Emissions des moteurs diesel : Nouveau classement par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Emissions des moteurs diesel : Nouveau classement par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC)"

Transcription

1 Emissions des moteurs diesel : Nouveau classement par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) SNCF DRH EPIC Prévention et Santé

2 COMPOSITION DES EMISSIONS DIESEL MELANGE COMPLEXE DE SUBSTANCES CHIMIQUES : PLUS DE 100 COMPOSANTS DIFFERENTS - PHASE GAZEUSE - PHASE PARTICULAIRE SNCF INFRA IRH GREFMED 16 Octobre 2012

3 COMPOSITION DES EMISSIONS DIESEL PHASE GAZEUSE Oxydes de carbone: CO, CO 2 Eau (H 2 O) Oxydes d azote: NO, NO 2 Dioxyde de soufre (SO 2 ) en moindre concentration depuis la désulfuration des carburants Aldéhydes Hydrocarbures de bas PM (ex: toluène) Hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) légers (2-4 cycles) non cancérogènes

4 COMPOSITION DES EMISSIONS DIESEL PARTICULES DIESEL Très fines (diamètre < 0,1 µm), s agglomèrent pour former des chaînes carbonées de taille plus élevée (jusqu à 30 µm). Fraction solide (= noyau de suies = carbone élémentaire) sur lequel sont adsorbés divers composés en proportion variable. Principaux composants des particules diesel «traditionnelles»: Carbone élémentaire (fraction insoluble) : % de la masse des particules Carbone organique (fraction soluble) : % de la masse des particules. Contient divers composés organiques légers ou lourds, notamment des HAP et des nitro-hap, dont certains sont cancérogènes (tels le benzo(a)pyrène et le 1-nitro-pyrène) Sulfates : 1-4 % Métaux (1-5 %), autres composés Composition des particules émises par la «nouvelle technologie diesel» : Sulfates (53 %) Carbone organique : 30 % de la masse des particules Carbone élémentaire : 13 % de la masse des particules

5 MESURAGE DE L EXPOSITION AUX EMISSIONS DIESEL Difficile car nombre élevé de composés chimiques Mesurage d un petit nombre de polluants, les plus représentatifs de l exposition Consensus pour le choix des indicateurs d exposition Voir ND et ND , INRS SNCF INFRA IRH GREFMED 16 Octobre 2012

6 MESURAGE DE L EXPOSITION AUX EMISSIONS DIESEL Pour la phase gazeuse: NO et NO2 (+ CO si travaux en espace confiné) VLEP: NO VME = 25 ppm, NO2 VLCT = 3 ppm, CO VME = 50 ppm Pour la phase particulaire: Carbone élémentaire Voir Norme NF EN Pas de VLEP française, Valeur guide allemande : TRK = 100 µg/m 3 pour travaux à l air libre; 300 µg/m 3 pour travaux souterrains Permet d évaluer quantitativement l exposition aux particules diesel Ne permet pas de rendre compte de l'exposition aux composés cancérogènes qui se trouvent dans la fraction soluble des particules diesel, car le rapport carbone élémentaire/hap peut être très variable selon la période d exposition et selon la source d émissions diesel

7 EFFETS SUR LA SANTÉ DES ÉMISSIONS DIESEL: rappels A COURT TERME Effets irritants (oculaires et respiratoires) Intoxication au CO Effets sur le système cardiovasculaire A LONG TERME Toux et expectorations chroniques BPCO? Réaction inflammatoire des voies respiratoires Effets génotoxiques et cancérogènes SNCF INFRA IRH GREFMED 16 Octobre 2012

8 EFFETS GENOTOXIQUES DES ÉMISSIONS DIESEL In vitro Altération de l ADN Effets mutagènes dans les bactéries Effets mutagènes dans les cellules de mammifères en culture Echanges de chromatides-sœur Anomalies chromosomiques dans les cellules de mammifères en culture (dont lymphocytes humains) Transformations morphologiques de cellules en culture In vivo Echanges de chromatides-sœur Induction de micro-noyaux dans divers tissus et dans plusieurs espèces animales Induction d aberrations chromosomiques chez des travailleurs exposés aux émissions diesel

9 EFFETS CANCEROGENES DES ÉMISSIONS DIESEL 1988, 1ère évaluation par le CIRC : classement groupe 2A (cancérogène probable pour l homme) Chez l animal : «preuves suffisantes» d une association causale entre l exposition aux émissions diesel et le risque de cancer pulmonaire Rat: Augmentation des cancers pulmonaires lors d inhalation prolongée de concentrations élevées de particules diesel (> 2000µg/m3). Résultats négatifs aux doses plus faibles. Saturation des mécanismes d épuration pulmonaire. Résultats équivoques chez la souris et négatifs chez le hamster. Chez l homme : «preuves limitées» d un effet cancérogène pulmonaire Etudes épidémiologiques : risque relatif de cancer pulmonaire modéré < 1,5. Nombreux biais ou facteurs de confusion potentiels : tabagisme, exposition à l amiante Absence de quantification historique de l exposition aux émissions diesel, ne permettant pas d étudier de manière adaptée la relation dose-effet.

10 EFFETS CANCEROGENES DES ÉMISSIONS DIESEL Depuis 1988, près de 50 études épidémiologiques publiées Excès de risque modéré de cancer pulmonaire (1,2 1,5) dans la plupart des études Dont 2 méta-analyses (portant chacune sur près de 30 études épidémiologiques/ cohortes et cas-témoins) 1988 (Bhatia R. and al. Diesel exhaust exposure and lung cancer. Epidemiology, 1988; 9: ) Méta-risque = 1,33 (IC 95% : 1,24-1,44) Méta-risque = 1,35 (IC 95% : 1,10-1,52) pour les 16 études avec ajustement sur le tabagisme 1999 (Lipsett M., Campleman S.. Occupational exposure to diesel exhaust and lung cancer: a meta analysis. Am J Public Health, 1999; 89 : ) Méta-risque = 1,47 (IC 95% : 1,29-1,67) après ajustement sur le tabagisme

