Substances naturelles marines bioactives en Nouvelle-Calédonie, le bilan de 20 ans de recherches

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Substances naturelles marines bioactives en Nouvelle-Calédonie, le bilan de 20 ans de recherches"

Transcription

1 Substnces nturelles mrines bioctives en Nouvelle-Clédonie, le biln de 20 ns de recherches Dominique LA URENT Institut de recherche pour le dévoloppement CENTRE DE NOUMÉA

2 Substnces nturelles mrines bioctives en Nouvelle-Clédonie, le biln de 20 ns de recherche Dominique LAURENT

3

4 SOMMAIRE 1) Introduction 7 2) Algues 8 3) Ascidies ) Echinodermes ) Crinoïdes ) Étoiles de mer ) Étoiles du lgon ) Étoiles profondes ) Holothuries 18 5) Cnidires ) Alcyonires ) Gorgones ) Penntulires 21 6) Spongiires ) Éponges du lgon ) Éponges profondes 27 7) Mollusques ) Microorgnismes ) Bctéries ) Chmpignons 33 9) Conclusion 36 10) Références 37

5

6 Mise en pge - Fbriction Jen Pierre MERMOUD Reprogrphie IRD Noumé Photos: Pierre LABOUTE, Georges BARGIBANT, Jen-Louis MENOU IRD, 1999 Mots clés: BIBLIOGRAPHIE, SUBSTANCE NATURELLE, MILIEU MARIN / NOUVELLE CALEDONIE

7 1) INTRODUCTION L Nouvelle Clédonie se situe sur l rive est de l plque continentle ustrlienne, ux environs de 165 E et 21 30'S et à km de l côte du Queenslnd. Un système de récifs complexe, comprennt toutes les formtions existntes (récif frngent, isolé, brrière ou toll) s'étend de prt et d'utre de l Grnde Terre sur environ km du Nord u Sud, utour des îles corlliennes proches (Iles Loyuté et île des Pins), l'rchipel des Chesterfield inclus. Plusieurs monts sous-mrins ont ussi été récemment découverts dns l zone économique de l Nouvelle Clédonie. L recherche de substnces nturelles mrines en Nouvelle-Clédonie débuté en 1977 u centre ORSTOM pr le progrmme SNOM (Substnces Nturelles d'origine Mrine) à l'inititive de Pierre Potier. Ce progrmme triprtite qui réunissit Rhône Poulenc, le CNRS et l'orstom duré 5 ns. Il s'est poursuivi pr le progrmme SMIB (Substnces Mrines d'intérêt Biologique) qui est vnt tout un progrmme pluridisciplinire, regroupnt industriels et chercheurs de l pluprt des instituts de recherche ntionux (ORSTOM, CEA, CNRS, INSERM, MNHN), et universitires frnçis et étrngers. Ces collbortions permettent de tendre u développement phrmceutique des substnces originles ynt révélé une ctivité biologique concurrentielle de celle des témoins de référence. Les substnces originles dont le développement n'est ps envisgeble sont toutefois intéressntes u titre de modèles expérimentux. Lors de ces deux progrmmes, un inventire importnt de l fune du lgon néo-clédonien été rélisé pr les biologistes du lbortoire d'océnogrphie et du Muséum Ntionl d'histoire Nturelle (MNHN) de Pris, l pluprt des récoltes étnt effectuées en plongée utonome pr une équipe de plongeurs biologistes professionnels. Vlorisnt toutes les données obtenues lors de ces plongées de prospection ou de récolte, des guides txonomiques ont été rélisés sur différents groupes, échinoderrne 1, scidie 2, éponge 3 et gorgone (en préprtion). Cet inventire été étendu à l fune profonde de l région (Zone Économique de l Nouvelle Clédonie). Les premiers drgges en eu profonde effectués pr les biologistes du lbortoire d'océnogrphie (cmpgnes Musorstom décrites dns les Mémoires du MNHN ; le 2l ème volume v être publié) ont permis l'étude d'échntillons divers et bondnts récoltés entre 200 et m, le plus souvent ux environs de 400 m. Etnt donné l'intérêt de ces échntillons, le SMIB mené ensuite ses propres cmpgnes de drgges profonds sur les N/O de l'orstom, le Vubn, puis [' Alis. L'originlité de ce progrmme de phrmcochimie mrine SMIB vient en grnde prtie de l'étude de ces invertébrés profonds; en effet, dns leur grnde mjorité, les orgnismes récoltés sont considérés comme des fossiles vivnts, c'est à dire des orgnismes qui, depuis leur pprition sur l plnète, ont trversé le temps sns modifictions mjeures. Ce rpport est une synthèse bibliogrphique des résultts obtenus en chimie des substnces nturelles à prtir des orgnismes mrins trités lors de ces différents progrmmes de phrmcochimie mnne. 7

8 2) ALGUES Culerp sp. 3) ASCIDIES Quelques nnées vnt que l'lgue Culerp txifoli ne soit en pleine ctulité, il été montré que l culerpine et l culerpicine, deux métbolites ssez communs de ces lgues du genre Culerp, ne sont ps les substnces responsbles de l toxicité rencontrée chez certines espèces 4 Les scidies ou tuniciers forment un groupe ssez évolué dns lequel plusieurs composés hutement cytotoxiques ont déjà été identifiés. Avec celui des spongiires, il semble que ce groupe soit une source prticulièrement intéressnte de substnces bioctives. Deux cs d'intoxiction humine ont été enregistrés à l suite de l mnipultion de l poudre lyophilisée de Lissoclinum bistrtum. L responsbilité en été ttribuée à un dilctme polyéther, l bistrmide A 1 s ou bistrtene A 6, dont les études toxicologiques ont montré des effets sur le système nerveux centrl. Cette substnce mnifeste ussi des effets Didemnide cytotoxiques mrqués sur cellules cncéreuses Kb (ICsü = 2, M) et P388 (IC Sü = 2, M) 7 et un effet ntiprolifértif sur des cellules de crcinome bronchopulmonire humin NSCLC-N6 8 Pr l suite, d'utres polyéthers cycliques bioctifs, les bistrmides B 2, C 3, D 4 et K 5, ont été isolés de L. bistrtum 9. Les bistrmides D et surtout K sont moins toxiques que les bistrmides A, B et C et sont insi plus efficces in vivo sur l lignée crcinomile. Des études électrophysiologiques ont montré que l bistrmide A inhibit le cnl sodium à l fois u repos et dns l'étt inctivé, et occupit un site qui n'est ps loclisé sur l porte d'inctivtion 10 Elle git ussi sur l sensibilité u clcium du muscle crdique chez l grenouille Il. L'origine de l bistrmide A été recherchée dns les prochlorons, lgues symbiotiques de l'scidie mis cette impliction n' pu être confirmée l2. L bistrmide A des propriétés immunomodultrices en inhibnt l prolifértion des cellules T et en stimulnt l prolifértion des cellules B 13 Un utre composé cytotoxique, le dichlorolissoclimide 1 6, été purifié d'un extrit éthnolique de Lissoclinum voeltzkowi 14. S structure cristlline et s stéréochimie bsolue ont été déterminées l5 S forte ctivité cytotoxique se mnifeste sur cellules de crcinome humin Kb (IC sü = 14 ng/ml) et cellules leucémiques P388 (ICsü = 1 ng/ml) et sur une lignée cellulire à crcinome bronchopulmonire NSCLC-N6 16. Le lissoclimide pr l suite été identifié dns cette même scidie 17. De l'extrit cytotoxique de Leptoclinides dubius, six dérivés d'minocides dont le très rre L-endurcididine 7, ont été isolés et identifiés 18 Les minlemines A-F 8-13 sont de nouveux composés à gunidine isolés de Didemnum rodriguesi. Les minlemines D - F sont les dérivés à l'cide sulfrnique des minlemines A - C et constituent le premier exemple de l présence d'un tel groupe fonctionnel dns un orgnisme mrin 19 L cledonine 14 est un peptide nturel bolphile qui possède un nouveu B-rninocide, un groupe cyclogunidine et un fort pouvoir complexnt en lint les ions Zn++ et le Cu+. Ce composé est 8

9 Métbolites isolés dtscidies 0 1 Bistrmide A 2 Bistrmide B 0 ry ~ _ l N ~O~N'Yîî 0 3 Bistrmide C o ~~~~N~N Bistrmide K 4 BistrmideD 0 6 Dichlorolissoclimide 1 H 7 Endurcididine H Q~!J ('l = 0 ~'" HN N = Il : - '.v' -.../'N~SH 8091/1 Il n ~NO 14 Cledonine Minlemine X R H H X 0 ~H NH H2Ny~N~N~~ (N~~)lN'" NH 0 R H 0 H 8 A H 9 B H 10 C H Il 0 S03H 12 E S03H 13 F S03H IS C8HI7 C9H19 IS CSH17 C9HI9 9

