté et du statut de performance du patient. Celui-ci est déterminé par le médecin à l aide de l échelle du Eastern Cooperative Oncology Group (ECOG) qui cote le patient de 0 (pleinement actif) à 4 (alité au lit en permanence). Les patients recevant la chimiothérapie ont un statut ECOG entre 0 et 2. Généralement, les doses d agents cytotoxiques conventionnels sont calculées à partir de la surface corporelle, avec des formules comme la règle de Dubois datant de 1916 (0, x taille 0,725 x poids 0,425 ), alors que les doses des récentes molécules ciblées sont fixes pour la majorité des patients. Les traitements sont donnés majoritairement par voie intraveineuse à l hôpital. Cependant, la chimiothérapie et les nouvelles thérapies ciblées jouent un rôle de plus en plus important, que ce soit en monothérapie ou en association avec des agents cytotoxiques intraveineux. L approche thérapeutique du cancer est en pleine révolution. Au cours de la dernière décennie, des progrès majeurs ont été accomplis dans la compréhension des causes génétiques du cancer, ce qui a permis de commercialiser des molécules ciblant les cellules cancéreuses 2. Par exemple, l imatinib (Gleevec MD ) a révolutionné le traitement de la leucémie myéloïde chronique en prolongeant la survie chez les patients atteints d une mutation au niveau du chromosome de Philadelphie. Pour une prise en charge des effets indésirables, plusieurs outils sont mis à la disposition des pharmaciens communautaires. Le guide de traitement des nausées et vomissements induits par la chimiothérapie du Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CEPO) passe en revue les agents antiémétiques et leur utilisation selon le potentiel émétisant des différentes chimiothérapies. Bien que la dernière version de ce guide date de mai 2009, une nouvelle mise à jour est attendue durant la prochaine année 3. Écrit par un comité d experts de pharmaciens en oncologie, le guide ONCible passe en revue tous les effets indésirables des thérapies ciblées et leur prise en charge 4. Les sites Internet du Groupe d étude en oncologie du Québec (GEOQ), de la British Columbia Cancer Agency (BCCA) et du Cancer Care Ontario (CCO) sont d autres sources de référence très complètes pour les pharmaciens communautaires 5,6. Cancer du poumon Au Canada, en 2012, nouveaux cas (13,7 %) de cancer du poumon ont été diagnostiqués; il constitue ainsi le deuxième cancer le plus fréquent chez les hommes (après le cancer de la prostate) et les femmes (après le cancer du sein) 1. Le cancer du poumon est souvent découvert de façon tardive et demeure le plus meurtrier des cancers avec une survie à cinq ans après le diagnostic d environ 15 %. Le tabagisme primaire et secondaire est responsable à 85 % des décès associés au cancer du poumon. On prévoit que l incidence mondiale augmentera dans les prochaines années, surtout à cause de l utilisation du tabagisme dans les pays en émergence (Chine, Inde, etc.). En tant que pharmacien, il est très important d intervenir auprès du patient fumeur, car le risque de développer un cancer du poumon diminue de 80 % à 90 % après 15 ans de cessation tabagique 7. Si le patient ne désire pas arrêter de fumer, il est possible de réévaluer ses intentions périodiquement ou de lui proposer de diminuer sa consommation. Dans une étude de cohorte observationnelle d une durée de 31 ans, une réduction de 25 % de la mortalité secondaire au cancer du poumon a été observée Texte rédigé par Jean-Philippe Adam, B. Pharm., M. Sc., Département de pharmacie du CHUM. Texte original soumis le 10 septembre Texte final remis le 23 octobre Révision : Nathalie Letarte, B. Pharm., M. Sc., DESG, BCOP, pharmacienne en oncologie, Département de pharmacie du CHUM, et professeure adjointe de clinique à la Faculté de pharmacie de l Université de Montréal; et Stéphanie Biron, B. Pharm. novembre 2012 vol. 59 n 7 Québec Pharmacie 13

2 chez les patients réduisant leur consommation de moitié dans le cas où ils fumaient plus de 15 cigarettes par jour 8. Les bénéfices quant à la survie sont également visibles chez les patients ayant un diagnostic de cancer du poumon et recevant un traitement de chimiothérapie. Les symptômes non spécifiques sont la toux, une perte de poids, une douleur thoracique, de la dyspnée, de l hémoptysie et une voie rauque 9. On distingue deux catégories de cancer du poumon : cancer du poumon à petites cellules (CPPC) (13-20 %) et cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) (80-87 %). Le CPPC, très agressif s il n est pas traité, présente souvent des syndromes paranéoplasiques et est généralement plus sensible à la radiothérapie et à la chimiothérapie. Le traitement est principalement la chimiothérapie intraveineuse composée d un doublet de platine (cisplatine ou carboplatine) et d étoposide avec ou sans radiothérapie. Le CPNPC a une croissance plus lente et est plus résistant à la chimiothérapie et à la radiothérapie. Sur le plan histologique, on peut diviser le CPNPC en adénocarcinome (37-47 %), en cellules épithéliales (25-32 %) et à grandes cellules (10-18 %) 10. Le traitement standard pour les stades 1, 2 et 3A consiste en une résection du lobe ou du poumon touché. La chimiothérapie adjuvante a des bénéfices seulement pour les stades 2 et 3A. Dans le stade 3B et 4, le traitement standard reste une chimiothérapie intraveineuse associant un doublet de platine en première intention 11. Le géfitinib est indiqué dans le traitement de première intention du cancer du poumon chez les patients avec une mutation du récepteur du facteur de croissance épidermique (EGFR). L erlotinib, plus utilisé que le géfitinib, peut être employé en deuxième ou troisième intention de traitement, sans égard au statut EGFR. Erlotinib (Tarceva MD ) L erlotinib est un inhibiteur réversible des tyrosines kinases et spécifique au récepteur du facteur de croissance épidermique 12. L activation de la tyrosine kinase EGFR a été identifiée comme étant la clé d une cascade de réactions menant à l augmentation de la prolifération, de la motilité et du potentiel invasif de la cellule cancéreuse. Ce récepteur est surexprimé dans 10 % à 15 % des CPNPC, en plus d être présent dans plusieurs autres types de cancer. L erlotinib a été étudié dans plusieurs intentions de traitement (première, deuxième et troisième intentions), de même qu en entretien chez les patients avec un CPNPC non résécable ou métastatique (stade 3B ou 4) à la dose de 150 mg par jour en continu. L erlotinib a été étudié en première intention chez les patients ayant une mutation au niveau du récepteur EGFR et a montré des bénéfices limités, quoique significatifs 13. En traitement d entretien après quatre cycles d un doublet de platine, l erlotinib a permis d obtenir de minces bénéfices sans impact sur la qualité de vie 14. Quoiqu indiqué au Canada en traitement d entretien, ses bénéfices de survie d à peine un mois par rapport au coût du traitement limitent son utilisation. La principale utilisation de l erlotinib est en deuxième ou troisième intention; les gains sur la survie médiane (deux mois) et la qualité de vie y sont les plus importants 15. Dans ce contexte, l impact de l erlotinib est semblable à celui de la chimiothérapie standard (docétaxel, pemetrexed, etc.) 16. Pour des options comparables, le choix du traitement en deuxième ou troisième intention devrait être fait avec le patient en fonction du profil de toxicité. Parmi les effets indésirables les plus fréquents, notons les éruptions cutanées et les diarrhées (tableau III). La présence de rash peut compromettre l efficacité du traitement par réduction de la dose ou interruption définitive. Afin d éviter cette situation, il est démontré qu une prise en charge rapide et concertée est nécessaire 17. Les éruptions cutanées se présentent généralement sous forme acnéique durant les deux à quatre semaines suivant le début du traitement et seraient un facteur de bonne réponse au traitement. Habituellement, les patients peuvent ressentir une sensation de brûlure, de rougeur et d œdème; dans de rares cas, des surinfections bactériennes peuvent survenir. Une sécheresse de la peau peut apparaître quatre à six semaines suivant le début du traitement sur les régions atteintes par le rash dû à une perte de rétention hydrique au niveau de l épiderme. En tout temps, les mesures non pharmacologiques doivent être appliquées; elles consistent en une bonne hydratation orale et locale à l aide d une crème émolliente sans parfum ni irritant, au moins trois à quatre fois par jour 18. Dès l apparition d un rash de grade 1, la plupart des auteurs suggèrent l utilisation d un antibiotique et de corticostéroïdes topiques de faible intensité. S il y a progression ou apparition d un rash de grade 2, un traitement par antibiotique oral ou corticostéroïde topique d intensité modérée à élevée doit être envisagé. Au grade 3 ou 4, le traitement doit être suspendu et la dose réévaluée. Il faut de plus envisager la prednisone per os chez certains patients (tableau I). Les diarrhées sont généralement maîtrisées par l instauration de Tableau I Algorithme de traitement pour le rash secondaire aux inhibiteurs de l EGFR 18 (selon l ordonnance collective du CHUM disponible sur le site Internet du GEOQ 5 ) Grade 1A ou 1B Grade 2A ou 2B Grade 3A ou 3B * Clindamycine topique 1 % clindamycine topique 1 % Recommandations selon + + la décision médicale : Crème d hydrocortisone 1 % crème d hydrocortisone 1 % au visage cesser le traitement et réévaluer la dose + + APPLICATION BID Crème de bétaméthasone valérate 0,1 % ailleurs sur le corps analgésiques si rash douloureux aux régions affectées jusqu à + résolution du rash (grade 0) APPLICATION BID si inflammation et douleur importante : aux régions affectées jusqu à résolution du rash (grade 0) prednisone 25 mg PO DIE x 48 heures + puis 10 mg PO DIE x 10 jours minocycline* 100 mg PO BID pour 4 semaines minimum ou selon suggestion du médecin traitant et poursuivre si le rash demeure symptomatique + si surinfection possiblement à Si lésions au cuir chevelu : ajouter une lotion capillaire Staph. Aureus : céfuroxime axétil, de bétaméthasone valérate 0,1 % HS jusqu à résolution céphalexine, TMP/SMX * Consulter le médecin traitant en s assurant que le plan d intervention tel que décrit pour un grade 2 a été appliqué et poursuivre les médicaments prescrits en prophylaxie. 14 Québec Pharmacie vol. 59 n 7 novembre 2012

