Substances naturelles marines bioactives en Nouvelle-Calédonie, le bilan de 20 ans de recherches

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Substances naturelles marines bioactives en Nouvelle-Calédonie, le bilan de 20 ans de recherches"

Transcription

1 Substnces nturelles mrines bioctives en Nouvelle-Clédonie, le biln de 20 ns de recherches Dominique LA URENT Institut de recherche pour le dévoloppement CENTRE DE NOUMÉA

2 Substnces nturelles mrines bioctives en Nouvelle-Clédonie, le biln de 20 ns de recherche Dominique LAURENT

3

4 SOMMAIRE 1) Introduction 7 2) Algues 8 3) Ascidies ) Echinodermes ) Crinoïdes ) Étoiles de mer ) Étoiles du lgon ) Étoiles profondes ) Holothuries 18 5) Cnidires ) Alcyonires ) Gorgones ) Penntulires 21 6) Spongiires ) Éponges du lgon ) Éponges profondes 27 7) Mollusques ) Microorgnismes ) Bctéries ) Chmpignons 33 9) Conclusion 36 10) Références 37

5

6 Mise en pge - Fbriction Jen Pierre MERMOUD Reprogrphie IRD Noumé Photos: Pierre LABOUTE, Georges BARGIBANT, Jen-Louis MENOU IRD, 1999 Mots clés: BIBLIOGRAPHIE, SUBSTANCE NATURELLE, MILIEU MARIN / NOUVELLE CALEDONIE

7 1) INTRODUCTION L Nouvelle Clédonie se situe sur l rive est de l plque continentle ustrlienne, ux environs de 165 E et 21 30'S et à km de l côte du Queenslnd. Un système de récifs complexe, comprennt toutes les formtions existntes (récif frngent, isolé, brrière ou toll) s'étend de prt et d'utre de l Grnde Terre sur environ km du Nord u Sud, utour des îles corlliennes proches (Iles Loyuté et île des Pins), l'rchipel des Chesterfield inclus. Plusieurs monts sous-mrins ont ussi été récemment découverts dns l zone économique de l Nouvelle Clédonie. L recherche de substnces nturelles mrines en Nouvelle-Clédonie débuté en 1977 u centre ORSTOM pr le progrmme SNOM (Substnces Nturelles d'origine Mrine) à l'inititive de Pierre Potier. Ce progrmme triprtite qui réunissit Rhône Poulenc, le CNRS et l'orstom duré 5 ns. Il s'est poursuivi pr le progrmme SMIB (Substnces Mrines d'intérêt Biologique) qui est vnt tout un progrmme pluridisciplinire, regroupnt industriels et chercheurs de l pluprt des instituts de recherche ntionux (ORSTOM, CEA, CNRS, INSERM, MNHN), et universitires frnçis et étrngers. Ces collbortions permettent de tendre u développement phrmceutique des substnces originles ynt révélé une ctivité biologique concurrentielle de celle des témoins de référence. Les substnces originles dont le développement n'est ps envisgeble sont toutefois intéressntes u titre de modèles expérimentux. Lors de ces deux progrmmes, un inventire importnt de l fune du lgon néo-clédonien été rélisé pr les biologistes du lbortoire d'océnogrphie et du Muséum Ntionl d'histoire Nturelle (MNHN) de Pris, l pluprt des récoltes étnt effectuées en plongée utonome pr une équipe de plongeurs biologistes professionnels. Vlorisnt toutes les données obtenues lors de ces plongées de prospection ou de récolte, des guides txonomiques ont été rélisés sur différents groupes, échinoderrne 1, scidie 2, éponge 3 et gorgone (en préprtion). Cet inventire été étendu à l fune profonde de l région (Zone Économique de l Nouvelle Clédonie). Les premiers drgges en eu profonde effectués pr les biologistes du lbortoire d'océnogrphie (cmpgnes Musorstom décrites dns les Mémoires du MNHN ; le 2l ème volume v être publié) ont permis l'étude d'échntillons divers et bondnts récoltés entre 200 et m, le plus souvent ux environs de 400 m. Etnt donné l'intérêt de ces échntillons, le SMIB mené ensuite ses propres cmpgnes de drgges profonds sur les N/O de l'orstom, le Vubn, puis [' Alis. L'originlité de ce progrmme de phrmcochimie mrine SMIB vient en grnde prtie de l'étude de ces invertébrés profonds; en effet, dns leur grnde mjorité, les orgnismes récoltés sont considérés comme des fossiles vivnts, c'est à dire des orgnismes qui, depuis leur pprition sur l plnète, ont trversé le temps sns modifictions mjeures. Ce rpport est une synthèse bibliogrphique des résultts obtenus en chimie des substnces nturelles à prtir des orgnismes mrins trités lors de ces différents progrmmes de phrmcochimie mnne. 7

8 2) ALGUES Culerp sp. 3) ASCIDIES Quelques nnées vnt que l'lgue Culerp txifoli ne soit en pleine ctulité, il été montré que l culerpine et l culerpicine, deux métbolites ssez communs de ces lgues du genre Culerp, ne sont ps les substnces responsbles de l toxicité rencontrée chez certines espèces 4 Les scidies ou tuniciers forment un groupe ssez évolué dns lequel plusieurs composés hutement cytotoxiques ont déjà été identifiés. Avec celui des spongiires, il semble que ce groupe soit une source prticulièrement intéressnte de substnces bioctives. Deux cs d'intoxiction humine ont été enregistrés à l suite de l mnipultion de l poudre lyophilisée de Lissoclinum bistrtum. L responsbilité en été ttribuée à un dilctme polyéther, l bistrmide A 1 s ou bistrtene A 6, dont les études toxicologiques ont montré des effets sur le système nerveux centrl. Cette substnce mnifeste ussi des effets Didemnide cytotoxiques mrqués sur cellules cncéreuses Kb (ICsü = 2, M) et P388 (IC Sü = 2, M) 7 et un effet ntiprolifértif sur des cellules de crcinome bronchopulmonire humin NSCLC-N6 8 Pr l suite, d'utres polyéthers cycliques bioctifs, les bistrmides B 2, C 3, D 4 et K 5, ont été isolés de L. bistrtum 9. Les bistrmides D et surtout K sont moins toxiques que les bistrmides A, B et C et sont insi plus efficces in vivo sur l lignée crcinomile. Des études électrophysiologiques ont montré que l bistrmide A inhibit le cnl sodium à l fois u repos et dns l'étt inctivé, et occupit un site qui n'est ps loclisé sur l porte d'inctivtion 10 Elle git ussi sur l sensibilité u clcium du muscle crdique chez l grenouille Il. L'origine de l bistrmide A été recherchée dns les prochlorons, lgues symbiotiques de l'scidie mis cette impliction n' pu être confirmée l2. L bistrmide A des propriétés immunomodultrices en inhibnt l prolifértion des cellules T et en stimulnt l prolifértion des cellules B 13 Un utre composé cytotoxique, le dichlorolissoclimide 1 6, été purifié d'un extrit éthnolique de Lissoclinum voeltzkowi 14. S structure cristlline et s stéréochimie bsolue ont été déterminées l5 S forte ctivité cytotoxique se mnifeste sur cellules de crcinome humin Kb (IC sü = 14 ng/ml) et cellules leucémiques P388 (ICsü = 1 ng/ml) et sur une lignée cellulire à crcinome bronchopulmonire NSCLC-N6 16. Le lissoclimide pr l suite été identifié dns cette même scidie 17. De l'extrit cytotoxique de Leptoclinides dubius, six dérivés d'minocides dont le très rre L-endurcididine 7, ont été isolés et identifiés 18 Les minlemines A-F 8-13 sont de nouveux composés à gunidine isolés de Didemnum rodriguesi. Les minlemines D - F sont les dérivés à l'cide sulfrnique des minlemines A - C et constituent le premier exemple de l présence d'un tel groupe fonctionnel dns un orgnisme mrin 19 L cledonine 14 est un peptide nturel bolphile qui possède un nouveu B-rninocide, un groupe cyclogunidine et un fort pouvoir complexnt en lint les ions Zn++ et le Cu+. Ce composé est 8

9 Métbolites isolés dtscidies 0 1 Bistrmide A 2 Bistrmide B 0 ry ~ _ l N ~O~N'Yîî 0 3 Bistrmide C o ~~~~N~N Bistrmide K 4 BistrmideD 0 6 Dichlorolissoclimide 1 H 7 Endurcididine H Q~!J ('l = 0 ~'" HN N = Il : - '.v' -.../'N~SH 8091/1 Il n ~NO 14 Cledonine Minlemine X R H H X 0 ~H NH H2Ny~N~N~~ (N~~)lN'" NH 0 R H 0 H 8 A H 9 B H 10 C H Il 0 S03H 12 E S03H 13 F S03H IS C8HI7 C9H19 IS CSH17 C9HI9 9