10 biosynthétisé pr un tunicier Didemnum rodriguesi 20 L'lcloïde minoritire produit pr l'scidie Eudistom frgum est une tétrhydro J3-crboline que l'on dénommé woodinine 15; le composé mjoritire correspond à l 5-bromo N,N-diméthylmino-éthyltryptmine 16 prélblement isolé d'une éponge du genre Smenospongi. Ces deux lcloïdes mnifestent une fible ctivité ntibctérienne sur Stphylococcus ureus et Escherischi coli 21. Trois utres J3-crbolines ont été extrites d'eudistom lbum. Deux d'entre elles, l'eudistomine E déjà connue pour s forte ctivité ntivirle, et un nouveu composé, l'eudistlbine A 17, mnifestent une ctivité cytotoxique in vitro sur cellules cncéreuses Kb (ED so < 5 ng/ml et 3,2 flglml respectivement); le troisième composé, l'eudistlbine B 18, est un nouveu produit nturel inctif 22. De l'extrit chlorométhylénique cytotoxique de Pseudodistom rborescens, qutre lcloïdes indoliques brmés ont été purifiés, les rborescidines A - D Prmi ceux-ci, seul l'rborescidine D mnifeste une légère ctivité sur cellule Kb in vitro (IC 5ü = 3 flg/rnl). L configurtion bsolue de l'rborescidine C été déterminée pr diffrction ux ryons X 24, Ritterell rete est un des rres tuniciers récoltés en profondeur (300 m). L'étude de son extrit méthnolique cytotoxique conduit à l'isolement de six nouveux sesquiterpènes de type dendrolsine, qutre étnt crctérisés pr l présence d'une prtie furnique et les deux utres pr un cycle 'Ybutyrolctone , 4) ECHINODERJ\1ES Les échinodermes sont un des plus nciens groupes du règne niml. Ils sont bien représentés dns le lgon néo-clédonien. Sur les pentes récifles des monts sous mrins utour de l Nouvelle Clédonie, les échinodermes, crinoïdes, oursins, étoiles de mer ou holothuries existent en bondnce ; seules, quelques espèces ont été étudiées. 4-1) Crinoïdes Gymnochrinus richeri 4-2) Étoiles de mer Protorester nodosus Gymnochrinus richeri est un crinoïde «fossile vivnt» qui été récolté pr drgge à 520 m de profondeur. Il contient 5 nouveux pigments violets : des phénnthropérylenequinone bromés ppelés gymnochromes A, B, C, D et isogymnochrome D 33 dont les trois derniers sont sulftés 26, S composition en stérol ussi été déterminée 27 L' cti vi té ntivirle in vitro sur le virus de l dengue des gymnochromes B et D et de l'isogymnochrome D été observée; l présence de sulfte sur les deux derniers composés peut être une expliction de leur plus forte ctivité (RF 5 0 % <1 flg/ml) 28, Les étoiles de mer sont bien connues pour leur composition en sponines stéroidiques et en stérols hutement hydroxylés, Le lgon clédonien étnt très riche en étoiles de mer, un inventire de ces composés été effectué, Lors de ce trvil, quelques lcloïdes cytotoxiques ont ussi été découverts, 10

11 Métbolites isolés d'scidies (suite) 15 Woodinine N - C~ 16 5-bromo N,N-diméthylminoethyltryptmine 17 Eudistlbine A 19 Arborescidine A 20 Arborescidine B o 18 Eudistlbine B Me Me 21 Arborescidine C 0 22 Arborescidine D Me Me Me 27 Me MeO 0 28 Me Me Me Me Sesquiterpènes type dendrolsine R 0 0 Métbolites isolés de crinoides R : Gymnochrome A 30 R H : Gymnochrome B 31 R. : Gymnochrome C 33 R. OS03 : Isogymnochrome D 32 R. OS03 : Gymnochrome D 11

12 ) Étoiles du lgon L composition en stérols polyhydroxylés été étudiée chez Protorester nodosus ,30 et Luidi mcult Sept nouveux stérols hutement hydroxylés prmi lesquels qutre ont un squelette 27-norcholestne ont été identifiés dns Archster typicus 32. Un groupe de 313,2 J dihydroxystéroides sulftés été mis en évidence dns l'étoile de mer Euretster insignis 33. Deux nouveux stérols polyhydroxylés ont été extrits de Hlityle regulris 34 et deux utres de Gomophi wtsoni 35. De nouveux glycosides stéroidiques ont été isolés de Hlityle regulris , de deux étoiles du genre Nrdo (N. novecledoni et N. gomophi) 36, de Gomophi wtsoni , de Porster superbus , de Thromidi ctli' et de Chorister grnultus Une nouvelle clsse de glycoside stéroidique cyclique : le luzonicoside 76 été isolée de Echinster luzonicus 40. Un glycoside stéroidique cytotoxique, le nodososide 77 été crctérisé dns Protorester nodosus 41, Acnthster plnci et Lincki levigt 42. Pr l suite, l'isonodososide 78 et son dérivé 5 déoxy 79 ont été identifiés dns Acnthster plnci 43. Puis son isomère le 6-épinodososide 80 été isolé de Pentcerster lveoltus 44. Neuf nouveux glycosides stéroidiques cytotoxiques nommés monilosides A ont été mis en évidence dns un extrit cétonique de Fromi monilis. Qutre d'entre eux sont des mono-glycosides, deux des di- et trois des tri-glycosides; c'est l première fois que des tri-glycosides de stéroides polyhydroxylés sont isolés d'étoiles de mer 45, Les compositions en glycosides stéroidiques sulftés de Luidi mcult 46 et de Lincki levigt ont été déterminées, De nouvelles stérosponines sulftées, le protoréstéroside 91 dns Protorester nodosus et Pentcerster lveoltus 48 et un 22,23-époxystéroide glycoside sulfté 92 dns Hlityle regulris 49 ont été découvertes. Des lcloïdes à gunidine hutement cytotoxiques ont été isolés de deux étoiles Fromi monilis et Celerin effernni. Ils ont été nommés crmbescidine , ptilomycline A 94, celeromycline 95 et fromimycline 96. Ce type de composé est typique des métbolites d'éponge et n'vit encore jmis été trouvé dns les étoiles de mer ) Étoiles profondes L'étoile de mer profonde du genre Rosster (récoltée à 400 m) contient trois nouveux stérols polyhyd roxylés dont l'un le (25S)-5-cholestne-313,413,613,7,8, 15,1613,26-octol mnifeste une ctivité ntifongique 51. Autre étoile profonde collectée à 530 m, Tremster novecledonie produit trois stéroides polyhydroxylés nommés tremsterol A - C et dont l'un à l prticulrité d'voir une fonction phosphte 52. Pr l suite, neuf utres constitunts stéroidiques dont un est relié u tremstérol vec l même fonction 6-0-phosphte, ont été isolés de cette étoile 53, Un nouveu groupe de trois polyhydroxystéroides nommés crolisterols A - C été identifié dns Styrcster croli, une éponge récoltée à 2000 m de profondeur 54. Pr l suite, dix utres polyhydroxystéroides ont été identifiés dns cette étoile

13 Stéroides isolés d'étoiles de mer R" R R 34. R= <th 35. R = H 36. R =H 37 R= / 38. R =1-("'1 H 39. R = R'= R'= R'=H R'= H R'=H R' =H./H 43. R =H, R' =, R" = "~'II H 44. R = S03~, R' =, R" =H < 45. R = H R' = H R" =./ 46. R = H: R' = H: R" = 0 "~'l' 56. R =H 57. R = 58. I~ = Il 59. l~ =011 1 R" R" =H R" =H R" = H Rn =H R" =Me R" =Me H0 3 SO 40!~ =, R' = H 41 R = H, R' = OI-! 42 R = R' = 47. RI = 1<2 = R3 = H, R-+ = S03N 48. RI =, R2 = R3 = H, R4 =S03N 49 RI = 1<2 =, R3 = S03N, R4 = H H 60. R = H R' = ~. " H 61. R =, R' = ~. "Olj 62 I~ =1L R' = / "'th 1 r i:ü)h-" l /...",. '( OS03H b :2 + '~ 53: : 3 + b isü)h~ l 3'r~ '1 rn./55:.:1 + 13

14 Stéroides isolés d'étoiles de mer (suite) R 0/ ) ~\ 1 63 r!?:<, R l~' R" 11 Il Il 65 H bh 66 H:lcF1~o ~ OII S03N OC-," Meo\----"O\ ~ ~o--l--l OCH 3, OS~N 67.reO~obJo OCH , l /'... l' - R 70. R = 2-0-methyl-H-D-xyJopyrnosil ; R' = H 71. R = 2-O-methyl-f3-D-xylopyrnosil, R' = 73 : Thromidioside N1-J7 o - 4~ ~~ 110 O~' o 76. LUl.Onicosidc ~ R 74 R =, R' = 75 R= H; R' = H ~O OCH no o 14

15 Stéroides isolés d'étoiles de mer (suite) 78 : R = Isonodososide 79. R= H ~O\ ~O OCH3 81. R = H 82. R= o ~~ ~ 0 oc~ A o H~;;:; O 0 ~ 0 80 : 6-épinodososide 83:R=H 84. R= o ~~ ~- -0 oc~ 3~ ~O\. ~o, MeO~"o~o~o, ~o\.. 0 H~O ~~0~~~0~0\ ~ k..--o ~oo~o :.: ~O~O,.J ô.22e H3CO~0 87 :.: _ 88. ô.22e ) - - H~O~ NÜJSO - 0 A/O~O 0 c~ 0 c~ 90: Lcvigtosldc :«0 R = R-D-fucopyrnosyl (1-2) u.-l-rbinopyrnosyl H~O~ N03S0 o - 0 :«0 ~O_~O 0 0 # H 3 C ~o/ C~ 91 Prolorcstcrosldc 15