3 Traitements anticancéreux oraux des tumeurs solides (1 re partie) lopéramide à dose régulière (4 mg immédiatement, puis 2 mg à chaque selle liquide). Dans le cas d éruption cutanée ou de diarrhées très importantes (grade 3 ou 4), il faut suspendre le traitement jusqu à résolution de l effet indésirable et reprendre l erlotinib à dose réduite, soit 100 mg. L erlotinib doit être pris à jeun une heure avant un repas ou deux heures après, car la nourriture augmente son absorption. Si le patient est incapable d avaler, il est possible de dissoudre le comprimé dans 100 ml d eau pour une administration immédiate 19. Ce médicament est métabolisé principalement par le cytochrome 3A4 et éliminé par les fèces (90 %). Par conséquent, tous les médicaments ayant un effet inhibiteur ou inducteur du 3A4 peuvent changer ses concentrations plasmatiques. Si l interaction ne peut être évitée, en présence d un inhibiteur, il faut administrer l erlotinib à dose réduite (50 mg DIE), tandis qu en présence d un inducteur, la dose standard peut être débutée (150 mg DIE) puis réévaluée selon la tolérance après deux semaines (tableau IV). L absorption d erlotinib est dépendante du ph gastrique et peut être diminuée de 40 % à 61 % lorsque ce médicament est administré avec un inhibiteur de la pompe à protons (IPP). Il est suggéré de changer l IPP pour un antiacide et d espacer de deux heures la prise de ces deux médicaments. Dans le cas où l IPP ne peut être changé après une discussion avec le médecin, le statu quo est préférable puisqu une augmentation des doses d erlotinib semble peu efficace pour renverser l interaction. Afin que l erlotinib soit remboursé par le régime général d assurance médicaments du Québec (RGAM), il faut d abord faire une demande de médicament d exception pour son utilisation dans le CPNPC de stade 3B/4 en deuxième ou troisième intention chez les patients connaissant un échec à un doublet de platine. Géfitinib (Iressa MD ) Le géfitinib est un inhibiteur des tyrosines kinases réversible et spécifique au récepteur EGFR, avec une faible affinité pour le récepteur du facteur de croissance épithélial humain (HER-2) 12. Malgré un mécanisme d action similaire, le niveau d activité du géfitinib contre la cellule cancéreuse semble plus faible que celui de l erlotinib. À une dose de 250 mg en continu, le géfitinib a été étudié dans plusieurs intentions de traitement du CPNPC. Les études se sont révélées négatives en première intention, lorsque le médicament était combiné à un doublet de platine (carboplatine/paclitaxel ou cisplatine/gemcitabine), au stade 3 ou 4 20,21. Des analyses de sous-groupes ont démontré que les patients avec une mutation activatrice de l EGFR semblaient tirer certains bénéfices 22,23. Par conséquent, l indication du géfitinib se limite au traitement en première intention en présence d une mutation à l EGFR. D autres études ont montré des bénéfices mitigés en monothérapie en deuxième ou troisième intention, si bien que, dans ce contexte, la majorité des cliniciens préfèrent utiliser l erlotinib. Les effets indésirables les plus fréquents sont les diarrhées et les problèmes cutanés (tableau III). Ils sont en lien avec le mécanisme d action, et la prise en charge est la même qu avec l erlotinib. Chez les patients ayant des effets indésirables de grade 3 ou 4, il est suggéré de suspendre la prise du médicament pour une durée minimale de deux semaines, puis de réintroduire le géfitinib à la même dose. Notons que seuls des comprimés de 250 mg sont offerts dans le commerce ; il n est donc pas possible de suggérer une diminution de dose après un échec de la réintroduction du médicament. Dès lors, il vaut mieux envisager un changement de traitement. Chez les patients ayant de la difficulté à avaler, le géfitinib peut être dissous dans 125 ml d eau pour une administration immédiate 24. Il peut être pris avec ou sans nourriture. L élimination hépatique via le cytochrome 3A4 entraîne la transformation en O-desméthyl géfitinib, son métabolite principal qui montre une très faible activité cancéreuse 25. Par conséquent, aucun ajustement n est nécessaire en fonction de l âge, du poids, de la race, de la fonction rénale ou de la fonction hépatique. On recommande tout de même un suivi plus étroit chez les patients atteints d insuffisance rénale ou hépatique sévère. Dans le cas où il y aurait un inducteur du cytochrome 3A4, des études de cinétique ont montré une diminution significative des concentrations plasmatiques du médicament, si bien qu il doit être augmenté à 500 mg. Mis à part cette situation, la dose de géfinitib à utiliser est de 250 mg per os DIE en continu. Afin que la prise de géfitinib soit couverte par la RGAM, une demande pour patient d exception doit être faite. Le seul motif de remboursement est son utilisation dans un contexte de première intention des patients CPNPC de stade 3B ou 4 et présentant une mutation activatrice de l EGFR. Tableau II Format, coût et statut RAMQ des médicaments cytotoxiques Nom de Nom commercial Fabricant Formats disponibles Coût approximatif RGAM la molécule pour un cycle ($)* Témozolomide Temodal MD Merck Canada Inc. Capsules de 5, 20, 100, Avec radiothérapie Médicament 140, 180 et 250 mg (42 jrs) : 9145 $ d exception M maintien (5 jrs) : 1875 à 2664 $ Lomustine CeeNU MD Bristol-Myers Squibb Capsules de 10, 40 Monothérapie/ patient et 100 mg association (1 jr) 54 $ d exception Procarbazine Matulane MD Sigma-Tau Pharmaceuticals Capsules de 50 mg Fournie par l hôpital Médicament couvert Erlotinib tarceva MD Hoffmann-La Roche Comprimés de 25, Continu (30 jrs) : 2439 $ Médicament d exception 100 et 150 mg Géfitinib iressa MD astrazeneca Comprimés de 250 mg Continu (30 jrs) : 2238 $ Patient d exception Étoposide VePesid MD Bristol-Myers Squibb Capsules 50 mg Monothérapie (28 jrs) : Médicament couvert 1078$ Sorafénib Nexavar MD bayer comprimés de 200 mg Continu (30 jrs) : 5879 $ Patient d exception Vémurafenib Zelboraf MD Hoffmann-La Roche/ Comprimés 240 mg Continu (28 jrs) : $ En évaluation, Genentech en discussion avec le fabricant * Coûts chez AmerisourceBergen ($ CAN) calculé pour un patient avec une surface corporelle moyenne de 1,73 m 2 novembre 2012 vol. 59 n 7 Québec Pharmacie 15