11 EFFETS CANCEROGENES DES ÉMISSIONS DIESEL Jusqu en 2012, difficultés pour établir clairement un lien de causalité entre l exposition aux émissions diesel et le risque de cancer pulmonaire dans la tranche de risque observée, les résultats pourraient être expliqués par des facteurs de confusion (tabagisme+++) à contrario, l excès de risque pourrait être sous-estimé par une latence insuffisante par rapport au début de l exposition, ou par une mauvaise classification des expositions (pas de mesurages du CE) aucune des études publiées permettait d évaluer la relation doseréponse entre l exposition aux émissions diesel et le risque de cancer pulmonaire (effectif suffisant + quantification historique de l exposition au CE nécessaires)

12 NOUVEAU CLASSEMENT DU CIRC (JUIN 2012) Repose principalement sur les résultats de 4 études épidémiologiques récemment publiées, dont les résultats sont concordants cohorte des mineurs (mines non métalliques) aux USA (2012)* : jugée la plus contributive par le CIRC cohorte des employés de chemins de fer aux USA (2004, 2006) cohorte des employés des transports routiers aux USA (2008, 2012)* analyse «poolée» de 11 études cas-témoins en Europe et au Canada (2011) évaluation quantitative de l exposition au carbone élémentaire

13 ETUDE DE LA COHORTE DES MINEURS (USA) Silverman D.T. and al. The Diesel Exhaust in Miners study: a nested casecontrol study of lung cancer and diesel exhaust. J Natl Cancer Inst, 2012; 104: mines non métalliques (USA) sujets inclus Exposition aux émissions diesel à partir de (selon la mine) Mortalité suivie jusqu en 1997 (50 ans) Evaluation de l exposition au CE : 1156 mesurages individuels du CE Chez les mineurs de fond, moy : µg/m 3 Chez les mineurs de surface, moy : 1,7 µg/m 3 Historique des expositions au CE estimé de manière rétrospective, pour chaque poste de travail, après ajustement des concentrations en CE mesurées sur les concentrations de CO mesurées (ou modélisées pour la période d avant 1976)

14 RESULTATS CHEZ LES MINEURS DE FOND (plus de 5 ans en souterrain) Exposition cumulée au CE (µg/m 3. an), avec un décalage de 15 ans Risque relatif de survenue de cancer pulmonaire (HR) Modèles log linéaires, avec un décalage de 15 ans Risque relatif de survenue de cancer pulmonaire (HR) 0 à < 20 1,00 (référence) 20 à < 40 1,39 [0,36 5,39], p= 0, à < 80 0,82 [0,17 4,03], p= 0,807 Exposition cumulée au CE < 1280 µg/m 3. an Intensité moyenne d exposition au CE (Log µg/m 3 ) 4,06 [2,11 7,83], p < 0,001 1,26 [1,061 1,50], p < 0, à < 160 2,69 [0,99 7,37], p= 0, à < 320 2,67 [0,98 7,27], p= 0, à < 640 2,21 [0,82 5,97], p= 0, à < ,01 [1,97 12,76], p= 0,001 >1280 2,39 [0,82 6,94], p= 0,109 Résultats non ajustés sur le tabagisme, ni sur les expositions passées aux autres nuisances professionnelles : SMR pneumoconioses très élevé dans l ensemble de la cohorte: 12,20 [6,82-20,12]

15 RESULTATS CHEZ LES MINEURS DE SURFACE (plus de 5 ans de travail) Exposition cumulée au CE (µg/m 3. an), avec un décalage de 15 ans Risque relatif de survenue de cancer pulmonaire (HR) 0 à < 20 1,00 (référence) 20 à < 40 1,16 [0,46 2,94], p= 0, à < 80 2,29 [0,60 8,75], p= 0,224 Résultats non ajustés sur le tabagisme, ni sur les expositions passées aux autres nuisances professionnelles : SMR pneumoconioses très élevé dans l ensemble de la cohorte: 12,20 [6,82-20,12], y compris chez les mineurs de surface. Exposition professionnelle (charbon, silice, amiante) antérieure aux travaux dans la mine retrouvée a posteriori chez les sujets atteints de pneumoconiose > 80 8,68 [1,61 46,92], p= 0,012

16 ETUDE CAS-TEMOINS CHEZ LES MINEURS (USA) Attfield M.D. and al. The Diesel Exhaust in Miners study: a cohort mortality study with emphasis on lung cancer. J Natl Cancer Inst, 2012; 104: mines non métalliques (USA) Etude cas-témoins, nichée dans la cohorte 198 cas, 611 témoins Ajustement sur les facteurs de confusion potentiels : tabagisme, autres expositions professionnelles dans la mine, ATCD de pathologies respiratoires chroniques non malignes, exercice d une profession avec risque élevé de cancer pulmonaire pendant au moins 10 ans avant l activité dans la mine

17 RESULTATS DE L ETUDE CAS-TEMOINS Exposition cumulée au CE (µg/m 3. an), avec un décalage de 15 ans Odds Ratio chez les mineurs de fond 0 à < 81 1,00 (référence) 81 à < 325 2,46 [1,01 6,01] Intensité moyenne d exposition au CE (µg/m 3 ), avec un décalage de 15 ans Odds Ratio chez les mineurs de fond 0 à < 8 1,00 (référence) 8 à < 49 1,04 [0,45 2,43] Chez les mineurs de surface: pas d excès de risque de cancer pulmonaire significatif, ni d association avec l exposition cumulée ou avec l intensité moyenne d exposition au carbone élémentaire. 325 à < 878 2,41 [1,00 5,82] 49 à < 104 2,19 [0,87 5,53] > 878 5,10 [1,88 3,87] p= 0,004 > 104 5,43 [1,92 15,31] p= 0,001

18 ETUDE DE LA COHORTE DES EMPLOYES DE CHEMINS DE FER (USA) sujets inclus, âgés de ans en 1959, ans d ancienneté Mortalité étudiée entre 1959 et 1996 Exposition aux émissions diesel à partir de 1945 (transition vapeur/ diesel ) Garshick E. and al. Lung cancer in railroad workers exposed to diesel exhaust. Environ Health Perspect 2004; 112: Chez les conducteurs/opérateurs logistiques RR cancer pulmonaire = 1,40 (IC 95% : 1,30-1,51) Relation inverse entre risque cancer pulmonaire et nombre d années de travail Chez les ouvriers: pas d augmentation du risque (sauf dans sous-groupe âgé de ans en 1945) Pas d ajustement sur: tabagisme, amiante, produits de combustion du charbon