16 Stéroid es Isolés ' d' ét01ï es de mer (suite) H, "'lj~ "1! 1 ff ' H o ~SO.r ~/ '" /o~o 0 ~ ~ 0 92 Regulrosîde 000 ",C CH, H2N~ o H,"~ 93,R- RI 94' - H, RI = ' C 95. R = RI =H,Plil rmbescldine 800 R. R=, RI = H.omychne A. Celeromvcl' 96' F.. ronumycline Stéroides d' e't olles. de mer profondes 97. R= I-l 98: R = J me t"h f;çrf o :: ~ H Autres m'etbolites isolés d'ét 01'1es de mer 16

17 Stéroides d'étoiles de mer profondes (suite) OAC 1 NO 's/ /1 \\ - ~ RO~OR NO - P - --L L---...:. Il OR' 1 NO - P- " 100 R=R'=H 101.P.=R'=.l"c 102. R=H ;R'=Ac OR N 1 ="s, N 104 R =H, ~9(l1) 105 R =Ac, ~9(l1) 106. R = H 107.R=Ac ) 1 OSÜ:lN 108. R = ]-] 109. R = S03N R' (o~ ~'s': N N ( 1 o,? ' 's (y' 'N 1 o,? ' 's f, "'ON 112 Crolislcrol A R =,R' = Crollslerol B I~ =, I~' ==0 114 Crol islcroj C R = Il ; R' = "''''01] 17

18 4-3) Holothuries Les holothuries contiennent ussi des sponines mis l'glycone est un terpène et non ps un stérol comme dns les étoiles de mer. Actinopyg flmme Les orgnes de Cuvier de l'holothuiie Bohdshi vitiensis ont fourni, près extrction et hydrolyse cide, qutre spogénines dont l'une une structure nouvelle proche de l seychellogénine Une holothurie très ichthyotoxique, Actinopyg flmme, à l'origine d'une très forte intoxiction à l'qurium de noumé, permis l description de qutre nouvelles sponines prmi les neuf isolées 58. Le principl composnt glycosidique de Neothyonidium mgnum est une sponine triterpénique sulftée, le neothyonidioside En générl, les cnidires et en prticulier les octocorlliires, sont de grnds producteurs de composés terpéniques. Les lcyonires étudiés ont confirmé cette règle; pr contre des molécules plus originles ont été isolés des gorgones et des penntulires. Xeni sp. 5-1) Alcyonires 5-2) Gorgones Melithe cf stormü L hvnnhine 131 et l désoxyhvnnhine 132, deux nouveux diterpènes, ont été crctérisées pr RMN et diffrction ux ryons X dns un coril mou Xeni membrnce 60. Pr l suite, on isolé de cet orgnisme deux utres stéréoisomères Il,19 de l hvnnhine , qutre diterpènes ppelés hvnnchlorhydrines , et vingt et un nouveux diterpènes de type xenine L structure d'un métbolite 155 isolé de Xeni grcie été étblie pr diffrction ux ryons X comme ynt l configurtion opposée en C7 à l hvnnhine. Ce xenicne diterpène inhibe l croissnce de l'lgue Cermium codü, orgnisme benthique commun dns le processus de «fouling» 64. Deux nouveux lcloïdes indoloquinolizidiniques, les villogorgines A 156 et B 157, ont été isolés prllèlement à l cféine, l tryptmine, l Nb-méthyltryptmine et une 1,2,3,4 tétrhydrocrboline à prtir de l gorgone Villogorgi rubr 65. L villogorgine A mnifeste une ctivité ntgoniste à l'cetylcholine. Un nouveu peptide inhibiteur d'élstse été crctérisé dns un extrit hydrométhnolique cide de Melithe cf stormii 66. L gorgone Ctenocell sp. produit un stérol 158 cytotoxique sur cellules Kb (IC 50 =0,23 ~g/ml) et sur cellules NSCLC-N6 (IC 50 =2,9 ~g/ml) ) CNIDAIRES

19 Stéroides d'étoiles de mer profondes (suite) R III"'~ ::::: ",,' ~ li: < (~ l\' R 119 R = III~ "", ~ ~ 120. R = III(yj(" "" ~ i OSJ,~l R = IIII"'~OSCVJ, l i 122. R = IIII'.,~ OSü.JN, 1 j~ ON 1 O=S, ~ Il 0 o _ ~= - Olé! 124 Stéroides isolés d'holothuries o = 125 NO, OCH 3 o ~O~.s-R O'OfjO o 130 ' NCüthyonidiosidc , F<= 127. R = 128 I~ = ~."" ~ ~ 129,r~=~ l'

20 Métbolites isolés d'lcyonires 131 H\'nnhlOe 132, 133, 134. Desoxyh\'nnhine AcO CI 135, 136, 137, 138. Hvnnchlorhydrine CI CI ;:foh CI ;PoH ;:PoH ;foh ;y CI 139 CI CI L ;f ;i~ ~ ;t~ ;ro ;roc L L L50 OAc CI ACO 0 0 COR : I~ = : I~ = Oi'. le 153 : I~ = Il CI "":: 155

21 5-3) Penntulires Trois nouveux cliterpènes reliés u styltulide et à l brireine A ont été isolés d'un penntulire du lgon, Pte roides lboutei; il s'git de l pteroicline 159, de l 12-0-décétyl, 12 O-benzoyl pteroicline 160 et du lbouteine Du même type, le cvernuline 162, le l4-0-décétyl, l4-0-propionyl cvernuline 163 et le cvernulinine 164 ont été identifiés dns un utre penntulire Cvernulin grndiflor 69. Une nouvelle clsse de mcrocycliques lctones, les Lituri ustrlsie liturines A 165, B 166 et C 167, été identifiée dns un penntulire Lituri ustrlsie. Ces substnces mnifestent des ctivités ntifongiques sur chmpignons phytopthogènes et cytotoxique (IC so de 1 à Ilglml) 70. 6) SPONGIAIRES Les éponges forment sns conteste le groupe le mieux étuclié en Nouvelle-Clédonie, que ce soit dns le lgon ou dns l zone bthyle. Deux risons à cel: ce groupe d'invertébré est bien connu pour s cliversité chimique et insi pour s bioctivité vriée et c'est, vec celui des échinodermes, un des groupes les mieux représentés dns les eux profondes sur les pentes récifles des monts sousmrins. 6-1) Éponges du lgon Prmi l grnde vriété de substnces chimiques connues pour être des métbolites secondires des éponges, de nombreux composés zotés ont été identifiés dns les orgnismes du lgon. L'éponge Pseuddxinyss cnthrell fut à l'origine d'un grnd espoir de découverte d'un nouveu méclicment dns le domine du cncer vec l girouine 168, substnce ntitumorle cti ve sur l leucémie P388 in vitro et in vivo 7[,72. Mlheureusement, l'étude de son cti vité fut rrétée en clinique u stde II pour cuse d'effets secondires trop prononcés. L configurtion bsolue de cette molécule été étblie pr cliffrction des ryons X 73 et s synthèse Cymbstel cnthrell chimique totle été rélisée 74. Qutorze utres composés non stéroliques furent identifiés à prtir de cette éponge; prmi eux, neuf dont qutre originux , sont des dérivés pyrroliques bromés ou non, trois des dérivés pentbromés, un l turine, et un dernier de structure encore inconnue 7S. L pyrxinine 173, un nouveu composé nitrogéné, ussi été décrit comme métbolite de cette éponge dont l nouvelle ppelltion est mintennt Cymbstel cnthrell 76 A coté de trois xetospongines déjà connues, on isolé deux lcloïdes nouveux, le déméthylxetospongine B 174 et un dérivé tétrhydrocrboline 175, d'une éponge du genre Xetospongi 77 Les trois mcrocycies montrent une ctivité cytotoxique sur cellules Kb mis ne mnifestent ps d'ctivité in vivo contre l leucémie P388. Ces composés gissent sur le récepteur de l somtosttine (IC so = 12 ~ [~= 13,4~]) 78. Une série de nouveux lcloïdes type nmicline , été découverte dns une éponge clcire du genre Leucett. Le premier exemple de complexe métllique 21

22 Métbolites isolés de gorgones N N=.J 156 : Villgorgine A N Nd 157: Villgorgine B 0; ' 158 Métbolites isolés de penntulires 159: Pteroidine : R=R' =Ac 160:R=Ac,R'= N 161: Lbouleine t-\lc~ t-\lcoco - 162: Cvemuline : Cvemulinine o JY N )=0 165 : Lilurine A '> N 166: Litun"e B ~o HoC 22 OAc 167 : Lllunne_C