4 Étoposide (VePesid MD ) L étoposide est un dérivé semi-synthétique de la podophyllotoxine apparenté aux alcaloïdes de la vinca. Le mécanisme d action serait lié à l inhibition de la topoisomérase II. L étoposide est également disponible par voie intraveineuse et a démontré une activité dans plusieurs cancers (cancer du poumon à petites cellules, testicules, lymphome non hodgkinien, etc.). L une des indications de l étoposide oral est pour le cancer du poumon à petites cellules, en association avec une platine en première intention ou en monothérapie en deuxième intention chez des patients non candidats à une autre chimiothérapie intraveineuse conventionnelle. Cependant, étant donné que certaines études ont été menées presque uniquement par voie intraveineuse, la voie per os demeure très peu utilisée. Le fabricant recommande de doubler les doses d étoposide lorsque l on passe de la voie intraveineuse à la voie per os, selon des données cinétiques qui estiment la biodisponibilité par la bouche à environ 50 % (17 %-137 %) avec une variabilité intra et inter-patients 26,27. De plus, il semblerait qu il y ait une saturation dans l absorption à des doses supérieures à 200 mg, si bien qu il faudrait fractionner les doses au-delà de ces 200 mg. Plusieurs schémas d étoposide ont été évalués, et bien qu il semble y avoir un avantage sur le plan cinétique en faveur d une administration étendue (durant 14 à 21 jours), les avantages cliniques restent flous et les études à double insu sont très peu nombreuses 28. Notons qu il est possible de concevoir une solution magistrale d étoposide à partir de la formulation intraveineuse dans du jus d orange, de pomme ou de limonade chez les patients souffrant de dysphagie (concentration de 0,4 mg/ml). Les toxicités de l étoposide sont principalement l alopécie partielle à totale, les nausées et les vomissements, la neutropénie, l anémie et la thrombocytopénie (tableau III). Les problèmes hématologiques sont liés à la dose; par conséquent, cette dernière doit être réévaluée à la baisse de façon empirique (20 %-50 %) lors d une myélosuppression répétée. Le potentiel émétique est léger, si bien que la prochlorpérazine ou la métoclopramide per os devrait être donnée avant chaque prise d étoposide 3. En insuffisance rénale chronique légère à modérée (clairance de la créatinine entre ml/min), la dose d étoposide doit être réduite de 25 % et en insuffisance rénale sévère (Clcr < 15 ml/min), de 50 % (tableau IV). L étoposide figure dans la liste régulière de la RGAM, par conséquent, sa prise est couverte d emblée. Tumeurs du système nerveux central Les tumeurs primaires du système nerveux central (SNC) représentent 3 % de tous les cancers chez l adulte, avec un pic d incidence entre 45 et 65 ans 1. Les cancers primaires du SNC sont classés par types de cellules tumorales et par le grade histologique : les tumeurs bénignes (méningiome, schwannome, adénome pituitaire), les tumeurs malignes (astrocytome, astrocytome anaplasique, glioblastome multiforme), les oligodendrogliomes (< 5 %) et les lymphomes primaires du SNC (3-5 %) 29. Les tumeurs malignes, bien que localement invasives, créent rarement des métastases systémiques étant donné l absence de système lymphatique au niveau cérébral. De plus, la barrière hématoencéphalique est un obstacle important à une chimiothérapie efficace, car elle restreint l accès à la plupart des agents oncologiques. Chez l adulte, le glioblastome multiforme (GBM) représente plus de 50 % des tumeurs primaires du SNC et affiche une mortalité élevée. Malgré les traitements actuels, la survie médiane est généralement moins d un an suivant le diagnostic et la majorité des patients décèdent après deux ans. Le traitement standard du GBM repose sur la chirurgie (excision 95 % de la tumeur), le témozolomide en concomitance avec la radiothérapie, puis en monothérapie. En cas de récidive ou de résistance au traitement, la lomustine peut être employée en monothérapie ou avec la vincristine et la procarbazine (protocole PCV) en deuxième intention. Témozolomide (Temodal MD ) Synthétisé en 1984, le témozolomide (TMZ) est un dérivé imidazole de deuxième génération 30. Ce promédicament est rapidement absorbé et hydrolysé de façon extrahépatique en MTIC, son principal métabolite actif. L activité antitumorale est principalement due à l alkylation de l ADN 31. La cellule cancéreuse peut développer des mécanismes de résistance, notamment via l O 6 -méthylguanine méthyltransférase (MGMT), enzyme de réparation de l ADN. Le témozolomide (TMZ) est indiqué dans le traitement du glioblastome multiforme en première intention de traitement, en association avec la radiothérapie, puis en traitement adjuvant en monothérapie 32. Lorsqu utilisé en concomitance avec la radiothérapie, le TMZ doit être administré de façon quotidienne à 75 mg/m 2 / jour, afin d épuiser la quantité de MGMT, qui peut être induite par la radiothérapie. Cela permettrait d obtenir une meilleure efficacité sans plus d effets indésirables 33. Une fois la radiothérapie terminée, le TMZ est utilisé à raison de 150 mg/m 2 /jr durant 5 jours et tous les 28 jours en maintenance. Si le patient tolère bien la dose, il est possible de l augmenter à 200 mg/m 2 /jr à partir du deuxième cycle afin d obtenir l effet maximal. En cas de neutropénie ou de thrombocytopénie prolongée, on peut diminuer les doses du prochain cycle de 50 mg/m 2 /jour, jusqu à une dose minimale de 100 mg/m 2 /jour. Parmi les autres effets indésirables possibles, on note les nausées, les vomissements, l alopécie, la constipation, la thrombocytopénie et les Tableau III Effets indésirables communs et importants par médicament 4-6 Nom de la molécule HTA Sx MP N/V D Mucosites Neutro Thrombo Anémie Rash Fatigue Céphalée Témozolomide / Lomustine /++ Procarbazine /++ +/++ Erlotinib /++ ++ Géfitinib Étoposide Sorafénib Vémurafenib +/ = 5 à 10 % ++ = 11 à 25 % +++ = 26 à 40 % ++++ = 40 à et plus Légende : HTA = hypertension, Sx MP = syndrome palmo-plantaire, N/V = nausées et vomissements, D = diarrhée, Muco = mucosite, Neutro = neutropénie, Thrombo = thrombocytopénie, HypoT4= hypothyroïdie, Toxicité rénale = élévation de la créatinine, Toxicité hépatique = élévation enzyme AST/ALT ou élévation de la bilirubine 16 Québec Pharmacie vol. 59 n 7 novembre 2012