19 ETUDE DE LA COHORTE DES EMPLOYES DE CHEMINS DE FER (USA) Garshick E. and al. Smoking imputation and lung cancer in railroad workers exposed to diesel exhaust. Am J Ind Med 2006; 49: Ajustement sur tabagisme Chez les conducteurs /opérateurs logistiques RR cancer pulmonaire = 1,22 (IC 95% : 1,12-1,32) Pas de relation entre le risque de cancer pulmonaire et le nombre d années de travail Chez les ouvriers de maintenance Pas d augmentation du risque de cancer pulmonaire

20 ETUDE DE LA COHORTE DES EMPLOYES DE CHEMINS DE FER (USA) Laden F. et al. Historical estimation of diesel exhaust exposure in a cohort study of U.S. railroad workers and lung cancer. Cancer Causes Control 2006; 17: Erratum in: Cancer Causes Control 2007; 18: 115. Estimation de l exposition aux émissions diesel chez les conducteurs /opérateurs logistiques (coefficient de probablité d exposition pour chaque année et chaque entreprise) Chez les conducteurs /opérateurs logistiques embauchés après 1945 RR cancer pulmonaire = 1,77 (IC 95% : 1,50-2,09) Association avec le nombre d années de travail dans ce poste, mais pas avec l intensité cumulée Chez les conducteurs /opérateurs logistiques embauchés avant 1945 RR cancer pulmonaire = 1,30 (IC 95% : 1,19-1,43) Pas d association avec le nombre d années de travail, ni l intensité Pas d ajustement sur: tabagisme, amiante, produits de combustion du charbon

21 ETUDE DE LA COHORTE DES EMPLOYES DE L INDUSTRIE DES TRANSPORTS ROUTIERS (USA) Garshick E et al. Lung cancer and vehicle exhaust in trucking industry workers. Environ Health Perspect 2008; 116: sujets inclus, employés en 1985 dans 4 entreprises Mortalité suivie de 1985 à 2000 Ajustement sur le tabagisme Travail pendant plus de 20 ans conducteurs de camions longue distance conducteurs de camions courte distance Risque relatif de survenue de cancer pulmonaire (HR) 1,40 [0,88 2,24] 2,21 [1,38 3,52] employés des quais de chargement 2,02 [1,23 3,33] Activité mixte 2,34 [1,42 3,83]

22 ETUDE DE LA COHORTE DES EMPLOYES DE L INDUSTRIE DES TRANSPORTS ROUTIERS (USA) Garshick E et al. Lung cancer and elemental carbon exposure in trucking industry workers. Environ Health Perspect 2012; 120: Evaluation de l exposition au CE : mesurages individuels du CE Chez les employés des quais de chargement, moy : 0,76 µg/m 3 Chez les conducteurs de camions courte distance, moy : 1,09 µg/m 3 Chez les conducteurs de camions longue distance, moy : 1,12 µg/m 3 Chez les mécaniciens, moy : 0,88 µg/m 3 Analyse intégrant une estimation de l historique des expositions au CE (modélisée pour chaque poste de travail, à partir des résultats de CE mesurés)

23 ETUDE DE LA COHORTE DES EMPLOYES DE L INDUSTRIE DES TRANSPORTS ROUTIERS (USA) Exposition cumulée au CE (µg/m 3. mois), avec un décalage de 5 ans Cohorte entière HR ajusté sur la durée du poste Cohorte excluant les mécaniciens HR ajusté sur la durée du poste < 371 1,00 (référence) 1,00 (référence) Relation dose-réponse linéaire suggérée : pour chaque 1000 µg/m 3 /mois d exposition cumulée au CE (avec un décalage de 5 et de 10 ans), HR de cancer pulmonaire respectivement de 1,07 [0,99 1,15] et de 1,09 [0,99 1,20] 371 à < 860 1,30 [1,01 1,68] 860 à < ,35 [1,01 1,81] > ,36 [0,98 1,89] p = 0,39 1,31 [1,01 1,71] 1,30 [1,02 1,87] 1,48 [1,05 2,10] p = 0,16 Résultats non ajustés sur le tabagisme

24 ANALYSE «POOLEE» DE 11 ETUDES (Europe et Canada) Olsson AC et al. Exposure to diesel motor exhaust and lung cancer risk in a pooled analysis from case-control studies in Europe and Canada. Am J Respir Crit Care Med 2011; 183: analyse «poolée» de 11 études cas-témoins (morbidité pour la plupart), dont 3 publiées Tabagisme et historique professionnel: recueil par interrogatoire chez 84 % des sujets Réévaluation de l historique des expositions professionnelles aux émissions diesel pour chaque sujet inclus, sur la base d une matrice emploiexposition sujets inclus (population hospitalisée ou population générale) Exposition aux émissions diesel de 1922 à 2005 selon l étude

25 ANALYSE «POOLEE» DE 11 ETUDES (Europe et Canada) Exposition cumulée au CE (unité. an) non exposé OR 1,00 (référence) Relation dose-réponse également significative avec la durée de l exposition < 6 0,98 [0,89 1,08] Résultats ajustés sur le tabagisme 6-17,33 1,04 [0,95 1,14] 17,34 34,5 1,06 [0,97 1,16] > 34,5 1,31 [1,19 1,43] p < 0,01

26 SYNTHESE DES 4 ETUDES EPIDEMIOLOGIQUES Les 4 études récentes comportent divers biais. Néanmoins, nombreux points forts par rapport aux études précédemment publiées Taille importante des populations étudiées Appartenance à des secteurs industriels différents (mines, transport ferroviaire, transport routier) Suivi suffisamment long pour obtenir une latence adéquate Estimation de l historique de l exposition au carbone élémentaire dans 2 études Chez les mineurs de fond, niveaux d exposition au carbone élémentaire beaucoup plus élevés que dans la plupart des autres situations d exposition professionnelles Les 4 études retrouvent un excès de risque modéré (généralement < 1,5) mais statistiquement significatif du risque de cancer du poumon chez les sujets exposés aux émissions diesel Chez les mineurs de fond, qui sont plus fortement exposés que les autres catégories professionnelles, le niveau de risque de cancer du poumon était plus élevé (de l ordre de 3 dans la catégorie la plus exposée) De plus, relation dose-réponse entre risque de cancer du poumon et exposition aux émissions diesel, notamment avec la dose cumulée Argument en faveur d un lien de causalité