10 biosynthétisé pr un tunicier Didemnum rodriguesi 20 L'lcloïde minoritire produit pr l'scidie Eudistom frgum est une tétrhydro J3-crboline que l'on dénommé woodinine 15; le composé mjoritire correspond à l 5-bromo N,N-diméthylmino-éthyltryptmine 16 prélblement isolé d'une éponge du genre Smenospongi. Ces deux lcloïdes mnifestent une fible ctivité ntibctérienne sur Stphylococcus ureus et Escherischi coli 21. Trois utres J3-crbolines ont été extrites d'eudistom lbum. Deux d'entre elles, l'eudistomine E déjà connue pour s forte ctivité ntivirle, et un nouveu composé, l'eudistlbine A 17, mnifestent une ctivité cytotoxique in vitro sur cellules cncéreuses Kb (ED so < 5 ng/ml et 3,2 flglml respectivement); le troisième composé, l'eudistlbine B 18, est un nouveu produit nturel inctif 22. De l'extrit chlorométhylénique cytotoxique de Pseudodistom rborescens, qutre lcloïdes indoliques brmés ont été purifiés, les rborescidines A - D Prmi ceux-ci, seul l'rborescidine D mnifeste une légère ctivité sur cellule Kb in vitro (IC 5ü = 3 flg/rnl). L configurtion bsolue de l'rborescidine C été déterminée pr diffrction ux ryons X 24, Ritterell rete est un des rres tuniciers récoltés en profondeur (300 m). L'étude de son extrit méthnolique cytotoxique conduit à l'isolement de six nouveux sesquiterpènes de type dendrolsine, qutre étnt crctérisés pr l présence d'une prtie furnique et les deux utres pr un cycle 'Ybutyrolctone , 4) ECHINODERJ\1ES Les échinodermes sont un des plus nciens groupes du règne niml. Ils sont bien représentés dns le lgon néo-clédonien. Sur les pentes récifles des monts sous mrins utour de l Nouvelle Clédonie, les échinodermes, crinoïdes, oursins, étoiles de mer ou holothuries existent en bondnce ; seules, quelques espèces ont été étudiées. 4-1) Crinoïdes Gymnochrinus richeri 4-2) Étoiles de mer Protorester nodosus Gymnochrinus richeri est un crinoïde «fossile vivnt» qui été récolté pr drgge à 520 m de profondeur. Il contient 5 nouveux pigments violets : des phénnthropérylenequinone bromés ppelés gymnochromes A, B, C, D et isogymnochrome D 33 dont les trois derniers sont sulftés 26, S composition en stérol ussi été déterminée 27 L' cti vi té ntivirle in vitro sur le virus de l dengue des gymnochromes B et D et de l'isogymnochrome D été observée; l présence de sulfte sur les deux derniers composés peut être une expliction de leur plus forte ctivité (RF 5 0 % <1 flg/ml) 28, Les étoiles de mer sont bien connues pour leur composition en sponines stéroidiques et en stérols hutement hydroxylés, Le lgon clédonien étnt très riche en étoiles de mer, un inventire de ces composés été effectué, Lors de ce trvil, quelques lcloïdes cytotoxiques ont ussi été découverts, 10

11 Métbolites isolés d'scidies (suite) 15 Woodinine N - C~ 16 5-bromo N,N-diméthylminoethyltryptmine 17 Eudistlbine A 19 Arborescidine A 20 Arborescidine B o 18 Eudistlbine B Me Me 21 Arborescidine C 0 22 Arborescidine D Me Me Me 27 Me MeO 0 28 Me Me Me Me Sesquiterpènes type dendrolsine R 0 0 Métbolites isolés de crinoides R : Gymnochrome A 30 R H : Gymnochrome B 31 R. : Gymnochrome C 33 R. OS03 : Isogymnochrome D 32 R. OS03 : Gymnochrome D 11

12 ) Étoiles du lgon L composition en stérols polyhydroxylés été étudiée chez Protorester nodosus ,30 et Luidi mcult Sept nouveux stérols hutement hydroxylés prmi lesquels qutre ont un squelette 27-norcholestne ont été identifiés dns Archster typicus 32. Un groupe de 313,2 J dihydroxystéroides sulftés été mis en évidence dns l'étoile de mer Euretster insignis 33. Deux nouveux stérols polyhydroxylés ont été extrits de Hlityle regulris 34 et deux utres de Gomophi wtsoni 35. De nouveux glycosides stéroidiques ont été isolés de Hlityle regulris , de deux étoiles du genre Nrdo (N. novecledoni et N. gomophi) 36, de Gomophi wtsoni , de Porster superbus , de Thromidi ctli' et de Chorister grnultus Une nouvelle clsse de glycoside stéroidique cyclique : le luzonicoside 76 été isolée de Echinster luzonicus 40. Un glycoside stéroidique cytotoxique, le nodososide 77 été crctérisé dns Protorester nodosus 41, Acnthster plnci et Lincki levigt 42. Pr l suite, l'isonodososide 78 et son dérivé 5 déoxy 79 ont été identifiés dns Acnthster plnci 43. Puis son isomère le 6-épinodososide 80 été isolé de Pentcerster lveoltus 44. Neuf nouveux glycosides stéroidiques cytotoxiques nommés monilosides A ont été mis en évidence dns un extrit cétonique de Fromi monilis. Qutre d'entre eux sont des mono-glycosides, deux des di- et trois des tri-glycosides; c'est l première fois que des tri-glycosides de stéroides polyhydroxylés sont isolés d'étoiles de mer 45, Les compositions en glycosides stéroidiques sulftés de Luidi mcult 46 et de Lincki levigt ont été déterminées, De nouvelles stérosponines sulftées, le protoréstéroside 91 dns Protorester nodosus et Pentcerster lveoltus 48 et un 22,23-époxystéroide glycoside sulfté 92 dns Hlityle regulris 49 ont été découvertes. Des lcloïdes à gunidine hutement cytotoxiques ont été isolés de deux étoiles Fromi monilis et Celerin effernni. Ils ont été nommés crmbescidine , ptilomycline A 94, celeromycline 95 et fromimycline 96. Ce type de composé est typique des métbolites d'éponge et n'vit encore jmis été trouvé dns les étoiles de mer ) Étoiles profondes L'étoile de mer profonde du genre Rosster (récoltée à 400 m) contient trois nouveux stérols polyhyd roxylés dont l'un le (25S)-5-cholestne-313,413,613,7,8, 15,1613,26-octol mnifeste une ctivité ntifongique 51. Autre étoile profonde collectée à 530 m, Tremster novecledonie produit trois stéroides polyhydroxylés nommés tremsterol A - C et dont l'un à l prticulrité d'voir une fonction phosphte 52. Pr l suite, neuf utres constitunts stéroidiques dont un est relié u tremstérol vec l même fonction 6-0-phosphte, ont été isolés de cette étoile 53, Un nouveu groupe de trois polyhydroxystéroides nommés crolisterols A - C été identifié dns Styrcster croli, une éponge récoltée à 2000 m de profondeur 54. Pr l suite, dix utres polyhydroxystéroides ont été identifiés dns cette étoile

13 Stéroides isolés d'étoiles de mer R" R R 34. R= <th 35. R = H 36. R =H 37 R= / 38. R =1-("'1 H 39. R = R'= R'= R'=H R'= H R'=H R' =H./H 43. R =H, R' =, R" = "~'II H 44. R = S03~, R' =, R" =H < 45. R = H R' = H R" =./ 46. R = H: R' = H: R" = 0 "~'l' 56. R =H 57. R = 58. I~ = Il 59. l~ =011 1 R" R" =H R" =H R" = H Rn =H R" =Me R" =Me H0 3 SO 40!~ =, R' = H 41 R = H, R' = OI-! 42 R = R' = 47. RI = 1<2 = R3 = H, R-+ = S03N 48. RI =, R2 = R3 = H, R4 =S03N 49 RI = 1<2 =, R3 = S03N, R4 = H H 60. R = H R' = ~. " H 61. R =, R' = ~. "Olj 62 I~ =1L R' = / "'th 1 r i:ü)h-" l /...",. '( OS03H b :2 + '~ 53: : 3 + b isü)h~ l 3'r~ '1 rn./55:.:1 + 13