5 Traitements anticancéreux oraux des tumeurs solides (1 re partie) neutropénies. Le potentiel émétique du TMZ est modéré et les nausées ont tendance à survenir durant les premiers jours de traitement. La dexaméthasone, pouvant être aussi utilisée pour diminuer l œdème cérébral souvent induit par la radiothérapie, ne suffit pas à elle seule à maîtriser les nausées de façon optimale. Le guide du CEPO et du National Comprehensive Cancer Network (NCCN) recommande l ajout d un antagoniste 5-HT3 (odansétron 8 mg ou granisétron 1 mg) avant une thérapie modérément émétisante et l utilisation d une médication de secours (prochlorpérazine 10 mg PO/IR q4-6h au besoin ou métoclopramide 10 mg PO q4-6 h au besoin) 3,34. La nourriture affecte peu la cinétique du TMZ, si bien qu il peut être pris avec ou sans nourriture. Toutefois, il doit être administré une heure avant la radiothérapie. Un léger éclaircissement des cheveux peut se produire principalement avec un schéma mensuel plus intense. L élévation des enzymes hépatiques peut survenir et un suivi des bilans hépatiques tous les mois, en même temps que la FSC, est recommandé. Enfin, lorsque le TMZ est utilisé, une prophylaxie de Pneumocystis jirovecci (PPJ) est requise 31,35. En clinique, le sulfaméthoxazole/ trimétoprime (Bactrim DS MD ) 800/160, à raison d un comprimé trois fois par semaine, ou la dapsone 1500 mg DIE (en cas de rupture de stock ou d allergie) est généralement employé. Les enzymes hépatiques ne jouent qu un rôle mineur dans le métabolisme du TMZ et du MTIC, si bien qu il n y a aucune interaction à prendre en compte lors de la validation du traitement. L élimination du TMZ est plus étroitement liée à la surface du corps et n est pas affectée par l âge, la fonction hépatique ou rénale (tableau IV). En vue d une prise en charge par la RGAM, il convient de faire une demande de médicament d exception pour les indications mentionnées précédemment. Alopécie HypoT4 Toxicité Toxicité rénale hépatique +/ /+++ + Lomustine (CCNU, CeeNU MD ) La lomustine est un agent nitrosuré découvert dans les années 1950 et étudié dans plusieurs cancers au cours des années Le CCNU est transformé en métabolites au niveau hépatique et du tractus gastro-intestinal. Le CCNU ne semble pas avoir de toxicité directe sur l ADN comme le témozolomide, mais son alkylation prévient sa réparation et altère la structure de l ARN et des protéines. Actuellement, les indications du CCNU en monothérapie sont plutôt limitées au traitement du GBM en deuxième intention, étant donné la toxicité hématologique de la molécule. La lomustine seule a permis d obtenir un taux de réponse variant entre 30 % et 50 % pour une durée moyenne de six mois dans quelques petites études. Le CCNU peut être parfois associé avec la procarbazine et la vincristine (protocole PCV), mais son utilisation est plutôt limitée et le traitement est fourni par l hôpital 36. Le CCNU doit être employé à la dose initiale de mg/m 2 et à une fréquence minimale de six semaines. L écart entre les cycles est très important à cause de l effet retardé de la myélosuppression qui survient entre la quatrième et la sixième semaine. Cet effet semble cumulatif, lié à la dose et accentué lorsque ce médicament est utilisé avec d autres agents de chimiothérapie (p. ex., PCV). La myélosuppression peut durer d une à deux semaines. Si les cibles de la FSC ne sont pas atteintes, il est possible de retarder le cycle d une semaine. Si la neutropénie ou thrombocytopénie est prolongée, il est possible de diminuer empiriquement le CCNU à 70 % ou 50 % de la dose de départ. Les autres effets indésirables à surveiller sont les nausées et les vomissements qui surviennent après trois à six heures et durent 24 heures. Le potentiel émétique du CCNU est modéré, par conséquent, il est suggéré de prendre un antagoniste 5-HT3 30 à 60 minutes avant la prise de la dose. Malgré la biotransformation au niveau hépatique, il ne semble pas avoir d interaction avec le CCNU et aucun ajustement en insuffisance rénale n est suggéré (tableau IV). La prescription de lomustine n est pas couverte par la RGAM et une demande pour patient d exception doit être adressée afin d obtenir un remboursement. Procarbazine (Matulane MD ) La procarbazine a été synthétisée à l origine en tant qu inhibiteur de la monoamine oxydase (IMAO), mais elle a été utilisée comme agent antinéoplasique 37. Son activation a lieu sur le plan périphérique ou hépatique, au niveau des cytochromes P450, afin d inhiber la synthèse d ADN, d ARN et des protéines de la cellule cancéreuse. La procarbazine présente des effets thérapeutiques similaires à ceux des agents alkylants, mais aucune résistance croisée de par sa nature chimique différente 38. À l heure actuelle, l utilisation de la procarbazine est limitée à quelques cas, soit dans le GBM résistant au témozolomide en association avec la vincristine et la lomustine (protocole PCV), ou dans certains cas de lymphomes cérébraux. Dans le régime PCV, la procarbazine est utilisée à la dose de 60 mg/m 2 /jour au coucher, du jour 8 au jour 22 et pour un cycle de six semaines. Quoiqu aucun ajustement en insuffisance rénale et hépatique ne soit suggéré, la monographie demande de vérifier les toxicités, car il pourrait y avoir accumulation (tableau IV) 39. En ce qui concerne les effets indésirables, il faut veiller à la survenue des éruptions cutanées, des nausées et de la myélosuppression (tableau III). Le potentiel émétique est faible, ce qui ne nécessite pas de traitement antinauséeux d emblée. Il a été rapporté que la procarbazine pourrait avoir un effet antabuse, par conséquent, le patient ne doit pas ingérer d alcool durant le traitement. Étant donné les propriétés IMAO de la procarbazine, les patients doivent éviter les aliments riches en tyramine pendant toute la durée du traitement (p. ex., harengs, cheddar, bière, chou, thon). Contrairement au TMZ et à la lomustine, la procarbazine est couverte d emblée par la RGAM. Cancer du foie Au Canada, le cancer primaire du foie représente 1,1 % de tous les cancers. L incidence est deux fois plus importante chez l homme que chez la femme avec un âge moyen au diagnostic d entre 50 et 60 ans 1. Les deux principaux facteurs de risque sont l hépatite B et C. Comme ces maladies sont plus fréquentes dans les pays en émergence, le cancer hépatique est le cinquième cancer en importance au monde. Lors du diagnostic, il importe de distinguer le cancer primaire du foie d une métastase hépatique d un autre cancer primaire, beaucoup plus fréquente. Les symptômes les plus communs sont une douleur abdominale dans le cadran supérieur droit, une perte de poids avec impression rapide de satiété, une jaunisse, l élévation des enzymes hépatiques (AST/ALT, phosphatase alcaline) et de la fièvre, et ils varient selon le stade de la maladie. Ces symptômes peuvent différer selon la position de la masse au niveau hépatique. Le pronostic est très variable, avec une survie médiane de trois à quatre mois chez les patients ne pouvant être réséqués et de trois ans chez ceux qui souffrent d une maladie localisée. Sur le plan histologique, le cancer primaire du foie est un adénocarcinome qui se divise en deux types, soit le cancer hépatocellulaire (75 %) et les cholangiocarcinomes (~10-20 %), affectant surtout les voies biliaires. Dans la maladie localisée (tumeur et absence d hypertension portale), la norme de traitement reste la chirurgie avec l excision de la tumeur, ou la transplantation dans de rares cas. Chez les patients en stade intermédiaire (pas de symptô- novembre 2012 vol. 59 n 7 Québec Pharmacie 17

6 mes, pas d invasion vasculaire), la chimioembolisation transartérielle, qui vise à délivrer la chimiothérapie (cisplatine, doxorubicine) localement dans l artère hépatique, a démontré une augmentation de la survie à deux ans de 20 % à 25 % 40. Lorsque la maladie est avancée (symptomatique, invasion vasculaire, métastases extrahépatiques), le traitement de choix est la chimiothérapie orale par sorafénib. Sorafénib (Nexavar MD ) Le sorafénib est un inhibiteur oral de plusieurs kinases (RAF-1, VEGFr, etc.) ciblant principalement l angiogenèse tumorale et la voie de signalisation RAF/MEK/ERK qui médie la prolifération et la différentiation cellulaires. Ces effets multiples ont démontré une efficacité dans l inhibition de la croissance tumorale dans le carcinome hépatocellulaire (CHC) et le cancer du rein à cellule claire (RCC). En première intention dans le CHC avancé, le sorafénib 400 mg BID a augmenté la survie d environ trois mois lorsque comparé au placebo 41. En raison des effets indésirables, la dose a été plus fortement diminuée en cours de traitement chez les patients du groupe sorafénib et le traitement a connu plus d arrêts temporaires. D où la nécessité de donner beaucoup d éléments d information au patient et d avoir un suivi serré à la suite de l instauration du traitement. Dans le RCC, le sorafénib est une option moins intéressante étant donné les faibles bénéfices 42. Parmi les effets indésirables les plus fréquents, notons le syndrome palmo-plantaire, la peau sèche, les éruptions cutanées, les diarrhées, de la fatigue, l hypertension, l alopécie partielle et l hypophosphatémie (tableau III). Les problèmes cutanés sont souvent les effets indésirables qui limitent le plus la poursuite du traitement. Il est important de suggérer au patient d utiliser une crème hydratante pour les mains afin de prévenir ou de diminuer la gravité du syndrome palmo-plantaire. Pour une prise en charge complète de cet effet indésirable, il est possible de consulter le guide ONCible 4. L hypertension secondaire au sorafénib est généralement faible à modérée et survient en début de traitement. Le patient doit donc mesurer sa tension artérielle régulièrement. Si une élévation de la tension artérielle est observée, il est suggéré d instaurer une thérapie antihypertensive standard. Dans le cas où des effets indésirables de grade 3/4 surviendraient, il est possible de diminuer la dose de sorafénib d abord à 400 mg DIE puis à 400 mg tous les deux jours. Si un troisième événement survient malgré la diminution du médicament, il est suggéré de cesser le traitement. Le médicament doit être pris à jeun, car on observe une diminution de la biodisponibilité de 29 % avec de la nourriture. Aucun ajustement n est nécessaire en insuffisance rénale et hépatique (légère et modérée). Pour ce qui est des interactions, bien qu il soit métabolisé au 3A4, le sorafénib ne semble pas être affecté par les inhibiteurs ou les inducteurs du 3A4, probablement parce que d autres voies métaboliques prennent le relais. Le sorafénib peut causer un allongement du QT; il faut donc recommander un suivi avec des électrocardiogrammes chez les patients avec antécédents cardiaques ou ayant plus de deux autres médicaments jouant sur le QT. La RGAM ne couvre pas d emblée la prise de sorafénib. Il faut donc faire une demande pour patient d exception afin que le médicament soit assuré dans le cas de RCC ou de carcinome hépatique. Mélanome malin Le mélanome malin ne représente que 3,2 % de tous les nouveaux cas de cancer au Canada. Son incidence est en augmentation ces dernières années, principalement à cause de l exposition répétée ou prolongée au soleil. Parmi les autres facteurs de risque, notons l histoire familiale et le décompte élevé de naevi, ou «grains de beauté». Chez les patients diagnostiqués au stade métastatique, le taux de survie à deux ans est très faible (10 %-20 %) malgré la chimiothérapie. En ce qui concerne le traitement, la biopsie de la lésion est nécessaire au diagnostic, à l identification histologique optimale et au type de Tableau IV Dose, indication et ajustements des médicaments en oncologie 4,6 Nom Posologie Indication au Canada Ajustement IRC Ajustement Ajustement si (selon Clcr) IH effets indésirables Erlotinib 150 mg DIE en continu 2 e ou 3 e intention CPNPC stade 3/4 50 mg selon Suspension et monographie reprise 100 mg DIE Géfitinib 250 mg DIE en continu 1 re intention CPNPC Suspension et reprise avec mutation EGFR Étoposide 50 mg/m 2 /jr 2 e intention CPPC extensif : 75 % dose Diminution empirique x 21 jrs q 28 jrs si patient ne peut recevoir < 15 : 50 % dose Doubler les doses IV d autre chimiothérapie IV habituelles Témozolomide 75 mg/m 2 /jr en continu 1 re intention GBM en association avec radiothérapie mg/m 2 /jr 1 re intention GBM en 50 mg/m 2 x 5 jrs q 28 jrs adjuvant postradiothérapie (min 100 mg/m 2 ) Lomustine mg/m 2 2 e intention GBM en 70 % dose puis x 1 dose q 6 sem monothérapie ou en association 50 % dose Procarbazine 60 mg/m 2 /jr 2 e intention GBM en Diminution empirique (servie par hôpital) du jr 8 à 22 q 6 sem association (protocole PCV) Sorafénib 400 mg BID en continu 1 re intention cancer RCC métastatique < 30 : Éviter 400 mg DIE 1re intention CHC non résécable Vémurafenib 960 mg BID 1 re ou 2 e intention mélanome 720 mg BID puis métastatique avec mutation 480 mg BID braf V600E Légende : GBM : Glioblastome multiforme; RCC : Rénal à cellules claires, CPNPC : Cancer du poumon non à petites cellules, CPPC : Cancer du poumon à petites cellules, CHC : Carcinome hépatocellulaire, Clcr : Clairance à la créatinine 18 Québec Pharmacie vol. 59 n 7 novembre 2012