27 REEVALUATION DU CIRC EN JUIN 2012 Classement des émissions diesel dans le groupe 1 (cancérogène certain pour l homme) «Niveau de preuve suffisant» pour le lien entre le cancer pulmonaire et l exposition aux émissions diesel chez l homme «Niveau de preuve limité» d un effet cancérogène pour les voies urinaires chez l homme Elévation du risque de cancer de la vessie chez les sujets professionnellement exposés aux émissions diesel dans plusieurs études cas-témoins (mais pas toutes) Résultats des études de cohorte négatifs

28 DISPOSITIONS REGLEMENTAIRES SNCF INFRA IRH GREFMED 16 Octobre 2012

29 DISPOSITIONS REGLEMENTAIRES Les émissions diesel ne relèvent pas du décret «CMR» Non classées dans la catégorie cancérogène 1A ou 1B du CLP (ex cat 1 et 2 de l ancien système UE), ni reprises dans l arrêté du 5/01/1993 modifié fixant la liste des travaux exposant à des cancérogènes Classement cancérogène groupe 1 du CIRC : non réglementaire Sur le plan réglementaire, les émissions diesel sont considérées comme un Agent Chimique Dangereux (ACD) Pas de SMR Si l évaluation du risque chimique conclut à un risque non faible Etablissement d une FPE Obligation de suppression du risque, chaque fois que cela est techniquement possible. Sinon, réduction du risque d exposition aux émissions diesel au niveau le plus faible possible par la mise en œuvre de mesures de prévention collectives et individuelles adaptées.

L atmosphère est constituée de composés gazeux

L atmosphère est constituée de composés gazeux PRÉVENTION Particules fines, dont diesel, et risque de cancer C O L L E C T I O N Fiches repère ÉTAT DES CONNAISSANCES EN DATE DU 1 ER JUIN 2013 L atmosphère est constituée de composés gazeux dans lesquels

Plus en détail

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES COMMUNIQUE DE PRESSE N 213 12 Juin 2012 LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES A l issue d une réunion d une semaine regroupant des spécialistes internationaux, le Centre international de

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Santé Environnement PRSE Bretagne

Santé Environnement PRSE Bretagne L influence de l environnement sur la santé est bien réelle En Bretagne > 20 % des décès par cancer du poumon attribuables au radon, gaz radioactif d origine naturelle émis par les sous-sols granitiques

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

RNV3P Recherche de pathologies émergentes

RNV3P Recherche de pathologies émergentes EPSP Ecole Doctorale Ingénierie Santé Cognition Environnement RNV3P Recherche de pathologies émergentes V Bonneterre, L Faisandier, DJ Bicout, R De Gaudemaris pour les membres du RNV3P Laboratoire Environnement

Plus en détail

Monoxyde de carbone. Dioxyde de soufre

Monoxyde de carbone. Dioxyde de soufre ETUDE AI R ET SANTE I MPACTS DU PROJET SUR L ENVI RONNEMENT ET MESURES ASSOCI EES Monoxyde de carbone Les tableaux suivants indiquent les valeurs limites ainsi que les recommandations sanitaires à respecter

Plus en détail

Table des matières. LIMAIR - Rapport de mesures et d'analyses

Table des matières. LIMAIR - Rapport de mesures et d'analyses Site : Atelier de réparation des véhicules de la ville de Limoges Localisation : commune de Limoges Date : du 18 au 26 juillet 2012 Paramètres étudiés : Benzène et dioxyde d'azote NO 2 ETD/2012/10 Table

Plus en détail

Cancers broncho-pulmonaires d origine professionnelle (amiante et autres expositions)

Cancers broncho-pulmonaires d origine professionnelle (amiante et autres expositions) La prise en charge des cancers professionnels en médecine générale Samedi Novembre 8 - Marseille Cancers broncho-pulmonaires d origine professionnelle (amiante et autres expositions) Ph ASTOUL Pôle Thoracique

Plus en détail

Surveillance épidémiologique de la mortalité et investigation d agrégats spatio-temporels en entreprise PRINCIPES GÉNÉRAUX ET DONNÉES NÉCESSAIRES

Surveillance épidémiologique de la mortalité et investigation d agrégats spatio-temporels en entreprise PRINCIPES GÉNÉRAUX ET DONNÉES NÉCESSAIRES Surveillance épidémiologique de la mortalité et investigation d agrégats spatio-temporels en entreprise PRINCIPES GÉNÉRAUX ET DONNÉES NÉCESSAIRES et investigation d agrégats spatio-temporels en entreprise

Plus en détail

Développement de systèmes de surveillance en entreprise à l Institut de Veille Sanitaire

Développement de systèmes de surveillance en entreprise à l Institut de Veille Sanitaire Développement de systèmes de surveillance en entreprise à l Institut de Veille Sanitaire JL Marchand E Imbernon M Goldberg (Département Santé Travail) Présentation / rappels Département Santé Travail de

Plus en détail

Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur la Communauté Urbaine de Strasbourg

Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur la Communauté Urbaine de Strasbourg Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur la Communauté Urbaine de Strasbourg Simulation état 2006 Avec le soutien de la Communauté Urbaine de Strasbourg Strasbourg Communauté Urbaine ASPA

Plus en détail

Silice cristalline dans une entreprise de transport : un risque sous-évalué

Silice cristalline dans une entreprise de transport : un risque sous-évalué Silice cristalline dans une entreprise de transport : un risque sous-évalué Laurent MERCATORIS * Dr Pascale GEHIN * * ACST Strasbourg XXIII èmes Journées Franco-Suisses de Santé au Travail Chambéry, les