14 Stéroides isolés d'étoiles de mer (suite) R 0/ ) ~\ 1 63 r!?:<, R l~' R" 11 Il Il 65 H bh 66 H:lcF1~o ~ OII S03N OC-," Meo\----"O\ ~ ~o--l--l OCH 3, OS~N 67.reO~obJo OCH , l /'... l' - R 70. R = 2-0-methyl-H-D-xyJopyrnosil ; R' = H 71. R = 2-O-methyl-f3-D-xylopyrnosil, R' = 73 : Thromidioside N1-J7 o - 4~ ~~ 110 O~' o 76. LUl.Onicosidc ~ R 74 R =, R' = 75 R= H; R' = H ~O OCH no o 14

15 Stéroides isolés d'étoiles de mer (suite) 78 : R = Isonodososide 79. R= H ~O\ ~O OCH3 81. R = H 82. R= o ~~ ~ 0 oc~ A o H~;;:; O 0 ~ 0 80 : 6-épinodososide 83:R=H 84. R= o ~~ ~- -0 oc~ 3~ ~O\. ~o, MeO~"o~o~o, ~o\.. 0 H~O ~~0~~~0~0\ ~ k..--o ~oo~o :.: ~O~O,.J ô.22e H3CO~0 87 :.: _ 88. ô.22e ) - - H~O~ NÜJSO - 0 A/O~O 0 c~ 0 c~ 90: Lcvigtosldc :«0 R = R-D-fucopyrnosyl (1-2) u.-l-rbinopyrnosyl H~O~ N03S0 o - 0 :«0 ~O_~O 0 0 # H 3 C ~o/ C~ 91 Prolorcstcrosldc 15

16 Stéroid es Isolés ' d' ét01ï es de mer (suite) H, "'lj~ "1! 1 ff ' H o ~SO.r ~/ '" /o~o 0 ~ ~ 0 92 Regulrosîde 000 ",C CH, H2N~ o H,"~ 93,R- RI 94' - H, RI = ' C 95. R = RI =H,Plil rmbescldine 800 R. R=, RI = H.omychne A. Celeromvcl' 96' F.. ronumycline Stéroides d' e't olles. de mer profondes 97. R= I-l 98: R = J me t"h f;çrf o :: ~ H Autres m'etbolites isolés d'ét 01'1es de mer 16

17 Stéroides d'étoiles de mer profondes (suite) OAC 1 NO 's/ /1 \\ - ~ RO~OR NO - P - --L L---...:. Il OR' 1 NO - P- " 100 R=R'=H 101.P.=R'=.l"c 102. R=H ;R'=Ac OR N 1 ="s, N 104 R =H, ~9(l1) 105 R =Ac, ~9(l1) 106. R = H 107.R=Ac ) 1 OSÜ:lN 108. R = ]-] 109. R = S03N R' (o~ ~'s': N N ( 1 o,? ' 's (y' 'N 1 o,? ' 's f, "'ON 112 Crolislcrol A R =,R' = Crollslerol B I~ =, I~' ==0 114 Crol islcroj C R = Il ; R' = "''''01] 17

18 4-3) Holothuries Les holothuries contiennent ussi des sponines mis l'glycone est un terpène et non ps un stérol comme dns les étoiles de mer. Actinopyg flmme Les orgnes de Cuvier de l'holothuiie Bohdshi vitiensis ont fourni, près extrction et hydrolyse cide, qutre spogénines dont l'une une structure nouvelle proche de l seychellogénine Une holothurie très ichthyotoxique, Actinopyg flmme, à l'origine d'une très forte intoxiction à l'qurium de noumé, permis l description de qutre nouvelles sponines prmi les neuf isolées 58. Le principl composnt glycosidique de Neothyonidium mgnum est une sponine triterpénique sulftée, le neothyonidioside En générl, les cnidires et en prticulier les octocorlliires, sont de grnds producteurs de composés terpéniques. Les lcyonires étudiés ont confirmé cette règle; pr contre des molécules plus originles ont été isolés des gorgones et des penntulires. Xeni sp. 5-1) Alcyonires 5-2) Gorgones Melithe cf stormü L hvnnhine 131 et l désoxyhvnnhine 132, deux nouveux diterpènes, ont été crctérisées pr RMN et diffrction ux ryons X dns un coril mou Xeni membrnce 60. Pr l suite, on isolé de cet orgnisme deux utres stéréoisomères Il,19 de l hvnnhine , qutre diterpènes ppelés hvnnchlorhydrines , et vingt et un nouveux diterpènes de type xenine L structure d'un métbolite 155 isolé de Xeni grcie été étblie pr diffrction ux ryons X comme ynt l configurtion opposée en C7 à l hvnnhine. Ce xenicne diterpène inhibe l croissnce de l'lgue Cermium codü, orgnisme benthique commun dns le processus de «fouling» 64. Deux nouveux lcloïdes indoloquinolizidiniques, les villogorgines A 156 et B 157, ont été isolés prllèlement à l cféine, l tryptmine, l Nb-méthyltryptmine et une 1,2,3,4 tétrhydrocrboline à prtir de l gorgone Villogorgi rubr 65. L villogorgine A mnifeste une ctivité ntgoniste à l'cetylcholine. Un nouveu peptide inhibiteur d'élstse été crctérisé dns un extrit hydrométhnolique cide de Melithe cf stormii 66. L gorgone Ctenocell sp. produit un stérol 158 cytotoxique sur cellules Kb (IC 50 =0,23 ~g/ml) et sur cellules NSCLC-N6 (IC 50 =2,9 ~g/ml) ) CNIDAIRES

19 Stéroides d'étoiles de mer profondes (suite) R III"'~ ::::: ",,' ~ li: < (~ l\' R 119 R = III~ "", ~ ~ 120. R = III(yj(" "" ~ i OSJ,~l R = IIII"'~OSCVJ, l i 122. R = IIII'.,~ OSü.JN, 1 j~ ON 1 O=S, ~ Il 0 o _ ~= - Olé! 124 Stéroides isolés d'holothuries o = 125 NO, OCH 3 o ~O~.s-R O'OfjO o 130 ' NCüthyonidiosidc , F<= 127. R = 128 I~ = ~."" ~ ~ 129,r~=~ l'

20 Métbolites isolés d'lcyonires 131 H\'nnhlOe 132, 133, 134. Desoxyh\'nnhine AcO CI 135, 136, 137, 138. Hvnnchlorhydrine CI CI ;:foh CI ;PoH ;:PoH ;foh ;y CI 139 CI CI L ;f ;i~ ~ ;t~ ;ro ;roc L L L50 OAc CI ACO 0 0 COR : I~ = : I~ = Oi'. le 153 : I~ = Il CI "":: 155

21 5-3) Penntulires Trois nouveux cliterpènes reliés u styltulide et à l brireine A ont été isolés d'un penntulire du lgon, Pte roides lboutei; il s'git de l pteroicline 159, de l 12-0-décétyl, 12 O-benzoyl pteroicline 160 et du lbouteine Du même type, le cvernuline 162, le l4-0-décétyl, l4-0-propionyl cvernuline 163 et le cvernulinine 164 ont été identifiés dns un utre penntulire Cvernulin grndiflor 69. Une nouvelle clsse de mcrocycliques lctones, les Lituri ustrlsie liturines A 165, B 166 et C 167, été identifiée dns un penntulire Lituri ustrlsie. Ces substnces mnifestent des ctivités ntifongiques sur chmpignons phytopthogènes et cytotoxique (IC so de 1 à Ilglml) 70. 6) SPONGIAIRES Les éponges forment sns conteste le groupe le mieux étuclié en Nouvelle-Clédonie, que ce soit dns le lgon ou dns l zone bthyle. Deux risons à cel: ce groupe d'invertébré est bien connu pour s cliversité chimique et insi pour s bioctivité vriée et c'est, vec celui des échinodermes, un des groupes les mieux représentés dns les eux profondes sur les pentes récifles des monts sousmrins. 6-1) Éponges du lgon Prmi l grnde vriété de substnces chimiques connues pour être des métbolites secondires des éponges, de nombreux composés zotés ont été identifiés dns les orgnismes du lgon. L'éponge Pseuddxinyss cnthrell fut à l'origine d'un grnd espoir de découverte d'un nouveu méclicment dns le domine du cncer vec l girouine 168, substnce ntitumorle cti ve sur l leucémie P388 in vitro et in vivo 7[,72. Mlheureusement, l'étude de son cti vité fut rrétée en clinique u stde II pour cuse d'effets secondires trop prononcés. L configurtion bsolue de cette molécule été étblie pr cliffrction des ryons X 73 et s synthèse Cymbstel cnthrell chimique totle été rélisée 74. Qutorze utres composés non stéroliques furent identifiés à prtir de cette éponge; prmi eux, neuf dont qutre originux , sont des dérivés pyrroliques bromés ou non, trois des dérivés pentbromés, un l turine, et un dernier de structure encore inconnue 7S. L pyrxinine 173, un nouveu composé nitrogéné, ussi été décrit comme métbolite de cette éponge dont l nouvelle ppelltion est mintennt Cymbstel cnthrell 76 A coté de trois xetospongines déjà connues, on isolé deux lcloïdes nouveux, le déméthylxetospongine B 174 et un dérivé tétrhydrocrboline 175, d'une éponge du genre Xetospongi 77 Les trois mcrocycies montrent une ctivité cytotoxique sur cellules Kb mis ne mnifestent ps d'ctivité in vivo contre l leucémie P388. Ces composés gissent sur le récepteur de l somtosttine (IC so = 12 ~ [~= 13,4~]) 78. Une série de nouveux lcloïdes type nmicline , été découverte dns une éponge clcire du genre Leucett. Le premier exemple de complexe métllique 21