23 Métbolites isolés de spongiires Cl-! N~./' ? JI inh2 H N HN CI 168: Girùlline NH WS 2 N=\NH lin N H 0 169: Dibromocnthrelline C,> NH o 170 : Odiline o r?~~ Y..N~ H 0 H, OR" : Pyr:-zinine o ~C,> ~N-\rNH H R'O 174 : Demethyl:-zetospongioe B H3C, o Q 7 1 "'" 181 A ~N:; NH~N:H H:3C,O f( ll ~NH2 "-c 0 NH '"J '0 b.,,~ 1 Pseudocertmlnes 0 '" CH:3 H 1 CH, 1,N+ N+ " CH:3 ~ ~N~ NH~NH N~NH~O~~H2,H o ~ 1 - NH N+ 183 C 0 l Nt- 182 B NH2 x 176 R' =Me ~ R" =H ; \: =H, 177: R' =R" =\le; \: =H, 178: R' =Me ~ R" =H ~ \: =H, tvleo 179 : R' =R" =\le ~ \: =H,MeO 180: R' =R" =\le ; X =0 OCH 3 'Q:s, \":::, " ' ~ ", 0 V-j ~ Nf~ 184: Hemifistulrine-3 o 185 RI = ~ R2 =lu =Il <'1 =R2 =0. R3 =H 23

24 d'origine mrine vec le zinc est insi reporté 79. Deux specimens de Pseudocertin verrucos récoltés sur des côtes d'iles éloignées de l Nouvelle-Clédonie ont donné trois lcloïdes nouveux de type bromotyrosine. Les pseudocertinines A 181 et B 182 ont été isolées du specimen des Iles Chesterfield tndis que l'extrction de celui de l'ile Wlpole, donné les pseudocertinines B et C 183. Prllèlement, dns les deux échntillons, les lcloïdes déjà connus, plysmine-l, plysmine-2, pureline et purelidines A et B ont été inventoriés 80. L'hémifistulrine 3184 contenu dns une éponge du genre Verongi correspond à l moitié droite de l fistulrine 3 ou de l'oxofistulrine 3, églement produit pr cette éponge. A prtir de ce dernier composé, il est possible d'obtenir l'hémifistulrine 3 pr dégrdtion bsique. L question se pose de svoir si ce composé est un peptide dégrdé biogénétiquement ou s'il s'git plutôt d'un précurseur biogénétique élboré. Deux utres nouveux dérivés ont ussi été isolés, le 19-déoxyfistulrine 185 et le 19-déoxy-II-oxofistulrine Des composés possédnt des fonctions mides ont ussi été découverts. L' Hposcleride Ocenpi cf. tenuis contient une série de cérmides, les ocenpines A - F , qui sont uniques cr brnchées à l fois sur des sphingosines et des cides grs 82. Leucscndr cveolt, éponge clcire de l côte est, produit le premier métbolite puissmment bioctif de ce groupe. Ce nouveu type de mcrolide, leucscndrolide A 193, est fortement ntifongique sur les chmpignons phytopthogènes et sur levure pthogène pour l'homme et cytotoxique sur cellules Kb (IC so = 0,05 /lg/ml) et sur P388 (IC so =0,25 /lg/mi) 83. D'une éponge Lithistide du genre CUipelt, un glycoside mcrolide cytotoxique d'un nouveu type, le cllipeltoside A 194, été purifié. Il mnifeste une ctivité modérée sur cellules NSCLC-N6 et P388 mis git de mnière prticulière en bloqunt l prolifértion cellulire in vitro u niveu de l phse GIou pr inhibition de l'enzyme, ou encore en induisnt l différencition cellulire terminle 84. Pr l suite, les cllipeltosides B et C ont été purifiés; ils ont le même mcrolide mis diffèrent pr leur prtie sucre 85. Les bengmides A 195 et B 196 et cinq nouveux dérivés d'cides minés reliés à ces deux composés ont été isolés de Jspis crteri 86. L cllipeitine A 202 est un depsipeptide cyclique qui été isolé de l'éponge CUipeLt sp. Ce composé est ctif sur Cndid Lbicns (30 mm d'inhibition pour 100 /lg sur un disque de 6 mm) et mnifeste une ctivité ntivirle sur HIV (CD so = 0,29 /lg/ml et ED so = 0,01 /lg/ml; référence: AZT, CD so = 50 /lm et ED so = 30nM) 87. Pr l suite, deux utres cllipeltines, B 203 et C 204, ont été découvertes, l C étnt cyclique. L'importnce du mcrocycle dns l cytotoxicité est suggérée pr l plus forte ctivité des cllipeltines A et B pr rpport à l C. Les cllipeltines B et C sont pr contre inctives sur HIV 88. Des terpènes ont été églement isolés. L stylotelline 205, nouveu sesquiterpène isocynide, été extrite d'une éponge du genre StyLoteU 89. Trois nouveux sesterterpènes proches des mnolides, les fciospongides A - C , ont été identifiés dns une Thorectide du genre Fciospongi. Mlheureusement, étnt donné le fible tux en fciospongides de cette éponge, leur ctivité ntiinfjmmtoire prélblement mise en évidence dns les mnolides, n' pu être étudiée 90. L'extrit méthnolique d'une Dictyocertide Hyrtios erect contient un nouveu tétrcrbocyclique sesterterpène nommé 12-épi-heteronemine Du même genre, Hyrtios sp., deux utres sesterterpènes de l fmille des mnolides, le nouveu thorectolide 209 et le thorectojide monocétte 210, ont été isolés. Le premier est plus cytotoxique que le second lors que seul le thorectolide est ctif à l fois sur le nucleocpside de l'hivi et l'integrse à 10 et 20 ppm respectivement 92. De l même éponge, un nouveu dimère rouge de l puupehenone, l dipuupehedione 211, été isolé et son ctivité cytotoxique été estimée sur cellules Kb (lc,o =3 /lg/ml) 93. Six sesquiterpènes drimnes, dont cinq nouveux , ont été extrits de Dysidefusc 94. L'éponge Dictyocertide Petrosspongi nigr renferme huit sestei1erpènes nouveux, les petrosspongiolides C-J , et deux nor-sesterterpènes nouveux, les petrosspongiolides K et L , qui mnifestent des ctivités cytotoxiques modérées sur les cellules 24

25 Métbolites isolés de spongiires (suite) R' A(CH~ Nn(CH~ Occnpincs 0 R" 187,-\ n=9,m=j9.r'=if,r"=\fe n = 9 ~ m = 19. R' = 1<''' = Iv1c 189 C n = 9 ; m = 20. R' = Ivle ; R" = H 190 D:n=JO~m=l').R'=R"=lv1L' 191 :[: n = 10 ~ m = 19 : R' = Gt ; R" =H 192:F:n= IO;m= )9:R'=Et;R"=:\lt' 193 : Leucscndrolide o N -...;::: O=(NH VO OCH 3 194: Cllipeltoside A rie H 1 r ~~I"~0N\"R2 = = 0 ~ 195 Rio C~:H2):CH3: R2 : H R, 5;0NH;> 0 X;0H NH RJ = CO(CH2)12CH3, R2 = Me )l"... J. Jl II 197. RI = CO(CH2)IICH3, R2 = H H 2 N NH '../ l Y -NH NHJ:.'" NH 0 NH 198: RI = 0 CO(CH2)IICH3 ; R2 =Me NH 0 NH,,\, /'.. Jl 199. RI = CO(CH2)13Cill, R2 = H 0 0 ~ l' ~ -NH NH2 ) 200: RI = CO(CH2)13Cill ; R2 = Me NH" Il Il O~"'" ~Ho! ~ ~,c~r 1 o H3C' y~""- H'y~II'~QON"'" III H3C'0 NH 0 0 o : Cllipeltine A r 0,c(CHz)12 Cr ",~ O~ 0~,:~ 0:çH )l "... J. Jl )" NH Jl 0 H~ NH '../ Y Y -NH ""l( ~" NH NH NH 0 NH NH,,\,./'.. Jl 0) Q:loH/ (=20J '-/.NH Oc_>\N~H NH Il N:~'J o 0 ~ III If ~.' ; o \,':-0,~ : Cllipcltinc B 204: Cllipcltinc C 25

26 Métbolites isolés de spongiires (suite) rj)~ e- 205: Stylotelline 208 : Fciospongide C 206 : Fciospongide A 207 : Fciospongide B 209: R = : Thorectolide 210: R =OCO\1e : Thorectolide cette Ac 208 : 12-epi-heteronemine 211 : Dipuupehedione H H Ac~ '-:;. H H 223 H H 226 CHo!CO 227 : R =RI =H : R2 =OAc 228 : R =OAc " RI =H : R2 =OAc 229: R = R1 =H : R2 = 230: R =OAc, RI =H: R2 = 217: R' = Ul20Ac, R" = OAc 218: R' = CH20H ~ R" = OAc 219: R' =C, R" =O.\c 220 : R' =CO, R" = OAc 221 : I{' = CH20H ~ R" = 222 : R' = CO ; R" = Ac 26