Plus en détail

Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo

Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo rappels susceptibilité individuelle que dit l épidémiologie? gestion des risques cancérogenèse : un processus darwinien complexe 1 - autonomie

Plus en détail

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques Danielle LE ROY INRS PARIS Décembre 2007 REACH ETAT DES LIEUX décembre 2006 Adoption du règlement par le Parlement européen puis

Plus en détail

Paraméthoxyphénol. Identité chimique. Applications. Evaluation des dangers, Exposition et Recommandations pour la gestion des risques

Paraméthoxyphénol. Identité chimique. Applications. Evaluation des dangers, Exposition et Recommandations pour la gestion des risques Résumé Sécurité GPS Contacts Identité chimique Paraméthoxyphénol Désignation commerciale Paraméthoxyphénol Numéro CAS 150 76 5 Nom chimique (IUPAC) 4 methoxyphenol Formule chimique C7H8O2 Synonymes EMHQ,

Plus en détail

ÉVALUATION SCIENTIFIQUE CANADIENNE DU SMOG. Faits saillants et messages clés

ÉVALUATION SCIENTIFIQUE CANADIENNE DU SMOG. Faits saillants et messages clés ÉVALUATION SCIENTIFIQUE CANADIENNE DU SMOG ÉVALUATION SCIENTIFIQUE CANADIENNE DU SMOG Catalogage avant publication de bibliothèqie et archives canada Évaluation scientifique canadienne du smog Publié

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE Cette évaluation doit être systématique, quelle que soit l activité de l entreprise, même s il n y a pas d exposition a priori du fait des activités de travail. L'objectif

Plus en détail

galités s sociales de cancer chez les travailleurs

galités s sociales de cancer chez les travailleurs Inégalit galités s sociales de cancer chez les travailleurs Annie Thébaud baud-mony INSERM/GISCOP93, Université Paris13 Rencontres francophones internationales sur les inégalit galités s sociales et de

Plus en détail

Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses

Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses 3 à 5/100 000 habitants Augmente avec l age 175 /100 000 >70 ans Notre file active toutes les maladies interstitielles confondues plus de 120 patients

Plus en détail

Cancer et environnement

Cancer et environnement PATHOLOGIES Cancer et environnement Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération importante et anarchique de cellules anormales qui ont la capacité d envahir et de détruire les tissus sains

Plus en détail

EVALUATION DE L'EXPOSITION DES CITADINS AUX POLLUANTS D'ORIGINE AUTOMOBILE AU COURS DE LEURS DEPLACEMENTS DANS L'AGGLOMERATION PARISIENNE

EVALUATION DE L'EXPOSITION DES CITADINS AUX POLLUANTS D'ORIGINE AUTOMOBILE AU COURS DE LEURS DEPLACEMENTS DANS L'AGGLOMERATION PARISIENNE EVALUATION DE L'EXPOSITION DES CITADINS AUX POLLUANTS D'ORIGINE AUTOMOBILE AU COURS DE LEURS DEPLACEMENTS DANS L'AGGLOMERATION PARISIENNE Annie COURSIMAULT, Claudie DELAUNAY, Ghislaine GOUPIL Laboratoire

Plus en détail

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Téléphones mobiles Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Utiliser un téléphone mobile est-il dangereux pour la santé? Avec plus de 66 millions d abonnements en France fin 2011,

Plus en détail

COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS

COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS REPUBLIQUE FRANCAISE ---- COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS Paris, le 7 mai 1997 AVIS RELATIF AU BENZENE DANS LES CARBURANTS LA COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS, VU le Code de la Consommation,

Plus en détail

Impact sanitaire de la pollution atmosphérique en Rhône-Alpes

Impact sanitaire de la pollution atmosphérique en Rhône-Alpes Impact sanitaire de la pollution atmosphérique en Rhône-Alpes Jean-Marc YVON Cellule de l InVS en Région Rhône-Alpes 9 décembre 2014 1 Quelles sont les sources de données disponibles en région Rhône-Alpes?

Plus en détail

La cigarette électronique permet-elle de sortir la société du tabac?

La cigarette électronique permet-elle de sortir la société du tabac? La cigarette électronique permet-elle de sortir la société du tabac? Dubois G, Goullé JP, Costentin J Au nom de la Commission VI (Addictions) Académie Nationale de Médecine Introduction Le tabac tue un

Plus en détail

LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE?

LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE? LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE? Jean-Pierre SAWERYSYN 1 Matthieu OGET 2 Corinne SCHADKOWSKI 3 Judith TRIQUET 3 1 Professeur honoraire de l Université de Lille I, vice-président

Plus en détail

ANNEXE XXIII. Maladies en relation avec la pollution atmosphérique

ANNEXE XXIII. Maladies en relation avec la pollution atmosphérique ANNEXE XXIII Maladies en relation avec la pollution atmosphérique Maladies respiratoires 1. Asthme Cette maladie, à composante génétique, est influencée par l'environnement. Le terrain allergique, génétiquement

Plus en détail

Références : Les articles R.231-54 à R. 231-54-17 du code du travail relatifs aux règles générales de prévention du risque chimique.

Références : Les articles R.231-54 à R. 231-54-17 du code du travail relatifs aux règles générales de prévention du risque chimique. Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Direction des relations du travail Sous-direction des conditions de travail et de la protection contre les risques du travail Bureau de la protection

Plus en détail

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL ) Les degrés jour unifiés : Les degrés jour unifiés ou DJU permettent de réaliser des estimations de consommation d'énergie thermique pour le chauffage d un bâtiment

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 Epidémiologie Mme Fabbro-Peray Séance préparée par les tuteurs du TSN QCM n 1 : Choisir la ou les proposition(s) exacte(s). A. Parmi

Plus en détail

Chapitre X. Les produits de substitution.

Chapitre X. Les produits de substitution. Chapitre X Les produits de substitution. Introduction : - Peu satisfaisant (aucun autre matériaux n offre les propriétés intéressantes de l asbeste) - Coût généralement plus élevé que l application initiale.