22 Métbolites isolés de gorgones N N=.J 156 : Villgorgine A N Nd 157: Villgorgine B 0; ' 158 Métbolites isolés de penntulires 159: Pteroidine : R=R' =Ac 160:R=Ac,R'= N 161: Lbouleine t-\lc~ t-\lcoco - 162: Cvemuline : Cvemulinine o JY N )=0 165 : Lilurine A '> N 166: Litun"e B ~o HoC 22 OAc 167 : Lllunne_C

23 Métbolites isolés de spongiires Cl-! N~./' ? JI inh2 H N HN CI 168: Girùlline NH WS 2 N=\NH lin N H 0 169: Dibromocnthrelline C,> NH o 170 : Odiline o r?~~ Y..N~ H 0 H, OR" : Pyr:-zinine o ~C,> ~N-\rNH H R'O 174 : Demethyl:-zetospongioe B H3C, o Q 7 1 "'" 181 A ~N:; NH~N:H H:3C,O f( ll ~NH2 "-c 0 NH '"J '0 b.,,~ 1 Pseudocertmlnes 0 '" CH:3 H 1 CH, 1,N+ N+ " CH:3 ~ ~N~ NH~NH N~NH~O~~H2,H o ~ 1 - NH N+ 183 C 0 l Nt- 182 B NH2 x 176 R' =Me ~ R" =H ; \: =H, 177: R' =R" =\le; \: =H, 178: R' =Me ~ R" =H ~ \: =H, tvleo 179 : R' =R" =\le ~ \: =H,MeO 180: R' =R" =\le ; X =0 OCH 3 'Q:s, \":::, " ' ~ ", 0 V-j ~ Nf~ 184: Hemifistulrine-3 o 185 RI = ~ R2 =lu =Il <'1 =R2 =0. R3 =H 23

24 d'origine mrine vec le zinc est insi reporté 79. Deux specimens de Pseudocertin verrucos récoltés sur des côtes d'iles éloignées de l Nouvelle-Clédonie ont donné trois lcloïdes nouveux de type bromotyrosine. Les pseudocertinines A 181 et B 182 ont été isolées du specimen des Iles Chesterfield tndis que l'extrction de celui de l'ile Wlpole, donné les pseudocertinines B et C 183. Prllèlement, dns les deux échntillons, les lcloïdes déjà connus, plysmine-l, plysmine-2, pureline et purelidines A et B ont été inventoriés 80. L'hémifistulrine 3184 contenu dns une éponge du genre Verongi correspond à l moitié droite de l fistulrine 3 ou de l'oxofistulrine 3, églement produit pr cette éponge. A prtir de ce dernier composé, il est possible d'obtenir l'hémifistulrine 3 pr dégrdtion bsique. L question se pose de svoir si ce composé est un peptide dégrdé biogénétiquement ou s'il s'git plutôt d'un précurseur biogénétique élboré. Deux utres nouveux dérivés ont ussi été isolés, le 19-déoxyfistulrine 185 et le 19-déoxy-II-oxofistulrine Des composés possédnt des fonctions mides ont ussi été découverts. L' Hposcleride Ocenpi cf. tenuis contient une série de cérmides, les ocenpines A - F , qui sont uniques cr brnchées à l fois sur des sphingosines et des cides grs 82. Leucscndr cveolt, éponge clcire de l côte est, produit le premier métbolite puissmment bioctif de ce groupe. Ce nouveu type de mcrolide, leucscndrolide A 193, est fortement ntifongique sur les chmpignons phytopthogènes et sur levure pthogène pour l'homme et cytotoxique sur cellules Kb (IC so = 0,05 /lg/ml) et sur P388 (IC so =0,25 /lg/mi) 83. D'une éponge Lithistide du genre CUipelt, un glycoside mcrolide cytotoxique d'un nouveu type, le cllipeltoside A 194, été purifié. Il mnifeste une ctivité modérée sur cellules NSCLC-N6 et P388 mis git de mnière prticulière en bloqunt l prolifértion cellulire in vitro u niveu de l phse GIou pr inhibition de l'enzyme, ou encore en induisnt l différencition cellulire terminle 84. Pr l suite, les cllipeltosides B et C ont été purifiés; ils ont le même mcrolide mis diffèrent pr leur prtie sucre 85. Les bengmides A 195 et B 196 et cinq nouveux dérivés d'cides minés reliés à ces deux composés ont été isolés de Jspis crteri 86. L cllipeitine A 202 est un depsipeptide cyclique qui été isolé de l'éponge CUipeLt sp. Ce composé est ctif sur Cndid Lbicns (30 mm d'inhibition pour 100 /lg sur un disque de 6 mm) et mnifeste une ctivité ntivirle sur HIV (CD so = 0,29 /lg/ml et ED so = 0,01 /lg/ml; référence: AZT, CD so = 50 /lm et ED so = 30nM) 87. Pr l suite, deux utres cllipeltines, B 203 et C 204, ont été découvertes, l C étnt cyclique. L'importnce du mcrocycle dns l cytotoxicité est suggérée pr l plus forte ctivité des cllipeltines A et B pr rpport à l C. Les cllipeltines B et C sont pr contre inctives sur HIV 88. Des terpènes ont été églement isolés. L stylotelline 205, nouveu sesquiterpène isocynide, été extrite d'une éponge du genre StyLoteU 89. Trois nouveux sesterterpènes proches des mnolides, les fciospongides A - C , ont été identifiés dns une Thorectide du genre Fciospongi. Mlheureusement, étnt donné le fible tux en fciospongides de cette éponge, leur ctivité ntiinfjmmtoire prélblement mise en évidence dns les mnolides, n' pu être étudiée 90. L'extrit méthnolique d'une Dictyocertide Hyrtios erect contient un nouveu tétrcrbocyclique sesterterpène nommé 12-épi-heteronemine Du même genre, Hyrtios sp., deux utres sesterterpènes de l fmille des mnolides, le nouveu thorectolide 209 et le thorectojide monocétte 210, ont été isolés. Le premier est plus cytotoxique que le second lors que seul le thorectolide est ctif à l fois sur le nucleocpside de l'hivi et l'integrse à 10 et 20 ppm respectivement 92. De l même éponge, un nouveu dimère rouge de l puupehenone, l dipuupehedione 211, été isolé et son ctivité cytotoxique été estimée sur cellules Kb (lc,o =3 /lg/ml) 93. Six sesquiterpènes drimnes, dont cinq nouveux , ont été extrits de Dysidefusc 94. L'éponge Dictyocertide Petrosspongi nigr renferme huit sestei1erpènes nouveux, les petrosspongiolides C-J , et deux nor-sesterterpènes nouveux, les petrosspongiolides K et L , qui mnifestent des ctivités cytotoxiques modérées sur les cellules 24