27 NSCLC-N6 95 Pr l suite, les petrosspongiolides M-R ont été isolées; ils inhibent tous différentes préprtions de phospholipses A 2 (PLA 2 ) pr un blocge irréversible de ces enzymes vec des vleurs d'ic so de l'ordre de l micromole. Le plus puissnt de ces composés, le petrosspongiolide M, (IC so de 1,6 et 0,6 /-lm pour les enzymes PLA 2 synoviles humines et de venin d'beille) est légèrement plus ctif que Je mnolide (IC so de 3,9 et 7,5 IJM) sous certines conditions expérimentles 96. Une série d 'épodioxy-terpènes possédnt une ctivité cytotoxique sur des lignées cellulires de tumeur humine été découverte dns une Hdromeride Dicrnus levii 97. Ces composés, et en prticulier le méthyl 3-épinuppunote 233, sont ctifs sur une souche résistnte à l chloroquine du prsite de l mlri, Plsmodiumflciprum 98. Enfin on pu identifier des stéroides et des lipides. Onze stérols, de type hydroxyméthyl-3fj nor-a cholestne , ont été séprés à prtir d'un extrit de Pseuddxinyss cnthrell 99. Les compositions en stérol de l'éponge Cinchyrell ff. schulzei insi que de deux utres éponges du même genre provennt des côtes du Sénégl ont été exminées \00. S composition en cides grs phospholipidiques ussi été recherchée 101. Dix nouveux polyhydroxylés 9, Il-secostérols ont été isolés d'un extrit polire cytotoxique et ntihistminique d'une Dysideide du genre Euryspongi. Ces composés ont été clssés en deux séries, les euryspongiols AI - AS et et deux d'entre eux inhibent fortement le relchement d'histmine dns les mcrocystes de rt 102. L Demosponge Echillochlin mollis contient des cides grs insturés en reltivement grnde quntité; trois d'entre eux étnt identifiés pour l première fois dns un invertébré mrin L'extrit lipidique cytotoxique d'une Nepheliospongide du genre Petrosi contient l'ztequinol A 264, le premier polycétylene C-brnché et son dérivé, l'ztequinol 8 responsble de l cytotoxicité de l'extrit brut \ ) Éponges profondes 265. Aucun de ces deux composés n'est L fmille des éponges Lithistides est très bien représentée sur les monts sous mrins et permis d'isoler de nombreuses molécules bioctives. Deux composés polynitrogénés, l I-méthylptéridine-2,4-dione 266 et l corllistine 267 ont été extrits de Corllistes fulvodesmus, une éponge récoltée pr drgge à 500 m de profondeur. L nouvelle strucure de l corllistine été déterminée pr diffrction ux ryons X 105. L l-méthyl-ptéridine-2,4-dione ussi été trouvée dns une utre éponge de profondeur Corllistes undultus en compgnie d'une nouvelle ptéridine. Cette éponge contient ussi des stéroïdes typiques des plntes terrestres insi que des dérivés du tryptophne, tels que les 3 cryltes et l serotonine 106. Isolée d'une utre Lithistide profonde du genre Corllistes, l corllistine A 268 est le second exemple d'une porphyrine libre dns un orgnisme vivnt. Ce composé est ctif sur cellules cncéreuses Kb mis inctifs vis à vis de cultures de cellules leucémiques et de tumeurs solides 107. Pr l suite, les corllistines 8 269, C 270, D 271 et E 272 ont été identifiées. Ces substnces pourrient être utilisées comme gents photothérpeutiques dns le tritement du cncer \08 L Lithistide fossile profonde (récoltée à 500 m), Neosiphoni supertes, contient du 24(28)-déhydroplystérol et un nouveu stéroide: le (25S)-26-méthyl-24-méthylenecholest-4-en-3-one Trois nouveux mcrolides et le sphinxolide en ont ussi été isolés. Ces composés sont hutement cytotoxiques envers différentes lignées crcinomiles humines 110. Pr l suite, deux utres mcrolides ont été extrits de celte éponge, le superstolide A 277 extrêmement cytotoxique (IC 5 0 =0,02 /-lg/ml sur Kb et 0,003 Jlg/ml sur P388) III et le superstolide églement fortement cytotoxique (lc so = 0,005 Jlg/ml sur Kb et 0,003 /-lg/ml sur P388) 112. Un nouveu cyclodepsipeptide. le neosiphonimolide 279, proche du jspmide et des geodimolides, été isolé de celte éponge; il inhibe l croissnce de chmpignons phytopthogènes 113. Autre Lithistide profonde (500 m), Reidispongi coerule contient des mcrolides 27

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation Influence du milieu d étude sur l ctivité (suite) Inhibition et ctivtion Influence de l tempérture Influence du ph 1 Influence de l tempérture Si on chuffe une préprtion enzymtique, l ctivité ugmente jusqu

Plus en détail

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS CHAPITRE 1 STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS Objectifs Comme les liquides et les gz, les solides jouent un rôle très importnt en chimie. Or l pluprt des solides sont des solides cristllins.

Plus en détail

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H)

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) TS jn 2014 Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) Nom:...... LES EXERIES SNT INDEPENDANTS ALULATRIE AUTRISEE PHYSIQUE : ETILE BINAIRE /20 1. Le télescope 8 Les 3 prties sont indépendntes. Document 1 : L

Plus en détail

Chimie Avancement d une réaction chimique Chap.8

Chimie Avancement d une réaction chimique Chap.8 ère S Thème : Couleurs et imges TP n 6 Chimie Avncement d une réction chimique Chp.8 Notions et contenus Réction chimique réctif limitnt stœchiométrie notion d vncement Compétences eigiles Identifier le

Plus en détail

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche.

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche. Estimtion de l incertitude de l mesure : Appliction à l incertitude sur le clcul de l concentrtion d EDTA lors de l détermintion de l dureté d une eu nturelle Pour cette démrche, nous nous ppuierons sur

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON Durée : 4 heures Les clcultrices sont utorisées. Le sujet comprend qutre exercices indépendnts qui peuvent être trités dns l'ordre que

Plus en détail

Transformations géodésiques en France Métropolitaine

Transformations géodésiques en France Métropolitaine Trnsformtions géodésiques en Frnce Métropolitine 1 Processus de chngement de système... 1.1 Définitions... 1. Similitude 3D à 7 prmètres... 1.3 Modèle «à 7 prmètres»... 3 1.4 Coordonnées géogrphiques (,,h)

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

METHADOSE MC Dépendance aux opiacés

METHADOSE MC Dépendance aux opiacés METHADOSE MC Dépendnce ux opicés OCTOBRE 2013 Mrque de commerce : Methdose Dénomintion commune : Méthdone (chlorhydrte de) Fbricnt : Mllinckro Forme : Solution Orle Teneur : Ajout ux listes de médicments

Plus en détail

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013 * I1 # Office ntionl Ntionl Energy Bord Rpport finncier trimestriel Compte rendu soulignnt les résultts, les risques et les chngements importnts qunt u fonctionnement, u personnel et ux progrmmes Introduction

Plus en détail

Les langages de programmations.

Les langages de programmations. Communiction technique: L utomte progrmmle industriel (les lngges) Leçon Les lngges de progrmmtions. Introduction : L écriture d un progrmme consiste à créer une liste d instructions permettnt l exécution

Plus en détail

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013 Les Dossiers Du Mois No. 006 Jnvier 2013 DÉVELOPPEMENT DE LA POLICE NATIONALE D'HAÏTI: cp sur 2016 Le Gouvernement hïtien doté s police ntionle d'un pln quinquennl de développement pour l période 2012-2016.

Plus en détail

Module 2 Équilibres en solutions (acidobasiques et solubilité) Tro (Chapitres 3-4-5)

Module 2 Équilibres en solutions (acidobasiques et solubilité) Tro (Chapitres 3-4-5) Module 2 Équilibres en solutions (cidobsiques et solubilité) Tro (Chpitres 3-4-5) FASCICUE #5 Chpitre 5 : Équilibre ionique dns les solutions queuses 5.1 Dnger de l ntigel 5.2 Tmpons : solutions qui résistent

Plus en détail

Notion de qualité de l énergie

Notion de qualité de l énergie BULLEIN DE L UNION DES PHYSICIENS 509 Notion de qulité de l énergie pr Pul ROUX et JenRobert SEIGNE Lycée Clude Furiel 42022 SintÉtienne Cedex RÉSUMÉ L conservtion de l énergie est insuffisnte pour ustifier

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Manuel d instructions du KIT de mise à niveau I

Manuel d instructions du KIT de mise à niveau I Mnuel d instructions du KIT de mise à niveu I TABLE DES MATIÈRES AVANT DE COMMENCER... 2 NOUVELLES FONCTIONNALITÉS... 2 UTILISATION DE LA TABLETTE À STYLET... 3 À propos de l tblette à stylet... 3 Utilistion

Plus en détail

RELATIONS ENTRE PROTEINES DE LA MATRICE ORGANIQUE DE LA COQUILLE ET QUALITE DE L ŒUF. Station de Recherches avicoles, 37380 Nouzilly, France

RELATIONS ENTRE PROTEINES DE LA MATRICE ORGANIQUE DE LA COQUILLE ET QUALITE DE L ŒUF. Station de Recherches avicoles, 37380 Nouzilly, France RELATIONS ENTRE PROTEINES DE LA MATRICE ORGANIQUE DE LA COQUILLE ET QUALITE DE L ŒUF Gutron Joël 1, Hincke Mx 2, Grci-Ruiz Jun-Mnuel 3, Vidl Mry-Lure 1, Nys Yves 1 1 Sttion de Recherches vicoles, 37380