Plus en détail

Tout le monde est potentiellement

Tout le monde est potentiellement DOCUMENT DESTINÉ AUX PROFESSIONNELS DE SANTÉ Détection des cancers d origine professionnelle: quelques clés pour agir CANCERS PROFESSIONNELS Cette année, vous avez vu 10 nouveaux patients atteints de cancer

Plus en détail

Protégez-vous des risques liés aux fumées de soudage. Information prévention. Vous êtes soudeurs en atelier de Métallerie Serrurerie?

Protégez-vous des risques liés aux fumées de soudage. Information prévention. Vous êtes soudeurs en atelier de Métallerie Serrurerie? Réseaux de veille et de prévention des risques professionnels en PACA Information prévention agir pour votre santé au travail Vous êtes soudeurs en atelier de Métallerie Serrurerie? Protégez-vous des risques

Plus en détail

SUMER. dmt. Les expositions aux produits cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques. Les expositions aux cancérogènes

SUMER. dmt. Les expositions aux produits cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques. Les expositions aux cancérogènes dmt 104 études et enquêtes TF 144 SUMER Les expositions aux produits cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques En 2003, 2 370 000 salariés sont exposés à des produits cancérogènes. Ce sont majoritairement

Plus en détail

ANNEXE H. Modélisation de la conversion du NO en NO 2

ANNEXE H. Modélisation de la conversion du NO en NO 2 ANNEXE H Modélisation de la conversion du NO en NO 2 Annexe H Modélisation de la conversion du NO en NO 2 Les oxydes d azote (NOx=NO+NO 2 ) émis par les vaporisateurs de GNL et les méthaniers subissent

Plus en détail

Études épidémiologiques analytiques et biais

Études épidémiologiques analytiques et biais Master 1 «Conception, évaluation et gestion des essais thérapeutiques» Études épidémiologiques analytiques et biais Roxane Schaub Médecin de santé publique Octobre 2013 1 Objectifs pédagogiques Connaitre

Plus en détail

Le risque toxique lors des. dans le secteur du BTP

Le risque toxique lors des. dans le secteur du BTP Le risque toxique lors des opérations de brasage fort dans le secteur du BTP F. MICHIELS 1, B. BOUARD 1, F. RIVIERE 1, C.MALLANTS 2 1: service de santé des armées 2: APSMT Blois Rappels technologiques

Plus en détail

Publications avec comité de lecture

Publications avec comité de lecture Cohorte des mineurs d uranium : Liste des Publications 2004-2010 Publications avec comité de lecture 2010 Nusinovici S, Vacquier B, Leuraud K, Metz C, Caër-Lorho S, Acker A, Laurier D. Mortality from Circulatory

Plus en détail

Système Général Harmonisé de Classification et d étiquetage des produits chimiques

Système Général Harmonisé de Classification et d étiquetage des produits chimiques Système Général Harmonisé de Classification et d étiquetage des produits chimiques Dr Jean Grondin Lætitia Davezat Stéphane Castex Septembre 2009 - R2 Sommaire Contexte règlementaire Le SGH REACH Les changements

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Depuis les années 1930, la production mondiale

Depuis les années 1930, la production mondiale PRÉVENTION Cancers et substances chimiques Depuis les années 1930, la production mondiale de produits chimiques a été multipliée par 400. Parmi les 100000 substances chimiques recensées dans l Union européenne

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

Laine de roche et Santé

Laine de roche et Santé Laine de roche et Santé La laine de roche ROCKWOOL et la santé La laine de roche de ROCKWOOL bénéficie de l exonération de la classification cancérogène, en application de la note Q de la directive 97/69/CE

Plus en détail

nouvelle réglementation 2013

nouvelle réglementation 2013 Pressing : nouvelle réglementation 2013 SOURCES D INFORMATION Nomenclature des installations classées pour la protection de l environnement Arrêté du 5 décembre 2012 modifiant l arrêté du 31 août 2009

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 1 : Epidémiologie descriptive Docteur José LABARERE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Véhicules Propres pour l amélioration de la qualité de l air Les Stratégies de progrès

Véhicules Propres pour l amélioration de la qualité de l air Les Stratégies de progrès Véhicules Propres pour l amélioration de la qualité de l air Les Stratégies de progrès Andre Douaud Ancien Directeur Technique Constructeurs Français Automobiles CCFA À Rabat, Avril 21 Moteurs et Carburants

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

RISQUE CHIMIQUE : VÉRIFIER L EFFICACITÉ DES ACTIONS DE PRÉVENTION COLLECTIVE

RISQUE CHIMIQUE : VÉRIFIER L EFFICACITÉ DES ACTIONS DE PRÉVENTION COLLECTIVE RISQUE CHIMIQUE : VÉRIFIER L EFFICACITÉ DES ACTIONS DE PRÉVENTION COLLECTIVE >> www.cramif.fr RISQUE CHIMIQUE : LE SUIVI DES MESURES DE PRÉVENTION Dans le cas du risque chimique, lorsque la substitution

Plus en détail

Le 8 mars 2009. Chers Collègues,

Le 8 mars 2009. Chers Collègues, Le 8 mars 2009 Chers Collègues, Je modifie mon mode d envoi, suivant en cela la suggestion faite par un de nos collègues. Vous recevrez donc l ensemble des textes de l envoi dans un fichier «zip». Lorsque

Plus en détail

Le Système Général Harmonisé : vers un nouvel étiquetage des produits chimiques dangereux

Le Système Général Harmonisé : vers un nouvel étiquetage des produits chimiques dangereux Le Système Général Harmonisé : vers un nouvel étiquetage des produits chimiques dangereux Annabel MAISON Institut National de Recherche et de Sécurité Département Expertise et Conseil Technique Quelques

Plus en détail

Diesel. Véhicules légers, suivez le bon itinéraire! DÉCOUVREZ LA SOLUTION ADBLUE

Diesel. Véhicules légers, suivez le bon itinéraire! DÉCOUVREZ LA SOLUTION ADBLUE Diesel Véhicules légers, suivez le bon itinéraire! DÉCOUVREZ LA SOLUTION ADBLUE Sommaire # 02 L ESSENTIEL Qu est-ce qu AdBlue?.... 3 À quoi ça sert?.... 4 Comment ça marche?.... 5 ADBLUE EN PRATIQUE Quelles