7 Traitements anticancéreux oraux des tumeurs solides (1 re partie) mutation associée à la tumeur. L exérèse locale de cette dernière est le traitement de choix pour le mélanome primaire selon l épaisseur de la lésion. Les mélanomes plus profonds sont associés à un risque plus élevé d envahissement lymphatique et de métastases à distance 43. Une thérapie systémique adjuvante à base d interféron alpha (IFN α) ou une radiothérapie adjuvante peuvent être envisagées chez les patients plus à risque avec des marges ou des ganglions positifs décelés en pathologie. Les patients avec un mélanome métastatique non résécable se verront offrir une chimiothérapie à base de dacarbazine (apparentée à la procarbazine), considérée depuis longtemps comme le traitement standard malgré un faible taux de réponse variant entre 15 % et 25 %. Récemment, les nouveaux traitements d ipilimumab (Yervoy MD ) et le vémurafénib (Zelboraf MD ) ont permis de prolonger la survie des patients atteints du mélanome métastatique. Seul le vémurafénib sera abordé dans cette section. Vémurafénib (Zelboraf MD ) Une mutation au niveau du codon 600 d une protéine kinase (BRAF V600E) est présente dans 40 % à 60 % des cas de mélanome et dans 7 % à 8 % de tous les cancers 44. Le vémurafénib est un inhibiteur compétitif de l ATP hautement spécifique du gène BRAF muté en position V600E. L inactivation de ce gène permet l arrêt de la prolifération tumorale et mène à la mort cellulaire. Afin d utiliser la molécule, la présence d une mutation doit avoir été confirmée. Le vémurafénib 960 mg BID en continu a été comparé à la dacarbazine 1000 mg/m 2 IV toutes les trois semaines dans une étude de phase III chez des patients atteints d un mélanome métastatique non traité et présentant la mutation BRAF V600E 45. Après six mois de traitement, le taux de survie globale était de 84 % pour le vémurafénib et de 64 % pour la dacarbazine 45. L impact positif du vémurafénib semble similaire lorsqu utilisé en deuxième intention, après la dacarbazine 46. Dans ces études, les effets indésirables les plus souvent rapportés étaient les éruptions cutanées, l arthralgie, la fatigue, la photosensibilité et l alopécie (tableau III). Les effets indésirables principaux sur le plan cutané étaient les éruptions maculo-papulaires ainsi qu une hyperkératose, et semblaient moins importants qu avec les inhibiteurs EGFR. La photosensibilité peut causer des brûlures au deuxième degré chez certains patients. Lors d une exposition au soleil, une crème solaire avec un facteur de protection solaire d au moins 30 est nécessaire. L alopécie est généralement partielle et cause un éclaircissement léger du cuir chevelu. Des arthralgies peuvent être soulagées avec de l acétaminophène ou un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) au besoin. L une des particularités du traitement est l apparition, chez 18 % à 25 % des patients, de carcinomes épidermoïdes au niveau de la peau, en majorité des kératoacanthomes. Ils apparaissent autour de la septième ou huitième semaine de traitement. Ces tumeurs épithéliales bénignes ont un faible potentiel invasif et ne causent pas de métastases. Le mécanisme associé à l inhibiteur BRAF n est pas très clair puisque ce genre de tumeur a été rapporté avec le sorafénib dans une moindre fréquence. La monographie recommande une évaluation dermatologique initiale, puis tous les deux mois pendant la prise du traitement et un suivi six mois après. Les facteurs de risque identifiés comprennent l âge 65 ans et l exposition chronique au soleil. S il y a apparition de carcinome bénin, une résection est nécessaire sans incidence sur le traitement puisque les avantages surpassent les risques. En cas d effets indésirables importants (grade 2 ou 3), il est possible de suspendre le traitement jusqu à résolution et de réintroduire la molécule à une dose diminuée de 75 %, soit 720 mg BID. S il y a récidive des effets indésirables, une autre diminution à 480 mg BID peut être envisagée avant de cesser le traitement. Dans les deux études, une modification ou interruption de dose a été nécessaire chez 38 % des patients. L Institut national d excellence en santé et en services sociaux (INESSS) devait donner une réponse sur le remboursement du vémurafénib en octobre dernier. Au moment de soumettre cet article, l INESSS désirait négocier les prix avec les fabricants avant d autoriser son remboursement. Références 1. Chappell H, et coll. Statistiques canadiennes sur le cancer Gouvernement du Canada DeVita Jr VT, Chu E. A history of cancer chemotherapy. Cancer Res 2008;68: CEPO. Révention et traitement des nausées et vomissements induits par la chimiothérapie ou la radiothérapie chez l adulte. Comité de l évolution des pratiques en oncologie, mai Surprenant L. ONCible : Effets indésirables fréquents des traitements ciblés. Groupe d étude en oncologie du Québec Groupe d étude en oncologie du Québec. [Consulté le 30 août 2012.] 6. British Columbia Cancer Agency [Consulté le 30 août 2012.] 7. Peto R, Darby S, Deo H, Silcocks P, Whitley E, Doll R. Smoking, smoking cessation, and lung cancer in the UK since 1950: Combination of national statistics with two case-control studies. BMJ 2000;321: Godtfredsen NS, Prescott E, Osler M. Effect of smoking reduction on lung cancer risk. JAMA 2005;294: DA JMaF. Lung Cancer. Dans : Pharmacotherapy: A Pathophysiologic Approach, 7 e éd. Éd.: DiPiro JT. et coll Pharmacists TACoCPaTASoHS, ed. Oncology Pharmacy: Preparatory Review Course: American Society of Health System Pharmacists Goffin J, Lacchetti C, Ellis PM, Ung YC, Evans WK. First-line systemic chemotherapy in the treatment of advanced non-small cell lung cancer: A systematic review. J Thorac Oncol 2010;5: De Bono JS, Rowinsky EK. The ErbB receptor family: A therapeutic target for cancer. Trends Mol Med 2002;8:S Gori B, Ricciardi S, del Signore E, Fulvi A, de Marinis F. Oral tyrosine kinase inhibitors in the first-line treatment of advanced non-small cell lung cancer. Expert Opin Ther Targets 2012;16 Suppl 2:S Cappuzzo F, Ciuleanu T, Stelmakh L, et coll. Erlotinib as maintenance treatment in advanced non-small-cell lung cancer: A multicentre, randomised, placebo-controlled phase 3 study. Lancet Oncol 2010;11: Shepherd FA, Rodrigues Pereira J, Ciuleanu T, et coll. Erlotinib in previously treated non-small-cell lung cancer. N Engl J Med 2005;353: Ciuleanu T, Stelmakh L, Cicenas S, et coll. Efficacy and safety of erlotinib versus chemotherapy in secondline treatment of patients with advanced, non-smallcell lung cancer with poor prognosis (TITAN): A randomised multicentre, open-label, phase 3 study. Lancet Oncol 2012;13: Lacouture ME, Basti S, Patel J, Benson A, 3 rd. The SERIES clinic: An interdisciplinary approach to the management of toxicities of EGFR inhibitors. J Support Oncol 2006;4: Melosky B, Burkes R, Rayson D, Alcindor T, Shear N, Lacouture M. Management of skin rash during EGFRtargeted monoclonal antibody treatment for gastrointestinal malignancies: Canadian recommendations. Curr Oncol 2009;16: Lam MS. Extemporaneous compounding of oral liquid dosage formulations and alternative drug delivery methods for anticancer drugs. Pharmacotherapy 2011;31: Herbst RS, Giaccone G, Schiller JH, et coll. Gefitinib in combination with paclitaxel and carboplatin in advanced non-small-cell lung cancer: A phase III trial--intact 2. J Clin Oncol 2004;22: Giaccone G, Herbst RS, Manegold C, et coll. Gefitinib in combination with gemcitabine and cisplatin in advanced non-small-cell lung cancer: A phase III trial--intact 1. J Clin Oncol 2004;22: Riely GJ. The use of first-generation tyrosine kinase inhibitors in patients with NSCLC and somatic EGFR mutations. Lung Cancer 2008;60 Suppl 2:S Sequist LV, Martins RG, Spigel D, et coll. First-line gefitinib in patients with advanced non-small-cell lung cancer harboring somatic EGFR mutations. J Clin Oncol 2008;26: Pharmaceuticals A. Product Information: Iressa (Gefitinib). Washington Tamura K, Fukuoka M. Gefitinib in non-small cell lung cancer. Expert Opin Pharmacother 2005;6: Fleming RA, Miller AA, Stewart CF. Etoposide: An update. Clin Pharm 1989;8: D Incalci M, Farina P, Sessa C, et coll. Pharmacokinetics of VP given by different administration methods. Cancer Chemother Pharmacol 1982;7: Toffoli G, Corona G, Basso B, Boiocchi M. Pharmacokinetic optimisation of treatment with oral etoposide. Clin Pharmacokinet 2004;43: ASHP. Oncology Pharmacy: Preparatory Review Course Newlands ES, Stevens MF, Wedge SR, Wheelhouse RT, Brock C. Temozolomide: A review of its discovery, chemical properties, pre-clinical development and clinical trials. Cancer Treat Rev 1997;23: Trinh VA, Patel SP, Hwu WJ. The safety of temozolomide in the treatment of malignancies. Expert Opin Drug Saf 2009;8: Stupp R, Mason WP, van den Bent MJ, et coll. Radiotherapy plus concomitant and adjuvant temozolomide for glioblastoma. N Engl J Med 2005;352: Neyns B, Tosoni A, Hwu WJ, Reardon DA. Dosedense temozolomide regimens: Antitumor activity, toxicity, and immunomodulatory effects. Cancer 2010;116: NCCN. Antiemesis. In: NCCN Clinical Practical Guidelines in Oncology novembre 2012 vol. 59 n 7 Québec Pharmacie 19