Plus en détail

Acceptation (d une libéralité)

Acceptation (d une libéralité) A Accepttion (d une libérlité) L ccepttion d une libérlité est un cte très importnt, sns lequel, il n y ps libérlité, que l on soit en présence d un trnsfert entre vifs ou à cuse de mort. I. L rt. 932

Plus en détail

DISTANCES DE LA TERRE A LA LUNE ET AU SOLEIL

DISTANCES DE LA TERRE A LA LUNE ET AU SOLEIL Première Distnces de l Terre à l Lune et u Soleil Pge 1 TRAVAUX DIRIGES DISTANCES DE LA TERRE A LA LUNE ET AU SOLEIL -80 II ème siècle p J-C 153 1609 1666 1916 199 ARISTARQUE de Smos donne une mesure de

Plus en détail

OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION. (Note présenté par l Espagne)

OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION. (Note présenté par l Espagne) Février 2003 Anglis et frnçis seulement OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION (Note présenté pr l Espgne) 1. INTRODUCTION 1.1 Les principles crctéristiques géogrphiques

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

Sociétés scientifiques de soins (AFG)

Sociétés scientifiques de soins (AFG) Schweizerischer Verein für Pflegewissenschft Assocition Suisse pour les sciences infirmières Swiss Assocition for Nursing Science Sociétés scientifiques de soins (AFG) REGLEMENT DES SOCIETES SCIENTIFIQUES

Plus en détail

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg Prospection électrique Guy Mrquis, EOST Strsbourg Le 9 Avril 005 Chpitre Bses physiques L prospection électrique est l une des plus nciennes méthodes de prospection géophysique. S mise en oeuvre est reltivement

Plus en détail

TP 10 : Lois de Kepler

TP 10 : Lois de Kepler TP 10 : Lois de Kepler Objectifs : - Estimer l msse de Jupiter à prtir de l troisième loi de Kepler. - Utiliser Stellrium, un simulteur de plnétrium «photo-réel». Compétences trvillées : - Démontrer que,

Plus en détail

BIEN SE NOURRIR AU QUOTIDIEN. Irène Rolfo Diététicienne diplômée HES

BIEN SE NOURRIR AU QUOTIDIEN. Irène Rolfo Diététicienne diplômée HES BIEN SE NOURRIR U QUOTIDIEN Irène Rolfo Diététicienne diplômée HES BIEN SE NOURRIR, C EST Etre un mangeur serein. Bien se nourrir aide à rester en santé, tout comme une activité physique régulière et une

Plus en détail

Equations d'état, travail et chaleur

Equations d'état, travail et chaleur Equtions d'étt, trvil et chleur Exercice On donne R 8, SI. ) Quelle est l'éqution d'étt de n moles d'un gz prfit dns l'étt,,? En déduire l'unité de R. ) Clculer numériquement l vleur du volume molire d'un

Plus en détail

Examen Final Corrigé rédigé par Paul Brunet et Laure Gonnord

Examen Final Corrigé rédigé par Paul Brunet et Laure Gonnord Mster Info - 2014-2015 MIF15 Complexité et Clculbilité Exmen Finl Corrigé rédigé pr Pul Brunet et Lure Gonnord Durée 1H30 Notes de cours et de TD utorisées. Livres et ppreils électroniques interdits. Le

Plus en détail

Stage olympique de Cachan Géométrie

Stage olympique de Cachan Géométrie Stge olympique de chn Géométrie Exercices du vendredi 20 février 2015 1 Quelques définitions et résultts utiles éfinition (Nottions) Soit un tringle non plt. On utiliser usuellement les nottions suivntes

Plus en détail

Outils de calcul pour la 3 ème

Outils de calcul pour la 3 ème Chpitre I Outils de clcul pour l Ce que nous connissons déjà :! Opértions sur les décimux, les reltifs et les quotients. Puissnces de dix. Nottions scientifiques. Clcul littérl simple. Objectifs de ce

Plus en détail

Lycée Faidherbe, Lille MP1 Cours d informatique 2013 2014. Automates

Lycée Faidherbe, Lille MP1 Cours d informatique 2013 2014. Automates Lycée Fidhere, Lille MP Cours d informtique 203 204 Automtes I Déterministes........................... 2 Définitions 2 Exemple 2 Action des mots 3 Lngge reconnu 3 II Incomplets.............................

Plus en détail

A Identification de l acheteur

A Identification de l acheteur MISE A JOUR OCTOBRE 2008 MARCHéS PUBLICS/ACCORDS-CADRES D é c l r t i o n d u c n d i d T En cs de cndidtures groupées, remplir une déclrtion de cndidture pr membre du groupement. Tous les documents constitunt

Plus en détail

LE RESEAU RECIPROQUE solution

LE RESEAU RECIPROQUE solution LE RESEU RECIPROQUE solution L pge 85 de votre poly de physique est conscrée à l définition du réseu réciproque, un concept initilement introduit pr J.W. Gibbs (189-190). Ce concept, plutôt bstrit, est

Plus en détail

Données mondiales sur la cécité

Données mondiales sur la cécité Données mondiles sur l cécité B. Thylefors, Docteur en médecine # A.-D. Négrel, R. Prrjsegrm, K.Y. Ddzie, # Chrgé de progrmme. (Merci d dresser toute demnde de duplict u Coordonnteur) * Ophtlmologistes

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel L - Mth Stt Cours de Mthémtique - Sttistique Clcul Mtriciel F. SEYTE : Mître de conférences HDR en sciences économiques Université de Montpellier I M. TERRZ : Professeur de sciences économiques Université

Plus en détail

Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le

Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le Snté & trvil en GROUPEMENT REGIONAL DE SANTE PUBLIQUE DE PICARDIE Le constt -3 à trvers l enquête décennle snté Avec l loi reltive à l politique de snté publique d oût 4, l problémtique de l snté u trvil

Plus en détail

Chapitre 9. Lésions inflammatoires du col de l'utérus

Chapitre 9. Lésions inflammatoires du col de l'utérus Chpitre 9 Lésions inflmmtoires du col de l'utérus L présence de lésions inflmmtoires sur les muqueuses vginles et cervicles se trduit pr des pertes vginles bondntes, blnches, grises ou june verdâtre, inodores

Plus en détail

LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL

LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL Préceptort de Mécnique Quntique 1 ère nnée Florent Krzkl, PCT, Bureu F.3-14 LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL I-1/ Soit une brrière de

Plus en détail

Votre rapport décrypté. Comptage des fibres d amiante dans un prélèvement d air DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CHARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE

Votre rapport décrypté. Comptage des fibres d amiante dans un prélèvement d air DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CHARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE n 2 - octobre 2013 Comptge des fibres d minte dns un prélèvement d ir DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE Votre rpport décrypté ÉDITO Vous ccompgner Comment respecter une

Plus en détail

Chapitre 7: Bandes d énergie. On ne fera pas le modèle de Kronig-Penney: p. 165-7,171-2

Chapitre 7: Bandes d énergie. On ne fera pas le modèle de Kronig-Penney: p. 165-7,171-2 Chpitre 7: Bndes d énergie On ne fer ps le modèle de Kronig-Penney: p. 165-7,171- ppel Gz d électrons libres: Modèle le plus simple pour un métl Électrons libres dns une boîte de LLL On résout l éqution

Plus en détail

Journal de la Société Ouest-Africaine de Chimie J. Soc. Ouest-Afr. Chim. Code Chemical Abstracts : JSOCF2 Cote INIST (CNRS France) : <27680>

Journal de la Société Ouest-Africaine de Chimie J. Soc. Ouest-Afr. Chim. Code Chemical Abstracts : JSOCF2 Cote INIST (CNRS France) : <27680> Journal de la Société uest-africaine de Chimie J. Soc. uest-afr. Chim. Code Chemical Abstracts : JSCF2 Cote INIST (CNRS France) : ISSN 0796-6687 17 ème Année, Juin 2012, N 0 Site Web: http://www.soachim.org

Plus en détail

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais Sttuts ASF Assocition Suisse Feldenkris Contenu Pge I. Nom, siège, ojectif et missions 1 Nom et siège 2 2 Ojectif 2 3 Missions 2 II. Memres 4 Modes d ffilition 3 5 Droits et oligtions des memres 3 6 Adhésion

Plus en détail

Formulaire d exonération relatif au ramassage de produits recyclés du client STAPLES Canada Inc.

Formulaire d exonération relatif au ramassage de produits recyclés du client STAPLES Canada Inc. Formulaire d exonération relatif au ramassage de produits recyclés du client STAPLES Canada Inc. Ordinateurs, UCT et Imprimantes et périphériques ordinateurs portatifs Ordinateurs Télécopieurs UCT Téléphones

Plus en détail

Les troubles d apprentissage

Les troubles d apprentissage Histoire de Lynn Lynn est une enfnt de 10 ns qui ime fire du sport et psser du temps vec ses mies. C est une élève moyenne, qui obtient des B dns toutes les mtières, à prt les mthémtiques Les mthémtiques

Plus en détail

LA CHAINE D INFORMATION :La fonction ACQUERIR

LA CHAINE D INFORMATION :La fonction ACQUERIR Livret des compétences essentielles de seconde II Fiche N 3- Niveu d cquisition exigé : «je sis en prler» LA CHAINE D INFORMATION :L fonction ACQUERIR L fonction ACQUERIR est chrgée de mettre en forme

Plus en détail

Dynamique des systèmes et automates à états

Dynamique des systèmes et automates à états Chpitre 8 Dynmique des systèmes et utomtes à étts L modélistion sttique s intéresse à ce qu il y dns le système, à s structure, etc. L modélistion de l dynmique trite de l évolution du système dns le temps.