Plus en détail

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 RAISON SOCIALE JOHNSONDIVERSEY FICHE DE DONNEES DE SECURITE RISQUES SPECIFIQUES NON CLASSE 1 IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE - NOM DU PRODUIT RAID PIEGES ANTI-FOURMIS

Plus en détail

LES CANCERS PROFESSIONNELS

LES CANCERS PROFESSIONNELS LES CANCERS PROFESSIONNELS Près de 2,4 millions de travailleurs français sont quotidiennement exposés à des substances cancérogènes sur leur lieu de travail. Tout le monde est concerné, mais les hommes

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit TRANSOIL 140 Page 1/6 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Non concerné 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA

Plus en détail

Caractérisation de l exposition aux fumées de soudage en atelier, dans le secteur du BTP

Caractérisation de l exposition aux fumées de soudage en atelier, dans le secteur du BTP Journées Nationales de Santé au Travail dans le BTP, Annales 28:69-78 Caractérisation de l exposition aux fumées de soudage en atelier, dans le secteur du BTP Roger Fassi, Jacques Catani, Gwnaëlle Iarmarcovai

Plus en détail

SECTION 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise

SECTION 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise SECTION 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise Identificateur de produit Nom commercial Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du mélange et utilisations

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Des gaz d'échappement purs pour un environnement plus propre

Des gaz d'échappement purs pour un environnement plus propre Des gaz d'échappement purs pour un environnement plus propre Vannes et systèmes de dosage destinés au traitement des gaz d échappement Des gaz d'échappement La contribution de Bürkert purs à pour une utilisation

Plus en détail

Maladies chroniques et traumatismes Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres d amiante

Maladies chroniques et traumatismes Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres d amiante Décembre 2010 Santé travail Maladies chroniques et traumatismes Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres d amiante Quelques applications à un échantillon de population en France A. Lacourt,

Plus en détail

étiquetage des produits chimiques

étiquetage des produits chimiques Le nouveau règlementr GHS / CLP pour l él étiquetage des produits chimiques Carlo Erba RéactifsR actifs-sds Brigitte Coulange Les systèmes de classification existants au niveau mondial LE TOLUENE Au Canada,

Plus en détail

un fléau Trois millions de personnes trop exposées en Suisse Pas de diesel sans filtre à particules

un fléau Trois millions de personnes trop exposées en Suisse Pas de diesel sans filtre à particules un fléau Trois millions de personnes trop exposées en Suisse Pas de diesel sans filtre à particules Réduire les suies de diesel et faire reculer le cancer 2 Éditorial Sommaire Pollution urbaine excessive

Plus en détail

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 EPAC1 / LV Création : 20/02/08 Edition n 01 du 20/02/08 1. IDENTIFICATION 1.1 Désignation Nom

Plus en détail

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les amygdales Les amygdales: 2 organes situés dans le pharynx à l arrière de la gorge qui ont pour fonctions d empêcher l intrusion bactérienne. Amygdalite:

Plus en détail

Contact cutané. Contact avec les yeux. Inhalation. Ingestion.

Contact cutané. Contact avec les yeux. Inhalation. Ingestion. FICHE SIGNALÉTIQUE 995-01 Canutec 1-613-996-6666 (24 heures) 1. PRODUIT CHIMIQUE ET FOURNISSEUR Identification du produit : 995-01 Nom du produit : Graisse montage pneu Famille chimique : Mélange Fournisseur/Fabricant

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Page 1 sur 5 FICHE DE DONNEES DE SECURITE 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE Nom du Produit : Utilisations identifiées pertinentes : Fabricant Nom Toner Noir pour FS-4020DN

Plus en détail

LES NANOMATERIAUX. Groupe 2 PRST2 2012

LES NANOMATERIAUX. Groupe 2 PRST2 2012 LES NANOMATERIAUX Groupe 2 PRST2 16 Février 2012 LE NANOMONDE Des matériaux de l ordre de grandeur de virus Modification des propriétés fondamentales (physiques, chimiques, biologiques ) Nouveaux produits

Plus en détail

SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 -

SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 - SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 - OBJECTIF DE L ETUDE L objectif de cette étude est de répertorier tous les risques professionnels dans un pressing (base de l évaluation des

Plus en détail

Direction de la Santé Division de la santé au travail

Direction de la Santé Division de la santé au travail Direction de la Santé Division de la santé au travail oxyde de fer et oxydes de plomb, d aluminium et de nickel Exposition aux poussières pendant le travail coton, laine, microorganismes foin, farine,

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés

Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés Exercice n : (revoir la nomenclature des alcanes) question : a) Écrire les formules semi-développées des alcanes suivants : le n-hexane le -méthylpentane

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

Présentation d µgaztox_dist Rev22_06_09

Présentation d µgaztox_dist Rev22_06_09 Présentation d µgaztox_dist Rev22_06_09 1 INTERFACE UTILISATEUR Affichage message d alarme Affichage des alarmes VME et VLE Affichage de la mesure Affichage des niveaux d alarme instantanées (haute et

Plus en détail

Zoom sur le métier de technicien(ne) d exploitation

Zoom sur le métier de technicien(ne) d exploitation Bulletin trimestriel - mai - juin Zoom sur le métier de technicien(ne) d exploitation L équipe d Atmo Auvergne se compose de 12 personnes réparties dans les pôles : administration, études/communication,

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Les accidents de la route en lien avec le travail. Barbara Charbotel, MCU-PH UMRESTTE, Université Claude Bernard Lyon 1

Les accidents de la route en lien avec le travail. Barbara Charbotel, MCU-PH UMRESTTE, Université Claude Bernard Lyon 1 Les accidents de la route en lien avec le travail Barbara Charbotel, MCU-PH UMRESTTE, Université Claude Bernard Lyon 1 Sources de données pour l étude des accidents de la route liés au travail Régimes

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre SOMMAIRE 1 Contexte réglementaire 3 2 Description de la personne morale 4 3 Année de reporting de l exercice et l année de référence 6 4 Emissions directes de

Plus en détail

Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir?

Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir? Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir? Renseignements sur la fumée secondaire et tertiaire Qu est-ce que la fumée secondaire? La fumée secondaire est une combinaison de fumée

Plus en détail

SOCIETE FRANCAISE DE MEDECINE DU TRAVAIL RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE

SOCIETE FRANCAISE DE MEDECINE DU TRAVAIL RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE sur SOCIETE FRANCAISE DE MEDECINE DU TRAVAIL En collaboration avec la Société Française du Cancer et l Association Française d Urologie RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE SURVEILLANCE MEDICO-PROFESSIONNELLE

Plus en détail

dmt Directeur de la publication Comité de rédaction Comité scientifique Ont participé à la fabrication du numéro : Stéphane Pimbert

dmt Directeur de la publication Comité de rédaction Comité scientifique Ont participé à la fabrication du numéro : Stéphane Pimbert dmt Directeur de la publication Stéphane Pimbert Comité de rédaction Rédactrice en chef : Geneviève Abadia Rédactrice en chef adjointe : Anne Delépine Secrétaire de rédaction : Anne Schaller Rubrique Allergologie

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

Le nouveau système de classification et d étiquetage des produits chimiques

Le nouveau système de classification et d étiquetage des produits chimiques Le nouveau système de classification et d étiquetage des produits chimiques Annabel MAISON Département Expertise et Conseil Technique Pôle Risques Chimiques Colloque SGH & REACH Besançon 25 juin 2009 Quelques

Plus en détail

F I C H E S I G N A L É T I Q U E Page 1 de 7 BK553 BAKOR MBA GOLD ADHÉSIF POUR MEMBRANE DE BITUME MODIFIÉ

F I C H E S I G N A L É T I Q U E Page 1 de 7 BK553 BAKOR MBA GOLD ADHÉSIF POUR MEMBRANE DE BITUME MODIFIÉ 1. Identification du produit et de la compagnie Fabricant HENRY COMPANY 909 N. Sepulveda Blvd., Suite 650 El Segundo, CA 9045-74 Pour renseignements : Services techniques Numéro de téléphone : (800) 486-178

Plus en détail

La prévention des intoxications dans les silos à fourrage

La prévention des intoxications dans les silos à fourrage La prévention des intoxications dans les silos à fourrage Ali Bahloul, Brigitte Roberge et Nicole Goyer / IRSST Mauricio Chavez et Marcelo Reggio / École polytechnique de Montréal Avec la collaboration

Plus en détail

Afssa Saisine n 2007-SA-0028

Afssa Saisine n 2007-SA-0028 2 août 2007 AVIS LA DIRECTRICE LE DIRECTEUR GENERALE GÉNÉRAL de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif à l'évaluation des risques pour l'homme des constituants des produits de nettoyage

Plus en détail

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements 7 juin 2012 Francis Peters Bien qu il n y ait pas de nano particules dans les usines qui produisent les mélanges

Plus en détail

Valeurs limites d exposition aux postes de travail en Suisse

Valeurs limites d exposition aux postes de travail en Suisse Version janvier 2013 Factsheet Valeurs limites d exposition aux postes de travail en Suisse Dr Michael Koller, Dr Claudia Pletscher, Dr Marcel Jost 1. Introduction Les valeurs limites d exposition servent

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique?

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Impact Climatique Impact sanitaire Les particules atmosphériques sont avant tout étudiées pour leurs impacts sur le climat et sur la santé humaine. 39 Réchauffement

Plus en détail

Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec

Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec Le 5 décembre 2013 Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec Vous retrouverez ci-dessous la position des directeurs régionaux

Plus en détail

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6 Acides et bases Acides et bases Page 1 sur 6 Introduction Sont réputés acides et bases au sens des règles de sécurité en vigueur en Suisse, les solides ou liquides qui ont une réaction acide ou alcaline

Plus en détail

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Surveillance de la qualité de l air en région Limousin Mise en oeuvre et gestion des dispositifs techniques adaptés

Plus en détail

LES FIBRES MINERALES

LES FIBRES MINERALES LES FIBRES MINERALES (Hors Amiante) H. PEZERAT E.F.E 16 décembre 1997 Atteintes peau et muqueuses par fibres de gros diamètre posent un vrai problème. Mais les principales inquiétudes sont sur les risques

Plus en détail

EN AMONT DE LA DÉLÉGATION ACCUEIL ET FORMATION GÉNÉRALE À LA SÉCURITÉ FORMATION AU POSTE DE TRAVAIL

EN AMONT DE LA DÉLÉGATION ACCUEIL ET FORMATION GÉNÉRALE À LA SÉCURITÉ FORMATION AU POSTE DE TRAVAIL EN AMONT DE LA DÉLÉGATION Elaborer un livret d'accueil Etablir la liste des postes à risques particuliers (annexe 1) Prendre en compte la liste des travaux interdits aux intérimaires (annexe 2) Désigner

Plus en détail

A-ESSE s.p.a. FICHE DE SÉCURITÉ

A-ESSE s.p.a. FICHE DE SÉCURITÉ A-ESSE s.p.a. USINE OXYDES de ZINC FICHE DE SÉCURITÉ Oxyde de zinc 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT CHIMIQUE ET DE LA SOCIÉTÉ NOM DU PRODUIT: DÉNOMINATION COMMUNE, COMMERCIALE ET SYNONYMES: UTILISATION DE

Plus en détail

L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes

L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes FICHE D INFORMATION L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2 ) dans la production de dindes info.hybrid@hendrix-genetics.com www.hybridturkeys.com Dans la production de dindes, la performance

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

Campagne mobile de mesure des polluants atmosphériques

Campagne mobile de mesure des polluants atmosphériques Association pour la mesure de la pollution atmosphérique de l Auvergne Campagne mobile de mesure des polluants atmosphériques Centre d Enfouissement Technique de Clermont-Ferrand A t mo Auvergne 21 Allée

Plus en détail

Décret n 2013- du relatif aux canalisations de transport de gaz, d hydrocarbures et de produits chimiques NOR : DEVP13XXXXXD

Décret n 2013- du relatif aux canalisations de transport de gaz, d hydrocarbures et de produits chimiques NOR : DEVP13XXXXXD RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie Décret n 2013- du relatif aux canalisations de transport de gaz, d hydrocarbures et de produits chimiques NOR : DEVP13XXXXXD

Plus en détail