8 35. Frosst M. Monographie de produit : Témozolomide; 14 septembre Randomized trial of procarbazine, lomustine, and vincristine in the adjuvant treatment of high-grade astrocytoma: A Medical Research Council trial. J Clin Oncol 2001;19: Chabner BA, Myers CE, Oliverio VT. Clinical pharmacology of anticancer drugs. Semin Oncol 1977;4: Tweedie DJ, Erikson JM, Prough RA. Metabolism of hydrazine anti-cancer agents. Pharmacol Ther 1987;34: Sigma-Tau. Monographie de produit : Malutane; mars El-Serag HB. Hepatocellular carcinoma. N Engl J Med 2011;365: Llovet JM, Ricci S, Mazzaferro V, et coll. Sorafenib in advanced hepatocellular carcinoma. N Engl J Med 2008;359: Escudier B, Eisen T, Stadler WM, et coll. Sorafenib in advanced clear-cell renal-cell carcinoma. N Engl J Med 2007;356: Lee B, Mukhi N, Liu D. Current management and novel agents for malignant melanoma. J Hematol Oncol 2012;5: Heakal Y, Kester M, Savage S. Vemurafenib (PLX4032): An orally available inhibitor of mutated BRAF for the treatment of metastatic melanoma. Ann Pharmacother 2011;45: Chapman PB, Hauschild A, Robert C, et coll. Improved survival with vemurafenib in melanoma with BRAF V600E mutation. N Engl J Med 2011;364: Sosman JA, Kim KB, Schuchter L, et coll. Survival in BRAF V600-mutant advanced melanoma treated with vemurafenib. N Engl J Med 2012;366: Questions de formation continue 2) Laquelle des affirmations suivantes est fausse? A. Le glioblastome multiforme représente plus de 50 % des tumeurs primaires du SNC. B. Au Canada, le cancer du poumon est le cancer le plus fréquent et le plus meurtrier à la fois chez les hommes et les femmes. C. L arrêt ou la diminution de la consommation tabagique permet de diminuer la mortalité liée au cancer du poumon. D. Les deux principaux facteurs de risque du cancer du foie sont l hépatite B et C. E. La mutation BRAF V600E est la mutation la plus fréquente dans les mélanomes. 3) Concernant les traitements du cancer du poumon, lequel des énoncés suivants est faux? A. L erlotinib démontre des données significatives sur la survie globale dans le CPNPC en deuxième intention après l échec d une association de doublet de platine, et ce, indépendamment du statut EGFR. B. L erlotinib doit être ajusté en présence d un inhibiteur ou d un inducteur du CYP P450 3A4, ainsi qu en fonction du statut tabagique. C. Un antibiotique oral et un corticostéroïde topique d intensité modérée doivent être envisagés dès l apparition du rash de grade 1 ou 2 secondaire à l erlotinib. D. L utilisation du géfitinib se limite en première intention aux patients avec un CPNPC de stade 3B ou 4 et présentant une mutation activatrice de l EGFR. E. L étoposide oral reste très peu utilisé dans le CPPC en raison d études contradictoires et d une biodisponibilité très variable entre les patients. 4) Concernant les traitements du GBM, laquelle des affirmations suivantes est vraie? A. Avec la radiothérapie, le témozolomide doit être administré de façon quotidienne à 75 mg/m 2 /jour afin d épuiser la quantité de MGMT pouvant être induite par la radiothérapie. B. Une couverture du Pneumocystis jirrovcci (PPJ) n est pas nécessaire lorsque la témozolomide est utilisée en concomitance avec la radiothérapie ou en entretien. C. Le potentiel émétique de la procarbazine est supérieur à celui de la lomustine; par conséquent, un antagoniste 5-HT3 (odansétron ou granisétron) doit être pris avant le médicament. D. La procarbazine doit être employée à une fréquence minimale toutes les six semaines à cause de l effet retardé de la myélosuppression qui survient entre la quatrième et la sixième semaine. E. La lomustine et la procarbazine sont remboursées d emblée par la RAMQ, car ces médicaments figurent sur la liste régulière. 5) À propos du traitement d un carcinome hépatocellulaire, laquelle des affirmations suivantes est fausse? A. Dans le CHC localisé, la norme de traitement reste la chirurgie avec l excision de la tumeur. B. Aucun suivi de la tension artérielle n est nécessaire avec le sorafénib. C. Le sorafénib est un inhibiteur oral de plusieurs kinases ciblant principalement l angiogenèse tumorale et la voie de signalisation RAF/MEK/ERK. D. Si un syndrome palmo-plantaire de grade 3/4 survient, il est possible de diminuer la dose de sorafénib d abord à 400 mg DIE. E. Le sorafénib n a pas besoin d être ajusté en insuffisance rénale, en insuffisance hépatique, ni en présence d un inhibiteur ou d un inducteur du CYP P450 3A4. 6) Concernant le traitement par le vémurafénib, laquelle des affirmations suivantes est vraie? A. Lors d une exposition au soleil, il n est pas nécessaire que le patient applique une crème solaire. B. Le vémurafénib est un inhibiteur compétitif de l ATP non spécifique au gène BRAF muté en position V600E. C. Parmi les effets indésirables du vémurafénib, les tumeurs épithéliales bénignes ont un faible potentiel invasif et apparaissent autour de la quatrième ou cinquième semaine de traitement. D. En cas d effets indésirables de grade 2, il est possible de suspendre le traitement jusqu à résolution et de réintroduire la molécule à une dose diminuée, soit 480 mg BID. E. En cas d arthralgie secondaire au vémurafénib, il est possible de suggérer l acétaminophène ou un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS). Répondez en ligne sur section Ma FC en ligne; rechercher Québec Pharmacie, novembre Vous avez jusqu au 19 novembre 2013 pour répondre et obtenir 4 UFC. 20 Québec Pharmacie vol. 59 n 7 novembre 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 novembre 2009 IRESSA 250 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP 395 950-7) ASTRAZENECA géfitinib Liste I Médicament soumis à prescription hospitalière. Prescription