25 Métbolites isolés de spongiires (suite) R' A(CH~ Nn(CH~ Occnpincs 0 R" 187,-\ n=9,m=j9.r'=if,r"=\fe n = 9 ~ m = 19. R' = 1<''' = Iv1c 189 C n = 9 ; m = 20. R' = Ivle ; R" = H 190 D:n=JO~m=l').R'=R"=lv1L' 191 :[: n = 10 ~ m = 19 : R' = Gt ; R" =H 192:F:n= IO;m= )9:R'=Et;R"=:\lt' 193 : Leucscndrolide o N -...;::: O=(NH VO OCH 3 194: Cllipeltoside A rie H 1 r ~~I"~0N\"R2 = = 0 ~ 195 Rio C~:H2):CH3: R2 : H R, 5;0NH;> 0 X;0H NH RJ = CO(CH2)12CH3, R2 = Me )l"... J. Jl II 197. RI = CO(CH2)IICH3, R2 = H H 2 N NH '../ l Y -NH NHJ:.'" NH 0 NH 198: RI = 0 CO(CH2)IICH3 ; R2 =Me NH 0 NH,,\, /'.. Jl 199. RI = CO(CH2)13Cill, R2 = H 0 0 ~ l' ~ -NH NH2 ) 200: RI = CO(CH2)13Cill ; R2 = Me NH" Il Il O~"'" ~Ho! ~ ~,c~r 1 o H3C' y~""- H'y~II'~QON"'" III H3C'0 NH 0 0 o : Cllipeltine A r 0,c(CHz)12 Cr ",~ O~ 0~,:~ 0:çH )l "... J. Jl )" NH Jl 0 H~ NH '../ Y Y -NH ""l( ~" NH NH NH 0 NH NH,,\,./'.. Jl 0) Q:loH/ (=20J '-/.NH Oc_>\N~H NH Il N:~'J o 0 ~ III If ~.' ; o \,':-0,~ : Cllipcltinc B 204: Cllipcltinc C 25

26 Métbolites isolés de spongiires (suite) rj)~ e- 205: Stylotelline 208 : Fciospongide C 206 : Fciospongide A 207 : Fciospongide B 209: R = : Thorectolide 210: R =OCO\1e : Thorectolide cette Ac 208 : 12-epi-heteronemine 211 : Dipuupehedione H H Ac~ '-:;. H H 223 H H 226 CHo!CO 227 : R =RI =H : R2 =OAc 228 : R =OAc " RI =H : R2 =OAc 229: R = R1 =H : R2 = 230: R =OAc, RI =H: R2 = 217: R' = Ul20Ac, R" = OAc 218: R' = CH20H ~ R" = OAc 219: R' =C, R" =O.\c 220 : R' =CO, R" = OAc 221 : I{' = CH20H ~ R" = 222 : R' = CO ; R" = Ac 26

27 NSCLC-N6 95 Pr l suite, les petrosspongiolides M-R ont été isolées; ils inhibent tous différentes préprtions de phospholipses A 2 (PLA 2 ) pr un blocge irréversible de ces enzymes vec des vleurs d'ic so de l'ordre de l micromole. Le plus puissnt de ces composés, le petrosspongiolide M, (IC so de 1,6 et 0,6 /-lm pour les enzymes PLA 2 synoviles humines et de venin d'beille) est légèrement plus ctif que Je mnolide (IC so de 3,9 et 7,5 IJM) sous certines conditions expérimentles 96. Une série d 'épodioxy-terpènes possédnt une ctivité cytotoxique sur des lignées cellulires de tumeur humine été découverte dns une Hdromeride Dicrnus levii 97. Ces composés, et en prticulier le méthyl 3-épinuppunote 233, sont ctifs sur une souche résistnte à l chloroquine du prsite de l mlri, Plsmodiumflciprum 98. Enfin on pu identifier des stéroides et des lipides. Onze stérols, de type hydroxyméthyl-3fj nor-a cholestne , ont été séprés à prtir d'un extrit de Pseuddxinyss cnthrell 99. Les compositions en stérol de l'éponge Cinchyrell ff. schulzei insi que de deux utres éponges du même genre provennt des côtes du Sénégl ont été exminées \00. S composition en cides grs phospholipidiques ussi été recherchée 101. Dix nouveux polyhydroxylés 9, Il-secostérols ont été isolés d'un extrit polire cytotoxique et ntihistminique d'une Dysideide du genre Euryspongi. Ces composés ont été clssés en deux séries, les euryspongiols AI - AS et et deux d'entre eux inhibent fortement le relchement d'histmine dns les mcrocystes de rt 102. L Demosponge Echillochlin mollis contient des cides grs insturés en reltivement grnde quntité; trois d'entre eux étnt identifiés pour l première fois dns un invertébré mrin L'extrit lipidique cytotoxique d'une Nepheliospongide du genre Petrosi contient l'ztequinol A 264, le premier polycétylene C-brnché et son dérivé, l'ztequinol 8 responsble de l cytotoxicité de l'extrit brut \ ) Éponges profondes 265. Aucun de ces deux composés n'est L fmille des éponges Lithistides est très bien représentée sur les monts sous mrins et permis d'isoler de nombreuses molécules bioctives. Deux composés polynitrogénés, l I-méthylptéridine-2,4-dione 266 et l corllistine 267 ont été extrits de Corllistes fulvodesmus, une éponge récoltée pr drgge à 500 m de profondeur. L nouvelle strucure de l corllistine été déterminée pr diffrction ux ryons X 105. L l-méthyl-ptéridine-2,4-dione ussi été trouvée dns une utre éponge de profondeur Corllistes undultus en compgnie d'une nouvelle ptéridine. Cette éponge contient ussi des stéroïdes typiques des plntes terrestres insi que des dérivés du tryptophne, tels que les 3 cryltes et l serotonine 106. Isolée d'une utre Lithistide profonde du genre Corllistes, l corllistine A 268 est le second exemple d'une porphyrine libre dns un orgnisme vivnt. Ce composé est ctif sur cellules cncéreuses Kb mis inctifs vis à vis de cultures de cellules leucémiques et de tumeurs solides 107. Pr l suite, les corllistines 8 269, C 270, D 271 et E 272 ont été identifiées. Ces substnces pourrient être utilisées comme gents photothérpeutiques dns le tritement du cncer \08 L Lithistide fossile profonde (récoltée à 500 m), Neosiphoni supertes, contient du 24(28)-déhydroplystérol et un nouveu stéroide: le (25S)-26-méthyl-24-méthylenecholest-4-en-3-one Trois nouveux mcrolides et le sphinxolide en ont ussi été isolés. Ces composés sont hutement cytotoxiques envers différentes lignées crcinomiles humines 110. Pr l suite, deux utres mcrolides ont été extrits de celte éponge, le superstolide A 277 extrêmement cytotoxique (IC 5 0 =0,02 /-lg/ml sur Kb et 0,003 Jlg/ml sur P388) III et le superstolide églement fortement cytotoxique (lc so = 0,005 Jlg/ml sur Kb et 0,003 /-lg/ml sur P388) 112. Un nouveu cyclodepsipeptide. le neosiphonimolide 279, proche du jspmide et des geodimolides, été isolé de celte éponge; il inhibe l croissnce de chmpignons phytopthogènes 113. Autre Lithistide profonde (500 m), Reidispongi coerule contient des mcrolides 27

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation Influence du milieu d étude sur l ctivité (suite) Inhibition et ctivtion Influence de l tempérture Influence du ph 1 Influence de l tempérture Si on chuffe une préprtion enzymtique, l ctivité ugmente jusqu

Plus en détail

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H)

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) TS jn 2014 Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) Nom:...... LES EXERIES SNT INDEPENDANTS ALULATRIE AUTRISEE PHYSIQUE : ETILE BINAIRE /20 1. Le télescope 8 Les 3 prties sont indépendntes. Document 1 : L

Plus en détail

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013 Les Dossiers Du Mois No. 006 Jnvier 2013 DÉVELOPPEMENT DE LA POLICE NATIONALE D'HAÏTI: cp sur 2016 Le Gouvernement hïtien doté s police ntionle d'un pln quinquennl de développement pour l période 2012-2016.