Plus en détail

Primitive et intégrale d une fonction continue

Primitive et intégrale d une fonction continue Primitive et intégrle d une fonction continue O. Simon, Université de Rennes I 24 mi 2005 Avertissement : Ceci n est ps le contenu d une leçon de CAPES. Dns le progrmme 2002 de terminles S, on introduit

Plus en détail

(surface d'un cercle : S = pd2 4 )

(surface d'un cercle : S = pd2 4 ) Les cordes sont de dimètres vribles. Si on les remplce pr deux cordes de même dimètre, le dimètre moyen, le résultt devrit être le même. Ici le résultt, c est sns doute l résistnce qui est proportionnelle

Plus en détail

3ans. Détection des gaz explosibles, toxiques ou de l'oxygène. Version infrarouge XP IR. Haut niveau de fi abilité SIL 2 IP 66.

3ans. Détection des gaz explosibles, toxiques ou de l'oxygène. Version infrarouge XP IR. Haut niveau de fi abilité SIL 2 IP 66. Détecteur de gz Détection des gz explosibles, toxiques ou de l'oxygène Version infrrouge XP IR Hut niveu de fi bilité SIL 2 IP 66 Distribué pr : Contct : hvssystem@hvssystem.com Tél : 0326824929 Fx : 0326851908

Plus en détail

Logiciel Anti-Spyware Enterprise Module

Logiciel Anti-Spyware Enterprise Module Logiciel Anti-Spywre Enterprise Module version 8.0 Guide Qu est-ce qu Anti-Spywre Enterprise Module? McAfee Anti-Spywre Enterprise Module est un module d extension qui permet d étendre les cpcités de détection

Plus en détail

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY)

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY) www.coe.int/tcy Strsourg, 12 novemre 2013 (projet) T-CY (2013) 26 Comité de l Convention Cyercriminlité (T-CY) Note d orienttion n 8 du T-CY Otention, dns le cdre d une enquête pénle, de données reltives

Plus en détail

CCP 2007. Filière MP. Mathématiques 1. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lamard (jean-louis.lamard@prepas.org)

CCP 2007. Filière MP. Mathématiques 1. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lamard (jean-louis.lamard@prepas.org) CCP 27. Filière MP. Mthémtiques. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lmrd (jen-louis.lmrd@preps.org EXERCCE.. f est continue (en tnt de frction rtionnelle dont le dénominteur ne s nnule ps sur le compct F

Plus en détail

Calcul de la rugosité surfacique

Calcul de la rugosité surfacique VI èmes Journées d Etudes Techniques 200 The Interntionl congress for pplied mechnics L mécnique et les mtériux, moteurs du développement durble du 05 u 07 mi 200, Mrrkech Mroc Clcul de l rugosité surfcique

Plus en détail

Calibration absolue par la mesure du faisceau direct

Calibration absolue par la mesure du faisceau direct DNPA Clibrtion 16-01-04 1 Clibrtion bsolue pr l mesure du fisceu direct 1- Introduction Les différentes méthodes permettnt de fire des mesures bsolues en diffusion de neutrons ux petits ngles (DNPA) sont

Plus en détail

Maîtriser la reproduction en élevage ovin biologique : influence de facteurs d élevage sur l efficacité de l effet bélier

Maîtriser la reproduction en élevage ovin biologique : influence de facteurs d élevage sur l efficacité de l effet bélier Innovtions Agronomiques (2009) 4, 85-90 Mîtriser l reproduction en élevge ovin biologique : influence de fcteurs d élevge sur l efficcité de l effet bélier H. Tourndre 1, M. Pellicer 2, F. Bocquier 3 1

Plus en détail

I. Que sont les partitions?

I. Que sont les partitions? Cours de mthémtiques frfelues LES FRACTIONS CASSÉES Prémule Voici un cours de mthémtiques qui n ur jmis s plce dns une slle de clsse un utre jour que le er vril. Son sujet : les frctions cssées, ou prtitions,

Plus en détail

Revenus des travailleurs agricoles, notamment dans les pays en voie de développement

Revenus des travailleurs agricoles, notamment dans les pays en voie de développement Orgnistion interntionle du Trvil ACRD VIII/1974/III (ntérieurement PAC) Commission consulttive du développement rurl uitième session, Genève, 30 septembre 11 octobre 1974 Troisième question à l'ordre du

Plus en détail

Automates finis. porte

Automates finis. porte utomtes finis Il s git d un modèle très souple, qui s dpte à des domines très différents en informtique. D une fçon générle, il sert à représenter les divers étts d un système (mécnique, électronique ou

Plus en détail

Ater Lucis. La lumière maîtrisée

Ater Lucis. La lumière maîtrisée Ater Lucis L lumière mîtrisée 09/2009 Contenu A propos de Bonhomme Bâtiments Industriels Ater Lucis Démrche Qulités Focus pr modèle Circeo Xelios Arboris A propos de Bonhomme Bâtiments Industriels Bonhomme

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

Table des matières. Cristallographie. S.Boukaddid Cristallographie MP2

Table des matières. Cristallographie. S.Boukaddid Cristallographie MP2 S.Boukddid Cristllogrphie MP Cristllogrphie Tble des mtières 1 Bses de l cristllogrphie 1.1 Définitions....................................... 1. Crctéristiques des réseux cristllins......................

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Ce rêve est devenu réalité!

Ce rêve est devenu réalité! Vous venez trouver une règle mise en ligne pr un collectionneur, puis 998, prtge s collection jeux société et s pssion sur Internet. Imginez puissiez ccér, jour et nuit, à cette collection, puissiez ouvrir

Plus en détail

Ludovic LOPES. Lycée Léonard de Vinci - 62228 Calais Cedex

Ludovic LOPES. Lycée Léonard de Vinci - 62228 Calais Cedex U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E 1 Méthode de l réction prépondérnte : proposition d une pproche quntittive systémtisée pr Lycée Léonrd de Vinci - 62228 Clis

Plus en détail

Théorie des Langages Épisode 2 Automates finis

Théorie des Langages Épisode 2 Automates finis AFD AFN Opértions Lemme de pompge 1/ 36 Théorie des Lngges Épisode 2 Automtes finis Thoms Pietrzk Université Pul Verline Metz AFD AFN Opértions Lemme de pompge Reconnisseur Définition Configurtion Accepttion

Plus en détail

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I )

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I ) ENQUETE PRELIMINAIRE ANALYSE ET REFEREWCES : Phénoméne érosptil non identifié ( 0VNI ) B8E 25400 DEF/GEND/OE/DOlRENS du 28/9/1992 Nous soussigné : M D L chef J S, OPJ djoint u commndnt de l brigde en résidence

Plus en détail

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales»

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales» P hotogrphies ériennes Pr rpport ux crtes, les photogrphies ériennes pportent deux vntges mjeurs : leur mise à jour est eucoup plus fréquente ; leur possiilité d nlyse est ien supérieure : on distingue

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

Des solutions pour l eau potable. Solutions pour le traitement de l eau potable par Severn Trent Services

Des solutions pour l eau potable. Solutions pour le traitement de l eau potable par Severn Trent Services Des solutions pour l eu potble Solutions pour le tritement de l eu potble pr Severn Trent Services Des solutions complètes pour le tritement de l eu potble Severn Trent Services, principl fournisseur de

Plus en détail

Convention européenne sur la responsabilité civile en cas de dommages causés par des véhicules automoteurs

Convention européenne sur la responsabilité civile en cas de dommages causés par des véhicules automoteurs Série des trités européens - n 79 Convention européenne sur l responsilité civile en cs de dommges cusés pr des véhicules utomoteurs Strsourg, 14.V.1973 Prémule Les Etts memres du Conseil de l'europe,

Plus en détail

Pour le SNU, cet accord acte des points importants car il maintient : LA SOLIDARITE ENTRE LES REVENUS

Pour le SNU, cet accord acte des points importants car il maintient : LA SOLIDARITE ENTRE LES REVENUS Mutuelle : Le SNU signtire de l ccord Le SNU vient de décider de signer le nouvel ccord sur l mutuelle d étblissement de Pôle emploi. Cet ccord qui concerne tous les personnels de Pole Emploi révise l

Plus en détail

Article. «Certaines caractéristiques du logement au Canada» Denis Germain. L'Actualité économique, vol. 36, n 3, 1960, p. 467-486.