Plus en détail

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein à cellules claires métastatique (CRM) Plus de 30 % des CR deviendront métastatiques

Plus en détail

Indication (selon la monographie du médicament) : Traitement de l'adénocarcinome rénal métastatique

Indication (selon la monographie du médicament) : Traitement de l'adénocarcinome rénal métastatique Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Torisel Par souci de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux produits médicamenteux brevetés effectués par les membres

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Annick.robinson@merck.com dquirion@national.ca 514 428-2890 514 843-2302

Annick.robinson@merck.com dquirion@national.ca 514 428-2890 514 843-2302 Communiqué de presse Relations avec les médias : Annick Robinson Dominique Quirion Merck NATIONAL Annick.robinson@merck.com dquirion@national.ca 514 428-2890 514 843-2302 Relations avec les investisseurs

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Édition Conseil du médicament www.cdm.gouv.qc.ca Coordination Anne Fortin, pharmacienne Élaboration Conseil du médicament Fédération

Plus en détail

COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES

COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES COMPARAISON DE QUATRE PROTOCOLES DE CHIMIOTHERAPIE POUR DES CANCERS DU POUMON NON A PETITES CELLULES (CBP NAPC) AVANCES Approximativement, un tiers de tous les décès dus au cancer sont en relation avec

Plus en détail

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique 2 Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique Patient de 60 ans, ATCD: HTA, IDM en 2007, hypercholestérolémie Juin 2008: Toux, dyspnée (sous 02) et anorexie progressive Bilan

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 14 janvier 2004 COSMEGEN 0,5 mg, poudre pour solution injectable Boîte de 1 flacon Laboratoires MERCK SCHARP & DOHME-CHIBRET dactinomycine

Plus en détail

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Conflits d intérêts Aucun Introduction Constat : CB = Moins de motivation des pneumologues à obtenir le sevrage tabagique (versus

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

ESMO 14. L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie

ESMO 14. L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie ESMO 14 L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie Cancer du SEIN Taxotere hebdo pas mieux et plus toxique Perrone F et al Ann Oncol 2014 Phase III : CMF vs Taxotere hebdo

Plus en détail

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Médicale R.Sai, K.Bouzid Service d Oncologie d Médicale, M E.H.S Centre P & M Curie, Alger introduction Chimiothérapie anti-canc

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

1 of 5 02/11/2012 14:03

1 of 5 02/11/2012 14:03 1 of 5 02/11/2012 14:03 Le cancer du chat par Sandrine Cayet, docteur-vétérinaire Le cancer chez le chat n est pas une fatalité. Un cancer chez le chat, c est comme chez l homme, ça se diagnostique, ça

Plus en détail

Assurance maladie grave

Assurance maladie grave ASSURANCE COLLECTIVE Le complément idéal à votre assurance collective Assurance maladie grave Votre partenaire de confiance. Assurance maladie grave La tranquillité d esprit à votre portée Les progrès

Plus en détail

ARD12166 Cabazitaxel Compared to Topotecan for the Treatment of Small Cell Lung Cancer

ARD12166 Cabazitaxel Compared to Topotecan for the Treatment of Small Cell Lung Cancer DESCRIPTIF DES ESSAIS 2012 Par ordre alphabétique AB Science Etude de phase I/II multicentrique, randomisée, ouverte avec 2 groupes parallèles pour évaluer l efficacité et la tolérance du traitement par

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE Assurer le suivi des personnes recevant un Page 1 de 12 O.C. 6.5 Professionnels visés : Les infirmières qui possèdent la formation, les connaissances et les compétences nécessaires,

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Chimiothérapie des cancers bronchiques non à petites cellules. Dr Aloulou Samir Médenine le 13 Juin 2015

Chimiothérapie des cancers bronchiques non à petites cellules. Dr Aloulou Samir Médenine le 13 Juin 2015 Chimiothérapie des cancers bronchiques non à petites cellules Dr Aloulou Samir Médenine le 13 Juin 2015 Cas clinique Mr A.S agé de 55 ans grand tabagique consulte aux urgences pour céphalées évoluant depuis

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

Objectifs. La prise en charge du cancer du poumon métastatique: vers une approche personnalisée. Dre Lise Tremblay

Objectifs. La prise en charge du cancer du poumon métastatique: vers une approche personnalisée. Dre Lise Tremblay 2 e journée scientifique en oncologie thoracique de l IUCPQ Vers un nouveau visage La prise en charge du cancer du poumon métastatique: vers une approche personnalisée Dre Lise Tremblay Vendredi 14 novembre

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

RESUME DU PROTOCOLE : LX01-315

RESUME DU PROTOCOLE : LX01-315 RESUME DU PROTOCOLE : LX01-315 N /Titre du protocole : LX01-315 / Essai Clinique de Phase 3 pour évaluer la tolérance et l'efficacité de 2 mg d'allovectin-7 en Administration Intra-Lésionnelle versus Dacarbazine

Plus en détail

SANTÉ CANADA POUR LE TRAITEMENT DES PATIENTS ATTEINTS DE MYÉLOFIBROSE

SANTÉ CANADA POUR LE TRAITEMENT DES PATIENTS ATTEINTS DE MYÉLOFIBROSE POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Pr JAKAVI MD, LE PREMIER MÉDICAMENT À RECEVOIR UNE AUTORISATION DE COMMERCIALISATION DE SANTÉ CANADA POUR LE TRAITEMENT DES PATIENTS ATTEINTS DE MYÉLOFIBROSE La myélofibrose est

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES DE L ASCO

LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES DE L ASCO Communiqué de presse Villejuif, jeudi 30 mai 2013 49 ème congrès de l American Society of Clinical Oncology (ASCO, Chicago, USA, 31 mai 4 juin 2013) LES PRESENTATIONS DE GUSTAVE ROUSSY AU 49 ème CONGRES

Plus en détail

OBJECTIFS 2013-02- 14 LE TRAITEMENT DU CANCER DU POUMON DE STADE AVANCÉ: " OÙ EN SOMMES-NOUS " EN 2013?

OBJECTIFS 2013-02- 14 LE TRAITEMENT DU CANCER DU POUMON DE STADE AVANCÉ:  OÙ EN SOMMES-NOUS  EN 2013? OBJECTIFS LE TRAITEMENT DU CANCER DU POUMON DE STADE AVANCÉ: " OÙ EN SOMMES-NOUS " EN 2013? Connaître les différentes options de traitement disponibles pour le cancer du poumon de stade avancé Connaître

Plus en détail

Les triptans. quel casse-tête! Kim Messier et Michel Lapierre. Vous voulez prescrire des triptans? Lisez ce qui suit!