Plus en détail

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais Sttuts ASF Assocition Suisse Feldenkris Contenu Pge I. Nom, siège, ojectif et missions 1 Nom et siège 2 2 Ojectif 2 3 Missions 2 II. Memres 4 Modes d ffilition 3 5 Droits et oligtions des memres 3 6 Adhésion

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2 Sommire 1. A propos de Sophos... 3 2. Comprtif des solutions Sophos NAC... 4 3. Sophos NAC pour Endpoint Security nd Control 8.0... 4 3.1. Administrtion et déploiement... 4 3.2. Gestion des politiques

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

Recherche et développement de biopesticides et pesticides naturels à faible toxicité pour les organismes non ciblés et respectueux de l environnement

Recherche et développement de biopesticides et pesticides naturels à faible toxicité pour les organismes non ciblés et respectueux de l environnement Recherche et développement de biopesticides et pesticides nturels à fible toxicité pour les orgnismes non ciblés et respectueux de l environnement Rpport finl Volet Phytopthologie Projet PARDE # 3333.52.02.01

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution Toyot Assurnces Toujours l meilleure solution De quelle ssurnce vez-vous besoin? Vous roulez déjà en Toyot ou vous ttendez s livrison. Votre voiture est neuve ou d occsion. Vous vlez les kilomètres ou

Plus en détail

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I )

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I ) ENQUETE PRELIMINAIRE ANALYSE ET REFEREWCES : Phénoméne érosptil non identifié ( 0VNI ) B8E 25400 DEF/GEND/OE/DOlRENS du 28/9/1992 Nous soussigné : M D L chef J S, OPJ djoint u commndnt de l brigde en résidence

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE FORMULAIRE À RENVOYER PAR RECOMMANDÉ À : ACERTA CAS, BP 24000, 1000 Bruxelles (Centre de Monnie) Cse destinée à Acert Dte de

Plus en détail

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES Mrie-Pule Muller Version du 14 juillet 2005 Ce cours présente et met en oeuvre quelques méthodes mthémtiques pour l informtique théorique. Ces notions de bse pourront

Plus en détail

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances Turbine hydrulique Girrd simplifiée pour fibles et très fibles puissnces Prof. Ing. Zoltàn Hosszuréty, DrSc. Professeur à l'université technique de Kosice Les sites hydruliques disposnt de fibles débits

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques

Guide des bonnes pratiques Livret 3 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 3 Guide des bonnes prtiques OUTILS DE LA GRH Guide des bonnes prtiques Tble des mtières 1. Introduction p.

Plus en détail

Menu outils de navigation mennavi.htm

Menu outils de navigation mennavi.htm Pge de lncement index.htm Voici l représenttion schémtique de l structure du site Wllonie, toutes les crtes en mins... Pge d ccueil win.htm nevs générl menwin.htm À propos de l structure des données :

Plus en détail

Maladies chroniques et traumatismes

Maladies chroniques et traumatismes Mldies chroniques et trumtismes Hospitlistions pour excerbtions de BPCO : comment les identifier à prtir des données du progrmme de médiclistion des systèmes d informtion (PMSI)? Sommire Abrévitions 2

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

gfaubert septembre 2010 1

gfaubert septembre 2010 1 Notes de cours Pour l e secondire Compiltion et/ou crétion Guyline Fuert Septemre 00 gfuert septemre 00 Géométrie------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Sttistique mensuelle tourisme et hôtellerie Introduction edatenq est une ppliction qui permet ux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une ppliction

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

Créer des jeux avec GLUP

Créer des jeux avec GLUP Créer des jeux vec GLUP GLUP (générteur ludopédgogique) est un service en ligne du CRDP de l cdémie de Versilles. Il permet de trnsformer des exercices à se de texte en mini-jeux téléchrgeles. Les jeux

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Portes coupe feu EI 2 30 pour tout type de construction

Portes coupe feu EI 2 30 pour tout type de construction L nouvelle génértion de portes coupe feu élégntes Portes coupe feu EI 30 pour tout type de construction L nouvelle génértion de portes métlliques NovoPort Premio devient l référence dns l protection incendie

Plus en détail

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage Trnsfert Logistique Stockge Archivge Trnsfert, logistique, stockge Pour fire fce ux nouveux enjeux, il est importnt de pouvoir compter sur l'expertise d'un spéciliste impliqué à vos côtés, en toute confince.

Plus en détail

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX Améliortion des performnces des pplictions, protection des données critiques et réduction des coûts de stockge vec les logiciels complets d EMC POINTS FORTS VNX Softwre Essentils

Plus en détail

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR CAP PRO E SCHEMA : E MOTEUR folio folio folio folio folio folio folio 7 folio 8 folio 9 plque signlétique d un moteur puissnce sorée pr un moteur plque à ornes d un moteur triphsé e couplge étoile e couplge

Plus en détail

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL REGLEMET DU CLASSEMET ATIOAL / Les règles indiquées ici sont celles utilisées pour clculer les ttributions de points de l sison -. I. PRICIPES DE BASE Le clssement ntionl de l F.F.B. est le seul uquel

Plus en détail

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Gestion Commercile Gérez le cycle complet des chts (demnde de prix, fcture fournisseur), des stocks (entrée, sortie mouvement, suivi) et des ventes (devis, fcture, règlement,

Plus en détail

Les formations professionnelles Livret d information des services Application

Les formations professionnelles Livret d information des services Application ² Services "Utilisteur" Confince, Expertise, Performnce Les formtions professionnelles Livret d informtion des services Appliction Answers for Life (*) (*) Des réponses pour l vie Sommire 3 L formtion

Plus en détail

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015.

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015. Ce mois-ci on vous prle de i Rpport de repérge minte : Trnsmission u Préfet obligtoire à compter du 1 er juillet 2015 Simplifiction des formlités : De bonnes nouvelles pour les entreprises de dignostic

Plus en détail

Systèmes logiques combinatoires

Systèmes logiques combinatoires «'enseignement devrit être insi : celui qui le reçoit le recueille comme un don inestimle mis jmis comme une contrinte pénile.» Alert Einstein Systèmes logiques comintoires Définitions. es vriles inires

Plus en détail

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1 Lngges Automtes Non-déterminisme Grmmires Attiuées et Génértives Expressions régulières Correction Prtielle de Progrmmes Ceci n'est ps un cours de Lngge C++ 2.1 Comment implnter en C un reconnisseur de

Plus en détail

Fiabilité, sécurité et enfichage intégral éprouvés. Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillage antiarrachement.

Fiabilité, sécurité et enfichage intégral éprouvés. Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillage antiarrachement. Fibilité, sécurité et enfichge intégrl éprouvés Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillge ntirrchement. 100% stekerbr Qu est-ce qu une instlltion 100 % enfichble? Mtériel fourni en

Plus en détail

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Compt Avec EBP Compt, vous ssurez le suivi de l ensemble de vos opértions et exploitez les données les plus complexes en toute sécurité. Toutes les fonctionnlités essentielles

Plus en détail

Directives COV et alternative lipochimique : peintures, encres, nettoyage, dégraissage...

Directives COV et alternative lipochimique : peintures, encres, nettoyage, dégraissage... Directives COV et lterntive lipochimique : peintures, encres, nettoyge, dégrissge... Alin LEMOR Recherche & Développement, Novnce, BP 20609, Venette, 60206 Compiègne Cedex, Frnce, Fx. +33 (0)3 44 90 70

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville Théorème de Lx Milgrm Appliction u problème de Dirichlet pour l éqution de Sturm Liouville Résumé du cours de MEDP Mîtrise de mthémtiques 2000 2001 2001nov18 (medp-lx-milgrm.tex) Dns ce chpitre, on se

Plus en détail

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV /HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV I. Définition On ppelle système combintoire tout système numérique dont les sorties sont exclusivement définies à prtir des vribles d entrée (Figure ). = f(x, x 2,,, x n ) x x

Plus en détail

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques Le cnl étroit du crédit : une nlyse critique des fondements théoriques Rfl Kierzenkowski 1 CREFED Université Pris Duphine Alloctire de Recherche Avril 2001 version provisoire Résumé A l suite des trvux

Plus en détail

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver.2 Présenttion de Esy Interctive Tools 3 Crctéristiques Fonction de dessin Vous pouvez utiliser Esy Interctive

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

PRÉCONISATIONS D'UTILISATION DES EAUX DE PLUIE, PUITS ET FORAGES PRIVÉS DANS LES HABITATIONS

PRÉCONISATIONS D'UTILISATION DES EAUX DE PLUIE, PUITS ET FORAGES PRIVÉS DANS LES HABITATIONS GUIDE PRATIQUE RÉGIONAL À L'ATTENTION DES PARTICULIERS ET ÉLUS POITOU-CHARENTES PRÉCONISATIONS D'UTILISATION DES EAUX DE PLUIE, PUITS ET FORAGES PRIVÉS DANS LES HABITATIONS J'économise m snté et celle

Plus en détail

Le Guide 2012. des logiciels et services EBP. Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER

Le Guide 2012. des logiciels et services EBP. Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER 1. Vous en êtes cpble. 2. C est efficce et vous llez ggner du temps chque jour. 3. Cel fit vendre : vlorisez votre entreprise pr vos documents. 4. C est profitble :

Plus en détail

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE 1GEN ciences et Techniques Industrielles Pge 1 sur 7 Automtique et Informtiques Appliquées Génie Énergétique Première 1 - LA VARIABLE BINAIRE L électrotechnique, l électronique et l mécnique étudient et

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO Université Pris-Duphine DUMI2E UFR Mthémtiques de l décision Notes de cours Anlyse 2 Filippo SANTAMBROGIO Année 2008 2 Tble des mtières 1 Optimistion de fonctions continues et dérivbles 5 1.1 Continuité........................................