Article. «Certaines caractéristiques du logement au Canada» Denis Germain. L'Actualité économique, vol. 36, n 3, 1960, p. 467-486. Article «Certines crctéristiques du logement u Cnd» Denis Germin L'Actulité économique, vol. 36, n 3, 1960, p. 467-46. Pour citer cet rticle, utiliser l'informtion suivnte : URI: http://id.erudit.org/iderudit/1001551r

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

Fonctions : variations et extremums. Fonctions affines

Fonctions : variations et extremums. Fonctions affines Fonctions : vritions et extremums. Fonctions ffines Clsse de seconde I. Sens de vrition d'une fonction... 1) Fonctions croissntes... ) Fonctions décroissntes... II. Tbleu de vritions...3 III. Mximum, minimum...3

Plus en détail

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006 Mjortions de l erreur dns les clculs clssiques de vleurs pprochées d intégrle Notes pour l préprtion u CAPES - Strsbourg- février 00 On trouve dns différents ouvrges élémentires des démonstrtions à coup

Plus en détail

Recherche et développement de biopesticides et pesticides naturels à faible toxicité pour les organismes non ciblés et respectueux de l environnement

Recherche et développement de biopesticides et pesticides naturels à faible toxicité pour les organismes non ciblés et respectueux de l environnement Recherche et développement de biopesticides et pesticides nturels à fible toxicité pour les orgnismes non ciblés et respectueux de l environnement Rpport finl Volet Phytopthologie Projet PARDE # 3333.52.02.01

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral Cours de mthémtiques Terminle S1 Chpitre 12 : Clcul Intégrl Année scolire 2008-2009 mise à jour 5 mi 2009 Fig. 1 Henri-Léon Leesgue et Bernhrd Riemnn n les confond prfois 1 Tle des mtières I Chpitre 12

Plus en détail

Les meilleures performances sur les pièces automobiles!

Les meilleures performances sur les pièces automobiles! Nouveu brise-copeux pour le tournge Brise-copeux B158F Les meilleures performnces sur les pièces utomobiles! ycontrôle isé des copeux à diverses profondeurs de psse, vitesses de coupe et vnces Nouveu brise-copeux

Plus en détail

1. Contribution au raccordement

1. Contribution au raccordement TARIFS 215 CHAUFFAGE A DISTANCE CONTRIBUTIONS AU RACCORDEMENT 1. Contribution u rccordement 1.1 L contribution u rccordement est clculée en fonction des kw th souscrits dns le cdre des puissnces normlisées.

Plus en détail

Chapitre 9: Primitives et intégrales

Chapitre 9: Primitives et intégrales PRIMITIVES ET INTEGRALES 7 Chpitre 9: Primitives et intégrles Prérequis: Limites, dérivées Requis pour: Emen de mturité 9. «À quoi ç sert?» Un peu d histoire Isc Newton (64-77) Les clculs d ire de figures

Plus en détail

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution Toyot Assurnces Toujours l meilleure solution De quelle ssurnce vez-vous besoin? Vous roulez déjà en Toyot ou vous ttendez s livrison. Votre voiture est neuve ou d occsion. Vous vlez les kilomètres ou

Plus en détail

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1 Lngges Automtes Non-déterminisme Grmmires Attiuées et Génértives Expressions régulières Correction Prtielle de Progrmmes Ceci n'est ps un cours de Lngge C++ 2.1 Comment implnter en C un reconnisseur de

Plus en détail

Recherche des paramètres de préréglage en injection. 1 COURS SUR LA RECHERCHE DES PARAMETRES POUR LE CHOIX ET LE PREREGLAGE DES PRESSES A INJECTER

Recherche des paramètres de préréglage en injection. 1 COURS SUR LA RECHERCHE DES PARAMETRES POUR LE CHOIX ET LE PREREGLAGE DES PRESSES A INJECTER Recherche des prmètres de préréglge en injection. 1 COURS SUR LA RECHERCHE DES PARAMETRES POUR LE CHOIX ET LE PREREGLAGE DES PRESSES A INJECTER Appliction et utilistion des préréglges : Les données de

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel IFT 615 : Devoir 4 Trvil individuel Remise : 1 vril 01, 16h0 (u plus trd) 1. [ points] Dns le cours, nous vons vu différents types de problèmes d intelligence rtificielle insi que plusieurs solutions possibles

Plus en détail

Les intégrales. f(x) dx. f(x) dx est appelée intégrale définie, c est un nombre. La variable x ne sert qu à décrire la fonction f, on a b

Les intégrales. f(x) dx. f(x) dx est appelée intégrale définie, c est un nombre. La variable x ne sert qu à décrire la fonction f, on a b Les intégrles Introduction Etnt donnée une fonction positive f définie sur un intervlle borné [, b], on veut évluer l ire comprise entre l e des bscisses, l courbe représentnt f et les verticles = et =

Plus en détail

6 apprentissages supplémentaires

6 apprentissages supplémentaires 6 pprentissges supplémentires pour être polybâtisseur étnchéité couverture construction de fçdes Construction d échfudges systèmes de protection solire Ferblntier T crrière! Polybâtisseur des métiers vec

Plus en détail

CH.1 Automates finis

CH.1 Automates finis CH.1 Automtes finis 1.1 Les utomtes finis déterministes 1.2 Les utomtes finis non déterministes 1. Les utomtes vec -trnsitions 1.4 Les expressions régulières 1.5 L'équivlence des modèles Automtes ch1 1

Plus en détail

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux 1/29 Théorie des Lngges Formels Chpitre 5 : Automtes minimux Florence Levé Florence.Leve@u-picrdie.fr Année 2014-2015 2/29 Introduction Les lgorithmes vus précédemment peuvent mener à des utomtes reltivement

Plus en détail

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant.

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant. Annexe A MESSAGE TYPE 8. COMMENTAIRES DES DEFINITIONS DE L ANNEXE NOTIONS ET METHODES DE MESURE 1. TERRAIN DE RÉFÉRENCE 1.1 Terrin de référence Le terrin de référence équivut u terrin nturel. S il ne peut

Plus en détail

americains pourraient trouver dans leurs assiettes du saumon genetiquement modifie (GM) dans UN SUJET FORT CONTROVERSE

americains pourraient trouver dans leurs assiettes du saumon genetiquement modifie (GM) dans UN SUJET FORT CONTROVERSE SCENCE, TECHNOLOGE ET ENVRONNEMENT ------. M'DAUMENT - les DEBATS SUR LE SAUMON Lc'sumon u menu ce soir? Delicieux, n'est-ce ps? Mis figure-t-il seriez-vous prets vous en servir de belles portions si vous

Plus en détail

Le manuel d utilisation du jeu Rody & Mastico II

Le manuel d utilisation du jeu Rody & Mastico II Le mnuel d utilistion du jeu Rody & Mstico II Mnuel rélisé pr : Fredo_L Site web : http://www.lnkhor.net E-mil : fred@lnkhor.net Remrque : les erreurs du mnuel d origine ont volontirement étient reproduites

Plus en détail

6.1 STRUCTURES PLANES FORMEES DE POUTRES RELATIONS ENTRE CHARGES ET ELEMENTS DE REDUCTION

6.1 STRUCTURES PLANES FORMEES DE POUTRES RELATIONS ENTRE CHARGES ET ELEMENTS DE REDUCTION 6.1 STRUTURES PLES FOREES DE POUTRES RELTIOS ETRE HRGES ET ELEETS DE REDUTIO Les vritions des éléments de réduction,,, lorsqu'on psse d'une section à l'utre, sont liées pr des reltions fondmentles que

Plus en détail

Théorie des langages Automates finis

Théorie des langages Automates finis Théorie des lngges Automtes finis Elise Bonzon http://we.mi.prisdescrtes.fr/ onzon/ elise.onzon@prisdescrtes.fr 1 / 51 Automtes finis Introduction Formlistion Représenttion et exemples Automtes complets

Plus en détail

Addenda sur la mise à niveau de l'application CallPilot 100/150

Addenda sur la mise à niveau de l'application CallPilot 100/150 CllPilot 100/150 Version 3.0 Addend sur l mise à niveu logicielle Addend sur l mise à niveu de l'ppliction CllPilot 100/150 Instlltion d'un nouveu logiciel dns l crtouche de fonction du système CllPilot

Plus en détail

G, I. Lib.rû. Étali.é. Fnt.mitê. RÉrunrrqur FMNçArSE. Mesdames et Messieurs les Présidents des universités

G, I. Lib.rû. Étali.é. Fnt.mitê. RÉrunrrqur FMNçArSE. Mesdames et Messieurs les Présidents des universités # / lïés i iilfilllg I n ris G, I Lib.rû. Étli.é. Fnt.mitê RÉrunrrqur FMNçArSE lvmqsrènnoe l'éoucnrronnationale rnqlsrèrgor L' ENSETcNEMENI supérusun ETDELARECHERCHE Le Recteur de I'cdémie Chncelier des

Plus en détail

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn)

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn) Chpitre 7 Primitives et Intégrles 7. Primitive d une fonction Soit f une fonction définie sur un intervlle K de R. On ppelle primitive de f, une fonction F dont l dérivée est f : F (x) = f(x). On note

Plus en détail

Automates et langages: quelques algorithmes

Automates et langages: quelques algorithmes Automtes et lngges: quelques lgorithmes Eugene Asrin Sddek Benslem Avertissement Dns l étt ctuel ce document est rchi-sec et peut servir seulement d un ide-mémoire. Pour comprendre les lgorithmes ci-dessous

Plus en détail