Les triptans. quel casse-tête! Kim Messier et Michel Lapierre. Vous voulez prescrire des triptans? Lisez ce qui suit! Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Les triptans quel casse-tête! Kim Messier et Michel Lapierre Vous voulez prescrire des triptans? Lisez ce qui suit! Les triptans, des agonistes sélectifs

Plus en détail

Association canadienne du cancer colorectal. Le cancer colorectal. Guide de traitement personnalisé à l intention des patients

Association canadienne du cancer colorectal. Le cancer colorectal. Guide de traitement personnalisé à l intention des patients Association canadienne du cancer colorectal Le cancer colorectal Guide de traitement personnalisé à l intention des patients Avastin est une marque déposée de Genentech, Inc., utilisée sous licence. Camptosar

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

Cancer Bronchique «Sujet Agé» Etat de la litterature

Cancer Bronchique «Sujet Agé» Etat de la litterature Cancer Bronchique «Sujet Agé» Etat de la litterature Situation en 2011 M CHAKRA Secteur Oncologie Thoracique CHU Arnaud de Villeneuve, Montpelier Qu est ce qu un sujet âgé? 70 ans est habituellement considéré

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Tumeur maligne des os

Tumeur maligne des os Tumeur maligne des os E p idém iologie tumeur maligne primitive de l os touchant essentiellement l adolescent et l adulte jeune. 70% des sarcomes ostéogéniques sont diagnostiqués avant l âge de 18ans dans

Plus en détail

Suivi ADOM. Claude Boiron Oncologie Médicale

Suivi ADOM. Claude Boiron Oncologie Médicale Suivi ADOM Claude Boiron Oncologie Médicale PLAN 1. Problématiques du traitement anti cancéreux per os 2. Objectifs du suivi ADOM 3. Procédures 4. Bilan Étude observationnelle Étude médico économique Étude

Plus en détail

L'œsophage L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Causes

L'œsophage L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Causes L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Chez l'adulte moyen, il fait 25 cm à 30 cm (10 po à 14 po) de long et environ 2 cm (moins d'un pouce) de large. L'œsophage est constitué

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011 Mesure 21 SOINS ET VIE DES MALADES Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011 COLLECTION Rapports & synthèses POUR UN ACCÈS AUX THÉRAPIES CIBLÉES : - LES PLATEFORMES

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm Paris, le 19 avril 2006 Dossier de presse Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm En 2000, d après les estimations issues des registres, le nombre de nouveaux cas de cancer

Plus en détail

Programme AcSé. Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib

Programme AcSé. Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib Programme AcSé Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib G. Vassal, J.Y. Blay, C. Cailliot, N. Hoog-Labouret, F. Denjean, M. Jimenez, A.L.

Plus en détail

Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire

Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire J.-F. Geay, I. Ray-Coquard, H. Curé et É. Pujade-Lauraine Pourquoi un traitement de consolidation? Le standard de traitement de première ligne d

Plus en détail

Nouveautés dans Asthme & MPOC

Nouveautés dans Asthme & MPOC Nouveautés dans Asthme & MPOC Dr Gilles Côté Pneumologue CSSSGatineau Pavillon de Hull 31 Janvier 2014 Conflit d intérêt Aucun 2 1 Objectifs A la fin de cette capsule, le participant pourra identifier

Plus en détail

Médicaments en vente libre : Considérations pour la pratique de la thérapie physique au Canada

Médicaments en vente libre : Considérations pour la pratique de la thérapie physique au Canada Médicaments en vente libre : Considérations pour la pratique de la thérapie physique au Canada Contexte L utilisation de médicaments par un professionnel de la santé n étant pas médecin évolue et dépend

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Nouvelle option thérapeutique pour les enfants présentant cette forme rare et sévère d arthrite

Nouvelle option thérapeutique pour les enfants présentant cette forme rare et sévère d arthrite Communiqué de presse Bâle, 18 avril 2011 La FDA homologue Actemra dans le traitement de l arthrite juvénile idiopathique systémique (AJIS) Nouvelle option thérapeutique pour les enfants présentant cette

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 juin 2010 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 14 juin 2005 (JO du 28 avril 2006) ARTOTEC 50 mg/0,2 mg, comprimé B/30 -

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Quels sont les facteurs qui font augmenter les risques de cancer du rein?

Quels sont les facteurs qui font augmenter les risques de cancer du rein? Qu est-ce que le cancer du rein? L adénocarcinome rénal est le type le plus fréquent de cancer du rein 1. Le rôle des reins consiste à filtrer le sang et à évacuer les déchets de l organisme dans l urine.

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES

CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES CHIMIOTHERAPIE DES CANCERS DU POUMON DES SUJETS AGES 1 EPIDEMIOLOGIE 28 000 nouveaux cas/an 4ème rang des cancers Sex ratio 6,1 Mortalité > 27 000/an Âge médian H 67 ans, F 68 ans 2 1 Taux annuel ajusté

Plus en détail

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 :

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 : UE2 : Cancérologie Pr Lehmann-Che et Pouessel Mercredi 26 septembre 10h30-12h30 Ronéotypeuse : Aurore Valentin Ronéolectrice : Marion Whiston CANCÉROLOGIE Cours n 3 : De la biologie moléculaire des cancers

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/18 Point 13.5 de l ordre du jour provisoire 21 mars 2014. Psoriasis. Rapport du Secrétariat

SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/18 Point 13.5 de l ordre du jour provisoire 21 mars 2014. Psoriasis. Rapport du Secrétariat SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/18 Point 13.5 de l ordre du jour provisoire 21 mars 2014 Psoriasis Rapport du Secrétariat 1. Le Conseil exécutif, à sa cent trente-troisième session,

Plus en détail

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons.

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons. SANS ORDONNANCE Solutions pour le bain et la douche : Huiles Farine d avoine Sels d Epsom Sels de al Mer Morte Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames.

Plus en détail

Tumeurs osseuses de l enfantl

Tumeurs osseuses de l enfantl Tumeurs osseuses de l enfantl Enseignement interrégional DES de PédiatrieP Auvergne Rhône Alpes Etienne Merlin Clermont-Ferrand 14 mars 2008 14-15 15 mars 2008 E Merlin DES pediatrie Clermont Ferrand 1

Plus en détail

L EMEA accepte d évaluer la demande d autorisation de mise sur le marché de la LENALIDOMIDE

L EMEA accepte d évaluer la demande d autorisation de mise sur le marché de la LENALIDOMIDE L EMEA accepte d évaluer la demande d autorisation de mise sur le marché de la LENALIDOMIDE NEUCHATEL, Suisse, 7 avril/prnewswire/ -- - LA LENALIDOMIDE est évaluée par l EMEA comme thérapie orale pour

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique 1 Qu entend on par évaluation au remboursement? L évaluation est

Plus en détail

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante.

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. 4.9 Surdosage Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. Il n existe pas d antidote spécifique à un surdosage par pazopanib,

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Médicaments en vente libre : considérations pour la pratique de la physiothérapie

Médicaments en vente libre : considérations pour la pratique de la physiothérapie Médicaments en vente libre : considérations pour la pratique de la physiothérapie Adapté d un article approuvé de l Alliance canadienne des organismes de réglementation de la physiothérapie (2012) Le CPTNB

Plus en détail

Ordonnance collective

Ordonnance collective Centre de Santé et de Services sociaux de Québec-Nord NUMÉRO DE L ORDONNANCE: OC-31 Ordonnance collective Nom de l ordonnance: Initier des analyses de laboratoire pour le suivi de la clientèle présentant

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV Guide méthodologique développé par l équipe de projets ci-dessous : Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV EQUIPE PROJET Chef de projet : Maryline CHARRA, Pharmacien Conseil Responsable de la mission

Plus en détail

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014 DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE Programme de formation pour les infirmières pivots en oncologie Devis pédagogique 2013-2014 Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des

Plus en détail

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée.

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Les thérapies ciblées du cancer Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Une thérapie ciblée est un traitement qui agit par un mécanisme spécifique sur des altérations biologiques

Plus en détail

Traiter la goutte sans être débordé

Traiter la goutte sans être débordé Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Traiter la goutte sans être débordé Hélène Demers et Michel Lapierre Vous voulez traiter et prévenir la goutte? Lisez ce qui suit! Les différentes phases

Plus en détail

Immunothérapie des cancers bronchiques

Immunothérapie des cancers bronchiques Immunothérapie des cancers bronchiques Alexis Cortot, MD, PhD Service de Pneumologie et Oncologie Thoracique Hôpital Calmette, CHRU de Lille UMR8161, Institut de Biologie de Lille 11 ème Journée du CPHG

Plus en détail

À PROPOS DU. cancer colorectal. Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient

À PROPOS DU. cancer colorectal. Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient À PROPOS DU cancer colorectal Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient Table des matières Qu est-ce que le cancer colorectal?... 1 Les stades du cancer colorectal... 2 Quels sont

Plus en détail

RELPAX. hydrobromure d élétriptan

RELPAX. hydrobromure d élétriptan RELPAX hydrobromure d élétriptan * Pharmacocinétique * Toxicologie * Formulation galénique * Essais cliniques * Conclusion * Pharmacocinétique * Toxicologie * Formulation galénique * Essais cliniques *

Plus en détail