Plus en détail

Partie 4 : La monnaie et l'inflation

Partie 4 : La monnaie et l'inflation Prtie 4 : L monnie et l'infltion Enseignnt A. Direr Licence 2, 1er semestre 2008-9 Université Pierre Mendès Frnce Cours de mcroéconomie suite 4.1 Introduction Nous vons vu dns l prtie introductive que

Plus en détail

Meg Gawler Bréhima Béridogo. Mars 2002

Meg Gawler Bréhima Béridogo. Mars 2002 EVALUATION FINALE PROJET D APPUI A LA GESTION DES ZONES HUMIDES DANS LE DELTA INTERIEUR DU FLEUVE NIGER RAPPORT FINAL Meg Gwler Bréhim Béridogo ARTEMIS Services pour l conservtion de l nture et le développement

Plus en détail

La pratique institutionnelle «à plusieurs»

La pratique institutionnelle «à plusieurs» L prtique institutionnelle «à plusieurs» mury Cullrd Février 2013 Nicols, inquiet: «Qund je suis seul vec quelqu un, il se psse des choses» Vlentin, à propos de l institution : «Ici, y beucoup de gens,

Plus en détail

Module 2 : Déterminant d une matrice

Module 2 : Déterminant d une matrice L Mth Stt Module les déterminnts M Module : Déterminnt d une mtrice Unité : Déterminnt d une mtrice x Soit une mtrice lignes et colonnes (,) c b d Pr définition, son déterminnt est le nombre réel noté

Plus en détail

MATHEMATIQUES GENERALES partim A

MATHEMATIQUES GENERALES partim A Fculté des Sciences MATHEMATIQUES GENERALES prtim A Première nnée de bchelier en Biologie, Chimie, Géogrphie, Géologie, Physique et Informtique, Philosophie Année cdémique 04-05 Frnçoise BASTIN Introduction

Plus en détail

ROBOTUNITS - THE MODULAR AUTOMATION SYSTEM. 16x40 40x40 40x80 80x80 40x40 40x80 50x50 50x100 50x200 100x100 100x200 25x200 lean lean

ROBOTUNITS - THE MODULAR AUTOMATION SYSTEM. 16x40 40x40 40x80 80x80 40x40 40x80 50x50 50x100 50x200 100x100 100x200 25x200 lean lean ROBOTUNITS - THE MODULAR AUTOMATI SYSTEM Prox Technologies is the uthorized distriutor of Rootunits in Cnd, providing wide rnge of extrusions, technicl support nd design engineering. We hve the tem expertise

Plus en détail

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005 MATHÉMATIQUES 3 semestre 3 des Licences MISM nnnée universitire 24-25 Driss BOULARAS 2 Tble des mtières Rppels 5. Ensembles et opértions sur les ensembles.................. 5.. Prties d un ensemble.........................

Plus en détail

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Enseignement supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Stnisls pour mbition de former les étudints à l réussite d exmens et de concours des grndes écoles de mngement ou d ingénieurs. Notre objectif est d ccompgner chque

Plus en détail

SYSTEMES LOGIQUES LOGIQUE COMBINATOIRE

SYSTEMES LOGIQUES LOGIQUE COMBINATOIRE Ch.I Commnde des systèmes logiques ogique comintoire - p1 SYSTEMES OGIQUES OGIQUE COMBINATOIRE I Commnde des systèmes logiques 1. Structure des systèmes utomtisés Reprenons l structure étlie dns le cours

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique LITE-FLOOR Dlles de sol et mrches d esclier Informtion technique Recommndtions pour le clcul et l pose de LITE-FLOOR Générlités Cette rochure reprend les règles de se à respecter pour grntir l rélistion

Plus en détail

ÉLUE LA MARQUE LA PLUS FIABLE selon un sondage de WhatCar? en Angleterre.

ÉLUE LA MARQUE LA PLUS FIABLE selon un sondage de WhatCar? en Angleterre. 7 Hond : ANNÉES CONSÉCUTIVES ÉLUE LA MARQUE LA PLUS FIABLE selon un sondge de WhtCr? en Angleterre. Rel Time All Wheel Drive CONDITIONS FESTIVAL 2013 CR-V 2.2 i-dtec diesel 150 ch 5,6 l/100 km CR-V 2.2

Plus en détail

VN-8700PC VN-8600PC VN-8500PC

VN-8700PC VN-8600PC VN-8500PC ENREGISTREUR VOCAL NUMÉRIQUE VN-8700PC VN-8600PC VN-8500PC FR MODE D EMPLOI Merci d voir porté votre choix sur cet enregistreur vocl numérique. Lisez ce mode d emploi pour les informtions concernnt l emploi

Plus en détail

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013 Wechter Loïc Mturité 2013 Mthémtiques Cours de M. Flcoz 2013 Préprtion à l'exmen écrit de mturité Mthémtiques 2013 1.Primitives et intégrles 1.1Primitives (CRM pp.77-80) Une primitive pourrit se définir

Plus en détail

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement.

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement. Rélistion de sites Internet PME & Grndes entreprises Offre Premium Etude du projet Réunions de trvil et étude personnlisée de votre projet Définition d une strtégie de pré-référencement Webdesign Définition

Plus en détail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail CAN/CSA-Z1003-13/BNQ 9700-803/2013 Norme ntionle du Cnd Snté et sécurité psychologiques en milieu de trvil Prévention, promotion et lignes directrices pour une mise en œuvre pr étpes Avilble in English

Plus en détail

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch MnSfe pour les Utilitiés L Protection ntichute pour les Industries de l'energie Frnçis TowerLtch LdderLtch Les questions de protection nti-chute Les chutes de huteur sont l cuse de mortlité l plus importnte

Plus en détail

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle Clsseur courtier d ssurnce Comment orgniser son ctivité et se préprer à un contrôle 67, venue Pierre Grenier 92517 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél : 01.46.10.43.80 Fx : 01.47.61.14.85 www.streevocts.com

Plus en détail

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère Rpport sur l sitution en mtière de développement durble du Conseil générl de l Isère 2013 Sommire > Edito...3 > Les politiques développées pr le Conseil générl de l Isère... 4 > L gestion durble des finnces

Plus en détail

Choix binaires avec influences sociales : mode d emploi et conséquences économiques

Choix binaires avec influences sociales : mode d emploi et conséquences économiques Choix binires vec influences sociles : mode d emploi et conséquences économiques Denis Phn * * CREM UMR CNRS 6, Université de Rennes /3/5 Résumé : Cette note propose une synthèse de quelques trvux conscrés

Plus en détail

3- Les taux d'intérêt

3- Les taux d'intérêt 3- Les tux d'intérêt Mishkin (2007), Monnie, Bnque et mrchés finnciers, Person Eduction, ch. 4 et 6 Vernimmen (2005), Finnce d'entreprise, Dlloz, ch. 20 à 22 1- Mesurer les tux d'intérêt comprer les différents

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1 Grenoble INP Pgor 1ère nnée Exercices corrigés Anlyse numérique NB : Les exercices corrigés ici sont les exercices proposés durnt les sénces de cours. Les corrections données sont des corrections plus

Plus en détail

Caisse enregistreuse électronique CE-T300 GROCERY DAIRY H.B.A. FROZEN FOOD DELICATESSEN. Mode d emploi. Eu Di U.K.

Caisse enregistreuse électronique CE-T300 GROCERY DAIRY H.B.A. FROZEN FOOD DELICATESSEN. Mode d emploi. Eu Di U.K. Cisse enregistreuse électronique CE-T300 GROCERY DAIRY H.B.A. FROZEN FOOD DELICATESSEN Eu Di U.K. Mode d emploi Introduction et tle des mtières Introduction Toutes nos félicittions pour l cht de cette

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE Université de Metz Licence de Mthémtiques - 3ème nnée 1er semestre ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE pr Rlph Chill Lbortoire de Mthémtiques et Applictions de Metz Année 010/11 1 Tble des mtières Chpitre

Plus en détail

12Planet ConferenceServer

12Planet ConferenceServer Présenttion solution 12Plnet ConferenceServer Orgniser des conférences, débts ou interviews en temps réel sur le Web ou sur votre Intrnet ConferenceServer principles fonctionnlités Fonction de modértion

Plus en détail

Les maladies respiratoires ont rarement été considérées comme des priorités de santé

Les maladies respiratoires ont rarement été considérées comme des priorités de santé G U I D E P R É V E N T I O N Les mldies respirtoires un enjeu mjeur de snté publique ÉDITORIAL Ne nous y trompons ps. Il n y ur ps en Frnce de mîtrise durble et efficce des dépenses d ssurnce mldie sns

Plus en détail

Le Calcul Intégral. niveau maturité. Daniel Farquet

Le Calcul Intégral. niveau maturité. Daniel Farquet Le Clcul Intégrl niveu mturité Dniel Frquet Eté 8 Tble des mtières Introduction Intégrle indéfinie 3. Définitions et générlités................................ 3.. Déf. d une primitive..............................

Plus en détail

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire Séquence 8 Proilité : lois à densité Sommire. Prérequis 2. Lois de proilité à densité sur un intervlle 3. Lois uniformes 4. Lois exponentielles 5. Synthèse de l séquence Dns cette séquence, on introduit

Plus en détail

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30 Conseils et stuces pour les structures de bse de l Ligne D30 Conseils et stuces pour l Ligne D30 Ligne D30 - l solution élégnte pour votre production. Rentbilité optimle et méliortion continue des séquences

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etb=MK2, Timbre=G430, TimbreDnsAdresse=Vri, Version=W2000/Chrte7, VersionTrvil=W2000/Chrte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Déprtement des Comptes Ntionux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

Electrovanne double Dimension nominale Rp 3/8 - Rp 2 DMV-D/11 DMV-DLE/11

Electrovanne double Dimension nominale Rp 3/8 - Rp 2 DMV-D/11 DMV-DLE/11 Electrovnne double Dimension nominle 3/8 - DMV-D/11 DMV-DLE/11 7.30 M Edition 11.13 Nr. 223 926 1 6 Technique L électrovnne double DUNGS DMV intère deux électrovnnes dns un même bloc compct : - vnnes d

Plus en détail

Logiciel pour le poste de travail Agilent MassHunter

Logiciel pour le poste de travail Agilent MassHunter Logiciel pour le poste de trvil Agilent MssHunter Anlyse qulittive Guide de fmiliristion pour CPG/SM Notices Agilent Technologies, Inc. 2012 Conformément ux lois interntionles reltives à l propriété intellectuelle,

Plus en détail

La réforme des soins de santé mentale en Belgique

La réforme des soins de santé mentale en Belgique 1 L réforme des soins de snté mentle en Belgique Isbel MOENS Cbinet de l Vice Première-Ministre Ministre des Affires sociles et de l Snté publique En prtenrit vec: Kristel KARLER Cbinet de l Ministre de

Plus en détail

Tableau d extension de mise en sécurité pour CMSI type B modulable Réf. : 322 001 Module deux lignes de mise en sécurité Réf.

Tableau d extension de mise en sécurité pour CMSI type B modulable Réf. : 322 001 Module deux lignes de mise en sécurité Réf. Tleu d extension de mise en sécurité pour CMSI type B modulle Réf. : 00 Module deux lignes de mise en sécurité Réf. : 00 DE MISE EN MISE EN 5 7 8 8 PROGRAM. SYSTEME Fus. F, 5H50V MANUEL DE MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Avant d utiliser l appareil, lisez ce Guide de référence rapide pour connaître la procédure de configuration et d installation.

Avant d utiliser l appareil, lisez ce Guide de référence rapide pour connaître la procédure de configuration et d installation. Guide de référence rpide Commencer Avnt d utiliser l ppreil, lisez ce Guide de référence rpide pour connître l procédure de configurtion et d instlltion. NE rccordez PAS le câle d interfce mintennt. 1

Plus en détail

INSTALLATION DE DETECTION INCENDIE

INSTALLATION DE DETECTION INCENDIE reglement > > instlltion E ETECTON NCENE NSTALLATON E ETECTON NCENE Une instlltion de détection incendie pour objectif de déceler et signler, le plus tôt possible, d une mnière fible, l nissnce d un incendie,

Plus en détail

(Chapitre 4) 3 La bourse ou la vie ou Comment faire des ronds

(Chapitre 4) 3 La bourse ou la vie ou Comment faire des ronds Φ (Chpitre 4) 3 L bourse ou l vie ou Comment fire des ronds Imginez que vous possédez un portefeuille de vleurs boursières. Voici le grphe de ses fluctutions en fonction du temps (bscisse, x) et de l rgent

Plus en détail

Détermination des épaisseurs Formule générale

Détermination des épaisseurs Formule générale Formule générle Hors le cs des vitrges pour le bâtiment, trité pr l NF DTU 39 P4, on peut clculer à l ide des formules de Timoshenko : - l épisseur minimle à donner ux vitrges plns monolithiques soumis

Plus en détail

!" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $'

! #$#% #& ' ( &)(*% * $*' )#*(+#%(' $#),)- '(*+.%#'#/* ') $' !" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $' &!*#$)'#*&)"$#().*0$#1' '#'((#)"*$$# ' /("("2"(' 3'"1#* "# ),," "*(+$#1' /&"()"2$)'#,, '#' $)'#2)"#2%#"!*&# )' )&&2) -)#( / 2) /$$*%$)'#*+)

Plus en détail

Microéconomie de l Incertitude M1 Banque et Marchés Financiers

Microéconomie de l Incertitude M1 Banque et Marchés Financiers Microéconomie de l Incertitude M1 Bnque et Mrchés Finnciers Emmnuel DUGUET Notes de Cours, V1 2 1 Concepts de bse 5 1.1 Les loteries................................ 6 1.2 Le critère d espérnce mthémtique..................

Plus en détail

SYSTEME DE TELEPHONIE

SYSTEME DE TELEPHONIE YTEME DE TELEPHOIE LE OUVEUTE PTIE MOITEU COULEU Le système de téléphonie comporte un moniteur vec un écrn couleurs de intégré u téléphone. Cette prtie est disponile en lnc, nthrcite et Tech. TLE DE MTIEE

Plus en détail

Livret de l étudiant 2015-2016

Livret de l étudiant 2015-2016 Livret de l étudint 2015-2016 Le mot du directeur Soyez les bienvenus à l IUT Pris Descrtes. L'IUT ccueille chque nnée 3000 étudints, sur le site de l'venue de Versilles et, depuis cette nnée, sur le site

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN GESTION DES PMO.

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN GESTION DES PMO. UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN GESTION DES PMO pr SYLVAIN TELLIER PROPOSITION D'UN CADRE DE RÉFÉRENCE FAVORISANT

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Titrages acidobasiques de mélanges contenant une espèce forte et une espèce faible : successifs ou simultanés?

Titrages acidobasiques de mélanges contenant une espèce forte et une espèce faible : successifs ou simultanés? Titrgs cidobsiqus d mélngs contnnt un spèc fort t un spèc fibl : succssifs ou simultnés? Introduction. L'étud d titrgs cidobsiqus d mélngs d dux ou plusiurs cids (ou bss) st un xrcic cournt [-]. Ls solutions

Plus en détail

EY-BU 292 : interface Ethernet novanet, modunet292

EY-BU 292 : interface Ethernet novanet, modunet292 Fiche technique 96.015 EY-BU 292 : interfce, Votre tout en mtière d'efficcité énergétique SAUTER EY-modulo 2 intégré dns l technologie IP connue Crctéristiques Produit de l fmille de systèmes SAUTER EY-modulo

Plus en détail

Intérêt de l isocinétisme dans le bilan et la rééducation d un genou opéré. Docteur Patrick GAUTHIER

Intérêt de l isocinétisme dans le bilan et la rééducation d un genou opéré. Docteur Patrick GAUTHIER Intérêt de l isocinétisme dns le biln et l rééduction d un genou opéré Docteur Ptrick GAUTHIER INTERET DE L ISOCINETISME DANS LE BILAN ET LA REEDUCATION D UN GENOU OPERE Dr Ptrick GAUTHIER SPORTIVA ISOCINETISME???

Plus en détail

4. PROTECTION À L OUVERTURE

4. PROTECTION À L OUVERTURE 42 4. PROTECTION À L OUVERTURE 4.1. Générlités Afin de lever l miguïté de l norme NF EN 16005 sur l exigence des prgrphes 4.6.2.1 et 4.6.3.1 (4) qunt à l définition de «lrge proportion», suf nlyse de risque

Plus en détail

Low voltage network monitor. Three-phase line 80...500V (phase-phase) Connection with external dedicated CT Programmable external CT-VT ratio

Low voltage network monitor. Three-phase line 80...500V (phase-phase) Connection with external dedicated CT Programmable external CT-VT ratio D.M.E 6 llée de Longueterre - Lot n 3 CTI PRK - ZC Longueterre 31850 - MONTRE Tél.: 05.61.743.116 Fx: 05.61.091.458 E.mil: infos@dme-cb.com Site: http://www.dme-cb.com Nemo 96HD Centrle de mesure multifonctions

Plus en détail